Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

La fin d'un monde : Une vision épique, la destruction de Gardayne, dans Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne

Michelle Houdeville

Texte intégral

  • 1 Aiquin ou la conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne, édition du manuscrit 2233 de la B.N.F (...)

1Bien que le beau temps domine, en général, dans les textes du Moyen Age, ainsi que vient de le souligner M. Alain Labbé, il existe, néanmoins, des scènes d'orage célèbres. De tous ces exemples, nous avons retenu celui que nous offre la Chanson d'Aiquin ou la Conquête de Bretagne par le roi Charlemagne. En effet, sa violence et ses conséquences désastreuses lui ont valu la qualification de "vision d'apocalypse"1 de la part de Francis Jacques qui a édité le texte dans le n° 8 de Senefiance. C'est cette évocation de la destruction d'un univers, à travers l'effondrement de la ville de Gardayne, que nous voudrions analyser aujourd'hui.

2Elle se situe dans le cadre de la lutte que Charlemagne mène contre un roi païen, nommé Aiquin, qui a profité de sa guerre contre les Saxons pour s'emparer indûment de la Bretagne. A la demande des habitants de la région, l'empereur vient reconquérir le terrain qui lui a été enlevé. Chemin faisant, il manifeste sa piété à maintes occasions : à Avranches, au mont Saint-Michel et à la cathédrale Saint-Samson de Dol. Toutes les tentatives pour ramener Aiquin à la sagesse s'étant avérées vaines, la lutte commence. De très lourdes pertes sont essuyées par les deux camps.

3La ville de Quidalet est alimentée par une source que les Français empoisonnent, ce qui entraîne la fuite d'Aiquin et permet à Charlemagne de prendre la place et d'y fonder un moûtier qu'il offre ensuite à l'archevêque Yaoré, chef et porte-parole des Bretons.

4Naimes assiège une autre ville, Gardayne, mais l'affaire tourne mal, et seule, l'arrivée fort opportune de Charlemagne évite le désastre. Lors de l'engagement militaire qui se produit alors, l'empereur est grièvement blessé et tombe inanimé devant les Français épouvantés qui manifestent une grande douleur. Lorsqu'il reprend connaissance, il adresse à Dieu une longue prière, maudissant la ville de Gardayne et tous ceux qui s'y trouvent. Le résultat ne se fait pas attendre :

  • 2 Ibid., vv. 2667-2690.

Le roys a moult Damme Dieu reclamé,
Par moult grant ire a maudit la cité.
Tantost se fist ung si tres grant oré
De vent, de pluye et de grant tempesté.
Ly air espart, moult forment a tonné.
A mie nuyt, quant le coq ot chanté,
Demaintenant tribucha la cité.
Les fortelesses, le mur et le fousé.
La mer salee espant par le regné
Et est yssue de son mestre chané
Jusqu'au terren, bien seix leues de lé
Et deux de long, ce dit l'en de verté.
Par la requeste et par la vertu Dé
Que Charles fist au Roy de majesté,
Cest beau miracle fut illec demonstré.
Touz les Franczois en sont moult effrayé,
As chevalx courent, moull tost en sont torné.
Et des Franczoys y sont moult afolé,
Plus de dix mil noyez et affondré,
Qui touz sont mors et a lour fin alé.
Quatre jours dure le vant et le oré
Fier et obscur, tel ne fut regardé.
Nes l'emperiere en fut moult effrayé.
L'esve lour bat au flan et au costé"2

5A première vue, cette scène présente de nombreux traits traditionnels. En ce qui concerne la situation respective des Français et des païens, l'auteur insiste, dans le début de la chanson, sur le fait que les Chrétiens ont le droit pour eux. Quant à leur adversaire, Doret, qui tient la ville de Gardayne, c'est un individu orgueilleux et sanguinaire dont la cruauté éclate au regard dès qu'on approche de la cité :

  • 3 Ibid., vv. 2409-2414.

La ville est belle et le mur quernelé.
Dehors les murs abvoit ung grant foucé,
De grandes broches sont les foussez bordé,
Qui de fer sont : tetes a a planté.
Plus de mil testes ont es broches bouté,
Des crestïens que payens ont tué"3.

