Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Hénoch et Elie : “et c'est la fin des temps pour quoi ils sont ensemble...

Caroline Cazanave

Texte intégral

  • 1 “Ambulavit cum Deo, et non apparuit : quia tulit eum Deus” : “ayant suivi les voies de Dieu, il di (...)
  • 2 “Cumque pergerent, et incedenles sermocinarentur, ecce currus igneus, et equi ignei diviserunt utr (...)
  • 3 “On lit bien dans Eccli. XLIV, 16 (Vulgate)“qu'il fut transporté dans le paradis” ce que les uns o (...)

1Quelques livres de l'Ancien Testament les séparent : pour l'un, que l'on croise dans la Genèse, on remonte presque au mythe des origines de l'humanité puiqu'Hénoch, fils de Yared et père de Mathusalem n'est jamais que le septième après Adam ; pour l'autre, dont les faits et gestes sont plus longuement racontés dans le Deuxième livre des Rois, le ixème siècle avant Jésus-Christ arrive déjà à imposer un repère de datation moins intrinsèquement poétique : Elie le Tishbite taille sa réputation de prophète en luttant contre les cultes idolâtriques cananéens. Mais ce qui a su rassembler et unir ces deux figures éparses- c'est avant tout la “merveille” qui marque la fin de leur existence sur terre : l'Ecriture sainte fait entendre d'un côté qu'Hénoch ne mourut point1 et narre d'un autre qu'Elie est monté au ciel dans la tempête emporté par un char de feu2. Certes la Bible ne disait pas vraiment en quel lieu Hénoch était emporté mais, dans un ajout qui paraît aujourd'hui manifeste, la Vulgate, poussée par son envie de préciser, rapporta dans sa traduction du Livre du Siracide qu'Hénoch avait été “transporté dans le paradis3”. Détail qui fut retenu.

  • 4 Le livre d'Enoch, Paris, Robert Laffont, 1975. Dans la préface de cet ouvrage (pp. 9-10), Francis (...)
  • 5 L'Apocalypse d'Elie. Introduction, traduction et notes, de Jean-Marc Rosenstiehl, Paris, Librairie (...)
  • 6 Op. cit., chapitre 3, pp. 95-116 ; l'analyse qui figure en p. 27 nous sert pour les lignes qui sui (...)

2Autre trait commun significatif, le fait que l'eschatologie primitive d'Israël ait doté chacun de ces hommes exceptionnels d'une apocalypse qui le nomme en titre. Hénoch est rendu important par ses visions de l'au-delà — ciel, enfer et paradis — qui composent le Livre d'Hénoch (ou Livre des secrets d'Hénoch)4. L'Apocalypse d'Elie est un peu moins ancienne5 mais avec quelques autres pseudépigraphes préoccupés par la fin des temps elle représente, spécialement dans sa troisième partie6, un point de fixation important de la légende de l'Antéchrist.

  • 7 Dont la description est vraiment pittoresque : “C'est un peut Péleg, jeune, aux jambes grêles ; su (...)
  • 8 L'auteur utilise ici un vieux mythe égyptien relatif à Tabithet, femme d'Horus (ibidem, p. 46).

Le fils de l'Iniquité7 se présente à Jérusalem sous les traits de l'Oint ; il accomplit nombre de miracles, à l'exception de la résurrection des morts. Cet “Impudent” est reconnu par la vierge Tabitha dont il se venge en la mettant à mort et en suçant son sang à l'heure du soir. Toutefois la vierge se relève et son sang devient une source de salut pour le peuple8. Elie et Hénoch descendent alors pour combattre le Fils de l'Iniquité. La lutte dure sept jours. Ils restent étendus, morts, pendant trois jours et demi sur la place de Jérusalem, mais se relèvent pour annoncer à l'Impudent qu'ils le vaincront...(3, 25-39). Puis Elie et Hénoch viennent une seconde fois. Ils descendent, quittent la chair du monde et reprennent leur chair d'esprit. Ils poursuivent le Fils de l'Iniquité et le tuent. Ils le jettent dans l'abîme, avec tous ceux qui ont cru en lui. Enfin, l'Oint vient du ciel et, après avoir régénéré la terre, y séjourne pendant mille années au milieu des Saints et des Anges (3, 91-99).

  • 9 Ibidem, p. 41 “Alors Dieu envoie Hénoch et Elie qui dévoilent que l'Antichrist n'est pas le Messie (...)
  • 10 Ibidem, p. 40.

3Entre ce texte et celui du neuvième âge de la Sibylle de Tibur, ainsi d'ailleurs que celui d'une petite apocalypse figurant dans certaines versions de la Vie de Schenoute9., Jean-Marc Rosenstiehl a pu noter de fréquents points de rencontre ; d'après son analyse, la Sibylle de Tibur viendrait après le Livre d'Elie le Prophète, qu'elle aurait repris, mais en concentrant sur une seule période ce qui se déroulait sur deux époques historiques distinctes10.

  • 11 Apocalypse de Jean (11, 3-13).
  • 12 Réminiscence de Zacharie, 4, 3-4.

4Néanmoins, pour l'auditoire actuel, plus familier sera bien sûr le passage “correspondant” de l'Apocalypse de Jean, celui qui commence par : “Et je donnerai à mes deux témoins de prophétiser, vêtus de sac, mille deux cent soixante jours...” et qui finit sur un tremblement de terre11. L'apôtre visionnaire, on le remarque, ne nomme pas les prophètes martyrs qui rencontrent la bête. Autour des figures de ces combattants imprécis le réseau d'images se densifie et extravague car les envoyés “sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre12”. Le pouvoir messianique accordé à ces élus sait les rendre terribles : “si quelqu'un veut leur nuire, un feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis”. Les redoutables champions de Dieu peuvent “fermer le ciel” (i.e. provoquer la sécheresse), changer les eaux en sang, envoyer sur la terre autant de fléaux qu'ils le veulent. Mais quand ils auront fini de rendre témoignage, la bête qui monte de l'abîme les fera périr.

  • 13 Alors que dans l'oracle de la Sibylle Tiburline et dans l'apocalypse de la Vie de Schenoute le tem (...)
  • 14 Pourtant, Jean-Marc Rosenstiehl n'est pas persuadé que c'est dans l'apocalypse de Jean (rédigée ve (...)

5Les parallélismes, voire les points de concordance précis avec ce que l'on sait s'appliquer dans les pseudépigraphes à Hénoch et Elie sont frappants, ce qui a permis bien sûr à l'exégèse de ne pas laisser ces deux témoins ou ces deux candélabres dans l'obscurité de l'anonymat et de reconnaître aisément en eux les patriarches Hénoch et Elie : “là même où leur Seigneur a été crucifié”, leurs corps restent étendus. Après trois jours et demi13 (durée qui correspond exactement à celle mentionnée dans l'Apocalypse d'Elie14), un souffle de vie, venu de Dieu, les fait se dresser. Dans la nuée, ils montent au ciel.

6Ainsi donc, alors dans le Livre de ses secrets, Hénoch fait cavalier seul et que les mystères qu'il aborde ne concernent que lui, le mythe de l'Antéchrist, que nombre de livres prophétiques, de traités et de récits se chargent de diffuser, ont soudé un couple, celui des deux contradicteurs du faux-Messie. Rendus inséparables, Hénoch et Elie communient dans leur action prophétique, leur rôle de dénonciation de la terrible imposture, leur mort, leur résurrection, leur retrait du monde d'ici-bas.

  • 15 Traduits en français moderne par Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi, ces textes, ou de lar (...)

