Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

L'expression de la fin des temps chez les troubadours anonymes

Jacques Gourc

Texte intégral

1Les œuvres anonymes des troubadours n'avaient jamais encore fait l'objet d'une édition et d'une étude d'ensemble. Rien, pourtant, sinon leur nombre important et peut-être leur obstination à se dérober à toute attribution, ne Justifiait le préjugé de médiocrité qui s'attache à elles et le désintérêt qu'il suscitait. Bien au contraire, replacées dans le contexte historique et social qui les a vues naître et confrontées à la totalité de la production troubadouresque, elles permettent d'élargir et d'affiner d'une manière sensible nos connaissances des réseaux d'échanges entre les poètes et de mieux discerner la stabilité formelle et l'évolution thématique de la lyrique.

2Parmi elles, quelques 148 coblas esparsas, et notamment les pièces moralisantes, qui constituent la majeure partie de ce corpus, témoignent des difficultés de l'amour courtois à survivre et à se régénérer à la fin du xiiie siècle : privé des libéralités de la société du Paratge qui se meurt, condamné par l'Eglise qui le prive de son idéal, exilé de son domaine linguistique naturel, le Trobar, atteint dans son essence, est détourné de sa fonction première, qui est d'aimer et de chanter.

3Qu'elles soient à caractère personnel ou de portée genérale, amoureuses ou licencieuses, satiriques ou didactiques, les coblas sont profondément marquées du sentiment aigu de la fin du monde de la fin'amor. Tout en s'inscrivant dans une tradition marcabrunienne ou dans un courant dualiste, qui nient les fondements mêmes du trobar ou qui se rattachent avec nostalgie à un âge d'or illusoire, les derniers troubadours interprètent souvent la crise spirituelle de la société méridionale comme un signe avant-coureur de la fin des temps ; la représentation poétique qu'ils en ont doit peut-être à une conscience eschatologique aiguë.

  • 1 Cultura Neolatina, XVIII, 1968, p. 147
  • 2 No si qui s'es - No sai que s'es, "Mélanges Delbouille", II, 1964, pp. 349-366
  • 3 Los trovadores, T. I, p. 114.

4En effet, le sentiment de la fin de l'amour courtois, ou du moins de sa nature négative, est ancien, et pourrait-on dire, inhérent au Trobar dès les origines. "La poésie occidentale naquit au xiie siècle sous le signe du paradoxe, de l'énigme et de la négation" écrit Lynne Lawner1 dans ses Notes towards an interpretation of the 'vers de dreit nien'. On en trouve la source chez Guilhem de Peitieus dans Farai un vers de dreit nien et le développement chez tous les troubadours "moralisants", tels que Marcabru ou Cercamon, mais aussi chez Raimbaut d'Aurenga dans Escotatz, mas no say que s'es, ou encore Folquet de Marselha et Aimeric de Peguilhan. Cet aspect négativiste s'exprime le plus souvent à travers le doute de soi, du chant ou de l'Amour, par la dérision burlesque et triviale, ou bien encore au moyen de l'allusion et du paradoxe. E. Köhler2 y voit un écho du "Scio et nescio" de la tradition augustinienne des Soliloquia, Martin de Riquer3 pense que "Desde un punto de vista retórico estas contradicciones, de vieja ascendencia ('Odi et amo', Catulus, Carm., 58) pueden catalogarse bajo la rúbrica de la contentio (Ad Herennium, IV, 45 ; Marbode, De ornamentis verborum, Migne, PL, 171, col. 1689) que se asimila al aenigma y a las composiciones de oppositis."

5C'est à la même époque que se développe le débat sur les catégories d'Aristote et sur les universaux (exemples de choses ou événements qui sont "rien" parce qu'ils nomment des essences évanescentes, ou non-nommables, au qui sont "néant" de n'être que nomination). Et l'amour n'est-il pas une de ces essences dont l'être n'est que nomination ? Par ailleurs, le sentiment du néant de l'amour et du chant chez les troubadours doit certainement beaucoup a cette angoissante question médiévale : Dieu a-t-il créé "ex nihilo" ? Le néant est-il "rien" ? Certains d'entre eux interprètent le "nihil" (rien) ou "nihilum" (néant) de la pensée augustinienne comme l'état ontique de la créature dégradée par le péché originel qui possède moins d'être ("quasi nihil") et qui, non crééé par le Verbe, ne possède pas, quoique agissante, le pouvoir de créer des essences incorruptibles.

