Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

La vertu nourricière du Graal

Robert Baudry

Texte intégral

1Le Graal nourrit. Parmi le faisceau de vertus que la légende accorde au talisman merveilleux, l’un des traits qui a le plus frappé est celui de réceptacle d’une nourriture extraordinaire. C’est la fonction première d’un graal. HÉLINAND de Froidmont l’avait défini : "Gradatis autem sive Gradale gallice dicitur scutella lata et aliquantum profunda, in qua precisosæ dapes cum suo jure divitibus salent apponi gradatim".

  • 1 Ces grazale ont diverses capacités. Celui pesant vide 7 kgs en a une de 15 litres ; celui de 12 kg (...)

2Ce sens perdure dans le langage courant du Midi. En occitan, grazale signifie une terrine vernissée, en forme de cône tronqué et renversé. On y mélange avec le sel les confits d’oies ou de canards ; on y fait macérer tout un jour avec le sucre certaines confitures. Ou, quand on tue le cochon, on y mélange au boudin la farine de mais afin de préparer les "mouniettes"1.

3En littérature, cette fonction nourricière apparaît dès les premiers textes.

AUTOUR DE CHRÉTIEN

4Toutefois, que le graal serve tous les convives d’un banquet, tel n’est pas son rôle quand Perceval visite pour la première fois le château du Roi Pêcheur dans le Conte du Graal de CHRÉTIEN de Troyes.

5Le graal de Chrétien ne sert ni Perceval ni les convives. Il sert le père du Riche Pêcheur. Etrangement, certes, il passe et repasse à chaque fois qu’est servi un nouveau mets : hanche de cerf au poivre cuit dans sa graisse ("cum suo jure") et autres mets composant les festins fastueux du moyen âge. Est-ce ce passage simultané du graal et des plats qui a suggéré aux successeurs de Chrétien que c’était le graal même qui servait les convives ? Je crois plutôt qu’il en allait ainsi dans le livret baillé par Philippe d’Alsace. Notation que Chrétien n’aurait pas comprise, – ou aurait préféré transformer.

6La preuve que le graal de Chrétien ne sert ni les convives ni Perceval, c’est qu’on attend qu’il demande : "do graal cui l’en an servoit". Il n’aurait pas à poser cette question s’il en était lui-même servi ou les autres autour de lui.

  • 2 Edition HILKA, p. 545, lignes 14 à 17.

7Le Perceval en prose (1530), souvent éclairant, attribue cet office à un maître d’hôtel : "Apres servirent les maistres d’hostel une hanche de Cerf rotie et bien assaulcee et consequamment les aultres mectz et entremectz de viandes exquises et d’autre part tous vins exquis en habudance"2.

  • 3 Et non pas une "simple" hostie comme le traduit Charles MÉLA, éd. "Pochothèque".

8Le seul convive du graal est donc le Vieux Roi, puisque ce Graal n’apporte qu’une seule3 oiste, qui seule le maintient en vie, le prolonge depuis douze ans qu’il survit reclus en sa chambre. Ce terme oiste est communément traduit par hostie. Mais ne pourrait-on lui donner son sens étymologique latin de victime ? Le graal s’apparenterait mieux alors au "Graal" de Peredur : une tête saignant dans un plat : cette "victime" garderait une trace de la version primitive. Et c’est ce sens ambigu d’oiste qui, ensuite, aurait incliné vers le sens d’hostie.

  • 4 Vers 6346-6350. Voir notamment Jean FRAPPIER, Chrétien de Troyes, Hatier, 1957, rééd. augm. 1968, (...)

9De même, la curieuse indication négative que ce graal ne contient aucun poisson n’est point là sans doute comme une simple parenthèse pour suggérer les dimensions du plat. Ce contenu, affirmé en même temps que nié, renvoie, je crois, au sens primitif du graal : il prolongerait un vieux mythe de la vie primordiale émergée des Eaux-Mères4.

  • 5 C'est l'opinion entre autres de Jean MARX, la Légende arthurienne et le Graal, P.U.F., 1951, pp. 1 (...)

10Cela concorderait admirablement avec le rôle du Roi Pêcheur, qu’on volt pêcher dans la rivière dès sa première rencontre : cela assurerait la cohérence du récit. Sinon, pourquoi le présenter d’emblée sous cette forme ? Et pourquoi continuer à l’appeler constamment de ce nom, si cette activité était négligeable ? Je croirais volontiers que c’était ce Poisson même pêché par le Roi qui devait initialement figurer dans le Vase d’abondance5.

II. LE MYTHE CELTIQUE

11Que le Conte du Graal de CHRÉTIEN passe pour le "roman-fondateur" de la légende du Graal n’entraîne pas qu’il soit sans antécédent mythique.

  • 6 Notamment Alfred NUTT : The Legend of the Holy Grail ; W.J. GRUFFYDD ; Roger Sh. LOOMIS : Arthuria (...)

12Le Riche Pêcheur, qui s’appelle BRON dans le Didot-Perceval, parait bien être un avatar du vieux dieu-héros-roi celtique BRAN, qui figure dans Branwen fille de Llyr, épopée galloise. Parenté mythique qu’ont reconnue maints médiévistes6.

