Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Les temps de la fin dans quelques textes de la première moitié du XVe siècle (Alain Chartier, Juvénal des Ursins, Le Bourgeois de Paris)

Elina Suomela-Harma

Texte intégral

  • 1 Jean Delumeau : La Peur en Occident (xvie-xviiie siècles), Paris, Fayard 1978, p. 261.
  • 2 Voir notamment l'article de Coleman Viola : "Jugements de Dieu et jugements derniers. Saint (...)
  • 3 Johan Huizinga : L'automne du Moyen Age. Petite Bibliothèque Payot 1989, p. 35.

1D'après Jean Delumeau, "il y a unanimité chez les historiens pour estimer qu'il se produisit en Europe à partir du xive siècle un renforcement et une plus large diffusion de la crainte des derniers temps"1. Parmi les tenants les plus célèbres de cette doctrine -que tous ne partagent pas2-se range Huizinga qui souligne qu' "au déclin du moyen âge, la vie s'emplit d'une sombre mélancolie. (...) Le monde s'acheminait vers sa fin, et toute chose terrestre vers la corruption"3.

  • 4 Jean Chelini : Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Paris, Armand Colin 1968(2nde éd. (...)
  • 5 E Delaruelle : L'Eglise au temps du Grand Schisme, Tournai 1964, t. II, p. 827, cité d'après (...)

2Les raisons de tant de pessimisme sont évidentes. Le quatorzième et le quinzième siècles connurent une suite de désastres qui n'épargnèrent personne en Europe. En France, la Guerre de Cent Ans éprouva cruellement la population civile ; la peste qui, en 1348, avait décimé par endroits un tiers de la population, réapparut régulièrement ça et là avec d'autres maladies tout aussi mortelles ; les disettes, dues à la détérioriation des conditions climatologiques, devinrent de plus en plus fréquentes ; enfin, le Grand Schisme, qui commença en 1378, ne constitua pas seulement un drame de conscience pour les chrétiens4, mais marqua, à leurs yeux, "la rentrée dans un âge apocalyptique"5.

  • 6 Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 142 (...)
  • 7 Camille Flammarion : La Fin du monde, Paris, Flammarion 1894, p. 188.
  • 8 Martin Haeuslen Dos Ende des Geschichte in der mittelalterlicher Weltchronistik, Beihefte zu (...)

3Pour beaucoup, il était évident que ces tribulations annonçaient la fin du monde. L'idée que les derniers temps soient précédés de calamités diverses est en effet ancienne et se trouve déjà dans l'Ancien Testament ; elle a été ultérieurement renforcée par l'Apocalypse de Saint-Jean et d'autres textes eschatologiques. Pendant tout le Moyen Age, il y eut des gens qui virent tantôt dans un événement, tantôt dans un autre, un signe précurseur de l'apocalypse. D'après le religieux de Saint-Denis, la tempête qui se déchaîna la nuit de Noël 1390 fit croire aux gens que "l'arrivée dernière du Fils de l'homme était proche et que le monde allait s'anéantir"6. Juvénal des Ursins parle d'une éclipse de soleil (en juin 1406) qui poussa le peuple à se réfugier dans les églises pour y attendre la catastrophe finale7. Il arriva même qu'on accordât à des événements moins spectaculaires une importance démesurée : c'est le cas d'un chroniqueur allemand qui interpréta la mauvaise qualité de la récolte vinicole comme un prodrome des derniers temps8.

  • 9 Voir, sur l'attitude de l'Eglise, aussi Lucian Boia : La fin du monde : une histoire sans fi (...)
  • 10 Edith Paszton "L'apport de Raoul Mansnelli à l'histoire de l'eschatologie médiévale", Fin du (...)
  • 11 Viola, op. cit., p. 270, note 78.
  • 12 ibid., p. 248.

4Cependant l'Eglise avait -et a toujours- une vision moins simpliste de la problématique en question9. Depuis saint Augustin et saint Thomas, elle met les croyants en garde contre une interprétation trop hâtive des signes du temps. Saint Augustin -celui des Pères "qui plus qu'aucun autre a contribué à 'réduire la tension eschatologique' par sa façon d'apprécier les signes des temps"10- souligne notamment qu'il y a toujours eu des guerres et des tribulations et que "celles-ci ne constituent donc pas des signes spécifiques auxquels l'on pourrait reconnaître la proximité du jour du jugement dernier"11. Dans la doctrine augustinienne, la justice de Dieu s'exerce d'une manière permanente. La fin du monde est certes accompagnée du jugement dernier, mais celui-ci n'est que "l'achèvement d'une série de jugements"12 déjà prononcés. Ceux-ci concernent d'une part l'humanité entière et d'autre part chaque individu en particulier. Dans cette optique, une période de malheurs peut être interprétée comme la manifestation d'un jugement de Dieu qui se situe quelque part -mais nous ignorons où- sur la ligne temporelle qui nous conduit vers la fin du monde.

  • 13 Nous suivons la datation proposée par Comelis Johannes Walravens dans son Alain Chartier. (...)
  • 14 Les éditions citées sont les suivantes : Alain Chartier Le Quadrilogue Invectif, éd. par E. (...)

