Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Rêves prémonitoires et fin du monde arthurien

Jehanne Joly

Texte intégral

  • 1 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, TLF 783, 1978, t. I, (...)

« Car nule riens n’est si espoentable comme la mors »1.

  • 2 Parmi les divers travaux sur les songes dans la littérature arthurienne, citons Klaus Speckenbach, (...)
  • 3 Voir Jacques Le Goff, « Les rêves dans la culture et la psychologie collective de l’Occident médié (...)
  • 4 « Car ensi lo covient estre », nous dit la Mort le roi Artu, éd. Jean Frappier, Genève, Droz / Par (...)

1Dans le vaste cycle en prose du xiiie siècle que constitue le Lancelot-Graal, de nombreux songes2 suscitent une réflexion sur le destin (personnel et collectif) à laquelle se livrent les protagonistes par l’intermédiaire des ermites ou des clercs qui leur en donnent la « senefiance », rejoignant en outre une thématique particulièrement développée au Moyen Age3. Parmi les songes et visions qui annoncent l’inéluctable4 fin du monde arthurien, les trois songes retenus ici ont en commun d’être des songes royaux et d’avoir une valeur prophétique funeste. C’est du reste un aspect particulier de ces songes qui retiendra ici notre attention, à savoir les métaphores ayant trait au corps du souverain qui y sont contenues.

  • Dans le Lancelot en prose, le roi Arthur subit au cours de trois rêves successifs la mutilation de son propre corps.
  • Après avoir vu en rêve le spectre éploré de son neveu Gauvain le mettant en garde contre le péril qui l’attend, Arthur, dans la Mort le roi Artu, dialogue avec Fortune qui le précipite du haut de sa roue.
  • Un épisode du Lancelot en prose, rappelé dans La Mort le roi Artu5, nous montre Arthur assailli par un serpent « envenimez » qu’il voit en songe.
  • 6 Ces trois châtiments symboliques sont omniprésents dans les descriptions médiévales de l’Enfer mai (...)

2Ces trois exemples évoquent trois grands types de châtiments (mutilation, chute, dévoration6) qui, en même temps qu’ils reflètent les peurs viscérales de l’homme médiéval face à l’au-delà, nous invitent à découvrir la relation analogique qui est instaurée entre le corps individuel et le corps collectif : dans le corps du roi se lisent en effet les tensions à l’œuvre dans le corps social et la mise en scène onirique de la mort du roi anticipe la bataille finale de Salesbieres où les corps des chevaliers seront livrés à la folie du démembrement et de la mise en pièces.

3Nous essaierons donc de voir comment le corps du roi, démantelé, se charge précisément à lui seul de toute la tragédie arthurienne qu’il résume en une image saisissante.

1. Mutilation

  • 7 Par ailleurs, sur la valeur synonymique des mots « songe » et « avision », voir Klaus Speckenbach,(...)

4Il convient de distinguer tout d’abord le songe et le rêve éveillé qui sont deux motifs, présents dans le Lancelot et la Mort le roi Artu, dont les frontières sont parfois imprécises7.

  • 8 Lancelot du Lac, éd. Elspeth Kennedy, Paris, Le Livre de poche, 1991, pp. 379-391.
  • 9 Le roi reste sourd aux propos de Gauvain : « Et messires Gauvains li conmence a dire bassetement q (...)
  • 10 Keu, excédé par l’attitude du roi qu’il juge affligeante (« [...] ses pensez est trop mauvais en c (...)
  • 11 Cette faute est relative à la mort du roi Ban de Benoïc dont le filleul, Banin, vient d’arriver à (...)
  • 12 Lancelot du Lac, éd. E. Kennedy, p. 388.
  • 13 Sur les conseils de Gauvain, le roi décide en effet qu’il agira quand il verra « qu’il en sera et (...)

5Ainsi, alors que toute la cour est réunie le jour de Pâques à Karahais8, le roi Arthur se laisse aller à de sombres pensées au mépris de tous ceux qui l’entourent9, de telle sorte que seul le son du cor, retentissant violemment à l’initiative du sénéchal Keu10 parvient à lui faire reprendre ses esprits. Le rêve du roi a bien pour fonction de révéler son état de péché, puisqu’Arthur ressent la honte de ne pas avoir réparé une faute qu’il a jadis commise11 (« [...] si ai si grant honte que ge ne puis greignor avoir »12, mais il s’agit d’un rêve éveillé ne sollicitant aucune interprétation : la prise de conscience du roi est ici immédiate aussi bien en ce aui concerne la nature de la faute au’en ce qui concerne le moyen d’y remédier13.

  • 14 Ibid., p. 690.

6Il en est autrement dans l’épisode du Lancelot relatant le songe morbide que fit le roi Arthur la veille de quitter Carduel14. Le songe nocturne d’Arthur se déroule en trois temps, mais la discontinuité du songe ne fait qu’accroître l’angoisse du roi, les trois moments n’étant en réalité qu’un seul songe s’aggravant un peu plus chaque nuit.

7Au cours de la première nuit, le roi rêve qu’il perd ses cheveux et le poil de sa barbe :

  • 15 Ibid., p. 692.

« L’andemain dut li rois movoir. Mais une grant merveille la nuit li avint, car il sonja que tuit li chevol li chaoient de la teste, et tuit li poil de la barbe ; si en fu mout espoentez, et par ce demora encores en la vile »15.

8La seconde fois, le roi se voit privé de ses doigts (excepté le pouce) :

  • 16 Ibid.

« A la tierce nuit après li ravint que il sonja que tuit li doi li chaoient des mains sanz les poces. Et lors fu mout plus esbaïs que devant »16.

9Enfin, la troisième fois, le roi constate avec stupéfaction que ses doigts de pieds (excepté le gros orteil) subissent le même sort :

  • 17 Ibid.

« Et en l’autre tierce nuit resonja que luit li doit des piez li chaoient sanz les poces. Et lors fu plus esbahiz que devant, si lo dit a son chapelain »17.

  • 18 Ibid. « Sire, fait il, ne vos chaut, car songes est noianz ». Cette sentence est partagée par le h (...)

10Ni la reine ni le chapelain du roi qui tentent de le rassurer18, ne sont vraiment convaincants. Le songe obsédant demeure incompréhensible au roi qui sollicite avec insistance l’entremise des clercs, seuls à même de l’interpréter. Ces derniers, fort réticents à révéler au roi la vérité, finissent par avouer le pire :

  • 19 Ibid., p. 694.

« Sire, bien sachiez que tote honor terriene vos covient a perdre, et cil o vos plus vos fiez vos faudront estre lor gré, car ensin lo covient estre »19.

11Arthur, ébahi, cherche aussitôt un moyen de contrer le destin si funeste qu’on lui annonce, réagissant de la même manière que lorsque, aussitôt après en avoir pris conscience de sa faute à Karahais, il s’interrogeait sur ce qui pourrait la réparer.

  • 20 Ibid., pp. 694-696.

« "Or me dites, fait il, se nule riens m’an porroit estre garanz."
"Certes, sire, fait li maistres, nos i avons veu une chose, mais c’est si granz folie neïs a penser que nos ne vos osons dire."
"Dites, fait li rois, seürement, car pis ne poez vos dire que dit m’avez."
"Et gel vos dirai, fait cil : nule riens ne vos en puet rescorre de perdre tote honor terriene, se il ne vos en requeust li Lieons Evages et li Mires sanz Mecine par lo consoil de la Flor. Et ce nos senbloit estre si granz folie que nos n’en osiens parler." »20.

  • 21 Ibid., p. 388.
  • 22 Le prudhomme qui révélera le sens du songe d’Arthur compare les clercs à des fous : « Et neporqant (...)
  • 23 Ibid., p. 696.

12Tandis que Gauvain, dans l’épisode précédemment cité, s’évertuait courtoisement à conseiller le roi, parvenant sinon à calmer son angoisse, du moins à le ramener à la raison (« Li rois antant bien et conoist que ses niés li dit lo meillor »21), les clercs tiennent ici un discours énigmatique dont eux-mêmes ne maîtrisent pas la signification22, plongeant le roi dans un profond désarroi (« Li rois est mout antrepris de ceste chose »23.

13Il faut attendre que les faits parlent d’eux-mêmes et que le rêve prophétique s’accomplisse pour que la signification du songe soit enfin avérée. Défié par Galehaut qui le menace d’envahir sa terre, le roi Arthur se souvient du funeste présage des clercs :

  • 24 Ibid., p. 744.

« Mout a li rois grant peor de perdre sa terre et tote honor, et mout li sont failli si ome, einsi corne li saige clerc li distrent, si an est mout espoantez »24.

  • 25 Ibid., p. 760.

14L’explication des paroles énigmatiques des clercs requiert l’entremise d’un prudhomme25 qui développe longuement les raisons pour lesquelles il convient de voir derrière l’image du lion dans l’eau (le « lieons Evages », la figure du Christ (« li leons, ce est Dex [...]. L’eive ou il lo quiderent veoir, ce est cist siegles »), de reconnaître Dieu derrière le Médecin sans médecine (« [...] li Mires sanz Mecine. [...] Ce est Dex »), et enfin de découvrir la Vierge Marie derrière l’image de la Fleur puisqu’elle est « flors de totes les autres flors ».

