Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les couleurs au Moyen Âge

Renart li rous : remarques sur un point de l'onomastique renardienne

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 Abrégé désormais en : Le RdR.
  • 2 Le texte utilisé sera celui de l'édition Martin (le RdR, Strasbourg et Paris, 1882-87, 3 volumes), (...)

1Il aurait été possible, en jouant sur le libellé du thème de ce colloque, d'étudier les couleurs de la rhétorique dans le Roman de Renart1, ces colors de rectorique (br.1, éd. Roques, v. 1317) dont Noble dénonce la présence dans le discours renardien, accusant Renart, quelques vers plus loin, de [trop savoir] de la fauve anesse2. De même il serait intéressant d'étudier la place que tiennent les couleurs dans l'onomastique renardienne : en replaçant le RdR au milieu de ses avant-textes et de ses continuations, on observerait le jeu de la tradition et de l'innovation : pourquoi, par exemple Le lion qui s'appelait Rufanus dans l'Ysengrimus perd-il dans le RdR ce nom haut en couleurs ? Plus modestement, cette communication ne s'intéressera -à tout seigneur tout honneur- qu'à Renart et à la couleur rousse que lui ont affectée ses conteurs. Certes tous les goupils ont la peau rousse, mais quand on sait à quel point Le Moyen Age se méfiait, pour ne pas dire plus, des "rousseaux", on mesure aussitôt de quel poids peut se charger le syntagme Renart li rous ; en même temps on voit immédiatement L'horizon qui s'ouvre aux conteurs avec cette formule si l'on se souvient que l'originalité du RdR repose sur un jeu savant de subtiles variations : Renart n'y est jamais entièrement animal ou entièrement homme, il est au contraire en perpétuelle métamorphose : comment dans ces conditions peut-il être Renart li rous ?

  • 3 Cette branche composée tardivement est placée en tête des aventures de Renart dans les Mss. C et M (...)

2Lorsqu'il raconte la naissance du goupil, naissance qu'il place à l'époque d'Adam et Eve, Le conteur de La br. XXIV signale immédiatement à propos du gorpil (v. 78) qui sort de la mer après un coup de baguette donné par Eve3 :

XXIV, 79 Rous to le poil...

3L'auteur de la branche II mentionne de son côté par deux fois la couleur rousse comme signe de reconnaissance de Renart pour les autres personnages : dès que Tibert aperçoit Renart

II, 673 Il le conut bien au poil ros.

4Nous retrouvons presque la même formule lorsque Renart pénètre par mégarde dans le logis d'Isengrin :

II, 1056 Et Hersant....
Le conut bien a la pel rousse.

  • 4 Tome 13, p. 8860.
  • 5 Des renards vivants, Paris, Stock, 1969 (Livres de Nature, n° 26).
  • 6 Voir pour ce détail br. II, v. 153 ; br. III, v. 73 et br. XXIII, v. 1294.

5Cette caractéristique physique est mentionnée par tous les dictionnaires : le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, dans l'édition de 1985, nous apprend que "Le renard de notre pays, ou renard roux (Vulpes vulpes) est remarquable par sa robe fauve"4. Cependant la réalité n'est pas aussi monocolore, car, comme l'écrit Simonne Jacquemard dans son ouvrage intitulé des renards vivants5 "l'opinion commune divise, de façon arbitraire, comme le remarque Buffon, les renards de nos régions en deux catégories : les roux et les charbonniers. En fait les renards ont un pelage variant à l'infini d'un individu à l'autre... Les plus beaux sont les renards roux ou blonds, à la gorge d'un blanc immaculé". C'est à cette dernière catégorie qu'appartient le héros du RdR, facilement identifié par sa peau rousse et sa gorge blanche et nete6.

  • 7 A titre de comparaison, il est intéressant de noter que Maurice Genevoix dans son RdR (Presses Poc (...)
  • 8 Br. XXVI, v. 28.
  • 9 Br. XII, v. 206.
  • 10 Ed. Roques, br. 12, 11680.
  • 11 Br. I, v. 1562 et br. XI, v. 2048.
  • 12 Br. VIII, v. 356.
  • 13 Br. Ia, v. 1864 et br. II, v. 693.

