Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval

Fin des temps et temps du Purgatoire dans quelques Jugements Derniers de la fin du Moyen Age

Anca Bratu

Texte intégral

  • 1 Voilà ce qu'écrivait à ce propos E. MALE, dans L'Art religieux du xiiie siècle en France, 9e éd., (...)

1On se propose d'analyser les rapports complexes - et souvent tendus- que naissent de la présence du Purgatoire dans une représentation du Jugement dernier. Car l'existence du Purgatoire a de quoi surprendre dans une figuration du Jugement dernier1. En effet, une incompatibilité logique semble s'installer entre le Purgatoire, dont l'existence même est liée à la notion de temporalité et le Jugement dernier qui est censé abolir le temps en faveur de l'éternité.

2Qu'en est-il donc de cette présence à première vue paradoxale ?

  • 2 Sur les rapports entre temps historique, temps eschatologique et temps du Purgatoire, voir J. LE G (...)

3Le Purgatoire représente une sorte de supplément de temps accorde outre-tombe pour l'accomplissement d'une pénitence, elle-même temporaire et calculée par rapport au temps terrestre, une fois acceptée la possibilité du rachat de certains péchés après la mort. Par cela même, le Purgatoire s'inscrit à la fois dans le temps terrestre et dans l'épaisseur d'un "temps eschatologique"2, prolongeant d'une certaine manière le premier et débouchant sur l'éternité.

  • 3 Sur le problème du rapport entre le Jugement dernier et le temps de l'histoire, voir Y. CHRISTE, L (...)

4Cela nous amène à nous poser aussi le problème du rapport que le Jugement dernier lui-même entretient avec le temps, lorsqu'il est représenté dans l'image. Y est-il toujours placé à la fin des temps ?3 Ou ne pourrait-on pas dire qu'il se trouve plutôt à la rencontre de la temporalité qui s'achève et de l'éternité qui commence ? Car réintégré dans l'histoire universelle du salut, le Jugement dernier représente la phase finale, l'aboutissement du temps de l'histoire. L'expression les "derniers temps" (I Corinth. 10,11) peut signifier que les temps ne sont pas accomplis jusqu'à l'avènement du royaume de Dieu et que, par conséquent, le Jugement dernier qui le précède est la dernière séquence du temps historique. Dans ce sens, la représentation du Purgatoire dans le Jugement dernier s'inscrit dans l'épaisseur de ces "derniers temps" et le temps du Purgatoire est incorporé dans la durée du processus en train de se dérouler.

5Il y a peut-être lieu de prendre en considération une autre possibilité. Le Jugement dernier figuré dans l'image n'est pas nécessairement le jugement "en acte" à la fin des temps, mais plutôt le jugement "a venir", dans la perspective duquel toute action humaine doit s'inscrire. Du point de vue de ce futur eschatologique, tous les lieux de l'au-delà, y compris le Purgatoire, trouvent leur raison d'être.

  • 4 Un fragment d'un sermon sur la purification de Guerric d'Igny illustre ce mode de penser, qui ne d (...)

6C'est le moment d'apporter à la discussion un autre élément, propre à l'image : la représentation simultanée des scènes appartenant à des temporalités différentes. De par sa nature même, l'image rend présent. Dans notre cas, elle apporte dans le présent et met a la portée du regard le jugement futur. Autrement dit, l'image rend visible dans le présent le Jugement dernier qui doit être continuellement présent à l'esprit. Et dans une telle perspective, la présence du Purgatoire dans l'image est tout a fait compatible avec celle du Jugement dernier. Sous le regard du Christ-Juge continuellement posé sur le spectateur dans le présent de l'image, le Purgatoire est là pour rappeler qu'on ne peut pas accéder à lui avant d'être entièrement purifié : soit dès la vie présente, par la foi et la crainte du Jugement à venir4, soit après la mort, à travers les peines du Purgatoire.

  • 5 Voir par exemple l'histoire rapportée par Césaire de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, VIII, 5 : (...)

7Le même phénomène se rencontre d'ailleurs, d'une manière similaire, dans les récits édifiants des voyages dans l'au-delà, où le futur eschatologique est rendu présent, par la force de la peur ou de l'espoir. La peur du châtiment futur rapprochait ce qui devait advenir, le transformait en présent", expliquait suggestivement A. Gourevitch à propos de quelques récits de visions.5

  • 6 Sur la perception médiévale du temps en général, caractérisé par l'absence d'une représentation un (...)

