Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

L'accomplissement des temps à Jérusalem

Christiane Deluz

Texte intégral

1Partir en pèlerinage, c'est non seulement se mettre en route vers d'autres lieux mais aussi entrer dans un autre temps, un temps de salut qu'inaugure le premier pas fait hors de sa demeure lorsqu'on quitte les siens. Espace et temps sacrés se trouvent ainsi étroitement réunis et s'impose de façon privilégiée le conseil qu'Hugues de Saint-Victor formulait à l'adresse de l'historien : "Loca simul et tempora, ubi et quando gestae sunt considerare opportet."

  • 1 Hodoeporicon seu vita S. Willibaldi scriptum a sanctimoniali heydenheimensis, éd. T. Tobler, Descr (...)
  • 2 Ricoldo de Monte Croce, Peregrinatio, éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medii aevii quatuor, Leip (...)

2Parmi tous ces lieux où le temps prend une dimension telle qu'elle justifie la démarche du pèlerin, Jérusalem occupe une place prééminente. On vient en effet y vénérer non un corps saint -le tombeau du Christ est un tombeau vide- ou des reliques, encore qu'on ne se prive pas d'en montrer aux pèlerins, mais le lieu d'une histoire. Au début du viiie s., Willibald veut voir "non seulement les signes qui nous sont certifiés par l'Evangile, mais ces lieux de la terre où Notre Seigneur est apparu naissant, souffrant la Passion et ressuscitant"1. Cinq siècles plus tard, Ricoldo de Monte Croce part dans la même, intention : "Voir en personne)corporaliter) ces lieux que le Christ a visités en personne (corporaliter), surtout le lieu où il a daigné mourir pour le salut du genre humain afin que le souvenir de sa Passion soit plus durablement imprégné en nous."2

3Cette histoire que l'on va méditer, revivre à Jérusalem est donc bien l'histoire du salut. De là sa double dimension. L'avènement du Christ marque l'accomplissement du temps par la réalisation des promesses faites par Dieu aux Patriarches et aux Prophètes avec qui Il a fait Alliance. Mais le salut ne sera pleinement achevé, les temps vraiment accomplis que quand l'histoire de ce monde arrivera à son terme lors du deuxième avènement du Christ pour le Jugement final.

4C'est ce double accomplissement des temps dans la Ville Sainte que je me propose d'étudier, après avoir rappelé rapidement comment ce double accomplissement est une des composantes du temps médiéval.

  • 3 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, 1964, p. 211-224.
    A.J. Gourevitch, Les c (...)

5Tant Jacques le Goff qu'Aaron Gourévitch insistent sur la rupture entre le temps antique et le temps chrétien, donc par excellence le temps médiéval, rupture qui se manifeste par le passage d'un temps circulaire à un temps linéaire.3

  • 4 A. J. Gourevitch, op. cit. p. 97.

6A. Gourévitch fait remarquer notamment que le mot Timi chez les Germains implique moins une durée précise que des saisons, que le mot Tide suggère le temps qui revient, à l'instar de la marée, que le mot Ar (year, jahr), signifie à la fois année et récolte. On est là dans le domaine de la répétition périodique, du retour4. A cet éternel retour, s'oppose, avec le christianisme, une marche dans un sens, celui de l'histoire, qui est histoire du salut.

  • 5 ibid, p. 113.

