Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

À quoi sert le repas du Graal ? Remarques sur la liturgie du Graal dans le Conte du Graal

Jean-Guy Gouttebroze

Texte intégral

  • 1 Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, 1973, pp. 31-35.

1Globalement, Claude Lévi-Strauss, dans la leçon inaugurale de son cours au Collège de France, a dévoilé en quelques phrases les principes fondamentaux qui régissent l'établissement et le fonctionnement du mythe de Perceval : Perceval est un Oedipe inverse1.

2Oedipe et Perceval, confrontés l'un comme l'autre à une énigme — Oedipe interrogé par la Sphinx, Perceval interpellé par les objets mystérieux qui lui sont présentés au château du Graal — réagissent de façon diamétralement opposée : le protagoniste de l'antiquité, ingénieux et loquace, résout le problème que lui pose le monstre, alors que le héros de notre Moyen Age, silencieux, voit passer les objets sans intervenir et laisse les choses en l'état :

  • 2 Ibid., p. 34.

"Un personnage subtil, qui connaît toutes les réponses, fait place à un innocent qui ne sait même pas poser les questions2".

3C'est une riche problématique qui s'exprime dans ces quelques pages, essentielles, de Cl. Lévi-Strauss. Problématique d'autant plus intéressante pour le médiéviste qu'elle se trouve énoncée en termes d'ethnologie générale et comparée – l'Œdipe inverse auquel se réfère Cl. Lévi-Strauss est plus le personnage amérindien que le Perceval européen – et que l'ethnologue ne s'attarde pas à suivre dans le détail les aventures de Perceval et à leur donner une signification précise.

4Le spécialiste de la littérature et de la civilisation médiévales peut donc s'engager, comme un glaneur, à la suite du moissonneur.

  • 3 C'est une structure romanesque bipartite dont nous ne cessons, depuis vingt ans, d'affirmer l'exis (...)

5Une des premières conséquences qu'il peut tirer des propositions de Cl. Lévi-Strauss, c'est l'affirmation de l'unité profonde, parce qu'elle est fonctionnelle, du Conte du Graal : à l'itinéraire d'un Oedipe inverse -- Perceval -- succède celui d'un Oedipe caractérisé -- Gauvain3. Autre aspect de l'opposition inverse qui sépare Perceval d'Oedipe et que Cl. Lévi-Strauss a, dans la concision de ses propos, négligé : le rapport de ces deux personnages à la nourriture. Si le héros antique, en cas d'échec, sera dévoré par la Sphinx, Perceval se révèle, de façon permanente, être un solide mangeur et cette propension ne se trouve pas amoindrie lors de son passage au château du Graal, où, pourtant, simultanément, il ne réussit pas à poser les questions.

6La logique oppositionnelle qui régit les deux trajectoires devrait nous amener à découvrir, à la suite de l'introduction du thème de l'énigme, deux évolutions contrastées : parole et réussite d'une part, silence et échec d'autre part. L'échec se soldant, au détriment du vaincu, par un anéantissement manducatoire.

7Force est de constater que le texte de Chrétien de Troyes, avec l'épisode du repas du Graal, nous présente une toute autre issue de la chaîne narrative, issue inattendue, dissidente : Perceval contre toute attente dévore, alors qu'il devrait être dévoré.

8Envisagé dans cette perspective générale, le repas du Graal réactualise le motif mythologique de la dévoration en lui imposant une inflexion originale. Sans qu'il soit possible d'attribuer cette modification à la tradition dont Chrétien de Troyes s'inspire ou à sa propre initiative, nous assistons à un retournement du motif du passif à l'actif : le solide appétit du héros s'exerçant une fois de plus marque sa résistance au risque d'une disparition programmée.

9Si cet aperçu général du phénomène est concevable, il convient d'examiner dans le détail un processus d'exposition qui va rendre compte, à la fois, de l'échec et de la survie du personnage. Appartenant au corpus mythologique, le motif de la consommation alimentaire, qu'elle soit active ou subie, s'inscrit comme une donnée transcendante, une nécessité inhérente à l'expression d'un mythe. Le canevas légendaire, qui est toujours à l'œuvre, conditionne une série d'enchaînements que Chrétien de Troyes interprête avec originalité et brio ; mais il doit tenir compte de la présence des éléments qui participent à ces enchaînements. Pour mieux cerner ce que représente, dans sa première manifestation médiévale, l'épisode du repas du Graal, pour mieux définir, en l'occurrence, la situation de Perceval, nous nous proposons d'intervenir sur trois niveaux qui caractérisent l'écriture ou, plutôt, la réécriture du mythe.

