Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Fin des temps et politique : La mort d'Alexandre au xve siècle

Christiane Raynaud

Texte intégral

"Tote la terre croula, mer mua sa figure le soleil sa clarté, la lune sa nature Fist esclair et tonaire e vent e démesure"

  • 1 CARTELLIERI (O.). La cour des ducs de Bourgogne, trad. F. CAUSSY, Paris, Payot, 1946.
  • 2 Jean Wauquelin écrit pour Jean de Bourgogne, comte d'Etampes. Il utilise pour la première partie u (...)
  • 3 Un exemplaire papier (Paris, B.N., ms. fr. 1419) a d'abord été réalisé puis en 1448 une copie de l (...)
  • 4 ROSS (D.J.A.), "Alexander historiatus, a guide to medieval illustrated Alexander literature", Warb (...)
  • 5 Par Jean Wauquelin qui suit Jacques de Guise et ses Chroniques de Hainaut qu'il a traduites dans l (...)
  • 6 BARTIER (J.), Une crise de l'Etat bourguignon : la réformation de 1457. Hommage au professeur P. B (...)
  • 7 Alexander the Great in the Middle Ages. Ten studies on the last days of Alexander in literary and (...)
  • 8 DOGAER (G.), Flemish miniature painting in the 15th and 16th centuries, Amsterdam, B.M. Israël,, 1 (...)

1La cour de Bourgogne1, à la fin du MA, n'échappe pas à la fascination qu'exerce Alexandre le grand. Dès avant 1448, Jean Wauquelin compile Le livre des conquestes et faits d'Alexandre le Grand2. Trois copies3 en sont faites à la demande de Philippe le Bon, la troisième entre 1457 et 1459. Le programme iconographique de cette dernière (ms. 456 de la collection Dutuit), héritier du légendaire médiéval4, est déjà aménagé sous l'influence des humanistes et surtout par nécessité politique. Ainsi la mort d'Alexandre, présenté comme l'ancêtre de la dynastie5, pose le délicat problème de la succession, au moment où l'état bourguignon est en crise6. Le duc, 63 ans, n'a pas obtenu la couronne qu'il ambitionne, sa santé s'altère. L'influence des Croy, ses favoris, l'éloigne de son fils et ses relations avec Charles VII sont exécrables. Dans ce contexte, la transposition en images de l'histoire du Macédonien souligne l'actualité d'un thème qui, très tôt, s'est prêté à une réflexion politique7. Guillaume Vrelant et Liévin Van Lathem8, les peintres, dramatisent cette tradition par l'attention portée sur la fin de soi. Mais cette "passion du dernier Alexandre" (G. Chastellain) est aussi présentée comme la fin d'un temps et se transforme en admonestation au ton apocalyptique sur le très nécessaire respect de l'unité et des volontés du duc.

I. UNE TRADITION POLITIQUE

  • 9 RAYNAUD (C), Une criminahté d'exception : les meurtres royaux dans le Roman de toute chevalerie, i (...)

2Le ms. 456 de la collection Dutuit (Musée du Petit Palais) hérite d'une longue tradition politique qui, dès le xiiie s., à travers la mort du souverain met l'accent sur le problème de la transmission du pouvoir9.

3L'illustration du roman del roi Alisandre par Lambert le Tort et Alexandre de Bernai, suivi par la signification de la mort d'Alexandre par Pierre de Saint Cloud hésite entre succession unitaire ou partage du pouvoir.

  • 10 Ce manuscrit picard, daté du troisième quart du xiiie siècle, précise "li dist si corne alixandre (...)

4Dans le ms. fr. 786, fol. 78, Paris, B.N., (xiie s.10) Alexandre, assis dans son lit, nu mais couronné, s'apprête à transmettre son bâton de commandement. De la main droite il désigne le groupe des pairs (huit) qui en bénéficient. Au premier rang, Perdiccas accepte, les autres sont encore tout à leur peine.

5Dans le ms. fr. 789, fol. 95 verso (Paris, B.N.), de la même époque Roxane, débout à la tête du lit, se lamente. Alexandre pose la couronne sur la tête de Perdiccas et lui transmet le bâton. L'élu accepte cette investiture devant quatre témoins.

  • 11 Le Roman de toute chevalerie de Thomas de Kent est indépendant du roman français. Il survit de ce (...)

6Dans le Roman de toute chevalerie de Thomas de Kent11, dont deux manuscrits sont très abondamment illustrés dans le style de l'école de St Alban, la mort du conquérant s'inspire de la branche IV du Roman. Ainsi dans le ms. fr. 24364 (Paris, B.N.) l'enlumineur, qui suit le texte, consacre 30 images en 7 folios à la mort. Elles montrent un double enrichissement.

  1. Le premier précise les circonstances de la mort et décrit l'ensevelissement
  2. Le second annonce une description des souffrances physiques et morales d'Alexandre.

7Quatre moments sont distingués :

  • 12 Dans le ms. fr. 9342 (B.N.), fol. 164 Livre des conquestes et faits d'Alexandre le Grand, les Parq (...)

81. L'annonce de la mort par l'arbre du soleil et de la lune12

  • 13 Dans le ms. fr. 9342 le texte précise que, sur les conseils d'un prud'homme, il se déshabille, s'a (...)

