Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les couleurs au Moyen Âge

Contributions aixoises

Vert heaume : approches d'un syntagme

May Plouzeau

Texte intégral

  • 1 Voir respectivement Orange, note au v. 945 de Al et Huon, note au v. 516.
  • 2 Parise la Duchesse (chanson de geste du xiiie siècle). Edition et commentaires par M. Plouzeau, 2 (...)

1Le prétexte des présentes recherches fut modeste. Préparant l'édition d'une chanson de geste, je crus ne pas devoir éluder la petite énigme que présente le mot vert dans le groupe vert heaume, qui s'y rencontrait souvent. A la suite de Cl. Régnier, je fis mienne l'interprétation de P. Ruelle1, que refléta la note au vers 491 de mon édition de Parise2. Plus tard, je m'aperçus que d'autres interprétations avaient été avancées, également intéressantes, et parfois, depuis fort longtemps.

2Je me propose de les ramener au jour en rassemblant des éléments jusqu'ici épars. Puisque ces interprétations ont pu être occultées par des philologues prestigieux, il n'est peut-être pas inutile d'y revenir, fût-ce un peu longuement : dans notre discipline, qui se voudrait uniquement neuf et bref ne se devrait-il pas bien souvent condamner au silence ?

***

  • 3 Huguet et la partie "Historique" des articles de Littré sont parfois utiles. II ne se trouve pas d (...)
  • 4 Bien que l'article viridis du FEW 14, 507b, sous la formulation "Afr. vert /./ (Wace ; MonGuil)", (...)
  • 5 En tous ces endroits, l'éd. APF est fiable : comparer Rencesvals Strasbourg, 1218 sqq.
  • 6 Cf. Levy, Supplement, "unendlich oft in der afrz. Epik" (article vert).

3Les attestations de vert heaume abondent, tant au singulier qu'au pluriel. II convient de souligner ce fait, car l'intérêt du syntagme réside précisément dans sa grande fréquence (c'est du moins ce que j'espère montrer bientôt). Mais il se trouve que la première approche, l'approche spontanée (de la part du philologue) du vocabulaire médiéval par l'intermédiaire de ces instruments de premier ordre que sont Gdf, TL et le FEW3, cette approche ne permet guère de prendre conscience de la grande fréquence du groupe vert heaume : l'article elme de Gdf n'en comporte aucun, pas plus que les articles vert du même dictionnaire : c'est sous une autre entrée que Gdf range le syntagme, dont il ne donne qu'une occurrence, comme nous le verrons ; les articles viridis et *helm du FEW n'en mettent en évidence aucun exemple4 ; quant à TL, nous n'en disposons que jusqu'à la lettre t. Toutefois, les choses changent avec l'article heaume du même dictionnaire, qui fournit une dizaine d'attestations du syntagme. En voici d'autres, relevées au hasard de lectures qui n'incluent pas les textes ayant fait l'objet de recherches systématiques (ils sont traités plus loin) ; vert heaume se lit dans Antioche 1269, 2593, 3630, 4666, 5551, 8134, Aye 357, 378, 992, 1102, 2733, 3017, 3504, Fierabras 149, 227, 617, 3325, 37455, Gerbert Taylor 2718, 8192, Bueve 1 7565, 7998, 8081, Croisade albigeoise, t. 3, p. 248, p. 276 et voir aussi Levy, Supplement 8, 691a, Enfances Renier 1944, 3509, 5328, 5355, 8824, Buevon de Conmarchis 2277, 2514, 2701. Voilà quelques attestations s'échelonnant de la fin du 12e à la fin du 13e siècle ; l'on en trouvera bien d'autres, parfois plus anciennes ou plus récentes, au cours des pages qui suivent. Mon seul but en assénant cette liste était de convaincre le lecteur qui ne l'aurait pas su combien le syntagme est loin d'être rare, et singulièrement dans la chanson de geste6.

4Du coup, plusieurs questions se posent, dont les réponses conditionneront en partie la solution du problème de départ (quel est le sens de vert dans le syntagme vert heaume) : comment le "heaume" est-il caractérisé dans les textes ? Où retrouve-t-on la couleur verte ? Le vert heaume est-il exclusivement épique ? Comparés à ceux de la fiction, qu'en était-il des véritables casques ? Et quelques autres, qui viendront en leur temps.

  • 7 Sur les notions de "corpus based" et "corpus restricted", voir par exemple A. J. M. Queffelec, pp. (...)
  • 8 Les présentes pages appellent chansons de geste des textes relevant d'un même type formel, sans di (...)
  • 9 On trouvera en annexe la liste des textes du corpus restreint et des indications concernant la man (...)
  • 10 Voici, sauf erreur, dans le groupe que constituent à l'intérieur du corpus restreint, les textes l (...)

5Pour tenter de répondre, il est nécessaire de constituer un corpus raisonné et d'en établir une méthode d'investigation (ce qui, par ailleurs, ne m'interdira pas d'utiliser à l'occasion des textes que je n'aurai pas soumis à des dépouillements systématiques7). Ce corpus raisonné, que j'appellerai dorénavant "corpus restreint", comportera des textes s'étageant de la Chanson de Roland au 16e siècle et représentant les genres suivants : récits ou romans en octosyllabes et chansons de geste (français et provençal : j'ai tendance à ne pas distinguer les deux langues car, du moins dans les textes de mon corpus restreint, romans d'un côté et chansons de geste de l'autre mettent respectivement en œuvre les mêmes procédés littéraires8) ; chroniques en prose (français et latin) ; d'autres genres représentés par l'épopée latine médiévale et des textes allemand et anglais. Chacun des textes a été soit lu de bout en bout (j'avais présentes à l'esprit les questions énoncées supra), soit (pour certains textes français), interrogé à partir d'entrées d'index ou de concordances, au nombre desquelles figurent toujours "heaume" et "vert9". II va de soi que la première méthode d'investigation est théoriquement la seule à préconiser. Si par exemple les notions de "casque" et de "vert" sont rendues autrement que par les mots heaume et vert (imaginons chapel ou bacinet, et puis encore plus cler qu'esmeraude), il n'y aura pas trace de "casque vert" aux entrées heaume et vert. Toutefois, du groupe de textes qui ont fait l'objet d'une lecture suivie, groupe assez nombreux, et de ma pratique de l'ancien français et de l'ancien provençal en général, je retire l'impression que les mots heaume (elme) et vert sont quasiment les seuls, à l'exclusion d'autres mots ou syntagmes, à traduire ce que nous entendons par "casque" et par "vert", du moins jusqu'à la fin du 13e siècle, en oïl et en oc10. Dans ces conditions, on voudra bien croire que, pour manquer d'unité, ma méthode de recherche n'en est pas moins assez sûre, et l'on prêtera une oreille complaisante aux menues découvertes et nouvelles interrogations, tout aussi futiles, qui se présenteront dorénavant.

6On l'a vu, la chanson de geste offre quantité de verz heaumes. Vérification faite sur le corpus restreint, et pour anticiper, l'on peut dire que ce genre littéraire est le lieu par excellence du vert heaume, qui ne se trouve que beaucoup plus rarement dans d'autres types de textes.

7Me cantonnant pour commencer à ce seul genre, j'y examinerai les caractéristiques des heaumes.

8Le corpus restreint permet un inventaire des qualifiants du heaume épique. Par qualifiants, j'entends mots ou groupes de mots ayant valeur adjectivale ; ils remplissent les fonctions grammaticales d'épithète ou, beaucoup plus rarement, d'attribut (cf. Ses elmes fu clers et reflamboians, Roland P 517) ; sont exclues du présent relevé des occurrences telles que "Tant elme fraint", Ami 221, ou "les vers hiaumes laciez", Parise 2221, où le participe passé a valeur verbale.

  • 11 Agu : Ami 370, CorLo A4 1227, Gormont 617, Guillaume 2447, Roland O 1954, Roland C et Roland P pas (...)
  • 12 Ami 1936, Gormont 342, Orange A 990, entre autres textes.
  • 13 Forbi : Navarre 2141, 3084 ; brun ou bruni : Ami 1738, Huon 672, 687, entre autres textes.
  • 14 Aux exemples de la note 81, ajouter, parmi beaucoup d'autres, Ami 1564, Orange B 1826, Roland V4 4 (...)

9Figurent à droite de heaume, appelés par la rime ou l'assonance, des mots traduisant la matière : d'acier (voir infra) ; la forme : agu ou reont11 ; l'origine : de Pavie, d'Aminois, de Provence, poitevin, sarrazinois etc. (cf. Ami 1548, Orange AB 324, Roland O 3916, Roland P 132, entre autres textes) ; l'ornementation : flori (Huon 2143, Roland C 928), gemmé ou a or gemmé (un peu partout, voir aussi infra, note 21), vergié ou vergier ou qui est vergiez ("orné et renforcé de bandes", cf. FEW 14, 501)12, a or, Roland O 2288, obriet, Ronsasvals 116 ; le poli et l'éclat : forbi, brun ou bruni (appliqués au métal, ces deux mots en traduisent l'aspect poli ou brillant : voir note 19)13, cler (Roland P 3515, Ronsasvals 139, 601, bel e clar, Navarre 4723), luisant passim14, avec toutes sortes de variantes comme flambius, Roland O 1022, u le brun ascer luist cler, Guillaume 3295 ; la couleur se manifeste, explicitement ou non, par les mots suivants : doré passim, point a flor (Ami 1655, 1679) et enfin, que fon vert e colrat de Ronsavals 481 ; on trouve aussi des qualifiants plus difficiles à classer, tels que mot bons et costantis (Roland C 1372), de sun chef (Guillaume 1845), principal (Roland O 3432), doublier (épithète habituelle de hauberc !, dans CorLo B 2072), ben fach e de faysson ou qu'en l'ost non es aytals ou fort e maravilhos (Ronsasvals, respectivement 376, 442, 798).

10Dans le corpus restreint, et si l'on met à part doré, aucun mot traduisant de couleur précise n'apparaît donc en fin de vers pour qualifier le heaume. On pourrait imputer cette absence aux contraintes de la versification, responsables par ailleurs de tant de heaumes "luisants" ou "gemmés" ou "aigus". Examinons donc, dans ce même corpus, le jeu des qualifiants de heaume placés à l'intérieur du vers.

  • 15 En outre, la séquence où apparaît l'adjectif est fortement perturbée (du moins dans l'édition Mort (...)

11A droite, outre certains débuts d'hémistiches signalés plus haut, on rencontre : agu (Roland C 1811, Roland P 265) ; brun (Saragosse 1119, Roland P 2075) ; cler (dans un syntagme disjoint, eumes ont clers, Roland C 1414) ; a or (Roland O 1954, 1995, 2170, ce dernier se retrouvant dans Roland C 3749) ; pintatz (Navarre 2335) ; une fois blanc, Ses eumes fu blans (Roland C 2054), mais blanc peut signifier "éclatant15" ; vert, enfin, mais uniquement dans Ronsasvals : voir infra, note 88.

  • 16 CorLo A 2297 (cf. aussi les fors coiffes de CorLo B 1507), Nîmes A 1142.
  • 17 CorLo C 1878, Guillaume 723, Huon 6284, Huon T 1167, Orange A 59, Orange AB 93, Parise 1766, 2240, (...)
  • 18 Ami 370, 1599, 1738, CorLo A 410 (= C 179), 1507, 1567, 1983, 2456, CorLo B 2297 ; Gormont 402, Gu (...)

12Toujours à l'intérieur du vers, qu'en est-il des qualifiants de heaume qui précèdent le mot ? Placés à cet endroit (et si l'on excepte petit de Guillaume 1542, épithète d'un casque adapté à la taille réduite d'un tout jeune héros), ils évoquent les notions suivantes, au moyen des mots suivants : solidité : fort16, bon17 et dur dans Guillaume 236 ; éclat : brun dans CorLo B 1983, CorLo A 1995 ; couleur : vert, exclusivement, et rares sont les chansons du corpus restreint qui ne présentent pas de vert heaume18.

  • 19 Voir en particulier les exemples de TL 1, 1181-1182 : certains contextes y montrent à l'évidence q (...)
  • 20 Telle est du moins la situation dans le corpus restreint. La prise en compte d'éléments supplément (...)
  • 21 Cf., parmi beaucoup d'autres, les heaumes "gemmés" de Buevon de Conmarchis 2514, Barbastre 273, Fi (...)
  • 22 Voir le passage appelant la note 73.

13De cet inventaire, que tire-t-on ? Il faut noter en premier lieu qu'il trahit les textes (ce qui est inévitable), puisque les accumulations de qualifiants ne sont pas rares et que l'on peut rencontrer, par exemple, des verz heaumes luisanz ou des heaumes a or gemmez. On remarque ensuite que les qualifiants du heaume sont moins variés et moins fréquents à l'intérieur du vers que lorsque pèsent sur eux les exigences de la rime ou de l'assonance : la contrainte rend inventif. Ce qui frappe enfin, c'est l'énorme masse des verz heaumes : avant heaume, vert est de loin l'épithète favorite de mes chansons. Allons plus loin : si l'on veut bien se rappeler que blanc traduit l'éclat, que brun, bruni, rendent deux idées, celle de "sombre" et celle de "poli, brillant", et que, dans le cas où ces derniers mots s'appliquent à du métal, on s'accorde à prêter les deuxièmes sens au radical19, on en déduira que notre heaume épique ne revêt explicitement que deux teintes : le doré et le vert20. L'or s'harmonise avec le luxe inouï des armes des preux, souvent rehaussées de pierreries21. Le vert des casques est plus étonnant : d'une part le mot vert des anciens français et provençal signifie "vert" tout comme aujourd'hui (il qualifie les herbes et les prés, de façon répétée, depuis la Chanson de Roland), d'autre part (pour anticiper de nouveau), il est rare que les autres armes défensives des chansons de geste comportent cette teinte22. Voilà pourquoi je parlais au début d'une petite énigme.

  • 23 Voir les notes 34, 77 et 105 ainsi que les passages appelant ces notes.

14Vient d'abord le soupçon que vert (verz, vertz ou vers à la forme en s) dans notre syntagme, représente autre chose que viridis. Consultons nos oracles. Nous l'avons vu, l'article vert de TL n'est pas encore publié ; l'article viridis du FEW ne mentionne pas explicitement de vert heaume, mais intéresse notre sujet : l'on y reviendra23.

15Reste Godefroy. Refusant de voir dans notre épithète le radical de viridis, il renvoie l'exemple (unique !) du syntagme à l'article vair (latin varius), où la traduction se justifie par la séquence suivante (Gdf 8, 135a) :

" — De couleur variée, et, par extension, brillant"
[suivent des exemples où vair qualifie les yeux]
" — Poli, luisant :
Maintes en i ot d'autre afere,
Mainte bandee, et mainte vere.
(CHREST., Erec et En., Richel. 375, f° 9c.)
Et si fil tuit .XIIII. les vers hiaumes [laciez].
(Parise, 2201, A. P.)"

  • 24 Voir Foulet, Glossary, p. 312.
  • 25 Cf. l'article de M.M. Dufeil, n. 131 et appel de cette note. Mon éd. de Parise met en évidence pas (...)

16Ces deux rubriques sont les seules de l'article vair où Gdf crédite l'adjectif des sens de "brillant", "poli", "luisant". Or, l'on sait que le sens exact de vair, qualifiant les yeux, nous échappe24 ; par ailleurs, le passage de Chrétien fait allusion au bois peint de lances, et la traduction "poli, luisant" ne convient pas : cf. Erec CFMA 2088 sqq., Tant i ot lances aportees D'azur et de sinople taintes, D'or et d'argent en i ot maintes, Maintes en i ot d'autre afeire, mainte bandee, et tante veire ; enfin, le MS de Parise, unique et ici correctement reproduit dans Parise APF, édition que prétend suivre Gdf, ce MS porte non pas vers, mais verz ! C'est donc en imprimant à ses matériaux un triple gauchissement que Gdf parvient à classer vers (sic) hiaumes à l'article vair. Cet article débute ainsi (Gdf 8, 135a) : "VAIR, veir, vaer, vert, var, adj.", mais le corps de l'article ne comporte aucune graphie vert (il eût fallu écrire ver, non vert, parmi les variantes possibles de vair) ; et en toute logique, on lira dans Gdf 8, 208a : "1. VERT, voir VAIR". C'est ainsi que le présent colloque alléguera l'"hésitation" de la "littérature coloriste du temps", où "tout le monde" (bigre !) aurait "confondu vair et verd" ; cela, sur la seule foi d'un dictionnaire en l'occurrence bien peu fiable25. Il est vrai que Gdf n'est pas le seul à commettre cette confusion. A. Ott écrit à propos de vair (varius) :

  • 26 Ott, Couleurs, p. 49 ; le texte porte Qnand au lieu de Quand. On aura noté que la rubrique ne cite (...)

"Quand en parlant d'épées ou de heaumes, on dit qu'ils sont vairs, on entend par là les reflets de toutes les couleurs de l'acier poli. Puis fremerent es ciés les vers elmes brunis. (Aiol, 4710 ; Gui de Nant., 979.)
Les escus vers et les elmes luisant. (Huon, 1101.)
Mainte (lance) bandee et mainte vaire. (Erec, 2146.)"26

17Mais il est évident que le système graphique des exemples d'Aiol et de Huon permet d'interpréter vers comme une graphie de verz ; il en va de même pour l'attestation de "Gui de Nant.", que l'on peut lire aujourd'hui dans Gui de Nanteuil TLF, 980 : Ne leur ont pas lachié les vers elmes d'achier ; en ce qui concerne les lances vaires, on a montré que l'adjectif ne se rapporte pas à leur partie métallique.

  • 27 Voir infra note 89.
  • 28 Gay 2, 438a. On doit également ôter des articles "vair (cheval)" et "vair (yeux)" du même dictionn (...)
  • 29 Consulter mon édition de Parise, passim.
  • 30 Mais le moyen français a pu écrire vert pour vair dans le cas de la fourrure voir Gay 2, 438, repr (...)

18Enfin, l'article varius du FEW 14 apporte la caution de son prestige à un amalgame que rien justifie : "afr. vair 'changeant, luisant', en parlant de l'acier qui reflète". Selon le FEW, pris en ce sens, le mot présenterait en ancien français les graphies vair, ver et vert, et le dictionnaire produit les sources que voici : les Fet des Romains (je n'ai pas accès à l'édition suivie par le FEW, mais j'ai toute raison de penser qu'il s'agit là d'une référence aux attestations de vert heaume données infra, voir note 66), Ott et Gdf (dont nous avons examiné la validité !) et le Glossaire archéologique de Gay. Ce dernier écrit : "Par extension, ce mot [vair] s'applique aussi à tout objet brillant", et d'illustrer cette affirmation par un vert elme de Fierabras, par une occurrence de heaumes verz de la Chronique des ducs de Normandie27, et, entre ces deux exemples, par un réjouissant mantiel /./ Plus vers que n'est fuelle de col, tiré du Roman de la Violette28. Le FEW a donc eu bien tort, comme souvent29, de suivre aveuglément ses sources, car aucune ne produit d'objet d'acier qui soit qualifié, en toutes lettres, de vair ou de ver ; bien au contraire, elles ont pour la plupart divagué à propos de verz heaumes30.

19Or, dans "vert heaume", l'épithète provient bien de viridis, non de varius. C'est ce que prouvent en principe trois séries de faits : les cas où l'adjectif est placé en fin de vers, les graphies des manuscrits, et l'existence de qualifiants du mot heaume où apparaît le radical verd-.

  • 31 Passage du MS BN fr. 1622, de Gerbert de Metz, selon les éditeurs de Raoul de Cambrai SATF, qui le (...)

