Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

La fin des temps dans le Livre des Oraisons de Gaston Fébus et les Révélations de Constance de Rabastens

Hélène Charpentier

Texte intégral

  • 1 Pierre Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Editions Deucalion, J & D Editi (...)
  • 2 André Vauchez, Les laïcs au Moyen Age, Les Editions du Cerf, Paris, 1987.
  • 3 Amédée Pagès et Noël Valois, “Les révélations de Constance de Rabastens et le schisme d’occident ( (...)
  • 4 Jean-Pierre Hiver-Bérenguier, Constance de Rabastens, mystique de Dieu ou de Gaston Fébus ?, Editi (...)

1Si le nom de Gaston Fébus est resté célèbre dans l’histoire de France, et plus particulièrement dans l’histoire de la France méridionale, on ne peut en dire autant de Constance de Rabastens, sa contemporaine, qui est mentionnée surtout dans les publications traitant de Gaston Fébus, comme celles de Pierre Tucoo-Chala1, ou dans l’ouvrage d’André Vauchez, les laïcs au Moyen Age2. Mais Constance doit d’être sortie de l’ombre, d’abord à Noël Valois, à la fin du xixe siècle3, puis à l’un de ses compatriotes de Rabastens, le docteur Jean-Pierre Hiver-Bérenguier, qui lui a consacré une monographie en 19844). Contrairement à ce que son nom pourrait faire penser, il ne s’agit pas d’une dame noble, mais d’une simple bourgeoise de la petite ville de Rabastens-en -Albigeois, située entre Toulouse et Albi, et dont le seul prénom est conservé par les archives. Elle a vécu dans la seconde moitié du xive siècle, puisqu’elle avait un peu plus de quarante ans dans les trois années où elle fit parler d’elle (1384-86), mais nous ne pouvons savoir en quelle année elle naquit, ni, surtout, quand et comment elle mourut. Face à l’éclatante personnalité du Comte de Foix- Béarn, cette obscure bourgeoise avait peu de chances de laisser une trace dans les mémoires si elle n’avait été gratifiée de visions qui firent d’elle l’une des premières prophétesses françaises, avant Jeanne-Marie de Maillé, Marie Robine (dite Marie la Gasconne), et bien sûr Jeanne d’Arc.

  • 5 A.Vauchez, op.cit, p. 240.
  • 6 Robert Cabié, “Une mystique ? Réflexions sur Constance de Rabastens”, dans les Cahiers de Fanjeaux (...)

2Constance de Rabastens prend ainsi place dans un courant européen qui se développe dans la seconde moitié du xive siècle. Certes, il y avait déjà eu, au xiie, Hildegarde de Bingen, mais, comme l’écrit A. Vauchez, “il faut attendre le milieu du xive siècle pour voir s’épanouir un courant prophétique et visionnaire dont l’initiatrice fut sainte Brigitte de Suède (morte en 1373), qui commença à partir de 1343 à recevoir et à délivrer des visions concernant l’urgence du retour de la papauté à Rome, la réforme de l’Eglise dans sa hiérarchie et ses ordres religieux, et la conversion des fidèles accusés d’avoir sombré dans le péché5”. Sa contemporaine, Catherine de Sienne (morte en 1380), est célèbre à la fois pour ses visions mystiques et son action, tant politique que religieuse, qui eut pour effet le retour à Rome du pape d’Avignon, Grégoire XI, en 1377. Mais, l’année suivante, l’élection d’Urbain VI provoqua le Grand Schisme : les cardinaux français, “alléguant les pressions dont ils avaient été l’objet6 ”, tinrent un second conclave qui élut Robert de Genève : devenu papa sous le nom de Clément VII, il s’établit à Avignon et fut reconnu par le roi de France Charles V. La chrétienté se trouvait donc divisée entre deux obédiences, celle des “Clémentins” et celle des “Urbanistes”. A ces divisions religieuses se superposaient des divisions politiques : tandis que la France soutenait le Pape d’Avignon, l’Angleterre soutenait celui de Rome.

  • 7 cf P.Tucoo-Chala, op.cit, pp. 238-44.

