Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table chrétienne

Le banquet chrétien au haut Moyen Âge (ve-xie s.) : un plaisir encadré

Jacques Voisenet

Texte intégral

  • 1 Le mot banchetum n’apparaît que tardivement, à la fin du Moyen Age, et est dérivé de Banco, banc, (...)
  • 2 Les termes sont variés : jentaculum, cibus meridianus, prandium, cibus vespertinus, cena, coena...
  • 3 Voir, entre autres, R Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’ant (...)
  • 4 Ambroise (mort en 397), De fide, 1,15, 98, Patrologie latine de Migne (P.L.), XVI, 551.
  • 5 Sulpice-Sévère (mort vers 420), De vita Martini, 25, 3.
  • 6 Augustin (mort en 430), Sermo 372, 2.
  • 7 Isidore de Séville (mort en 636), De ecclesiasticis officiis, 1, 29, 1, P.L. LXXXIII, 764.
  • 8 Grégoire le Grand (mort en 604), In evangelia homiliae, 23, 2, P.L. LXXV1, 1183.

1Le banquet1 médiéval, ce repas d’apparat au caractère solennel et exceptionnel, avec de nombreux convives et par opposition au repas quotidien2 à la simple fonction alimentaire, apparaît dans les textes sous divers vocables nobile prandium3, luxuriosum convivium, cena somptuosa, convivatio, aepulae... Ces termes s’appliquent aussi aux agapes communautaires des moines, à l’eucharistie (convivium sacrum4 ou convivium sanctum5, epulae6), au dernier repas du Christ avec ses apôtres (cena Domini7) et à sa commémoration par les chrétiens ou au banquet céleste des élus (convivium8). Ils désignent des formes de convivialité et de commensalité très diverses : banquet noble tourné vers les plaisirs charnels ; table familiale où se réunissent les membres de la parenté et les proches ; repas en commun des moines partageant une nourriture simple et codifiée ; réunion des croyants à la table du Seigneur, autant d’espaces ritualisés où vient se renforcer la cohésion et l’identité du groupe familial, chevaleresque, monastique ou chrétien.

2Au-delà des divers cercles du partage convivial, la littérature cléricale du Moyen Age offre trois images du festin, antagonistes et complémentaires : celle du banquet profane où s’étalent le luxe et l’abondance et qui suscite parfois de la réprobation devant les risques de débordements ; celle du banquet divin qui renvoie une représentation idéalisée des élus autour de Dieu à l’instar du Christ et de ses apôtres ; enfin celle du banquet chrétien qui, sans rejeter les plaisirs, les encadre et les oriente pour faire de la table un instrument d’édification.

3Le banquet profane trouve sa plus éclatante expression dans le nobile prandium qui témoigne de tout un rituel laïc du repas partagé.

  • 9 Ermold le Noir (mort après 838), Poème sur Louis le Pieux, vers 2338-2347, 2358-2359. Trad. E. Far (...)

4Il repose tout d’abord sur un caractère ostentatoire. Les potentes y font étalage de leur puissance à travers la profusion alimentaire, la richesse de la vaisselle et le nombre des convives. Ermold le Noir évoque au ixe siècle les préparatifs du festin qui doit suivre le baptême du roi Harold à la cour de Louis le Pieux : "Pendant ce temps on apprête les ressources de la maison impériale, mets divers et vins de toute espèce. Pierre, chef des panetiers, et Gunzo, chef des cuisiniers, s’emploient activement à disposer les tables. Ils y placent des serviettes de laine blanche et rangent les mets dans des plats clairs comme le marbre. L’un s’occupe du pain, l’autre des viandes, et l’on voit des vases d’or placés devant chaque plat. Un autre officier, Otho, dirige et stimule les échansons, préparant des vins purs et épais. (...) Les Danois admirent le festin, le mobilier de l’empereur, ses officiers"9. Une belle table est un signe de reconnaissance sociale. Cette mise en scène de l’abondance constitue dans une société de pénurie hantée par la peur de la faim, la preuve indéniable de la réussite et du rang de celui qui reçoit. Le spectacle de la générosité, exposé aux yeux de tous, est destiné moins à offrir un plaisir esthétique qu’un témoignage de l’élection et de la réussite du maître. Le puissant se reconnaît à sa table et aux mets qui la composent.

  • 10 M. Montanari, Valeurs, symboles, messages alimentaires durant le haut Moyen Age, Medievales, 1983, (...)
  • 11 Sur la question les ouvrages sont fort nombreux, je me permets de renvoyer à la bibliographie de m (...)
  • 12 Ermold le Noir, op. cit., vers 2424-2435.

5Le régime alimentaire noble repose sur la trilogie pain, viandes, vins comme le souligne le menu de baptême du roi Harold. Parmi les trois aliments, la viande apparaît comme l’élément de reconnaissance sociale le plus fort10. Même si l’on consommait de la viande de boucherie et des volailles lors de ces banquets, c’est la venaison qui caractérise le régime noble car elle évoque la force mais, surtout, un genre de vie aristocratique lié à la chasse11 . En pleine forêt, dans une loge de verdure, Louis le Pieux siège avec ses hôtes sur des fauteuils dorés alors que les chasseurs s’allongent sur l’herbe : "Bientôt les serviteurs apportent les chairs rôties des bêtes tuées à la chasse : une venaison variée couvre la table de l’empereur. La faim tombe ; ils portent les coupes à leurs lèvres, et à son tour la soif est chassée par le doux breuvage : le vin généreux réjouit ces cœurs hardis, et tous regagnent la cour avec entrain"12.

  • 13 Grégoire de Tours (mort vers 594), H. F., III, 15, trad. R. Latouche, tome 1, Paris, 1963, p. 156.
  • 14 Robert II le Pieux, roi de France, et Henri II le Saint, empereur de Germanie, se rencontrent en a (...)
  • 15 R. Le Jan, op. cit., p. 73...
  • 16 Richer (mort vers 1010), Histoire de France, IV, 47, trad. R. Latouche, Les Belles Lettres, Paris, (...)
  • 17 Le rapprochement n’est aussi que temporaire pour le roi des Wisigoths Alaric et Clovis : "Ils se r (...)

