Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Une image de la fin des temps : la mort du roi Vrevel dans le Reinhart Fuchs

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Reinhart Fuchs, texte et traduction en allemand moderne par H.K. Göttert. Reclam 9819 (3), Stuggar (...)

1Comme l'on sait, l'auteur du Reinhart Fuchs1 fut le premier à composer à partir des branches du Roman de Renart une œuvre rigoureusement bâtie avec introduction, parties bien distinctes et conclusion. Harcelé par le prince des fourmis dont il a dévasté la fourmilière, Vrevel devient la proie de Reinhart. Ce dernier a observé que le prince des fourmis s'est introduit dans l'oreille du roi, lui causant d'affreuses douleurs. Négociant à son profit le départ de la fourmi, le renard guérit le lion de ses maux pour l'empoisonner enfin. L'effet du poison retient toute l'attention :

"sin houbet im en dreu spielt,
in neune sich sin zunge vielt" (v. 2243-44)

  • 2 D. Buschinger et J.M. Pastré, Reinhart Fuchs, traduction française et introduction, Halosar, Vienn (...)

"sa tête se fendit en trois morceaux,
en neufs plis sa langue se tordit."2.

  • 3 H.K. Göttert, op. cit., p. 165.
  • 4 W. Spiewock, 'Reinhart Fuchs-Fragen', Wissenschaftliche Zeitschrift der Ernst-Moritz-Arndt-Univers (...)
  • 5 H. Bayer, Die hochmittelalterliche Glaubenskri.se im Spiegel der Literatur, Monographien zur Gesch (...)

2Cette image forte a suscité peu d'interprétations. Karl-Heinz Gottert voulait voir dans les trois morceaux de la tête les trois fautes majeures de Vrevel, la destruction de la fourmilière, le peu de cas que le lion avait fait de la justice et son alliance avec Reinhart3.Wolfgang Spiewock proposait en 1964 une solution déjà plus satisfaisante4. Le chiffre trois signifierait les trois couronnes que reçut successivement Frédéric Barberousse, en tant que roi des Allemands (1152), puis de Bourgogne, enfin de Lombardie en 1158 à Monza. Plus récemment, H. Bayer y vit un signe de la décomposition de l'empire qui suivit la mort du successeur et fils de Barberousse, Henri VI, le 28 septembre 1197 : la tête de l'empire se partagerait en trois partis candidats à la succession, les Hohenstaufen, les Welfes et les ducs de Zahringen5. La piste était bonne, hormis que H. Bayer oubliait de signaler une autre candidature, celle du duc Bernard de Saxe.

3Nous avons pour notre part toujours pensé que cette si forte image de la décomposition de la cour du lion reflétait cette décomposition de l'Empire après 1197, mais que cette tête partagée en trois symbolisait plus précisément les trois plus authentiques prétendants à la couronne impériale. Philippe de Souabe. frère du défunt, couronné en 1198 par les siens, Othon de Brunswick, son cousin, couronné la même année par d'autres, le jeune Frédéric enfin, le futur Frédéric II, fils du défunt Henri VI, âgé seulement de trois ans en cette année funeste et désigné déjà du vivant de son père comme son successeur. Cette situation se prolongera jusqu'en 1208, lorsqu'après onze ans de guerre civile, Philippe, près de l'emporter sur son rival, trouvera la mort le 21 juin sous les coups d'Othon de Wittelsbach. Othon de Brunswick lui succédera tout aussitôt, évincé à son tour en 1212 par Frédéric. Et nous avons toujours pensé que l'empoisonnement du lion reflétait la mort d'Henri VI, dont on crut et affirma longtemps qu'il avait été empoisonné par l'entourage même de sa femme Constance, indignée par le massacre des siens en Italie du Sud. La chronique d'Ursberg en témoigne : "Multi asserebant eum interisse veneno procurante uxore sua, pro eo quod nepotes ipsius supplicis interfecerat" (75, 14 ss).