3Après quelque quarante années d’hostilités, les Anglais conservaient de nombreuses places en France, en particulier dans le Sud-Ouest, et des compagnies de “routiers” dévastaient le pays. L’une d’entre elles, à laquelle s’étaient joints des soldats licenciés par le duc de Berry, gouverneur du Languedoc, ravageait l’Albigeois. Les habitants firent appel au seul grand seigneur capable de les défendre : le comte de Foix-Béarn, Gaston III, dit Fébus, qui possédait d’importants domaines dans la région, dont la Vicomté de Lautrec. Le 21 juillet 1381, dans la plaine de Couffouleux, sous les remparts de Rabastens, Fébus, avec l’aide de son fils bâtard Yvain de Béarn, remporta une grande victoire sur cette bande de routiers, avant de se réconcilier, le 8 août, avec Jean de Berry7. On peut aisément conjecturer que, sur les remparts de Rabastens, au milieu de la foule des curieux, se tenait une dame, nommée Constance, qui n’était pas encore veuve : elle avait assisté à la bataille puis au carrousel suivant la victoire. Ces événements politiques et militaires récents, s’ajoutant aux problèmes religieux soulevés par le Schisme, auront une influence déterminante sur les Révélations de Constance. Après avoir analysé, dans la crise que traversa l’Eglise entre 1350 et 1450, les “conditions favorables à une « prise de parole » de la part de personnes — presque toutes des femmes— qui jusque-là n’avaient eu ni l’occasion ni la possibilité de s’exprimer dans une Eglise où le poids des structures cléricales était devenu écrasant”, A.Vauchez dégage le “schéma stéréotypé” auquel on peut ramener la plupart des “manifestations d’inspiration prophétique” qui fleurirent alors :

  • 8 A.Vauchez, op.cit, p 278.

Une simple fidèle, en général très pieuse, se sent un jour appelée par Dieu au ministère de la Parole et est gratifiée de visions et de révélations. Elle cherche ensuite à les communiquer sous la forme de messages adressés au pape et aux souverains puisque leur objet est le bien de l’Eglise et le salut du peuple chrétien (...) Non contente de leur écrire des lettres, la femme inspirée cherche à les rencontrer pour les persuader de l’authenticité de sa mission et leur donner des signes indubitables de son élection divine8.

4Constance fut la “première en date de ces prophétesses” et son cas est exemplaire : quelles furent donc ses “révélations” et comment furent-elles connues ? Surtout, en quoi concernent-elles le sujet du colloque : “la fin des temps et les temps de la fin” ? Telles sont les questions auxquelles nous allons tenter de répondre, non sans laisser des zones d’ombre, avant de comparer rapidement, sur le plan religieux, les “révélations” de Constance et les “oraisons” de Gaston Fébus, son contemporain et l’incarnation de son idéal humain.

  • 9 cf JP HB, p. 83, et Révélations, ch. 4, p. 177.
  • 10 JP HB, p 71.
  • 11 ibid., pp. 82-83
  • 12 ibid., p. 180(ch.16) pour le texte, et pp. 88-89 (commentaires ; le Christ est crucifié à même le (...)

5Ces “révélations” lui furent données au cours de visions, une soixantaine, échelonnées sur une période de trois années au moins (1384-86). De forme et de durée très variables, ces visions furent d’abord nocturnes : pendant le sommeil, puis au cours de brefs assoupissements et, de plus en plus, pendant la journée et hors de la maison de Constance. Ces visions se firent aussi plus complexes : accompagnées de paroles entendues et de paroles prononcées par la voyante, mais aussi de manifestations physiques, comme une vive douleur éprouvée au bras droit9. Elles se produisent de plus en plus fréquemment à l’église de Rabastens, Notre-Dame du Bourg, que Constance fréquente quotidiennement, dans des chapelles du chœur, celles de Saint-Jacques (où se déroulent 6 extases) et de Saint-Jean (5 extases), mais aussi également dans la nef, pendant la grand-messe. La religion occupe en effet une place centrale dans la vie de Constance, comme dans celle de la petite ville de Rabastens, située au bord du Tarn, au point de convergence de deux “routes sacrées” du pèlerinage à Compostelle10. Depuis son veuvage. Constance vit retirée du monde, non sans avoir eu un temps à lutter contre les tentations de la chair11, et elle récite tous les offices de prière chez elle, au couvent des Frères Mineurs (elle fit peut-être même partie du Tiers ordre franciscain) ou dans l’église paroissiale. Il n’est donc pas étonnant que ses visions soient influencées par les prêches entendus dans ces différents lieux, mais malheureusement, nous ne pouvons rien savoir à leur sujet. Par contre, une autre “source d’inspiration” peut être plus facilement repérée : certaines visions contiennent des références précises à des peintures, réalisées en 1320, de la nef et surtout des chapelles du chœur de Notre-Dame du Bourg, décoration que l’on peut encore admirer de nos jours. C’est ainsi que dans une vision nocturne en forme de parabole, elle vit “un arbre si vert que jamais autant de verdure elle n’avait vu ni entendu décrire. Et il était plein de fruits, gros et ronds comme des pommes blanches et éclatantes12” ; or cet arbre ressemble fort à la représentation de l’Arbre de Vie qui, sur quatre mètres de haut, orne la paroi Est de la chapelle Saint-Martin, dans le chœur de l’église. De même pour sa vision du Christ en Majesté, au centre d’une rose parsemée d’étoiles, où ressortent un grand soleil doré et un croissant de lune bleu, comme au tympan de l’arc triomphal de l’église.

