Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les couleurs au Moyen Âge

Contributions aixoises

Les couleurs dans le cycle du Lancelot-Graal

Micheline de Combarieu du Gres

Texte intégral

1PLAN.

2Les couleurs de la nature 454

3Les couleurs des visages 466

4Les couleurs de la vie quotidienne 480

5Les couleurs des noms 488

6Les couleurs de l'héraldique 492

7Les couleurs du sang et des armes 512

8Les couleurs de l'autre monde 515

9Les couleurs des héros 552

10Couleurs et structure 557

11Notes 572

12Appendice : Liste des écus portés par les héros du Lancelot-Graal 584

13Cette contribution représente un état (très) développé de la communication que j'ai présentée au Colloque et qui correspondait à la dernière partie (Couleurs et structure) de ce nouvel ensemble. Je remercie en la personne de J. Subrenat le président du CUER.MA qui m'a permis cette notable augmentation.

  • 1 L'édition d'A. Micha (Paris-Genève, 9 vol., 1978-1983) en reproduit certaines - hélas en noir ! - (...)
  • 2 Datant du xive ou du xve siècle, ils reflètent par exemple la mode du bleu qui s'est, entre temps, (...)

14Les manuscrits à miniatures du cycle du Lancelot-Graal1 en trahissent à deux égards l'esthétique : ils utilisent une palette de couleurs beaucoup plus large et variée que le texte2 ; ils colorent également tous les éléments qu'ils représentent : décor intérieur et extérieur - châteaux, forêts, etc...-, costumes des dames et des chevaliers, mais ils ignorent les "gros plans" de visages sur lesquels le texte s'attarde parfois. Ils sont une fête pour les yeux, toujours pour les nôtres, sans doute encore plus pour les privilégiés d'alors qui pouvaient les contempler ; mais ils ne se targuent nullement de fidélité à l'oeuvre qu'ils illustrent, - au moins sur le plan de la couleur, allant jusqu'à ne pas tenir compte de certaines indications du texte, se conformant d'ailleurs en cela au goût du public peut-être plus que ne le faisait le roman lui-même, tenant aussi à exploiter les richesses multiples d'une palette que la conformité à l'écrit aurait laissée(s) inemployée(s). Détail significatif par exemple : Lancelot, détenu par Morgue, et voyant un peintre s'activer près de lui, a l'idée de charmer sa nostalgie en peignant sur les murs de sa prison l'histoire de sa prouesse et de son amour ; il demande donc à l'artiste de lui prêter ses couleurs... mais aucune d'elles n'est mentionnée ; et lorsque l'auteur décrit les scènes représentées par Lancelot, la seule notation de couleur qui intervienne fait référence non pas au tableau, mais à l'épisode vécu :

Lors dist au prodome qui poingnait qu'il li donnast de ses colors a faire .I. ymage en la chambre ou il gist...

  • 3 Les citations et références renvoient :
    pour le Lancelot, aux 9 volumes de l'édition d'A. Micha, Pa (...)

Au nombre des "ymages" peintes, l'une le représente au tournoi des 100 chevaliers "ou il porta les armes vermeilles".
Lancelot, t.5, p. 52 et 543

15De façon générale, le regard (intellectuel) en quête de notations de couleur dans le Lancelot-Graal risque d'être, au premier abord, déçu. Le texte s'écrit essentiellement à partir de substantifs et, surtout, de verbes. Peu nombreux sont les adjectifs, et encore moins ceux qui donnent à voir. La description des sites, des personnages n'est pourtant pas absente, mais elle fait une place très restreinte aux notations de couleurs ; il n'est pas rare de devoir attendre l'une d'entre elles pendant une dizaine de pages, et parfois beaucoup plus ! Ensuite, le prisme des couleurs est restreint, les nuances absentes. D'où une impression de monotonie, devant ces chevaux immanquablement blancs ou noirs, ces manteaux de "samit vermeil" au mieux "forres d'ermine", ces "eve(s) noire(s)", cette "erbe vert". Lors des tournois et dans le cours des aventures, les couleurs des "armes" ne sont jamais systématiquement évoquées...

16Peut-on ne pas s'en tenir à ces constats sans portée ? Pour poser la question autrement, le Lancelot-Graal est-il indifférent aux couleurs, ou leur fait-il jouer un (des ?) rôle(s) qui ne reposerai (en)t ni sur le réalisme de l'expression, ni sur le pur plaisir du lecteur devant l'éclat, la variété et le nombre, dans la mesure où les exemples précédents suffisent à montrer que ce ne sont pas là les critères qu'il met en oeuvre ?

17On remarquera d'abord une extrême disproportion entre les notations concernant la nature et celles qui, par objets interposés ou non, concernent les personnages.

LES COULEURS DE LA NATURE

  • 4 Il est impossible de ne pas signaler la Forêt Bleue (seule occurrence de cette couleur autrement q (...)
  • 5 Son antonyme est "clere" que, non sans hésitation, nous n'avons pas considéré comme une notation d (...)
  • 6 On pense évidemment à la scène des "trois gouttes de sang sur la neige" dans le Perceval de Chréti (...)

18Deux couleurs suffisent pour les paysages : le vert pour l'herbe (et beaucoup plus rarement les arbres)4 ; le noir pour les rivières5 et la nuit. Rien sur le bleu du ciel, sur les gris et blancs des nuages... à vrai dire, ni le ciel, ni les nuages ne sont même mentionnés ; rien sur les bruns de la terre ; rien sur les multiples couleurs de la mer que les héros du Lancelot et de la Mort Artu traversent pourtant à plusieurs reprises et sur laquelle naviguent, pendant de longs mois, ceux de la Queste ; rien sur le changement automnal des couleurs... et rien sur la neige6, alors que les quêtes du Lancelot ne s'arrêtent pas pendant la mauvaise saison. Déjà à ce niveau, tout est ramené aux personnages : le texte parle de la fraîcheur des nuits - encore froides en avril, précise-t-il, ou déjà froides en octobre, quand les gelées s'annoncent - et de la canicule de la Saint-Jean d'été, parce qu'il nous montre alors les héros craignant les unes et souffrant de l'autre, cherchant un endroit frais où se reposer et se désaltérer, ou un logis pour ne pas coucher dehors. Mais le spectacle du monde n'intéresse pas l'auteur parce que cela n'est d'aucun intérêt pour les personnages ni pour l'appréhension que nous pouvons avoir d'eux. Ce qui ne veut pas dire que l'homme médiéval ne regarde pas les couleurs de la forêt ni de la mer, mais que les héros du Lancelot-Graal, précisément parce qu'ils sont des personnages - plus exactement "ces" personnages -, et non des personnes, nous sont montrés comme exclusivement ordonnés à une fin romanesque, - quête de l'aventure, de l'amour et du Graal, mais ni promenade, ni voyage. Aussi, à y bien regarder, ce vert et ce noir ne sont eux-mêmes pas que des notations d'un réalisme descriptif.

  • 7 Lancelot, t.7, p. 273 ; t.1, p. 307 ; t.2, p. 397 ; t.4, p. 41 et 227 ; t.b, p. 33 ; Queste et Mor (...)
  • 8 Lancelot, t.8, p. 145 ; t.2, p. 354 ; t.4, p. 1 ; Queste, pp. 215 sq. (Arbre de Vie), p. 251 ; Mor (...)

19L'herbe est verte par nature... c'est-à-dire par convention, - y compris à la lumière de la lune (t.4, p. 215) (où elle devrait plutôt être brune), sous un pin (t.5, p. 233) (où elle ne devrait pas pousser), et dans les jonchées des salles seigneuriales où, même souvent renouvelée, elle ne devait pas le rester longtemps7. On voit comment on passe d'un élément d'observation réaliste (le vert printanier, et même estival, vu l'aire géographique représentée, de la végétation) à des valeurs poétiques et symboliques : dans le temps, l'herbe verte, plus rarement les arbres verts8, sont associés au retour de la belle saison... qui est celle de l'aventure :

"... j'estoie chi dalés en une forest, si avoie cachié toute jor tant que che vint envers miedi. Si avoie moult grant caut... si me fui couchiés en ma chemise en l'ombre d'un chicamor sor l'erbe verde que iert sor une fontaine... et la ou je dormoie, si vindrent.II. damoiseles..."
Lancelot, t.8, pp. 231-232

  • 9 Lancelot, t.7, pp. 244-45 ; t.8, p. 231 ; t.1, pp. 261, 277, 326 et 359 ; t.2, pp. 76 et 259 ; t.4 (...)

"... vit .I. tertre molt grant et halt... si vient au piez desouz, si trove illec une belle sauçoie vert et plaine d'arbroisiax. Il regarde celle part et voit .I. paveillon de cendal vermeil el mi leu del pré...
Lancelot, T.4, p. 19

20Dans l'espace, ces notations participent du "topos" du "locus amoenus", - et la liste des éléments qui le constituent idéalement selon Matthieu de Vendôme permet précisément de comprendre pourquoi on trouve tant d'herbe verte et si peu d'arbres verts :

  • 10 Matthieu de Vendôme, cité par E. Faral. Les arts poétiques des 12e et 13e siècles, Paris, 1924, p. (...)

Flos sapit, herba viret, parit arbor, fructus abundat,
Garrit avis, rivus murmurat, aura tepet10.

21Même le vert profond et résistant du pin pourra être passé sous silence aux dépens de la couleur pourtant plus fragile de 1'herbe :

... et voit une fontaine dont l'eve estoit clere et froide... si sordoit en une valee desouz .IIII. pins qui moult randoient grant ombre entor l'erbe verdoiant...
Lancelot, t.5, p. 233

  • 11 CF. M.L. Chêneraie. Le chevalier errant dans la littérature arthurienne, Paris, 1986.
  • 12 C'est cette "eau" qui est souvent dite "clere" : le plaisir qu'elle offre de façon immédiate au ch (...)
  • 13 L'expression a servi longtemps dans la tradition chrétienne à désigner le paradis. Cf. Ph. Ariès, (...)
  • 14 Cf. l'épisode de la fontaine empoisonnée (Lancelot, t.4, pp. 134 sq.).

22Le roman en fait un élément plaisant pour la halte du chevalier errant11 et souvent mis en situation d'une façon qui en renouvelle l'artifice : l'évocation de la canicule qui accable les cavaliers débouche sur celle de la clairière offrant une oasis de fraîcheur : un rond de verdure, une source pour boire12, un bel arbre pour se mettre à l'ombre et, peut-être, pour dormir, - un lieu qui paraît (merveilleusement ?) épargné par la brûlure du soleil qui assoiffé et dessèche, "locus refrigerii, lucis et pacis13, un paradis (devenu ici) ombreux, et (trompeusement) paisible car le serpent et la mort sont en ce jardin14. Où le vert dénote cependant la vie annuellement et toujours renaissante. Témoin ce texte où l'absence de vert, révèle, "in absentia", sa valeur :

... une lande molt bele et molt large et molt deli-table a cuer d'ome, s'ele fust vers et florie comme ces autres ; mes ele estoit si durement seche que de totes les erbes del monde n'i avoit il tant dont l'en poîst un aignel pestre.
Lancelot, t.l, p. 326

23Ce que corrobore explicitement le sens donné, dans la Queste del Saint Graal, au rameau de l'Arbre de Vie qui devient-vert lors de la conception d'Abel par Eve :

... et la verdor qu'il prist (il devient "verdoianz come herbe de pré" : on retrouve la valeur ar-chétypique de l'herbe en fait de vert, p. 215) et la flor et li fruiz fu senefiance de la semence qui desoz lui avoit esté semee...
Queste, p. 216

24Le "topos" est d'ailleurs plus indiqué que développé : les éléments descriptifs qui le constituent canoniquement ne sont jamais tous présents. Et même, en dehors de la "mise en situation" générale avec le personnage, que nous avons mentionnée, on se demande si, parfois, la mention précise de l'herbe verte ne correspond pas à une intention particulière.

25Le texte évoque par exemple l'enfance de Lancelot :

Et Lancelos se fu remés en la forest, si se jut moult longuement desous un chesne en l'erbe vert... si sambloit bien hom qui de bois venist car il avoit la cote de bois vestue, courte a mesure et de verde color, un capelet de feuilles en la teste...
Lancelot, t.7, pp. 244-245

26Ne faut-il pas voir une continuité signifiante entre le vert de l'herbe et celui du vêtement de Lancelot, - (jeune) homme des bois, "puer rusticus" ou "silvaticus", enfant sauvage élevé à l'écart du monde (c'est-à-dire de la cour), mais en même temps "viridus", "verdoianz" comme le rameau de l'Arbre de Vie ? Ne faut-il pas aussi y percevoir un préécho du Lancelot frénétique de l'âge adulte qui quittera à nouveau le monde de la cour (c'est-à-dire de l'aventure et de l'amour) pour revenir dans les bois, mais cette fois près d'y mourir :

... si fu em poi d'ore tainz et noirs del souleil et del halle et fu empiriez de ce qu'il travillot trop et mengoit petit : si fu tex atornez, ainz que li premers yvers passast, qu'il n'est home, qui devant l'eust veu et le vaist lors, qui jamais l'antercast por Lancelot, s'il ne l'avisast moult...
Lancelot, t.6, p. 207

27Lancelot au printemps, Lancelot en hiver...

28Lorsqu'Yvain tente l'épreuve des souterrains d'Escalon le Ténébreux, où il se trouve plongé dans un air puant et glacé (L. t.1, p. 200), sans pouvoir rien distinguer autour de lui ("il ne vit gote", p. 261), lorsque, assommé par des adversaires qu'il ne voit même pas, il perd conscience, puis, revenu à lui, se traîne à tâtons, guidé par une vague lueur, pour s'effondrer sur le pas de la porte où Lancelot l'attend, ne sera-t-on pas sensible au contraste entre toute cette obscurité, ce sentiment d'une mort frôlée sans jamais pouvoir même être combattue, et cette vision du monde du dehors, - lumière et vie -, suggérée par un seul adjectif :

(Lancelot)... se lance a lui, se le treit fors par les espaules, si le coche sor l'erbe vert...
Lancelot, t.l, p. 261

29Et n'est-ce-pas un contraste, cette fois non plus entre le noir et le vert, mais entre le rouge et le vert, que l'auteur établit lorsque, décrivant le passage du Pont de l'épée par Lancelot où celui-ci s'écorche pieds et mains, il achève sur cette notation :

Et il en tert jus le sanc a l'erbe vert...
Lancelot, t.2, p. 59

  • 15 Cf. ci-dessous : Les couleurs du sang et des armes.

30Contraste, là encore, non seulement de couleurs mais de valeurs : si le noir est une des couleurs de la mort, le rouge - celui du sang versé, toujours dit "vermaus" dans le roman15 - peut avoir la même signification. Dans les deux cas donc, le vert garde le sens symbolique que nous avons dit, celui de la vie.

31On peut trouver que certaines de ces analyses sollicitent le texte. Aussi bien, en me référant à Matthieu de Vendôme, j'ai voulu mettre, l'accent d'abord sur le caractère rhétorique et stéréotypé de ces notations. D'autre part, je suis tout à fait convaincue, - et j'y reviendrai à plusieurs reprises au cours de cette étude - du fait qu'il ne faut parler de "symboles" - ou de "senefiances", et je préfèrerai souvent ce mot, moins "marqué" - qu'avec prudence. Mais ce que je crois aussi, c'est que l'art du Lancelot-Graal est souvent une technique de l'énigme et du questionnement. A partir de cas dans lesquels l'intention de "senefiance" n'est pas contestable, il nous amène à nous interroger sur des cas comparables dans lesquels elle l'est. C'est alors que la lecture se fait quête. Et ce qui pousse le lecteur dans cette voie, c'est l'évident souci, chez le romancier, de ramener tout ce qu'il écrit à son projet littéraire propre : bien sûr, il utilise des "topoï", mais comme des outils au service de son récit, non comme des morceaux en soi.

32Une autre variante du "locus amoenus", celle du jardin, le montre bien. On ne la rencontre guère qu'une fois dans l'ensemble du cycle, lorsque Lancelot est retenu prisonnier par Morgue. Le temps passe et lui dure. Et voici qu' "a l'entrée de may... vint a une fenestre et s'asist por veoir la verdor" (L. t. 5, pp. 61-62). La vie de Lancelot s'est comme arrêtée, mais le chant du monde va lui ouvrir le coeur : jamais printemps n'a été si beau que vu à travers des barreaux, jamais fleurs n'ont si bien parlé d'amour :

... il vit la verdor qui li faisoit son cuer resjoîr et la rose qui chascun jor espanissoit fresche et vermeille, se li souvint de sa dame la roine et de sa face clere et vermeille que la rose li amentevoit touz diz ; car quant il regardoit la rose, il li sambloit que ce fut la coulor sa dame, si ne savoit pas laquele estoit la plus vermeille, la rose ou sa dame..
Lancelot, t.5, pp. 61-62

33"L'amour de (lui) s'y est enclose / Dedans un très beau jardinet". Jamais herbes n'ont si bien redonné la vie :

Lors gete la main par mi sa fenestre et la tant por panre la rose, mes en nule manniere n'i puet avenir, car trop ert loing. Lors retrait sa main a lui et resgarde les fers de la fenestre, si les voit forz a merveille... Lors prant .II. de cels fers a .II. mains et les tire si forz qu'il les a touz desronz... Atant se mist Lanceloz fors de la chambre et vet la ou il avoit veu la rose... si l'atouche a ses ieuz et a sa bouche et la met en son sain emprès sa char. Lors s'adresce vers la tor et troeve l'uis ouvert...
Lancelot, t.5, pp. 62-63
Cf. aussi le récit que Lancelot fera à la reine de son évasion : Lancelot, t.6, p. 29·

  • 16 Au t.8 du Lancelot, la première rencontre secrète de Lancelot avec la reine a lieu la nuit dans un (...)
  • 17 Autre exemple, après celui du Pont de l'épée, où apparaissent liés la "verdor" de la nature (signi (...)

34Jardin d'amour où la rose est suffisant emblème de la dame absente, jardin qui n'est pas le lieu paisible de la jouissance amoureuse16, mais image de l'amour qui fructifie et vivifie celui qui l'éprouve au point de lui faire un moment transcender les limites humaines17 pour le renvoyer sur les chemins de la quête.

35Qu'en advient-il de tout ce vert printanier, mais courtois, chevaleresque, amoureux, dans la Queste ? Si la couleur y est toujours présente, on observe des déplacements de son champ d'application. Les vertes jonchées - estivales et festives à la fois - dans les salles des châteaux où l'on s'efforce de faire noble accueil à l'hôte de passage disparaissent : le temps n'est plus à ces fêtes profanes. Cependant, on trouve toujours herbe et arbres verts. Mais quels devenus ! L'annonce du renouveau printanier n'est présentée qu'en relation avec la fête religieuse qui le marque :

Après Pasques, au tens novel que totes choses treent a verdor, et cil oiesel chantent...
Queste, p. 251

36Les jonchées d'herbe servent à faire des lits austères - où sont passés les "covertors" d'hermine ou de "samit vermeil" ? - pour les chevaliers que des ermites hébergent :

Cele nuit jut Bohors sus l'erbe vert que li clers coilli delez la chapele.
Queste, p. 160

37Si l'herbe verte se montre, c'est dans un cimetière :

... un cimetière tot plain d'arbrisiax fueilluz et d'erbe vert, et estoit tot plain de beles tombes...
Queste, p. 245

38- tout le contraire, on en conviendra, du lieu de la rencontre amoureuse et de l'aventure chevaleresque. Si l'aventure et l'amour apparaissent maintenant comme des leurres et des erreurs, le texte n'en signifie pas pour autant que la seule réalité soit celle de notre future mort, ce qui donnerait à ce vert une signification contraire de celle qu'il a jusqu'alors revêtue. Car ce cimetière, c'est celui des "bones puceles" qui ont versé leur sang pour tenter de guérir la lépreuse et qui vivent éternellement :

... et la verdor qu'il (= l'Arbre de Vie) prist... fu senefiance... qu'ele seroit toz dis vert en Nostre Seignor, ce est a dire en bone pensee et en amoreuse vers son creator.
Queste, p. 216

39L'herbe verte, c'est aussi le pré que Gauvain voit en songe, où paissent des taureaux, - vision non tant pastorale que morale (Queste, p. 149) :

"Par le pré devons nos entendre humilité et patience qui toz jors sont vives et en lor force..."
Queste, p. 156

40Le vert, c'est enfin et surtout, le "fuseau" vert qui orne le lit de Salomon, celui qui a été coupé sur l'Arbre de Vie devenu vert après la conception d'Abel par Eve ; mais s'il est dit "verdoianz come herbe de pré", c'est sa valeur symbolique qui compte... et c'est à ce passage que nous avons, à deux reprises, emprunté les textes sur la "senefiance" du vert !

41Est-ce à. dire que nous sommes là aux antipodes du Lancelot ? Convenons que, sur ce point précis, l'écart est plus grand que nous ne le constaterons sur d'autres. Le "pré vert" du songe de Galehaut - songe dont la portée n'est pas explicitée mais qui semble être en rapport avec l'emprisonnement de Lancelot dont la nouvelle va affliger le héros immédiatement après - n'a évidemment pas de "senefiance" morale à l'instar de celui de Gauvain, - il participe seulement de la constitution du "locus amoenus" qui va aussitôt se dégrader en lieu de douleur et presque de mort :

Endementiers qu'il dormoit, si comença a songier et li fu avis qu'il estoit en un jardin desouz un grant arbre qui si estoit si chargiez et de flors et de foules que trop grant merveille estoit a veer, et il s'aloit desos cel arbre reposer por ce qu'il estoit las : si se cochiet en l'erbe vert, et quant il se regardoit, si voit chaoir de cel arbre et flors et foilles...
Lancelot, t.1, p. 359

42Notons cependant la constante fragilité de ces lieux imaginés pour le bonheur humain, dans lesquels le coeur ne peut jamais, en définitive, trouver le repos. N'est-ce-pas une base possible pour une invite à chercher radicalement ailleurs ? Quant aux lits faits de jonchées d'herbe, le Lancelot ne les ignore pas : si, en un premier temps, on les voit mentionnées pour servir au transport de chevaliers blessés :

Et Lancelos meesmes apareillie al chevalier sa litière entre lui et la damoisele, si li font son lit al plus soef que il pueent d'erbe vert...
Lancelot, t.1, p. 195
Cf. aussi, Lancelot, t.2, p. 276

43c'est-à-dire associées à la douleur... mais à la chevalerie terrienne, en un deuxième temps apparaît déjà la halte chez l'ermite :

... et jurent sor grant plenté d'erbe vert que li hermites avoit aportee dou bois por fere lor lit.
Lancelot, t.5, p. 213

44L'éclairage du motif est quelque peu différent de celui de la Queste : ici, l'hôte accueille le chevalier comme il le peut ; il ne s'agit pas pour ce dernier de se livrer à une pratique pénitentielle... mais le motif y est. Enfin, le texte par excellence du printemps profane et amoureux, celui de Lancelot au jardin de Morgue, inclut, lui aussi, la référence à Pâques, que nous avons, en un premier temps, volontairement laissée de côté. Il faut donc rétablir le texte dans son intégralité :

Quant vint après la Pasque, a l'entree de may, que Lanceloz vit les arbres...
Lancelot, t.5, p. 61

45Si la pensée de Lancelot ne se tourne alors nullement vers Dieu, si la mention de Pâques est le fait non du héros mais du romancier, le jalon n'en est pas moins posé pour le lecteur.

46Enfin, soulignons la disparition totale de ces notations dans la Mort Artu, - comme s'il n'y avait plus place alors ni pour l'aventure chevaleresque, ni pour la connaissance morale de soi et du monde... ni pour la vie. Le champ de bataille de Salesbières ne peut-il s'assimiler à cette lande "si durement sèche que de totes les erbes del monde n'i avoit il tant dont l'en poïst un aignel pestre" ?

47L'"eve" noire participe, elle, du "topos" opposé, celui du "locus terribilis". Placée sur le chemin du chevalier, elle représente un obstacle naturel difficile, - parfois d'ailleurs compliqué par l'art et par le romancier : ponts et ouvrages fortifiés défendant le passage, gardiens nombreux à affronter, etc... :

  • 18 Lancelot, t.7, p. 419 ; t.1, p. 83 ; t.2, pp. 123, 201 et 312 ; t.6, p. 194 ; Queste, pp. 146 et 2 (...)

Et s'ils l'abatent en mi l'eve, nus fors Dieu ne l'en puet garantir qu'il ne soit mors, kar trop est profonde et rede et si noire durement que por noient seroit en abisme ki cherroit ens.
Lancelot, t.1, p. 28118

  • 19 Plus de peur que de mal aurions-nous tendance à penser. Ce n'est pas évident pour qui vit, histori (...)

48A soi seule, la couleur de l'eau connote le danger qu'elle fait courir au héros, et peut-être, en même temps, la crainte qu'elle lui inspire : honte de tomber à l'eau du haut de ces ponts malignement trop étroits et fléchissants19, danger de se noyer, - l'armure est lourde, le chevalier ne sait pas nager -, de mourir sans pouvoir se défendre et d'une mort redoutée entre toutes : qu'adviendra-t-il, au jour de la Résurrection, de ce corps qui n'aura pas été enterré en terre chrétienne, et de l'âme qui l'avait animé ? L'enfer, lieu de la plus redoutable mort, est lui aussi, associé à la couleur noire ; tout naturellement donc dans la Queste, l'"eve noire" sera en relation avec le diable. Aussi, ne pourrait-on jurer que quelque insinuation infernale ne fût pas déjà suggérée, à la conscience (ou à l'inconscient) du lecteur dans les rivières aventureuses du Lancelot.

49Mais là où, dans le Lancelot, elle avait d'abord pour fonction de tester le courage du chevalier et sa générosité (osera-t-il tenter la traversée pour poursuivre son chemin, pour venir en aide à la jeune fille qui l'appelle ?), elle est, dans la Queste, le moyen d'une mise en garde spirituelle : ce n'est pas tant qu'elle soit devenue un obstacle infranchissable qui est notable mais le fait qu'elle devient l'outil d'une réflexion du héros, - façon de lui apprendre qu'il ne doit pas compter que sur lui-même pour progresser (au sens matériel et au sens figuré), mais aussi sur la grâce de Dieu : sur la rive de l'"eau marcoise", Lancelot qui, jadis, se rappelait son enfance "lacustre" pour se refuser à renoncer à la traversée d'une rivière qu'on lui présentait comme dangereusement mortelle (Lancelot, t.1, p. 295), s'adresse à Dieu :

Et s'il entre en l'eve, il ne voit mie coment il en puisse eschaper sanz peril : car ele est noire et parfonde si qu'il n'i porroit prendre pié... estre en proieres et en oroisons vers Nostre Seignor...
Queste, p. 146
Cf. aussi, p. 246

  • 20 Lancelot, t.8, p. 188 ; t.4, pp. 278 et 302 ; t.5, p. 240 ; t.6, p. 205 ; Queste, pp. 57, 194 et 2 (...)

50Ces suggestions inquiétantes se retrouvent peut-être, mais avec beaucoup moins de netteté, lorsque l'adjectif "noir(e)" qualifie le temps et non plus l'espace. La nuit "noire" l'est moins en elle-même que dans la mesure où elle empêche de voir et, par là même, d'agir20 :

Tant parolent ensamble li hermites et Bohors qu'il fu tans de couchier, car la nuiz estoit noire et oscure.
Lancelot, t.4, p. 278

  • 21 Cela arrive une fois à un valet, jamais à un chevalier.

51C'est, très normalement donc, le temps du repos. Il n'y aurait sans doute rien de plus à en dire si l'on n'était frappé, à lire le Lancelot, du soin que les chevaliers, tout errants qu'ils soient, mettent à ne pas coucher dehors. Si la crainte ne s'en explicite pas vraiment, il n'en est pas moins vrai que, toute quête cessant, quand vient l'heure de "vespre", le chevalier cherche un gîte ; et si le roman présente quelques cas de chevauchée à la lumière de la lune, (en ce cas donc, il n'y a pas nuit "noire"), il n'y a aucun exemple de nuit passée entièrement dehors21. Derrière cette prudence, cette recherche de la maison pour la compagnie du dîner et la tranquillité du sommeil, ne faut-il pas deviner un souci de se protéger de puissances maléfiques ? La Queste précisera, semble-t-il, ces suggestions, en leur ajoutant une coloration morale, lorsqu'elle évoquera les difficultés rencontrées par Lancelot dans sa quête du "Bon chevalier" :

Et Lancelot chevaucha après le chevalier tout le travers de la forest en tel manière qu'il ne tient ne voie ne sentier, ainz s'en vet si come aventure le meine. Et ce li fet mout mal que il ne voit ne loign ne près ou il puisse prendre sa voie : car mout ert la nuiz oscure.
Queste, p. 57

52S'il ne peut prétendre rejoindre Galaad, c'est certes qu'on ne peut s'orienter de nuit, mais c'est aussi parce que, dans la nuit (intérieure) du péché où il se trouve, il ne peut accéder à la compagnie lumineuse de son saint fils.

  • 22 Lancelot, t.1, p. 205 ; t.4, p. 300 ; Queste et Mort : néant.
  • 23 Lancelot, t.7, p. 416 ; t.2, pp. 34 et 41. Cf. aussi, t.4, p. 315 ; Queste et Mort : néant.

53On retrouve la même connotation de souffrance, de mort -matérielle et spirituelle - dans deux types de lieux auxquels s'applique le qualificatif de "noir" : les prisons22 et certains lieux d'épreuves chevaleresques23. Ces éléments m'amènent à sortir du cadre des éléments naturels qui limitait jusqu'à présent mon propos ; mais la parenté de valeur qu'y présente l'adjectif "noir" avec celle qu'il revêt associé à l'"eve" et à la nuit m'ont amenée à me donner cette liberté.

  • 24 Un texte à part est celui du t.4, p. 315 : il s'agit d'un songe, mais la maison noire dont la jeun (...)

54La prison, "puis" ou "chartre", souterraine, aussi "parfonde et noire"... que l'était la rivière, est alors présentée comme une antichambre de la mort : c'est moins un lieu de détention qu'une façon de faire périr de mort lente celui qu'on y enferme. L’absence de toute lumière fait déjà un infirme du prisonnier. Résister à pareil traitement ne peut être que le fait d'un "héros" ; le motif est ainsi conciliable avec la mise en valeur du chevalier qui risquait, autrement, d'y être appréhendé comme diminué : réduit à l'inaction impuissant pour les autres, et même pour lui), totalement dépendant d'autrui24.

55Certaines aventures amènent également le héros à pénétrer dans des lieux souterrains et "noirs" qui mettent à l'épreuve son courage par le cadre même où elles se déroulent. Tels les souterrains de la Douloureuse Garde où Lancelot devra se risquer pour mettre fin aux "mauvaises coutumes" du château, - car l'avoir conquis n'y suffit pas :

... et voit a l'entree un puis dont la flairors est moult puans et del puis issoit toute la noise qui par laiens estoit oïe... Li chevaliers voit le puis noir et hideus, et d'autre part iert uns hons qui ot la teste noire com arremens et par mi la bouche li vole flambe toute perse et li oeil li luisent comme carbon ardant...
Lancelot, t.7, p. 416

  • 25 The Anglo-Norman voyage of St Brendan, éd. by I. Short and B. Merriles, Manchester U. P. 1979, vv. (...)

56Ce n'est pas exactement l'Enfer... mais c'est un lieu infernal. La description associant puanteur, vacarme et obscurité suffit à établir le rapprochement, - La Navigation de saint Brendan, parmi beaucoup d'autres exemples, utilise les mêmes détails, même si son enfer est une montagne en même temps qu'une "fosse"25. Quant aux personnages, que Lancelot y rencontre, dira-t-on qu'il s'agit d'un "hons", (même si sa description avec l'association du noir ou du rouge, les deux couleurs du feu qui tue, fait penser à un diable), puis d'un automate de cuivre (p. 417) ? Ou dira-t-on, avec le texte d'ailleurs, qu'il s'agit là d'"enchantemens" (p. 417), c'est-à-dire d'une magie à la portée des humains, - témoin Niniène ? Mais c'est le même texte qui dit :

... si en sailli... une si grant noise qu'il fu avis que tout li diable i fussent, et por voir estoient il diable.
Lancelot, t.7, p. 418

57Quelle Figure de Sauveur se profile-t-elle donc derrière celle de ce héros qui "est descendu aux enfers", et par qui "la tristesse sera changée en joie" :

Lors font moult de lui grant feste... si ne seroit pas la joie legiere a dire c'on fait de lui.
Lancelot, t.7, p. 413

58La Douloureuse Garde peut bien alors devenir la Joyeuse Garde. Certes, à ce stade de l'histoire, le héros-titre a déjà "trouvé" son nom : il est bien Lancelot et ne sera pas Galaad. Mais déjà aussi, dès ce premier volume du cycle, les aventures, terriennes quant à la "matière" (Lancelot délivre ici des corps souffrants) pourraient bien avoir un arrière-plan spirituel, et nous préparer à la délivrance des âmes captives.

59Lancelot connaîtra une deuxième aventure comparable, celle du Saint Cimetière (t.2, pp. 31-41).·Notons que le rapprochement avec la Douloureuse Garde y est explicite :

... si li membre de la Dolorose Garde...
Lancelot, t.2, p. 33

60Entre autres "merveilles", le lieu recèle une "volte noire et oscure" (p. 34) d'où se dégagent un vacarme assourdissant et une fumée suffocante, - la parenté d'esprit des deux lieux est patente. C'est là que se trouve la tombe de Symeu, neveu de Joseph d'Arimathie, puni par le feu pour ses péchés : Lancelot y rencontre pour la première fois sa limite : seul Galaad pourra délivrer Symeu comme celui-ci l'explique à Lancelot :

"... tu n'es pas li mieldres des buens... kar cil qui sera buens chevaliers n'est pas encore avant venus et molt est sa venue pres. Cil sera buens et biais et de si vertuoses teches que, si tost com il metra le pié dedens ceste chambre, estaindra ceste anguoissose flambe qui ci art et degaste m'ame et mon cors".
Lancelot, t.2, pp. 35-36

61Lancelot n'a pas le monopole de ces aventures de l'obscurité souterraine. Ce peut aussi être le fait d'Yvain, mais qui échouera (Aventure d'Escalon le Ténébreux, t.l, p. 260) avant que Lancelot, encore lui, n'y réussisse (pp. 262 sq.) ; si nous n'en parlons pas davantage ici, c'est que le terme "noir" n'est pas employé pour décrire le lieu où pourtant "on ne voit goutte" (p. 261).

62Prisons et souterrains "noirs" disparaissent de la Queste et ne réapparaîtront pas dans la Mort Artu. En tant que lieux d'aventures chevaleresques, on le comprend : ils n'ont plus leur place dans la quête célestielle, ni dans un récit où les guerres remplacent les aventures. Il est plus surprenant que n'aient pas été davantage réemployées leurs suggestions infernales. Il me semble qu'il s'agit d'une volonté délibérée : lorsque Galaad délivrera Symeu de sa tombe ardente, il ne sera même plus fait allusion à la "noirceur" du lieu :

Et quant il vint laienz, si resgarda en la cave qui estoit desoz le mostier. Et quant vit la tombe qui ardoit si merveilleusement...
Queste, p. 264

63Comme si la puissance lumineuse de Galaad suffisait à dissoudre les ténèbres. Le temps n'est plus de la descente aux Enfers mais de l'élévation au Paradis.

64Si le vert vivant peut être trompeur, le noir mortel est véridique : ce monde est lieu d'épreuves. Ce n'est décidément pas en lui que le coeur pourra trouver le repos.

65Vert rhétorique et Noir symbolique, le réalisme est déjà loin. L'élaboration poétique apparaît, elle, très sensible.

LES COULEURS DES VISAGES

66A côté de ces cercles verts et de ces coulées noires, la couleur se montre, en taches plus restreintes, sur les visages des personnages...

  • 26 Cf. P. Rousset, Recherches sur l'émotivité à l'époque romane, CCM, 1959, fasc. 1, pp. 53-67.

67Elle sert à y marquer les émotions. Le Lancelot-Graal, fidèle en cela à une sensibilité de type roman26, donne beaucoup d'importance aux manifestations par le corps des sentiments éprouvés. Elles en soulignent la violence et la sincérité et appartiennent aux registres, parfois mêlés, de la douleur, de la honte et de la colère. C'est déjà une indication importante sur la tonalité du roman. Certes, il y est aussi question de joie : toutes les victimes des mauvaises coutumes, libérées par les chevaliers, en ressentent et la manifestent. Témoins les prisonniers du pays de Gorre libérés par Lancelot (t.2, épisode de la "charrette") ou, exemple que le changement de nom même rend plus évident : la Douloureuse Garde devenue la Joyeuse Garde... Mais, peut-on dire que celle-ci méritera encore son (nouveau) nom dans la Mort Artu, lorsqu'elle sera devenue le lieu de l'affrontement armé entre Arthur et Lancelot, non plus siège d'enchantements maléfiques que le courage d'un homme peut réduire, mais emblème de ce royaume divisé contre lui-même et destiné à périr ? Aboutissement rendant vaine l'aventure libératrice, et pire que le point de départ, puisque le mal n'est plus "au dehors", dans les étrangères "mauvaises coutumes", mais "au dedans" dans le coeur des chevaliers arthuriens et que les libérateurs sont impuissants à s'en affranchir. De plus, dès le départ, cette joie n'est guère partagée par ceux qui la suscitent. Il est remarquable qu'on ne trouve qu'un exemple d'émotion joyeuse manifestée par le changement de couleur du visage, dans tout le cycle, - encore s'agit-il d'un comparse : Banin, le filleul du roi Ban, devient tout "vermaus" (Lancelot, t.7, p·240) sous les paroles louangeuses qu'Arthur lui adresse pour sa prouesse, - encore un certain embarras vient-il nuancer le caractère positif de cette réaction.

  • 27 Lancelot, t.7, p. 174 et 246 ; t.8, p. 90 ; t.1, pp. 72 et 307 ; Suite du cycle, Queste et Mort in (...)

68En revanche, le rouge, c'est celui des yeux irrités d'avoir beaucoup et longtemps pleuré ("rouges et enflés" est l'expression qui revient le plus souvent)27. Qui pleure ainsi ? Aussi bien les hommes que les femmes, mais s'il y a plus d'exemples masculins que féminins, c'est parce que le roman comprend plus de héros que d'héroïnes. Pourquoi pleure-t-on ? Pour ainsi dire jamais sous l'effet de la souffrance physique. Le seul exemple que j'ai trouvé (Lancelot, t.1, p. 238) est celui d'une jeune fille qui a été soumise à une véritable torture : suspendue par ses tresses à une branche d'arbre, les mains liées si serré qu'elle les a "totes trenchiees jusqu'as os" : a force de crier, elle est devenue aphone et "del plorer que ele avoit fet estoient li oeil roge et enflé contremont". Inutile, je crois, d'admirer avec quelque scepticisme le courage des combattants blessés et celui des malheureux/ses "bendé(e)s" de fer et lardé(e)s d'épées que l'on rencontre d'un bout à l'autre du cycle pour la façon dont ils vont jusqu'à "se pasmer" stoïquement... pour ne rien dire des ébouillantés qui mijotent sans fin dans leurs cuves ! Si, dans le premier cas, on peut penser que l'habitude des combats est une explication à la fois possible et réaliste, les autres relèvent sans contredit d'une convention. En fait, c'est non pas aux maux des corps mais aux souffrances de l'âme que le romancier - il emploie souvent le mot "cuer" - veut nous intéresser : c'est donc à elles qu'il réserve les manifestations les plus visibles de la douleur.

  • 28 Cf. aussi, t.1, p. 307.

69Le sujet de chagrin le plus souvent illustré est celui que cause la séparation d'avec un être cher. Enfants et adultes y réagissent de même : des petits Lionel et Bohort séparés de leur précepteur Pharien (Lancelot, t. 7, p. 174) à Lancelot séparé de la reine (Lancelot, t.8, p. 90 ; t.1, p. 72), ou à Niniène quittant Lancelot (Lancelot, t.7, p. 246)28.

  • 29 Lancelot, t.7, p. 110 ; t.1, p. 315 ; Cf. aussi t.2, p. 143.

70Mais la douleur et l'indignation vont parfois de pair. La même notation des "iauz roges et enflez" se trouve associée à des termes comme "courouz, couroucié" : c'est le cas de la demoiselle éplorée (Lancelot, t.4, p- 126) qui crie justice et vengeance contre le chevalier qui a enlevé sa soeur29.