91. Alexandre formule humblement sa demande13

102. L'arbre de la lune "devine" la mort. Le roi est triste mais non épouvanté

113. Ses gens mènent grand deuil

124. Alexandre leur demande de taire la nouvelle

135 et 6. Il revient près de l'arbre et, avec le seul Perdiccas, se fait préciser le lieu et la date de sa mort ; l'évêque partage alors leur affliction 8. Alexandre, son courage retrouvé, réconforte ses hommes.

142. Le banquet fatal

151. Alexandre reçoit du messager d'Olympias, sa mère, la lettre qui l'avertit en vain

  • 14 La mise en garde d'Olympias ne peut empêcher Alexandre d'échapper à sa destinée. Du coup, Antipate (...)

162. Antipater prépare le poison14

173. Une vignette double montre en

  1. le roi qui refuse la coupe du bouteiller pour prendre celle d'Antipater15 et en
  2. envoie des messagers16,

184. La vignette est divisée en deux registres. A la fête s'oppose l'évanouissement du prince dans les bras de Roxane.

193. L'agonie (12 images) fait l'objet du plus long développement. Le seul souci d'Alexandre est son empire. L'Egypte revient à Seleucos, la Macédoine après intervention des Macédoniens, à Perdiccas qui reçoit comme épouse Roxane. Les pairs sont investis de leur royaume par la remise d'un sceptre chaque fois différent. Mais sur la onzième image Alexandre pose la couronne sur la tête du dernier pair, à genoux, les autres couronnés sont rassemblés autour du lit. Devant neuf d'entre eux, Alexandre se laisse mourir.

204. Les funérailles sont évoquées en 6 images

211. Les philosohes "regrettent la mort du prince", (ils touchent le corps comme pour s'assurer d'un décès qui les surprend) Aristote s'évanouit Le corps, placé sur une civière, est présenté au peuple qui se lamente. La discussion qui suit sur le mode d'ensevelissement est tranchée par Dieu et le corps est déposé dans une tombe tandis que le deuil se poursuit.

22Quatre éléments soulignent le caractère très politique de ces séquences.

  • Alexandre ne laisse pas les avertissements de l'arbre interférer sur son action.
  • Il est victime d'une trahison, le meurtrier écarté du pouvoir se venge.
  • Roxane qui le soutient lors de son malaise, n'apparaît qu'à la troisième image du règlement de la succession pour conforter la légitimité de Perdiccas, sans qu'Alexandre tienne compte de son chagrin.
  • Quant à Dieu, il ne choisit pas le moment de la mort mais seulement le mode de sépulture.
  • 17 Ms. fr. 9342, fol. 207 : pour le banquet fatal, le poison est présenté par Jobas, un jeune servite (...)

23L'illustration du texte de Wauquelin reprend pour partie cette tradition mais la modifie en fonction du texte dès la seconde copie (1448)17. Surtout deux innovations apparaissent :

24Folio 208 v° : Même avec beaucoup de précautions est suggérée une tentative de suicide d'Alexandre.

25Folio 210 v° : De son lit, il dicte publiquement son testament à Siméon le notaire.

26La troisième copie reprend ces éléments et les met en perspective d'une manière originale. La mort d'Alexandre devient une véritable passion, mais elle est d'abord fin de soi.

II. LA FIN DE SOI

  • 18 Le texte ne donne pas plus de prise à la tentative de déchristianisation du programme iconographiq (...)
  • 19 KANTOROWICZ (E.), Les deux corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age, Paris, Gal (...)

27Malgré les précédents evhéméristes18, le texte n'envisage pas la divinisation d'Alexandre. De même à la différence des juristes qui construisent la théorie des deux corps du roi19, les peintres ne considèrent que le

  • 20 BOUREAU (A.), Le simple corps du roi. L'impossible sacralité des souverains français xve-xviiie si (...)

Simple corps du roi constamment menacé20.

  • 21 SETTIS-FRUGONI (C.), "Historia Alexandri elevati per griphos ad œerem", origine iconografia e fort (...)

28En dehors des aventures sous-marine et aérienne convenues21, trois épisodes montrent Alexandre confronté à la mort de manière plausible. Dans les deux premiers - quand Porrus tue son cheval et le jette à terre (fol. 122 v°) et lors de l'annonce de sa mort par le roi géant des Mardis Subardis - Alexandre reste imperturbable comme ses hommes.

29Par contre, lorsque Alexandre est sur le point de périr après s'être baigné dans les eaux glacées du Cydnus, l'image évoque tout à la fois le risque de démoralisation de la troupe et indirectement le parti que peut en tirer l'ennemi.

30Fig. 1 : dans le fleuve, trois hommes se lavent. Les mêmes revêtus de leur armure, entourent Alexandre évanoui, nu sur sa chemise. Ils attendent le diagnostic du médecin mais se placent de telle sorte qu'ils dissimulent pour partie la scène aux yeux de l'armée.

  • 22 Dans le ms. fr. 782 (Paris, B.N.), du Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure Priant, qui ne peut (...)

31Sur l'autre rive un cavalier isolé cumule sur lui des indices inquiétants : l'allure de son cheval (et sa queue nouée)22, la position de son corps et le croisement de ses bras. De la main gauche, il désigne la scène et tient les rênes de la main droite, à la différence des autres cavaliers. Il est le traître qui va avertir Darius de l'état critique du prince.

32L'heure venue, le passage de la vie à la mort ne se fait pas sans grandes souffrances physiques et morales.

  • 23 Ce trait n'apparaît pas dans les illustrations précédentes de l'épisode. Dans l'éloge de Guidobald (...)