6Dans la plus célèbre de ses œuvres, la chanson Quan resplan la flors enversa, où toutes les valeurs sont inversées, Raimbaut d'Aurenga reprend cette conception négative de l'amour qu'il nomme non-poder, et que l'on retrouve dans la pièce anonyme 461,31 :

"Tan es tricer e deslials, Amor.
………………..
Aicel c'al prim vos apellet amor
Non dis lo ver, segon lo meu semblan.
………………..
Al foc arden devez per dreiz fenir."

7La pièce 461,245 est certainement celle qui exprime le mieux le rejet de l'existence d'un amour pur et unique, amour dont la dame serait à la fois source et calice. Bien qu'il reprenne ici les topiques de la perfection physique et du rêve compensateur, le poète annule l'idée de la domna à nulle autre pareille, et par là-même les concepts de constance et de fidélité. L'amant, il faut le souligner, est "cavalier" ; le poète se place donc délibérément dans le champ de l'amour chevaleresque qui, certes, valorise la dame, mais ne parvient jamais au niveau d'idéalisation de la fin'amor.

"Un cavalier conosc qe l'altrer vi
Una domna bel'e precios'a fi,
E plac li ben, qan lo mantel l'obri
E vi son cors, sa cara e sa cri,
E songet la la noit, can el dormi.
E dirai vos com del somni gari :
Ab un'altra q'estava pres de si."

8Est-on si loin de la mysoginie latente de l'Eglise et des clercs ? Nier l'existence d'un amour pur revient à nier la capacité de la dame à le faire naître. Et depuis l'antiquité et les Pères de l'Eglise, la femme est tenue, ni plus ni moins, pour une créature maléfique, source du péché originel, assimilée à la chair, et donc au Malin lui-même. Sa nature est donc d'un point de vue métaphysique assimilable au quasi-nihil augustinien. Marcabru, le premier, se fait le porte-parole de cette représentation, fondant le mouvement appelé parfois "réaliste", qui se refuse à accepter l'idée de la perfection féminine ; on retrouve en termes similaires la dénonciation de la nature perverse de la femme dans bon nombre de coblas anonymes, et notamment les pièces 461,95/ 461,116/ 461,137 et 461,210a. Leurs auteurs reprochent aux dames leur absence de bon sens, leur instabilité de caractère, leur incapacité à garder le secret (461,137) :

"Greu trob'om natural sen
En femna en vertat
Qe son voler cambiat
Li trobares mantenen.
…………………
Ieu tenc cel dessenat
Qe secret en celat.",

9leur penchant à abuser de la liberté (461,210a) :

"Qui laisa per sa moiler
De faire ço que li plaç
Non ama joi ni solaç."

10comme à échapper à toute surveillance (461,116) :

"Com plus la garda, fa major follor
Q'ades pensa co'l poscha far major."

11et surtout des liaisons incestueuses qui faussent les lignages (461,95) :

"Dona que de conhat fai drut
E de marit sap far conhat
……………………
Per qu'eu'ls apel deslinhatz totz
Filhs e filhastres e nebotz."

12Le poète reprend ici la même accusation portée par Marcabru dans la pièce Dirai vos senes duptensa 293,18.

13Ces quelques pièces sont autant de témoignages de la Fals'amor, qui n'est que l'expression de la nature paradoxale du trobar. La négation joue un rôle cathartique dans une situation où les distances sociales, les obstacles, l'inaccessibilité de la domna, les tensions engendrées par le désir qu'elle suscite et la fugacité du sentiment amoureux, créent bien sauvent chez l'amant un état de frustration qui peut alors se manifester par le désespoir et finalement par la destruction de l'image qu'il a adorée ; la parodie obscène et scatologique participe de ce phénomène largement représenté dans les pièces anonymes dont on comprend bien que leurs auteurs n'aient pas voulu assumer la paternité.

14Il est souvent difficile de faire la part de celles d'entre elles qui relèvent du gap ou de l'obscène, tant les deux formes sont liées. On peut cependant dissocier de l'ensemble les pièces 461,120/127/170b/241, qui mêlent à la fanfaronnade un sous-genre assez rare qu'on appelle plazer ; dans la pièce 461,120 le poète, qui aspire à posséder tous les dans, souhaite conserver sa jeunesse, comprendre le langage de animaux, vivre sous l'eau et dans les airs ; un autre prétend qu'aucune femme ne lui résiste (461,127) en précisant que jamais il ne toucha les jeunes garçons ; un autre énumère les plaisirs de l'auberge (bonne chère, hôtesse accueillante et repas gratuit) (461,170b).

