Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Le temps du futur et le temps du passé dans la Mort Artu ou le Système temporel d'un désastre annoncé

Isabelle Weill

Texte intégral

  • 1 J. Frappier éd., Droz, 1964. § 1, 10
  • 2 H. Weinrich, "Le Temps", Le Seuil, 1973 (traduit de "Tempus", 1964). R. Martin, "Temps et aspect. (...)

1Nous ne nous proposons pas de décrire ici la mise en scène de la Fin des Temps arthuriens prophétisée par Merlin mais d'étudier la mise en place du système temporel qui correspond en langue à ce récit quasi apocalyptique. L'auteur de la "Mort le roi Artu" précise dans le prologue le but qu'il a voulu poursuivre, but présenté comme imposé par le roi Henri II, c'est à dire le successeur renouvelé du souverain breton : il doit compléter son oeuvre en écrivant une suite et une fin ; il s'agit de rappeler à la mémoire et de fixer par l'écriture des événements encore à venir dans le récit, mais posés d'emblée dans le passé révolu, à savoir "la fin de ceus dont il avoit fet devant mention" et "conment cil moururent dont il avoit amentëues les proesces en son livre" et "conment li rois Artus fu navrez en la bataille de Salebieres" et "conment il se parti de Girflet" qui fut le dernir homme à le voir vivant, catastrophe finale qui, nous dit l'auteur, justifie le titre1. Mais le pseudo Gautier Map a dû en même temps se sentir obligé de modeler l'accueil qu'il souhaitait voir réserver à son texte et il a dû se poser inconsciemment un problème fort différent et aussi plus ardu à résoudre : quelle stratégie adopter pour captiver un public avec la fin d'un monde révolu - et donc étranger aux préoccupations directes des lecteurs - et comment repérer et stabiliser des images mentales, des empreintes d'un passé qui fut temporairement un futur d'expectative tourné en présent à la fin du récit et devenu aussitôt du passé, comment provoquer et conserver dans de telles circonstances une tension dramatique constante. On peut donc se demander comment le texte transforme une substance cognitive (le futur n'a pas d'existence matérielle et n'est accessible à la perception que s'il est déjà devenu du passé) en des formes encore prospectives et déjà rétrospectives. Y a-t-il une parenté en miroir entre le futur et les formes temporelles du texte, auquel cas le futur linguistique ne peut qu'être gommé aussitôt énoncé ? En fait le langage ne s'intéresse pas à la réalité des événements et il est toujours possible de disloquer les séquences temporelles (un futur peut rendre un passé) selon le regard que l'on jette sur les choses. Aucun segment du temps n'est donc inaccessible à la langue et nous allons pouvoir étudier la perspective de locution adoptée dans "la Mort Artu" en nous fondant sur des notions empruntées à la linguistique textuelle (en faisant surtout référence au "Tempus"2 de H. Weinrich) et les études diachroniques de S. Fleischman, R. Martin et M. Wilmet. Nous verrons que les signaux récurrents émis par des morphèmes temporels obstinément rapportés à notre attention nous informeront sans cesse sur le type de récit en cours.