71Le rouge, c'est aussi celui des yeux mais surtout du visage "échauffé" par la même sorte de sentiment lorsque la colère tend à prendre le pas sur la douleur : telle est la réaction de Lionel enfant apprenant qu'il a été déshérité par Claudas :

... et li oeil li rougisent de mautalent et li vis li escaufe ; si est avis a chaus qui l'esgardent que par tout le vis li doie li sans salir...
Lancelot, t.7, p. 110
Cf. aussi Lancelot, t.7, p. 72 et t.l, p. 315

72La mise en relation de ces manifestations avec le sentiment éprouvé et avec la situation qui l'explique est toujours évidente ; elle est parfois explicite :

Quant la demoiselle vit devant li... l'ome qu'ele haoit plus mortelment, si li eschaufa li cuers et li viaires li rogi.
Lancelot, t.2, p. 143

73Enfin, Le rouge, c'est celui de la honte, - important pour une civilisation où compte tant le regard de l'autre. Car il monte au visage de qui est confronté avec autrui. La réaction de Banin, étudiée ci-dessus, en était déjà un exemple. Un chevalier accusé de mentir par une demoiselle rougit de honte :

... ot honte et rougi tous...
Lancelot, t.8, p. 248

  • 30 Lancelot, t.7, p. 427 ; t.8, pp. 248 et 431 ; t.2, p. 187 ; t.4, p. 23 ; t.5, p. 36 ; néant jusqu' (...)

74Mais la honte éprouvée par les héros provient plutôt du sentiment qu'ils craignent d'apparaître, ou qu'eux-mêmes se perçoivent comme s'étant conduits de façon peu courtoise avec leurs égaux, comme n'ayant pas respecté la hiérarchie des personnes à la cour, comme n'ayant pas fait preuve d'assez de modestie, - intéressante version chevaleresque de l'humilité... surtout quand on se rappelle l'importance que cette vertu aura dans la Queste ; dans le Lancelot, autant il convient de se montrer hardi face à L'adversaire, autant il faut prendre garde de ne pas se surestimer par rapport aux amis. C'est un des points sur lesquels les héros se montrent aussi scrupuleux que, parfois, subtils. C'est ainsi que Lancelot rougit (Lancelot, t.1, p. 427) de ce que son nom ait été révélé a Gauva in alors que lui-même ne s'estime pas encore digne de revendiquer son identité face aux preux de la cour arthurienne ; ou parce qu'il a "osé" combattre Gauvain qu'il n'a pas reconnu (Lancelot, t.8, p. 431)30.

75Cette honte est non pas celle du "méchant" qui prend conscience de sa faute, mais celle du "preux" qui craint de ne pas avoir été assez "sage". Elle introduit une note de délicatesse dans le prisme par ailleurs violent et triste des manifestations "en rouge" de l'émotion.

76On remarquera le peu de variété de ces manifestations physiques ; c'est le contexte qui en donne le sens lorsque le texte ne l'explicite pas par ailleurs. L'avantage est de ne pas figer et réduire à un seul concept un ensemble souvent beaucoup plus riche de sentiments multiples. Lorsque Pharien explique au jeune Lionel qu'il a été déshérité par le roi Claudas, la réaction de l'enfant ne mêle-t-elle pas précisément, douleur, honte et indignation (Cf. texte cité ci-dessus, page précédente). En revanche, le texte est très sensible à la violence de l'émotion et de son expression ; l'extrême brutalité de certaines pulsions des héros est soulignée par des détails :

... mais quant il fu iriés a chertes,... estoit avis que par mi le pomel des joes li sailloient goutes de sanc toutes vermeilles...
Lancelot, t.7, p. 72
Même notation à propos de Lionel (cf. texte cité ci-dessus)

77Le rouge apparaît ici dans son rapprochement explicite avec le sang, dans son double rapport paradoxal à la vie et à La mort : couleur de la vie poussée à son paroxysme, dans celui du sentiment éprouvé, il est aussi celle du sang versé, le "sanc vermaus" qui rougit les armes au cours des combats, sang vivant que l'on ne voit jamais noircir, vermeil comme la rose, et comme la joue des héros et des héroïnes, car, entrant en combinaison avec le blanc, il colore, vivement mais simplement, les beaux visages pleins de santé des personnages.

  • 31 Sur cette notion de mesure dans les couleurs, cf. ci-dessous l'analyse du portrait de Lancelot.

78Cependant, le rouge n'est pas la seule couleur qui traduise l'émotion sur le visage des héros en les faisant précisément, comme nous le disons, "changer de couleur", puisque celle-ci a pour conséquence d'altérer cette mesure harmonieuse de vermeil et de blanc qui en est l'idéal31 Il y a aussi, manifestant un trouble profond, la perte de couleur du visage :

(Lancelot est introduit devant la reine) :
... a toute la color perdue... tramble si durement que a paines puet la roine saluer...
Lancelot, t.8, p. 104

79Il y a enfin le noir, mais qui renvoie à une atteinte qui pourrait bien être mortelle, et nous ferait passer du registre de l'émotion proprement dite à celui de la perte de conscience, non plus vie poussée au paroxysme - sang affleurant sous la peau - mais peut-être mort par démesure :

(Artus apprenant que c'est Kex qui revient et non Lancelot comme il l'escomptait) :
... si est si corrociez qu'il am pert toute la color et devient noir comme cendre...
Lancelot, t.6, p. 9

(Galehaut est amené à penser que Lancelot ne l'aime pas) :
... et de la vint la grans ire dont la noire dolors le prist al cuer qui onques puis ne le laissa.
Lancelot, t.l, p. 347

  • 32 On pourrait rapprocher ce passage de celui qui évoque en ces termes le géant Mauduit, nocturne et (...)

80On remarquera d'ailleurs que, dans le second exemple, l'adjectif qualifie le sentiment lui-même et non sa traduction par une coloration modifiée du visage. Il me semble que ce passage montre bien comment, pour une sensibilité de type (encore) roman, corps et coeur sont intimement liés32.

81La violence de l'émotion, placée sous le signe de deux couleurs dont l'une (le rouge) peut être associée à la mort, et l'autre (le noir) l'est habituellement corrobore ce que nous avons déjà dit de la tonalité douloureuse et tragique du cycle.

82La totale disparition de l'expression des émotions, tant dans la Queste que dans la Mort Artu, n'infirmera pas cette conclusion. C'est son aspect trop charnel qui la fait proscrire de la première, - la sensibilité, pour le meilleur et pour le pire (mais, dans l'espace de la Queste, n'est-ce-pas, en ce domaine, le pire qui est toujours sûr ? - qu'elle suppose à l'autre, du chagrin à la honte que la considération d'autrui inspire : la Queste n'ignorera pas les larmes de contrition, mais évitera l'attendrissement des yeux rougis. C'est son aspect à la fois sensible et vivant qui l'écarte de la seconde, où il n'y a plus place que pour la dureté et pour la Mort.

  • 33 Nous employons ce mot en un sens très général. La littérature vernaculaire ne distingue guère entr (...)

83Enfin, il faut noter que le noir, surtout sous la forme verbale "nercir", ou sous celle du participe "nerci", est un des termes employés pour décrire les atteintes qu'un mauvais état de santé33 fait subir en particulier à La couleur du visage...

84Le Lancelot-Graal qui, sauf exception, ignore les portraits longuement détaillés sur les patrons proposés par les Arts poétiques, tels ceux de Matthieu de Vendôme ou de Baudri de Bourgueil, se contente, le plus souvent, pour le visage, de quelques détails qui s'attachent surtout à la coloration de la peau. Ceux-ci permettent de comprendre comment s'associent Beauté-Santé (Vie) d'une part, (Laideur) - Maladie (Mort) de l'autre.

(La reine Hélène, retirée au couvent après la mort du roi Ban, son mari) :
... estoit blanche et vermeille et de si grant biauté que nus homs estraignes ne quidast que il peust avoir le septisme part de religion qu'il i avoit.
Lancelot, t.7, p. 234

Lancelos... vit la rose qui chascun jor espanissoit fresche et vermeille ; se li souvint de sa dame la reine et de sa face clere et vermille...
Lancelot, t.5, pp. 61-62

  • 34 Lancelot, t.8, pp. 90 et 104 ; t.1, pp. 156, 207-208, 265 et 347 ; t.2, pp. 171, 178 et 318 ; t.5, (...)

85Dans l'évocation de la nostalgie et de la mémoire par l'amant séparé, le rouge de la femme-fleur connote plutôt la beauté. Dans celle, plus dépourvue de charge affective, de la reine-nonne par le narrateur, il est signe de santé : les austérités de la règle sur lesquelles Hélène renchérit, devraient lui avoir donné un visage moins coloré ; la fraîcheur qu'il conserve masque aux yeux des hommes son mérite à ceux de Dieu, et ne le diminue pas de la considération humaine qu'elles lui vaudraient autrement. Dans les deux cas, c'est la vie, associée à la beauté et à la couleur, qui est en cause. C'est bien pourquoi, la maladie, mais aussi toute émotion dont la violence amène à la limite de la perte de conscience, seront rendues par la perte de couleur, qu'elle s'effectue dans le registre de la pâleur (non blanc clair et brillant, mais en tant qu'il est la négation même de la couleur), soit dans celui de l'obscurité, rendue ici par l'adjectif "noir" (non lumière noire, mais absence de couleur), les deux pouvant s'allier dans le terme "nerci", celui de ce teint plombé dont on ne sait s'il faut le dire "blême" ou "noirâtre", - "livide" recouvrant assez bien les deux registres34 :

(Le roi Artus est saisi d'une douleur dont l'origine demeure mystérieuse) :
Lors le covint estendre por la dolor et li oeil li tornent en la teste et li viaires li comence a palir et il se pasme et mesire Gauvains dote que il ne soit mors.
Lancelot, t.1, p. 156

(La demoiselle bandée de fer) :
... ele estoit megre et pale, si avoit la face noire et tainte de l'anguoise qu'ele soufre...
Lancelot, t.2, p. 171

86Ces citations illustrent le fait que les registres colorés de la maladie et de l'émotion profonde se recouvrent (perte de couleur, place du noir). Elles montrent aussi l'équivalence qui s'établit entre "pale" et "noir" : ce qui n'est pas surprenant si on accepte de les considérer comme deux "non-couleurs" : ce que ces mots expriment, c'est la perte des couleurs, - ici, de la santé, et de la vie ; on comprend donc que la crainte de la mort peut s'exprimer dès qu'on les voit apparaître.

87Enfin, lorsqu'on établit un relevé de ces visages, un peu trop rouges - éclatants de vie ! - ou dangereusement - mortellement ? - livides, on ne peut qu'être frappé par l'évolution qui se dessine à travers l'ensemble du cycle. Les deux premiers volumes (Lancelot, tt. 7 et 8) sont à peu près uniquement rouges de chagrin, de colère et de honte. A partir du troisième volume (t.1), la pâleur "maladive" apparaît avec le messager de la fausse Guenièvre :

... le vis pale et froncié et plain de plaies...
Lancelot, t.l, p. 24
(portrait au demeurant ambigü, puisque, pour le reste, le personnage est présenté comme très beau).

88puis avec Artus lui-même qui est saisi d'un mal mystérieux :

... li viaires li comence a palir et il se pasme...
Lancelot, t.l, p. 156

89et avec les prisonniers d'Escalon le Ténébreux, "megre et pale" (p. 265). Pour la suite du récit, on observe une évolution qui mérite d'être étudiée à partir d'un relevé des occurrences de l'émotion :

Tome 2, p. 143 : haine ("li viaires li rogist")
p. 171 : "maladie" (la demoiselle "bendee de fer") : "ele estoit megre et pale, si avoit la face noire de l'anguoisse qu'ele soufre"...
p. 178 : "maladie" : (un chevalier)... "maigres et pales et bien sambloit deshaities"...
p. 187 : honte : (Lancelot en devient "vermels".
p. 318 : chagrin, angoisse (Artus croit Lancelot mort) : "li cuers li serre el ventre de l'anguoisse qu'il a et li viaires li nercist et taint"...

Tome 4, Ρ 23 : honte (pour une parole peu courtoise) "ele rougist"
p. 126 : "courouz" : "iaux... roges et enflez".

Tome 5, p. 36 : honte : "rougir"
p. 265 : "maladie" (le Harpeur du Lai des pleurs) : "nom pale et megre et si descouloré qu'il resambloit mielz mors que vis"...

Tome 6, p. 9 : chagrin, angoisse (Artus ne voyant pas revenir Lancelot) "si est si corrociez qu'il am pert toute la color et devient noir comme cendre".
p. 219 : "maladie" : Lancelot dans un épisode de "frénésie" : "por la povre viande qu'il n'avoit mie acoustumee, empira moult en cel termine et fu pales... et foibles".

90Queste : néant.

91Mort Artu : néant.

  • 35 Ce qui n'exclut pas, ce faisant, des personnages en bonne santé au teint vermeil. Je ne parle évid (...)

92On voit donc comment, à partir du tome 2 le couple Pâle/ Noir s'impose de plus en plus au point qu'on ne trouve qu'un seul exemple de Rouge dans les tomes 5 et 6 : émotion violente ou "maladie", il n'y a plus sur le visage des héros que des altérations aux couleurs non plus du trop de vie mais de l'attente de la mort35. N'est-ce-pas, alors même que l'univers arthurien paraît être florissant, annoncer que la "Mort Artu" se prépare déjà : les deux premiers à se voir frappés des "pâles couleurs" ne sont-ils pas un messager de la (future) division du royaume (celui de la fausse Guenièvre : le doute ainsi faussement jeté sur la reine renvoie souterrainement à son adultère réel avec Lancelot, ferment de décomposition sociale du royaume et de dégradation morale des êtres), - et le roi lui-même : et la "mort Artu" n'est-elle pas, indissociablement, celle du roi et celle du royaume ?

93Dans la Queste et dans la Mort Artu, on ne trouve plus aucune notation colorée concernant les émotions ou la maladie. La distance prise par la Queste par rapport à tout ce qui est "terrien" au premier rang de quoi se situe le corps, pourrait être la raison de cette absence ; elle y dirait d'ailleurs moins le mépris du charnel que le prix donné au spirituel par lequel, seul, nous retrouvons l'état d'immortalité dans lequel nous avons été créés : il n'y a pas lieu de nous attarder sur la dépouille de Galaad, et plutôt que de mort, c'est de transfiguration qu'il faut parler : "vita non tollitur sed mutatur".

94Dans la Mort Artu, où le "terrien" est à nouveau le mode d'être des personnages, c'est en revanche l'explication par la mort qui prévaudrait, comme dans le Lancelot. Il n'y serait plus question de cette vie paroxystique que dénotent les yeux rougis de larmes et les visages cramoisis de colère. Il ne serait même plus besoin de montrer en figures - par le blême et le noir des "malades" - la mort en action qui y saisit tous les vifs.

95L'esthétique médiévale fait reposer la beauté du corps humain (et du corps du monde) sur l'harmonie des formes (c'est-à-dire la notion de proportion) et sur celle de couleurs. En une période quelque peu postérieure à l'écriture de notre cycle, saint Thomas, dans des écrits antérieurs à la Somme fera la synthèse de ceux qui l'auront précédé :

  • 36 Cité par E. de Bruyne. Etudes d'esthétique médiévale, Genève, (Slatkine Reprints), 1975, t.3, p. 2 (...)

Nous disons qu'un homme est beau à cause de la proportion convenable de ses membres dans la quantité et la disposition du corps et aussi en raison de ce qu'il a un coloris clair et brillant, ("clarum et nitidum colorem")36

  • 37 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, pp. 45-47.
  • 38 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.2, pp. 133 sq.
  • 39 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, p. 49.
  • 40 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, pp. 174-75.
  • 41 Cf. Ε. de Bruyne, op. cit., t.2, pp. 173-185.

96Avant lui, certains mettaient l'accent plutôt sur l'harmonie des formes comme saint Bernard37, d'autres sur l'éclat de la couleur comme Suger, pour ne citer que les deux protagonistes d'une célèbre querelle38. D'autres, avant Thomas, seront précisément sensibles à l'alliance des deux sortes d'éléments. Ainsi, Baudoin de Cantorbéry commentant le "plena gratia" de la salutation angélique reconnaît à cette "grâce" de Marie un triple sens "decoris, favoris, honoris". Et cette beauté elle-même ("decus") réside dans une juste proportion entre les éléments composant son visage, un coloris qui tient du blanc et du rose ("lucu-lenter colorata") qui permet de la comparer au lis (image de la pudeur) et à la rose (image de la gêne pudique), et la joie intérieure que traduit son sourire39)·Jacques de Voragine distingue, lui, quatre causes à la beauté de Marie : grandeur, proportion, couleur et lumière et précise quant à la couleur : "Fuit enim triticea scilicet colore nigro (pour ses cheveux ; noir, symbole d'humilité), albo et rubeo (pour sa peau ; blanc, symbole de virginité ; rouge, symbole de charité)40. Les Arts poétiques se font l'écho des mêmes vues de l'esprit lorsqu'ils proposent des modèles de portraits, insistant plus sur les couleurs comme Baudri de Bourgueil ou sur la mesure comme Geoffroi de Vinsauf, - et l'on va voir combien cette notion de "mesure" est importante dans le portrait de Lancelot41.

97Inversement, la laideur réside dans la disproportion des formes et l'inconvenance des couleurs.

98Les deux seuls portraits détaillés du Lancelot-Graal, celui du héros négatif, Claudas (construit pour susciter la répulsion), et celui du héros positif, Lancelot (construit pour susciter l'admiration) le marquent bien. A vrai dire, le cas de Claudas est un peu plus subtil que je viens de l'écrire, puisqu'il s'agit d'un personnage "mêlé" ("Et ses teces estoient bones et mauveses", Lancelot, t.7, p. 54) ; et cela est vrai d'abord de son physique qui associe un beau corps (mais la couleur n'y ayant pas de place, nous n'avons pas ici à nous y intéresser) et un affreux visage :

  • 42 Volontairement, je ne retiens que les notations de couleurs ; la laideur de Claudas est également (...)

... Si avoit le viaire noir et gros... et les iex gros et noirs... il avoit... la barbe rousse et les cheveus ne bien noirs ne bien rous mais entremêlés d'un et d'autre...42
Lancelot, t.7, p. 54

  • 43 Cf. ci-dessus, les cheveux noirs de Marie, symbole d'humilité.
  • 44 J'emprunte cette citation à la communication présentée par J. Maisonneuve à ce colloque.

99Le noir n'est pas négatif en soi43, mais il l'est lorsqu'il s'applique à cette peau qui devrait être blanche et vermeille, signifiant ici non pas la mauvaise santé de Claudas, mais le méchant aspect de son âme. Il l'est dans ces yeux sombres - alors que ceux-ci sont toujours perçus comme devant être idéalement clairs, - connotant à la fois peut être le caractère "sombre" de Claudas et la représentation elle-même sombre qu'il a des gens et du monde : le Claudas du Lancelot est aussi soupçonneux que le Louis XI de Commynes. Il l'est même dans ces dents blanches, - si l'on pense à cette notation d'Hildegarde de Bingen décrivant un diable44 :

... des dents blanches... le rendaient plus affreux encore.
Révélation, ch. 67

  • 45 On sait la valeur négative de cette notation dans toute la tradition médiévale : le traître par ex (...)
  • 46 .... qui, répétons-le, n'est pas, à soi seul, nécessairement négatif, malgré, dans le domaine qui (...)

100Il l'est surtout mêlé au roux de la barbe et des cheveux45 : le caractère, cette fois à tous coups négatif de la couleur rousse contamine ici le noir46, en même temps que la "variété" du mélange fait apparaître Claudas comme un personnage "double", hypocrite, changeant, Judas en puissance.

101On peut se demander pourquoi ce portrait détaillé accordé à un personnage somme toute secondaire, alors que d'autres, plus importants, n'y ont pas droit. Peut-être simplement pour servir de faire-valoir à celui de Lancelot qui le suit de près (quinze pages les séparent) et rendre plus sensibles les valeurs opposées dont ce dernier est porteur.

102Portrait d'enfant, si l'on veut, que celui-ci, Le texte ne le dissimule pas :

Et che fu... li plis biax enfes del monde... oiant toute gent qui de grant biauté d'enfant voldront oïr parler.
Lancelot, t.7, p. 71

103Il note même des changements qui surviendront plus tard :

Mais quant il vint as armes... si li (= ses cheveux) canjerent de la naturel blondor...
Lancelot, t.7, pp. 72-73

  • 47 L'élément est intéressant à noter car il est rare, à deux égards, dans le Lancelot. Dans la mesure (...)

104... changements au demeurant de nuance47 qui n'altéreront pas l'essentiel :

... et devindrent soret, et moult les ot tous jors crespés et cleirs par mesure...
Lancelot, t.7, p. 73

105Beauté hyperbolique comme on vient aussi de le voir, beauté qui dénote la main de Dieu dans la perfection de l'harmonie (des formes et) des couleurs, - l'auteur insiste sur ce mélange de blanc et (surprise !) de brun :

Il fu de moult bele charneure, ne bien blans ne bien bruns, mais entremellés d'un et d'autre" : sel puet on apeleir cleirs brunés.
Lancelot, t.7, p. 71

106auquel s'ajoute le rouge :

Il ot le viaire enluminé de naturel color vermelle, si par mesure que visaument i avoit Diex assise le compaignie de la blanchor et de la brunor et del vermel, que la blanchor n'estoit estaïnte ne enpirie pour la brunor, ne la brunor por la blanchor, ains estoit atenprés l'une de l'autre, et la vermelle color qui par desus estoit enluminoit et soi et les autres colors melees, si que rien n'i avoit trop blans ne trop brun ne trop vermel, mais igal melleure de .III. ensamble.
Lancelot, t.7, pp. 71-72

107"Mesure" qui réussit à mettre en valeur chacune des couleurs par son rapprochement avec les deux autres mieux que si elle était -seule, tout en créant un effet d'ensemble différent. "Mesure" établie par Dieu, mais difficile à garder par un homme et qui est menacée de deux côtés : par l'atténuation ou l'accentuation d'une des couleurs aux dépens des deux autres. D'ailleurs l'accentuation excessive d'une couleur est envisagée dès ce portrait : nous y avons en effet l'image d'un Lancelot en colère, d'où le blanc et le brun semblent disparaître pour ne plus laisser de place qu'au rouge qui envahit jusqu'aux yeux clairs tout le visage :

... les iex vairs et rians... mais quant il fu iriés a chertés, che sambloit carbon espris et estoit avis que par mi le pomel des joes li sailloient goûtes de sanc...
Lancelot, t.7, p. 72

108A ce stade, Lancelot n'est plus qu'un enfant dénaturé : cheval, dragon, voire gueule d'Enfer :

... fronchoit del neis comuns chevaus... et iert avis que l'alaine qui de sa bouche issoit fust toute vermelle... et quanqu'il tenoit as dens et as meins tout depechoit.
Lancelot, t.7, p. 72

109Le caractère négatif de cette altération est d'ailleurs étroitement lié à celui de l'émotion qui la provoque et qu'elle rend manifeste, - et les mots pour le dire le soulignent : le sang qui paraît prêt à jaillir des pommettes du héros furieux, n'est-ce-pas l'image de celui qu'il est prêt à faire couler, celui de l'autre ?

110Dans le cours du roman, ces deux dangers atteindront Lancelot. Cependant, sa beauté n'en sera pas nécessairement altérée : la canicule ne pourra, par exemple, que le rendre cramoisi :

Lancelos ot eu chaud et fu vermauz a desmesure et fu de toutes biautez si bien garniz que nus ne pooit estre si biaux...
Lancelot, t.4, p. 134

  • 48 Cf. ci-dessus, p. 469
  • 49 Cf. ci-dessus, p. 468

111Il rougira aussi de honte, nous l'avons vu48 et aura les yeux rouges d'avoir trop pleuré49, tous moments, brefs peut-être, mais où l'harmonie originaire sera troublée.

  • 50 Cf. Lancelot, t.5, p. 219 cité p.

112Le "noir" et le "pâle" le marqueront également. Ne mentionnons que pour mémoire les traces du combat sur son corps, qui ne concernent pas au premier chef son visage ("les bras tous pers des cols qu'il avoit eus" : Lancelot, t. 8, p. 33) ou celles que lui vaut le port des armes ("son viz... touz nercis des mailles del haubert", Lancelot, t.4, p. 219). Et attachons nous à des atteintes plus profondes. Le trouble amoureux, au moment du premier rendez-vous, lui fera perdre l'éclat naturel de sa carnation ("a toute la color perdue", Lancelot, t. 8, p. 104). En proie par la suite a de longs épisodes de frénésie morbide où il n'aura plus conscience de lui-même, il deviendra livide et sera bien près de mourir50. Dans ces épisodes, en relation avec le "pasle", apparaît le "noir" :

... si fu am poi d'ore tainz et noirs del souleil et del halle...
Lancelot, t.6, p.207

113Lancelot vit alors à l'écart des hommes dans les bois. Aussi, ne suffit-il pas de dire qu'il est défiguré, c'est de déshumanisation qu'il faut parler. Ce n'est pas seulement sa beauté, sa santé qu'il y perd, mais cette harmonie marque du pouce du Dieu plasmateur originel qui l'avait fait à son image et à sa ressemblance. On comprend alors qu'il faille l'intervention du Graal pour qu'il redevienne le plus beau des enfants des hommes.

  • 51 On les retrouve en Lancelot, t.4, p. 134.
  • 52 Détail curieux : alors que le portrait de Claudas est fait dans l'ordre traditionnel "descendant" (...)

114Considérées en elles-mêmes, les autres notations colorées du portrait, "levres coulorees", "dens blans", "sourciex bruns", "cavex blons" avant de devenir "soret... toujours clers", "iex vairs" (Lancelot, t.7, pp. 72-73) sont moins intéressantes51. On peut seulement noter qu'elles s'opposent à celles du portrait de Claudas, - peut-être est-ce la raison pour laquelle les sourcils sont bruns et non pas noirs52.

115Enfin, on s'interrogera sur l'importance du brun dans ce portrait, - je n'en vois pas d'exemple comparable. L'auteur en fera d'ailleurs un caractère remarquable de son personnage qui sera parfois désigné comme "li brunés" :

"Si a non... cis brunés Lancelot del lac, qui est ores li mieldres chevaliers del monde"...
Lancelot, t.l, p. 256

116ou se plaira à rappeler cette couleur comme une sorte de signe distinctif :

Lancelos fu de molt grant biauté : si ot la chiere clere et brune...
Lancelot, t.1, p. 128

"ce est .l. des plus biax chevaliers del monde et est .I. poi brunés".
Lancelot, t.4, p. 165

117Formulons une hypothèse : les trois couleurs dominantes du Lancelot-Graal, nous en avons déjà quelque vue, et elle ne cessera de se préciser dans tous les champs d'application que nous allons avoir l'occasion d'envisager sont le Blanc, le Rouge ("vermaus") et le Noir, - auxquels on peut ajouter en mineure, le Vert. Le Noir étant ici exclu parce que servant à caractériser négativement le portrait de Claudas, le Brun jouerait, dans celui de Lancelot, le rôle d'un noir qui serait beau et bon, - ce qui, nous l'avons vu, en citant Thomas de Cantorbéry et Jacques de Voragine, est tout à fait attesté. Et Lancelot inclurait dans son apparence même tout le prisme arthurien des couleurs fondamentales... et même des secondaires avec l'or de ses cheveux et le "vair" de ses yeux qui est bien du vert puisqu'ils "samblent .II. cleres esmeraudes" (t.4, p. 134). Au delà d'un réalisme jamais suffisant comme principe de cette écriture -, ou d'une esthétique respectant les habitudes de la rhétorique poétique de l'époque, se dessinerait un emploi des couleurs plus propre au Lancelot-Graal, en même temps qu'il conserverait l'importance accordée au Blanc-Rouge-Noir par tant de traditions.

LES COULEURS DE LA VIE QUOTIDIENNE

118Si l'on passe du portrait aux éléments divers qui constituent le cadre de la vie quotidienne des personnages, qu'en advient-il des constatations précédentes, en particulier touchant à la triple dominante Blanc-Rouge-Noir ainsi qu'à sa/ses "senefiance(s) éventuelle(s) ?

  • 53 Nous essaierons d'éviter des redites avec le chapitre consacré à l'héraldique pour ce qui a trait (...)

119Prenons d'abord ce qui peut apparaître encore comme un élément du portrait : les vêtements. Nous étendrons, pour plus de commodité, notre champ d'investigation à tout ce qui a trait, de façon générale, aux tissus53·

120Dans le Lancelot-Graal, les vêtements sont, serions nous tentée de dire, luxueusement uniformes. Le port du rouge et du blanc aurait été imposé par quelque loi somp-tuaire arthurienne d'un nouveau genre que le résultat ne serait pas sensiblement différent. A peine si quelques touches d'or viennent, çà et là, rompre cette monotonie. Deux fois seulement, nous aurons une évocation de Guenièvre dans une tenue "de reine", - encore les faut-il apprécier dans leur contexte et y voir sans doute la seule raison de leur présence. Il s'agit d'un rendez-vous avec Lancelot :

... la roine... fu vestue d'une robe de pourpre qui toute estoit batue a or, si en avoit cote et mantel forré d'ermine...
Lancelot, t.4, p. 385

121et de sa marche au bûcher :

... ot vestue une robe de cendal vermeille, cote et mantel. Si estoit si bele dame...
Mort Artu, p. 122

122Ou cette notation exceptionnelle qui confirme la règle, - façon de faire si habituelle à l'auteur, qui empêche ainsi son lecteur de conclure absolument :

(Pour aller affronter Guerrehet, Guidan est accompagné de 40 chevaliers) :
... et n'i avoit celui qui n'eust robe d'escarlate ou de samit... Et il estoit vestuz d'un paile roé a grandismes bendes d'or.
Lancelot, t.4, p. 79

  • 54 De même, l'"ermine" qui sert de doublure aux vêtements pourrait bien être plus "riche" que "blanch (...)
  • 55 Chevalier de la Charrette v. 509 ; cf. aussi v. 4582.

123De surcroît, l'"or" connote toujours la richesse (ou la puissance) mais je suis beaucoup moins sûre qu'il faille y voir l'équivalent exact d'une notation de couleur, - témoin ce passage où Bohort est décrit comme portant ".i. chapel d'or a riches pierres précieuses qui avoit costé plus de .XL. marcs" (Lancelot, t.4, p. 374)54 De même encore, la qualité du tissu employé ("cendal", "samit") est toujours précisée alors que la couleur est parfois omise. De même enfin, lorsqu'un hôte revêt le chevalier de passage d'une "robe", on insiste plutôt sur le fait qu'il s'agit d'un vêtement neuf ("robe... tote fresche", Lancelot, t.4, Ρ· 163, - parmi beaucoup d'autres exemples). Il reste que l'hermine ne peut être que blanche, alors qu'on aurait pu avoir recours à d'autres fourrures, comme la zibeline, précieuse elle aussi, et qu'utilise, par exemple, Chrétien de Troyes dans le Chevalier à la charrette55. Et si le rouge n'a pas encore été remplacé par le bleu comme couleur royale, et paraît donc tout indiqué pour honorer les chevaliers (honneur que leur rendent ainsi, dans l'histoire, leurs hôtes et, en l'écrivant, l'auteur), l'or aurait pu, déjà, au moins le relayer : là encore, l'usage de Chrétien de Troyes est sensiblement différent. Or, le Lancelot-Graal s'en tient pour les femmes comme pour les hommes, aux vêtements (de "cendal", de "samit") vermeil, fourrés éventuellement d'hermine :

(dame de Nohaut) :
... samit vermeil... cote et mantel d'ermine...
Lancelot, t.7, p. 385

(Bohort) :
... une moult riche robe de samit vermeil...
Lancelot, t.2, p. 187

  • 56 Lancelot, t.7, p. 385 ; t.1, pp. 128-29 ; t.2, pp. 144, 187 ; t.4, pp. 6, 41, 124, 163, 191, 308, (...)

(Lancelot) :
... une robe de samit vermeil...
Lancelot, t. 4, p. 30856

  • 57 Lancelot, t.l, p. 181 ; t.2, p. 144 ; t.4, pp. 78, 79, 264 ; t.5, p. 49 ; Queste, p. 259. Cf. auss (...)
  • 58 Comme le fait remarquer A. Ott, Etude sur les couleurs en vieux français, Paris, 1899, p. 107, n° (...)

124Lorsque, plus rarement, il est question de "robe d'escarlate"57, la construction implique la référence à un tissu plus qu'à une couleur... mais il demeure notable qu'en l'occurrence l'association ait été ensuite faite avec la couleur rouge plutôt qu'avec une autre58. Rouge et Blanc, le choix demeure (volontairement) restreint.

  • 59 Lancelot, t.7, p. 233 ; Queste, p. 119.
  • 60 A l'exception du premier d'entre eux, le moine rencontré par la reine Hélène :
    ... fu vestus de noi (...)

125Ajoutons une précision... en forme, encore, de restriction. Le blanc, dans la vêture "ordinaire" des chevaliers et des dames se cantonne dans la doublure (d'hermine) ou dans les vêtements de dessous (chemise ou cote)59. Le port du blanc pour les vêtements de dessus paraît bien correspondre à des intentions particulières de l'auteur, - et j'emploie intentionnellement le pluriel. Qui est de blanc habillé dans Le Lancelot-Graal ? Un groupe bien représenté d'abord : celui des moines, ermites, religieuses et gens de religion divers (car leur statut précis n'est pas uniforme, lui !), qui, de logeurs occasionnels à directeurs de conscience remplissent des rôles importants sans jamais devenir par eux-mêmes héros de l'aventure. Dans l'ensemble du cycle, ils sont vêtus de blanc60, cela dès le début :

(Un personnage qui se définit lui-même comme "clers", mais non "hermites" et que le texte désigne par ailleurs comme "prestre") :
... si voit un home vestu de robe blanche... si fiert après l'ome blanc des espérons... chil oste le caperon blanc de sa teste...
Lancelot, t.8, p. 325

  • 61 Lancelot, t.8, p. 325 ; t.1, p. 156 ; t.5, pp. 41, 219 ; Queste, pp. 7, 118, 182, 272 ; Mort Artu, (...)
  • 62 Lancelot, t.4, pp. 6, 52, 56, 65, 242 ; Queste, pp. 26, 51, 182, 261.

126On note d'ailleurs à l'occasion de ce premier exemple l'insistance mise à souligner le port des vêtements blancs, - et l'appellation "l'ome blanc", symétrique d'une certaine façon de celle qui fait parler de "chevaliers blancs" ; mais ces derniers peuvent également être "vermeils" ou "noirs" : il y a donc à la fois symétrie et dissymétrie. Et aussi la situation exacte de cet homme d'église, ni ermite, ni moine et dont l'habit est, par conséquent, non pas celui d'un cistercien, mai dû au choix libre du romancier. Chaque fois qu'une de ces rencontres se produit, - et la Queste del Saint Graal n'en a pas le monopole -, mention est réitérée de l'habit blanc61. L'association est si forte, de la fonction à la couleur, que la mention des "blanche(s) abaie(s)" relaie souvent celle des "blans moines", désignant cependant la couleur des vêtements (littéraires et/ou historiques) de ceux qui habitent ces lieux beaucoup plus que celle des murs, même si la "blanche abaie" peut alors être appréhendée comme le symétrique de quelque "blanc chastel", au demeurant lui-même arborant plus la couleur de son occupant (un "chevalier blanc") que de son enceinte62.

127Il y a aussi des laïcs en blanc. Les jeunes chevaliers fidèles au port des armes unicolores leur premier an de chevalerie choisissent volontiers le blanc comme couleur et ne se contentent pas de l'arborer sur leur écu. Gale-hodin chevauche en un apparat tout blanc :

...iiii. destriers toz blans et avoit chascuns covertures blanches... (Galehodin porte) cote a armes de blanc samit (et un) escu blanc comme mois...
Lancelot, t.4, pp. 184-185

128Il en est de même pour Lancelot lorsqu'il arrive à la cour d'Arthur afin d'y être adoubé, et il est alors désigné par ceux qui ignorent son nom comme "le vallet... vestu de la robe blanche" (Lancelot, t.7, p. 279). C'est encore la couleur portée par la Dame du lac lorsqu'elle accompagne le héros à la cour :

La dame... fu vestue d'un blanc samit, cote et mantel a une pene d'ermine...
Lancelot, t.7, p. 266

129comme lorsqu'elle réapparaîtra dans la suite du roman :

... s'estoit vestue d'un drap de soie blanc comme nois...
Lancelot, t.8, p. 457

  • 63 Ce n'est pas le lieu d'étudier cet aspect du personnage. Rappelons seulement que si prouesse et am (...)
  • 64 Pour un second motif préparant cette venue, cf. ci-dessous les couleurs de l'Autre Monde.

130occurrence pour laquelle elle succède immédiatement dans l'ordre du texte au premier "ome blanc" rencontré par Arthur (cf. texte cité p. précédente). L'association du blanc au personnage de Niniène enrichit cette couleur de plusieurs connotations. La Dame du lac est une humaine, magicienne (cela s'apprend) et non être surnaturel. Elle est "dame" au sens féodal du terme, - elle a des terres, des vassaux, etc... Elle n'a rien d'une "blanche nonnain" : son "ami", plusieurs fois mentionné, alors pourtant qu'il ne joue aucun rôle dans l'action, pourrait bien avoir pour raison d'être de souligner cet aspect courtois et profane du personnage ; le monde du lac où est élevé Lancelot n'est pas celui de l'abbaye où Galaad passe son adolescence (Queste, p. 2). Enfin, si elle est bonne chrétienne63, l'origine et la nature de son savoir magique la mettent en relation directe avec un univers merveilleux qui à l'évidence n'est pas celui de l'Evangile et la font apparaître elle-même comme "différente" des autres personnages féminins, - son royaume n'est pas exactement de ce monde (terrien, arthurien), ni, bien sur, de l'autre (chrétien). En ce sens, elle prépare la présence, dans la Queste, des messager(e)s ou chevaliers blancs venus de l'Autre Monde, - que le blanc des religieux aura, de son côté, baptisé64 :

Endementres que li rois parloit einsi, si entra laienz uns preudons a une blanche robe...
Queste, p. 7

(Baudemagu) voit de cela part venir un chevalier armé d'unes armes blanches... (qui va châtier son orgueil).
Queste, p. 29

Lors virent issir de la forest un chevalier armé d'unes armes blanches (Il ordonne à Galaad) : "Montez en cest cheval... et alez ou aventure vos maine".
Queste, p. 252

131Elle marque aussi énigmatiquement d'une interrogation sur son origine tout personnage vêtu de blanc faisant peut-être rayonner autour de lui le mystère y compris lorsque nous savons "quel est son nom, sa demeure, son pays, son passé".

132Le Rouge et Blanc terrien n'est d'ailleurs pas, lui non plus, éliminé de la Queste. Mais sa répartition, quelque peu différente au demeurant, y prend un autre sens. Bohort qui, dans le Lancelot, portait "robe d'un samit vermeil dont il avoit cote et mantel" (t.4, p. 134) revêt maintenant :

... une cote blanche... en leu de chemise. Si sera signes de penitance"... Puis vet par desus une robe d'escarlate.
Queste, p. 166

133Détail, mais qui montre un des procédés suivant lesquels s'opère 1 e passage du Lancelot, à la Queste puis à la Mort Artu : un élément ne doit, donc jamais être considéré isolément mais comme s'inscrivant dans un ensemble qui lui confère ce sens que chaque élément, d'autre part, contribue à donner au Tout.

134Quant à la pourtant terrienne Mort Artu, elle voit totalement disparaître ces ornements du vivant que demeurent les vêtements. N'y subsiste que la royale vêture de Guenièvre marchant au Lieu de son exécution (p. 122) et, à la fin, la "robe blanche" de deux "preudomes" (p. 258) : ce sont l'archevêque de Cantorbéry et Bleobleris, le cousin de Lancelot qui disent avoir quitté le monde le jour même de la bataille de Salesbières. Le dignitaire ecclésiastique et le chevalier ne se distinguent plus sous le vêtement de l'ermite, - et Lancelot ne les reconnaît pas : le monde laïc et le monde ecclésiastique portent également le deuil de l'univers arthurien et n'ont plus de pensée pour le siècle :

(Lancelot leur annonce son intention de se joindre à eux) :
Et quant cil l'entendent, si en sont trop durement lié ; si en mercient Dieu de bon cuer et en tendent leurs meins vers le ciel.
Mort Artu, p. 259

135Le blanc, marque de l'avant-vie (Lancelot le porte, même armé chevalier, tant qu'il n'a pas trouvé son nom) est aussi marque de l'avant-mort : (non) - couleur de ce qui n'est pas encore et de ce qui n'est plus.

  • 65 Lancelot, t.7, p. 384 ; t.1, pp. 211, 322 ; t.2, p. 299 ; t.4, pp. 24, 133 ; t.6, p. 205 ; Queste, (...)
  • 66 Lancelot, t.2, p. 414 ; T.4, pp. 1, 183, 234 ; t.5, p. 295 ; t.6, p. 17 ; Queste, pp. 150 et 160, (...)

