Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Deschamps, poète de la fin des temps ?

Micheline de Combarieu du Grès

Texte intégral

  • 1 - D. Poirion, Littérature française du Moyen Age t. 2, Paris, 1971, p. 92.
  • 2 - D. Poirion, op. cit., p. 90.
  • 3 - Par exemple dans les Ballades 1067 et 1105. Références et citations renvoient à l'édition de Que (...)
  • 4 - Dans sa récente Littérature française au Moyen Age (Paris, 1992) M. Zink se plaît à énumérer les (...)

1L'œuvre de Deschamps est de celles qui ne se laissent pas ramener à l'unité. Poète de l'enthousiasme amoureux"1 courtois, il utilise aussi, dans son Miroir de mariage, "tous les poncifs (antiféministes) que Jean de Meung lui-même avait cru devoir reprendre"2. Poète plaisant (in) jusqu'au burlesque, léger voire leste3, poète de "l'écume des jours"4, il voit aussi, dans son temps, celui de la fin.

2Dans nombre de ses poèmes, qui participent d'une veine moralisante, il dénonce les vices de l'époque. G. Raynaud, s'interrogeant sur la part d'originalité que pourrait réceler une perspective inscrite dans une longue tradition, souligne le nombre de textes dirigés contre la cour royale, à une époque (fin du xive siècle) où celle-ci prend de plus en plus d'importance. Sans nier ce souci d'actualité, force est de constater que Deschamps s'en prend à tous les "états du monde", comme, au siècle précédent, l'avaient fait le Poème moral, Les Romans de Carité et de Miserere, ou le Renclus de Molliens. Qu'il se réfère à une distinction entre clers et lais (Tout se pert, le monde et l'église, Ballade 1240) ou à la répartition trifonctionnelle bien connue :

Tou le clergié vit a desroy,
Les chevaliers, peuple, cil troy
Font la venue d'Antechrist
Approuchier.
Virelai 1196

  • 5 - Pour une liste indicative : poèmes développant de façon générale l'idée de la malice du temps pr (...)

3il ne voit que le vice (Tout vice regne, Virelai 1196) dans ce monde malicieux (Ballade 936). Puisqu'il faut faire un choix limité, citons la Ballade 936 où le temps est dit .. malicieus,/inique, lasche et decourans, /faintis, desloial, convoiteus,/car il ne voult congnoistre ceuls/qui ont vertu, qui ont science,/aui ayment Dieu et conscience,/mais ne quiert que gens malostrus/ou nulz ne doit avoir fiance./ .. Il n'est nulle congnoissance/fors de mal et de decepvanve/et de chetis metre au dessus ;/on het tout homme de vaillance/d'onour, de justice et de prudence, et la Ballade 949, sur le thème emprunté aux psychomachies, des vertus changées en leurs contraires : Vérité est devenue menteuse, Loyauté et Foi, déloyales et hostiles à qui n'agit pas comme elles, Charité (au sens de générosité) s'est faite larronnesse, Abstinence s'est muée en gloutonnerie, Humilité en Orgueil, Pitié a endurci son cœur, Chasteté s'adonne à la luxure, Pauvreté veult aler a cheval, Patience s'est faite meurtrière et ne supporte plus d'obstacle ; la cour, de large qu'elle était, est devenue cupide, la vaillance s'est faite lâcheté et la noblesse vilenie ; enfin la crainte (et l'amour) de Dieu se sont changés en hardiesse de lui courcier, - Deschamps écrira ailleurs que a nul ne chaut d'Enfer ne paradis (Ballade 1167) ou que l'en ne doute pechié ne honte (Ballade 1733). Dans ces deux poèmes qui sont loin d'être les seuls, il utilise le procédé rhétorique de l'accumulation qui tend à noyer le lecteur dans un flot d'adjectifs et de substantifs donnant, par leur nombre accablant, l'impression qu'il n'y a plus la moindre place pour le Bien dans le texte et sur terre. D'autre part, beaucoup d'autres pièces reprennent ces thèmes en en privilégiant tel ou tel aspect, insistant sur tel ou tel vice, sur les défauts de tel ou tel groupe social ou sur ceux du royaume de France5.

4Bref, c'est un "monde à l'envers" que Deschamps voit dans celui de son temps. Son Mais au jour d'ui ne voy regner que vice (Ballade 933) a pour corollaire Tout va ce que dessoubz dessus (Ballade 918), -et même je ne voy que foles et folz (Ballade 95).

5Or, il n'en a pas toujours été ainsi. L'idée du "monde à l'envers" ne peut se concevoir que par rapport à un ordre bon qui a été dénaturé. Beaucoup des textes déjà cités se réfèrent à cet état antérieur : des formules comme mais aujourd'huy .. (Ballades 339, 933) impliquent un autrefois différent ; il en est de même de la représentation des vertus devenues vices. Ce jadis n'est pas nécessairement dépeint comme un âge d'or : si aujourd'hui, seul le vice règne, cela ne signifie pas que seule la vertu régnait auparavant.

6Cela étant, il reste que, selon le lieu commun qui veut que tempus senescit, "les anciens valaient mieux que nous" et Deschamps se montre un laudator temporis acti. Nos ancêtres étaient à la fois plus agissants ("On ne fait plus ce que faisaient les Romains", Ballade 380) et plus vertueux que nous :

Humilité, Honnour, Largesce,
Senz, Loyaulté et Prodommie,
Vertu, Cognoissance, Prouesce,
Amour, Pitié et Saincte Vie,
Crainte de Dieu et Seignourie
Furent jadis es anciens.

  • 6 - Le même thème est traité dans les Ballades 96, 239, 343, 380, 403 et dans le virelai 491.

7Ces "anciens" sont les hommes de l'antiquité grecque et latine, ceux de l'Ancien Testament et des premiers siècles de l'Eglise (Ballade 96, envoi). Mais ils n'ont plus d'émules maintenant : parmi ses contemporains, Deschamps ne voit guère que Du Guesclin qui puisse leur être comparé (Ballade 239). Se ceus qui orent si grant nom, d'Alexandre à Godefroy de Bouillon en passant par David, revenoient tuit en lor region,/du temps qui est seroient merveilleus (Ballade 403)6. Il s'agit d'ailleurs non de la vision d'une décadence lente et progressive, mais d'une opposition entre une longue durée positive et un présent négatif : s'il arrive à Deschamps d'écrire que "le monde va de mal en pis" (Ballade 988) ou que certes tousjours vient pis ouan qu'antan (Ballade 1195), il faut l'entendre d'une durée brève et qui, dans ces poèmes écrits à la première personne, s'inscrit dans celle de l'expérience du "je" (je voy .. déclare-t-il à chaque fois).