10S'offre d'abord à nos yeux un texte littéraire dont la composition, inscrite dans l'histoire, porte en elle-même sa cohérence et sa signification : nous verrons ainsi comment Chrétien de Troyes traite le sujet en associant au déroulement du repas le mouvement du graal et le silence du héros.

11Au-delà, pour éclairer et définir plus nettement le sens des divers motifs, nous nous détacherons de l'interprétation que donne le romancier médiéval pour interroger d'autres traditions légendaires dont il est susceptible de s'être inspiré — nous pensons, en particulier, à la tradition légendaire celtique. Non que nous ayons la naïveté de croire qu'un motif celtique isolé puisse expliquer, par une ressemblance qui serait peut-être accidentelle, tel ou tel point du récit médiéval ; mais parce que nombre de motifs qui sont présents dans le Conte du Graal se retrouvent dans la tradition historique et légendaire celtique en "paquets de relations" et forment par là des unités signifiantes analogues à celle qui se découvre dans le roman de Chrétien de Troyes.

12Enfin, dans un troisième temps, nous mettrons à profit les renseignements mythologiques et littéraires obtenus pour essayer de cerner la finalité générale du repas du Graal, en dehors de toute contingence historique. L'insertion, assez fréquente, dans la mythologie œdipienne du motif de la consommation alimentaire qui s'ajoute aux oppositions fondamentales, loquacité/silence, endogamie/exogamie, nous incite à rechercher les causes de cette extension.

13Nous pensons ainsi dépasser la boutade, certes vraie, mais, comme toute boutade, un peu courte, selon laquelle Perceval est un glouton qui évite d'être englouti.

14Il est évident que le repas du Graal est un repas somptueux. Chrétien de Troyes nous le décrit comme tel.

15Autour de Perceval et de son hôte s'affairent de nombreux serviteurs : ils apportent l'eau, les serviettes, les éléments de la table -- plateau et tréteaux. Ils assurent ensuite le service du repas.

16Les accessoires, ustensiles et garnitures de table sont d'un grand luxe : les tréteaux de la table sont en ébène, quant à la nappe :

  • 4 Nous renvoyons à l'édition de F. Lecoy : Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), Paris, (...)

"Legaz ne chardenax ne pape
Ne manja onques sor si blanche." (vv. 3266-7)4

17Les convives boivent dans des coupes en or et c'est sur un tailloir d'argent qu'est découpée la hanche, le cuissot de cerf qui est le principal mets du repas.

18C'est un cuissot de cerf cuit dans sa graisse et assaisonné de poivre chaud ; chaque tranche, pour être consommée, est disposée sur un gastel -- sorte de croûte salée préalablement cuite et passée au four qui faisait office d'assiette. Pour accompagner ce plat, sont servies deux sortes de vin : le vin traditionnel -- vin clair -- et le raspé, plus âpre, qui était obtenu par fermentation du marc de raisin dans l'eau. Nourriture et boissons sont disponibles à volonté. Enfin, pour terminer le repas, au moment d'aller se coucher, alors que les lits sont déjà faits, est apporté un dessert composé de fruits exotiques : dattes, figues, noix muscades, poires, grenades. Les serviteurs présentent également des électuaires, du gingembre d'Alexandrie, du vin aromatisé, sans sel ni poivre, du vin de mûre et différents sirops. Et si la composition et l'ordonnance du repas ne suffisaient pas à prouver sa splendeur, Chrétien de Troyes, en tant que narrateur insiste :

"Li mangiers fu et biax et buens ;
de te ! mangier que rois et cuens
et empereres doie avoir
fu li prodom serviz le soir
et li vaslez ansamble lui." (vv. 3303-6)

19Cette précision qui marque la description du repas ne doit pas faire oublier qu'il s'inscrit dans la liturgie du Graal. Plusieurs indices le prouvent.

