Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les couleurs au Moyen Âge

Un monde en noir et blanc ? Les couleurs dans les récits de voyage et de pèlerinage

Christiane Deluz

Texte intégral

1Roland mourant couché "desuz un pin... sur l'erbe verte", cette image, dessinée dès l'aube de la littérature en roman, repose dans toutes nos mémoires. Peut-être avons-nous aussi gardé souvenir de "l'erbe et des flores blanches et perses" que, deux siècles et demi plus tard, Guillaume de Lorris plante comme décor de son Roman de la Rose. Pourrions-nous conserver les mêmes impressions colorées d'un livre aussi connu que celui de Marco Polo ? Il est permis d'en douter, car il y est plus question "de beaux Jardins et délittables", tels ceux qui environnent la cité de Tabriz, que de la verdeur de l'herbe et de la blancheur des fleurs.

2Le monde qu'ont vu ceux qui le parcouraient, pèlerins ou autres voyageurs, apparaît, on va le voir en feuilletant leurs oeuvres, plus dessiné que peint et ce sur la langue durée puisque l'enquête que Je voudrais vous présenter, même si elle n'est pas exhaustive, porte sur des textes échelonnés du xiie au xve siècle.

3On peut s'étonner d'une telle absence si l'on pense aux couleurs rehaussant chapiteaux et tympans des édifices religieux, dont la vigueur nous choquerait sans doute aujourd'hui, ou encore au chatoiement des vêtements des décors de fête, présentés par Huizinga comme élément essentiel de "l'âpre saveur de la vie"du Moyen Age déclinant.

  • 1 GUILLAUME de BOLDENSELE, Liber de quibusdam ultramarinis partibus, 1336, éd. critique C. DELUZ, ex (...)
  • 2 Le Livre de MARC POL, citoyen de Venise, conseiller et commissaire impérial de Khoubilai Kaan, réd (...)

4Dans les 90 folios du Liber de quibusdam ultramarinis partibus du dominicain allemand Guillaume de Boldensele (1336), il ne se trouve que trois mentions colorées, le fond de la Mer Rouge, le corail blanc que l'on trouve sur ses rives et la pierre rouge et blanche de la roche du Calvaire1. Le chiffre, à lui seul, est éloquent, il n'est pas isolé. Ouvrons le Livre de Marco Polo évoqué plus haut, il comporte quelque 150 notations de couleur ; une vingtaine seulement d'entre elles s'appliquent à la nature, l'eau verte et malsaine des plateaux persans, les arbres verts qui donnent son nom au Mont Vert à Cambaluc et surtout les animaux, tels les grues noires et blanches aux ailes ocellées d'or du lac de Cyaganor. On peut y ajouter une dizaine de notations concernant les paysages urbains, tel le pont peint en rouge sur le Quiansui. Toutes les autres sont utilisées à propos des étoffes, des décors intérieurs, des pierres précieuses.2

  • 3 Magistri THIETMARI Iter ad Terram Sanctam, éd. J. C. M. LAURENT, Hambourg, 1857, cité dorénavant T (...)
  • 4 Thietmar, p. 38-39
  • 5 Thietmar, p. 10.

5Sans multiplier comptages et statistiques, on s'aperçoit vite, à la lecture des textes, de la même rareté d'apparition des couleurs. Quand, en 1217, Thietmar rédige son Liber Peregrinationis, il nous emmène à sa suite sur le chemin, des monts de Gelboé au lac de Tibériade et même Jusqu'à Damas. Il parle longuement, par exemple, du mont Carmel, le montre dominant la mer, donne sa longueur, sa largeur, le déclare "pascuus et herbosus, perutilis pecori et visu delectabilis" ; il énumère les animaux qui le peuplent, lions, léopards, loups et chèvres, mais de couleur, point.3 Il s'attarde à décrire le désert de Pharan : "Processi igitur per desertum Pharan et ad vallem quemdam inter montes sitam harenosam, cujus natura talis est, quod ventus spargit harenam de montibus hinc inde positis, quia montes illi toti harenosi sunt. Spargit enim adeo dense, ut eciam iter agentibus illic sit periculosum, quia harena ad modum nivis vel grandinis spargitur a vento, replet fossas, obducit vias, involvit transeuntes. Nullus enim invenire posset viam preter Boidewinos."4 Pour trouver enfin une tache colorée, il faut arriver aux jardins de la Ghouta de Damas : "In circuitu autem civitatis orti amenissimi, irriguis et aqueductibus artificiosis vel naturalibus irrigati, omni genere vel specie tam lignorum quam fructuum uberrimi, temporis temperie, avium lascivia, omnium colorum florum purpura venustati." Encore ces couleurs ne sont-elles pas précisées et on sent bien, à lire la suite, que ce qu'il a surtout retenu c'est d'avoir entendu chanter le rossignol, l'alouette et la corneille le jour de la saint Martin5

6Rareté de la couleur donc, mais toutefois pas absence complète. Où se cache-t-elle donc dans les descriptions que pèlerins et voyageurs nous ont laissées des régions par eux découvertes ?