6C’est ainsi qu’un dimanche, le 29 juin 1386, au beau milieu de la grand-messe, les Rabastinois, qui étaient déjà bien au courant de cette histoire d’apparitions et de prophéties, purent voir Constance se redresser brusquement de sa génuflexion, “sa tête rejetée violemment en arrière”, les yeux “hagards (qui) semblent fascinés par les peintures de la voûte, par ce grand Christ en Majesté, qui paraît lui aussi la regarder intensément”, le “visage livide”, les “lèvres complètement décolorées qui remuent à peine, laissant passer une espèce de râle imperceptible” ; puis brusquement, elle se met à dialoguer avec un interlocuteur mystérieux :“ Oui, je serai ta flèche pour transpercer le cœur des trompeurs...je suis ta flèche, Seigneur !” (Ch.55 p 196)

7On peut facilement imaginer que ce genre d’extase prophétique, se déroulant dans un lieu public, ne passait pas inaperçu, et pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour la visionnaire. Et de fait, Constance avait déjà eu, en 1384, maille à partir avec la hiérarchie ecclésiastique : elle était allée, d’elle-même, à Toulouse, demander conseil à son fils Amangau, alors novice au prieuré de Notre-Dame de la Daurade. Mais l’abbé, inquiet de ces visions, s’en était ouvert à l’archevêque, qui avait déféré Constance devant l’Inquisiteur, Hugues de Verdun. Après une période d’incarcération et un procès, Constance fut relaxée contre toute attente et put rentrer à Rabastens, où elle eut encore des visions, jusqu’en 1386, avant qu’on ne perde définitivement sa trace.

  • 13 JP HB, pp. 75-76 ; R.Cabié, p. 38 (R. de Sabanac aurait été “juge des appels” à Toulouse)
  • 14 cf JP HB pp. 72-73, et supra note 3.

8Ses visions nous sont connues par le témoignage de son confesseur, Raimon de Sabanac, sans doute originaire du comté de Foix, qui fut peut-être professeur de droit à Toulouse ou juge13, ou même chapelain de Gaston Fébus. Persuadé du caractère sacré des révélations de Constance, il éprouva néanmoins beaucoup de scrupules avant de les noter, comme il l’écrit lui-même, par souci théologique certes -- il fallait bien s’assurer que l’Ennemi n’inspirait pas Constance -- mais aussi par inquiétude devant le caractère subversif de certaines de ces révélations. Il les consigna finalement dans un manuscrit, qui devait être en latin ou en occitan, mais n’a pas été conservé : le texte qui nous est parvenu est une traduction en langue catalane du xive siècle, dont l’auteur anonyme a sans doute aussi, comme le pense R.Cabié, regroupé le texte des Révélations et les six lettres écrites par Constance à l’Inquisiteur en 1384, et rédigé l’introduction, qui est d’un style différent. C’est cette version catalane, écrite sans doute en Roussillon, qui se trouve dans le manuscrit de la Bibliothèque Nationale, et qui a été éditée par Noël Valois et traduite récemment par J.P Hiver-Bérenguier à la fin de son livre14.

  • 15 cf A.Vauchez, pp 266-75.
  • 16 R.Cabié, p. 46 ; sur la tapisserie d’Angers, voir par exemple Claire Giraud-Labalte, La Tapisserie (...)

9Constance avait donc, comme Hildegarde de Bingen, Brigitte de Suède, Angèle de Foligno ou Catherine de Sienne, un secrétaire-confesseur chargé de transcrire ses visions mystiques et ses prophéties15. Raimon de Sabanac pouvait à juste titre être effrayé de la violence des propos de Constance contre la papauté d’Avignon : c’est ainsi que la nuit du lundi 6 novembre 1384, la Voix, qui est celle du “Dieu véritable”, dit à Constance de porter ce message à l’évêque d’Albi : “ ils(= les cardinaux félons) savent bien que l’élection du Pape d’Avignon s’est faite contre mon vouloir, qu’elle fut falsifiée, et par la mesure avec laquelle ils ont mesuré, ils seront eux-mêmes mesurés. En effet, se lèvera la bête rouge, c’est-à-dire le Pape de Rome, de laquelle Jean avait parlé dans le Livre des Révélations, car la couleur rouge signifie le feu de justice par lequel il les détruira” (ch.42, p 190)La référence à l’Apocalypse n’est pas étonnante en ces années de la fin du xive siècle, où cet ouvrage biblique est particulièrement en vogue : “c’est l’époque des tapisseries d’Angers, tissées par Nicolas Bataille sur les cartons de Hennequin de Bruges16”. Constance connaît sans doute certaines représentations iconographiques, et surtout elle a entendu lire des passages, dont elle ignore la provenance : il faut qu’une nuit la Voix lui dise :“Prends le Livre des Révélations et regarde ce qu’il dit”, pour qu’elle interroge son confesseur, qui lui montre alors le livre et en lit des paroles qui la laissent “émerveillée et épouvantée” (elle-même ne sait pas lire) (ch.18, p 181).