20En particulier, l'utilisation du tailloir. Il s'agit d'un plat d'argent sur lequel est découpé le cuissot de cerf ; mais l'emploi de l'article défini qui précède son occurrence indique sa situation anaphorique :

"De la hanche de cerf au poivre
devant ax uns vaslez trancha
qui de devant lui treite l'a a tot le tailleor d'argent." (vv. 3272-5)

21Ce tailloir d'argent ne peut être que le tailloir que tenait en ses mains, dans le cortège (v. 3219), la jeune fille qui suivait immédiatement la porteuse du graal. Graal d'or, tailloir d'argent : si cette opposition énonce une différence de valeur entre les deux ustensiles, leur présence conjointe asserte une analogie d'emploi : nous avons là deux instruments de nourriture rituelle.

22De fait, le repas qu'offre le roi-pêcheur à Perceval s'insère dans la continuité narrative qu'a définie le mouvement de la procession. Le graal, si nous nous en référons aux explications a posteriori de l'ermite (vv. 6200-15), sert à nourrir un mystérieux personnage -- le roi esperital, oncle de Perceval -- qui se trouve dans uns salle attenante à celle du banquet ; le tailloir assure le service de la viande qui est présentée à Perceval et à son hôte. Les deux mouvements de répartition alimentaire sont concomitants et imbriqués : le graal passe devant la table de Perceval et du roi pêcheur quand est servi le cuissot de cerf. Il manifeste sa présence dès qu'un nouveau plat est présenté :

"A chascuns mes don l'an servoit
le graal trespasser veoit
par devant lui tot descovert
et si ne set cui l'an an sert." (vv. 3287-90)

  • 5 Intervention de W.A. Nitze lors du colloque international de Srasbourg, 1954, recueillie dans Les (...)

23Tot descovert -- sur ce point, nous adoptons l'interprétation de W. A. Nitze -- signifie qu'il ne porte plus le couvercle ou le linge qui protégeait la nourriture : c'est un signe que son contenu a été consommé5. Tout est en place pour provoquer la curiosité du héros, voire sa frustation. Le repas du Graal a une finalité symbolique : malgré sa magnificence et la qualité de ses mets, il ne cesse de révéler l'existence d'un autre repas, de plus haute valeur, dont Perceval peut se sentir exclu.

24En fait, même si Perceval envisage de poser les questions sur la lance et sur le graal, la qualité de l'accueil, de la nourriture et du service, retenant en priorité son attention, va jouer en synergie avec les préceptes de Gornemant de Goort pour l'inciter à garder le silence. Il ne ressent, par rapport au service parallèle assuré par le graal, aucune sollicitation impérieuse. Si, dans une perspective chrétienne, telle que celle que développe l'ermite, la nourriture dispensée par le Graal est spirituelle, nous devons constater que Perceval reste, sans trop de scrupules, prisonnier d'appétits matériels et terrestres.

25Ainsi Chrétien ne nous présente pas seulement une description réaliste et détaillée d'un somptueux repas médiéval ; il nous donne aussi une évocation qui a la signification métaphorique d'une liturgie. Mouvement du graal, utilisation du tailloir, opposition graal/tailloir, attitude du protagoniste, autant d'éléments dont la présence ne peut être expliquée au premier degré, par des références culinaires ou gastronomiques : ils appellent l'exégèse d'une symbolique, exégèse que tentera d'ailleurs Chrétien en faisant intervenir l'ermite.

26Nous devons toutefois nous méfier d'une interprétation, contemporaine au texte, qui s'applique sans discernement à des faits qui, aux dires mêmes de l'auteur, relèvent d'un état de civilisation étranger et déjà ancien, et qui, par là, risquent d'échapper à ses capacités d'investigation.

  • 6 Voir sur ce point la synthèse d'Arbois de Jubainville qui commente Posidonios. H. d'Arbois de Juba (...)

27L'histoire et les légendes celtiques auxquelles se réfère tout romancier arthurien nous montrent que c'est un insigne honneur pour un individu que de consommer, dans un banquet, la meilleure partie d'un animal. Au commencement du premier siècle avant J.C., Poseidonios fit un voyage en Gaule. Il apprit que, dans les festins d'apparat, l'usage était de réserver au guerrier le plus brave le gigot, le cuissot ou le jambon de la bête qui formait la pièce de résistance du repas. Des rivalités, à ce sujet, pouvaient éclater : rivalités souvent violentes et meurtrières ; il arrivait parfois que s'engagent des combats ou des duels dont l'issue pouvait être mortelle, le compétiteur survivant bénéficiait, à juste titre, de "la part du champion"6.