20Passons rapidement sur la première "série", qui se réduit à un seul élément : on a vu que les chansons du corpus restreint ne présentent jamais l'adjectif en fin de vers ; en dehors de ce corpus, je ne l'ai trouvé jusqu'ici qu'une fois dans cette position, .CCCC. homes, chascuns destrier covert, Le vont suiant a helme rouge ou vert, dans une version de Gerbert de Metz31 ; mais, outre que cet exemple est tout à fait isolé, nous verrons qu'un heaume /./ vert n'est pas nécessairement la même chose qu'un vert heaume.

  • 32 Le glossaire de Saragosse s. v. vert omet l'attestation du v. 187 ; l'"Index des mots [r]elatifs à (...)

21Examinons donc les graphies de notre épithète dans les manuscrits. Si vert, et à la forme en s, verz (vertz pour le provençal, vers pour les manuscrits tardifs ou picardisants), placé devant "heaume" représentait varius, on s'attendrait à rencontrer la forme non marquée sous les graphies vair, puis veir, ver, dialectalement var pour le français et, pour le provençal, vair, vaire, var ; de même, à la forme en s, on attendrait vairs etc. (vers étant éventuellement ambigu : voir supra). Je n'ai jamais rencontré une seule de ces graphies, à l'exclusion de quelques occurrences de ver, lesquelles peuvent fort bien représenter vert sous la plume des copistes qui les ont écrites : il s'agit de ver hiaumes de Raoul de Cambrai SATF 476 (or, dans ce passage, le scribe omet souvent t final après r : voir ibid. p. xxx), et de ver elme de Saragosse 187 (mais le copiste fait un usage assez capricieux de t final, il écrit par ailleurs vert elme 112 et 751, et surtout, ver pour varius est peu vraisemblable dans un MS provençal)32.

  • 33 Voir note 30. Cf. encore l'article vert de Foulet, Glossary et Saragosse p. 58, où sont mentionnés (...)

22L'absence de graphies telles que vair, veir etc. devant heaume est d'autant plus probante que la confusion entre vair et vert a parfois été relevée ailleurs que dans notre syntagme33 et que les textes français du corpus restreint qui présentent des occurrences de vert heaume (que le cas soit marqué ou non) connaissent encore tous l'ancienne graphie ai au lieu du e simple qui en résulte, même s'ils utilisent parfois la graphie simplifiée ; bien plus : il leur arrive d'employer le mot vair, écrit ainsi et issu de varius, dans d'autres contextes : cf. les yeux vairs de Roland C 394, 2783, de Roland P 1388, d'Orange Al 257, 280, de Parise 1157, et consulter la note 516 de Huon.

  • 34 Voir infra notes 76 et 77 ainsi que les passages les appelant.

23Si l'argument tiré des graphies laissait sceptique, on ne peut réfuter le témoignage de syntagmes tels que "heaume qui verdie" (ou "qui verdoie") et "heaume verdoyant". Or il s'en trouve, en fin de vers ; le premier dans Enfances Guillaume 1462, Fierabras 1007, Gaydon 1742, Roland C 5648, Maugis 3522 ; le second dans Enfances Guillaume 3100, Otinel 1214, Maugis 1648, ainsi que dans un roman, Palerne 6882 ; nous revenons aux chansons avec l'elme qui aloit verdoiant de Huon 1177 et le hiaume, qui luist et verdoia d'Aliscans Rolin 1216. De ces occurrences de verdoiier, le FEW ne connaît (si l'on peut dire) que celles des Enfances Guillaume34 ; elles sont toutes absentes des articles de Gdf traitant les mots commençant par verd- ; Ott, Couleurs, signalait pour sa part (pp. 139 et 141) les attestations de Fierabras, Otinel et Palerne. Certes, comparées à celles de vert heaume, ces attestations ne sont pas très nombreuses : le corpus restreint n'en fournit que deux (tirées de Huon et de Roland C), alors que s'y trouvent une bonne soixantaine de "verts heaumes". Elles n'en sont pas moins parlantes.

24Voilà donc des heaumes verts et verdoyants. Mais de quelle façon ?

  • 35 C. Enlart, Manuel d'archéologie française /./, t. III (non t. II, comme l'indique E. Martin-Chabot (...)

25E. Martin-Chabot affirme à propos de vertz elmes que "la couleur verte leur était donnée par un vernis" (Croisade albigeoise, t. 3, p. 249), en alléguant Enlart. Ce dernier écrit en effet que "dans la seconde moitié du xiie siècle", on pouvait protéger les mailles des hauberts "par des vernis diversement colorés", sans toutefois produire aucune source35.

  • 36 Voir n. 1. Cl. Régnier conserve inchangée sa note au v. 945 d'Orange A1 jusqu'à l'édition de 1987 (...)
  • 37 Mais les attestations de Maugis 1648 et 3522 sont curieusement absentes de l'article verdïer du gl (...)

26Pour P. Ruelle, pour Cl. Régnier qui le suit36 ? pour Ph. Vernay qui cite Cl. Régnier (note au v. 3522 de Maugis37), il s'agit de peinture.

27P. Ruelle allègue l'autorité de Viollet le Duc pour rappeler que "les heaumes étaient ordinairement peints".

  • 38 L'éditrice imprime painture.
  • 39 Déjà relevé par Schultz, HöfLeben 2, 58.
  • 40 Enfances Renier 9833 ; il est vrai que les croix pourraient être en relief, ou même surmonter les (...)
  • 41 Voir note 31.
  • 42 2094-2095 ; je modifie la ponctuation de l'édition (voir aussi n. 63) ; cet exemple est cité par P (...)
  • 43 Cf. Si fiert Hardré sor son elme luisant, Que flors et pierres contreval en descent (Ami 1564-5), (...)
  • 44 "Les souliers de la duchesse /./" ; ces Mélanges sont sous presse depuis quelques années.
  • 45 "Meler. 5938" selon Schultz, HöfLeben 2, 58.

28Les textes témoignent parfois que les casques pouvaient en effet être revêtus d'une couche de couleur (cf. hiaume painturé38 d'Enfances Renier 3858, elmes pintatz39 de Navarre 2335), et que la peinture se répartissait souvent en motifs soit purement décoratifs, soit qui représentassent les armes du guerrier : aux exemples tirés des littératures française et allemande réunis par Schultz, HöfLeben 2, 59, on ajoutera A crois vermeille sont li hiaume d'acier40 et l'iaume point a flor d'Ami 1655 et 1679, sans oublier .CCCC. homes /./ Le vont suiant a helme rouge ou vert de Gerbert41, et Maint hiaume, de fer et d'acier. Tant vert, tant giaune, tant vermoil d'Erec CFMA42. Même si les fleurs des casques étaient souvent constituées d'applications en relief, puisqu'il s'en détache, avec des gemmes, sous les coups d'épée43, même si le radical de pingere a pu désigner autre chose que de la peinture, comme j'en fais la remarque dans ma contribution aux Mélanges R. Arveiller44, il n'en reste pas moins que les attestations rassemblées ci-dessus paraissent pouvoir s'interpréter, sans que l'on sollicite exagérément les textes, comme des témoignages de la peinture (ou du vernissage, ou de l'émaillage) des casques. Et qu'ils fussent parfois colorés en vert, c'est ce que montrent les exemples d'Erec, de Gerbert de Metz, et, semble-t-il, un helmes /./ Daz was sô grüen cité par Schultz45.

  • 46 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.
  • 47 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.
  • 48 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.
  • 49 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.

29De leur côté, les sources iconographiques confirment l'existence de casques peints. Citons, parmi beaucoup d'autres : les miniatures du Carmen de bello Siculo d'un manuscrit de Petrus de Ebulo "exécuté en 1195-1196" selon P. Martin, Armes et armures46, p. 31 (voir ibid., p. 95) ; des fresques du 13e siècle qui se trouvent à Barcelone et partiellement reproduites aux planches II et III de M. de Riquer, Arnès del cavaller47 ; la Bible de Maciejowski, "œuvre française, vers 1250", indique V. Norman, Arms48, p. 25 (voir ibid., p. 24) ; plus tard, un manuscrit des Chroniques de France de la "seconde moitié du xive siècle", présente des "chapels de fer peints mi-parti en rouge et bleu" (cf. P. Martin, Armes et armures49, p. 58).

30Sur toutes ces images, il convient de le souligner, les teintes des casques ne procèdent pas simplement d'un désir qu'auraient les peintres de les opposer mutuellement en faisant "chanter" leurs tableaux ; au contraire, ceux-ci font preuve d'un certain "réalisme" de coloris qui se déduit en particulier des autres armes ou de la robe des chevaux. Nous voyons donc là des dizaines de casques et, s'ils conservent parfois l'aspect du simple métal, ils apparaissent aussi bien souvent peints, de façon fort variée : ils sont compartimentés, ou sont ornés de motifs, ou encore se trouvent tout unis, bleus, bruns, jaunes, rouges, verts, parfois. Bref, nous voilà loin du heaume épique, invariablement doré ou vert.

31Ce qui appelle les réflexions suivantes. Si d'un côté les images et de l'autre l'épopée présentent des casques dans l'ensemble si différents, c'est que les deux genres de documents ne relèvent pas de la même esthétique, et il est vain de vouloir les éclairer les uns par les autres. Contentons-nous de décrire l'agencement des éléments à l'intérieur de chaque système de représentation.

32L'on se doute, que, m'interrogeant à l'origine sur le sens de vert dans vert heaume, je ne puis me résoudre à ne pas projeter sur cette teinte singulière la lumière de sources différentes de celles de la fiction littéraire. Toutefois, une approche que je qualifierai de grossièrement structurale n'est pas inutile : comme on le verra, la prise en compte du fonctionnement du syntagme à l'intérieur du genre épique infléchit singulièrement le sens que l'on peut prêter à vert.

  • 50 Voir Norman, Arms, p. 24 (les références de l'ouvrage sont données note 125). Dans un groupe serré (...)

33Revenons d'abord aux casques des images en couleurs, en les situant dans leur contexte. Soit, l'on trouve quelques casques verts parmi d'autres teintes de casques, et dans ce cas, le vert s'explique parce que le peintre a voulu contraster les couleurs (c'est ce qui se produit dans la Bible de Maciejowski50) ; soit, les casques verts abondent.

  • 51 P. Martin, Armes et armures, p. 13 (voir références note 125).
  • 52 Voir R. Lejeune et J. Stiennon, La légende de Roland dans l'art du Moyen Age 1 (Liège 1966), 55.

34Ce cas ne paraît pas le plus fréquent et semble pouvoir s'expliquer aisément. Ainsi, la tapisserie de Bayeux offre aux regards de nombreux casques verts, à côté d'autres dans différentes nuances de bruns ; c'est que les teintes s'accordent superbement : les cottes de mailles aussi, sont vertes ou brunes, et il en va de même pour les chevaux. Une miniature du Psautier d'or de Saint-Gall, représentant un "armement des environs de 89051" comporte des casques exclusivement verts ; mais le peintre ne dispose que de cinq teintes : la couleur naturelle du parchemin, un brun-jaune, deux rouges, le vert ; une heureuse conjonction entre les exigences d'une palette réduite et un souci d'effet esthétique (vert contre rouge) paraît être à l'origine de la couleur des armes. Telle miniature du Codex Calixtinus de Saint-Jacques-de-Compostelle52 rehausse de touches vertes l'ensemble des casques : les teintes de cette miniature sont peu nombreuses, et le même vert y est encore utilisé pour les étoffes et les chevaux.

35Mais pourquoi un poète ne serait-il pas libre de multiplier les couleurs ? Les verz heaumes s'en tiendraient-ils à la réalité des faits ? Sinon, quelles règles, quelles contraintes peuvent bien régir la couleur du heaume épique ?

36Effleurons tout d'abord l'hypothèse "réaliste" : le vert du heaume épique répondrait au vert du casque réel. Une chose est certaine : nous venons de le voir, miniatures et fresques sont loin de présenter des casques uniformément verts ou dorés, contrairement à ce qui se produit dans l'épopée. Mais qui nous assure que la peinture est plus proche du réel que la fiction littéraire ? Il convient de rechercher des sources qui se tiennent au plus près des faits.

  • 53 Villehardoin, paragraphes 155, 156 et 469, où l'auteur signale chaque fois que les heaumes sont "l (...)
  • 54 Cf. Philippe de Navarre p. 59.
  • 55 Voir appel de la note 68.

37Les chroniques paraissent tout indiquées. Par malheur, les chroniqueurs ne s'intéressent guère à la description des armes, et surtout, je le confesse, je n'ai pu mener mon enquête sur un nombre élevé de textes. Tout ce que je puis dire, c'est qu'il se rencontre à l'occasion (rarement, à vrai dire) des heaumes chez Villerhardoin53, chez Philippe de Navarre54, mais de vert heaume, point. Par ailleurs, si vert heaume est plus qu'une simple formule, il est licite d'interroger également des chroniques latines. Il y a bien des casques dans celle de Guillaume le Breton (la seule que j'ai utilisée pour les présentes recherches) ; jamais ils ne sont virides ! Or, cela ne signifie pas que le vert fût absent des armes des chevaliers, puisque la chronique d'Ernoul attire notre attention sur un guerrier combattant précisément sous cette couleur55.

  • 56 C'est le cas dans Roland Primat (où le mot "heaume" se lit p. 77).
  • 57 Voir le troisième paragraphe du présent article. Toutefois, on ne trouve pas de vert elme dans Nav (...)

38Ce que l'on peut conclure, et sous bénéfice d'inventaire, de cette trop rapide confrontation entre chronique en prose et épopée, c'est que la première ignore le vert heaume. Se vérifie ainsi une notion à vrai dire bien peu nouvelle, à savoir que genre littéraire et formes d'écriture sont intimement liés. (Par exemple, la chronique en prose, même si elle rapporte des faits entrés dans la légende, n'utilise généralement pas de vert heaume56 ; la chanson de geste, même quand elle relate des faits historiquement proches, comme la Croisade albigeoise, en parsème ses laisses57.) Il se précise donc que le syntagme relève plus nettement du genre épique que d'autres genres littéraires.

39C'est pourquoi on en vient à formuler un souhait un peu fou, mais qui s'insère tout naturellement parmi les interrogations que suscite le syntagme : ce serait de pouvoir situer la place de vert heaume dans l'ensemble de la production littéraire médiévale.

40Sur la voie de cet ambitieux projet (que je ne réaliserai pas), je me propose tout du moins de repérer les verz heaumes dans cet autre grand genre narratif des littératures médiévales d'oc, et surtout d'oïl : le récit ou roman en octosyllabes.

41Les verz heaumes n'y sont pas totalement inconnus, puisque l'honnêteté m'oblige à en signaler quelques-uns ; mais, en règle générale, les narrations de ce type n'en abritent guère.

  • 58 On retrouvera ces heaumes de Fergus à l'article heaume de TL et dans Navarre, p. 536 et p. 579 (je (...)
  • 59 On retrouvera ces heaumes de Fergus à l'article heaume de TL et dans Navarre, p. 536 et p. 579 (je (...)

42Voici donc les exceptions : verz heaumes dans Troie SATF 8410 (et peut-être, heaumes verz gemez, ibid., 10647), vert elme gemé de Floriant 5340, vert elme qui luisoit et vert elme d'acier burnis dans Fergus58. (On aura remarqué dans tous ces textes l'abondance des qualifiants traditionnels du heaume : il est encore dit dans Fergus "à fleur" et "de Pavie59".)

43Les "exceptions" précédemment signalées n'appartiennent pas au corpus restreint, qu'il convient maintenant d'examiner. Dans ce corpus, le genre littéraire qui nous intéresse en ce moment est bien représenté (contrairement à ce qui se produisait pour les chroniqueurs), et le résultat du dépouillement pourra être considéré comme solide.

44La seule attestation de "vert heaume" à l'intérieur des romans et récits en octosyllabes du corpus restreint se trouve chez Guillaume de Lorris : il en sera question plus tard.

  • 60 Quand le vert apparaît dans ces contes, il qualifie autre chose que des armes.
  • 61 Voir appel de la note 42.
  • 62 Voir appel de la note 62 et ajouter Ses iaumes fu a un vert coing, Raguidel 372.
  • 63 Plus un heaume d'une chanson citée dans Guillaume de Dole ; il n'est pas vert.
  • 64 Après Erec, on continue de trouver des heaumes dans les romans de Chrétien, mais plus jamais accom (...)
  • 65 Dans Guillaume de Dole, au contraire, aucun adjectif stéréotypé ne s'adjoint au mot heaume, malgré (...)

45Voici quelques détails sur les autres textes. Rappelons pour mémoire qu'il n'y a pas un seul heaume chez Béroul, ni chez Thomas, ni dans les Lais de Marie de France, ni dans Guillaume d'Angleterre60. Pas de vert heaume dans l'ensemble de la copie Guiot de Chrétien, (qui offre cependant des heaumes colorés61, et qui comporte une soixantaine d'occurrences du mot heaume), ni dans Jaufré (voir plus bas un choix d'attestations), ni dans Méraugis, ni dans la Vengeance Raguidel, textes qui fournissent respectivement une dizaine et une quinzaine d'attestations du mot heaume, et dont le dernier offre en outre des casques bien intéressants62. Descendons dans le 13e siècle. Toujours pas de vert heaume parmi les 14 occurrences de heaume de Guillaume de Dole63 ni parmi les 17 occurrences du mot de Galeran de Bretagne. Cette absence est d'autant plus notable que certains auteurs qualifient généreusement leurs heaumes d'épithètes stéréotypées, à commencer par Chrétien, qui les accumule dans Erec, son premier roman (hiaume brun 715, hiaumes bruns 766, hiaumes bruniz 2926, hiaume cler et reluisant 3674, hiaumes luisanz et clers 5731)64, en continuant avec Jaufré (lusen 2770, agut, Clar e forbit 8338-9, clar 9870), et en terminant avec Galeran (heaulme cler 5562, cler heaulme 5786, luysant heaulme 4907, heaulme qui a or luist cler 4687, Les heaulmes que ilz ont dorés 5798)65. Enfin, au début du 14e siècle, toujours pas de vert elme dans Guillaume de la Barre, où pourtant les combats ne sont pas rares.

  • 66 Raguidel A 3159 ; M porte Ses cevax ert noirs con corbiax, moins bon dans le passage, car les deux (...)

46Puisque le heaume du roman ou récit en octosyllabes n'est pas vert, quelles sont donc ses couleurs ? De fait, tout comme le heaume épique, le heaume romanesque du corpus restreint se caractérise visuellement par le poli, le brillant, la dorure, les pierreries. Dans le roman en octosyllabes, il est exceptionnel que des couleurs proprement dites s'attachent à l'armement de tête : sauf erreur, je n'en ai relevé qu'en deux endroits. Le premier, Sor son elme estoi (sic) .i. corbiaus est d'ailleurs sujet à caution à plus d'un titre : les MSS divergent, la couleur (noire) n'est qu'implicite, et, plutôt qu'un oiseau peint, il se pourrait que le casque portât un cimier66. Le second est net ; il s'agit de Maint hiaume /./ Tant vert, tant giaune, tant vermoil d'Erec déjà cité (voir n. 42), qui se trouve dans un passage où Chrétien répand les couleurs à profusion, sur les étoffes, sur les chevaux, sur le bois des armes et sur leurs parties métalliques :

  • 67 J'interprète ce vers comme construit apo koinou ; on pourrait aussi modifier la ponctuation ; au m (...)

