Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

Wolfram Von Eschenbach, maître queux aux visages de Janus ou faim et abondance dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach

Wolfgang Spiewok

Texte intégral

1. Remarques préliminaires

1Toutes les fois que j'essayais de me représenter un banquet aristocratique médiéval, je me rappelais le festin qui au château du Graal dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach s'offrait aux regards stupéfaits du naïf Parzival. Et parfois j'avais l'impression que le poète, tout en décrivant avec force détails ce banquet – regardait ce tableau qu'il avait dessiné lui-même, naturellement sur un arrière-plan importé de France, avec les yeux courroucés d'un affamé. Et c'est à ce contraste que nous allons dans cet exposé accorder quelque attention. Tout d'abord nous allons suivre le chemin parcouru par Parzival, en nous limitant certes ici à la succession des scènes où il prend de la nourriture avec plus ou moins d'intensité, avec plus ou moins de civilité. Nous jetterons de temps à autre un regard de côté sur son jumeau roman, Perceval, pour apprendre à partir de ce contraste entre la Germania et la Romania davantage de choses sur la personnalité et les intentions de l'auteur allemand Wolfram.

2. Les stations du mangeur ou du goinfre Parzival

2Disons d'abord un mot sur ce qui ce qui matériellement fait l'objet des différentes stations : en premier lieu les mets et les boissons. Mais ce qui n'est pas moins important, ce qui est pour la littérature bien plus important, est le comment, auquel est consacré tout un genre de la littérature médiévale, c'est-à-dire le genre des manières de tables.

  • 1 Je cite la traduction du roman de Wolfram : Wolfram von Eschenbach, Parzival. Texte traduit et pré (...)
  • 2 Je cite : Chrétien de Troyes. Œuvres complètes. Edition publiée sous la direction de Daniel Poirio (...)

3Abordons maintenant le Parzival. Parzival quitte la solitude de la forêt de Soltane, tuant sa mère en prenant cette décision, et s'en va dans le monde, équipé de quelques conseils superficiels de sa mère. Sur une prairie idyllique il aperçoit une tente précieuse et rencontre dans cette tente où il pénètre avec sans-gêne, la merveilleuse Jeschute, épouse du duc Orilus de Lalande. Il assaille la femme endormie, l'embrasse de force, puis, pensant aux conseils de sa mère, il lui ravit anneau et broche, et se plaint "bientôt d'avoir faim" (Parz. 131,22)1. La duchesse, terrorisée, se figure être une nourriture bienvenue pour un cannibale affamé et s'écrit : "Ne me dévorez pas !" (131,24). Elle lui montre du pain, du vin et deux petites perdrix qui étaient destinés à elle-même et à son mari. Sans se soucier davantage de la dame, Parzival "se remplit bien la panse, puis but à longs traits" (132,2/3). Le Perceval de Chrétien – que Wolfram copie amplement, mange au reste des pâtés de chevreuil ("pastez de chevrel", 743) 2, qu'il n'arrive pas à terminer. A la différence de Parzival, qui dans sa grossièreté germanique ne se préoccupe pas de Jeschute, son jumeau latin l'invite à tout le moins à partager son repas ("Venez mangier, il sont mout buen", 753), bien que celle-ci refuse et ait assez à faire à sécher ses larmes coulant abondamment.

4Dressons le bilan, d'abord à propos de la fiction : méconnaissance, mépris animal des manières de table sont une preuve suffisante du comportement anticourtois, grossier du héros que Wolfram amplifie considérablement face à Chrétien : son Parzival est véritablement un rustre, un balourd invétéré. Tournons nous un peu vers la réalité : les mets dans la tente – que ce soit dans le texte français ou dans le texte allemand – sont apparemment des mets de l'aristocratie, en effet les produits de la chasse, perdrix, outardes, chevreuils, sont la nourriture des seigneurs, un privilège de l'aristocratie, qui considéraient la chasse et la pêche comme leur prérogative et qui en punissaient la violation. C'était également un privilège de la noblesse de boire du vin, qui est présent en conséquence dans la tente d'Orilus. Faire une intrusion dans ce domaine alimentaire de la noblesse est une énormité, c'est ce que prouve un passage de l'œuvre intitulée Seifried Helblinc (fin du xiiie siècle). L'auteur de cette œuvre se montre scandalisé par le fait que les paysans autrichiens mangent maintenant comme les nobles (nû ezzent sie den herren mit, v. 886). Au reste les paysans buvaient tout au plus de la bière (qui était considérée comme une boisson non courtoise, comme on le montrera encore), plutôt certes de l'eau ou du lait, une joie pour ces apôtres de l'abstinence de notre siècle.