6Au-delà du faste et de la volonté d’éblouir, le banquet s’inscrit également dans le système de relations des puissants. Il permet tout d’abord de laisser exprimer une de leur valeur essentielle : la générosité. Grégoire de Tours nous rapporte dans son Histoire des Francs13 qu’un riche barbare du pays de Trêves achète un esclave, nommé Léon, et demande "au nouveau domestique ce qu’il sait faire, celui-ci répondit : « Pour tout ce qu’on doit manger à la table des maîtres, j’ai appris à fond à le faire et je ne crains pas qu’on puisse trouver mon pareil dans cette science. En vérité je te le dis, même si tu désires préparer pour le roi un festin, je peux composer des mets royaux et personne ne le fera mieux que moi ». Et celui-ci de répondre : « Voici précisément que le jour du soleil arrive (car c’est ainsi que la Barbarie a coutume d’appeler le dimanche). En ce jour mes parents et amis seront invités dans ma maison. Je te demande de faire un dîner qu’ils admirent et qu’ils disent : « Nous n’avons pas vu mieux dans la maison du roi ». Et l’autre répliqua : « Que mon maître commande qu’on rainasse une multitude de poulets et je ferai ce que tu ordonnes ». (...) Et il fit un grand repas, abondant en mets délicieux. Lorsqu’ils eurent tous banqueté et loué le repas, les parents du barbare se retirèrent. Le maître rendit grâce à cet esclave et celui-ci reçut pouvoir sur tout ce que son maître avait à sa disposition". Grâce au savoir-faire de l’esclave, le maître peut exhiber une table véritablement "royale" et toute la splendeur de sa potestas. Sa générosité, tournée vers sa famille et ses égaux, s’intègre à la pratique aristocratique du don et du contre-don. Ces échanges de cadeaux (épées, objets rares, tissus, chevaux) et de repas somptueux jouent un rôle essentiel pour sceller les liens d’amitié et les réconciliations, pour marquer le statut de chacun et confirmer la paix14. Le mobile prandium, offert aux égaux, efface la hiérarchie par la convivialité et le partage du même repas mais en même temps il la renforce subtilement. Le banquet permet de matérialiser les rapprochements matrimoniaux ou politiques, d’affermir les alliances et d’effacer les antagonismes15. C’est ce que souhaite Charles de Lorraine en invitant l’évêque Adalbéron de Laon : "Or, une nuit où il était assis à souper gaiement, Charles, qui tenait une coupe où il avait rompu son pain pour le faire tremper dans du vin, la lui tendit, après mûre réflexion, en disant : « (...) Je vous offre, à l’approche de la passion de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ce vase qui convient à votre dignité avec le vin et le pain rompu. Videz cette coupe en signe de la fidélité que vous m’avez jurée et que vous devez me garder. Si vous n’avez pas l’intention de la garder, ne touchez pas à cette coupe pour ne pas donner à nouveau le spectacle horrible de Judas le traître ! » Adalbéron répondit : « Je prendrai le vase et je boirai volontiers le breuvage. (...) Et je garderai ma foi. Sinon que je périsse avec Judas ! » Il proféra encore beaucoup d’autres imprécations du même genre en présence des convives"16. Mais cela ne l’empêche pas de faire Charles prisonnier au petit jour.17

  • 18 La réconciliation – momentanée – entre Charles de Lorraine, Arnoul et Adalbéron est marquée par un (...)
  • 19 F. Collard, Le banquet fatal : la table et le poison dans l’Occident médiéval, La sociabilité à ta (...)
  • 20 Grégoire de Tours, Hist. Franc. X, 27 De même au cours d’un banquet en 1016 qui devait marquer la (...)

7Véritable instrument diplomatique au service de la paix, le repas partagé favorise – en principe – les réconciliations18, resserre les liens entre les partis antagonistes. Mais parfois la convivialité est trahie et les règles de l’hospitalité sont bafouées par l’irruption de la violence rixes, empoisonnements19, assassinats. Ainsi, Frédégonde, ne réussissant pas à réconcilier deux camps déchirés par la vendetta, trouve une solution expéditive : "Ayant invité beaucoup de gens à un banquet, elle les fit asseoir tous les trois (Charivald, Leudovald et Walden) sur un même banc ; puis comme le banquet s’était prolongé jusqu’au moment où la nuit couvrait le monde, on enleva la table, comme c’est la coutume des Francs et ceux-ci restèrent assis sur leur banc (...). C’est alors que sur un ordre de la femme (Frédégonde) des hommes se postèrent avec trois haches dans le dos de ces trois personnages et (...) les brandirent d’un seul coup pour ainsi dire. Lorsque nos hommes furent abattus, le festin cessa » 20. Le banquet aristocratique offre donc un équilibre fragile, l’image d’une générosité tournée uniquement vers les puissants et d’une nourriture riche sujette à exciter les sens.

8Les clercs n’ont pas alors manqué d’exprimer leur méfiance à l’égard du festin profane et laïc.

  • 21 H.F., IV, 35.

9Il est en effet l’expression d’un égoïsme de classe bien éloigné de la véritable charité qui se manifeste dans la distribution d’aliments aux pauvres. Grégoire de Tours déplore le comportement du prêtre Eufrasius, fils du sénateur Euvodius, qui "enivrait souvent les barbares, mais restaurait rarement les nécessiteux"21.

  • 22 Voir, entre autres, M. Vincent-Cassy, Les animaux et les péchés capitaux : de la symbolique à l’em (...)
  • 23 Clément, Pédagogue, I. Il, ch. I, 4, 1.
  • 24 Idem, II, I, 7, 4.
  • 25 Césaire (mort en 542), Sermon, 46, 5.
  • 26 Jérôme (mort en 420), Advenus lovinianum, I, 36, P.L. XXIII, 260 C.
  • 27 Jérôme, idem, II, 37 : Luxuria ventris.
  • 28 Epist. 117, 6, 4.
  • 29 Maxime de Turin (ve s), Hom. 49, P.L. LVII, 339-340 Voir J. Voisenet, Bestiaire chrétien, Toulouse (...)
  • 30 Clément d’Alexandrie (mort vers 216) dans le chapitre intitulé "Dans quelle mesure doit-on se prêt (...)
  • 31 Ausone, au ive siècle, suggère après avoir mangé et bu d’entamer une discussion sérieuse ou bien l (...)
  • 32 Canones Hibernenses II, 12 ; Colomban B, III, (15) ; Pseudo-Théodore IV (19), 15... Edition F.W.H. (...)

10Les plaisirs de la table favorisent aussi toutes sortes de débordements. Les clercs stigmatisent la goinfrerie et l’ivrognerie. La gula désigne, au sens premier, la gorge, le gosier, puis l’un des sept péchés capitaux22. La gourmandise est dénoncée par une longue tradition, depuis les Pères de l’Eglise comme Clément d’Alexandrie : "Un homme gourmand n’est rien d’autre qu’une bouche"23. Les gloutons sont "des gens qui rampent sur le ventre, des bêtes à figure humaine (...) à l’image de la bête gourmande"24. Il s’agit d’une véritable bestialisation qui touche le mangeur excessif ou l’ivrogne, condamnés à une vile reptation. Le serpent et le vin ont la même capacité de tromperie. Césaire d’Arles s’écrie au vie siècle : "Ne regarde pas le vin quand il flamboie, lorsque sa couleur resplendit dans un verre, car il commence par caresser, mais il mordra bientôt comme un serpent et comme un basilic il versera son poison"25. On trouve une forte corrélation entre gula (qui désigne aussi la concupiscence charnelle)26 et luxuria, la luxure (qui s’applique également à toutes sortes d’excès) 27. Les plaisirs de la table mènent tout naturellement aux plaisirs de la chair, surtout lorsqu’ils s’accompagnent de musiques lascives. Saint Jérôme évoque le chant des sirènes pour dénoncer la dépravation des banquets en musique28 tandis que Maxime de Turin utilise ces êtres tentateurs pour dénigrer les courtisanes29. Il existe donc des liens étroits entre la gourmandise, la luxure et la musique30. Sans aller jusqu’au plaisir sexuel, le banquet permet de mêler les mets fins aux mots libertins. 31 Ce ne sont pour les clercs que propos indécents et grossièretés. De tels débordements sont favorisés par l’excès de vin et de viandes qui "échauffent". C’est pour cela que les Pénitentiels imposent souvent aux délinquants sexuels le jeûne avec privation de ces deux éléments32.