5Toutefois déjà les quelques épisodes mentionnés font voir que cette dialectique était inconnue aux foules : au moins sur ce chapitre, l'Eglise n'avait pas réussi à inculquer la pensée de saint Augustin à la grande masse des croyants. Par contre, les intellectuels ne se laissaient pas impressionner par un orage ou une comète, mais eux non plus ne pouvaient pas ne pas céder à un sentiment de découragement devant les malheurs qui frappèrent la France pendant la période qui nous concerne. Ils connaissaient par cœur les passages bibliques où il est question de l'apocalypse et ne se lassaient pas de les citer et de les appliquer à leur propre époque. Peut-être ne pensaient-ils pas que la fin du monde était imminente, mais du moins étaient-ils convaincus que la fin d'un monde -le leur- n'allait pas tarder à se produire. Les textes qui émanent d'eux sont donc teintés, à des degrés différents, d'une rhétorique des temps de la fin. Nous avons choisi d'analyser ce phénomène dans quatre ouvrages représentatifs, bien que fort éloignés les uns des autres. Les deux premiers sont le Quadrilogue invectif (1422) et Le Livre de l'Espérance (1428 ou 1429)13 d'Alain Charrier, qui seront suivis de l'épître Loquarin tribulacione (1439) de Jean Juvénal des Ursins et du Journal d'un bourgeois de Paris, dont les dates limites sont 1405 et 144914. Tous ces textes ont été rédigés en français, mais dans Loquar in tribulacione l'auteur recourt souvent à des citations bibliques en latin et passe assez curieusement -même à l'intérieur d'une seule et même phrase- d'une langue à l'autre. Chartier et Juvénal des Ursins, l'un "humble secretaire" (Quadrilogue 1, 4) de Charles VII, l'autre évêque de Beauvais, se trouvèrent aux premières loges pour observer la vie politique de leur temps. Le Bourgeois (un clerc, malgré la dénomination) a une position moins importante ; son témoignage complète utilement le tableau, car il offre le point de vue de la classe moyenne, si nous pouvons nous permettre ce terme anachronique.

***

6En insérant son Quadrilogue invectif dans un cadre allégorique, Alain Chartier a choisi d'exprimer ses vues sur l'état dans lequel tombe la France en termes plutôt abstraits. Cette oeuvre, dialogue entre les trois états qui se renvoient mutuellement la responsabilité des désastres que connaît le pays, dresse un tableau noir des maux qui affligent le pays. Pour en donner une idée, nous citerons deux passages dont le premier provient du prologue et fait allusion à des événements historiques précis. Le second, par contre, appartient à la partie allégorique de l'ouvrage et pourrait représenter n'importe quel pays en détresse à un moment historique quelconque.

7La première citation évoque la présence de Henri V en France. En 1420, le roi d'Angleterre fait son entrée à Paris. L'année d'après, Catherine de France lui donne un fils, qui sera désigné comme futur roi de France. En 1422, Henry V redescend sur le continent pour parachever ses conquêtes. Tout cela est rendu possible non seulement par la complicité du duc de Bourgogne, mais aussi par les interminables querelles intestines des Armagnacs, querelles d'ailleurs fortement stigmatisées par Chartier. Voici donc en quels termes il parle de l'état politique et moral de son pays et la conclusion qu'il en tire :

Comme doncques, en l'an mil IIIIC XXII, je veisse le roy anglois, ancien adversaire de ceste seigneurie, soy glorifier en nostre ignominieux reproche, enrichir de noz despoilles et despriser noz faiz et noz couraiges et des nostres, qu'il a vers soy atraiz, fortifier les voulentez a son aliance, et avecques ce noz vices croistre avecques le temps et a noz aveuglées affections adjouster tousjours quelque chose a nostre confusion, j'ay conclut en ma pensée que la main de Dieu est sur nous et que sa jureur a mis en oevre ce flaiel de persecution... (4, 24-33)

8Quelques pages plus loin, la même situation est représentée par une allégorie devenue célèbre : dame France, éplorée et dans un état pitoyable, essaie de soutenir un palais, la France, qui risque de s'effondrer d'un moment à l'autre :

... de pluseurs lez estoit prest de fondre et verser tout jus, et n'y apparoit refection sinon aucuns appuys de foibles et petites estaies que pour passer temps et a la haste, non pas a durer, on avoit ça et la assises ou et quant la ruyne sembloit greigneur et le péril plus prouchain. (9, 13-19)

  • 15 Bien qu'efficace, cette image n'est pas très originale : on la trouve à plusieurs reprises d (...)
  • 16 Plus en général, c'était l'avis des écrivains politiques de l'époque. Voir à ce sujet Jacque (...)
  • 17 Pierre-Jean Roux : "Alain Chartier devant la crise du pouvoir royal au début du xve siècle", (...)

9L'image biblique de la main de Dieu qui s'est posée sur la France est essentielle pour l'interprétation du Quadrilogue15. D'après Chartier, le jugement de Dieu est en train de s'exercer sur le pays. Les malheurs présents ne sont pas imputables à un caprice de la Fortune, comme beaucoup le pensent ; il s'agit bien au contraire d'un châtiment divin que les Français ont attiré sur eux par leur inconduite. Comme on le verra, ce point de vue courageux est aussi celui de Jean Juvénal des Ursins16. Les deux témoins n'essaient pas d'embellir les données du problème. Mais là où l'évêque de Beauvais considère que le dénouement de la situation dépend du roi (cf. ci-dessous), Chartier prévoit que les tribulations ne cesseront avant que les Français ne se soient corrigés. Il semble d'ailleurs nourrir, au moins dans son subconscient, des doutes sur cette éventualité. Cela expliquerait en partie ce que Pierre-Jean Roux appelle fort heureusement l'"atonie religieuse" du Quadrilogue, explicitée en ces termes : "Nous y chercherions en vain (...) une allusion à la prédilection de Dieu pour le royaume de France, en vain une lueur de ce providentialisme selon lequel Dieu nous corrige, certes, mais aussi nous dirige.(...) ces appels à la discipline, à l'union, à la loyauté et à l'effort, vertus purement humaines, ne trahissent-ils pas le désarroi d'un esprit médiéval devant l'absence du moindre signe céleste ?"17 A cette remarque, il faut pourtant ajouter que le désespoir de Chartier n'est pas absolu, puisqu'il ne juge pas inutile d'exhorter ses compatriotes à s'unir contre l'ennemi.