4Nous cherchions patiemment la confirmation du sens de ce chiffre trois, confirmation que pourrait apporter quelque image du même genre, fournie par l'époque même de ces événements. Nous pensons l'avoir trouvée. Lors de la réunion d'une des grandes cours royales de Philippe de Souabe, le 30 janvier 1206, on vit, à ce que rapporte le chroniqueur Césaire de Heisterbach dans son célèbre Dialogus Miraculorum, lui-même renseigné par deux témoins de la scène, le soleil se partager en trois, tout comme un lys à trois fleurs. Le landgrave Hermann voulut y voir le présage de la mort prochaine d'un grand prince. Césaire nous transmet une autre interprétation, qui lui semble s'imposer d'elle-même. Comme il l'explique dans la fiction didactique des réponses qu'un moine apporte aux questions d'un novice, Dieu voulut montrer par là aux princes rassemblés l'état de l'empire, car le soleil, le plus grand et le plus lumineux des astres, représente le Saint-Empire : après la mort d'Henri VI, dit-il, l'empire fut en effet partagé entre trois princes, le jeune Frédéric, son oncle Philippe et Othon. Voici la traduction qu'en donna Johann Hartlieb :

  • 6 Johann Hartliebs Übersetzung des Dialogus Miraculorum von Caesarius von Heisterbach, ed. K. Dresch (...)

5"Die tailung in drew bedewtt das das romisch reich in drew tail getailt wurden, wann in kurczen zeitten stunden auff drey fursten, der yecklicher sich des romischen reichs underwant. Der erst was kunig Fridreich, der von allen kurfursten erwelt wartt und die im huldigten. Der ander was sein Oham kunig Phillyp, der nach sein pruders tod von ettlichen fursten erwelt wartt. Der dritt was Otto, der von dem pischoff von koln und seinem anhanck erwelt wart. Die zwen wurden zu Ach payd gekrontt. Der ainer wart erstochen, der ander ward ab gesecztt, und kunig Fridrich, (184) der hewtt, der belaib kunig allain, also cham die sunn wider zu aim tail."6

6Dans d'autres pays, conclut Césaire, la même figure donna un quintuple soleil, ce qui représente, explique-t-il, les trois mêmes princes, plus les deux autres candidats, Bernard de Saxe et Bertold de Zähringen. Voilà qui confirme que H. Bayer était sur la bonne voie :

7"in ettlichen lannden wurden gesehen funff tail, dry tail bedewtten die drey kunig, die zwen andern tail bedewtten den herczog Brenhart von Saxen und herczog Berchtold von Zeringen, der yecklicher vast arbaytt das romisch reich zu gewinnen."

  • 7 Voir notre article "La mort du roi Vrevel : le châtiment d'un crime et son illustration dans le Re (...)

8Notre hypothèse de départ se trouve, nous semble-t-il, grandement confortée par le texte de Césaire7.

  • 8 Le Bestiaire, Bestiaire Ashmole 1511 de la Bodleian Library d'Oxford, traduit par M.F. Dupuis et S (...)

9Il n'est pas malaisé de voir quelles connotations prend dans le bestiaire cette tripartition de la tête du lion Vrevel. Cette image de la concurrence catastrophique des trois princes, lourde elle-même de la menace de la discessio imperii, renvoie à la figure thériomorphe de l'hydre telle qu'on peut la voir dans le Bestiaire d'Ashmole publiée par Xenia Muratova et Daniel Poiron : la bête n'y présente en effet que trois têtes, et le commentaire explique que chaque tête qu'on en coupait donnait tout aussitôt naissance à trois autres8. Or la tête de Vrevel empoisonnée se partage de même en trois, et trois rois couronnés ou désignés se partagèrent de fait la succession d'Henri VI. Comparer l'empereur à ce monstre des eaux, n'avait, certes, rien de très respectueux de la part d'Heinrich, mais l'auteur alsacien du Reinhart Fuchs appartenait au parti anti-impérial, et l'on considère communément son oeuvre comme politiquement engagée contre les Hohenstaufen. Il n'y avait donc rien de bien étrange à rapprocher le roi mourant de l'hydre.