  • 4 La Chanson de Roland, édition Pierre Jonin, Folio, Paris. Gallimard, 1979, vv. 2447-2459.

6La légitimité de la lutte paraît d'ailleurs attestée par Dieu puisque le prodige demandé est immédiatement accordé : la prière de Charlemagne entraîne d'emblée une modification des conditions naturelles, tout comme dans la Chanson de Roland où Dieu arrête le soleil pour permettre à l'empereur de poursuivre sa lutte contre Marsile4. Ce soutien paraît d'ailleurs normal dans le contexte de croisade qui est celui de ces chansons.

  • 5 Paul Bancourt, Les musulmans dans la chanson de geste du cycle du Roi, 2 vol., Aix-en-Provence, Pu (...)
  • 6 Marguerite Rossi, La prière de demande dans l'épopée, in La prière au Moyen Age (littérature et ci (...)

7La présence même de la prière n'a rien que d'habituel dans une telle oeuvre. On sait, en effet, que, dans l'épopée : "la prière a nécessairement un rôle déterminant"5 "toutes les situations difficiles sont l'occasion de prières pour la survie : elles interviennent au cours de combats inégaux, de captivités, de naufrages, lors de disettes, quand des femmes accouchent, dans la solitude et sans secours... Chrétiens convaincus, les suppliants considèrent Dieu comme le recours normal en toute difficulté, car il est la puissance bienveillante dont l'intervention est toujours possible et dont l'attention se porte surtout vers les souffrants et les affligés"6.

  • 7 Ibid., p. 456.

8Quant aux gestes et aux attitudes évoquées par l'auteur d'Aiquin, ils n'ont rien de surprenant, aussi bien en ce qui concerne le chagrin des Français autour du corps du souverain inanimé que la posture de l'empereur invoquant Dieu : on le voit à genoux, moins tendues vers le ciel. La prière est formulée par un des protagonistes de l'action, extérieur au clergé, dans "une démarche directe vers Dieu du laïc ressentant le besoin d'aide surnaturelle"7. Le schéma de l'oraison est également conforme à l'analyse que Marguerite Rossi fait de la prière de demande dans l'épopée. Sa finalité est à la fois individuelle et collective, elle sert en même temps l'intérêt personnel de l'empereur blessé dans sa chair et sa fierté et apporte l'aide souhaitée à la collectivité chrétienne dans sa lutte contre les infidèles.

9Pourtant, cette prière comporte aussi un certain nombre de traits plus originaux : par exemple, les références aux textes sacrés concernant exclusivement le Nouveau Testament. De plus, au lieu d'évoquer, comme cela est ordinairement le cas, des interventions divines bénéfiques pour les fidèles, l'auteur insiste tout particulièrement sur un épisode tragique du massacre des innocents :

  • 8 Aiquin, oc. vv. 2640-2655.

Le roy Herodes fut pour vous moult iré,
Quant il ouÿt que vous estïez né.
Que les prophetes abvoient devisé
Qu'uns roys naistroit qui arel poësté
Sur toutes riens et seroit Homme Dé ;
Voulst vous occire le cruel deffeé,
Querre vous fist par tretout son regné,
Mes de ceulx, sire, ne fustes pas trové,
Quar en Egipte en estïez porté
De vostre mere, qui moult vous eut amé,
Quar le saint ange l'avoit ammonesté ;
Le roys Herodes, qui fut mal et cruel,
Print les anfans tretouz de genvre aé
Dedans sa terre, la ou furent trové,
En Bethleem furent touz asemblé
Pour vous, beau Sere, furent ilz décollé"8.

  • 9 Marguerite Rossi, O.C., p. 462.
    Sur la prière épique, voir aussi : E.R. Labande, Le credo épique, à (...)

10On peut remarquer, en outre, que d'ordinaire, dans les chansons de geste, "si la prière obtient le triomphe des bonnes causes, ce n'est pas en général par la voie des miracles... la prière des héros épiques n'a pas pour effet d'annuler les obstacles ni de supprimer la succession des actes humains nécessaires à la fin poursuivie : elle donne à l'homme la force d'agir jusqu'à la réussite"9.