136Le même type de passage du Lancelot à la Queste puis à la Mort Artu peut s'observer en étudiant Les linges et tissus divers. A nouveau, les deux mêmes seules couleurs sont le blanc (nappes, oreillers, "touailles", etc...)65 et le rouge (tentes, couvertures de lit ou de litière essentiellement)66. La couleur participe, comme dans le cas des vêtements, d'une volonté de souligner le luxe d'objets qui soient dignes des héros qui les utilisent, et contribuent en même temps à les honorer. Mais, d'autre part, ces mêmes linges rouges ou blancs sont mis, dès le Lancelot, en relation avec une réalité d'un autre ordre : on les y rencontre dans des visions qui leur confèrent déjà un statut les arrachant à l'ordre exclusif de la matérialité terrestre (et mondaine) :

(Conjuration de maître Hélie) :
(Apparaît)... une main... vestue jusqu'al poing autre-si que de soie blanche
Lancelot, t.l, p. 70

137avant de devenir, en l'une ou l'autre couleur, Le linge qui couvrira le Graal :

... et voient .i. vessel qui estoit fez en semblance de galice et fu couverz d'un blanc samit...
Lancelot, t.6, p. 205

  • 67 Lancelot, t.6, p. 205 ; Queste, pp. 12, 255, 269, 273. On notera que le substantif employe "samit" (...)

... le Saint Vessel covert d'un vermeil samit...
Queste, p. 25567

  • 68 Notons en passant que, sur ce point, la philosophie de la Queste est plus proche de celle de Suger (...)

138Il s'agit, là encore, d'honorer et de donner à ce qui est en soi vénérable un environnement digne de lui, par l'éclat de la couleur et la richesse du tissu68. Il s'agit aussi de "senefier" le caractère surnaturel de cet objet venu d'un monde autre, ou, comme on voudra, de l'Autre Monde. C'est ce même blanc que l'on retrouvera déployé dans les voilures des nefs merveilleuses, qui en sont parfois toutes enveloppées comme d'une sorte de manteau tutélaire et emblématique à la fois :

... la nef ert encortinee et par dedenz et par defors de blans samiz, si qu'il n'i pert se blanches choses non.
Queste, p. 104

139Toutes ces epiphanies de l'Autre Monde, qui le rendent visible à nos yeux terriens disparaissent après que le Graal quitte définitivement la terre de Logres (Queste, p. 271).

140Si les vêtements et tissus n'offrent que le choix entre le Blanc et le Rouge, il est tout autant restreint pour les chevaux, immanquablement blancs ou noirs : régularité qu'on qualifierait volontiers de lassante plutôt que de belle. Lorsqu'on finit par tomber (littérairement) sur un cheval pommelé (Lancelot, t.2, p. 177) ou sur un "bauchant" (Lancelot, t. 2, p. 285), on en est tout surpris. Mais inutile d'accorder plus d'attention qu'aux autres à ces deux animaux vraiment extraordinaires... ce sont de braves bêtes, sans plus, et leurs cavaliers n'ont rien de notable non plus par rapport aux normes du roman. Sont-ils tels par inadvertance de l'auteur ? Ou "exprès", pour éviter de créer un "système" du cheval blanc-ou-noir, et réintroduire dans la séquence un caractère aléatoire dont elle pouvait sembler dépourvue ? Je pencherais pour la seconde possibilité, tant l'auteur du cycle apparaît sensible à tous les éléments qui peuvent structurer le texte à tous les niveaux. Mais pourquoi le noir et le blanc ? Précisément, parce que ces deux couleurs n'étant pas les plus fréquentes, sont les plus prestigieuses ? Certes, le stéréotype en la matière existe et il aura même la vie dure puisque Flaubert lui fera un sort dans le Dictionnaire des idées reçues :

Haquenée : animal blanc du Moyen Age dont l'espèce est disparue.

  • 69 .... que pérennisèrent longtemps les enseignes du "cheval blanc" ou de la "mule noire". Si la litt (...)

141On pourrait y ajouter le "palefroi", mâle du précédent, mais, lui, toujours noir. Curieuse espèce, en vérité ! Et nous aurions retrouvé les deux couleurs équines du Lancelot-Graal69. Est-ce la seule raison ? C'est aussi qu'il ne peut y avoir de cheval rouge.

  • 70 On aimerait conclure en disant : l'élément "nain" l'emporte sur l'élément "couleur du cheval" mais (...)
  • 71 Chevaux blancs : Lancelot, t.7, pp. 258-59 et 264-66 (+) ; 310, 335 et 339 (+) ; t.2, pp. 80 (-), (...)

142Mais ne sont-ils pas blancs ou noirs (seulement) par "senefiance" ? Certainement pas si on l'entend au sens moral : la couleur du cheval n'est pas un élément qualifiant pour celui qui le monte. Il n'y a pas de différence entre tel nain monté sur un "chaceor blanc" (Lancelot, t. 2, p. 80) et tel autre chevauchant un palefroi noir (Lancelot, t.5, p. 117), - dans les deux cas, il s'agit de personnages négatifs70. Dans le t.2, p. 158 du Lancelot, Bohort cède son cheval à Lambègue et en monte alors un "plus noirs que meure" qu'il a dû "convaincre" un autre chevalier - menace à l'appui - de lui céder. Il est difficile de dire si le dépossédé est présenté comme un personnage positif ou négatif ; il est certain que, l'entreprise de Bohort étant bonne, et Bohort lui-même un héros positif, ce n'est pas de monter un cheval noir qui va y changer quelque chose. Ce n'est pas non plus d'être monté sur un cheval blanc (Lancelot, t.2, p. 193) qui rendra Marigaut le Roux meilleur... en revanche c'est la "rousseur" de ses cheveux qui "senefie" sa malignité. A quoi bon multiplier les exemples71 ?

143La Queste semble, à première vue, adopter un parti-pris différent. Les trois chevaux blancs qu'on y rencontre :

p. 12 : celui de la jeune fille qui annonce à Lancelot sa déchéance.
p.129 : celui d'une messagère bienveillante qui guide Lancelot dans sa quête.
p.252 : celui qu'un "chevalier blanc" amène à Galaad

144sont à l'évidence en relation avec l'univers "célestiel". Mais que peut-on dire des deux noirs ? Celui qu'une jeune fille-diable présente à Perceval (p. 92) entre bien dans le cadre d'une opposition du Bien (blanc) et du Mal (noir)... mais celui qui désarçonne Lancelot à l'"eau marcoise" (p. 146) ? Cette défaite de celui qui n'est plus le meilleur chevalier du monde mais n'en a pas encore tiré les conséquences (spirituelles) est la condition d'une prise de conscience et d'un retour sur soi qui lui permettront, seuls, de progresser dans la quête célestielle. Ne peut-on faire un rapprochement avec le "chevalier blanc" qui châtie l'orgueil de Baudemagu (p. 29) ? Là donc les choses ne peuvent se ramener à une opposition bipolaire selon les couleurs, qu'un autre passage interdirait d'ailleurs, mettant en scène, lui aussi, des animaux : l'oiseau noir vu en songe par Bohort ne signifie pas, comme le diable tentera de le lui faire croire, son "grant pechié" mais "Sainte Yglise qui dist : 'Je suis noire mais je sui bele : sachiez que mielz valt ma nerté qu'autrui blanchor ne fet'" (Queste, p. 185).

145Quant au seul cheval "en couleur" - blanc - de la Mort Artu, (celui de la dame qui met le roi en garde avant la bataille de Salesbières, p. 168), sa couleur annonce, me semble-t-il, une messagère de l'Au-delà, mais rien de plus : en l'occurrence, noir ou blanc, il pourrait également signifier la mort d'Artus, - noir de deuil ou blanc d'outre-tombe.

LES COULEURS DES NOMS

  • 72 Une exception, celle d'Yseut la blonde (Mort Artu, p. 71), désignée par son nom et surnom. Mais el (...)

146Alors que les lieux et les personnes placés directement sous la dépendance du roi Artus, ceux en tout cas qui jouent un rôle important dans le cycle, sont désignés par des noms qui leur appartiennent en propre et se suffisent à eux-mêmes (Lancelot, Gauvain ; Londres, Camaalot ; la Tamise, etc..)72, nombre d'autres personnages et lieux, qui jouent un rôle secondaire, ou qui constituent des obstacles à affronter pour les chevaliers errants, voient leur nom affecté d'un surnom (voire à lui limité) qui utilise souvent les couleurs. (Tanaguin le blond ; château de la Blanche Garde). S'agit-il de simples appellatifs choisis pour leur commodité descriptive et mnémonique, ou le procédé recèle-t-il d'autres intentions ?

147L'onomastique des personnes utilise un double système de références : la couleur des cheveux et l'héraldique.

148Le premier de ces systèmes nous introduit nécessairement à un prisme de couleurs qui n'est que peu utilisé par le Lancelot-Graa1 ; mais le nombre limité des occurrences, s'il apporte quelque variété par rapport au Blanc-Rouge-Noir (Vert) habituel, n'en perturbe pas le caractère dominant, tout en faisant entendre une note d'apparent réalisme.

  • 73 Lancelot, t.7 : Adragains li Bruns, p. 99 (+) et Bruns sans pitié, pp. 399-422 (-) ; t.2 : Marados (...)
  • 74 Notons l'exception (habituelle) celle de Tanaguin le Blond pour la joliesse de la formule : "blons (...)

149Il y a donc des bruns, des blonds et des roux73 Ce n'est qu'exceptionnellement l'occasion d'une vraie description74. Sauf pour l'un d'entre eux (Brun sans pitié, - la construction du nom revêt d'ailleurs une structure exceptionnelle, puisque la couleur constitue ici le nom, pas le surnom) qui est le héros, négatif, d'un assez long épisode (Lancelot, t.7, pp. 399-422), les autres ne sont vraiment que des comparses.

150Si on trouve également des personnages positifs et négatifs parmi les blonds et les bruns, l'auteur du Lance1ot-Graal se montre fidèle à l'exclusion des roux pratiquée par le Moyen-Age. Sans doute faut-il que l'idée reçue ait été contraignante pour que sur ce point on ne trouve pas d'exception dans un texte dont une des règles... est précisément d'en faire toujours : exception à la règle de l'exception, qui la confirme en quelque sorte ! Disons simplement qu'en l'occurrence la symbolique morale du texte ne fait que platement reproduire les idées reçues.

  • 75 Blancs : Lancelot, t.2 : Helain le Blanc, p. 197 (+) ; t.5 : Elyan le Blanc, p. 295 (+) ; t.6 : El (...)
  • 76 Blancs : Lancelot, t.1 : Blanche Tor, pp. 207-08 et 265 (+) ; t.2 : Blanc Chastel, p. 237 (-) ; t. (...)

151Il y a, d'autre part, des "blancs" et des "noirs"75, - et des châteaux ou lieux-dits eux-mêmes affectés d'une mention de couleur76. On se retrouve alors dans le prisme restreint et familier du Lancelot-Graal et on peut constater la même absence d'une symbolique morale que dans le cas des chevaux. Cela est vrai d'abord pour les lieux. Le meilleur exemple en est peut-être le château de la Blanche Garde (Lancelot, t.5, pp 123 sq.) qui abrite en ses murs à la fois une "pieuse dame" et son mari, agressif et jaloux, qui la soupçonnera à tort de le tromper avec le roi du pays et assassinera ce dernier. Cela est vrai aussi pour les personnages : il ne suffit donc pas de dire que ce sont ceux-ci qui font la valeur positive ou négative d'un lieu, et non le contraire. Mador le Noir est explicitement désigné comme "le boin chevalier de l'Isle Noire" : (Lancelot, t.7, p. 99). Un personnage peut d'ailleurs lui-même changer de "signe" : Meliadus le Noir qui, en Lancelot, t.2, p. 108, s'oppose au héros-titre, y est un personnage négatif ; dans la Mort Artu (p. 124), du parti de Lancelot et de la reine, il est, au contraire, positif. Concédons cependant qu'au moins en ce qui concerne les personnages, il y a plus de "mauvais" noirs et de "bons" blancs que le contraire : il reste qu'on ne peut connaître un homme à sa couleur... sauf, bien sûr, à celle de ses cheveux roux !

  • 77 L'exception y est la très brève mention de Priadan le Noir (p. 169).
  • 78 Cf. les relevés des notes 75 et 76.

152Enfin, remarquons que la Queste ignore ce genre de carac-térisation77 : ici, elle n'a pas "converti" un système qui, pourtant, paraissait y prêter, - l'opposition du Blanc et du Noir à laquelle elle a souvent recours, tout en lui refusant, comme nous l'avons vu, un caractère absolu. "Blanche Espine" ou "Blanche Garde", sont-ce des termes qui lui ont paru chargés de trop d'évocations chevaleresques donc profanes pour les réutiliser ? Leur disparition dans la Mort Artu qui les ignore à peu près autant78 signifierait alors celle des aventures. Quant aux personnages "blancs", blonds, etc..., peu caractérisés parfois, ils demeuraient des utilités, adversaires potentiels des chevaliers errants ou victimes (souvent féminines) du désordre féodal et des mauvaises coutumes exigeant d'être secourues. Dans la Queste, c'est parfois entre eux que les quêteurs vont se battre et parfois contre des adversaires d'un autre monde, voire d'une autre sorte, - en rappelant aussi que beaucoup de ces nouvelles aventures ne prennent pas la forme du combat. Quant à la Mort Artu, on y voit les guerres remplacer les aventures et les joutes : on y aura donc des affrontements collectifs laissant une moindre grande place à la rencontre de deux individus. On notera que, déjà, dans les épisodes des guerres de Claudas (Lancelot, tt. 7 et 6), il n'y a pas non plus de caractérisation de cet ordre.

153Lieux chevaleresques et profanes disions-nous à propos des châteaux blancs ou noirs. Face à eux, il faut inscrire les abbayes, seulement blanches, elles... par choix de l'auteur : s'il s'était agi d'évoquer de façon réaliste leurs murs, "bise" aurait sans doute mieux convenu ; s'agissant de renvoyer aux habits de ceux qui y vivent, le "noir" aurait pu s'ajouter au "blanc", voire le remplacer. Cet effet de superposition partielle les distingue précisément des châteaux et autres lieux sans les mettre totalement à part.

154Pourquoi ce choix exclusif ? L'inspiration cistercienne ? Soit. Le fait que le noir soit suffisamment associé, spatialement si l'on peut dire, à l'enfer (et cela à l'intérieur même du roman) pour qu'il soit difficile de l'utiliser comme couleur de la maison d'hommes de Dieu ? Sans doute. Peut-être aussi parce que, de cette façon, il y a coïncidence entre le blanc de Niniène et celui du Graal.

  • 79 Cf. le relevé de la note 62.
  • 80 Cf. le relevé de la note 62.

155Précédées dans l'espace du texte par les "omes" "a une robe blanche", les abbayes blanches se multiplient dans le t.4 du Lancelot79 Dans la Queste, elles deviendront seuls édifices blancs80, marque de ce religieux chrétien qui reprend à son compte le blanc profane, aventureux et même magique. De surcroît, d'"abaies de nonnains" elles seront devenues abbayes de "blans moines" ; la dernière abbaye de femmes est celle où est élevé Galaad, - celle-là même où Lancelot est "convoqué" pour y adouber son fils, à la charnière "senefiante" entre le Lancelot et la Queste. Entre temps aussi, leur fonction narrative change. Simples gîtes d'étape ou, plus intéressant, lieux liés à la mort au monde (abbaye où se retrouvent les deux reines veuves au début du Lancelot), ou à la mort du corps (elles sont évoquées à l'occasion de funérailles dans le Lancelot t.4, p. 6 et 52), elles deviennent dans la Queste étapes de l'aventure spirituelle :

p. 26 : Galaad y trouve l'écu qui le confirme dans son statut de "Bon chevalier"
p. 182 : Bohort s'y entend élucider le sens de ses visions

156... avant qu'on y retrouve une tombe :

Un soir avint que Lancelot se herberja en une blanche abeie... et vit une tombe... qui estoit fete novelement... et voient letres qui disoient : 'Ci gist li rois Bademagus de Gorre, que Gauvains, li niés le roi Artus ocist'.
Queste, p. 261

157... mais celle-ci marque la décomposition de l'univers arthurien : au moment où les élus du Graal entament la dernière étape de leur quête, les chevaliers de la Table Ronde ont aussi commencé de s'entretuer.

158Mais si les abbayes ne sont que blanches, les trois couleurs fondamentales réapparaissent sur des croix monumentales dans le Lancelot, et cela avant même que s'y érigent les "blanches abeies". Dans le t.2, pp. 325 sq., deux croix se dressent, l'une blanche, l'autre noire, - mais ce noir est "mémoire de sang" : elle a d'abord été vermeille du sang des martyrs qu'on y a suppliciés, et qui a noirci, le temps passant. Ces signes commémoratifs et visibles disparaîtront de la Queste, mais s'y transposeront en croix vermeille, de sang vivant, sur 1'écu de Galaad, à lui transmis par Josephes, supposé fils de Joseph d'Arimathie :

"... ceste croiz est faite de mon sanc, si sera toz jorz mes ausi fresche et vermeille corn vos la poez veoir orendroit, tant corn li escus durra... jusqu'à tant que Galaad, li Bons Chevaliers... le pendra a son col".
Queste, p. 34

159Quant à la Noire Chapele de la Mort Artu, où le roi passe en prières la nuit après la bataille de Salesbières (p. 246) et où son corps sera enterré (p. 251), sa connotation funèbre - fin d'un roi, fin d'un royaume, fin d'un monde - est assez évidente pour qu'il soit inutile d'y insister.

160L'étude de ces domaines si divers et qui se recoupent parfois montre aussi bien la richesse de l'oeuvre que la prudence nécessaire pour ne pas la solliciter. Gardons en l'idée déroutante d'une part que chaque élément peut être signifiant, et de diverses manières, mais peut aussi ne pas l'être ; et d'autre part, qu'il y a des "senefiances", mais non pas un symbolisme systématique qui serait d'ailleurs contradictoire avec l'usage que la littérature profane peut en proposer.

161Le chevalier noir monté sur un cheval noir est-il pire que le même chevalier monté sur un cheval dont la couleur n'est pas mentionnée ? Que faut-il penser d'un chevalier qui porte un écu noir mais est vêtu de blanc ? Ces interrogations ne sont pas de celles que s'est posé l'auteur du Lancelot-Graal qui pourtant ne cesse de nous en adresser.

162Parmi les questions entraperçues ci-dessus, est apparue, par le biais de l'étude des noms, celle de l'héraldique que nous voudrions maintenant considérer dans son ensemble, pour tout ce qui touche au rapport aux couleurs.

LES COULEURS DE L'HERALDIQUE

  • 81 Pour cette partie de l'étude, nous avons beaucoup utilisé les travaux de deux chercheurs que nous (...)
  • 82 Par exemple, les 200 premières pages du t.8 ne comportent que quatre occurrences de couleurs qui n (...)

163Avec les émaux et les métaux de l'héraldique, on a ces couleurs vives, brillantes et sans nuances que le Lancelot-Graal connaît seules. Ces notations représentent une proportion importante des occurrences de couleur dans le Lancelot, mais se font plus rares dans la Queste et la Mort Artu81. Sans elles, des pans entiers du roman n'en comprendraient à peu près aucune : par exemple, dans le t.7, les pp. 310-380 (les premières aventures chevaleresques de Lancelot jusqu'après la prise de la Douloureuse Garde) et rien moins que la quasi-totalité du t. 882.

  • 83 Le "sinople" pose un problème particulier puisqu'il va passer du "rouge" au "vert" au cours du 13e (...)
  • 84 Il est bien représenté dans le Perlesvaus (cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque) mais il (...)

164On y retrouve, majoritaires, les trois couleurs fondamentales : Blanc (parfois plus techniquement désigné par le terme Argent), Rouge (presque toujours dit "vermaus", rarement "sinople"83, jamais Gueule), Noir (ainsi nommé et non "Sable"). Le Vert (sous cette dénomination) est à peu près absent84. Quant au jaune (appelé "or") et au Bleu (appelé "azur") ils ne sont présents qu'en combinaison avec d'autres couleurs, peu souvent aussi (Cf. Annexe).

165Comme l'ensemble de la littérature arthurienne, le Lancelot-Graal utilise une héraldique simplifiée. Il s'arrête même, à mon sens, en deçà de la pratique d'un Chrétien de Troyes qui, quarante ans plus tôt, s'enchantait de la variété des couleurs et des "connoissances" des écus, en faisant inventorier, au tournoi de Pomeslegoi, par les spectatrices-personnages, ceux des principaux tournoyeurs, retardant le début de sa narration pour en donner la description (Chevalier de la charrette), vv. 5766-5824).

166Il est en fait rare que l'auteur du Lancelot manifeste de l'intérêt pour l'héraldique considérée en elle-même, - à l'exception (relative) d'une longue séquence qui occupe la majeure partie du t. 8, - et commence avec la première présentation d'un chevalier par la description d'un élément héraldique, non l'écu au demeurant mais la bannière :

"Amis, va tost a Hervil de Rivol, la outre ; vois chele baniere bendee d'or et de sinople, autant de l'un comme de l'autre".
Lancelot, t.8, pp. 65-66

167Jusque là, seul Lancelot a été blasonné, d'une façon, constamment simplifiée par rapport aux usages historiques (utilisation très fréquente d'écus unicolores, "plains") et très étroitement soumise aux nécessités romanesques (écus magiques lui ajoutant la force d'un, deux, trois hommes selon qu'ils portent une, deux ou trois bandes, changement d'armes pour assurer l'anonymat, etc...). Ici, c'est un comparse qui est présenté et avec une utilisation des couleurs plus conforme aux coutumes en la matière. Les épisodes suivants nous familiariseront avec un certain nombre de pratiques où la Littérature se donne pour de l'Histoire alors qu'elle continue de s'en éloigner en beaucoup de points.

168L'écu du malheureux Hector, rival de Ségurade, nous est ainsi décrit :

... escu noir goûté d'argent... Li noirs senefie duel et les goûtes d'argent senefient larmes, car por duel pleure l'on.
Lancelot, t.8, pp. 160-61

169Ecu allusif donc, - et le roman en connaîtra d'autres : celui, fendu, emblème du couple Lancelot-Guenièvre, mais qui n'est pas vraiment un objet héraldique ni, au demeurant, guerrier (et sa description ne fait pas intervenir les couleurs : t.8, p. 206), - celui de Lancelot encore sur lequel il se figure avec la reine :

... il est li plus divers que a cel tens eut esté el reaume car il estoit plus noirs que meure et en mi leu, la ou la boucle devoit estre, avoit painte une roine d'argent et devant li un chevalier a genolz come s'il criast merci.
Lancelot, t.6, p. 233

170Ces écus de Lancelot ont un intérêt romanesque touchant à l'action (le premier verra ses deux parties se rejoindre quand Lancelot sera devenu l'amant de la reine) et au héros (le second montre comment Lancelot appréhende sa relation avec Guenièvre). On ne saurait en dire autant, pour celui d'Hector dont les peines d'amour, au demeurant exposées par la narration, se passeraient bien de ce support et du commentaire qui l'accompagne. Remarquons d'ailleurs que le géant Mauduit a un écu comparable :

... un escu blanc goté a noir...
Lancelot, t.4, pp. 251 sq.

171- mais dont la description n'est l'objet d'aucun commentaire, et dont le rapport avec le personnage est plutôt énigmatique : le texte met l'accent sur la démesure et la frénésie meurtrière de Mauduit, beaucoup plus que sur les malheurs de son histoire. Comme si, à ce stade ultérieur de la narration, le sens des objets héraldiques n'avait plus de place dans le récit.

172Les mêmes chapitres esquissent une pseudo-histoire des coutumes arthuriennes en la matière, énonçant des usages :

  • 85 L'"information" sera reprise dans la Mort Artu, p. 8.

... a chel tans estoit coustume que chevaliers noviax portoit escu d'un seul taint le premier an que il l'estoit.
Lancelot, t.8, p. 19485

173signalant des innovations :

(Lancelot a mis un "penonchel" sur son heaume lors de l'épisode de la Roche aux Saxons, qui, en sus de l'écu, permet de le reconnaître) :
... et che fu la premiere connoissance qui onques fust portee au tans le roi Artu sor hiaume...
Lancelot, t.8, p. 437

(Le roi Yder, lors du même épisode) :
... fist une chose dont on parla avant en mal, mais puis li fu il a bien tenu, ne onques mais n'avoit esté avant veu ne jamais remandra : car il fist une baniere de ses armes...
Lancelot, t.8, p. 449

174apportant des précisions :

Et ele (= Guenièvre) ot fait en .i. glaive fermer .I. de ses penons, si l'avoit baillié a Lionel et le camp del pignon estoit d'aisur a .III. corones d'or et a une seule aigle et en toz les penons le roi avoit trois langues et des corones tant que l'en i pooit metre, et par ce connissoit l'en l'un de l'autre.
Lancelot, t.8, p. 467

  • 86 .... ou de renvoyer énigmatiquement â l'arrivée de Lancelot à la cour, en proposant une explicatio (...)

175- tous éléments non indispensables à l'action et parfois même placés d'une façon surprenante : la remarque sur les écus unicolores des nouveaux chevaliers n'aurait-elle pas été plus en situation lorsque Lancelot arrive à la cour d'Artus pour s'y faire adouber, porteur, lui-aussi, d'armes uniformément blanches et d'un écu sans "connoissance" ? L'énoncer à propos d'un comparse (Hélain dont il s'agit ici n'est rien de plus, et elle ne suffira pas à le désigner davantage à notre attention) peut dénoter le souci de mettre la notation en valeur pour elle-même et non celui à propos de qui elle est formulée86.

176Pour qui considère ces textes avec un oeil d'historien, l'impression produite est assez étrange puisqu'on se trouve en fait devant une "Histoire" qui participe doublement de l'imaginaire : d'abord parce que les coutumes rapportées (comme celle de l'écu "plain" pour les nouveaux chevaliers) ne sont guère corroborées par ce que nous savons d'autres sources, ensuite à cause du décalage dans le temps particulièrement visible ici : c'est à la fin du xie siècle que commencent de se développer des usages qui sont supposés s'épanouir dans le 5e siècle fictif du roman.

177On constate aussi la volonté évidente de "décrire" les armes des chevaliers, alors que, jusque là, seul Lancelot avait été l'objet de cette attention et alors que le procédé deviendra ensuite beaucoup moins fréquent On ne saurait donc dire qu'il s'agit là d'une commodité pour la narration des tournois, ni d'un motif nécessairement lié à leur évocation, puisque, pour d'autres "assamblees", l'auteur saura procéder autrement.

178Dans cette séquence au contraire, le romancier s'attarde. C'est ainsi qu'après avoir rappelé l'innovation introduite par Yder, il précise :

Et la baniere estoit moult bele, car la campaigne estoit blance a grandes roie vermeilles, si en fu la campaigne de cordoan et les roies d'escarlate d'un drap vermeil d'Engleterre, ne, quanques on em portoit a cel tans, n'estoient les covertures se de cuir non ou de drap, ce tesmoignent li conte, por ce que plus enduroient.
Lancelot, t.8, p. 449

179En d'autres circonstances, il semble, pour un temps, se plaire à ces évocations colorées, à la fois techniques et esthétiques. Comme dans le cas déjà vu d'Hervil de Rivol, pour distinguer un chevalier au milieu d'un groupe, il décrit ses armes :

... il li monstre en une grant valee les chevaliers et dist : "Sire, c'est chil qui porte chel escu d'or au chief vermeil".
Lancelot, t.8, p. 264

180Rien que de banal, dira-t-on surtout dans cette vue "de loin", qui signale Synados à quelqu'un qui ne le connaît pas. Et n'est-ce-pas, précisément, et, pour le coup, dans l'Histoire, la première fonction qu'ont assumé les "armes", de permettre à chaque combattant de se faire reconnaître, et d'abord par les siens ?... Mais ce qui rend le texte notable, c'est que justement le Lancelot-Graal est loin d'utiliser souvent le procédé.

181Là où, ailleurs, le texte se contente de dire, par exemple, que deux chevaliers échangent leurs armes, mais donne une raison à ce geste - c'est-à-dire ramène tout à l'action et aux personnages -, voici qu'il décrit les écus échangés, mais sans s'expliquer sur les motifs de l'échange :

Lors seit bien mesire Gauvain que chou ert Lancelot qui vient ens armes Galahot, si le dist a Hestor : "Ha, Hestor, veés chi le meillor chevalier du monde ; et vous josterés a chelui qui porte chel ecscu d'or a chel Lyonel de sinople et jou a chelui qui porte l'escu d'or a corounes d'aisur".
Lancelot, t.8, p. 425

... Galahos porta l'escu au roi des.C. chevaliers et mesire gauvain porta l'escu parti de blanc et d'aisur, et c'estoit l'escu au millor chevalier de la maison Galahot,... Et Hectors porta l'escu blanc a le feste de synople, c'estoit li escus Aguinier, .I. compai-gnon Galahot.
Lancelot, t.8, p. 436

182Voici que les chevaliers de rencontre, au lieu de se contenter d'être "vermeils" ou "noirs", arborent "escu blanc... a un noir quartier" (t. 8, p. 150) ou, comme Ségurade, revêtent "une cote armoire... a bendes d'or et d'azur autant de l'un comme de l'autre" (t.8, p. 177)·Voici que les héros, fût-ce sous ces armes d'emprunt, rutilent des vives couleurs du blason (cf. exemples cités ci-dessus), à l'instar de Girflet :

... I. escu blanc a une freste d'or moult lee...
Lancelot, t.8, p. 346

183Puis, ces éléments cessent d'être mis en valeur, et il faudra attendre plus de 250 pages pour en retrouver un écho affaibli sous la forme d'une notation qui demeurera isolée :

... mesire Yvain li (= à Lionel) avoit doné son escu a porter la veille de la Pentecoste et li avoit fet fere tos fres, et li escus estoit esquartelés de quatre colors, d'or et d'azur et d'argent et de sinople. Celui escu porta Lionials maint jor et des lors en avant porta mesire Yvain l'escu de sinople a la bende blanche por amor de Lancelot qui le portoit blanc a la bende vermeille.
Lancelot, t.1, p. 245

184Ce blason pose d'ailleurs un problème : la coexistence de l'argent et de l'or constitue une faute contre une règle fondamentale en la matière. Est-ce inadvertance du romancier (les règles du blason sont beaucoup moins suivies dans les textes de fiction que dans l'Histoire), volontaire fantaisie de sa part, ou discrète façon de signaler qu'il ne confond pas l'armoriai de Bretagne avec la quête de l'aventure et de l'amour, et, a fortiori, du Graal ?

  • 87 Cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque.

185Quoiqu'il en soit, l'utilisation qu'il fait de l'héraldique ne se pique certes pas de cette précision qu'il feint parfois d'afficher. Il a fort bien vu ce que l'on pouvait tirer, sur le plan romanesque, du port de l'écu et, de façon plus générale, de l'équipement, tant du cheval que du cavalier, frappés de ces signes de reconnaissance - les "connoissances", comme on les appelle au xiie siècle et comme il continue de les nommer - qui, indissociables des couleurs, sont les éléments du blason. Mais il s'en est servi à contre-sens en quelque sorte, puisque ce qui servait, dans l'Histoire, à identifier un groupe ou un individu, sert surtout, dans le roman, à le(s) masquer87. Afin de n'être pas reconnus, les chevaliers arthuriens changent d'armes d'aventure en aventure, ou se les échangent entre eux. Nous en avons déjà mentionné plusieurs exemples dans les pages précédentes. Toute la vie chevaleresque de Lancelot sera marquée par le procédé. Inaugurant celle-ci avec l'écu blanc et les armes blanches donnés par Niniène, il ne gardera le tout que quelques semaines, jusqu'à la Douloureuse Garde où il utilisera trois écus : à une, deux, ou trois bandes obliques vermeilles, écus entre lesquels il choisira pour les aventures suivantes. Mais cette (légère) variante ne suffit pas à empêcher la constitution d'un personnage, même anonyme, celui du "blanc chevalier" qui a vite fait d'être identifié avec le "nouveau chevalier" qui a été adoubé, sous ces armes, à la cour, peu auparavant :

Lors demandent au vallet queus armes avoit li chevaliers et li dist unes armes blanches et .I. cheval blanc. Et lors dist mesire gauvain que ch'est li chevaliers noviax".
Lancelot, t.7, p. 335

186On peut dès lors le suivre à la trace de cette couleur :

"Queles armes portoit il ? - Unes armes blances, fait ele, et .I. cheval blanc".
Lancelot, t.7, p. 339

187Conscient du fait et désirant n'être pas reconnu, Lancelot change aussitôt d'armes :

... et laise laiens l'escu as .III. bendes, car il ne voloit estre conneus ; si en porta .I. ... de sinople a une bende blance de bellic.
Lancelot, t.7, p. 379

188On voit réapparaître le motif peu après :

En chele chité prist li chevaliers un escu vermeil et le sien i laisa car il ne vaut estre conneus a l'assamblée.
Lancelot, t.7, p. 387

189et encore :

... a la chité ou il avoit fait l'escu vermeil, fist.I. escu blanc a une bende noire et chelui porta il a l'assemblée...
Lancelot, t.7, p. 419

  • 88 Quelques références cependant : t.8, pp. 82-83 et 425 ; t.4, p. 352 ; t.5, pp. 226, 237, 247.

190Il pousse la précaution jusqu'à chevaucher l'écu enveloppé d'une housse pour demeurer inconnu (t.7, p. 427) ; l'écu découvert, il le sera en effet aussitôt (t.7, pp. 430-431). Le choix d'armes cette fois toutes noires au cours du conflit entre Arthur et Galehaut (début du t. 8) répond à la même préoccupation, même si, cette fois, le "déguisement" ne réussit pas à tromper tout le monde. Et ainsi de suite dans tout le cycle ; en donner le détail n'aurait d'intérêt que le pittoresque88. La Queste n'utilisera plus le procédé : il ne s'agit plus d'y être (re)connu par les autres mais de s'y connaître et que Dieu vous y reconnaisse... ce n'est pas un changement d'écu qui pourrait y aider, ou l'empêcher. Mais dans la Mort Artu, devenu un vieux chevalier, Lancelot demeurera fidèle au procédé : pour participer incognito au tournoi de Wincestre, il endossera les armes vermeilles d'un chevalier nouvellement adoubé (Mort Artu, P. 8).

191L'échange des armes se produit également entre deux chevaliers, mais sans que la raison en soit explicitée (cf. ci-dessus). Lorsqu'il a lieu entre un héros de premier plan et un comparse - et, en ce cas, à l'initiative du premier -, on peut penser qu'il y a le souci, pour le chevalier renommé, de vouloir faire à nouveau ses preuves, sans jouir de cette réputation acquise qui risque d'impressionner, voire de paralyser les adversaires : échange entre Gauvain et l'écuyer de Galehaut (t.8, p. 436). Si c'est le moins expérimenté qui le demande, c'est une façon de se placer sous le patronage du glorieux aîné : ainsi Hélain de Clavinges remerciant Gauvain de l'avoir fait chevalier :

"... mais por Dieu le premier don que je vous requerai après ma chevalerie me dounés : c'est que vous me laisiés les armes que vous avés aportees de Roestoc et vous emportés les moies qui moult sont boines et bêles ; si me tesmoigneront les voes que chevalier m'avés fait, ne vous ne me poriés riens doner que je amasse tant"... Lors furent aportees les armes Hélain... li escus tous blans comme nois...
Lancelot, t.8, p. 194

192L'aîné peut aussi donner ses armes à un cadet et, par là même, être amené à en changer lui-même : cas d'Yvain et de Lionel (Lancelot, t.1, p. 245, texte cité ci-dessus). Lorsqu'il s'agit de deux personnages d'égale valeur (Lancelot et Galehaut, t.8, pp. 82-3 et p. 425), on peut penser qu'ils se rendent là l'un à l'autre une sorte d'honneur amical.

  • 89 M. Pastoureau explique comment l'écu individuel a précédé l'écu féodal, puis familial.

193Si, au début du xiiie siècle, l'écu marque l'appartenance à une famille, à l'intérieur de laquelle peuvent se définir seulement, par les "brisures", des marques individuelles, ce rôle est peu apparent dans le Lancelot-Graal : Galaad reprendra bien l'écu d'un lointain ancêtre, mais c'est de filiation spirituelle et non charnelle qu'il s'agira alors, - les générations intermédiaires, - à commencer par Lancelot dont la variété en la matière est pourtant si grande -, n'auront pas porté l'écu blanc à croix vermeille, qui est, dès le début, destiné au seul lointain descendant de Josephe. Surtout, si on peut observer des parentés d'armes, entre des frères par exemple, elles ne sont jamais présentées pour les identifier comme tels. Les armes y sont essentiellement celles d'un individu, reflétant un état plus archaïque des usages89. Allons plus loin ! N'est-ce-pas même la notion de l'écu lié à une personne qui serait mise en cause parfois ? Le texte dit cependant tout le contraire dans la mesure où de nombreux passages affirment que tel chevalier est reconnu à ses armes :

  • 90 Cf. aussi, t.8, pp. 77, 105, 142, 215, 346 ; t.1, p. 248 ; t.2, pp. 131-33 ; t.4, pp. 48, 145... ; (...)

Et la damoisele li monstre escuz dusqu'a XL et plus, estre les autres armes, et il resgarde et voit l'escu Agloval et l'escu Saigremor le Desraé et le Keu le seneschal...
Lancelot, t.5, p. 2790

194Le contexte indique bien qu'un lien intrinsèque est établi entre l'homme et l'écu qu'il porte habituellement, - dans le cas cité, il n'y a aucune indication de changement d'armes pour l'aventure évoquée, et il n'y a même pas description des écus : ce qui intéresse l'auteur n'est pas le pittoresque des couleurs, mais l'identification des personnages à laquelle, donc, la vue de l'écu suffirait. Mais, si nous employons ici le conditionnel, c'est qu'à lire le Lancelot-Graal, on voit qu'il est pourtant imps-sible de dire qu'aux armes on (re)connaît l'homme.

195Certes, le roman précise des coutumes collectives (celle des nouveaux chevaliers de porter des armes unico-lores) ou individuelles :

Lors cuide il bien que ce soit l'escu Lancelot, kar il ne portoit gaires escu sanz bende.
Lancelot, t.l, p. 375

196Mais il n'y a rien là de contraignant. L'auteur déclare que le nouveau chevalier arborant un écu autre qu'uni avant le temps fixé (un an, rappelons-le après son adoubement), le fait "contre son ordre", ... mais Lancelot lui-même portera un écu à une, deux ou trois bandes quelques semaines après avoir été adoubé, ... mais le port de l'écu "plain" n'est pas réservé aux nouveaux chevaliers - Lancelot en arborera dans l'ensemble de sa vie chevaleresque -, et sans chercher toujours à se faire passer pour le novice qu'il n'est plus. En voie de conséquence, on constate que s'il porte souvent un écu à bande(s), il ne le fait pas toujours, et qu'il n'a pas non plus le monopole de cette "connoissance". Aussi bien, dans le texte cité précédemment, le personnage qui croit se trouver en présence d'un écu de Lancelot parce que celui-ci porte une bande, se trompe-t-il.

197Surtout, le romancier joue, en virtuose, d'une double dissimulation : celle du personnage voulant cacher son identité aux autres personnages, ou à certains d'entre eux seulement ; celle du personnage dont les armes ne sont pas décrites au lecteur, - mais sont supposées être vues par les autres personnages dans la cadre de la fiction. Dans le premier cas, le lecteur est toujours mis au courant ; dans le second, par définition, il est dans l'ignorance. Il y a donc de toute façon, mais en sens inverse, un décalage entre ce que sait/ignore le lecteur et ce que savent/ignorent les personnages.

198Prenons l'exemple de Gauvain. En Lancelot, t. 8, p. 194, il échange les armes qu'il vient de porter à Roes-toc (et qui ont été mises à rude épreuve dans le combat) contre celles d'Hélain de Clavinges - "escu blanc" - qu'il vient d'adouber. En Lancelot, t.8, p. 215 est apporté à la cour d'Arthur un écu - "camp d'or a lyon de sinople" - en si mauvais état, explique le texte, qu'on a du mal à distinguer couleurs et marques, sans quoi on aurait bien su à qui il était. Les pages suivantes font entendre qu'il s'agit de l'écu porté par Gauvain à Roestoc. Les plus attentifs et intéressés au sort du chevalier le reconnaissent, - mais comment le lecteur le ferait-il puisqu'on ne lui a pas auparavant décrit cet écu ? Notons d'ailleurs que Gauvain ne va pas porter longtemps les armes d'Hélain même si elles lui "seent moult", puisqu'en Lancelot, t.8, p. 346, il arbore un "escu de sinople" et qu'en Lancelot, t.8, p. 436 il porte l'écu d'un chevalier de Galehaut, "parti de blanc et d'azur". Et faut-il identifier à l'écu d'Hélain l'écu blanc qu'il portera au Tournoi de l'éper-vier (Lancelot, t.2, pp. 360 sq.) où il est plusieurs fois désigne comme "cil qui a cel escu blanc" ? - formulation employée évidemment par des spectateurs qui ne l'identifient pas, alors que, pour le coup, les lecteurs savent qui il est.