  • 33 Clément recommande de "s’abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang, des chairs étouffées e (...)
  • 34 Grégoire de Tours, Vie des Pères, VI, 2, M.G.H S.R.M. I, 681 : ... in quo barbaries proxima libami (...)
  • 35 C J. Héfélé, Histoire des conciles, III, T partie, p. 997.
  • 36 Le diacre Vulfilaïc confie à Grégoire de Tours qu’il ne se nourrit que de pain, de légumes et d’un (...)

11En plus, derrière la consommation de la viande, continue à planer l’ombre du paganisme avec la manducation rituelle, lors de banquets, de la chair des animaux sacrifiés aux idoles33. Lorsque saint Gall arrive au début du vie siècle à Cologne, il y trouve "un temple rempli de divers ornements, où les barbares du voisinage venaient faire des sacrifices et se gorger de viandes et de vin jusqu’à vomir"34. Inlassablement répétées jusqu’au vie siècle, ces interdictions se maintiennent au haut Moyen Age en particulier sur les "fronts" de la Chrétienté en contact avec les coutumes païennes. Un concile anglais de 787 demande de "détruire les restes de superstitions païennes, par exemple, manger de la viande de cheval, percer le nez des chevaux, leur couper la queue"35. Plus qu’un interdit jeté sur un animal particulier, c’est le tabou du sang et du sexe qui se profile ici, où le clerc refuse à la fois la viande saignante et la chair offerte. De lourds soupçons pèsent sur le banquet laïc car il favorise les bas instincts, les plaisirs du ventre et du bas ventre, marqués par le sceau du péché et du paganisme36. Lieu de tous les excès, il s’oppose à l’harmonie et aux valeurs du festin céleste.

  • 37 Grégoire de Tours, Vie des Pères, XII, prologue à la vie d’Emilien et de Brachion. M.G.H. S.R.M. I (...)
  • 38 Matth. XXVI, 17-35 ; Marc XIV, 17-25 ; Luc XXII, 14-20.
  • 39 Matth. XXVI, 26-27...
  • 40 C. Ruch, Dictionnaire de Théologie Catholique, X, p. 831 Le Christ est "l’agneau pascal immolé pou (...)
  • 41 Hist. eccl. V, 1, Patrologie grecque XX, 419 A : « Qui fieri posset, inquit, ut infantes contedere (...)
  • 42 Gézon (fin du xe s), Liber de corpore et sanguine Christi, 42, PL. CXXXVII, 394-395 : Maximo, inqu (...)
  • 43 Luc XXIV, 30-32.
  • 44 Clément, op. cit., II, 1, 6, 1. Mais il y a quand même une complémentarité. Lorsque Robert le Pieu (...)
  • 45 Jean II, 2. Le miracle est renouvelé dans la vie de saint Abraham, abbé à Saint-Cirgues en Auvergn (...)
  • 46 Contentons nous de citer D Rigaux, La Cène aux écrevisses : table et spiritualité dans les Alpes i (...)
  • 47 On peut établir un certain parallèle avec le symposium grec ou bien le Banquet de Platon.
  • 48 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, 4.

12Le banquet divin offre au contraire une image idéalisée, celle des élus : "L’amour de Dieu élève l’homme au-dessus des choses de la terre, elle le fait monter au ciel et le place dans le paradis, où les âmes bienheureuses, ayant pris du vin nouveau de la vigne de vie, sont en festin au royaume de Dieu"37. A ces agapes célestes répond le dernier repas terrestre du Christ entouré de ses apôtres38. Les nourritures proposées sont toutes spirituelles (pain, vin, poissons, agneau pascal) et évoquent l’eucharistie instaurée par la Cène où le Christ fut en même temps convive et nourriture39. La communion des chrétiens est alors la réitération de ce qu’a fait le Christ au soir du Jeudi Saint. C’est un banquet sacrificiel où la victime immolée sur la croix offre son corps et son sang40. Cette manducation a parfois été mal comprise lorsqu’elle était observée par des gens extérieurs au christianisme et qui l’ont assimilée à de l’anthropophagie. C’est la rumeur que les païens faisaient courir sur les premiers chrétiens comme en atteste Eusèbe, dans son Histoire ecclésiastique, où une femme, Biblis, s’écrie devant ses juges : "Comment donc pourraient-ils manger des enfants, eux qui n’ont même pas le droit de se nourrir du sang d’animaux dépourvus de raison ? " 41 Pourtant cette anthropophagie est curieusement récupérée au haut Moyen Age, par les clercs eux-mêmes, pour défendre la thèse de la transsubstantiation. Gézon de Tortone, abbé de Saint-Marcien, rapporte qu’un juif catéchumène fut un jour pris de terreur au moment de la communion en voyant le corps d’un homme découpé en morceaux sur l’autel et les mains rougies de sang des prêtres42. Ce témoignage précieux, venant d’un juif, confirme qu’il s’agit d’une théophagie avec la consommation du corps et du sang du Christ. Le banquet divin est bien un lieu de révélation et d’élévation comparable au repas à Emmaüs où les convives aveuglés découvrent soudain la véritable nature de leur invité43. Le banquet céleste s’oppose au banquet terrestre44 et se place sur un plan strictement spirituel. Certes, il offre l’image de l’abondance alimentaire et du luxe comme en témoignent le miracle des noces de Cana45 ou les représentations de la Cène46 mais ce n’est à envisager que d’un point de vue allégorique. Les plaisirs exhibés ne sont que spirituels. La table est un instrument de connaissance qui permet d’accéder au savoir suprême47. La bouche n’engloutit pas vins et viandes ni ne profère des chansons ou des propos licencieux mais ingurgite des nourritures vivifiantes et prononce des paroles salutaires. C’est par la bouche et le verbe du Christ que le pain devient chair et le vin sang. Cette métamorphose favorise celle du pécheur en homme repentant. Les douze conspirateurs – tels des anti-apôtres – qui voulaient assassiner Robert le Pieux au moment des fêtes de Pâques sont jetés en prison avant d’être jugés. Dans sa grande bonté, le roi les fait restaurer abondamment dans la vaisselle royale et leur permet de recevoir le corps et le sang du Christ. Promis à la peine capitale par le juge, le roi les gracie car "on ne peut condamner ceux qui furent fortifiés par la nourriture et la boisson célestes"48. Les mets de la table royale et de la table divine offrent une double miséricorde, le pardon et la Rédemption.