  • 9 Fr. Maurer, Der altdeutsche Physiologus, Altdeutsche Textbibliotek 67, Tubingen, 1966, pp. 15 et 7 (...)
  • 10 Isidor de Séville, The Médical Writings, traduction de W.D. Sharpe, Transactions of the American P (...)
  • 11 A titre d'exemples, Veit Stoss, musée de Nuremberg, 1447-1533. Altarflügel-Innen, Christus in der (...)

10On notera qu'il ne s'agit plus là de l'hydre du Physiologus, laquelle déchire les entrailles du crocodile du Nil après que ce dernier l'eut engloutie toute vive9. Il s'agit en fait de l'hydre des marais de l'Erne, monstre né d'Echida et de Thyphon, serpent-dragon à sept têtes qui repoussaient chaque fois qu'on les tranchaient, monstre que tua Héraclès10. L'hydre du Bestiaire d'Ashmole n'avait que trois têtes, ce qui témoignait déjà de l'influence du symbolisme chrétien, qui présente si souvent le diable sous la forme d'un monstre proche du dragon et pourvu de trois têtes : la peinture et les miniatures en témoignent abondamment jusqu'à la fin du moyen âge11.

  • 12 Bible, traduction Pléiade, Paris, 1971. Note explicative à Daniel 7,7 et 24.

11Cette monstrueuse multitude de têtes est en effet tout autant une tradition chrétienne, laquelle a pour plus éclatante illustration l'Apocalypse de saint Jean. Le grand dragon qui vient menacer la parturiente a sept têtes et dix cornes, et sur chaque tête un diadème (12, 3) ; c'est le "draco magnus rufus habens capita septem" de la Vulgate. Il n'en fallait pas plus pour qu'on rapprochât au moyen âge la bête, ses têtes et les rois. Cette manière de référence venait en fait de plus loin ; l'Ancien Testament, au livre de Daniel, annonçait par les visions qu'il contient l'image de l'Apocalypse : la quatrième bête de la première vision, la bête à dix cornes, renvoyait en effet pour Daniel à dix rois (7, 7-8, 11, 19-26, et 8, 9-14, 23-25). Peut-être s'agissait-il là des dix premiers souverains du royaume séleucide dont le dernier, Antiochus Epiphane, devint, par les persécutions qu'il dirigea contre les Juifs, l'image du tyran par excellence et la préfiguration de l'Antéchrist. Mais ce n'est pas l'interprétation qu'en retiendra le moyen âge. Les médiévaux y verront en effet l'image des dix rois barbares, prétendants à l'Empire de Rome qu'ils se partagèrent12. De même cette tête du lion Vrevel qui se fend en trois pouvait rappeler les trois prétendants à l'Empire des Hohenstaufen laissé vacant par la mort d'Henri VI.

  • 13 G. Schüssler, Studien zur Ikonographie des Antichrist, Diss. Heidelberg, 1975, pp. 12 et 71-72.
  • 14 Ibid., pp. 1069 et 138-39.

12Pour l'exégèse chrétienne, l'Antéchrist est donc roi ; saint Irénée, saint Jérôme, Sulpice Sévère, Cassiodore et d'autres encore en témoignent assez13. Et c'est en effet sous les traits d'un souverain que les miniatures le font apparaître dès le huitième siècle, pour les commentaires que firent de l'Apocalypse le moine Beatus de Liébana, puis, en 1120, Lambert de Saint Omer dans son Liber Floridus ou Honorus Augustodunensis dans son commentaire du Cantique, et enfin l'abbesse Herrade de Landsberg, à la fin du siècle, dans son Hortus Deliciarum14.

  • 15 Ibid., pp. 63,76-77.
  • 16 Ibid., pp. 139-144.
  • 17 Th. Toeche, Kaiser Heinrich VI, Leipzig, 1867, p. 335

13A côté de son image anthropomorphe, l'Antéchrist connaît aussi une image thériomorphe. Elle apparaît tout aussi tôt dans les miniatures, dès Beatus, et la bête est celle de l'Apocalypse. Elle dévaste le monde, "et bestia debastat", dit le titre de l'image, tandis que l'Antéchrist qu'elle accompagne domine tyranniquement dans le monde par la teneur, "omne mundum imperat", et, selon une tradition bien établie par les Pères de l'Eglise, attaque Jérusalem15. Or la figure apocalyptique du roi Vrevel attaque elle aussi la fourmilière pour affirmer un pouvoir absolu sur la terre. Herrade de Landsberg énumère comme à plaisir les tortures infligées par l'Antéchrist16. On croirait lire les lignes féroces qui racontent les traitements qu'eurent à subir après février 1196 les Italiens qui avaient participé à une conspiration contre Henri VI, fomentée par l'entourage de Constance elle-même, appuyée par Innocent III et par les Lombards17.