  • 6 LUDOLPH de SUDHEIM, De itinere Terrae Sanctae Liber, éd. F. Deycks, Bibl. des litt. Vereins, N° XX (...)
  • 7 LUDOLPH de SUDHEIM (compilation de Nicolas de Hude) éd. G. A. NEUMANN, Archives de l'Orient latin, (...)

7Une des mentions les plus constantes concerne la Mer Rouge. Alors que, pendant toute la traversée de la Méditerranée, les pèlerins ne songent pas une seule fois à la dire bleue, voire violette, comme les Anciens, ils s'interrogent en abordant les rivages de la presqu'île du Sinaï, sur l'exactitude de la dénomination de la mer qui la borde. Le nom leur a-t-il paru insolite, ou l'ont-ils regardée, rutilante, sur telle ou telle mappemonde ? Ludolph de Sudheim, en 1338, tout en précisant que ce sont les fonds qui la colorent, la voit comme du vin clairet : "Et aqua ejus non est rubea sed terra ejus et fundus est rubeus ; desuper existenti aqua propter fundum apparet rubea ;.... et est aqua limpidissima et clarissima ita ut denarius in fundo ultra viginti stadia aperte videri potest, et tunc propter fundum rubeum et claritatem aquae apparet ut vinum rubeum clarissimum."6 Dans la compilation du même récit, faite quelques années plus tard par Nicolas de Hude, la mer est colorée par le fonds,"qui rubet ut minium"7

  • 8 Boldensele, p. 232.

8Plus lucide, ou meilleur observateur, Guillaume de Boldensele constate : "Non est autem hoc mare rubeum in hac parte, nec fundus rubeus, sed in omnibus assimilatur ceteris maribus ; potest tamen esse quod ibi aliqua ejus parte, alibi gleba sit rubea, et ob hoc totum illud brachium mare rubrum seu rubeum appellatur." Ce qui a attiré son attention, c'est le corail blanc que l'on trouve là : "corallus albus.... in ramis multum pulcher, sed parum valet quia nimis est fragilis."8

  • 9 T. TOBLER, Descriptiones Terrae Sanctae ex seac. viii, ix, xii et xv, Leipzig, 1874, repr. Hildesh (...)
  • 10 Liber Peregrinationis fratris JACOBI da VERONA, éd. R. RÖHRICHT, Revue de l'Orient latin, t. III, (...)

9Corail blanc sur la Mer Rouge, mais aussi désert blanc à traverser pour aborder cette mer. On a vu que, sans en dire la couleur, Thietmar comparait le sable à la neige. Dès le milieu du ixe siècle, le moine Bernard, traversant la bande de Gaza, voit le paysage "blanc comme la campagne à la saison des neiges"9 En 1335, le frère augustin Jacques de Vérone, en route vers Sainte Catherine du Sinaï, ne trouve pas d'autre image à proposer : "Deinde transeuntes aliis duobus diebus per vallem arenosam descendimus de quodam monte in quadam valle cujus terra est alba sicut nix."10

  • 11 Sudheim, p. 63.

10Quand, de l'étendue sablonneuse, surgit l'oasis, on note aussitôt sa verdeur rassurante. Ludolph de Sudheim, après avoir fait remarquer que le désert n'est que sel et sable brûlés de soleil, ajoute : "Tamen desertum in omnibus suis locis non est aeque aridum, sed valde mirandum est quod licet rupes ejus sint salsissimi, tamen fonticuli effluentes sunt dulcissimi et ad bibendum optimi et juxta hi fonticuli sunt gramina et herbae et hujusmodi viridaria."11

  • 12 Le saint voyage à Jérusalem du seigneur d'ANGLURE, 1395, éd. F. BONNARDOT et A. LONGNON, Paris, 18 (...)

11Parvenant, après une longue route, au monastère de Saint Antoine d'Egypte en 1396, Ogier seigneur d'Anglure se sent tout aise : "C'est grant noblesse de veoir le beau lieu et noble qui y peult estre, et le beau jardin et la belle et bone fonteine qui est dedans.... quant au Jardin, c'est belle chose à veoir icelui ; et avec tout ce, tout y est tresbien ordoné et labouré et verdoiant d'arbres et d'erbes qui moult réjouissent quant on les veoit en si désert lieu, car le lieu est aussi désert ou plus come à Saincte Katherine."12

  • 13 JEAN de MARIGNOLLI, Itinerariumn, extraits traduits en anglais in : H. YULE, Cathay and the way th (...)
  • 14 ibid., p. 361-363

12Verts aussi sont les arbres des îles quand, à partir du xive siècle, les voyageurs découvrent la luxuriance de la végétation de l'Asie du sud-est. Parlant des bananiers des jardins de Ceylan, Jean de Marignolli, en 1367, les déclare "très beaux, immensément longs et larges et d'un vert émeraude éclatant."13 Mais ces notations sont plus rares que l'on pourrait le penser ; des autres arbres du jardin, cocotiers, manguiers, Marignolli ne donne pas la couleur, s'attardant plutôt sur la saveur de leurs fruits.14

  • 15 MANDEVILLE'S Travels, éd. M. LETTS, Londres, Hakluyt Society, 1953, 2 vol., cité dorénavant Mandev (...)
  • 16 Les voyages en Asie du bienheureux frère ODERIC de PORDEDONE, religieux de saint François, éd. H. (...)