15Ainsi, la transparence de la démonstration parvient à apaiser le roi. Les propos des clercs se devaient d’être déchiffrés comme une invitation à faire son salut, en donnant au roi l’occasion de méditer sur la vanité des choses mondaines et sur son rôle de souverain qu’il n’a pas assumé comme il l’aurait dû en oubliant la largesse. Le songe avait donc valeur d’avertissement et le roi Dense pouvoir remédier au mal qu’il a commis en suivant l’enseignement du prudhomme :

  • 26 Ibid., p. 768.

« Certes, fait li rois, maistre, vos lo m’avez mostré et bien et bel, tant que vos m’an avez ja si conforté qu’il m’est avis que soie ja eschapez de totes mes paors, car trop est plus mes cuers a ese que il ne siault. Et ge lo créant, selonc Deu que ge lo ferai ensin comme vos m’avez comandé, se Dex a honor me done an ma terre retorner »26.

  • 27 On notera en particulier l’allusion du prudhomme à la naissance incestueuse d’Arthur. Selon Charle (...)

16Pourtant, le prudhomme laisse entrevoir l’irréversibilité de la prophétie, annonçant le « destruement » dont Arthur sera fatalement la victime, car tel est son destin27 :

  • 28 Ibid., p. 748.

« Et par ce vendras tu a destruement, car Diex destruira les pecheors et dont destruira il toi »28.

  • 29 Ibid., p. 760 : « Et saches que il no te distrent mie sanz raison ».

17Le silence du prudhomme en ce qui concerne le songe initial d’Arthur (cheveux, doigts et orteils) est révélateur, puisqu’au lieu d’écarter la menace qu’il contenait, il ne fait que la conforter (les clercs avaient raison29). Mais Arthur semble ignorer cette menace.

18Nous nous attacherons donc à essayer de déchiffrer le sens qu’il convient de donner aux motifs de la perte des cheveux et de la barbe et de la mutilation des mains et des pieds, tels qu’ils sont mis en place par l’auteur du Lancelot.

a) Les cheveux

  • 30 Ainsi, les cheveux blonds et bouclés de Lancelot contribuent largement à sa beauté et font l’objet (...)
  • 31 Une chevelure épaisse mais désordonnée est en effet forcement péjorative - d’autant plus si elle e (...)

19L’abondance des cheveux est traditionnellement associée à l’idée de force et de virilité, à l’image du mythe biblique de Samson. La description de la beauté d’un chevalier passe souvent par l’évocation de sa chevelure30 qui, pour être abondante, n’en est pas moins soignée31.

  • 32 Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou au Moyen Age, xiie-xiiie siècles, Paris, PUF, 1992, pp. 41-42 (...)
  • 33 Dans le Conte du Graal, par exemple, « un escuier molt grant et cauf » fait la risée des dames du (...)

20Se couper les cheveux peut dès lors être logiquement considéré comme un acte de pénitence, un signe de renonciation, volontaire ou imposée. La tonsure est ainsi le signe de l’humilité du clerc et de l’humiliation du fou32, deux figures de l’altérité, comme l’a souligné J.-M. Fritz33.

  • 34 Le Conte du Graal, éd. W. Roach, v. 5444.
  • 35 Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, éd. Ernest Langlois, Paris, Champion, 1951, p. 30, vv. 683-6 (...)
  • 36 La Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, p. 205. Celle-ci déclare : « Sachiez, fet ele, que je (...)
  • 37 Ibid., p. 227.
  • 38 Le Conte du Graal, éd. W. Roach, vv. 5404 sqq : « Les treches jusqu’au haterel / Anzdeus trenchier (...)

21Parallèlement, tirer les cheveux d’une demoiselle est peu louable34 et les couper s’avère un moyen de punir celui ou celle qui s’est montré(e) indigne35. L’idée de sacrifice est fortement liée à la perte de la chevelure comme en témoigne la sœur de Perceval qui, dans la Queste del Saint Graal36, fait don de ses cheveux pour remplacer le baudrier usé de « l’Espee as estranges renges »37 ou le vœu de la « Pucelle as Petites Mances » du Conte du Graal qui serait prête à se faire couper les cheveux au ras de la nuque si cela devait permettre la victoire de son champion38.

  • 39 Dans la Chanson de Roland, éd. Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969, vv. 2595-2596 : « E Bramimunde (...)

22S’arracher les cheveux est d’autre part un signe de deuil ou de douleur, fréquemment décrit dans la littérature médiévale39.

23De ce fait, lorsqu’elle n’est pas volontaire, la perte des cheveux est de l’ordre de la punition et du traumatisme, d’où le sentiment inévitable de malaise ressenti par Arthur se voyant en songe privé de ses cheveux.

  • 40 Sur ce motif, voir l’article de Brigitte L. Callay, « The Concept of Destiny in Chrétien de Troyes (...)
  • 41 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. W. Roach, vv. 4646-4647.

24A toutes ces connotations négatives de la perte des cheveux s’ajoute le souvenir de la figure de Fortune qui est « cauve / Detriers et devant chavelue »40 comme nous le rappelle Chrétien de Troyes41.

25La perte des cheveux est donc un mauvais présage pour le roi, puisqu’elle peut être interprétée comme le signe du revirement de la fortune.

b) La barbe.

  • 42 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 117.
  • 43 Ibid, v. 1843 : « Desur sa brunie li gist sa blanche barbe ».
  • 44 Voir les vv. 3122-3123, 3318, 3520-3521.
  • 45 Ibid., vv. 3954-3955 : « Par ceste barbe dunt li peil sunt canuz, se uns escapet, morz ies e cunfu (...)

26La barbe est un signe de pouvoir, de virilité, voire d’héroïsme. Charlemagne qui « blanche ad la barbe e tut flurit le chef »42, est l’exemple type de la figure valorisée de la souveraineté. Celui dont on nous dit qu’il étalait volontiers sa barbe sur sa cuirasse43 en signe de bravade44 et qu’il jurait par sa barbe face à l’ennemi45,ne pouvait que devenir le roi prestigieux à la « barbe fleurie » qu’en a fait la postérité, la barbe étant l’insigne royal par excellence.

  • 46 Dans la Vie de saint Alexis, par exemple, éd. Gaston Paris, 1911, vv. 423¬ 424, la mère apprenant (...)
  • 47 Voir note 32.
  • 48 Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus, éd. W. A. Nitze et T. Aktinson Jenkins, Chicago, Chicago Univ (...)
  • 49 Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, éd. Edmond Faral, Paris, Champion, 1929, chap. 16 (...)
  • 50 C’est finalement Arthur, vainqueur, qui obtient la barbe du géant.
  • 51 Wace, Le Roman de Brut. vv. 11561-11592. C’est ici le géant Dinabuc qui défie le roi Arthur.
  • 52 Merlin, éd. H. O. Sommer, t. II, 1908. Le géant Rion, qui revêt ici les barbes qu’il a conquises ( (...)
  • 53 Francis Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale. L’Autre, l’Ailleurs, l (...)

27De même que des cheveux ébouriffés46 ou, au contraire, la tonsure sont les deux attributs les plus constants du forcené47, une barbe en broussaille peut être le signe de reconnaissance de la folie et une joue imberbe est rarement valorisante. Dans le Perlesvaus, quiconque passe par le château des Barbes doit ou bien abandonner sa barbe et s’avouant vaincu subir un sort peu enviable ou bien se battre héroïquement pour la conserver en même temps que sa liberté48. Le thème de la revendication de la barbe caractérisant ici la mauvaise coutume du château où se rend Perlesvaus, concerne personnellement le roi Arthur dans l'Historia reeum Britanniae de Geoffrov de Monmouth49 où le géant Ritho somme le roi de se dépouiller de sa barbe50, épisode repris dans le Roman de Brut de Wace51 et dans le Merlin Vulgate52 comme l’a bien vu Francis Dubost53 qui souligne la relation étroite de ce thème avec celui de la souveraineté menacée.

  • 54 Un exemple nous est donné dans la Vie de saint Alexis, éd. G. Paris, 1911, v. 387, où la douleur d (...)

28En outre, s’arracher la barbe est, comme s’arracher les cheveux un signe de deuil54. La perte de la barbe est donc un élément fondamental de la dépossession de soi, mettant en cause le prestige et la puissance du roi.

29A ce stade, il est donc aisé d’interpréter le rêve du roi comme l’annonce d’un revirement de fortune remettant en question le pouvoir royal.

b) Les mains et les pieds

  • 55 Lancelot, éd. E. Kennedy, p. 694.
  • 56 Mireille Demaules, article cité, p. 27, propose une interprétation originale de cette image de la (...)

30La troisième partie du songe d’Arthur est plus inattendue que les deux précédentes. L’interprétation des clercs qui annoncent à Arthur que les hommes en qui il se fie le plus lui feront défaut55, semble bien résulter essentiellement de cette image de la perte des doigts de la main et des orteils (excepté le pouce et le gros orteil) : dans le songe d’Arthur, le roi (pouce, gros orteil) se voit privé de ses meilleurs chevaliers (les doigts de la main)56.

  • 57 Daniel, II, 31. de différents métaux, et qui a les pieds en partie de fer (force) et en partie de (...)
  • 58 Ibid., IV, 30. Sur l’iconographie de cet épisode, voir D. A. Wells, « Die Ikonographie von Daniel (...)

31La référence au pied du souverain nous fait cependant penser à la figure biblique de Nabuchodonosor, dont le songe allégorique de la statue57 a une perspective eschatologique58, comme le lui révèle le prophète Daniel.