5Parzival qui est apparemment très affamé, parvient en poursuivant son chemin chez un pêcheur au cœur dur auquel il avoue "la faim qui le tenaillait" (142,21), mais qui est très peu hospitalier et qui ne lui donne à manger que lorsque Parzival lui a remis la broche de Jeschute : il lui donne du pain dont on ne sait pas si c'est le pain blanc de l'aristocratie ou le pain d'avoine du paysan. Soit dit en passant : le Perceval de Chrétien est manifestement plus endurant car cette scène de l'affamé ne se trouve pas dans le modèle français.

6La scène où Parzival est reçu par Gurnemanz est antithétique de cet épisode. Cette fois aussi le jeune homme a grand-faim (165,17) et, à la joie secrète de son hôte, il se jette avec avidité sur les mets proposés, "qu'il fit disparaître" en un clin d'œil (165,28).

7Au reste Parzival n'est cette fois pas assis par terre, mais à une table qui était "basse et longue" (176,13). Lors du second repas, qui est décrit dans la maison de Gurnemanz, on donne à l'hôte la place d'honneur entre le maître de maison et la fille de ce dernier, Liaze, qui sur l'ordre de son père doit trancher, "de ses mains blanches et douces [...] ce que voulut manger celui qu'on appela le Chevalier vermeil" (146,14sqq.).

8Faisons de nouveau le bilan de la fiction : Parzival suit – entre autres -également un cursus de manières de tables. Revenons à la réalité : nous obtenons également quelques informations sur le comment des repas courtois, c'est-à-dire sur le cérémonial de la table. La table à laquelle on mange était basse et longue. Apparemment il s'agit de la table qui est décrite un peu plus loin, posée sur deux tréteaux. Dans la mesure où on est assis à une telle table, il faut régler certaines questions de préséance, qui pouvaient être explosives. A une table quadrangulaire allongée l'ordre selon lequel les convives sont assis est strictement hiérarchique, et contrevenir à cette hiérarchie pouvait entraîner des conséquences très fâcheuses. Ottokar von Steiermak parle dans sa Chronique autrichienne en vers (1300-1320) d'une telle querelle à la table du nouveau roi Albert 1er (+ 1308) à Nuremberg où aussi bien l'archevêque de Cologne que l'archevêque de Mayence revendiquaient la place d'honneur à côté du roi. Quand l'archevêque de Mayence s'assit de force à la place convoitée, son collègue quitta la salle en fureur, et pour finir l'affaire fut réglée en duel. Ce n'est que la Table Ronde du roi Artus qui règla définitivement le point litigieux explosif de la hiérarchie à la table des banquets.

9Le fait que la fille du maître de maison serve à Parzival les mets tout coupés est tout à fait remarquable : ce doit être considéré comme un honneur particulier qu'on rend à l'hôte. Parzival n'a vraiment pas à se plaindre, il jouit d'un service parfaitement courtois. Puisque normalement on se servait seulement de ses mains comme ustensiles de table, il y avait des personnes qui coupaient à l'avance les mets, qu'on servait ensuite tels quels aux convives. C'était une marque de distinction si cet office était rempli par la dame de la maison. Au reste Parzival prend ici la succession de son père Gahmuret, car à Zazamanc c'est la reine maure Belekane qui de ses propres mains coupait les mets qu'elle tendait ensuite au vaillant chevalier qui, comme l'assure Wolfram, était tout confus de tant d'honneurs (33,9-11).