  • 7 Bricriu's Feast in Early Irish Myths and Sagas, tr. Jeffrey Gantz, London, Penguin Books, 1988, pp (...)
  • 8 Baile In Scail (the Phantom's Frenzy), in Myles Dillon, Early Irish Literature, Chicago & London, (...)

28C'est ainsi qu'elle se trouve remportée victorieusement par Cuchulain qui, dans la légende irlandaise le Festin de Bricriu, met fin aux prétentions de Loegure Buadach et à celles de Conall Cernach ; seul, il a le courage de tendre la tête sur le billot pour subir l'épreuve de la décapitation, alors que ses concurrents se dérobent7. Lorsque le roi Conn, dans le Baile in scail, l'Extase du fantôme, texte dont J. Frappier a souligné les analogies avec la cérémonie du Graal, pénètre dans le sidh, la demeure du dieu Lug, où siège la souveraineté d'Irlande, il se voit offrir une côte de bœuf et une côte de porc de grande taille8.

29En invitant Perceval à manger avec lui un cuissot de cerf, le roi pêcheur l'honore et reconnaît ses qualités de guerrier.

  • 9 J. Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., pp. 190-4 ; J. de Vries, La réligi (...)
  • 10 Ibid., p. 111.

30Si c'est le dieu ouranien Lug et sa compagne la souveraineté d'Irlande qui servent à Conn la part du champion et la boisson de la souveraineté, la derg flaith, les celtisants ont depuis longtemps reconnu dans le roi-pêcheur, dont la maison se trouve "pres de riviere et pres de bois", le dieu Nodens, divinité de la nature et de la végétation -- le Nuadu irlandais, le cymrique Nudd, le gallois Llud Llowereint --, dieu représenté traditionnellement comme infirme9. La blessure du roi-pêcheur l'empêche de chasser, peu importe : il entretient auprès de lui une troupe de chasseurs de rivière, d'archers et de veneurs. Dans le domaine irlandais, Nuadu comme Lug préside aux dévolutions du pouvoir royal. J. de Vries a remarqué "qu'il pouvait très facilement être considéré comme le fondateur des dynasties irlandaises10." Introduisons une petite nuance, par référence à l'activité de Lug dans ce domaine : il est un des fondateurs des dynasties irlandaises.

31Il n'est pas surprenant que la fonction de son avatar médiéval soit de présider au déroulement d'une cérémonie d'intronisation royale. En posant les questions sur les objets qui lui sont présentés, Perceval rejoindrait l'ingénieux et disert Œdipe que sa sagacité élève à la royauté de Thèbes. Mais, ce faisant, Perceval, à l'instar d'Œdipe, se trouverait dans une situation incestueuse, contraint, comme son analogue antique, à contracter une alliance matrimoniale avec une femme de sa famille porteuse de la souveraineté, porteuse du graal ; c'est à dire la jeune fille qui participe au cortège et qui est, comme l'a supposé avec raison J. Marx, la cousine matrilatérale qu'il rencontrera le lendemain. Il n'est pas fortuit qu'elle se manifeste comme une représentante véhémente des intérêts de la mère du héros et des membres de son lignage maternel.

  • 11 "Induiturque aures lente gradientis aselli.
    Ille quidem celare cupit turpique pudore
    Tempora purpure (...)

32Cette incursion dans le domaine celtique nous met sur la voie d'une explication anthropologique du repas du Graal. Le roi du Graal, pêcheur et chasseur, qui est un dieu de la nature, entretient avec les animaux terrestres et aquatiques un rapport permanent. Chrétien de Troyes a intégralement humanisé et socialisé le personnage : alors que le roi Marc du Roman de Tristan de Beroul gardait encore de sa nature d'équidé des oreilles d'âne, rien, malheureusement ne nous permet de dire que le roi pêcheur porte des bois de cerf et pourtant... Les rapports de caractère cyclique qu'il ne cesse d'avoir avec les animaux des bois et des rivières le rapprochent de ces dieux à ramure de cerf que les sculptures ou les gravures sur métal celtiques représentent entourés d'animaux. Le roi-pêcheur comme Nodens est vraisemblablement un Cernunnos, et nous pouvons nous demander si l'étrange bonnet de fourrure qui couvre sa tête, que certains commentateurs ont appréhendée comme une coiffure de rabbin, n'est pas en fait une résurgence de la tiare que le roi Midas est contraint de porter pour cacher ses oreilles d'âne11. Le roi-pêcheur dissimulerait son animalité.