6Ainsi Les conteurs n'ont fait que se conformer à une réalité connue de leur public7 en utilisant pour désigner le personnage principal le syntagme Renart le rous : on le rencontre une trentaine de fois dans tout le RdR et sans préjuger des intentions des auteurs il convient de noter que ce syntagme offre un moyen commode pour remplir la moitié d'un vers octosyllabique. Mais le plus important réside dans le fait que Renart est pratiquement le seul personnage dont on mentionne la couleur de La peau ; si on Laisse de côté les personnages (principaux ou secondaires) dont le nom constitue par lui-même une indication de couleur, comme cela est le cas pour Brun l'ours, Roussette ou Noirette Les gelines ou Blans li hermines8, on ne rencontre pour les personnages principaux que deux indications de la couleur de la peau : l'une concerne le gris peliçon9 de Tibert et l'autre la pelice grise10 d'Isengrin. Plus généralement, une recension des syntagmes utilisés par les conteurs pour la présentation des personnages principaux fait apparaître que les tours mentionnant une caractéristique physique sont les moins fréquents : Baucent est appelé deux fois li sanglesa aguës dans11, Belin Le mouton est appele cest cornu12 et c'est tout, car, si le conteur mentionne par deux fois les griffes acérées de Tibert le chat, cette mention n'entre pas dans le cadre formel d'un syntagme de désignation13 ; nous ne rencontrons jamais la formule Tibert li gris qui serait le pendant de Renart li rous.

  • 14 Br. Va, v. 509.
  • 15 V. 971, à la rime avec Sire Bernart.
  • 16 Br. XXIII, v. 1763 ou R. 3a, v. 4591.
  • 17 Au v. 308 de La br. I (Toz les manja Renart li lere), il s'agit de dénoncer les ravages du goupil (...)

7En effet un examen de l'ensemble du corpus montre que pour tous Les personnages, à l'exception de Renart et d'Isengrin, le système Le plus utilisé pour la première apparition dans le récit est celui qui fait suivre le nom propre du nom commun, Noble Li Lïons par exemple, Tibert li chaz ou dans les branches judiciaires dant Brichemer li cers14. Face à ces syntagmes de présentation le tour Renart le gorpil n'est employé que six fois dans tout Le RdR, tandis qu'on rencontre le gorpil Renart une seule fois, dans la br. XVII15 : Faut-il voir dans l'inversion des termes un sacrifice aux besoins de la rime ? Rien n'est moins sûr mais on note que dans trois des six emplois le tour Renart Le gorpil se trouve à la rime. Nous sommes donc en présence d'un élément constant : En face de Tibert Le chat ou de Noble le lïon, le personnage principal n'est pas désigné avec Le tour Renart le gorpil, mais avec le syntagme Renart li rous, selon un modèle syntaxique (nom propre suivi d'un adjectif avec article) peu représenté dans le RdR : en effet on rencontre bien Les tours Renart li faus ou Renart li desloiaus16, mais ils ne sont pas récurrent et ne font pas appel à une caractéristique physique du personnage ; La seule formule récurrente construite sur le modèle de Renart le rous est Renart le laron et on observe que cette formule, tout comme la formule Renart le rous, peut servir de passerelle entre le monde animal et le monde humain pour un personnage animal susceptible d'humanisation17.

8En effet les mêmes termes peuvent s'appliquer à l'animal et à l'homme : la pelice peut désigner aussi bien la peau de L'animal vivant que le vêtement de fourrure porté par l'homme et le poil désigne le poil de la bête mais aussi la chevelure de L'homme. Ainsi lorsqu'au début de la br. VI, le roi Noble somme Renart de se justifier des accusations portées contre lui et le menace de lui prendre en gage cele rose pelice (v. 79), l'expression désigne-t-elle la peau du goupil ou le vêtement du baron ? On constate que cette expression convient tout-à-fait à la représentation ambigüe du personnage que Le conteur dote à sa guise d'attributs et d'attitudes humaines sans jamais perdre de vue qu'il est aussi un goupil : sur cette échelle de Jacob que doit parcourir sans cesse Le lecteur, entre l'animal et le baron, la rouse pelice constitue un lieu de passage obligée L'auteur de la br. II a su exploiter cette ambiguïté dans l'épisode du songe de Chantecler, en utilisant quatre fois en 70 vers l'expression le ros peliçon ; l'auteur construit l'épisode sur un jeu de révélation progressive de l'identité du personnage ou en songe : dans le récit du songe fait par le conteur Le porteur du ros peliçon est appelé ne sai quel chose (v. 135). Dans sa relation du songe qu'il fait à Pinte Chantecler est plus explicite, parlant de ne sai quel beste (v. 195) ; enfin dans le discours solennel de Pinte qui révèle la senefiance du songe le porteur du ros peliçon est clairement identifié et l'auteur prend à contre-pied le symbolisme animal obligatoire dans le traitement littéraire du motif du songe : c'est li gorpils (v. 227).