  • 3 H. Meschonnis, "Des mots et des mondes", Hatier, 1990

2Nous nous permettrons d'abord un bref rappel historique de linguistique générale. Il faut d'abord signaler qu'en français comme dans les autres langues romanes, 'temps' est un mot ambigu : les Anglais opposent 'time & tense', less Allemands 'Zeit und Tempus', à savoir l'appréhension de la durée -donnée immédiate de la conscience ou construction mentale- et la catégorie véhiculée en langue par les formes du paradigme verbal. Platon est le premier 'linguiste' à avoir expressément distingué la classe des verbes par rapport à celle des noms, tous deux constituants logiques de la phrase signifiant les choses de façon différente et référant à des relations différentes. Aristote a reconnu ensuite que certaines variations systématiques formelles pouvaient être corellées à des notions temporelles sur un axe allant du passé à l'avenir ; il a alors identifié la catégorie du temps (une 'catégorie' étant une façon d'attribuer des propriétés aux choses), la structure de la langue étant alors le parfait reflet de la structure générale du monde. Les Stoïciens, à la recherche de connaissances en tout point conformes aux réalités des choses, se sont ensuite rendu compte que tout n'était pas aussi logique dans la langue et ont compris que les formes verbales grecques indiquaient autre chose que la pure référence temporelle ; ils ont distingué le perfectif (le parfait grec, état résultant d'une action passée) de l'imperfectif (le présent en train de se faire) et l'aoriste qui s'oppose à l'imperfectif parce qu'il ne note pas la durée. Nous retiendrons que la catégorie du temps a pour caractéristique essentielle de lier le moment de l'action au moment de l'énonciation, tout en tenant compte du regard jeté sur le procès en cours et des valeurs d'aspect qui en résultent, 'l'aspect' traduisant le terme russe 'vid' utilisé pour la distinction perfectif/imperfectif (distinction à laquelle se superposent des valeurs supplémentaires fort délicates à saisir) qui caractérise la flexion des langues slaves et des langues sémites. Au contraire une langue comme le français mêle intimement les catégories du temps et de l'aspect, ce qui rend toujours délicats les problèmes de traduction. Le linguiste poète traducteur de la Bible, H. Meschonnic explique comment la grammaire de l'hébreu a souvent été redistribuée arbitrairement selon les temps du français et de l'anglais "de telle sorte que l'emploi de l'accompli chez les prophètes pour évoquer un événement futur est rendu par un futur au lieu d'un passé. Annulant par là le système aspectuel de l'hébreu, et la prophétie...3 Il faudra tenir également tenir compte des modalités -souhait, intention, néccessité- traduisant l'attitude du locuteur vis à vis du contenu propositionnel de son affirmation.

3Essayons à présent de cerner le 'futur'... Il faut citer Augustin qui, dans une célèbre méditation des "Confessions" se rend compte que le temps, qui n'a pas d'existence, est impossible à saisir (XI, 14). Comment peut-on énoncer ce qui n'est pas ? La prophétie, reconnaît-il, énonce des événements qui arrivent tels qu'ils ont été anticipés ; mais quel site chercher pour les choses futures ? La mémoire peut doter des images de faire référence à du passé mais une image qui vaut comme une empreinte du passé et une annonce du futur est une énigme...

  • 4 S. Fleischman, "The future in though & language. Diachronic evidence from Romance" Cambridge Unive (...)

4Le futur est en conséquence un temps linguistique très délicat à analyser. Certaines langues, comme l'hébreu n'en possèdent pas du tout ; on peut se demander si l'anglais en possède un. Je vais donc vous parler (cette forme composée fait-elle partie du paradigme du futur ?) de ce temps dia-chroniquement très instable, comme l'a prouvé S. Fleischman dans "The Future in thought & language - Diachronic évidence from Romance"4. S. Fleischman voit le futur comme un éternel mouvement cyclique, un mouvement de balancier -'shift'- entre la modalité et la temporalité. Les langues marqueraient d'abord l'aspect, une catégorie non déictique (dans un état plus 'primitif' où il est inutile de localiser précisément l'événement et où le futur n'est qu'une portion de temps affective) ; ensuite apparaîtrait la catégorie temporelle antérieur vs postérieur avec toujours la possiblité de vouloir noter à nouveau les valeurs aspectuelles.

5En proto-indoeuropéen, le futur aurait commencé par être juste une forme aspectuelle, supplantée ensuite par un subjonctif et un optatif. Le latin "amabo" viendrait d'une périphrase et "dicam" serait dérivé du subjonctif indoeuropéen. Ces formes synthétiques destinées à être supplantées à leur tour verraient émerger des périphrases "amaturus sum/eram", avec une valeur d'imminence et d'intentionnalité introduite dans des relations temporelles visualisées à partir d'un moment présent ou passé ; on observe ces phénomènes chez Plaute, Térence, puis Tite-Live et on les retrouve chez les Pères de l'Eglise. On trouve aussi "amandus sum" et enfin "habeo cantare"

  • 5 Paris, 1936, pp. 275-80.