15Les autres coblas, et ce sont le plus nombreuses, mêlent obscène et scatologique (461,57/63/75/79a/203a) ; la pièce Quand lo petz del cul venta 461,202 est une parodie de la célèbre chanson Can la frej'aura venta 70,37 de Bernart de Ventadorn, et l'auteur de Us fotaires qe no fo amoros (de neguna) 461,241, qui se donne le senhal de Es-fotanz (la pièce ne comporte pas moins de 18 termes dérivés de fotre), parodie le célèbre vers de Marcabru "...anc non amet neguna..." (293,18).

16Ces oeuvres ne sont donc que le prolongement naturel des deux tendances, je dirais plus volontiers, des tentations "négativistes" ou "nihilistes" et "réalistes" qui se manifestent tout au long des xiie et xiiie siècles dans la poésie a caractère polémique.

17Mais il faut bien en convenir, cette tentation réaliste qui attire l'idéalisme courtois vers le bas jusqu'à le réduire puis l'anihiler, est dans une certaine mesure le reflet de la réalité sociale, politique, économique, religieuse... Et elle se développera d'autant mieux lorsqu'une crise violente secouera la société méridionale au cours du xiiie siècle ; crise morale et religieuse (qui donne naissance aux mouvements hérétiques), croisade albigeoise, mise en place de l'Inquisition, déchirure du tissu social, crise de la Papauté, guerres siciliennes et mutation économique conduisent peu à peu a l'infléchissement de la lyrique dont les coblas sont la traduction poétique.

18Les croisades en Terre Sainte et la Croisade albigeoise, les progrès techniques, le développement des cités et l'enrichissement qui en résulte ont contribué à l'affaiblissement de la noblesse méridionale et permis l'ascension de la bourgeoisie. Cette mutation a pour conséquence d'accroître le rôle et le pouvoir de l'argent, et, comme la plupart des coblas en témoignent, l'attrait que celui-ci exerce affecte désormais toutes les classes sociales et tous les individus et corrompt peu à peu les valeurs de la société courtoise.

19En premier lieu, ce sont les femmes qui encore une fois sont accusées de détruire la fin 'amor par leur vénalité (461,248) :

"... Un crois vilans d'avol taill
Sera trop meillz acuillitz
Per dompnas ab son aver
Qu'uns avinens ses poder."

20Mais la cupidité est partout ; elle provoque la discorde dans les familles, sépare les parents (461,213) :

"...Ieu vei soven per gaiada
Recebre gran coltelada..."

21et les amis (461,170) :

"...Vejas d'aver com fai home camjar
Qe'l mal volen li fai per fors'amar..."

22Désormais le règne de aver est venu car seul l'argent confère le poder (461,243) :

"...s'en fos ricx e ben enparentaz
zo q'en deman fora tot acabaz."

23Les vilans enrichis croient pouvoir accéder à la courtoisie (461,250) :

"Vilans dic qu'es de sen issitz
Quan si cuida desvelopar
De la pel en qu'el es noiritz
………………………
E quan vilas se cuida cortes far
Pel plus fol l'ai que s'anava turtar."

24Ce mal atteint même certains troubadours qui encouragent au profit (180/181) :

"Nuls homs non deu tardar de far son pro
Ni parezas esser de gazainnar..."

25Ils font l'éloge de l'avarice et critiquent la générosité de celui qui gaste et giete a mal (461,139) et de tous les larcs fols ; d'autres préfèrent même l'avarice des escars sabi cortes (461,129) car on n'a pas d'amis sans aver.

26La plupart, en revanche, tiennent l'avarice pour une folie (461,221) :

"...Avareza es peccatz criminals..."

27et pour une stupidité qui abaisse cortezia (461,47) et l'anéantit :

"Ben es granz danz de cortezia
Qe's cazut jos e tornat a nien ;
Zo son li avar qe cujan noig e dia
Aur e argen amassar e tenir..." ;

28ils dénoncent les cobeitos qui ont perdu le sen (461,162/173/249) :

"...De la plus gent qe no sab qe ses sia
Per cobeitat q'a tot lo mon sorpres...",

29louent la largueza (461,98) qui a leurs yeux reste la qualité essentielle (461,221) :

"...al larc dona Dieus que despenda,
Car largueza es vertutz prinsipals...",

30pour finalement conclure à une répartition inégale des biens par Dieu (461,130) :

"Ges li poder no's parton per engal
En aquet mon,……
……………………
Et a per pauc non o blasmi a Dieu..."