  • 12 Riche image : si le cuir de cerf est utilisé pour faire des vêtements étanches, il sert aussi à la (...)

33Perceval et sa famille vivent eux aussi au contact des cervidés : cerf et chevreuil, dans leur vie, tiennent, parmi les animaux, une place privilégiée. Découvrant les hauberts des chevaliers qui ont fait intrusion dans le domaine de la Gaste Forest, Perceval, qui est chasseur, conçoit l'idée saugrenue que les biches et les cerfs puissent en être protégés et échappent ainsi à ses coups. Sa mère, lors de son départ, lui taille un vêtement étanche en cuir de cerf12. Et, surtout, au cours du périple qui va le conduire au château du Graal, sa consommation alimentaire reposera sur le chevreuil : pâté de chevreuil frais qu'il déguste après avoir embrassé de force la demoiselle de la tente, chevreuil que les serviteurs de Blanchefleur, en pleine disette, ont réussi à tuer.

  • 13 S. Reinach, Cultes, mythes et religions, tome I, Paris, 1905 ; H. Hubert, Les Celtes depuis l'époq (...)

34S. Reinach, H. Hubert, J. de Vries et d'autres ont pertinemment montré que survivaient chez les Celtes des traces significatives d'organisation totémique et d'interdits alimentaires concernant certains animaux considérés comme les ancêtres du clan ou de la tribu13.

35La consommation de cerf ou de chevreuil, spontanée et naturelle pour Perceval, peut prendre une signification précise pour un individu qui reconnaît en cet animal la représentation de l'ancêtre totémique. Invitant Perceval à partager avec lui un cuissot de cerf, le roi pêcheur, qui est un dieu de la nature, l'amène vraisemblablement à commettre une action sacrilège, action sacrilège dont le jeune homme qui ne partage pas la même vision des choses ne se soucie en rien. Le repas du Graal s'impose donc comme un repas sacré dans lequel le dieu est présent à la fois comme organisateur et comme victime -- ce que pouvaient saisir les hommes du Moyen Age par référence au sacrifice de la messe -- ; mais, de plus, la cérémonie dont Chrétien de Troyes nous décrit précisément les différentes phases comporte une finalité sociale : l'intronisation du héros et la perspective, en milieu clanique, de la conclusion d'une union incestueuse. Compte tenu de l'ensemble des attendus qui conditionne son déroulement, il n'est pas interdit de penser que le repas du Graal est une représentation abâtardie mais bien caractéristique d'un repas totémique dont S. Freud a fourni un modèle théorique.

36En effet, si la solution de l'énigme conduit à la conclusion d'une union incestueuse, donc illicite et sacrilège, il est logique que le repas qui suit l'épreuve tienne compte de cette infraction, de la transgression de l'interdit, du tabou. Le respect du totem garantissait le mouvement de l'exogamie : toute atteinte à ce mouvement est ressentie comme une consommation de l'animal mythique qui le garantit, nous trouvons vérifiée dans cette approche du repas du Graal, l'analyse de Robertson Smith que S. Freud a reprise dans Totem et Tabou et dans Moïse et le monothéisme :

  • 14 S. Freud, Moïse et le monothéisme, Paris, Gallimard, 1972, p. 175.

37"En ce lieu et place du père, un certain animal fut choisi comme totem, considéré comme l'ancêtre, l'esprit protecteur, et il fut interdit de lui faire du mal ou de le tuer. Toutefois, une fois l'an, tout le clan s'assemblait pour un festin où l'animal totem, révéré en général, était mis en pièces et dévoré en commun14."

  • 15 J-G Gouttebroze, "Qu'il soient une char andui...", art. cit., pp. 169-74.