13Entre les excès du banquet laïc et l’image idéalisée et toute spirituelle du banquet divin s’ouvre alors la perspective du banquet chrétien, fondé sur la modération et l’élévation. Il doit conduire le croyant des satisfactions charnelles aux vérités spirituelles.

  • 49 Clément, op. cit., II, I, 2, 1.
  • 50 Contre la musique qui "effémine", Clément recommande le recours à la trompette (qui évoque la résu (...)
  • 51 Jérôme,Ep. 22, 37...
  • 52 Au lieu de chants érotiques, Clément, id., II, IV, 44, 4. Cf. Paul, 1 Cor. 10, 31.
  • 53 Ce que faisaient les juifs, Matth. 14, 19 ; 15, 36 ; Luc 24, 30.
  • 54 Un prêtre poitevin, Pannichius, intrigué par une mouche qui cherche de façon insistante à se poser (...)
  • 55 Vita Declani, XXV, éd. C. Plummer, Vitae S. Hiberniae, Oxford, 1910, II, p. 50.

14Les plaisirs ne sont pas interdits mais simplement encadrés. La nourriture doit être "simple et sans recherche" et servir à la vie et non à la sensualité49. Il convient aux conversations, chants et divertissements de rester "honnêtes"50. On ne peut les rechercher pour eux-mêmes mais il faut toujours les inscrire dans une perspective spirituelle. Tout repas et, à plus forte raison, tout banquet, doit être précédé par le bénédicité51, entrecoupé par des louanges à Dieu52 et se terminer par des actions de grâce53. La prière et le signe de croix permettent d’éviter les pièges comme l’empoisonnement54 ou la consommation d’aliments prohibés. Déclan d’Ardmore échappe ainsi au traquenard du païen Dercanus : "Pour se moquer des chrétiens, il ordonna à ses serviteurs qu’ils tuent en cachette un chien, qu’ils dissimulent ses pattes et sa tête dans la terre et fassent mijoter sa viande et la portent ensuite aux disciples de saint Déclan pour leur repas. Il leur recommanda de choisir un chien qui fut gras et qu’ils les persuadent qu’ils mangeaient une viande tendre comme celle de l’agneau. Comme les disciples disaient : « Père, bénis notre repas », il leur répondit : « Je vois vraiment l’œuvre du diable dans cette viande ». (...) Par la grâce de Dieu le saint homme vit alors la griffe d’une patte de chien parmi les morceaux de viande"55.

  • 56 Grégoire le Grand, Dial. I, 9, 8.
  • 57 Concile In Trullo, canon 61, Pat. grecque CXXXVII, 720 D.
  • 58 J. Voisenet, Bestiaire chrétien, p. III ; Physiologus version B, XXI ; version Y, XXV...

15La bénédiction et les actions de grâce permettent de transformer le repas en temps chrétien et de contenir les éléments païens. Ainsi, Grégoire le Grand raconte que l’évêque Boniface s’apprêtait un jour à se mettre à table chez un notable : "se présenta à la porte un homme avec un singe qui donna aussitôt un coup de cymbale. Le saint se hérissant à ce bruit s’écrie : « Ah ! Ah ! Il est mort ce malheureux, il est mort ce malheureux. Je suis venu à table pour manger, je n’ai pas encore ouvert la bouche pour louer Dieu, et lui avec son singe il arrive et il donne un coup de cymbale »... " Par charité il lui fait donner à boire et à manger mais dès que l’homme sort de la maison, il se fait écraser par un rocher56. Un tel récit cherche à faire respecter, par une véritable pédagogie de la peur, le bénédicité mais aussi à encadrer fermement les divertissements au caractère trop païen comme le dresseur de singe. Le concile In Trullo (de 692) condamne ceux "qui montrent des ours ou d’autres animaux pour tromper les simples"57. Les montreurs d’ours vendaient, entre autres, les poils de leur bête comme amulettes. Le courroux de l’évêque Boniface devant l’irruption du singe est justifié par la nature maléfique et diabolique de l’animal58 et par le bruit qu’il fait avec ses cymbales, le vacarme étant un signe démoniaque. Il faut faire du banquet un moment et un espace protégé où est mis en avant un véritable code de valeurs chrétien.

  • 59 Règle de saint Augustin : ordo numasterii, 7 : « A table on se taira en écoutant la lecture » ; pr (...)
  • 60 Grégoire de Tours, Vie des Pères, I, 3, trad. H.L. Bordier, Paris, 1985, pp. 17-18 Un même méconte (...)
  • 61 "Par nature l’homme n’est pas un mangeur de viande mais un mangeur de pain", Clément, id., II, VII (...)
  • 62 Fortunat (mort vers 600), Vita s. Radegundis, IV Une fois le voile pris, elle ne s’alimente plus q (...)

16Le suivi d’une norme alimentaire devient impératif avec le jeûne et l’abstinence. Le repas monastique apparaît comme un modèle avec son caractère égalitaire, sa simplicité, le silence ou l’écoute d’une lecture édifiante59. Le régime ascétique repose sur la trilogie pain, végétaux (crus ou bouillis), eau. Son respect conduit à une négation et au rejet du banquet et des plaisirs. Lorsque l’abbé Lupicin entre dans les cuisines d’un monastère en Alémanie "il vit un grand appareil de divers plats, ainsi qu’une multitude de poissons amoncelés, et il dit en son cœur : « il n’est pas bien que des moines, dont la vie est celle de solitaires, usent d’apprêts aussi inconvenants ». Et aussitôt il fit préparer un grand chaudron de cuivre, et lorsque celui-ci, placé sur le feu, eut commencé à s’échauffer, il mit ensemble tous les mets préparés, tant les poissons que les herbes et les légumes, et tout ce qu’on avait destiné au repas des moines, puis il dit : « Que maintenant les frères se rassasient de cette bouillie, car ils ne doivent pas s’abandonner à des délices qui peuvent les écarter de leurs divines occupations ». Dès que ceux-ci le surent, ils en furent très mécontents"60. Le régime ascétique oppose au gras le maigre, à la viande le pain61, au matériel le spirituel. Lorsque Radegonde mange avec son époux, Clotaire Ier, elle glisse un plat de légumes (fèves et lentilles) au milieu des mets royaux.62

  • 63 Grégoire le Grand, Dialogues, I, 1 -2, trad. A. de Vogüe, Sources chrétiennes.