6L'explication de S. Fleischman pour expliquer la disparition en bas-latin de "amabo" et de "dicam" est particulièrement intéressante et novatrice : ces formes se sont perdues non pas parce que l'évolution phonétique a créé de fâcheuses homonymies avec certaines formes du passé et du présent - l'économie de la langue lui permet de créer des systèmes de défense lorsqu'une différence doit être maintenue de façon prééminente - mais parce qu'elles ne marquaient plus l'aspect. La langue a donc créé pour marquer l'imminence "habeo cantare" j'ai à chanter, forme à mettre en parallèle avec ce qui deviendra le passé composé "habeo cantatu", forme marquant le procès dynamique (un peu comparable au passif allemand utilisant l'auxiliaire "werden") et réduisant "cantavi" à de l'achevé. S. Fleischman pense que "cantare habeo" et "habeo cantatu" n'ont pas subi la même évolution vers une forme synthétique pour un problème lié à l'ordre des morphèmes. L'ancien français possède alors un futur resynthétisé. Mais le futur va devenir à nouveau seulement temporel et la modalité prospective va chercher de nouvelles formes ; on va donc passer au futur proche fondamentalement déictique pour décrire comme le dit la grammaire de Damourette et Pichon5 "un événement qui commence dans le passé et qui se prolonge dans le futur tout en exprimant le point de vue présent avec lequel je considère l'événement". C'est un événement psychologiquement présent, ce qui donne le sentiment d'imminence. Les formes apparaissent dès la "Chanson de Rolant" : le syntagme "vait le ferir" est très fréquent dans les combats et on peut citer aussi le vers

"Quant l'empereres vait querre son nevold" (2870)

  • 6 D. Lalande et T. Delcourt éds., Droz, 1992.

7J'ai constaté que ces formes se trouvaient dans "La Mort Artu" mais uniquement au passé ("il les ala veoir" 37, 23) alors que dans le tome V du "Tristan" en prose, on peut relever plusieurs occurences du type : "il se vont dormir" (59, 40) ; "il vait dormir" (186, 35 ; 289, 10) ; "il vont couchier" (224, 27) ; "vont souper" (184, 2) ; "vait ferir" (278, 2)6. Il faut noter que toutes ces formes expriment encore le mouvement, l'origine spatiale et d'après les travaux de M. Wilmet, il faut attendre le xvie siècle pourvoir ces formes liées directement au futur, comme dans cette phrase de Maupassant "Quand elle va rentrer, nous allons la jeter dehors". Les grammairiens comme L. Picabia et H. Weinrich ne font entrer ce temps que de façon très récente dans le paradigme du futur.

8S. Fleischman pense que "je chanterai" est à son tour condamné à disparaître au profit de "je vais chanter" qui sera alors synthétisé, dans cette perpétuelle dérive ; même si la 'fin du futur' n'est pas pour demain, on peut noter avec la linguiste anglaise que les formes sont déjà synthétisées en créole et qu'en anglais populaire les formes 'gonna', 'hafta', 'gotta' ont supplanté les formes analytiques dont elles sont issues. Il paraît que c'est en portugais -surtout au Brésil- qu'on voit apparaître l'agglutination la plus poussée.

9On trouve couramment en ancien français, des nouvelles formes liées aux sentiments, 'pouvoir/devoir/voloir/ cuidier' suivis d'un infinitif ; ces marqueurs d'obligation, de volonté devenus des marqueurs de prospection auraient pu être sélectionnés comme marqueurs du futur proche, dans cette dérive de l'expression de la modalité et de l'aspect vers le temps ; nous nous demanderons si ces formes sont totalement absentes de la "Mort Artu".

10Nous allons d'abord voir dans quelle perspective d'énonciation se situe notre texte. Il ne s'agit pas d'un texte apocalyptiquqe au sens propre du terme : en effet chez les prophètes d'Israel, la vision détruit le présent, le temps actuel, le futur devenant la seule réalité ; les événements qui peuvent se produire ne sont que des symboles de ce qui est déjà connu et déjà en fait accompli et on peut sans problèmes prolonger le cas échéant les prophéties déçues puisque le futur est définitivement clos. La Chanson de Geste décrit un monde passé mais un monde où les futurs étudiés par J. Rychner, sont des futurs de connivence affective entre le narrateur et les narrataires, ou alors des futurs d'annonce épique permettant d'ouvrir fictivement un monde clos et déjà connu. Au xiiie siècle, le "Tristan" en prose présente une perspective nouvelle en faisant coïncider le temps du récit et le repère de l'énonciation : "or dist li contes", affirme l'auteur de cette réécriture du "Lancelot-Graal" s'opposant ainsi au présent de l'énonciateur de notre texte, entièrement situé dans le passé par rapport au repère de l'énonciation ; on trouve exactement vingt fois dans le roman l'ouverture "en ceste partie dit li contes, sans aucun emploi de la formule au passé.