199Les changements d'armes que pratiquent les personnages ont parfois des conséquences amusantes dont l'auteur sait jouer à merveille. Le degré zéro du procédé consiste en ce que, comme il l'a souhaité, le chevalier ayant revêtu de nouvelles armes (ou, plus simplement, un nouvel écu), qu'il s'est fait faire ou qu'il a empruntées, n'est pas reconnu de ses familiers. C'est ainsi qu'en Lancelot, t.8, p. 427, Lionel ne reconnaît pas Lancelot qui a revêtu les armes de Galehaut, - et c'est même Galehaut qui le renseignera sur l'identité... de celui qui porte ses armes ! Au cours de la même rencontre, Galehaut, lui, méconnaît un temps Gauvain (t.8, p. 428) (mais tout simplement parce qu'à ce stade de l'histoire, il ignore quelles sont ses armes habituelles), et a recours aux bons offices de Lionel pour se le faire nommer, - tandis que Lancelot (t.8, p. 430) ignore également qu'il se trouve en présence de Gauvain. Le lecteur lui-même, bien qu'au courant, est quelque peu ébahi de ces effets de "croisement". Mais, dira-t-on, ne peut-on reconnaître un chevalier à ses manières de combattre aussi sûrement qu'à ses armes ? Pour y réussir, il faut être expert : Gauvain s'y montre assez efficace et il identifie Lancelot qui combattait pourtant avec les armes de Galehaut :

... si cuida chascuns qui le veoit que che fust Galahos et disoient tout : "Veés Galahot ! Veés Galahot !" Mais mesire Gauvain le connut et dist : "che n'est pas Galahos, ains est li noirs chevaliers qui avant ier porta les noires armes ! jel connois bien".
Lancelot, t.8, p. 83

  • 91 .... mais Guenièvre est au courant.

200Mais d'autres sont moins perspicaces. Au tournoi de Peni-gue, Lancelot n'est pas reconnu par Lionel et Bohort "por ce qu'il estoit desguisez de ses armes" (Lancelot, t. 5, p. 226). Au tournoi de Kamaalot, (Lancelot, t.4, pp. 352 sq.), Lancelot se présente en armes vermeilles, "por ce que nus ne le conneust" précise le texte91. Il y accumule les exploits et le public ne tarit pas d'éloges hyperboliques à son sujet. Comme l'archétype de la prouesse à la cour d'Arthur n'est autre que Lancelot, il se trouve donc bizarrement comparé à lui-même :

"... ne onques Lancelos del lac ne fist la moitié de prouesse que il a nui fait de son cors"...
Lancelot, t.4, p. 361

201Dira-t-on qu'il s'est surpassé ce jour-là ? Et on va avec une logique impeccable aboutir à une conclusion aberrante parce que fondée sur une prémisse fausse :

(Les gens de Logres) maudisent cruelment cil as armes vermeilles et disoient : "Ha ! biaux sire Dex, ha ! quel domage que nos n'avons or mon signor Lancelot del lac !"
Lancelot, t.4, p. 361

202Le Lancelot-Graal n'abonde pas en passages qui prêtent à sourire : aussi valait-il la peine d'insister sur celui-ci.

203La volonté d'anonymat des personnages revêt bien des degrés, mais elle entre toujours dans un plan dont l'aboutissement sera l'affirmation de leur personnalité et de leur identité. C'est à tout le monde que Lancelot, nouveau chevalier, désire dissimuler son identité qu'il cèle sous les apparences successives d'un chevalier "blanc", puis "vermeil", puis "noir", sans oublier les avatars des écus à une, deux ou trois bandes, ainsi que d'autres de moindre importance. En un premier temps, c'est Gauvain qui, à la suite d'une enquête assez difficile, la découvrira et révélera à la cour que le "chevalier blanc", est ce jeune "vallet" que le roi a récemment adoubé :

"che fu Lancelos del lac, li fiex al roi Ban de Be-noÿc, et che fu chil qui venqui l'assemblée del roi d'Outre les Marces, quant il porta armes vermeilles".
Lancelot, t.7, p. 428

204Plus tard, estimant avoir fait ses preuves, c'est Lancelot en personne qui, pour se faire (re)connaître de la reine, lui rappellera les occasions où elle l'a vu combattre et les différents exploits qu'on lui a rapportés, en se référant aux écus successifs qu'il a portés (Lancelot, t.8. pp. 107-109) ; quant à la dame de Malohaut, elle complétera le portrait pour Guenièvre en établissant le lien entre "chevalier vermeil" et "chevalier noir" (Lancelot, t. 8, p. 119). Le portrait se compose en quelque sorte de ces multiples "pièces" qui, à la façon d'un puzzle temporel, reconstituent l'image complète du héros.

205Parfois aussi, la volonté d'anonymat ne s'exerce qu'à l'encontre de certains et peut se doubler d'une volonté contraire d'être reconnu par d'autres : dans la Mort Artu, au tournoi de Kamaalot, Lancelot demande :

  • 92 Créditons Lancelot de l'intention qu'il affiche. Mais l'application est surprenante : si l'écu à b (...)

"... un escu blanc a trois bendes de bellic vermeilles et couvertures toutes blanches ; je ai itiex armes portées tantes foiz que, se Soorz vient a rassemblée, il me porra bien connoistre legierement".
Mort Artu, p. 7892
La même affirmation est reprise p.75 et p.97.

206Dans le Lancelot, le port d'un écu'd'une certaine couleur ou d'éléments touchant aux armes peut constituer un signe de (re)connaissance privilégié entre le chevalier et sa dame :

(Guenièvre fait demander à Lancelot de venir à Carduel) :
... si port Lancelos sor son hiaume .I. penonchel que ele li envoie a une langete de soie vermeille et si port l'esu que il porta a la darraine assamblée, mais qu'il ait une bende blanche de bellic.
Lancelot, t.8, p. 408

207sans d'ailleurs que la dimension amoureuse du geste soit toujours présente puisqu'on voit la reine utiliser avec Lionel le même type de signal :

... ot fait en .I. glaive fermer .I. de ses penons, si l'avoit baillié a Lionel, et le camp del pignon estoit d'aisur a III. corones d'or et a une seule aigle"...
(ce qui permet de le différencier de ceux du roi Arthur).
Lancelot, t.8, p. 467

208Mais, dans tous ces cas, le lecteur aura été mis dans le secret. Si donc Guenièvre a la surprise de découvrir, après coup, - et d'un seul coup - quel est Lancelot devenu, le lecteur aura, lui, été constamment tenu au courant de son devenir. Si, pour elle, l'accent est mis sur la merveille (sur l'étonnement), pour lui, il est mis sur l'apprentissage (sur la connaissance progressive). Ainsi peuvent être associés deux types de construction romanesque apparemment inconciliables : le récit chronologique et le retour en arrière, - pour le plaisir multiplié du lecteur. Dans les autres exemples cités, et qui sont de moindre portée, le lecteur se verra également partagé entre (re)connaissance - comme Bohort ou Guenièvre - et surprise - comme les autres participants et spectateurs du tournoi de Kamaalot et de l'assemblée où combat Lionel.

  • 93 La limitation du nombre des couleurs utilisées risque parfois d'entraîner une confusion entre les (...)

209Dans tout cela, les signaux adressés, ou cachés, aux personnages et au lecteur passent souvent par l'utilisation - héraldique - des couleurs. On le comprend facilement puisque celles-ci frappent plus aisément et vivement le regard que les autres éléments du blason. En même temps, et de façon qui n'est contradictoire qu'en apparence, étant plus abstraites, elles ne monopolisent pas tant l'attention et la ramènent de manière moins pittoresque et plus essentielle sur le personnage qu'elles n'ont pas charge d'orner ou de colorier, mais de désigner, de mas/rquer, - voire de révéler ? En particulier, les écus unicolores et qui ne s'écartent pas du triple Blanc, Rouge, Noir apparaissent comme tout indiqués pour protéger quelque anonymat voulu par le héros (cf. l'exemple de Lancelot, étudié ci-dessus) ou pour être arborés par ces figurants à qui la volonté de l'auteur ne donne guère d'autre carac-térisation que d'être "Chevalier vermeil" ou "Chevalier noir"93.

210Cependant, au delà de ces raisons de commodité ou d'agrément littéraires, on pourrait se demander si, en simplifiant l'héraldique historique, et en n'utilisant que certaines des couleurs ou des combinaisons de couleurs possibles, le Lancelot-Graal ne substitue pas un code symbolique à un autre, tout en s'appuyant sur lui au départ.

  • 94 Pour le premier de ces écus, cf. ci-dessus p. ; pour le second, voir Queste, p. 34 ; cf. aussi Lan (...)
  • 95 Cf. par exemple, Lancelot, t.4, p. 165.

211Comme nous l'avons dit, le cycle connaît les écus "allusifs" (l'écu "noir goûté d'argent" du malheureux rival de Ségurade) ou "symboliques" (l'écu blanc à croix vermeille légué à Galaad par Josephe), - et il en commente les couleurs et "connoissances" en soulignant leur "senefiance"94 Mais comme nous l'avons vu aussi, l'écu du géant Mauduit, construit sur une combinaison comparable à celle du premier, ne semble que difficilement pouvoir être l'objet d'une justification identique. Surtout, on ne saurait pour autant dire que tout chevalier "noir" est en peine ou en deuil : lorsque Lancelot lui-même s'arme à cette couleur pour la première fois (t.8, p. 46), il se trouve, certes, dans une situation peu enviable puisque retenu prisonnier par la dame de Malohaut qui ne le "libère" que le temps d'un tournoi, mais aucune allusion n'est faite à un rapport entre cette situation et le choix du noir. A cette aune on ne verrait pas du tout de raison au choix du vermeil qui l'a précédé (t.7, Ρ·419), et qu'il porte à nouveau par exemple dans un tournoi (t.4, pp. 352-390)... pour ne rien dire de toutes les occasions intermédiaires où par exemple, il associe le blanc et le noir95.

  • 96 Lancelot, t.8, p. 348 ; t.2, p. 108 (cf. 223, 243) ; pp. 225-26, 228-234, 306 ; pp. 393 sq. ; t.5, (...)
  • 97 Lancelot, t.2, pp. 1 18, 225-26 ; t.4, p. 169 ; t.5, pp. 143 sq. pp. 247 et 280-81.
  • 98 Cf. Queste, p. 217 : "Et la mort que Abel reçut par traïson... senefia la mort au verai Crucefié". (...)

212Si l'on passe d'une symbolique psychologique à une symbolique morale, on rencontre le même type de difficulté. On ne peut, par exemple, ramener à une signification unique le "vermeil". Certes, les héros arthuriens rencontrent sur leur chemin des "chevaliers vermeils" qui constituent pour eux autant d'ennemis potentiels ou déclarés, d'obstacles à franchir96. Si l'on objecte qu'ils ne sont pas les seuls dans ce cas et que nombre de "Chevaliers noirs" jouent le même rôle, on fera remarquer que le Noir, symbole de la douleur, l'est aussi de la mort et du mal, et qu'il y a là une évidente continuité symbolique97 Mais on dira plutôt que les chevaliers d'Artus eux-mêmes portent souvent le "vermeil", à commencer par Lancelot lui-même, du Lancelot à la Mort Artu comme nous avons eu l'occasion de le voir, et à continuer par Hector (Lancelot, t.2, pp. 361 sq.). Si la Queste établit à son tour un rapport entre le Rouge et le sang versé, mais qui évoque plus le sang du sacrifice rédempteur que la violence du meurtrier98, elle y ajoute un rapport entre le Rouge et le feu, forme visible de l'Esprit Saint envoyé par le Christ à ses disciples, comme Galaad, ultime avatar du Chevalier vermeil, a été envoyé à la cour d'Arthur. A ce compte d'une symbolique morale réductrice que nous récusons, tous les "chevaliers blancs" seraient vierges :

... li blans senefie que cele qui l'avoit planté estoit encore virge a ceste hore...
Queste, p. 213

  • 99 Cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque.

213ce qui n'est certes pas le cas de lancelot dans les tomes 2 et 4 du cycle... ni dans la Mort Artu (pp. 78 sq.). Et que faudrait il penser de qui porte des armes noires et un écu blanc (par exemple), tel Lancelot encore (Lancelot, t. 4, p. 165 et t.5, P- 8l) ? Nous nous trouvons la en face de systèmes différents de l'utilisation des couleurs à l'intérieur de la même oeuvre et dans le même domaine d'une héraldique imaginaire (et imagée)99 Il ne suffit pas en effet de se référer à la tradition de polyvalence des symboles. En ce qui concerne les couleurs par exemple, chacune est porteuse de valeurs opposées, l'une positive, l'autre négative. Ainsi le noir signifie humilité et/ou péché : dans la Queste, la nef diabolique porte des voiles noires, mais l'humble oiseau noir vaut mieux que le blanc cygne orgueilleux (cf. ci-dessus). Ainsi, le rouge peut signifier aussi bien l'orgueil que le sacrifice ou l'amour... ou la luxure, puisqu'amour et luxure sont associés au feu. Mais les "chevaliers noirs" ne sont pas tous affligés, humbles ou peccamineux. Ils peuvent même n'être rien de tout cela ! Pas plus que les chevaux noirs. Il s'agit plutôt de niveaux différents de "senefiance", l'utilisation des couleurs de l'héraldique à des fins différentes... et toutes romanesques, à propos desquelles il ne faut pas abuser de la notion de symbole. La difficulté surgit lorsqu'on veut non tant préciser ces niveaux que classer rigoureusement les différentes cènes.

214Il y a l'utilisation que l'on peut dire "décorative" ou "pittoresque" d'une héraldique assez traditionnelle, - celle que nous avons vue mise en oeuvre dans le Lancelot, t.8, celle qui associe correctement les couleurs du blason et s'intéresse aux soi-disant usages du royaume arthurien en la matière.

  • 100 Blancs : Lancelot, t.2, p. 412 (+) ; t.5, p. 286 (-) ; t.6, pp. 22 et 42 (-) ; Queste, p. 29 (+), (...)
  • 101 Ils sont, plus rarement, désignés par le nom suivi d'une indication de couleur renvoyant à la coul (...)

215Il y a l'utilisation d'une héraldique très simplifiée pour les figurants de rencontre, ceux qui, parfois, ne sont même pas nommés mais simplement et commodément désignés par la couleur de leurs armes ; d'autant plus interchangeables qu'ils n'ont d'intérêt que dans leur fonction d'opposition aux héros, alternativement Rouges ou Noirs. Dira-t-on que ces deux couleurs les désignent cependant de façon privilégiée pour assumer ce rôle ? Aux réserves déjà faites sur la "nota" moralement négative dont ils seraient ainsi frappés, ajoutons une remarque. Il faut rapprocher ces personnages de ceux, au demeurant beaucoup plus nombreux, qui ont le même rôle structurel et sont désignés par leur nom associé à une couleur, sur le type "X li Blans" ou "Y li Noirs"100, l'adjectif se référant à la couleur de leurs armes101. Nous ne pouvons que renvoyer à ce propos à ce que nous avons déjà dit de cette question lorsque nous avons étudié "les couleurs des noms" : s'il n'est pas de dieu noir ni de diable blond dans notre cycle, aucune répartition du Bien et du Mal ne peut s'y faire à partir d'une considération de la couleur des armes.

216Il y a aussi l'utilisation d'une héraldique simplifiée pour les héros arthuriens, à cette réserve près qu'eux n'apparaissent pas figés sous les couleurs du Chevalier vermeil ou noir ou blanc ; mais, à l'instar de Lancelot, - qui commencera par être successivement Blanc, Vermeil, Noir - ils en changent selon l'aventure.

217Il y a l'utilisation d'une héraldique symbolique, plus psychologique dans le Lancelot (exemples des écus allusifs), plus morale dans la Queste (quand on y voit explicitement intervenir l'opposition du Noir et du Blanc comme "senefiant" le Mal et le Bien : tournoi symbolique, pp. 140 sq.). Et on comprend bien pourquoi elle surtout ne peut que s'écarter de l'héraldique historique : les rapports complexes des émaux et des métaux, le jeu des brisures et des meubles, conventionnels jusque dans leur variété, ne peuvent guère convenir pour traduire les dispositions du coeur ; ils n'ont guère de place non plus dans une opposition de type binaire et se réfèrent à des usages trop mondains pour représenter une échelle des valeurs spirituelles.

218Mais on voit bien comment le lecteur se trouve ainsi sans cesse confronté à des difficultés voire à des énigmes. Prenons le cas du "Chevalier blanc". On rencontre sous cette couleur : Lancelot venu à la cour d'Arthur pour se faire adouber et dans ses premiers exploits jusqu'après la prise de la Douloureuse Garde (2e partie du t. 7) et le même Lancelot, beaucoup plus tard dans sa vie chevaleresque (t.4, pp 193 sq.) ; Hélain de Clavinges armé chevalier par Gauvain et lui donnant ses armes que Gauvain endosse aussitôt (t.8, p. 194) ; Galehodin, neveu de Galehaut (t.4, pp 184-85) ; l'anonyme "maître du nain" (t.2, p. 412) ; l'anonyme chevalier qui amène un cheval à Galaad (Queste, p. 252), etc.. On constate tout de suite que la couleur en elle-même ne porte pas "senefiance". On est amené à l'appréhender en fonction de la scène dans laquelle elle intervient comme un élément parmi beaucoup d'autres. Mais souvent, le texte résiste à l'analyse.

219Dira-t-on que le chevalier de la Queste est à coup sûr un envoyé céleste ? Ce sera sans grand risque de se tromper, mais le blanc dont il est revêtu connote-t-il son appartenance à un univers surnaturel ou la pureté du héros à qui il s'adresse ? Ou les deux à la fois ? Et que veut dire exactement ici "surnaturel" ? Est-ce un ange ? Si l'auteur en fait une "création" de sa pure imagination, il ne peut pas ne pas être en même temps une "créature", fût-ce fictive, de Dieu. Quel est alors son statut dans l'échelle des êtres ?

  • 102 Cf. ce que Niniène dit à Lancelot (... et ce qu'il lui répond (t.7, pp. 253-57).

220D'autre part, dans le Lancelot, les trois passages où apparaît un nouveau chevalier tout en blanc, loin de s'éclairer l'un l'autre, ne font qu'augmenter notre perplexité quant au plus important des trois, celui qui concerne Lancelot. En effet, à première lecture, l'arrivée du jeune homme à la cour du roi dans un somptueux apparât blanc dont l'éclat et le caractère uniforme surprennent tout le monde, nous amène à penser que ce blanc est d'abord la couleur de cet "autre monde" innommé, celui du lac et de sa "dame", étrange mère adoptive, ravisseuse d'enfant, magicienne en tout cas, - couleur dont elle marquerait son bel enfant trouvé ; mais la succession des deux autres est faite pour nous amener à nous interroger : le blanc uni y est présenté comme couleur souvent arborée par les jeunes chevaliers. Plus exactement, le texte parle d'armes unicolores... mais, comme par un fait exprès elles seront blanches. Même si cela n'est pas explicite, on conçoit bien comment ces armes, et plus précisément cette couleur, conviennent à des héros encore pleins d'inexpérience et d'innocence. Ce n'est qu'au bout d'un an qu'ils auront mérité d'inscrire - d'écrire - sur leur écu, sous couleurs et "connoissances" diverses, le livre de leur vie, - celui qu'Arthur, de son côté, tient périodiquement à jour tout le long du cycle, en faisant raconter aux héros leurs aventures et en les faisant mettre par écrit, jusqu'à ce que la mort vienne l'en empêcher. C'est ainsi que, pour Lancelot, signes de la personnalité nouvellement acquise, une ou plusieurs bandes historieront les écus "plains". Quant au choix d'une couleur unique pour tout l'équipage, il donne évidemment une image de recherche luxueuse qui convient bien à des fils de roi, - ou qui, dans le cas d'Hélain, exprime à la fois le cas que le jeune homme fait de la chevalerie, et l'honneur rendu à Gauvain à qui il fait don de ses armes de prix. Et Niniène dans tout cela ? Surtout, continuons d'y penser. Et ne l'oublions pas quand nous lirons la Queste del Saint Graal. Lancelot n'est pas seulement un nouveau chevalier dont la mère a particulièrement soigné l'entrée dans le monde ; et le chevalier envoyé à Galaad, s'il ne l'a évidemment pas été par la dame du lac, n'en porte pas moins la même couleur qu'elle. Tout jeune homme entrant en chevalerie n'est-il pas, s'il a le coeur bien né102, fils de roi, et élu de Dieu ?

221On voit donc que l'utilisation des couleurs héraldiques par le cycle du Lancelot-Graal ne se limite pas à une mise en valeur mondaine, courtoise, voire chevaleresque des héros, et celà dès le Lancelot. Nous avons en particulier noté qu'après la longue sequence du t.8, les références aux couleurs du blason dans leur variété et leurs contrastes pittoresques, diminuent. L'auteur commence d'espacer les mentions descriptives ou non des écus, bannières, etc... et l'utilisation qu'il en fait n'est plus alors que liée à une problématique personnelle d'écrivain. La question se pose donc de savoir ce qu'il en advient quand, dans la Queste, la chevalerie arthurienne, de terrienne va se muer en céiestielle, puis, dans la Mort Artu, redeviendra terrienne avant de s'éteindre.

  • 103 Cf. aussi pp. 74 et 78.

222Dans la Queste, les notations d'héraldique sont beaucoup moins fréquentes que dans le Lancelot. Elles sont d'ailleurs situées surtout dans le premier quart du texte, - arrivée de Galaad à la cour, voeu de quête, départ des chevaliers et premières aventures. Ces premières références concernent Galaad et soulignent comment il est appréhendé par le monde arthurien, c'est-à-dire par l'intermédiaire d'un vocabulaire et de notions qui lui sont familiers, et que l'auteur reprend d'ailleurs à son compte. Galaad est d'abord perçu comme "un chevalier a une armes vermeilles" (p. 7)103, puis il sera celui "qui avoit pris l'escu a la croiz vermeille" (p. 51) ou "cil qui l'escu blanc emporte" (p. 57). Dans la suite du récit, il sera encore désigné, mais une seule fois de la même façon :

... si tost come il virent l'escu blanc a la croiz vermeille, si dist l'uns a l'autre : "Veez la le Bon Chevalier ! Or sera fox qui l'atendra, car contre s'espee ne dure armeure nule".
Queste, p. 196

223et, significativement, par Hector et Gauvain qui se sont montrés incapables de progresser dans la quête du Graal parce qu'ils restent cantonnés dans une vision du monde et d'eux-mêmes exclusivement chevaleresque. Les autres occurrences des couleurs héraldiques concernent, en blanc ou noir, les messagers de l'autre monde, divin(s) ou diabo-lique(s), qui se présentent sur la route des quêteurs pour les aider, les tenter ou les punir (p. 29, p. 252), ou interviennent dans des tournois qui, pour mettre aux prises des personnages, n'en sont pas moins explicitement assimilés à des psychomachies :

... avoit bien cine cent chevaliers et plus... et es-toient li un covert de blanches armes et li autre de noires, ne nule autre diversité d'armes n'avoit entr' ax...
p. 140

"Avant ier, le jor de Pentecoste, pristrent li chevalier terrien et li chevalier celestiel un tornoiement ensemble, ce est a dire qu'il comencierent ensemble la Queste... Li chevalier terrien, qui avoient la terre es elz et es cuers, pristrent covertures noires come cil qui estoient covert de pechié noir et horrible. Li autre qui estoient celestiel, pristrent covertures blanches, ce est de virginité et de chasteé..."
Queste, pp. 143-44

  • 104 Cf. Queste, p. 166.

224Dans ces exemples, on se trouve à l'évidence en présence d'une symbolique morale. Enfin, on notera que, seul des héros de la Queste, Galaad y est encore désigné par la couleur de ses armes. De celles de Bohort, Perceval, Lancelot... et des 147 autres chevaliers partis en quête, des (futurs) élus et réprouvés, rien n'est dit. A plus forte raison, n'est-il plus question de ces changements d'armes qui avaient rythmé la vie romanesque de Lancelot. Elément profane qui, par son utilisation littéraire, mettait en valeur les héros, l'héraldique apparaît sans doute maintenant comme une préoccupation à proscrire, à la fois de façon générale - en tant que caractéristique d'un univers mondain, courtois, chevaleresque ; et de façon plus spéciale, parce que la Queste s'efforce de dépouiller ses héros de tout ce qui les montrait se construisant et s'affirmant par eux-mêmes, en fonction d'une volonté propre où la considération de Dieu ni son élection ne trouvaient directement de place. Au port emblématique de l'écu qui offre ostensiblement le héros au regard des autres sous l'apparence qu'il s'est choisie, succède celui de la haire, portée en secret et qui le présente à Dieu dans l'être auquel il s'efforce de tendre104.

  • 105 Sur l'exception de Bohort, cf. ci-dessous.

225Que se passe-t-il alors dans la Mort Artu, quand reprennent des joutes terriennes qui n'ont plus de portée symbolique, quand la cour n'est plus peuplée que de ceux qui ont, peu ou prou, échoué dans la quête du Graal105, quand l'amour cesse d'être le feu du Saint Esprit pour (re) devenir la passion adultère où se brûlent Lancelot et Guenièvre ? Les couleurs du blason réapparaissent dans une certaine mesure, mais avec deux limitations importantes. Elles sont associées au seul Lancelot, - comme si la Quête avait disqualifié tous les autres sur le plan chevaleresque aussi, - et peut-être comme si le seul Bohort qui a fait partie de la triade élue n'avait plus à être apprécié à cette aune. Elles sont les mêmes qu'au début de la vie chevaleresque du héros, - comme si, impuissant à se renouveler, le royaume arthurien ne pouvait plus que répéter, en la bégayant, son histoire passée.

226Il ne semble donc pas que l'étude de l'héraldique dans le Lancelot-Graal puisse être très intéressante pour un historien, à l'exception de quelques séquences restreintes. Elle l'est en revanche pour qui s'intéresse au "sen" et à la "conjointure" de l'oeuvre. L'auteur l'utilise peu pour flatter le regard (imaginaire) du lecteur en lui présentant de brillantes visions et pas davantage pour marquer les filiations entre les héros. Mais il s'en sert pour lancer ses personnages dans les jeux de l'anonymat et du quiproquo. De tous ces personnages, c'est Lancelot qui est, et de beaucoup, le plus constamment évoqué par le biais du blason ; mais, si nous n'avons pas insisté jusqu'alors sur ce fait, c'est qu'il faut simplement y voir, à notre sens, une marque parmi bien d'autres de sa qualité de protagoniste du cycle, - alors que Galaad n'est le protagoniste que d'un épisode, fût-il le plus original de tous ! Durant cet épisode au demeurant, c'est au tour de Galaad d'être ainsi mis en valeur aux dépens de son père.

227Pour terminer sur cette matière, je voudrais insister sur deux éléments, déjà suggérés et qui se préciseront par la suite. D'abord le petit nombre des couleurs très majoritairement présentées : Blanc, Rouge, Noir qui inscrit le Lancelot-Graal dans un prisme très ancien, ignorant la plus grande variété d'une palette colorée déjà présente pourtant chez Chrétien de Troyes. En second lieu, le rôle joué par les couleurs dans la construction de l'oeuvre, plus variées et de significations parfois énigmatiques dans le Lancelot, moins variées et mieux ordonnées à une symbolique morale dans la Queste, peu nombreuses dans la Mort Artu.

LES COULEURS DU SANG ET DES ARMES

228Ces deux éléments comptent parmi ceux dont le relevé (ou non) au titre des couleurs m'a posé le plus de problèmes et à propos desquels je ne suis pas arrivée à une solution qui me satisfasse pleinement.

229Du sang, il en coule beaucoup dans le Lancelot-Graal, au premier chef dans les combats mais aussi dans de nombreuses circonstances plus particulières : joues égrati-gnées de douleur (Lancelot, t. 7, p. 26), draps et nappes tachés de sang par Lancelot fou (Lancelot, t.6, p. 215) ou amoureux (épisode du rendez-vous quand Guenièvre est détenue par Méléagant), victimes battues au sang, chevaliers et demoiselle "bende(e)s" de fer, etc... Mais s'il est très souvent mentionné, il est difficile de dire s'il évoque précisément la couleur qui est la sienne : parfois, mais parfois seulement, il est qualifié par l'adjectif "vermaus" qui, lui, lève l'équivoque. Difficile aussi de dire si l'adjectif " ensanglantez " renvoie à la notion de couleur ou à celle d'imprégnation.

  • 106 Lancelot, t.7, PP. 24, 26, 72, 142, 171 ; t.8, pp. 450, 473 ; t.1, pp. 70, 141, 203, 217, 238, 298 (...)

230L'explicitation de la couleur revient régulièrement dans les quatre premiers volumes du Lancelot (malgré un net fléchissement dans le t. 6)106. Le plus souvent, la mention se suffit à elle-même ; il est exceptionnel de rencontrer des passages qui retiennent l’attention par l'image ou la suggestion, à l'instar de ceux-ci :

... si sambla bien que grant bataille i eust eue, kar uns ruissials qui par la lande coroit en estoit tos vermals.
Lancelot, t.l, p. 217

... se font voler le sanc vermeil des chars des espees.
Lancelot, t.4, p. 239

  • 107 Habituelles exceptions : 1a Croix Noire (t.2, p. 324) et les épées souillées du sang des "enferrés (...)
  • 108 Ces expressions tendraient à faire croire que la simple mention du sang signifie la couleur rouge.

231C'est toujours l'adjectif "vermaus" qui est employé : sang saisi au moment où il jaillit sous les coups, sang de la vie qui s'échappe, jamais sang figé et noir du corps mort107. Les occurrences se raréfient dans les trois derniers volumes du Lancelot jusqu'à quasiment disparaître. Non qu'on s'y batte moins ("bien au contraire : qu'on pense au long récit de la guerre de Lancelot et Artus contre Claudas au t.6) mais cela participe de la "décoloration" progressive du roman sur laquelle nous reviendrons longuement dans la dernière partie de cette étude. Elles réapparaissent dans la Queste mais pour traduire des réalités d'un niveau différent : la couleur du sang devient image de référence (les lettres sur l'"espee as estrenges renges" sont "vermeilles corne sanc" : pp. 202-203 ; et un côté de la lame est "rouge corne sanc"108 : p. 206, ainsi que l'un des trois "fuisiax" du lit de Salomon : p. 210). Plus que sang, ce rouge est "memoire de sanc" :

(l'Arbre de vie)... si tost come Abel ot mort receue soz l'Arbre, perdi il la color vert et devint en totes choses vermeux ; et ce fu en remembrance dou sanc qui i avoit esté espanduz.
Queste, p. 219

232tandis que s'ajoute une autre correspondance dont on voit bien la richesse si on l'applique à l'ensemble de l'oeuvre :

... car il virent tot apertement que de l'Arbre is-soient goûtes de sanc ausi vermeilles come roses.
Queste, p. 224

233Dans cet épisode, le sang garde en tout cas son rapport symbolique avec la vie : il ne signifie pas tant le geste meurtrier de Caîn que le sang versé d'Abel, figure du Christ :

Et la mort que Abel reçut par traïson... senefia la mort au verai Crucefié, car par Abel fu il senefiez..
Queste, p. 217

234Enfin, la Mort Artu exclut tout emploi du maus", et cela alors même que les guerres intérieures ou étrangères s'y multiplient. Paradoxe d'un savant art des contrastes mais paradoxe en apparence seulement : le récit ne proscrit pas les blessures et les morts, puisque les héros y périssent jusqu'au dernier, et presque tous de mort violente. Il proscrit le rouge "vermaus" comme couleur de vie, - ce "vermaus" qui mêlé au blanc, marquait si bien, la santé sur les joues des héros du temps de leur jeunesse romanesque.

  • 109 Lancelot, t.7, pp. 138, 168 ; t.1, pp. 226, 250, 337 ; t.2, pp. 16, 33, 157, 338.
  • 110 Cf. n. 142.

235Quant aux armes, il y a en fait peu de chose à en dire dans la perspective qui nous occupe, si ce n'est mentionner à nouveau le même type de difficulté que précédemment ; car si elles sont parfois dites "blanches"109, elles sont souvent dites aussi "cleres". Les deux mots apparaissent à l'évidence comme synonymes, je ne me dissimule pas le parti-pris qu'il y a à retenir le premier et éliminer le second, - d'autant plus qu'en l'occurrence "blanc" signifie non tant la couleur au sens où le xxe siècle l'entend que l'éclat du métal poli. Quoiqu'il en soit, le petit nombre d'occurrences de l'une et de l'autre formulation rend le choix en la matière, quel qu'il soit, de peu de portée110.

236De ces deux relevés, gardons peut-être simplement ceci. Blanc et Rouge, une fois de plus l'évocation s'inscrit à l'intérieur du prisme tricolore du Lancelot-Graal, même si la remarque est de moindre portée que dans d'autres domaines, la référence au réel ne permettant guère au romancier de faire des choix plus personnels.

237Une fois de plus aussi, la Queste reprend les mêmes termes pour en faire autre chose, mais sans que ce quelque chose soit étranger à ce qui précède. C'est une question de franchissement de niveau, non de prise à contre-pied. Une fois de plus enfin, la Mort Artu "tue" ce qui l'a précédée : l'absence de la couleur du sang, en particulier, renvoie à cette pâleur livide qui est celle de la maladie et de la mort.

LES COULEURS DE L'AUTRE MONDE

238Chacun des domaines abordés jusqu'alors permet d'observer une évolution dans l'ensemble du cycle qui aboutit à voir dans la Queste del Saint Graal et la Mort Artu non pas des oeuvres à part, mais préparées par le Lancelot dont elles sont, en voie de conséquence, un aboutissement cohérent. Il n'est possible à aucun moment de faire une coupure et de dire : c'est ici que commence quelque chose de nouveau. On ne peut avoir cette impression qu'à lire isolément la Queste et la Mort Artu, c'est-à-dire en les considérant a priori comme constituant des touts en elles-mêmes, alors que c'est au contraire l'impression non exactement de déjà lu, mais de déjà "entrelu" - comme on distingue voir et entrevoir - qui s'impose à la lecture "d'un seul tenant" de La totalité du cycle, - de la petite enfance à la mort de Lancelot.

239C'est maintenant par l'étude des "couleurs de l'aventure" que je voudrais cerner une éventuelle transformation de celle-ci.

  • 111 Et je pense que cet aspect ne doit pas être sous-estimé, non plus que son correspondant littéraire (...)

240Si le cadre de la cour arthurienne est d'abord, féodal111, l'aventure fait immédiatement entrer les héros dans un monde "autre" : Lancelot arrive à la cour d'Arthur pour y être adoubé, on est à la saint Jean d'été, le roi est allé à la chasse -, tous éléments d'un décor familier au public aristocratique du xiiie siècle ! Et voici que la première rencontre faite par le jeune homme est celle d'un étrange personnage :

Li chevaliers fu navrés de .II. tronchons de lanches par mi le cors, si les i avoit encore ambes .II. a tous les fers et paroient par mi les .II. plois du hauberc tout outre en outre ; et par mi la teste es-toit ferus d'une espee si que par desus la ventaille ne paroit pas la moitié, et tant com il en paroit, tout estoit taint del sanc et rooliee moult durement.
Lancelot, t.7, p. 261

  • 112 Le texte parle aussi de la puanteur dégagée par les plaies infectées... mais cela ne touche pas au (...)

241Etrangeté qui se donne comme allant de soi, - c'est la technique de l'auteur pour introduire la "merveille" dans un cadre réaliste - et qui se fait oublier à coup de "petits faits vrais" : ici l'épée rouillée au contact prolongé du sang qui suinte112. Mais merveille aussi (seulement ?) aux yeux mêmes de la cour, l'apparât splendide et uniformément blanc dans lequel le jeune homme vient se présenter devant elle :

Et li rois et toute la soie route les orent esgardé a grande merveille pour che que ensi estoient tout vestus de blanches robes...
Lancelot, t.7, p. 266

242Que faut-il comprendre ? Qu'une telle recherche est sans exemple ? Ou qu'elle amène à subodorer une énigme dans l'identité de qui se présente ainsi ? Cette identité, personne ne la connaît à la cour, et le jeune homme lui-même non plus. Alors, fausse piste ou non ? Nous connaissons, avec la Dame du lac, l'identité de Lancelot. Il ne va pas tarder à l'apprendre lui-même, ainsi que toute la cour. Mais l'enfance sous le lac d'"enchantement" - cest-à-dire d'apparence illusoire, selon la définition qu'en donne le roman suffira-t-elle à rationaliser la jeunesse de "Beau Trouvé" ? S'il n'en gardait quelque parenté avec une eau "réellement" merveilleuse, ou "merveilleusement" réelle, pourquoi rétorquerait-il à une jeune fille qui prétendra l'empêcher de traverser une rivière particulièrement périlleuse, après un adversaire :

"... dont n'avroie je honte, se je ne passoie après ? Et autretant d'avantage cuit je avoir en l'eve com il i a, kar je i fui norris".
Lancelot, t.1, p. 295

243Mais surtout, du nom qu'il reçut en baptême à celui que son père lui donna ensuite de Galaad qu'il devait être devant Dieu à Lancelot qu'il choisira d'être devant les hommes et devant Guenièvre, on voit se déterminer le jeune homme. Le blanc pur initial de Lancelot ne renvoie-t-il pas, en une polysémie rayonnante, à sa parenté avec l'autre monde ? Mais si Niniène sa messagère est toujours vêtue de blanc, dans la Queste, les messagers, ou messagères, de l'au-delà le sont aussi : le blanc a-t-il donc deux "senefiances", ou bien ces deux au-delà, visiblement apparentés par leur commune épiphanie, n'en font-ils pas qu'un, par une convergence des écarts, sinon encore exactement une "coïncidentia òppositorum" ? Il renverrait aussi à sa qualité d'"appelé" ; mais bientôt, sur ses armes, vont s'inscrire les premières "connoissances" les "bendes" (vermeilles) qui demeureront sa marque héraldique, là où Galaad, celui qu'il aurait pu être, portera des armes vermeilles qui feront de lui une image du Christ :

"Car tot ausi com Nostre Sires vint en semblance de feu, ausi vint li Chevaliers en armes vermeilles qui sont de color a feu"...
Queste, p. 78 (cf. aussi p. 263)

244et un écu blanc timbré d'une croix vermeille qui le marquera emblématiquement du même signe (Queste, p. 34), celui du sacrifice, celui du sang versé par le Christ, non seulement une fois historiquement (ce serait sang séché et noirci comme celui des martyrs que commémore la Croix Noire), mais depuis Abel (Queste, p. 217), jusqu'à quelle Apocalypse ? Que devient l'écu de Galaad après sa mort charnelle ? "Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde".

245Déjà, dès le départ, tout est en place, mais nous ne le découvrirons que peu à peu. Au début, nous sommes seulement sensibles au mystère.

246Dès que les aventures, vraiment, commencent, l'évidence de l'autre monde nous est tantôt suggérée, tantôt imposée sous des images qui peuvent être très diverses.

  • 113 .... mais seulement une préfiguration (heureuse) de la (tragique) demoiselle d'Escalot, la morte p (...)

247On peut parler de suggestion à propos de ces ronds de verdure, au fin fond des forêts desséchées par la canicule, où, sous un "paveillon" abritant quelque lit couvert d'un "samit vermeil", une jeune fille semble attendre le chevalier dans un temps immobile, à moins qu'elle ne s'apprête à manger quelque gâteau ou pâté posé sur une "blanche touaille". Image d'un luxe seigneurial ? Pas seulement et justement à cause du cadre, non tant champêtre que merveilleux. Comment "vivraient" ces oasis dans le désert - au sens du xviie siècle ! - Quant à l'apparat même qui s'y déploie, il n'est pas le fait des chevaliers errants eux-mêmes, non plus austères, mais plus vraisemblables en la matière. Nous avons déjà parlé de ces Jardins hantés du serpent, à l'instar de celui de la Genèse, et dit comment, à trop s'abreuver à leurs sources, on s'y empoisonnait mortellement, sauf à être sauvé par l'amour, - non, bien sûr, la jeune fille qui guérit Lancelot quand il s'est mis dans ce mauvais cas n'est pas une image du Sauveur113 ; non encore, Lancelot n'a pas commis un péché, originel ou autre, en buvant à la source. Mais rapprochons les textes :

... ot eu chaud et fu vermauz a desmesure...
Lancelot, t.4, p. 134

"Car si tost come tu eus tes eulz eschaufez de l'ardor de luxure, maintenant enchaças humilité et atre-sis luxure".
Queste, p. 126

248Guenièvre n'a t-elle pas été sa source empoisonnée ?