10Des quatre personnages du Quadrilogue -dame France, le peuple, la chevalerie et le clergé- c'est le premier qui est la plus consciente des périls qui menacent le pays. Mieux que les autres -ou mieux en tout cas que le peuple et la chevalerie- elle voit que la France court à la ruine. Ce qui la rend particulièrement amère, c'est qu'elle comprend qu'il s'agit d'une autodestruction, et non pas d'une défaite due à la supériorité militaire de l'adversaire. Le peuple, lui, est en proie à un sentiment d'impuissance totale ; il se sent anéanti par les souffrances subies et n'aperçoit nulle part une lueur d'espoir. La description qu'il fait de ses conditions de vie est pathétique :

... a ma persecution ne peut on riens adjouster que la mort. (...) Je vif en mourant, voiant la mort de ma povre femme et de mes petis enfans et desirant la mienne, que tant me tarde que je la regrete chascun jour (...) je suys en exil en ma maison, prisonnier de mes amis, assailli de mes défendeurs et guerroyé aux souldees dont le paiement est fait de mon propre chatel. (20, 23-24 ; 21, 29-31 ; 22, 15-18)

11Cette vision dramatique, qui se traduit par une suite d'oxymores, est cependant partielle : elle ignore les malheurs des autres états. Le clergé par contre, a des vues plus larges qu'il partage avec dame France. Ainsi voit-il dans le pays une "nef sans gouvernail" et un "cheval sans frain". (56, 12-13)

12Comparée aux autres, la chevalerie affiche une attitude superficielle : on dirait qu'elle n'est pas pleinement consciente des conséquences que la guerre risque de provoquer. Chez elle, pas de considérations alarmantes sur la fin du royaume, ni de désir de mourir sous le poids d'un présent trop affligeant. Le sentiment patriotique, qui anime dame France et le clergé, lui est également étranger. En se contentant de jeter la responsabilité des malheurs de la France sur les autres états, notamment sur le peuple, la chevalerie fait preuve d'une légèreté et d'une irresponsabilité inconcevables.

  • 18 François Rouy : L'Esthétique du traité moral d'après les œuvres d'Alain Chartier. Genève, Dr (...)
  • 19 Norman Cohn : Les Fanatiques de l'Apocalypse. Paris, Juilliard 1962, pp. 32-33.

13Le Livre de l'Espérance, ouvrage dense et complexe, reprend la problématique du Quadrilogue, tout en y ajoutant de nouvelles dimensions. Là où le Quadrilogue est essentiellement un pamphlet patriotique, Le Livre de l'Espérance, qui certes n'ignore pas cet aspect non plus, est avant tout le "récit allégorique (...) d'une aventure spirituelle", pour employer la formule de François Rouy18. Le protagoniste principal du Quadrilogue est France, tandis que dans Le Livre de l'Espérance, ce rôle est partagé par deux vertus théologales, Foi et Espérance. Cependant cela ne change en rien la façon dont sont analysées les questions qui nous intéressent ici. En constatant que "la main de Dieu est sur vous" (82, 445-446), Foi emploie l'image qui nous est déjà familière grâce au Quadrilogue. Elle passe ensuite à la description des trois principaux signes permettant de déduire que l'état misérable de la France est voulu par Dieu. Le premier, c'est que "le mal et la persecution commence aux souverains et aux princes, et que les chiefz sont premiers feras et exterminés" (78-79, 353-355). Le thème en question est un de ceux auxquels les contemporains étaient particulièrement sensibles. Ils voyaient en effet dans la mort subite d'un prince ou d'un grand dignitaire un signe tangible de l'approche des derniers temps19. On comprend alors que des catastrophes comme Azincourt ou Verneuil les laissent hébétés de douleur et de stupeur. Apparemment Chartier est resté très impressionné par ces pertes, puisqu'elles lui ont inspiré des passages exprimant une douleur sincère :

Nombre par les ans lez males adventures, et tu te esmerveilleras comme en si pou de temps tant de puissans hommes sont periz ou mors, et la gloire de seigneurie venue en captivité et a misère a brief espace. Ou est une noble maison en France qui se puisse dire quitte dez dangiers de prison, ou exempte dez douleances de nouvelle mort ? De toutes pars lez chasteaux sont habités de veufves esplourees ou de desoleez femmes de prisonniers, les seigneuries sont en mains d'enfans et d'orphelines. (...) ne vous est guère demouré de si grant nombre de parfaitz hommes fors une multitude povre, esperdue et despourveue, sans force, sans adresche et sans cueur ; voyre avec telle infelicité que, se par bonne inclination ou par grâce aucun s'eslieve entre vous, disposé a haultesse de cueur ou a bien faire, Dieu et fortune ne le laisse durer. (80392-400 ; 81, 408-413)

14Deuxièmement, les Français ont sombré dans un abattement moral qui les empêche d'analyser la situation et de trouver des moyens pour en sortir. En troisième lieu, on peut "aperchevoir le glaive de Dieu levé sur les seigneurs, lors quant entre les effors des forains ennemis se engendrent es royaulmes discordes civiles, et que la force de résister dehors est tournee sur soy-mesmez pour confundre sa propre resistence" (79-80, 375-379). De tous les fléaux qui infestent la France, les guerres intestines sont considérées comme les plus détestables, car il n'y a pas de salut possible pour un pays désuni face à l'ennemi.

15Contrairement au Quadrilogue, où tous les ordres sont rendus responsables des malheurs de France, Le Livre de l'Espérance n'inculpe guère le peuple. Par contre, Chartier n'a pas de mots assez durs pour condamner l'inconduite des seigneurs et des représentants de l'Eglise. La critique adressée à cette dernière est d'ailleurs plus détaillée que dans le Quadrilogue ; les considérations ne se limitent plus à l'Eglise gallicane, mais concernent la chrétienté en général. Le schisme est inclus parmi les phénomènes qui suscitent l'ire de Dieu et, partant, font périr les royaumes :

... lez pechiés du clergié provoquent si avant l'indignation de Dieu, et auraient sa haine et mesprix (...) Nous voions que toute ordre et reigle de sainte prestrise est bestournee (...) Et si ne vueil point trop entrer a reciter la promotion dez indignez, dont l'Eglise gemist, (...) et les royaulmes en cheent en destruiment et reprouche. (58, 232-233 ; 245-246 ; 59, 58-260)