  • 18 Voir br. III, v. 66-69 ou br. V, v. 98-99 ; Le conteur de la br. XXV fait dire à Renart cerné par (...)
  • 19 La gorge de Renart est estimée à set sols ou huit (v.1172), tandis qu'au début Liétart parle de 30 (...)

9On constate d'ailleurs que les termes de pel, pelice et peliçon reviennent fréquemment dans toutes les branches, accompagnés ou non de leur épithète de nature, l'adjectif rouse : en effet la peau du goupil est très recherchée et la vue d'un goupil excite la convoitise des vilains18, non sans raison car si l'on en croit les chiffres donnés par l'auteur de la br. IX, la peau rouse et grant et lee d'un goupil vaut environ le quart du prix d'un boeuf de labour19. Finalement par le jeu de la double appartenance du personnage, les conteurs redonnent un sens tout-à-fait concret à l'expression imagée que signale le Dictionnaire de Tobler-Lommatsch avoir peor de sa pel, au sens de craindre pour sa vie. Perdre la vie c'est pour le goupil lessier la pel et inversement le conteur, pour signifier que Renart est encore vivant, place dans sa bouche la formule suivante :

XV, 77 Encor porte je sus moy ma pel.

10Cependant le jeu sur une particularité physique de l'animal (la rouse pelice) que l'on transporte dans le monde des hommes se rencontre dans deux autres cas. Le premier ne nous intéresse pas ici puisqu'il s'agit de la petite taille du goupil (comparé à ses partenaires tels que Noble, Isengrin ou Brun) : Renart est appelé par le conteur grelles et menuz (II, 1054 et XVI, 919) ou petis et menuz (Va, 631) mais il se qualifie lui-même de petiz homs (V, 60 et XVI, 761) face à la grant baronie de la court (XVI, 764-5). Hais dans la br. I parmi les arguments présentés pour sa défense Renart cite sa gorge chenue :

  • 20 Dans la br. XXII, Renart après avoir opposé sa petite taille (molt petit cors, v. 356) à la corpul (...)

I, 1266 G'ai tote chenue la gorge
Vels sui, si ne me puis aidier20.

  • 21 "Ces cheveux blanchis sous Le harnois..." Le Cid, Acte II, sc. 9.

11Au-delà du jeu sur la double appartenance du personnage, on a là un exemple de la parole manipulatrice de Renart : ce qui est chez le goupil un phénomène naturel (blancheur de la gorge) est présenté par Renart comme le signe de la vieillesse et surtout comme le résultat de son inlassable activité de vassal zêlé, "blanchi sous le harnois" selon la formule de Corneille21.

  • 22 Voir sur ce point la chap. I de l'étude de Marie Delcourt Pyrrhos et Pyrrha, recherches sur la val (...)

12Mais si nous en revenons au syntagme Renart le rous, nous constatons qu'il constitue pour les conteurs une aubaine et un lieu privilégié pour la représentation ambigüe du personnage ; en effet le syntagme est porteur d'une double isotopie et donc susceptible d'une double lecture : dans l'ordre de la nature Renart est roux comme (presque) tous les goupils sont roux, mais dans l'ordre de la culture Renart est ipso facto, du seul fait de la couleur de son poil (poil mais aussi chevelure), chargé de tous les défauts que le Moyen Age22 attribue aux "rousseaux", nous dirions plus familièrement aux rouquins. Dès la br. II le conteur, par la bouche d'Hersent, souligne cette espèce de contrainte biologique, marquant que la félonie est inscrite dans le patrimoine génétique de Renart :

II, 1068 Renart, Renart, li poilz le doit
Que soiez felz et deputere.

  • 23 Sur ce point le chap.8 de l'étude de J. Grisward (Archéologie de l'épopée médiévale, Payot, 1981), (...)
  • 24 Ce problème délicat a été étudié par R. Mellinkoff, "Judas's red hair and the Jews", dans Journal (...)