249La jeune fille dans la clairière est souvent, dans le Lancelot, séductrice, pour le pire plutôt que pour le meilleur.Parfois même, elle abuse celui à qui elle s'adresse. Tout est donc en place pour qu'elle devienne tentatrice diabolique dans la Queste. La démone dressera sa tente - devenue image du "monde" au sens que l'Evangile de Jean donne à ce mot - et y "abrite" Perceval du feu brûlant de l'amour de Dieu, - la canicule qui éprouve le chevalier dans le Lancelot est devenue ainsi la charité à laquelle le pécheur craint de se consumer (Queste, pp. 99 sq.). Mais le Lancelot n'avait pas attendu pour casser le beau décor courtois : la source "envenimée" par les couleuvres, dont l'eau laissait Lancelot chauve, et moribond pour y avoir bu, en dénonçait assez la triste réalité, ainsi que ce songe de Galehaut dans lequel le "rond vert", mis en abyme, apparaît comme lié à la mort :

Endementiers qu'il dormoit, si comença a songier et li fu avis qu'il estoit en un jardin desouz un grant arbre qui estoit si chargiez et de flors et de foules que trop grant merveille esteit a veer, et il s'aloit desoz cest arbre reposer por ce qu'il estoit las ; si se cochiet en l'erbe vert, et quant il se regardoit, si voit chaoir de cel arbre et flors et foilles...
Lancelot, t.l, pp. 358-359

250Je ne reviendrai pas sur les "suggestions infernales" des "eaux noires" du Lancelot, ou de ses prisons, en ayant suffisamment traité au début de cette étude, ainsi que des épreuves "souterraines" d'Yvain et de Lancelot. Mais je voudrais m'arrêter sur un autre type d'épreuve, - celles qui mettent en oeuvre "le cimetière et la tombe".

251La première qui retiendra notre attention se trouve dans le t.2 du Lancelot et concerne le héros-titre.

Après vindrent en .I. grant porpris clos de haut mur environ, et c'estoit uns cimentieres. En cel cimen-tiere gisoit le cors Galaad, le menor fiz Joseph de Barimathie... Avec lui i gisoient .XXIIII. de ses compaignons.
Lancelot, t.2, p. 31

252Ce cimetière est celui d'une "maison de religion" ; (p. 31) il est explicitement appelé "Sains cimetière por les sains cors qui i gisoient" (p. 32). Deux tombes sont l'objet de l'aventure : l'une dans le "prael", l'autre, "desos terre en une cave mult parfonde" (p. 31).

... si convenoit que cil qui les leveroient fuissent d'un lignage estrait.
Lancelot, t.l, p. 32

253Le dédoublement du héros en Lancelot et Galaad fait partie intégrante de l'aventure, mais cela est ajouté par l'auteur. L'ensemble de la scène mêle de façon indissociable des éléments chrétiens et d'autres qui renvoient à un merveilleux plus difficile à définir d'un seul mot, - disons celui des "mauvaises coutumes" arthuriennes. En effet, la première tombe est celle de Galaad, fils cadet de Joseph d'Arimathie, "li premiers rois crestiens de Gales" (p. 33), et qui a donné son nom au pays qu'il a converti. Sur sa tombe :

... avoit letres qui disoient que cil qui la leveroit geteroit toz les enprisonez del Roialme sans Retor...
Lancelot, t.2, p. 31

254L'inscription reproduit une "profecie Merlin" (p. 32). L'autre tombe, "cele qui estoit en la cave" :

avoit letres qui disoient que cil qui la leveroit abatroit les enchantemens del Roialme Aventureus et metroit fin as aventures et acompliroit le siege de la Table Reonde... (C'est celle de) Symeu qui fu pères Moysi...
Lancelot, t.2, p. 32

255Lancelot soulève sans difficulté la dalle de la première tombe et le merveilleux, cette fois, s'impose :

... Et il saisit la lame, si la lieve en haut sans lui grever, tant qu'il voit dedens le cors d'un chevalier tot armé : si est encore li haubers autresi blans comme le jor que l'en le vesti premièrement, et li hialmes et li escus autresi fres et luisans comme le jor qu'il furent fet ; et l'espee estoit tote nue sor lui del lone, si paroit en pluisors liex estre sanglente de fres senc, et li escus d'or a une vermei1 le crois.
Lancelot, t.1, p. 33

256L'attention du lecteur est évidemment attirée par l'éclat des couleurs et l'insistance de l'auteur à souligner combien elles semblent avoir échappé à l'emprise du temps. Un rapprochement s'impose(ra) lorsque, dans la Queste, Galaad trouvera l'écu qui lui est réservé : celui de Josephe, le fils aîné de Joseph d'Arimathie (La hiérarchie Lancelot/Galaad est ainsi respectée dans le rapport privilégié qu'ils entretiennent avec les deux fils du héros-ancêtre). Lui aussi se trouve dans une "maison de religion" ; il est à "une croix vermeille" mais sur champ blanc. Et les paroles de Josephe, rappelées par un retour en arrière qui remonte jusqu'aux origines, explicitent le rapport :

"Et ja cest escu ne verroiz qu'il ne vos doie souvenir de moi, car vos savez bien que ceste croiz est fete de mon sanc, si sera toz jorz mes ausi fresche et ausi vermeille, corn vos la poez veoir orendroit, tant com li escuz durra... jusqu'à tant que Galaad, li Bons Chevaliers,... le pendra a son col".
Queste, p. 34

257Les mots pour le dire sont presque les mêmes... ce qui n'empêche pas les différences : Lancelot peut libérer les prisonniers du "Roialme sans Retor", comme il a libéré ceux de la Douloureuse Garde, comme il libérera ceux de Gorre (épisode de la Charrette), il n'est pas celui qui "acomplira le siege de la Table Reonde". Mais d'un autre côté, qui récuserait la parenté entre "geter les enprisonez del Roialme sans Retor" et "abatre les enchantemens del Roialme aventureus" ?

258En fait, dès le début du cycle, se succèdent des aventures qui, pour toutes participer d'un autre monde, ne participent pas exactement du même, mais témoignent de cette parenté voulue par le romancier entre "Roialme (ou Val) sans retor" et "Roialme Aventureus", entre la mise à fin des "mauveses coustumes" et la quête du Graal. Un relevé des notations de couleur (et des objets qu'elles qualifient), par exemple dans les 40 dernières pages du t.2 du Lancelot le montre :

pp. 366-367 : (Gauvain et Hector arrivent à une vieille chapelle :)" ... entre l'autel et le cimetière avoit une tombe de marbre vermeil ou il avoit letres blanches portraites... (l'inscription est une mise en garde qui réserve l'aventure à Lancelot qui y est pourtant désigné comme) "li chaitis chevaliers qui par sa maleurose luxure a perdu a achever les merveilloses aventures del Graal, celés ou il ne porra jamés recovrer".

259Les deux chevaliers échouent à cette aventure. Gauvain échoue ensuite à tirer de sa cuve d'eau bouillante une jeune fille pécheresse, puis est blessé au château de Corbenyc.

p. 376 : à Corbenyc : (Gauvain)... voit par mi une verrière un blanc colon qui aportoit en sa boche .I. encensier d'or trop riche... Cette apparition précède celle du Saint Vessel (p. 377 ; cf. aussi pp. 383 sq. et p. 387).
p. 380 : à Corbenyc : (Gauvain)... voit un serpent... ne il n'est el siècle nule manière de color dont l'en ne peut en lui veoir, kar il estoit vermaus et indes, et jaunes et noirs et vers et blans. Il avoit les iex roges... (il représente Arthur).

260La vision comprend l'affrontement entre ce serpent et un léopard : il s'agit d'une annonce du contenu de la Mort Artu (lutte Arthur/Lancelot, lutte Arthur/Mordret) ; la vision est expliquée par l'ermite Segre, pp. 388-389.

p. 393 et p. 398 : épisode de Marigaut le roux :... montés sor .I. grant destier blanc ... (un) chevalier ros et lentilloz... armés d'unes armes vermeilles et ot a son col un escu vermeil...

261Hector met fin aux "mauveses coustumes" de Marigaut.

p. 397 :... la maistre sale qui... tote estoit jonchiee derbe vert et soef olant...

262Le détail participe du bel accueil fait à Hector.

p. 408 : (Mordret)... si ot les chevels crespés et blons et fust trop séant de vis, s'il n'eust la regardeure si felenesse...
p 412 :...si i pendoit .I. escus tos blans...

263C'est celui du "maître du nain" que Mordret va tuer sans provocation de sa part. Le personnage est adroitement introduit après qu'on a parlé allusivement de lui dans la vision du serpent qui présente son rôle funeste dans la fin de l'univers arthurien ; on le voit à l'oeuvre dans un épisode qui corrobore l'image de lui qui vient d'être donnée et accrédite donc la véracité de l'explication présentée par l'ermite.

p. 414 : dans un "pavillon"... une molt bele demoisele qui se gisoit en un lit covert d'une coutepointe vermeille...

264Décor classique d'aventure. Mordret, va séduire la demoiselle pourtant en puissance d'un "ami".

265Violence et luxure, Mordret pratique d'emblée les deux vices majeurs selon la Queste, et est présenté sous un jour négatif.

  • 114 Et aussi par des paroles qui ne laissent déjà aucun doute sur son indignité face à tout ce qui a t (...)

266Les chevaliers sont, encore, en quête d'amours et d'aventures, mais ils ont déjà commencé d'en rencontrer de nouvelles, bien que toutes ne le soient pas, et qu'elles ne soient pas proposées à tous : Gauvain ne peut avoir accès à la tombe, ni arracher la demoiselle à sa cuve, mais il est admis à Corbenyc où il connaît un traitement ambivalent : honoré d'une vision (au demeurant de sinistre augure pour le monde dont il est une figure représentative), déshonoré d'une blessure114. Hector n'est pas admis à Corbenyc, mais continue de connaître des succès dans la destruction des traditionnelles mauvaises coutumes et ne semble guère avoir le sentiment des nouveautés qui le dépassent alors que Gauvain en a au moins le soupçon (t.2, p. 369)·Quant à Mordret, sa conduite le situe à un plan tout à fait inférieur : toute son action se ramène à satisfaire ses pulsions, de violence ou de désir, - sans pour autant que, dans ce passage, il trouve qui le châtie. Si donc Mordret et Hector représentent le "mauvais" et le "bon" chevalier selon le code des valeurs chevaleresques, Gauvain qui, ici, subit les échecs les plus graves, est soumis à ce traitement non parce qu'il serait inférieur aux deux autres mais parce que sa propre réussite dans leur domaine commun lui ouvre les chemins d'un autre univers dans lequel il doit d'abord prendre conscience de ses insuffisances. D'une certaine façon, la quête du Graal a déjà commencé, ou, tout au moins, la réévaluation à son aune des chevaliers, cependant que l'aventure chevaleresque continue, de son côté, d'exister.

267Mais revenons au "Saint Cimetière", et à la tombe de Symeu : la fumée qui se dégage de la "cave", la "volte noire et oscure" (p. 34) qui lui donne accès, le spectacle même de la tombe ("si ardoit de totes pars a si grant flambe que plus haut voleit que n'est la grandors d'une lance et puoit a desmesure", p. 34), les hurlements poussés par la voix qui en sort, suggéreraient l'enfer si nous ne savions d'entrée qu'il y aura une fin à cette horreur. C'est ce que Symeu lui-même explique à Lancelot : Dieu, dit-il, a voulu lui faire expier un péché dont il s'est rendu coupable, mais pas le damner, et viendra un jour le Bon Chevalier que, malgré sa "proesce" et sa "valor" Lancelot ne peut être parce qu'il est "corrunpus" par le péché (pp. 36-37), contrairement à celui qui :

"... sera buens et biais et de si vertuoses teches que, si tost com il metra le pié dedens ceste chambre, estaindra ceste anguoissose flambe qui ci art et degaste m'ame et mon cors".
Lancelot, t.2, p. 36

268Au début de cette aventure, Lancelot faisait le rapprochement avec la Douloureuse Garde (p. 33)·Mais il aurait aussi pu évoquer Escalon le Ténébreux :

... si voit que li mostiers est si noirs et si hydeus que l'en n'i veist gote plus que l'en feist el fons d'abisme...
Lancelot, t.l, ρ. 229

269par où il est déjà passé, et qui rappelle l'épisode des souterrains de la Douloureuse Garde (antérieur, puisqu'il se déroule à la fin du t.7), tout en annonçant celui de la tombe de Symeu, et, situés plus avant dans le récit, ceux qui prennent place autour du château de la Blanche Garde (t.5, PP · 119 sq.). Le décor inclut également un cimetière (t.1, p. 230) : le "gaste mostier" est bâti tout à côté. Il y fait clair alors que l'église et le château sont plongés dans les ténèbres. Les lieux baignent dans une puanteur épouvantable ; l'air résonne des cris des malheureux subsistant malgré tout, mais prisonniers du château ; un vent glacé souffle : toutes notations d'enfer. L'épreuve consiste à gagner l'autel érigé au fond de l'église en franchissant une porte qu'il suffit d'ouvrir.

270Les ténèbres se sont abattues sur le pays un jour de la semaine sainte, la première des trois nuits où l'on récite précisément l'office dit "des ténèbres". Cette nuit-là, l'église fut profanée par le péché du châtelain qui avait mis à profit la cérémonie... et l'obscurité de l'église pour y consommer l'amour qu'il portait à une jeune fille par ailleurs trop bien gardée. Sur la prière d'un ermite, lui-même averti par le Saint Esprit du sacrilège des amants, "li sires et la demoisele furent trové mort l'un sor l'autre" avant le lever du jour... qui, depuis, ne s'est jamais plus levé dans l'église ni dans le château ; mais le cimetière, lui, est épargné :

... "et l'en cuide bien que ce soit por les cors des sains homes qui i gisent".
Lancelot, t.1, p. 232

271"Li mieldres chevaliers del monde remocra (le château) en la clarté ou il seust estre", sans qu'une définition plus précise du héros désigné soit donnée.

272S'il n'y a qu'à pousser la porte, l'aventure n'en comporte pas moins des aspects physiques : il faut endurer le froid et la puanteur qui sont à la limite du supportable (Lancelot, t. 1, p. 26l) ; de plus, s'abattent sur l'audacieux des coups portés par des "adversaires" mystérieux, aussi nombreux qu'invisibles et contre lesquels il ne peut se défendre (p. 261). L'endurance du duc de Clarence et d'Yvain n'y suffira pas. Celle de Lancelot, oui. Il place son action sous un double patronage : celui de Dieu et celui de Guenièvre :

Et il fet la croiz sor lui et reclaime Dieu et sa mere. Lors resgarde vers Londres... si li membre de cele que il plus aime que soi et dist : "Dame, a vos me commant en quel peril que je sois, tos jors me puisse menbrer de vos".
Lancelot, t.1, p. 262

273Il tombera trois fois en chemin - de croix ? - mais c'est "Amors (qui) le relevé" (p. 263) :

Et lors commencent a soner tuit li saint qui n'a-voient sonê passé avoit .XVII. ans.
Lancelot, t.l, p. 264

... si encontrent (= Lancelot et la jeune fille qui l'avait guidé jusqu'à l'aventure) tote la gent del chastel ki veer le vienent a merveille et font de lui autresi grant joie com il feissent de Dieu meis-mes.
Lancelot, t. 1, p. 265

274Il n'y a donc pas, dans cette aventure, que des détails touchant aux éléments extérieurs (espace, temps) qui soient religieux. Le texte le précise :

... cele aventure estoit al chastel avenue par le pechié al seignor meisme.
Lancelot, t.l, p. 265

275Cependant, l'aspect de pure prouesse (il s'agit d'endurer et non de se battre) demeure constamment présent dans le déroulement des trois tentatives. La demoiselle qui guide les chevaliers y insiste à plusieurs reprises. Est-ce donc tout simplement que Lancelot est plus endurant que les deux autres ? Cela est certes conforme à la réputation qu'il s'est, d'ores et déjà acquise. Toutefois, on note des différences de conduite entre les trois chevaliers. Le duc de Clarence ne compte que sur ses forces pour réussir. Yvain, lui, se signe à deux reprises et ne compte qu'ensuite sur ses armes (Lancelot, t.1, p. 260). Quant à Lancelot, il va au delà de ce que le simple geste peut garder de superficiel :

Et il fet la croiz sor lui et reclaime Dieu et sa mere.
Lancelot, t.l, p. 262

276mais il y ajoute la pensée de la reine et c'est bien "Amors" qui lui viendra en effet en aide. Comme à la Douloureuse Garde, il change la tristesse en joie. Amant de Guenièvre (en Lancelot, t.8, p. 444, l'écu fendu a été rejointoyé), invoquant Dieu et pensant à sa dame, il dissipe des ténèbres, punition, pourtant, d'un amour jugé par Dieu même coupable. Certes, Lancelot et Guenièvre ne sont pas des profanateurs de sanctuaires ! Mais cela n'est pas une explication suffisante ! Il y a bien, pour l'auteur, une différence de nature entre l'amour du châtelain pour la demoiselle, et celui de Lancelot pour Guenièvre. Les premiers en oublient Dieu. Lancelot et Guenièvre tendront à en venir là seulement dans la Mort Artu où, même alors, ce sont peut-être surtout les hommes qu'ils oublieront - lorsque, ne supportant plus la séparation, ils se donneront ces rendez-vous qui seront autant de défis à Arthur et à la cour. Mais, dans le Lancelot, ils s'appréhendent très vite comme pécheurs, - la façon dont Lancelot accepte sans même interroger ni discuter les paroles de Symeu (cf. ci-dessus), la honte qu'il en éprouve montrent assez l'existence antérieure d'un sentiment de culpabilité, mais qui laisse subsister l'amour, et son expression. Après avoir montré, depuis le début du roman, l'amour de Lancelot comme recelant de dangereux germes de "folie" (l'"oubli de soi" allant jusqu'à la perte de conscience de soi et du monde, dès la première rencontre et plusieurs fois évoqué dans la seconde partie du t.7), l'auteur le présentera, une fois consommé, comme chargé à la fois de bénédiction et de malédiction, comme à la fois agissant (Escalon le Ténébreux, pays de Gorre) et inhibiteur : Lancelot ne ramènera pas la lumière à la Blanche Garde enténébrée.

277Le motif de la tombe et du cimetière réapparaît dans le t.2 du cycle. Le cadre est toujours chrétien ("une viels chapele", p. 366). Entre l'autel et le cimetière :

avoit une tombe de marbre vermeil ou il avoit letres blanches portraites molt soutilment.
Lancelot, t.2, p. 366

  • 115 La suite du cycle ne mentionne pas l'achèvement de l'aventure.

278L'inscription réserve L'aventure à Lancelot désigné allusivement comme "li chaitis chevaliers qui par sa maleurose luxure a perdu a achever les merveilloses aventures del Graal" (p.367)115. Cette première tombe n'intervient d'ailleurs pas autrement.

... et voient (= Gauvain et Hector) al chief del cimetière une tombe qui ardoit trop durement et flamboit si cler que la flambe en sailoit contremont plus haut d'une lance. Et tot entor avoit tombes qui n'ardoient pas desu'a .XII., si avoit desus chescune une espee dreciee.
Lancelot, t.2, p. 367

279Les épées se muent en autant de dangereux automates qui repoussent l'un après l'autre (pp. 368-370) les deux chevaliers qui n'ont plus qu'à se retirer, tout déconfits.

280On retrouve enfin Lancelot auprès d'une autre tombe (t. 5, pp. 119 sq.). Le décor comprend deux éléments très différent. L'un est le cadre canonique de tant d'aventures arthuriennes : le "locus amoenus" : deux pins, une source captée sous un buisson d'arbrisseaux, le tout quelque peu renouvelé, mais restant dans le cadre de la "merveille" aventureuse, par la présence de deux lions. L'autre élément appartient, lui, au registre chrétien : une chapelle et...

... une croiz vielle et ancienne et devant avoit un peron de marbre bis.
lancelot, t.5, p. 118

281La tombe qui s'inscrit entre les deux est, de ce fait, énigmatique ou ambivalente, ainsi que l'inscription que porte le perron :

"Souz ceste tombe gist li cors del roi Lancelot qui fu peres le roi Ban de Benoÿc et an cele fontainne la gist la teste ; ne ja li cors ne sera levez ne la tombe drecie devant que li mieldres chevaliers dou monde i metra main".
Lancelot, t.5, p. 119

282Car, à nouveau, que signifie "li mieldres chevaliers" ? Une autre inscription va le dire :

(Lancelot abat les lions) :
Lors vient a la tombe et la regarde et s'en merveille plus que de riens que il onques veîst, car il voit tout apertement que del marbre par devers le chief chaoient goûtes de sanc vermeil en .V. leus ou en .VI. si que la tombe par devers le gros chief en estoit toute sanglante Et quant il voit ce, si pense qu'il n'i metra ja la main devant que li sans remaigne ; si vient a la fontainne et esgarde le vessel de plonc et i voit une teste d'ome blanche et toute chanue et ot le vis ausi Vermel com se ce fust li plus biaux hom del monde. Il resgarde l'eve et la voit ausi bolant come se touz li feux del monde fust entor et voit ou plonc letres qui dient : "Ja ceste chalor n'estaindra devant que li mieldres chevaliers del monde i vendra, cil par cui virginitez ne sera corrumpue ne malmise. Mais lors faudra ceste chalor pour ce qu'an lui n'avra eu eschaufement de luxure".
Lancelot, t.5, pp. 119-120

283Lancelot ne peut donc que se brûler affreusement en sortant la tête : c'est celle de son aïeul dont le corps se trouve dans la tombe. L'histoire du vieux Lancelot (pp. 125 sq.) fait apparaître en lui un bon chrétien :

... il fist tant que la loi crestienne fu espandue par cel païs (= la Blanche Terre).
Lancelot, t.5, p. 123

284dont l'action rappelle beaucoup celle du vieux Galaad au Pays de Galles. Il fréquentait assidûment la femme d'un de ses vassaux, personne de vie très sainte et austère :

et s'acoillirent an si grant amor por ce que li uns connoissoit la bonté a l'autre que a poinne pooient estre fors ensemble.
Lancelot, t.5, p. 124

285Ces relations ne passent pas pour innocentes aux yeux de tous les gens "fox et plains de mal esperit", au premier rang desquels le mari de la dame qui, emporté par une jalousie mal fondée, assassine le roi Lancelot en le tuant par traîtrise, et alors qu'il venait de se confesser. La fontaine se met à bouillir quand le meurtrier veut retirer la tête tombée dans la vasque pour la mettre en pièces. Le coupable est, de surcroît, l'objet d'une spectaculaire et "merveilleuse" punition : "les ténèbres sont conmanciees en vostre chastel" vient-on lui annoncer après qu'il a commis son geste meurtrier (p. 126). Il est tué par l'écroulement d'un mur de son château mais les "ténèbres" perdurent :

En cel chastel remestrent les ténèbres qui encor i sont et durront dusqu'a tant que li Bons Chevaliers venra par cui les aventures del Saint Graal seront menees a chief.
Lancelot, t.5, p. 127

286Etrange histoire en vérité que ne contribuent guère à clarifier les miracles de guérison qu'effectue le sang gouttant perpétuellement de la tombe... jusqu'au jour où deux lions, eux-mêmes guéris et pacifiés pour en avoir bu, s'érigent en gardiens du lieu et en interdisent l'accès. Et très caractéristique de l'art de l'auteur qui mêle à plaisir des références à des "systèmes" différents. Sans exemple dans l'ensemble du cycle cette histoire d'amitié spirituelle qui n'est ni dans l'esprit terrien supposé caractéristique du Lancelot, ni dans l'esprit austère de la Queste : le vieux Lancelot, meurt - paradoxalement - parce qu'on lui applique un schéma courtois (le mari jaloux/Les "losengiers"/les amants) dans lequel il n'a pourtant rien à faire. Il n'est nullement un martyr de l'amour, alors pourtant que le récit multiplie les détails qui tendent à montrer comme des amants tout désignés les deux héros de l'histoire ("jone fame et bele", "uns des plus biax hom... del monde", "a poinne pooient estre fors ensemble", pp. 123-124), mais cela est contrebalancé par toute une série de notations :

... ele vestoit toz diz la haire emprés sa char ; et ausi com la clartez dou cierge alumé, quant il est dreciez sus le chandelabre, ne se puet celer que l'an ne le voie, tout ainsi estoit de la bonté a la dame qui son cuer avoit en la Trinité, ce est el Pere tel Fil et Saint Esperit. Et ansi la connurent cels qui estoient filz et oir del Haut Pere, ne mie serf au maleureux mestre d'enfer...
Lancelot, t.5, p. 124

... li rois Lanceloz... .I. des plus prodomes del monde et de bone vie.
lancelot, t.5, p. 124

287Derrière les "losengiers" courtois, se cache donc le démon :

... cil en qui la langue del diable parole...
Lancelot, t.5, p. 124

288Et Lancelot devient quasiment un martyr (de sa foi). Un saint en tout cas, - mort en état de grâce et opérant des miracles de guérison.

289On pense au texte de l'Evangile de Jean :

... et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont point compromise...
I, 5-6

  • 116 Elle meurt dès qu'elle apprend la mort du roi.
  • 117 Si l'on se rappelle que le roi Ban, après avoir fait baptiser son fils Galaad, lui avait donné le (...)

290Si la dame est lumière (cf. texte cité ci-dessus avec l'image du chandelier), les ténèbres qui s'abattent après la mort de Lancelot et la sienne116 expriment l'aveuglement des meurtriers qui n'ont pas su reconnaître la lumière divine. On remarquera aussi l'action pacifiante exercée par le sang du mort : c'est pour guérir les blessures qu'ils se sont occasionnées mutuellement pendant une lutte acharnée que les deux Lions viennent le lécher, et leur fureur meurtrière disparaît. C'est alors cette fureur meurtrière du jaloux qui serait à la fois punie et représentée par les ténèbres. On sait que les deux péchés majeurs dénoncés par la Queste sont précisément Orgueil (d'où agression perpétrée contre autrui) et luxure (préférence donnée à la créature et non au créateur). Ils sont rendus visibles ici par la fontaine bouillante et par les ténèbres. Seul Galaad, "virges, chastes touz les jorz de sa vie" pourra calmer ce feu, et ramener la lumière. Le récit de l'épisode inclut d'ailleurs des reproches longuement explicités à l'adresse de Lancelot sur 1’ordure" et la "Chaitivité" dans lesquelles il a vécu depuis le début de sa vie adulte. Décidément, c'est bien le ton de la Queste ? Non, en ce sens que tout ne cadre pas exactement avec ce schéma : nous avons déjà mentionné le caractère singulier de la relation existant entre Lancelot et la dame117 ; il faudrait ajouter, - et on entrerait alors dans un système qui serait plutôt celui du conte -le fait qu'au départ si l'eau se met à bouillir, c'est pour empêcher le meurtrier de se saisir de la tête (mais le rapport avec la luxure est alors rien moins qu'évident) ; l'attitude des lions qui, pacifiés, se mettent paradoxalement à interdire l'accès de la tombe, c'est-à-dire mettent fin aux miracles de guérison de la "sainte" tête !

291Galaad accomplira les aventures qui lui sont réservées : il refroidira la fontaine bouillante ("por ce que en lui n'avoit eu eschaufement de luxure", Queste, p. 263), éteindra les flammes de la tombe de Symeu (Queste, p. 264), délivrant ainsi le malheureux qui y expiait ses péchés ("par la bone vie de vos poez vos retrere les âmes de la peine terrienne", Queste, p. 264) : on notera comment les deux aventures, que séparent 800 pages de texte dans le Lancelot, ont été situées immédiatement l'une après l'autre dans la Queste, - et en sens inverse de leur première occurrence. L'extrême rapidité de Galaad à réussir là où, malgré tant de temps, Lancelot a échoué, marque l'écart entre eux deux.

292Avant cela, Galaad aura aussi connu une aventure sur ce schéma : la première de sa quête (Queste, pp. 36-37 sq.). Le cadre est toujours celui d'une abbaye : une voix, diabolique selon les moines, sort du tombeau. On retrouve flamme et fumée (qui sortent de sous la dalle quand le héros va pour la soulever) et le cadavre d'un chevalier armé dans le tombeau. Mais le véritable hôte du lieu, c'est bien le diable que Galaad met en fuite par sa présence et par celle des légions d'anges qui l'environnent, dit le Malin avant de céder la place.

293Quant à l'ensemble, il reçoit alors une valeur allégorique, alors qu'on ne dit rien de l'identité du cadavre humain :

... La tombe qui covroit le mort senefie la durté dou monde... Li cors senefie le pueple qui desoz durté avoit tant demoré qu'il erent tuit mort et avugle par le grant fes des pechies qu'il avoient fet de jor en jor... La voiz qui de la tombe issoit senefie la dolereuse parole qu'il distrent a Pilate le pre-vost : "Li sans..."
Queste, pp. 37-39

294On voit donc une évolution se dessiner, - et non pas la Queste prendre brutalement le contrepied de ce qui précède. La représentation de la tombe de Symeu est celle d'un (moindre puisque non éternel) enfer : la situation du lieu (sous terre), son obscurité, les flammes qui sont un châtiment pour celui qui y est plongé, tout l'indique. Ni la force des armes, ni celle du courage, n'est le moyen adéquat pour libérer le "prisonnier" : il n'y a pas là d'adversaire à combattre (contrairement à ce qui se passait dans le premier lieu "infernal" du roman, les souterrains de la Douloureuse garde) ; il n'y a pas non plus d'engagement à prendre, si risqué soit-il (comme le serment prêté par Lancelot) pour "déferrer" le chevalier du t. 7, pp. 270 sq.). Il y faut des qualités morales d'une nouvelle sorte, - comme si, ayant atteint la perfection dans un certain ordre, le héros devait, pour aller plus loin, franchir un seuil - et Lancelot en est déjà donné comme incapable. L'aventure de la tombe ardente, telle qu'elle est, 200 pages plus loin, mise en oeuvre, demeure peut-être la plus énigmatique, puisque la venue de Lancelot, ne sera pas racontée. Le texte va même jusqu'à ouvrir une piste qui, à certains égards, pose plus de problèmes qu'elle n'en résoud : je veux parler de l'inscription qui réserve l'aventure à Lancelot tout en présentant celui-ci sous un jour moralement négatif (cf. texte cité p). Sans doute faut-il comprendre que, même s'il est dès lors définitivement devenu incapable d'achever les aventures du Graal, il demeure, à l'intérieur de ses propres limites, capable des plus grands exploits, - ce que lui avait déjà dit Symeu :

"... et si ne dis preu de dire "com grant domage" de ce que tu n'es pas li mieldres des buens, mais de tel cors et de tel vertu comme tu as, enpren besoigne a achever"...
Lancelot, t.2, p. 35

  • 118 Il n'a donc pas tort de dire :
    "Dolor al cors ai je, kar je ne cuit pas que je me dousisse onques m (...)

295Se dessine donc ici la hiérarchie qui sera plus explicite dans la Queste où Gauvain sera réprouvé118 et Lancelot le quatrième. En attendant, l'expression "li mieldres chevaliers del monde" peut donc désigner aussi bien Lancelot dans son ordre (présent) que Galaad dans le sien (à venir).

296En même temps, le sens des aventures s'élargit. Dans l'histoire de la tombe de Symeu, ne sont impliqués que Symeu lui-même et Lancelot. Il en va déjà autrement, dans celle de l'aïeul Lancelot, et du duc de la Blanche Garde. Les ténèbres et l'eau bouillante de la fontaine perdurent après leur mort, sans que ces manifestations puissent alors conserver le sens d'un châtiment personnel. Au delà même des complices du meurtre, c'est tout un pays qui passe du Blanc au Noir : de la chasteté et de la foi à la luxure et à la violence, - les héros n'en sont que les figures emblématiques. D'être moins liés au détail événementiel d'une aventure, ces éléments acquièrent donc une valeur symbolique plus évidente : feu de la luxure, ténèbres du péché, - qui sont ceux, finalement, de tous puisque la pureté et la chasteté du seul Galaad seront suffisantes pour les dominer. Ce n'est pas que l'aventure lui soit arbitrairement réservée, c'est que lui seul sera capable de la mener à bien.

297Cette façon généralisante de présenter les choses s'épanouira dans la Queste avec l'aventure de la première tombe rencontrée par Galaad. Historiquement, il en chassera le démon jetant flamme et fumée ; allégoriquement, l'aventure renverra à la dureté du monde (et non plus seulement de la Blanche Terre) et à son aveuglement envers Dieu.

298En fait, dans toutes les parties du cycle, coexistent des éléments susceptibles d'être lus à des niveaux différents, mais non devant l'être dans tous les cas. C'est ainsi que la "nuit noire" peut être simplement obstacle sur la roue des chevaliers... et même moins que cela : signifier, indice réaliste, qu'il est "tens de couchier". Mais elle peut aussi suggérer un lieu infernal, (souterrain de la Douloureuse garde, Escalon le Ténébreux, tombe de Symeu), être une représentation visible du péché (château de la Blanche Garde). Dira-t-on que la séquence ci-dessus est chronologique dans l'ordre du récit et qu'il y a donc succession et non pas superposition ? Peut-être alors peut-on, par exemple, rapprocher ces deux descriptions :

... ains voient la chapele viels et anciene... et voient par deriere (l'autel) .I. petit huis qui en-troit en un grant cimetiere. Mes entre l'autel et le cimetiere avoit une tombe de marbre vermeil ou il avoit letres blanches portraites moult soutilment... "Os tu, chevaliers errant qui vais querant aventures, garde que ja ne te metes en cel cimetiere por les aventures achever ki i sont, kar ce serait paine gastee, se tu n'es..."
Lancelot, t.2, pp. 366-367

Il voit a l'antree une chapele ou il avoit.I. her-mite molt prodome, et tout entor la chapele avoit .I. cimetire et a l'entrée .I. croiz et .I. grant perron de marbre. Il esgarde sor le perron letres vermeilles qui disoient : "Os tu, chevaliers erranz qui ceste part viens por aventures trover, se tu ne vels morir, n'enter mie en ceste forest, car tu n'am por-roies eschaper sanz mort ou sanz honte".
Lancelot, t.4, p. 230

  • 119 Le lieu, habité par un ermite, est même religieusement plus "vivant" que la chapelle abandonnée de (...)

299La première est celle de l'aventure de la Tombe ardente à laquelle va échouer Gauvain, - et nous avons vu sa portée spirituelle (cf. ci-dessus, p. 520, 522).La deuxième, 300 pages plus loin, est celle qui met en garde les chevaliers contre le piège de la "carole magique". Le lieu inclut bien chapelle, cimetière et croix - tous éléments marqués religieusement donc119 - ... et c'est même sur le "perron" où est érigée la croix que l'inscription est gravée... et c'est aussi (et déjà !) un ermite qui conseille à Lancelot de ne pas se risquer dans la forêt... mais ses paroles ne sont pas des conseils de conversion de vie ou des reproches sur son passé, seulement, une mise en garde parce que, dit-il, 200 chevaliers se sont déjà engagés sur le chemin et n'en sont pas revenus mais d'un autre côté, Lancelot assiste à "la messe del Saint Esperit" avant de partir (et on sait l'importance que l'Esprit Saint a en relation avec le Graal, alors même que la littérature profane connaît si peu la troisième personne divine) ; mais, nouveau mouvement du balancier argumentaire, la "carole magique" a un aspect fort profane : somptueux "locus amoenus" associant éléments de nature (".I. molt bele praerie" ; ".III. granz pins parcreuz" : p. 234) et de culture "aventureuse" ("tor", "pavillons" et une "chaiere d'yvoire couverte d'un vermeil samit et desus le samit avoit .I. couronne d'or granz et pesanz" : p. 234), le tout formant une structure de cercles concentriques : les tentes, les trois pins, la "chaiere" ; et, entre "pavillons" et pins, un cercle, humain celui-là, - la ronde des chevaliers et des dames qui dansent sans plus pouvoir s'arrêter, et au nombre desquels Lancelot va s'inscrire à son tour :

  • 120 Dans le cas de Lancelot, l'oubli de la dame s'exprime paradoxalement dans cette chanson qui parle (...)

... il n'a talant fors de queroler ; si oublie sa dame, ses compaingnons et soi meesmes en tel man-niere qu'il ne l'an souvient mais... Et lors con-mance a chanter et a ferir del pié ausi come li autre... Et il chantoient une chançon qui estoit faite de la roine Genièvre120...
lancelot, t.4, p. 235

300Cependant, c'est lui qui mettra fin à cette "folie" (le mot est employé par un des "enchantés" : p. 286), et non pas en accomplissant un exploit mais en se laissant couronner avec la couronne d'or, c'est-à-dire non pas en agissant, mais en étant qui il est, "li mieldres chevaliers del monde" dit (encore !) un des chevaliers libérés (p. 287). La "carole" est d'origine magique et ne pourra être défaite que par "li plus biaux Chevaliers" parce qu'elle a été mise en place pour "la plus bele demoisele dou monde" ; mais le même passage associe l'idée du "millor" et du plus "bel". Et la réussite de Lancelot est ainsi définie :

"Et cil remestrent en l'aventure qui retenu estoient par anchentement dont il n'issisent jà se vos ne fusiez. Mais Diex soie merci vos i a amené por qui il sont issu de la folie et revenu en lor mimoire".
Lancelot, t.4, p. 292

301Il est impossible de donner au mot "folie", ici, le sens de "péché". Il s'agit d'un oubli, des valeurs morales chevaleresques et courtoises : oubli de l'aventure et de l'amour, "recreantise" et frivolité, et non pas présentées comme figurations de l'oubli de Dieu. C'est donc à l'intérieur de cet univers que Lancelot continue d'être le premier. Tend même à s'instaurer l'idée d'une "répartition des tâches" : à Lancelot, la destruction des mauvaises coutumes, et la libération des corps (Escalon le Ténébreux) ; au Bon chevalier à venir, celle des âmes (Symeu). D'où, le mélange d'honneurs qu'on continue de rendre à Lancelot (comme ici) et de honte qu'on peut lui faire (pour sa vie d'"ordure" et de "chaitivité"), - les deux s'alliant dans les paroles de Symeu qui fait la part des choses. S'éclaire ainsi l'inscription de la Tombe ardente, qui réserve l'aventure à Lancelot tout en le désignant par un vocabulaire négatif, et en rappelant qu'il a perdu toute chance d'accéder au Graal (Lancelot, t.2, p. 367 : cf. texte cité p.). Lancelot est le précurseur, - armé chevalier à la fête de saint Jean Baptiste, - celui qui annonce, non par ses paroles, mais par ses actes ; Galaad est celui qui consommera. Il accomplit dans l'ordre des corps ce que Galaad accomplira dans l'ordre des âmes. Mais on peut voir aussi dans les actions de Lancelot des "figures" de celles de Galaad : ainsi, la "carole" qui a un sens dans la matérialité obvie du récit (rendre aux chevaliers et aux dames le sens des valeurs courtoises et chevaleresques) peut en prendre un autre dans son esprit latent (cet "oubli de soi" renverrait alors à cet état dans lequel Chrétien de Troyes a décrit Perceval lorsqu'il passe cinq ans sans progresser dans la quête du Graal avant sa rencontre avec les pèlerins le Vendredi Saint, ayant aussi oublié Dieu ; celui également dans lequel se trouvent tous les chevaliers de la Table Ronde et dont beaucoup n'arriveront même pas à prendre conscience dans la Queste).

  • 121 Cf. la dernière partie de cette étude : Structure et couleurs.
  • 122 Cf. le début de cette étude aux chapitres correspondants.

302De façon complémentaire, les aventures suspendues dans le Lancelot (la tombe de Symeu, la fontaine bouillante, etc...) seront accomplies dans la Queste où, dans tous les cas, la matérialité du récit gardera sa place, même si, alors, le sens "figuré" est explicité (aventure de Galaad à la première tombe) et non plus seulement suggéré. Pédagogie d'un dévoilement progressif, - et bien que nous ayons souligné qu'on ne peut confondre Ecriture Sainte et littérature profane, rappelons cependant ici l'Evangile : la parole en "paraboles" (dans le roman, le récit des aventures) s'adresse à ceux qui voient sans voir et entendent sans entendre (Matth. 13, 13) ; la parole sans récits interposés (ici, les déchiffrages allégoriques de la Queste) à ceux à qui "il est donné de connaître les secrets du royaume des cieux" (Matth., 13, 11) ou, comme le dit le texte, les "secrez dou Graal".·Loin donc que la Queste récuse les couleurs antécédentes, elle continue de les utiliser, mais elle tend à faire évoluer leurs usages et leurs "senefiances" éventuelles ou à leur surajouter de nouvelles significations. Sans doute est-ce la raison pour laquelle la Queste est peut-être l'épisode le plus riche en couleurs de tout le cycle121, beaucoup plus riche en tout cas que les derniers épisodes du Lancelot et que la Mort Artu. Nous avons déjà signalé comment nous continuons d'y trouver les éléments "de nature" - l'herbe verte et l'eau noire - ; nous retrouvons aussi les vêtements vermeils et blancs, les chevaux noirs et blancs, les trois couleurs héraldiques dominantes, le Blanc, le Rouge et le Noir122.