10A de nombreuses reprises, l’Apocalypse est reprise littéralement dans le texte des Révélations, mais elle n’est pas toujours très bien comprise, et elle se trouve parfois appliquée de façon curieuse à certaines situations politiques. Ainsi, une nuit, Constance entre en ravissement et voit un noble seigneur aux pieds duquel se trouve un bel agneau tout blanc, tenant devant lui un livre fermé par sept sceaux. Brusquement, l’agneau se transforme en homme et lui dit, en montrant les sceaux un à un :

Le premier, c’est la sainte
Déité, le deuxième c’est la créature humaine qui
pourra comprendre l’Incarnation, le troisième est
cette même incarnation,le quatrième est que personne
n’est digne d’ouvrir ce sceau sinon Moi seul qui suis
Fils de Dieu, le cinquième par une femme sera ouvert,
le sixième : tu seras cette femme, le septième : il est
ouvert. (ch.35,p 188)

  • 17 ch.41, p. 190 ; le texte de l’Apocalypse est bien différent : sur les 7 sceaux (Ap., 5,1-8,6) ; su (...)

11Elle ouvre le Livre où tout est écrit en lettres d’or, mais elle “n’en comprend pas les lettres” ; la Voix la rassure alors en déclarant qu’elle est “ce Dieu véritable, de qui Jean parlait, qui est venu pour faire parler les muets ; et les temps sont venus où le Fils de l’Homme montrera son pouvoir” (ibid). Cette interprétation des sept sceaux est évidemment fort curieuse, entre autres pour le rôle attribué à la femme, d’autant plus que, dans une autre extase qui se déroule à la chapelle Saint-Jean, la Voix lui annonce qu’elle sera “citée en audience. Viendra même le dragon qui voudra te dévorer ; mais des ailes te seront données et tu seras transportée au désert, puis après la désolation de l’Eglise, ici même viendra l’Antéchrist17”. Grâce aux déclarations de la Voix divine, Constance, qui se reconnaît sincèrement une humble pécheresse, prend assez de confiance en elle pour se croire chargée d’une mission auprès des puissants de ce monde :

  • 18 R.Cabié, p. 51.

S’il fallait risquer une comparaison. Constance serait plus proche de Jeanne d’Arc que de Thérèse d’Avila, ou même de Catherine de Sienne. Elle doit contribuer à la cessation du schisme, en invitant à la conversion le parti clémentin, et au salut de la France en dénonçant ceux qui la mènent à sa perte. Et tout cela est marqué par sa conviction qu’une telle mission n’est pas au-dessus des capacités d’une femme lorsqu’elle est guidée par la main de Dieu18.

12Comme nous l’avons vu dans les citations précédentes, la conscience de sa mission “apocalyptique” est liée à la dénonciation de la papauté d’Avignon et de ses partisans, mais aussi au thème de la fin des temps et de ce qui la précède immédiatement. Les deux éléments s’articulent dans une parabole, celle des trois navires, à l’issue d’une vision qu’elle a eue dans la nuit de Pâques 1385 :

Elle fut ravie et voyait trois
navires : deux étaient très bien chargés de
fortifications et de commandements, mais personne ne
les commandait, et ils se trouvaient en eaux
profondes. Sur la côte, il y avait une grande multitude
de gens (...) et cette femme (il s’agit de Constance) leur
criait très fort :“N’entrez pas dans les navires, car ils
sont pleins de démons.” Le navire sur lequel elle se
trouvait et qui approchait du rivage n’était pas paré
comme les autres, mais plus pauvre. Or un seigneur
boiteux s’éloigna des autres seigneurs pour monter
sur ce navire et aussitôt le navire et lui-même
coulèrent au fond et pendant longtemps cet endroit
ressembla à de l’eau en ébullition. (...) La Voix lui dit :”
Les deux navires que tu as vus si bien parés signifient
le Monde qui s’honore de gloires vaines, mais rien ne
le commande. Celui qui est arrivé au rivage signifie
l’Eglise qui crie miséricorde. Mais ce boiteux qui y est
entré c’est le Pape d’Avignon et dis bien qu’il n’en
aura pas miséricorde et détruira l’Eglise s’il le peut.
Sache cependant que l’Eglise sera en grand danger
mais ne périra pas ; lui néanmoins sera plongé en
enfer, (ch.52, pp 194-95)