31L'heure n'est plus à la poésie lyrique mais au profit. Le poète et son art improductif sont raillés (461,223) :

"...q'om non fos escarnitz
Per far cobla ses venda,...
.....................................
Qe li vilan descortes,
Glot raubaire de toiz bes,
……………………...
Dison d'ome qe fols es
Q'en coblas far s'entenda."

32Vénalité des domnas, cupidité des hommes, clercs ou laïcs, le fléau de l'avareza n'épargne personne. Son ombre menaçante s'étend sur le monde et la majeure partie des coblas en est affectée. Les poètes qui lui font porter la responsabilité de la décadence du Pretz, dont elle est l'antithèse, l'assimilent au concept poétique de folia. En elle se cristallisent toutes les forces négatives et tous les péchés selon une dialectique Pretz/largueza/mezura et Argent/avareza/folia : la foldat s'oppose à la cortezia (461,32) ; fol celui qui n'est pas parvenu à devenir l'amant de la dame (461,38) ; folor du poète qui recommande à Dieu la dame qui l'a chassé (461,54) ; follia du clergé qui abandonne et fourvoie ses brebis (461,65) ; follor de l'amant qui enfreint les règles de la soumission (461,97) ; follor des femmes (461,116), des généreux (461,129) ; fol celui qui aime la vie de ce mande (461,211), qui ennuie ses parents (461,213), qui est avare (461,221), qui blâme les vertus (461,240), et le parvenu qui se croit courtois (461,249) ; follia des puissants (461,243) et des cupides (461,249).

33Mais, la folia qui s'empare du monde n'est que la conséquence de la dégradation des valeurs de la fin'amor.

34Aux yeux des troubadours, l'Eglise romaine et la cupidité du clergé, en semant le désordre, sont responsables de la décadence. Ce sentiment s'explique si l'on garde présent à l'esprit que l'Inquisition et la condamnation officielle du De Amore d'André le Chapelain en 1277 participent à la déchéance du monde dont ils se réclament. De sorte que bien souvent poésie lyrique rime avec anticléricalisme.

35Les coblas à caractère religieux sont peu nombreuses (3 pièces) mais la violence qu'elles expriment est significative du ressentiment de leurs auteurs ; Sell qe degron eser pastar 461,65 et Enaissi corn la tramontana 461,103 empruntent le topique des brebis tondues par leurs bergers aux grands troubadours moralisants et anticléricaux, Guilhem Figueira (217,2) et Peire Cardenal (335,31/55). Le clergé est accusé de blasphémer puisque ses prières sont en totale contradiction avec ses actes (461,228) :

"...Clercia tutta sivals detrai
Ab lauzan Dieu ab ben dir e mal faire.",

36de troubler et de tuer, de détourner le monde de Dieu (461,65) :

"...Per c'an tut lo mon turbat
E de Dieu e de sa via
Tut lo segle desviat.
………………….
.... La Clersia
Ades auçi et canbat."

37A la lumière de l'approche qui vient d'être faite, on peut dire que les coblas traduisent l'affrontement entre un groupe social d'essence aristocratique, courtois, foncièrement anticlérical et antiromain, qui a une conscience vive de sa déchéance, et un groupe désarmais dominant, appartenant à la bourgeoisie ou se reconnaissant dans ses valeurs ;

38A tous ces maux, les troubadours tentent de porter remède par leur réflexion et leur enseignement. Quelques pièces a caractère didactique définissent l'honneur (générosité, esprit chevaleresque, loyauté, bannes manières, connaissance du bon sens et de la folie) (461,76), d'autres le Paratge (courtoisie, mesure, élégance, largesse, bonté, humilité, raison, mérite et Justice) (461,186). Les pièces satiriques contre ceux qui, avant d'avoir fait leur propre critique, blâment les autres publiquement pour leur nuire, sont nombreuses et reprennent souvent la parabole de la poutre et de la paille (461,61/136/227/240/242). La place accordée à l'amitié est importante : parabole du pont qui s'écroule faute d'appuis solides (461,74), louange de l'amitié partagée (461,102b), disputes néfastes à l'amitié (461,192).