10Le contraste voulu par le poète entre la maison du pécheur au cœur dur et le château de Gurnemanz (qui très certainement était dans la fiction poétique le reflet de la réalité) est tout aussi remarquable : l'hospitalité sans rémunération appartient au monde de la noblesse ; en dehors de ce monde on peut apaiser sa faim et étancher sa soif seulement contre de l'argent comptant ou contre des objets de valeur.

11Au reste : on remarque que le frère jumeau roman de Parzival mange quant à lui dans le même plat que son hôte, ce qui est une autre marque d'honneur ("Le vaslet, et mangier le fist /Avoec lui an une escuële", 1564sqq.). Certes, dans le roman français on se lave les mains avant le repas ("Si laverent le chevalier", 1561), ce que ne font pas leur collègues allemands dans cette scène sans que cela doive être considéré comme une différence de niveau culturel significatif entre le monde roman et le monde germanique, comme on le verra plus tard. On doit remarquer encore que Perceval ne connaît pas les fringales de Parzival. Ni le texte français ni le texte allemand ne donnent ici de détails sur les mets et les boissons.

12Comme Parzival n'a pas encore atteint le niveau du représentant de la noblesse qui ne connaît jamais la faim, le jeune homme toujours affamé subit certainement un très grand choc lorsque, poursuivant son chemin, il arrive à Pelrapeire, car le habitants de la forteresse avaient tous "la peau flétrie" par la faim (183,19). Et maintenant Wolfram entonne la grande ode à la faim. Le long siège avait entraîné une grande disette dans la ville si bien que les habitants avaient tous un teint de cendre et d'argile grise (184,2/3). "Leurs ventres étaient tombés, leurs hanches étaient hautes et maigres, la peau ressortait sur leurs côtes flétrie comme un cuir de Hongrie" (184,12-16).

13Un tableau vraiment abominable. Pourtant Wolfram se permet ici de prendre un ton sarcastique dans cette situation : les habitants de Pelrapeire "n'avaient que faire de cure-dents et ne graissaient pas non plus le vin de leurs lèvres lorsqu'ils buvaient [...]. Dans les charbons de la cuisine ne tombait pas une goutte de graisse.[...] Il ne coulait guère d'hydromel lorsqu'on renversait un pot ou un pichet ; ils n'entendaient guère non plus crépiter dans la poêle les crêpes de Trühendingen" (184,7sqq.). Il fait en outre une remarque personnelle : son seigneur (et sans doute aussi mécène), le comte de Wertheim, "n'aurait pas aimé être là soudoyer : il n'aurait pas pu vivre en effet de leur solde" (184,5/6).

14Nous apprenons ainsi quelque chose d'autobiographique : nous entendons parler des crêpes de Trühendingen – il s'agit de la localité de Wassertrüdingen, à trois milles au sud d'Eschenbach en Franconie (appelée aujourd'hui en l'honneur de son fils poète Wolframs-Eschenbach), dont les crèpes déjà mangées au xiiie siècle sont restées célèbres jusqu'au xixe siècle. Et nous obtenons des renseignements sur l'un des mécènes de Wolfram. Qu'on se représente la situation ! Wolfram parle d'une famine épouvantable devant les courtisans de son protecteur et se moque des habitants pitoyables de la ville et de la forteresse. Il ne pouvait se permettre une telle raillerie que si chez les Wertheim on ne manquait de rien pour ce qui est de la nourriture, mais au contraire disposait de tout à profusion. Tout à fait autobiographique est cette plainte vraiment affligeante du poète : "Là, dans ma propre demeure, une souris trouverait difficilement son bonheur. Il lui faudrait en effet voler une nourriture que d'ailleurs personne n'aurait à me cacher puisque je n'en trouve jamais. Il ne m'advient que trop souvent, à moi, Wolfram d'Eschenbach, d'être réduit à ce genre de confort domestique" (185,1-8).