11Tout 'texte' implique un commencement et une fin et la "Mort Artu" est munie de ces deux articulations très nettement et délibérément introduites : le prologue oppose le présent du narrateur "Si conmence ceste derrienne partie" au passé des événements racontés, nous avons déjà noté "conment cil moururenf" mais nous pouvons noter l'opposition correspondante entre les deux embrayeurs démonstratifs ; on retrouve le temps du narrateur dans la conclusion d'abord au passé composé, "il a tout mené a fin", passé qui touche la minute presente où ce livre se termine "il fenist ci son livre si outreeement que aprés ce n'en poroit nus rien conter qui n'en mentist de toutes choses" ; on peut noter l'emploi sui-référentiel de l'adverbe comparable à ceux qu'a étudiés M. Perret dans sa thèse sur "le Signe et la Mention" (Droz, 1988). Le présent fenist marque encore la contemporanéîté entre le 'maintenant' de l'écriture et le 'maintenant' de la lecture, tandis que le lecteur est obligé de se retourner sur l'action racontée comme on peut se pencher sur un morceau du passé, dans une perspective rétrospective.

12Rappelant la dichotomie établie par Benveniste entre le récit et le discours, Weinrich oppose le monde raconté et le monde commenté ; les structures linguistiques correspondent aux structures de comportement et les temps transmettent un signal du locuteur à l'auditeur ; le présent, le futur, le passé composé, le futur antérieur indiquent "ceci est un commentaire, alors que le passé simple, l'imparfait et le plus que parfait indiquent "ceci est un récit", nous avons évidemment un récit (l'auteur ne s'y sent aucunement impliqué, prétend-il) et le temps de dominance temporelle est le passé simple ; le présent a un rôle de mise en relief tandis que l'imparfait signale le glissement à l'arrière plan et nous verrons le rôle fort curieux joué par le passé composé en dehors des dialogues.

13Le passé simple signale toujours un effet de surprise et de nouveauté ; on peut se reporter au § 25 qui met en scène vingt-quatre heures de la vie de nos chevaliers : impossibilité le soir du tournoi de connaître le nom du vainqueur, frustration d'autant plus grande que le roi refuse de dire ce qu'il sait, départ le lendemain et annonce d'un nouveau tournoi, arrivée au château d'Escalot et logement de Gauvain chez la belle demoiselle amoureuse de Lancelot qui sert nos chevaliers à table, éveil du désir de Gauvain, désir qui ne peut ête source que de conflit et de tension. La concentration des passés simples met en relief une chaîne d'événements qui se succèdent avec une rapidité accablante, des changements brutaux de situation (§4 Lancelot "rencheï" dans le péché d'adultère et Agravain "s'en aperçut"), des coups du sort (§48 le roi et sa mesnie se "forvoierent" dans la forêt perdue et arrivent chez Morgane qui déteste Lancelot depuis bien des années ; au §51, le passé simple note la succession de faits qui vont faire prendre conscience au roi de l'adultère de Lancelot et de la reine). La rapidité du cours du temps est à peine contrecarrée par les moyens lexicologiques mis en oeuvre pour la retarder, les repères chronologiques étant alors insérés pour simuler la durée (mesure du temps qui sépare deux tournois, durée de guérison des blessures, temps judiciaire de l'appel, convocation des vassaux. Le narrateur ne dit qu'une fois "je" (et c'est avec le passé composé §196, 54), car le "je" du narrateur est incompatible avec le temps principal du texte, qui montre une vision globale du procès du début à la fin ; la vision perfective et close suit les événements de leur limite initiale à leur limite finale : la mort des héros est plutôt racontée au passé simple, les adversaires n'ont droit qu'au présent : "quatre jorz aprés ceste requeste vesqui Lancelos et trespassa del siecle au quint jor" (§ 202, 9).

