Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

Échange de mets, échange de mots, échange de corps dans le Conte du Graal

Jean-Jacques Vincensini

Texte intégral

  • 1 "Critique contemporain et clerc mediéval : le mirage de la similitude", Le clerc au Moyen Age. Aix (...)

1Cet exposé s’inscrit volontairement dans le prolongement de celui présenté l’an dernier1, exposé qui avait tenté d’atteindre quelques conclusions de méthode, restées, il faut bien l’avouer, plus programmatiques que concrètes. Après avoir éclairé les impasses où peuvent conduire les a priori "humanistes" et la tentation de la similitude, ces observations avaient souligné la nécessité de faire de l’altérité une vertu, de considérer l’art littéraire médiéval vraiment comme "autre". L’idée complémentaire était que cette altérité peut désormais mieux se comprendre grâce aux richesses méthodologiques moissonnées par l’anthropologie culturelle ou sociale (à l’exemple de Howard Bloch ou de Anita Guérreau-Jalabert) ou par l’anthropologie structurale (dans le sillage des travaux de Claude Lévi-Strauss). C’est ce second courant que je suivrai dans ces lignes.

2Plus précisément ce travail s’efforcera d’éclairer la signification du Conte du Graal par le biais des "manières de table" de Perceval, de ses façons de s’exprimer et de ses relations avec deux avenantes jeunes femmes que lui font croiser ses aventures. Une double hypothèse forme l’axe de mon propos : selon la première, Perceval a autant de mal à établir des relations équilibrées, mesurées, "civilisées" au sein de ces trois univers de sens ; selon la seconde, cette difficulté figure l’effort de tout texte mythique pour faire communiquer des termes ou des êtres à première vue discordants ou opposés.

  • 2 J.-P. Vernant, "Structure du mythe", Mythe et pensée chez les Grecs I, Etudes de psychologie histo (...)
  • 3 Considéré comme une sorte de répertoire inconscient (temporel, spatial, sexuel, économique, visuel (...)
  • 4 La pensée sauvage. Paris : Plon, Agora, 1962, p. 25.
  • 5 C. Lévi-Strauss, Des symboles et leurs doubles. Paris : Plon, 1989, p. 13.

3Un mot, tout d’abord, pour éclairer ce point de vue très général tout en évitant d’entrer dans des questions aux contours imprécis. On va le voir, le Conte du Graal donne une parfaite expression concrète à l’idée qu’un « système de multicorrespondances et de surdétermination symbolique caractérise l’activité mentale dans le mythe »2. Quel sens l’anthropologie structurale accorde-t-elle à cette affirmation ? Les termes d’un "code"3 ne sont que des figures que l’homme combine afin de penser : confronté à l’incompréhension des choses du monde, l’homme tente de rendre intelligible ce donné insatisfaisant ; aucun code, aucune source de sens, n’échappe alors aux disjonctions, branchements, relais, qu’effectue la pensée sur les données foisonnantes de la réalité sensible. Extraites par l’observation concrète ou l’expérience empirique – celle de boire et de manger, par exemple – ces données sont reliées, corrélées, sous l’effet de ce que Claude Lévi-Strauss appelle joliment la « frénésie associative »4. En d’autres mots, les figures sensibles ou concrètes (on pense à celles des manières de table) sont comme "dénaturées" et saisies dans le tourbillon des associations, des rapprochements harmonieux ou déficients pour devenir des « moyens de réflexion et des outils de connaissance »5 : ces outils que l’on appelle alors des symboles.

4De telles orientations se distinguent entièrement des conceptions où l’interprétation symbolique est déterminée par avance (sexuellement, imaginairement, moralement, etc.). Aucun contexte de sens en effet ne saurait être privilégié : le symbole mythique n’est pas motivé par un signifié invariable mais par les corrélations, propres à chaque œuvre, qui le mettent en scène.

5Le terrain est mieux déblayé maintenant pour décrire les comportements alimentaires, érotiques et langagiers (ou "verbaux") du jeune chevalier. Trois séries de remarques profileront cette description.