La ot tante vermoille ansaigne,
et tante guinple et tante manche,
et tante bloe, et tante blanche,
qui par amors furent donees ;
tant i ot lances aportees
d'azur et de sinople taintes,
d'or et d'argent en i ot maintes,
maintes en i ot d'autre afeire,
mainte bandee, et tante veire ;
iluec vit an le jor lacier
maint hiaume, de fer et d'acier ;
tant vert, tant giaune, tant vermoil67,
reluire contre le soloil ;
tant blazon, et tant hauberc blanc,
tante espee a senestre flanc,
tanz boens escuz fres et noviax,
d'azur et de sinople biax,
et tant d'argent a bocles d'or ;
tant boen cheval, baucent et sor,
fauves, et blans, et noirs et bais.
(Erec CFMA 2084-2103.)

47Chrétien est éblouissant. Mais, rappelons-le, en dehors de ces passages et dans le corpus restreint, le heaume du roman en octosyllabes, lorsqu'il est teinté, ne revêt que la couleur de l'or. Ainsi, le genre romanesque, qui paraît pourtant affranchi des contraintes de la formule, n'exerce pas pour autant de liberté créatrice au plan des couleurs, du moins en ce qui concerne le couvre-chef martial : il en va là comme pour d'autres descriptions, telles les portraits, dont les éléments obligés (yeux vairs, cheveux blonds etc.) se répètent partout ; pour le heaume, ce qui se répète, c'est l'absence de vert, de sorte qu'une fois encore, le vert heaume se révèle comme éminemment épique.

48Si tel est bien le cas, nous voici embarqués vers une nouvelle énigme : comment rendre compte des verz heaumes qui se rencontrent ailleurs que dans la chanson de geste ?

49A mon sens, l'apparition du syntagme dans des textes non épiques ne peut que trahir un jeu, plus ou moins conscient, d'emprunts, de citations, de collages, bref, de second degré, au sein de la production littéraire.

  • 68 Pour Troie, Floriant et Fergus, se reporter au passage précédant l'appel de la note 55.
  • 69 Lancelot 2, p. 157. Je dois à l'obligeance de M. de Combarieu, que je remercie, à la fois la citat (...)

50Mettons à part les verz heaumes et heaumes verz de Troie, qui s'expliquent peut-être parce que nous sommes là dans un de nos premiers romans, dont la technique est encore influencée par la chanson. Mais, relus à la lumière des verz heaumes qu'ils recèlent, Fergus et Floriant68, moins anciens, se découvriraient sans doute plus surprenants que maladroits. Souvenir littéraire, à n'en pas douter, que l'unique vert heaume du Lancelot en prose : beaucoup plus qu'une touche de couleur, il introduit une note épique, soutenue par le rythme : et li lacent el chief un vert hialme d'acier (dur, ajoute le texte, dissimulant ainsi l'alexandrin originel)69. Je gage que dans ces œuvres, une mise en perspective des verz heaumes dans leurs contextes ne saurait manquer d'enrichir (si peu que ce soit) l'histoire des rapports entre roman et épopée.

  • 70 Fet des Romains, respectivement p. 492 et 661. Merci à H. Charpentier des multiples informations e (...)

51Je n'ai pu me livrer à cette étude pour ces quatre textes, mais je suis plus à l'aise pour les trois qui viennent. Dans la prose des Fet des Romains, qui date de 1213, les deux seules occurrences de vert heaume figurent dans des passages où l'adaptateur, brodant par rapport à ses sources latines, introduit de grandioses descriptions de combats rehaussées des formules rythmiques de la chanson de geste française, au nombre desquelles un vert hiaume gemé, et les vers hiaumes aguz70 : on consultera sur ce point la communication d'H. Charpentier au présent colloque. Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris ne comporte qu'une occurrence de heaume ; or, elle entre dans notre syntagme : c'est qu'on entend remémorer des combats glorieux : Maint vert hiaume i ot descerclé, Et percié maint escu bouclé (Rose 1185-6) ; le héros en est un chevalier dou lignage Le bon roi Artu de Bretaigne, lequel Fu venuz d'un tornoiement, Ou il ot fete por s'amie Mainte joste et mainte estormie (Rose 1174 sqq.) : par le biais des verz heaumes (et des escuz bouclez), le ton épique s'unit à la fiction arthurienne, au sein d'un aimable roman pourtant bien éloigné de l'un et de l'autre. Enfin, nous avons vu fleurir dans Erec les épithètes traditionnelles du heaume, sans toutefois y rencontrer notre syntagme ; qui sait si le Maint hiaume /./ Tant vert d'Erec CFMA 2094-5 n'est pas, de la part de Chrétien, un retournement, une dislocation, une expansion malicieuse de la formule épique ?

52Ainsi donc, l'étude d'un seul élément, la couleur des casques, nous conduit à mettre en évidence certaines règles d'apparition de cet élément dans les textes et certaines possibilités de jeu qu'offre l'existence même de la règle. Mais cette étude reste minimale. Nous l'avons vu, dans le cas de sources peintes, le chromatisme des heaumes ne s'explique pas si l'on décide d'ignorer les autres couleurs du tableau où ils se trouvent.

53Les sources écrites exigeraient une mise en contexte similaire.

54Mon corpus "restreint" est vaste, et par ailleurs, le présent colloque fait une part assez large à des monographies sur les couleurs de tel ou tel texte. M'autorisant abusivement de ces circonstances, je m'en tiendrai à l'examen des armes : quelles sont leurs teintes, comment le heaume s'harmonise-t-il avec elles ?

  • 71 Voir par exemple Méraugis 5386, Raguidel 590, Charrette 5714, Perceval 2594, Cligès 4677. Cf. le t (...)

55Là encore, roman et épopée se séparent, et sur deux points, du moins dans le corpus restreint. D'une part, le roman singularise volontiers ses protagonistes par la couleur de leurs armes (l'on rencontre ainsi des blancs chevaliers, des noirs chevaliers, des chevaliers vermeils71), procédé auquel la chanson de geste du même corpus ne recourt pas ; d'autre part, dans l'un et l'autre genre, la couleur de l'armement se répartit sur les écus, de préférence à tout autre élément ; or, les couleurs, le décor des écus paraissent beaucoup plus variés et inventifs dans le roman que dans la chanson.

  • 72 Chronique d'Ernoul /./ publiée par M.L. de Mas Latrie, Paris 1871, p. 237. Je remercie H. Charpent (...)
  • 73 Cf. Méraugis 5385, Raguidel 2978, 3156, Charrette 5643, 6026, Cligès 4761, 4816, 4822.

56Revenons sur ces deux points. Notons d'abord que les chevaliers monochromes, pour être fréquents dans les romans, n'en reflètent pas moins des pratiques effectives : c'est ainsi que le chroniqueur Ernoul, relatant des événements de 1187, nous parle d'un chrétien appelé "le Vert Chevalier" par les Sarrasins car il portoit vert armes ; et il portoit unes cornes de cerf sour son hiaume toutes verdes. Et seoit sor I grandisme cheval chouvert de vert72 (deux siècles avant le célèbre Green Knight du roman anglais !). Curieusement, dans mes romans, le heaume des chevaliers monocolores n'est jamais dit noir, blanc etc : la couleur des armes se concentre en fait sur leur monture et leur bouclier73, et la monochromie qu'évoquent les groupes "blanc chevalier", "noir chevalier", ou "chevalier vermeil" repose parfois plus sur le pouvoir des mots que sur le détail de l'armement.

  • 74 Je ne l'ai trouvée que dans les passages appelant les notes 62 et 63.
  • 75 Cf. Erec 2097, 3675, 5793, Cligès 4891, Yvain 870, Charrette 3613, Raguidel 1126. Sur le sens de " (...)

57Si l'on quitte les chevaliers monochromes pour l'ensemble des chevaliers de mes romans, la situation est la suivante : les heaumes sont polis, étincelants, dorés, mais la couleur véritable est exceptionnelle74 ; la seule "teinte" des hauberts est le blanc (mais il faut comprendre "brillant75"). C'est sur les boucliers qu'éclatent couleurs et fantaisie ; outre l'or, qui foisonne, on s'emplit le regard de vermeil ou de rouge (Méraugis 4453), de vert (Charrette 5785-6), de bis (Charrette 5795), de jaune (Erec 3603), d'azur (Charrette 5787, Perceval 4728, Guillaume de Dole 71), de noir (Méraugis 4453), les couleurs pouvant se combiner entre elles et se répartir en motifs variés : lion (Guillaume de Dole 70, Cligès 4741, Charrette 5795), liepart (Charrette 5786), aigle (Galeran 4747), serpent (Méraugis 4453), faisans ou porte (Charrette 5790, 5800).

  • 76 Une cinquantaine d'occurrences de blanc hauberc dans les chansons du corpus restreint. Deux except (...)
  • 77 Escu a lïon : Roland P 169, 3530, 6365, Roland C 1715 etc., Ami 215 etc., CorLo CFMA 970, 2123 ; v (...)

58La chanson de geste est plus sobre : comme dans le roman, la seule "couleur" du haubert est le blanc76, mais, à la différence de ce qui se produit dans le roman, le bouclier est assez peu varié, surtout dans les chansons antérieures au 13e siècle : l'or brille aussi, mais y dominent l'escu a lïon ou la vermeille targe, qui remplissent tant de fins de vers77.

  • 78 Voir références dans le présent colloque, article de F. Dubost, note 22.

59Répétons-nous, et récapitulons les couleurs des armes du corpus restreint. Dans le roman, le heaume est brillant ou doré, le haubert blanc, l'écu se pare de toutes sortes de teintes ; dans l'épopée, le heaume est brillant, doré, ou vert, le haubert blanc, l'écu, plus varié, est souvent vermeil. Le vert de notre syntagme devient plus singulier encore : les preux des chansons seraient-ils donc tricolores, et que la dignité le cède à la bizarrerie ? Ou bien, relisons blanc, rouge, vert ; mais naturellement, tripartition symbolique, Indo-Européens dans toute leur splendeur, Dumézil Albati, russati, virides78, et en route pour les Théories Grandioses ! Je ne puis m'aventurer sur cette voie, mais un fait demeure : dans de nombreuses épopées, l'aspect visuel des pièces maîtresses de l'armement défensif est évoqué au moyen de trois mots qui peuvent se comprendre comme traduisant trois couleurs (car si un métal blanc est un métal "brillant", il n'en reste pas moins que, de façon générale, blanc signifie "blanc").

  • 79 Cf. le passage correspondant aux notes 23 à 30 du présent article.
  • 80 J. Blanchard et M. Quereuil dans leur traduction d'Ami (Paris 1985) adoptent les vues de P.F. Demb (...)
  • 81 Mais le verbe de elme verdoiant d'Enfances Guillaume 3100 n'est pas consigné dans le glossaire de (...)
  • 82 Comparer FEW 14, 511a (sur verdoyer) et la note 105 et ce qui l'appelle.

60A ce qu'il me semble, cet aspect bariolé a pu gêner certains philologues, bien que cette gêne ne soit pas explicite. Nous avons vu Gdf, Ott, Gay et à leur suite le FEW littéralement substituer vair à vert79. D'autres biaisent. C'est ainsi que P.F. Dembowski rend l'adjectif de notre syntagme par "poli, luisant" dans le glossaire d'Ami80, et que le verbe de elme ke verdie des Enfances Guillaume 1462 est traduit "reluire" par l'éditeur81 ; l'article viridis du FEW entérine cette interprétation ("Afr. 'reluire' EnfGuill"), ce qui nous vaut la seule occurrence du sens de "reluire" appliqué à verdoyer que donne cet article du FEW (lequel propose par ailleurs un autre sémantisme pour vert de vert heaume)82.

  • 83 Voir les articles du FEW 15 et de TL 1, Parise, note au v. 1866, ainsi que la note 38 de ma contri (...)
  • 84 Voir supra note 19, FEW 15, 306 sqq., Siebel, Harnisch (référencé infra, n. 125), p. 161, le franç (...)
  • 85 Dans le cas de brun, on a pu proposer deux étymons correspondant aux deux sens de "sombre" et "pol (...)

61Vert viendrait de la sorte rejoindre blanc et brun dans le groupe des adjectifs traduisant tantôt la couleur et tantôt l'éclat. Mais, alors qu'il est facile de justifier pour blanc le sens de "éclatant", qu'attestent contextes et dérivés83, si l'on peut prêter à brun les sens de "fourbi", "brillant" qu'attestent (de nouveau) contextes, dérivés, ainsi que des emprunts faits par d'autres langues à l'ancien français84, il ne semble pas que, touchant le mot vert, on puisse rien exploiter de cette façon : il n'existe pas d'emprunts à l'ancienne langue qui développent des sens liés à la notion de briller, les dérivés ne traduisent que l'idée de "vert" (on ne fait pas verdir ("polir") son heaume ou son épée comme on les fait brunir), l'étymon viridis signifie "vert", sans plus85, et l'étude des contextes de vert heaume est loin de fournir des arguments décisifs en faveur du sens de "luisant".

62Pour faire admettre que vert heaume, heaume verdoiant etc. se réfèrent à autre chose qu'une couleur, il suffirait que se rencontrent auprès de ces syntagmes des qualifiants qui traduisent sans ambiguïté possible une teinte autre que le vert, en somme qu'il existât des groupes tels que vert heaume vermeil ou vert heaume doré, ou encore roge elme qui verdoie. Mon corpus restreint ne comporte rien de tel (il va de soi que vert heaume bruni n'entre pas en ligne de compte). Il s'est toutefois présenté, en dehors de ce corpus, un groupe de mots similaire à ceux qui viennent d'être énumérés. Il s'agit d'un vert elme d'or mier, en variante à Girart de Vienne, DH 749 et B 2921 ; mais en ces endroits, le texte édité, fondé sur le MS G, porte vert elme a or mier, et les autres variantes sont vert hiaume vergé S 749 et vert hiaume d'acier DHS 2921. Soit, en effet, vert ne signifie plus "vert", soit les auteurs de la variante vert elme d'or mier écrivent n'importe quoi. On peut aussi combiner les deux hypothèses. Je retiendrai la seconde, vu le nombre tout à fait réduit des occurrences du syntagme vert elme d'or mier.

  • 86 Vert heaume bruni : Buevon de Conmarchis 2277, 2701, Ami 1738, Aye 1102, Aymeri 4123, Mort Aymeri (...)

63Par ailleurs, on trouve à foison, en des textes nombreux, les groupes vert heaume bruni et, ce qui est plus important (car bruni peut simplement signifier "poli", et pas nécessairement "brillant"), vert heaume luisant86 ; même si d'aucuns écrivent mal (j'ai exploité à l'instant cette "aptitude" à propos de vert elme d'or mier !), il est peu vraisemblable que tant d'auteurs soient si mauvais qu'ils encadrent leurs heaumes de deux épithètes quasi synonymes, et que vert signifiât bruni ou luisant de l'ancien français.

64Comment des philologues en viennent-ils donc à "déverdir" les heaumes ?

65Ont pu jouer, outre le sémantisme de brun et de blanc, le contenu de certaines variantes de vert ou de verdoiier, le fait que vert heaume soit senti comme un syntagme figé (du coup, la référence à une teinte précise ferait place à la simple notion de brillance), enfin, de façon plus subtile, la conscience que l'on peut prendre de la fonction du syntagme au sein de motifs épiques.

66Reprenons tous ces points.

67Sur le premier, commenté à plusieurs reprises (voir entre autres les notes 78, 79, 80), il est inutile de s'appesantir.

  • 87 Cette éd. omet malheureusement les var. de 5 MSS.
  • 88 Comparer Aliscans APF 1272. Je n'ai pas accès à l'éd. Wienbeck, Hartnacke, Rash de Halle 1903.
    Par (...)

68En ce qui concerne le second, mieux que les variantes de vert (dont au reste traite la section suivante, voir notes 86 et 87), parlent celles de verdoiier. (Je me permets de rappeler que les syntagmes qui comportent à la fois heaume et verdoiier sont réunis plus haut dans le passage qui précède l'appel de la note 34.) Certains textes (comme Palerne) sont contenus dans un seul MS ; certaines éditions ne fournissent que fort peu de variantes (par exemple, on attend encore une bonne édition de Gaydon ou de Fierabras) ; d'autres, au contraire, donnent accès à de nombreuses leçons, ce qui permet de dresser la liste suivante, incomplète, certes, mais parfois éclairante. Dans les Enfances Guillaume87, au lieu de elme ke verdie 1462, le MS C donne elme de Grise, au lieu de elme verdoiant 3100, escu luisant ; à l'eaume qui verdoie de Maugis 3522 correspond dans M l'escu qui flamboie, et dans C, l'eaume qui burnoie ("brille" !) ; enfin, son hiaume, qui luist et verdoia d'Aliscans Rolin 1216 se lit son hiaume qui luist et flamboia dans L88. Pour certains copistes, verdoiier, burnoiier, "luire" ou flamboiier sont donc interchangeables. Nos modernes grammairiens les auront imités.

  • 89 Il serait curieux d'étudier les répartitions de elme et de heaume dans les textes qui connaissent (...)
  • 90 En outre, dans Ronsasvals, elme vert (voir n. 88) ou elme /./ vert 481 apparaissent dans les mêmes (...)
  • 91 Les exceptions sont Parise 1993 et Guillaume 3288, mais sur ce dernier vers, voir le commentaire p (...)

69Examinons maintenant le troisième point. "Syntagme figé", disais-je. Nous l'avons vu (il suffit de se reporter aux notes 16 à 18 et aux passages qui les appellent), vert heaume est beaucoup plus fréquent que bon heaume, fort heaume etc. Il y a plus. Le mot "heaume" de l'ancien français comporte, à volonté, une initiale aspirée ou non (voir Parise p. 94) : théoriquement89, la mesure autorise aussi bien vert heaume que par exemple noir heaume, blanc heaume, jaune elme, roge elme etc. (toutes ces épithètes peuvent se placer devant le mot qu'elles déterminent). Or, de même que doré est le seul adjectif de couleur à suivre le mot heaume, de même, vert est le seul qui le précède. Comme nous l'avons fait pour verdoiier, consultons, lorsque cela est possible, les variantes de vert. Les éditions du corpus restreint établies à partir de plusieurs MSS et permettant de prendre connaissance de toutes les variantes de sens de ces MSS sont les suivantes : CorLo, Nîmes, Saragosse (trois), dans Ronsasvals (deux)90 ; deux chansons, Parise et Guillaume, pratiquent cet usage en six des sept occurrences de vert heaume qu'elles comportent chacune91.

70Replaçons ces verz heaumes de prébataille dans leur contexte. Cela donne.

71Parise :

Il ot chauces de fer, des esperons dorez ;
Un auberc jacerant li ont fait aporter ;
An son chief li lacerent .i. vert hiaume jemé. 491
Et Berangers li fex s'est corus adober
D'auberc et de vert hiaume et de branc acéré. 510
Atant ez le cenbel, a la Nueve Ferté,
De .VIIc. chevaliers, les verz hiaumes fermez 1843
Il deferaient .i. coffre qu'.i. muz ot aporté,
S'an traient les auberz et les iaumes gemez.
Et les espees riches don li pon sont dorez.
Li dui anfant vestirent les blans aubers safrez,
Et lacerent el chief les vers hiaumes jemez. 1867
Clarembauz lor a ceint les bons branz acerez
Li vieuz Clarembauz est an l'estor retornez
Et si fil tuit .xiiii., les verz hiaumes laciez ; 2201
Lors refu li estors durement essauciez.
Atant ez Clarembaut et ses fiz toz rangiez,
Et toz ces de Coloigne, les vers hiaumes laciez ; 2221
An l'estor se ferirent de gré et volanter.