13La parabole ne dit pas explicitement que le Pape d’Avignon est l’Antéchrist, mais l’interprétation demeure possible. Quelques mois auparavant, le 24 août 1384, la Voix avait désigné Constance pour “révéler l’avènement de l’Antéchrist” (ch.31, p 186), mais en ajoutant que les Sarrasins étaient ses disciples et voulaient “ouvrir les Saints trésors” pour y trouver “le baume qui guérit et fortifie” et vaincre ainsi leurs ennemis, c’est-à-dire le peuple de Dieu. La cohérence de la notion d’Antéchrist n’est donc pas parfaitement assurée, d’autant plus que, dans sa quatrième lettre à l’Inquisiteur (le 14 février 1384), elle relate les souffrances infernales que subissent trois cardinaux, dont Pierre de la Barrière, évêque d’Autun, qui a “semé la zizanie” dans la bonne semence et pourrait préfigurer l’Antéchrist auquel Constance fait allusion dans la fin de la lettre :

Lorsque fut aperçue une
grande étoile, vers l’heure de Primes et ensuite
beaucoup d’autres petites étoiles autour d’elle, il me
fut révélé que cela signifiait qu’un être humain plus
grand se préparait à venir mettre tout son pouvoir
contre toute la Chrétienté, et principalement contre le
Royaume de France. (...) Et lorsque je demande un
signe, la Voix me dit :“ Quel meilleur signe peut-il y
avoir que celui qui dit : levez-vous pour le Jugement !”
(p 205)

14Si l’on rapproche les différentes Révélations, qui sont loin d’être toujours convergentes, on peut supposer que la fin des temps est réellement proche, dans ces années 1384-86. Constance a, une nuit, entendu une “sonnerie de trompe terrible et épouvantable, (...) qui lui rappelle le Jugement” ; mais la Voix la rassure : “ lorsque tu verras s’ouvrir les Cieux ou lorsque les Cieux seront ouverts, tu pourras contempler cette gloire bénie” (ch. 14, p 179). Peu après, elle voit d’autres signes : un del de feu ; “et le feu tombait sur la terre et brûlait les gens, et petits et grands fuyaient par çà et là et se cachaient dans les grottes ”(ch 15, p 180). Ses visions peuvent d’ailleurs être prémonitoires, non pas de la véritable fin du monde, bien sûr, mais de grands malheurs sur la terre où elle vit :

Une nuit, elle s’endormit et
vit dans le ciel une multitude de grands oiseaux
presque pareils que cygnes Et le corps des oiseaux
était plus resplendissant que le soleil les ailes étaient
en or et tout le corps rempli de marques rondes
comme des hosties, mais la couleur était du bleu des
Indes. Ils avaient les ailes étendues. Elle demanda :
Qu’est-ce que cela ? Et la Voix, qui était une voix
d’homme, répondit, disant :“Ce sont des anges, et sache
que bientôt tu verras de grands signes.” Et
subitement, un nuage couvrit les oiseaux, et l’année
suivante fut en effet d’une grande pénurie, mortalité
et famine.(ch 17, p 180)

15Plus précisément, le samedi 3 octobre 1384, la Voix lui dit : “Ecris en lettres rouges que le monde n’en a plus que pour sept ans,et que dans sept ans le Royaume de France viendra à grands bouleversements, c’est-à-dire abattement car il soutient le Pape d’Avignon. Envoie-le dire au Conseil du Roi à Toulouse, qui le transmettra à Parts.”(ch. 37, p 189).

16Mais en réalité, Constance ne se soucie pas d’annoncer une fin du monde proche et inéluctable dont elle se complairait à décrire les signes précurseurs et catastrophiques : l’important pour elle est de rapporter les paroles de la Voix divine qui font peser sur les hommes la menace du Jugement. Il ne s’agit pas de déclarer que les hommes sont condamnés sans rémission possible, mais de leur faire prendre conscience de leurs péchés pour qu’ils se convertissent à temps, et cet avertissement est valable aussi bien pour les plus humbles pécheurs que pour les grands de ce monde, pour les peuples que pour les institutions comme les gouvernements et l’Eglise au premier chef. C’est pourquoi la Voix divine lui rappelle l’histoire de Jonas et les malédictions lancées contre Ninive, et levées après la conversion de la ville (ch 30). Constance revient sur ce thème dans sa première lettre à l’Inquisiteur :