17A la triade pain-eau-légumes s’ajoute le poisson qui permet de jeûner le vendredi. Grégoire le Grand nous rapporte que saint Honorat enfant refuse au cours d’un banquet de manger de la viande et réclame du poisson. Ses parents se moquent de lui : « Mange donc ! Est-ce que nous allons t’apporter un poisson sur ces montagnes ? » Grégoire précise alors qu’"en ce lieu on avait souvent entendu parler de poisson mais on n’en avait jamais vu". L’eau venant à manquer, un serviteur rapporte un seau où se trouve miraculeusement un poisson. "C’est ainsi qu’un poisson montagnard lava l’homme de Dieu de l’opprobre des plaisanteries"63 Par son comportement, le jeune Honorat se marginalise, il opte pour une convivialité limitée et réglementée.

  • 64 Marc 7, 28 ; Matth. 15, 27.
  • 65 Dhuoda (IXe s.), Manuel à mon fils, I, 2, 7-9, trad. P. Riché, Sources chrétiennes n° 225, pp. 98- (...)
  • 66 Pour Jésus, "c’est Marie qui a choisi la meilleure part", Luc 10, 42 Pourtant le rôle de Marthe es (...)
  • 67 Luc 10, 38-42. Alors que Judas plonge la main dans le plat en même temps que le Christ, Jean, l’ap (...)
  • 68 Nombreux sont les ouvrages traitant « Du mépris du monde » (De comtemptu mundi) qui dénigrent les (...)
  • 69 Roger de Caen, Carmen de mundi contemptu, faussement attribué à Anselme, P.L. CLVIII, 691, voir R. (...)
  • 70 Roger de Caen, De comtemptu..., P.L. CLVIII, 702. Il conspue le bon vivant : « Comblé de plats, le (...)

18Le banquet chrétien met ainsi en exergue certaines valeurs comme l’humilité. Dhuoda, au ixe siècle, compare sa démarche de chrétienne à celle du petit chien64 : "Or il arrive que parfois une petite chienne indiscrète, sous la table de son maître, parmi les autres petits chiens, puisse attraper et manger les miettes qui tombent"65. On retrouve ici le thème du chrétien comme convive marginal, présent sans être là, en dehors du monde concret, et qui préfère les nourritures spirituelles comme Marie, à Béthanie, écoutant le Christ alors que sa sœur Marthe66 s’affairait pour préparer le repas67. Cette idée entretient durant tout le Moyen Age le mépris monacal du monde68 et de ses plaisirs qui "endorment" et font passer à côté de la vraie vie : "N’aimez rien de ce qui plaît aux sens, car ce qui charme la chair nuit à l’esprit ; les joies du monde engendrent des souffrances étemelles ; la vie brève prive de la vie éternelle"69 d’où le rejet de la vaisselle précieuse, des plats recherchés, du riche mobilier, des chants et de la musique (cithare et lyre) 70.

  • 71 M. Aureli, N. Gauthier, C. Virlouvet, Le roi mangeur et les élites à table, La sociabilité à table (...)
  • 72 "Quand tu donneras une réception, appelle les pauvres", Luc 14, 12-13. Ermold le Noir, dans ses Ep (...)
  • 73 Paulin de Nole (mort en 431), Epist. XIII, II, P.L.LXI, 213.
  • 74 On connaît bien celles organisées par les monastères : pain, bière, morceaux d’anguilles... Voir A (...)
  • 75 Helgaud, Vie de Robert le Pieux, 5.
  • 76 Cette prodigalité ne s’exprime pas uniquement vers les pauvres mais aussi vers le peuple des croya (...)

19Le banquet chrétien valorise aussi d’une part la tempérance (dans la conversation et les chants), la modération et la frugalité – vertu à la fois romaine71 et monastique –, et d’autre part la charité et la générosité qui ne doivent pas s’exprimer envers les puissants mais à l’encontre des pauvres72. Paulin de Nole évoque à la fin du ive siècle le banquet donné par Pammachius à Saint-Pierre en l’honneur de son épouse défunte, Paulina73, mais ce type d’œuvre charitable recule au haut Moyen Age devant une autre forme de générosité : les distributions alimentaires74. Pourtant Robert le Pieux continue au début du xie siècle de réunir dans son palais une foule de "saints pauvres" qu’il nourrit abondamment de viandes et de boisson. Un pauvre, allongé sous la table du roi et qui reçevait la nourriture de sa main, en profite même pour voler un ornement de six onces d’or du manteau royal75. Cette générosité "verticale", du possédant vers le pauvre76, s’oppose à la prodigalité "horizontale", du puissant aux autres potentes, du banquet aristocratique.

  • 77 Grégoire, évêque de Langres, pour ne pas être taxé d’ostentation dans son abstinence, dissimule le (...)
  • 78 Helgaud de Fleury loue Robert le Pieux qui "aimait la simplicité : il se livrait aux conversations (...)

20La table est donc un outil mis au service du croyant pour son perfectionnement ; il lui permet d’acquérir des vertus chrétiennes (humilité77, tempérance, simplicité78, charité) et de progresser dans son édification. Au contraire, par l’excommunication, les mauvais chrétiens se trouvent écartés de cet espace salutaire.

21Les clercs du haut Moyen Age, à la suite des Pères de l’Eglise, ont donc moralisé les pratiques conviviales, ont érigé la table en instrument pédagogique et ont défini un modèle du mangeur chrétien. Charlemagne a été présenté comme ce mangeur exemplaire à travers le portrait qu’Eginhard dresse dans la Vita Caroli : « Il se montrait sobre de nourriture et de boisson, surtout de boisson : car l’ivresse, qu’il proscrivait tant chez lui que chez les siens, lui faisait horreur chez qui que ce fût. Pour la nourriture, il lui était difficile de se limiter autant, et il se plaignait même souvent d’être incommodé par les jeûnes.

  • 79 Eginhard (mort en 840), Vita Caroli, 24, trad. L, Halphen, Champion, Paris, 1923, pp. 71-73.
  • 80 J. Le Goff, Saint Louis à table : entre commensalité royale et humilité alimentaire, La sociabilit (...)
  • 81 Eginhard, Vita Caroli, 33.

22Il banquetait très rarement, et seulement aux grandes fêtes, mais alors en nombreuse compagnie. Normalement, le dîner ne se composait que de quatre plats, en dehors du rôti que les veneurs avaient l’habitude de mettre à la broche et qui était son plat de prédilection. Pendant le repas, il écoutait un peu de musique ou quelque lecture. On lui lisait l’histoire et les récits de l’antiquité. Il aimait aussi se faire lire les ouvrages de saint Augustin et, en particulier, celui qui est intitulé : La cité de Dieu »79. Charlemagne constitue le prototype du roi mangeur chrétien qui trouva sa pleine expression avec saint Louis80. Mais Eginhard rappelle par ailleurs, dans le testament de Charlemagne, la magnificence du décor impérial avec "les vases et ustensiles d’airain, de fer ou d’autre métal" (...), avec "trois tables d’argent et une table d’or d’une taille et d’un poids considérable"81 . Il réunit donc dans une même figure l’image de la modération et de la prodigalité, de la frugalité (presque – ! – monastique) et de la générosité et de l’éclat du prince, il fait le lien entre les deux formes de banquets – communautaire et aristocratique – et superpose deux éléments en apparence contradictoire, le code chrétien et le code laïc.