16Une autre particularité du Livre de l'Espérance est le fait que le sort de l'individu, c'est-à-dire de l'auteur, est considéré comme inséparable de celui de son pays. Déjà dans le Quadrilogue, il est vrai, l'état de France suscite chez Chartier une profonde angoisse, mais dans Le Livre de l'Espérance cause et effet sont liés plus intimement encore. Indignation et Desespérance profitent de la léthargie de l'auteur, qui gît depuis plusieurs jours dans son lit "enferme de corps et de pensée" (5, 2), pour lui expliquer qu'étant donnée la situation de la France, son existence ne sera désormais que souffrance et douleur. Il vaudrait donc mieux qu'il se donne la mort :

Que vault ta vie, dont tu ne peulz acquerir que misere qui croist avecquez tes ans et s'enforce contre toy, quant ta vertu se affoiblist, ton aage tourne ja vers declin, et lez maleuretés de ta nation ne font que commencer ? Que pense tu voyr pour plus vivre, si non mort d'amis, rapine de biens, champs en gast, cités destruites, seigneurie forcée, pais desolé et commune servitude ? (...) tu dois avoir peu de regret de remaindre vif, quant ton pais perist devant tes yeulx, et que Fortune te oste l'espoir et le soulas de ta vie. (18, 15-22 ; 27-29)

17Ensuite Desespérance énumère des personnages historiques qui ont préféré se suicider plutôt que d'affronter une situation douloureuse. Cependant le parallèlisme qu'elle suggère entre l'existence de Chartier et celle des célébrités du passé est loin d'être convaincant : contrairement à un Néron, il ne s'est rendu coupable d'aucun crime qu'il devrait expier ni ne se trouve non plus à la tête d'un royaume ou d'une armée dont il aurait causé la perte. L'invitation qui lui est adressée de se supprimer parce que son pays est en train de se désagréger (invitation d'ailleurs énergiquement réfutée par les Vertus) est exagérée, mais il faut y voir plutôt un procédé rhétorique qu'une proposition sérieuse. Toutefois rien que le fait qu'elle ait pu être formulée, est lourd de signification.

18Jean Juvénal des Ursins rédigea l'épître Loquar in tribulacione à l'occasion des états généraux d'Orléans qui se rassemblèrent en 1439. Elle s'adresse au roi Charles VII dont l'activité, ou plutôt le manque d'activité politique est critiqué par l'évêque de Beauvais en des termes extrêmement durs. La citation biblique mise en exergue (Job 7, 11) n'est pas aussi révélatrice de l'esprit combatif de l'auteur qu'elle le serait, si le verset était reproduit en entier. En effet celui-ci débute ainsi : "quapropter et ego non parcam ori meo / loquar in tribulatione spiritus mei / confabulabor cum amaritudine animae meae". Malgré cette omission, l'auteur s'exprime avec une liberté que ni son âge, ni sa position importante ne sauraient expliquer.

19Juvénal des Ursins commence son exposé en décrivant les conditions insupportables dans lesquelles se trouve le diocèse de Beauvais -le sien- qui, se trouvant dans une région frontalière, est particulièrement exposé aux incursions des différentes armées. Le tableau des atrocités commises par les soldats en dit long sur la tactique de terre brûlée appliquée par les belligérants :

... je suis pere spirituel ou diocese de Beauvais, et ay plusieurs belles terres et seignouries ou souloit avoir laboureurs et bestail, mais (...) les povres gens ont esté tuez, prins, enmenés, pillez, robez et tirannis(ez) et ont perdu tout leur bestail, et est le paiz tout destruit et desolé, et si sont les esglises, maisons arssez, brulees, et fouldroiees et en ruyne, et tant par prison que autrement ont tué mon povre peuple ; et pour abreger j'ay perdu terres, bestail et mon peupl(e) qui sont mes enfans ainsi que fist Job. (p. 302)

20Et encore :

Et en vérité toute la chevance de ce pais est vuidee, car il y a eu moult grant peuple, et le pais estoit et est tout destruit (...) et s'en est le peuple departy tellement que très pou en est demouré et comme néant au regard du temps passé... (pp. 316-317, passim)

21Les souffrances infligées à la population civile sont telles que beaucoup préféreraient mourir plutôt que de continuer leur existence misérable : "nous sommes grevés oultre mesure et plus que nostre vertu ne peut supporter, et tellement que il nous ennuye et desplaist a vivre" (p. 304). L'idée que la limite de tolérance de la population ait été dépassée réapparaît plusieurs fois sous la plume de Juvénal des Ursins ; il va jusqu'à affirmer que la consolation de la religion ne lui suffit plus. Ce qui rend la situation insupportable, c'est que les troupes de Charles VII se livrent aux mêmes atrocités que l'ennemi à proprement parler. On invoque en vain l'aide du roi : celui-ci donne des promesses en l'air mais ne fait rien pour empêcher ses troupes de s'acharner contre les civils. Or, si ceux-là mêmes qui devraient protéger et défendre le peuple ne remplissent pas leur devoir, comment espérer que la situation connaisse tôt ou tard un retournement ? L'exacerbation de Juvénal des Ursins est donc extrême et il ne le cache pas :

... nous avons pour justice violence, pour misericorde rapine, pour proteccion destruccion, pour soustenance subverssion, pour pasteurs pilleurs et meurtriers, pour deffenseurs persécuteurs, (p. 311)

  • 20 Jean Batany : "Renart au xve siècle : Une réécriture du Livre des Bêtes de Raymond Lulle par (...)
  • 21 Il s'agit de l'écrit numéro 398, "Pour la réforme du royaume", des Oeuvres Complètes. "Elle (...)

22Ce texte virulent, "souvent cité (...) par les historiens à propos des pillages et des massacres commis par les bandes de soldats"20, est cependant moins original qu'il n'y paraît de prime abord. Nous avons été assez surprise de constater que dans le passage reproduit ci-dessus -et peut-être même ailleurs ?- Juvénal des Ursins copie mot à mot un écrit de Gerson qui date déjà de 140521. Voilà un détail qu'on ne saurait ignorer si l'on veut apprécier le témoignage de Juvénal des Ursins à sa juste valeur.