33Fig. 2 : l'image reprend l'opposition entre les convives qui festoyent et Alexandre malade, et met l'accent sur tout ce que peut regretter le mourant et qui est peint avec des couleurs chatoyantes à dominante rouge. La moitié gauche de l'image décrit la fête. Elle est plus qu'un simple banquet. Une joute se déroule à l'extérieur23. A l'intérieur les invités regardent l'assaut, devisent agréablement ou dansent.

34A droite, Alexandre, sur un lit richement garni est dans la position traditionnelle de l'homme qui subit une souffrance physique longue et continue. Le roi est aux mains des femmes, même si certains viennent déjà prendre des nouvelles. Il ne perd pas connaissance. Roxane, agenouillée près de lui, ne joue plus qu'un rôle secondaire.

35Fig. 3 : Elle reste dans ce rôle lors de la tentative de suicide. Le texte insiste sur l'isolement moral de l'agonisant que provoquent les souffrances. L'image juxtapose des courtisans inconscients du drame, ceux qui viennent d'en être avertis et les protagonistes :

  • à gauche dans l'antichambre des dignitaires discutent, rien ne pemet de savoir l'objet de leur discussion ;
  • devant la chambre royale et sous l'œil attentif d'un dignitaire, un groupe de trois personnages découvre le suicide24. Le premier se détourne avec horreur d'une scène qu'il réprouve, les deux autres se précipitent ;
  • à droite un serviteur soutient et retient le roi avec l'aide de Roxane qui supplie son époux à genoux. Au second plan les trois dames de compagnie qui sortent du jardin éprouvent stupeur et tristesse. La proximité d'une eau sombre, l'attitude d'Alexandre (sa démarche volontaire, le croisement de ses bras) sont sans ambiguïté. Ne pouvant supporter ses souffrances, il songe à se suicider.
  • 25 Comme dans l'antiquité le coupable, enfermé dans un sac, est précipité dans l'eau, avec un coq etc

36Si les progrès de l'humanisme ont atténué la condamnation de son geste, la manière dont il veut en finir et la gravité de la menace qui pèse sur lui lors de l'épisode du Cydnus rappellent avec insistance sa faute - Alexandre a tué son père, Nectanabus - et le châtiment d'ordinaire réservé aux parricides, la noyade25. Mais le roi surmonte cette terrible tentation (le désespoir est au Moyen Age le péché le plus grave) et meurt de manière exemplaire.

  • 26 ARIES (P.), L'homme devant la mort, tome I, Le temps des gisants, Collection Seuil, 1977.
    VOVELLE ( (...)

37Trois images illustrent ce qui devient un véritable ars moriendi laïc26

38Dans un cadre déjà marqué par l'approche de la mort (les courtines et la courtepointe du lit sont bleues, couleur encore associée au deuil, substitut du noir) Alexandre agonise lentement et publiquement, ce qui lui laisse tout le temps de prendre des dispositions testamentaires avant son dernier souffle.

  • 27 MEISS (M.), La mort et l'office des morts à l'époque du maître de Boucicaut et des Limbourg, Revue (...)

39Ne manque que la présence des prêtres27.

40Fig. 4 : La première image par son caractère intime, banal et simple fait contraste avec celles qui ont magnifié l'immense pouvoir du souverain.

41Répondant à la supplique de Roxane Alexandre dicte son testament, au notaire, en présence de trois témoins. Il est désormais nu dans le lit mais couronné (dehors en jaune, l'assassin).

42Fig. 5 : Cette fois le notaire a un équipement plus sophistiqué car les dispositions testamentaires sont longues.

43Roxane à genoux à côté du ht n'a plus de rôle actif. Perdiccas, lui aussi à genoux, déchire ses vêtements. Deux femmes, derrière lui, manifestent leur tristesse de manière moins spectaculaire. Deux hommes en grande hâte entrent dans le palais. Ils se détachent d'un groupe qui accueille avec stupeur et frayeur la perspective de la mort du roi à en juger par le personnage qui lui sert d'étiquette en rouge et vert au premier plan. L'élargissement du cadre qui fait plus de place aux bâtiments et l'augmentation du nombre des acteurs soulignent le caractère officiel, public, de ce second testament.

  • 28 Elle évoque le consentement des deux époux, tandis que la couleur jaune rappelle qu'ils sont païen (...)
  • 29 Couleur des habits mi-partie des fous de cour.
  • 30 La position assise rappelle que l'évanouissement était encore de mise un siècle plus tôt dans les (...)

44Fig. 6 : Après la séance solennelle d'investiture de son successeur, Alexandre retrouve le cadre de sa chambre pour y pousser son dernier soupir. Le texte précise que le roi se dresse sur son lit pour réconforter sa femme et ses amis. L'image ne met l'accent que sur l'adieu d'Alexandre à Roxane. L'écharpe jaune de la reine s'enroule autour de leurs mains comme l'étole du prêtre le jour de leur mariage28. Elle est enceinte ce que l'image ne permet pas de savoir. L'association du vert et du jaune29 rappelle que dans certaines versions Roxane se suicide avec le poignard d'Alexandre. A l'extérieur, à l'écoute de la lecture du testament, deux femmes manifestent leur chagrin de façon spectaculaire. Voilées et assises par terre elles pleurent30. Les hommes plus nombreux en approuvent la teneur. Cette longue attention à la souffrance d'Alexandre, à cette passion s'inscrit dans une tentative plus large de christianisation qui sait faire place au thème de la fin des temps.