7Toutefois, ces mêmes auteurs montrent en même temps que la rupture n'est pas si absolue qu'on pourrait le croire. Avant tout parce que le temps vécu est un temps cyclique, lié au retour des saisons auquel ces sociétés paysannes et mal outillées pour dominer les caprices de la nature sont plus que toutes autres attentives. Et c'est ce temps agraire qui sert de cadre à l'année liturgique qui fait revivre à chaque saison un moment de l'histoire du salut : l'attente, l'avènement du Christ, sa Passion, sa Résurrection, l'effusion de l'Esprit, le temps de l'Eglise et l'annonce du Jugement final. Mais il y a plus, le temps historique se trouve coupé en deux par l'événement capital de la naissance du Christ, qui donne son sens à ce qui a précédé et détermine ce qui va suivre. " C'est, dit A. Gourévitch, la présence de ces points d'appui dans le temps (Création, Incarnation, Jugement) qui redresse celui-ci avec une force inhabituelle et l'allonge en une ligne" Mais ces points créent en même temps "des rapports solides entre les temps."5 Le temps biblique n'est pas un temps transitoire, le royaume de Dieu existait en virtualité, sans être manifesté. De même, le temps qui suit l'Incarnation ne prendra tout son sens que quand le Jugement aura été prononcé. Beaucoup de chroniqueurs achèvent leur histoire par le récit du Dernier Jour ; c'est ainsi que le Liber Chronicarum d'Hartmann Schedel (1493), après avoir parcouru les sept âges du monde, laisse quelques pages blanches avant de conclure sur le dernier avènement du Christ.

  • 6 Saint Augustin, Confessions, 11, 27 et 20, 28.

8Donc ce temps historique linéaire est appréhendé d'une certaine manière de façon cyclique, embrassant tout le devenir de l'humanité, partant du Dieu créateur pour revenir au Dieu sauveur. Le temps est "mesuré dans l'esprit", comme le dit saint Augustin, le passé par la mémoire, le présent par la contemplation, le futur par l'attente et l'espoir. Et c'est dans cette distentio, cet élargissement, cette plénitude que réside selon lui l'activité vitale de l'esprit humain.6

9Tout ceci est bien connu, mais ce bref rappel était nécessaire pour faire prendre conscience de la dualité dans la perception du temps qui, si elle n'est pas exprimée de façon savante et dogmatique dans les récits des pèlerins, imprègne cependant leur manière de voir, de sentir, leur comportement, comme celui de leurs contemporains.

  • 7 Guillaume de Boldensele, Liber de quibusdam ultramarinis partibus (1336), suivi de la traduction d (...)

10"Ceste sainte terre et ces sains lieux pluiseurs païens devant l'avènement Notre Seigneur et depuis ont de tres especial devotion esleute pour habiter sanz ce qu'ils en sceussent riens ne par escripture ne par renommée, mais que seulement par ne scay quel mouvement de nature songerent que la seroit accompli le mistere de notre sauvement." Ainsi s'exprime, selon la traduction de Jean le Long, Guillaume de Boldensele dans le prologue de son récit de pèlerinage écrit en 13367. C'est à Jérusalem que s'est accompli le mystère du salut, promis au peuple de Dieu par l'Alliance.

  • 8 Hodoeporicon Willibaldi, op. cit., p. 8.

11La lecture d'autres prologues nous montre bien que c'est l'image essentielle que les pèlerins ont et veulent donner du but de leur longue route. "Toute la grandeur de l'œuvre divine, tous les miracles, tous les signes de puissance que Dieu a réalisés, s'humiliant pour le salut du genre humain, s'abaissant jusqu'à prendre un corps humain, tout ce qu'il a daigné accorder et accomplir en ce monde, tout cela est apparu visiblement aux yeux de Willibald" dit la moniale d'Hildeseim au début de la biographie qu'elle consacre à l'illustre abbé.8

  • 9 Burchard de Mont Sion, Peregrinatio, éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medii aevii quatuor, Leipz (...)

12De même, Burchard de Mont Sion rappelle, en 1283, qu'à Jérusalem "les Anciens vénéraient le Saint des Saints parce que là étaient l'Arche d'Alliance, les chérubins et le propitiatoire, la manne et la verge d'Aaron qui avait fleuri, tout cela étant les ombres du futur. Le tombeau de Jésus- Christ ne doit-il pas pour nous être encore plus digne de vénération où celui qui y pénètre voit, des yeux de l'esprit, le Sauveur roulé dans le linceul et, allant plus avant, la pierre roulée, l'ange assis sur elle, montrant aux femmes le suaire et les linges ?"9

  • 10 Ludolph de Sudheim, De itinere Terrae Sanctae, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 2.