7Toute une littérature eschatologique — des écrits théoriques aux œuvres de vulgarisation les plus diverses — les fait intervenir avant le jugement dernier pour annoncer le second avènement du Fils de Dieu, convertir les juifs et combattre par leur prédication le menteur, le séducteur, le fils de séduction, en un mot l'abominable Antéchrist. Qu'il s'agisse de la description des derniers temps par le Pseudo-Méthode, par l'oracle de la Sibylle Tiburtine, par le traité d'Adson de Montier-en-der15, on a chaque fois affaire à un seul actant distribué sur deux acteurs.

  • 16 La version latine, pour le Pseudo-Méthode et la Sibylle Tiburtine, s'étant elle-même constituée à (...)
  • 17Hic incipit Prologus Regine Sibille”, fragment transcrit par P. Tarbé, dans son édition du Tornoi (...)
  • 18 Bible qui est compilée des.VII. estaz du monde (ms. BN f. 1526), Ci commence nostre sissieme livre (...)

8Ces écrits, diffusés en latin16, ont également donné naissance à des versions encore plus abordables, rédigées en langue française et versifiées, qui ont véritablement aidé à populariser la légende de nos deux prophètes. Les hexamètres du Prologue de la Regine Sibille (ms.277 du fonds de Notre-Dame de Paris) parlent par exemple de ces hommes fameux comme de “dui baron” venus pour “declire Sathanas”. Avant que saint Michel ait occis “Antécrist ens el munt d'Olivete”,ce qui sera “la mete que li muns prendra fin”, Enoch et Hélias auront été “décolez”. “D'ileuc au tiers jur, par Deu le créatur, il resusciterunt” et “en vie revendrunt17”. Le sixième livre de la Bible des sept états du monde de Geoffroi de Paris dit sensiblement la même chose en octosyllabes18 :

Et Antecrist, sanz demourer,
Tantost les fera decoler.
En Ierusalem la cité
Seront occis par vérité,
Mes au tiers jor susciteront,
Et d'ileques se leveront ;
Comme devant reseront vis,
Et s'en iront en paradis… v.137-143

9bien que, dans cet aperçu, soit confié au Saint-Esprit le soin de tuer Antéchrist.

  • 19 L.E. Kastner, Some old french poems on the Antichrist”, The Modem Language Review, Cambridge, 1906 (...)

10Le poème anglo-normand d'Henri d'Arci, qui s'inspire de très près du Libellus d'Adson, accorde à Enok et Elie de prêcher trois ans et demi, de convertir les foules et d'être tués, une fois leur prédication accomplie. Après quoi “Antécrist morra en cel liu ou Ihesu en le ciel monta” (v. 217-18). “Dieu ly oscira de sa grace demeine. ” (v.216)19.

11Nous retiendrons, de ces versions françaises, l'aspect parfois quelque peu naïf. En effet, le point de vue d'un Geoffroi de Paris, soucieux dans son poème de s'en tenir mot pour mot à l'Ecriture, est docte pour l'essentiel, mais aussi, par certains aspects, trop scrupuleux, ce qui arrive à le rendre puéril. “Helyes et Enoch”, nous dit-il par exemple, “...en cest siecle descendront... por les gens raseürer, et si seront vestuz de sas. Ce dist l'escreture sans gas.” (v.119-124). Il n'y aurait donc pas à esquisser le moindre sourire au moment d'imaginer le costume de récupération de nos deux prédicateurs, fagotés comme des sacs ambulants pour mieux se rendre reconnaissables. Pour l'auteur, Hélye et Enoch sont très effectivement vêtus de sacs.

  • 20 L'apocalypse expliquée par Césaire d'Arles. Scholies attribuées à Origine. Commentaire de l'Apocal (...)
  • 21 Ibidem, p. 90.

12Position prétendument sérieuse, mais qui peut paraître manquer de finesse intellectuelle. Un respect à tel point littéral contraste évidemment avec l'explication intelligente, cette fois toute spirituelle et tournée vers la “senefiance” profonde exprimée par chaque détail, que fournit par exemple le Commentaire, plus hautement inspiré, que faisait au vième siècle — donc sept siècles plus tôt — un Césaire d'Arles fermement décidé à suivre la piste symbolique pour comprendre le texte de Jean. Pour Césaire, tout dans l'Apocalypse est à prendre à un plus haut niveau de signification : les deux témoins signifient les deux Testaments, et s'ils sont dits “couverts de sacs”, il faudra retenir de cette affirmation l'esprit d'humilité qui pousse les pénitents à porter le cilice20. Et Césaire d'écarter purement et simplement “la conjecture de certains qui estiment que ces deux témoins étaient des hommes et qu'ils étaient montés au ciel dans les nuées avant l'avènement du Christ”. Rien de ce que raconte l'Apocalypse de Jean dans le passage 11, 8-12 ne doit et ne peut être pris au premier degré, étant donné que sur le plan réaliste le récit ne cherche même pas à être crédible : comment admettre, par exemple, qu'on ait pu festoyer à côté de corps en putréfaction puisque les festins seraient contaminés par l'odeur infecte que les cadavres humains répandraient trois jours durant. Quel régal, quel plaisir possibles dans de pareilles conditions ? “Comment, s'interroge également le commentateur, les habitants de la terre ont-ils pu se réjouir du meurtre des deux témoins s'ils sont morts dans une seule ville, et échanger entre eux des présents, si trois jours se passent avant que ne se réjouissent de leur meurtre ceux qui seront contristés par leur résurrection21 ?”. Passé au crible de la logique événementielle, rien ne tient debout dans l'exposé de Jean que l'explication allégorique : “s'opposer aux deux témoins, c'est s'opposer à l'Eglise”. Voilà ce qu'il faut retenir.

  • 22 . Wilhelm Meyer, Der Ludus de Antechristo und über die lateinischen Rythmen, Munich, F. Straub, 188 (...)

13Les gloses savantes des Pères de l'Eglise ont leur fin mot à dire, mais elles ne peuvent que s'ajouter à la tendance popularisante qui, elle, aime et apprécie les livres prophétiques et les visions apocalyptiques pour leur contenu à sensation. Puisqu'Hénoch et Elie sont déterminés par le rôle de beaux parleurs qu'ils doivent jouer à la fin des temps, on ne s'étonnera pas de les retrouver sur la scène lorsque les jeux théâtraux s'intéressent à l'histoire de l'Antéchrist. Ainsi, dans le Ludus de Antichristo du manuscrit de Tegernsee (1160)22, la Synagogue vient à se demander où sont Enoch et Helias. Ces derniers, qui viennent de parler de ce que disent d'eux les Ecritures, lui apprennent qui ils sont (Iste Enoch et ego sum Helias ”) et clament à propos de l'homme de perdition : “Non est Christus”. Alors, ils enlèvent son voile à la Synagogue, dont la conversion est immédiate.Traduits devant le faux-messie, les prophètes l'affronteront avec aplomb :

Tu blasphemus auctor iniquitatis,
radix mali, turbator veritatis,
Antichristus, seductor pietatis,
vere mendax sub forma deitatis. v.389-92

  • 23 Ibidem, pp. 173-189.
  • 24 Ibidem, p. 186.

14ce qui leur vaudra d'être tués. Mais le triomphe de leur ennemi est de courte durée : “statim fit sonitus super caput Antichristi. Vaincu, l'Antéchrist quitte la scène en courant, suivi par les siens. L'Eglise (Ecclesia), accompagnée des fidèles qui viennent l'entourer, se met à chanter sa victoire et louer notre Dieu. Semblables effets à sensation dans le mystère du Jour du Jugement du ms. 579 de la Bibliothèque municipale de Besançon (1398)23. On y aperçoit l'Antéchrist en cordelier prêchant dans la chaire d'Hénoch ; la terre se met à trembler quand les deux prophètes de l'Eglise du Christ sont décapités, ce qui effraie les bourreaux ; au moment de leur résurrection, l'évidence de ce miracle ranime la foi d'un des rares chrétiens n'ayant pas abjuré Les anges lancent alors les sept fioles de la vengeance divine et l'Antéchrist tombe foudroyé sous un ciel de feu24.