14L'imparfait est réservé au cadre, il sert à noter les attitudes des gens qui écoutent, qui regardent avant d'intervenir : on voit la reïne "qui estoit apuiee toute pensive a unes fenestres (§ 36 ; 1), le roi dans la même position (§ 11, 1) ; la beauté de la reine est désormais un fait tellement connu qu'il s'énonce à l'imparfait (§ 4, 21) ; la beauté de la demoiselle d'Escalot ne lui est d'aucune utilité et se décrit à l'imparfait comme un élément d'arrière plan. Les coutumes (§ 12, 8 ; § 25, 50) les savoirs (§ 51, 10) sont introduits à l'imparfait. C'est un temps triste et sans vie, ce qu'on peut bien voir dans l'étonnante accumulation d'imparfaits du § 176 : il s'agit des deux rêves du roi avant la bataille et le récit commence par un passé simple : "Gauvain vint devant lui... et venoit aprés uns pueples de povre gent qui tuit disoient.., li rois coroit, si l'acoloit... messire Gauvains li disoit... il s'en partoit.. et disoit... Puis retornoit au roi et li disoit.. il s'en tornoit". La description de la roue de la fortune se fait aussi à l'imparfait ainsi celle de la chute finale : "Lors le prenoit et le tresbuchoit a terre. "Dans un rêve, la durée est abolie, il n'y a pas d'écoulement réel du temps, pas de mise en relief possible dans un monde nocturne et morne. Pour l'antériorité on trouve le plus que parfait mais aussi très souvent le passé antérieur : R. Martin a montré que le passé antérieur, qui n'a plus en français moderne que la valeur aspectuelle d'accompli, exprime encore nettement l'antériorité dans ce texte (il en a relevé 23 exemples sur 30 occurrences).

15Le passé simple semblerait devoir exclure le présent mais nous savons que le présent a pour particularité de pouvoir exprimer le 'juste déjà passé' et le présent avec cet effet de 'décrochage' bien connu relaie le passé simple sans le supplanter : "lors vole li glaives en pieces... lors brise li glaives" forment des syntagmes narratifs récurrents dans les combats. Le narrateur emploie le présent pour des raisons de stratégie évidente : comment pourrait-on capter l'attention du lecteur sans laisser une ouverture possible et comment se refuser, pendant un court enchaînement, le plaisir de rendre l'action énoncée redevenir vivante avec le présent de l'énonciateur ? On trouve relativement souvent le présent au début des paragraphes : cinquante et un présents réservés aux mouvements des héros, à leurs discours, à leurs réponses, les sentiments profonds étant exprimés au passé simple.

16Le futur devrait tenir une place importante dans un récit d'annonce et notre attente sera relativement déçue. On trouve de nombreux futurs dans le discours indirect libre (pas moins d'une cinquantaine d'occurences du type "Et Girflés li jure qu'il n'en parlera ja. § 11, 30) mais on sait que c'est là une caractéritique de l'écriture médiévale ; on peut néanmoins penser que l'auteur a voulu compenser par là une fermeture trop marquée. En effet les annonces se font surtout au passé. On trouve deux annonces rappelant -de loin- les annonces de l'épopée car elles sont réservées à un avenir immédiat dans le récit, l'anticipation reste faible : "..il furent engrant de savoir qui il estoit ? Mes ce ne puet estre ; car il n'en savront plus a ceste foiz.. (§ 25, 3). Le futur est donc rendu par un passé simple comme dans les attaques de paragraphe : "ensi fu emprise la bataille dont meint preudome morurent" (§ 180). On trouve un emploi comparable au § 105 : " "Einsint fu la guerre emprise qui puis torna au domage le roi Artu ; et comment qu'il fussent au commencement au dessus, il furent desconfit en la fin. "On peut noter le peu de richesse de cette information fournie dès les premières lignes du texte au même temps. Les seuls futurs du récit sont les futurs de l'auteur se référant au livre en train de s'écrire comme dans l'histoire sans fin ; le futur est alors autoréférentiel : "si corn l'estoire le devisera apertement" (§ 57) ou "si corn le contes le devisera ça en avant" (§ 39) ou "cil firent le serment dont li rois se repenti puis si douloureusement qu'il en dut estre vaincuz en champ en la plaigne de Sales-bieres ou la bataille mortex fu, si corne ceste estoire meïsmes le devisera apertement" (§ 129, 31).