72Saragosse :

Viest en son dors .I. bon auberc saffriet,
D'argant la malha e li riblons d'or mier ;
/./
Lassa en son chief .I. vert elme d'acier, 112
D'aur es lo selcle e.l nasal d'arjent clier
E caussan li los esperons d'arjant.
Viest en son dors .I. alberc jaucerant ;
D'aur en flameja la ventalha e.l pant
/./
Lassa en son chiep .I. ver elme lusant : 187
Mil crestals hi ac que detras que davant
Viest un alberc am las malhas d'acier,
/./
Lassa en son chiep un vert elme d'assier. 751
/./
Pueys li aportan son fort escut bloquet ;
L'asta fon reyda e lo fer fon d'assier,
L'ensenha fon d'un riche blanc sandet.

73L'on pourrait produire de la sorte les autres textes, mais abrégeons.

74Toutes ces séquences évoquent l'éclat. Individuellement ou en troupe, le guerrier en son resplendissement témoigne à la fois de son calme, de ses "moyens", de sa détermination, et le prélude à la tuerie, ce sont les feux de la parade. (Ils iront s'éteignant en notre siècle de kaki et de camouflage.)

75Dans ces conditions, l'on conçoit que certains philologues éblouis aient cru pouvoir prêter au mot vert des sens se rattachant à la notion de brillant.

  • 92 Sur les rapports entre les sens de "aiguiser" et "faire briller" voir le FEW 15, 310a.
  • 93 Saragosse 187 et 488.

76Pour nous, n'oublions pas que la signification exacte de l'épithète nous échappe encore. Mais, quelle qu'elle soit, elle traduit des qualités plus esthétiques que fonctionnelles (quoique la différence entre les deux domaines ne soit pas si tranchée : l'éclat d'une épée bien fourbie est le garant de son efficacité92). Ainsi se dessine dans certains textes une répartition des qualifiants du heaume : l'aspect visuel, "pimpant", prédomine avant le combat, et s'exprime singulièrement au moyen du mot vert ; il s'efface en d'autres circonstances au profit d'autres notations, ce qu'on illustrera de ce simple exemple : Lassa en son chiep .I. ver elme lusant, mais Tal colp li dona sus per l'elme lassiet93.

  • 94 Cf., à propos de Sarrasins avant le combat : Des dur healmes qu'il unt a or sartid, Tres lur espal (...)

77Certes, même avant lé combat, il arrive que le heaume soit qualifié par un terme qui ne se réfère pas à l'esthétique94. Il n'en reste pas moins que les chansons qui réservent notre syntagme aux situations de prébataille sont assez nombreuses. Au point que je proposerais volontiers une règle d'évolution de l'emploi du syntagme au fil des textes et du temps.

  • 95 Respectivement 1154-5 et 2446-7.
  • 96 Des chiés lor ostent les vers elmes gemméz et Dou chief li ostent le vert elme burni.
  • 97 Desoz les coiffes les verz heaumes laciez et Desoz les cotes les blans hauberz saffrez, Desoz les (...)
  • 98 Notons que dans Guillaume, la répartition des qualifiants de heaume confirme l'existence de deux p (...)
  • 99 Cf. entre autres, pendant des combats, Et le vert elme a un petit quassé (Huon 1877), Et des verz (...)

78Tout d'abord, avant le combat, prime l'aspect esthétique du heaume, d'où ces verz heaumes qui peuplent les motifs de 1"'adoubement", de l'"armement" et des "chevaliers sous les armes" et cela, que la situation soit effective (comme dans les citations de Parise ou de Saragosse produites plus haut), ou simplement envisagée (cf. "Mais qui tant me ferreit que jo fuisse munté, E mun vert healme me fust rafermé", ou encore "As dos avront les blancs halbercs vestuz, E en lur chefz verz elmes aguz", dans la bouche de personnages de Guillaume95). Par une sorte de contagion, l'aspect esthétique continuerait à être souligné dans des séquences symétriques ou analogues. Lorsque l'on ôte ses armes, motif inverse de celui de l'"armement", mais beaucoup plus rare, c'est encore le vert heaume qu'on enlève, cf. Ami 1599 et 173896 ; si on marche au combat revêtu de haubert et de casque sous un déguisement civil, c'est toujours le vert heaume que l'on porte97 ; quand on est donné pour mort après la mêlée, on continue de se signaler à l'ennemi par son vert heaume : "Veez le la u il gist en cel pré, A cel vert healme, a cel escu boclé" (Guillaume 3287-8) ; ironie terrible, car le prétendu mort ne tardera pas à se relever pour écraser ceux que précisément on renseigne en ces termes à son propre sujet, ironie d'autant plus efficace que tous les autres verz heaumes de Guillaume protègent (à six reprises) des guerriers ou guerrières (2447) qu'on se représente bien droits dans leurs armes98. De là, tout heaume mentionné en dehors de combats sera dit vert ; ainsi peut-on rendre compte des verz heaumes de Parise 1993, partie d'un butin, d'Orange AB 1086 (dans une énumération de vivres et d'armes), de Nîmes A 1067 et de Nîmes a 1142 ("nous transportons des verts heaumes", disent de faux marchands, et l'auditeur de la chanson entend bien : de ces verz heaumes qui font merveille sur la tête des preux). Enfin, dans Huon, dans Roland P, dans Roland C (pour m'en tenir au corpus restreint et sans doute n'est-ce pas un hasard si aucun de ces textes n'est antérieur au 13e siècle), le vert heaume apparaît en toutes circonstances, y compris au plus chaud de la mêlée : à ce moment, notre syntagme est bien devenu un cliché99.

79Reste que nous ignorons encore ce que représente un vert heaume. Pour moi, je crois l'avoir montré, vert ne fait pas plus allusion à une couche de peinture qu'à la simple brillance. Toutefois, les données du corpus restreint, à l'exclusion d'une attestation de Roland P, ne permettent pas d'aborder d'autres hypothèses. Il faut sortir de ce corpus afin de rencontrer des syntagmes à la fois assez proches et assez différents de vert heaume pour pouvoir être exploités.

  • 100 L'exemple se trouve, un peu déformé, dans Ott, Couleurs, p. 141.

80En effet, il n'est pas si rare que la lame de l'épée soit qualifiée de "verte". On lit brant vert dans Normandie 5962, branz vertz acerins, variante du MS P de GirRos SATF 2434, et brant vert alemele, ibid. 7090, qui comporte la variante, moins obscure (cf. ibid., t. 3 p. 491) de brant ab vert lamela ; on lit encore vert brant dans Rou SATF, II 3241, Troie SATF 9415, Normandie 11678 et Roland P 278 (l'unique exemple de lame verte du corpus restreint) ; l'on a aussi des expressions telles que l'espee ki luist et verdoia d'Aliscans APF 1284100.

  • 101 Il est vrai que la scripta du MS de Rou II permettrait de voir dans vert une graphie pour vair. On (...)
  • 102 Raynouard 5, 513a ; le passage de Girart de Roussillon correspond à une var. de GirRos SATF 2434.

81A la différence de ce qui se produit pour les heaumes, personne, pour expliquer la présence de cette "verdure", n'ira supposer qu'on enduisît les lames de peinture. Mais, comme dans le cas du vert de vert heaume, on a parfois interprété de façons diverses les réalisations du radical de viridis se rapportant au mot brant. C'est ainsi que le glossaire des Enfances Renier traduit verdoiier du groupe l'espee qui luist et verdoia (v. 15552 et 16756) par "lampeggiare, mandare i baglioni cangianti dell'aciaio". L'éditeur de Rou SATF, quant à lui, pratique à son tour l'almagame entre vert et vair ; on lit en effet au glossaire : "Vert, vair, adj. reluisant II 3241 ; tacheté, pommelé II 3360", ce qui se rapporte respectivement à sachier maint vert branc et destriers blans et vairs et ferrans101. Il est clair que le vert brant a pu gêner : le même passage de Rou, cité d'après une autre édition dans Navarre p. 540, porte maint pers branc (or, Rou II est contenu dans un seul manuscrit). Jusqu'ici, ces traitements du vert de vert brant ne nous apportent rien de neuf par rapport à certaines interprétations qu'a reçues le vert de vert heaume. Plus originale est l'attitude de Raynouard. Ce dernier, qualifiant d"'adv. fig." le mot vertz dans brans vertz aceiris de Girart de Roussillon, comprend ce groupe comme "glaive fraîchement acéré102" !

  • 103 FEW 14, article viridis, p. 507b ; cet endroit et le passage référencé supra n. 77, semblent être (...)

82N'est-il pas plus satisfaisant de respecter l'effet coloriste des textes en traduisant à la suite du FEW : "Afr. vert 'jetant des éclats verts (d'une arme)'"103 ? Ce dictionnaire renvoie à "Wace" et au "MonGuill". Wace, qui n'est pas autrement référencé, paraît bien faire allusion au vers 3241 de Rou II. "MonGuill" représente le MonGuillaume SATF, où on lit au glossaire : "Vert 5775, 6049 jetant des éclats verts (en parlant du heaume)." En ces endroits, le texte porte vert heaume.

  • 104 Le mot vert de cette attestation est rendu par "grün", sans commentaire, par W. Förster, Wörterbuc (...)
  • 105 Référencé comme "Troie 11244" par Ott, Couleurs, p. 141 ; l'attestation se retrouve dans Troie SAT (...)
  • 106 "/./ jenes Glänzende als grün aufgefasst wurde, wozu denn auch das bekannte vert elme stimmt", Fol (...)

83Ce qui manque toutefois à l'article viridis du FEW, c'est une référence à la note 624 de Folque de Candie. Là, s'appuyant sur les occurrences de vert brant dans Folque, à quoi il joint d'une part vert brant de Troie SATF 2504, vert brant d'Erec Förster 5964104, et d'autre part, à la suite de Ott, l'espee qui verdeie "aus Troja"105 et brant /./ verdoiant de Gaydon (4425), Schultz-Gora en déduit que "l'éclat [de l'acier] était toujours perçu comme vert, à quoi correspond aussi le vert elme bien connu"106. Affirmation séduisante, qu'il convient de vérifier point par point.

84En premier lieu, quel était le métal des armes ?

  • 107 Voir le passage compris entre l'appel des notes 80 et 81.
  • 108 Roland O 1362.
  • 109 Li Romans de Garin le Loherain, éd. P. Paris, t. 2 (1835), p. 119.
  • 110 Cf. les épées ou heaumes d'acier dans Roland O 1953, 2089, 3603 par exemple.
  • 111 Je ne me borne pas au corpus restreint.

85Si l'on excepte certain haubert d'argent de Saragosse 103 et d'aucuns heaumes d'or mier signalés plus haut107, nos textes ne mentionnent que le fer et l'acier, et ce, depuis le Roland d'Oxford, où Olivier abattant l'ennemi de son tronçon de lance, se voit tancer en ces termes par son compagnon : "Fers et acers i deit aveir valor"108. Le mot fer en vient au reste parfois à désigner le métal des armes, comme en témoignent cet espié /./ Dont li fers fu d' /./ acier de Garin le Loherain109 ou L'asta fon reyda e lo fer fon d'assier de Saragosse 755. Quant aux mentions de l'acier proprement dit, elles sont trop fréquentes, depuis la Chanson de Roland110, pour qu'il soit utile d'en faire état. Je me contenterai de signaler les passages où les verz branz et les verz heaumes sont dits "d'acier", ce qui nous donne, pour les premiers, verz branz d'acier vïenois d'Erec Förster 5964, et pour les seconds, Enfances Renier 8824, Fergus, cité dans Navarre p. 579, Gerbert Taylor 8192, Girart de Vienne DHS 2921 et DS 3869, Lancelot 2, p. 157, Orange D 197, Roland C 1664, Roland V4 615, Roland P 114, 3497, Saragosse 112, 751111.

  • 112 Selon le glossaire de l'éd., encr' signifie "de couleur foncée".
  • 113 Seconde Continuation, p. 576.
  • 114 Voir n. 111 ; l'attestation a été relevée par Fr. Michel, Navarre, p. 538.

86Assurément, ces verz heaumes d'acier pourraient bien désigner des heaumes d'acier peints en vert, et que nous n'avancions guère ! Demeurent les lames vertes ou verdoyantes, les "vertes lames d'acier", et surtout, il arrive que l'acier lui-même soit qualifié de "vert". Si la lance d'encr'112 acier vert de GirRos 7106, si le brant d'achier, Vert et tranchant d'un Appendice de la Seconde Continuation113 ne constituent pas des attestations décisives, les épithètes pouvant indifféremment se rattacher à brant et lance ou à acier, il n'en va pas de même pour un "espié" Dont li fers fu d'un vert acier bruni de Garin114 et, dans Blancandin, pour Le heaume fu d'un vert acier (v. 4355).

  • 115 Voir n. 111. Le v. correspondant dans l'éd. J.E. Vallerie de Garin (Ann Arbor 1947), v. 7600, est (...)
  • 116 Voir le passage suivant l'appel de la note 85 ; par ailleurs, vers brans de Roland P 278 est dans (...)

87Voilà donc de l'acier vert. Mais est-ce là sa seule couleur ? Dans l'ensemble, oui, avec quelques "nuances". Après celles de vert heaume, j'ai soumis à leur tour à l'épreuve des variantes les occurrences de vert brant, espee qui verdie, vert acier, et autres syntagmes de même farine. Ecartons tout d'abord les éditions qui ne donnent qu'un choix de variantes : l'absence de variante à brant /./ verdoiant de Gaydon APF 4425 n'est pas significative, pas plus que l'absence de variante à vert acier de Garin, l'édition de P. Paris étant tout à fait dépassée115. Eliminons ensuite les passages contenus dans un seul MS : Normandie 11678, Rou II, Enfances Renier, et, si l'on peut dire, Roland P116. Ne nous renseignent pas non plus les cas où, plusieurs MSS étant en présence, ils adoptent la même leçon vert (cf. Normandie 5962, Appendice de la Seconde Continuation, Blancandin 4355). Restent donc Aliscans, Erec Förster, Folque, GirRos SATF, Troie SATF. Lorsque s'y trouvent des variantes à vert ou à verdoiier, pas plus que dans le cas des qualifiants de heaume, elles ne comportent de mots traduisant des couleurs. Voici la liste des variantes que j'ai pu consulter : au lieu de vert brant, on lit brant vert dans des leçons de Folque 2973 et de Troie SATF 2504 ; vert de vert brant est remplacé par lor ("leur", cf. Troie SATF 9415), par cler (cf. Folque 2973), par nu ou fort (cf. Erec Förster 5964), par bon (ibid., comparer Erec CFMA 5914 et cf. Folque 4493 et 5698, Troie SATF 2504) ; branz vertz de GirRos SATF, P 2434, se lit branz vielz dans le manuscrit de base de l'édition ; en ce qui concerne l'espee qui verdeie de Troie SATF 11380 et s'espee ki luist et verdoia d'Aliscans APF 1284, le verbe verdoiier devient flamboiier dans certains manuscrits (voir Troie SATF et Aliscans Rolin).

  • 117 Le travail fait à partir de recueils de relevés de mots n'est pas entièrement fiable il faudrait i (...)

88Jusqu'ici, l'on peut donc suivre Schultz-Gora. Encore convient-il de vérifier que, en dehors de ces passages et de leurs éventuelles variantes, d'autres couleurs que le vert ne qualifient pas l'acier ou le métal nu. Exploitant donc mes index et concordanciers à partir des entrées, qui, si elles étaient toutes lemmatisées, correspondraient aux mots écrits brant, acier, espee dans TL, et pratiquant une lecture suivie des autres textes du corpus restreint, je puis en principe appréhender les teintes de l'acier117. Ce métal est donc blanc (chauces de blanc acier, Erec CFMA 2634, espee forbie et blanche, Charrette 3022) ; il est brun et bruni (acer brun, Roland O 2089 etc., brant burni dans Guillaume passim) ou il brunie (Ami 1538) ; il est vert (Roland P 278) ; il est encore de color ou colori (Roland C et Roland P, voir infra notes 128 à 130). Blanc et brun se référant à l'éclat, les témoignages du corpus restreint peuvent se lire comme suit : la couleur de l'acier est bien le vert.

  • 118 Cf. supra, cler brant pour vert brant, flamboiier pour verdoiier.
  • 119 Perlesvaus, p. 103. En dehors de cette épée, le vert de Perlesvaus est une couleur de l'héraldique (...)
  • 120 Gaydon APF 4425.

89Naturellement, s'il était vrai que le vert du métal traduisît le pur brillant, comme le veulent les philologues cités plus haut, et ainsi que certaines variantes pourraient porter à le croire118, une telle formulation serait illicite. Or, que vert ou verdoiier n'aient pas été attirés dans le domaine des mots notant l'éclat, mais qu'ils restent bien liés à celui des couleurs, c'est ce que montrent deux passages. F. Dubost nous a signalé, dans sa communication orale sur Perlesvaus, la lame verte comme l'émeraude de l'épée qui décolla le Baptiste119, et le savant éditeur de Folque de Candie ne manque pas de nous rappeler tel brant en poing plus verdoiant de glays de Gayaon120.

90Il semble bien qu'il faille se ranger à l'opinion de Schultz-Gora : l'acier "als grün aufgefasst wurde". Voilà pour le phénomène.

  • 121 Cf Pastoureau, Figures (ouvrage souvent mentionné dans le présent colloque), 15 sqq. Si nos romanc (...)

91Qu'en était-il du noumène, c'est ce qu'on aimerait élucider. Dit autrement : le vert était-il dans l'œil du regardant (la perception des couleurs étant chose changeante, comme le colloque l'a souvent rappelé, et le bleu, qui pourrait intéresser notre métal, n'émergeant nettement qu'à l'époque gothique121), ou bien (car les techniques aussi ont évolué), l'acier médiéval était-il "objectivement" vert ?

92De toute évidence me manque le contact avec les choses elles-mêmes, et quelques visites à des musées des armes ou du fer seraient fort utiles.

  • 122 Cf. le FEW 15, 147.

93Quoiqu'il en soit, et quelqu'insuffisants que puissent être les témoignages linguistiques, il ne semble pas qu'on eût conscience que ce vert fût obtenu au moyen d'une technique particulière : aucun mot ne correspond à une supposée opération de "verdissage" comparable au moderne bleuissage de l'acier122 et, comme j'en ai fait la remarque, je ne vois pas qu'on ait verdi son heaume comme on le brunissait.

  • 123 M. Vidal dans Télérama 1932 (janvier 1987), p. 26.
  • 124 J.F. Finó, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes en France au moyen-âge, dans(...)
  • 125 Cf. Norman, Armes et armures, pp. 60 et 63 ; Reitzenstein, Waffenschmied, pp. 23, 24 et 68. Les ou (...)

94D'un autre côté, si l'acier de l'Europe médiévale était vert, on s'attendrait à ce que les études sur le fer, l'acier ou les armes au moyen âge commentent quelque part cette teinte à nos yeux singulière, car nous, modernes, percevons l'acier comme bleuté. (C'est ainsi que les articles acier du TLF 1 (1971) et du Robert 1 (2e édition, 1985) comportent une rubrique bleu d'acier ou bleu acier, "qui a la couleur gris bleu de l'acier" ; plus près de nous encore, une critique apprécie "le contraste du rouge sang et du bleu acier particulièrement travaillé" d'un Jason en couleurs123). Il n'en est rien, du moins dans les ouvrages que j'ai consultés, et dont je donne la liste en note124. Il est vrai que, sauf erreur, ces ouvrages ignorent verz heaumes et verz branz, ce qui les dispense de s'attacher à notre problème. Les seules allusions aux teintes de l'acier qui soient faites dans ces études concernent d'une part, à l'extrême fin de la période, les aciers bleuis de splendides cuirasses tardives125, et d'autre part, l'aspect moiré de certaines lames, dont il convient de dire un mot.