8Le monde humain est donc très malade : perte des qualités de l'âme qui le rendaient actif, en quête d'honneur et de gloire par l'exercice de la vaillance et de la générosité, perte de la raison et de la sagesse, perte du sens moral et de la crainte de Dieu qui le mettait à sa juste place, celle de créature, oublieux des lois naturelles (celle des différents âges de la vie et des tâches qui leur reviennent, par exemple Ballade 936), établies par la divinité, il vit constamment en état de péché et, comme on l'a déjà vu, sans s'en soucier autrement. Le mot pechié revient en leit-motiv, et sans l'ambivalence mal/malheur qu'il a souvent dans l'ancienne langue : seule la malignité humaine est ici dénoncée :

L'Eglise est par pechié desolée..
La foy, la loy sont vaxillans
Par nos pechiez..
Ball. 1195

Trop sont les pechiez generaulx..
Ball. 1493

9Le corps social (les différents "états"), politique (le royaume), chrétien (l'Eglise : les clercs, mais aussi les laïcs) sont atteints d'un mal qui pourrait bien être mortel. Mort du royaume :

Prince, je suy li regne tiens
Qui par pechié à ma fin viens..
Ball. 1463

10Mais aussi anéantissement plus vaste. Le Virelai 1196 s'ouvre sur :

Tout du présent temps se périt..

11et la Ballade 400 déclare au refrain :

Por ce (= l'accumulation de nos péchés) vient du monde
li fenissement.

12tandis que la Ballade 936 affirme que ly mondes en sera perduz, La Ballade 939 "Sur les vices du siècle" que Por ce devroit tost ce secles fenir ou la Ballade 988 en son envoi :

  • 7 - Voir aussi Ballade 1041.

Je tieng que bref devroit finer
Ce monde cy et sa fin terminer
Qui est de mal en pis determinee7.

13Dieu pourrait bien se lasser et la Ballade 400 évoque la pugnicion pour noz pechiez qui va bientôt ce monde metre a fin doloreuse.

14Le processus, à certains égards, est déjà engagé. Les péchés des hommes hâtent la venue de l'Antéchrist :

Tout le clergié vit a desroy,
Les chevaliers, peuple, cil troy
Font la venue d'Antechrist
Approuchier ..
Virelai 1196

15et :

O Antechrist,..
Je voy venir du tout ton appareil,
Selon le dit de la saincte Euvangile.
Ball. 1164

16Un regard porté sur le présent ne rencontre que mal, misère et vie menacée :

Temps de doleur et de temptacion,
Aages de plour, d'envie et de tourment,
Temps de langour et de dampnacion,
Aages meneur pres du definement.
Temps plains d'orreur qui tout fait faussement,
Aages menteur, plain d'orgueil et d'envie,
Temps sanz honeur et sanz vray jugement,
Aage en tristour qui abrege la vie.
Ball. 31
cf. aussi Ball. 375

17mais si, changeant de perspective, Deschamps se tourne vers l'avenir, il prévoit pire encore. Il s'exprime en prophète de malheur, que cet avenir s'image dans la venue de l'Antéchrist souverain du Mal universel (Ballade 1164) ou dans celle de la pugnicion par Dieu du péché des hommes :

L'an de dolours et de reprouche
Et des fins merveilleus approuche,
Incongnuz, espantables,
A tous grans pecheurs redoubtables ..
Par sang, par feu, par mort soudaine
Sera la terre vuide et vaine.
Pièce 1041

18Or, des signes visibles annoncent déjà cette issue.

19Si le monde humain est rongé par le péché, le monde naturel lui-même perd de sa vitalité et se dénature. Un refrain quasi identique rythme la Ballade 1019 (Tout se destruit, rien n'est qui me conforte) qui glose sur la dénaturation de l'homme à l'instar des textes déjà étudiés :

Congnoissance, Sens, Honeur ne Mémoire
N'ont au jour d'ui leur temps ne leur saison ;
Convoitise regne avec Vaine Gloire,
Desloyauté, Envie et Traison,
Et Volonté qui regne en desraison ;
Pitié n'a lieu et Charité est morte,
Justice, Loy se perdent et Raison..

20et la Ballade 1088 (Tout se destruit, et on ne scet comment) qui évoque les modifications étranges subies par le cours des saisons et des récoltes.. et, plus curieusement encore, rhétorique de l'accumulation aidant, par l'espace lui-même :

Ly airs, ly temps, ly ans, ly douze moys,
Arbres, ly prez et les .iiii. saisons,
Les mons, les vaulx, les terres et les bois,
Gens et bestaulx, les oyseaulx et poissons,
Les semences, les vignes, les moissons,
Tout ce qui est au dessoubz de la lune
Change et se muet par diverse fortune,
En delaissant son propre mouvement ; ..

21Le dernier vers cité montre bien qu'il ne s'agit pas seulement de noter le cours changeant des choses mais un changement contraire à leur état de nature, donc mauvais et orienté vers la mort. Les vers suivants préciseront qu'il n'y a plus de saisons ni même de jours :

Ly airs est chaulz quant il deust estre froys,
Et la froidour pour la chalour avons,
Les jours sont cours et longs aucune fois ..
Et des saisons ne semble l'autre l'une..
vv. 11-13 et 16

22et que cela a des conséquences néfastes sur les récoltes :

Arbres chetif, es prez n'a que chardons,..
Bestaulx, oysiaulx, de povre fondement
Poissons menuz, semence maigre et une..
Vignes valent petit et leur explois,
N'elles n'ont pas profitables boissons ;
Les blez qu'on queult s'empirent sous les toys
Ou en la grange, et pou en requeillons ..
vv. 15-24

23En ce temps de malheur, les hommes dégénèrent, physiquement et moralement :

Gens sont petiz, mauvais, plains de rancune..
v. 17
cf. aussi vv. 26-29

24Mais quel est le rapport entre les deux domaines ? Est-ce la création tout entière - l'homme et le monde - qui seraient simultanément atteints de dégénérescence ? On voit assez comment la toute-bonté de Dieu pourrait être mise en cause. Aussi bien, la fin de la ballade citée offre une explication tout autre : c'est le péché de l'homme qui a pour conséquence -c'est en cela que consiste la punition divine - la diminution des fruits de la terre :

Princes, certes les maulx que nous faisons
Font minuer les biens dont nous parlons
Pour nous pugnir, et c'est droit jugement.
vv. 31-33

25La Ballade 1493 développe la même association de thèmes : Toute chose se desnature écrit Deschamps en un pêle-mêle totalement confus d'abord :

Les temps, les ans, les meurs, les gens,
Les bestes et tous animaulx,
Les complections corporaulx,
Toutes les vertus cardinaulx ;
Les arbres, les fruis, les poissons,
Les prez, les blez, vins et moissons,
Et le genre en toute nature
Diminuent et les saisons ..
vv. 1-9

26mais la deuxième strophe et l'envoi distinguent entre le péché de l'homme et la dénaturation des éléments voulue par Dieu comme punition de ce péché.