15Même si on place cette remarque dans la série des nombreuses déclarations que font les poètes sur leur dénuement pour amener leurs protecteurs à un engagement matériel plus fort, ces vers de Wolfram donnent un aperçu unique en son genre dans les circonstances de la vie de leur auteur qui en général n'est pas avare de telles déclarations personnelles.

16Le récit devient ici particulièrement captivant. Nous avons remarqué que Wolfram laisse son Parzival – à la différénce de Perceval -constamment chevaucher avec un estomac qui grouille de faim, si bien que le jeune homme, quand on lui offre de la nourriture, se jette dessus avec avidité et discourtoisie comme un loup et qu'il l'engloutit. Ici on peut sans doute découvrir une allusion très personnelle au triste destin d'un auteur dont le sarcasme en face des zombies dans les mes de Pelrapeire pourrait être en même temps une amère ironie sur lui-même. J'en dirai davantage plus tard.

17Il est intéressant de faire ici une comparaison avec Chrétien, dont le Perceval chevauche dans une rue vide. La jeune fille qui le salue à l'entrée et le portier sont à vrai-dire marqués par la faim. Comme d'habitude Chrétien expédie rapidement le thème de la faim :

Moulins n'i mialt ne n'i cuist forz
An nul leu de tot le chastel,
Ne ne trova pain ne gastel,
Ne rien nule qui fust a vandre
Don l'an poïst un denier prandre. (1766sqq.)

18C'est avant tout la comparaison entre Wolfram et Chrétien dans la description du repas pris par Parzival et Condwiramurs – ou par Perceval et Blanchefleur – qui est intéressante.

19Chez Chrétien Perceval est convié par Blanchefleur à une table richement pourvue, car bien que la maîtresse de maison se plaigne de la pénurie, elle dispose de plus de six pains ("mes que sis miches", 1910), d'un tonnelet de vin généreux ("un bocel plain de vin cuir", 1915) et même d'un chevreuil (1916). Les mets et les boissons sont consommés par tous avec grand plaisir ("par mout grant talant l'ont pris", 1922). Puis on se sépare et Perceval gagne son lit, bientôt rejoint par Blanchefleur qui cherche de l'aide.

20Le récit de Wolfram est analogue, mais comporte d'importantes variantes. Chez lui également un oncle procure des vivres à Condwiramurs : le seigneur bienfaiteur lui envoie douze pains, trois épaules (sans doute de gibier), trois cuissots, huit fromages et deux tonnelets de vin (190,9sqq.). Le garde-manger est donc bien rempli, mais le contenu en est réparti autrement que chez Chrétien. Comme de nombreux habitants de la forteresse sont déjà morts de faim (190,29), Parzival conseille à la maîtresse de maison de distribuer les vivres et le vin aux gens sans force (191,1-3), si bien qu'il ne reste au héros et à la dame pour finir qu'un seul morceau de pain qu'ils se partagent sans querelle. Ici se manifeste un important trait de caractère de Parzival, l'éternel affamé : pitié pour d'autres affamés, aide apportée à des gens encore davantage dans le besoin que lui, car il connaît selon toute évidence les tourments de la faim.

21Le récit devient encore plus captivant. Après une nuit que n'a troublée aucun bruit (en effet "on n'entendait pas de coq chanter. Point de poules non plus aux perchoirs : elles en étaient toutes tombées, victimes de la famine", 194,5sqq.), après une conversation dans le lit et après le combat victorieux de Parzival contre Kingrun on fête naturellement le mariage. Chez Chrétien on lit ceci : Perceval a vaincu Anguingueron, puis une tempête fait échouer un navire de commerce – rempli de vivres – devant le château. La cargaison est vendue, et il y a maintenant une explosion de joie au château : il y a bœufs, cochons, viande salée, gibier, céréales et vin à profusion, on mange et c'en est fait de la faim :

Car cil dedanz ont bués et pors
Et char salee a grant foison
Et pain et vin et veneison (2670sqq.).