A. Des « détails matériels » aux « choses de l’esprit »

6L’homologie des paradigmes verbaux et gastronomiques (ou gustatifs) n’est guère originale, elle est connue des anthropologues, des linguistes comme des spécialistes de morale médiévale. Analysant de nombreux textes classiques et médiévaux, Carla Casagrande et Silvana Vecchio, surtout dans le chapitre "La langue entre gourmandise et loquacité" de l’ouvrage Les péchés de la langue, l’affirment en ces termes :

la constatation que goût et parole procèdent du même organe et que souvent le désordre de l’un va de pair avec celui de l’autre est très ancienne et a pour elle l’autorité.

7Les deux critiques s’appuient, entre autres, sur un éclairant passage des Moralia in Job, de Grégoire le Grand, qui, disent-elles,

  • 6 Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale ; traduit de l’italien par P. Baillet (...)

a établi à jamais le lien le fixant dans une image d’une rare force d’évocation : le riche plongé dans l’Enfer, après une vie de banquets, implore d’Abraham un peu de fraîcheur pour sa langue brûlée par le feu la peine qui le frappe met en évidence la faute pour laquelle il est puni, cette loquacité qui, compagne inévitable du banquet, est aussi la conséquence la plus grave.6

  • 7 On citera l’édition des Oeuvres complètes de Chrétien de Troyes, publiée sous la direction de D. P (...)

8Sans lien explicite avec cette morale, parfois même à rebours de ses valeurs, l’ultime roman de Chrétien de Troyes7 illustre ce rapprochement très général avec une vigueur et une allure particulières. Escortons notre jeune Gallois. On n’ignore pas les difficultés de la "langue" percevalienne, de son usage des mots soit excessif comme au cours de sa rencontre initiale avec les chevaliers, soit défaillante comme l’expose son échec au château du Graal. Qu’en est-il de sa langue du "banquet" ?

9La gloutonnerie du "fils de la veuve" dans l’épisode des pâtés qu’il dévore devant la pauvre demoiselle de la tente n’est que le premier jalon d’une série de quatre (vrais) repas (observons que ce quadruple relevé oublie peut-être trop rapidement l’allusion au dîner pris avec Gornemant de Goort, v. 1559-1565 ; on y reviendra en conclusion). C’est à bon droit que l’on peut considérer ces quatre expressions des manières de table du jeune homme comme symboliques, sans rapport direct avec quelques pratiques réelles que ce soit. Favorables à cette thèse, trois auteurs serviront de garants.

10Charles Foulon a remarqué et résumé avec bonheur la profondeur du sens des séquences culinaires dans la conclusion de son article "Les quatre repas de Perceval". Chrétien de Troyes, note-t-il,

  • 8 Mélanges de philologie et de littératures romanes offerts à Jeanne Wathetet-Willem, Marche romane, (...)

laisse deviner les choses de l’esprit à travers les détails matériels qu’accepte ou que choisit son art réaliste.8

  • 9 "Le système des objets : nature et culture", Résurgences, Mythe et Linérature à l’âge du symbole ((...)
  • 10 "Aliments symboliques et symbolique de la table dans les romans arthuriens (xiie-xiiie siècles)". (...)

11Daniel Poirion a bien souligné également la valeur symbolique de ces séquences quand il fait de la table le « lieu géométrique » de la culture peinte par le Conte du Graal ; la table est, en effet, « l’objet culturel par excellence par rapport auquel se décrit le rite du repas. »9 C’est la même perspective qu’a choisie Anita Guerreau-Jalabert quand elle repousse toute tentative de « rechercher quelque "réalisme" que ce soit dans cette littérature dont les thèmes narratifs relèvent toujours d’un codage symbolique qui en limite singulièrement la diversité et la fidélité au réel. »10 Les redondances, la pauvreté et l’imprécision des mentions aux manières de table distinguent radicalement les textes qu’elle étudie – dont le Conte du Graal – d’autres sources (comme les livres de recettes, les livres de comptes ou les Chroniques) marquées par la diversité des détails culinaires qu’ils offrent au lecteur. En conséquence, affirme Anita Guerreau-Jalabert, la littérature romanesque ne permet « aucune réelle "reconstitution" du repas aristocratique. » (p.  563). Remarquons, cependant, qu’à la différence de la voie que l’on va maintenant emprunter, la direction privilégiée par l’auteur consiste « saisir la logique sociale de cet ensemble de représentations narratives », c’est pourquoi, ajoute-t-elle, « il convient de se reporter à ce que l’on peut savoir par ailleurs des pratiques effectives de la commensalité dans la société médiévale et de la signification de la table et de la nourriture dans les représentations chrétiennes. » (p.  580). Ces requêtes sociologisantes ne vont pas de soi.