27L'Apocalypse a donc, d'une certaine façon, commencé.

28Les prophéties qui l'annonçaient trouvent, selon Deschamps, matière à s'appliquer en son temps :

Les signes voy que li cours muera
De ce monde qui approuche sa fin,
Qui longuement en ce point ne durra :
Metheode tesmoing et Joachin.
Ball. 52, vv. 5-8

  • 8 - La suite de la ballade ne mentionne en fait de signes que la décadence des mœurs. Il en est de m (...)
  • 9 - Autres références à Joachim : Ball. 950, Ch. r. 371, R. pl. 1446 ; à Méthode : Ball. 979 ; Ch. r (...)

29Les autorités ici - de façon allusive - invoquées sont Joachim de Fiore et saint Méthode à qui le Moyen Age attribuait un livre de Revelationes dans les derniers chapitres duquel il était question de la fin des temps et de la venue de l'Antéchrist8. Il leur fait une place très restreinte9, ce qui le montre peu intéressé en fait par la pensée millénariste, lointaine (Méthode fut évêque et martyr au ive siècle) ou plus récente. Tout en les invoquant, il les interprète puisque c'est à son temps non au leur qu'il songe. Il établit un parallèle historique entre le déclin et la chute de l'Empire romain, et la fin du xive siècle :

Les signes sont, qui a droit les leust,
Orgueil trop grant dont Romme s'esleva,
Et convoitier trop plus que ne deust ;
Le bien commun a faire deslaissa ;
Et aussi tost que chascuns convoita
Particulier, Romme ala a declin ;
Et par telz cas ce monde s'en ira ..
Ball. 52, vv. 9-15

30Il revient sur ce même exemple dans la Ballade 400 et y ajoute ceux de l'exil à Babylone du peuple d'Israël :

Par ces poins vint la transmigracion
De la cité ou Dieu prist mort et vie ;
Jherusalem perdit sa region,
Babiloine subjuga leur folie ..
vv. 31-34

31et d'Alexandre vainqueur de l'orgueilleux Darius. La conclusion est générale et particulière à la fois car c'est le futur proche et non le futur antérieur que Deschamps a en vue :

Aprouchier voy la grant pugnicion
Soudainement d'un chascun qui folie ..
Tout perira, et ce pas ne mescroy :
Pour ce du mont vient li fenissemens.
vv. 41-42 et 49-50

  • 10 - Voir n. 8.

32L'Ecriture Sainte - les prophètes, les Evangiles et surtout l'Apocalypse - a parlé de la fin des temps. Deschamps connaît ses classiques en la matière, même s'il lui arrive10 de les solliciter. C'est sans doute dans la Ballade 107 qu'il s'y réfère de plus près. Le texte s'ouvre :

Quant element sont en conclusion
De ce monde metre a fin dolereuse..
vv. 1-2

33et se clot :

Princes, je tiens selon m'opinion..
Que du monde feront finicion
Mortalité, tempest, guerre et famine.
vv. 25-28

34sur l'annonce de la fin du monde par quatre fléaux. On en trouve en effet la trace dans l'Apocalypse dont Deschamps combine des éléments distincts. Le nombre 4 fait penser aux quatre cavaliers qui se déchaînent sur le monde et correspondent à l'ouverture des quatre premiers sceaux du Livre par l'Agneau. Mais ce passage ne fournit à Deschamps que trois de ces éléments : la famine, la "mortalité" - c'est-à-dire les épidémies -(Saint Jean parle de "mort", ce qu'on a pris l'habitude de rendre par "peste") et la guerre. La quatrième fléau est la mort par "les fauves de la terre", autrement dit les peuples conquérants, ce qui renvoie à nouveau à l'idée de guerre : Deschamps ne reprend pas ce point. Sa tempest semble plutôt renvoyer à l'ouverture du sixième sceau :

..alors il se fit un violent tremblement de terre et le soleil
devint aussi noir qu'une étoffe de crin ..
Ap. 6, 12

  • 11 - Au demeurant, il arrive aussi au Bourgeois de penser à une proche fin du monde : il rapporte mêm (...)

35La série s'inspire aussi, et peut-être d'abord, du passage de l'Evangile de Matthieu où les signes de la fin des temps sont dits être "des guerres et rumeurs de guerre .. des famines .. et des tremblements de terre" (20, 4). En tout cas, les catégories de Deschamps sont bien celles par lesquelles ses contemporains apprécient les malheurs du temps : le Journal d'un Bourgeois de Paris (1349-1450) qui tient chronique annuelle de la capitale mentionne systématiquement les famines qui sévissent dans Paris (dont la monnaie quotidienne est la cherté de la vie), les épidémies diverses (retours de la peste mais aussi fièvres de toutes sortes et maladies que nous avons du mal à identifier), la guerre (toujours proche de la ville en ces décennies, quand elle n'est pas dans ses murs) et les aléas climatiques (gelées, pluies excessives, crues de la Seine, sécheresses, etc ..) qui viennent compromettre ou anéantir les récoltes. Ce qui est évoqué sur le mode du malheur quotidien de l'Histoire par l'un est invoqué par l'autre comme signe eschatologique11.

36L'avènement de la Bête comme souverain universel et mauvais (elle tient son pouvoir du Dragon, c'est-à-dire de Satan) est un des passages de l'Apocalypse qui a, de tous temps, le plus frappé l'imagination. En fait, il y a deux "bêtes" dans le passage de Jean qui développe la phrase de Jésus dans l'Evangile de Matthieu :

"Il surgira en effet de faux Christs et de faux prophètes, qui produiront des signes et des prodiges considérables capables d'abuser, si possible, même les élus".
Matth. 24, 24

37L'une représente un pouvoir satanique (elle a sept têtes et dix cornes, Ap. 12, 18) qui va dominer le monde, - c'est la quatrième bête du songe de Daniel, celle qui "mangera toute la terre (Dan. 7, 23), et on l'assimile à l'Antéchrist, celui que saint Paul appelle "l'Impie" (2.Th. 2, 3-9) ; l'autre ("deux cornes comme un agneau mais parlant comme un dragon", (Ap. 13, 11) est au service de la première qu'elle aide à faire reconnaître son empire par les hommes en les trompant.