III LA PASSION DU DERNIER ALEXANDRE

45Alexandre préfigure le Christ et se soumet au destin voulu par Dieu mais cette christianisation reste discrète.

46L'enlumineur réinterprète par exemple l'épisode de l'arbre du soleil et de la lune.

47Fig. 7 : Alexandre s'adresse directement aux arbres dans l'enclos sacré. A genoux, les mains jointes, il prie mais n'embrasse pas les arbres ce qui préserve une certaine ambiguïté. Il peut s'adresser au principe supérieur créateur des arbres.

  • 31 L'enlumineur veut écarter ainsi toute confusion avec le monde diabolique.
  • 32 L'observation d'un phénomène naturel n'est sans doute pas ici en cause mais l'association des deux (...)
  • 33 Le fait que les flammes surgissent des anfractuosités du sol souligne leur caractère infernal.
  • 34 Le luxe se traduit par l'or de l'armure et les pierres précieuses de taille exceptionnelle (et de (...)

48Cette réinterprétation pour le val périlleux fig. 8 conduit fort loin du texte. L'image fortement structurée oppose le camp d'Alexandre où ses hommes l'attendent, un site sauvage avec forêts et rochers abrupts et le monde souterrain de la grotte qui offre un paysage de désolation. Bucéphale, revêtu d'une housse armoriée qui souligne son appartenance à son maître31, est terrorisé. Attaché à un arbre mort, il est léché par des flammes maléfiques, jaunes et bleues32, qui sortent du sol33. Alexandre, à genoux, prie, les mains jointes. Le texte précise qu'il s'offre à Dieu en sacrifice pour ses hommes. Le luxe de son costume34 contraste avec le décor de la grotte et montre la vanité de la richesse et de la puissance du roi. Serein, il s'en remet à Dieu avec succès puisque les deux groupes de diables qui se battent apparaissent en plein jour. Ils volent au-dessus des anfractusosités qui leur ont laissé passage. Ils semblent avoir été chassés de la grotte par la prière d'Alexandre et ne pouvoir y revenir. Ils vont disparaître.

49Quant à l'assimilation christique, elle est vouée à l'échec car Alexandre reste irréductiblement païen. Sa naissance et sa mort sont d'ailleurs précédées de présages qui marquent la fin d'un "temps de laideur" d'après un sage, auprès de qui Philippe s'inquiète de manifestations jugées funestes lors de la naissance de l'enfant.

  • 35 Comme les douze pairs de France.
  • 36 Il s'agite déjà avec beaucoup d'énergie.

50Fig. 9 : Sur un ciel orangé et noir, se dessinent des monstres qui n'ont pas la consistance du réel ; ce sont des signes. Leur caractère négatif est corroboré par l'attitude du personnage au premier plan qui montre le ciel. Il cumule sur lui les traits négatifs, de dos, tête de profil et porte une ceinture blanche et cinq couleurs différentes dont l'association jaune et vert. La crédulité de ceux qui l'écoutent, au second plan, est condamnée par leur costume. Seul le dignitaire en bleu et rouge qui regarde la chambre royale échappe à cette condamnation. Tout à cette manifestation impressionnante, les protagonistes ne semblent pas prêter attention à la naissance simultanée d'au moins six des douze pairs35. L'enlumineur relève le trait mais s'attache surtout au petit prince36 dont la dignité est soulignée par la couleur rouge de la robe de sa nourrice. Le ht où repose Olympias évoque son infidélité par la différence de couleur, phénomène rare dans le manuscrit, entre le vert des rideaux et le bleu de la courtepointe semé d'or et doublé de fourrure.

  • 37 Cette fonction a une importance stratégique pour le pouvoir, en particulier en de telles circonsta (...)

51Fig. 10 : La mort du souverain marque la fin d'un âge heureux et annonce des temps difficiles d'où les mavais présages qui la précèdent. Ainsi à Babylone la naissance d'un enfant demi-mort. Il serait un fils naturel d'Alexandre, d'où la couleur verte du lit. La mère n'est plus représentée, seulement le père qui désigne le monstre, posé sur le tapis bleu de l'antichambre. Le bas de son corps se compose d'un enchevêtrement de boyaux. Le roi demande à un astronome37 la signification du prodige. Il est en retrait alors que le maître, inquiétant personnage un pied sur le tapis, maîtrise le danger en l'interprétant. Cet hybride de vie et de mort, de l'extérieur et de l'intérieur du corps, rappelle que toute vie est liée à la mort et surtout qu'Alexandre doit mourir pour avoir voulu connaître ce qui devait rester caché.

52Mais le programme dépasse cette ambiguïté sur la nature du héros. Alexandre est bien le représentant de Dieu sur terre et le ciel, le garant de son pouvoir d'où les signes apocalyptiques qui accompagnent sa mort.

53En effet la colère du ciel de manière significative ne se manifeste dans cette longue description de la mort du souverain que lors de la passation publique de son pouvoir, non lorsqu'il pousse son dernier soupir.

54Fig. 11 : L'architecture concrétise l'interférence entre plusieurs domaines, privés et publics, profane et sacré.

  • Dans la chambre38, espace privé dont les marches disent la difficulté d'accès, Roxane s'abandonne à la tristesse et deux proches se lamentent. Mais les fenêtres s'ouvrent sur un paysage serein aux lumières douces39. Rien ne permet de savoir qu'Alexandre est encore vivant.
  • Cette chambre communique avec la salle du trône, sur les trois marchues qui y conduisent, un homme éploré concrétise le lien entre les deux espaces, que suscite la mort du roi.