8En fin de compte, il convient peut-être de prendre en compte qu'il n'y a pas une représentation univoque6 du Jugement dernier et que son nom générique recouvre des représentations mouvantes du monde de l'au-delà. Il faut donc procéder avec prudence et essayer de voir cas par cas quel est le "temps" du Jugement dernier et quel rapport il entretient avec le temps du Purgatoire.

Le Purgatoire intégré dans le temps du Jugement dernier

  • 7 Sur Ottaviano Nelli, un des plus importants peintres ombriens du début du xve siècle (activité doc (...)
  • 8 Sur ces fresques voir J. et P. COURCELLE, Iconographie de Saint Augustin. Les cycles du xive siècl (...)

9Les fresques réalisées dans les premières années de 1400 par Ottaviano Nelli7 pour l'église saint-Augustin de Gubbio8 furent commanditées par la communauté des Ermites de Saint Augustin de la ville. Elles comprennent une représentation du Jugement dernier sur l'arc triomphal.

10La fin des temps est bien marquée par la présence des morts en train de ressusciter. Mais une fois sortis des tombeaux, ceux-ci se dirigent dans deux directions : ceux qui vont être sauvés traversent une fosse en feu avant d'arriver à la porte du Paradis, tandis que les damnés sont tout de suite entraînés par des démons en Enfer. La fosse en flammes dans laquelle une partie des réssuscités sont immergés, avant de se diriger vers le Paradis, c'est le Purgatoire.

11Figuré ainsi, le Purgatoire est présenté comme un passage au travers d'un feu purificateur, inséré entre le moment de la résurrection et l'entrée dans l'éternité.

  • 9 Sur la doctrine du feu purificateur à la fin des temps chez Augustin, J. NTEDIKA, L'évolution de l (...)
  • 10 Voir J. NTEDIKA, loc.cit. ; J. LE GOFF, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981, p. 519.

12Puisqu'elle est située dans une église des Ermites de saint Augustin, cette image du Purgatoire, identifié avec un feu situé à la fin des temps, n'est peut être pas sans rapport avec l'exégèse d'Augustin sur la première épître de Paul aux Corinthiens, dans la première phase de sa réflexion eschatologique9. Il suit ici une certaine exégèse de I Cor. 3-15 selon laquelle certains pécheurs pouvaient être sauvés après la mort, a travers un passage plus ou moins long dans un feu qui châtie et purifie ceux qui en ont encore besoin. Ce feu, qui était généralement placé à la fin des temps, était identifié avec le feu du Jugement dernier. Dans la perspective de cette exégèse, qui postulait que le dernier "jour" aurait une certaine durée, le temps de la purgation (qu'on identifiera plus tard avec le Purgatoire) était situé à l'intérieur même du temps du Jugement dernier.10

Le Purgatoire à la fin des temps

  • 11 Sur ces fresques voir A. COURTILLE, Histoire de la peinture murale dans l'Auvergne du Moyen Age, B (...)

13Dans le Jugement dernier de l'église saint-Austremoine d'Issoire (vers 1450-1470)11 une cavité située entre la terre et le ciel figure, vraisemblablement, le Purgatoire. Elle englobe des âmes agenouillées en prière, la tête relevée. Si la caverne est bien fermée du côté de l'Enfer avoisinant, elle s'ouvre de l'autre côté vers le ciel, où les anges aident les âmes à sortir. De la sorte, ce Purgatoire semble destiné à se vider graduellement de ces occupants qui sortent un à un, sous la protection des anges.

14D'ailleurs, le déroulement du Jugement dernier lui-même semble toucher à sa fin : beaucoup de tombeaux sont vides, la plupart des morts étant réssuscités et les autres se trouvant déjà en Enfer, au Purgatoire ou au Ciel. Dans ce cas, le Purgatoire serait représenté dans les derniers "instants" de son existence temporaire.

15Formant une sorte de parenthèse entre la terre et le ciel, ce Purgatoire évoque un temps qui semble se boucler sur lui-même, s'ouvrant sur l'éternité.

Vers une nouvelle image de l'au-delà

  • 12 La datation des fresques est assez controversée. La tradition critique locale mentionne la date 12 (...)