  • 59 Dante Alighieri, La Divina Commedia, ed. Daniele Mattalia, Milano, Biblioteca Universale Rizzoli, (...)
  • 60 Selon Alexandre Masseron, « le pied de terre de la statue dantesque représenterait l’empire, le pi (...)
  • 61 C’est pour cette raison que les larmes, symbole des péchés, coulent des différentes parties de la (...)

32Dante, qui utilise cette image pour dresser la « statue du grand vieillard » qui se trouve dans son Enfer59, reste très près du modèle biblique, bien que l’interprétation qu’il donne des pieds de la statue, l’un de fer et l’autre de terre cuite - le vieillard s’appuyant davantage sur ce dernier -, s’en éloigneé60. Mais l’on s’accorde généralement à considérer « le grand vieillard » comme la représentation des divers âges de l’humanité, qui, à l’âge d’or, fut sans vices61.

  • 62 Gervais du Bus, Le Roman de Fauvel, éd. A. Langfors, Paris, 1914-1919 (SATF, 63), vv. 2365-2368.
  • 63 Sur l’iconographie de la statue du songe de Nabuchodonosor, voir Michael Camille, The Gothic Idol. (...)

33L’image de la statue au pied d’argile est donc celle par excellence d’un roi déchu de ses prégoratives, et il n’est pas étonnant que Nabuchodonosor apparaisse précisément dans le discours de Fortune du Roman de Fauvel, de Gervais du Bus62. Le roi Arthur, amputé de ses orteils, correspond ainsi à la figure du roi déchu dont la puissance s’effrite et se déstabilise63.

  • 64 Steven R. Fischer, The Complète Medieval Dreambook. A multilingual, alphabetical Somnia Danielis C (...)
  • 65 « Chief tondut senefie damage » (Somniale Danielis, Paris, Bibl. nat., 1553, xiiie s.) ; « Caput t (...)
  • 66 « Se barbe rcre senefie damage (Somiale Danielis, op. cit.).
  • 67 « Digitos videre abscindere significat dampnum » (Somnia Danielis, op. cit.).
  • 68 Notons que raser ou perdre ses cheveux ou sa barbe semble équivalent : « Qui songe sa barbe rere o (...)
  • 69 « Quant on songe de barbe reire, / Damages est et chose amere » (Somniale Danielis, Bruxelles, Bib (...)

34La signification funeste que l’on peut donner aux trois phases du songe d’Arthur correspond bien à celle que les traités des songes nous donnent de ces différents motifs64. La perte des cheveux65, de la barbe66, comme celle des doigts67, thèmes répertoriés dans le corpus des Songes de Daniel, signifient le plus souvent « dommage »68, avec cependant des variantes69 tout aussi négatives.

35On notera en outre que le songe qui s’attache à détailler, à première vue, des fragments du roi (la tête, les mains, les pieds) nous donne en fait un regard a capite ad calcem du corps d’Arthur, en choisissant la partie pour suggérer le tout.

36Les trois attributs essentiels de la figure royale assise en majesté sur son trône (la couronne, le sceptre et le coussin sous les pieds), résumant à eux seuls la royauté, correspondent aux trois parties du corps royal précisément retenues dans le songe (tête, main, pied), synecdoque du corps entier.

  • 70 La calvitie du roi, humiliante, peut, nous semble-t-il, être interprétée de surcroît comme la mena (...)
  • 71 Le pied privé de ses doigts peut évoquer le morcellement du royaume d’Arthur par les successeurs d (...)

37Dès lors, déposséder Arthur de ses cheveux et de sa barbe, d’une part, de ses doigts, d’autre part, et enfin de ses orteils, équivaut à priver le roi de tout ce qui fonde sa légitimité : les cheveux (raison)70, la main qui donne (largesse), ordonne (pouvoir) et juge (main de justice), et enfin le pied (puissance et unité territoriale)71. L’atteinte au corps royal peut ainsi être envisagée en termes de délégitimation et de dispersion des attributs de la souveraineté.

  • 72 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier : « il li fet le chief voler » (p. 233), « detrenchié » (p. 2 (...)

38La mise de scène allégorique du démembrement du roi a, de surcroît, une valeur pénitentielle, puisqu’elle est l’expression d’un nécessaire renoncement aux vanités des gloires terrestres. Elle évoque, par analogie, la dissolution du corps social, le corps du roi résumant à lui seul l’univers arthurien destiné à se déchirer lors de la catastrophe finale de la Mort le roi Artu, comme en témoigne le récit de la bataille de Salesbieres, où le démembrement et la mutilation des corps par les coups tranchants des épées sont évoqués avec insistance72.

  • 73 Agostino Paravicini Bagliani, « Démembrement et intégrité du corps au xiiie siècle », Terrain, 18 (...)
  • 74 Ibid. Elle pouvait également être un moyen de « multiplier les lieux d’intercession spirituelle », (...)

39Cette valeur pénitentielle de la mutilation a été, par ailleurs, évoquée par A. Paravicini Bagliani qui nous décrit la pratique mortuaire du démembrement, en usage au xiiie siècle, laquelle fut même « adoptée par les rois dès la seconde moitié du xiiie siècle » et qu’attestent plusieurs documents73. Cette mise en morceaux, volontaire cette fois, du corps défunt, était bien un moyen de se racheter, comme en témoigne le cas de Pierre de Vico, podestat de Viterbe, qui en 1268 demande par voie testamentaire que son cadavre soit « divisé en sept parties pour racheter les sept vices capitaux contre lesquels il a péché »74.

  • 75 Cf. les corps mutilés de saint Eloi, saint Nicolas, saint Pierre, etc.

40Il faut également se souvenir, d’une part, de l’importance accordée à cette époque au culte des reliques, la moindre parcelle du corps du saint (cheveux, bout d’os, etc.) étant considérée en soi comme un « corps saint » et, d’autre part, de la glorification des figures de l’ascète, du reclus et du martyr75 pour qui la chair est méprisable.

  • 76 Souvenons-nous de la messe miraculeuse de l’Estoire del Saint Graal (éd. H. O. Sommer, The Vulgate (...)

41Une telle attitude sociale ambiguë face au corps qu’elle rejette mais en même temps sur lequel elle se focalise témoigne d’un mélange de mépris vis-à-vis de l’enveloppe corporelle, désertée par l’âme au moment de mourir, et de valorisation de la souffrance charnelle dont le Christ est précisément la figure emblématique exhaustive. Le culte eucharistique nous ramène également à cette image du morcellement, le partage de l’hostie au moment de la consécration renouvelant le sacrifice divin76.

42Nous sommes apparemment bien loin du songe d’Arthur. Pourtant, nous allons voir que d’autres songes prémonitoires présents dans le Lancelot-Graal nous invitent à donner une dimension eschatologique aux dommages corporels dont est victime en songe le roi Arthur.

2. La chute

  • 77 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 225.
  • 78 Sur la croyance aux revenants, voir Jean-Claude Schmitt, Les Revenants dans la société médiévale, (...)
  • 79 Sur l’iconographie de cette scène de la Mort le roi Artu, voir Alison Stones, « Aspects of Arthur’ (...)

43Dans la Mort le roi Artu77, le roi voit en songe le spectre78 de Gauvain éploré79 le mettant en garde contre le péril qui l’attend Puis, lors d’une seconde nuit, Arthur rencontre Fortune avec qui il dialogue :

  • 80 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 226.

« Quant il fu endormiz, il li fu avis que une dame venoit devant lui, la plus bele qu’il eiist onques mes veiie el monde, qui le levoit de terre et l’enportoit en la plus haute montaigne qu’il onques veïst ; illuec l’asseoit seur une roe. En cele roe avoit sièges dont li un montoient et li autre avaloient ; li rois regardoit en quel leu de la roe il estoit assis et voit que ses sièges estoit li plus hauz. La dame li demandoit : "Artus, ou ies tu ? - Dame, fet il, ge sui en une haute roe, mes ge ne sei quele ele est. - C’est, fet ele, la roe de Fortune." Lors li demandoit : "Artus, que voiz tu ? - Dame, il me semble que ge voie tout le monde. - Voire, fet ele, tu le voiz, n’il n’i a granment chose dont tu n’aies esté sires jusques ci, et de toute la circuitude que tu voiz as tu esté li plus puissanz rois qui i fust. Mes tel sont li orgueil terrien qu’il n’i a nul si haut assiz qu’il ne le coviegne cheoir de la poesté del monde »80

44Fortune nous donne ici l’image valorisée du souverain à l’apogée de son règne. Mais la menace de la dernière phrase a tôt fait de s’exécuter :

  • 81 Ibid., p. 227.

« Et lors le prenoit et le trebuschoit a terre si felenessement que au cheoir estoit avis au roi Artu qu’il estoit touz debrisiez et qu’il perdoit tout le pooir dei corset des membres »81.

  • 82 Ibid.
  • 83 Image du destin, la roue qui tourne nous rappelle aussi que la mort touche aussi bien les papes et (...)

45L’image du roi précipité du sommet de la roue est bien évidemment l’annonce des « mescheances qui li estoient avenir »82 comme l’auteur de la Mort le roi Artu nous le dit sans insister, tant l’image est parlante83.

  • 84 Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, éd. E. Langlois, vv. 769-772 : « Et chele ki le roe tient / (...)
  • 85 Londres, British Library, Add. 10294, fol. 89 (Artois ou Flandres, vers 1315). Fortune porte un ba (...)
  • 86 Muriel Whitaker, The Legends of King Arthur in Art, Cambridge, D. S. Brewer, 1990, p. 50, dans le (...)
  • 87 Voir A. Doren, Fortuna im Mittelalter und in der Renaissance, Leipzig / Berlin, 1924 ; Howard Roll (...)