  • 10 Doon de Mayence, publié par A. Pey d'après les ms de Montpellier et Paris, coll. des Anciens Poète (...)

11Or, dans Aiquin, l'intervention divine dispense, au contraire, les hommes de se battre. En outre, quand la prière apporte une réponse divine directe, elle est - c'est logique - généralement bénéfique. Ainsi, dans Doon de Mayence, Dieu envoie un orage pour permettre à Doon d'étancher sa soif et, grâce au vent qui se lève alors, de gagner le rivage avec sa barque10.

12Dans Aiquin, le résultat obtenu est loin d'être heureux car Dieu semble confondre, dans une même volonté de destruction, sarrasins et chrétiens. Aussi Naimes n'hésite-t-il pas à blâmer l'empereur qui reconnaît, lui-même, le caractère néfaste de son oraison :

  • 11 Aiquin, O.C., vv. 2692-2695.

Se m'aïst Dieu, mal y abvez oupvré :
Par voz prieres sont nos gens tourmenté
Moult en y a de mort et d'affolé".
"Hélas ! dit Charles, ge les ay peu gardé"11.

  • 12 Micheline de Combarieu, L'eau et l'aventure dans le cycle du Lancelot Graal, Senefiance n° 15, L'e (...)

13Charlemagne voit donc sa demande se retourner contre ses propres désirs car le "miracle" que Dieu lui a envoyé entraîne la perte de dix mille chrétiens qui périssent noyés en même temps que les païens. Or, comme l'a bien montré Micheline de Combarieu, la mort par noyade, au Moyen Age, est "perçue comme honteuse, parce qu'on ne peut pas se défendre contre elle... C'est donc cette honte qui marque, de fait, les chevaliers morts par noyade, qu'ils aient ou non vaillamment combattu avant d'en arriver là"12.

14De plus, depuis la Genèse, le déluge est lié à l'idée d'un châtiment divin d'une humanité pécheresse : "La terre se corrompit devant Dieu et se remplit de violence. Dieu regarda la terre, et voici qu'elle était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.

  • 13 Genèse VI - 11-13.

15Alors Dieu dit à Noé : "La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d'eux ; je vais les détruire, ainsi que la terre"13.

16Pourquoi Dieu frappe-t-il ainsi les Chrétiens dans Aiquin ? est-ce de la faute de Charlemagne ? de quoi est-il coupable ?

17L'empereur a été blessé traîtreusement, comme Vivien, ressemblance plutôt flatteuse. Dès qu'il revient de son évanouissement, il songe à réconforter ses hommes, en bon chef d'armée. Il a accompli, dans les débuts de la chanson, toutes sortes d'actes de dévotion, offrandes et prières. Il a demandé à Dieu de maudire les païens et il veut se venger mais ce sentiment, dans le contexte épique, ne saurait être répréhensible. Dans la Chanson de Roland, l'ange Gabriel venu annoncer à Charlemagne que Dieu, selon sa prière, va, pour lui, arrêter le cours du soleil, ne déclare-t-il pas :

  • 14 Chanson de Roland, OC, v. 2456.

Venger te poez de la gent criminel14.

18Or, dans Aiquin, la pluie diluvienne n'intervient pas seule : un raz-de-marée l'accompagne :

  • 15 Aiquin, OC, vv. 2675-88.

"La mer salee espant par le regné
Et est yssue de son mestre chané
Jusqu'au terren, bien seix leues de lé
Et deux de long, ce dit l'en de verté"15.

  • 16 Alain Cabantous, Le ciel dans la mer, Christianisme et civilisation maritime, xvi-xixe s., Paris-F (...)

19Or, depuis la Bible, la mer apparaît comme le châtiment des grands pécheurs : "L'Océan, qui recèle le mal, est aussi le monde où s'anéantit le mal : de l'armée égyptienne à la poursuite de Moïse aux démons réfugiés dans des porcs et qui, devant la puissance de Jésus, se précipitent dans la mer (Mt VIII, 38). La mer démoniaque, donc, mais aussi la mer châtiment où l'on devrait engloutir "quiconque entraînera dans sa chute un seul de ces petits qui croient en moi" (Mt XVIII, 6 ; Mc IX, 42, Lc XVII, 8). Car c'est bien dans la mer que le péché doit disparaître (Mt VII, 19) et que tombent ceux qui sont morts aux yeux de Dieu"16.