13Certes, tous les auteurs notent scrupuleusement les couleurs des diverses sortes de poivre, le blanc, le vert qui devient "noir et crespis"15 en séchant au soleil, mais quand Oderic de Pordenone parcourt les îles de l'Océan Indien, il explique longuement comment on extrait la farine de l'arbre à pain ou les pierres précieuses des roseaux, sans dire mot de la couleur de ces plantes.16 Et rappelons que, dans tout le Livre de Marco Polo, seul le Jaune de l'Arbre sec ou le vert des arbres du Mont Vert ont retenu son attention.

  • 17 Anglure, p. 33
  • 18 BURCHARD de MONT SION, Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. J. C. M. LAURENT, Leipzig, 1864, p.  (...)
  • 19 Ibid., p. 71.

14On regarde plus volontiers semble-t-il la couleur des roches que celles de la végétation, mais en ce cas la raison est sauvent d'ordre religieux. La terre est "condée et blanche come lait prins" devant l'église Saint Nicolas de Bethléem, car c'est là que la Vierge "trayhoit son digne lait" explique le seigneur d'Anglure17. Burchard de Mont Sion, pèlerin en 1283, raille doucement l'erreur du vulgaire à propos de la colonne de la Flagellation dans l'église du Saint Sépulcre : "Est autem de lapide porfiritico subnigro, habens maculas rubeas naturaliter, quas credit vulgus tincturas esse sanguinis Christi"18 Mais, quelques lignes plus haut, il affirmait que dans la fente de la pierre du Calvaire apparaissait encore aujourd'hui la couleur du sang de Notre Seigneur Jésus -Christ.19

  • 20 Polo, ch. XLV, p. 113 (le blanc n'est pas indiqué dans toutes les versions) et ch. CI, p. 344.

15Toutefois, aucune préoccupation pieuse ne conduit Marco Polo à noter la couleur des pierres de sel blanches de Taïcan ou celle des pierres noires dont on peut tirer du feu, près de Cambaluc.20

  • 21 Anglure, p. 64
  • 22 The pilgrimage of ARNOLD von HARFF, éd. M. LETTS, Londres, Hakluyt Society, 2nd. series, 1946, p.  (...)

16Enfin, dernière notation de couleur, celle des eaux courantes. Ogier d'Anglure dit que le Nil est "trouble et blanc, plus que n'est le flun Jourdain."21 Quant à Arnold von Harff, pèlerin en 1496, il s'étonne à Rosette de pouvoir suivre la trace du fleuve en mer sur 50 milles, grâce à sa couleur terne contrastant avec le vert de la mer. Et, pour s'assurer qu'il s'agit bien de l'eau du fleuve, il en puise, la goûte et constate qu'elle est douce.22

  • 23 Boldensele, p. 275.
  • 24 Polo, ch. CIV, p. 351.

17Mais, là encore, tous les fleuves ne sont pas ainsi observés. Du Jourdain, Boldensele remarque tout, sauf la couleur : "Hic fluvius non est magnus, nec multum profundus, limosum fundum habens, bonos pisces et dulcis saporis aquam continens."23 Marco Polo a remarqué le gris du marbre du pont sur le Pulisanghin, mais nous laisse ignorer la teinte des eaux.24 De même, c'est à la densité anormale des eaux de la Mer Morte, à leur forte odeur sulfureuse, que les pèlerins accordent leur attention, sans Jamais nous dire de quelle couleur elles sont.

  • 25 Polo, ch. XX, p. 37, th. LXIII, p. 213.
  • 26 Polo, ch. LXXIV, p. 234.
  • 27 Polo, ch. CX, p. 362, ch.CLI, p.507.
  • 28 Polo, ch. CLVIII, p. 539.
  • 29 Polo, ch. XXXVIII, p. 88, ch. XLVIII, p. 127, ch. CLVIII, p. 538, ch. LXXXI, p. 258.

18Si les paysages sont aussi peu colorés, toute couleur n'est cependant pas absente de ces textes. Si l'on reprend le comptage fait dans le Livre de Marco Polo, on a vu que, sur 150 notations colorées,une trentaine s'appliquent aux paysages. Les quelque 120 autres concernent les tissus, par exemple les draps de soie cramoisie et d'autres couleurs et les tapis de magnifiques couleurs faits en Turcomanie, les camelots de couleur variée produits au Tenduc25, les vêtements bleus et noirs des moines taoïstes26 ; concernent encore les intérieurs, les peintures d'or et d'azur du palais du roi de Mangalai, les peintures or et blanc du palais du Khan à Quinsay27 ; concernent enfin les bijoux, l'énorme rubis vermeil porté par le roi de Ceylan, les perles rouges et blanches provenant de Cipingu.28 Sont indiquées aussi les couleurs des peaux, gens noirs d'Ormuz, gens bruns du Pasciai, gens blancs de Cipingu, visage blanc et vermeil du Khan Khoubilai.29

  • 30 Oderic, ch. XXVI, p. 367, ch. X, p. 99-100, ch. XX, p. 246, ch. XXI, p. 265, ch. XXVI, p. 379, ch. (...)