303L'absence de portraits n'est pas facile à apprécier : on pouvait en attendre un avec l'introduction du futur héros du Graal, Galaad, - en symétrique de celui de Lancelot au début, du roman... mais à l'intérieur du Lancelot, Perceval et Bohort n'en sont, pas non plus gratifiés ; et Gauvain pas davantage, le plus typique pourtant des chevaliers "terriens". Ne suffit-il pas que l'on nous dise que Galaad est le portrait de Lancelot à son âge et l'absence de portrait spécifique du fils n'a-t-elle pas pour fonction d'insister sur ce qui est plus qu'un lien, une identité entre l'ancien et le nouveau ?

304Les notations concernant les armes, elles, se raréfient beaucoup, - Lancelot ne s'entendra-t-il pas demander de renoncer à leur usage ? Cela veut bien dire que les chevaliers, devenus quêteurs du Graal, ne sont plus appréciés à l'aune de leurs armes anciennes... mais Galaad continue d'être désigné comme le chevalier "as armes vermeilles", et cela non seulement dans le discours des chevaliers arthuriens dont beaucoup, on le sait, retardent d'une aventure (et de quelle !) mais par l'auteur lui-même (Queste, p. 7).

305L'héraldique tend aussi à se voir dotée d'une valeur symbolique morale. Les armes vermeilles de Galaad font de lui une image de Notre Seigneur :

"... Car tot ausi com Nostre Sires vint en semblance de feu ausi vint li chevaliers en armes vermeilles qui sont de color a feu"...
Queste, p. 78

306Si la "reverdie" était déjà explicitement pascale, l'herbe verte devient lit de pénitence pour les chevaliers en quête (Queste, p. 166). Les tournois où s'affrontent chevaliers Blancs et Noirs représentent, par héros interposés, le combat des vices et des vertus :

Li Chevalier terrien... pristrent covertures noires come cil qui estoient covert de pechié noir et horrible. Li autre qui estoient celestiel pristrent covertures blanches, ce est de virginité et de chasteé ou il n'a nerté ne tache...
Queste, pp. 143-144

307Le texte mêle adroitement récit d'une aventure (les participants de ce tournoi sont des chevaliers errants) et parabole allégorique (nous sommes en présence d'une psycho-machie). Le procédé est comparable à celui utilisé pour narrer l'aventure de la tombe dont Galaad est le héros au début de la Queste.

308Ce sont aussi de nouveaux objets qui doivent être pris en compte. Les vêtements, vermeils et fourrés d'hermine, continuent d'être ceux des chevaliers (cf. p. 180), mais s'associent parfois à une pénitence d'autant plus méritoire qu'elle ne se montre pas :

"Sire, veez ci une cote blanche que vos vestirez en leu de chemise. Si sera signes de penitance"... puis vet par desus une robe d'escarlate vermeille...
Queste, p. 166

309Parfois, ce sont des éléments qui disparaissent : ce qui est nouveau, par exemple, ce n'est pas la présence des "blanches abeies", mais l'effacement des châteaux blancs. Ce n'est pas parce que les apparitions du Graal se voilent de "samit" vermeil ou blanc, c'est que les linges profanes - nappes sur Lesquelles on mange, draps dans lesquels on couche, "touailles" servant à envelopper pâtés ou gâteaux - disparaissent.

310Ceux qui servent aux hommes en prennent parfois un aspect de linge liturgique :

(Le roi Mordrain sur)
un lit "moult richement atorné si comme de dras de soie et d'autres choses : car il n'avoit se riens se blanc non... a son vis covert d'une toaille blanche et déliee...
Queste, p. 82

311On peut observer le même type d'évolution dans les couleurs des songes, visions et apparitions, - proportionnellement plus nombreux dans la Queste : signe que les cieux, déjà, s'entrouvent. Les deux songes du Lancelot où intervient la couleur (celui de Galehaut : t.1, p. 359 et celui d'une demoiselle : t.4, p. 315, cf. ci-dessus, n° 24) n'appellent pas grand commentaire pour notre propos. L'un et l'autre sont prémonitoires, exprimant sans doute en fait une crainte du premier et un désir de la seconde. L'herbe verte de l'un, la maison noire de l'autre renvoient à des représentations ou à des réalités familières aux deux personnages : Lieu-leurre souvent trompeur d'une part, lieu d'enfer d'autre part, et ici image de la propre maison ou la jeune fille est en effet à dure épreuve. Celui de Galehaut, pourrait s'inscrire dans une série de songes, ou de visions, qui annoncent la fin du monde arthurien et cela presque dès le début du cycle.

  • 123 Sans aucun doute, l'oniromancie de maître Hélie, pour ne rien dire des autres pratiques magiques d (...)

312Plus intéressante est, en Lancelot, t.l, pp. 66-70, la "conjuration" de maître Hélie qui doit lui permettre d'interpréter les données fournies par un songe123 de Galehaut (déjà lui !) concernant le temps qui lui reste à vivre. De nombreuses couleurs interviennent dans cette séquence : l'"uis de la chapele qui estoit blans" (p. 66), les ".XLV. roeles de charbon totes noires" (id.) qu'il y trace. Pendant la conjuration, on aura aussi le rouge qui monte au visage de maître Hélie "tos li cuers li prist a eschanger et li vis li prist a rougir", p. 68) ; puis touchant aux manifestations proprement magiques :

Et lors ne demora gaires c'une grans oscurtés entra laiens...
Lancelot, t.l, p. 68

... kar il n'ert pas bien aseur por les tenebres...
Lancelot, t.l, p. 69

313et à l'apparition elle-même :

... et voit entrer par mi l'uis qui molt estoit bien fermés une main et un bras et fu vestu d'une lee manche de samit inde traînant jusqu'à terre et cele manche duroit jusques oltre le cote un poi, et d'iu-lec en avant estoit vestu jusqu'al poing autresi come de soie blanche... et la mains ert autresi vermeille come charbon enbrasés ; et cele main tenoit une espee ausi vermeille et degotoit de sanc vermeil des l'enheudeure jusqu'à la pointe.
Lancelot, t.l, pp. 69-70

  • 124 Cf. les exemples déjà rencontrés dans cette étude.
  • 125 Cf. Queste, pp. 150-151 (vision de Bohort : texte cité ci-dessous ; Mort Artu : main jaillie du la (...)
  • 126 Ce détail fait penser aux apparitions du Graal, voilé à cette couleur.
  • 127 Cf. la lance merveilleuse qui frappe Gauvain sur le lit Aventureux au château de Corbenyc (Lancelo (...)
  • 128 Le Lancelot-Graal ignore la Lance-qui-saigne telle que la décrit Chrétien de Troyes dans son Perce (...)

314Le lecteur de l'ensemble du cycle a l'impression de se trouver en face d'éléments qu'il a tous rencontrés, certains de nombreuses fois, au cours de sa lecture : les ténèbres hurlantes à connotation infernale124, la main tenant un objet mais sans que le reste du corps apparaisse125, les voiles de "samit" ou de soie blanche126, l'arme merveilleuse qui va attaquer ici comme elle le fait par ailleurs127, l'écoulement mystérieux de sang128. Mais tous ces éléments se retrouvent rarement tels quels. Le correspondant le plus exact se trouve sans doute dans une vision de Gauvain et Hector :

... si voient venir parmi l'uis de la chapele une main qui aparoit jusque vers le coute, et estoit coverte d'un vermeil samit. A cele main si pendoit un frain ne mie trop riche, et tenoit en son poign un gros cierge qui mout ardoit cler...
Queste, pp. 150-151

315ainsi expliquée :

"Par la main que tu veiz doiz tu entendre charité, et par le samit vermeil la grace dou Saint Esperit dont charitez est toz dis embrasée"...
Queste, p. 150

  • 129 Cf. Queste, p. 78 (â propos de Galaad) et p. 269 (Transsubstantiation).

316On voit donc déjà toute la distance : les formes restent en grande partie les mêmes (mais le frein et le cierge ont remplacé l'épée), mais le sens est devenu ce qui importe, - et il est d'ordre moral. Cependant, ce type de réemploi transposé n'est pas le seul et surtout, à mon avis, pas le plus intéressant. Les variantes sont nombreuses. Par exemple, pour les apparitions du Graal, on aura un "samit" blanc ou vermeil, mais jamais l'association "blanc" et "inde" ; distinction plus subtile, mais, je crois, importante, l'image du feu sera plusieurs fois employée pour renvoyer à Dieu et à l'amour de Dieu dans la Queste129, mais jamais celle du "charbon enbrasez" qui associe le rouge - comme la braise - et le noir - comme le charbon -, cette association évoquant l'enfer. Et surtout, jamais ces éléments n'auront été rassemblés comme ils le sont ici, - ou, d'ailleurs ils donnent le sentiment de l'avoir été pour l'exemple plus que pour le sens, c'est-à-dire justement pour préparer une impression d'(à peu près) déjà vu quand on les rencontrera de nouveau mais agencés alors dans des ensembles plus signifiants. A quoi bon en effet tout cet apparat pour apprendre que Galehaut a un peu plus de trois ans à vivre, car c'est à cela que se borne, en définitive, le passage. La scène est écrite de façon à frapper notre imagination : on y voit Hélie et Galehaut craindre pour leur vie à affronter un autre monde... mais de tout cela il ne sera plus question. Or, l'auteur n'a pas l'habitude de rechercher des effets d'un pittoresque anecdotique. D'où cette hypothèse : ce que nous devons retenir, c'est, en effet, l'apparition de la main, l'épée qui saigne et qui frappe, l'obscurité qui plane un moment sur les lieux, les voiles blancs, - parce que ces images, nous les retrouverons revêtues de sens et, parfois simplifiées, parfois transformées. Parfois même, il pourra se faire que l'auteur en prenne quasi le contre-pied : dans ce dernier cas, un peu semblable au rapport que nous avons cru repérer entre le portrait de Claudas (comme anti-Lancelot) et celui de Lancelot, cette première apparition serait là pour "marquer la différence" avec celles qui suivront. Je pense évidemment aux nombreuses apparitions du Graal qui jalonnent le cycle.

317Il ya aura d'abord une simplification du prisme des couleurs : la couleur qui environne le Graal, c'est le blanc (avec quelques touches de vermeil). Blancs les animaux qui l'annoncent ou le figurent :

(A Corbenyc, Gauvain)...
... voit par mi une veriere .I. blanc colon qui apartoit... en sa boche .I. encenser d'or trop riche...
Lancelot, t.2, p. 376

Si voient par devant aux aller .I. cerf plus blans que noif negie...
Lancelot, t.5, p. 133
Cf. aussi, t.5, p. 204 et p. 210.

... si regarderent devant els et virent venir le Blanc Cerf...
Queste, p. 234

  • 130 Cf. Lancelot, t.7, pp. 236-237. Le passage explique pourquoi le roi Artus tenait ses deux principa (...)
  • 131 p. m., cf. la chasse au blanc Cerf au début d'Erec et Enide.

318On voit l'habileté du romancier à mêler des éléments d'origines diverses pour en faire un tout à la fois riche, nouveau et énigmatique. Sur fond narratif de chevaux blancs et noirs, écartant tous les bais et pommelés plus ordinaires, la colombe blanche : élément à la fois réaliste, et symbolique du Saint Esprit dans la tradition chrétienne, - et nous avons déjà signalé la place qui lui est faite dans cette oeuvre inscrite à la fois sous le signe du Précurseur (la saint Jean d'été, date de l'adoubement de Lancelot) et sous celui de la Pentecôte130 (date de l'adoubement de Galaad)... sans que pour autant le "colon", même si ceux qui le voient apparaître s'agenouillent devant lui (t.2, p. 376), soit le Saint Esprit. Et blanc cerf emprunté à la tradition des aventures arthuriennes131, d'abord perçu par Lancelot comme une énigme, avec son cortège de lions :

"Si me merveille durement comment ce puet avenir, car sanz vertu de Dieu ou sanz anchantement n'est pas ce que li lions ait plus de san en soi que da nature ne li aporte".
Lancelot, t.5, pp. 133-134

319mais qui sera expliqué par un ermite qui en dit la vérité :

"... bien saichiez vraiement que ce n'est mie anchantement ainz est miracles merveilleux qui avint jadis par la volenté Nostre Signor".
Lancelot, t.5, p. 211

320ce qu'élucidera la Queste donnant la signification nouvelle de l'animal :

"... tot ausi come li cers se rajuvenist en lessant son cuir et son poil en partie, tout ausi revint Nostre Sires de mort a vie... Et por ce que en la beneoite Virge n'ot onques point de pechié terrien, aparoit il en guise de cerf blanc sanz tache".
Queste, p. 236

321Blancs les "preudomes" qui guident vers le Graal les chevaliers, mais le terme, d'une généralité commode, peut aussi bien désigner les moines ou ermites déjà présents dans le Lancelot que des messagers peut-être venus de l'autre monde :

... si entra laienz uns predons a une blanche robe ; mes il n'ot chevalier laienz qui seust par ou il entre.
Queste, p. 7

322mais peut-être seulement, car :

Si vient au mestre huis dou palès qui clos ert, si l'uevre et descent en la cort aval... Et il monte et se part...
Queste, p. 8

323ou assurément dans ces autres cas, où ils ont l'habit du chevalier pour encourager :

Lors virent issir de la forest uns chevaliers armés d'unes armes blanches et fu montez molt richement et menoit en destre un cheval blanc (qu'il remet à Galaad) : "Montez en cest cheval qui assez est et biax et blans et alez ou aventure vos meine".
Queste, p. 252

324ou pour châtier :

... et (Baudemagu) voit de cele part venir un chevalier armé d'unes armes blanches (qui va châtier son orgueil).
Queste, p. 29

325Blancs les chevaux qu'ils montent :

(La demoiselle qui annonce à Lancelot sa déchéance est montée) "sor un palle froi blanc".
Queste, p. 12
cf. aussi texte p. 252 ci-dessus.

326et ceux qu'ils amènent au héros (cf. texte p. 252 cité ci-dessus). Et logiquement dans ce récit où la chevauchée qui repose sur l'autorité et la décision du cavalier va progressivement être remplacée par la navigation sur les eaux de la grâce, blanches sont les nefs guidées par le souffle de Dieu :

(Nef qui vient chercher Perceval dans l'île)... la nef est encortinee et par dedenz et par defors de blans samiz, si qu'il n'i pert se blanches choses non. Et quand il vient au bort, si troeve un home revestu de sorpeliz et d'aube en semblance de pres-tre, et en son chief avoit une coronne de blanc samit...
Queste, p. 99
Cf. aussi p. 112 et p. 194

327S'agissait-il vraiment d'une autre chevalerie :

Moult a la dame bien atournee a l'enfant toute sa besoigne, car ele li avoit porquis, grant pieche avoit, tout che que mestiers estoit, hauberc blanc... escu tout blanc comme noif... por che qu'ele ne voloit qu'il n'i eust riens qui ne fust blanche... cheval tous blans autresi... robe d'un blanc samit... por che que riens n'i eust que blans ne fust... ele avoit en sa compaignie jusqu'à .XL. chevaus tous blans et chil qui sus seoient estoient autresi vestu de blanc.
Lancelot, t.7, pp. 258-259

328Mais blancs ou rouges les linges qui masquent le Graal. Car si le blanc est la couleur de tout ce qui entoure le Graal, le rouge pourrait bien être Sa couleur. Galaad est le chevalier "a l'écu blanc" (au demeurant marqué d'une croix de sang), mais il est d'abord le chevalier "a unes armes vermeilles", - couleur ici symbolique :

"Car tot ausi com Nostre Sires vint en semblance de feu (= allusion à la Pentecôte dont est démarqué le récit de l'apparition du Graal au début de la Queste), ausi vint li chevaliers en armes vermeilles qui sont de color a feu semblables"...
Queste, p. 78
Cf. aussi Queste p. 160 cité p.

329ce que prolonge la description de la messe dite par Josephe sur le Graal pendant laquelle la transsubstantiation se produit visiblement :

... et au lever que il fist, descendi de vers le ciel une figure en semblance d'enfant et avoit le viaire ausi rouge et ausi embrasé comme feu...
Queste, p. 269

330Si tout se ramène, pour le Graal, au Blanc et au Rouge, est-ce à dire que la Queste, tout en multipliant les notations de couleur, perd de vue la trilogie Blanc, Rouge, Noir ? Il n'en est rien. On retrouve le noir à plusieurs reprises. Dans l'aventure elle-même d'abord. A la nef blanche et à son prudhomme blanc, messagers du Bien et de la bonne parole auprès de Perceval, s'opposent la nef noire :

... toute coverte de dras noirs, ne sai de soie ou de lin...
Queste, p. 105

331et. la jeune fille-diable qui va essayer de le faire succomber à la tentation. Nous avons déjà vu comment, dans le Lancelot, le noir était normalement associé à l'enfer. Ici, les valeurs morales l'emportent : il s'agit du Malin, et du Mal, en opposition au divin et au Bien. Le même type d'opposition morale représentée par celle, visible, du Blanc et du Noir, se retrouve dans le tournoi des Blancs et des Noirs où les participants n'ont pas revêtu les couleurs d'un parti mais se trouvent, figurer une psychomachie :

Li tornoiemenz fu pris por veoir qui plus avroit de chevaliers, ou Elyezer... ou Argustes... Et por ce que l'en poîst conoistre les uns des autres, fist Elyezer les suens covrir de covertures blanches... Or vos dirai la senefiance de ceste chose. Avant ier, le jor de Pentecoste, pristrent li chevalier terrien et li chevalier celestiel un tornoiement ensemble, ce est a dire qu'il comencierent ensemble la Queste... Li chevalier terrien qui avoient la terre es elz et es cuers pristrent covertures noires, come cil qui estoient covert de pechié noir et horrible. Li autre, qui estoient celestiel, pristrent covertures blanches, ce est de virginité et de chasteé"...
Queste, pp. 144-145

332Cependant, gardons nous de conclure trop vite. Le noir peut être énigmatique : comment faut-il appréhender le chevalier qui désarçonne Lancelot à "l'eau marcoise" et lui tue son cheval ?

(Lancelot) vit de l'eve issir un chevalier armé d'unes armes plus noires que meures et sist sor un grant cheval noir...
Queste, p. 146

333Certes il a figure diabolique, et un comportement peu chevaleresque : il abat le cheval du héros sans avoir seulement défié ce dernier. Mais il ne "touche mie" Lancelot lui-même. Surprenant pour un esprit du mal. N'est-il pas ici un outil entre les mains de Dieu au service de la conversion de Lancelot ? Si lui-même a avoué à un ermite qu'il ne renoncerait jamais à l'usage des armes tant qu'il aurait la force de s'en servir (p. 71), ne s'agit-il pas ici de l'y contraindre ? "Etiam peccata" écrivait saint Augustin ; ne faudrait-il pas ici écrire, "etiam diabolus", si c'est encore de lui qu'il s'agit ? La pensée de se tourner vers Dieu ne peut en effet venir qu'à un Lancelot désarmé. Plus nettement encore, le songe de Bohort où il assiste à la contestation entre un oiseau noir et un blanc :

... dui oisel dont li uns estoit si blans come cisne et ausi granz... et li autres est noirs a merveilles... mes molt ert bele (= la corneille noire) de la nerté que ele avoit...
Queste, pp. 170-171

334est bien susceptible de deux interprétations : mais la mauvaise est celle qui voit dans l'oiseau noir un symbole du mal ("li noirs oisiax senefie ton grant pechié"... p. 179) et la bonne celle qui fait au contraire apparaître qu'il faut distinguer entre l'apparence et l'être :

"Par le noir oisel... doit len entendre Sainte Yglise, qui dist : "Je suis noire mes je suis bele ; sachiez que miel valt ma nerté que autrui blancheur ne fet". Par le blanc oisel qui avoit semblance de cisne doit len entendre l'anemi... Li cisnes est blans par defors et noirs par dedens, ce est li ypocrites qui est jaunes et pales, et semble bien, a ce qui defors en apert, que ce soit des serjanz Jhesucrist ; mes il est par dedenz si noirs et si horribles d'ordures et de péchiez"...
Queste, pp. 185-186

335Cependant la trilogie Blanc-Rouge-Noir pourrait bien être relayée par une autre : Blanc-Rouge-Vert. Je pense à la longue séquence, qui évoque l'histoire de la nef de Salomon et plus précisément du lit orné des trois "fuisiax" Blanc, Rouge, Vert, provenant de l'Arbre de Vie, - séquence où est réintroduit le Vert, sans cela quasiment absent de cette partie du cycle.

  • 132 J. Grisward. l'arbre blanc, vert, rouge de la Quête du Graal et le symbolique coloré des Indo-Euro (...)

336Le passage a été étudié par J. Grisward dans une perspective dumézilienne132, établissant d'évidents rapports avec d'autres textes indoeuropéens qui font état de la triple fonction selon le schéma des "Albati-Russati-Virides". Cependant, le rôle du passage par rapport à l'ensemble de la Queste et du cycle tout entier n'en est pas vraiment éclairé. Je voudrais au moins poser la question, reconnaissant être incapable d'y répondre de façon qui me satisfasse vraiment. C'est, à nouveau, une scène où les couleurs jouent un rôle très important quantitativement et qualitativement : dans un espace d'une quinzaine de pages (pp. 210-225), mais en fait regroupées en quelques paragraphes, une trentaine d'occurrences de Blanc (10), Vet (13) et Rouge (4 seulement). Cet emploi "nombreux" des couleurs sert de marque pour attirer l'attention. Sommes-nous pour autant ramenés au début du Lancelot ? Pas exactement car si le procédé de composition "rappelle" en effet les scènes ou séquences colorées du début du cycle (cf. la dernière partie de cette étude), celle-ci ne se confond avec aucune d'entre elles. En particulier parce que les couleurs dont il s'agit ici sont non pas celles de l'histoire même, mais celles du temps des origines, plutôt témoins du passé qu'exemples du présent. Couleurs, donc, d'un monde autre.

337Que dit le texte de lui-même ?

338Que le blanc signifie virginité, chasteté... :

..."car virginitez est une vertu par coi li cors est tenuz nez et l'ame blanche...
Queste, p. 213
Cf. texte p. 134 cité ci-dessus.

339Que le vert signifie la vie (vie de l'esprit autant que du corps), mais toujours associée à une notion de durée, voire d'immortalité (ou de renaissance) : c'est au moment de la conception d'Abel par Eve que l'arbre passe du blanc au νert :

... devint ausi verdoianz come herbe de pré...
Queste, p. 215
et la verdor qu'il prist et la flor et li fruiz fu senefiance de la semence qui desoz lui avoit esté semee, et su'ele seroit toz dis vert en Nostre Sei-gnor, ce est a dire en bone pensée et en amoreuse vers son Creator.
Queste, p. 216

340Idée confirmée à propos du "pré plein d'erbe vert" (p. 149) vu en songe par Gauvain. L'interprète de cette vision commente :

"Par le pré devons nos entendre humilité et patience qui toz jors sont vives".
Queste, p. 156

341Autrement dit, ce n'est pas le vert en soi qui est lié à l'idée de vie durable mais c'est l'herbe verte ou le pré vert, brouté mais dont l'herbe repousse, et qui reverdit à chaque année qui la suggère ; c'est bien pourquoi le rameau de l'arbre est dit "verdoianz come herbe de pre". Que le rouge signifie le sang versé (ici, à l'occasion du meurtre d'Abel par Caïn) :

... et devint en totes choses vermeux ; et ce fu en remembrance dou sane qui i avoit esté espanduz...
Queste, p. 219

342Peut-on voir là trois valeurs ?

343La Queste exalte à l'évidence la chasteté et la virginité : les trois élus du Graal, Galaad, Perceval et Bohort seront chastes ou vierges et les manquements de Lancelot à cette vertu majeure l'excluront de la triade élue. Elle est l'idéal de vie le plus élevé, - ce qui est d'ailleurs conforme à l'enseignement de l'Eglise médiévale qui place les vierges au sommet de la hiérarchie des saints.

344Mais le vert associé ici aux fleurs et aux fruits, - à la conception d'Abel - montre qu'elle ne fait pas fi pour autant de l'état de mariage qui fait du couple l'associé de Dieu dans leur tâche commune de création continuée : le passage de la Queste qui narre la conception d'Abel insiste longuement sur le fait qu'elle a été voulue par Dieu, et pas seulement la sienne, mais, de façon générale, l'engen-drement des générations humaines à venir :

... ses voloirs estoit tiex que de ces deux voloit establir l'umaine ligniee por restorer la disieme legion des anges qui dou ciel avoient esté trebuchié par lor orgoil...
Queste, p. 215

345Il précise encore la portée bonne de cette union d'Adam et Eve :

Et quant il orent geu ensamble, si orent ot fet novele semence en quoi lor granz péchiez fu auques alegiez : car Adam ot engendré et sa feme conceu Abel le juste...
Queste, p. 215

346Perspective qui, pour le coup, ne vaut pas que pour le temps des origines puisque les mêmes affirmations se retrouvent dans le cadre même de l'histoire de la Queste :

En songe, Bohort voit "un home séant en une chai-ere". A sa gauche, un tronc à moitié pourri...
... et a destre avoit deus flors de lys. L'une des flors se traoit près de l'autre et li voloit sa blanchor tolir. Mes li preudons li departoit, si que l'une ne touchoit a l'autre, et ne demoroit gueres que de chacuns flor issoit arbres portant fruit a grant plenté...
Queste, p. 171

Le lendemain, Bohort est appelé à l'aide en même temps par son frère Lionel en danger de mort, et par une "damoisele" sur le point d'être violée. Il choisit de secourir la demoiselle et reste dans l'ignorance du sort advenu à son frère. Un abbé lui expliquera le sens de la vision (et de l'aventure) :
(Le fût pourri, c'est Lionel le pécheur)
"Par les deux flors... sont senefié dui vierge ; si en est li uns li chevaliers que vos navrastes ier, et l'autre la pucele que vos resqueusistes. L'une des flors se traoit près de l'autre, ce fu li chevaliers qui la damoisele voloit avoir a force et la vouloit despuceler et tolir sa blancheur. Mes li preudons les departoit qui est a dire que Nostre Sires ne voloit pas que sa blancheur fust ainsi perdue, ainz vos i amena, si que vos les departîtes et sauvastes a chascun sa blancheur"...
"... Ce que tu veoies que des flors issoit fueilles et fruit, senefie que dou chevalier istra encore lignages grant dont il i avra de preudomes et de verais chevaliers, que len doit bien tenir a fruit ; et ausi istra de la demoisele"...
Queste, pp. 186-87

347Ainsi, le geste de Bohort n'a pas pour seule fonction de protéger la virginité du chevalier et de la demoiselle, mais de sauvegarder l'existence de deux lignages à venir.

  • 133 C'est par exemple le sens de la condamnation de Lionel s'en prenant à Bohort et de l'exaltation de (...)

348Le sang versé, évoque une idée de violence. Comment la présenter comme une valeur, alors que, précisément, la Queste condamne les chevaliers qui s'entretuent sous prétexte d'affirmer leur prouesse ?133 C'est qu'en l'occurrence, l'accent est mis sur Abel, non sur Caïn, sur le sacrifié, non sur le meurtrier, - puisque c'est de cet épisode de La Genèse qu'il s'agit ici. Abel étant figure du Christ, comme le rappelle alors le roman en un long parallèle (pp. 217-18), le sang versé, c'est non celui que l'on fait couler, mais celui que l'on accepte de verser en sacrifice, - celui, par exemple, dans la Queste, de la soeur de Perceval donnant le sien pour guérir la Lépreuse.

349Mais ces trois valeurs dessinent-elles un parcours chronologique comme les épisodes de la Genèse auxquels l'auteur se réfère ? Ou une échelle avec ses différents degrés ? Ou ne seraient-elles que des signes pour nous remémorer notre lointaine histoire, des images de mémoire en quelque sorte, comme l'épée dénommée "Mémoire de sang" ? Quel est enfin leur rapport avec le Graal ? Pourquoi les plus avancés dans la quête sont-ils confrontés avec ce message énigmatique ? Voir les fuseaux et voir le Graal, - quel est, des uns à l'autre - le chemin du regard ?

350Si les trois fuseaux parlent des vertus et de la vie de l'homme, on peut constater que les trois valeurs qu'ils représentent - chasteté, fécondité conjugale, sacrifice -n'inspirent guère la vie des héros arthuriens.

  • 134 S'il a fallu un philtre pour que Tristan devienne l'amant d'Yseut, il en faudra un ("color a vin", (...)

351Le temps du Lancelot, n'est plus celui des mariages ni de la fécondité : celui-ci semble avoir été mystérieusement suspendu peu avant le début du récit. Les couples formés par le roi Ban et Elaine, le roi Bohort et Evaine, en sont de bons exemples. La mort des deux rois, dès les premières pages du récit, brise les deux couples, laissant des orphelins : Lancelot d'une part, Bohort et Lionel de l'autre. Le texte témoigne encore de l'affection unissant en particulier Ban et Elaine que la mort du mari ne suffit pas à tarir. Mais, pour les générations ultérieures, rien de tel ne se reproduit. A la cour, on ne voit qu'un seul couple : celui d'Artus et de Guenièvre. L'un et l'autre seront adultères ; et le seul enfant d'Artus, Mordret, sera un fils né d'un inceste. Le texte ne dit rien de la naissance de Perceval, pourtant survenue dans le temps du roman et nous n'entendrons parler de sa mère... que morte, lorsque sa tante la recluse l'apprendra à Perceval dans la Queste. Le seul couple fécond, c'est celui de Lancelot, - et, faut-il dire de la fille du Roi Pêcheur ? Ne faut-il pas dire plutôt de Lancelot et de Guenièvre, - car Galaad est bien, le fils de l'amour de Lancelot pour la reine134.

352Nous voilà donc au second point. La vie amoureuse des héros arthuriens est une vie de relations hors mariage. Celles-ci ne se montrent guère, mais l'idée en est cependant claire puisqu'on voit les chevaliers, au moment où ils s'apprêtent à s'engager dans la quête du Graal, être contraints à partir seuls :

"... que nus en ceste Queste ne maint dame ne damoi-sele qu'il ne chiee en pechié mortel"...
Queste, p. 19

353- ce que le roman ne dit nullement qu'ils faisaient par ailleurs, mais afin qu'ici, l'existence de ces compagnes féminines soit avérée en même temps que leur incompatibilité avec la vie nouvelle. Et comme, dès lors, c'est, allant plus loin, de chasteté qu'il s'agit, les "espousee(s)" (p 19) sont elles aussi exclues. Les chevaliers arthu-riens ne peuvent donc pas se réclamer des valeurs du vert ou du blanc.

354Le rouge (du sacrifice) leur est-il moins étranger ? Certes, on voit Lancelot, délivrer un chevalier "enferré" par pure pitié :

"... j'en avoie si grant pitié que plus ne pooie souffrir sa grant mesaise"...
Lancelot, t.7, p. 279

355et cela alors qu'aux dires de tous il s'expose ainsi à une mort assurée. Ou Bohort obéir au même sentiment en se jetant à l'eau au risque de s'y noyer pour secourir une jeune fille :

Quant Boors ot ce qu'ele li prie si pitousement qu'il la secore, si ne set que fere, kar volentiers li aidast s'il peust ; mais il voit l'eve noire et parfonde et si perilluse qu'il cuide bien noier, s'il se met dedens ; et d'autre part, il voit cele qui si durement crie merci ; si l'em prent tels pitiée qu'il en laisse totes poors...
Lancelot, t.2, p. 201

356Et Bohort encore, dans la Queste, se faire grièvement blesser par son frère plutôt que de le frapper en retour. -Mais, précisément, il s'agit de Lancelot (et d'un de ses actes : beaucoup d'autres ont pour motif la gloire et l'amour charnel... même la délivrance des exilés de Gorre n'est que la conséquence d'un exploit risqué pour le salut de Guenièvre), et de Bohort, un des élus de la Queste. L'ensemble des chevaliers arthuriens ne comprend d'ailleurs pas ces gestes et traite de fous ceux qui les osent : celui de Lancelot est mis sur le compte d'une jeunesse irréfléchie ("Vos n'estes mie sages" lui dit Artus, t. 7, p.279.

357Encore, dans tous ces cas, le sacrifice n'est-il pas consommé jusqu'au bout : contrairement à toute attente, Lancelot ne succombera pas à l'engrenage mortel dans lequel son geste charitable semblait l'avoir engagé ; et Dieu gratifiera Bohort d'un miracle pour lui éviter de succomber sous les coups de son frère. Abel ni le Christ n'ont été dispensés de la mort ; dans le roman, seule la soeur de Perceval ne le sera pas non plus.

358Quoiqu'il en soit, s'il s'agit ainsi de porter un regard critique sur l'univers arthurien et, plus précisément, sur celui du Lancelot, il n'apparaît pas qu'il y ait là une triple proposition de conversion de vie, - ne serait-ce que parce que seuls Galaad, Perceval et Bohort en auraient connaissance. La Queste n'ouvre pas le chemin à un recommencement ; et elle ne marque pas tant l'évolution des héros (ou leur incapacité à évoluer) qu'elle ne mesure à l'échelle "célestielle", pour employer son vocabulaire, le degré où leur vie "terrienne" les a rendus capables de s'élever. Or, la plupart d'entre eux, comme on le sait, à commencer par Gauvain et Lionel, ne pourront même pas en entamer l'ascension.

359Un dernier exemple emprunté à des temps ou espaces autres que ceux de l'"hic et nunc" permettra d'apprécier comment évolue l'utilisation des couleurs sans le cycle : je veux parler du multicolore.

360Le première occurrence en est dans le passage de Gauvain au château de Corbenyc : il voit dans une chambre un serpent :

... ne il n'est el siecle nule maniere de color dont l'en ne peust en lui veoir kar il estoit vermaus et indes, et jaunes et noirs et vers et blans. Il avoit les iex roges...
Lancelot, t.2, p. 380

  • 135 Il y manque le "pers" et le "bis" ; et je ne tiens pas compte des variantes et variables comme "si (...)
  • 136 Il y en a moins dans la scène de la conjuration de maître Hélie (Lancelot, t.1, pp. 69-70) et dans (...)

361Certes, toutes les couleurs du monde n'y sont pas mentionnées, ni même exactement toutes celles du Lancelot-Graal135, mais c'est certainement l'énumération la plus nombreuse de couleurs que l'on y puisse trouver136. Les explications données ensuite par l'ermite Segre révèlent que ce "serpent" est le roi Arthur mais il ne dit rien quant à la raison ou au sens de son apparence. J'émettrais volontiers l'hypothèse que c'est la variété de l'univers arthurien qui est ainsi représentée, - la suite de la vision montre le dragon crachant une multitude de serpenteaux qui vont se retourner contre lui. Et dans "variété", j'inclurais la valeur péjorative que lui donne le Moyen Age : - n'est-ce-pas le vice du "V" de Fauvel ? Cela suppose que le dragon représente non tant la personne du roi que le royaume (en tant que collectivité humaine) dont il est l'incarnation : c'est ce que suggère la mise au monde des "petits",- image, explique l'ermite, des hommes du roi qui se révolteront contre lui. Image négative en effet que celle de ce royaume qui périra pour s'être divisé contre lui-même, pour être resté fait de pièces et de morceaux à la semblance de l'habit d'Arlequin, et - changeons de registre au prix de quelque anachronisme -, pour n'avoir pas su faire son unité nationale, - et retrouvons une façon de dire plus conforme à celle du récit, pour n'avoir pas su reconnaître dans le Graal le principe qui, seul, pouvait lui servir de pierre angulaire. On retrouve cette utilisation du multicolore pour signifier la variété du monde dans la Queste :

(Lors du tournoi symbolique des Blancs contre les Noirs)
devant le chastel avoit un pré ou il avoit paveil-lonns tenduz de dras de soie et de diverses colors...
Queste, p. 140

362La nuance péjorative y est-elle ? Il est difficile de l'affirmer dans la mesure où à cette image est immédiatement substituée celle de l'opposition binaire des Blancs et des Noirs, qui ne laisse plus de place à une distinction entre les divers vices ou qualités. Enfin, on a un dernier exemple de multicolore, avec l'"espee as estrenges renges" :

Cele espee estoit d'une pierre qui avoit en soi toutes les colors que lern puet trover en terre... Chacune des colors avoit en soi une vertu...
Queste, p. 202

363Cette fois, l'équivalence du multicolore avec la variété est explicite, mais il y a retournement de sens ; et l'essentiel, c'est évidemment non la pierre elle-même, si étrange soit-elle, mais toutes les "vertus" qui résident en elle. Le dragon présentait une fausse unité : tout royaume humain est appelé à se dé-composer et à mourir, - il ne peut créer une nouvelle unité à partir d'éléments qu'il sait seulement, juxtaposer. Seule la main de Dieu fondra dans une pièce unique (la pierre) les valeurs (couleurs et vertus) de la création. L'histoire de l'homme ne va-t-elle pas de séparation en séparation, de rupture en rupture (péché originel : rupture avec Dieu ; tour de Babel : différenciation des langues, etc...) avec, toujours, l'espérance d'une réunification, - "millenium", Utopie, Cité harmonieuse, Jérusalem céleste.

364Le Lancelot-Graal s'arrêtera sombrement sur l'éclatement en mille morceaux du serpent multicolore. Dans le dernier épisode du cycle, il n'y a plus d'aventures, de ce monde ni de l'autre. Avant la "Noire Chapele" funéraire - contrastant avec toutes les blanches abbayes d'auparavant -ne subsiste qu'une messagère montée sur un palefroi blanc mais qu'Arthur n'écoutera pas : fermé aux suggestions d'où pourrait venir le salut, contrastant, là encore, avec la disponibilité et la ferveur avec lesquelles, auparavant, les chevaliers écoutaient celles et ceux qui venaient lancer la Quête et guider ensuite les errants, contrastant aussi avec l'attention portée aux explications des ermites dès le Lancelot. Le temps du récit de la Mort Artu, il n'y a plus que des couleurs éminemment de ce monde : celles de l'héraldique, - mais, là aussi, comme privées de vie : Lancelot y réendosse les armes de sa jeunesse comme si cela suffisait pour que tout recommençât.

LES COULEURS DES HEROS

365On peut aussi comparer l'association qui est faite, dans l'ensemble du cycle, entre les couleurs et les deux personnages masculins essentiels, Lancelot et Galaad.

366Dans le Lancelot, le portrait du héros-titre (cf. ci-dessus p.) est une des pages de l'oeuvre qui réunit le plus grand nombre de couleurs : or des cheveux, vert (émeraude) des yeux et surtout l'harmonie singulière d'une carnation alliant le vermeil, le blanc... et le brun, - "clers brunes". Si, dans ce brun, on accepte de voir, comme nous l'avons suggéré, une variante positive du noir (réservé sous cette forme et chargé d'une valeur négative à Claudas), on constate qu'aucune des couleurs dominantes du Lancelot-Graal ne lui manque. Mieux, si on accorde surtout de l'importance à celles de la "charneure" comme l'auteur nous y invite en insistant longuement sur leur triple alliance "mesurée", alors qu'il passe plus rapidement sur les autres éléments, en effet plus traditionnels, on retrouvera, dès le visage du protagoniste, les trois couleurs fondamentales de tout le cycle.

367Dans la durée du récit, il est également associé à ces trois (ou quatre) couleurs fondamentales. Il les revêt toutes successivement. Enfant, il est vêtu de vert, dans un milieu lui-même vert :

Et Lancelos se fu remés en la forest, si se jut moult longuement desous un chesne en l'erbe vert... si sambloit bien hom qui de bois venist car il avoit la cote de bois vestue, courte â mesure et de verde color, un capelet de feuilles en sa teste...
Lancelot, t.7, pp. 244-45

  • 137 Pour la liste de ces transformations, cf. Appendice.