  • 82 Il promet aux apôtres qui sont restés avec lui dans les épreuves : « Vous mangerez et boirez à ma (...)

23L’image du banquet au haut Moyen Age repose sur deux pôles antagonistes mais complémentaires, constitués par le plaisir du corps et l’élan de l’esprit. Le banquet est un espace où se chevauchent divers codes de valeurs -aristocratique et chrétien, laïc et clérical –, diverses sphères – humaine et divine, matérielle et spirituelle, des vivants et des morts – et il revêt presque toujours une dimension symbolique. Le festin est un pourvoyeur à la fois de nourritures terrestres et célestes. Dans un contexte généralisé de pénurie, le spectacle de l’abondance – au-delà du simple étalage ostentatoire – se charge d’une valeur pédagogique et invite les hommes, tous les "pauvres", à rejoindre le "banquet du Seigneur"82.

Notes

1 Le mot banchetum n’apparaît que tardivement, à la fin du Moyen Age, et est dérivé de Banco, banc, attesté au xie siècle et provenant du germanique Bank qui désigne un siège allongé et étroit. Voir le Dictionnaire historique de la langue française, I, p. 177.

2 Les termes sont variés : jentaculum, cibus meridianus, prandium, cibus vespertinus, cena, coena...

3 Voir, entre autres, R Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale. Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 85 pour la Vita Geretrudis, Monumenta Germ. Hist. (M.G.H.) Scriptores Rerum Meroving. (S.R.M) II, 454. On trouve aussi les expressions magnum prandium, prandium dignum... Voir Ermold le Noir, Carmen in honorent Hludowici, vers 881, 884.

4 Ambroise (mort en 397), De fide, 1,15, 98, Patrologie latine de Migne (P.L.), XVI, 551.

5 Sulpice-Sévère (mort vers 420), De vita Martini, 25, 3.

6 Augustin (mort en 430), Sermo 372, 2.

7 Isidore de Séville (mort en 636), De ecclesiasticis officiis, 1, 29, 1, P.L. LXXXIII, 764.

8 Grégoire le Grand (mort en 604), In evangelia homiliae, 23, 2, P.L. LXXV1, 1183.

9 Ermold le Noir (mort après 838), Poème sur Louis le Pieux, vers 2338-2347, 2358-2359. Trad. E. Faral, Paris, 1932, pp. 179-181.

10 M. Montanari, Valeurs, symboles, messages alimentaires durant le haut Moyen Age, Medievales, 1983, n°5, Nourritures, pp. 57-66 ; A Guerreau-Jalabert, Les nourritures comme figures symboliques dans les romans arthuriens, La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, actes du colloque de Rouen, 14-17 novembre 1990, réunis par F. Thélamon, Publ univ. de Rouen n° 178, 1992, pp. 35-40 ; L’animal dans l’alimentation humaine : les critères de choix, actes du colloque intern de Liège, 26-29 novembre 1986, Anthropozoologica, 2, n° spécial, 1988...

11 Sur la question les ouvrages sont fort nombreux, je me permets de renvoyer à la bibliographie de mes deux livres : Bestiaire chrétien, Toulouse, 1994 ; Bestiaire médiéval, Genève, 1997.

12 Ermold le Noir, op. cit., vers 2424-2435.

13 Grégoire de Tours (mort vers 594), H. F., III, 15, trad. R. Latouche, tome 1, Paris, 1963, p. 156.

14 Robert II le Pieux, roi de France, et Henri II le Saint, empereur de Germanie, se rencontrent en août 1023 sur les bords de la Meuse et, après avoir assisté à une messe et à un repas, ils s’échangent de l’or, de l’argent, des pierreries, des chevaux harnachés, des cottes de mailles, des casques, un évangéliaire richement décoré, un reliquaire, des plats d’or... Mais ils n’acceptent finalement qu’une infime partie de ces cadeaux Raoul Glaber (mort vers 1050), Histoires, livre III, II. Voir aussi G. Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie s., Paris, 1973, pp. 60-69 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir..., pp. 85-86, 113, 373... Fortunat dit que Radegonde agit "à la manière des rois" (regali more), lorsqu’elle comble de cadeaux les prêtres invités à sa table Vita Radegundis, XVIII.

15 R. Le Jan, op. cit., p. 73...

16 Richer (mort vers 1010), Histoire de France, IV, 47, trad. R. Latouche, Les Belles Lettres, Paris, 1937, tome II, pp. 217-219. Au banquet "politique" et aristocratique vient se superposer ici l’image du banquet sacré et christique.

17 Le rapprochement n’est aussi que temporaire pour le roi des Wisigoths Alaric et Clovis : "Ils se rencontrèrent dans une île de la Loire (...), après s’être entretenus ensemble, avoir mangé et bu de même et après s’être promis une amitié réciproque, ils se séparèrent pacifiquement" Grégoire de Tours, Hist. des Francs, II, 35.

18 La réconciliation – momentanée – entre Charles de Lorraine, Arnoul et Adalbéron est marquée par un repas où Arnoul siège à la droite du roi et Adalbéron à la gauche de la reine. Richer, Histoire de France, IV, 45.

19 F. Collard, Le banquet fatal : la table et le poison dans l’Occident médiéval, La sociabilité à table. Op. cit., pp. 335-342.

20 Grégoire de Tours, Hist. Franc. X, 27 De même au cours d’un banquet en 1016 qui devait marquer la réconciliation du comte Baldéric et de Wicmann, celui-ci est assassiné par Adèle, épouse du comte Alpert (ou Albert de Metz, début du xie s), De diversitate temporum libri II, M.G.H. SS. IV, p. 715 Voir R. Le Jan, op. cit., p. 90.

21 H.F., IV, 35.

22 Voir, entre autres, M. Vincent-Cassy, Les animaux et les péchés capitaux : de la symbolique à l’emblématique. Le monde animal et ses représentations au Moyen-Age (xie-xve siècles), Toulouse, 1985, pp. 121-132.

23 Clément, Pédagogue, I. Il, ch. I, 4, 1.

24 Idem, II, I, 7, 4.

25 Césaire (mort en 542), Sermon, 46, 5.

26 Jérôme (mort en 420), Advenus lovinianum, I, 36, P.L. XXIII, 260 C.

27 Jérôme, idem, II, 37 : Luxuria ventris.

28 Epist. 117, 6, 4.

29 Maxime de Turin (ve s), Hom. 49, P.L. LVII, 339-340 Voir J. Voisenet, Bestiaire chrétien, Toulouse, 1994, p. 282.

30 Clément d’Alexandrie (mort vers 216) dans le chapitre intitulé "Dans quelle mesure doit-on se prêter aux banquets ? "de son Pédagogue (II, IV, 40, 2) condamne ceux qui veulent "s’emplir les oreilles du son des cymbales ou des tambourins ou se laisser étourdir par les instruments de l’erreur" ou "des flûtes, instruments qui sont adaptés plutôt aux bêtes qu’aux hommes" (II, IV, 41, 1). Il établit aussi un lien entre musique et sexualité en rappelant qu’on joue un air de flûte pendant la saillie des juments (II, IV, 41, 2).