19Ouvrons le livre d'Oderic de Pordenone dans la traduction qu'en a donnée Jean le Long en 1350, on peut faire des constatations analogues : 12 notations colorées pour 32 chapitres, une pour le Mont Vert, 2 pour le poivre et les raisins, 4 pour les animaux, oies rouges et blanches du Manzi, chevaux blancs montés par la famille du Khan, 1 pour les pierres blanches de la capitale du Tibet, 1 pour les tentes de feutre noir des nomades de ces régions, 2 pour l'intérieur du palais du Khan et les robes de ses barons, 1 enfin pour décrire les nefs blanches sur le fleuve Talay, fleuve dont le voyageur a Jugé superflu de préciser la couleur.30

  • 31 A. J. GOUREVITCH, Les catégories de la culture médiévale, trad. H. Courtin et N. Godneff, Paris, 1 (...)
  • 32 ibid., p. 69.

20On ne saurait se contenter pour expliquer ces choix d'invoquer, comme on le fait si souvent, l'indifférence du Moyen Age à l'égard du paysage. "Lorsqu'il est question de la nature dans la littérature médiévale, les descriptions données sont dépourvues de caractéristique locale, elles sont stéréotypées et conventionnel les" constate par exemple A. J. Gourévitch dans son ouvrage sur les catégories de la culture médiévale.31 Il invoque, pour appuyer ses dires, les affirmations des médiévistes allemands, pour lesquels les héros de l'épopée sont "des personnages dans un espace vide". A les croire, les hommes de l'époque carolingienne n'étaient pas réceptifs au paysage et n'avalent pas un sentiment vivant de la nature. Le sentiment de la nature était moins intense que dans l'Antiquité ou dans les Temps Modernes, les hommes étant plus portés à donner libre cours à leur imagination qu'à observer le monde extérieur. Pour sa part, il ne voit dans les passages décrivant la nature qu'"arabesques stéréotypées tissées sur la trame des émotions éprouvées par l'auteur."32 Vraies peut-être pour la littérature épique ou courtoise, la poésie, ces remarques ne sauraient s'appliquer à la littérature des voyages. Du xiie au xve siècle, force est de constater le souci de précision, l'acuité d'observation des auteurs.

  • 33 Thietmar, p. 6.
  • 34 GUILLAUME de RUBROUCK, Itinerarium, éd. C.R. BEAZLEY, Londres, Hakluyt Society, 1903, p. 170
  • 35 Vérone, p. 295.
  • 36 Voyage à la saincte cité de Hiérusalem, éd. Ch. SCHEFER, Recueil de voyages et documents pour serv (...)

21Voici Thietmar escaladant les monts d'Idumée : "Deinde transiens Jordanem veni in Ydumeam. Ubi ascendens eminentem montem et pulcherrimum, vidi a dextris et a sinistris multa loca et oppida in quibus Dominus Jhesus frequens esse solebat."33 Voici Rubrouck arrivant sur les bords de la Volga : "Venimus tandem ad Etiliam maximum flumen. Est enim in quadruplo majus quam Sequana et profundissimum. Veniens de maiori Bulgaria, quae est ad Aquilonem, tendens ad quemdam lacum, sive quoddam mare quod modo vocant mare Sircan, a quadam civitate quae est juxta ripam ejus in Perside."34 Voici Jacques de Vérone découvrant la Beqaa : "Et ulterius procedens, perveni ad unam pulcherrimam planiciem sub monte Libani, quae planicies clarissimis irrigatur fluminibus, et est lata per duodecim milliaria, longa autem plus quam tres dietas.... et in bac planicie est infinita multitudo camelorum, ovium, boum, bubalorum et equorum et aliorum animalium, cum sint ibi pascua uberrima ; non enim vidi talia pascua in omnibus ultramarinis partibus sicut in illa planicie, et multi Turchomanni habitant in illa planicie qui habent domos de pannis et, de die in diem. cum suis animalibus et familia mutant sua habitacula."35 Voici enfin le pèlerin anonyme de 1480 abordant au port de Rhodes :"Du costé de Levant, il est fermé d'un fort et d'une chaussée fort large sur laquelle y a XIII moulins à vent qui sont fort plaisans à voir mouldre ; et au bout de la chaussée y a ung petit chasteau fort qu'on appelle la Tour de France ; et du costé de septentrion est fermé d'une entrée forte de grosses roches et au bout d'ycelle y a une aultre forte tour nommée Sainct Nicolas.... et devers la ville est fermée de beaulx fors murs."36

22Qu'il s'agisse des montagnes, des fleuves, des plaines, des villes, on voit, par ces quelques exemples que l'on pourrait multiplier, que, si elles sont en noir et blanc, les descriptions n'ont pas été négligées des voyageurs.

  • 37 Anglure, p. 65-66.
  • 38 Saincte cité, p. 62.
  • 39 Le voyage d'Outremer de BERTRANDON de la BROQUIERE, éd. Ch. SCHEFER, Recueil de voyages et documen (...)