22Ici aussi Wolfram modifie son texte radicalement. D'abord il amplifie (comme lors de l'approvisionnement de la ville par l'oncle) : il y a plusieurs bateaux qui entrent dans le port, chargés de vivre. La foule affamée se précipite sur les navires pour les piller, ce qui donne l'occasion à Wolfram de faire des remarques ironiques : les habitants de la ville "auraient pu s'envoler comme feuilles mortes, maigres et efflanqués qu'ils étaient, légers et décharnés : l'embonpoint ne leur gonflait certes pas le ventre" (200,20sqq.). Après qu'on eut empêché le pillage et payé richement la cargaison, on lit encore une remarque très personnelle de l'auteur : "Dans le charbon des bourgeois dégoutta de nouveau la graisse. Je serais maintenant volontiers leur soudoyer, car personne parmi eux ne boit de la bière" (201,4sqq.)

23Parzival interdit aux gens d'engloutir la nourriture. Il répartit les vivres en petites portions et sert personnellement les nobles de son entourage, car il ne voulait pas "que le ventre creux se trouvât trop chargé" (201,13/14), ce qui selon sa propre expérience provoque de mauvaises crampes et des vomissements. Ce n'est que le soir qu'il permet dans sa bienveillance un deuxième repas.

24Cela n'a pu être écrit que par un auteur qui avait l'expérience des conséquences d'un trop riche repas après une dure disette.

25Donnons le bilan de nos observations tout d'abord sur la fiction : nous faisons la connaissance d'un nouveau Parzival, plein de compassion pour les affamés, soucieux par sa propre expérience de modérer l'absorption de nourriture après une période de famine, réservé et frugal en face de la détresse des autres. C'est anticiper de façon directive et contrastive sur le comportement de Parzival au château du Graal, où il omet de poser la question qui aurait délivré le roi. Cela n'est manifestement pas une tare caractérielle (ce qui est prouvé par son attitude à Pelrapeire), mais le résultat d'une éducation aristocratique trop formelle, ou d'un comportement trop formaliste de Parzival.

26Pour ce qui est de la réalité, on peut dire que Wolfram nous donne à nouveau des rensignements sur les mets et les boissons à la table des seigneurs : ils mangent du gibier ou la viande d'animaux domestiques. La remarque que la famine a vidé les poulaillers de Pelrapeire, qui sans doute étaient auparavant fort bien peuplés en prévision d'un siège, montre que les poules sont les animaux domestiques les plus nombreux dans une forteresse. La boisson favorite des seigneurs est le vin, et non la bière apparemment méprisée, parce que non brasssée conformément à la loi allemande de pureté de la bière (!). Nous apprenons en passant qu'à côté du vin les aristocratiques acceptaient également de boire de l'hydromel.

27Les remarques personnelles dau poète sur son moi d'auteur donnent une note particulière à la relation avec la réalité. Nous apprenons quelque chose sur l'un de ses protecteurs, sur sa patrie étroite et sur sa vie personnelle, qui n'était apparemment pas placé sous une bonne étoile. Et c'est certainement parce que cet auteur Wolfram se représente lui-même comme ayant l'expérience des misères de cette vie qu'on lui pardonne ses plaisanteries sur la détresse d'autrui.

3. Le festin au château du Graal

28Nous approchons du point culminant de la première partie : après la libération de Pelrapeire et le mariage de Parzival avec Condwiramurs, le héros continue son chemin, vers son destin et le château du Graal. La description du banquet organisé en son honneur, dont les curiosités doivent amener Parzival à poser la question rédemptrice est un passage fréquemment cité quand il est question de la description de banquets de l'aristocratie médiévale.

29Wolfram décrit d'abord une immense salle avec cent couches pour chaque fois quatre chevaliers. Trois gigantesques cheminées en marbre, dans lesquelles brûle du bois d'aloès, chauffent la salle. De nouveau une comparaison personnelle : on ne vit jamais à Wildenberg de si grands feux, alimentés de surcroît par un bois aussi précieux. (Il s'agit du château de Wildenberg, situé dans l'Odenwald près d'Amorbach, qui était la propriété des sires de Dürne, protecteurs de Wolfram). Après la scène bien connue (le châtelain Anfortas s'installe en face du foyer central, un écuyer apporte la lance sanglante) commence le cérémonial solennel du banquet : entrée de deux jeunes filles qui portent des chandeliers, puis de deux dames avec de fins socles d'ivoire qui sont placés devant le châtelain, puis de quatre dames avec de grandes chandelles, de quatre autres dames avec une grande pierre précieuse qui sert de table et est déposée sur les socles d'ivoire. Suivent deux dames qui apportent des couteaux d'argent bien affilés et qui sont accompagnées de quatre porteuses de flambeaux. Finalement apparaît la reine Repanse de Schoye qui apporte le Graal.