  • 25 Ibidem, p. 119 et 146.
  • 26 Ibidem, p. 95.
  • 27 Ibidem, p. 93.
  • 28 Ibidem, p. 105 et illustration p. 108.
  • 29 Ibidem, p.  167.

15Parallèlement à ce secteur, dans le monde des miniatures illustrant le contenu de l'Apocalypse, la théâtralité de ces deux personnages célèbres est rendue de plusieurs façons. Eu égard à leur âge canonique (n'oublions pas que la Genèse dit d'Hénoch qu'il a vécu pas moins de trois cent soixante cinq ans), la représentation picturale montrera souvent nos prophètes avec des cheveux longs et une noble barbe, étendus morts (comme par exemple dans le ms. de Toulouse, de la fin du xiiième ; cf. encore les gisants encapuchonnés et barbus de l'Apocalypse des ducs de Savoie, du ms. de l'Escurial, du xvème siècle25) ; mais, d'autres fois encore, les partis pris sont moins prévisibles : dans le Beatus de l'Escurial (fin Xème), les deux témoins, recroquevillés par terre, sont jeunes et imberbes26 ; dans celui de Seo de Urgel (fin xème) leur décapitation est naïvement rendue, sous un ciel illuminé où fleurissent les étoiles, par deux petits bonhommes dont la tête, nettement détachée du corps, vole vers le haut ou bien alors tombe sur le côté27. Allure enfantine, cheveux courts et bouclés sont à l'honneur dans l'Apocalypse de Saint-Sever (vers 1078 ; fol. 193 v.), pour laquelle Philippe Pastré note que : les justiciers sont deux petits guerriers en tunique courte et nimbés, avec chacun une longue épée et une allure de toréadors28”. Enfin, pendant la Réforme, le néoréalisme fantastique de Lucas Granach créera un effet inédit en montrant, sur une gravure destinée à la Bible de Wittenberg de 1534, nos deux témoins comme des prédicateurs évangélistes du xvième siècle, coiffés de toques, vêtus de robes aux amples manches, debout dans l'église de Wittenberg (où figure la chaire où prêcha Luther), rendus remarquables par les petites langues de feu qui sortent étonnamment de chacune de leur bouche. Deux élégants dont la nonchalance est contredite par ce rôle, un peu ridicule, de lance-flammes sans envergure, rencontrent à distance, et posément, une vilaine bête à la gueule ouverte, sorte de caméléon-dragon ailé avec un chef sur lequel s'échafaude telle une pièce montée la triple couronne papale29.

16Dans leurs personnes nommément désignées, ou alors par le biais des deux témoins de l'Apocalypse johannique au travers desquels on les reconnaissait, Hénoch et Elie ont donc eu droit à une floraison de représentations en rapport avec l'évident succès que rencontrait autour de lui le mythe de l'Antéchrist. Néanmoins, en dehors du cercle des écrits centrés précisément sur la fin des temps, plusieurs circuits littéraires dont la dominante est différente permettent de croiser la même association de figures, quitte souvent à ce que ces textes reviennent en incidente sur le rapport existant entre Hénoch, Elie et l'Antéchrist. Soit par exemple le thème — également très à la mode — de la découverte de l'au-delà qui nous attend. Par l'intermédiaire de quelques visiteurs occasionnels, qui décrivent leur parcours “touristique” outre-tombe, on obtient un récit de voyage éventuellement enclin à nous conduire jusqu'à nos deux amis.

  • 30 G Paris et A Bos, Trois versions rimées de l'évangile de Nicodème par Chrétien, André de Coutances (...)
  • 31 Apparemment, dans les grands mystères de la passion du Christ, le personnage d'Hélie, seul concern (...)
  • 32 Op. cit., respectivement aux p. 61, v.1935-56 ; pp. 127-28, v.1749-78 ; et p 206, v.1930-53.

17En effet, il est admis par exemple qu'au bout chemin qui fait passer de l'Enfer au Paradis, on va les rencontrer. C'est ce qui se produit dans l'Evangile de Nicodème30 dans lequel le témoignage des fils de Siméon, Karinus et Leucius, raconte la descente de Jésus-Christ aux enfers pour aller chercher les patriarches et les prophètes, c'est-à-dire les justes n'ayant pas été baptisés parce qu'antérieurs à sa venue sur terre31. Tout ce petit monde est conduit au paradis où les accueillent deux hommes dont on s'étonne qu'ils puissent être “en chair et en os”. Enoch parle le premier ; il se présente, ainsi que son compagnon, Helyes. Dans la traduction de Chrétien, celle d'André de Coutances ou encore dans la traduction anonyme du ms. Lambeth, cet épisode32 va être l'occasion de rappeler le “ravissement d'Elie” sur un char clair et luisant, le combat attendu contre l'imposteur, avec au programme une mort peu durable, contrée trois jours et demi plus tard par une résurrection glorieuse avec montée sur les nues. Pour André de Coutances, on voit au paradis terrestre “dui prodome de bel aage, o lie chiére, o douz corage” (v.1749-50), qui à la fin des temps n'arriveront pas à abattre Antéchrist. Seul “li fiuz Dieu, par sa puissance prendra de lui après venjance par un angre qui lancera une foudre qui l'ocira” (v.1775-78).

  • 33 Jean Delumeau. Op. cit., p. 55.
  • 34 Das buch vont Espurgatoire s. Patrice der Marie de France..., Halle, Max Niemeyer, 1938, XVI, § 6, (...)
  • 35 L'autre monde au moyen âge, Voyages et visions, Paris, E. de Boccard, 1940, p. 114.

18De la même façon, l'histoire du chevalier Owein — “un des best sellers du Moyen Age” divulgué dans de nombreuses rédactions33 — parce qu'elle aborde la description du paradis après celle encore plus détaillée et croustillante du purgatoire, est un support narratif apte à donner un rôle à nos deux personnalités. Dans le Tractatus de Purgatorio sancti Patricii d'H. de Saltrey (c. 1188-89) “duo quasi archiepiscopi” ou “pontifices” qui restent anonymes (code désignatif que la traduction de Marie de France, dans l'Espurgatoire, rendra tout du long par le mot“arcevesque34”) servent de guides à Owein dans le magnifique paradis terrestre, d'où il est possible d'apercevoir le paradis céleste. Mais après ce brin de conduite au pays des délices, dit une version en prose parue à Lyon en 1506, les archevêques ramènent leur visiteur à la porte par où il était entré au commencement et lui indiquent la voie qu'il doit suivre. “Alors, dit le récit modernisé que traduit Jean Marchand35, le chevalier prit humblement congé d'Enoch et Elie, qui gardaient la porte, et se mit en chemin pour venir au puits par lequel il était entré.” Il semble-bien que, dans cette version révisée, les deux guides bénévoles qui viennent d'animer l'ensemble de l'épisode dévoilent enfin leurs noms. Ces archevêques ou “quasi archevêques” mystérieux s'appeleraient alors Enoch et Elie.

  • 36 Voir “L'Apocalypse latine de Paul”, par Claude Kappler, Apocalypses et voyages dans l'au-delà, Par (...)
  • 37 Claude Kappler, Op. cit., p. 240.
  • 38 L.E. Kastner, “Les versions françaises inédites de la descente de Saint Paul en enfer”, Revue des (...)
  • 39 L.E. Kastner, “Les versions françaises inédites de la descente de Saint Paul en enfer”, Revue des (...)
  • 40 Ibidem, p. 434, v.27 ; p. 322, v.9-21.
  • 41 “Le Roman de saint Paul”, Moyen Age, 1991,t.XCVII, v.17.
  • 42 Claude Kappler, Op. cit., pp. 257-58.