16Le peintre de la fresque qui couvre le mur ouest de l'église santa Maria in Piano, près de Loreto Aprutino12, dans les Abbruzzes, nous fait voir une image de l'au-delà projeté sur deux registres, l'un terrestre, l'autre céleste.

17Le terrestre est une zone du transitoire et du temporel, parsemée de passages et d'épreuves : les âmes doivent franchir d'abord le "pont étroit" et ensuite se rendre devant saint Michel qui les pèse. La demeure paradisiaque est elle-même à plusieurs lieux et niveaux : elle prend la forme d'un jardin disposé en terrasses vallonnées ou les âmes grimpent aux arbres et d'une tour à trois étages dont l'entrée et gardée par saint Pierre et à la base de laquelle se trouvent les trois Patriarches. Vêtues de nouveaux habits et couronnées de fleurs, les âmes dansent sur la terrasse de la tour.

18Quelle peut être l'identité de ce lieu ? Serait-il un "Paradis d'attente" ayant pris la relève du "sein d'Abraham", destiné aux âmes des justes avant la résurrection et qui leur permettra d'entrer au Paradis céleste, une fois réunies aux corps à la fin des temps ?

19A l'opposé de ces lieux d'apparence terrestre, le ciel est le domaine de l'éternel et de l'immuable : la composition est symétrique et stable, le Christ domine dans sa mandorle, ouvrant largement les bras pour accueillir les élus qui convergent vers lui. Si on suppose que les personnages nus du registre terrestre figurent des âmes, ceux du registre céleste, richement habillés, représentent probablement des âmes réunies aux corps. Cela ne va pas sans poser des problèmes, car à part les saints, pour lesquels on peut accepter qu'ils soient déjà au Paradis céleste autour du Christ, il y a aussi des simples justes, notamment des femmes, des religieuses et des laïques.

20Les quelques renvois à l'iconographie du Jugement dernier semblent être de fausses pistes : le Christ est moins le Juge que le Seigneur du ciel ; il ne procède pas aux Jugement dernier, en appelant à lui les élus et en repoussant les réprouvés, mais il accueille les justes dans le Royaume des cieux. Mais cette image peu judiciaire, dominé par un Christ rassembleur, doit être tempérée : si la partie de la fresque représentant l'Enfer était conservée, l'impression d'ensemble serait vraisemblablement différente...

21Deux logiques semblent conjuguées dans cette fresque extrêmement originale : en bas, dans la perspective du temps qui s'écoule encore dans l'au-delà, les lieux sont présentés du point de vue du jugement de l'âme ; en haut le Jugement dernier installe l'éternité immuable.

  • 13 Sur Bartolomeo di Tommaso, voir M. FALOCI PULIGNANI "Bartolomeo di Tommaso, pittore umbro del xv s (...)

22Dans les fresques réalisées par Bartolomeo di Tommaso pour la chapelle Paradisi de l'église San Francesco à Terni (1445-1451)13 les ressemblances avec l'iconographie consacrée du Jugement dernier n'est qu'apparente. Car la similitude avec le thème du Jugement dernier recouvre en réalité une vision plus complexe du monde de l'au-delà, dont le schéma traditionnel ne sert que de "cadre générique". Les anciennes formules iconographiques sont travaillées de l'intérieur, le peintre s'appuyant sur des éléments connus pour construire des images dont le contenu a changé.

23Sur le mur central sont concentrés quelques éléments qui proviennent de l'iconographie du Jugement dernier, notamment le Christ montrant ses plaies, encadré par la Vierge et saint Jean Baptiste en Deisis et au-dessus l'archange Michel surveillant une résurrection des morts à peine visible et assez incertaine. Mais il y a plus : à côté de la mandorle du Christ Abraham tient dans un linge les âmes des élus. Dans le registre inférieur sont figurées deux rangées de saints, dont saint Pierre montrant la porte du Paradis et saint François protègeant une donatrice agenouillée.