  • 126 Voir Williams, Methods (cf. n. 125), pp. 75-76.
  • 127 Voir Williams, Methods (cf. n. 125), pp. 75-76

95Depuis le Bas Empire, le moyen âge a connu une technique complexe de travail de l'acier, qui aboutit aux lames baptisées par Salin (voir note 125) de "damas de corroyage". Finó, Notes (voir références n. 125), pp. 53-54, décrit clairement ce travail. On trouve des lames de ce type jusqu'au 10e siècle126. Elles étaient excellentes, et devaient au procédé de leur fabrication de présenter à l'œil les lueurs chatoyantes de marbrures moirées. Après le 10e siècle, il arrivait encore que la surface des lames produisît cet aspect, parfois au terme d'un autre type de travail127.

  • 128 V. 2610.
  • 129 V. 5546, 6387.
  • 130 V. 4987.

96A mon sens, ce doit être ce genre de lames que désignent les brans coloris de Roland C128, ou, comme l'on trouve plus souvent, le syntagme brant de color : cf. Enfances Vivien apud Navarre pp. 423-4, Fierabras provençal 3909 (dans un vers qui n'a pas son correspondant dans Fierabras APF, q. v. p. 138), Floriant 5460, Folque de Candie (voir note au vers 624), de nouveau Roland C129, Roland P130, Troie SATF 2504, ou encore le brant plain de color, dans un Appendice de la Seconde Continuation (p. 576).

  • 131 Voir n. 125.
  • 132 "Li Romans d'Alixandre, p. 133, v. 7", selon Fr. Michel, Navarre p. 538. (Il s'agit vraisemblablem (...)
  • 133 L'édition ponctue, à tort selon moi, brant, vert de color.
  • 134 Voir supra le passage compris entre les appels des notes 87 et 88.

97Ceux des spécialistes consultés131 qui décrivent la moire de ces lames ne précisent pas quelles en sont les nuances. Les textes médiévaux sont plus bavards, même si tous ne vont pas jusqu'aux détails du Roman d'Alexandre, décrivant ainsi la lame d'une épée "qui fu forgie en Frise" : La coulors ne fu mie trop blance ne trop bise, Mais brune et verdoians132 ; ailleurs (si j'interprète bien de color), les reflets des lames restent fondamentalement ceux de l'acier vert. Aussi puis-je maintenant citer dans leur totalité des attestations jusqu'ici tronquées : brant vert de color133 (Normandie 5962), vert brant de color (Folque 624, 2973, 4493, 5698, Normandie 11678, Troie SATF 2504) et le brant d'achier, Vert et trenchant, plain de color de la Seconde Continuation, p. 576. A ces attestations, je joindrai le heaume vert e colrat de Ronsasvals 481, dont on comprend que je me refuse d'en imaginer le métal dissimulé sous une couche de peinture134 : d'acier "vert", comme tout vert heaume, il se distingue en outre par sa "couleur", témoin de sa qualité exceptionnelle.

98Arrivés à ce point, il semble que nous puissions considérer comme établi le sens de vert ("rétabli" serait plus juste), et que nous devions prendre congé du syntagme. Je me permettrai toutefois d'en prolonger quelque peu l'étude, car à mes yeux les verts heaumes recèlent encore plus d'un mystère.

  • 135 Pour la datation de Guillaume, lire la belle argumentation de J. Frappier, puis sa conclusion, "la (...)
  • 136 Je cite J. Wathelet-Willem présentant le corpus objet de son étude sur L'épée dans les plus ancien (...)

99Mon corpus restreint inclut à dessein "les trois plus anciennes chansons qui nous soient parvenues : chanson de Roland, Chanson de Guillaume135, fragment de Gormont et Isembart, ainsi que /./ deux des plus anciennes productions de la geste de Guillaume : Charroi de Nîmes et Couronnement Louis"136. Cet ensemble réduit offre de nombreux verz heaumes (cf. note 18), mais pas de vert brant, ni de vert acier, ni, de façon générale, d'attestation de couleur verte se rapportant à aucun métal. Or, la genèse du genre épique est loin d'être élucidée. Voici donc l'hypothèse que me suggèrent ces absences : les verz heaumes remonteraient-ils à une époque où la matière des casques, point encore de l'acier, eût en effet brillé d'un éclat verdâtre ?

  • 137 Voir Salin et France-Lanord, Le fer (ouvrage référencé note 125), p. 124.
  • 138 Opposer entre autres Enéide II 545, III 286, V 490 et Enéide II 510, 671, V 306, 557, VI 260.

100Je m'explique. Alors que l'office des armes offensives requiert pour leur fabrication l'emploi de fer ou d'acier, la matière des armes défensives, et donc des casques, pouvait être plus tendre : l'on signale un casque de cuivre rouge battu de la fin du 11e ou du début du 12e siècle (cf. Gladius 3 (1964), p. 49), et surtout, l'époque mérovingienne connaît encore des casques de bronze137. Le partage métallique de l'Enéide a pu subsister longtemps : l'aes au casque et au bouclier, à l'épée et aux dards, le ferrum138. Ce partage, nos premières chansons le refléteraient encore, mais à leur insu : si l'acier n'y est jamais qualifié de vert, le métal du vert heaume n'en est pas moins dit être de l'acier ! Du syntagme vert heaume, on passerait plus tard à ceux de vert brant puis de vert acier : loin que la perception informe la langue, la formule littéraire informerait la perception.

  • 139 Volkstümliche Vergleiche im Französischen nach dem Typus 'Rouge comme un coq', Bâle 1929.

101Deux faits tendraient à appuyer cette hypothèse à vrai dire un peu extravagante. Tout d'abord, les attestations que j'ai pu réunir de vert brant, ou d'acier vert ne dépassent pas le 13e siècle : ce métal ne paraît donc pas avoir été durablement perçu comme vert. Par ailleurs, à ma connaissance, le vert de l'acier n'a jamais été pris comme référence de couleur (à la différence de ce qui se produit aujourd'hui pour le bleu de ce métal) ; jamais il n'a servi d'étalon à des comparaisons du type vert comme pré etc. comme on peut s'en convaincre à consulter le bel ouvrage de W. Widmer, Volkstümliche Vergleiche139.

  • 140 Au moyen âge, on ne trouve pas davantage ces associations dans l'épopée de Guillaume le Breton, la (...)

102J'avoue toutefois n'avoir pas rencontré les mots viridis, virens ou viridans qualifiant aes, galea etc. dans l'épopée latine antérieure à l'époque médiévale, du moins, dans l'Enéide, l'Achilléide et la Pharsale (les seules que j'aie pu relire à l'occasion du présent article), où resplendit pourtant l'airain des armes140. Or, seules de telles attestations prêteraient à ma fragile hypothèse un début de crédibilité. Mais, entre la Pharsale et nos premières chansons, que de textes ont été écrits en latin ! Que de pages que je n'aurais pas lues où peut-être gît le "chaînon manquant" !

103Mais délaissons cette piste pour d'autres voies elles aussi bien curieuses.

  • 141 J. Whatelet-Willem, p. 726 de sa contribution aux Mélanges M. Delbouille (2 volumes, Gembloux 1964 (...)
  • 142 Je n'ai pas eu le loisir d'examiner les autres remaniements en vers du Roland.
  • 143 Roland O 2500 Laciet son elme, ki est a or gemmet, Roland P 2894 De son chief oste son vert elme g (...)

104Comment se fait-il que le Roland d'Oxford ne recèle aucun vert heaume, à la différence de ce qui se produit pour toutes les chansons françaises et provençales de mon corpus restreint, y compris les plus anciennes, comme Gormont et Guillaume (Navarre seule faisant exception) ? Suffit-il de noter, à propos de Roland O, Gormont et Guillaume, que "chacun témoigne de préférences particulières" dans le choix des formules141 ? Cette singularité du Roland d'Oxford nous ramène au problème des origines du syntagme, mais nous conduit aussi à nous interroger sur la genèse et le devenir du Roland même : car le vert heaume apparaît, et de façon répétée, dans les remaniements rimés du Roland que constituent Roland C et Roland P142. On peut se reporter à la note 18, qui fournit la liste des références du syntagme dans ces deux derniers textes ; mais ce qui n'est pas précisé à cet endroit, c'est que les six attestations de vert heaume de Roland C se trouvent dans des passages absents de Roland O, et que, sur les dix-sept attestations de Roland P, quatre seulement appartiennent à des vers dont l'original (?), fortement "restructuré" dans Roland P, se retrouve dans le Roland d'Oxford143 : les treize autres n'ont rien qui leur corresponde dans Roland O. Quant à la version assonancée de V4, sur les nombreuses occurrences du mot "heaume" qu'elle comporte, une seule présente l'adjectif "vert" (v. 615, Obergi vestu et virdi elmi d'açer, qui répond à Roland O 683, Halbers vestuz, alquanz healmes fermez). Or, Roland V4 comprend 6011 vers, Roland C 8200 et Roland P 6830. La fréquence des verz heaumes ne se mesure donc pas à la longueur de ces textes. Serait-elle liée à l'éloignement du prototype de Roland O ? Question provocante, mais que l'étude des qualifiants du mot heaume dans toutes les versions de Roland contribuerait peut-être à révéler comme moins absurde qu'il n'y paraît d'abord.

105L'histoire du Roland et de ses multiples états entraîne par force une autre question : comment les traductions ou adaptations médiévales de nos textes français en d'autres langues rendent-elles vert heaume, vert brant, vert acier ou brant de color ? Question bien délicate à traiter, puisqu'il est la plupart du temps illusoire de prétendre désigner les manuscrits qui auraient servi de point de départ aux traducteurs ou remanieurs. Question capitale toutefois, car une traduction est par force une interprétation. Faute de temps, je me suis à peine engagée dans la voie de ces études pourtant prometteuses, n'ayant pu consulter que quatre de ces productions.

  • 144 Cf. Graff, Rolandslied, p. xv.
  • 145 Cf. Rolandslied 3345, 4092, 4579, 4642 etc. Consulter également Siebel, Harnisch (voir ma note 125 (...)

106Dès le 12e siècle, par les soins de Konrad, paraît en Allemagne un Rolandslied, adaptation, si "libre" et si "diluée" soit-elle, d'un manuscrit "ayant certaines attaches" avec celui de Roland C144. Dans cette dernière copie, on vient de remémorer la présence multiple de verz heaumes ; le Rolandslied reproduit et traduit par Graff, celui du manuscrit de Heidelberg, ne comporte pas de casques "verts" alors que la couleur verte est bien représentée (cf. 632, 1669 etc.) et que le heaume y est pourvu des sempiternelles épithètes de nature telles que "solide" ou "bruni"145.

  • 146 Sur les rapports entre les versions provençale et françaises, voir entre autres E. Melli dans Renc (...)
  • 147 Les citations du Fierabras provençal renvoient respectivement aux vers 2717, 3103, 497 et 1482 de (...)

107En revanche, les vertz elmes ne manquent pas plus dans le Fierabras provençal que dans ce qu'on peut entrevoir de son modèle français146. S'il est licite de comparer le texte de Bekker avec celui de Krœber et Servois (Fierabras APF), l'on pourra confronter les hémistiches de vers qui se correspondent : son bon helme gemat et les vers elmes gemmés (APF 2954), lors vertz elmes lasar et ces heaumes relacier (APF 3509), ab vertz elmes gematz et à vers elmes jesmés (APF 149), e ls vertz elmes gematz avec et les heaumes gemmés (APF 1286)147. Dans l'un et l'autre texte, l'apparition du vert des casques est affaire de goût ou de rythme (voir le dernier exemple), et l'art épique méridional affectionne tout autant le "vert heaume" que son voisin du nord.

  • 148 Chaucer Robinson, p. 565.
  • 149 Voir supra le passage suivant l'appel de la note 66.

108Il existe une version anglaise du Roman de la Rose, attribuée à Chaucer, et dont sont conservés trois fragments. En fait, seul le premier de ces fragments "can with any probability be ascribed to Chaucer"148. Il se trouve que ce fragment contient le passage correspondant à Rose 1173 sqq., où maint vert hiaume et maint escu bouclé pâtissent sous les coups d'un valeureux jeune homme149. On a hâte de revoir ces armes chez l'auteur anglais. Mais elles ont disparu, disparu avec le couplet qui les contenait, frustrant de la sorte une curiosité d'autant plus légitime que la version anglaise est fort fidèle, comme on peut en juger :

Cil chevaliers noveilement
fu venuz d'un tornoiement,
ou il ot fete por s'amie
mainte joste et mainte estormie ;
maint vert hiaume i ot descerclé,
et percié maint escu bouclé,
et maint chevalier abatu
et pris par force et par vertu.
(Rose 1181-1188.)

This knyght was comen all newely
Fro tourneiynge faste by ;
There hadde he don gret chyvalrie
Thorough his vertu and his maistrie ;
And for the love of his lemman
He caste doun many a doughty man.
(Chaucer Robinson, v. 1205-1210 p. 576.)

  • 150 Cf. Rose SATF, variantes des vers 1187 sqq.
  • 151 En outre, l'article de Herben, Arms and armor in Chaucer (qui inclut d'ailleurs dans son étude le (...)

109Certes, le couplet est absent du texte de certains manuscrits français150, et il n'y a pas lieu de croire délibérée l'omission de vert heaume dans la traduction, mais la déception reste grande151.

  • 152 Cf. Hausknecht, p. xxiii sqq. de Sowdone.
  • 153 Cf. Sowdone 46, 50 etc. et Vppon the helme, that was of stele (1268) ou bien He caught his helme i (...)

110Toujours en Angleterre, un peu plus tard, The Romaunce of Sowdone of Babylone s'inspire à la fois de la Destruction de Rome et de notre Fierabras152 (dont l'édition APF fait un grand étalage de verz heaumes). On n'y trouve point de grene helme ; or, bois et arbres y demeurent traditionnellement "verts" et, non moins traditionnellement, les heaumes y sont d'acier chargé de pierreries153.

  • 154 Voir Hausknecht, p. xlvii de Sowdone.

111Mais avec Sowdone, abordant le 15e siècle154, nous touchons bientôt à la fin du moyen âge, autant dire bientôt à la fin de nos recherches, car dans notre littérature nationale, à laquelle il est bon de revenir, la présence de verts heaumes se fait de plus en plus discrète.

  • 155 Cf. par exemple Huon Hawes, pp. 47, 97, 105, 108 etc.
  • 156 Voir Corpus restreint, entrée Huon Hawes.
  • 157 Dans les Prosafassungen (voir Corpus restreint) complétées, pour certains épisodes du Couronnement (...)
  • 158 Cf. Suard, Guillaume d'Orange, p. 223.
  • 159 Voir ibid., pp. 198 et 218. L'auteur ne commente pas la disparition du groupe vert heaume.

112Il est clair que le syntagme, si intimement lié à la chanson de geste, ne pouvait guère survivre à la mort du genre épique. On vérifiera donc sans surprise que, si les mises en prose du 15e siècle font un large usage du mot heaume155, elles ne recèlent plus de verz heaumes. C'est ainsi que se comporte la mise en prose de Huon de Bordeaux, du moins dans la partie du texte, déjà fort longue, dont j'ai pu prendre connaissance156. Le hasard fait que le témoin le plus ancien de ce texte n'est pas antérieur au 16e siècle, mais on sait que cette mise en prose est datée de 1454, comme le rappelle P. Ruelle p. 54 de Huon. C'est vers la même époque (cf. Suard, Guillaume d'Orange p. 106), que la geste de Guillaume, célébrée par une multitude de chansons, fut à son tour mise en prose. J'ai pu lire la version des MSS BN fr. 1497 et BN fr. 796 pour les parties concernant le Couronnement de Louis, le Charroi de Nîmes et la Prise d'Orange157 : on ne rencontre pas de vert heaume dans cette narration qui pourtant, à propos d'autres chansons, présente certain passage bien digne de retenir notre intérêt : "Si vist heaulmes brunir, espees esclarcir, haulbers roler"158. Mais, comme le note F. Suard, "d'une manière générale, les clichés tendent à être écartés" et les épithètes de nature disparaissent avec l'épopée159.

  • 160 Voir Dieudonné, pp. 26 et 48.

113En toute logique, on ne laissera pas de s'enquérir du sort fait à notre syntagme par les chansons tardives du 14e siècle. Comme elles sont souvent très longues (par exemple, plus de 23 000 alexandrins dans Tristan de Nanteuil, plus de 34 000 dans Lion de Bourges), l'absence éventuelle de vert heaume ne pourrait qu'y être significative. Je ne puis me prononcer que pour deux de ces chansons-fleuves, Dieudonné de Hongrie, et la version en alexandrins de Huon de Bordeaux. Cette dernière compte plus de 12 000 vers ; Dieudonné comporte 15 660 alexandrins dans le manuscrit qui la conserve, et est datée des environs de 1360-1365 par le spécialiste actuel de cette chanson, Denis Collomp160. Selon les renseignements qu'a bien voulu me communiquer D. Collomp, que je ne saurais assez remercier de la peine qu'il a prise, on trouve encore un (un seul !) vert heaume dans son texte : Sans demourer A lachiet le vert elme pour le trait endurer (Dieudonné 10587 ; on notera que le syntagme apparaît, de façon tout à fait classique, dans le motif de l"'armement"). Quant au Huon en alexandrins, d'après R. Bertrand, qui en a entré le texte en machine, et qui a eu la bonté de répondre à mes questions, il ne présenterait pas de vert heaume. Or, ces chansons tardives n'ont pas abandonné formules et clichés, comme le prouve ce choix d'exemples : dans Huon en alexandrins (dit aussi en ces pages Huon Bertrand pour la partie éditée), et hëamme luisant 2035, bon hëamme d'acier 8313, hïame, qui fust cler et bruny 595 et dans Dieudonné, riche hiaume (f° 45), et hïaume luisant 8906, maint hïaume d'achier 10904. Les verz heaumes tombent donc en désuétude au sein même du genre littéraire qui aurait pu en prolonger l'existence.

  • 161 Cf. Roland O 1022, 1042, 1329, 1946, 2171, 2499, 3484.
  • 162 Respectivement Orange AB 1086 et Orange D 197.
  • 163 Ainsi par exemple, on trouve dans Parise sept occurences de vert heaume (cf. supra note 18) et six (...)
  • 164 Voir ma note 65.
  • 165 Erec 2097, 3675, 5793, Yvain 870.
  • 166 Cf. Roland O 3864.
  • 167 Cf. supra note 66 et lire l'article d'H. Charpentier dans le présent colloque. Je remercie notre c (...)
  • 168 Sur ces textes, consulter les notes 155, 156, 159 ainsi que les passages qui les appellent.