23Plus qu'aux couleurs, ils semblent attentifs aux formes. Formes des monuments, comme les Pyramides, les fameux greniers de Joseph qu'a vus Ogier d'Anglure :"Vérité est que quant nous feusmes venus jusques à iceulx greniers, il nous sembla estre la plus merveilleuse chose que nous eussions encore veue en tout le voiage, pour trois choses seullement. La première fut pour la grant largesse qu'ilz ont par le pié de dessoubz, car ilz sont quarrez de quatre quarres…… La seconde, pour la grant haulteur dont ilz sont, et sont ainsi comme à la façon d'un fin diament, c'est assavoir trèslarges dessoubz et trèsagus par dessus.....La tierce chose fut pour les trèsnobles et gros ouvrages dont ilz sont fais de grosses et grandes pierres taillées bien."37 Autre exemple, les humbles constructions des villages de Palestine observées par le pèlerin de 1480 : "Et passasmes par deux villaiges où il y avoit un petit temple de Sarrasins faict à tournelles rondes, comme les moustiers de Venise....et autour avoit deux cimetières qui estoient plains de pierres agües environ d'un pied et demy de haut hors de terre."38 On peut citer aussi le système d'aqueducs conduisant à travers Hama l'eau des grandes norias, qu'en 1432 Bertrandon de la Broquière voit tourner sur l'Oronte : "Et en ceste rivyère a une roe que ladite rivyère fait tourner, la plus haulte et la plus grande que je veisse oncques, qui puise eaue de la rivyère assès pour toute la ville, qui est bien grande, et la Jette dedans ung auge qui passe parmi la roche dudit chasteau et là entre dedans grans pilliers quarrez qui sont au long des rues. Et peult avoir chascun pillier deux piés en quarrure et XII piés de hault."39

  • 40 Boldensele, p. 203, 210, 212.

24Mais ce souci de la forme ne concerne pas seulement tel ou tel monument. C'est souvent à donner un dessin d'ensemble que s'appliquent les auteurs. Boldensele esquisse ainsi à grands traits le plan de Constantinople : "Figuram habet trianguli, cujus duo latera versus mare sunt tertium versus terram", celui d'Acre : "In corde maris sita est ex omni fere parte mari circumdata", ou encore la silhouette du mont Carmel : "non multum altus, oblongus, desuper planus."40

  • 41 Bertrandon, p. 104.
  • 42 Bertrandon, p. 206.
  • 43 Thietmar, p. 7-8.
  • 44 Rubrouck, p. 147.

25Bertrandon de la Broquière peint le vaste plateau d'Anatolie d'où surgissent les pitons des anciens volcans : "Et au partir de ces montaignes on entre dans un pays qui semble estre la mer, tant est plain. Et en aulcuns lieux parmy, a des montaignes qui semble à les veoir de loin que ce soient isles en la mer."41 Il dessine aussi le site de la forteresse de Stalach au confluent des deux Morawas : "Et passay auprès d'ung chastel que l'on nomme Eustache et fu jadis très forte place et belle sur la pointe d'une montaigne, là où la rivière de la Nisave entre dedans la Morawe."42 Du croquis, on passe presque ici au plan-relief. Du plan-relief, on arrive à la carte, avec des tracés comme celui que donne Thietmar des sources du Jourdain : "Ad sinistram vero, contemplabar montem Lybanum, in cujus pede oriuntur duos fontes, Jor et Dan, qui efficiunt Jordanem. Dan vero ad quoddam spacium facit subterraneum meatum, Jor autem non, sed transiens per lacum unum et post per mare Galilee sub montibus Gelboe, Jor et Dan faciunt Jordanem."43 Autre carte, celle du sud de la Crimée, par Guillaume de Rubrouck : "Post illam montanam versus Aquilonem est pulcherrima sylva in planicie plena fontibus et rivulis. Et post illam sylvam est planicies maxima, quae durat per quinque dietas usque ad extremitatem illius provinciae ad Aquilonem quae coarctatur habens mare ad Orientem et occidentem."44

  • 45 Boldensele, p. 211.
  • 46 Anglure, p. 20.

26Aucune indiférence au paysage donc dans ces récits dont la raison d'être est de les décrire. C'est avec application que pèlerins et voyageurs les ont observés, puis retracés pour nous mais en en dégageant avant tout les grandes lignes, nous livrant une sorte d'épure soigneusement dessinée. On pourrait aussi comparer leurs oeuvres à une photo en noir et blanc où l'art consiste à faire valoir les lignes, les volumes et à faire jouer la lumière, en l'absence des couleurs. Les eaux des rivières sont-elles vertes ou brunes, peu importe, ce que l'on dit c'est si elles sont limpides et claires : "Prope Tirum est fons ortorum et puteus aquarum viventium impetu de Libano profluentes, aque limpide..."45 Parfois sont suggérés de subtils jeux de clair-obscur. Ogier d'Anglure monte au sommet du mont des Oliviers pour voir l'aube se lever sur Jérusalem :"Et là encontre est le saint Temple de Dieu et de Salomon et estoit belle chose à veoir des lampes qui y estoient allumées que nous veismes du mont de Galilée avant que le Jour fust esclarcy."46 On pourrait également noter, dans les livres des voyageurs d'Asie, un Polo, un Pordenone, les chatoiements de l'or et des pierres précieuses, présents dans tant de pages de leur description émerveillée des richesses de l'Orient.