La Voix me dit :“ Ecris à
l’Inquisiteur que Dieu lui signifie ceci : pour n’avoir pas
voulu croire aux choses que je leur ai transmises à
travers les mots que tu leur disais, j’infligerai
persécutions à la ville de Toulouse”, (p 202)

17La toute dernière vision rapportée, celle du 30 août 1386, illustre bien le propos de Constance, puisqu’elle reprend les thèmes de la fin des temps et du triomphe du Christ, mais elle a pour cible un personnage bien précis et assortit ses menaces de conditions (Constance voit un ange tenant une épée sanglante) :

Il vaudrait mieux pour
l’Inquisiteur de régir son âme que de prétendre régir
les autres. Je te dis que s’il ne fait pas les choses que je
lui commande à travers toi et le message que tu lui
transmets, alors viendra l’ange qui bouleversera
tout, car c’est déjà le temps que le Fils de l’Homme
montre son pouvoir. (...) Tout cela ne peut se faire que
par voie de miracle, et c’est grand miracle qu’une
femme pécheresse, telle que tu es, leur déclare les
Saintes Ecritures, alors que tu ne les as jamais
apprises.” (ch.63, p 199)

  • 19 cf R.Cabié, p. 45 ; Constance considère le roi d’Angleterre comme un traître, alors qu’il soutient (...)

18La fin des temps reste un horizon d’attente et ne limite nullement les perspectives d’action humaine : au contraire, il faut que les individus abandonnent leur vie de péchés et surtout que les conduites politiques changent. Il faut en particulier que le roi de France cesse de soutenir le pape d’Avignon19 : Constance porte en effet, sans le savoir vraisemblablement, le même message que Brigitte de Suède et Catherine de Sienne, pour lesquelles, déjà, le pape ne pouvait être qu’à Rome. Prise entre deux loyautés, envers le roi de France et envers le “vrai” pape, elle s’efforce de les concilier en tentant d’envoyer, par des intermédiaires, des messages au jeune roi Charles VI, qui n’est pas encore fou, afin de le libérer de la tutelle de ses oncles, dont Jean de Berry, gouverneur de Languedoc, et son allié le comte d’Armagnac. Surtout, il s’agit pour elle d’inspirer au roi l’idée de prendre un nouveau ministre.

19Or ce ministre, la Voix lui en a révélé l’identité, en mai 1384 :

  • 20 sur la “grue”, cf JP HB, pp. 100-102 (avec références aux bestiaires médiévaux), et sur les rappor (...)

Mais se dressera la Grue à
tête vermeille20, c’est-à-dire le comte de Foix, qui
redressera l’homme juste, c’est-à-dire le Pape de
Rome et le placera sur son Siège. Et de la même façon
que vint Vespasien pour détruire Pilate, viendra le
comte de Foix pour détruire Armagnac. Alors il
dominera le royaume tellement, et il y aura une telle
grande union entre le Roi de France et le Comte de
Foix que le Roi en de nombreuses choses obéira au
Comte. Et après le Comte prendra le commandement
du Saint Passage (la Sainte Croisade) pour venger ma
mort, moi qui suis Dieu véritable.” (ch. 26, p 184)

  • 21 R.Cabié, pp. 44-45.
  • 22 cf P.Tucoo-Chala, pp. 205-226. Yvain de Béarn devait mourir tragiquement, peu de temps après son p (...)

20Or Gaston Fébus, ne cessait, “pour maintenir une indépendance dont il (était) jaloux, de balancer dans ses alliances, résistant habilement aux prétentions de ses deux suzerains (les rois de France et d’Angleterre) ; pour ce qui concerne le schisme, il a toujours évité, selon sa politique coutumière, de prendre ouvertement parti ; toutefois, s’il n’a jamais reconnu officiellement la légitimité de Clément VII, il ne s’est pas fait faute de favoriser ses intérêts, et, en 1384, il a accepté la levée, en Béarn, d’un subside exceptionnel en sa faveur21”, et il espérait aussi du pape la légitimation de son fils bâtard Yvain de Béarn, après la mort de son héritier légitime, Gaston22. Mais Constance ne pouvait être informée de ces manœuvres politiques, et seul comptait pour elle le prestige du seigneur qui avait défait les routiers et constituait le seul recours contre tous les périls. Dans sa dernière lettre à l’Inquisiteur, le 2 mai 1384, elle reprend l’image de la grue et la complète, en créant ainsi un bestiaire original :

  • 23 ibid, p. 92., avec reproduction du sceau de Fébus ; je remercie Pierre Bureau de m’en avoir procur (...)