55La scène, qui se déroule dans cette salle d'audience, est modifiée par rapport au texte.

  1. Alexandre désigne à sa droite Perdiccas qui se soumet à sa décision.
  2. A genoux, au centre de la pièce, tête nue, le représentant des Macédoniens en armes confirme ce choix, en lui prêtant hommage40.
  3. Cette investiture ne fait pas l'unanimité des lieutenants du roi déjà divisés. La scène est construite comme un jugement dernier avec les élus à droite du souverain, les damnés à gauche.

56A aucun moment de ce long processus n'intervient l'Eglise. Mais une colonne engagée dans le pilier gauche, au second plan, suggère selon un symbolisme déjà ancien cette présence. L'alignement du peuple macédonien en armes prolonge cette colonne. L'Eglise s'appuie sur le peuple car les décisions du ciel se manifestent par sa voix. L'usage du bleu qui fait masse dans la chambre (avec le lit) éclate dans la salle d'audience, symbolique de la division qui marque la fin du règne.

  • 41 Le rôle du dais est essentiel dans les entrées royales comme lors de la Fête-Dieu où il apparaît d (...)
  • 42 DELORT (R.), Introduction aux sciences auxiliaires de l'histoire, Paris, A. Colin, 1969, p. 93.

57Au fond, dominant le tout, le dais41 rejoignant le ciel qui flamboie, prouve que le roi tire sa légitimité de Dieu seul. Dans le paysage qui s'ouvre derrière le trône cinq hommes sont plaqués au sol par une force mystérieuse qui n'affecte pas le cadre végétal. Comme le flamboiement, elle marque le courroux du ciel face à la mort du prince qui dérange l'ordre divin. Ces signes sont aussi la transcription visuelle des clauses comminatoires qui visent à éviter le désordre dans les actes royaux42.

  • 43 Elles se veulent exemplaires et doivent être visbles de la ville.

58Fig. 12 : L'image évoque le déchaînement chaotique de violence qui marque la fin du règne avec les ambitions concurrentes des lieutenants d'Alexandre, ici Cassander contre Antipater. Sur un plateau dominant une ville orientale a lieu une triple série d'exécutions43.

  • 44 SBRICCOLI (M.), Crimen Lœsœ majestatis. Il problemo del reato politico aile soglie délia scienza p (...)

59Quatre condamnés sont pendus comme des voleurs sur des gibets visibles de la ville. Au premier plan le supplice est arbitraire car les victimes ont gardé leurs costumes et ont les yeux bandés. La position du bourreau avec peut-être le geste d'appuyer de son pied droit sur l'épaule le confirme. Le roi de Hongrie et son neveu sont bouillis comme des faussaires. Dans une énorme marmite posée sur un grill que le feu ne rougit pas, le roi est enchaîné, nu mais couronné et hurle de douleur. Son neveu dont seule la tête est visible, aussi. Enfin, au premier plan l'écartèlement par quatre chevaux, montés à cru par les bourreaux, reproduit de manière symbolique44 sur le corps du condamné les effets du non respect de la volonté d'Alexandre.

60Au total, ce programme iconographique, qui rend compte de l'évolution du sentiment de la mort, sert surtout la politique du prince.

  • 45 Cette quête le conduit à accorder plus d'importance aux alliances princières.
  • 46 VAN DERJAGT (A.D.), Laurens Pignon, O.P., Confessor of Philip the Good, 1987.
  • 47 LACAZE (Y.), Le rôle des traditions dans la genèse d'un sentiment national au xve siècle. La Bourg (...)

61Dans sa quête d'une sacralité susceptible de concurrencer l'onction royale45, Philippe le Bon compte moins sur le merveilleux que sur les bienfaits d'un bon gouvernement46, marque d'élection divine. Du coup, les difficultés de l'assimilation christologique pour le Macédonien, loin de desservir son propos, le renforcent. Ce n'est pas le païen Alexandre qui est justifié par Dieu mais le principe d'ordre, de prospérité et d'harmonie sociale47. Le motif de la fin d'Alexandre comme fin d'un temps appuie avec discrétion et efficacité cette idée.

  • 48 Charles le Hardi est latiniste et féru d'histoire.
  • 49 Vasco de Lucena traduit l'Histoire du Grand Alexandre de Quinte Curce.
  • 50 FEBVRE (L.), Les ducs Valois de Bourgogne et les idées politiques de leur temps. Revue bourguignon (...)

62Dès lors l'exigence d'historicité, mise en avant par Charles le Téméraire (146248) pour retrouver un autre Alexandre dans l'œuvre de Vasco de Lucena49, n'est au fond pour lui50 que le seul moyen d'échapper au dilemme, son père ou le chaos.

LEGENDES

63Figure 1 (fol. 204 recto), La baignade dans le Cydnus.

64Figure 2 (fol. 299), La fête et les souffrances d'Alexandre empoisonné.

65Figure 3 (fol. 300), Alexandre tente de se noyer.

66Figure 4 (fol. 301), Alexandre sur les instances de Roxane dicte à Siméon le notaire ses premières dispositions testamentaires.

67Figure 5 (fol. 302), Alexandre dicte son testament politique.

68Figure 6 (fol. 304 verso), La lecture publique du testament devant la chambre du mourant.