  • 17 Jean Larmat, Prières au cours de tempêtes en mer, p. 349, in Senefiance n° 10, La prière au Moyen (...)

20De plus, la noyade est particulièrement redoutée des chrétiens car, ainsi que le fait remarquer Jean Larmat, "elle prive d'obsèques le défunt"17.

  • 18 Marguerite Rossi, O.C., p. 461.

21Tous ces éléments rendent encore plus surprenant pareil phénomène dans Aiquin. Quels motifs ont bien pu amener à imaginer pareille réponse à l'oraison de l'empereur ? Il ne semble pourtant pas que nous nous trouvions là en face de ce que Marguerite Rossi appelle la "prière déviée", effet de l'aveuglement provoqué par une passion dont l'intensité est mise en relief de cete manière"18.

22On est plutôt tenté de rapprocher cette scène d'autres textes médiévaux où éclate le caractère redoutable de la parole magique, exaucée par la puissance supérieure qui l'interprète au pied de la lettre, comme dans les quatre souhaits de saint Martin où une formulation hâtive et maladroite des voeux amène une catastrophe. En effet, dans Aiquin, Charles n'a-t-il pas eu l'imprudence de demander

  • 19 Aiquin, OC, vv. 2665-66.

Que n'en puisse ystre Sarrazins deffayé,
Ne james homme n'y maigne en son aé"19 ?

23Il n'en reste pas moins que l'on assiste là à une réelle dévalorisation du personnage de l'empereur qui perd son caractère sacré d'interprète privilégié et d'intermédiaire entre Dieu et les hommes. Le défenseur de la chrétienté est devenu dangereux pour ceux dont il a la garde, la prière du plus grand péril a été détournée par lui de sa fonction.

  • 20 Paul Bancourt, Les musulmans..., O.C., p. 260.

24Or, "l'échec du chrétien combattant pour Dieu est un scandale ! que les païens qui livrent contre Dieu une lutte inégale soient, malgré leurs succès provisoires et illusoires sur les chrétiens, condamnés au désastre, à la mort, à la damnation, cela est dans l'ordre. Mais il est aussi dans l'ordre que, soutenu par Dieu, dont il n'est que l'agent, le héros épique ou le croisé sorte vivant et victorieux du combat"20.

  • 21 Joseph Bédier, Les légendes épiques, Recherches sur la formation des chansons de geste, Paris, Cha (...)

25Quelles raisons ont pu pousser ainsi l'auteur à faire de Charlemagne un homme si mal écouté de Dieu ? Pour Joseph Bédier21, Aiquin est une œuvre polémique composée au profit de certaines églises, ce qui expliquerait le rôle important joué par l'archevêque de Dol, Ysoré, qui apparaît comme le véritable chef des Bretons. C'est lui qui rétablit la situation, grâce à une prière bien formulée qui est immédiatement exaucée par Dieu, pour le plus grand bien des Chrétiens :

  • 22 Aiquin, OC, vv. 2696-2709.

Nostre arcevesque s'est d'illec remué.
Isnellement es champs s'en est alé,
Sus une planche, ou pendent d'un foucé.
Vers le ciel a devotement gardé,
Doulcement a Dammne Dieu reclamé :
"Glorieux Sere, dist il, pour l'amour Dé,
Pere, delivre ceste crestienté.
Et moy mëismes, se il vous vient a gré,
Que ge ne saye noyé ne tourmenté".
Moult grant miracle y a fait Damme Dé :
La pluye lesse, le vent et le oré.
L'erbe fut fraiche et verdissoit le pré ;
La mer s'en va erriere en son chané,
Le soulail raye et gecte grant clarté.
Nostre emperiere a Jhesu mercié
De ce qu'il l'a illec de mort gardé.
Et du miracle qu'il luy a demonstré22.