21“Il y aura une si grande ligue autour de l’arbre jeune (= le Roi de France) et de la Grue, qu’en partie le Roi sera régi par celle-ci. Et bientôt la Vache sera à l’ombre de la Fleur, et elle mettra le juste Pape sur son Siège ” (p 206). L’énigme peut être résolue sans peine si l’on assimile la Fleur à la Fleur de lys, et si l’on comprend la Vache comme symbole du Béarn, figurant sur ses armoiries et sur le sceau de Fébus23

22Gaston Fébus eut-il vent de ces visions et de ces prophéties ? C’est fort probable, bien qu’aucun document ne permette de l’affirmer. En raison de leur caractère public, les révélations de Constance avaient dû être colportées non seulement à Rabastens bien sûr, mais aussi dans tout l’Albigeois, jusqu’à Toulouse et même jusqu’à Bordeaux et Narbonne, villes qui sont citées dans le manuscrit des Révélations. Des prophéties aussi flatteuses sur son compte ne pouvaient manquer d’éveiller l’intérêt du comte de Foix, particulièrement informé de ce qui se passait à Toulouse, et influent dans cette ville. C’est ce qui peut expliquer pourquoi Constance, après avoir été entendue par l’Inquisiteur et avoir été emprisonnée, ait finalement été relaxée, sans avoir subi trop d’épreuves ; rappelons que cette audition à Toulouse date de l’hiver 1384, et que Constance eut encore des révélations, publiques et publiées pendant deux autres années, et apparemment sans ennuis : la protection du comte de Foix-Béarn a dû s’exercer à distance sur sa thuriféraire passionnée.

  • 24 cf P.Tucoo-Chala, pp. 321-29.

23L’une des prophéties de Constance allait pourtant se réaliser : le délai de sept ans évoqué précédemment, à partir de 1384, devait marquer, non la fin du monde, mais le terme de la vie terrestre du comte de Foix-Béarn. Gaston Fébus mourut en effet subitement, d’une apoplexie, le 1er août 1391. Il ne devait jamais devenir le ministre de Charles VI, mais il se rapprocha de celui-ci et le reçut à Toulouse, puis en son château de Mazères, en janvier 1390 : si elle était encore vivante, Constance a dû se réjouir de cette rencontre24.

  • 25 Gaston Fébus, Livre des Oraisons, édité par Gunnar Tilander et P.Tucco-Chala, Editions Marrimpouey (...)

24Gaston Fébus partageait-il les préoccupations de la visionnaire au sujet de la fin des temps, avait-il la sensibilité “apocalyptique” de nombre de ses contemporains ? Il est difficile de l’affirmer si l’on considère l’ouvrage qu’il a écrit en 1380, en son château de Pau, après le meurtre de son fils : le Livre des oraisons, composé de trois prières en latin (les premières) et de trente-quatre en langue d’oïl25. Gaston Fébus y fait plusieurs fois allusion au “jour du jugement”, mais uniquement pour envisager son propre cas et le jugement que Dieu portera sur son âme pécheresse. Avec la douleur d’un repentir sincère, il se déclare “épouvanté” de sa vie qui n’est que corruption, et s’appesantit sur les péchés de la chair qu’il a commis avec prédilection, tout en restant discret sur l’essentiel, le meurtre de son fils. “Oh âme aveugle, paresseuse et pécheresse, le jour du jugement est proche car tu ne sais pas quand viendra le jour de colère, le jour d’affliction et d’angoisse, le jour de misère, de ténèbres et du tourbillon infernal” (prière 25). Gaston sait qu’il mérite la punition d’un Dieu vengeur mais il espère surtout en la bonté d’un Dieu miséricordieux, qui a bien créé l’homme comme pécheur : usant d’un argument qui apparaît plusieurs fois aussi dans la bouche de Constance, il rend le créateur responsable de l’imperfection de sa créature.

  • 26 Constance a une vision de la Sainte Trinité : “(elle) vit un Seigneur merveilleux qui était assis (...)

25Le Dieu de Constance n’est pas foncièrement différent de celui de Gaston : Dieu biblique, vengeur, il est aussi le Christ de l’Evangile26 venu racheter les pécheurs, et, si la perspective est celle de l’Apocalypse et de la fin des temps, elle ne doit pas nous faire oublier l’urgence des problèmes politiques et religieux à régler sur cette terre. La fin des temps était peut-être proche, comme l’annonçait parfois la prophétesse, mais, plus sûrement, la fin des malheurs humains était bien éloignée. La Voix conseillait à Constance de répondre en ces termes à la lettre de l’évêque de Narbonne : “Du Schisme, et combien cela va durer, à personne il n’appartient d’en savoir le temps, qu’à Moi seul qui suis Dieu éternel (...) De la guerre des rois (de France et d’Angleterre), dis qu’en nulle époque le Royaume de France ne sera à l’abri des tourments jusqu’au jour où les mauvaises herbes qui sont plantées dans les champs en seront arrachées et jetées hors. (...) Puisqu’il t’a écrit obscur, je veux que tu lui répondes obscur” (pp 192-93).