38Dans la Ballade 950, Deschamps en donne une description qui ne correspond exactement à aucun des deux schémas bibliques (Beste a deus dos .. beste a deus chiefs), bien qu'il se réfère à l'Apocalypse (De toy parle l'Apocalipce a plain) et qui s'explique par l'existence en ce temps du grand schisme d'une Eglise à deux papes. Dans d'autres poèmes, Deschamps a fait une utilisation polémique du thème en désignant comme la Bête le pape Benoît. Ici, il n'en est rien : il ne prend pas parti et c'est l'Eglise bicéphale elle-même qui est ce corps monstrueux, horrible a regarder,/prodige grant de vengence future sur l'image de qui s'ouvre le texte. Puisqu'elle est dite préparer la venue de l'Antéchrist :

Chien envieux, de convoitise plain,
Qui d'Antecrist est voie preparable ..
Par tes euvres peut on assez noter
L'advenement du renoyé parjure
L'ennemi de Dieu qui se venra monstrer
Prochainement
vv. 8-9 et 21-24

39elle est logiquement la seconde Bête de l'Apocalypse. Elle est vue comme un élément actif de la corruption du monde :

Beste a deus dos qui fait le monde errer..
Et qui corromps toute humaine nature..
vv. 3 et 32
Cf. aussi toute la str. 2

40et aussi représentatif et symbolique de cette corruption universelle :

A ton temps est tout vice celebrable..
v. 25

41Plus qu'une image de la hiérarchie ecclésiastique dans son action faussée par les querelles intestines et la perte de l'unité, elle est l'image d'un pouvoir mauvais :

Juge vendant la grace charitable..
.. tu faiz contre droiture
Guerre et tourment, toute chose nuisable..
vv. 7 et 15-16

42et du monde corrompu.

43Cette ballade est logiquement complétée par le Ballade de l'Antechrist (Ballade 1164) qui n'ajoute pas grand chose à la précédente. Elle illustre selon le dit de la saincte Euvangile le passage de Mathieu cité ci-dessus et les versets (24, 15-31) où Jésus évoque les calamités naturelles et humaines qui affligeront alors les vivants. L'ancrage temporel n'a pas changé depuis la Ballade 950 et Deschamps parle en prophète :

O Antecrist, venu sont ti message
Pour préparer ta hideuse venue..
vv. 1-2

44Les signes se lisent dans le ciel :

Le ciel donne et le souleil
Et la lune maint signe non pareil
Du conpcevoir et de ton naistre hostile..
vv. 6-8

45et dans la présence des faulx prophetes qui ja vont par la rue, et de la loy Dieu font laissier l'usaige (vv. 4 et 3). L'Impie Crist se dira et :

Faulx miracles verront la gent menue
Que tu decevras a l'ueil ;
Et attrairas tous les princes d'orgueil
Par les tresors qu'a trouver es habile,
L'or leur donrras, si qu'ilz feront ton vueil ..
vv. 15-19

46Enfin, Deschamps s'enhardit jusqu'à dater la fin du monde. Dans plusieurs poèmes écrits aux environs de 1380 (dans la Ballade 365, il inscrit la date de 1381, vv. 29-30), il l'annonce pour l'an 1400, c'est-à-dire quand sera accompli le septième millénaire depuis la création :

Ce nombre emply ou vii° miller..
v. 37

47en se fondant sur une chronologie universelle qui voit cinq âges se succéder de 1400 en 1400 ans. Cette chronologie et ce découpage sont propres à Deschamps bien que puisant leurs sources en les combinant, dans plusieurs traditions médiévales.

48Le Moyen Age a connu deux types d'Histoire universelle.

  • 12 - Mais les grands événements qui scandent le passage d'un âge à l'autre diffèrent chez Eusèbe et A (...)

49Le premier est d'ordre symbolique : il découpe des tranches de temps égales en établissant des parallèles soit entre le temps de l'Histoire et celui du jour (pour Origène, il y a quatre temps de trois "heures", et ses contemporains vivent la fin du quatrième : le Christ est né avec l'accomplissement de la 11ème heure), soit entre le temps de l'Histoire et celui de la vie humaine (pour Eusèbe de Césarée et pour saint Augustin12, il y a sept âges du monde et la venue du Messie a marqué le début du septième) soit, selon une tradition juive reprise et réinterprétée par le christianisme, entre le temps de l'Histoire et celui de la création : il y a cinq âges jusqu'à la venue du Messie qui marque le début du sixième, la fin du monde devant avoir lieu au matin du septième. D'autre part, dans une perspective millénariste, les premiers chrétiens s'étaient appuyés sur une croyance juive qui établissait une équivalence entre une heure et 500 ans. Dans le schéma des six âges, chaque âge, correspondant à deux heures, devait durer 1000 ans ; et le Christ étant né à la fin de la 11ème heure, la fin du monde devait survenir autour de l'an 500. Saint Augustin (qui vivait au ve siècle ..) affirma qu'il fallait renoncer à ces spéculations chiffrées et fut suivi par tous les Pères et les autorités ecclésiastiques.

50Le deuxième type d'Histoire est chronologique : d'Eusèbe à saint Jérôme, de Bède le Vénérable à Isidore de Séville, les "historiens" s'efforcèrent d'établir une chronologie des événements biblique. Selon qu'on suivait le texte hébreu ou celui des Septante, on aboutit à une chronologie longue (5228 ans de la création au Christ) ou courte (4000 ans). C'est la première qui fut la plus suivie au Moyen Age. Elle était articulée sur un découpage en "âges", dans une perspective non plus symbolique mais historique : les périodes ne sont plus égales mais font apparaître des événements jugés particulièrement importants : selon Isidore de Séville, on a un premier âge de 2242 ans (de la création d'Adam au déluge), un deuxième âge de 942 ans (jusqu'à la naissance d'Abraham), un troisième de 940 ans (jusqu'au règne de David), un quatrième de 555 ans (jusqu'à la captivité à Babylone), un cinquième de 549 ans (jusqu'à la Passion du Christ).

51De plus, la venue du Messie marque une étape à part du temps : le passage de la Vieille à la Nouvelle Loi délimite un avant et un après en structurant l'Histoire de façon binaire.

52Si on considère la Chanson royale 1464 de Deschamps, on constate que l'espace du poème s'inscrit dans cette répartition binaire : trois strophes pour le temps d'avant le Christ, trois strophes pour le temps d'après.

  • 13 - Il en est de même pour les Ballades 365 et 1072.
  • 14 - Incarnation ? Nativité ? Passion ? Résurrection ? Le Moyen Age s'est interrogé là-dessus mais De (...)