B. Les quatre repas de Perceval

  • 11 Résurgences, 1986, op. cit., p. 204.

12Mais entrons donc dans le détail des façons de manger, de boire et de s’exprimer de Perceval pour comprendre, comme y invite Charles Foulon, les « choses de l’esprit » qu’elles présentent. Les premières péripéties dans ces domaines se déroulent sous le sceau de l’avidité. Ayant arraché de force l’anneau du doigt de la "demoiselle de la tente", Perceval, qui restait sans manger jusqu’à cet instant, ressent une faim impérieuse. Son cœur n’est pas touché par les reproches et les appels que lui adresse la malheureuse. Alors, sous ses yeux mouillés de larmes, il se livre à ce que Daniel Poirion considère comme une véritable « razzia sur le garde-manger » 11 :

Li vaslez a son cuer ne met
Rien nule de ce qu’il ot,
Mes de ce que jeune ot
Moroit de fain a male fin. (v. 734-737)

13Il boit à longues lampées du vin clair et avale sans vergogne trois pâtés de chevreuil tout frais qu’il découvre sous une toile blanche :

  • 12 Le glouton ne s’est pas arrête au premier pâté : « Et cil manja con lui plot » (v. 761).

Un des pastez devant lui froisse
Et manjue par grant talant
Et verse an la cope d’argent
Del vin, qui n’estoit pas troblez,
S’an boit sovant et a granz trez. (v. 746-750)12

14Charles Foulon commente la scène en ces termes :

  • 13 1978, art. cit., p. 166.

Tout ceci constitue la gloutonnerie naturelle (on dirait presque "naïve") du sauvageon de la "gaste forêt" (...). Il n’a suivi que son plaisir.13

15Ne résistons pas aux charmes de l’intertextualité, elle éclaire l’originalité de l’agencement élaboré par l’œuvre de Chrétien de Troyes. Dans le roman gallois Peredur, l’enseignement de la mère du héros expose un traitement radicalement différent des relations gastronomiques : « Si tu vois à boire et à manger et que tu en aies besoin, prends-le toi-même au cas où l’on n’aurait pas pensé ou voulu t’en donner. » L’application de ce conseil vient sans tarder auprès d’une belle demoiselle, assise dans son pavillon. Mais cette scène ne connaît ni agression érotique, ni violence verbale ni prédation gastronomique :

  • 14 Les quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen-Age ; traduit du moyen gallois, (...)

Devant le pavillon, il vit une table, deux pichets remplis de vin, deux miches de pain blanc et des morceaux de viande de porcelet :
"Ma mère m’a dit, dit Peredur, de prendre à boire et à manger là où j’en trouverais.
– Mets-toi donc à table, seigneur, dit-elle, tu es le bienvenu." 14

16Si l’on ne tient pas compte de la rapide et imprécise allusion au dîner chez son maître en chevalerie, le second repas voit Perceval à Beaurepaire, le château de la famine. La place est assiégée et les vivres manquent (« Ensi trova le chastel gaste / Que n’i trova ne pain ne paste / Ne vin ne sidre ne cervoise. » v. 1771-1773). Le repas sera frugal : vin, pain et gibier (une seconde fois de la viande de chevreuil) compose le menu que le jeune chevalier partage avec les défenseurs de la place et la nièce de Gornemant de Goort, la gracieuse Blanchefleur. Elle lui avoue :

Mes ceanz n’a mes que sis miches (v. 1910)
(...)
Et un bocel plain de vin cuit.
De vitaille n a plus ceanz,
Fors un chevrel c’uns miens sergenz
Ocist hui main d’une saiete. (v. 1914-1917).