30Apparaissent des chambellans avec de massifs bassins en or. Chacun sert, accompagné d'un page, quatre chevaliers : ils disposent les tables, les couvrent de nappes, ils présentent les bassins d'eau et des serviettes blanches. Des écuyers apportent les boissons et les plats, coupent les mets, quatre chariots servent à apporter de précieuses coupes d'or à tous les chevaliers, et quatre chevaliers posent les coupes sur les tables. Chacun est suivi par un scribe qui comptent les coupes et lesvreplace sur les chariots quand elles ont servi.

31Puis le Graal commence sa fonction de "petite table couvre-toi". Il livre tout ce qu'on désire : du pain, des plats chauds et des plats froids, de la venaison ou de la viande d'animaux domestiques, et – ce qui est nouveau dans le Parzival – : "des condiments qui convenaient à chaque plat : bouillon salé, poivre, liquides où avaient macéré des baies sauvages" (238,26-27).

32Les boissons servies par le Graal selon les vœux de chacun sont vin de mûres, vin de raisin et vin sucré avec du sirop.

33Wolfram adapte ici certes Chrétien, mais il a considérablement modifié son texte. Dans le texte français le châtelain est assis dans une vaste salle devant une cheminée ouverte, portée par quatre colonnes. La salle peut contenir quatre cents chevaliers. Après la lance-symbole commence le cérémonial de la table : apparaissent deux écuyers avec des chandeliers à dix branches, suivis par une vierge qui porte le Graal. Le maître de maison fait apporter de l'eau pour se laver les mains, puis on pose devant lui et Perceval une table d'ivoire sur deux traiteaux d'ébène qu'on recouvre d'une nappe blanche.

34On mange un cuissot de cerf poivré, dans lesquels un écuyer découpe des morceaux pour les convives et les place sur une tranche de pain. Le poète ne mentionne pas d'autres plats. On boit du vin.

35Puis on apporte des fruits orientaux (entre autres des dattes et des figues), des friandises (du gingembre) et la boisson du soir :

Pimant, ou n'ot ne miel ni poivre,
Et bon moré et cler sirop (3332sqq.).

36Donc du vin épicé, dans lequel il y avait soit du miel soit du poivre, puis du vin de mûres et du vin sucré avec du sirop (je ne crois pas qu'on boive du sirop pur, et certainement chacun pourra se ranger à mon avis, s'il a fait l'essai).

37Dans cet épisode du château du Graal, où Parzival prend part à un banquet aristocratique, nous apprenons sur le plan de la fiction peu de choses sur l'évolution du héros, cependant nous avons de nombreux renseignements sur le background des festins réels, naturellement avec l'exagération attendue.

38Pour ce qui est des plats servis, on constate certes quelques différences par rapport aux informations déjà recueillies, cependant en principe il s'agit de mets servis à la table du seigneur : viande, néanmoins épicée (et cela était la démonstration de la richesse des nobles, puisque le poivre importé d'orient était très cher), en outre le dessert oriental cité par Chrétien, que Wolfram n'a pas voulu reprendre, peut-être parce que ces délicatesses étaient encore inconnues en Allemagne. Un mot à propos du vin : les deux auteurs connaissent le vin de raisin qui chez Wolfram est servi sucré sans doute parce que le vin de raisin pur était considéré comme trop acide ; en outre du vin de mûres, donc un vin fait avec des fruits poussant en Allemagne, qui, d'après ma propre expérience, est agréable au goût et qui dans son effet peut être comparé à tout vin de raisin.