69Figure 7 (fol. 235 recto), Alexandre interroge l'arbre du soleil et de lune.

70Figure 8 (fol. 226 recto), Alexandre et le Val périlleux.

71Figure 9 (fol. 10 recto), La naissance d'Alexandre.

72Figure 10 (fol. 290 verso), Alexandre et l'enfant demi-mort.

73Figure 11 (fol. 303 verso), Le choix de Perdiccas comme successeur.

74Figure 12 (fol. 321 verso), Les conséquences de la désunion.

Figure 1 (fol. 204 recto), La baignade dans le Cydnus.
(Tous Droits Réservés)

Figure 2 (fol. 299), La fête et les souffrances d'Alexandre empoisonné.
(Tous Droits Réservés)

Figure 3 (fol. 300), Alexandre tente de se noyer.
(Tous Droits Réservés)

Figure 4 (fol. 301), Alexandre sur les instances de Roxane dicte à Siméon le notaire ses premières dispositions testamentaires.
(Tous Droits Réservés)

Figure 5 (fol. 302), Alexandre dicte son testament politique.
(Tous Droits Réservés)

Figure 6 (fol. 304 verso), La lecture publique du testament devant la chambre du mourant.
(Tous Droits Réservés)

Figure 7 (fol. 235 recto), Alexandre interroge l'arbre du soleil et de lune.
(Tous Droits Réservés)

Figure 8 (fol. 226 recto), Alexandre et le Val périlleux.
(Tous Droits Réservés)

Figure 9 (fol. 10 recto), La naissance d'Alexandre.
(Tous Droits Réservés)

Figure 10 (fol. 290 verso), Alexandre et l'enfant demi-mort.
(Tous Droits Réservés)

Figure 11 (fol. 303 verso), Le choix de Perdiccas comme successeur.
(Tous Droits Réservés)

Figure 12 (fol. 321 verso), Les conséquences de la désunion.
(Tous Droits Réservés)

Notes

1 CARTELLIERI (O.). La cour des ducs de Bourgogne, trad. F. CAUSSY, Paris, Payot, 1946.

2 Jean Wauquelin écrit pour Jean de Bourgogne, comte d'Etampes. Il utilise pour la première partie une copie du Roman d'Alexandre qui comprend la prise de Defur, le voyage au paradis terrestre et les vœux du Paon. Il poursuit par une version qui reprend "The old french prose Alexander" (G. CARY) et ajoute une vengeance reprise de Jean le Nevelon.
Pardonnez-moi de renvoyer à RAYNAUD (C), Le prince ou le pouvoir de séduire" dans Le Prince et le pouvoir, XXIII Congrès de la SHMESPF (Brest, juin 1992), Paris, Publications de la Sorbonne, novembre 1993.

3 Un exemplaire papier (Paris, B.N., ms. fr. 1419) a d'abord été réalisé puis en 1448 une copie de luxe (Paris, B.N., ms. fr. 9342) et entre 1457 et 1459 une troisième copie ornée de deux cent quatre miniatures (Paris, Musée du Petit Palais, ms. 456 Coll. Dutuit).
Pour le ms. fr. 9342, consulter "Le siècle d'or de la miniature flamande, le mécénat de Philippe le Bon", Bruxelles, Exposition du 12 avril 1959 ; DEBAE (M.), La librairie de Philippe le Bon, Catalogue d'exposition, Bruxelles 1967 et LACARRIERE (J.) et RAYNAUD (C), Alexandre, le conquérant de l'absolu, Paris, Le Félin, 1993.
Pour le ms. 456 de la Collection Dutuit, RAHIR (E.), La collection Dutuit, Livres et manuscrits, Paris, 1889, p. 176-178 ; DURRIEU (P.), La miniature flamande à la cour de Bourgogne, 2 volumes, Paris, 1931, tome E, planche XLIV.

4 ROSS (D.J.A.), "Alexander historiatus, a guide to medieval illustrated Alexander literature", Warburg Institute Surveys, Londres, Warburg Institute, 1963.
Sur la légende d'Alexandre en général :
CIZEK (A.), Considérations sur la réception du thème d'Alexandre le Grand au Moyen Age in Littérature et société au Moyen Age, Actes du Colloque des 5 et 6 mai 1978, publiés par les soins de Danielle Buschinger (Amiens, Université de Picardie, Centre d'études médiévales, diffusion H. Champion), 1978, p. 201-230.
FRAPPIER (J.), Remarques sur la peinture de la vie et des héros antiques dans la littérature française des xiie et xiiie siècles in L'humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive siècle, Paris, 1964, p. 13-54.
KUNSTMANN (P.), La légende d'Alexandre le Grand dans la littérature française du Moyen Age in Cahiers des études anciennes, 1973, 2, p. 67-77
LIDA de MALKIEL (M.R.), La leyenda de Alejandro en la literatura médiéval. Romance Philology, tome XV, 1961-62, p. 311-318.

5 Par Jean Wauquelin qui suit Jacques de Guise et ses Chroniques de Hainaut qu'il a traduites dans le ms. B.R. 9242, 9243, 9244 Bruxelles.

6 BARTIER (J.), Une crise de l'Etat bourguignon : la réformation de 1457. Hommage au professeur P. BONNENFANT, Bruxelles, 1965, p. 501-511.