23Trois point dans son argumentation vont retenir notre attention. D'abord le fait que la limite de tolérence des victimes a été dépassée : il s'ensuit non pas un sentiment de rébellion, mais un dégoût profond de la vie : tedeat nos vivere (p. 304). Dans la bouche d'un ecclésiastique, cet aveu constitue une énormité : la Bible n'enseigne-t-elle pas de supporter avec patience les misères de ce bas monde ? Exclure tout espoir, c'est se condamner en enfer ; du point de vue théologique, cela est bien pire qu'une fin du monde -imminente ou non- qui, malgré les apparences terrifiantes, devrait déboucher sur la béatitude éternelle. Mais Juvenal des Ursins dit et redit qu'il en a assez de la vie. Le tedeat nos vivere devient ainsi cupio dissolvi. Cette expression provient également de la Bible (Phil. 1, 23), mais n'y a pas du tout le même sens que chez Juvénal des Ursins. Qu'on compare :

Coartor autem e duobus desiderium habens dissolvi et cum Christo esse multo magis melius permanere autem in came necessarium est propter vos et hoc confidens scio quia manebo et permanebo omnibus vobis (Phil. 1, 23-25)

... je me sens aagé et fort debrisé et maladif, et veues les tribulations et la pitié de ceste seignorie, qui est taillee de aler a perdicion totale, cupio dissolvi et esse cum Cristo, ... (p. 366)

24Le second point, ce sont les reproches adressés au roi. Cette partie de l'épître -peut-être la plus importante- est construite autour d'une citation provenant du psaume 43 dont voici l'essentiel tel qu'il est cité dans le texte :

Propter te mortificamur
cothidie; estimati sumus tanquam oves occisionis.
Exsurge; quare obdormis, Domine ?
Exsurge, ne repellas in finem.
Quare faciem tuam advertis ?
oblivisceris inopie nostre et tribulacionis nostre ?
Quoniam humiliala est in pulvere anima nostra;
conglutinatus est in terra venter noster.
43, 22-24

25On ne saurait nier que la citation est bien choisie : ces vers semblent rédigés exprès pour Charles VII. Les circonstances qu'ils décrivent ne sont pas moins dramatiques que le tableau historique esquissé par Juvénal des Ursins. Sur le plan spirituel, une communauté de croyants dont Dieu a détourné la face est tout aussi perdue que l'est, sur le plan terrestre, un peuple sans souverain ou un enfant sans parents. Ces situations équivalent à une fin du monde prolongée et immuable, puisqu'elles n'évoluent jamais. La question "quare faciem tuam advertis ?" condense l'angoisse suscitée par le comportement et les tergiversations incompréhensibles du roi.

26Mais Juvénal des Ursins ne se contente pas de décrire l'impasse dans laquelle se trouvent les victimes directes de la guerre. Il expose aussi les dangers encourus par le roi si celui-ci s'abstient de faire quelque chose pour sauver son peuple. Comme ses sujets n'en peuvent plus et qu'ils seraient mieux traités s'ils se livraient à l'ennemi -"se estions es mains des ennemis nous serions gouvernés en justice et polic(e)" (p. 312)- il est légitime de s'attendre à une "désertion" en masse de sa part. Car, comme le dit Juvénal des Ursins, "finera bien ton peuple de roy, mais tu ne fineras pas de peuple quant tu vouldras" (p. 312). La fin des temps menace donc aussi le monarque, puisqu'un monarque sans sujets n'en est plus un.

27Pour Juvénal des Ursins, son sort personnel est inséparable de celui de la communauté à laquelle il appartient. D'une part il essaie de convaincre le roi de faire protéger son diocèse contre les ennemis : il se conduit en père qui essaie de sauver ses enfants. D'autre part, il n'oublie pas les devoirs qu'il a envers son suzerain : "j'ay esté son advocat, je suis son per, je luy ay promis de luy reveler son dommage et faire son prouffit"... (p. 365)

28Cependant, en disant des choses pour le moins désobligeantes à Charles VII, Juvénal des Ursins risque la disgrâce. Il en est conscient, puisqu'il dit : "se je souffroye pour dire verité je cuideroye estre eureux et que ce serait en remission de mes pechiés et gaigneroye la joye de paradis" (p. 366). Apparemment sauver ceux dont il est responsable lui tient plus à cœur que tout le reste. Dans le beau rôle qu'il s'attribue tout au long de l'épître, il y a presque un côté messianique.

29Loquar in tribulacione donne de la situation politique et sociale de la France une description concrète. Les souffrances de la population y sont exposées avec force détails dans le but précis d'y trouver remède ; les bévues et les tâtonnements de la politique royale sont soulignés pour que Charles VII sorte finalement de sa léthargie et assume les responsabilités qui lui incombent. Juvénal des Ursins entrevoit déjà le pire, la capitulation morale devant l'ennemi, mais plutôt que de laisser son diocèse et le royaume entier à la dérive, il veut tout tenter. Juvénal des Ursins parle en homme d'action et en moraliste là où Chartier parle en homme de lettres et en moraliste.

30Le Journal d'un bourgeois de Paris diffère des ouvrages examinés jusqu'ici sur plusieurs points : longueur (393 pages dans l'édition de Tuetey), durée de la période considérée (44 ans), point de vue (celui d'un Parisien qui s'intéresse au sort de sa ville, mais auquel le sentiment national est étranger), culture de l'auteur (moyenne, comparée à celle de Chartier et de Juvénal des Ursins), état du texte (inachevé, comme Le Livre de l'Espérance). Le récit du Bourgeois nous offre des événements une version qui, par rapport aux textes de Chartier et de Juvénal des Ursins, pourrait être qualifiée de 'populaire' : il nous fait voir comment réagissait le peuple devant les désastres.

31Le Journal réflète-t-il aussi une peur eschatologique ou exprime-t-il l'idée que la société est en train de se décomposer ? Tout en essayant de trouver quelques éléments de réponse, nous soulignons dès maintenant qu'il ne peut pas être question ici de faire une analyse exhaustive de la vision du monde, apocalyptique ou non, du Bourgeois. Ne seront donc examinés que trois points : interprétations données aux "signes" variés ; passages concernant la présence à Paris de quelques prédicateurs des derniers temps et idées de l'auteur sur l'état de son pays (ou, mieux, de sa ville).