13Il n'est pas question d'ouvrir ici le dossier de la couleur rousse dans la littérature médiévale23 : signalons seulement que Renart est ainsi installé dans La longue galerie des traîtres, aux côtés de Judas24, prototype de tous les félons et évidemment porteur de cheveux roux ; Renart lui-même est une fois qualifié de nouveau Judas, à propos du baiser de paix qu'il voulait échanger avec la mésange :

Va, 761 Quant il au baisier l'asaili
Comme Judas qui Deu traï.

14On ne saurait nier que dans quelques cas l'adjonction au nom propre de la qualification li rous constitue une cheville commode ; mais le plus souvent ce syntagme s'inscrit dans un contexte déceptif, à proximité d'un terme qui marque l'engin de Renart.

15Mais lorsque le terme rous est substantivé pour désigner Renart (devenu li rous tout court) toute autre qualification paraît alors superflu et pourtant l'habitude semble bien ancrée chez les conteurs d'accompagner le terme rous d'un autre terme qui vient en quelque sorte l'expliciter. Ainsi, dans les formules d'interpellation directe (en adresse) on rencontre soit le redoublement d'expression :

XXII, 297 Filz a putain, rous renimeus.
VII, 471 Fel nein, fel rous, fel descreüz

16soit l'adjonction d'un complément déterminatif :

VU, 75 Rous ennuios de pute foi.
XVI, 627 Ha, puanz rous de pute estrace.
XI, 3333 Ha, punes rox de male part.

17Les formules de désignation obéissent au même principe d'accumulation, comme si le terme rous ne suffisait pas à marquer le caractère néfaste du personnage, mais il convient de remarquer que toutes ces formules accumulatives sont placées dans la bouche d'une victime de Renart ; Ainsi Tiercelin dénonce-t-il celui qui voulait le dévorer :

II, 999 Cil fel, cist ros et cist contrés

18et Isengrin dresse devant Renart teint en jaune le portrait de Renart lui-même en ces termes :

Ib, 2400 Un ros garçon de pute part,
Un losenger, un traïtor
Qui envers nului n'ot amor.

  • 25 Br. XVI, v. 1234.

19Dans la br. XVI Isengrin sera plus concis, mais en un seul vers l'auteur va accumuler trois termes nettement péjoratifs, puisque Renart est appelé cist garz rous de pute pel25.

  • 26 Mais trois de ces emplois sont propres au ms. B et ne figurent pas dans l'édition de Martin, sans (...)
  • 27 Vilains punes, puanz vilains, orz vilains sont des syntagmes fréquemment utilisés dans les br. IX (...)
  • 28 On sait l'importance, dans le comportement quotidien d'un petit prédateur comme le goupil, des ode (...)
  • 29 Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, t. 12, p. 8561.

20Il reste à examiner une dernière formule (que l'on rencontre cinq fois dans tout le RdR) qui consiste en un redoublement du jeu de transposition d'une particularité physique de l'animal en une caractérisation morale de l'homme. Cinq fois dans le RdR Renart est appelé li rous puanz26, mais il faut constater que chaque fois l'expression est accompagnée d'une ou plusieurs autres formules de sens équivalent : orz lechierres (Br. 7b, v. 7047), orz trichierres (Br. 1, v. 94) par exemple ; les termes orz ou puanz ont une connotation morale et sociale, ils portent un signe d'exclusion et sont souvent appliqués dans le RdR aux vilains27. Mais au départ il s'agit d'une propriété caractéristique du goupil28, bien connue au Moyen Age. Le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse nous apprend que le goupil possède à La base de La queue des glandes qui sécrètent une substance d'odeur fétide, laquelle substance lui sert à masquer son territoire. Le goupil n'est pas à proprement parler un puant puisque ce terme est de nos jours utilisé pour "les carnassiers de La famille des mustéli-dés qui, comme les blaireaux, putois, fouines, martres exhalent une mauvaise odeur"29, mais il a Longtemps été classé comme tel et l'édition de 1694 du Dictionnaire de l'Académie Française définit Le renard comme "beste puante, maligne et rusée, qui vit de rapine".