19D'autres fois, au lieu de les voir en poste au paradis, ce qui se produit fort souvent, il est donné également, et comme en parallèle, de les rencontrer au troisième ciel. Saint Paul et Mahomet en ont chacun fait l'expérience, c'est bien connu, l'un conduit par l'archange saint Michel, l'autre par l'ange Gabriel. L'Apocalypse de Paul, texte abondamment diffusé36, ne donne pourtant pas systématiquement l'occasion de vérifier ce cas de figure parce que le mouvement général guidant la ré-écriture de ce texte, en latin ou en traduction, a plutôt tendu à privilégier la vision des supplices infernaux, à un point tel, note Claude Kappler, que “les versions médiévales en français... ne retiennent quasiment que cela37”. Parce que le poème d'Henri d'Arci (milieu xiiième) ne s'intéresse qu'aux “peines que Saint Pol la apostle vit38”, il ne nous parlera que de l'enfer ; pareille remarque vaut pour la version anonyme du ms. 2094 de la B.N.39. Pour ce qui concerne les “poignes d'Enfer” bourguignonnes (début xivème), la version de Geoffroi de Paris (fin xiiième)40 ou le Roman de saint Paul (remontant à une rédaction anonyme de la première moitié du xiiième) qu'ont édité H. E. Keller et W. Meiden41, on a bien quelques allusions, en début de texte, aux trois cieux, mais ces dernières sont trop rapides. En revanche, la présentation-traduction que fait Claude Kappler du ms. n°856 de la B.U. de Graz (ms. du xvème) nous prouve que lorsque le passage de saint Paul au troisième ciel est envisagé de manière un peu plus attentive, le récit latin contient une rencontre, avec Enoch d'abord, puis tout naturellement avec Elie42.

20Personnage oxymore, joyeux et triste à la fois, un vieillard surprend saint Paul par son attitude :

De là il le conduisit par la porte et un vieillard s'en vint à sa rencontre : son
visage brillait comme le soleil, il l'embrassa dans la joie,
quoique pleurant. Et Paul : “Pourquoi pleures-tu, Père ?
- Les hommes, dit-il, contristent Dieu fortement. (Je pleure) parce que les
promesses de Dieu sont grandes et que peu d'hommes les recevront.“
Paul demanda à l'ange qui était ce vieillard. ”C'est Enoch, dit-il, le premier
scribe.”
Puis il vit venir vers lui le saint prophète Elie qui lui manifesta grande
affection et lui dit : “Si seulement, Paul, le salaire de tes peines pouvait t'être
donné dès maintenant ! Tu l'as mérité en aidant le genre humain...”

  • 43 Sur la difficulté de mettre au clair et d'ordonner les rapports d'influence liant l'Apocalypse de (...)
  • 44 Le livre de l'échelle de Mahomet, traduit par G. Besson et M. Brossard-Dandré, Paris, Livre de Poc (...)

21Du côté oriental43, une fois la porte du troisième ciel ouverte devant eux, Mahomet et Gabriel voient une foule d'anges, très grands, avec des têtes de vache et des mains de lumière, occupés à louer Dieu fort dévotement. Et parmi eux, deux vieillards sur des sièges éblouissants. Enoch et Elie auraient-ils pour une fois, comme leurs étonnants camarades, un “facies vaccarum” ? Nous ne le saurons pas car le conteur s'arrange pour que ces deux êtres d'exception aient “la tête enveloppée d'un voile de la lumière la plus pure”. “Tous leurs vêtements étaient faits de la même manière.” Gabriel le cicérone explique que l'un est Enoch, l'autre Helyas, Dieu les ayant enlevés vers en haut, c'est-à-dire vers le ciel. Interrompant leurs prières, les deux pieux personnages saluent Mahomet et lui donnent “de fort bonnes nouvelles du très grand bonheur que Dieu a prévu pour [lui]44”.

22Ainsi donc, plusieurs formes de visites de l'au-delà tendent à imposer ce micro-motif, un peu comme une constante : qu'on entre au paradis ou qu'on passe de ciel en ciel, grandes seront les chances de lier connaissance avec ces deux fidèles amis de Dieu. Et, pour ce qui est du premier point, le vaste champ des possibles narratifs s'élargit immédiatement pour la bonne raison que le paradis terrestre étant quelque part sur terre, c'est là que les hardis aventuriers s'ingénient à le chercher. D'où ipso facto l'intégration d'Enoch et Elie au point culminant de cette branche particulière de la littérature de voyage, celle qui s'occupe de faire fouiller les mers pour trouver le paradis.

  • 45 M. Esposito, “An apocryphal Book of Enoch and Elias as a possible source of the Navigatio Sancti B (...)
  • 46 M. Esposito, Op. cit., p. 204 + n. c.4.
  • 47 Cf. Arturo Graf, Miti, leggende e superstizioni del Medio Evo, Turin, Giovanni Chiantore, 1892 (ré (...)

23L'exemple le plus prestigieux étant donné par saint Brendan, c'est à sa navigation au long cours que l'on songe bien sûr en priorité, mais le motif des patriarches associés, dans les versions fondamentales de cette geste marine, n'est tout simplement pas employé, ce qui surprend d'ailleurs M. Esposito, lequel note en effet que “In the Navigatio there is no mention of Enoch and Elijah” bien que le thème de la fin des temps soit pourtant abordé par un autre intermédiaire puisque “Brendan meets a very old man on an island, who informs him that he was one of St. Patrick's monks and is awaiting the day of judgment (...)“. Et le même critique de s'interroger : ”It is not easy to understand why a monk of St. Patrick should have been substituted for Enoch and Elijah45.“A cela il faut ajouter qu'Enoch et Elie ne brillent pas par leur manque d'emploi dans toutes les Navigations de saint Brendan, sans exception puisque ”these individuals are not mentioned in the Latin Navigatio Brendani, but they have been introduced into certain Italian and German versions46”. Arturo Graf nous signale par ailleurs une version gaélique où le paradis est longuement décrit. Devant la porte de la Cité radieuse qui ne doit rien à Le Corbusier se trouvent Enoch et Elie, ainsi qu'un ange armé d'une épée de feu. En concierge redoutable, Enoch ne laisse entrer qu'un seul moine et claquera la porte au nez des autres, jugés indésirables47.

  • 48 Deuxième section de la partie biblique du Pantheon, fin du chapitre VI. Il s'agit d'un poème en ve (...)
  • 49 Antiquités judaïques, I.1.3.
  • 50 Partie qui se réduit à une question qu'Orose pose à saint Augustin et à la réponse de ce dernier.