17Le futur se trouve dans les annonces insérées tragiquement dans les paroles des héros qui deviennent des Cassandre sans le savoir et ce type de futur présente l'intérêt de ne ne pas être assumé par le narrateur qui tient à garder son impassibilité quasi divine. On écoute les paroles de Morgane ("je irai en l'ille d'Avallon" § 50), les conseils d'Hestor ("vos verroiz la greigneur guerre que vos onques veïssiez" § 66), les propos qu'échangent Gaheriet et Gauvain ("la cort sera destruite" § 86), l'annonce rappelant la chanson de geste de "Gerbert", de la "guerre qui ja ne prendra fin (§ 89, § 90, § 96). On en arrive aux prédictions des messagères spécialisées dans ce type de rôle, la demoisele et la vieille qui ne manquent pas de rappeler le passé avant de le joindre à l'avenir (§ 110la demoiselle rappelle le combat du serpent et du léopard chez le roi pêcheur avant de dire à Gauvain : "si vos en repentiroiz la ou vos ne le porroiz amender." ; on peut consulter également le § 131). On en arrive au message entaillé dans la roche par Merlin : "En ceste plaingne doit estre la bataille mortel par quoi li roiaumes de Logres remeindra orfelins." (§ 178) Notons l'emploi exceptionnel de ce futur aspectuel "doit être" ; nous avons peut-être là un des tout premiers emplois d'un futur périphrastique, même si l'idée d'imminence cède le pas à celle de nécessité. On peut terminer par les dernières paroles de Karadoc : "je vos di que puis que el roiaume de Logres vint crestientez, n'i ot il bataille ou il moreust autant de preudomes com il fera en ceste ; c'est la derreniere qui i sera au tens le roi Artu." (§ 184).

18Le passé composé est assez rare dans notre texte car il manque de continuité narrative et n'offre qu'une perspective occasionnelle. R. Martin dit de ce temps que le participe est une limite finale qui oriente la pensée vers le passé, alors que le présent de l'auxiliaire situe l'action au moment actuel. Je n'étudierai les emplois de ce temps que sur un plan textuel. On ne le trouve que dans trois cas : il a d'abord sa place logique dans le discours direct où les héros commentent le monde, leur situation, tout ce qui revêt à leurs yeux de l'importance ; on le trouve aussi dans l'unique prise de parole du narrateur "si com je vos ai devisé (§ 196, 54). On le trouve dans deux scènes importantes, celle où Guenièvre est accusée de meurtre ("cele chose ont veüe tant preudome.... cil li a conté., li rois est venuz.. trop grant vilenie a fete la reïne... la reïne s'en est issue § 63) et celle du combat de Gauvain et de Lancelot ; or il s'agit de deux passages judiciaires et le temps utilisé devant un tribunal même s'il s'agit du tribunal des lecteurs, est forcément un temps du commentaire afin de rendre compte du protocole des débats et c'est le passé composé avec son incidence sur le temps suivant qui s'impose alors ;