17Le repas est bref mais pris avec appétit. La troisième véritable étape gastronomique est ponctuée d’un véritable festin. On pourrait s’en étonner puisqu’elle se déroule au château du roi infirme, à qui le Graal sert une hostie (et non des brochets, des lamproies ni des saumons, comme le précisera expressément l’oncle ermite). Avec l’hôte qui le reçoit à sa table, le riche roi pêcheur, Perceval le silencieux ne connaît pas l’abstinence, tout y est appétissant et délectable. En effet, « Le mangiers fu et biax et buens » (v. 3315) et ainsi composé :

Li premiers més fu d’une hanche
De cerf an gresse au poivre chaut.
Vins clers ne raspez ne lor faut
A cope d’or sovant a boivre. (v. 3280-3283)
(...)
Et les morsiax lor met devant
Sor un gastel qui fu antiers. (v. 3288-3289)

18Chaque service est scandé d’un passage du Graal, véritable Merveille qui laisse le jeune homme sans voix. La fin du repas ne fait que renforcer l’impression initiale :

  • 15 C. Foulon, 1978, art. cit., p. 170.

Force nous est de penser qu’il s’agit d’un festin princier, et même royal (...). On voit ruisseler en une savante énumération, une quantité de fruits et certains produits exotiques qui font partie des richesses d’une table royale (...). Nous allons apercevoir une série assez inattendue de drogues et d’épices.15

19Cinq années passent avant de retrouver Perceval à table. Encore l’expression est-elle un peu forcée. Car à l’ermitage de l’oncle reclus la nourriture est présentée comme une pénitence :

– Or te pri que deus jorz antiers
Avoec moi ici te remaignes
Et que an penitance praignes
Tel viande come la moie. » (v. 6476-6479)

  • 16 « Quant l’orison li ot aprise, / Desfandi li qu’an nule guise / Ne la deïst sanz grant peril. / "N (...)

20Juste après avoir appris les noms de Notre Seigneur et accepté de ne les prononcer jamais16, le jeune initié mange. Le dîner est frugal, ascétique, strictement végétarien :

Mes il n’i ot se herbes non,
Cerfuel, leitues et cresson
Et pain i ot d’orge et d’avainne,
Et eve clere de fontainne ; (v. 6501-6504)

  • 17 1992, art. cit., p. 562.
  • 18 Ibid., p. 565 sv.
  • 19 Cf. également, dans Yvain, le repas du fou sauvage chez l’ermite, v. 2845-2857.

21Qu’enseigne cette rapide recension ? A première vue, une lecture paradigmatique devrait séparer ces quatre occurrences en deux sous-ensembles. Le premier (noté I) relève d’un « régime » qu’Anita Guerreau-Jalabert qualifie de « chevaleresque. » Il s’appuie sur le « triangle symbolique » ou « la triade pain / vin / viande »17. Perceval mange en effet, trois fois de suite, du gibier cuit accompagné de pain (ou de pâte en ce qui concerne les pâtés) et de vins divers. Le second mode de nutrition (II) correspond à ce que Anita Guerreau-Jalabert nomme le « régime » ou le « triangle érémitique : pain, eau et végétaux. »18 L’inversion ne fait pas de doute : les trois ingrédients du second retournent les trois éléments du premier (car le "pain chevaleresque" est radicalement différent du "pain érémitique", grossier, fait non pas de farine de froment mais d’orge et d’avoine, sec et râpeux, comme le montre effectivement le repas pris chez l’ermite19). Par ses pratiques de table, le jeune Perceval réussirait à lui seul à synthétiser ces deux régimes contraires et incompatibles. Le déroulement de la fiction peindrait avantageusement la progressive transformation psychologique et sociale du "nice", en chevalier accompli puis en membre reconnu de la famille spirituelle, évolution positive figurée par le changement de régime I->II.

C. Des "régimes" alimentaires à leurs traductions langagière et érotique.

  • 20 1968, art. cit. p. 172.