368... "puer rusticus", fils des bois. Nouveau chevalier, il portera armes et vêtements blancs, puis vermeils, puis noirs ; il ne cessera ensuite de passer des uns aux autres, isolément et dans diverses combinaisons (écus à bandes de couleur contrastante ; écu d'une couleur, vêtements d'une autre, etc...137·Peut-on dire qu'il passe ainsi par toutes les couleurs du monde ? Du Lancelot propre à la Queste en effet, comme nous l'avons vu, le multicolore reflète sa multiplicité. Alors que tous les changements d'armes et de vêtements du héros sont signalés dans le Lancelot, alimentant une continuelle interrogation dont il est le foyer, soulignant combien, sous les apparences de la discrétion - puisque ces changements ont pour motif l'incognito -, il est au centre de ses préoccupations, cherchant l'augmentation de son "los" et de son "pris", en se faisant anonyme ou autre, le temps de l'exploit, pour mieux s'affirmer comme Lancelot après coup et le demeurer dans la mémoire de Guenièvre et de la cour, ainsi que dans la nôtre, il n'en est plus question dans la Queste : nous ignorons quelle est la couleur des armes qu'y porte Lancelot. La conversion de vie qu'elle exige ne serait.complète que s'il renonçait à l'usage des armes auquel il ne peut de lui-même se résoudre (Queste, p. 71), ce qui rendra nécessaire l'intervention du cavalier mystérieux qui tuera son cheval à l'eau marcoise (p. 146) mais "ne le touche mie" ; de ce cavalier, en revanche, on sait la couleur - noir - mais la "senefiance" ?

  • 138 Cf. Appendice.

369En revanche dans la Mort Artu, le cache-cache chevaleresque reprendra : Lancelot portera des armes vermeilles au tournoi de Wincestre (pp. 8-33), puis, par la suite, des armes blanches avec un écu blanc marqué, en un premier temps, de trois bandes vermeilles obliques (pp. 78 sq.), en un deuxième temps, d'une seule bande (pp. 103 sq.) : autrement dit, les armes portées autrefois au début de sa vie chevaleresque, mais en inversant la chronologie138. Et comme la Mort Artu n'est pas un recommencement, ni un retour à un point zéro à partir duquel on pourrait renaître, Lancelot n'arrivera pas, bien qu'il l'annonce :

"Se ge sui a l'assemblée, je porterai armes blanches sanz autre taint"...
Mort Artu, p. 75

370à revenir aux armes toutes blanches de son adoubement, qui demeureront associées à son entrée dans la vie chevaleresque.

  • 139 Cf. Les couleurs de l'héraldique.

371Galaad, lui, ne variera pas. D'entrée de quête, il porte ces armes au vermeil signifiant ici139 sa "semblance" avec le Christ, et l'écu blanc marqué d'une croix de sang :

"... ceste croix est fete de mon sanc (celui du fils de Joseph d'Arimathie), si sera a toz jors mes ausi fresche et ausi vermeille corn vos la poez veoir orendroit"... dit-il environ quatre siècles avant que l'écu n'aboutisse entre les mains de Galaad, en effet toujours aussi "fresche et vermeille"...
Queste, p. 34

372... non pas peint ou teint (par artifice), mais porteur de vie, - non pas signe de reconnaissance comme on reconnaît Lancelot aux écus à "bande" - qui sont en effet des "connoissances" -, mais symbole de celui qui n'aura pas de peine à grandir en Galaad puisque, d'emblée, il n'y a de place que pour Lui, et que le héros, déjà, est venu à sa semblance de feu.

  • 140 Ce serait un autre sujet que de s'interroger sur les raisons profondes qui justifient le changemen (...)

373Mais on peut aussi dire que Galaad prend le relais de Lancelot140. L'arrivée à la cour des deux jeunes gens pour ou après leur adoubement fait ressortir similitudes et écarts. La couleur de ceux ou de celles qui les accompagnent est la même, - c'est le Blanc. Apparat très solennel dans le cas de Lancelot escorté par la dame du Lac et sa cour : vêtements, chevaux, armes, tout est blanc et cette vue frappe d'étonnement la cour arthurienne :

Et li rois et toute la soie route les orent esgardé a grant merveille pour che que ensi estoient tout vestus de blanches robes et seoient sour blans chevaux..
Lancelot, t.7, pp. 265-66

374Apparat qui touche au merveilleux : la magie de Niniène a entouré jusque là l'enfance du héros et le marque encore de sa couleur d'autre monde. Lancelot lui aussi est tout en blanc et, contrairement à la coutume (le roi Artus en marque quelque surprise), la dame du Lac exige qu'il soit adoubé avec ces vêtements et ces armes ; ou plutôt, elle dit qu'il doit en être ainsi :

"... sachiés que chis vallés ne puet estre chevaliers ne ne doit d'autres armes ne d'autres robes que de cheles qui chi sont"...
Lancelot, t.7, p. 268

  • 141 L'épisode de l'adoubement de Galaad peut, lui aussi, être comparé à celui de Lancelot... mais les (...)

375Lorsque Galaad arrive à la cour, nouveau chevalier fait de la main de Lancelot, il est accompagné d'un seul prud'homme141 - vêtu de blanc -, mais Galaad se distingue de lui, dans ses armes vermeilles. Ce prud'homme est un messager (pour employer un terme vague et commode) de l'Autre monde, comme l'est la demoiselle qui, avant même le départ de la quête, annonce à Lancelot sa déchéance :

... et voient venir une damoisele montée sor un pal -lefroi blanc... "vos estiez hier matin li mieldres chevaliers dou monde... mes qui ore le diroit, len le devroit tenir a mençongier..."
Queste, pp. 12-13

376Du Lancelot à la Queste, le blanc revêt donc ces personnages qui font le lien entre le monde humain et l'Autre, élément de continuité qui n'est pas sans importance, surtout si on pense à l'importance que cette couleur revêt dans la Queste en relation avec le Graal. Sans doute ne tiennent-ils pas le même langage, mais Galaad est-il autre chose que la part de Lancelot que celui-ci a lui-même renoncée ? Si Lancelot "diminue" dans la Queste, n'est-ce-pas pour que Galaad en lui "grandisse", Galaad qui, ne choisissant pas tout, éliminant le vert et le noir, donne forme et sens (et peut-être beauté) au rouge et au blanc ?

Et si Lancelot et Galaad étaient des fleurs ?

377La fleur du Lancelot - et celle du héros-titre, c'est la rose, la rose rouge, "vermeille" écrit le texte. C'est une guirlande de ces fleurs qu'il trouve chaque matin à côté de lui, à son réveil, même quand ce n'est pas la saison, sauf aux jours de pénitence, pendant tout le temps de son enfance au lac, - cueillie en quel jardin ?

"Ot un capelet de roses vermeilles resplendissans en son chief qui moult li sist bien sor le blondor des cavex qui moult furent bel, et si estoit ja el mois d'aoust que roses n'ont mie naturel raison de tant durer. Mais li contes de lui affiche c'onques, tant corn il fu el lac, ne fu nul jor ; fust esté ou fust ivers, qu'il n’eust au matin .l. capel de roses fresches et vermeilles sor ses chevox, ja si matin ne se levast, fors seulement au vendredi...
Lancelot, t.7, p. 188

378Ce sont elles qu'il voit au jardin, quand il est retenu prisonnier par Morgue, et qui lui rappellent la femme-fleur, Guenièvre :

... vit la verdor... et la rose qui chascun jor espa-nissoit fresche et vermoille ; se li souvint de sa dame la reine et de sa face clere et vermille que la rose li amentevoit touz diz ; car quant li regar-doit la rose, il li samblot que ce fu la color sa dame, si ne savoit pas laquelle estoit plus vermille, la rose ou sa dame...
Lancelot, t.5, pp. 61-62

379Pour sa mère, il est cette fleur même :

"Ha, lasse !... mon fil qui de tous enfans estoit la rose".
Lancelot, t.7, p. 37

380La Queste - célestielle - ne va pas renier la fleur "terrienne" : après le meurtre d'Abel par Caîn, "de l'Arbre (de Vie) issoient goûtes de sanc ausi vermeilles corn roses" (p. 224). Mais elle va lui ajouter le lis :

... a destre avoit deus flors de lys... Par (ces) deus flors... sont senefie dui vierge...
Queste, pp. 171 et 186

381Quant à Galaad, il portera encore l'ancienne fleur de toutes les amours terriennes, mais comme une vertu de son être, et il se fera lys aussi :

Mordrain à Galaad) :
"... tu es ausi nez et virges sus toz chevaliers corne est la flor de lys en qui virginitez est sene-fiez, qui est plus blanche que totes les autres. Tu es lys en virginité, tu es droite rose, droite flors de bone vertu et en color de feu car li feus dou Saint Esperit est en toi si espriz et alumez que ma char qui tote estoit morte, est ja tote rajeunie et en bone vertu... Car en ceste grant joie que j'ai si longuement desirree n'a fors rose et lys"...
Queste, p. 263

COULEURS ET STRUCTURE

  • 142 Le relevé de certaines d'entre elles fait problème, - nous l'avons signalé à plusieurs reprises au (...)

382Il nous reste à nous demander si la nature, le nombre, la répartition des notations de couleurs142 paraissent répondre à une intention dans l'ensemble du cycle, c'est-à-dire si elles constituent un élément qui participe de la structure de l'oeuvre.

  • 143 Pour la variété, cf. n.55. Pour le nombre, la différence de mode d'écriture (vers/prose) rend diff (...)

383La longueur de cette étude ne doit pas faire illusion. Les notations de couleurs ne sont pas très nombreuses dans le Lancelot-Graal. La différence est nette par exemple avec le Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes où elles sont a la fois plus nombreuses et plus variées143, - et j'ai choisi cet exemple parce que le roman en prose narrera à son tour la même histoire.

384Leur nombre et leurs modalités d'apparition varient d'une partie du cycle à l'autre. Rendre compte de cette évolution pose des problèmes de présentation dans la mesure où, si la Queste et la Mort Artu constituent, chacun, une unité signifiante, sur le plan de la narration, les différents volumes de l'édition du Lancelot par A. Micha ne prétendent nullement à ce titre, mais offrent cependant la référence la plus commode pour le lecteur ; les ensembles que je vais m'efforcer de dégager ne pourront donc pas correspondre au découpage en volumes qui nous est familier, mais je préciserai, chaque fois, le rapport avec ce découpage. Et rapporter mes observations à un tableau qui les résumerait et qu'il suffirait de commenter m'a paru le moyen le plus simple, à la fois pour le lecteur et pour moi, de les présenter.

LES COULEURS ET LA CONSTRUCTION DU LANCELOT-GRAAL

LES COULEURS ET LA CONSTRUCTION DU LANCELOT-GRAAL

385Le premier ensemble - soit environ 600 pages - comprend le t. 7 et le début du t. 8 (jusqu'à la p. 130) de l'éd. A. Micha : enfance de Lancelot et début de sa chevalerie (en particulier la découverte du nom, la prise de la Douloureuse Garde, les tournois du roi d'"Outre les mar-ces"), amitié avec Galehaut, aveu de l'amour à Guenièvre.

386Dans cet espace de texte, nous avons une trame assez lâche et irrégulière de notations colorées (de 2 à 10 pages entre deux notations) qui est constituée par des occurrences concernant tous les domaines précédemment étudiés (vêtements, émotions, onomastique, etc...), éléments d'ailleurs de faible intérêt parfois ; mais à ce stade, peu nous importe le contenu, nous ne considérons que, si l'on peut dire, l'épiphanie des couleurs. C'est là qu'interviennent l'herbe verte, les chevaux blancs ou noirs, les manteaux vermeils fourrés d'hermine, l'onomastique en noir et blanc, la désignation d'adversaires peu importants par la couleur de leurs armes, la présence du sang et l'expression des émotions, etc... Je penserai vo-lontiers que leur rôle est essentiellement poétique, - maintenir la vision d'un monde en trois couleurs fondamentales, Blanc, Rouge, Noir, - et la mineure Vert... tout en respectant d'ailleurs certaines données réalistes : c'est l'herbe qui sera verte, il n'y aura pas de chevaux rouges, - mais pas de chevaux bruns ou gris, et à part Brun de la Montagne, essentiellement des chevaliers blancs ou noirs (ou rouges). Les exceptions à ces choix - il y en a toujours - permettent au plan de demeurer poétique, en évitant l'esprit de système et en maintenant la question posée sans qu'on puisse lui apporter une réponse tueuse d'interrogation : y a-t-il ou non consciente construction d'un univers en trois (plus une) couleurs ?

387Sur ce fond se détachent des moments ou séquences à coloration intense, reposant (sauf une) sur l'exploitation d'une seule couleur.

388Le premier de ces moments est le portrait de Lancelot, précédemment étudié (tome 7, pp. 71-73) : il est bref et a l'originalité de rassembler toutes les couleurs sur le personnage du héros : blanc, brun et vermeil de la carnation, vert des yeux, or des cheveux. C'est aussi le seul qui soit notable dans la période de l'enfance. Il donne une impression de foisonnement et en même temps d'harmonie mais d'une harmonie qui nous est présentée comme une sorte de miracle : il y a fallu la main de Dieu, et nous avons vu quelles atteintes elle subissait ensuite, inséparables de toute histoire : celle de l'Homme existerait-elle à l'intérieur du jardin d'Eden ?

389Le second se situe quand Lancelot quitte le monde du lac pour celui de la cour (t.7, pp·258-259 et pp. 264-266). C'est la scène en blanc majeur :

... por che qu'ele (= la dame du lac) ne voloit qu'il n'i eust riens qui ne fust blanche...
Lancelot, t.7, p. 258

390Il serait fastidieux de citer toutes les expressions où intervient l'adjectif qui est employé 29 fois dans le passage, soit en cinq pages, - et sans grand intérêt car, plus que sur les chevaux, les vêtements et les armes, c'est sur le blanc lui-même que notre attention est attirée, comme L'est sur cette blancheur celle de la cour arthu-rienne. Le mot est soutenu par l'emploi de comparaisons avec l'ivoire et la neige, ainsi que par des expressions comme celle que nous venons de citer, qui serait suffisante à la rigueur mais n'est là que comme un procédé de plus pour dire la couleur. Sa réitération à ce degré, produit un effet d'éblouissement qui sollicite non tant l'oeil peut-être que l'imagination. Ce "jamais veu" (p. 266) de l'avis des gens d'Artus eux-mêmes, - et c'est bien l'auteur qui le leur fait dire ! -, introduit surtout à une énigme : le jeune homme n'a pas encore de nom et le titre de "dame du lac" sous lequel se présente son introductrice ne peut passer pour en être un puisqu'il ne permet à personne à la cour de la situer.

  • 144 Ecu à une bande : pp. 326 et 352 ; écu à deux bandes : pp. 327 (2), 365 (2°, 367. écu à trois band (...)

391Les trois autres moments seront très différents par l'étendue, et par là même, par le degré de concentration de la couleur. Il s'agit en fait de séquences pouvant aller jusqu'à plusieurs dizaines de pages dont, chaque fois, le centre sera un exploit de Lancelot. A la Douloureuse Garde, il sera considéré comme "li Blans chevaliers",-appellation que le texte lui conserve même à partir du moment où il se sert des écus magiques à une, deux ou trois bandes vermeilles. Dans les pages 310 à 385, l'adjectif "blanc" revient 60 fois, - il y a jusqu'à 6 occurrences par pages. A ce stade, Lancelot est donc toujours considéré comme portant la couleur de son adoubement - couleur unie conforme à l'usage des jeunes chevaliers, - mais aussi blanc du monde de Niniène, - blanc de celui qui ne sait encore qui il est, - quel est son nom, son pays, son amour. Déjà pourtant, les trois écus à une, deux ou trois bandes vermeilles dont le port est signalé non seulement pendant le combat devant la Douloureuse Garde mais au cours des épisodes qui suivent144 marquent un début d'histoire et destiné à un bel avenir, puisque l'écu à bande(s) restera une des constantes héraldiques de Lancelot : aussi bien, les premiers exploits ont déjà été accomplis, Guenièvre rencontrée, le nom va être découvert. Puis, Lancelot va passer par le Rouge et devenir le Chevalier vermeil (ou "as armes vermeilles") :

En chele chité (= Orkenie) prist li chevaliers un escu vermeil...
Lancelot, t.7, p. 387

392Il va le demeurer jusqu'à la fin du tome 7 et pendant le début du tome 8 (assemblée du "roi d'Outre les Marces", combat contre le roi Premier Conquis). Le procédé est le même que dans le cas précédent, même si les occurrences du titre et de ses variantes sont beaucoup moins nombreuses : une quinzaine environ.

393Enfin, au cours de la guerre qui oppose Galehaut à Artus, Lancelot revêt des armes noires :

"... et vous me dites queles armes vous voldrés porter ?" Et il dist unes toutes noires...
Lancelot, t.8, p. 46

394Il devient donc alors "li noirs Chevaliers" (tome 8, pp. 46-67) et est désigné une dizaine de fois sous ce titre ou par référence à la couleur de son écu.

395Cependant, au cours de cet épisode, ce n'est pas la seule appellation qui sert à le désigner, car certains établissent peu à peu des rapprochements entre ces diverses hypostases du héros. Gauvain (en combattant observateur que les couleurs n'abusent pas et qui sait reconnaître un chevalier à sa façon de se battre), Guenièvre (avertie par les aveux de Lancelot, confirmés par les confidences de la dame de Malohaut) comprendront finalement que le chevalier blanc, le chevalier vermeil, le chevalier noir ne font qu'un. A ce moment du récit, est également connu le nom de Lancelot, - par lui-même, alors qu'il est encore chevalier blanc, mais en possession des 3 écus à bande(s) :

Et lors voit les lettres qui dient : "Chi gerra Lancelos del lac, li fi ex al roi Ban de Benoyc".
Lancelot, t.7, p. 332

  • 145 Pour l'analyse de ces séquences, j'ai tenu compte de la couleur dominante. Cela n'empêche pas Lanc (...)

396par Gauvain et par la cour, alors qu'il est devenu le "chevalier vermeil" (tome 7, p. 426 et 428). Après être passé par la troisième couleur fondamentale, le noir, il aura aussi pris conscience de son amour pour la reine et le lui aura dit (tome 8, pp. 109-110)145.

397Pour l'ensemble du Lancelot, il n'y aura plus de scène ni de séquence où la couleur soit utilisée avec ces effets de réitération qui attirent l'attention du lecteur et le font s'interroger sur leur raison d'être. Parfois, un écho affaibli soulignera, par l'écart même, le caractère remarquable de cette première série : par exemple, cette beaucoup plus brève évocation de Galehodin, jeune chevalier, comme pouvait l'être Lancelot, esquisse de scène en blanc vite épuisée (tome 4, pp. 184-85) ; ou ce passage où Lancelot redeviendra le chevalier vermeil (tome 4, pp. 350-390), mais la longueur même de la séquence et le petit nombre des occurrences ne focalisent guère l'attention.

398D'autre part, à côté de ces moments et séquences "colorés", on rencontre encore des pages, plus isolées, qui peuvent être considérées comme "riches" en notations de couleurs, dans la mesure où nous ne nous y trouvons pas en présence d'une seule notation (un cheval noir, un chevalier blanc une seule fois ainsi appelé), mais de plusieurs : soit par réitération d'une notation, soit par référence à des domaines d'ordres différents, soit par la description d'un tableau, d'une scène faisant intervenir plusieurs couleurs : on en trouve une dizaine assez régulièrement réparties au cours des 600 pages et situées entre les séquences colorées.

399En revanche, dès ce premier ensemble, si la trame de base des notations de couleurs est enrichie de ces moments ou séquences et de ces pages où elles se multiplient, elle comporte aussi de nombreux passages lacunaires, - des "trous" si l'on veut filer la métaphore du tissage -, espaces de texte à l'intérieur desquels n'intervient plus aucune notation de couleur. Ne faut-il pas attendre la p. 22 du t.7 pour rencontrer la première ?

(Le roi Ban parti chercher du secours, regarde de loin son château) :
... si voit les murs blanchoier et la tour haute et la baille environ... et un poi après vit el chastel moult grant fumée et un poi après vit la flambe salir et le feu voler d'un lieu en l'autre et le flambe hideuse et espoentable qui envers le chiel se lanche, si en est li airs tous rouges et enbrasés et entour en reluist toute la terre...
Lancelot, t.7, pp. 22-23

400Notons, au passage, dès cette première scène colorée, le blanc du jour qui se lève, la fumée qui s'élève du château, suggérant le noir, et le rouge des flammes de l'incendie : les trois couleurs fondamentales donc. Dans la mesure où il arrive qu'on doive compter presque 10 pages entre deux occurrences de couleur, j'ai considéré comme significatifs les "vides" de 15 pages ou plus, et tenu compte, lorsqu'ils étaient nombreux, de ceux de 13 ou 14 pages. Il y en a neuf dans les 600 premières pages du récit, dont trois atteignent ou dépassent 3 5 pages. On a donc une construction assez contrastée avec des "vides" et des "pleins".

  • 146 Il se poursuit dans l'ensemble du t.1 (épisode de la fausse Guenièvre, Lancelot empoisonné par Mor (...)

401La disparition des moments ou séquences "colorés" entraîne, à elle seule, la perception d'une très nette différence à cet égard dans la suite du récit qui n'en constitue pas pour autant une unité. En effet, l'évolution se poursuit. On peut dégager un deuxième ensemble de longueur égale au premier, comprenant le reste du t. 8 (360 pages) et le début du t.1 (les 250 premières pages). La trame de base des notations colorées y subsiste, avec une relative constance, compte tenu d'un fléchissement dans le t.1146. Subsistent aussi les pages riches en notations de couleurs : une vingtaine dans les 600 pages considérées. Ce nombre est sensiblement plus élevé que celui rencontré dans le premier ensemble, mais il faut tenir compte, pour l'apprécier, de la disparition, beaucoup plus importante, des moments ou séquences colorés, que cette augmentation ne suffit pas, loin de là, à compenser. Enfin, dans le même espace de texte, on répertorie onze passages lacunaires dont deux font 55 pages. Et on soulignera qu'à partir du moment où disparaissent les séquences où les occurrences de couleurs se multipliaient, page après page, les "vides" de couleurs deviennent d'autant plus perceptibles.

402Le troisième ensemble, un peu plus long - environ 700 pages -, comprend la fin du t.1, le t.2 et le début du t.4 (jusqu'à la p. 190 à peu près). La trame de base continue de se maintenir. En un sens, elle tend même à se resserrer dans le t. 2 avant de se distendre à nouveau dans le t.4 ; cela pourrait surprendre au premier abord, puisque, le lecteur l'aura compris, ce qui se dessine progressivement, depuis le début du cycle, c'est une diminution des occurrences de couleur. On constate en effet que le nombre et l'extension des passages lacunaires diminuent quelque peu : on n'en observe que six, dont aucun ne dépasse 30 pages. Mais il faut immédiatement ajouter un correctif : quatre autres "lacunes" ont treize pages. Et surtout on doit considérer la raréfaction des pages que j'ai appelées "riches" : huit seulement peuvent entrer dans cette catégorie et il arrive de rester plus de 100 pages sans en rencontrer une (exemples : t.1, après la p. 245 ; t.2, pp. 201-323 ; t.4, pp. 2-132).

  • 147 Ou ll selon la façon de compter (cf. Tableau).

403Enfin, les 750 dernières pages du Lancelot (fin du t.4, tt. 5 et 6) voient s'effondrer le nombre des notations de couleurs. Dix passages lacunaires147. Seulement, dira-t-on ? Oui, mais deux atteignent ou dépassent 30 pages, et surtout l'un, dans le t. 6, atteint 150 pages ! On ne peut évidemment même plus parler de trame dans un cas de figure où les "vides" l'emportent, et de beaucoup, sur les "pleins". De surcroit, on assiste à la disparition à peu près totale des pages dites "riches" : trois dans le t. 5, aucune dans le t.6.

404On assiste donc bien à une décoloration progressive de l'univers arthurien au fur et à mesure que le Lancelot s’avance. Perte qualitative puisque l'on ne rencontre plus de ces scènes où l'insistance mise sur la (une) couleur forçait l'attention et amenait à s'interroger sur son sens. Perte quantitative puisque la trame en quelque sorte de base des notations de couleur est peu à peu distendue. Perte quantitative surtout parce que cette trame, est aussi, de place en place déchirée comme un filet qui, progressivement démaillé, finit par être perdu. L'ensemble du tome 6 ne contient plus qu'une douzaine de notations de couleur, au demeurant pour beaucoup d'entre elles indifférentes. L'univers arthurien perd ses vives couleurs de santé et de beauté, lui qui pratique plutôt une esthétique de la "claritas" que de la "suavitas". Il pâlit et "nercist" la fois : les dernières notations du volume, lorsqu'elles concernant le héros arthurien, sont en noir de maladie, de douleur, d'Enfer et de mort :

p. 207 : frénésie de Lancelot : si fu an poi d'ore tainz et noirs del souleil et del halle...
p. 219 : Lancelot à Corbenyc :... et por la povre viande qu'il n'avoit mie acoutumee, empira moult en cel termite et fu pales et foibles...
p. 233 : Lancelot se fait faire un écu :... il estoit plus noirs que meure... et ou mi leu... avoit painte une roine d'argent et devant li un chevaliers a genolz ausi corne s'il criast merci...
p. 238 : Lancelot combat Perceval ; il porte "unes armes noires".

405Dans la nuit, le seul Blanc qui rayonne est celui du Graal :

Hector et Perceval sont grièvement blessés :
Einsinc furent li dui chevalier ensemble tant que la nuiz fu oscure et noire... Au point qu'il erent en tel peril et an tele angoisse qu'il cuidoient vraiment morir virent venir vers eis une clarté si grant cone si li soulaus descendist sus aux ;... Il regardent et voient .l. vessel qui estoit fez en samblance de galice et fu couverz d'un blanc samit...
Lancelot, t.6, p. 205
Perceval et Hector vont être guéris.

406On comprend donc pourquoi la Queste del Saint Graal n'est pas, ne peut pas être construite sur un temps et un espace dont les couleurs seraient absentes, dans la mesure où, au contraire, c'est l'univers arthurien lui-même qui est "estaint". Aussi est-il normal que les premières manifestations du Graal, et la quête, réintroduisent la couleur, les couleurs ou plutôt des couleurs : le Blanc et le Rouge qui sont celles du prud'homme accompagnant Galaad à la cour d'Artus, et de la demoiselle "honnissant" Lancelot, celles de Galaad, chevalier vermeil à l'écu blanc, celles du Graal (alternativement couvert d'un "samit" blanc ou vermeil : du linge qui le voile et du feu qui le rend visible. Le Lancelot s'ouvrait en couleurs sinistres sur une aube noire de fumée et rouge d'incendie. La Queste va commencer par une nuit lumineuse qu'éclaire le "Sol invictus" : après l'office de vêpres, au moment de se mettre à table :

... maintenant entra laienz uns rais de soleil qui fist le paies plus clers a set doubles qu'il n'estoit devant. Si furent tantost par laienz tot ausi corne s'il fussent enluminé de la grace dou Saint Esperit.. Lors entra laienz Li Sainz Graal covers d'un blanc samit...
Queste, p. 15

407Toute la question est de savoir si les quêteurs pourront retrouver les couleurs perdues, - mais pas exactement les mêmes. Alors que, dans le Lancelot, le chevalier qui avait successivement revêtu les armes Blanches, Rouges, Noires, unicolores et en combinaison était - Lancelot - le meilleur du monde, ayant assumé le monde dans sa variété, le chevalier-quêteur du Graal, devenu "Célestiel" ou plutôt aspirant à le devenir, doit apprendre à discerner les bonnes couleurs des mauvaises, - et, plus subtil, le Noir ne peut-il, parfois, être meilleur que le Blanc, la réalité (la pénitence et l'humilité de la chemise blanche) se cacher sous l'apparence (la somptuosité du manteau pourpre), Dieu (l'indicible et impensable Seigneur) sous l'apparence du Graal et de son blanc ou vermeil "samit" ?

408La quête du Graal, - qui est celle de la vraie vie - va donc logiquement faire appel aux couleurs ; et le nombre de leurs occurrences va, de nouveau, se multiplier et au delà de ce que nous avons observé jusqu'alors.

  • 148 Il est cependant surprenant que cette séquence concerne le Bon Chevalier.

409Un seul passage lacunaire pour les 280 pages du récit. Encore, sa place, en début de quête (pp. 35-51) est-elle significative148. C'est absolument sans exemple dans tout le Lancelot. La trame de base se resserre et s'augmente de nombreuses pages riches de plusieurs notations, - également réparties, là aussi, à partir du moment où la quête est bien engagée : de la p. 82 à la p. 263, on n'en aura pas moins de quatorze exemples. Enfin, on voit réapparaître les séquences colorées avec le récit (pp. 202-227) de la nef et du lit de Salomon, avec les trois rameaux - Blanc, Rouge, Vert - de l'Arbre de Vie et l'épée "as estrenges renges". Exemple unique dans le cycle par la combinaison de la longueur du passage et du nombre des couleurs. L'hypothèse, a priori recevable, d'une austérité de la Queste qui se traduirait par l'exclusion des couleurs considérées comme un agrément profane, est donc controuvée par les faits. De ce point de vue, le pseudo-Gautier Map est plutôt du côté de Suger que de saint Bernard !

  • 149 Cf. ci-dessus.

410En fait, si les occurrences de couleur sont si nombreuses dans la Queste, c'est qu'il y a à cela, me semble-t-il, une cause et un but. La cause, c'est qu'elles s'appliquent à des éléments ou événements qui se situent à des niveaux différents : elles peuvent, d'une part, garder un champ d'application courtois et chevaleresque, et d'autre part être celles de l'Autre Monde149. Ce dernier aspect, certes déjà présent dans le Lancelot, prend ici tout son développement par le biais des songes et des visions, des aventures à "senefiance" morale (tournoi des Blancs contre les Noirs, etc...) ou spirituelle (les nefs du Graal, la nef de Salomon, les apparitions du Graal, etc...). Le but, c'est de "tracer" une voie vers l'Autre Vie qui est la vraie : celle où toutes les couleurs seront "naturelles", c'est-à-dire non pas "teintures", mais faisant partie intégrante de l'objet ou de l'être. A l'harmonie fragile du Brun-Blanc-Rouge sur la peau de Lancelot, que l'émotion ou la maladie est susceptible d'altérer, s'oppose le Blanc-Rouge-Vert des rameaux de l'Arbre de Vie colorés dans la masse ("natural color sanz teinture" p. 226). Mais ces couleurs ne peuvent être celles de l'homme dans son devenir historique : elles sont couleurs d'origine, la seule qui soit, celle de la création ; et c'est par le biais d'objets qui nous viennent de ces temps mythiques que les héros y ont encore accès."Les" héros, c'est encore trop dire ; certains d'entre eux seulement. Il faut avoir une foi parfaite pour monter à bord de la nef qui porte le lit aux trois rameaux :

"Oz tu, hons qui dedenz moi vels entrer, qui que tu soies, bien resgarde que tu soies pleins de foi, car je ne sui se foi non".
Queste, p. 201

411c'est-à-dire, dans une certaine mesure, avoir rétabli une relation avec Dieu d'où toute faute soit absente : seuls, Galaad, Perceval et Bohort seront en ce cas, les trois (seuls) qui seront dignes de se voir, au moins partiellement, dévoiler les "secrez du Graal".

  • 150 Une exception : p. 166.

412On notera enfin l'effacement des notations de couleurs, dans les dernières pages de l'épisode, celles dont le centre est Sarraz. Si on y voit un lieu d'entre l'enfer et le ciel - ou, déjà, d'entre le purgatoire et le para -dis - (ce à quoi font penser l'emprisonnement par lequel y passent les trois héros et le "mauvais"roi du pays auquel succèdera Galaad, en un lointain écho, aussi, d'Apocalypse), on dira que c'est précisément ce caractère de lieu intermédiaire entre les ténèbres glacées de l'un et la lumière éclatante du second qui justifie cette absence. Si on y voit plutôt un lieu d' entre la terre et le ciel, on pourra dire que les couleurs de la quête n'avaient encore, par leur aspect sensible, qu'une fonction pédagogique pour des yeux charnels et qu'elles disparaissent à un certain niveau de perfection des quêteurs ; ou bien, au contraire, que les yeux des héros, encore terriens, ne peuvent pas voir dans leur réalité les "couleurs naturelles" de l'Autre Monde, celui où passe Galaad, mais où l'auteur ne s'autorise ni à le suivre, ni à nous introduire : au cours de la quête, ce ne sont jamais les couleurs du Graal - toujours voilé - qui sont données à voir, mais celles d'objets ou de personnages qui sont en relation avec lui. Galaad en particulier sera associé de façon récurrente au Rouge et au Blanc, - rouge du sang versé sur (la croix de) l'écu, sur champ de virginité. Tous les autres seront exactement "sans couleur"150. Galaad, visible Graal. L'un et l'autre échappent à la vue de ceux qui en sont (trop) indignes, - la quête du "Bon Chevalier" se substituant, par moments à la quête du Graal (cf. par exemple, pp. 56 sq.), avec le même succès ou le même échec pour la même raison :

Et Lancelot chevaucha après le chevalier tout le travers de la forest en tel manière qu'il ne tient ne voie ne sentier, ainz s'en vet si corne aventure le meine. Et ce li fet moult mal que il ne voit ne loign ne près ou il puisse prendre sa voie : car mout ert la nuiz oscure.
Queste, p. 57
"Sire, je vois 0 mes autres compaignons querre les aventures dou Saint Graal". (je = Lancelot) "Certes, fet li preudons, querre les poez vos, mes au trover avez vos failli. Car se li Sainz Graax venoit devant vos, je ne cuit pas que vos le poissiez veoir, ne plus que uns avugles feroit une espee qui devant les eulz li seroit. Et neporquant maintes genz ont demoré en teniebres de pechié lone tens et en obscurté, que Nostre Sires rapeloit puis a veraie lumière"...
Queste, p. 123

413Mais ce n'est là encore que "terrien habit". Le "vestement celes-tiel" que prendra Galaad après son passage par la mort charnelle, ne sera sans doute plus que lumière (cf. d'ailleurs, le texte cité ci-dessus), - les couleurs n'étant en définitive que les avatars (nécessairement) dégradés de celle-ci dans l'opacité plus ou moins grande du monde. "Color est lux incorporate perspicuo", la couleur n'est que de la lumière incarnée. (Robert Grosseteste).

414Ainsi, la disparition de la couleur peut revêtir un double sens : préparation à la lumière spirituelle - insoutenable pour les yeux terrestres, humains : l'absence de couleur(s) dans les scènes de Sarraz sur lesquelles s'achève la Queste, prépareraient la vision éblouissante des secrets du Graal. Préparation à la mort humaine des individus et des empires, c'est ce deuxième sens qu'elle revêtirait dans la Mort Artu, puisque tel est bien le sujet de la fin du cycle : raconter, après la vie, la fin d'un monde.

415Dans ce dernier épisode, on retrouve les passages lacunaires en notations de couleurs, absents de la Queste : quatre en 260 pages.

416Encore faut-il préciser qu'il convient d'en ajouter trois de 13 ou 14 pages et que l'un des quatre premiers s'étend sur plus de 75 pages. En revanche, aucune séquence "colorée", aucune page "riche" en notations de couleurs. De plus, on remarquera la proximité et l'extension grandissantes des passages lacunaires au fur et à mesure qu'on s'approche de la fin du récit, à tel point que ce sont plutôt les séquences de "vide" qui sont interrompues par quelque épi-sodique notation colorée. La quasi totalité d'entre elles sont réunies, en une trame au demeurant très lâche, dans la première partie du récit et sont essentiellement des notations de couleurs héraldiques : celles des armes de Lancelot en ce processus précédemment analysé qui tend à lui faire reproduire, mais en sens inverse et sans aboutir, l'histoire en couleurs de ses premiers exploits (tome 7).

417Toutes les couleurs du monde - celles du dragon, celles de l'épée - aboutissent à la "Noire Chapele" où sera ramené le cadavre d'Artus, confié aux mains de "deus preudomes vestuz de robes blanches" (Mort Artu, p. 258), après le passage du roi agonisant par le lac, la pluie, la mer : ce ne sont plus là "eve(s) noire(s)". Ce n'est pas non plus la lumière de Sarraz. Mais on passerait alors, du feu du Graal à l'eau de Morgue, à une étude des éléments et non plus des couleurs.

418Le Lancelot-Graal ne laisse guère conclure. Dans son étude sur le (seul) Lancelot, F. Lot avait souligné cette construction si étroitement enlacée qu'on ne pouvait tirer un fil sans que, de proche en proche, tout le tissu de l'oeuvre en soit altéré. Il faut étendre cette remarque à la totalité du cycle et l'entendre, non seulement du détail événementiel de la narration, mais de l'ensemble des motifs et de leur(s) sens. On peut aussi dire qu'à saisir un fil de l'oeuvre on s'engage immanquablement profond dans sa structure et ses "senefiance". Forêt "desvoiable", mais au sein de laquelle l'Esprit Saint remet idéalement les égarés dans le droit chemin. Transposition dans l'espace de 1’aventure du spirituel "rege quod est devium" du "Veni, sancte Spiritus". Sans que jamaos s'épuise la richesse du texte.

419On peut cependant retirer quelques enseignements de cette étude des couleurs. Sur le plan de l'histoire littéraire, l'un des plus intéressants me parait être le côté archaïsant du texte, avec la première place qu'il donne au Blanc-Noir-Rouge, trilogie traditionnelle à laquelle, en ce début du xiiie siècle, est en train de succéder une palette de couleurs plus variée, - celle d'une modernité qui est encore la nôtre. Il est donc curieux de noter, dans le Lancelot-Graal, l'alliance entre la nouveauté de la formés (nous avons affaire au premier cycle romanesque en prose de la littérature française) et le traitement tout le contraire de novateur, lui, des couleurs. Le récit ne tire-t-il pas précisément sa force de cet équilibre entre tradition et novation ?

420Un autre est, né d'une lecture de l'ensemble du cycle, à partir d'un thème a priori peu significatif, l'appréhension de la rigueur de la construction et de l'impossibilité d'isoler telle ou telle partie du tout. Dans l'état actuel de l'oeuvre qu'il nous est donné de lire, ce qui frappe, c'est la continuité et la cohérence du Lancelot à la Queste et à la Mort Artu. Le plus important n'est pas tant l'identité du prisme d'un bout à l'autre de l'oeuvre que la façon dont, d'épisode en épisode, se dessine une évolution logique en même temps que s'affirme une polysémie des couleurs qui nourrit la quête du lecteur.

421Comme on le voit, c'est encore le mot de "quête" que l'on retrouve ici. N'est-ce-pas le maître mot du cycle ? Les couleurs n'y sont qu'un chemin. Il en est mille autres d'ouverts, et combien à ouvrir ?

Annexes

APPENDICE. LISTE DES ECUS PORTES PAR LES HEROS DU LANCELOT-GRAAL

I. CHEVALIERS AYANT UN NOM

AGUINIER, écuyer de Galehaut : "escu blanc a le feste de synople" (en fait porté par Hector : L. t. 8, p. 436)

ARGODRAS LE ROUX : "armes vermeilles" (L. t. 2, p. 108). Cf. p. 223, 243. Il porte un glaive... "si i pendoit .1. penoncials vermels et ses escus estoit tos vermels et ses hialmes aussi et les covertures de son cheval. Et parce qu'il avoit tos jors itels armes, l'apeloient cil qui son nom ne savoient le Chevalier vermei1".

ARRAMANT LE GROS : "armes vermeilles" (L. t. 2, pp. 225-26, 228-234, 306).

ARTUS : (L. t. 8, p. 467 : cf. LIONEL).

BELIAN LE NOIR : "armes noires" (L. t. 5, p. 143).

BOHORT : "ses escus estoit tos blans" (ainsi que son cheval) (L. t. 2, p. 87 ; une demoiselle pour qui il combat lui donne une lance : "si i pendoit une molt riche enseigne de samit blanc qui estoit atachie a.V. clox d'or" (L. t. 2, p. 147) désigné comme "un chevalier qui porte un escu blanc et unes armes blanches" (L. t. 2, p. 200) ; "armes noires" (L. t. 6, p. 50).

BRANDEBAN, duc de TANINGUES : "unes armes paintes a eschequiers" (L. t. 2, p. 290).

BRUMANZ L'ORGUEILLEUX : "unes armes blanches" (L. t. 2, pp. 22-42).

CHEVALIER DES SEPT VOIES : "un escu vermeil" (L. t. 8, p. 238).

DRUAS LE FELON : "unes armes mi parties de blanc et de noir... sa lance el poing a.1. penoncel vermeil" (L. t. 4, p. 4).

GALAAD, roi : dans sa tombe, repose tout armé : "li escus d'or a une vermeille croiz". (L. t. 2, p. 33).

GALAAD, héros du Graal : "unes armes vermeilles" (QSG, p. 7) ; "escu blanc a croiz vermeille" (QSG, p. 28) ; son écu, celui de Josephe, fils de Joseph d'Arimathie, qui l'a marqué d'une croix faite de son sang, "vermeille com vos la poez veoir orendroit" (QSG, p. 34) ; "escu a la croiz vermeille" (QSG, p. 196).

GALEHAUT : "escu d'or a coronnes d'aisur" (L. t.8, p. 425) (porté par Lancelot); il porte l'écu du Roi des 100 chevaliers (L. t.8, p. 436).

GALEHODIN, neveu de GALEHAUT : "cote a armes de blanc samit... escus blans comme nois" (L. t.4, pp. 184-85 ; et cf. p. 192) ; combat contre Lancelot, lui aussi en blanc (L. t.4, pp. 193 sq.).