53Cela étant, ce texte propose une chronologie de l'Histoire universelle en cinq périodes égales de 1400 ans (v. 5, 11, 25, 26-27)13. Les événements-repères choisis par Deschamps sont ceux d'Isidore de Séville : la création d'Adam (v. 2), Noé et le déluge (v. 3), la circoncision d'Abraham (vv. 12-14), le règne de David et l'exil à Babylone (vv. 22-25), l'Incarnation du Christ et notre rédemption par son action (vv. 26-27). En revanche, il délaisse la chronologie historique d'Isidore pour revenir à une périodisation par tranches égales mais sans lui donner une valeur proprement symbolique ; sa portée est fondée, si je puis dire, sur une arithmétique prophétique. Le repère initial de Deschamps est la venue du Christ14 dont on ne peut faire l'économie et qu'on ne peut plus déplacer dans un temps qui, lui, est précisément situé dans le calendrier des siècles. Ecrivant 20 ans environ avant l'an 1400, celui-ci est la plus proche date en chiffres ronds qui puisse servir de point d'ancrage : l'Apocalypse sera donc pour 1400, ce qui est assez dire, en soi, les préoccupations immédiates qui sont celles du poète, - il s'adresse ainsi à une "génération qui ne passera pas que ces choses n'adviennent". L'Apocalypse en l'an 1500 ne l'intéresse pas ! Par conséquent :

Princes, ly mondes s'envieillit,
De jour en jour anientit,
Septem milliaire s'avance ..
Ball. 1464, vv. 51-53

54ou :

Le monde est viel qui a sa fin s'avance ..
Ball. 365, v. 45

  • 15 - Les Revelaciones du pseudo-Méthode, écrites sous le coup de l'émotion provoquée dans la chrétien (...)

55Mais 1400 ans n'est pas une unité de compte qui fasse autorité. Pour l'élever en considération, Deschamps va en faire une unité de compte historique des événements bibliques. Reprenant les événements-repères généralement admis par ses contemporains et par l'Eglise, il les situe de 1400 en 1400 ans : il devra s'en tenir à 4 âges, et devra donc regrouper en unités moins nombreuses et plus longues les séquences d'Isidore, pour arriver à un total de 5600 ans pour l'Ancien Testament.. évidemment, c'est 350 ans de plus que la chronologie officielle la plus longue, mais beaucoup de variantes existaient en fait, nourrissant l'idée qu'on n'avait pu parvenir à une chronologie incontestable. En ajoutant les 1400 ans de l'ère chrétienne, on aboutit à 7000 ans, comme ne manque pas de le souligner Deschamps, nombre riche de multiples suggestions dans la tradition scripturaire, - par exemple, la création s'est faite en six jours, mais si on ajoute le jour où Dieu s'est reposé, on arrive à sept15. L'intérêt de cette périodisation fixe est qu'elle "fonde", par la répétition, une Histoire où, tous les 1400 ans, un événement vient bouleverser le cours du monde. Or, après la venue du Messie, que reste-t-il à attendre si ce n'est la fin des temps ? C'est décidé, elle sera pour l'an 1400.

56Est-ce si sûr ? Deschamps utilise une rhétorique prophétique mais ne peut guère se considérer comme un inspiré ; il ne paraît guère familier non plus avec la pensée millénariste la plus proche de lui dans le temps, celle qui a prolongé les écrits de Joachim de Fiore ; et il n'est pas un illuminé. Alors, que signifie cette affirmation récurrente du fenissement du monde assise sur une considération du siecle tel qu'il dit le voir autour de lui et sur un comput biblique dans lequel il est pour beaucoup, - ce qui montre assez une intention bien affirmée.

57On constate d'abord que les "calculs" de Deschamps et sa périodisation de l'Histoire universelle sont sujets à variation. Dans la Ballade 936 (refrain : Ly mondes en sera perduz), le poète et ses contemporains vivent le septième âge du monde (résurgence de la classification d'Eusèbe de Césarée ?). En fait, le poème ne dit rien des âges 2 et 6, se contente d'un vers pour le premier âge (L'âge premier fut ignorant, v. 1) et est une diatribe moralisante sur le septième âge (tout le poème moins le premier vers). La fin du monde y est rejetée dans un futur sans doute proche mais non daté :

Mais se longues dure tel dance,
Ly mondes en sera perduz.
vv. 19-20

58On sait aussi que l'Apocalypse est ambivalente : elle a un versant sombre, celui des calamités qui président aux derniers temps, et un versant lumineux, celui que le mot même désigne : dans le texte de saint Jean, les Justes prient pour hâter l'avènement de la Parousie (Ap. 8, 3) ; elle peut donc apparaître comme une fin mise au malheur des hommes. Or, un seul poème de Deschamps illustre cet aspect et encore très brièvement :

Helas ! est il homme qui me sceust
Dire le temps que cilz monde faura ?
- Pour quel raison ? - Pour ce que trop pleust
A moult de gens. - Seufre, li temps venra.
vv. 1-4

59Tous les autres s'attachent aux seules douleurs des temps. Sans doute cela n'est-il pas particulier à Deschamps. Toute la tradition chrétienne des sermonaires insiste sur l'aspect proprement catastrophique du moment : le Jugement dernier n'a-t-il pas lieu de donner à craindre à tout homme ?

60Mais, si l'on reprend tous les poèmes cités, on constate qu'il n'en est aucun qui présente purement et simplement la fin du monde comme sûre, - qu'il s'agisse des 19 ans avant le millénaire ou de ce que nous avons appelé un futur proche.

  • 16 - Cf. ci-dessus la remarque sur la prière des Justes.

61Le cas-limite est atteint dans les deux Ballades sur la Bête et l'Antichrist dans la mesure où elles se réfèrent à des passages de l'Apocalypse qui décrivent un processus irréversible, qui peut, sans doute, être hâté16 mais en aucun cas renversé ou interrompu. Or, que nous dit Deschamps dans ces deux textes. ? Le premier décrit bien l'action universellement corruptrice du "faux prophète", mais a pour refrain une prière qui s'en remet à la puissance et à la miséricorde divines pour échapper à son emprise :

Dieu nous vueille tous getter de ta main !

  • 17 - Deschamps limite encore à trois ans et demi le pouvoir de l'Antichrist, ce qui en atténue singul (...)

62Le second oppose quatre strophes décrivant au futur de l'indicatif l'établissement du pouvoir de la Bête qui réussit à se faire reconnaître pour Dieu (str. 3) et à faire s'entretuer les hommes à la conquête de l'or (str. 2 et 4)17 et deux strophes qui décrivent son anéantissement par la foudre divine (str. 5), son enfermement en enfer (str. 6) et se termine sur le repentir des hommes et leur réconciliation avec Dieu :

Comme gens hors de sommeil
Crieront merci a Dieu ; je le conseil.
Adonc sera Judée de Dieu fille,
Qui devendra sauve par son resveil,
Selon le dit de la Saincte Euvangile.
Ball. 1164, vv. 56-60

  • 18 - Au bout des 1000 ans, Satan sera à nouveau lâché sur le monde, attirera à lui beaucoup de peuple (...)