  • 18 Schüssler, Studien zur Ikonographie, p. 86.
  • 19 Ibid., p. 121.

14Lorsqu'elle est seule à représenter l'Antéchrist, la bête prend souvent la forme d'un lion. Dans l'Apocalypse déjà, la bête qui accompagne le dragon ressemble au léopard, et sa gueule est comme la gueule du lion, "et os sicut os leonis" (13,2). Beatus s'en inspire dans son commentaire et déclare dans le prologue du second livre : "Aspiden dixit mortem et basiliscum peccatum ; draconem diabolicum occulte insidiatem ; leonem vero antichristum". C'était en fait une tradition de l'exégèse, saint Irénée, Hyppolite et le Pseudo-Hyppolite, Grégoire le Grand et Haymon d'Auxerre en témoignent, et saint Augustin déjà : "Insidiabitur Antichristus in occulto velut leo in cubili suo"18. Le manuscrit de 1165 du Liber Scivias (1141-50), établi dans le scriptorium de Rupertsberg sous la direction même de Hildegard de Bingen, présente ainsi pour partie l'Antéchrist sous les traits du lion19.

  • 20 Voir notre article "L'Empire et Troie : les enjeux politiques et littéraires de la translatio regn (...)
  • 21 R. Rosskopf, Der Traum Herzeloydes und der rote Ritter. Erwägungen über die Bedeutung des staufisc (...)

15Le lion, le roi, et, bien plus précisément, l'empereur. L'Empire romain germanique bâtissait en effet sa légitimité sur la théorie des quatre grandes monarchies évoquées dans les deux visions de Daniel 2 et 7. Les quatre bêtes qu'il avait vues sortir de la mer et dans lesquelles il avait reconnu les quatre grands états qui firent l'histoire du monde, furent vite assimilées aux grands empires païens, Babylone, la monarchie médo-perse, les Etats macédoniens et l'empire romain. Saint Jérôme, dans le commentaire qu'il fit des visions de Daniel, consacra pour tout le moyen âge cette théorie des quatre regna20. L'imperium romanum, dont les Hohenstaufen assuraient la continuité, était donc le dernier empire ; sa fin devait coïncider avec la fin des temps, avec l'apparition du précurseur de la fin, l'Antéchrist. Vers la moitié du xiième siècle, le poète de la Kaiserchronik réservait ainsi la quatrième position à ceux qui, succédant aux Romains, verraient la fin des temps et donnait précisément pour symbole de ce temps ultime le lion21.

  • 22 Ibid., pp. 107-111.
  • 23 Ibid., p. 121.
  • 24 Ibid., p. 94, note 3.

16S'appuyant sur les deux épîtres de saint Paul aux Thessaloniciens, Tertullien avait en outre imaginé que la puissance qui saurait retarder l'arrivée de l'Antéchrist ne pourrait être que l'empire romain. La santé de l'empire Romain germanique garantissait ainsi la continuité de l'histoire et repoussait à plus tard la fin des temps. Othon de Freising, l'oncle de Barberousse, y croit fermement, comme toute l'Allemagne de son temps, et voit dans les désordres du temps, surtout dans la querelle qui oppose le sacerdoce et l'Empire, le signe avant-coureur de la fin des temps, que retarde toutefois le règne de Barberousse22. La mort prématurée d'Henri VI semblait mettre fin à ce répit de l'histoire. Walther de la Vogelweide atteste combien les désordres de l'interrègne furent communément ressentis comme les signes d'une proche apocalypse23. Dans le commentaire qu'il fit de la vision de Daniel, saint Jérôme voyait pour signe de la dissolution de l'empire les dix rois qui se partageront l'empire romain : "... in consummatione mundi, quando regnum destruendum est Romanorum decem futuros reges qui orbem Romanorum inter se dividant"24. On pouvait donc à bon droit s'inquiéter de ces trois rois concurrents qui se partagèrent l'empire romain-germanique à partir de 1197. On avançait en effet à grands pas vers le nombre fatidique des dix rois de la discessio décrite par saint Jérôme.