38Le repas du Graal semble bien répondre à cette dérégulation. L'ordre instauré au nom du cerf et, au-delà, au nom du père, est transgressé : inceste, consommation de l'animal totem, anthropophagie symbolique, c'est tout un. Et la liturgie apparaît comme la métaphore d'images plus claires qui s'enchaînent dans le roman de Chrétien de Troyes avec une remarquable cohérence : mort du père impotent atteint dans sa virilité, infirmité analogue du roi pêcheur, "escachier" privé de l'usage d'une jambe et que découvre Gauvain au seuil du château des Reines, lieu d'un nouveau risque d'inceste15.

39Ainsi la procession du Graal et le repas qui la suit forment un ensemble rituel cohérent non seulement en lui-même, mais également par rapport à l'ensemble du récit dans lequel il se trouve intégré.

40La structure littéraire du passage que nous a laissé le romancier médiéval, les attendus ethnologiques que nous fournit la civilisation celtique et les renseignements que nous pouvons tirer de l'anthropologie moderne concourent à nous donner, globalement, un principe général d'explication : lors de son passage au château du Graal, Perceval est appelé à connaître les deux moments fondamentaux et complémentaires d'un très ancien processus de promotion royale. A l'épreuve -- poser les questions -- succède le déroulement d'une activité gratifiante -- le repas.

41En théorie, comme le suggère la légende d'Oedipe, le mutisme dont il fait preuve devrait entraîner sa perte. Il n'en est rien.

42Cette immunité semble en partie tenir à l'imprudence et à la suffisance des habitants du château qui pensent que l'exhibition des objets merveilleux, des talismans royaux, va susciter nécessairement une interrogation. L'épreuve que doit affronter Perceval est, en effet, beaucoup plus facile que celle qui est proposée à Oedipe. Le roi-pêcheur, certain, sans doute, de l'initiative de parole du jeune homme, fait servir le repas alors que son invité a remis à plus tard le moment où il posera les questions. Ce qui sauve Perceval, c'est, paradoxalement, cette insouciance, cette niceté qui, à la fois, le disqualifie et le soustrait à toute forme de châtiment. Que faire contre un personnage aussi inconsistant, si peu coopératif ? En fait, aux yeux du romancier comme aux yeux de ses auditeurs-testeurs, cette naïveté n'est qu'apparente : le silence du héros est aussi obéissance aux conseils de Gornemant, son véritable initiateur ; elle dissimule sa désaffection envers ses parents maternels et envers les coutumes qu'ils pratiquent.

  • 16 Sophocle, Oedipe roi, éd. A. Dain, P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1958, vv. 391, 1199.

43Naïf, Perceval se laisse conduire docilement par le roi-pêcheur, sans s'opposer ouvertement à lui, sans susciter sa méfiance et, s'il mange, c'est spontanément, sans poser, sans se poser de questions, sans même savoir que, ce faisant, il porte en lui un contre-projet civilisateur. Apparemment, aucune chienne rhapsode, aucune devineresse aux serres aiguës -- pour employer les termes de Sophocle16 -- ne s'attaquera à ce personnage innocent et, à sa manière, porteur d'avenir.

44A peine ressentira-t-il une pointe d'angoisse quand il quittera le château vide, abandonné par une mesnie dépitée et confondue.

45C'est alors qu'il découvrira sa cousine maternelle en pleurs, portant sur ses genoux le corps de son ami décapité. Vindicative, elle reprochera à son cousin son mutisme ; elle sera sphinx, lorsqu'elle le soumettra à un interrogatoire serré, stichomythique, sur les objets qui lui ont été présentés au château du Graal ; mais son agressivité, qui ne dépasse pas le niveau verbal, n'atteindra pas son interlocuteur : Perceval se montrera clairvoyant et loquace pour répondre immédiatement à ses questions.

46A l'invulnérabilité et à l'insouciance de Perceval s'oppose l'image d'une mort violente dont il n'a soin de demander la cause. L'ami de sa cousine n'a-t-il pas pourtant été vaincu et sauvagement tué par l'Orgueilleux de la Lande qui hait Perceval, qui cherche à le retrouver et brûle de lui faire connaître le même sort ? Perceval déroge aux principes les plus élémentaires de la chevalerie et de l'entraide familiale. Il n'est même pas intrigué par le destin funeste d'un chevalier de sa condition et de son âge.