63Heureuse issue en somme ! Bien qu'invoquant l'autorité de la Saincte Euvangile, ce récit s'écarte fort du texte de Matthieu, où la venue de "l'abomination de la désolation" est suivie de phénomènes cosmiques qui achèvent de bouleverser le monde avant que toutes les nations soient rassemblées devant le trône du Fils de l'Homme pour être jugées. La séquence de l'Apocalypse est plus complexe : la Bête et le "faux prophète", ainsi que leurs nombreux fidèles sont en effet vaincus par les armées célestes et précipités en enfer où Satan lui-même est enchaîné pour mille ans pendant lesquels la paix de Dieu va régner sur le monde. Mais ce monde est peuplé uniquement de tous les martyrs qui, ayant refusé jusqu'au bout se suivre la Bête, sont restés fidèles au vrai Dieu et connaissent alors une première résurrection18. On voit comment, chez Deschamps, Dieu exige beaucoup moins des hommes, puisqu'il accepte leur repentir après l'élimination de la Bête. D'autre part, rien n'indique, chez lui, que la disparition de l'Antichrist n'est que l'avant dernière étape de l'Histoire de l'humanité qui semble, à la fin du poème, tout simplement se poursuivre sur nouveaux frais.

  • 19 - Si je comprends bien la construction de l'envoi où, malheureusement, un vers manque :
    Chascuns en (...)

64Examinons à leur tour les poèmes sur les âges du monde (365 et 1464). Tous les deux contiennent la formule ly mondes s'envieillit (var. le monde est viel qui a sa fin s'avance) et l'un d'eux (1464) parle de sa finicion, que les péchés des hommes font s'approcher19. Mais si l'an 1400 doit marquer un bouleversement du monde selon les calculs que nous avons vus, celui-ci sera-t-il nécessairement cet anéantissement douloureux ? Les événements-repères du passé ont-ils toujours été des malheurs ? La création, certainement pas, - il est vrai qu'elle s'est prolongée par le péché d'Adam et ses fâcheuses conséquences pour l'homme, et c'est cela que Deschamps évoque dans la Ballade 365 (Depuis qu'Adam fist l'inobedience/dont Dieu le vout de paradis getter, vv. 9-10) ; Noé, c'est le déluge, mais, dans la chanson 1464, l'accent est plutôt mis sur le sauvetage du patriarche et des siens (jusqu'au déluge ou Noe mit/en l'arche sa femme et enfans, vv. 3-4) alors que la Ballade 365 souligne les deux faces de l'histoire :

Mais pour leur mal les (= les hommes) fist Dieux definer,
Sauvé Noel, son arche et son parage.
vv. 13-14

  • 20 - Et cela d'autant plus qu'aucune des deux ballades ne mentionne sa fin.

65Si l'exil à Babylone peut en effet être appréhendé comme un très grand malheur pour le peuple d'Israël20, la venue au monde d'Abraham et celle du Christ ne sont associées qu'à des événements positifs pour ce qui touche à la relation des hommes avec Dieu. Il arrive cependant à Deschamps d'employer un vocabulaire négatif pour désigner tous ces événements :

Par cinq fois est venu la consequence
De ce monde en tel point ruyner..
Ball. 365, vv. 33-34

  • 21 - Texte cité en n. 19.

66Mais en règle générale il parle de changement plus que de dégradation ou de mort (Ballade 365 : renouveler, remuer, muer [6 fois] ; Chanson 1464 : renovacion, mutacion, renovans). Allons plus loin, plusieurs de ces mots désignent un processus de recommencement et non de fin. Ce que semble alors vouloir dire Deschamps est que, une fois posé le caractère inéluctable de la mutacion de l'an 1400, il dépend de nous - et de Dieu -de déterminer non seulement le rôle que nous y jouerons (Serons-nous de ceux que le déluge fait périr ou du parage de Noé ?) mais aussi le caractère de ce changement. L'envoi de la chanson 146421 dit que nos péchés hâtent la fin du monde, celui de la Ballade 365 qu'il est encore temps, Dieu aidant, de nous repentir, - et de faire de cette mutacion un renouvellement heureux, mais que peu de gens s'appliquent à faire le bien qui permettrait cette rénovation du monde :

Princes, Dieux a tout en sa prescience
Et puet muer par nostre obedience
L'estat du temps et nostre fol courage ;
Mais petit voy qui a bien faire pense.
vv. 41-44

  • 22 - Pour d'autres références, voir Ballade 107 :
    Princes, je tiens selon m'opinion
    Que se pitié vers D (...)

67Menace et avertissement, tel est alors le sens de la démarche de Deschamps. L'évocation de la fin du monde est au service d'un appel à la pénitence22.

68De même la dénaturation du temps et de l'espace, si elle est une punition pour nos péchés et l'avertissement esquissé de ce qui nous attend si nous persévérons dans le mal, est aussi une manière de nous appeler à la conversion de vie. La Ballade 1088 que nous avons étudiée précédemment dans cette perspective conclut, dans l'envoi, sur cet appel :

A bien faire desormais entendons,
De nostre cuer amons Dieu et servons.
vv. 34-35

69et de même la Ballade 1493 :

Princes, se bien considerons
Nos pechiez, les pugnicions
Que Dieux envoie a creature,
Devers lui nous amenderons,
Ou autrement tuit perirons.
vv. 31-35

70Prenons enfin l'exemple de la Ballade 339. Elle fait dialoguer cinq personnages qui, tous, se plaignent de la diminucion de la vie (Trop voy la nature amenuisier, dit l'un) : la femme se plaint que les enfants nouveaux-nés ne sont plus que des avortons, le berger déclare que ses brebis sont malades de la rogne et n'ont plus que la peau sur les os, le laboureur que, malgré ses soins, ses champs sont envahis par les mauvaises herbes (chardon, pavot, ortie), le vigneron que les cépages perdent leurs qualités (le bon plant ne fait que changier), le bûcheron que, une fois les arbres abattus, il ne pousse plus que des taillis dont même les chèvres ne peuvent venir à bout. Après quoi, l'envoi est susceptible de deux lectures : constat désabusé ou bien ouverture d'une perspective d'action et de changement en mieux :

Prince, li saige ont grant mestier
A ces cinq pour eulx enseignier
Le bon plant et les bons estos ;
Au paistre, vigneron, chartier,
Boquillon et femme premier ..
vv. 51-55

71Le refrain (Il ne regne au jour d'ui que folz) s'opposerait alors non à un passé où les gens étaient généralement sages mais à un avenir où ils pourraient le redevenir.