39Mais cette lutte est désormais vaine. Quelques coblas traduisent d'ailleurs le désespoir qui saisit les troubadours et la conviction qu'ils appartiennent à un monde finissant. De nombreux topiques de la fin'amor, dégagés des contraintes poétiques qui les produisent, et replacés dans le contexte socio-politique qui nous occupe ici, peuvent être interprétés comme des signes annonciateurs de la fin des temps. Plusieurs pièces témoignent de l'inflexion qu'ils subissent dans trois d'entre elles les incipit, qui marquent généralement l'intention du poète de chanter ou de renoncer à chanter, sont détournes de leur fonction poétique première pour annoncer la dégradation des moeurs et des valeurs courtoises. Dans ce contexte, ils donnent à la situation nouvelle un caractère d'irréversibilité bien différent dé l'engagement traditionnel de l'amant à ne plus composer de chant.

"Or es venguz terminis e sasons
Qe………………..
……………….
linhages conguiz non er ja mais..." (461,27)
"Vengud'ar es la sazos
Que jois e chanz es perdutz..." (461,248)
"Venguz e'1 tens c'om lausa la folia
……………….
... onors e prez, largess' e cortesia
Son tuit perduz...." (461,249)

40Ailleurs, l'auteur de la pièce 461,193 fait allusion à la fin du monde terrestre que les troubadours appellent toujours segle par opposition au monde régulier, cloîtré ou céleste :

"...Anz qe lo segles se desfacza...".

41Un autre, (461,211), évoque la folie de ceux qui trouvent goût à la vie terrestre et les voue aux tourments éternels :

"Qui'l segle's pleu, non es pas be senaiz
……………….
Q'es asazat el segle malamens
Qe non sia per toiz temps turmentaiz."

42Un autre enfin, s'étonne du penchant des êtres humains pour la vie (461,44a), rappelle que nul n'échappe à la mort et qu'on doit s'y préparer, en servant Dieu, avant d'affronter la Mort majeure, c'est-à-dire le Jugement dernier :

"Ben meravill d'aquest segle dolen
Com nos pot aitanz abellir
…………….
Mas qi Deu serv …….
... pot estar segur e ses paor
D'aqesta mort e pois de la major."

43Cela peut sembler fort peu, et c'est pourtant beaucoup. La plupart des coblas évoquées dans cette étude sont unanimes sur les malheurs du temps. Somme toute, les auteurs de ces dernières pièces expriment tout haut ce que les autres pensent tout bas : la fin du monde est imminente et l'on doit s'y préparer.

  • 4 Fin du monde et signes des temps : visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie - dé (...)

44Cette hypothèse pourrait trouver une confirmation si l'on se souvient que bon nombre de coblas sont des unicas, transmises par le chansonnier P copié en 1310 en Italie du Nord, terre refuge de nombreux troubadours faidits. Les guerres pour la succession au trône de Sicile et les luttes entre Guelfes et Gibelins y furent particulièrement âpres, et ce dans un climat de prédication franciscaine et joachimite, auquel des troubadours anti-romains, anti-dominicains et pro-gibelins ne devaient pas être insensibles. Du reste, deux sirventes (461,141/219) et un planh anonyme (461,234) louent le roi Manfred et le roi-troubadour Frédéric III de Sicile dont le surnom "Fres de riz" (guide des puissants) est emprunté à deux pièces anti-romaines d'Aimeric de Peguilhan (10,26) et de Guilhem Figueira (217,8). D'autre part, dans le planh pour la mort du roi Manfred, la première tornada fait allusion au retour du roi Artur dans les légendes bretonnes, ce qui confère au défunt le même caractère messianique ; ce topos déjà attesté chez Bernart de Ventadorn connaît à cette époque une faveur particulière dans les prophéties4 de l'accomplissement final. Et l'on sait que les Hohenstaufen et de leurs héritiers aragonais furent investis de cette mission et qu'ils reçurent le soutien des prophètes joachimites.

45Toutes les coblas citées dans le présent article sont tirées de Troubadours anonymes : Edition critique des œuvres de registre aristocratisant, J, Gourc, Thèse de Doctorat, 1992, (à paraître).

Notes

1 Cultura Neolatina, XVIII, 1968, p. 147

2 No si qui s'es - No sai que s'es, "Mélanges Delbouille", II, 1964, pp. 349-366

3 Los trovadores, T. I, p. 114.

4 Fin du monde et signes des temps : visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie - début xve siècle), "Cahiers de Fanjeaux", Privat, n° 27, pp. 237-239, 245, 253.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540