  • 22 Journal d'un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449. Texte original et intégral présenté par Cole (...)

32Quand on examine l'attitude du Bourgeois envers certains phénomènes inexpliqués, il ne faut pas confondre l'interprétation que le peuple en donne -et qui normalement est relatée- avec celle de l'auteur, souvent tue ou exprimée seulement entre les lignes. Le Bourgeois, rédacteur d'une chronique inofficielle, enregistre des faits curieux de tout acabit. Cependant il ne manque pas de bon sens : nombre des événements cités ont naturellement leur place dans un texte de ce genre, qu'on y voie ou non un signe précurseur de quelque chose. En 1429, naquirent à Aubervilliers des jumelles siamoises, jumelles que le Bourgeois vit lui-même : "pour vray je les vy et les tins entre mes mains, (...) Et furent christiennés (...) et vesquirent après le baptesme une heure" (508). Ce paragraphe est suivi d'un autre où est signalée la naissance de deux animaux domestiques difformes. Colette Beaune commente les deux passages ainsi : "Pourquoi raconte-t-il ces histoires (....) ? Il croit que ce dérèglement de la nature annonce un dérèglement social et politique, concrètement des catastrophes pour son camp (où se produisent ces apparitions monstrueuses)"22. Or, nous aimerions nuancer un peu cette interprétation. Le Bourgeois a été voir lui-même les siamoises ; qu'il en parle est donc naturel. Quel auteur de journal-même de nos jours- ne signalerait pas un pareil fait ? Le caractère inquiétant des nouveaux-nés est en outre neutralisé par le baptême : on dirait qu'ils l'ont attendu pour mourir ensuite d'une mort chrétienne. Que les animaux monstrueux soient mentionnés tout de suite après, est dû à une simple association d'idées. Déduire autre chose de ce passage serait en abuser. Le Bourgeois est bien capable de donner lui-même ses conclusions quand celles-ci s'imposent ; leur absence est donc significative.

33Parmi les épisodes étranges, on peut ensuite citer le pain couleur cendre qui sortit des fourneaux d'un boulanger en 1431, commenté ainsi : "le plus disoient que c'estoit signifiance de très grant mal advenir, les autres disoient que c'estoit miracle, (...) brief, Paris estoit tout esbahi de ceste merveille, et n'y avoit celui qui n'en jugeast en aucune maniere" (582). Le Bourgeois ne livre pas son opinion personnelle sur la question, mais il est révélateur qu'il n'omette pas de relater l'avis de ceux qui ont déjà vu un tel pain et qui donnent une explication naturelle au phénomène. Ne peut-on déceler, dans la notation suivante, un ton légèrement moqueur envers ceux qui, en dépit du bon sens, sont troublés par ce phénomène :

Là avoit aucuns marchans qui blé congnoissoient, qui dirent que en aucun païs où ilz avoient esté avoient mengé de tel pain (...) et est très bon et savoureux à menger, et advient par une herbe qui croist avec le blé souvent, que on nomme la roivolle, et vray estoit, mais le peuple de Paris ne s'en povoit appaisier... (582)

34Même lorsque les faits observés sont plus mystérieux, le Bourgeois n'exclut pas qu'ils puissent avoir une explication naturelle, bien que celle-ci ne soit pas connue. Ainsi constate-t-il laconiquement au sujet de l'eau rougeâtre qui coula à la porte Saint-Honoré pendant quelques jours que "furent les gens qui y alloient moult esbahiz, (...) et si ne pot oncques personne savoir la signifiance de la chose." (1421 ; 309). Ici non plus, le ton n'est pas alarmiste. Ecartons donc l'application automatique de l'équation 'événement curieux' = 'signe funeste' / 'signe propice'.

35Nous voici arrivés au second point. Le Bourgeois enregistre aussi bien la visite à Paris de prédicateurs populaires, tel frère Richard, que d'hommes d'Eglise remarquables sous quelque aspect, tel le clerc espagnol Femand de Cordoue. Frère Richard, le cordelier confesseur de Jeanne d'Arc, prêcha dans la capitale en 1429. Il répandit entre autres les vues apocalyptiques de saint Vincent Ferrier et annonça l'avènement de l'Antéchrist. Pendant son voyage en Terre Sainte, il avait en effet rencontré des Juifs qui lui avaient appris la naissance du Messie à Babylone ; or, pour les Chrétiens, ce Messie, c'était l'Antéchrist. Malheureusement, la façon dont ce récit est présenté par le Bourgeois ne permet pas de dire s'il ne fait que répéter ce qu'il a entendu, ou s'il y fait des ajouts personnels (les citations bibliques, données à l'appui de la thèse, sont-elles de lui ou de frère Richard ?) En tout cas, l'identification du Messie en question avec l'Antéchrist ne soulève aucun doute chez notre auteur.

36Dans son dernier sermon parisien, frère Richard

... dist au départir que l'an qui serait après, c'est assavoir, l'an XXXe, que on verrait les plus grandes merveilles que on eust oncques veues, et que son maistre frere Vincent le tesmoingne selon l'Apocalice et l'escriptures monseigneur sainct Paul, et ainsi le tesmoingne frère Bemart, ung des bons prescheurs du monde, si comme on disoit cestuy frere Richart (502)

  • 23 Bernard Montagnes : "Prophétisme et eschatologie dans la prédication méridionale de saint (...)
  • 24 ibid., p. 340.
  • 25 Cité d'après Jean Delumeau, op. cit, p. 279.
  • 26 Ibid. p. 279.

37Le dominicain saint Vincent Ferrier (1350-1419), qu'il fût ou non cet "annonciateur fulgurant des terreurs apocalyptiques" que certains ont vu en lui23, avait fait de l'annonce de la venue prochaine de l'Antéchrist et du jugement final une des dominantes de sa prédication24. Selon lui, le jugement dernier aurait lieu "cito, bene cito ac valde breviter"25. L'introduction sans commentaires de son nom dans le récit démontre que dix ans après sa mort, saint Vincent Ferrier était toujours connu de tous, bien qu'il n'eût jamais prêché à Paris. Apparemment, il n'en va pas de même du fransiscain Bernardin de Sienne (1380-1444), présenté en tant qu'"ung des bons prescheurs du monde". Le Bourgeois ne prend même pas cette formule à son propre compte (ne sait-il donc rien du personnage en question ?), puisqu'il ajoute "si comme on disoit cestuy frere Richart". Mettre saint Vincent Ferrier et saint Bernardin sur le même plan est d'ailleurs quelque peu incongru ce dernier ayant cherché avec son activité à contrecarrer les excès dus à l'influence des prédicateurs exaltés26.