72Quant aux autres textes, les plus nombreux, ceux que nous avons cités ou indiqués en note, et qui associent la fin du monde aux péchés du temps, il ne s'en trouve pas un qui exclue la possibilité d'un retour à Dieu. Le début du poème 1041 (Prophecie des dolours qui sont advenir) est particulièrement révélateur .. et marque l'écart entre le contenu du texte et le titre qui lui a été donné :

L'an de dolours et de reprouche
Et des fins merveilleux approuche ;
Incongrus, soudains, espantables,
A tous grans pecheurs redoubtables,
Par sang, par feu, par mort soudaine
Sera la terre vuide et vaine ;
Mutacion, par accident,
De seignourie en Occident,
En Midi et en autre lieu,
Par deffault e non aimer Dieu
Et tenir la loy qu'il commande,
Pour ce lo que chascun s'amende,
Com Nynive crians mercy,
Pour eschiver ce tourment cy.
vv. 1-14

73Le repentir n'est donc pas conçu comme le moyen d'une réconciliation avec Dieu in articulo mortis, bien que les premiers vers semblent aller dans ce sens (si la mort doit frapper toute la terre, elle ne sera redoutable que pour les grands pécheurs), mais comme celui de suspendre le processus mortel menaçant, la cité (ici), le royaume (Ballade 1463), le monde (ici encore).

74La possibilité de conversion est plus ou moins soulignée d'un poème à l'autre. Parfois, elle est tout au plus implicite, et l'exaspération, le découragement du poète sont tels qu'il paraît ne plus même la souhaiter :

Car vertu n'est qui en vice ne troche ;
Dont je conclus et ay ferme esperance
Que pour nos maulx la fin du monde approche.
Ball. 949, vv. 28-30

75qu'il l'indique comme la voie précisément dans laquelle ses contemporains se refusent à s'engager :

Prince, je voy perseveracion
De mal en mal et sanz correpcion,
De jour en jour, des petiz aux plus grans,
Sanz repentir ne bonne intencion,
Dont je conclus cette conclusion :
Pour ce du mont vient li fenissement.
Ball. 400, vv. 51-56

76ou qu'il en arrive à s'interroger :

Prince, est la terre au jour d'ui condempnée ?
Saige n'y voy ne creature née
Qui n'y seufre paine, doleur, ahan ;
Seingourie est en mains lieux divisée,
Et quant j'ay bien toute chose advisée,
Certes tousjours vient pis ouan qu'antan.

Ball. 1195, vv. 31-36

77Parfois aussi, il supplie plus Dieu que les hommes :

Prince, je voy tout remouvoir
Et les signes du ciel douloir
Pour nostre dolereus chemin.
Riens ne vault ce que deust valoir :
Dieux nous vueille a bien esmouvoir,
Que le monde approuche sa fin.
Ball. 982, vv. 31-36

  • 23 - Il arrive aussi, souvent, que les peintures de la malice et de la tristesse du temps se suffisen (...)

78Parfois, le "marché" nous est en quelque sorte mis en main23 :

Princes, se bien considerons
Nos pechiez, les pugnicions
Que Dieux envoie a creature,
Devers lui nous amenderons,
Ou autrement tuit perirons ..
Ball. 1493, vv. 31-35

  • 24 - Charlemagne, mais Deschamps ne pense-t-il pas aussi à Charles V dont il fut le fidèle et reconna (...)

79Plus qu'un prophète-poète de l'Apocalypse, Deschamps se montre comme un moraliste-poète qui utilise la fin des temps comme une menace : à voir le mal régner sur terre, on se dit - il l'écrit - que "Dieu dort" (Ballade 972). Mais l'excès de nos vices finira bien par le réveiller, et quelle pugnicion - cum vix justus sit securus - risque d'être celle qui s'abattra alors sur nous ! Hâtons-nous donc de nous convertir pendant qu'il en est encore temps ! De façon significative, la menace de la damnation qu'encourt le pécheur relaie celle de la fin des temps : dans la Ballade 961 où Deschamps raconte à grands traits l'Histoire universelle (Ancien Testament, antiquité gréco-latine, histoire de la France), il montre comment la colère de Dieu a toujours frappé l'orgueil des individus et des empires : Lucifer qui fut, à cause de sa grant presumpcion, trebuché en enfer, les contemporains de Noé sur qui s'abattit deluge de persecucion, les constructeurs de la tour de Babel frappés de la confusion des langues (lors commença guerre), les Romains qui, après avoir été les maîtres du monde, "par orgueil ont tout perdu", Saül qui voult Dieu tempter et, pour cela, fut dépossédé de son trône par David ; depuis la venue du Christ, le royaume de France, de Clovis à Charles li grans24 a été en de bonnes mains, cependant que l'Eglise de ces premiers siècles était pleine de ferveur et de foi. Mais cela a bien changé : deux strophes stigmatisent l'état actuel de l'Eglise et la deuxième brandit l'habituelle foudre apocalyptique :

Metheode a sur ce dit son refrain :
Antecrist vient pour leurs gueules repaistre !
vv. 77-78

80La strophe suivante élargit abruptement le propos :

Approcher voy toute destruction
Selon la loy et texte euvangelique,
Regnes faillir, amour, dilection,
Humilité, science et rethorique,
Congnoissance, la vie politique.
vv. 81-85

81et l'envoi adresse à tous, puissants et humbles, clercs et laïcs, sa mise en garde :

Prince et prelas, aiez contricion,
Le peuple aussi ; en emendacion
Vueillez voz cuers et voz ames repaistre
De l'amour Dieu, de sa dilection,
Ou vous serez mis a dampnacion.
Ball. 961, vv. 91-94

82Au reste, il y a sans doute lieu de relativiser aussi l'emploi d'expressions comme "avertissement", "menace", "mise en garde", etc.. Ce qui occupe le plus de place, dans tous ces poèmes, c'est la perspective satirique et critique, c'est le portrait en noir que Deschamps fait de ses contemporains. C'est aux hommes qu'il en veut : n'a-t-il pas écrit une ballade (1066) sur le thème "ce n'est pas le temps qui empire (il reste toujours le même), ce sont les hommes" ? beaucoup de ses poèmes, non mentionnés au cours de cette étude parce qu'ils ne touchent pas à la fin des temps, se contentent de déchirer à beaux vers et belles rimes l'Eglise, les gens de cour, les chevaliers, en donnant une image négative de ce temps où il n'y a plus d'ami ni d'amie que l'argent (Poème 24 attribué à Deschamps). Il n'y a donc pas lieu, sous couvert d'une prédication au repentir et à la pénitence, thèmes, on le sait, typiques des prêches millénaristes, de le réinscrire dans ce courant de pensée.