GAUVAIN : échange des armes avec Hélain de Clavinges : "esci blanc" (L. t.8, p. 194) ; "un escu de sinople" (L. t.8, p.346) ; il porte l'écu d'un chevalier de Galehaut : "escu parti de blanc et d'aisur" (L. t.8, p. 436) ; "cil qui a cel escu blanc" (tournoie l'Epervier : L. t.2, pp. 360 sq.) ; "vesti unes couvertures beles et riches mi partie de porpre et de cendal vermeil" (L. t.6, p. 17).

GIRFLET : "un escu blanc a une freste d'or moult lee" (L. t.8, p. 370).

HECTOR, rival de Ségurade : "un escu blanc ... a .l. noir quartier" (L. t.8, p. 150) ; "escu noir gouté d'argent... Li noirs senefie duel et les goutes d'argent senefient larmes"... (L. t.8, pp. 160-61) ; cet écu mentionné comme "escu noir" (L. t.8, p. 162).

HECTOR des MARES : "escu blanc a la feste de synople" (L. t.8, p. 436) (il porte l'écu d'Aguinier) ; "unes armes blanches" (pour le "Chastel as Puceles" (L. t.2, p. 124) ; "li vermals chevaliers" ou "celui qui porte l'escu vermeil al blanc lyon" (au tournoi de l'Epervier) (L. t.2, pp. 361 sq.) ; "il a armes blanches et .l. escu noir" (L. t.5, pp. 41-42).

HELAINS LI BLOIS : "si estoit... li escus tous blans comme nois, si comme achel tans estoit coustumes que chevaliers noviax portoit escu d'un seul teint le premier an que il l'estoit" (L. t.8, p. 194).

HERVIL DE RIVOL : "baniere d'or et de sinople, autant de l'un comme de l'autre" (L. t.8, pp. 45-46).

LANCELOT : apparat blanc, dont les armes (L. t.7, pp. 258-59) ; "uns chevaliers a unes armes blanches" (id. pp. 310-38 (sq.); les écus magiques : "li .lll. escu sont d'argent, si a en l'un une bande vermeille de bellic, et en l'autre .ll., et en l'autre .lll." (id. pp. 320-379) (cf. p. 334) ; "escus de sinople a une bende blance de bellic" (id. pp. 379-383). "escu vermeil" (id. pp. 387-428 : "li chevaliers au vermeil escu") ; "un escu blanc a une bende noire" (id. pp. 419-424) ; "escu vermeil" (L. t.8, pp. 9-12, 32, 42) ;"armes... toutes noires"... "escu tout noir et cheval autretel et cote armoire" : "li noirs chevaliers" ou "li chevaliers al noir escu" (id. pp. 46-65 ; cf. aussi p. 104) ; rapproché de celui qui "portoit unes armes vermeilles" (id. p. 57) ; il rappelle à Guenièvre les exploits accomplis sous ses armes différentes (les écus blancs à bande(s), les armes vermeilles (id. p. 107 sq.) ; et la dame de Malohaut fait le lien entre chevalier blanc, vermeil et noir (id. p. 119) ; rappelé comme "le chevalier as armes vermeilles qui l'assemblée venqui" (id. p. 137) ; Guenièvre demande à Lancelot de venir à Carduel "et si port l'escu que il porta a le darraine assemblée (= noir), mais qu'il ait une bende blanche de bellic" (id. p. 408) ; échange d'écu avec galehaut : Lancelot porte donc "escu d'or a corones d'aisur" (id. p. 425) ; "escu noir a le bende blance de bellic" (id. p. 436), (cf. aussi p. 475) ; il porte la première "connoissance" arborée sur un heaume au royaume d'Artus (id. pp. 436-37) ; écu "blanc a la bende vermeille" (L. t. 1, pp. 245, 360) ; " un escu d'or a une bende d'azur de bellic" (id. p. 375) ; "escu de sinople .lll. bendes d'argent" (L. t. 2, p. 97) ; "cil qui ot les armes blanches (id. p. 217) ; "armes noires et un escu blanc a .l. lion noir" (L. t. 4, p. 165) ; "couvertures blanches... et .l. escu blanc" (id. p. 191) ; armes blanches, - et il combat Galehodin également en blanc (id. pp. 193 sq., 225-241) ; "unes armes vermeilles", "escu vermeil" (id. pp. 325 sq.) ; rappel des "armes vermeilles" au tournoi des 100 chevaliers (L. t. 5, p. 55) ; "unes armes noires et un escu blanc" (id. p. 81) ; "escu vermeil" (id. pp. 224-247) ; "unes armes vermeilles" (L. t.6, p. 16) ; écu allusif : "il est li plus divers que a cel tens eut esté car il estoit plus noirs que meure et en mi leu, la ou la bocle devoit estre, avoit painte une roine d'argent et devant li un chevalier a genolz ausi come s'il criast merci"... (id. p. 233) ; "armes noires" (id. p. 238) ; écu vermeil (Mort Artu, pp. 8, 22, 28, 31-3) ; rappel des "armes noires" (id. p. 63). "je porterai armes blanches sanz autre taint" (id. p. 75) ; en fait : "escu blanc a trois bendes de bellic vermeilles et couvertures toutes blanches" (id. p. 78) ; "unes armes blanches et escu a une bende de bellic de synople" (id. p. 103) ; cf. aussi l'enseigne vermeille à la Joyeuse Garde (id. pp. 139 sq.).

LIONEL : (Guenièvre)... "ot fait en .l. glaive fermer .l. de ses penons, si l'avoit baillié a Lionel et le camp del pignon es-toit d'aisur a.lll. corones d'or et a une seule aigle, et en toz les penons le roi avoit .lll. langues et des corones tant que l'en i pooit metre, et por ce connissoit len li un de l'au-tre" (L. t. 8, p. 467) ; "escus esquartelé de quatre colors, d'or et d'azur, et d'argent et de sinople" (id. p. 245) ; "unes armes blanches" dans le combat pour le "Chastel as puceles" (L. t.2, p. 124) ; "armes noires" (L. t.5, p. 226).

MARIGANT LE ROUX : "unes armes vermeilles et... un escu vermeil" (L. t.2, pp. 393 sq.).

MAUDUIT, le géant : "un escu blanc goté a noir" (L. t. 4, pp. 251 sq.).

MELIADUS LE NOIR : "unes armes noires" (L. t. 2, p. 118).

MORDRET : "escu vermeil" (L. t. 4, p. 192) ; "escu blanc" (L. t. 5, p. 224).

ROI DES 100 CHEVALIERS : "escu d'or a lyonel de synople" (L.t.8, p. 425).

SEGURADE : "une cote armoire... a bendes d'or et d'azur, autant de l'un comme de l'autre" (L. t. 8, p. 177).

SYNADOS DE WINDSOR : "escu d'or al chief vermeil" (L. t. 8, p. 8).

YDER : est le premier à faire "une baniere de ses armes... Et la baniere estoit mult bele, car la campaigne estoit blance a vermeilles, si en fut la campaigne de cordoan et les roies d'escarlate d'un drap vermeil d'Engleterre" (L. t.8, p. 449).

YVAIN : donne à Lionel un écu à ses armes (cf. Lionel : L. t.i, p. 245) ; "des lors en avant porta mesire Yvain l'escu de sinople a la bende blanche por amor de Lancelot qui le portoit blanc a la bende vermeille" (id. p. 425).

II. CHEVALIERS ANONYMES

L. t. 8, p. 264 "chil qui porte escu d'or al chief vermeil"

p. 436 "escu parti de blanc et d'azur" (écu du meilleur chevalier de la maison de Galehaut, porté par Gauvain).

L. t. 2, pp. 225-26 : "chevalier armé d'unes armes noires"

p. 412 "escus tos blans" (celui du "maître du nain".

L. t. 4, p. 29 : "unes vers (armes) et en son escu.1. lion vermeil"

p. 169 : "unes armes noires"

L. t. 5, p. 20 : "armes vermeilles" d'un géant.

pp. 247, 280-81 : "unes armes noires"

p. 286 : "et a chascun des pavillons avoit .l. escu blanc".

QSG, p. 29 : "unes armes blanches" (chevalier qui va punir l'orgueil de Baudemagus).

pp. 140 sq. : Tournoi symbolique des Blancs contre les Noirs : "... estoient li uns covert de blanches armes et li autres de noires ne nule diversité d'armes n'avoit entr'ax". (Cf. aussi pp. 143-44).

p. 146 : (Lancelot) "vit de l'eve issir un chevalier armés d'unes armes plus noires que meures et il estoit sur un grant cheval noir".

p. 252 : "virent issir de la forest un chevalier armé d'unes armes blanches" qui amène un cheval blanc à Galaad.

Mort Artu, p. 8 : écus "vermeil comme feuz sans connoissance nule".

Notes

1 L'édition d'A. Micha (Paris-Genève, 9 vol., 1978-1983) en reproduit certaines - hélas en noir ! - empruntées aux manuscrits du cycle du fonds français de la B.N. Une vieille édition de l'adaptation du cycle due à J. Boulanger (Club des Libraires de France) en reproduit 16 en couleurs.

2 Datant du xive ou du xve siècle, ils reflètent par exemple la mode du bleu qui s'est, entre temps, beaucoup développée, alors que le Lancelot le cantonne, sous la forme de l'azur, dans quelques notations héraldiques. Cf. M. Pastoureau. Et puis vint le bleu, (article repris dans Figures et couleurs, 1986, pp. 15-22).

3 Les citations et références renvoient :
pour le Lancelot, aux 9 volumes de l'édition d'A. Micha, Paris-Genève, 1978-1983.
pour la Queste del Saint Graal, à l'édition d'A. Pauphilet, Paris, 1967 :
pour la Mort le roi Artu, à l'édition de J. Frappier, Paris-Genève, 1964.

4 Il est impossible de ne pas signaler la Forêt Bleue (seule occurrence de cette couleur autrement que sous la forme de l'azur héraldique (t.8, p. 370), "la plus salvage forest del inonde qui avoit a nom Bleue... caitive et deserte". Nous n'en saurons rien de plus. Faut-il voir dans cette évocation négative une marque de l'archaïsme du Lancelot : le bleu avait été jusqu'alors une couleur décriée mais avait, dès lors, commencé de ne plus l'être (cf. M. Pastoureau, art. cit. en note 2). Ou y lire, latente, la coloration d'une ligne d'horizon qui connut, plus récemment, comme on sait, un avatar vosgien ?

5 Son antonyme est "clere" que, non sans hésitation, nous n'avons pas considéré comme une notation de couleur. Sur les questions posées par ce type de définition, cf. note 142.

6 On pense évidemment à la scène des "trois gouttes de sang sur la neige" dans le Perceval de Chrétien de Troyes. Mais il ne faut pas oublier que la scene en question est plus symbolique qu'à proprement parler descriptive.

7 Lancelot, t.7, p. 273 ; t.1, p. 307 ; t.2, p. 397 ; t.4, p. 41 et 227 ; t.b, p. 33 ; Queste et Mort Artu : néant.
On peut y ajouter la liste des occurrences où l'herbe verte sert à faire lits ou litières (pour dormeurs ou blessés) :
Lancelot, t.l, p. 195 ; t.2, p. 276 ; t.5, p. 213 ; Queste : p. 166.

8 Lancelot, t.8, p. 145 ; t.2, p. 354 ; t.4, p. 1 ; Queste, pp. 215 sq. (Arbre de Vie), p. 251 ; Mort Artu : néant.

9 Lancelot, t.7, pp. 244-45 ; t.8, p. 231 ; t.1, pp. 261, 277, 326 et 359 ; t.2, pp. 76 et 259 ; t.4, pp. 92, 215 et 240 ; t.5, p. 233 ; t.6, p. 163 ; Queste, pp. 156, 215, 245 et 251 ; Mort Artu : néant.

10 Matthieu de Vendôme, cité par E. Faral. Les arts poétiques des 12e et 13e siècles, Paris, 1924, p. 149.

11 CF. M.L. Chêneraie. Le chevalier errant dans la littérature arthurienne, Paris, 1986.

12 C'est cette "eau" qui est souvent dite "clere" : le plaisir qu'elle offre de façon immédiate au chevalier assoiffé la fait représenter par un adjectif riche de suggestions positives / en opposition à l'"eve" noire (cf. ci-après), celle de la rivière difficile à franchir, obstacle sur la route du héros.

13 L'expression a servi longtemps dans la tradition chrétienne à désigner le paradis. Cf. Ph. Ariès, L'homme devant la mort, Paris, 1977, pp. 32-34.

14 Cf. l'épisode de la fontaine empoisonnée (Lancelot, t.4, pp. 134 sq.).

15 Cf. ci-dessous : Les couleurs du sang et des armes.

16 Au t.8 du Lancelot, la première rencontre secrète de Lancelot avec la reine a lieu la nuit dans un bosquet : ce n'est pas le jardin/verger du "topos".

17 Autre exemple, après celui du Pont de l'épée, où apparaissent liés la "verdor" de la nature (signifiant la vie), le sang de Lancelot et l'amour pour la reine.

18 Lancelot, t.7, p. 419 ; t.1, p. 83 ; t.2, pp. 123, 201 et 312 ; t.6, p. 194 ; Queste, pp. 146 et 246 ; Mort Artu : néant.

19 Plus de peur que de mal aurions-nous tendance à penser. Ce n'est pas évident pour qui vit, historiquement ou littérairement, dans une civilisation où le regard d'autrui vous reconnaît comme honorable ou vous dénonce comme incapable. Il ne fait pas bon "perdre la face" dans une "shame culture".

20 Lancelot, t.8, p. 188 ; t.4, pp. 278 et 302 ; t.5, p. 240 ; t.6, p. 205 ; Queste, pp. 57, 194 et 278 ; Mort Artu : néant.

21 Cela arrive une fois à un valet, jamais à un chevalier.

22 Lancelot, t.1, p. 205 ; t.4, p. 300 ; Queste et Mort : néant.

23 Lancelot, t.7, p. 416 ; t.2, pp. 34 et 41. Cf. aussi, t.4, p. 315 ; Queste et Mort : néant.

24 Un texte à part est celui du t.4, p. 315 : il s'agit d'un songe, mais la maison noire dont la jeune fille a la vision ne fait que reproduire celle dans laquelle elle vit son aventure.

25 The Anglo-Norman voyage of St Brendan, éd. by I. Short and B. Merriles, Manchester U. P. 1979, vv. 1120-1125 sq.

26 Cf. P. Rousset, Recherches sur l'émotivité à l'époque romane, CCM, 1959, fasc. 1, pp. 53-67.

27 Lancelot, t.7, p. 174 et 246 ; t.8, p. 90 ; t.1, pp. 72 et 307 ; Suite du cycle, Queste et Mort incluses : néant.

28 Cf. aussi, t.1, p. 307.

29 Lancelot, t.7, p. 110 ; t.1, p. 315 ; Cf. aussi t.2, p. 143.

30 Lancelot, t.7, p. 427 ; t.8, pp. 248 et 431 ; t.2, p. 187 ; t.4, p. 23 ; t.5, p. 36 ; néant jusqu'à la fin du cycle.

31 Sur cette notion de mesure dans les couleurs, cf. ci-dessous l'analyse du portrait de Lancelot.

32 On pourrait rapprocher ce passage de celui qui évoque en ces termes le géant Mauduit, nocturne et meurtrier frénétique :
... il estoit granz et noirs et antalantez de mal faire.
Lancelot, t.4, p. 258
Il est exclu que l'adjectif renvoie ici à la couleur des cheveux ou de la peau. Il désigne plutôt une "couleur" de la personnalité, -"atrabilaire", dira-t-on plus tard.

33 Nous employons ce mot en un sens très général. La littérature vernaculaire ne distingue guère entre les origines possibles des symptômes : blessures, maladies somatiques ou psychiques. Par le biais des couleurs, ce sont les symptômes qui sont décrits, même si, par ailleurs le contexte permet d'en préciser la cause.

34 Lancelot, t.8, pp. 90 et 104 ; t.1, pp. 156, 207-208, 265 et 347 ; t.2, pp. 171, 178 et 318 ; t.5, p. 265 ; t.6, pp. 9 et 219 ; Queste, Mort Artu : néant.

35 Ce qui n'exclut pas, ce faisant, des personnages en bonne santé au teint vermeil. Je ne parle évidemment ici que des "altérations" de cette norme. La répartition ne me paraît pas moins frappante cependant.

36 Cité par E. de Bruyne. Etudes d'esthétique médiévale, Genève, (Slatkine Reprints), 1975, t.3, p. 280.

37 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, pp. 45-47.

38 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.2, pp. 133 sq.

39 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, p. 49.

40 Cf. E. de Bruyne, op. cit., t.3, pp. 174-75.

41 Cf. Ε. de Bruyne, op. cit., t.2, pp. 173-185.

42 Volontairement, je ne retiens que les notations de couleurs ; la laideur de Claudas est également traduite par la disproportion des traits, - la notion d'harmonie des formes intervient donc aussi.

43 Cf. ci-dessus, les cheveux noirs de Marie, symbole d'humilité.

44 J'emprunte cette citation à la communication présentée par J. Maisonneuve à ce colloque.

45 On sait la valeur négative de cette notation dans toute la tradition médiévale : le traître par excellence, Judas, est souvent représenté avec des cheveux roux ; la "rousseur" du goupil est un des éléments qui, dans le Roman de Renart, caractérisent négativement son héros. Deux exemples particulièrement notables parmi bien d'autres. Cf. ci-dessous : Les couleurs des noms.

46 .... qui, répétons-le, n'est pas, à soi seul, nécessairement négatif, malgré, dans le domaine qui nous occupe, la force du stéréotype blond comme idéal de beauté.

47 L'élément est intéressant à noter car il est rare, à deux égards, dans le Lancelot. Dans la mesure où il s'agit d'une nuance, alors qu'en régie générale les couleurs de notre roman sont vives et pures. Dans la mesure aussi où on peut l'apprécier comme une marque du temps, observée de façon réaliste : les cheveux ont tendance à foncer de l'enfance à l'âge mûr, et cela se remarque particulièrement chez les blonds.

48 Cf. ci-dessus, p. 469

49 Cf. ci-dessus, p. 468

50 Cf. Lancelot, t.5, p. 219 cité p.

51 On les retrouve en Lancelot, t.4, p. 134.

52 Détail curieux : alors que le portrait de Claudas est fait dans l'ordre traditionnel "descendant" (des cheveux au menton), celui ce Lancelot, après les considérations générales sur la carnation est fait en sens inverse (de la bouche aux cheveux). On serait tenté de voir un rapport entre ce héros "à part" et cette technique à rebours... mais le romancier procédera de même pour le portrait de Ségurade (Lancelot, t.8, p. 177). Nous en profitons pour donner la référence de cet autre texte de portrait, beaucoup plus pauvre au demeurant en notations de couleurs que ceux de Claudas et Lancelot.

53 Nous essaierons d'éviter des redites avec le chapitre consacré à l'héraldique pour ce qui a trait aux vêtements armoriés.

54 De même, l'"ermine" qui sert de doublure aux vêtements pourrait bien être plus "riche" que "blanche".

55 Chevalier de la Charrette v. 509 ; cf. aussi v. 4582.

56 Lancelot, t.7, p. 385 ; t.1, pp. 128-29 ; t.2, pp. 144, 187 ; t.4, pp. 6, 41, 124, 163, 191, 308, 374, 385 ; t.5, pp. 69, 111 ; t.6, p. 17 ; Queste, pp. 166, 180 ; Mort Artu, p. 122.

57 Lancelot, t.l, p. 181 ; t.2, p. 144 ; t.4, pp. 78, 79, 264 ; t.5, p. 49 ; Queste, p. 259. Cf. aussi Lancelot, t.7, p.224.

58 Comme le fait remarquer A. Ott, Etude sur les couleurs en vieux français, Paris, 1899, p. 107, n° 2.

59 Lancelot, t.7, p. 233 ; Queste, p. 119.

60 A l'exception du premier d'entre eux, le moine rencontré par la reine Hélène :
... fu vestus de noirs dras, une cape close afublee toute noire...
Lancelot, t.7, p. 87
Nous sommes tout au début du cycle... et l'histoire (chevaleresque) de Lancelot est encore à venir.

61 Lancelot, t.8, p. 325 ; t.1, p. 156 ; t.5, pp. 41, 219 ; Queste, pp. 7, 118, 182, 272 ; Mort Artu, p. 258.

62 Lancelot, t.4, pp. 6, 52, 56, 65, 242 ; Queste, pp. 26, 51, 182, 261.

63 Ce n'est pas le lieu d'étudier cet aspect du personnage. Rappelons seulement que si prouesse et amour sont bien les valeurs essentielles qu'elle propose à Lancelot - valeurs "terriennes" que la Queste récusera - elle n'en a pas moins une conception de la chevalerie qui fait la part belle à l'institution ecclésiastique (cf. l'historique de la chevalerie qu'elle fait à Lancelot enfant : t.7, pp. 249 sq.).

64 Pour un second motif préparant cette venue, cf. ci-dessous les couleurs de l'Autre Monde.

65 Lancelot, t.7, p. 384 ; t.1, pp. 211, 322 ; t.2, p. 299 ; t.4, pp. 24, 133 ; t.6, p. 205 ; Queste, pp. 12, 82, 99 et 112, 194 ; 180, 143-44.

66 Lancelot, t.2, p. 414 ; T.4, pp. 1, 183, 234 ; t.5, p. 295 ; t.6, p. 17 ; Queste, pp. 150 et 160, 202, 255, 269, 273.

67 Lancelot, t.6, p. 205 ; Queste, pp. 12, 255, 269, 273. On notera que le substantif employe "samit" servait déjà (avec d'autres) à désigner le tissu des robes des chevaliers ou dames.

68 Notons en passant que, sur ce point, la philosophie de la Queste est plus proche de celle de Suger que de celle de saint Bernard. L'or et l'argent interviennent aussi dans les liturgies du Graal.

69 .... que pérennisèrent longtemps les enseignes du "cheval blanc" ou de la "mule noire". Si la littérature eut l'idée du Vair palefroi, aucun hôtelier n'imagina jamais d'attirer les chalands à l'enseigne du "bai brun".

70 On aimerait conclure en disant : l'élément "nain" l'emporte sur l'élément "couleur du cheval" mais le Lancelot connaît des nains-victimes et non agresseurs !

71 Chevaux blancs : Lancelot, t.7, pp. 258-59 et 264-66 (+) ; 310, 335 et 339 (+) ; t.2, pp. 80 (-), 87 (+), 310 (+), 393 (-) ; t.4, pp. 184 (+), 385 (+) ; t.5, p. 42 (+) ; Queste, pp. 12 (+), 129 (+), 252 (+) ; Mort Artu, p. 168 (+).
chevaux noirs : Lancelot, t.8, p. 379 (+) ; t.2, pp. 208 (+), 258 (+), 305 (+) ; t.4, pp. 92 (+), 166 (-), 257 (-), 278 (+) ; t.5, p. 117 (-) ; Queste, pp. 92 (-), 146 (+ ou -).
Les occurrences ont été affectées du signe + ou du signe -, selon qu'on pouvait les considérer comme positives ou négatives.

72 Une exception, celle d'Yseut la blonde (Mort Artu, p. 71), désignée par son nom et surnom. Mais elle ne fait pas partie du personnel littéraire du Lancelot-Graal.

73 Lancelot, t.7 : Adragains li Bruns, p. 99 (+) et Bruns sans pitié, pp. 399-422 (-) ; t.2 : Marados li Bruns, p. 164 (+) ; Sarduc le Blond, p. 190 (-) ; Argodras li Ros, p. 223 (-) ; Maruc li Ros, pp. 303 et 312 (-) ; Tanaguin le Blond, p. 357 (+) ; Marigaut li Ros, pp. 397-98 (-) ; t.5 : Acille le Blond, p. 186 (+) ; Mort Artu : Yseut la Blonde, p. 71.
Les occurrences ont été affectées du signe + ou - selon qu'on pouvait les considérer comme positives ou négatives.
La présence de trois roux en 200 pages ne doit pas surprendre : l'auteur du Lancelot-Graal réitère très souvent ses procédés de composition et d'écriture : les mêmes pages recèlent trois chevaliers "vermeils".

74 Notons l'exception (habituelle) celle de Tanaguin le Blond pour la joliesse de la formule : "blons comme laine" : Lancelot, t.2, p. 357.

75 Blancs : Lancelot, t.2 : Helain le Blanc, p. 197 (+) ; t.5 : Elyan le Blanc, p. 295 (+) ; t.6 : Elyan le Blanc, p. 243 (+) ; Noirs : Lancelot, t.7 : Mador le Noir, p. 99 (+) ; t.2 : Meliadus le Noir, p. 118 (-) ; Mauduit le Noir, p. 292 (-) ; t.5 : Belyan le Noir, pp. 140-169 (-) ; Queste : Priadan le Noir, p. 124 (-) ; Mort Artu : Meliadus le Noir, p. 124 (-).

76 Blancs : Lancelot, t.1 : Blanche Tor, pp. 207-08 et 265 (+) ; t.2 : Blanc Chastel, p. 237 (-) ; t.4 : Blanche Lande, p. 36 (+) ; t.5 : Chastel de la Blanche espine, pp. 9 et 13 (-) ; Blanche Terre et Blanche Garde, pp. 111-125 (+) ; t.6 : Chastel de la Blanche espine, p. 50 (-) ; Blanc Chastel, p. 210 (+).
Noirs : Lancelot, t.7 : Isle Noire, p. 99 (+) ; t.1 : Escalon le Ténébreux, pp. 229-284 (-) ; t.2 : Noir Chastel, p. 115 (-). Pour l'emploi des signes + et -, cf. ci-dessus.

77 L'exception y est la très brève mention de Priadan le Noir (p. 169).

78 Cf. les relevés des notes 75 et 76.

79 Cf. le relevé de la note 62.

80 Cf. le relevé de la note 62.

81 Pour cette partie de l'étude, nous avons beaucoup utilisé les travaux de deux chercheurs que nous préférons mentionner une fois pour toutes afin de ne pas multiplier les notes d'un ensemble déjà long.
G.J. Brault. Early Blazon. Heraldic Terminology in the 12th and 13rd Centuries with special references to Arthurian Literature, Oxford, 1972.
M. Pastoureau, L'hermine et le sinople, Paris, 1982 (en particulier les articles suivants : L'héraldique nouvelle, pp. 9-26 ; Le bestiaire héraldique au Moyen Age, pp. 105-116 ; Vogue et perception des couleurs dans l'occident médiéval : le témoignage des armoiries, pp. 127-148 ; Introduction à l'héraldique imaginaire, pp. 261-266 ; Les éléments héraldiques dans la Mort Artu, pp. 267-276 ; Remarques sur les armoiries de Gauvain, pp. 299-306.
Figures et couleurs, Paris, 1986 (en particulier les articles suivants : Et puis vint le bleu, pp. 15-22 ; Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert, pp. 23-34 ; les couleurs médiévales : systèmes de valeurs et modes de sensibilités, pp. 35-47 ; la diffusion des armoiries et les débuts de l'héraldique, pp. 89-111 ; L'héraldique arthurienne : une héraldique normande ?, pp. 183-191 ; Figures et couleurs péjoratives en héraldique médiévale, pp. 193-207.

82 Par exemple, les 200 premières pages du t.8 ne comportent que quatre occurrences de couleurs qui ne concernent pas le blason.

83 Le "sinople" pose un problème particulier puisqu'il va passer du "rouge" au "vert" au cours du 13e siècle. M. Pastoureau a trouvé dans Durmart le Gallois des exemples où le passage est déjà effectué" ! Bien qu'on ne trouve pas dans le Lancelot-Graal de passage où le même écu soit successivement décrit sous ces deux termes, un texte du t.l apporte un argument assez fort : on y montre Yvain déterminant son écu par amitié pour Lancelot :
... et des lors en avant porta mesire Yvain l'escu de sinople a la bende blanche por amor de Lancelot qui le portoit blanc a la bende vermeille. (p. 245)
Le sinople = rouge fait apparaître l'écu d'Yvain comme inversant les couleurs du champ et de la bande de celui de Lancelot, - ce qui est plus satisfaisant qu'avec le changement de couleurs qu'impliquerait le sinople = vert. Dans son glossaire, A. Micha s'en tient au "rouge".

84 Il est bien représenté dans le Perlesvaus (cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque) mais il faut tenir compte de l'antériorité du Lancelot-Graal.

85 L'"information" sera reprise dans la Mort Artu, p. 8.

86 .... ou de renvoyer énigmatiquement â l'arrivée de Lancelot à la cour, en proposant une explication "décevante" de l'apparât qui l'accompagnait.

87 Cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque.

88 Quelques références cependant : t.8, pp. 82-83 et 425 ; t.4, p. 352 ; t.5, pp. 226, 237, 247.

89 M. Pastoureau explique comment l'écu individuel a précédé l'écu féodal, puis familial.

90 Cf. aussi, t.8, pp. 77, 105, 142, 215, 346 ; t.1, p. 248 ; t.2, pp. 131-33 ; t.4, pp. 48, 145... ; t.5, p. 96.

91 .... mais Guenièvre est au courant.

92 Créditons Lancelot de l'intention qu'il affiche. Mais l'application est surprenante : si l'écu à bande(s) est sa "marque" coutumière - ce dont le Lancelot témoigne en effet -, comment Bohort serait-il le seul à l'identifier ?

93 La limitation du nombre des couleurs utilisées risque parfois d'entraîner une confusion entre les héros les plus importants et les figurants de rencontre. Renvoyons, par exemple, à ce passage où Lancelot, en armes blanches, affronte Galehodin qui porte des armes de même couleur (Lancelot, t.4, pp. 193 sq.).

94 Pour le premier de ces écus, cf. ci-dessus p. ; pour le second, voir Queste, p. 34 ; cf. aussi Lancelot, t.6, p. 233.

95 Cf. par exemple, Lancelot, t.4, p. 165.

96 Lancelot, t.8, p. 348 ; t.2, p. 108 (cf. 223, 243) ; pp. 225-26, 228-234, 306 ; pp. 393 sq. ; t.5, p. 20.

97 Lancelot, t.2, pp. 1 18, 225-26 ; t.4, p. 169 ; t.5, pp. 143 sq. pp. 247 et 280-81.

98 Cf. Queste, p. 217 : "Et la mort que Abel reçut par traïson... senefia la mort au verai Crucefié"...

99 Cf. la communication d'A. Dubost à ce colloque.

100 Blancs : Lancelot, t.2, p. 412 (+) ; t.5, p. 286 (-) ; t.6, pp. 22 et 42 (-) ; Queste, p. 29 (+), pp. 140 sq. (+) et pp. 143-46, p. 252 (+). Cf. aussi n. 75.
Noirs : Cf. n. 97 et n. 75.

101 Ils sont, plus rarement, désignés par le nom suivi d'une indication de couleur renvoyant à la couleur des cheveux ("le blond", "le brun", "le roux"). Cf. Les couleurs des noms.

102 Cf. ce que Niniène dit à Lancelot (... et ce qu'il lui répond (t.7, pp. 253-57).

103 Cf. aussi pp. 74 et 78.

104 Cf. Queste, p. 166.

105 Sur l'exception de Bohort, cf. ci-dessous.

106 Lancelot, t.7, PP. 24, 26, 72, 142, 171 ; t.8, pp. 450, 473 ; t.1, pp. 70, 141, 203, 217, 238, 298, 337 ; t.2, pp. 33, 76-77, 148-49, 340 ; t.4, pp. 71, 239 ; t.5, pp. 119-120 ; t.6, p. 215 ; Queste, pp. 202-03, 206, 210, 219 ; Mort Artu : néant.

107 Habituelles exceptions : 1a Croix Noire (t.2, p. 324) et les épées souillées du sang des "enferrés" (par exemple, t.7, p. 261).

108 Ces expressions tendraient à faire croire que la simple mention du sang signifie la couleur rouge.

109 Lancelot, t.7, pp. 138, 168 ; t.1, pp. 226, 250, 337 ; t.2, pp. 16, 33, 157, 338.

110 Cf. n. 142.

111 Et je pense que cet aspect ne doit pas être sous-estimé, non plus que son correspondant littéraire, l'aspect épique du Lancelot-Graal.

112 Le texte parle aussi de la puanteur dégagée par les plaies infectées... mais cela ne touche pas aux couleurs.

113 .... mais seulement une préfiguration (heureuse) de la (tragique) demoiselle d'Escalot, la morte par amour de la Mort Artu.

114 Et aussi par des paroles qui ne laissent déjà aucun doute sur son indignité face à tout ce qui a trait au Graal (p. 382).

115 La suite du cycle ne mentionne pas l'achèvement de l'aventure.

116 Elle meurt dès qu'elle apprend la mort du roi.

117 Si l'on se rappelle que le roi Ban, après avoir fait baptiser son fils Galaad, lui avait donné le nom de Lancelot en souvenir de son aïeul, on peut se demander si l'épisode n'a pas aussi pour fonction d'opposer la relation coupable Lancelot-Guenièvre à la relation exemplaire Lancelot-Dame de la Blanche Garde : le roi Lancelot étant le modèle proposé à son descendant et par rapport à qui celui-ci démérite.

118 Il n'a donc pas tort de dire :
"Dolor al cors ai je, kar je ne cuit pas que je me dousisse onques mais autant com je fus orendroit, et duel al cuer ai je, kar je sui li plus meschaans chevaliers de tot le monde, qui soioie estre li milels chaans de tos".
Et ce sont les paroles lénifiantes d'Hector qui sont déplacées : "Sire, encore n'est mie nes li chevaliers a cui il ne soit mescheu alcune fois en alcune chose, et por ce n'en devés vos pas estre si corociés".
Lancelot, t.2, p. 369
... mais il est vrai que ces paroles recèlent aussi un sens prophétique (à l'insu de Gauvain), dans la mesure où elles annoncent la venue de Galaad.

119 Le lieu, habité par un ermite, est même religieusement plus "vivant" que la chapelle abandonnée de la Tombe ardente.

120 Dans le cas de Lancelot, l'oubli de la dame s'exprime paradoxalement dans cette chanson qui parle de Guenièvre sans éveiller aucun écho en lui.

121 Cf. la dernière partie de cette étude : Structure et couleurs.

122 Cf. le début de cette étude aux chapitres correspondants.

123 Sans aucun doute, l'oniromancie de maître Hélie, pour ne rien dire des autres pratiques magiques dont il se déclare capable (p. 67), aurait été rien moins qu'approuvée par l'Eglise. Mais, ce qui est important, c'est au contraire de souligner le souci constant de l'auteur d'inscrire la démarche de son personnage sous un patronage chrétien. Cf. aussi (p. 70) la croix avec laquelle Hélie se protège de l'épée apparue qui va pour le frapper.

124 Cf. les exemples déjà rencontrés dans cette étude.

125 Cf. Queste, pp. 150-151 (vision de Bohort : texte cité ci-dessous ; Mort Artu : main jaillie du lac pour se saisir de l'épée d'Arthur mourant (p. 249).

126 Ce détail fait penser aux apparitions du Graal, voilé à cette couleur.

127 Cf. la lance merveilleuse qui frappe Gauvain sur le lit Aventureux au château de Corbenyc (Lancelot, t.2, p. 379).

128 Le Lancelot-Graal ignore la Lance-qui-saigne telle que la décrit Chrétien de Troyes dans son Perceval, mais on peut penser à la Tombe-qui-saigne du vieux Lancelot (cf. ci-dessus).

129 Cf. Queste, p. 78 (â propos de Galaad) et p. 269 (Transsubstantiation).

130 Cf. Lancelot, t.7, pp. 236-237. Le passage explique pourquoi le roi Artus tenait ses deux principales "cours" de l'année à Pâques et à la Pentecôte. L'importance de Pâques va de soi dans le cycle liturgique. La place faite à la Pentecôte ("la feste la plus envoisie por che que l'afermemens i fu donnés de nostre joie") me parait être plus propre à l'auteur, - et toujours en relation avec, dès le tout début du cycle, l'importance dévolue au Saint Esprit. Rappelons que la quête du Graal commence à la Pentecôte.

131 p. m., cf. la chasse au blanc Cerf au début d'Erec et Enide.

132 J. Grisward. l'arbre blanc, vert, rouge de la Quête du Graal et le symbolique coloré des Indo-Européens. Actes du 14e congrès International Arthurien, Rennes, 1985, pp. 273-287.

133 C'est par exemple le sens de la condamnation de Lionel s'en prenant à Bohort et de l'exaltation de Bohort refusant ce combat, dût-il se faire blesser, (ou tuer ?) par son frère.

134 S'il a fallu un philtre pour que Tristan devienne l'amant d'Yseut, il en faudra un ("color a vin", précise même le texte !) pour que Lancelot prenne Brisane pour Guenièvre.

135 Il y manque le "pers" et le "bis" ; et je ne tiens pas compte des variantes et variables comme "sinople" et "or" par exemple.

136 Il y en a moins dans la scène de la conjuration de maître Hélie (Lancelot, t.1, pp. 69-70) et dans le portrait de Lancelot (Lancelot, t.7, pp. 71-73).

137 Pour la liste de ces transformations, cf. Appendice.

138 Cf. Appendice.

139 Cf. Les couleurs de l'héraldique.

140 Ce serait un autre sujet que de s'interroger sur les raisons profondes qui justifient le changement de nom de Lancelot, d'abord baptisé Galaad. Nous avons rencontré la question plusieurs fois au cours de cette étude.

141 L'épisode de l'adoubement de Galaad peut, lui aussi, être comparé à celui de Lancelot... mais les couleurs n'y jouent aucun rôle.

142 Le relevé de certaines d'entre elles fait problème, - nous l'avons signalé à plusieurs reprises au cours de cette étude.
Or : en héraldique, ne signifie rien d'autre que jaune. Pour les autres emplois, nous avons tenu compte de ceux où le mot est employé en relation avec le vocabulaire de la vision.
Sang : nous n'avons tenu compte que de l'expression "sans vermaus" ; Sanglant et Ensanglanté ont été répertoriés dans le cas où ils semblaient renvoyer à l'expression de la couleur plus qu'à celle de l'imprégnation.
Pourpre, écarlate, sanguin : employés comme substantifs, ont cependant été relevés dans la mesure où ils s'appliquent à des objets (vêtements) qui ne sont jamais autres que rouges lorsque la couleur est explicitée.
Pierres précieuses : non relevées lorsque le nom n'est pas précisé. Mais le plus difficile problème est celui posé par le rapport Blanc-Noir et Clarté-Ténèbres. Notre sujet était "les couleurs", non "le jour et la nuit". Mais une distinction rigoureuse est parfois impossible à établir. Exemple limité quant à sa portée : les armes "blanches" ou "cleres" sont certainement perçues de façon identique. Comment, à propos des lieux "infernaux", faire la distinction entre le "noir", et l'"obscuritë", les "ténèbres" ? Comment, à propos du Graal, la faire entre le "blanc" et la lumière qui l'accompagne. Je m'y suis essayée. J'en garde un sentiment d'insatisfaction. Et il ne pouvait guère en être autrement : la sensibilité médiévale est plus fondée sur une perception de la plus ou moins grande intensité, imprégnation, luminosité des couleurs que sur la variété des coloris.

143 Pour la variété, cf. n.55. Pour le nombre, la différence de mode d'écriture (vers/prose) rend difficilement chiffrable une comparaison. Mais disons que le Chevalier de la Charrette offre une trame d'occurrences de couleurs plus serrée que le Lancelot (et surtout dans la partie qui est de la main du maître champenois) sans présenter d'aussi longs et nombreux passages lacunaires.

144 Ecu à une bande : pp. 326 et 352 ; écu à deux bandes : pp. 327 (2), 365 (2°, 367. écu à trois bandes : pp. 329, 350, 367, 371, 379.

145 Pour l'analyse de ces séquences, j'ai tenu compte de la couleur dominante. Cela n'empêche pas Lancelot d'utiliser, entre temps, de façon ponctuelle, des armes différentes (t.7, p. 379 : "de sinople a une bende blanche" ; p. 419 ; "un escu blanc a une bende noire").

146 Il se poursuit dans l'ensemble du t.1 (épisode de la fausse Guenièvre, Lancelot empoisonné par Morgue, lutte de Lancelot contre Caradoc). Il me faudrait disposer de plus d'espace pour le montrer dans le détail : cela supposerait pouvoir intégrer le relevé que j'ai effectué de toutes les notations de couleur du cycle !

147 Ou ll selon la façon de compter (cf. Tableau).

148 Il est cependant surprenant que cette séquence concerne le Bon Chevalier.

149 Cf. ci-dessus.

150 Une exception : p. 166.

Table des illustrations

Titre LES COULEURS ET LA CONSTRUCTION DU LANCELOT-GRAAL
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Universite de Provence (Aix - Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540