  • 27 Colette Beaune, op. cit., p. 432, note 41 ; voir aussi l'article de Martin Aurell : "Eschato (...)

38Le séjour de Fernand de Cordoue à Paris se situe en 1446. Ses vastes connaissances dans des domaines des plus variés impressionnèrent les Parisiens : aussi organisa-t-on une 'disputatio' qui lui donna l'occasion d'étaler son érudition. Le Bourgeois y participa (862), mais ne signale pas si c'est à cette occasion ou ailleurs qu'il l'entendit annoncer la venue de l'Antéchrist et la fin des temps. Pour notre propos, il est intéressant de constater que Fernand propagea les vues du fransiscain Francesc Eiximenis27. Le prophétisme catalan, qui avait pris des dimensions importantes dans le Sud, fait donc une apparition, bien qu'extrêmement modeste, dans le Journal. Autant dire que son auteur était bien au courant des prophéties eschatologjques de l'époque.

  • 28 Colette Beaune, op. cit., Introduction, p. 8.

39Il nous reste à présenter brièvement l'attitude du Bourgeois devant les malheurs de son temps. Quiconque a vécu à Paris pendant la première moitié du xve siècle, "a vu surgir les quatre cavaliers de l'Apocalypse, la guerre, la peste, la famine et la mort"28. Evidemment, le Bourgeois aussi finit par maudire la guerre ; les années 1422-1423 et 1430 lui semblent particulièrement lourdes. S'il ne va pas jusqu'à espérer sa propre mort devant tant de malheurs, il fait émettre ce voeu à ses concitoyens :

... ne vous eussiez esté en (quelque) compaignie que vous ne veissiez les ungs lamenter ou plourer à grosses lermes, maudisant leur nativité, les autres fortune, (les autres) les signeurs, les autres les gouverneurs, en criant à haulte voix bien souvent et asseurement : "Helas ! hélas ! vray tres doulx Dieu, quant nous cessera ceste pesme douleur et ceste doloreuse vie et de dampnable guerre... (1421 ; 325)

40On trouve même chez lui des passages qui rappellent les tableaux les plus sinistres de Chartier et de Juvénal des Ursins :

Item, quans lieux demourez inhabitez, comme villes, chasteaulx, moustiers, abbayes et autres, helas ! helas ! quans orphelins ou peut en terre chrestienne trouver, et quantes pouvres femmes vefves et chetives par telz occisions. (1423 ; 388)

41Et encore :

... c'est grant pitié et dommaige que les signeurs ne sont d'accort. Mais, se Dieu n'en a pitié, toutte France est en grant danger d'estre perdue, car de toutes pars on y gaste les biens, on y tue les hommes, on y boute feus, et n'est estrange ne privé qui point en die : Dimitte, mais touzjours va de mal en pis, comme il appert (1430 ; 543)

42Peut-on donc affirmer que le pessimisme l'envahit au fur et à mesure qu'on avance dans le xve siècle ? Nous hésiterions à le faire, car il conserve jusqu'à la fin le courage de parsemer son récit de notations décelant un réel intérêt envers tout ce qui est beau et attrayant : jamais il ne sombre dans l'indifférence. Malgré les citations bibliques sur la fin du monde, qui apparaissent régulièrement, et malgré les atrocités dont il est témoin, le ton dominant n'est pas le désespoir. On n'a pas non plus l'impression que le poids de l'âge se fasse sentir dans ses descriptions. N'est-il pas symptomatique que le dernier paragraphe du Journal décrit "la plus belle procession (...) que on eust veue puis cent ans devant", et qu'il se termine par les mots suivants, concernant un tableau vivant : "fut fait (...) ung moult bel echaffaud où on fist une tres belle histoire de paix et de guerre qui longue chose seroit a racompter, que pour ce on delaissa" (1449, 904). Pour des raisons que nous ignorons, le Bourgeois pose ici la plume ; son récit se clôt donc sur cette "belle histoire de paix et de guerre", histoire dans laquelle la paix finit sans doute par l'emporter, comme le suggère l'ordre inhabituel des éléments dans le syntagme.

***

  • 29 Ce point de vue est bien expliqué par Frank L Borchardt qui écrit notamment : "Take the (...)

43Nos trois auteurs, si différents entre eux par le talent, la culture et l'inspiration, ont ceci en commun qu'ils considèrent la situation de la France plus en historiens qu'en hommes d'Eglise. L'état politique et moral de leur pays -pour Chartier et Juvénal des Ursins on pourrait parler de patrie- les préoccupe profondément Bien qu'aucun signe ne laisse penser, en ces années sombres pendant lesquelles ils écrivent les textes analysés ici, que les temps de la fin puissent être évités, c'est cependant ce à quoi ils aspirent et s'appliquent Voilà ce qui les sépare des annonciateurs de la fin des temps qui, lorsqu'ils sont conséquents avec eux-mêmes, doivent espérer que tout se précipitera aussi vite que possible29.

Notes

1 Jean Delumeau : La Peur en Occident (xvie-xviiie siècles), Paris, Fayard 1978, p. 261.

2 Voir notamment l'article de Coleman Viola : "Jugements de Dieu et jugements derniers. Saint Augustin et la scolastique naissante (fin xie - milieu xiiie siècles)", The Use and Abuse of Eschatology in the Middle Ages, Mediaevalia Lovaniensia, Series I/ Studia XV, Leuven University Press, Leuven 1988, p. 246, note 6.