83C'est à partir de 1380 environ que Deschamps, jusque là souvent fort gai poète, trempe sa plume dans une encre noire et fielleuse. Il donne, nous l'avons vu, la date de 1381 dans un de ses poèmes : c'est celle de la mort de Charles V qui avait été son protecteur. Les choses seront moins faciles pour lui sous le fol et jeune successeur qu'elles l'avaient été sous son sage et plus mûr père .. et il dénonce, entre autres, le mépris où l'on se met à tenir les vieillards ainsi que le crédit déraisonnablement accordé à la jeunesse ; lui-même d'ailleurs se voit dans la personne de ce vieillard "débouté de chacun", perdant ses cheveux et la puissance de ce membre avec lequel il réjouissait autrefois les dames et qui - las ! - ne lui sert plus maintenant qu'à picier.

84Certes, l'époque est sombre, et le Journal d'un bourgeois de Paris, par exemple, est prolixe sur les malheurs du temps. Il est sûr aussi qu'après le règne de Charles V (associé au "héros" de notre poète, Du Guesclin), le conflit avec l'Angleterre ne débouche ni sur la paix (les Anglais n'acceptent qu'une trêve jusqu'en 1385) ni sur la victoire (un projet de débarquement en Angleterre avorte). Mais l'époque est-elle plus vicieuse qu'une autre ? Sans doute pas. Deschamps se revanche par les mots, surtout du satiriste mais aussi, parfois, de l'imprécateur. Si les premiers lui font plus d'usage que les seconds, c'est qu'il sait bien qu'il ne sera pas prophète en son pays. Il aura survécu six ans, sans surprise, gageons le, à l'achèvement du septième millénaire.

Notes

1 - D. Poirion, Littérature française du Moyen Age t. 2, Paris, 1971, p. 92.

2 - D. Poirion, op. cit., p. 90.

3 - Par exemple dans les Ballades 1067 et 1105. Références et citations renvoient à l'édition de Queux de Saint-Hilaire (vol. 1-7) et G. Reynaud (vol. 7-11), Paris, 1878-1904.

4 - Dans sa récente Littérature française au Moyen Age (Paris, 1992) M. Zink se plaît à énumérer les 1001 riens qu'il peut prendre comme sujets de ses poèmes (p. 285).

5 - Pour une liste indicative : poèmes développant de façon générale l'idée de la malice du temps présent : Ballades 31, 219, 329, 375, 562, 933, 941, 982, 988, 1005, 1007, 1019, 1158, 1240, 1493, lai de Vérité, virelais 562, 612, 619, 1196 ; poèmes développant des points de vue plus particuliers : Ballades 159 et 1463 (sur le royaume de France), Ballade 1145, virelai 1196 (sur le clergé) ; Ballade 918 (sur la perte des bons usages), Ballades 401 et 1153 (sur la perte de la connaissance), Ballade 1167 (sur la perte de la foi), Ballade 1195 (sur les excès de la mode), Ballade 24 attribuée à Deschamps (sur la convoitise).

6 - Le même thème est traité dans les Ballades 96, 239, 343, 380, 403 et dans le virelai 491.

7 - Voir aussi Ballade 1041.

8 - La suite de la ballade ne mentionne en fait de signes que la décadence des mœurs. Il en est de même dans la Ballade 400 où la descripcion/de Jhesucrist, Salemon, Jheremie est invoquée comme autorité, non sans abus : que vient faire ici Salomon ? L'évocation par Deschamps de l'infidélité des chrétiens à leur loy conclut à la proche fin du monde (1ère strophe, vv. 5 sq.).

9 - Autres références à Joachim : Ball. 950, Ch. r. 371, R. pl. 1446 ; à Méthode : Ball. 979 ; Ch. r. 371, 961, R. pl. 1446.

10 - Voir n. 8.

11 - Au demeurant, il arrive aussi au Bourgeois de penser à une proche fin du monde : il rapporte même que, selon certains, l'Antichrist ont identifié comme tel un clerc et prédicateur au savoir censément universel (Journal .. Paris, 1991, pp. 439-441).

12 - Mais les grands événements qui scandent le passage d'un âge à l'autre diffèrent chez Eusèbe et Augustin.

13 - Il en est de même pour les Ballades 365 et 1072.

14 - Incarnation ? Nativité ? Passion ? Résurrection ? Le Moyen Age s'est interrogé là-dessus mais Deschamps n'entre pas dans ces discussions.

15 - Les Revelaciones du pseudo-Méthode, écrites sous le coup de l'émotion provoquée dans la chrétienté par la prise de Jérusalem en 638 par les musulmans annonçaient en conformité d'ailleurs avec la chronologie longue de l'Histoire depuis la création, l'entrée du monde dans le septième millénaire qui devait voir sa fin. Au 14° siècle, cet événement-source est oublié... et il faut quelque peu "réajuster" la chronologie pour pouvoir utiliser les Revelaciones, ce que fait Deschamps.

16 - Cf. ci-dessus la remarque sur la prière des Justes.

17 - Deschamps limite encore à trois ans et demi le pouvoir de l'Antichrist, ce qui en atténue singulièrement l'efficace.

18 - Au bout des 1000 ans, Satan sera à nouveau lâché sur le monde, attirera à lui beaucoup de peuples avant de rejoindre définitivement en enfer la Bête et le faux prophète après un second combat eschatologique. Puis il y a la résurrection de tous les morts et le Jugement dernier.

19 - Si je comprends bien la construction de l'envoi où, malheureusement, un vers manque :
Chascuns en couvoitise vit,
La foy fault, l'eglise perit,
……………
Approuchans la finicion
Du monde en ceste demoustrance,
Qui est en ma conclusion.. vv. 54-59

20 - Et cela d'autant plus qu'aucune des deux ballades ne mentionne sa fin.

21 - Texte cité en n. 19.

22 - Pour d'autres références, voir Ballade 107 :
Princes, je tiens selon m'opinion
Que se pitié vers Dieu noz cuers n'encline,
Que du monde feront finicion
Mortalité, tempest, guerre et famine.
vv. 25-28.
Il est à noter que c'est à la fin seulement que Deschamps introduit le thème du repentir et du pardon : pédagogie de la crainte, mais du salut quand même.

23 - Il arrive aussi, souvent, que les peintures de la malice et de la tristesse du temps se suffisent à elles-mêmes et ne débouchent pas sur une Apocalypse envisagée : la Ballade 375 en est un bon exemple ; voir aussi la liste de textes en n. 5.

24 - Charlemagne, mais Deschamps ne pense-t-il pas aussi à Charles V dont il fut le fidèle et reconnaissant serviteur ?

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540