24Pour le thème qui nous préoccupe paraîtra par comparaison plus intéressante et féconde la navigation des moines de Saint-Mathieu que transmet le Pantheon de Godefroy de Viterbe48 puisque ce texte ouvre sur une commemoratio de Enoch et Elya et se propose de divulguer“ et quomodo vivant” (var. vivi servantur”). Partant de la mention que la Genèse fait d'Enoch, l'auteur élargit son sujet et se dit prêt à exposer ce qu'il sait, selon l'autorité des anciens, sur ce personnage et sur Elie. Flavius Josèphe49 dit que le paradis se trouve en terre d'Eden, à l'est, au-delà de l'Océan. D'autre part, dans l'église de saint Mathieu, en Bretagne ultérieure, au bout du monde, parmi les Actes des Apôtres se trouve un livre parlant de manière développée d'Enoch et Elie et de leur lieu de séjour. En se fondant sur ce livre, dont le contenu concorde sur plusieurs points avec les affirmations trouvées dans l'autorité annoncée, Godefroy rédige un poème qui, après une brève amorce de type “discussion d'ordre théologique50” se plaira à raconter l'étrange histoire arrivée à un groupe de navigateurs partis du littoral de la Bretagne. Il s'agit de moines de l'église de saint Mathieu — qualifiés par l'auteur de “galiléens” en l'honneur de leur saint patron de Galilée — qui, au lieu de continuer à enseigner aux Bretons les croyances de la foi, mettent un jour à la voile parce qu'ils veulent contempler les innombrables merveilles de l'Océan. Pendant trois ans pleins leur navire reste prisonnier du large, errant au gré des flots, mais l'apparition répétée de silhouettes féminines, semblables à des statues, ou encore l'apparition de Moïse, viennent indiquer la direction à prendre. Une côte apparaît, des sommets éloignés ; puis le rivage se rapproche et il devient possible d'aller mouiller dans un port. Tout le site, montagne ou plaine, est d'or étincelant. Une partie des équipages reste à bord, l'autre part à la découverte. Après une journée de marche dans cet eldorado fascinant et montagneux, les membres de l'expédition pédestre parviennent, vers le soir, à une cité bien fortifiée, toute d'or. Les portes étant fermées, ils passent la nuit dehors, mais aux premières lueurs du jour l'entrée s'ouvre. La sainte cohorte des moines visite alors minutieusement cette ville, où l'or brille et l'air embaume, mais qui a l'air inhabitée. Enfin une église s'offre à la vue, dont le riche décor donne lieu à une description éblouie. Ces lieux sont déserts, ce qui cause l'étonnement. La troupe de visiteurs se compose d'une centaine d'hommes, parmi lesquels deux prêtres, qui poursuivent leur exploration dans le cloître. Au hasard d'une petite porte (ostiolum), leur regard est attiré par de brillantes logettes (loca parvula splendida cernunt) qu'occupent deux hommes assis. D'un même mouvement les vieillards qui occupaient les sièges se lèvent. Ils instaurent le dialogue en demandant aux visiteurs de se présenter et de préciser leurs intentions, ce qui est fait, mais les interrogations curieuses fusent alors en retour vers ces anciens à la barbe majestueuse, aux cheveux longs et blancs. Ces personnages imposants rapportent alors que la ville est habitée et gardée par Chérubin et Séraphin, que des citoyens angéliques défendent ses murailles, qu'ils sont nourris par un aliment céleste. Leur quiétude est éternelle. Un seul de leur jour vaut cent ans, ce qui leur permet d'annoncer à leurs hôtes que chez eux, dans leur patrie, les générations se succèdent à un rythme accéléré et que quand ils rentreront ils ne pourront être que très vieux. Puis ils demandent aux deux prêtres du groupe de célébrer la messe et de distribuer le corps du Seigneur : eux-mêmes veulent prendre part à la cérémonie. Après quoi la table est dressée : les compagnons sont nourris de pains angéliques. Ces mets qu'ils mangent, c'est l'aliment des Pères : ces vieillards étaient Elyas et Enoch, comme ils l'attestent ensemble. Les navigateurs manifestent haut leur joie. Ils savent par les Ecritures que les personnalités qu'ils côtoient se sont engagées à être les ennemis de l'Antéchrist et à lui faire la guerre. Antéchrist les tuera sans ensevelir leurs corps, avant d'être exterminé lui-même par le Christ. Mais quand cela aura-t-il lieu ? Enoch réplique que la sagesse divine en a décidé ainsi mais que Dieu garde secrets les événements à venir. Elie propose à ses interlocuteurs, avant de repartir, de faire provision d'or et de pierres précieuses. Au bout du troisième jour, c'est le départ. Le voyage de retour dure, quant à lui, cinq autres jours. Arrivés chez eux, les “Galiléens” constatent, comme on les avait prévenus, que tout a changé, l'Abbé, l'Eglise, les lieux, les êtres. Ils ne reconnaissent rien et pleurent. Un peu partout, avec éloquence, ils racontent leur aventure, mais cela leur vaut d'être soupçonnés par les moines du sanctuaire : pendant les trois ans de leur absence, trois siècles se sont succédé. A la belle vieillesse enviable d'Enoch et d'Elie figés en position d'attente, calmes et sereins, s'oppose alors le tableau de ces vieillards perturbés que sont devenus malgré eux les missionnaires qui avaient pris la mer. La conclusion de l'aventure maritime dégage une infinie tristesse : “Eux-mêmes qui naguère possédaient la beauté de la jeunesse, en un matin vieillis, les voici la peau ridée, le cheveu blanc : ils se retrouvent décrépits, avilis et misérables” (v.169-171). Cet arrêt de trois jours dans la Cité d'or ne leur aura apporté qu'un instant de bonheur bien passager et cher payé.

25Tout cela est écrit au monastère de Saint-Mathieu. “Qui mihi noluerit credere, credat eis”, nous demande l'auteur, se tournant vers un autre sujet. “Qu'Elyas, Enoch et le pays dans lequel ils se trouvent reposent en paix.”

26Prendre pour champions des temps de l'Apocalypse des patriarches à l'âge plus que vénérable présentait toutefois un aspect quelque peu inadmissible du point de vue de la logique ordinaire. A bien y réfléchir, le paradoxe était trop grand : la vieillesse produit rarement de bons lutteurs. Pour réduire cette contradiction, il fallait trouver quelque subtilité de raisonnement. Ce qui, dans le domaine récréatif, vint vite à l'idée des conteurs. Enoch et Elie étant dans le lieu d'attente que constitue le paradis terrestre et étant destinés à combattre victorieusement Antéchrist, ils devaient “garder la forme”, comme on le dit vulgairement. La forme qui s'imposait d'elle-même et qu'on leur prêtera est celle de l'âge adulte, celle de la pleine santé et de la vigueur épanouie

27Deux courants légendaires assez proches s'établissent, qui ont grosso modo des finalités comparables. Le premier est celui de la fontaine de vie, le second celui de la “fontaine de jouvence”. Nous les envisagerons l'un après l'autre.

  • 51 Gosman Martin, La lettre du Prêtre Jean, Les versions en ancien français et en ancien occitan, Tex (...)

28Nous avons rencontré les traces de la première option dans un passage du ms. Occitan I de La lettre du Prêtre Jean51 :

De font de tos temps vivre
En nostra terra ha un albre que aqui meteys ha.ia. font en laquai, si negun
home vielh ho yove si banha, tart es que puesca morir. E ancaras sapias que
.I. escudier del rey Alexandri annava per son cami e venc s'en a haquella fon,
car avia gran callor e el non sabia que aquella font agues tant gran vertut e
intret dedins la font e banhet s'i. E con lo rey Alexandri entendes per veritat
que aquel s'era banhat en la dicha font, si lo fes pendre e liar an grans cadenas
de ferre e an gran cantitat de plomb e lo fes gitar en mar pregont. E la vos
d'aquel e la clamor auszon los navegans que passan per aquel luoc. E sera
entenduda tro al jorn d'uey effaran tro a la fin del mont. E pero si es sert que aquella
font non es revelada a persona vivent ni la podon trobar si non aquels
en que Jhesu-Crist ven en plazer. E entendem que Elias e Enoch si
banheron en la dicha font per volontat de Dieu e per tal que
fossan testimonis davant l'Antecrist e davant aquels que
contrastaran contra El.

  • 52 Pseudo-Callisthène. Le Roman d'Alexandre. La vie et les hauts faits d'Alexandre de Macédoine, trad (...)
  • 53 R.M. Dawkins, “Alexander and the Water of Life”, Medium Aevum, VI, 1937, pp. 173-92. A. Abel (Le r (...)

29Est ici escudier d'Alexandre celui qui dans le Pseudo-Callisthène (recension C)52, est le cuisinier Andréas, puni pour avoir bu l'eau de la Source de Vie et en avoir donné à Calé, une fille d'Alexandre née de sa concubine Ounna. Ce cuisinier, une meule au cou, est précipité dans la mer qui portera son nom (l'Adriatique). Ce petit drame, dont la fortune est assurée avec des variantes dans plus d'un pays53, a donc su, dans la tradition occitane, s'intégrer au milieu des merveilles de La lettre du Prêtre Jean et ingérer, qui plus est, un rappel apocalyptique. Pour pouvoir “contredire Antéchrist” en étant encore en vie et en bonne forme physique, Enoch et Elie ont droit, c'est bien normal, à la “font de tos temps vivre”, puisqu'elle existe dans ce pays fabuleux.