13"La Terre Sainte, c'est la terre de la promesse, dit Ludolph de Sudheim pèlerin en 1341, que Dieu a promis de donner à Abraham et à sa descendance. Elle est aimée de Dieu, louée par les anges, vénérée par les hommes car Notre Seigneur Jésus-Christ l'a consacrée de son précieux sang pour l'honorer de sa sainte présence dans notre humaine faiblesse et, dès l'origine, comme on le lit dans les livres de la Bible, de la gloire de sa divinité et de sa majesté. C'est là qu'Il a daigné libérer le genre humain de la damnation éternelle."10

  • 11 A. Dupront, Du Sacré, Paris, 1987, p. 371.

14L'évocation de ce mystère rédempteur était, comme le dit A. Dupront, "égrené en étapes ou scènes au long desquelles suivre, en mémoire et en chair, les pas du Christ rédempteur."11. Mais, dans la visite des divers sanctuaires et saints lieux de Jérusalem, une place particulière était réservée à deux lieux majeurs, le Temple et le Saint- Sépulcre. Tous les récits de pèlerinage leur consacrent un plus long développement qu'aux autres. Le Temple, c'est le lieu du rappel de toute une série de souvenirs bibliques parmi lesquels reviennent le plus fréquemment l'offrande du pain et du vin par Melchisédech et la prière de David pour que l'Ange cesse de frapper son peuple de la peste. Deux figures à mettre en parallèle, selon les méthodes d'exégèse biblique alors répandues, avec le sacrifice eucharistique et la médiation du Christ sauveur. Cette série d'évocations aboutit à la Présentation de Jésus au Temple et au Nunc dimittis de Siméon : "Laisse ton serviteur aller en paix, car mes yeux ont vu ton salut."

  • 12 Ludolph de Sudheim, op. cit., p. 75.

15Il faut remarquer ici que Ludolph de Sudheim se fait l'écho d'une tradition, qu'il semble être le seul à rapporter, selon laquelle Jérémie aurait miraculeusement enfermé l'Arche d'Alliance dans le rocher du mont Moriah en disant : "Cet endroit ne sera pas manifesté tant que Dieu n'aura pas été propice à son peuple." Il ajoute : "On croit qu'elle s'y trouve encore."12 Une manière concrète de signifier que la Loi n'est pas abolie, même si les temps sont accomplis et que celui du Royaume est arrivé.

  • 13 Jean de Würzbourg, Descriptio Terrae Sanctae, éd. T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae...op. ci (...)

16Quittant le Temple pour le Saint-Sépulcre, les pèlerins y trouvaient la tête d'Adam, juste sous l'emplacement de la croix du Christ. Jean de Würzbourg qui, vers 1150, nous a laissé une très soigneuse description des sanctuaires de Jérusalem encore intacts avant la conquête de Saladin, en traite longuement : "Quand Notre Seigneur Jésus-Christ expira sur le gibet et remit librement son esprit, le voile du Temple se fendit du haut en bas et la pierre sur laquelle la croix était fixée se fendit aussi par le milieu là où elle avait reçu le sang qui coulait. Par cette fissure, le sang descendit dans l'intérieur, là où, selon certains, Adam avait été enseveli. Ainsi il fut baptisé dans le sang du Christ."13 Jean de Würzbourg ajoute que ceci est à prendre symboliquement puisque, selon l'Ecriture, Adam a été enseveli à Hébron. Mais l'eau et le sang, signes selon lesquels l'évangéliste Jean lit l'événement de la Passion, les préférant au tremblement de terre de Matthieu, sont signes de la vie et de l'amour, don de soi pour le genre humain tout entier.

17Jean de Würzbourg a noté aussi les inscriptions versifiées qui se trouvaient un peu partout dans le Saint- Sépulcre. Celle qui était placée près du tombeau du Christ rappelait le pardon de la faute d'Adam :

  • 14 ibid., p. 149-150.