22Cette opposition et l’interprétation morale qui découlent de sa mise en procès sont-elles satisfaisantes ? Nous ne le pensons pas. Regardons les choses de plus près. Sur les trois repas propres au régime "chevaleresque" (I), deux voient Perceval manger "beaucoup" ou "trop" : quand il dévore gloutonnement les pâtés de la "demoiselle de la tente" et lors du banquet au château du Graal. Bien entendu, les deux excès ne sont pas de même nature : le premier est transgression – la goinfrerie est un vice –, le second respect de l’hospitalité. Cependant la profusion de ce dernier a quelque chose d’outrancier (que souligne le contraste avec le service destiné au roi infirme : au festin visible s’oppose l’invisible et ascétique "repas" de l’hostie). Charles Foulon remarque à juste titre qu’il s’agit bien d’un « repas très copieux, lourdement chargé en sauce "relevées" (...) et en mets divers. » On comprend mieux, dans cette perspective, l’abondance du service final des électuaires et des boissons fortement aromatisées. Le critique ajoute que « le festin, lourd, aux mets compliqués, suivi de l’absorption de boissons diverses et de vins aromatiques, est le modèle même des repas trop chers. »20 Et trop riches, pourrait-on ajouter. Retenons donc que, au cours de ces deux moments, le jeune Gallois vit un "excès" dans le registre gastronomique.

23Or le troisième repas "chevaleresque" (à Beaurepaire) est un dîner frugal. Ce qui, bien entendu, fait penser à la nourriture prise chez l’ermite (II), sobre jusqu’à l’austérité. La cohérence de l’ensemble "régime chevaleresque" (I) se fractionne alors en deux sous-groupes, les "cartes" sont redistribuées deux à deux :

24Ce n’est pas tout, ce tableau est riche d’enseignements qui invitent à affiner l’examen. L’opposition notée sur la première ligne a été souvent relevée, et à juste titre. Repas épicé et agrémenté de sauces d’un côté ; nourriture naturelle, sans aucun apprêt, de l’autre. Mais un trait supplémentaire, partagé par les deux épisodes pourtant divergents, doit être retenu : ces deux dîners ont en commun de placer deux hommes autour de la table. On l’aura remarqué, au cours des deux repas notés sur la ligne inférieure du tableau (avec la demoiselle de la tente et à Beaurepaire) Perceval est en présence de deux femmes.

  • 21 Les péchés de la langue, 1991, op. cit., p. 115.
  • 22 A. Guérreau-Jalabert, 1992, art. cit., p. 576. La scène du Graal, où la sexualité du nouveau chev (...)

25Nous ouvrons ainsi un nouveau répertoire, de nature sociologique, celui que l’on a coutume de nommer globalement "la commensalité". On va le voir ce terme est trop général, il conviendra d’en exposer plus précisément les contenus. Dans ce but, posons-nous une question toute simple : quels rapports engagent les relations entre le jeune Gallois et ses partenaires de table ? Pour répondre, regardons les contenus des deux colonnes. Dans celle de gauche, le fils de la veuve se délecte de nourritures trop lourdes, trop compliquées, trop riches au moment où il plonge dans un excès de mutisme. Comme Chrétien de Troyes prend soin de l’écrire explicitement, il se tait trop (« Que aussi se puet an trop taire / Com trop parler, a la foiee. » v. 3250-3251) : il ne "dit" pas ce qu’il aurait dû dire, il ne s’accorde pas à ce qu’on attendait de lui ; la commensalité débouche sur un échec. Excessif dans ses silences, Perceval l’est également dans les pratiques alimentaires qui complètent le fascinant passage du Graal. Il convient donc d’être prudent quand l’on s’efforce de tisser des liens étroits et accommodés, comme si le parallèle allait de soi, entre commensalité et parole, comme si la première trouvait mécaniquement son parallèle dans la seconde, comme s’il existait une corrélation systématique entre affluentia ciborum et inundatio verborum21. Dans cette scène, précisément, la correspondance entre les deux actes, preuves de socialité, est brisée. Le bel équilibre entre échange de mets et échanges de mots est rompu puisque l’excès de nourritures a pour pendant le manque de mots et l’excès de silence : qui mange bien et beaucoup, parle trop peu. Cette leçon originale montre bien que chaque texte joue à sa guise avec les potentialités combinatoires que présentent les codages exploités par sa "frénésie associative". Le "régime chevaleresque", ici présenté dans tout son éclat, figure non l’accès à la socialité et à la civilité mais son contraire. Perceval s’en apercevra au réveil et pendant les cinq ans qui suivront son cuisant insuccès. Constat identique pour le premier repas exposant le "régime chevaleresque" : en dépit de la demoiselle de la tente, le sauvageon y mange bien du pain et de la viande (sous forme de pâtés), boit du vin. Mais loin de peindre un éminent représentant de la chevalerie, la description concorde à lui donner l’image d’un rustre : comme sourd, il refuse d’écouter les prières de la malheureuse et ne se prive pas de lui dérober baisers, anneau et nourriture (sans jouir, on le sait, du "surplus"). Il n’est donc pas assuré que le vin et la viande soient réservés « à ceux qui pratiquent la sexualité »22. En revanche, il apparaît sans conteste que les "excès" (alimentaires et érotiques) du jeune sauvage empêchent d’instaurer une communication réglée et "normale" où respect des corps et consommation mesurée de la nourriture iraient de pair. Bref, les deux séquences attestant avec une force particulière le "régime chevaleresque" laissaient envisager que des liens civilisés et policés fussent passés entre protagonistes placés à la même table. Il n’en est rien. Les comportements sociaux du "héros" sont aussi mal réglés que la nourriture qu’il prend est excessive ou avalée avec une avidité immodérée.