39Il y a des différences sensibles pour la description du code et du décor du repas courtois. Chez Wolfram le cérémonial est sans nul doute bien plus riche, le personnel de service plus important, la description des différentes phases du service plus différenciées. La grande quantité de métaux précieux est très intéressante (la vaisselle est par principe en or) de même que l'attention prêtée aux couverts (dont le maniement est réservé aux pages qui servent). Dans ce contexte notons également le déploiement des chariots à vaisselle avec les scribes qui avaient pour mission de compter les pièces de vaisselle, ce qui pouvait être considéré comme superflu pour la ronde des chevaliers du Graal, mais qui avait sans doute sa fonction dans la réalité, car plus d'une coupe d'or pouvait bien disparaître dans la poche des chevaliers.

40Si on résume les informations données dans le Parzival et le Perceval sur les mets et le cérémonial de table de l'aristocratie, on peut se faire une idée très précise.

  • 3 Cité d’après : Joachim Bumke, Höfische Kultur. Literatur und Gesellschaft im hohen Mittelalter. To (...)

41La nourriture dominante est la viande d'animaux domestiques ou le gibier, très épicés (il s'agissait avant tout d'épices orientales). On boit du vin, dans lequel on aime mettre du sucre. Les différences dans la description des mets dans les deux poèmes sont déjà intéressantes. Normalement le romancier médiéval se concentre sur le protocole du repas courtois. Là il s'agit de la forme de la table (la table allongée était la norme, les tables carrées du château du Graal étaient sans doute plus modernes), de la disposition des convives, du service avec des flambeaux, avec des bassins d'eau et des serviettes, avec le découpage des mets et le remplissage des coupes de métal précieux avec les boissons. La vaisselle en métal précieux était la démonstration d'une grande richesse et on la surveillait attentivement. Il existe effectivement encore des listes de vaisselle de table précieuse qui certes l'était bien moins que la vaisselle du château du Graal. La plus ancienne liste en Allemagne se trouve dans le "Codex Falkensteinensis" (fin du xiie siècle). D'après cette liste se trouvait dans la Neuenburg "VI ciphi cum copertoriis argentei et V cratere argentee sine copertoriis, tria peccaria argentea cum opertoriis et III sine opertorio ... argenteus et coclearia duo argentea ; hec sunt sedecim vasa argentea" (six gobelet d'argent avec des couvercles et cinq coupes d'argent sans couvercle, trois calices avec des couvercles et quatre sans couvercle, un couteau d'argent et deux cuillères d'argent. En tout il y avait seize récipients en argent")3.

4. Particularités de la description de Wolfram

42Si on compare les particularités de la description de Wolfram avec son modèle français, on constate les points suivants :

  • Wolfram consacre aux mets, à la description des repas manifestement une plus grande attention que Chrétien.
  • Wolfram est dans ce domaine plus proche de la réalité, plus exact (crèpes de Wassertrüdingen, poulaillers dans une forteresse).
  • Il augmente manifestement la quantité des mets et le nombre de convives (augmentation du nombre des navires devant Pelrapeire, le repas chez Condwiramurs / Blanchefleur).

43Wolfram utilise la connaissance du code nobiliaire de table ou son ignorance pour caractériser ses personnages (Parzival chez Jeschute).

44Wolfram utilise le contraste de l'hospitalité des cours nobiliaires et l'absence d'hospitalité dans les basses couches de la société pour caractériser la différence entre la noblesse et la non-noblesse.

45Apaiser la faim des plus nécessiteux que lui et leur distribuer des vivres sont pour Paizival une particularité nette de son caractère, qui apparemment sait se vaincre lui-même et connaît la compassion, si bien que ne pas poser la question salvatrice au château du Graal apparaît comme d'autant plus curieux et aggrave d'autant plus la condamnation d'une éducation courtoise superficielle.

  • 4 In : Karl Bertau, Wolfram von Eschenbach. Neun Versuche über Subjektivität und Ursprünglichkeit in (...)