27Voyageurs et pèlerins ont donc regardé, de tous leurs yeux, passionément, le monde qu'ils découvraient. Peut-on comprendre pourquoi ils en ont si peu mentionné les couleurs.

28De réponse unique et satisfaisante, il n'y en a sans doute pas. Tout au plus est-il possible de suggérer quelques éléments d'explication.

29On ne peut pas raisonnablement dire que des gens qui ouvraient les verres des vitraux des cathédrales, travaillaient à la teinture d'étoffes éclatantes, ne voyaient pas les couleurs du monde. Surtout dans un temps où toutes les teintures étaient tirées des plantes et des terres. S'il n'ont pas Jugé bon de les dire, c'est qu'ils faisaient porter ailleurs ou autrement leur attention, et donc celle de leur lecteur ou auditeur.

  • 47 Anglure, p. 11.

30Une première remarque que l'on peut faire est que les récits de voyage ne sont pas des prospectus touristiques. Pèleriner est accomplir un acte religieux, qui donne une note grave aux pages où on le relate. L'olivier qu'Ogier d'Anglure volt près de Beyrouth devant l'église où Saint Georges triompha du dragon, "porte sainctes fueilles tous les ans"47. C'est plus important que de dire qu'elles sont vertes. Pèleriner, voyager, est affaire sérieuse. Il faut informer ceux qui n'ont pu partir, donner les distances, établir les étapes, les Journées, localiser les endroits dont on parle, villes, châteaux, montagnes ou rivières, évoquer le climat, la chaleur ardente, les orages meurtriers, le froid insupportable. Il faut surtout parler des ressources des régions traversées, de leurs productions. Et on ne peut laisser de côté l'histoire, surtout s'il s'agit d'une histoire sainte, ni l'organisation politique des pays visités, surtout s'il s'agit de l'Empire du Grand Khan.

31Toutes ces préoccupations d'ordre géographique relèguent sans doute un peu à l'arrière-plan les recherches esthétiques. On ne peut pas toutefois définir ces récits uniquement comme les premières ébauches d'une géographie régionale. Leurs auteurs se sont mis en scène, et ce de plus en plus fréquemment au cours de la période étudiée. Ils nous font voyager avec eux, partager leurs impressions, leurs sensations.

  • 48 Polo ; ch. XXXVI, p. 85, ch. CXXIII, p. 416.
  • 49 Bertrandon, p. 53-54

32Or, voyager n'est pas une entreprise de tout repos. Il faut emprunter plus d'une "mauvaise voie et douteuse", chevaucher par "moult desvoiables lieux"48, avant de trouver une belle plaine ou une gracieuse cité. Même s'ils ont été rédigés dans le calme et le silence de quelque "librairie", les récits sont encore emplis des difficultés du parcours : "Et en chevauchant bien une lieue de long ou environ.... y a plus de gros cailloux que je ne veis oncques" se souvient Bertrandon de la Broquière.49

  • 50 Mandeville, p. 244, 264, 260, 257, 407.

33Ce qui peut apporter quelque confirmation à cette hypothèse est la comparaison entre les récits de voyageurs authentiques et l'utilisation qu'en fait un compilateur comme Jean de Mandeville. Les aspérités du chemin sont en quelque sorte effacées dans son Livre et les notations colorées y apparaissent nombreuses, et absentes le plus souvent de la source qu'il a consultée. C'est ainsi que l'on voit la "gravelle blanche et luisante" de la fosse Memnon près d'Acre, la terre "rougastre" de la vallée d'Hébron, le "rouge ardent" du Mont Sinaï, les jardins de Sicile verts toute l'année ou le pavement noir et blanc des rues de la cité royale du Tibet.50 Mais gardons-nous de conclusions trop hâtives, tout ceci est peut-être à mettre en relation davantage avec la personnalité de l'auteur qu'avec le fait qu'il ait ou non voyagé.

  • 51 RICOLDO de MONTECROCE, éd. J. C. M. LAURENT, Peregrinatores medii aevi quatuor, op. cit., p. 106.
  • 52 Saincte cité, p. 90.

34Nous pouvons remarquer aussi que, quand les voyageurs s'intéressent au monde environnant, la vue n'est pas pour eux, si j'ose dire, un sens unique. Le goût, l'odorat, occupent une place au moins aussi importante : "Et invenientes ibi multa memorialia digna, dit Ricoldo de Montecroce, pèlerin au début du xive siècle, inter alia hec notavi quod in mare Tiberiadis tota aqua et in omni loco dulcissima est et suavissima ad potandum, cum tamen in multis partibus intrant in eo aque fetentes et sulphuree et amarissime."51 "Et est la Mer Morte si puante et amère, constate l'Anonyme de 1480, que nul poisson n'y tient et nulle beste n'en sauroyt gouster et dit-on que qui en mettroit sur sa langue qu'on ne pourroit durer de la grande ardeur et puanteur qui y est."52

  • 53 Saincte cité, p. 37.
  • 54 M. PASTOUREAU, "Couleurs, décors, emblèmes", in Matériaux pour l'histoire du cadre de vie dans l'E (...)