  • 30 Voir sur ce point les témoignages recueillis par Yvonne Verdier dans son livre Façons de dire, faç (...)
  • 31 A la fin du xviiième siècle l'abbé Le More écrit dans son livre Principes d'institution ou de la m (...)
  • 32 C'est le sens du proverbe cité par le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse :
    "Barbe rousse et (...)

21Mais cette formule li rous puanz pose un problème qu'on peut présenter ainsi : dans sa méfiance envers les roux, le Moyen Age connaissait-il déjà un préjugé que l'on rencontre encore de nos jours dans certaines expressions populaires, préjugé selon lequel, pour dire brutalement Les choses, "les roux (et les rousses) sentent mauvais" ? Selon les ethnologues ce préjugé a survécu jusqu'à nos jours30, au milieu de tous ceux qui concernent Les roux, mais il a disparu des dictionnaires, alors qu'il y trône en bonne place au xviième siècle : ouvrons Le dictionnaire de Furetière (édition de 1690) à l'article "roux" : "Couleur jaune un peu ardente, qu'on appelle autrement poil de Judas, les roux et les rousses sont sujets à sentir le gousset et le pied de messager". Le gousset est défini dans le même ouvrage comme "l'aisselle et la mauvaise odeur qui en sort". Si on se reporte à l'article "messager" on y lit ceci : "On dit d'un rousseau qui put du fromage trop affiné qu'il sent Le pied de messager". A l'article "puer" on trouve confirmation de la définition précédente dans L'exemple qui est donné : "Les pieds d'un rousseau, d'un messager puent fort". On obtient la clé de toutes ces définitions en lisant l'article "rousseau" : "Qui a le poil roux. On tient que Judas était rousseau : c'est pourquoi on hait beaucoup les rousseaux". On Le voit, Furetière installe franchement le préjugé en certitude31 et le dictionnaire de Richelet, à La même époque, ne dit pas autre chose, se livrant même à la surenchère puisqu'on y lit que "les rousseaux sont bilieux, sentent mauvais et ne sont pas fort bien venus auprès des dames". Il est probable que ce n'est pas le RdR qui est à L'origine de ce préjugé que Furetière présente comme une loi naturelle ; il devait probablement déjà circuler au milieu de toutes les idées reçues sur la malfaisance des roux32 mais il n'est pas interdit de penser que la formule du RdR, li rous puanz, ait pu lui donner en quelque sorte ses lettres de noblesse et son passeport pour la postérité.

  • 33 Il y a sur ce point divergence entre les manuscrits principaux : le ms. A l'appelle toujours Rovel (...)

22Pour conclure, il convient d'abord d'observer que Renart n'est pas le seul à porter une rouse pel : mais jamais les conteurs ne donnent des précisions sur la couleur de la peau d'Hermeline ou de ses enfants, ils se contentent de dénommer le troisième Roussel, le bien nommé, si l'on peut dire33. De même l'écureuil est appelé Roussel ou Rousselet, mais jamais la couleur de son pelage n'est précisée, jusqu'à ce que l'auteur de la br. XIII se sente obligé de parler de

XIII, 1355 L'escurel au piliçon rox.

  • 34 Voir sur ce point M. Nojgaard La fable antique, Copenhague, 1964, 2 volumes, t. II, p. 196.
  • 35 Ce point a été étudié par Carlos G. Gual dans un article intitulé "El prestigio del zorro", dans E (...)
  • 36 Maurice Genevoix mentionne cette particularité dès l'ouverture de son RdR : "Son poil roux, ardent (...)

23Il est vrai qu'à ce moment-là Renart n'est plus li rous puisqu'il s'est teint en noir et porte un noir ρeliçon (ν. 1163). Mais Roussel l'écureuil n'est qu'un personnage de deuxième zone : le seul roux du RdR, c'est bien sûr Renart, li rous puanz : les conteurs ont transformé deux particularités physiques (ou physiologiques) communes à toute une espèce en attributs spécifiques à leur personnage principal : la félonie et la marginalité. Nous sommes là au coeur des problèmes spécifiques du RdR, au centre du jeu de va-et-vient entre "renardie et féodalité" pour reprendre la formule de L. Foulet. Il faut reconnaître que les conteurs du RdR ont eu la main plus heureuse que les auteurs grecs qui à la suite d'Esope attribuaient au goupil le qualificatif de Xoιkίλη c'est-à-dire de bigarré34. En fait, un tel qualificatif ne peut naturellement s'appliquer qu'au léopard, employé pour le goupil il a été utilisé pour souligner son opportunisme, sa capacité d'adaptation à tous les milieux et toutes les situations35 et il est plaisant de constater qu'un naturaliste, Brehm, cité par Simone jacquemard à la première page de son livre, qualifiait la couleur rousse du pelage du renard de "couleur la plus appropriée à la vie de brigandage qu'il mène : elle s'harmonise avec la teinte générale des forêts, des bruyères, des champs et des rochers"36.