  • 23 Il s’agit du repas qui, pour la première fois, met en présence les deux jeunes gens à Beaurepaire. (...)

26Passons à la colonne de droite. Le "peu" de subsistances que consomme Perceval dans les deux épisodes qu’elle insère, induit-elle de meilleures relations avec ses commensaux ? Le dîner à Beaurepaire est placé dans le registre du "manque". Il s’oppose à la dévoration gloutonne des pâtés sous la tente : le vin y est cuit (c’est-à-dire moins capiteux que le clairet bu sous la tente), la nourriture parcimonieuse et peu préparée. Cependant les deux épisodes partagent un élément commun : la présence d’une jeune fille. Autant l’échange, si l’on peut dire, avec la demoiselle de la tente qu’il embrasse de force fut physiquement brutal et excessif dans ses demandes autant celui avec Blanchefleur23 s’avère mal aisé tant Perceval s’y montre économe de ses mots et de son corps :

« Dex, fet chascuns, mout me mervoil
Se cil chevaliers est muiax. » (v. 1862-1863)
(...)
Et la dameisele atandoit
Qu’il l’aparlast de que que ce soit. (v. 1877-1878)

27La cohérence est serrée : défaillance verbale, distance sexuelle et maintenant parcimonie alimentaire figurent homogènement l’a-socialité du nouveau chevalier, qui, faut-il le souligner, consomme toujours pourtant en "régime chevaleresque".

28Reste l’ultime dîner, la parenthèse frugale, seul repas érémitique du conte. Sommes-nous enfin à l’étage de l’échange satisfaisant et mesuré ? Originale dans les "manières de table" qu’elle exhibe, dans la qualité des mets qu’elle dépeint, cette séquence s’oppose à celle du repas au château du Graal tout en recourant à un terme commun : un homme, membre de la famille du Graal, frère de celui qui a si bien reçu Perceval quand passait le vase merveilleux. Mais cet instant est également singulier par le déséquilibre dans les relations sociales qu’il met finalement en scène. En effet, détenteur des Noms secrets, Perceval devra les taire au monde : face au spectacle du Graal, le mutisme était subi et excessif ; il est maintenant un manque obligé. Car c’est bien une défaillance de la communication qu’enclenche ce moment du récit et que symbolise le régime alimentaire qu’y connaît Perceval. Rassemblons ainsi ces diverses observations :