19On trouve enfin ce temps dans un passage étonnant, celui de la fausse lettre d'Arthur fabriquée par Mordret, un des rares textes à ne contenir aucun passé simple, ce qui est en désaccord total avec le ton que devrait avoir un testament royal ; la lettre de la demoiselle d'EScalot est aussi écrite au passé composé mais elle porte plainte contre un homme puissant et elle a la tâche difficile de persuader toute la cour. Reportons nous au paragraphe 135, entièrement consacré à la fausse lettre : le pseudo Arthur parle à la première personne "je voz mant saluz" alors que la formule solennelle (la demoiselle d'Escalot parle alors d'elle et de ses interlocuteurs à la troisième personne) "A tous ceus qui ces letres verront, le roi Artu mande... "semblerait s'imposer de façon logique ; le style est parfaitement incohérent : le roi parle aussitôt de Mordret "que ge tenoie a neveu -mes il ne l'est pas- "précision qu'un père sur son lit de mort formulerait autrement ; la lettre utilise trois fois le connecteur "car" et l'emploi du passé composé dans le rappel de la foi jurée paraît une erreur capitale : "Et encore vos requier ge sus le serement que vos m'avez fet que la reîne doigniez a fame a Mordret... "Le roi a l'habitude d'utiliser ces mots lorsqu'il a une demande pressante à formuler : "Gauvain, je vos requier seur le serement que vos me feïstes quant ge vos vos fis chevalier que vos me diez ce que ge vos demanderai." Le roi emploie le passé simple et Gauvain obtempère (§ 3, 5). On trouve également le passé composé, mais dans un contexte beaucoup moins solennel, le jour où Arthur trouve ses cinq neveux en train de se quereller : "einz vos requier orendroit seur le serement que vos m'avez fet que vos me diez de quoi vos estiez oren­droit en estrif entre vos." (§ 85, 60) Agravain finit par révèler au roi qu'il est déshohnoré, le roi jure d'en tirer vengeance et prie ses neveux de lui apporter leur aide : "Fetes ce que ge vos di, qu'il soient pris ensemble ; et si le vos requier seur le serement que vos me feïstes quant vos fustes compaignon de la Table Ronde." La demande touche profondément les chevaliers : "Et cil li creantent qu'il le feront puis qu'il en est si engoisseus ; si li fiancerent tuit troi... (§ 86, 60-66)

20Mordret a utilisé le passé composé, car il n'a pas su se mettre à la place d'Arthur, il se trahit lui-même car il se montre dans son rôle de traître devant persuader les barons de commettre un double crime capital, crime contre le roi et crime contre Dieu : l'inceste est frappé d'interdit dans toutes les civilisations et c'est précisément le crime que commet Absalom ("II Samuel" XVI, 20-23) qui sur le conseil d'Ahitofel, "va vers les concubines de son père" ; l'histoire tragique du fils révolté de David est d'ailleurs racontée (un indice annonçant la future trahison glissé par l'auteur) dans un passage précédent du texte (§ 59, 37). Les Barons auraient dû devant toutes ces erreurs accumulées mettre en doute l'authenticité de la lettre à une époque où le passé composé à usage narratif ne fonctionnait pas encore.

21Dans l'univers vécu, la situation de communication est en général claire, mais dans l'univers inhabituel de la narration, remarque R. Martin, l'emploi des temps a pour rôle d'orienter le lecteur. La théorie des temps verbaux rejoint la théorie de la composition narrative et c'est dans cette optique que nous avons étudié cette redistanciation, cette identification avec ce qui fut, dans un récit fictionnel présenté comme vrai. Dans le monde arthurien, une situation conflictuelle a déchaîné le temps de l'histoire et la constellation temporelle (quasi absence du futur dans un monde brutalement fermé, présent réservé aux actions rapides et aux gestes les plus quotidiens, imparfait de la toile de fond et de la paralysie du rêve, passé composé du commentaire et enfin solennité des trompettes du passé simple pour les enchaînements et les changements de situation, les péripéties et les crises, les modifications des consciences et des sentiments les plus profonds) correspond à ce processus accablant déclenché par des forces immanentes et conceptualise la chute de la maison d'Arthur et de la Table Ronde.

Notes

1 J. Frappier éd., Droz, 1964. § 1, 10

2 H. Weinrich, "Le Temps", Le Seuil, 1973 (traduit de "Tempus", 1964). R. Martin, "Temps et aspect. Essai sur l'emploi des temps narratifs en moyen français", Paris, 1971. M. Wilmet, "Le système de l'indicatif en moyen français", Droz, 1970.

3 H. Meschonnis, "Des mots et des mondes", Hatier, 1990

4 S. Fleischman, "The future in though & language. Diachronic evidence from Romance" Cambridge University Press, 1982

5 Paris, 1936, pp. 275-80.

6 D. Lalande et T. Delcourt éds., Droz, 1992.

Auteur

Université de Paris X Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540