  • 25 H.K. Göttert, op. cit., p. 165.
  • 26 W. Spiewock, "Reinhart-Fuchs-Fragen", op. cit, pp. 286-287.

17La tête du lion, nous l'avons vu, se fend en trois morceaux et sa langue se fend en neuf plis. Karl-Heinz Gôttert voyait dans ces neuf plis l'image des neuf victimes du renard25. L'hypothèse proposée par Wolfgang Spiewock était beaucoup plus satisfaisante. Les neuf plis symbolisent en effet pour lui les neuf langues parlées dans ce qui faisait sous Barberousse l'empire : la Bavière, la Franconie, la Souabe et la Saxe d'une part ; la Bourgogne et l'Italie du Nord d'autre part ; enfin la Bohème, la Pologne et le Danemark, pays dont Barberousse reçut tour à tour l'hommage26. Mais le Reinhart Fuchs fut-il rédigé si tôt ? Nous le voyons bien plutôt composé vers la fin du siècle. Les neuf plis de la langue ne renvoient d'ailleurs pas nécessairement au détail près à la réalité linguistique d'alors. Il y a peut-être là tout simplement le redoublement du motif ternaire de la tête qui se fend en trois : à chaque morceau de tête peuvent ainsi correspondre trois langues.

18Au-delà de l'interprétation étroitement historique, l'image des neuf langues est en fait chargée de connotations symboliques qui renvoient tout à la fois aux constantes du destin de l'Empire et à l'interprétation chrétienne de la multiplication des langues.

  • 27 Voir R. Balibar, L'institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la Républi (...)

19Pour les grands clercs de la tradition carolingienne, à l'universalité de l'Empire et de la chrétienté répondait l'unicité de la langue latine, laquelle se distinguait donc de tous les autres langages. Unique en son genre, le latin apparaissait en effet comme la langue universelle, celle du Textus sacré, de l'Ecriture Sainte, parole du Dieu Unique. Auprès des rois convertis à la religion chrétienne, le latin tenait de l'Ecriture Sainte une autorité absolue. Il était tout autant langue de l'Etat et du Droit romain, codifié par les juristes impériaux. Langue de culture et d'Etat, le latin était en fait la langue de la légitimité, ancienne et présente27.

  • 28 R. Balibar, Histoire de la littérature française, Que sais-je, Paris, 1991, pp. 6-7.

20Or la progressive dislocation de l'Empire carolingien s'accompagna de l'émergence des parlers vulgaires, illustrées toutes deux le 14 février 842 par les fameux Serments de Strasbourg. Ce jour là, deux petits fils de Charlemagne se jurèrent alliance contre leur frère aîné qui prétendait empêcher par la guerre le partage des royaumes. Conseillés par leurs clercs, ils prononcèrent tous deux la formule du serment d'une manière toute nouvelle, qui échappait à leur coutume dynastique : au lieu de s'exprimer selon l'usage dans leur langage familial, qui était le germanique, ou en latin parlé, ils employèrent deux langages vulgaires différents, le tudesque et le roman. Chaque roi prononça ainsi une allocution, rédigée en tudesque par Louis -Louis le Germanique- destiné à régner sur la France de l'Est, et en roman par Charles -Charles le Chauve-, destiné à régner sur la France de l'Ouest. Enregistrées sous forme de phrases écrites, ces allocutions furent ainsi les premiers monuments des futures langues française (romane) et allemande (franque). Après l'échange des serments des rois, les porte-parole des princes de chaque armée prêtèrent serment de fidélité à l'alliance dans la langue qui leur avait été assignée, selon une formule qui, comme celles des allocutions et des serments, avait été rédigée et traduite mot à mot, eadem verba, entre tudesque et roman par les clercs. Ainsi se conclut la politique du partage en langues de l'héritage de l'Empire carolingien28.