31 Ausone, au ive siècle, suggère après avoir mangé et bu d’entamer une discussion sérieuse ou bien licencieuse, voir La sociabilité à table..., op. cit., p. 114.

32 Canones Hibernenses II, 12 ; Colomban B, III, (15) ; Pseudo-Théodore IV (19), 15... Edition F.W.H. Wasserschleben, Die Bussordnungen der abendländischen Kirche, Graz, 1958, pp. 140, 355, 582...

33 Clément recommande de "s’abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang, des chairs étouffées et de la fornication", Péd. II, VII, 56, 2. Voir Ex. 34, 15 ; I Co. 10, 28.

34 Grégoire de Tours, Vie des Pères, VI, 2, M.G.H S.R.M. I, 681 : ... in quo barbaries proxima libamina exhibens, usque ad vomitum cibo potuque replebatur.

35 C J. Héfélé, Histoire des conciles, III, T partie, p. 997.

36 Le diacre Vulfilaïc confie à Grégoire de Tours qu’il ne se nourrit que de pain, de légumes et d’un peu d’eau et qu’il prêche aux paysans qui adorent une statue de Diane que "les idoles ne sont rien et que le culte qu’ils paraissaient exercer n’était rien et qu’ainsi ces cantiques eux-mêmes qu’ils chantaient au milieu de libations et de débauches prolongées étaient indignes", Grégoire de Tours, Hist. Franc, VIII, 15.

37 Grégoire de Tours, Vie des Pères, XII, prologue à la vie d’Emilien et de Brachion. M.G.H. S.R.M. I, 711 : ... ex illius vitis vitalis sumpto vini novi liquore, aepulantur in regna Dei.

38 Matth. XXVI, 17-35 ; Marc XIV, 17-25 ; Luc XXII, 14-20.

39 Matth. XXVI, 26-27...

40 C. Ruch, Dictionnaire de Théologie Catholique, X, p. 831 Le Christ est "l’agneau pascal immolé pour nous", 1 Cor. V, 7.

41 Hist. eccl. V, 1, Patrologie grecque XX, 419 A : « Qui fieri posset, inquit, ut infantes contederent, quibus ne sanguinem quidam animantium degustare licet. Tandis que Blandine proclame : « Je suis chrétienne et il ne se fait rien de mal chez nous » (Christiana sum, et nihil apud nos mali geritur). Idem, 415 C.

42 Gézon (fin du xe s), Liber de corpore et sanguine Christi, 42, PL. CXXXVII, 394-395 : Maximo, inquit, pavore, et tremore conficior, nam video corpus perfectae aetatis viri super hoc altarium fuisse depositum, et per partes diruptum, manus vestras ipsius inspicio cruore madescere, et non advertitis digitorum vestrorum nodos sanguine infectos rubrum mutasse colorem ?

43 Luc XXIV, 30-32.

44 Clément, op. cit., II, 1, 6, 1. Mais il y a quand même une complémentarité. Lorsque Robert le Pieux rencontre l’abbé Lezcelinus du monastère de Saint-Arnoul-de-Crépy "ils prirent ensemble la nourriture du corps et celle de l’âme", Helgaud (mort vers 1048), Vie de Robert le Pieux, 23, trad. R.-H. Bautier, CNRS, 1965, p. 61.

45 Jean II, 2. Le miracle est renouvelé dans la vie de saint Abraham, abbé à Saint-Cirgues en Auvergne. Alors qu’il ne reste que quatre amphores de vin à distribuer au peuple assemblé pour célébrer sur le parvis de l’église la fête paroissiale, Abraham obtient, après avoir prié, du vin en abondance, Grégoire de Tours, Vie des Pères, III, M.G.H S.R.M. I, 673.

46 Contentons nous de citer D Rigaux, La Cène aux écrevisses : table et spiritualité dans les Alpes italiennes au Quattrocento, La sociabilité à table..., op. cit., pp. 217-228.

47 On peut établir un certain parallèle avec le symposium grec ou bien le Banquet de Platon.

48 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, 4.

49 Clément, op. cit., II, I, 2, 1.

50 Contre la musique qui "effémine", Clément recommande le recours à la trompette (qui évoque la résurrection des morts), la harpe, la cithare ou le tambourin. Péd. II, IV, 41, 4. Mais le meilleur "instrument" reste le logos, la parole qui loue Dieu, en particulier par le chant des Psaumes, id., II, IV, 42, 3.

51 Jérôme,Ep. 22, 37...

52 Au lieu de chants érotiques, Clément, id., II, IV, 44, 4. Cf. Paul, 1 Cor. 10, 31.

53 Ce que faisaient les juifs, Matth. 14, 19 ; 15, 36 ; Luc 24, 30.

54 Un prêtre poitevin, Pannichius, intrigué par une mouche qui cherche de façon insistante à se poser sur sa tasse lors d’un repas, fait un signe de croix pour se prémunir du piège diabolique qu’il pressent Le liquide se partage en quatre et tombe par terre. Grégoire de Tours, De gloria martyrorum, I, 106, M.G.H S.R.M. I, 561 : Pannichius Pictavensis termini presbiter, dum ad convivium cum amicis quos evocaverat resederet, poculum poscit. Quo accepto musca inportunior circumvolans inquinare poculum nitebatur. Quod cum saepius manu presbiter abigisset, et illa paulum elevans rursus reverti niteretur, sensit esse insidiam inimici, susceptumque laeva poculum, de dextera crucem facit ; mox in quattuor divisimi parti bus, liquor qui inerat, elevata in excelso unda, terrae diffunditur, patuit namque manifestissime fuisse haec insidiam inimici.

55 Vita Declani, XXV, éd. C. Plummer, Vitae S. Hiberniae, Oxford, 1910, II, p. 50.

56 Grégoire le Grand, Dial. I, 9, 8.

57 Concile In Trullo, canon 61, Pat. grecque CXXXVII, 720 D.

58 J. Voisenet, Bestiaire chrétien, p. III ; Physiologus version B, XXI ; version Y, XXV...

59 Règle de saint Augustin : ordo numasterii, 7 : « A table on se taira en écoutant la lecture » ; praeceptum III, 2 : « Pendant toute la durée du repas, écoutez la lecture habituelle sans interrompre ni protester. Que votre bouche ne soit pas seule à absorber la nourriture, mais que vos oreilles soient aussi affamées de la parole de Dieu » Règle des quatre Pères, 2, 42. Seconde règle des Pères, 46. Règle de l’abbé Macaire, 18. Troisième règle des Pères, 7. Règle du monastère de Tarnant, 8, 8. Ed. Règles monastiques d’Occident, IVe-VIe siècle, par V. Desprez, Vie monastique n° 9, Bégrolles-en-Mauges, 1981, pp. 71, 76, 101, 114, 146, 154, 270.