Notes

1 Abrégé désormais en : Le RdR.

2 Le texte utilisé sera celui de l'édition Martin (le RdR, Strasbourg et Paris, 1882-87, 3 volumes), en tenant compte éventuellement des corrections apportées par J. Dufournet et A. Méline dans leur édition partielle (14 branches), accompagnée d'une traduction (Le RdR, Paris, GF Flammarion, 1985, 2 volumes). En cas de variantes intéressantes je citerai l'édition Roques (Le RdR, Paris, Champion, 1951-63, 6 volumes) et l'édition Fukumoto-Harano-Suzuki (Le RdR, Tokyo, Librairie-Editions France-Tosho, 1983 et 1985, 2 volumes). Le numéro des branches de L'édition Roques sera donné en chiffre arabe et précédé de la lettre R ; pour les unités de l'édition Fukumoto le numéro de l'unité (en chiffre arabe) sera précédé de l'abréviation un.

3 Cette branche composée tardivement est placée en tête des aventures de Renart dans les Mss. C et M, immédiatement après le prologue ; inconnue des manuscrits de la 1ère famille (groupe α) elle figure dans le ms. de Cangé (édité par Roques) après le prologue (Br. 3) et avant les aventures de Chantecler (Br. 3a, 1er épisode).

4 Tome 13, p. 8860.

5 Des renards vivants, Paris, Stock, 1969 (Livres de Nature, n° 26).

6 Voir pour ce détail br. II, v. 153 ; br. III, v. 73 et br. XXIII, v. 1294.

7 A titre de comparaison, il est intéressant de noter que Maurice Genevoix dans son RdR (Presses Pocket, 1986) fait alterner pour son personnage principal les adjectifs "roux" ("son poil roux, ardent mais sombre...", p. 33) et "rouge" ("Mais la bête rouge, dans le fossé, glissait, filait..." p. 118, par exemple) ; de même, on rencontre L'adjectif "rouge" dans deux titres de Livres pour enfants : la Grande chasse du renard rouge de Charles Roberts (Bibliothèque verte) et Le Renard rouge et les tambours fantômes de Joyce Stranger (Folio junior).

8 Br. XXVI, v. 28.

9 Br. XII, v. 206.

10 Ed. Roques, br. 12, 11680.

11 Br. I, v. 1562 et br. XI, v. 2048.

12 Br. VIII, v. 356.

13 Br. Ia, v. 1864 et br. II, v. 693.

14 Br. Va, v. 509.

15 V. 971, à la rime avec Sire Bernart.

16 Br. XXIII, v. 1763 ou R. 3a, v. 4591.

17 Au v. 308 de La br. I (Toz les manja Renart li lere), il s'agit de dénoncer les ravages du goupil prédateur, mais cette dénonciation est faite à la Cour de Noble par Dame Pinte.

18 Voir br. III, v. 66-69 ou br. V, v. 98-99 ; Le conteur de la br. XXV fait dire à Renart cerné par les eaux sur un meulon : S'on me puet apercevoir...., on me torra mon peliçon (v. 203-206).

19 La gorge de Renart est estimée à set sols ou huit (v.1172), tandis qu'au début Liétart parle de 30 ou 32 sous pour son boeuf ; il est à noter que dans la br. III les marchands estimaient à 3 ou 4 sous (v. 69) la gorge du goupil.

20 Dans la br. XXII, Renart après avoir opposé sa petite taille (molt petit cors, v. 356) à la corpulence de Brun (granz et forz, v. 355) se contente de dire pour sa défense qu'il est viex et chanuz (v. 358) : le jeu sur la gorge blanche a disparu !

21 "Ces cheveux blanchis sous Le harnois..." Le Cid, Acte II, sc. 9.