  • 29 R. Balibar, L'institution du français, op. cit., p. 23.
  • 30 Ibidem, pp. 43-15.

21Comme Renée Balibar l'a bien montré, si l'historien Nithard, dans son Histoire des divisions entre les fils de Louis le Pieux, n'a pas exprimé en latin le contenu des Serments, c'est que l'écriture en français et en germanique avait bien en l'occurrence la nature d'une innovation diplomatique, juridique et politique29. Avant le serment, chacun des deux rois s'était adressé à la masse des guerriers, l'un en langue tudesque. l'autre en langue romane, ce qui revenait à constituer la masse des guerriers en deux peuples distingués par deux langues officielles, égales entre elles puisque symétriques par rapport au latin sous-entendu. Symboliquement, Louis est roi d'Allemagne, Charles roi de France. Ainsi leurs sujets sont déjà répartis entre eux sous le signe linguistique. Tous les préparatifs des Serments de Strasbourg sont établis pour échapper aux liens de parenté et pour ne pas relever du modèle de l'hommage. Le partage de l'Empire passe donc par la constitution délibérée et solennelle des deux langues nationales : la constitution des langues consacre la dislocation de l'Empire. Par le serment, le roi de la France orientale reconnaît en effet la frontière linguistique entre lui et la France occidentale. II reconnaît la nationalité française des populations de langue romane, tandis que le roi de France occidentale reconnaît que la nationalité germanique est définie hors de son territoire chez les futurs Allemands30.

  • 31 G. Hilty, "Les origines de la langue littéraire française", Vox Romanica 32/2, 1973, pp. 234-271.
  • 32 R. Balibar, L'institution du français, op. cit., pp. 22,57 et 58.

22Gérard Hilty a montré par ailleurs que le texte roman du serment manifeste la combinaison d'une traduction écrite préexistante avec une variété particulière de langue parlée du Sud-Est et peut-être de l'Est en général31. Il y a là, aux yeux de R. Balibar, la légitimation linguistique du patrimoine donné en partage à Charles le Chauve dont les populations d'Est-Sud-Est formaient la frontière. Au moment du pacte de 842 entre Louis et Charles, l'urgence d'une solution et la difficulté de l'évaluation des terroirs avaient en effet poussé les conseillers du roi à inventer une stratégie : les bandes Nord-Sud des régions à assembler furent ainsi globalement caractérisées par un signe linguistique affectant les populations. Ce clivage linguistique qui séparait deux parties de l'Empire devait d'ailleurs se confirmer quelques années plus tard et se transformer en clivage national avec le traité de Mersen en 870. Dès lors, l'héritage de Charlemagne est définitivement divisé32.

23La multiplication des langues symbolise donc à sa manière la dislocation de l'Empire et l'approche de la fin des temps. Mais le symbolisme des neufs plis de la langue de Vrevel, allié au thème des trois têtes du lion, possède en outre comme ce dernier une coloration chrétienne qui nous reconduit à la Bible. Les eaux où réside la prostituée qui représente Babylone sont en effet pour l'Apocalypse 17,15 les nations et les langues. La multiplicité de ces dernières relève donc du péché et sont, tout autant que la multiplication des rois, signes de la fin des temps.

  • 33 A. Borst, Der Turmbau von Babel. Geschichte der Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Sprachen (...)
  • 34 A. Borst, op. cit., pp. 492 et 515-517.