  • 54 H. Schäfer, Chanson d'Esclarmonde, Erste Forttsetzung des Chanson de Huon de Bordeaux nach der Par (...)

30La seconde option, apparemment très populaire dans les chansons de geste romanesques, est celle de la “fontaine de jouvence”, près de laquelle ne manquent pas de pousser les “pommes de jouvence”, à la vertu équivalente. S'il n'est pas encore question de nos deux patriarches dans la Chanson d'Esclarmonde en décasyllabes, la version en alexandrins répare cette omission. Enoch et Elie y sont nommément désignés comme étant les gardiens du paradis terrestre et des fruits-miraculeux-à-ne-jamais-vieillir qu'il contient54. Et avec juste raison, puisqu'eux aussi ont besoin de cet adjuvant étonnant :

“Sire, se dist Huon, le fruit a grant poissance,
Car s'uns homs en mengast qui euist barbe blance
Et s'euist deux chens ans qu'il euist fait naissance
En l'age de XXX ans reprenderoit samblance,
Tout ce ordonna Dieu en qui ay ma creance.
Car Ellie et Enocq en qui Dieu a fiance,
Qui mist ung lieu terrestre pour prendre le vengance
A l'encontre Antecrist de folle contenance,
A ce fruit la endroit dont je fais devisance
Reprendent loeur santé, loeur joie et loeur plaisance,
En l'age de XXX ans est tousjours loeur samblance,
Atendant Antecrist et le folle puissance.
Et tant sera ce fruit en sa noble substance
C'Antecri[st] [Antegrim] sera mors qui tant ara boeubance ;
Les pommes de jouvent les clamon sans doubtance.”fol.179 v. 15--29

  • 55 Li Romans de Baudouin de Sebourc, IIIème roi de Jhérusalem ; poème du xivème siècle publié pour la (...)

31A son tour, le Roman de Baudouin de Sebourc (milieu du xivème siècle) exploite à qui mieux mieux cette thématique, qu'il emprunte d'ailleurs à Esclarmonde. Enoch et Elie sont d'abord aperçus dans leur rôle de portiers. Ils portent des vêtements d'or et sont polyglottes. Mais le plus extraordinaire est qu'ils puissent avoir 6.500 ans, tout en ayant l'apparence de la trentaine. Ils sont là, “en gratieus jouvent, jusqu'à tant qu'Antéepris regnera faussement55”. Mais ici, autour de toutes ces allusions à la fin des temps, l'ambiance joyeuse se renforce elle aussi puisque les nobles fruits ont un double pouvoir, celui de rajeunir les vieillards et inversement celui de rendre vieux les jeunes hommes, ce dont démonstration immédiate et burlesque est faite pour mieux le prouver.

  • 56 Ms. de l'Arsenal, n°2985, p. 632.

32Du côté des chansons tardives qui s'intéressent à Ogier le Danois, les allusions à Enoch et Elie sont plus discrètes. Si la version en décasyllabe du ms. 1583 du fonds français de la B.N. (texte composé vers 1310) en semble dépourvue, le renouvellement en alexandrins56 (vers 1335) montre, pour sa part, qu'il connaît certaines caractéristiques du paradis terrestre :

Car le Danois s'en va ou chastel d'aimant,
Qui siet par faerie les Avalon le grant,
et Paradis terrestre est un petit avant
Dont Enoch et Elie vont le saint lieu gardant,
Et y furent ravi en char de feu ardant,
Et la sont tous en vie et sont jusqu'a tant
Qu'Antecrist regnera, et cil deux Dieu sergant
Le meteront a fin : on le treuve lisant
En la sainte escripture qui pas ne va mentant.

33ce qui devient dans la mise en prose :

  • 57 Renier, Ricerche intorno alla leggenda di Uggeri il Danese in Francia, Memorie della R. Accademia (...)

“Et tant le basteau naga en mer qu'il arriva pres du chastel
d'aymant qu'on nomme le chasteau d'Avallon qui n'est gueres
deça paradis terrestre, la ou furent ravis en une raye
de feu Enoc et Helye, e la ou estoit Morgue la faye qui a sa
naissance lui avoit donné de grans dons nobles et vertueux57.”.

34Avalon, le Paradis, l'Aimant vorace et son château brillant, il y a surimpression de tous ces lieux familiers à l'imaginaire médiéval. Et Enoch et Elie sont ravis dans le plus grand des mélanges.

  • 58 Nous renvoyons globalement aux livres d'Arturo Graf et de Jean Delumeau que nous avons indiqués. L (...)
  • 59 Orlando Furioso, XXXIV, st.48.
  • 60 “Zone”, Alcools, NRF, Gallimard, 1975.

35Citer tous les auteurs qui parlent des adversaires de l'Antéchrist, enrôlés comme gardiens aux paradis terrestre, est impossible. La liste serait trop longue58. Mais pour terminer notre revue de presse sur une envolée radieuse, nous rappelerons que le char d'Elie se rend utile dans l'Orlando Furioso pour aller chercher la cervelle de Roland dans la lune59. Et qu'à distance temporelle moindre, Enoch et Elie, grâce à Guillaume Apollinaire60, patronnent dans toutes les mémoires les débuts de l'aviation. Aux environs du “Christ qui monte au ciel mieux que les aviateurs” et qui “détient le record du monde pour la hauteur”, les anges avec “Icare Enoch Elie Apollonius de Thyane flottent autour du premier aéroplane”. On peut quitter le paradis et finir dans les airs en “zonards” prestigieux.

Notes

1 “Ambulavit cum Deo, et non apparuit : quia tulit eum Deus” : “ayant suivi les voies de Dieu, il disparut car Dieu l'avait enleve”(Genèse, V, 24 ).

2 “Cumque pergerent, et incedenles sermocinarentur, ecce currus igneus, et equi ignei diviserunt utrumque : et ascendit Elias per turbinem in caelum” : “Tandis qu'ils poursuivaient leur route tout en parlant, voici qu'un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre ; Elie monta au ciel dans la tempête” (Deuxième livre des Rois, II, 11).

3 “On lit bien dans Eccli. XLIV, 16 (Vulgate)“qu'il fut transporté dans le paradis” ce que les uns ont entendu d'un endroit délicieux quelconque et les autres, en bien plus grand nombre, du paradis terrestre (voir S. Thomas...) ; mais les mots “dans le paradis” sur lesquels reposent principalement ces deux opinions, dont la seconde, du reste, offre de très graves difficultés, ne se lisent pas dans le texte grec, ce qui faisait déjà soupçonner que c'était une glose du traducteur latin ou de quelque copiste. Ce soupçon est devenu à peu près une certitude depuis la découverte du manuscrit hébreu, où ces mots manquent également Nous ne pouvons donc rien affirmer touchant le lieu que ce patriarche habite” (E. Palis, auteur de la notice sur Hénoch, Dictionnaire de la Bible de F. Vigouroux, Paris, 1926-1972, t III, I, pp. 593-94).

4 Le livre d'Enoch, Paris, Robert Laffont, 1975. Dans la préface de cet ouvrage (pp. 9-10), Francis Mazière dit qu'il semble possible de situer la rédaction vers l'époque du règne d'Alexandre le Grand, soit au iiième siècle avant J.-C. “. Pour Jean Delumeau, ”il semble qu'on ait rassemblé à Qumrân, au ier siècle av. J.-C., les divers éléments constituant le Premier Livre d'Hénoch et dont certains fragments paraissent remonter au iiième siècle (Une histoire du paradis, Paris, Fayard, p. 38). Voir la présentation générale qu'en fait Jacques Le Goff dans La naissance du Purgatoire, Paris, Folio, 1991, pp. 49-51.