7 Alexander the Great in the Middle Ages. Ten studies on the last days of Alexander in literary and historical writing symposium interfacultaire, Verkguep Medieuvistick Gröningen 12 (oct. 1977), Ed. W.J. Aerts and O. Mediœvala Groningana, Vol. 1, Nimègue 1978, R.H. Eccl., Vol. LXXV, 1980.
GOSMAN (M.), Le Roman de toute chevalerie et le public visé. La légende au service de la royauté in Neophilologus, An international Journal of Modem and Mediaeval Language and Literature, vol. LXXII, n° 3, July 1988, p. 335.
RAYNAUD (C), Les représentations du pouvoir royal du xiiie au xve siècles : le cas d'Alexandre in Images de l'Antiquité dans la littérature française : le texte et son illustration, Paris, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, 1993, p. 59-72.
SUARD (F.), Alexandre est-il un personnage de roman ? Bien dire et bien aprandre, 1989, tome 7, p. 77-87.

8 DOGAER (G.), Flemish miniature painting in the 15th and 16th centuries, Amsterdam, B.M. Israël,, 1987, p. 99-106 sur Guillaume Vrelant et p. 133-136 sur Liévin van Lathem.

9 RAYNAUD (C), Une criminahté d'exception : les meurtres royaux dans le Roman de toute chevalerie, in Histoire et criminalité de l'Antiquité au xxe siècle. Nouvelles approches sous la direction de Benoît GARNOT, Publications de l'Université de Besançon. LXXI, Série du Centre d'études historiques (1) Editions Universitaires de Dijon, 1992, p. 47-59.

10 Ce manuscrit picard, daté du troisième quart du xiiie siècle, précise "li dist si corne alixandre départi ses Aères a ses pers", fol. 78. L'image suivante au folio 81 montre Alexandre "qui gist en bière et si houme le pleurent". Au xive siècle, certains illustrateurs tournent la difficulté. Paris, B.N., ms. fr. 790, fol. 173 verso, Alexandre est simplement représenté sur son lit de mort, entouré de quatre pleurants. Paris, B.N., ms. fr. 791, fol. 98, seule l'annonce de la mort avec deux hommes qui soutiennent le monstre demi-mort devant Alexandre, est figurée. Londres, B.M., ms. 19-D1, après le repas fatal, le corps, cousu dans un linceuil mais couronné, est seul dans son mausolée.

11 Le Roman de toute chevalerie de Thomas de Kent est indépendant du roman français. Il survit de ce long poème anglo-normand trois manuscrits (Paris, B.N., ms. fr. 24364 et Cambridge Trinity Collège, ms. 09-034). L'auteur part de l'Epitome et de l'Epistole. Il s'inspire aussi du "De mirabilis mundi" de Solin, de la Cosmographie d'AEthicus Ister, d'Orose, de Justin, des Antiquités judaïques de Joseph, du voyage au paradis terrestre en latin, et de la Disciplina clericalis de Petrus Alfonsi. Mais les manuscrits existants comportent aussi des interpolations du Roman d'Alexandre d'Alexandre de Bernai.

12 Dans le ms. fr. 9342 (B.N.), fol. 164 Livre des conquestes et faits d'Alexandre le Grand, les Parques apparaissent sur une colline au second plan. Elles ont pris une décision que les arbres transmettent. Pour rendre compte du caractère surnaturel des trois déesses, l'enlumineur use de trois moyens : la séparation spatiale (elles ne sont pas sur la même colline qu'Alexandre et les arbres), la beauté (blondeur pour les cheveux, blancheur de la carnation) et la nudité.

13 Dans le ms. fr. 9342 le texte précise que, sur les conseils d'un prud'homme, il se déshabille, s'avance seul, adore et baise les arbres et formule sa demande en son cœur. L'image du folio 164 le montre en armure. Il a posé son casque mais garde son épée. A genoux, il interroge, tête levée, l'arbre du soleil.

14 La mise en garde d'Olympias ne peut empêcher Alexandre d'échapper à sa destinée. Du coup, Antipater n'est jamais que l'instrument odieux d'un destin qui le dépasse.

15 Le détail rappelle qu'Alexandre a tué Lysie à l'aide d'une coupe pour empêcher le sénéchal de parvenir à ses fins. Ce dernier a joué un rôle essentiel dans le divorce de Philippe et Olympias et les secondes noces du roi avec Cléopâtre.

16 Ils sont porteurs d'invitation à la fête qui marque la couronnement d'Alexandre comme roi de tout le monde.

17 Ms. fr. 9342, fol. 207 : pour le banquet fatal, le poison est présenté par Jobas, un jeune serviteur du prince. L'image du folio 213 montre les deux moments des funérailles : le cortège et l'installation dans le mausolée.

18 Le texte ne donne pas plus de prise à la tentative de déchristianisation du programme iconographique. L'enlumineur s'appuie sur la tradition orale, théologique et mystique (les exemples et les sermons nourrissent ce courant).

19 KANTOROWICZ (E.), Les deux corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1989.

20 BOUREAU (A.), Le simple corps du roi. L'impossible sacralité des souverains français xve-xviiie siècles, Paris, Les Editions de Paris, 1988.

21 SETTIS-FRUGONI (C.), "Historia Alexandri elevati per griphos ad œerem", origine iconografia e fortuna di un tema, Rome, Instituto Storico Italiano per il Medio Evo, 1973.

22 Dans le ms. fr. 782 (Paris, B.N.), du Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure Priant, qui ne peut empêcher Hector de quitter la ville, est monté sur un cheval à la queue nouée. Cet élément dévalorisant suffit à rappeler qu'il est "rex inutilis".