22 Voir sur ce point la chap. I de l'étude de Marie Delcourt Pyrrhos et Pyrrha, recherches sur la valeur du feu dans les légendes helléniques, les Belles Lettres, 1965 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et de Lettres de l'Université de Liège, 174) ; ce chapitre est intitulé "ambivalence de La rousseur", mais il faut constater qu'au Moyen Age la rousseur est toujours connotée péjorativement. Voir aussi l'étude de F. Neubert, "Die volkstümlichen Anschaangen über Physiognomik..., dans Romanische Forschungen, t. 29, 1911, pp. 557-679.

23 Sur ce point le chap.8 de l'étude de J. Grisward (Archéologie de l'épopée médiévale, Payot, 1981), consacré à Ernaut le Roux.

24 Ce problème délicat a été étudié par R. Mellinkoff, "Judas's red hair and the Jews", dans Journal of Jewish Art. 1982, 1, pp. 31-46. Je remercie ici Elina Suomela-Härma de n'avoir signalé l'existence de cet article et de m'en avoir procuré une photocopie.

25 Br. XVI, v. 1234.

26 Mais trois de ces emplois sont propres au ms. B et ne figurent pas dans l'édition de Martin, sans qu'on puisse tirer une quelconque conclusion de ce fait : br. 7b, v. 7047, br. 1, v. 92 et v. 1399.

27 Vilains punes, puanz vilains, orz vilains sont des syntagmes fréquemment utilisés dans les br. IX et XVI pour Liétart ou Bertaut.

28 On sait l'importance, dans le comportement quotidien d'un petit prédateur comme le goupil, des odeurs, du flair et de l'odorat. Or on constate que dans le RdR les conteurs accordent peu de place à l'odorat, les verbes les plus utilisés lors du "contact" entre Renart et les autres (les proies qu'il recherche, les chiens ou les vilains qu'il doit fuir) étant voir et oïr ; dans deux cas seulement l'odeur est mentionnée : dans la br. III (v. 187-194) Isengrin est attiré par l'odeur des poissons grillés et dans la br. XXIII, Renart a flairé et senti (v. 1233) la présence des chapons.

29 Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, t. 12, p. 8561.

30 Voir sur ce point les témoignages recueillis par Yvonne Verdier dans son livre Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière et la cuisinière (Gallimard, 1980) :
"On dit des rousses qu'elles sentent fort, qu'elles sont dotées d'une mauvaise odeur et d'une haleine puissante, et cela en permanence" (p. 46) et plus loin (p. 48) "Les roux sont marqués de manière négative comme les rousses, mais entièrement et doublement : ils sont malodorants et on les associe volontiers aux crimes de sang".

31 A la fin du xviiième siècle l'abbé Le More écrit dans son livre Principes d'institution ou de la manière d'élever les enfants : "On évitera de prendre comme nourrice une femme rousse, son lait étant ordinairement aigre" (cité par J. Gelis, entrer dans la vie, naissances et enfances dans la France traditionnelle, Gallimard, 1978, p. 163).

32 C'est le sens du proverbe cité par le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse :
"Barbe rousse et noirs cheveux
Ne t'y fie pas si tu veux" (t. 13, p. 9143).

33 Il y a sur ce point divergence entre les manuscrits principaux : le ms. A l'appelle toujours Rovel (br. I, v. 551, 1605, etc...), le ms. C hésite entre Rovel (un. 10, v. 551) et Rousel (v. 1965), et le ms. B parle de Rovel (br. 1, v. 571), Renardiaus (br. 1, 1663) et de Rousel (br. 11, v. 11480) ; face à Malebranche et Percehaie le nom du cadet ne parait pas bien établi.

34 Voir sur ce point M. Nojgaard La fable antique, Copenhague, 1964, 2 volumes, t. II, p. 196.

35 Ce point a été étudié par Carlos G. Gual dans un article intitulé "El prestigio del zorro", dans Emerita, revista de linguistica y filologia clasica, t. 38, 1970, pp. 217-231.

36 Maurice Genevoix mentionne cette particularité dès l'ouverture de son RdR : "Son poil roux, ardent mais sombre, se confondait exactement avec le dur lacis des lianes pourpres, des feuilles violacées, dans les jeux d'ombre et de soleil dont l'aurore déjà glorieuse caressait le fort broussailleux" (op. cit., p. 33).

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540