114Ne les quittons pas avant d'aborder une autre question, certes latérale, mais tout à fait légitime pour qui s'intéresse à l'histoire de notre syntagme : qu'advient-il du blanc hauberc ? Ce vieux compagnon du vert heaume, quant à lui, est présent dès le Roland d'Oxford, où du reste, comme dans beaucoup d'autres chansons, ses apparitions ne se bornent pas aux situations de prébataille, contrairement à ce qui se produit pour vert heaume dans les plus anciens textes161. D'une part, on n'est guère étonné de le voir souvent figurer à côté de vert heaume (cf. Et blans hauberz et vers heaumes luisanz, ou Ne blanc hauberc ne vert hiame d'acier162) et, bien que les chansons ne semblent jamais associer les deux groupes de façon mécanique163, il n'est pas douteux que le souvenir épique s'inscrit de façon privilégiée par la mention du couple (un peu déformé) dans la prose du Lancelot, Il li getent el dos .I. hauberc blanc fort et legier et li lacent el chief un vert hialme d'acier dur164. D'autre part, l'on s'attend à retrouver des blans haubers plus souvent et plus longtemps que des verz heaumes. L'on en rencontre de fait dans des romans qui ignorent vert heaume, comme dans la Vengeance Raguidel 1126 ou Cligès 4891 (ailleurs, Chrétien préfère intervertir les termes en plaçant le plus souvent l'épithète à la rime165 (rappelons que l'ordre hauberc blanc se rencontre depuis les origines166 à côté de l'ordre blanc hauberc : le groupe n'est pas aussi figé que celui de vert heaume). De son côté, la prose des F et des Romains oppose seize occurrences de blanc hauberc à deux seulement de vert heaume167. Mais, face à des chiffres si éloquents, les données des textes tardifs sont plutôt décevantes, et il ne semble pas que Dieudonné, le Huon en alexandrins, les mises en prose de Huon ou de Guillaume d'Orange conservent plus de blans haubers que de verz heaumes168 : selon R. Bertrand, la version en alexandrins de Huon de Bordeaux ne connaît pas de blans haubers ; il semble n'y en avoir qu'un dans Dieudonné (f° 11) ; je n'en vois pas dans les Prosafassungen ; Huon Hawes présente encore un haulbert blanc et un blanc haulbert (p. 101), ce qui est fort peu pour un texte aussi long. Blans haubers et verz heaumes disparaissent sans retour, comme ils ne tarderont pas à s'effacer de mon propos.

***

115Au terme de cet itinéraire peut-être parfois un peu lassant (s'il est permis de se réfugier derrière les formules que G. Genette réserve à son dernier ouvrage), il me plairait d'indiquer encore quelques axes de recherches, de revenir sur quelques idées à peine effleurées dans les présentes pages, en un mot, d'infliger au lecteur un petit catalogue des développements qui lui auront été épargnés.

  • 169 Respectivement, A. Sternberg, Die Angriffswaffen im altfranzösischen Epos, Marbourg 1885 et J.-P. (...)

116En premier lieu, il s'imposerait de consulter plus d'études sur l'armement et sur les formules épiques que je n'ai pu le faire. Que trouverait-on par exemple dans la "dissertation" d'A. Sternberg ou dans la thèse de J.-P. Martin169 ?

117En second lieu, il va de soi que les recherches sur l'emploi par notre littérature du syntagme vert heaume devraient se faire à partir d'un corpus qui inclue de toute nécessité nos plus anciennes productions romanesques, le Brut de Wace et les "romans antiques".

118Je suis persuadée par ailleurs qu'il serait utile de conduire avec méthode une étude parallèle des couleurs de l'acier dans les textes et dans les représentations picturales depuis l'Empire romain jusqu'à la Renaissance.

119On se garderait naturellement de négliger les traités médiévaux sur la fabrication de l'acier, quels qu'en soient les objectifs, guerriers ou pacifiques.

120Et pour terminer, on s'attaquerait au bleu de l'acier, on en débusquerait les premières mentions en compulsant toutes sortes de textes, théâtre, fiction, poésie, relations de voyage, que sais-je encore, et ainsi paré, on aborderait bravement le prochain Colloque sur les Couleurs !

Corpus restreint : abréviations et renseignements divers.

121Dans la présente section, les titres reproduisent dans la mesure du possible ceux des éditions mêmes (j'ai pris davantage de libertés dans la section intitulée "Autres abréviations"). Je n'indique pas la date des ouvrages publiés dans la collection CFMA, cette collection se contentant le plus souvent de donner la date de tirage, non la date d'édition.

122Les sigles des manuscrits sont ceux qu'ont choisis les éditeurs des textes dépouillés. Lorsque, dans le cours de l'article, j'utilise des éditions qui connaissent plusieurs manuscrits, les citations non accompagnées de sigle sont en principe celles du texte édité ; les citations accompagnées de sigles sont celles de variantes du texte édité ; font exception CorLo et Orange (ainsi que Nîmes, parfois) : les attestations tirées de ces textes sont toujours (du moins pour CorLo et Orange) accompagnées des sigles désignant les manuscrits ou familles de manuscrits dont elles proviennent : cf. par exemple note 18.

123En ce qui concerne les mots étudiés à partir d'index ou de concordanciers (voir entre autres Béroul), les graphies en sont normalisées et reproduisent celles des entrées de TL. Un mot que j'ai cherché en vain est précédé du signe "°" : par exemple, on comprendra que le mot heaume est absent de Béroul, qui connaît en revanche acier, blanc etc.

124Ami : Ami et Amile, chanson de geste, publiée par P.F. Dembowski, Paris (CFMA 97). "Environs de 1200" (Ami p. xii). Lecture suivie.

125Béroul : Béroul, Le Roman de Tristan, poème du xiie siècle, édité par E. Muret ; quatrième édition, revue par L.M. Defourques, Paris (CFMA 12). Dernier tiers du 12e siècle (cf. Béroul p. x). Exploré par l'intermédiaire de l'ouvrage de G. Andrieu, J. Piolle et M. Plouzeau, Le Roman de Tristan de Béroul, concordancier complet des formes graphiques occurrentes, Aix-en-Provence 1974, à partir des mots acier, blanc, brant, escu, espee, °heaume et hauberc, vert.

126Charrette : voir Chrétien.

127Chrétien ou Chrétien de Troyes : Les romans de Chrétien de Troyes édités d'après la copie de Guiot (Bibl. nat.fr. 794). I, Erec et Enide, publié par M. Roques ; II, Cligés, publié par A. Micha ; III, Le Chevalier de la Charrete, publié par M. Roques ; IV, Le Chevalier au Lion (Yvain), publié par M. Roques ; V et VI, Le Conte du Graal (Perceval), publié par F. Lecoy (2 vol.), Paris (CFMA 80, 84, 86, 89, 100 et 103). Le premier de ces romans, postérieur à 1155, peut ne pas être antérieur à 1170 (cf. Erec p. xxvii). Exploré grâce à l'ouvrage de M.-L. Ollier, Lexique et concordance de Chrétien de Troyes d'après la copie Guiot avec introduction, index et rimaire. Traitement informatique par S. Lusignan, Ch. Doutrelepont et B. Derval, Montréal-Paris 1986, à partir des mots acier, blanc, brant, brun, color, colorer, escu, espee, hauberc, heaume et vert.

128Cligès : voir Chrétien.

129CorLo : Les Rédactions en Vers du Couronnement de Louis. Edition avec une introduction et des notes par Y.G. Lepage, Paris-Genève 1978 (TLF 261). "Metà del xii secolo", F. Simoni dans Rencesvals Strasbourg p. 57. Lecture suivie.

130Erec ou Erec CFMA : voir Chrétien.

131Galeran ou Galeran de Bretagne : Jean Renart, Galeran de Bretagne, roman du xiiie siècle, édité par L. Foulet, Paris (CFMA 37). "Entre 1195 et 1225" (Galeran p. xxxi). Exploré grâce à l'ouvrage de G. Andrieu, J. Piolle et M. Plouzeau, Galeran de Bretagne de Jean Renart, concordancier complet des formes graphiques occurrentes d'après l'édition de L. Foulet, Aix-en-Provence 1978, à partir des mots acier, blanc, brant, color, °colorer, escu, espee, hauberc, heaume ,vert. (L'attribution de Galeran à Jean Renart n'est pas prouvée.)

132Gormont : Gormont et Isembart, fragment de chanson de geste du xiie siècle, édité par A. Bayot, troisième édition revue, Paris (CFMA 14). "Paraît contemporain des plus anciennes chansons de geste conservées, Roland, Guillaume" selon l'éditeur, p. vi. Lecture suivie.

133Guillaume : La Chanson de Guillaume, publiée par D. McMillan, 2 vol., Paris 1949-50 (SATF). "Pas /./ plus récente que le milieu du xiie siècle" (J. Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange 1, Paris 1955, 156). Lecture suivie.

134Guillaume Anelier : voir Navarre.

135Guillaume d'Angleterre : Chrétien de Troyes, Guillaume d'Angleterre, roman du xiie siècle, édité par M. Wilmotte, Paris (CFMA 55). Exploré grâce à l'ouvrage de M. Dubois-Stasse et A. Fontaine-Lauve, Chrétien de Troyes, Guillaume d'Angleterre. Concordances et index établis d'après l'édition M. Wilmotte /./, 2 vol., Liège s. d., à partir des mots °acier, blanc, °brant, color, °colorer, escu, espee, °hauberc et °heaume, vert. (L'attribution de cet ouvrage à Chrétien n'est pas absolument sûre.)

136Guillaume de la Barre : Arnaut Vidal, de Castelnaudary, Guillaume de la Barre, p. par P. Meyer, Paris 1895 (SATF). Composé en 1318 : voir édition p. iv. Lecture suivie.

137Guillaume le Breton, Chronique, et Guillaume le Breton, Philippide : Oeuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe-Auguste, publiées pour la Société de l'Histoire de France par H.-F. Delaborde. I, Chroniques de Rigord et de Guillaume le Breton ; II, Philippide de Guillaume le Breton, 2 vol., Paris 1882-85. La Philippide fut composée et éditée entre 1218 et 1226 (voir t. II, p. lxx sqq.). Lecture suivie.

138Guillaume de Dole : Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, édité par F. Lecoy, Paris (CFMA 91). Composé vers 1210 ou 1228 : voir Parise p. 139. Etudié grâce à l'ouvrage de G. Andrieu, J. Piolle et M. Plouzeau, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole de Jean Renart, concordancier /./ d'aprés (sic) l'édition de Félix Lecoy, Aix-en-Provence 1978, à partir des mots °acier, blanc, °brant, color, colori, escu, espee, hauberc, heaume et vert.

139Guillaume de Lorris : voir Rose.

140Guillaume d'Orange en prose : lu en extraits. A savoir : 1°/ Die Prosafassungen des 'Couronnement de Louis', des 'Charroi de Nîmes' und der 'Prise d'Orange'. Inaugural-Dissertation /./ von C. Weber, Halle 1912 ; 2°/ pp. xcvii-cvi de l'éd. SATF du Couronnement de Louis par E. Langlois, Paris 1888. Composé "peu après 1450" selon F. Suard, Guillaume d'Orange, p. 106. Lecture suivie.

141Huon : Huon de Bordeaux, édité par P. Ruelle, Bruxelles-Paris 1960. Composé probablement après 1216 et avant 1229 selon P. Ruelle : voir Huon p. 90 sqq. Lecture suivie.

142Huon Hawes : Huon de Bordeaulx. Version en prose (édition Michel Le Noir, 1516). Thèse de doctorat de 3e cycle présentée par T. Hawes, dactylographiée, Aix-en-Provence 1986. La thèse est une édition partielle, puisqu'elle ne reproduit que les fol. 1 à 100 de l'éd. Le Noir, qui en compte 188 (cf. Huon Hawes p. iv). Cette version en prose est datée de 1454 : voir Huon p. 54. Lecture suivie.

143Jaufré : lu dans la 2e éd. (1960) des Troubadours de R. Nelli et R. Lavaud. Daté des environs de 1180 par R. Lejeune : voir éd. p. 34. Lecture suivie.

144Marie de France, Lais : Les Lais de Marie de France, publié (sic) par J. Rychner, Paris (CFMA 93). "Années 1160", éd. p. xii. Lecture suivie.

145Méraugis : Raoul de Houdenc, Sämtliche Werke /./. I, Meraugis von Portlesguez, éd. par M. Friedwagner, Halle 1897 ; écrit après Perceval et avant les environs de 1234 : voir Mélanges Jonin, Aix-en-Provence 1979, 555. Lecture suivie.

146Navarre : Histoire de la guerre de Navarre en 1276 et 1277 par Guillaume Anelier de Toulouse publiée avec une traduction, une introduction et des notes [notes très riches, que j'ai beaucoup exploitées] par Francisque-Michel, Paris 1856. L'auteur fut témoin de la guerre qu'il relate : cf. édition p. III. Lecture suivie.

147Nîmes : Le Charroi de Nîmes, chanson de geste. I, édition (fondée sur A1, avec les variantes de A2, A3, A4 et a) ; II Concordance et répertoire (interrogés par moi aux mots acier, brant, °color, °colorer, escu, espee, hauberc, heaume, vert), 2 vol., Librairie-éditions Mallier, Saint-Aquilin-de-Pacy 1970. "Milieu du xiie siècle" (D. McMillan, éd. du Charroi de Nîmes, Paris 1972, p. 43).

148Orange : Cl. Régnier, Les rédactions en vers de la Prise d'Orange, Paris 1966. Seule la rédaction AB ("extrême fin du xiie siècle", éd. p. 90) appartient au corpus restreint, ayant fait l'objet d'une lecture suivie. Les autres rédactions peuvent être citées à l'occasion.

149Parise : Parise la Duchesse (chanson de geste du xiiie siècle), édition et commentaires par M. Plouzeau, 2 vol., Aix-en-Provence 1986. Deuxième quart du 13e siècle (cf. Parise pp. 163-4). Lecture suivie.

150Perceval : voir Chrétien.

151Philippe de Navarre : pp. 25-138 des Gestes des Chiprois, Recueil de chroniques françaises écrites en Orient aux xiiie et xive siècles /./, publié /./ par G. Raynaud, Paris 1887. L'auteur fut témoin oculaire des événements rapportés, qui se déroulent principalement dans le 2e quart du 13e siècle. Lecture suivie.

152Philippide : voir Guillaume le Breton.

153Prosafassungen : voir Guillaume d'Orange en prose.

154Raguidel : Raoul, La Vengeance Raguidel. Fin du 12e ou début du 13e siècle. Je cite d'après mon édition en préparation. Lecture suivie.

155Robert de Clari : Robert de Clari, La conquête de Constantinople, éditée par Ph. Lauer, Paris (CFMA 40). Début du 13e siècle. Lecture suivie.

156Roland C : voir Roland Mortier.

157Roland Mortier : Les textes de la Chanson de Roland édités par R. Mortier. I, La version d'Oxford, Paris 1940 (= Roland O) ; II, La version de Venise IV, Paris 1941 (= Roland V4) ; III, La chronique de Turpin et les grandes chroniques de France /./, Paris 1941 (la partie des Grandes chroniques publiée dans ce volume constitue ce que j'appelle Roland Primat) ; IV, Le manuscrit de Châteauroux, Paris 1943 (= Roland C) ; VI, Le texte de Paris, Paris 1942 (= Roland P) ; X, Le texte de Conrad, traduction de J. Graff, Paris 1944 (= Rolandslied). Roland O : vers 1100 ; Rolandslied : 1170 ; Roland C et Roland P : fin du 12e siècle ; Roland V4 : entre Roland O et le groupe Roland C et Roland P, mais la copie est du 14e siècle ; sur tout cela, voir La Chanson de Roland, texte original et traduction par G. Moignet, 2e éd. revue et corrigée, Paris 1971, pp. 17-19. Roland Primat : fin du 13e siècle. Lecture suivie de tous ces textes, sauf de Roland O, exploré grâce à J.J. Duggan, A Concordance of the Chanson de Roland, Ohio State University Press 1969, à partir des mots acier, brun, hauberc, heaume, vert (cette Concordance est fondée sur l'édition Mortier).

158Roland O : voir Roland Mortier.

159Roland P : voir Roland Mortier.

160Roland Primat : voir Roland Mortier.

161Roland V4 : voir Roland Mortier.

162Rolandslied : voir Roland Mortier.

163Ronsasvals : Ronsasvals, poème épique provençal, éd. par M. Roques dans Romania 58 (1932), 1-28 et 161-189. 14e siècle : cf. Roland O p. viii. Lecture suivie.

164Rose ou Rose CFMA : Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, publié par F. Lecoy. Je n'ai étudié que la partie de Guillaume de Lorris : Paris, CFMA 92, vers 1-4028. Ecrite "vraisemblablement entre 1225 et 1230" (Rose p. viii). Etudié grâce à R. Bertrand, Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, concordancier complet des formes graphiques occurrentes /./ d'après l'édition de M. Félix Lecoy, 2 vol., Aix-en-Provence 1983-4, à partir des mots acier, blanc, °brant, escu, °espee, hauberc, heaume, vert.

165Saragosse : Roland à Saragosse, poème épique méridional du xive siècle, publié par M. Roques, Paris (CFMA 83). Lecture suivie.

166Sowdone : The English Charlemagne Romances. Part V. The Romaunce of The Sowdone of Babylone and of Ferumbras his Sone who conquerede Rome, re-edited /./ by E. Hausknecht, Londres 1881 (réimpression de 1891). Début du 15e siècle (cf. éd. p. xlvii). Lecture suivie.

167Thomas : Thomas, Les fragments du Roman de Tristan, poème du xiie siècle, édités avec un commentaire par B.H. Wind, Genève-Paris 1960 (TLF 92). Peut-être milieu du 12e siècle (cf. éd. p. 17). Lecture suivie.

168Vengeance Raguidel : voir Raguidel.

169Villehardoin : Villehardoin, La conquête de Constantinople, éditée et traduite par E. Faral, 2e édition revue et corrigée, 2 vol., Paris 1961. Début du 13e siècle. Lecture suivie.

170Yvain : voir Chrétien.

Autres abréviations.