24Sur les murs latéraux de la chapelle deux thèmes majeurs s'affrontent : le Purgatoire et l'Enfer, tous les deux étant compartimentés selon le septénaire des péchés. Le développement du Purgatoire, face à l'Enfer et occupant une surface égale à la sienne, est une des grandes nouveautés de cette fresque. Au-dessus de l'Enfer est figurée la chute des damnés, chassés par des anges armes. Au-dessus du Purgatoire on peut déduire par analogie qu'on a représenté la libération des âmes du Purgatoire et leur montée au ciel, mais à cause de la nette séparation des registres une certaine ambiguïté persiste. Quant à la seconde scène de ce registre, elle suggère la Descente du Christ aux limbes, avec la particularité que les bénéficiaires ne sont pas Adam et Eve, mais des saints, dont le Précurseur, et qu'ils se trouvent tous sur des nuages.

  • 14 L'influence de Dante a été a juste titre écartée des études récentes, voir B. TOSCANO, op.cit., pp (...)

25S'agit-il encore du Jugement dernier ? Non, au sens strict du mot, mais les anciennes formules iconographiques encadrent les nouveaux lieux de l'au-delà qui s'expriment partiellement à travers elles. Il nous reste à souligner l'originalité de cette fresque qui ne correspond intégralement a la référence scripturaire, ni à une autre source littéraire14, comme elle ne correspond pas non plus à aucune des formules iconographiques consacrées. Son originalité consiste dans l'utilisation de modèles bien connus qui sont détournés de leur sens originel et l'ambiguïté qui en résulte empêche une lecture univoque.

26Qu'en est-il du temps dans lequel s'inscrivent ces lieux de l'au-delà au statut ambigu ?

27Revenons à la représentation du Purgatoire figuré au registre inférieur du mur gauche. Il est forme par un assemblage de cavernes et des lacs aux ondes transparentes, logés dans le creux des rochers, encadrant une large surface désertique d'où surgissent d'inquiétantes têtes de serpents ou de crapauds, ou peut-être des grosses épines qui guettent les passants. Apparemment, rien ne se passe dans le présent de cette image, où les tourments sont plus pressentis, que réellement vus. De fines langues d'un feu noir dessinent des ombres sur les corps. Les occupants du Purgatoire semblent plongés dans une atmosphère d'angoisse sans cause précise. C'est surtout à travers les corps que se manifeste cette angoisse. Sous la peau fine, transparente, les muscles se dessinent, tendus ; ce sont presque des écorchés vifs que dénudent la tension qui les habitent.

  • 15 Comme le croit P. ADORNO, op. cit., p. 12.

28En mouvement ou repliés sur eux-mêmes, ces corps expriment à la fois la tension, l'attente et l'espoir. C'est aussi le temps de cette image : un temps suspendu, ou qui s'écoule très lentement, dans la tension entre l'attente du présent et l'espoir du futur. On ne peut pas considérer que le peintre aurait représenté un Purgatoire en train de se vider, ayant épuisé sa raison d'être, après la sentence du Jugement dernier15, mais un lieu de l'au-delà très peuplé et rigoureusement organisé selon le septénaire des pèches, qui occupe une place importante dans l'économie du salut.

  • 16 A. GRISERI, San Fiorenzo in Bastia Mondavi, réed. Bastia, 1986.

29Les fresques de l'église piémontaise San Fiorenzo de Bastia-Mondovi datant de 1472 ou 146616 posent un problème similaire concernant la conciliation des temporalités différentes représentées sur la même surface.

30La partie supérieure est dédiée à une scène intemporelle, placée à l'intérieur de la Jérusalem céleste, le Couronnement de la Vierge ; la partie inférieure, située à la base de la Cité, présente les sept œuvres de miséricorde inscrites dans le temps terrestre. En quelques points, les deux mondes se chevauchent : par exemple, le prisonnier qu'on visite est incarcéré dans une des tours de la Cité céleste, ce qui fait que le temps d'ici-bas et celui de l'au-delà s'entremêlent par endroits. La dernière œuvre de miséricorde, qui consiste à assurer les funérailles, voisine avec le Purgatoire. Celui-ci est situé entre le temps terrestre - dont le dernier épisode est la mort - et l'intemporalité de la Cité Céleste. Quelques âmes qui s'envolent du Purgatoire se dirigent vers une des tours de la Cité, où elles sont accueillies par un ange. Quittant l'espace temporaire du Purgatoire, les âmes s'engagent sur la voie qui les mène à l'intérieur de la Cité Céleste, au repos éternel.

Le Purgatoire intégré dans une nouvelle mise en ordre des lieux de l'au-delà

  • 17 Sur ces fresques, voir G. V. CASTELNOVI, "Il Quattro e il primo Cinquecento", dans La pittura a Ge (...)