23 Ce trait n'apparaît pas dans les illustrations précédentes de l'épisode. Dans l'éloge de Guidobaldo, duc d'Urbino par B. CASTIGLIONE (Le livre du courtisan, livre I, chapitre M, traduction de litalien d'après la version de G. CHAPUIS, Paris, A. Pons, 1987) joutes, tournois sont indissociables des fêtes nobles.

24 SCHMITT (J.C.), Le suicide au Moyen Age, Annales ESC, 1976, p. 3-28.

25 Comme dans l'antiquité le coupable, enfermé dans un sac, est précipité dans l'eau, avec un coq etc.

26 ARIES (P.), L'homme devant la mort, tome I, Le temps des gisants, Collection Seuil, 1977.
VOVELLE (M.), La mort en Occident de 1300 à nos jours, Gallimard, Bibliothèque illustrée des Histoires, p. 144-160.

27 MEISS (M.), La mort et l'office des morts à l'époque du maître de Boucicaut et des Limbourg, Revue de l'Art, 1, 1968.
RAYNAUD (C), Quelques remarques sur les cérémonies funéraires à la fin du Moyen Age, in Le Moyen Age, Revue Belge Histoire et de Philologie, printemps 1993, repris dans Images et pouvoirs, 1993, p. 39-55.

28 Elle évoque le consentement des deux époux, tandis que la couleur jaune rappelle qu'ils sont païens.

29 Couleur des habits mi-partie des fous de cour.

30 La position assise rappelle que l'évanouissement était encore de mise un siècle plus tôt dans les manifestations du deuil.

31 L'enlumineur veut écarter ainsi toute confusion avec le monde diabolique.

32 L'observation d'un phénomène naturel n'est sans doute pas ici en cause mais l'association des deux couleurs.

33 Le fait que les flammes surgissent des anfractuosités du sol souligne leur caractère infernal.

34 Le luxe se traduit par l'or de l'armure et les pierres précieuses de taille exceptionnelle (et de couleur rouge) qui ornent son bassinet, sa ceinture militaire d'orfèvrerie.

35 Comme les douze pairs de France.

36 Il s'agite déjà avec beaucoup d'énergie.

37 Cette fonction a une importance stratégique pour le pouvoir, en particulier en de telles circonstances. La houppelande courte du roi, sa plus petite taille rappellent sa dépendance à l'égard du sage.

38 L'usage du bleu est massif, cf. M. PASTOUREAU, Figures et couleurs, Le Léopard d'Or, 1986, p. 15-22.

39 Cette sérénité évoque peut-être le séjour de l'âme du défunt. Elle contraste fortement avec le caractère apocalyptique du paysage sur lequel s'ouvre la salle d'audience voisine.

40 Les trois personnages au centre de la pièce constituent un triangle : le Macédonien qui à genoux se désole, le représentant du peuple qui fait hommage et la troisième qui, debout, tourne le dos à la scène et manifeste son hostilité.

41 Le rôle du dais est essentiel dans les entrées royales comme lors de la Fête-Dieu où il apparaît d'abord. Il confère au souverain, qui bénéficie de cet honneur, une sacralité supplémentaire.

42 DELORT (R.), Introduction aux sciences auxiliaires de l'histoire, Paris, A. Colin, 1969, p. 93.

43 Elles se veulent exemplaires et doivent être visbles de la ville.

44 SBRICCOLI (M.), Crimen Lœsœ majestatis. Il problemo del reato politico aile soglie délia scienza penalistica moderna, Milan, Guiffré, 1974.

45 Cette quête le conduit à accorder plus d'importance aux alliances princières.

46 VAN DERJAGT (A.D.), Laurens Pignon, O.P., Confessor of Philip the Good, 1987.

47 LACAZE (Y.), Le rôle des traditions dans la genèse d'un sentiment national au xve siècle. La Bourgogne de Philippe le Bon, BEC, Tome LXXIX, 1971, p. 358 et suivantes.

48 Charles le Hardi est latiniste et féru d'histoire.

49 Vasco de Lucena traduit l'Histoire du Grand Alexandre de Quinte Curce.

50 FEBVRE (L.), Les ducs Valois de Bourgogne et les idées politiques de leur temps. Revue bourguignonne, tome XXIII, 1913, p. 27-50.

Table des illustrations

Légende Figure 1 (fol. 204 recto), La baignade dans le Cydnus. (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Figure 2 (fol. 299), La fête et les souffrances d'Alexandre empoisonné.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Figure 3 (fol. 300), Alexandre tente de se noyer.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Figure 4 (fol. 301), Alexandre sur les instances de Roxane dicte à Siméon le notaire ses premières dispositions testamentaires.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Légende Figure 5 (fol. 302), Alexandre dicte son testament politique.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figure 6 (fol. 304 verso), La lecture publique du testament devant la chambre du mourant.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Figure 7 (fol. 235 recto), Alexandre interroge l'arbre du soleil et de lune.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Figure 8 (fol. 226 recto), Alexandre et le Val périlleux.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Légende Figure 9 (fol. 10 recto), La naissance d'Alexandre.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Figure 10 (fol. 290 verso), Alexandre et l'enfant demi-mort.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Figure 11 (fol. 303 verso), Le choix de Perdiccas comme successeur.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Figure 12 (fol. 321 verso), Les conséquences de la désunion.(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3622/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Université de Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540