3 Johan Huizinga : L'automne du Moyen Age. Petite Bibliothèque Payot 1989, p. 35.

4 Jean Chelini : Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Paris, Armand Colin 1968(2nde éd. revue), p. 414.

5 E Delaruelle : L'Eglise au temps du Grand Schisme, Tournai 1964, t. II, p. 827, cité d'après Delumeau, op. cit. , p. 261.

6 Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, publiée en latin pour la première fois et traduite par M. L Bellaguet, Collection de documents inédits sur l'histoire de France. Première Série, histoire politique. Paris 1839, 11, p. 699.

7 Camille Flammarion : La Fin du monde, Paris, Flammarion 1894, p. 188.

8 Martin Haeuslen Dos Ende des Geschichte in der mittelalterlicher Weltchronistik, Beihefte zum Archiv fur Kulturgeschichte, Heft 13, Wien 1980, p. 63.

9 Voir, sur l'attitude de l'Eglise, aussi Lucian Boia : La fin du monde : une histoire sans fin, Paris, Découverte 1989, pp. 59-61.

10 Edith Paszton "L'apport de Raoul Mansnelli à l'histoire de l'eschatologie médiévale", Fin du monde et signes des temps. Visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie - début xve siècle). Cahiers de Fanjeaux 27, Toulouse, Editions Privat 1992, p. 23.

11 Viola, op. cit., p. 270, note 78.

12 ibid., p. 248.

13 Nous suivons la datation proposée par Comelis Johannes Walravens dans son Alain Chartier. Etudes biographiques, suivies de pièces justificatives, d'une description des éditions et d'une édition des ouvrages inédits, Amsterdam, Meulenhoff-Didier 1971, pp. 82-83.

14 Les éditions citées sont les suivantes : Alain Chartier Le Quadrilogue Invectif, éd. par E. Droz, 2e éd. , Paris, Champion(CFMA) 1950 ; Le Livre de l'Espérance, éd. par François Rouy, Paris, Champion, Bibliothèque du xve siècle, 1989 ; Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, publiés pour la Société de l'Histoire de France par P. S. Lewis avec le concours de A. M. Hayez, Paris, Klincksieck 1978, tome Ier, pp. 301-435 ; Alexandre Tuetey : Journal d'un bourgeois de Paris (1405-1449), Paris, Champion 1881. Pour les citations provenant du Journal, seront indiqués les paragraphes -et non pas les pages- ce qui permettra au lecteur de se référer à l'édition de Colette Beaune.

15 Bien qu'efficace, cette image n'est pas très originale : on la trouve à plusieurs reprises dans la Chronique de Charles VI, où on peut lire dans une prédiction concernant les années 1410-1415 que "... les chefs de l'Etat seront tellement aveuglés à cause de leurs péchés, qu'ils ne sauront trouver aucun moyen de défense, et l'on verra bien que la main du Seigneur se sera appesantie sur eux et sur les personnages les plus considérables et les plus puissants du royaume de France". Chronique du religieux de Saint-Denys (voir note 6), Paris 1852, t. VI, p. 289.

16 Plus en général, c'était l'avis des écrivains politiques de l'époque. Voir à ce sujet Jacques Krynen : Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age (1380-1440). Etude de la littérature politique du temps. Paris, Picard 1981, p. 157.

17 Pierre-Jean Roux : "Alain Chartier devant la crise du pouvoir royal au début du xve siècle", Culture et Pouvoir au Temps de l'Humanisme et de la Renaissance. Actes du Congrès Marguerite de Savoie publiés par Louis Terreaux, Paris, Champion 1978, p. 14.

18 François Rouy : L'Esthétique du traité moral d'après les œuvres d'Alain Chartier. Genève, Droz, Publications romanes et françaises, 1980, p. 359.

19 Norman Cohn : Les Fanatiques de l'Apocalypse. Paris, Juilliard 1962, pp. 32-33.

20 Jean Batany : "Renart au xve siècle : Une réécriture du Livre des Bêtes de Raymond Lulle par Juvénal des Ursins", Reinardus, Annuare de la Société Internationale Renardienne, Alfa, Graves 1989, p. 5.

21 Il s'agit de l'écrit numéro 398, "Pour la réforme du royaume", des Oeuvres Complètes. "Elle voit en plusieurs lieux oppression crueuse du peuple ; pour justice violence, pour misericorde rapine, pour protection destruction, pour soustenance subversion, pour pasteurs pilleurs, pour deffendeurs persécuteurs" ; Jean Gerson : Oeuvres Complètes, Intorduction, textes et notes par Mgr. Glorieux. Paris, Desclée & Cie 1969, vol. VII*, p. 1 138.

22 Journal d'un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449. Texte original et intégral présenté par Colette Beaune, Paris, Le Livre de Poche, Lettres Gothiques, 1990, p. 260, note 117.

23 Bernard Montagnes : "Prophétisme et eschatologie dans la prédication méridionale de saint Vincent Ferrier", Cahiers de Fanjeaux 27 (voir note 10), p. 331.

24 ibid., p. 340.

25 Cité d'après Jean Delumeau, op. cit, p. 279.

26 Ibid. p. 279.

27 Colette Beaune, op. cit., p. 432, note 41 ; voir aussi l'article de Martin Aurell : "Eschatologie, spiritualité et politique dans la confédération catalano-aragonaise(1282-1412)", Cahiers de Fanjeaux 27 (voir note 10), spécialement pp. 206-208.

28 Colette Beaune, op. cit., Introduction, p. 8.

29 Ce point de vue est bien expliqué par Frank L Borchardt qui écrit notamment : "Take the great increase in immorality that is supposed to announce the end of the age (...). Some people may think of it merely as a sign of the times, their own times, and wish that something be done about it The domm-sayer knows that it refers to the amazing events forthcoming. There is no point in correcting the immorality. Ail of that will be taken care of by the catasrophe. (...) As deplorable as the wickedness of the world may be, its graduai correction is hardly desirable. The wickedness must continue and worse. " Doomsday speculation as strategy of persuasion. A study of Apocalyptisme as Rhetoric. Studies in Comparative Religion 4. The Edwin Mellen Press, pp. 139-140.

Auteur

Université de Tampere, Finlande

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540