47L'image de la jeune fille désemparée, soutenant le cadavre de son ami décapité, est si forte et si insolite qu'elle nous incite à dépasser le degré le plus immédiat de la lecture, à faire abstraction des attendus narratifs pour focaliser notre attention sur l'opposition, violemment contrastée, d'un Perceval sain et sauf et d'un chevalier dont un adversaire impitoyable a tranché la tête.

48Cette opposition de l'intégrité physique et de la décapitation a valeur symbolique : elle nous fait comprendre non seulement que la calamité et la hantise de la castration oppriment toujours le royaume du Graal, mais encore que sont vaines les menaces qui pourraient peser sur le héros qui s'est dérobé. C'est sur sa cousine et sur son ami que s'est abattue la rigueur d'un châtiment toujours présent. En suscitant la représentation d'un analogue décapité de Perceval, mais différent de lui, l'imaginaire romanesque et, peut-être, mythologique exprime, à sa façon, ce retournement de situation et l'immunité d'un héros œdipien dissident.

Notes

1 Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, 1973, pp. 31-35.

2 Ibid., p. 34.

3 C'est une structure romanesque bipartite dont nous ne cessons, depuis vingt ans, d'affirmer l'existence (J-G Gouttebroze, "L'arrière-plan psychique et mythique de l'itinéraire de Perceval dans le Conte du graal", Voyage, quête, pélerinage dans la littérature et la civilisation médiévales, Aix-en-Provence, Senefiance, 1976, p. 349). Nous n'avons cessé, dès lors, de mettre en lumière les différents aspects de cette opposition Perceval/Gauvain : voir, en dernier lieu : J-G Gouttebroze, "Un phénomène d'intertextualité biblique dans le Conte du Graal : "Qu'il soient une char andui." (éd. W. Roach, v. 9064)", Masculin/féminin dans le roman arthurien médiéval, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1995.

4 Nous renvoyons à l'édition de F. Lecoy : Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), Paris, Champion, 1973.

5 Intervention de W.A. Nitze lors du colloque international de Srasbourg, 1954, recueillie dans Les romans du Graal dans la littérature des xiième et xiiième siècles, Paris, Editions du C.N.R.S., 1957.

6 Voir sur ce point la synthèse d'Arbois de Jubainville qui commente Posidonios. H. d'Arbois de Jubainville, Cours de littérature celtique, tome VII, Etudes sur le droit celtique, Paris, Thorin et fils, 1895, pp. 43-4 et 68-9.

7 Bricriu's Feast in Early Irish Myths and Sagas, tr. Jeffrey Gantz, London, Penguin Books, 1988, pp. 219-255.

8 Baile In Scail (the Phantom's Frenzy), in Myles Dillon, Early Irish Literature, Chicago & London, 1948, pp. 107-9.

9 J. Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, op. cit., pp. 190-4 ; J. de Vries, La réligion des Celtes, Paris, Payot, 1963, pp. 108-112.

10 Ibid., p. 111.

11 "Induiturque aures lente gradientis aselli.
Ille quidem celare cupit turpique pudore
Tempora purpureis temptat velare tiaris..." Ovide, Métamorphoses, livre XI, éd. G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres. 1957, vv. 179-81.

12 Riche image : si le cuir de cerf est utilisé pour faire des vêtements étanches, il sert aussi à la confection des suaires. Dans l'imaginaire médiéval, le cerf, animal de vie. assume les fonctions antagonistes de mort et de résurrection.

13 S. Reinach, Cultes, mythes et religions, tome I, Paris, 1905 ; H. Hubert, Les Celtes depuis l'époque de la Tène et la civilisation celtique, Paris, Albin Michel, 1974, p. 219 ; J. de Vries, La religion des Celtes, op. cit., p. 181.

14 S. Freud, Moïse et le monothéisme, Paris, Gallimard, 1972, p. 175.

15 J-G Gouttebroze, "Qu'il soient une char andui...", art. cit., pp. 169-74.

16 Sophocle, Oedipe roi, éd. A. Dain, P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1958, vv. 391, 1199.

Auteur

Université de Nice Sophia Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540