31Une nouvelle image du monde de l'au-delà s'impose vers la fin du xve siècle dans quelques fresques ligures des églises d'Albenga (1483), de Montegrazie (1483) et de Triora (vers 1480-1500)17

32Le contexte a changé : il n'y a plus de Jugement dernier, c'est le jugement particulier qui décide du sort de chaque âme. Le tableau complet des lieux de l'au-delà est présenté hors de toute perspective eschatologique. Les demeures de l'au-delà se sont diversifiées et de nombreux passages sont ménagés entre les lieux ; la voie du salut et celle de la damnation sont aussi comprises dans l'image, sous la forme des œuvres de miséricorde (ou des vertus) opposées aux vices, avec leurs débouchés respectifs au Paradis - en passant par le Purgatoire - ou en Enfer. Le Purgatoire a bien trouvé sa place, distincte et nécessaire, dans le système des lieux de l'au-delà.

33Le schéma traditionnel du Jugement dernier s'efface en faveur du jugement individuel, le Christ n'est plus le Juge suprême, mais le sujet de la vision des bienheureux et le sort des âmes est patronné par l'archange Michel. Après le jugement particulier, les âmes gagnent tout de suite leurs demeures, éternelles ou temporaires : les justes jouïssent déjà de la Vision béatifique dans l'éternité de la Jérusalem céleste, les damnés sont tourmentés dans l'Enfer, et les pénitents traversent le feu du Purgatoire, pour arriver au Paradis.

34Les fresques présentent un tableau complet des lieux de l'au-delà, comprenant les lieux intermédiaires insérés entre le Paradis et l'Enfer : le Purgatoire, lieu temporaire, de passage et le Limbe des enfants.

35Cette image du monde de l'au-delà est vue dans la perspective du temps terrestre. Les registres inférieurs présentent au niveau des yeux du spectateur des scènes qui se déroulent ici-bas, mais qui renvoient, en guise d'avertissement, à l'au-delà (la Mort menace un jeune homme qui croit avoir encore du temps pour s'amender). La fresque montre que la responsabilité pour la destmée d'outre-tombe est individuelle et que le temps pour s'amender se clôt à la fin de la vie.

  • 18 Sur ces fresques voir : R. MESURET, Les peintures murales du Sud-ouest de la France du xie au xvie(...)

36Une vision similaire du monde de l'au-delà est donnée dans les fresques datant de la fin du xve siècle, des églises de Pervillac et de Martignac18 en Quercy.

37A l'église saint-Pierre-aux-liens de Martignac la composition se partage en deux : d'un côté le Jugement dernier, avec les morts qui ressuscitent et se présentent devant le Christ-Juge, de l'autre les âmes sortant du Purgatoire, aidées par les anges et se dirigeant directement vers la Cité céleste ou saint Pierre les accueille. Un schéma similaire se retrouve dans les fresques de Pervillac : les morts sortent des tombeaux et convergent vers le Christ-Juge, tandis qu'une longue file des âmes traverse les flammes du Purgatoire et aboutit à l'escalier qui monte directement au Paradis.

38La libération des âmes du Purgatoire est due aussi aux suffrages des vivants. Les anges portent hosties et cierges aux âmes qu'ils accompagnent, hâtant de la sorte leur libération. L'appel aux suffrages et par ailleurs inscrit de façon explicite sur un phylactère bien mis en évidence au bas de la fresque, exprimant la prière d'une âme du Purgatoire : Miserimini... (Martignac). Les dons de pain, de vin et même d'une chemise sont présents aussi dans les églises de la Ligurie, accompagnés par la même inscription tirée de Job Miserimini mei inifel(ice)… vos amici (mei)" (Albenga). Une autre inscription vient expliciter que c'est grâce à la messe que les aides des vivants arrivent au Purgatoire : "Uxor tua missam celebrare fecit" (Montegrazie).

39Puisqu'on fait encore appel aux suffrages des vivants, on peut déduire que l'action se déroule dans le présent. On peut donc voir, dans le présent de l'image, que dans l'au-delà les saints se trouvent déjà dans la Cite céleste, entourant le Christ et bénéficiant de la Vision béatifique. De même, aux âmes sorties du Purgatoire, avec l'aide des vivants, l'accès au Paradis et à la Vision béatifique est ouvert dès le présent...