24Le drame de l'Empire est en effet à l'image du drame de l'humanité. A l'unicité primitive du latin de l'Empire répondait en fait l'unicité langagière de la descendance adamique telle que la Genèse 11,1 la décrit : la terre entière se servit longtemps de la même langue -l'hébreu33- et des mêmes mots, et les hommes n'étaient tous, aux dires mêmes du Seigneur (XI, 6), qu'un peuple et qu'une langue. Pour châtier l'orgueil des hommes qui voulurent un jour maîtriser, par là tour qu'ils construisirent, le ciel et s'égaler à la divinité, Dieu brouilla la langue des hommes et les dispersa sur toute la surface de la terre ; d'où ce nom de Babel, qui signifie brouiller en hébreu et qui n'est autre que Babylone. La constitution des langues et des nations au sein de l'Empire rejoignait donc la multiplication babylonienne des nations et des langues, au nombre de 72, un multiple de 9, de ces neuf plis de la langue de Vrevel. Cette confusion babylonienne était si présente à l'esprit des médiévaux qu'ils en voyaient souvent en leur temps les signes. Devant la menace de l'invasion arabe, l'abbé asturien Beatus de Liebana prévoyait ainsi à la fin du viième siècle la venue de l'Antéchrist et ne voyait autour de lui que confusion diabolique, Babilon omnis mundus intelligitur. Hraban Maur, fidèle partisan de Louis le pieux puis de son fils Lothaire, soulignait combien la superbia mundi s'opposait à la simplicitas atque unitas et combien elle conduisait à la confusion des langues ; et peut-être pensait-il par là aux effets néfastes des Serments de Strasbourg, prononcés deux ans plus tôt34. Le drame de l'Empire réactivait en effet à sa manière le drame de Babel.

  • 35 Ibidem, pp. 141-143,446-453 et 488.
  • 36 Ibidem, p. 596.

25A la figure du roi Vrevel se laisse enfin rattacher la figure du Nemrod de la Genèse. Le texte biblique précise qu'il fut le premier héros sur la terre et qu'il eut Babel pour capitale (10,8-10). La Vulgate le dira puissant, potens, mais la traduction grecque de l'Ancien Testament, la Septuagitna, en avait fait un géant, et l'exégèse lui avait tôt attribué la construction de la tour gigantesque. Nemrod est ainsi pour Isidore comparable au Diable, et sa superbe est pour lui l'image de l'orgueil du monde. Dans ses Etymologies, Isidore expliquera même que Nemrod signifie "tyran" et qu'il fut le premier tyran de la terre, et Alcuin imputera lui aussi la diversité des langues à la superbe des hommes35. Or le roi Vrevel représente par son nom même cette image de l'orgueil et de la tyrannie que la tradition chrétienne voulut voir en Nemrod. Et le châtiment de cet orgueil est dans le Reinhart Fuchs cette même multiplication des langues que l'exégèse avait conçue comme le châtiment de l'orgueil de Nemrod, constructeur présumé de la tour. Pour Nemrod comme pour Vrevel et comme pour les empereurs que ce dernier représente -qu'il s'agisse de Barberousse ou d'Henri VI-, la multiplication des langues et des nations est la conséquence de l'orgueil qui préside à la fondation des empires et conduit à leur déclin. Grégoire VII ne voyait-il pas dans les souverains de ce monde les descendants de Nemrod ?36

26La leçon qu'on tira communément de l'arrêt de la construction de la terre, de la confusion des langues et de la dispersion des peuples fut que Dieu sépare ce qui se crée sans lui. L'empire carolingien tirait sa force de son unité. Remis à l'honneur au xième siècle, cet idéal de l'unité carolingienne s'était ensuite effondré. Le salut de l'Empire tenait en effet à son pouvoir fédérateur. La dispersion de ce pouvoir, la séparation des nations et de leurs rois, qu'il s'agisse des trois fils de Louis le Pieux ou des trois successeurs d'Henri VI, signifiaient la dissolution de l'Empire, la fameuse discessio imperii tant redoutée parce que signe avant coureur de la venue de l'Antéchrist et de la fin des temps. C'est à nos yeux à ces constantes à la fois historiques et eschatologiques que renvoient la mort du roi Vrevel, cette tête qui se fend en trois morceaux et cette langue qui se tord en neuf plis.

Notes

1 Reinhart Fuchs, texte et traduction en allemand moderne par H.K. Göttert. Reclam 9819 (3), Stuggart, 1976.

2 D. Buschinger et J.M. Pastré, Reinhart Fuchs, traduction française et introduction, Halosar, Vienne, 1984, pp. xxv-xxvii.

3 H.K. Göttert, op. cit., p. 165.

4 W. Spiewock, 'Reinhart Fuchs-Fragen', Wissenschaftliche Zeitschrift der Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald XIII (1964), pp. 228-88.