"Conditur in tumulo conditus aromate Christus
Tollitur ad superos meriti moderamine justus
Gaudet homo, trepidant manes, gemit omnis abyssus
Est excessus Adae Christo veniente remissus."14

  • 15 Liber peregrinationis fratris Jacobi da Verona éd. R. Röhricht, Revue de l'Orient latin, III, p. 1 (...)

18Au xives., on montrait toujours aux pèlerins la chapelle où avait été trouvée la tête d'Adam. Selon Jacques de Vérone et Nicolas de Martoni, on y gagnait une indulgence de sept ans et sept quarantaines15. C'est finalement la version occidentale de l'icône byzantine de l'Anastasis qui représente le Christ descendant aux Enfers prendre Adam par la main pour l'emmener, avec tous les justes de l'Ancien Testament, dans son triomphe. Le Christ, nouvel Adam introduit le premier homme et avec lui toute l'humanité dans le temps accompli et qui s'accomplira.

  • 16 Mandeville's Travels, éd. M. Letts, Londres, Hakluyt Society, 1953, p. 228.
  • 17 Psaume 74 (73), 12.
  • 18 Mandeville's Travels, op cit. p. 229-230.

19Toujours au Saint-Sépulcre, on montrait aux pèlerins l'omphalos, la pierre marquant le centre du monde. C'est parce qu'elle est le lieu de l'accomplissement du salut attendu depuis l'aurore des temps que Jérusalem est ainsi "le cuer et le mylieu de toute la terre du monde" comme le dit en 1356 Jean de Mandeville dans son prologue.16 Le psaume l'atteste : "Dieu a opéré le salut au milieu de la terre."17 Les auteurs le répètent à l'envi. C'est sur la vision de Jérusalem centre de l'histoire et centre du monde que Jean de Mandeville choisit d'ouvrir son Livre : "Et bien voult le Roy de gloire en ce lieu plus qu'en une autre terre passion et mort souffrir. Car qui veult aucune chose publier, si que chacun le sache, il le fait crier et prononcer en my la ville, si que la chose soit sceue de toutes parts. Aussi le createur de tout le monde voult souffrir mort pour nous en Jherusalem, qui est en my le monde, a la fin que la chose soit sceue et publiée de tous les costes du monde, comment il avait chierement comparé les hommes qu'il avoit fait a son ymage et comment il nous avoit rachetés chierement pour la grant amour qu'il avoit vers nous sanz que nous l'eussions merité".18

  • 19 N. Frye, Le Grand Code La Bible et la Littérature, Paris, 1984, p. 222-223.

20Mais voir la ville sainte sous ce seul aspect de point central du temps et de l'espace serait insuffisant. Jérusalem est située sur les hauteurs. Elle est le lieu vers lequel se dirigent les tribus en chantant les Cantiques des montées, repris par la liturgie chrétienne pour le temps pascal. "Elle est, symboliquement, le lieu le plus élevé du monde", comme le fait remarquer N. Frye, une ville qui est "une espèce de clé de voûte pour le monde"19. La montée vers Jérusalem est donc aussi montée hors du monde et hors du temps vers le lieu de l'accomplissement du temps, individuel ou collectif, qui inaugurera l'entrée dans l'éternité.

  • 20 A. Dupront, Du Sacré, op cit., p. 290.
  • 21 ibid, p. 291.
  • 22 ibid., p. 387.

21Cette autre dimension de la marche vers Jérusalem est surtout perceptible autour de l'an Mil, quand les pèlerins se pressent de plus en plus nombreux sur la route de la ville sainte, selon le témoignage de Raoul Glaber, avant le grand ébranlement de la première Croisade. Il convient de rappeler ici les études de P. Alphandéry et A. Dupront sur cette "marche à la rencontre parousiaque", la Croisade étant définie comme "l'une des gestes les plus magnifiques par où l'humanité tente sa sortie du temps de l'histoire."20 A. Dupront voit en elle la recherche de l'accomplissement des temps et de l'aboutissement de l'espace humain, car "le signe de l'accomplissement des temps est la réunion des nations autour de la ville sacrée et mère, centre du monde, Jérusalem."21 La Croisade est mise en route à la fois vers la fin des temps et vers Jérusalem "là où s'accomplira la rencontre parousiaque et justicière...dont les hommes de la première Croisade ont...vécu à longueur de l'interminable route l'imminence enfin salvatrice : ils ont marché à la rencontre du Christ pour être présents à son retour, certains de maîtriser ainsi leur éternité."22