46Fortune est ici représentée comme une très belle femme, mais il n’est pas précisé qu’elle est aveugle, ce qui, en l’occurrence, la distingue de la description qu’Adam le Bossu84 nous en donne dans le Jeu de la Feuillée, description que l’on retrouve dans le ms. Add. 1029485 où cet épisode de la Mort le roi Artu est illustré86. L’idée de la roche sur laquelle se hisse le roi est cependant conforme à la tradition87.

  • 88 Citons dans la mythologie grecque les Tantale, Phaéton, Ixion, Bellérophon...
  • 89 Pensons aussi aux anges déchus, précipités dans l’abîme.

47La chute est avant tout le rappel brutal de la condition terrestre de l’homme et Icare n’est pas le seul à en avoir fait la traumatisante expérience88. Elle est aussi par excellence l’image du déclin et de la perte du pouvoir. Mais elle nous rappelle avant tout le péché dont l’humanité toute entière porte le marque depuis qu’Adam et Eve ont été chassés du Paradis. La chute est une image à forte connotation morale89.

  • 90 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 243.
  • 91 L’idée de la « dette » de l’humanité envers Dieu est également présente chez Dante, La Divine Comé (...)
  • 92 Le roi Arthur lui-même après son combat contre Mordred, se souviendra de Fortune qui de mère et de (...)

48Au cours de la bataille finale, à la mort du valeureux Yvain dont la chute (« si l’abat mort a terre »)90 provoque le chagrin du roi, Sagremor le Desreez rappellera précisément à Arthur ce que Fortune elle-même lui avait fait comprendre, à savoir qu’il lui faudrait paver, le moment venu91, les honneurs dont il a personnellement si grandement bénéficié jusqu’à présent92 :

  • 93 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 243.

« Sire, ce sont li geu de Fortune ; or poez veoir qu’ele vos vent chierement les granz biens et les granz honors que vos avez eu pieça, qu’ele vos toit de vos meilleurs amis »93.

  • 94 Ibid., p. 232 : « si poissiez veoir en poi d’eure la terre couverte de chevaliers dont li un estai (...)
  • 95 Le récit multiplie les verbes évoquant la chute des chevaliers abattus. Ibid., pp. 232 sqq. : « la (...)
  • 96 L’image du roi « tout debrisiez » nous rappelle là encore la statue pulvérisée du songe de Nabucho (...)

49Mais le récit de la bataille de Salesbieres, véritable hécatombe pour Arthur et ses hommes94, démultiplie bientôt l’image de la chute95, puisque les meilleurs chevaliers du royaume les uns après les autres en sont victimes à leur tour. Ainsi, le rêve prémonitoire d’Arthur concerne non seulement sa personne, mais tout son royaume96, de même que le péché d’Adam et Eve rejaillit non seulement sur eux, mais sur l’humanité entière.

3. La dévoration

  • 97 Lancelot, éd. A. Micha, t. V, chap. XCVI, p. 221 (ou éd. H. O. Sommer t. V, p. 284). Ce rêve est p (...)
  • 98 Ibid., t. V, p. 221. L’ermite qui révèle à Mordred que son père est non pas le roi Loth d’Orcanie, (...)
  • 99 L’ermite révèle sans ambiguïté à Mordred la signification du serpent : « Et sez tu qui le serpent (...)

50Le songe qu’Arthur eut le soir même de la conception de Mordred97 et qui l’effraie à tel point qu’il fera représenter la scène dans l’église Saint-Etienne98, est, bien sûr, l’annonce de sa propre mort de la main du fils incestueux qu’il a engendré99 :

  • 100 Lancelot, éd. H. O. Sommer, t. V, p. 284.

« Li fu avis en songe que de lui issoit uns serpens qui li argoit toute sa terre et li ochioit touz sez hommes, et quant il avoit son pule ocis et sa terre gastee, si li coroit desus, mais il se desfendi si qu’il ocioit le serpent, et neporquant il estoit si fort envenimés dei serpent qu’il li en convenroit morir »100.

  • 101 Charles Mêla, op. cit., p. 340.

51Charles Méla a noté l’importance qu’il convient d’accorder ici à la faute sexuelle liée au destin funeste d’Arthur : « Le péché sexuel se visualise dans le corps monstrueux du serpent et rejaillit en malédiction sur le royaume qui devient terre gaste »101. L’image du serpent monstrueux se précipitant sur le roi pour l’anéantir met en effet en évidence un fantasme de dévoration qui a ici une forte connotation sexuelle, le venin du serpent monstrueux s’infiltrant dans le corps du roi qu’il paralyse.

  • 102 Jean Frappier (éd.), La Mort le roi Artu, Genève, Droz / Paris, Minard, 1956, introduction, p. xxi(...)
  • 103 Ibid., p. xxiii, note 1.

52Mais c’est surtout « l’aveuglement volontaire des héros qui est la cause de leur perte », comme l’a souligné Jean Frappier102. En effet, le roi, hanté par la trahison de Mordred depuis le rêve qu’il fit le jour même où il l’engendra, « cache [pourtant] cette crainte au fond de lui-même jusqu’à l’heure où la nouvelle de l’événement accompli lui arrache l’aveu public et du songe ancien, dont le sens s’éclaire tout à fait pour lui, et de son inceste »103. Et n’est-il pas précisément reproché à Gauvain d’avoir oublié ce qui lui avait été révélé ?

  • 104 Ibid., p. 142.

« Et vos, messire Gauvain [...], ne vos souvient de ce que vos veïstes la bataille del serpent et del liepart ? S’il vos souvenist bien des merveilles que vos i veïstes et de la senefiance que li hermites vos devisa, ja ceste guerre ne fust, tant corn la poïssiez detorner »104.

  • 105 Sur Destin, Fortune et Providence après Boèce, voir Philippe Desan, Naissance de la méthode (Machi (...)

53La faute d’Arthur et de ses compagnons est bien d’avoir ignoré les avertissements qu’il ont reçu, contribuant ainsi eux-mêmes à l’accomplissement de leur destin105.

54Dès lors, si l’auteur de la Mort le roi Artu évoque la faute individuelle dont Arthur s’est rendu coupable en concevant Mordred, il n’ignore ni le péché de luxure de Lancelot et Guenièvre dont la découverte a précisément déclenché la catastrophe arthurienne, ni la jalousie, la haine et l’esprit de vengeance qui conduisent la société arthurienne à sa perte en provoquant l’engrenage de la tragédie.

  • 106 Adam et Eve les premiers en firent la désastreuse expérience.
  • 107 Par ailleurs, notons que Dante, Enfer, chant VII, 67-96, nous dit que le jugement de Fortune est c (...)

55Or le cortège des vices de la société arthurienne n’est-il pas évoqué pour nous montrer que c’est l’humanité pécheresse toute entière qui est visée ? L’image du serpent, précisément retenue dans le songe d’Arthur, est bien l’image par excellence du mal106, dont le traître Mordred est la terrifiante incarnation107.

  • 108 Lancelot, éd. A. Micha, Genève, p. 122.
  • 109 Il s’agit d’une vision et non d’un rêve, mais « l’écriture romanesque tend ici à gommer la frontiè (...)

56Dans le Lancelot en prose108, la figure du serpent est également retenue, mais elle est ici la « senefiance » non pas de Mordred, mais du roi Arthur en personne. Gauvain, après avoir été blessé par une lance enflammée sur le Lit Aventureux, aperçoit un serpent multicolore d’une grosseur extraordinaire, qui s’ébat et se contorsionne avant de pousser un cri et de se mettre à vomir une centaine de serpenteaux109. Suit le combat interminable du serpent et d’un léopard dans une chambre voisine Voyant qu’il ne viendrait Das à bout du léopard, le serpent retourne alors dans la chambre où il livre assaut aux serpenteaux, et la mêlée se prolonge jusqu’à ce que le serpent et les serpenteaux se massacrent mutuellement.

  • 110 Lancelot, éd. A. Micha, t. V, chap. LXVI, p. 123.

57Un ermite donne peu après à Gauvain la signification de ce qu’il a vu : le serpent représente le roi Arthur, les serpenteaux ses vassaux, le léopard un chevalier qu’Arthur ne parviendra pas à vaincre. A son retour dans son pays, le roi sera assailli par ses vassaux et tous s’entretueront au cours de la bataille110.

58Nous avons donc ici, transposée, l’image terrifiante de la main privée de ses doigts du songe qu’Arthur fit à Karahais, et l’annonce réitérée de la dislocation du royaume de Logres, dramatisée sous la forme d’un combat allégorique.

  • 111 Sur les cinq rêves de Charlemagne dans la Chanson de Roland, voir notamment K.-J. Steinmeyer, Unte (...)
  • 112 Aux vv. 334-335 de la Chanson de Roland, par exemple, les Français sont impressionnés par la malad (...)
  • 113 Les songes de Charlemagne trouvent dans les événements leur explication.
  • 114 Arthur est en effet clairement prévenu qu’il ne doit pas combattre Mordred : dans la Mort le roi A (...)
  • 115 Albert Pauphilet, « Sur "la Chanson de Roland" », Romania, 1933, pp. 161-198.
  • 116 Pierre Le Gentil, La Chanson de Roland, Paris, Hatier, 1967, pp. 147-148.
  • 117 Il en est de même en définitive dans la Mort le roi Artu, puisque le combat entre Arthur et Mordre (...)