46La question se pose pour finir dans quelle mesure la représentation autobiographique du poète affamé couplée à celle de son héros constamment déterminé par la faim au début de sa carrière a été pensée comme contraste avec l'abondance des nourritures terrestres décrites au château du Graal et conçue par là comme condamnation du "goinfre" courtois – comme Karl Bertau voulait le voir.4

47Cela n'est absolument pas tiré par les cheveux, car le contraste richesse des comtes de Wertheim / pauvreté du poète dans le besoin, surabondance de la table aristocratique / faim du héros du roman est poursuivi dans la purification du caractère de Parzival, purification qui nécessite une ascèse consciente.

48Nous sommes conduits au stade de l'éducation du héros décrite dans le célèbre livre IX, dans lequel est décrit le séjour de Parzival chez son oncle. L'ermite Trevrizent a, en l'honneur de Dieu, pris la décision de ne manger ni viande ni poisson, ni vin de mûres ni vin de raisin, même de dédaigner le pain (452,18 sqq.). Lors de son séjour Parzival se nourrit comme son oncle de racines et d'herbes, ce qui amène Wolfram, qui est toujours prêt à se moquer, à faire la remarque que, s'il était faucon là, dans cette société, il s'enfuirait au plus vite : "En ce qui me concerne, je puis vous assurer que si j'étais un faucon et si on m'emmenait à la chasse, je m'envolerais, après une aussi minuscule bouchée, du poing du chasseurr avec une ardeur vorace et saurais bien me servir de mes ailes" (487,5sqq.).

49Soit dit en passant : ce détail se retrouve aussi chez Chrétien, même si l'ermite de l'auteur français ne dédaigne pas le pain, mais le pain fait d'orge et d'avoine du paysan ("pain i ot d'orge et d'avaine", 6502).

50Le séjour chez Trevrizent reste certes seulement un épisode dans la vie de Parzival, mais le contraste entre l'abandon à Dieu (lié à l'ascèse) et la vie aristocratique dans le monde demeure, comme cela est clairement montré dans la suite du récit par d'autres descriptions de joies de la table courtoise (festin au château enchanté de Clinshor, 636,15 sqq. ; festins à la Table Ronde d'Artus, 652,10sqq. et 775,1 sqq. ; banquet dans le camp de Gawan, 697,25sqq. ; banquet de Joflanze, 763,9sqq.).

51Retenons ceci : Wolfran von Eschenbach sait faire entrer le thème "nourriture et manières de table" comme élément fonctionnel dans le développement de son héros, il sait aussi révéler par les différents comportements de celui-ci les dispositions et l'évolution de son caractère. Bien qu'il ait repris à son modèle les scènes qui relèvent de ce thème – en les modifiant –, il crée cependant le contraste entre la famine et la surabondance de nourriture et fait reconnaître dans l'élaboration de ce contraste très nettement la rancœur du poète matériellement désavantagé face à ses protecteurs vivant dans l'opulence, une rancœur qu'il habille poétiquement de raillerie et d'ironie, tout en transformant cette rancœur en accusation de ceux qui vivent dans le bien-être et se divertissent des figures pitoyables que sont ces meurt-de-faim nécessiteux.

Notes

1 Je cite la traduction du roman de Wolfram : Wolfram von Eschenbach, Parzival. Texte traduit et présenté par Danielle Buschinger, Wolfgang Spiewok et Jean-Marc Pastré. Préface de Jean Fourquet. Paris, 10/18, 1989.

2 Je cite : Chrétien de Troyes. Œuvres complètes. Edition publiée sous la direction de Daniel Poirion. Paris 1994. Perceval ou le Conte du Graal. Textes établis, traduits, présentés et annotés par Daniel Poirion.

3 Cité d’après : Joachim Bumke, Höfische Kultur. Literatur und Gesellschaft im hohen Mittelalter. Tome I. Munich 1986, p. 261.

4 In : Karl Bertau, Wolfram von Eschenbach. Neun Versuche über Subjektivität und Ursprünglichkeit in der Geschichte. Munich 1983, pp. 130 sqq.

Auteur

Université de Greifswald

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540