22Les historiens du Moyen Age disent volontiers qu'il n'y a qu'une seule Croisade, la première, mais l'esprit de la Croisade ne s'est jamais tout à fait perdu dans les siècles qui ont suivi. Et la dimension eschatologique n'est jamais tout à fait absente des pensées des pèlerins. On peut en donner pour preuve les indulgences assignées à chacun des lieux saints visités et dont les mentions se multiplient dans les récits à partir de la fin du xive s. Il convient de les rattacher à la grande indulgence proclamée par Urbain II et ses successeurs pour tous ceux qui entreprendraient ce "saint voyage" et à qui "la vie serait arrachée" lors du trajet ou dans les combats.

23Partir, prendre le risque que représente la traversée en mer, invitait à envisager sa propre mort, son propre jugement. Certes, cette crainte de la mer, exprimée dès les débuts de l'histoire des pèlerinages, est dans une large mesure un topos inévitable. Mais les descriptions bien précises de tempêtes terrifiantes, de route perdue par les marins, de rencontres de corsaires, nous convainquent que le péril de mer n'était pas seulement formule littéraire.

  • 23 Guillaume de Boldensele, op. cit., p. 269.

24Une fois parvenu à Jérusalem, le pèlerin parcourt des lieux qui parlent. C'est dans la vallée de Josaphat que le Jugement doit avoir lieu, pas de récit de pèlerinage qui ne le rappelle. "Je suis descendu dans la très sainte vallée de Josaphat, dit par exemple Guillaume de Boldensele,... dans cette même vallée, on croit que le Christ reviendra pour le Jugement après la résurrection finale des corps pour rendre à chacun, avec l'autorité d'un juge, la récompense appropriée à ses oeuvres."23

  • 24 ibid., p. 340.
  • 25 Ezéchiel, 44, 1-3.

25La vallée, s'ouvrant entre le mont du Calvaire et celui des Oliviers, lieu de l'Agonie mais aussi de l'Ascension, offrait un cadre propice à cette méditation sur le dernier jour. On y montrait le lieu où Pierre avait pleuré amèrement son triple reniement non loin de celui où Judas s'était pendu "et par desesperance clost devant li le huis de misericorde", selon les mots de Guillaume de Boldensele dans la traduction de Jean le Long.24 A peu de distance, dans la vallée de la Géhenne, était le Champ du sang, Haceldama, destiné à la sépulture des pèlerins décédés pendant leur séjour à Jérusalem. Et, dominant la vallée de Josaphat, la célèbre Porte Dorée, fermée depuis le passage du Christ sur son ânon le jour des Rameaux, ne devait s'ouvrir que pour la lui voir franchir le jour de son retour glorieux. On l'assimilait en effet à la mystérieuse Porte close d'Ezéchiel : "Le Seigneur me dit : cette porte restera fermée ; on ne l'ouvrira pas ; personne n'entrera par là ; car le Seigneur, le Dieu d'Israël est entré par là ; elle restera fermée. Mais le prince, puisqu'il est le prince, s'y assiéra pour prendre le repas devant le Seigneur. C'est par le vestibule de la porte qu'il entrera et il sortira par ce chemin."25 De la Passion au Jugement, cette porte manifestait ainsi visiblement le double accomplissement des temps à Jérusalem.

  • 26 Ricoldo de Monte Croce, op. cit., p. 111.