59Une autre grande figure royale est, dans la littérature médiévale, en proie à des songes lui révélant les périls qui l’attendent : il s’agit de Charlemagne111. Les signes et présages jouent en effet un grand rôle dans la Chanson de Roland112 où ils contribuent à créer l’atmosphère dramatique. L’empereur est averti des dangers à venir par des songes prophétiques113, inspirés des songes de David et de Mardochée dans la Bible. Contrairement aux songes d’Arthur114, il s’agit ici « d’avertissements obscurs, de demi-prévisions trop peu précises pour suggérer un acte mais suffisantes pour angoisser »115. En effet, comme l’a bien vu Pierre Le Gentil116 : « [...] les songes qui visitent le sommeil de Charlemagne restent mystérieux : ils provoquent l’angoisse, mais ils ne définissent pas le danger ; à plus forte raison ne permettent-ils pas de conjurer la catastrophe imminente »117.

  • 118 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 727.
  • 119 Ibid., v. 729.
  • 120 Ours, serpents, vipères, dragons, démons et griffons.
  • 121 Ibid., v. 2542.
  • 122 Ibid, v. 2551.
  • 123 Le « vautre » ou « veltre » (du latin pop. vertragum, du celt.) est un chien de chasse (qui chasse (...)

60Mais, dans un cas comme dans l’autre, l’image de l’animal dévorant est présente. Dans la Chanson de Roland, lors d’un premier songe, un verrat mord l’empereur au bras (« El destre braz li morst uns vers si mais »)118 et un léopard se jette sur lui (« Sun cors demenie mult fièrement asalt »)119. Dans un autre songe, un arsenal de bêtes féroces120 assaille les chevaliers et « les voelent puis manger »121. Un lion en particulier s’en prend à la personne même du roi (« sun cors meïsmes i asalt e requert »)122. Un vautre et un ours combattent enfin123.

  • 124 Pensons à la gueule de l’Enfer représentée dans la Psautier de Winchester (daté 1161) ou aux bras (...)
  • 125 Par ailleurs, sur le thème de la résurrection considérée comme une victoire sur la fragmentation e (...)

61Or si ces combats allégoriques de bêtes féroces évoquent inévitablement les populations infernales et plus précisément la gueule béante de l’Enfer avalant les âmes des damnés, si souvent représentée au Moyen Age124, ils servent précisément, dans la Mort le roi Artu, à renforcer la dimension eschatologique de la fin du royaume arthurien. Cette dimension est peut-être perceptible dans l’une des miniatures du ms. Add. 10294 (Londres, British Library), illustrant la bataille finale de Salesbieres (fol. 90 v), qui nous montre précisément la chute et l’entassement chaotique des corps mutilés des chevaliers remplissant complètement le cadre de l’image qui les enserre125.

  • 126 La souveraineté est pensée sur le modèle chrétien du corps mystique. Voir Ernst Kantorowicz, Les D (...)

62Il nous semble donc possible de repérer trois niveaux de lecture dans les songes du roi Arthur que nous avons évoqués, puisqu’à travers l’image corporelle du souverain transparaît non seulement celle de son royaume dont il partage le destin126, mais aussi celle de l’humanité toute entière, nue devant la mort.

63Le corps du roi est comme un microcosme par rapport au macrocosme qu’est le corps social ; l’annonce de la mort du roi est non seulement la métaphore de la dissolution de la société arthurienne, mais, au-delà, la vision apocalyptique d’une humanité privée de la grâce divine, depuis que le Graal a disparu du royaume de Logres.

  • 127 Guenièvre se réfugie dans une abbaye, Lancelot se retire dans un ermitage : l’action continuée de (...)

64Ainsi, le funeste destin annoncé du roi Arthur et de ses hommes serait à mettre en relation étroite avec le sort de l’humanité qui, en raison de ses péchés, devra « payer » le moment venu, et aurait pour fonction de rappeler la nécessité du repentir127.

65L’amplification thématique que l’on peut repérer au travers des différents songes, en donnant libre cours à l’expression des fantasmes qui hantent le monde infernal médiéval, exprime en effet la montée de l’obsession des ténèbres et de l’angoisse du temps dévorateur (compte à rebours) qui s’infiltre peu à peu dans le corps individuel et social arthurien s’achevant dans une catastrophe finale qui préfigure les temps apocalyptiques et qui reflète l’attente angoissée de l’avènement du règne de Dieu Le récit de la fin tragique du royaume arthurien est donc fortement imprégné de la conception eschatologique du devenir humain qui lui a servi de « modèle ».

  • 128 La Mort le roi Artu, p. 250.
  • 129 Wace, Le Roman de Brut, éd. E. Baumgartner et I. Short, Paris, UGE, 1993, vv. 4335-4441 : « Arthur (...)
  • 130 Le corps du roi retrouve son intégrité, condition première à la possibilité de son éventuel retour
  • 131 L’épitaphe du tombeau du roi Arthur, chez Sir Thomas Malory, Le Morte d’Arthur [1485], éd. Janet C (...)

66Pourtant, la fiction littéraire sort du schéma chrétien à la fin du récit, lorsque le roi Arthur disparaît dans une nef « toute pleinne de dames »128. Le roi est recueilli non par des religieuses, mais par des fées. Et l’on sait, par le Roman de Brut de Wace, que si le roi gagne l’immortalité, ce n’est pas au Paradis, mais dans l’île d’Avalon129, où il se fait porter « pur ses plaies mediciner »130. Son retour possible (rex futurus)131 n’implique pas une résurrection (le roi ne meurt pas) mais un nouveau revirement de Fortune, dont la roue ne cesse de tourner.

La roue de Fortune (British Library Add. 102 92-4, fol 89)
(Tous Droits Réservés)

La bataille de Salesbieres (British Library Add. 102 92-4, fol 90 v.)
(Tous Droits Réservés)

Notes

1 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, TLF 783, 1978, t. I, p. 61.

2 Parmi les divers travaux sur les songes dans la littérature arthurienne, citons Klaus Speckenbach, « Form, Funktion und bedeutungen Traume im Lancelot-Gral-Zylclus », in : I Sogni nel medioevo, Roma, Ed. dell’Anteneo, 1985, pp. 317-335, qui ne dénombre pas moins de vingt-huit songes dans le Lancelot-Graal dont quatorze dans le Lancelot propre ; voir également Pierre Jonin, « Un songe de Lancelot dans la Queste del Saint Graal », in : Mélanges offerts à Rita Lejeune, Gembloux, 1969, pp. 1053-1061 ; Mireille Demaules, « Ecriture et imaginaire du rêve dans le Lancelot en prose », Médiévales, 3, 1983, pp. 18-27.

3 Voir Jacques Le Goff, « Les rêves dans la culture et la psychologie collective de l’Occident médiéval », in : Pour un autre Moyen Age, Paris, Gallimard, 1977, pp. 299-306, et « Le christianisme et les rêves (iie-viie siècle) », in : L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, pp. 265-316. Sur les songes dans la littérature hagiographique, voir Pierre Saintyves, En marge de la Légende dorée. Songes, miracles et survivances [1931], Paris, Laffont, 1987, pp. 499 sqq. Sur le domaine celtique, voir notamment E. Ettlinger, « Precognitive Dreams in Celtic Legend and Folklore », in : Transactions of the Folk-Lore Society, LIX, 43, 1948. Sur la chanson de geste, voir H. Breat, Le Songe dans la chanson de geste du xiie siècle, Gent, 1975. Sur le Moyen Age latin, voir Jacqueline Amat, Songes et visions. L’au-delà dans la littérature latine tardive, Paris, Etudes augustiniennes, 1985. Sur l’iconographie, voir A. Paravicini Bagliani, G. Stabile, Traüme im Mittelalter. Ikonologische Studien, Stuttgart-Zurich, 1989.

4 « Car ensi lo covient estre », nous dit la Mort le roi Artu, éd. Jean Frappier, Genève, Droz / Paris, Minard, 1956, p. 694.

5 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 211 : « Ha ! Mordret, or me fez tu conoistre que tu ies li serpenz que ge vi jadis eissir de mon ventre, qui ma terre ardoit et se prenoit a moi [...] ».

6 Ces trois châtiments symboliques sont omniprésents dans les descriptions médiévales de l’Enfer mais connaissent cependant de nombreuses variantes : perforation, ensevelissement, morsures, etc.

7 Par ailleurs, sur la valeur synonymique des mots « songe » et « avision », voir Klaus Speckenbach, op. cit., p. 326 ; voir également Christiane Marcello-Nizia, « La rhétorique des songes et le songe comme rhétorique dans la littérature française médiévale », in : I Sogni nel Medioevo, op. cit., pp. 245-259, et G. Moignet, « La grammaire des songes dans la Queste dei Saint Graal », Langue française, 40, 1978.

8 Lancelot du Lac, éd. Elspeth Kennedy, Paris, Le Livre de poche, 1991, pp. 379-391.

9 Le roi reste sourd aux propos de Gauvain : « Et messires Gauvains li conmence a dire bassetement qu’il laissast son pansé atant. Li rois ne l’antandi pas, si ne li a mot respondu, ainz panse totevoie » (ibid, p. 386).