  • 23 G. Le Scouëzec, Guide de la Bretagne mystérieuse, Paris, Tchou, 1966, p. 218.

26Il faut se souvenir, en effet, que l'archevêché de Dol, après une époque brillante, avait perdu une partie de ses prérogatives. Comme l'écrit G. Le Scouëzec : "La cathédrale, placée sous l'invocation de Samson, l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne, fut longtemps l'église primatiale de la péninsule. Le clergé de Bretagne, à l'époque de l'indépendance, refusait en effet, malgré le roi de France et le Pape lui-même, de se soumettre à l'autorité du métropolitain de Tours23.

  • 24 Francis Jacques, Aiquin..., Introduction, p. xxi.

27Néanmoins, comme le fait remarquer Francis Jacques, dans son Introduction, même si la place d'Ysoré est grande dans la chanson, on ne saurait pourtant voir en lui le personnage principal de l'œuvre24.

  • 25 Paul Bancourt, Les musulmans..., OC, p. 119.

28Paul Bancourt, de son côté, fait remarquer que les Sarrasins d'Aiquin représentent très probablement les Normands : "C'est peut-être, écrit-il, à la réalité historique que nous devons l'originalité de l'invasion sarrasine décrite dans Aiquin : elle est, en effet, essentiellement spoliatrice et entraîne pour tous les barons la dépossession et l'expulsion de leurs biens. Or, sur le plan historique, l'histoire de Bretagne offre plusieurs exemples de spoliations collectives effectuées par les Normands"25. Néanmoins, ces allusions demeurent vagues et l'on ne peut découvrir de renvois à des faits historiques précis.

29Il faut noter, en outre, que, dans Aiquin, les moines jouent un rôle inhabituel : dans l'épopée, ils sont souvent l'objet de railleries. Or, dans Aiquin, ils se précipitent courageusement au secours de l'empereur, en même temps que le reste des chrétiens, lorsque les païens cherchent à s'emparer de lui :

  • 26 Aiquin, OC., vv. 2609-2616.

Lors saillent hors les paens deffeé,
Sy l'ont sesy par fiere poësté ;
En la cité l'en eussent mené.
Quant le secourt nostre crestïenté,
Les arcevesques, evesques et abbé,
Prestres et moynes et chanoines relé,
Et bien vingt mil de chevaliers armé,
Et aultre peuple don il y a planté..."26

30On peut donc se demander si, à travers Aiquin, on ne découvre pas plutôt un nouvel avatar de la dispute du clerc et du moine : si, dans la bataille que tous doivent mener contre l'ennemi pour défendre leur foi, les laïcs ont la précellence dans la lutte armée, le clerc n'en reste pas moins celui qui peut le mieux et le plus efficacement s'adresser à Dieu. A lui d'assumer la fonction religieuse que le chevalier, fût-il le chef suprême de l'armée, ne saurait usurper sans risque. Si "le rêve d'unité, religieuse et politique, a dominé la sensibilité médiévale" dans les faits, on constatait une opposition entre le pouvoir spirituel, traditionnellement dévolu à l'Eglise, et le pouvoir temporel, apanage de l'autorité civile. Au fur et à mesure que la société civile prenait conscience de ses structures, elle a cherché à se dégager de l'emprise de l'Eglise, qui avait pourtant puissamment contribué à lui donner l'existence ; et dans la mesure même où ce processus prenait consistance, l'Eglise tentait d'appuyer son autorité morale et spirituelle sur des bases temporelles.

  • 27 Jeannine Quillet, Les Clefs du pouvoir au Moyen Age, Paris, Flammarion, Questions d'Histoire, 1972 (...)

31C'est cette contradiction qui a gouverné toute l'évolution de la notion de pouvoir au Moyen Age : Eglise contre Etat, dans un premier moment, c'est-à-dire durant la période où elle a assimilé les structures subsistantes de l'Empire païen ; Etat contre Eglise : c'est le second moment, celui où l'Etat tente de se dégager de la tutelle spirituelle de l'Eglise en revendiquant l'autonomie de ses pouvoirs, au temporel d'abord, au spirituel ensuite"27.