26La puissance d'évocation de tout cet ensemble ne manquait pas d'impressionner profondément les pèlerins. Ricoldo de Monte Croce l'exprime avec force : " Là même, dans la vallée de Josaphat, considérant le lieu du Jugement entre le mont des Oliviers et le Calvaire, nous nous sommes assis en pleurant et en tremblant dans l'attente du Jugement. Nous avons discuté pour savoir où siègerait hautement le très juste Juge et où seraient sa droite et sa gauche. Nous avons ensuite choisi un emplacement à sa droite et chacun de nous a marqué une pierre en témoignage. Moi-même, j'ai dressé et marqué là une pierre en témoignage et j'ai choisi un endroit à droite pour moi et pour tous ceux qui, grâce à moi, entendront la parole de Dieu et persévèreront dans la foi et la vérité de l'Evangile. Et j'ai ainsi marqué une pierre pendant que beaucoup de ceux qui m'entouraient priaient et pleuraient."26

  • 27 Burchard de Mont Sion, op. cit., p. 73-75.
  • 28 Apocalypse, 21, 21.
  • 29 Apocalypse, 20, 11-12 et 21, 10-11.

27Mais cette Jérusalem du Jugement final n'est pas encore celle où s'accomplit pleinement le temps. Si Burchard de Mont Sion, en 1283, s'attarde longuement à énumérer et à décrire les portes de Jérusalem,27 n'est-ce pas parce qu'elles évoquent pour lui les douze portes de pierres précieuses de la Jérusalem nouvelle que l'Ange de l'Apocalypse montre à saint Jean ?28 Image de transparence qui signifie qu'est venu le temps nouveau de la transparence divine, quand les morts auront été jugés, debout devant le grand trône blanc de Celui qui tient le livre de vie. Alors apparaîtront le ciel nouveau, la terre nouvelle et la cité sainte, Jérusalem, brillant de la gloire même de Dieu et d'où jaillit le fleuve de vie, le sang du Christ.29

  • 30 Apocalypse. 21, 19-21.
  • 31 Willibrand d'Oldenbourg, Descriptio Terrae Sanctae (1211), éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medi (...)

28Quand les pèlerins arrivaient devant les murailles de la ville, les antiques murailles hérodiennes, plus ou moins restaurées par les Byzantins et les Croisés, sans doute voyaient-ils en pensée ces douze assises de pierres précieuses, jaspe, saphir, émeraude, hyacinthe, améthyste que décrit longuement l'Apocalypse, ainsi que les portes faites d'une seule perle et la place de la Cité, toute d'or pur comme un cristal limpide.30 "Au soleil levant, s'écrie Willibrand d'Oldenbourg, cette Jérusalem tant désirée s'est levée devant nos yeux et nous avons été tellement saisis de joie et d'admiration que nous avons cru voir la Jérusalem céleste."31

  • 32 B.N. mss. fr. 9087.
  • 33 A. Gourévitch, Les catégories de la culture médiévale, op. cit., p. 113.

29A côté des récits des pèlerins, les miniatures médiévales nous ont conservé l'image de la ville. Ville idéale, comme celle du célèbre plan illustrant les Gesta Francorum Jerusalem expugnantium conservé à Saint-Omer où la ligne circulaire des remparts de la cité enferme les grands sanctuaires, le Temple, le Saint-Sépulcre, le mont Sion. Ville perchée sur la hauteur, dominant les vallées, comme celle de la miniature illustrant le récit de Bertrandon de la Broquière.32 Toutes ces images redisent le caractère unique de Jérusalem, figure parfaite d'un espace où le temps s'est accompli, appel à la montée vers le temps qui s'accomplira. Entrer à Jérusalem, c'était franchir le seuil qui donne accès à ces moments décisifs de l'histoire de l'humanité où, selon les mots de A. Gourévitch, "s'ouvre un passage dans l'éternité."33

30Jérusalem réunit donc en elle tout le temps et tout l'espace du salut, qui commence à la création pour aboutir à la glorification. Le Christ se trouve sur le chemin de ce temps et de cet espace, reliant les temps et sauvant tous les hommes. Jérusalem est la manifestation concrète, comme aussi la figure et le symbole de cet espace et de ce temps

  • 34 A. Dupront, Du sacré, op. cit., p. 310.
  • 35 Apocalypse, 21, 2.