10 Keu, excédé par l’attitude du roi qu’il juge affligeante (« [...] ses pensez est trop mauvais en cestui point »), trouve ainsi un moyen radical de lui faire reprendre ses esprits : « Maintenant vait un cor saisir qui pendoit a une corne de cerf parmi la guige, puis lo met a la boche, si lo sone si durement que tote la sale en tramble, c’est avis, et totes les chanbres la reine. Li rois tressaut por lo son du cor qu’il ot oï [...] » (ibid., p. 386). L’absence de délicatesse de Keu a déjà fait l’objet du célèbre épisode des gouttes de sang sur la neige du Conte du Graal (éd. William Roach, Genève, Droz / Paris, Minard, 1959, vv. 4280-4348), le sénéchal voulant tirer Perceval de ses pensées en l’obligeant à combattre, initiative qui s’était alors soldée par un cuisant échec.

11 Cette faute est relative à la mort du roi Ban de Benoïc dont le filleul, Banin, vient d’arriver à la cour du roi Arthur, déclenchant par sa seule présence les remords de ce dernier.

12 Lancelot du Lac, éd. E. Kennedy, p. 388.

13 Sur les conseils de Gauvain, le roi décide en effet qu’il agira quand il verra « qu’il en sera et leu et tans » (ibid., p. 388).

14 Ibid., p. 690.

15 Ibid., p. 692.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid. « Sire, fait il, ne vos chaut, car songes est noianz ». Cette sentence est partagée par le héros de Guillaume de Palerme (éd. Henri Michelant, Paris, SATF, 1876, vv. 1180-1181) qui, rêvant qu’il ùent dans ses bras son amie, est dépité lorsqu’il s’aperçoit à son réveil que « [...] ce est songes et faille, / Fantosmes, riens et vanités ». Voir également les premiers vers du Roman de la Rose, de Guillaume de Lorris : « Maintes genz cuident qu’en songe / N’ait se fable non et mençonge. / Mais on puet tel songe songier / Qui ne sont mie mençongier,/ Ainz sont après bien aparant » (vv. 1-5) et la « réponse » de Jean de Meung, v. 18367 (« truffle et mençonge ») et vv. 18503 sqq.

19 Ibid., p. 694.

20 Ibid., pp. 694-696.

21 Ibid., p. 388.

22 Le prudhomme qui révélera le sens du songe d’Arthur compare les clercs à des fous : « Et neporqant, il ne sorent que il te distrent, neiant plus que li forsenez qui parole et ne set se il dit vérité ou mançonge » (ibid, p. 760). On notera les diverses attitudes décrites ici vis-à-vis de l’interprétation qu’il convient de donner aux songes. D’un côté, la reine et le chapelain du roi semblent nier le fait que le rêve puisse avoir prise sur la réalité (« [...] songes est noianz »). Arthur demeure cependant inquiet, dans la mesure où le songe l’a fortement impressionné. Us clercs, sollicités avec insistance par le roi, ne sauraient nier l’opportunité d’interpréter le songe, puisque telle est leur vocation, mais, ne comprenant pas le sens de la « réponse » qu’ils ont obtenue, craignent de dire des bêtises (« [...] mais c’est si granz folie neïs a penser que nos ne vos osons dire »). Enfin, le prud’homme a le dernier mot, en donnant une interprétation complète du songe dont il révèle l’origine divine.

23 Ibid., p. 696.

24 Ibid., p. 744.

25 Ibid., p. 760.

26 Ibid., p. 768.

27 On notera en particulier l’allusion du prudhomme à la naissance incestueuse d’Arthur. Selon Charles Mêla, La Reine et le Graal. La conjointure dans les romans de Chrétien de Troyes au Livre de Lancelot, Paris, Seuil, 1984, p. 339, le roi Arthur « paraît être ainsi la plaque sensible des maléfices à l’œuvre dans son univers ou le révélateur d’un défaut primordial dont celui-ci est atteint ».

28 Ibid., p. 748.

29 Ibid., p. 760 : « Et saches que il no te distrent mie sanz raison ».

30 Ainsi, les cheveux blonds et bouclés de Lancelot contribuent largement à sa beauté et font l’objet d’une description détaillée dans le Lancelot en prose (éd. E. Kennedy, p. 140). Le Conte du Graal nous dit en outre que le sénéchal Keu, décrit comme le « plus bel chevalier el mont » (éd. W. Roach, v. 2798), noue ses cheveux en tresse (ibid., v. 2799).

31 Une chevelure épaisse mais désordonnée est en effet forcement péjorative - d’autant plus si elle est rousse -, comme en témoigne la description de l’écuyer que rencontre Gauvain dans le Conte du Graal (éd. W. Roach, vv. 6988-6990) : « Les chaveus ot mêliez et rous, / Roides et contremont dreciez / Corne pors espis correciez ».

32 Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou au Moyen Age, xiie-xiiie siècles, Paris, PUF, 1992, pp. 41-42 : « La signification de la tonsure est [...] double : là elle est signe d’infamie et d’humiliation ; ici d’élection, d’humilité volontaire et de sagesse ».

33 Dans le Conte du Graal, par exemple, « un escuier molt grant et cauf » fait la risée des dames du château (éd. W. Roach, v. 5114). L’écuyer, poltron et veule, brandit en effet un tronçon de lance qu’il a ramassé sur les lieux du tournoi où se sont illustrés de valeureux chevaliers. Or cette figure antithétique du héros chevaleresque est affublée d’un crâne chauve.

34 Le Conte du Graal, éd. W. Roach, v. 5444.

35 Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, éd. Ernest Langlois, Paris, Champion, 1951, p. 30, vv. 683-684 : « Je veux que Rikiers soit pelés / Et k’il n’ait nul cavel devant ».

36 La Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, p. 205. Celle-ci déclare : « Sachiez, fet ele, que je les fis de la chose de sus moi que je avoie plus chiere, ce fu mes cheveux. Et se je les avoie chiers ce ne fu mie de merveille, car le jor de Pentecoste que vos fustes chevaliers, sire, dit ele a Galaad, avoiue je le plus bel chief que famé dou monde eust. Mes si tost corne je soi que ceste aventure m’estoit apareilliee et qu’il me covenoit fere, si me fis tondre erranment et en fis ces treces teles corn vos les poez veoir » (ibid., p. 227).

37 Ibid., p. 227.

38 Le Conte du Graal, éd. W. Roach, vv. 5404 sqq : « Les treches jusqu’au haterel / Anzdeus trenchier me laisseroie, / Dont molt empirie seroie, / Par covent que demain el jor / Mes chevaliers enmi l’estour / Abatist Melïan de Lis ».

39 Dans la Chanson de Roland, éd. Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969, vv. 2595-2596 : « E Bramimunde le pluret, la reine, / Trait ses chevels, si se cleimet caitive ». Voir également le Conte du Graal, vv. 4807-4809, vv. 2371-72, vv. 6544-6547 et vv. 8451-8452.

40 Sur ce motif, voir l’article de Brigitte L. Callay, « The Concept of Destiny in Chrétien de Troyes’s Perceval », in : Willy Van Hoecke, Gilbert Tournoy, Werner Verbeke (éd.), Arturus Rex (Acta Conventus Lovaniensis), 1987, Leuven, Leuven University Press, t. II, 1991, pp. 134-144.

41 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. W. Roach, vv. 4646-4647.

42 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 117.

43 Ibid, v. 1843 : « Desur sa brunie li gist sa blanche barbe ».

44 Voir les vv. 3122-3123, 3318, 3520-3521.

45 Ibid., vv. 3954-3955 : « Par ceste barbe dunt li peil sunt canuz, se uns escapet, morz ies e cunfunduz »

46 Dans la Vie de saint Alexis, par exemple, éd. Gaston Paris, 1911, vv. 423¬ 424, la mère apprenant la mort de son fils est décrite comme « [...] feme forsenede ; / bâtant ses palmes, cridant, eschevelee ».

47 Voir note 32.

48 Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus, éd. W. A. Nitze et T. Aktinson Jenkins, Chicago, Chicago University Press, 1932-1937, t. I, 11. 2702-2708. Le portail du château est recouvert de barbes et un grand nombre de têtes y sont accrochées. Les barbes servent à fabriquer les haires des ermites de la forêt avoisinante. Les chevaliers vaincus ont une triste destinée : Perlesvaus, qui a le privilège de dîner avec la dame du château, s’aperçoit que les serviteurs qui apportent les premiers mets ont des fers aux pieds. Le deuxième service est apporté par des chevaliers qui ont les mains coupées, ceux du troisième ont les yeux crevés, ceux du quatrième n’ont qu’un pied, ceux du cinquième enfin portent une épée nue dans leur main et présentent leur tête à la dame du château.

49 Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, éd. Edmond Faral, Paris, Champion, 1929, chap. 165, p. 257.

50 C’est finalement Arthur, vainqueur, qui obtient la barbe du géant.

51 Wace, Le Roman de Brut. vv. 11561-11592. C’est ici le géant Dinabuc qui défie le roi Arthur.

52 Merlin, éd. H. O. Sommer, t. II, 1908. Le géant Rion, qui revêt ici les barbes qu’il a conquises (p. 228, 1. 14), est également vaincu par Arthur à qui il envoie sa barbe accompagnée d’un « brief » (p. 412, 11. 31-37).

53 Francis Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale. L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion, 1991, t. I, pp. 610-611.

54 Un exemple nous est donné dans la Vie de saint Alexis, éd. G. Paris, 1911, v. 387, où la douleur de l’annonce de la mort de son fils amène le père à déchirer sa barbe.