5 H. Bayer, Die hochmittelalterliche Glaubenskri.se im Spiegel der Literatur, Monographien zur Geschichte des Mittelalters 28, Stuttgart, 1983, tome 2, p. 541.

6 Johann Hartliebs Übersetzung des Dialogus Miraculorum von Caesarius von Heisterbach, ed. K. Drescher, Deutsche Texte des Mittelalters. XXXIII, Berlin, 1929, pp. 286-87.

7 Voir notre article "La mort du roi Vrevel : le châtiment d'un crime et son illustration dans le Reinhart Fuchs", Reinardus 6(1993), Annuaire de la Société Internationale Renardienne, sous presse.

8 Le Bestiaire, Bestiaire Ashmole 1511 de la Bodleian Library d'Oxford, traduit par M.F. Dupuis et S. Louis, présentation et commentaires de X. Muratova et D. Poirion, Paris, 1988.

9 Fr. Maurer, Der altdeutsche Physiologus, Altdeutsche Textbibliotek 67, Tubingen, 1966, pp. 15 et 77-78. G. Bianciotto, Bestiaires du Moyen Age, Paris, 1980, pp. 41-42,98-100 et 154-55.

10 Isidor de Séville, The Médical Writings, traduction de W.D. Sharpe, Transactions of the American Philosophical Society 54 (2), Philadelphie, avril 1964, p. 53.

11 A titre d'exemples, Veit Stoss, musée de Nuremberg, 1447-1533. Altarflügel-Innen, Christus in der Vorhölle, Hanovre, Landesmuseum, vers 1430, Basse-Saxe. Pour le xiiième siècle, Apocalypse, Bibliothèque Nationale, Fonds Français, 403, reproduction photographique en couleur et introduction de F. Lecoy, Y. Otaka et H. Fukui, Osaka, 1981, image 20 : "et cel grant dragun, li ancien serpent que est Apelé Diable et Sathans".

12 Bible, traduction Pléiade, Paris, 1971. Note explicative à Daniel 7,7 et 24.

13 G. Schüssler, Studien zur Ikonographie des Antichrist, Diss. Heidelberg, 1975, pp. 12 et 71-72.

14 Ibid., pp. 1069 et 138-39.

15 Ibid., pp. 63,76-77.

16 Ibid., pp. 139-144.

17 Th. Toeche, Kaiser Heinrich VI, Leipzig, 1867, p. 335

18 Schüssler, Studien zur Ikonographie, p. 86.

19 Ibid., p. 121.

20 Voir notre article "L'Empire et Troie : les enjeux politiques et littéraires de la translatio regni, in Bien dire et bien apprendre 10, Troie au moyen âge. Centre d'études médiévales et dialectales de Lille III, 1992, pp. 119 - 128.

21 R. Rosskopf, Der Traum Herzeloydes und der rote Ritter. Erwägungen über die Bedeutung des staufischwelfischen Thronstreites für Wolframs "Parzival", Göppinger Arbeiten zur Germanistik 89, Göppingen, 1972, p. 106.

22 Ibid., pp. 107-111.

23 Ibid., p. 121.

24 Ibid., p. 94, note 3.

25 H.K. Göttert, op. cit., p. 165.

26 W. Spiewock, "Reinhart-Fuchs-Fragen", op. cit, pp. 286-287.

27 Voir R. Balibar, L'institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, 1985, pp. 27-28.

28 R. Balibar, Histoire de la littérature française, Que sais-je, Paris, 1991, pp. 6-7.

29 R. Balibar, L'institution du français, op. cit., p. 23.

30 Ibidem, pp. 43-15.

31 G. Hilty, "Les origines de la langue littéraire française", Vox Romanica 32/2, 1973, pp. 234-271.

32 R. Balibar, L'institution du français, op. cit., pp. 22,57 et 58.

33 A. Borst, Der Turmbau von Babel. Geschichte der Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Sprachen und Völker, Stuttgart, 1957, tome I, p. 6.

34 A. Borst, op. cit., pp. 492 et 515-517.

35 Ibidem, pp. 141-143,446-453 et 488.

36 Ibidem, p. 596.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540