171Achilléide = Stace, Achilléide, texte établi et traduit par J. Méheust, Paris 1971 — Aliscans APF = Aliscans, p. par F. Guessard et A. de Montaiglon, Paris 1870 — Aliscans Rolin = Aliscans, p. par G. Rolin, Leipzig 1897 — Antioche = La chanson d'Antioche, t. I, édition, t. II, étude critique, par S. Duparc-Quioc, Paris 1977-78 — APF = collection Les Anciens Poëtes de la France — Aye = Aye d'Avignon, p. par S. J. Borg, Genève 1967 — Aymeri = Aymeri de Narbonne, p. par L. Demaison, 2 vol., Paris 1887 — Barbastre = Le Siège de Barbastre, p. par J.-L. Perrier, Paris (CFMA 54) — Blancandin = Blancandin et l'Orgueilleuse d'Amour, p. par F.P. Sweetser, Genève-Paris 1964 — Bueve 1 = Der festländische Bueve de Hantone, Fassung I, p. par A. Stimming, Dresde 1911 — Buevon de Conmarchis = Adenet le Roi, Buevon de Conmarchis, p. par A. Henry, Bruges 1953 — CFMA = collection Les classiques français du moyen âge — Chaucer Robinson = G. Chaucer, The complete works, p. par F.N. Robinson, 2e édition, Londres-Oxford 1974 — Croisade albigeoise : La chanson de la Croisade albigeoise, p. par E. Martin-Chabot, 3 vol., Paris, respectivement 1960 (2e édition), 1957, 1961 — Deschamps, voir Eustache Deschamps — Dieudonné = 'Dieudonné de Hongrie' (dit 'Le Roman de Charles le Chauve'), édition critique des folios 49 à 87, par D. Collomp, thèse dactylographiée, 2 vol., Aix-en-Provence 1986 — Enéide = Virgile, Enéide, texte établi et traduit par J. Perret, 3 vol., Paris 1977-80 — Enfances Guillaume = Les enfances Guillaume, p. par P. Henry, Paris 1935 — Enfances Renier = Enfances Renier, p. par C. Cremonesi, Milan-Varese 1957 — Erec Förster = Chrétien de Troyes, Erec, p. par W. Förster, Halle 1890 — Eustache Deschamps SATF = E. Deschamps, Oeuvres complètes, p. par le marquis de Queux Saint-Hilaire, puis par G. Raynaud, 11 vol., Paris 1878-1903 — Fet des Romains = Li Fet des Romains, p. par L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 2 vol., Paris 1935-38 — FEW = W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, Tübingen puis Bâle 1922 sqq. — Fierabras ou Fierabras APF = Fierabras, p. par A. Krœber et G. Servois, Paris 1860 — Fierabras provençal = Der Roman von Fierabras, provenzalisch, p. par I. Bekker, Berlin 1829 — Floriant = Floriant et Florete, p. par H.F. Williams, Ann Arbor 1947 — Folque ou Folque de Candie = Herbert le Duc de Danmartin, Folque de Candie, p. par O. Schultz-Gora, 3 vol., Dresde puis Halle 1909-36 — Foulet, Glossary = The Continuations of the Old French 'Perceval' /./, Volume III, Part 2, Glossary of the First Continuation, par L. Foulet, Philadelphie 1955 — Gay 2 = V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, t. II, texte revu et complété par H. Stein, Paris 1928 — Gaydon ou Gaydon APF = Gaydon, p. par F. Guessard et S. Luce, Paris 1862 — Gdf = F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, 10 vol., Paris 1880-1902 — Gerbert Taylor = Gerbert de Mez, p. par P. Taylor, Namur-Louvain-Lille 1952 — Girart de Vienne = Bertrand de Bar-sur-Aube, Girart de Vienne, p. par W. van Emden, Paris 1977 — GirRos ou GirRos SATF = Girart de Roussillon, p. par W.M. Hackett, 3 vol., Paris 1950-53 — Gui de Nanteuil TLF = Gui de Nanteuil, p. par J.R. McCormack, Genève-Paris 1970 — Huguet = E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, 7 vol., Paris 1925-67 — Huon Bertrand = Huon de Bordeaux. Version en alexandrins (BN f.fr. 1451). Edition partielle [v. 1-3020], par R. Bertrand (thèse dactylographiée), Aix-en-Provence 1978 — Lancelot 2 = Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, t. II, p. par A. Micha, Paris-Genève 1978 — Levy, Supplement = E. Levy, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch. Berichtigungen und Ergänzungen zu Raynouards Lexique Roman, 8 vol., Leipzig 1894-1920 — Littré = E. Littré, Dictionnaire de la langue française, réimpression par Gallimard-Hachette, 7 vol., Paris 1964 — Maugis = Maugis d'Aigremont, p. par Ph. Vernay, Berne 1980 — Mélanges Larmat = Mélanges Jean Larmat, Nice 1983 (couverture) ou 1982 (intérieur) — Mélanges J. Lods = Mélanges de littérature du moyen âge au xxe siècle offerts à Mademoiselle Jeanne Lods, 2 vol., Paris 1978 — MonGuillaume SATF = Les deux relations en vers du Moniage Guillaume, p. par W. Cloetta, 2 vol., Paris 1906-11 — Mort Aymeri = La Mort Aymeri de Narbonne, p. par J. Couraye du Parc, Paris 1884 — Normandie = Benoit, Chronique des ducs de Normandie, p. par C. Fahlin (avec Œ. Södergard pour le t. 3), 3 vol., Uppsala-Wiesbaden-Genève-La Haye, 1951-67 — Otinel = Otinel, p. par F. Guessard et H. Michelant, Paris 1859 — Ott, Couleurs = A.G. Ott, Etude sur les couleurs en vieux français, Paris 1899 — Palerne = Guillaume de Palerne, p. par H. Michelant, Paris 1876 — Parise APF = Parise la duchesse, p. par F. Guessard et L. Larchey, Paris 1860 — Pastoureau, Figures = M. Pastoureau, Figures et couleurs. Etude sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris 1986 — Pharsale = Lucain, La guerre civile (La Pharsale) ; t. I, texte établi et traduit par A. Bourgery, 3e édition, Paris 1958 ; t. II, texte établi et traduit par A. Bourgery et M. Ponchont, 3e tirage, Paris 1962 — Raoul de Cambrai SATF = Raoul de Cambrai, p. par P. Meyer et A. Longnon, Paris 1882 — Raynouard = F.-J.-M. Raynouard, Lexique roman, réimpression de l'original de Paris 1836-45, 6 t., Heidelberg s. d. — Rencesvals Strasbourg = Au carrefour des routes d'Europe : la chanson de geste (Actes du Xe Congrès international de la Société Rencesvals pour l'Etude des Epopées Romanes, tenu à Strasbourg en 1985), 2 vol., Aix-en-Provence 1987 — Robert = P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 2e édition, 1985 sqq. — Rose SATF = Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, p. par E. Langlois, 5 vol., Paris 1914-24 — Rou SATF = Wace, Le Roman de Rou, p. par A.J. Holden, 3 vol., Paris 1970-73 — SATF = Société des Anciens Textes Français — Schultz, HöfLeben 2 = A. Schultz, Das höfische Leben zur Zeit der Minnersinger, t. II, Leipzig 1880 — Seconde Continuation = The Continuations of the Old French 'Perceval' of Chrétien de Troyes. Volume IV, The Second Continuation, p. par W. Roach, Philadelphie 1971 — Suard, Guillaume d'Orange = F. Suard, Etude du roman en prose de Guillaume d'Orange au xve siècle, Paris 1979 — TL = A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, 1925 sqq. — TLF = Textes littéraires français (collection) ou Trésor de la langue française (dictionnaire), 1971 sqq. — Troie SATF = Benoit de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, p. par L. Constans, 6 vol., Paris 1904-12.

***

172Je remercie de nouveau tous ceux qui m'ont aidée et qui, je l'espère, auront retrouvé leur nom au fil du texte. Et puis aussi, je remercie Marguerite Rossi de ses précieuses suggestions ; je remercie Daniel Rocher d'avoir encore une fois soutenu de sa bienveillante érudition mes incursions dans la littérature allemande ; je remercie Jean Subrenat d'avoir mis à ma disposition les ressources de sa bibliothèque, de sa patience et de son autorité ; et je remercie Christine Ynesta, qui a su dompter les caprices d'une machine parfois rétive pour assurer au mieux la dactylographie des présentes pages.

Notes

1 Voir respectivement Orange, note au v. 945 de Al et Huon, note au v. 516.

2 Parise la Duchesse (chanson de geste du xiiie siècle). Edition et commentaires par M. Plouzeau, 2 vol., Aix-en-Provence 1986.

3 Huguet et la partie "Historique" des articles de Littré sont parfois utiles. II ne se trouve pas de vert heaume sous les entrées vert et heaume de l'un et l'autre dictionnaire.

4 Bien que l'article viridis du FEW 14, 507b, sous la formulation "Afr. vert /./ (Wace ; MonGuil)", dissimule en fait deux occurrences de vert heaume relevées au glossaire de MonGuillaume SATF. ("Wace", pour sa part, implique autre chose qu'un vert heaume : voir infra, notes 103 et 105.)

5 En tous ces endroits, l'éd. APF est fiable : comparer Rencesvals Strasbourg, 1218 sqq.

6 Cf. Levy, Supplement, "unendlich oft in der afrz. Epik" (article vert).

7 Sur les notions de "corpus based" et "corpus restricted", voir par exemple A. J. M. Queffelec, pp. 239 et 262 des Mélanges Larmat.

8 Les présentes pages appellent chansons de geste des textes relevant d'un même type formel, sans distinguer par exemple entre des narrations aussi différentes entre elles par le fond ou le ton que Roland O, Parise ou Navarre. Par ailleurs, Gormont est la seule chanson en octossyllabes.

9 On trouvera en annexe la liste des textes du corpus restreint et des indications concernant la manière dont ils ont été dépouillés.

10 Voici, sauf erreur, dans le groupe que constituent à l'intérieur du corpus restreint, les textes lus de bout en bout, l'ensemble des occurrences des mots différents de heaume pour désigner le "casque" : il s'agit d'une part de bacinés, variante de B à verz elmes de CorLo AB 1567 (or, les MSS de la famille B, du début du 14e siècle, forment la partie jeune de la rédaction AB) et d'autre part, de c(h)apel, que l'on trouve dans Villehardoin (paragraphe 168, où il désigne la "coiffure des sergents") et passim dans Navarre et Guillaume de la Barre à côté de elme. (Bacinet de Huon 1921 n'entre pas en ligne de compte : le mot désignerait là une calotte qui se porte sous le casque.) Dans ces textes, ni vert ni aucun mot de sa famille ne se rapporte à c(h)apel ou bacinet.

11 Agu : Ami 370, CorLo A4 1227, Gormont 617, Guillaume 2447, Roland O 1954, Roland C et Roland P passim, entre autres textes ; reont : Ami 212, 1646, Orange A 1037.

12 Ami 1936, Gormont 342, Orange A 990, entre autres textes.

13 Forbi : Navarre 2141, 3084 ; brun ou bruni : Ami 1738, Huon 672, 687, entre autres textes.

14 Aux exemples de la note 81, ajouter, parmi beaucoup d'autres, Ami 1564, Orange B 1826, Roland V4 4372, Navarre 4601 (et cf. ibid. capel luzens 4604), Saragosse 1373.

15 En outre, la séquence où apparaît l'adjectif est fortement perturbée (du moins dans l'édition Mortier, la seule dont je dispose), E ses osberc fu serez et jaceranz ; Ses eumes fu blans et mult reflamboianz : deux atteintes à la mesure en deux vers.

16 CorLo A 2297 (cf. aussi les fors coiffes de CorLo B 1507), Nîmes A 1142.

17 CorLo C 1878, Guillaume 723, Huon 6284, Huon T 1167, Orange A 59, Orange AB 93, Parise 1766, 2240, Roland C 2924, 2937, Roland P 1049.

18 Ami 370, 1599, 1738, CorLo A 410 (= C 179), 1507, 1567, 1983, 2456, CorLo B 2297 ; Gormont 402, Guillaume 134, 222, 1076, 1155, 1499, 2447, 3288, Huon 516 etc. (9 occurrences dans le texte édité, plus Huon P 1859) ; Nîmes A 1067, Nîmes a 1142 ; Orange AB 945, 990, 1086 ; Parise 491, 510, 1843, 1867, 1993, 2201, 2221 ; Roland V4 615 ; Roland C 1580, 1664, 1783, 2025, 2397, 6426 ; Roland P 29, 114, 235, 311, 487, 870, 1584, 2353, 2894, 3458, 3497, 3636, 3847, 3918, 3935, 5032, 5210 ; Ronsasvals 36, 702 ; Saragosse 112, 187, 751.

19 Voir en particulier les exemples de TL 1, 1181-1182 : certains contextes y montrent à l'évidence que les sens de "poli", "luisant" sont les seuls qui conviennent. Dans ces conditions, le brun du heaume d'Erec CFMA 715 (à quoi on ajoutera Erec CFMA 766) n'a sans doute pas sa place parmi les couleurs citées au début de l'article de M. Vauthier dans les Actes du présent colloque ; les heaumes colorés, c'est ailleurs qu'il faut les chercher chez Chrétien : voir note 42.

20 Telle est du moins la situation dans le corpus restreint. La prise en compte d'éléments supplémentaires ne modifie pas sensiblement le tableau ; dans la chanson de geste, elle n'apporterait que deux touches de rouge : voir les passages appelant les notes 31 et 40.

21 Cf., parmi beaucoup d'autres, les heaumes "gemmés" de Buevon de Conmarchis 2514, Barbastre 273, Fierabras 149, 248 (id. dans Fierabras provençal 739), 797 (id. dans Fierabras provençal 1131), 1033 etc., Gerbert Taylor 2718, 12392, 13991 etc., Huon 2352, 5120, 5128 etc. (une douzaine d'occurrences), Parise 491, 1864, 1867. Voir aussi n. 43.

22 Voir le passage appelant la note 73.

23 Voir les notes 34, 77 et 105 ainsi que les passages appelant ces notes.

24 Voir Foulet, Glossary, p. 312.

25 Cf. l'article de M.M. Dufeil, n. 131 et appel de cette note. Mon éd. de Parise met en évidence passim d'autres pratiques discutables de Gdf.

26 Ott, Couleurs, p. 49 ; le texte porte Qnand au lieu de Quand. On aura noté que la rubrique ne cite pas d'épée.

27 Voir infra note 89.

28 Gay 2, 438a. On doit également ôter des articles "vair (cheval)" et "vair (yeux)" du même dictionnaire (Gay 2, 438-439) quelques formes à rattacher au radical de viridis.

29 Consulter mon édition de Parise, passim.

30 Mais le moyen français a pu écrire vert pour vair dans le cas de la fourrure voir Gay 2, 438, repris avec plus ou moins de constance par l'article varius du FEW 14 ; je doute toutefois, pour m'être reportée aux éditions, que vert pour vair (la fourrure) se trouve vraiment dans les Miracles de Notre Dame SATF (éd. G. Paris et U. Robert, 8 vol.) et dans Eustache Deschamps SATF (11 vol.) : contrôler à partir des glossaires de ces éditions.

31 Passage du MS BN fr. 1622, de Gerbert de Metz, selon les éditeurs de Raoul de Cambrai SATF, qui le citent p. 312 ; ma note au v. 491 de Parise imprime à tort et pour ou.

32 Le glossaire de Saragosse s. v. vert omet l'attestation du v. 187 ; l'"Index des mots [r]elatifs à la civilisation et aux mœurs" de la même éd., dans la section consacrée à l'art militaire, relève de nombreuses occurrences de elme, sauf ces trois-ci !

33 Voir note 30. Cf. encore l'article vert de Foulet, Glossary et Saragosse p. 58, où sont mentionnés (entre autres) des chevaux. Mais n'oublions pas que les textes offrent parfois de splendides chevaux (vivants !) dont la polychromie a pu faire penser qu'ils étaient peints, comme le rappelait M. Lecoy lors du présent colloque : cf. par exemple Erec CFMA 5280, et Peire Vidal apud Gay 2, 439 ; le vert (non le vair) est en ces textes une de leurs couleurs.

34 Voir infra notes 76 et 77 ainsi que les passages les appelant.

35 C. Enlart, Manuel d'archéologie française /./, t. III (non t. II, comme l'indique E. Martin-Chabot), Le costume (Paris 1916), p. 452. Sauf erreur, ce volume ne parle jamais de vert heaume.

36 Voir n. 1. Cl. Régnier conserve inchangée sa note au v. 945 d'Orange A1 jusqu'à l'édition de 1987 de la "petite" Prise d'Orange ; je remercie le Professeur Régnier d'avoir bien voulu me communiquer ce renseignement.

37 Mais les attestations de Maugis 1648 et 3522 sont curieusement absentes de l'article verdïer du glossaire, qui relève cinq occurrences du verbe : il se rapporte toujours à de l'herbe.

38 L'éditrice imprime painture.

39 Déjà relevé par Schultz, HöfLeben 2, 58.

40 Enfances Renier 9833 ; il est vrai que les croix pourraient être en relief, ou même surmonter les heaumes.

41 Voir note 31.

42 2094-2095 ; je modifie la ponctuation de l'édition (voir aussi n. 63) ; cet exemple est cité par P. Ruelle, n. au v. 516 de Huon.

43 Cf. Si fiert Hardré sor son elme luisant, Que flors et pierres contreval en descent (Ami 1564-5), Pieres et flors en (du heaume) a jus craventé (Huon 1917), Pieres et flours en a jus devalé (ibid. 8112), Pierres et flors en volent en sablon (Roland P 1912). On pourrait multiplier les exemples. Dans ces conditions, des syntagmes tels que elme flori (Huon 2143) ou "heaume à fleur" (voir Navarre p. 536), ne se réfèrent pas nécessairement à des heaumes peints.

44 "Les souliers de la duchesse /./" ; ces Mélanges sont sous presse depuis quelques années.

45 "Meler. 5938" selon Schultz, HöfLeben 2, 58.

46 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.

47 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.

48 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.

49 Tous ces ouvrages sont référencés à la note 125.

50 Voir Norman, Arms, p. 24 (les références de l'ouvrage sont données note 125). Dans un groupe serré, dont les coiffures se touchent, se voient deux casques à compartiments rouges et bleus, un entièrement bleu, un tout rouge, un couleur de métal non peint, deux verts, un brun, un compartimenté rouge et métal non peint.

51 P. Martin, Armes et armures, p. 13 (voir références note 125).

52 Voir R. Lejeune et J. Stiennon, La légende de Roland dans l'art du Moyen Age 1 (Liège 1966), 55.

53 Villehardoin, paragraphes 155, 156 et 469, où l'auteur signale chaque fois que les heaumes sont "lacés". Selon P. Martin, Armes et armures (voir références note 125), p. 136, Villerhardoin aurait écrit à propos d'événements de "1220" : "Tout de telle manière était peint le heaume qu'il avoit en chef ; je n'ai pas retrouvé ce passage dans Villehardoin (P. Martin n'en donne pas les références) et en 1220, notre auteur était déjà mort (cf. Villehardoin 1, pp. xii-xiii). Il n'y a pas de heaume chez Robert de Clari.

54 Cf. Philippe de Navarre p. 59.

55 Voir appel de la note 68.

56 C'est le cas dans Roland Primat (où le mot "heaume" se lit p. 77).

57 Voir le troisième paragraphe du présent article. Toutefois, on ne trouve pas de vert elme dans Navarre, qui relate aussi des faits proches et fait un large usage de formules (cf. entre tant d'autres sobr'els pintatz escutz 995, ab les escutz pintatz 2035, e dels pintatz escutz 4986, per los camins politz 722, 1324, 2129).

58 On retrouvera ces heaumes de Fergus à l'article heaume de TL et dans Navarre, p. 536 et p. 579 (je n'ai accès à aucune édition de Fergus).

59 On retrouvera ces heaumes de Fergus à l'article heaume de TL et dans Navarre, p. 536 et p. 579 (je n'ai accès à aucune édition de Fergus).

60 Quand le vert apparaît dans ces contes, il qualifie autre chose que des armes.

61 Voir appel de la note 42.

62 Voir appel de la note 62 et ajouter Ses iaumes fu a un vert coing, Raguidel 372.

63 Plus un heaume d'une chanson citée dans Guillaume de Dole ; il n'est pas vert.

64 Après Erec, on continue de trouver des heaumes dans les romans de Chrétien, mais plus jamais accompagnés de ces épithètes, sauf lors de la première apparition de chevaliers dans Perceval : les hiaumes clers et luisanz 130, qui, en ce texte, évoquent une lumière céleste. L'aspect des heaumes, qui relève au début du cliché, prend valeur symbolique.

65 Dans Guillaume de Dole, au contraire, aucun adjectif stéréotypé ne s'adjoint au mot heaume, malgré la présence de séquences qui rappellent le style épique (cf. Tant i ot escu et tant heaume Embarré, copé et fendu 2696-7) ; de façon générale, le style de Galeran me paraît plus lâche que celui de Guillaume de Dole ; mais il y a bien des manières d'exploiter les différences de style pour résoudre la question de la Verfasserschaft de Galeran !

66 Raguidel A 3159 ; M porte Ses cevax ert noirs con corbiax, moins bon dans le passage, car les deux MSS nous ont déjà informés que Ses cevax fu plus noirs que meure (Raguidel 3156) ; sur l'apparition du cimier, voir Pastoureau, Figures, p. 140.

67 J'interprète ce vers comme construit apo koinou ; on pourrait aussi modifier la ponctuation ; au moment où j'écris cette note, je ne puis prendre connaissance des variantes du passage, n'ayant pas accès à d'autres éditions qu'Erec CFMA.