55 Lancelot, éd. E. Kennedy, p. 694.

56 Mireille Demaules, article cité, p. 27, propose une interprétation originale de cette image de la perte des doigts, qui rejoint, selon elle, une des « hantises du texte » : « [...] cette image ne concerne pas tant Arthur que le clerc. En effet, comment la main pourrait-elle désormais écrire privée des doigts qui manient la plume ? Le rêve est ainsi l’occasion d’une mort symbolique : celle de l’écrivain. » Dans la mesure où le rêve « met en danger l’écriture romanesque » (ibid., p. 26) puisque, « en anticipant sur elle-même, la narration [...] annihile ses propres effets », il est permis de considérer le clerc comme « la figure de l’écrivain déléguée dans le récit ». Mieux encore, le rêve jouerait le rôle de « métaphore de l’œuvre » : l’ermite après la bataille de Salesbieres dit en effet que « nul ne verra désormais Arthur si ce n’est en songe ».

57 Daniel, II, 31. de différents métaux, et qui a les pieds en partie de fer (force) et en partie de céramique (fragilité), résume l’histoire des empires païens qui connaissent une dégradation progressive. La pulvérisation de la statue annonce l’avènement du règne de Dieu qui mettra fin à la puissance des empires humains.

58 Ibid., IV, 30. Sur l’iconographie de cet épisode, voir D. A. Wells, « Die Ikonographie von Daniel IV und der Wahnsinn des Lowenritters », in : Mélanges J. Ascher, Berlin, 1981, pp. 39-57.

59 Dante Alighieri, La Divina Commedia, ed. Daniele Mattalia, Milano, Biblioteca Universale Rizzoli, 1960, I, Inferno, canto XIV, vv. 103-114, pp. 312-314 : « Dentro dal monte sta dritto un gran veglio, / che tien volte le spalle inver Damiata / e Roma guarda corne suo speglio. / La sua testa è di fino oro formata, / e puro argento son le braccia e il petto, / poi è di rame infino alla forcata ; / da indi in giuso è tutto ferro eletto, / salvo che’l destro piede è terra cotta ; / e sta’n su quel più che’n su l’altro eretto. / Ciascuna parte, fuor che l’oro, è rotta / d’una fessura che lagrime goccia / le quali, accolte, foran quella grotta. »

60 Selon Alexandre Masseron, « le pied de terre de la statue dantesque représenterait l’empire, le pied de fer la papauté..., à moins que ce ne soit le contraire, ou autre chose ». Selon P. G. Busnelli, le grand vieillard représente « l’homme corrompu depuis le péché originel ». Voir Dante, La Divine Comédie, trad. A. Masseron, Paris, Albin Michel, 1947, p. 157.

61 C’est pour cette raison que les larmes, symbole des péchés, coulent des différentes parties de la statue, l’or excepté.

62 Gervais du Bus, Le Roman de Fauvel, éd. A. Langfors, Paris, 1914-1919 (SATF, 63), vv. 2365-2368.

63 Sur l’iconographie de la statue du songe de Nabuchodonosor, voir Michael Camille, The Gothic Idol. Ideology and Image-making in Médiéval Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 288. Dans le ms. fr. 1584 de Paris, Bibl. Nat. (Guillaume de Machaut, Remède de Fortune), fol. 56 v°, par exemple, la statue « is pictured in isolation even from the dreaming king, as an emblem of the mutability of Fortune ».

64 Steven R. Fischer, The Complète Medieval Dreambook. A multilingual, alphabetical Somnia Danielis Collation, Bem und Frankfurt, Peter Lang, 1982. Je remercie Richard Trachsler de m’avoir aimablement communiqué cette référence.

65 « Chief tondut senefie damage » (Somniale Danielis, Paris, Bibl. nat., 1553, xiiie s.) ; « Caput tonsum significat dampnum » (Somnia Danielis, Rome, Bartholomaeus Guldenbeck, vers 1475).

66 « Se barbe rcre senefie damage (Somiale Danielis, op. cit.).

67 « Digitos videre abscindere significat dampnum » (Somnia Danielis, op. cit.).

68 Notons que raser ou perdre ses cheveux ou sa barbe semble équivalent : « Qui songe sa barbe rere ou ses chevox perdre, perte li vient » (Somniale Danielis, Paris, Bibl. nat., 12786, xiiie-xve s.) ; « Qui songe sa barbe ou cheveux raire ou perdre, pertte luy vint » (Des songes, Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, 2255, xve s.) ; « pertte luy vint » s’oppose ici à « son avoir crroist » (« Qui sonnge ses cheveux, barbe ou onglies croistre, son avoir crroist » ibid). Des cheveux longs ou une barbe fournie sont en revanche le plus souvent le signe de la fortune, de la force.

69 « Quant on songe de barbe reire, / Damages est et chose amere » (Somniale Danielis, Bruxelles, Bibl. royale, 10574-85, xive s.) ; « Barbara videre extrahere significat pessimum » (Somnia Danielis, op. cit.) ; « Crines de capite tollere significat perdere amicos » (ibid). Notons que si la signification de la perte de la barbe, telle qu’on la trouve dans la Mort le roi Artu, semble correspondre à une tradition bien établie au xiiie siècle, ce roman a pu contribuer à la maintenir.

70 La calvitie du roi, humiliante, peut, nous semble-t-il, être interprétée de surcroît comme la menace de la folie, s’opposant ainsi à la raison, qui est l’une des conditions essentielles de la légitimité du pouvoir.

71 Le pied privé de ses doigts peut évoquer le morcellement du royaume d’Arthur par les successeurs de Mordred.

72 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier : « il li fet le chief voler » (p. 233), « detrenchié » (p. 233), « le fent jusqu’es denz » (p. 235), « se raetent parmi les cors les espiez trenchanz, si que li fer perent de l’autre part » (p. 236), « ocis et découpé » (p. 244), etc.

73 Agostino Paravicini Bagliani, « Démembrement et intégrité du corps au xiiie siècle », Terrain, 18 (Le corps en morceaux), mars 1992, pp. 26-32.

74 Ibid. Elle pouvait également être un moyen de « multiplier les lieux d’intercession spirituelle », et avoir aussi l’avantage de faciliter le transport de la dépouille vers sa terre d’origine en séparant les os des parties les plus putrescibles du corps. Cette pratique impliquant que le corps soit bouilli afin que les chairs se détachent des os a cependant été condamnée en particulier par le pape Boniface VHI (décrétale de 1299). Sur cette question, voir également Caroline Walker Bynum, Fragmentation and Rédemption. Essays on Gender and the Human Body in Médiéval Religion, New York, Zone Books, 1991, pp. 268 sqq.

75 Cf. les corps mutilés de saint Eloi, saint Nicolas, saint Pierre, etc.

76 Souvenons-nous de la messe miraculeuse de l’Estoire del Saint Graal (éd. H. O. Sommer, The Vulgate Version ofthe Arthurian Romances, Washington, The Carnegie Institution, 1909, t. I, pp. 40-41) au cours de laquelle le corps eucharistique est « desmembré » en trois pièces (« Il te couvient desmembrer chou que tu tiens en .iii. pièces »).

77 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 225.

78 Sur la croyance aux revenants, voir Jean-Claude Schmitt, Les Revenants dans la société médiévale, III, Le temps de la réflexion, Paris, 1983. Jean-Claude Schmitt, soulignant le lien essentiel entre le rêve et la mort, rappelle par ailleurs (« Rêver au xiie siècle », in : I Sogni nel Medioevo, op. cit., p. 315), que l’allemand Traum, l’anglais dream, de la même racine que trugen (« tromper »), sont apparentés au vieux norvégien draug (« fantôme », « apparition trompeuse »).

79 Sur l’iconographie de cette scène de la Mort le roi Artu, voir Alison Stones, « Aspects of Arthur’s Death in Médiéval Illumination », in : Christopher Baswell, William Sharpe (éd.), The Passing of Arthur. New Essays in Arthurian Tradition, Garland Publishing, New York and London, 1988, p. 64. Voir également Christiane Marchello-Nizia, op. cit., pp. 248-249.

80 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 226.

81 Ibid., p. 227.

82 Ibid.

83 Image du destin, la roue qui tourne nous rappelle aussi que la mort touche aussi bien les papes et les souverains que les autres, un thème qui aura une fortune iconographique grandissante à la fin du Moyen Age (Triomphe de la mort et Danse macabre).

84 Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, éd. E. Langlois, vv. 769-772 : « Et chele ki le roe tient / Cascune de nous apartient ; / Et s’est très dont k’ele fu née / Muiele, sourde et avulee ». L’instabilité et la cécité sont les attributs les plus constants de Fortune, mais il existe des variantes. Comme dans Renan le Novel et le Roman de Fauvel, c’est le « bestornement » du Siècle qui est figuré ici par Fortune : voir Patrice Uhl, « Hellequin et Fortune : le trajet d’un couple emblématique », Perspectives médiévales, n°15, juin 1989, pp. 85-89.

85 Londres, British Library, Add. 10294, fol. 89 (Artois ou Flandres, vers 1315). Fortune porte un bandeau sur les yeux. L’idée d’instabilité et de changement est ici rendue par le contraste entre le personnage situé en haut de la roue, portant les insignes royaux, et le personnage du bas, dénudé.