35On sent, on goûte, on regarde aussi, c'est certain, Mais pour dire ce que l'on a vu, on s'attache davantage à l'énumération qu'à la description. Il semble que nommer dispense de toute autre précision. C'est ainsi que l'Anonyme de 1 480 décrit par exemple les jardins de Raguse : "esquels y a divers arbres, tant oliviers, orangiers, grenadiers, palmiers qui portent les dattes à gros tas, comme la teste d'ung homme.... Il y a plusieurs grans sicomores qui portent petits grains carrés de quoy on fait des patrenostres, plusieurs grenadiers, orangiers, cappriers qui portent les cappres et ressemblent fort à grozeillers."53 Dans un récent article, Michel Pastoureau insiste sur l'importance, à partir du xiie siècle, de la dénomination, qui donne leur personnalité aux êtres, aux objets.54 Très proches d'une nature trop familière pour qu'ils l'observent avec des yeux curieux, les voyageurs ont-ils considéré que les éléments d'un paysage étaient un donné universel ? Une montagne est une montagne, en Europe comme en Chine, et un arbre aussi. Dire le nom fait surgir l'image, dans sa forme, sa couleur. C'est en quelque sorte à une lecture globale qu'ils procèdent quand ils regardent le monde. Ceci expliquerait peut-être pourquoi les notations colorées surgissent dès qu'on pénètre dans les intérieurs, pour dire les tentures sur les murs, les vêtements, tout ce qui est oeuvre humaine, et donc susceptible de variation par l'invention, l'art, dès lors que l'on est sorti du donné naturel, de ce qui va de soi.

  • 55 Polo, ch. XXXIX, p. 96.
  • 56 Boldensele, p. 261

36Si bien que, pour les paysages, la couleur n'est employée que par petites touches, pour préciser un détail, souvent insolite, par exemple les feuilles à la fois vertes et blanches de l'Arbre Sec remarquées par Marco Polo55, ou caractériser ce qui est étranger au cadre familier de l'Europe occidentale, la Mer Rouge, le désert, l'oasis. Les touches colorées apparaissent aussi quand elles prennent un sens symbolique, encore qu'il ne faille pas voir dans ces textes des traités d'héraldique, jouant savamment avec la signification des couleurs. Mais lorsque Guillaume de Boldensele s'attarde à décrire la pierre blanche veinée de rouge de la roche du Calvaire, c'est qu'elle évoque, "et forte non casu", la chair de la victime immolée pour le salut du genre humain.56

  • 57 Bertrandon, p. 47-48.

37Il reste, on le voit, beaucoup de zones d'ombre dans cette recherche. On pourrait notamment se demander si le décor naturel, aux couleurs totalement irréalistes/ qui illustrait les Bibles a influencé les auteurs de récits de pèlerinage. Une certitude demeure, ces hommes ont regardé et goûté les paysages qu'ils avaient laborieusement mérité de contempler. Quelques lignes, ici ou là, nous convainquent qu'ils savaient jouer en artistes des lumières et des couleurs : "On voit la cité de Thabarye (Tibériade), dit Bertrandon de la Broquière, au pied de ladite montaigne (le mont Thabor) devers soleil levant. Et passe ledit fleuve de Jourdain entre ledit mont de Thabor et une aultre montaigne, qui est oultre la cité de Thabarye. Et de l'aultre bout, devers soleil couchant, on voit une grande plaine et ung pays plaisant de jardins, de palmiers portans les dates et aultres places comme en fachon de vignes sur quoy le coton croist. Et sambleroit, à qui ne sçauroit que c'est envers soleil levant, qu'il eust négié sur elles, pour ce que les fueilles sont verdes comme fueilles de vigne et le coton est au-dessus. Et quant j'eus tout veu, je descendis en bas au pié de la montaigne devers soleil couchant."57

38La rareté de tels passages nous en fait sans doute davantage encore goûter le charme.

Notes

1 GUILLAUME de BOLDENSELE, Liber de quibusdam ultramarinis partibus, 1336, éd. critique C. DELUZ, ex. ronéotypés, Paris Sorbonne, 1972, cité dorénavant, Boldensele.

2 Le Livre de MARC POL, citoyen de Venise, conseiller et commissaire impérial de Khoubilai Kaan, rédigé en français sous sa dictée en 1298 par Rusticien de Pise, éd. M. G. PAUTHIER, Paris, 1865, 2 vol. , cité dorénavant Polo.

3 Magistri THIETMARI Iter ad Terram Sanctam, éd. J. C. M. LAURENT, Hambourg, 1857, cité dorénavant Thietmar. La description du mont Carmel est p. 22.

4 Thietmar, p. 38-39

5 Thietmar, p. 10.

6 LUDOLPH de SUDHEIM, De itinere Terrae Sanctae Liber, éd. F. Deycks, Bibl. des litt. Vereins, N° XXV, Stuttgart, 1851, pp. 1-102. Le passage sur la Mer Rouge est p. 63 ; cité dorénavant Sudheim.