29Qu’enseigne ce tableau ? Il montre que les figures alimentaires ne tirent leur sens que si on les conçoit comme des représentations de structures de significations (opposant l’excès au manque) communes à l’apparition d’autres figures (érotiques et verbales), structures qui les distribuent et, mieux, les font s’équivaloir. Plus précisément il permet de tirer la conclusion suivante : le Conte du Graal fait jouer au code gastronomique un rôle clef puisqu’il sert d’opérateur symbolique dans les relations de Perceval avec les femmes, d’une part, et avec les hommes de sa famille, de l’autre. Dans ses rapports érotiques (et langagiers) avec les premières, le jeune "nice" se comporte comme il se tient vis-à-vis de la nourriture ; alors qu’avec les seconds, ses liens gastronomiques calquent ses relations langagières. Par conséquent, dans les relations de Perceval aux hommes de sa famille, le code gastronomique est en rapport symbolique avec le code verbal, comme, avec les femmes, il l’est avec les codes sexuel et langagier.

30Mais on ne peut en rester à ce constat, il convient de dégager le sens de ces corrélations. Il se résume d’un mot : lue en clef gastronomique, érotique et verbale, l’aventure du fils de la veuve symbolise le mauvais réglage de la communication. Perceval n’est pas un bon représentant du "régime chevaleresque" et sa relation au "régime érémitique" le coupe d’une socialisation heureuse et partagée : quelle que soit la nature de la nourriture qu’il consomme il n’y a accès que dans la privation ou l’excès. Cet écart généralisé révèle que Perceval ne peut vivre qu’en dehors de relations bien tempérées avec autrui.

  • 24 Le repas pris par les assiégés de Beaurepaire, on l’a dit, ne s’occupe pas des manières de table d (...)

31Deux illustrations viendront étayer ces constats d’une preuve complémentaire, mais doublement négative cette fois. Dans la partie Gauvain, un dîner "mesuré" est offert par le nautonier à Gauvain (et à son prisonnier) : « De quan que a prodome estuet / Fu mes sire Gauvains serviz. » (v. 7480-7481). A la différence des expériences de table que vit Perceval, ici, un repas "chevaleresque" satisfaisait les palais et les relations viriles : « De son prisonier fu moult liez / Li mariniers, et de son oste. » (v. 7486-7487). Le repas pris avec Gornemant de Goort, repas « biax et genz et bien conreez » (v. 1560), ne confirme-t-il pas, également a contrario, le constat établi à l’instant ? Il est le seul dîner qui établisse entre les deux convives24 la continuité d’une relation pacifiée, celle des compagnons : à défaut de savoir si les deux hommes consomment le même pain, nous apprenons que le maître et son disciple partagent la même écuelle :

Et li prodom lez lui asist
Le vaslet, et mangier le fist
Avoec lui an une escuële. (v. 1563-1565)

32Cependant, ce repas est précisément celui que le conte ne fait qu’évoquer, à propos duquel il tient, en quelque sorte, à ne pas raconter d’histoire : « Del mangier ne faz autre fable » (v. 1569) dit Chrétien de Troyes. Le romancier s’est en effet efforcé d’en gommer lui-même l’importance en lui refusant toute description figurée :

Des mes ne faz autre novele,
Quanz en i ot et quel il furent,
Mes asez mangierent et burent, (v. 1566-1568)

33Décrire les relations percevaliennes, c’est les faire vivre symboliquement dans le désordre des rapports à autrui, c’est donc inévitablement peindre des liens peu droits. Ceux qui le seraient ne peuvent qu’être tus.

  • 25 Mythe et Tragédie en Grèce ancienne. Tome II, Paris : Edition La Découverte, Textes à l’appui, 198 (...)

34Bref, tout au long du roman, Perceval « épouse les traits du héros légendaire à la fois élu et maudit » selon l’expression dont Jean-Pierre Vernant25 use à propos des héros mythiques et de leur destin. Destin singulier et singularisant qui, selon la fatalité propre à ces personnages, les fait s’écarter des « canaux à travers lesquels les individus entrent les uns avec les autres en communication. » (ibid.) Mais le Conte du Graal et le parcours mythique que longe Perceval donnent leur allure particulière à cette vérité générale en traduisant symboliquement cet écart à l’aide de trois codes : cette infranchissable distance est de nature sexuelle vis-à-vis des femmes, elle est langagière et gastronomique envers les représentants des deux sexes.