68 Pour Troie, Floriant et Fergus, se reporter au passage précédant l'appel de la note 55.

69 Lancelot 2, p. 157. Je dois à l'obligeance de M. de Combarieu, que je remercie, à la fois la citation, la référence, et l'assurance que nous avons là le seul vert heaume du Lancelot en prose.

70 Fet des Romains, respectivement p. 492 et 661. Merci à H. Charpentier des multiples informations et citations qu'elle a eu la gentillesse de m'envoyer touchant les couleurs dans les Fet.

71 Voir par exemple Méraugis 5386, Raguidel 590, Charrette 5714, Perceval 2594, Cligès 4677. Cf. le tournoi d'Oxford, où Cligès combat successivement sous des armes noires, vertes et rouges.

72 Chronique d'Ernoul /./ publiée par M.L. de Mas Latrie, Paris 1871, p. 237. Je remercie H. Charpentier d'avoir attiré mon attention sur ce passage.

73 Cf. Méraugis 5385, Raguidel 2978, 3156, Charrette 5643, 6026, Cligès 4761, 4816, 4822.

74 Je ne l'ai trouvée que dans les passages appelant les notes 62 et 63.

75 Cf. Erec 2097, 3675, 5793, Cligès 4891, Yvain 870, Charrette 3613, Raguidel 1126. Sur le sens de "brillant", voir note 78.

76 Une cinquantaine d'occurrences de blanc hauberc dans les chansons du corpus restreint. Deux exceptions à la teinte "blanche" dans l'ensemble du corpus (non "restreint", donc), tous genres littéraires confondus : El dos li vestent son hauberc jazerant, Rouge est la maille plus que n'est feu ardent (CorLo AB 2454-5 ; la rédaction C (v. 2389) ne mentionne pas de couleur ; le vers manque dans D), et Del negro oberg le maie li vait rompant (Roland V4 3635, qui correspond à Roland O 3466 : De sun osberc li derumpit les pans). Notons que si le hauberc est traditionnellement blanc, la broigne est beaucoup moins souvent qualifiée ainsi (sans doute est-ce une trace du sens étymologique) ; je ne puis guère citer que La blanche broine de Gormont 72 et Blanche est la broigne d'Enfances Renier 1943.

77 Escu a lïon : Roland P 169, 3530, 6365, Roland C 1715 etc., Ami 215 etc., CorLo CFMA 970, 2123 ; vermeille targe : CorLo CFMA 411, 911, Orange AB 1064. Formules diverses de chansons tardives : targe qi fu jaune a flor, Roland C 2856 ; escus vers, Huon 1106 (peut-être les seuls boucliers verts de toutes les chansons du corpus restreint), escu d'asur bis, Huon 1745, entre autres.

78 Voir références dans le présent colloque, article de F. Dubost, note 22.

79 Cf. le passage correspondant aux notes 23 à 30 du présent article.

80 J. Blanchard et M. Quereuil dans leur traduction d'Ami (Paris 1985) adoptent les vues de P.F. Dembowski : les vers elmes aguz 370 deviennent "leur heaume à pointe bien poli", les vers elmes gemméz 1599, "leurs heaumes luisants ornés de pierreries" et le vert elme burni 1738, "son heaume étincelant".

81 Mais le verbe de elme verdoiant d'Enfances Guillaume 3100 n'est pas consigné dans le glossaire de l'édition.

82 Comparer FEW 14, 511a (sur verdoyer) et la note 105 et ce qui l'appelle.

83 Voir les articles du FEW 15 et de TL 1, Parise, note au v. 1866, ainsi que la note 38 de ma contribution aux Mélanges Larmat (pp. 223-238), "De l'aubinaille /./" ; joindre à cet ensemble un curieux exemple de blanche et blonde dans les Fet des Romains (p. 625), et un intéressant blanchet dans le Dit du Prunier édité par P.-Y. Badel (Genève 1985), v. 344.

84 Voir supra note 19, FEW 15, 306 sqq., Siebel, Harnisch (référencé infra, n. 125), p. 161, le français moderne brunir, terme d'orfèvrerie, et, à propos de l'anglais brown et to burnish, l'article de M.-Cl. Blanchet, "Des bruns et des couleurs", pp. 78-87 des Mélanges J. Lods.

85 Dans le cas de brun, on a pu proposer deux étymons correspondant aux deux sens de "sombre" et "poli" : voir I. Dal résumée par le FEW 15, 309-310.

86 Vert heaume bruni : Buevon de Conmarchis 2277, 2701, Ami 1738, Aye 1102, Aymeri 4123, Mort Aymeri 752, Roland P 3918, Croisade albigeoise, t. 3, p. 248, Enfances Renier 11938. Vert heaume luisant : Antioche 2593, 8134, Aye 378, Bueve I 7565, CorLo A 2456 (= C 2389), Huon 1167, Nîmes a 1142, Orange AB 1086, Roland C 2397, Roland P 870, 2353, 3458, 3935, Ronsasvals 36, 702, Saragosse 187 (voir supra, appel de la note 32). Les exemples de la présente note ne se bornent pas aux textes du corpus restreint.

87 Cette éd. omet malheureusement les var. de 5 MSS.

88 Comparer Aliscans APF 1272. Je n'ai pas accès à l'éd. Wienbeck, Hartnacke, Rash de Halle 1903.
Par ailleurs, Huon 1177 manque dans T et Maugis 1648 manque dans M.

89 Il serait curieux d'étudier les répartitions de elme et de heaume dans les textes qui connaissent les deux formes.

90 En outre, dans Ronsasvals, elme vert (voir n. 88) ou elme /./ vert 481 apparaissent dans les mêmes conditions (sauf au v. 139, où il est question d'un combat).

91 Les exceptions sont Parise 1993 et Guillaume 3288, mais sur ce dernier vers, voir le commentaire précédant l'appel de la note 100a.

92 Sur les rapports entre les sens de "aiguiser" et "faire briller" voir le FEW 15, 310a.

93 Saragosse 187 et 488.

94 Cf., à propos de Sarrasins avant le combat : Des dur healmes qu'il unt a or sartid, Tres lur espalles tut li bots en reflanbist, Guillaume 236-7.

95 Respectivement 1154-5 et 2446-7.

96 Des chiés lor ostent les vers elmes gemméz et Dou chief li ostent le vert elme burni.

97 Desoz les coiffes les verz heaumes laciez et Desoz les cotes les blans hauberz saffrez, Desoz les coiffes les verz elmes gemez de CorLo A 1507 et 1566-7.

98 Notons que dans Guillaume, la répartition des qualifiants de heaume confirme l'existence de deux parties pour cette chanson (dont on a reconnu depuis longtemps que le début, jusqu'au v. 1980, doit provenir d'un poème plus ancien que celui qui est à l'origine de la seconde partie). Donc, avant le v. 1980, tous les qualifiants de heaume précèdent le mot ("dur" 236, "bon" 723, "petit" (lequel n'est pas une épithète de nature) 1542, "vert" passim, cf. n. 18), sauf de sun chef 1845 ; à partir du v. 1980, si l'on rencontre encore deux fois vert heaume (voir n. 18), apparaissent de nouveaux qualifiants, situés à droite de heaume et en fin de vers : luisant 1983, "gemmé" 2319, "aigu" 2447, 3245 et u le brun ascer luist cler 3295.

99 Cf. entre autres, pendant des combats, Et le vert elme a un petit quassé (Huon 1877), Et des verz elmes font les pieres quasser (Roland C 6426), Dex ! tant vers elmes i a esquartelez (Roland P 1584, cf. ibid. 3918, 5032).

100 L'exemple se trouve, un peu déformé, dans Ott, Couleurs, p. 141.

101 Il est vrai que la scripta du MS de Rou II permettrait de voir dans vert une graphie pour vair. On lit dans Rou SATF, t. 3, p. 260, une description claire et utile de la façon dont est conçu le glossaire ; il semblerait, à lire cette page, que l'ensemble de Rou SATF ne présente pas d'autre occurrence de vert et de vair que Rou II 3241 et Rou II 3360.

102 Raynouard 5, 513a ; le passage de Girart de Roussillon correspond à une var. de GirRos SATF 2434.

103 FEW 14, article viridis, p. 507b ; cet endroit et le passage référencé supra n. 77, semblent être les seuls de l'article viridis du FEW qui concernent vert et verdoiier apparaissant dans des contextes qui nous intéressent (armes). Le FEW reproduit sans examen l'interprétation des éditeurs : comparer supra le passage précédant l'appel de la note 29.

104 Le mot vert de cette attestation est rendu par "grün", sans commentaire, par W. Förster, Wörterbuch zu Kristian von Troyes' sämtlichen Werken (Halle 1933).

105 Référencé comme "Troie 11244" par Ott, Couleurs, p. 141 ; l'attestation se retrouve dans Troie SATF 11380.

106 "/./ jenes Glänzende als grün aufgefasst wurde, wozu denn auch das bekannte vert elme stimmt", Folque de Candie, t. 3, p. 24.

107 Voir le passage compris entre l'appel des notes 80 et 81.

108 Roland O 1362.

109 Li Romans de Garin le Loherain, éd. P. Paris, t. 2 (1835), p. 119.

110 Cf. les épées ou heaumes d'acier dans Roland O 1953, 2089, 3603 par exemple.

111 Je ne me borne pas au corpus restreint.

112 Selon le glossaire de l'éd., encr' signifie "de couleur foncée".

113 Seconde Continuation, p. 576.

114 Voir n. 111 ; l'attestation a été relevée par Fr. Michel, Navarre, p. 538.

115 Voir n. 111. Le v. correspondant dans l'éd. J.E. Vallerie de Garin (Ann Arbor 1947), v. 7600, est Entre ses poinz .I. roit espiel forbi ; cette éd. ne reproduit qu'un MS.

116 Voir le passage suivant l'appel de la note 85 ; par ailleurs, vers brans de Roland P 278 est dans une laisse qu'on ne retrouve pas dans Roland O.

117 Le travail fait à partir de recueils de relevés de mots n'est pas entièrement fiable il faudrait inclure tous les mots désignant des objets susceptibles de comprendre de l'acier, chauces, lance etc.

118 Cf. supra, cler brant pour vert brant, flamboiier pour verdoiier.

119 Perlesvaus, p. 103. En dehors de cette épée, le vert de Perlesvaus est une couleur de l'héraldique (voir l'article de F. Dubost dans le présent colloque, où l'on trouvera aussi les références de l'éd., à laquelle je n'ai pas accès) ; il s'applique par ailleurs à de l'herbe, à des feuillages, ainsi qu'aux yeux de la bête glatissante, eux aussi comparés à la couleur de l'émeraude (br. IX). Je dois ces renseignements à l'obligeance de F. Dubost, que je tiens à remercier.

120 Gaydon APF 4425.

121 Cf Pastoureau, Figures (ouvrage souvent mentionné dans le présent colloque), 15 sqq. Si nos romanciers aiment "bleu" et "azur" (voir le passage d'Erec situé à l'appel de ma note 63 et le passage situé entre l'appel des notes 71 et 72), si l'on trouve du bleu dès Roland O (999, 1800), il n'en reste pas moins que les chevaliers monochromes de mes lectures revêtent exclusivement le noir, le blanc, le rouge, deux fois le vert.

122 Cf. le FEW 15, 147.

123 M. Vidal dans Télérama 1932 (janvier 1987), p. 26.

124 J.F. Finó, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes en France au moyen-âge, dans Gladius 3 (1964), 47-66 ; Cl. Gaier, Les armes, Louvain 1979 avec mise à jour de 1985 ; P. Martin, Armes et armures de Charlemagne à Louis XIV, Paris 1967 (je n'en ai lu que le chapitre intitulé "L'habillement de tête") ; V. Norman, Armes et armures, adaptation française de R.-J. Charles, Paris 1966 ; A. von Reitzenstein, Der Waffenschmied. Vom Handwerk der Schwertschmiede, Plattner und Büchsenmacher, Munich 1964 ; M. de Riquer, L'arnès del cavalier. Armes i armadures catalanes medievals, Barcelone 1968 ; E. Salin et A. France-Lanord, Rhin et Orient. Le fer à l'époque mérovingienne. Etude technique et archéologique, Paris 1943 ; H. Bartlett Wells, Contributions to the history of the heat treatment of steel (largely from the evidence of sword blades), dans Journal of the Arms and Armour Society VI, 8 (1969), 217-238 ; A.R. Williams, Methods of manufacture of swords in Medieval Europe : illustrated by the metallography of some examples dans Gladius 13 (1977), 75-101.
A quoi s'ajoutent S.J. Herben Jr., Arms and armor in Chaucer, dans Speculum 12 (1973), 475-487 ; G. Siebel, Harnisch und Helm in der epischen Dichtungen des 12. Jahrhunderts bis zu Hartmanns 'Erek', Hambourg 1978 ; J. Wathelet-Willem, L'épée dans les plus anciennes chansons de geste. Etude de vocabulaire, dans les Mélanges R. Crozet 1 (Poitiers 1966), 435-449, car ces auteurs font une part assez large aux realia.

125 Cf. Norman, Armes et armures, pp. 60 et 63 ; Reitzenstein, Waffenschmied, pp. 23, 24 et 68. Les ouvrages sont référencés à la note 125.

126 Voir Williams, Methods (cf. n. 125), pp. 75-76.

127 Voir Williams, Methods (cf. n. 125), pp. 75-76

128 V. 2610.

129 V. 5546, 6387.

130 V. 4987.

131 Voir n. 125.

132 "Li Romans d'Alixandre, p. 133, v. 7", selon Fr. Michel, Navarre p. 538. (Il s'agit vraisemblablement de l'éd. Michelant, Stuttgart 1846.) J'incline à voir dans chacun des qualifiants de ce passage un véritable adjectif de couleur.

133 L'édition ponctue, à tort selon moi, brant, vert de color.

134 Voir supra le passage compris entre les appels des notes 87 et 88.

135 Pour la datation de Guillaume, lire la belle argumentation de J. Frappier, puis sa conclusion, "la vraisemblance penche en faveur d'une date de composition qui ne s'éloigne pas à l'excès de l'époque du Roland d'Oxford" (Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange 1, Paris 1955, 156). Le même ouvrage rappelle avec raison que l'actuel Guillaume comporte deux parties ; voir à ce sujet ma note 100a.

136 Je cite J. Wathelet-Willem présentant le corpus objet de son étude sur L'épée dans les plus anciennes chansons de geste, p. 435 (cf. ma n. 125). Est-il nécessaire de préciser que dans les présentes pages ces textes sont désignés par les abréviations de Rolland O, Guillaume, Gormont, Nîmes et CorLo ?

137 Voir Salin et France-Lanord, Le fer (ouvrage référencé note 125), p. 124.

138 Opposer entre autres Enéide II 545, III 286, V 490 et Enéide II 510, 671, V 306, 557, VI 260.

139 Volkstümliche Vergleiche im Französischen nach dem Typus 'Rouge comme un coq', Bâle 1929.

140 Au moyen âge, on ne trouve pas davantage ces associations dans l'épopée de Guillaume le Breton, la Philippide (ni du reste dans sa Chronique). Par ailleurs, pas plus que Virgile, Stace ou Lucain il ne qualifie le fer de "vert" ou "verdoyant".

141 J. Whatelet-Willem, p. 726 de sa contribution aux Mélanges M. Delbouille (2 volumes, Gembloux 1964), A propos de la technique formulaire dans les plus anciennes chansons de geste. L'entourage du mot heaume est décrit, sans plus, pp. 720-721 (t. II).

142 Je n'ai pas eu le loisir d'examiner les autres remaniements en vers du Roland.

143 Roland O 2500 Laciet son elme, ki est a or gemmet, Roland P 2894 De son chief oste son vert elme gemé (gestes de Charlemagne avant de s'endormir) ; Roland O 3046 XX. milie sunt, ço dient mit li Franc, Roland P 3458 XXX. M. furent as vers elmes luisans ; Roland O 3142 Lacet sun elme, ki ad or est gemmet, Roland P 3636 En son chief fist .I. vert elme fermer ; Roland O 3306 Luisent cil elme as perres d'or gemmees, Roland P 3847 Sor ces vers elmes a moult pierres saielées (sic). On notera que les verz heaumes de P apparaissent indifféremment dans le premier ou le second hémistiche. Il y aurait aussi à mener une étude sur la place du syntagme à l'intérieur du vers.

144 Cf. Graff, Rolandslied, p. xv.

145 Cf. Rolandslied 3345, 4092, 4579, 4642 etc. Consulter également Siebel, Harnisch (voir ma note 125), où sont étudiées certaines épithètes du Helm dans la poésie allemande médiévale (grün ne figure pas parmi les adjectifs retenus par Siebel).

146 Sur les rapports entre les versions provençale et françaises, voir entre autres E. Melli dans Rencesvals Strasbourg, 879 sqq. et L. Formisano, ibid., 1239 sqq.

147 Les citations du Fierabras provençal renvoient respectivement aux vers 2717, 3103, 497 et 1482 de l'édition Bekker.

148 Chaucer Robinson, p. 565.

149 Voir supra le passage suivant l'appel de la note 66.

150 Cf. Rose SATF, variantes des vers 1187 sqq.

151 En outre, l'article de Herben, Arms and armor in Chaucer (qui inclut d'ailleurs dans son étude le Romaunt of the Rose "as though it were Chaucer's in its entirety"), ne manque pas d'énumérer (p. 478) les épithètes du helm chez cet auteur : le mot signifiant "vert" ne figure pas dans la liste (et, me reportant, dans le texte de Chaucer Robinson, aux occurrences de helm signalées par Herben, je ne trouve pas non plus de casque vert). L'article de Herben est référencé à la note 125.

152 Cf. Hausknecht, p. xxiii sqq. de Sowdone.

153 Cf. Sowdone 46, 50 etc. et Vppon the helme, that was of stele (1268) ou bien He caught his helme in grete Ire, That wroght was of goode fyne stele With Perlis pight, Rubeis and Saphire, 1156 sqq. (Pour des raisons techniques, je modifie légèrement les graphies de l'édition.)

154 Voir Hausknecht, p. xlvii de Sowdone.

155 Cf. par exemple Huon Hawes, pp. 47, 97, 105, 108 etc.

156 Voir Corpus restreint, entrée Huon Hawes.

157 Dans les Prosafassungen (voir Corpus restreint) complétées, pour certains épisodes du Couronnement de Louis, par les pp. xcvii-cvi de l'édition de cette chanson par E. Langlois (Paris 1888).

158 Cf. Suard, Guillaume d'Orange, p. 223.

159 Voir ibid., pp. 198 et 218. L'auteur ne commente pas la disparition du groupe vert heaume.

160 Voir Dieudonné, pp. 26 et 48.

161 Cf. Roland O 1022, 1042, 1329, 1946, 2171, 2499, 3484.

162 Respectivement Orange AB 1086 et Orange D 197.

163 Ainsi par exemple, on trouve dans Parise sept occurences de vert heaume (cf. supra note 18) et six de blanc hauberc ; les syntagmes ne voisinent qu'à deux reprises (1866-67 et 1993).

164 Voir ma note 65.

165 Erec 2097, 3675, 5793, Yvain 870.

166 Cf. Roland O 3864.

167 Cf. supra note 66 et lire l'article d'H. Charpentier dans le présent colloque. Je remercie notre collègue paloise de m'avoir communiqué références et contextes.

168 Sur ces textes, consulter les notes 155, 156, 159 ainsi que les passages qui les appellent.

169 Respectivement, A. Sternberg, Die Angriffswaffen im altfranzösischen Epos, Marbourg 1885 et J.-P. Martin, Les motifs de la chanson de geste. Définition et utilisation, université de Paris III 1984.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540