86 Muriel Whitaker, The Legends of King Arthur in Art, Cambridge, D. S. Brewer, 1990, p. 50, dans le chapitre qu’elle consacre aux manuscrits arthuriens jusqu’en 1340, rappelle les origines de ce motif : « The only depiction in an arthurian manuscript of the Goddess Fortuna utilises the Hortus deliciarum formula of a blind folded, crowned Fortuna tuming a wheel with four figures. Arthur at the apex sits enthroned and confident while the other figures, depending on their position, reflect anticipation, appréhension, and despair ». Notons que David M. Robinson, « The Wheel of Fortune », Classical Philology, XLI, 1, 1946, pp. 207-216, démontre que la métaphore de la roue de Fortune était déjà présente chez les Grecs.

87 Voir A. Doren, Fortuna im Mittelalter und in der Renaissance, Leipzig / Berlin, 1924 ; Howard Rollin Patch, The Goddess Fortuna in Médiéval Literature, 1927, New York, Nachdruck, 1967 ; K. J. Höltgen, « Konig Arthur und Fortuna », Anglia, LXXV, 1957. Sur l’iconographie de Fortune, voir Victor Bayer, « Rosaces et roues de fortune à la fin de l’art roman », Zeitschrift fur Schweizerische Archaologie und Kunstgeschischte, XXII, 1962, pp. 34-43. Un exemple littéraire nous est donné par Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, éd. citée, vv. 775-781 : « Ele est a toute rien commune, / Et tout le mont tient en se main. / L’un fait povre hui, rike demain, / Ne point ne sét cui ele avanche. / Pour chou n’i doit avoir flanche / Nus tant soit haut montés en roche ; / Car, se chele roe bescoche, / Il le couvient descendre jus. ».

88 Citons dans la mythologie grecque les Tantale, Phaéton, Ixion, Bellérophon...

89 Pensons aussi aux anges déchus, précipités dans l’abîme.

90 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 243.

91 L’idée de la « dette » de l’humanité envers Dieu est également présente chez Dante, La Divine Comédie, Purgatoire, chant dixième (Orgueil), trad. A. Masseron, Paris, Albin Michel, 1947, p. 405 : « [...] Dieu veut que la dette se paie ».

92 Le roi Arthur lui-même après son combat contre Mordred, se souviendra de Fortune qui de mère et devenue marâtre : La Mort le roi Artu., éd. J. Frappier, p. 247 : « [...] Fortune qui m’a esté mere jusque ci, et or m’est devenue marrastre, me fet user le remenant de ma vie en douleur et en courrouz et en tristece ».

93 La Mort le roi Artu, éd. J. Frappier, p. 243.

94 Ibid., p. 232 : « si poissiez veoir en poi d’eure la terre couverte de chevaliers dont li un estaient mort et li autre navré ».

95 Le récit multiplie les verbes évoquant la chute des chevaliers abattus. Ibid., pp. 232 sqq. : « la poissiez veoir [...] meint bon chevalier a la terre verser » (p. 232) ; « li cors chiet a terre » (p. 233) ; « la poissiez veoir [...] chevaliers tresbuschier a terre » (p. 234) ; « il l’empaint bien, sel porte a terre [...] » (p. 235) ; « si l’entreportent a terre » (p. 236), etc.

96 L’image du roi « tout debrisiez » nous rappelle là encore la statue pulvérisée du songe de Nabuchodonosor, stigmatisant la chute du pouvoir temporel du roi et la destruction de son royaume.

97 Lancelot, éd. A. Micha, t. V, chap. XCVI, p. 221 (ou éd. H. O. Sommer t. V, p. 284). Ce rêve est préparé par d’autres rêves comme l’a noté C. Méla, op. cit., p. 341.

98 Ibid., t. V, p. 221. L’ermite qui révèle à Mordred que son père est non pas le roi Loth d’Orcanie, mais le roi Arthur, évoque, pour mieux le convaincre, les peintures qu’Arthur fit faire après son songe : « Et por ce que tu mielz m’en croies, troveras tu el moustier Saint Estienne de Camaalot i. serpent que tes pères i fist peindre por avoir le songe an semblance toz les jorz de sa vie ».

99 L’ermite révèle sans ambiguïté à Mordred la signification du serpent : « Et sez tu qui le serpent est que tes pères i vist en son songe ? Ce es tu vraiement, que tu es hom sanz pitié et sanz debonnaireté [...] ».

100 Lancelot, éd. H. O. Sommer, t. V, p. 284.

101 Charles Mêla, op. cit., p. 340.

102 Jean Frappier (éd.), La Mort le roi Artu, Genève, Droz / Paris, Minard, 1956, introduction, p. xxi.

103 Ibid., p. xxiii, note 1.

104 Ibid., p. 142.

105 Sur Destin, Fortune et Providence après Boèce, voir Philippe Desan, Naissance de la méthode (Machiavel, La Ramée, Bodin, Montaigne,Descartes), Paris, Nizet, 1987, chap. 1, « Tyché, Fortuna et Providence », p. 31.

106 Adam et Eve les premiers en firent la désastreuse expérience.

107 Par ailleurs, notons que Dante, Enfer, chant VII, 67-96, nous dit que le jugement de Fortune est caché comme un serpent dans l’herbe.

108 Lancelot, éd. A. Micha, Genève, p. 122.

109 Il s’agit d’une vision et non d’un rêve, mais « l’écriture romanesque tend ici à gommer la frontière entre le rêve et la vision » (Mireille Demaules, article cité, p. 23), puisque tout se passe comme si Gauvain avait « rêvé le rêve d’Arthur ».

110 Lancelot, éd. A. Micha, t. V, chap. LXVI, p. 123.

111 Sur les cinq rêves de Charlemagne dans la Chanson de Roland, voir notamment K.-J. Steinmeyer, Untersuchungen zur allegorischen Bedeutung der Traiime im altfranzösischen Rolandslied, Munich, 1963.

112 Aux vv. 334-335 de la Chanson de Roland, par exemple, les Français sont impressionnés par la maladresse de Ganelon, qui laisse tomber le gant que lui tendait Charlemagne.

113 Les songes de Charlemagne trouvent dans les événements leur explication.

114 Arthur est en effet clairement prévenu qu’il ne doit pas combattre Mordred : dans la Mort le roi Artu, Gauvain, en particulier, apparaissant au roi, tente de l’en dissuader : « Sire, gardez vos d’assembler a Mordret ; se vos i assemblez, vos i morroiz ou vos seroiz navrez a mort » (éd. J. Frappier, p. 225).

115 Albert Pauphilet, « Sur "la Chanson de Roland" », Romania, 1933, pp. 161-198.

116 Pierre Le Gentil, La Chanson de Roland, Paris, Hatier, 1967, pp. 147-148.

117 Il en est de même en définitive dans la Mort le roi Artu, puisque le combat entre Arthur et Mordred a cependant lieu malgré l’annonce qui avait été faite à Arthur du danger encouru.

118 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 727.

119 Ibid., v. 729.

120 Ours, serpents, vipères, dragons, démons et griffons.

121 Ibid., v. 2542.

122 Ibid, v. 2551.

123 Le « vautre » ou « veltre » (du latin pop. vertragum, du celt.) est un chien de chasse (qui chasse l’ours et le sanglier).

124 Pensons à la gueule de l’Enfer représentée dans la Psautier de Winchester (daté 1161) ou aux bras de la Mort dans le Jugement dernier de Van Eyck (avant 1420) qui engloutissent les damnés.

125 Par ailleurs, sur le thème de la résurrection considérée comme une victoire sur la fragmentation et le débat concernant le sort des damnés après le Jugement dernier, voir Carolin Walker Bynum, op. cit., p. 280. L’auteur nous montre plusieurs images où « the composition associâtes fragmentation with evil, reassemblage with improvment, whole with God ».

126 La souveraineté est pensée sur le modèle chrétien du corps mystique. Voir Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age [1957], trad. de l’anglais par Jean-Philippe et Nicole Genêt, Paris, Gallimard, 1989 : « Le corps naturel individuel du Christ était conçu comme un organisme acquérant un rôle social et corporatif : avec sa tête et ses membres, il servait de prototype et d’individualisation à un collectif supra-individuel, l’Église, vue en tant que corpus mysticum » (p. 151). De même le roi est la tête du corps social, dont ses vassaux sont les membres.

127 Guenièvre se réfugie dans une abbaye, Lancelot se retire dans un ermitage : l’action continuée de la grâce vient au secours des pécheurs repentants.

128 La Mort le roi Artu, p. 250.

129 Wace, Le Roman de Brut, éd. E. Baumgartner et I. Short, Paris, UGE, 1993, vv. 4335-4441 : « Arthur, si la geste ne ment, / fud el cors nafrez mortelment ; / en Avalon se fîst porter / pur ses plaies mediciner / encore i est, Bretun l’atendent / si cun il dient e entendent ; / de la vendra, encore puet vivre ».

130 Le corps du roi retrouve son intégrité, condition première à la possibilité de son éventuel retour.

131 L’épitaphe du tombeau du roi Arthur, chez Sir Thomas Malory, Le Morte d’Arthur [1485], éd. Janet Cowen, Londres, Penguin, 1969, t. II, p. 519, est ainsi rédigée : « Hic iacet Arthurus, rex quondam rexque futurus ». Sur les légendes relatives au retour du roi Arthur, voir Arturo Graf, Miti, leggende et superstizioni dei medio evo [1925], Milan, Mondadori, 1984, pp. 321-338.

Table des illustrations

Légende La roue de Fortune (British Library Add. 102 92-4, fol 89)(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende La bataille de Salesbieres (British Library Add. 102 92-4, fol 90 v.)(Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 538k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540