40Une image pleine d'espoir est ainsi mise en place dans ces fresques de la fin du Moyen Age. Le Purgatoire reçoit toute sa valeur intermédiaire : situé entre le temps terrestre et l'éternité, il est le seul lieu où des changements sont encore possibles et celà précisemment puisque c'est le seul lieu de l'au-delà où le temps coule encore.

1. Ottaviano Nelli, le Purgatoire intégré dans le temps du Jugement dernier, fresque de l'église Saint-Augustin de Gubbio (vers 1400) (Tous Droits Réservés)

2. Le Purgatoire à la fin des temps, fresque de l'église Saint-Austremoine d'Issoire (vers 1450-1470) (Tous Droits Réservés)

3. Fresque, Loreto Apruntino, Santa Maria in Piano, deuxième moitié du xive siècle – début du xve siècle (Tous Droits Réservés)

4. Bartolomeo di Tommaso, chapelle Paradisi, l'église San Francesco de Terni (vers 1445-1451) : le Purgatoire (Tous Droits Réservés)

5. Tommaso et Matteo Biasacci, fresque de l'église San Bernardino, Albenga (1483) : La Cité céleste et le Purgatoire (Tous Droits Réservés)

6. Canavesio (?), fresque de l'église San Bernardino, Triora (vers 1480-1500) : Le Purgatoire et l'entrée en la Cité céleste. (Tous Droits Réservés)

Notes

1 Voilà ce qu'écrivait à ce propos E. MALE, dans L'Art religieux du xiiie siècle en France, 9e éd., Paris, 1958, t. II, p. 438 : "On remarquera que, dans toutes les représentations du Jugement dernier, il n'y a nulle trace du Purgatoire. Rien n'est plus logique. Le Purgatoire, en effet, participe de la durée, il est soumis à la loi du temps. Or, après le Jugement dernier, le monde ne peut plus être conçu que sous l'aspect de l'éternité. Il n'y a donc place que pour le Paradis et l'Enfer, parce que seuls le Paradis et l'Enfer sont éternels." S'il est vrai que le Purgatoire n'avait pas été représenté dans l'art monumental du xiiie siècle, l'affirmation n'est plus valable pour les images du xve siècle, où le Purgatoire apparaît dans les Jugements derniers, malgré la contradiction logique que E. MALE avait saisie.

2 Sur les rapports entre temps historique, temps eschatologique et temps du Purgatoire, voir J. LE GOFF, "Le temps du Purgatoire" dans Le temps chrétien de la fin de l'Antiquité au Moyen Age, Colloque 9-12 mars 1981, Colloques internationaux du C.N.R.S. n°604, Paris, 1984, pp. 517-529 et A. GOUREVITCH, "Au Moyen Age : Conscience individuelle et image de l'au-delà", Annales E.S.C., mars-avril 1982 (37 année), n°2, pp. pp. 255-275, notamment p. 272.

3 Sur le problème du rapport entre le Jugement dernier et le temps de l'histoire, voir Y. CHRISTE, La Vision de Mathieu. Origines et développement d'une image de la seconde Parousie, Paris, 1973, notamment pp. 10-12 et J-Cl. BONNE, L'art roman de face et de profil. Le tympan de Conques, Paris, 1984, pp. 10-14 et pp. 240-241.

4 Un fragment d'un sermon sur la purification de Guerric d'Igny illustre ce mode de penser, qui ne devait pas hanter seulement les moines auxquels il s'adressait :"...être présentés au Seigneur à Jérusalem, nous le réalisons, nous, continuellement par la foi, en nous mettant toujours en présence du Seigneur et en songeant sans cesse, avec une foi vigilante et une crainte sans relâche, que ses yeux sont sur nous et qu'il nous juge.. Que cette foi soit la vôtre, mes frères, et vous serez du petit nombre ! Que cette crainte vous pénètre, et, avec le petit nombre, vous serez purgés (purgabitis vos cum paucis) de la négligence, car une telle crainte n'admet pas facilement la négligence". (Guerric d'Igny, Sermons, t. I, éd. J. Morson, H. Costello, P. Deseille, Sources Chrétiennes, n° 166, Paris, 1970, p. 383).