32Ainsi, la scène de la destruction de la ville a une importance dans l'oeuvre. Si le terme de scène d'apocalypse paraît un peu excessif, quoique justes et coupables se trouvent également confondus dans la mort, il n'en reste pas moins vrai que c'est la fin d'un monde qui est symbolisée par cette aventure. Le roi n'est plus investi d'une autorité religieuse qui s'ajouterait au pouvoir politique. Il n'apparaît plus comme le représentant de Dieu sur terre. C'est la fin d'un monde épique où le héros était à la fois investi d'une mission sacrée et d'un devoir militaire. Aiquin propose une séparation des pouvoirs et des tâches. On constate donc ici l'irruption de la réalité dans l'oeuvre épique qui se fait l'écho des préoccupations politiques et des interrogations contemporaines. A travers des thèmes et des motifs traditionnels, l'auteur a donc réussi à faire oeuvre originale, en se mettant à l'écoute des problèmes de son temps.

Notes

1 Aiquin ou la conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne, édition du manuscrit 2233 de la B.N.FR. avec introduction et notes par Francis Jacques, avec la collaboration de Madeleine Tyssens, Senefiance n° 8, Aix-en-Provence, CUERMA, 1979, p. xv.

2 Ibid., vv. 2667-2690.

3 Ibid., vv. 2409-2414.

4 La Chanson de Roland, édition Pierre Jonin, Folio, Paris. Gallimard, 1979, vv. 2447-2459.

5 Paul Bancourt, Les musulmans dans la chanson de geste du cycle du Roi, 2 vol., Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provnece, 1982, I, p. 249.

6 Marguerite Rossi, La prière de demande dans l'épopée, in La prière au Moyen Age (littérature et civilisation), Senefiance n° 10, Aix-en-Provence, CUERMA, 1981, p. 460.

7 Ibid., p. 456.

8 Aiquin, oc. vv. 2640-2655.

9 Marguerite Rossi, O.C., p. 462.
Sur la prière épique, voir aussi : E.R. Labande, Le credo épique, à propos des prières dans les chansons de geste, in Recueil de travaux offerts à Clovis Brunei, Paris, 1955, t. II, pp. 62-80. Jean Frappier : "Prières du plus grand péril", in Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, t. II, Paris, 1965, 2e éd. 1967, pp. 132-140.

10 Doon de Mayence, publié par A. Pey d'après les ms de Montpellier et Paris, coll. des Anciens Poètes de la France, sous la direction de A. Guessard, Paris, 1859, p. 183, vv. 1347-1420.

11 Aiquin, O.C., vv. 2692-2695.

12 Micheline de Combarieu, L'eau et l'aventure dans le cycle du Lancelot Graal, Senefiance n° 15, L'eau au Moyen Age, Aix-en-Provence, p. 122.

13 Genèse VI - 11-13.

14 Chanson de Roland, OC, v. 2456.

15 Aiquin, OC, vv. 2675-88.

16 Alain Cabantous, Le ciel dans la mer, Christianisme et civilisation maritime, xvi-xixe s., Paris-Fayard, 1990. p. 21.

17 Jean Larmat, Prières au cours de tempêtes en mer, p. 349, in Senefiance n° 10, La prière au Moyen Age (littérature et civilisation), Aix-en-Provence, CUERMA, 1981, pp. 347-360.

18 Marguerite Rossi, O.C., p. 461.

19 Aiquin, OC, vv. 2665-66.

20 Paul Bancourt, Les musulmans..., O.C., p. 260.

21 Joseph Bédier, Les légendes épiques, Recherches sur la formation des chansons de geste, Paris, Champion, 1926-1929, tome II, pp. 125-131.

22 Aiquin, OC, vv. 2696-2709.

23 G. Le Scouëzec, Guide de la Bretagne mystérieuse, Paris, Tchou, 1966, p. 218.

24 Francis Jacques, Aiquin..., Introduction, p. xxi.

25 Paul Bancourt, Les musulmans..., OC, p. 119.

26 Aiquin, OC., vv. 2609-2616.

27 Jeannine Quillet, Les Clefs du pouvoir au Moyen Age, Paris, Flammarion, Questions d'Histoire, 1972, pp. 13-14.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540