7 LUDOLPH de SUDHEIM (compilation de Nicolas de Hude) éd. G. A. NEUMANN, Archives de l'Orient latin, t. II, 1884, pp. 305-377. Passage sur la Mer Rouge, p. 343-344.

8 Boldensele, p. 232.

9 T. TOBLER, Descriptiones Terrae Sanctae ex seac. viii, ix, xii et xv, Leipzig, 1874, repr. Hildesheim, 1974, p. 87.

10 Liber Peregrinationis fratris JACOBI da VERONA, éd. R. RÖHRICHT, Revue de l'Orient latin, t. III, 1895, pp. 158-302.Le passage cité est p. 228. Cité dorénavant Vérone.

11 Sudheim, p. 63.

12 Le saint voyage à Jérusalem du seigneur d'ANGLURE, 1395, éd. F. BONNARDOT et A. LONGNON, Paris, 1888, p. 70, cité dorénavant Anglure.

13 JEAN de MARIGNOLLI, Itinerariumn, extraits traduits en anglais in : H. YULE, Cathay and the way thither, Londres, Hakluyt Society, 1913-1916, t. 2, pp. 311-394. Le passage cité est p. 361-363.

14 ibid., p. 361-363

15 MANDEVILLE'S Travels, éd. M. LETTS, Londres, Hakluyt Society, 1953, 2 vol., cité dorénavant Mandeville.

16 Les voyages en Asie du bienheureux frère ODERIC de PORDEDONE, religieux de saint François, éd. H. CORDIER, Recueil de voyages et documents pour servir à l'histoire de la géographie, t. 20, Paris, 1891, cité dorénavant Oderic. Arbres à pain, ch. XV, p. 174 ; roseaux, ch. XV, p. 175.

17 Anglure, p. 33

18 BURCHARD de MONT SION, Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. J. C. M. LAURENT, Leipzig, 1864, p. 71

19 Ibid., p. 71.

20 Polo, ch. XLV, p. 113 (le blanc n'est pas indiqué dans toutes les versions) et ch. CI, p. 344.

21 Anglure, p. 64

22 The pilgrimage of ARNOLD von HARFF, éd. M. LETTS, Londres, Hakluyt Society, 2nd. series, 1946, p. 96, cité dorénavant Harff.

23 Boldensele, p. 275.

24 Polo, ch. CIV, p. 351.

25 Polo, ch. XX, p. 37, th. LXIII, p. 213.

26 Polo, ch. LXXIV, p. 234.

27 Polo, ch. CX, p. 362, ch.CLI, p.507.

28 Polo, ch. CLVIII, p. 539.

29 Polo, ch. XXXVIII, p. 88, ch. XLVIII, p. 127, ch. CLVIII, p. 538, ch. LXXXI, p. 258.

30 Oderic, ch. XXVI, p. 367, ch. X, p. 99-100, ch. XX, p. 246, ch. XXI, p. 265, ch. XXVI, p. 379, ch. XXIX, p. 450, ch. XXVI, p. 378, ch. XXVI, p. 368, ch. XXV, p. 359.

31 A. J. GOUREVITCH, Les catégories de la culture médiévale, trad. H. Courtin et N. Godneff, Paris, 1983, p. 67.

32 ibid., p. 69.

33 Thietmar, p. 6.

34 GUILLAUME de RUBROUCK, Itinerarium, éd. C.R. BEAZLEY, Londres, Hakluyt Society, 1903, p. 170

35 Vérone, p. 295.

36 Voyage à la saincte cité de Hiérusalem, éd. Ch. SCHEFER, Recueil de voyages et documents pour servir à l'histoire de la géographie, t. III, Paris, 1882, p. 113, cité dorénavant, Saincte cité.

37 Anglure, p. 65-66.

38 Saincte cité, p. 62.

39 Le voyage d'Outremer de BERTRANDON de la BROQUIERE, éd. Ch. SCHEFER, Recueil de voyages et documents pour servir à l'histoire de la géographie, t. XII, Paris, 1892, p. 79, cité dorénavant Bertrandon.

40 Boldensele, p. 203, 210, 212.

41 Bertrandon, p. 104.

42 Bertrandon, p. 206.

43 Thietmar, p. 7-8.

44 Rubrouck, p. 147.

45 Boldensele, p. 211.

46 Anglure, p. 20.

47 Anglure, p. 11.

48 Polo ; ch. XXXVI, p. 85, ch. CXXIII, p. 416.

49 Bertrandon, p. 53-54

50 Mandeville, p. 244, 264, 260, 257, 407.

51 RICOLDO de MONTECROCE, éd. J. C. M. LAURENT, Peregrinatores medii aevi quatuor, op. cit., p. 106.

52 Saincte cité, p. 90.

53 Saincte cité, p. 37.

54 M. PASTOUREAU, "Couleurs, décors, emblèmes", in Matériaux pour l'histoire du cadre de vie dans l'Europe occidentale,1050-1250, Nice, 1984.

55 Polo, ch. XXXIX, p. 96.

56 Boldensele, p. 261

57 Bertrandon, p. 47-48.

Auteur

C. Deluz, Université François Rabelais Tours

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540