5 L'Apocalypse d'Elie. Introduction, traduction et notes, de Jean-Marc Rosenstiehl, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1972 (Textes et études pour servir à l'histoire du judaïsme intertestamentaire, t.I). Ce texte est présenté dans l'avant-propos (p. 9) comme étant “un ouvrage juif du ier siècle avant Jésus-Christ réutilisé et actualisé au iiième siècle de notre ère”.

6 Op. cit., chapitre 3, pp. 95-116 ; l'analyse qui figure en p. 27 nous sert pour les lignes qui suivent.

7 Dont la description est vraiment pittoresque : “C'est un peut Péleg, jeune, aux jambes grêles ; sur le devant de sa tête, il y a une touffe de cheveux blancs ; il est chauve ; ses sourcils vont jusqu'aux oreilles ; sur le devant de ses mains il y a une tache de lèpre.”(Op. cit., p. 98). Sur le surnom de Péleg, ibidem, pp. 68-69.

8 L'auteur utilise ici un vieux mythe égyptien relatif à Tabithet, femme d'Horus (ibidem, p. 46).

9 Ibidem, p. 41 “Alors Dieu envoie Hénoch et Elie qui dévoilent que l'Antichrist n'est pas le Messie. Ce dernier se met en colère, les tue et leurs corps restent trois jours dans les rues de Jérusalem. Puis ils ressuscitent, se dressent contre lui et le vainquent.” ; sur la révélation de Dieu à Schenoute, voir pp. 40-42. 7.

10 Ibidem, p. 40.

11 Apocalypse de Jean (11, 3-13).

12 Réminiscence de Zacharie, 4, 3-4.

13 Alors que dans l'oracle de la Sibylle Tiburline et dans l'apocalypse de la Vie de Schenoute le temps d'exposition des corps en plein air est limité à trois jours, sans plus.

14 Pourtant, Jean-Marc Rosenstiehl n'est pas persuadé que c'est dans l'apocalypse de Jean (rédigée vers 65-70 ou 91-96 nous dit la Traduction Œcuménique de la Bible, NT, Paris, éditions du Cerf, 1972, p. 772) que celle d'Elie est allée puiser les renseignements qu'elle divulgue. Selon ce spécialiste, cette hypothèse, bien qu'elle ne puisse être exclue, n'est pas vraisemblable ; l'auteur de l'apocalypse copte aurait plutôt connu la source juive reprise dans l'Apocalypse johannique (Op. cit., p. 70). Le problème de relation resterait donc indirect.

15 Traduits en français moderne par Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi, ces textes, ou de larges extraits chargés d'en présenter l'essentiel, sont rassemblés dans La fin des temps, Terreurs et prophéties au Moyen Age, Paris, Stock, 1982, aux pp. 19-59.

16 La version latine, pour le Pseudo-Méthode et la Sibylle Tiburtine, s'étant elle-même constituée à partir de textes syriens.

17Hic incipit Prologus Regine Sibille”, fragment transcrit par P. Tarbé, dans son édition du Tornoiement de l'Antéchrist par Huon de Mery sur Seine, Reims, 1851, passim, pp. 106-113 ; le dit Prologue aurait été “écrit au plus tôt vers 1240”.

18 Bible qui est compilée des.VII. estaz du monde (ms. BN f. 1526), Ci commence nostre sissieme livre : D'Antecrist et de sa subdicion, (vers 1243 ?), édité par L.E. Kastner, “Some old french poems on the Antichrist”, The Modern Language Review, Cambridge, 1907, vol.II, pp. 26-33.

19 L.E. Kastner, Some old french poems on the Antichrist”, The Modem Language Review, Cambridge, 1906, t.I, pp. 269-282. Datation proposée : un peu avant le milieu du xiiième siècle.

20 L'apocalypse expliquée par Césaire d'Arles. Scholies attribuées à Origine. Commentaire de l'Apocalypse traduit par dom Joël Courreau, moine de Ligugé, Paris, Desclée de Brouwer, p. 87.

21 Ibidem, p. 90.

22 . Wilhelm Meyer, Der Ludus de Antechristo und über die lateinischen Rythmen, Munich, F. Straub, 1882, pp. 17-40. Ce drame allemand est présenté dans la thèse de troisième cycle de Philippe Pastré (“L'Antichrist, étude d'un mythe et de ses représentations à la fin du Moyen-âge, Essai d'Histoire structurale”, Bordeaux III, 1984) aux pp. 68-72.

23 Ibidem, pp. 173-189.

24 Ibidem, p. 186.

25 Ibidem, p. 119 et 146.

26 Ibidem, p. 95.

27 Ibidem, p. 93.

28 Ibidem, p. 105 et illustration p. 108.

29 Ibidem, p.  167.

30 G Paris et A Bos, Trois versions rimées de l'évangile de Nicodème par Chrétien, André de Coutances et un anonyme, Paris, Firmin Didot, 1885 (SATF XXII).

31 Apparemment, dans les grands mystères de la passion du Christ, le personnage d'Hélie, seul concerné, n'est pas lié à celui d'Enoch. En tout cas, aux moins trois grands textes théâtraux (la Passion du Palatinus, la Passion d'Arnoul Gréban et celle de Jean-Michel) s'intéressent à lui sans s'occuper de son “compère”. Dans la première pièce (édition Grace Frank, Paris Champion, 1970) il n'est l'objet que d'une unique allusion (pendant la crucifixion, contresens sur “Hely, Hely, lama zabatani, aux V.1018-1024). La seconde (c.1395 ; édition d'Orner Jodogne, Bruxelles, 1965) lui consacre trois “emplois” : - Nathan demande à Jean-Baptiste s'il est Hélie et s'entend répondre négativement (v.10183-84 ; voir aussi v.10200) ; - Hélie le prophète apparaît sur scène au moment de la transfiguration (il prend la parole aux v.13180-81, 13189-90 et 13231-54) ; - enfin, à la mort de Jésus, Broyefort et ses compagnons, interprétant mal la formule “Hely, etc.”, s'imaginent que le crucifié a appelé Héliäs (v.25759-25772). On notera que pendant la descente aux enfers, il n'est question que d'Adam, Eve, Jean-Baptiste, David, Ysaïe, Ezéchiel et Jérémie (v.26113-194). Si les mêmes petites étapes sont traitées dans le Mystère de la Passion d'Angers (1486 ; texte édité par Omer Jodogne, Gembloux, Duculot, 1959), à savoir les interrogations à saint Jean-Baptiste (v.1737-38 et 1754) ou le contresens sur la quarte parole de Jesus en croix (v.28207), on notera que chez Jean-Michel le personnage d'Elie parvient à prendre un peu plus de relief. D'une part parce que. pour la scène de la Transfiguration, son costume est décrit. Hélye intervient ”en habit de carme et ung chapeau de prophete a la teste” (p. 125). Et si le lecteur se demande pourquoi ce personnage doit porter un habit de carme “c'est que l'ordre des Cannes a été fondé au mont Carmel dit aussi Mont-Saint-Elie, où le prophète inaugura son ministère.” (explication donnée dans l'introduction, p. XLVII). D'autre part, parce que, lors de la descente aux enfers, une seconde occasion est donnée de l'apercevoir. Hélye fait en effet partie du groupe des saints peres au Limbe, eulx complaignant de leur longue actente. On le voit et l'entend se plaindre, avec Moïse et l'âme de Jean Baptiste, dans la quarte journée, aux v.25367-25378. D'Enoch, point mais monsieur le Professeur Jean Subrenat a eu l'amabilité de nous signaler la présence de ce dernier dans le Mystère de la Passion d'Arras (manuscrit 697 de la Bibliothèque d'Arras, publié par Jules-Marie Richard, Arras, 1891), où son personnage apparaît à partir du v.21189 (p. 244). Nous n'avons malheureusement pas pu consulter le dit texte.