5 Voir par exemple l'histoire rapportée par Césaire de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, VIII, 5 : un prêtre malade se voit en extase comparaissant devant le Juge Suprême, qui l'aurait condamné s'il n'avait pas été sauvé par la Vierge au dernier instant, c'est-à-dire renvoyé sur terre afin de se repentir ; cf. les commentaires de A.GOUREVTTCH, "Au Moyen Age : Conscience individuelle...", op. cit., en particulier pp. 268-269.

6 Sur la perception médiévale du temps en général, caractérisé par l'absence d'une représentation univoque, la multiplicité des temps et la confusion qui mêle passé, présent et futur, voir J. LE GOFF, La civilisation de l'Occident médiéval (1977), Paris, 1984, notamment pp. 201-202 et A. GOUREVITCH, Les catégories de la culture médiévale, Paris, 1983, notamment p. 149.

7 Sur Ottaviano Nelli, un des plus importants peintres ombriens du début du xve siècle (activité documentée entre 1400-1444), voir R. VAN MARLE, The Developement of the Italian Schools of Painting, t. VIII, La Haye, 1927, pp. 332-334, fig. 213-217, F. ROSSI, "Ottaviano Nelli : note per la biografia di un pittore di corte", in l'Arte, 1967, juin-sept., n° spécial, pp. 29-87 et idem, "Appunti sulla cultura Gotica tra Ancona e Macerata", Bolletino d'Arte, 10, 1968, p.4 s. et F. TODINI, La pittura umbra. Dal Duecento al primo Cinquecento, t. I, pp. 234-237, t. II, ill. p. 283 s.

8 Sur ces fresques voir J. et P. COURCELLE, Iconographie de Saint Augustin. Les cycles du xive siècle, Etudes Augustiniennes, Paris, 1965, pp. 85-86, pl. LXXV ; F. TODINI, op.cit., t. I, p. 235.

9 Sur la doctrine du feu purificateur à la fin des temps chez Augustin, J. NTEDIKA, L'évolution de la doctrine du Purgatoire chez saint Augustin, Louvain-Paris, 1966, notamment pp. 46-47.

10 Voir J. NTEDIKA, loc.cit. ; J. LE GOFF, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981, p. 519.

11 Sur ces fresques voir A. COURTILLE, Histoire de la peinture murale dans l'Auvergne du Moyen Age, Brioude, 1983, pp. 199-203.

12 La datation des fresques est assez controversée. La tradition critique locale mentionne la date 1280 d'une inscription, aujourd'hui disparue, qui aurait été lue lors de la découverte des fresques, en 1903, mais cela est probablement dû à une lecture fautive (1280, au lieu de 1380), cf. G. RASETTI, Il Giudizio universale in Arte e la Pittura Medioevale Abruzzese, Pescara, 1935, pp. 121-128 ; R. VAN MARLE (The Development of Italian Schools of Painting, vol. V, La Haye, 1925, pp. 372-373) date la fresque des dernières années du xive siècle, grâce aux éléments stylistiques qui annoncent la diffusion du gothique international en Italie, sous la forme qu'il a prise dans l'œuvre du peintre ombrien Ottaviano Nelli. Le même argument devient pour E. CARLI ("Per la pittura del Quattrocento in Abruzzo", dans Rivista del R. Istituto d'Archeologia e storia dell'Arte, an IX, 1942, pp. 176-179) la preuve qu'il faut repousser la datation vers les premières décennies du xve siècle, pour justifier l'assimilation de la leçon de Nelli dans le milieu provincial et relativement éloigné des Abruzzes.

13 Sur Bartolomeo di Tommaso, voir M. FALOCI PULIGNANI "Bartolomeo di Tommaso, pittore umbro del xv secolo", in Rassegna d'arte umbra, III, 1921, pp. 65-80 ; B. BERENSON, Pittori italiani del Rinascimento, Milan, 1936, p. 43 et notamment F. ZERI "Bartolomeo di Tommaso da Foligno", Bollettino d'arte, 4, XLVI (1961), p. 41-64 et XLVIII (1963), pp. 36-39 et idem, s.v. Bartolomeo di Tommaso, dans Dizionario Bibliografico degli Italiani, pp. 775-777, les fresques de la chapelle Paradisi à Terni, pp. 776-777 ; F. TODINI, La pittura umbra, op.cit., t. I, pp. 27-28, t. II, ill. p. 311 s. ; P. ADORNO, "Gli affreschi della Cappella Paradisi nella chiesa di San Francesco in Terni", Antichita Viva, XVII, 6, 1978 ; B. TOSCANO, "A proposito di Bartolomeo di Tommaso, Paragone, 325, 1977, pp. 80-85 ; P. MOSTARDA, "Bartolomeo di Tommaso e Giacomo della Marca nella Cappella Paradisi a Terni", Esercizi, 4, 1981, pp. 59-67.