35Sans décrire les particularités de l’œuvre médiévale en fonction d’une hypothétique source, sans recourir à quelque rapport que ce soit avec la sociologie du moment, ces lignes établissent que les manières de table sont l’un des « lieux géométriques » des comportements peints par l’ultime fiction de Chrétien de Troyes.

Notes

1 "Critique contemporain et clerc mediéval : le mirage de la similitude", Le clerc au Moyen Age. Aix-en-Provence : Publ. du CUER MA, Senefiance, 37, 1995, p. 555-567.

2 J.-P. Vernant, "Structure du mythe", Mythe et pensée chez les Grecs I, Etudes de psychologie historique. Paris : Maspéro, 1978, p. 13-79 ; p. 37.

3 Considéré comme une sorte de répertoire inconscient (temporel, spatial, sexuel, économique, visuel, parental, culinaire, etc.), un vivier paradigmatique d’où sont extraits des traits qui se combinent entre eux. La signification de ces unités est donc purement relationnelle et distinctive.

4 La pensée sauvage. Paris : Plon, Agora, 1962, p. 25.

5 C. Lévi-Strauss, Des symboles et leurs doubles. Paris : Plon, 1989, p. 13.

6 Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale ; traduit de l’italien par P. Baillet. Paris : Ed. du Cerf, 1991, p. 115 pour les deux citations.

7 On citera l’édition des Oeuvres complètes de Chrétien de Troyes, publiée sous la direction de D. Poirion. Paris : Gallimard. Bibl. de La Pléiade, 1994.

8 Mélanges de philologie et de littératures romanes offerts à Jeanne Wathetet-Willem, Marche romane, Cahiers de l’A.R.U.Lg, 1978, p. 165-174 ; p. 174.

9 "Le système des objets : nature et culture", Résurgences, Mythe et Linérature à l’âge du symbole (xiie siècle). Paris : PUF, Ecriture, 1986, p. 203.

10 "Aliments symboliques et symbolique de la table dans les romans arthuriens (xiie-xiiie siècles)". Annales E.S.C, 3, 1992, p. 561-594 ; p. 561.

11 Résurgences, 1986, op. cit., p. 204.

12 Le glouton ne s’est pas arrête au premier pâté : « Et cil manja con lui plot » (v. 761).

13 1978, art. cit., p. 166.

14 Les quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen-Age ; traduit du moyen gallois, présenté et annoté par P.-Y. Lambert. Paris : Gallimard, L’Aube des peuples, 1993, p. 242.

15 C. Foulon, 1978, art. cit., p. 170.

16 « Quant l’orison li ot aprise, / Desfandi li qu’an nule guise / Ne la deïst sanz grant peril. / "Non ferai ge. sire", fet il. » (v. 6489-6492).

17 1992, art. cit., p. 562.

18 Ibid., p. 565 sv.

19 Cf. également, dans Yvain, le repas du fou sauvage chez l’ermite, v. 2845-2857.

20 1968, art. cit. p. 172.

21 Les péchés de la langue, 1991, op. cit., p. 115.

22 A. Guérreau-Jalabert, 1992, art. cit., p. 576. La scène du Graal, où la sexualité du nouveau chevalier est complètement mise entre parenthèses, n’infirme-t-elle pas également cette équivalence ?

23 Il s’agit du repas qui, pour la première fois, met en présence les deux jeunes gens à Beaurepaire. Un peu plus tard, juste avant le combat qui opposera Perceval à Clamadeu, les assiégés sont miraculeusement ravitaillés, tous mangent alors copieusement. Mais si le texte indique que, cette fois, le jeune homme s’amuse avec son amie « loz a aise » (v. 2578), il ne précise pas la nature exacte des mets qu’ils partagent en propre.

24 Le repas pris par les assiégés de Beaurepaire, on l’a dit, ne s’occupe pas des manières de table de Perceval et de Blanchefleur : il n’est pas aisé de lire ici leurs liens en "clef" gastronomique.

25 Mythe et Tragédie en Grèce ancienne. Tome II, Paris : Edition La Découverte, Textes à l’appui, 1986, p. 68.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

I.U.F.M. de Versailles

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540