60 Grégoire de Tours, Vie des Pères, I, 3, trad. H.L. Bordier, Paris, 1985, pp. 17-18 Un même mécontentement habite Clotaire, lorsque son épouse, Radegonde, préfère s’adonner "aux choses de Dieu" plutôt que de rejoindre le roi à table, Fortunat, Vita Radegundis, VII.

61 "Par nature l’homme n’est pas un mangeur de viande mais un mangeur de pain", Clément, id., II, VII, 55, 3 "Personne au monastère de Condat n’ose aujourd’hui encore goûter aux aliments d’origine animale", Vie des Pères du Jura, 66.

62 Fortunat (mort vers 600), Vita s. Radegundis, IV Une fois le voile pris, elle ne s’alimente plus qu’avec du pain de seigle ou d’orge, des légumes ou des herbes potagères, de l’eau miellée et du poiré. Jamais elle ne prend de fruits, poissons, œufs, volailles, vin, hydromel ou cervoise, idem, XV, XXI.

63 Grégoire le Grand, Dialogues, I, 1 -2, trad. A. de Vogüe, Sources chrétiennes.

64 Marc 7, 28 ; Matth. 15, 27.

65 Dhuoda (IXe s.), Manuel à mon fils, I, 2, 7-9, trad. P. Riché, Sources chrétiennes n° 225, pp. 98-99.

66 Pour Jésus, "c’est Marie qui a choisi la meilleure part", Luc 10, 42 Pourtant le rôle de Marthe est aussi valorisé. Radegonde qui s’affaire auprès des pauvres qu’elle lave et restaure, coupant le pain, la viande et alimentant les plus faibles à la cuillère, est qualifiée par Fortunat de "nouvelle Marthe", Vita Radegundis, XVII.

67 Luc 10, 38-42. Alors que Judas plonge la main dans le plat en même temps que le Christ, Jean, l’apôtre préféré, ne prend pas part au repas, appuyé sur son maître, voir endormi sur la table. Voir D. Rigaux, La cène aux écrevisses, La sociabilité à table..., op. cit., pp. 224-225.

68 Nombreux sont les ouvrages traitant « Du mépris du monde » (De comtemptu mundi) qui dénigrent les plaisirs passagers du monde terrestre et louent les joies éternelles du ciel : Sermo de contemplu mundi, faussement attribué à Augustin, PL. XL, 1215-1218 ; Eucher (ve s), Epistola de contemptu mundi et saecularis philosophiae, PL. L, 711-726 , Léandre de Séville (mort en 596), Regula ou Liber de institutione virginum et contemptu mundi, P.L. LXXI1, 871-894 ; Smaragde de Saint-Mihiel (début du ixe siècle), Diadema monachorum, XIV, De mundi contemptoribus, P.L. CII, 610-611 ; Hermann de Reichenau (mort en 1054), De contemptu mundi, éd. E. Dümmler, Zeitschrift für deutsches Allerthum, XIII, 1867, pp. 385-434 ; Pierre Damien, (mort en 1072), Apologeticus de contemptu saeculi, PL. CXLV, 251-292 ; Roger de Caen (1090), Carmen de mundi contemptu, P.L. CLV1II, 688-708 ; Hugues de Saint-Victor (mort en 1140), Libri de vanitate mundi, P.L. CLXXVI, 703-740 ; Rythmi de mundi contemptu, attribué à saint Bernard (mort en 1153), P.L. CLXXXIV, 1314-1318...

69 Roger de Caen, Carmen de mundi contemptu, faussement attribué à Anselme, P.L. CLVIII, 691, voir R. Bultot, La doctrine du mépris du Monde, Christianisme et valeurs humaines, tome IV, Le xie siècle, vol. II, Jean de Fécamp. Hermann Contract Roger de Caen. Anselme de Canterbury, éd. Nauwelaerts, Louvain, Paris, 1964, p. 54.

70 Roger de Caen, De comtemptu..., P.L. CLVIII, 702. Il conspue le bon vivant : « Comblé de plats, le ventre plein, rempli de bonheur, le porc profite des plaisirs de la nuit avec des prostituées. O glorieuse vertu de l’homme ! O vie heureuse ! ».

71 M. Aureli, N. Gauthier, C. Virlouvet, Le roi mangeur et les élites à table, La sociabilité à table..., p. 120.

72 "Quand tu donneras une réception, appelle les pauvres", Luc 14, 12-13. Ermold le Noir, dans ses Epitres au roi Pépin, conseille le souverain : "Tu prêteras avec empressement l’oreille au pauvre, tu nourriras les indigents", Epitres..., 59.

73 Paulin de Nole (mort en 431), Epist. XIII, II, P.L.LXI, 213.

74 On connaît bien celles organisées par les monastères : pain, bière, morceaux d’anguilles... Voir Adalhard, abbé de Corbie (mort vers 826), Statuta, Corpus consuetudinum monasticarum, éd. J Semmler, I, 1963, pp. 365-408. Robert le Pieux fait donner aux pauvres du pain, du vin, des poissons, des légumes Helgaud, Vie de Robert, 21.

75 Helgaud, Vie de Robert le Pieux, 5.

76 Cette prodigalité ne s’exprime pas uniquement vers les pauvres mais aussi vers le peuple des croyants. Pour fêter l’arrivée du nouvel évêque de Clermont, Gall, le roi Thierry offre aux habitants de la ville un repas payé par le trésor public, Grégoire de Tours, Vie des Pères, VI, 3, M.G.R S.R.M. 1, 682 : ... iussit rex, ut, dates de publico expensis, cives invitarentur ad aepulum...

77 Grégoire, évêque de Langres, pour ne pas être taxé d’ostentation dans son abstinence, dissimule le fait qu’il mange du pain d’orge au lieu de froment et de l’eau au lieu du vin, Grégoire de Tours, Vie des Pères, VII, 2, M.G.H S.R.M. I, 687.

78 Helgaud de Fleury loue Robert le Pieux qui "aimait la simplicité : il se livrait aux conversations, aux repas et aux promenades de tous", Vie de Robert le Pieux, 2.

79 Eginhard (mort en 840), Vita Caroli, 24, trad. L, Halphen, Champion, Paris, 1923, pp. 71-73.

80 J. Le Goff, Saint Louis à table : entre commensalité royale et humilité alimentaire, La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Rouen, 1992, pp. 132-144 ; Saint Louis, Paris, 1996, pp. 624-641.

81 Eginhard, Vita Caroli, 33.

82 Il promet aux apôtres qui sont restés avec lui dans les épreuves : « Vous mangerez et boirez à ma table en mon Royaume », Luc 22, 30.

Auteur

Université de Toulouse II

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540