14 L'influence de Dante a été a juste titre écartée des études récentes, voir B. TOSCANO, op.cit., pp. 81-85, et P. MOSTARDA, op. cit., p. 63-65. Mais il va de même pour les sermons de Giacomo de la Marca, dont l'œuvre, imprégnée de menaces apocalyptiques, ne correspond pas aux représentations de la chapelle Paradisi et ne les explique pas ; on peut au maximum penser que sa prédication aurait pu créer un cadre propice pour une représentation eschatologique. A se sujet voir D. PACETTI, "Le prediche autografe di San Giacomo della Marca (1393-1476), Archivum Franciscanum Historicum, 35, 1942, p. 296 s. et P. A. GHINATO, "Apostolato religioso sociale di san Giacomo delle Marca in Terni", Archivum Franciscanum Historicum, 49, 1956, pp. 106-142.

15 Comme le croit P. ADORNO, op. cit., p. 12.

16 A. GRISERI, San Fiorenzo in Bastia Mondavi, réed. Bastia, 1986.

17 Sur ces fresques, voir G. V. CASTELNOVI, "Il Quattro e il primo Cinquecento", dans La pittura a Genova e in Liguria, dir. C. BOZZO DUFOUR, Gênes, 1970, t. I, pp. 132-136, et 168-170 ; P. ROTONDI, "Per Tommaso et Matteo Biasacci da Busca : Gli affreschi di San Bernardino di Albenga", Rivista Ingauna e Intemelia, XI, 1956, 1, pp. 24-26 et 2, pp. 56-63 ; P. TORRITI, s.v. Biazaci, dans Dizionario Bibliografico degli Italiani, pp. 301-302 ; E. MAZZINO et G.V. CASTELNOVI, Il Santuario di Montegrazie ad Imperia, Imperia, 1973 ; M.P. AQUARONE, "Tommaso e Matteo Biazaci a Montegrazie e Piani di Imperia", Argomenti di Storia dell'arte, 1980, pp. 75-96. Je suis particulièrement reconnaissante à J. BASCHET pour la générosité et la gentillesse avec laquelle il m'a signalé ce cycle de fresques ainsi que leurs références.

18 Sur ces fresques voir : R. MESURET, Les peintures murales du Sud-ouest de la France du xie au xvie siècles, Paris, 1967 p. 229 (Pervillac) et pp. 273-274 (Martignac) ; M. FOURNIE, "Deux représentations méridionales du purgatoire : Flavin en Rouergue et Martignac en Quercy", Annales du Midi, t. 98, 1986, pp.363-385, notamment pp.376-384 et M.-P. SUBES-PICOT, "Us peintures murales de l'église Saint-Pierre-aux-Liens de Martignac à Puy-l'Evêque", dans Congrès archéologique de France, Quercy, 1989 (sous presse).

Table des illustrations

Légende 1. Ottaviano Nelli, le Purgatoire intégré dans le temps du Jugement dernier, fresque de l'église Saint-Augustin de Gubbio (vers 1400) (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende 2. Le Purgatoire à la fin des temps, fresque de l'église Saint-Austremoine d'Issoire (vers 1450-1470) (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Légende 3. Fresque, Loreto Apruntino, Santa Maria in Piano, deuxième moitié du xive siècle – début du xve siècle (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende 4. Bartolomeo di Tommaso, chapelle Paradisi, l'église San Francesco de Terni (vers 1445-1451) : le Purgatoire (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende 5. Tommaso et Matteo Biasacci, fresque de l'église San Bernardino, Albenga (1483) : La Cité céleste et le Purgatoire (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 6. Canavesio (?), fresque de l'église San Bernardino, Triora (vers 1480-1500) : Le Purgatoire et l'entrée en la Cité céleste. (Tous Droits Réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540