32 Op. cit., respectivement aux p. 61, v.1935-56 ; pp. 127-28, v.1749-78 ; et p 206, v.1930-53.

33 Jean Delumeau. Op. cit., p. 55.

34 Das buch vont Espurgatoire s. Patrice der Marie de France..., Halle, Max Niemeyer, 1938, XVI, § 6, p. 112 ; XVIII, § 1 ; Espurgatoire, v.1562, 1672, 1795, 1839, 1867.

35 L'autre monde au moyen âge, Voyages et visions, Paris, E. de Boccard, 1940, p. 114.

36 Voir “L'Apocalypse latine de Paul”, par Claude Kappler, Apocalypses et voyages dans l'au-delà, Paris, Le Cerf, 1987, pp. 239-46 ; Jacques Le Goff, Op. cit., pp. 56-59 ; Jean Delumeau, Op. cit., pp. 41-43

37 Claude Kappler, Op. cit., p. 240.

38 L.E. Kastner, “Les versions françaises inédites de la descente de Saint Paul en enfer”, Revue des Langues Romanes, Montpellier, 1905, t.XLVIII, pp. 385-95.

39 L.E. Kastner, “Les versions françaises inédites de la descente de Saint Paul en enfer”, Revue des Langues Romanes, Montpellier, 1906. t.XLIX, pp. 49-62

40 Ibidem, p. 434, v.27 ; p. 322, v.9-21.

41 “Le Roman de saint Paul”, Moyen Age, 1991,t.XCVII, v.17.

42 Claude Kappler, Op. cit., pp. 257-58.

43 Sur la difficulté de mettre au clair et d'ordonner les rapports d'influence liant l'Apocalypse de Paul et les légendes musulmanes de l'ascension de Mahomet, cf. Claude Kappler, Op. cit., pp. 244-45.

44 Le livre de l'échelle de Mahomet, traduit par G. Besson et M. Brossard-Dandré, Paris, Livre de Poche, 1991, chap. XIV, pp. 133-34.

45 M. Esposito, “An apocryphal Book of Enoch and Elias as a possible source of the Navigatio Sancti Brendani”, Celtica, 1960, vol.V, p. 200, n. c. 2. Toutefois parler de substitution de motif paraît aller bien loin dans le raisonnement. Si on regarde par équivalence la rencontre avec Paul l'ermite dans le Voyage de Saint-Brandan de Benedeit (v.1505-1606), le thème du jugement dernier est effectivement abordé mais de manière plus que rapide (v.1555-62) et sans du tout attribuer à ce religieux un rôle de vedette à la fin des temps : Paul, est-il dit, “atent le juïse ” et il ressuscitera avec les justes. Un tel élément de comparaison est-il assez lourd pour évoquer un rapprochement efficace avec le destin exceptionnel qui attend d'un autre côté les prophètes Enoch et Elie et supputer une possible, mais incompréhensible, substitution à un stade archétypal dont on ne sait rien ?

46 M. Esposito, Op. cit., p. 204 + n. c.4.

47 Cf. Arturo Graf, Miti, leggende e superstizioni del Medio Evo, Turin, Giovanni Chiantore, 1892 (réédition del925), t.l, pp. 77-78 ; avec, comme indication bibliographique, p. 133, n. c. 63 : Schroeder, Sanct. Brandan, Ein lateinischer und drei deutsche Texte, Erlangen, 1871, pp. 61..., 169....

48 Deuxième section de la partie biblique du Pantheon, fin du chapitre VI. Il s'agit d'un poème en vers latins dont la métrique fait suivre deux hexamètres par un pentamètre, formant ainsi comme de petites strophes. Ce texte est devenu d'une consultation facilitée grâce à monsieur l'abbé Albert Villacroux qui lui a consacré deux articles (le premier, dans la revue Kadath, chroniques des civilisations disparues, fournit la traduction du poème — n°35, nov.-déc. 1979, pp. 23-29 ; le second, “Godefroy de Viterbe et les moines de la pointe Saint-Mathieu”, paru en 1980 dans le tome 108 du Bulletin de la Société archéologique du Finistère, est encore plus précieux puisqu'il publie en vis-à-vis à la fois la version latine et la traduction qui lui correspond. Monsieur l'abbé Villacroux ayant eu la gentillesse de me faire parvenir à La Réunion la photocopie de ses travaux, je profite de cette occasion pour l'en remercier vivement. Arturo Graf, en son temps, ne faisait que présenter cette histoire à vive allure (Op. cit., pp. 84-85) ; quant à l'étude de M. Esposito (“An apocryphal Book of Enoch et Elias...”, Op. cit.), elle cite de très larges extraits de cette œuvre mais n'en reproduit pas l'intégralité.

49 Antiquités judaïques, I.1.3.

50 Partie qui se réduit à une question qu'Orose pose à saint Augustin et à la réponse de ce dernier.

51 Gosman Martin, La lettre du Prêtre Jean, Les versions en ancien français et en ancien occitan, Textes et commentaires, Bouma's Boekhuis bv, Groningen, 1982 (Rijksuniversiteit te Groningen), p. 520 ; ms. Occitan I, Paris, B.N., ms. ancien fonds français 6115 ; seul repère de datation (p. 34) : “(avant) xvème”.

52 Pseudo-Callisthène. Le Roman d'Alexandre. La vie et les hauts faits d'Alexandre de Macédoine, traduit et commenté par G. Bounoure et B. Serret, Paris, Les Belles-Lettres, 1992, épisode raconté pp. 84-86 (Livre II, 39,1là 41, 7).

53 R.M. Dawkins, “Alexander and the Water of Life”, Medium Aevum, VI, 1937, pp. 173-92. A. Abel (Le roman d'Alexandre, légendaire médiéval, Bruxelles, 1955, p. 41) développe l'épisode, versé au compte d'Alexandre lui-même dans le Talmud babylonien (Tamid, 32a, b.) ; dans la tradition islamique, (Surate de la Caverne) c'est à un disciple de Moïse qu'il arrive de redonner vie au poisson (Abel, p. 56) ou à Khidr, le prophète vert, vizir et compagnon d'Alexandre de boire l'eau de la Source de Vie. Certains ont voulu identifier Edris avec Enoch et Kheder/Khidr avec Elie (Graf, Op. cit., p. 48).

54 H. Schäfer, Chanson d'Esclarmonde, Erste Forttsetzung des Chanson de Huon de Bordeaux nach der Pariser Handschrift Bibl. Nat. frc. 1451, Beilage zum Programm des Gymnasiums und der Realschule zu Worms. Ostern 1895, Worms, Boeninger, 1895 : Des pommes de jouvent ost jl en sa partie /Qui en la garde sont et d'Enocq et d'Ellie. (fol. 168 r° v.10)

55 Li Romans de Baudouin de Sebourc, IIIème roi de Jhérusalem ; poème du xivème siècle publié pour la première fois d'après les ms. de la bibliothèque royale, Valenciennes, 1841, chant XV, v.152-53.

56 Ms. de l'Arsenal, n°2985, p. 632.

57 Renier, Ricerche intorno alla leggenda di Uggeri il Danese in Francia, Memorie della R. Accademia delle Scienze di Torino, série II, t.XLI, 1891, p. 59.

58 Nous renvoyons globalement aux livres d'Arturo Graf et de Jean Delumeau que nous avons indiqués. Les références y fourmillent.

59 Orlando Furioso, XXXIV, st.48.

60 “Zone”, Alcools, NRF, Gallimard, 1975.

Auteur

Université de La Réunion

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540