31A. Dupront se désole de ce que "dans l'espace moderne, qu'il soit de l'âme intérieure ou qu'il soit de la terre, il n'y a plus qu'une seule Jérusalem, terrestre celle-là."34 Sans doute est-il par trop pessimiste. Tant que les remparts de Soliman le Magnifique résisteront victorieusement à l'assaut des tours de béton, Jérusalem ne continuera-t-elle pas à apparaître aux yeux de ceux qui la découvrent, enchâssée dans ses murailles, comme une cité hors du temps, une fiancée à l'éternelle jeunesse, "belle comme une épouse parée pour son époux ?"35

Notes

1 Hodoeporicon seu vita S. Willibaldi scriptum a sanctimoniali heydenheimensis, éd. T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae ex saec. viii, ix, xii, xv, Leipzig, 1874, p. 3.

2 Ricoldo de Monte Croce, Peregrinatio, éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medii aevii quatuor, Leipzig, 1864, p. 105.

3 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, 1964, p. 211-224.
A.J. Gourevitch, Les catégories de la culture médiévale, trad. H. Courtin et N. Godneff, Paris, 1983, p. 96-154.

4 A. J. Gourevitch, op. cit. p. 97.

5 ibid, p. 113.

6 Saint Augustin, Confessions, 11, 27 et 20, 28.

7 Guillaume de Boldensele, Liber de quibusdam ultramarinis partibus (1336), suivi de la traduction de Jean le Long (1350), éd. critique C. Deluz, ex. ronéotypés, Paris Sorbonne, p. 296.

8 Hodoeporicon Willibaldi, op. cit., p. 8.

9 Burchard de Mont Sion, Peregrinatio, éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medii aevii quatuor, Leipzig, 1864, p. 19.

10 Ludolph de Sudheim, De itinere Terrae Sanctae, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 2.

11 A. Dupront, Du Sacré, Paris, 1987, p. 371.

12 Ludolph de Sudheim, op. cit., p. 75.

13 Jean de Würzbourg, Descriptio Terrae Sanctae, éd. T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae...op. cit., p. 143- 144.

14 ibid., p. 149-150.

15 Liber peregrinationis fratris Jacobi da Verona éd. R. Röhricht, Revue de l'Orient latin, III, p. 189.
Nicolas de Martoni, Liber peregrinationis, éd. Le Strange, Revue de l'Orient latin, III, p. 619.

16 Mandeville's Travels, éd. M. Letts, Londres, Hakluyt Society, 1953, p. 228.

17 Psaume 74 (73), 12.

18 Mandeville's Travels, op cit. p. 229-230.

19 N. Frye, Le Grand Code La Bible et la Littérature, Paris, 1984, p. 222-223.

20 A. Dupront, Du Sacré, op cit., p. 290.

21 ibid, p. 291.

22 ibid., p. 387.

23 Guillaume de Boldensele, op. cit., p. 269.

24 ibid., p. 340.

25 Ezéchiel, 44, 1-3.

26 Ricoldo de Monte Croce, op. cit., p. 111.

27 Burchard de Mont Sion, op. cit., p. 73-75.

28 Apocalypse, 21, 21.

29 Apocalypse, 20, 11-12 et 21, 10-11.

30 Apocalypse. 21, 19-21.

31 Willibrand d'Oldenbourg, Descriptio Terrae Sanctae (1211), éd. J.C.M. Laurent, Peregrinatores medii aevii quatuor, Leipzig, 1864, p. 184.

32 B.N. mss. fr. 9087.

33 A. Gourévitch, Les catégories de la culture médiévale, op. cit., p. 113.

34 A. Dupront, Du sacré, op. cit., p. 310.

35 Apocalypse, 21, 2.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540