Notes

1 Pierre Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Editions Deucalion, J & D Editions, Pau, 1991.

2 André Vauchez, Les laïcs au Moyen Age, Les Editions du Cerf, Paris, 1987.

3 Amédée Pagès et Noël Valois, “Les révélations de Constance de Rabastens et le schisme d’occident (1384-86)”, dans les Annales du Midi, 1896, pp. 241-278 (brève présentation du manuscrit “latin 5055” de la Bibl.Nat. par A.Pagès, puis analyse du texte par N.Valois et publication du texte catalan, pp. 249-278).

4 Jean-Pierre Hiver-Bérenguier, Constance de Rabastens, mystique de Dieu ou de Gaston Fébus ?, Editions Privat, collection Le Midi et son Histoire, Toulouse, 1984 : avec une préface de Régine Pernoud. Dans la suite des notes, cet ouvrage, qui donne la traduction des Révélations en français (avec division en chapitres) sera désigné par le sigle : JP HB.

5 A.Vauchez, op.cit, p. 240.

6 Robert Cabié, “Une mystique ? Réflexions sur Constance de Rabastens”, dans les Cahiers de Fanjeaux, n° 23, 1988, pp. 37-55.

7 cf P.Tucoo-Chala, op.cit, pp. 238-44.

8 A.Vauchez, op.cit, p 278.

9 cf JP HB, p. 83, et Révélations, ch. 4, p. 177.

10 JP HB, p 71.

11 ibid., pp. 82-83

12 ibid., p. 180(ch.16) pour le texte, et pp. 88-89 (commentaires ; le Christ est crucifié à même le tronc de cet Arbre) ; illustration hors-texte n° 10.

13 JP HB, pp. 75-76 ; R.Cabié, p. 38 (R. de Sabanac aurait été “juge des appels” à Toulouse)

14 cf JP HB pp. 72-73, et supra note 3.

15 cf A.Vauchez, pp 266-75.

16 R.Cabié, p. 46 ; sur la tapisserie d’Angers, voir par exemple Claire Giraud-Labalte, La Tapisserie de l’Apocalypse. CNMHS-Editions Ouest-France, 1992.

17 ch.41, p. 190 ; le texte de l’Apocalypse est bien différent : sur les 7 sceaux (Ap., 5,1-8,6) ; sur la Femme, menacée par le Dragon et transportée au désert, après avoir mis au monde un enfant mâle (Ap.12) ; cette femme a été souvent assimilée à la Vierge Marie, mais il n’en est pas question dans les Révélations, où d’ailleurs il n’y a aucune référence à Marie, non plus qu’aux saints : Constance dialogue directement avec Dieu, le Père et le Fils, et avec des anges, (cf JP HB, pp. 156-59)

18 R.Cabié, p. 51.

19 cf R.Cabié, p. 45 ; Constance considère le roi d’Angleterre comme un traître, alors qu’il soutient le pape de Rome (lettre 6 à l’Inquisiteur, p. 206) : c’est l’une de ses nombreuses “incohérences” politiques.

20 sur la “grue”, cf JP HB, pp. 100-102 (avec références aux bestiaires médiévaux), et sur les rapports entre Fébus et la grue, cf P.Tucoo-Chala, p. 249.

21 R.Cabié, pp. 44-45.

22 cf P.Tucoo-Chala, pp. 205-226. Yvain de Béarn devait mourir tragiquement, peu de temps après son père, au cours du Bal des Ardents qu’il avait organisé pour Charles VI, le 28 janvier 1393.

23 ibid, p. 92., avec reproduction du sceau de Fébus ; je remercie Pierre Bureau de m’en avoir procuré un moulage.

24 cf P.Tucoo-Chala, pp. 321-29.

25 Gaston Fébus, Livre des Oraisons, édité par Gunnar Tilander et P.Tucco-Chala, Editions Marrimpouey Jeune, Pau, 1974.

26 Constance a une vision de la Sainte Trinité : “(elle) vit un Seigneur merveilleux qui était assis tout en haut, et de lui jaillissait une colonne ainsi qu’un grand rais de soleil (...) ; au chapiteau de base il y avait un autre seigneur, et au milieu de la colonne encore un autre, comme encastré et que l’on voyait à l’intérieur. Ils étaient vêtus de vêtements blancs, et tous trois étaient semblables, excepté celui du sommet qui paraissait plus grand et qui lui dit :“Voici la Sainte Trinité” (ch. 19, p. 181).

Auteur

Université de Pau

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540