  • 7 Voir J. MARX, op. cit., pp. 38. 68-69, 124, 136 n.3, 138-139, 144, 153, 177 n. 2, 199-200 Et Franç (...)

13Car, entre ces deux personnages, ne manquent pas les affinités. Dieu gigantesque, Roi de l’Autre Monde, Bran accomplit de fabuleuses navigations à la quête d’îles féeriques. Hôte aux somptueux festins, il siège parfois dans une île. Il détient un chaudron merveilleux de survie et une corne à boire inépuisable dont il régale ses convives : réceptacles où l’on a vu des prototypes du graal. "Méhaigné" à la jambe par un coup de lance empoisonnée, puis décapité, sa tête parlante continuera de réjouir ses compagnons qui festoyent à table pendant 87 ans sans vieillir. Il est souche d’une sainte lignée : fils du dieu Llyr, il est fils des flots de l’Océan, ce qui le lie à la mer et aux eaux. – Autant de traits qui rapprochent ce BRAN, dieu marin, du Roi Pêcheur que le Didot-Perceval appelle BRON7.

14Quant à l’hostie qui remplace le Poisson d’abondance, le sens littéral paraît clair : c’est le graal même qui produit au fur et à mesure cette oiste qui vient miraculeusement dans le graal.

  • 8 Voir Georges DUMEZIL, Mythe et Epopée, nrf, 1968, p. 141 n. 1.

15La grande épopée hindoue du Mahãbhãrata contient un épisode équivalent. On y voit SÛRYA, le dieu du soleil aux boucles éblouissantes, donner aux héros de l’épopée, qui descendent de la fille d’un "roi des pêcheurs", un vase inépuisable capable de reproduire la nourriture à chacun de leurs repas pendant leurs douze ans d’exil dans la forêt8. –Analogie frappante avec le graal créateur d’un aliment qui entretient la vie du vieux roi pendant le même laps de temps !

16Chrétien a-t-il pu connaître directement l’épopée hindoue ? Il serait hasardeux de l’affirmer. Mais ce vieux mythe indo-européen a inspiré d’autres échos, par exemple d’anciens récits irlandais et gallois.

17Dans la Navigation de Bran, Bran et son équipage partent à la recherche de l’île des Fées. Ils l’atteignent, et y mènent une vie merveilleuse où leur est servie une nourriture inépuisable qui se renouvelle sans cesse

18Dans un autre récit irlandais la Bataille de Mag-Dured, le grand dieu Dagda dévore le contenu d’un immense chaudron capable de nourrir sans s’épuiser des armées entières et qui produit la viande la plus exquise, le breuvage le plus estimé.

19Dans le récit gallois de Kulhwch et Olwen, pour obtenir de son père la main d’Olwen, le héros Kulhwch doit lui apporter, entre autres, le panier de Gwyddneu Garanhir : qu’on y mette la nourriture d’un homme, on y obtient la nourriture de cent, ainsi que la corbeille du roi d’Irlande capable de nourrir en festin le monde entier, pourvu qu’on s’y présente par groupes de 3 x 9. – C’est bien le mythe voisin de la corne d’abondance.

20La Psychologie créatrice de Chrétien. – La critique littéraire s’est assez peu souciée de saisir comment fonctionne la pensée d’un écrivain. Elle l’imagine volontiers, d’après l’œuvre achevée, comme une pensée statique, figée d’emblée dans sa cohérence définitive

21Or, les choses ne se passent pas ainsi. Une œuvre prend du temps à s’élaborer. Entretemps, la pensée de l’auteur évolue. Sa conception, encore floue quand il entame son ouvrage, se précise ensuite ; et la vision qu’il en aura quand il approche du terme, peut fort différer de sa pensée initiale. Or, de cette durée, on tend à faire fi.

22C’est pareille évolution qui s’est passé, je crois, pour Chrétien entre la rencontre de Perceval avec le Roi Pêcheur et son autre rencontre avec l’oncle ermite. Tentons de pénétrer dans la psychologie créatrice même de Chrétien, de sympathiser avec elle de l’intérieur. Qu’a-t-il pu se passer ?

"Moi, Chrétien, j’ai reçu le livret que m’a baillé le comte de Flandre. Ce scénario, je l’ai suivi assez fidèlement jusqu’ici. Notamment dans cette scène du cortège du Graal lorsque Perceval arrive au manoir du Riche Pêcheur. Tout juste ai-je laissé planer quelque ambiguïté sur ce graal. Il est toujours bon de laisser quelque mystère en suspens pour intriguer l’auditeur. Et puis, je ne voyais pas très clairement moi-même ce que j’allais faire de ce graal, de cette étrange procession. Me voici aux révélations que l’oncle ermite doit faire à ce simplet de Perceval. Et, brusquement, il me vient une idée : j’avais déjà, à tout hasard ; substitué dans ce graal une "oiste" aux gros poissons qu’indiquaient mes modèles. Je vais faire de ce réceptacle le créateur de l’hostie, et elle servira à nourrir à elle seule le vieux roi reclus. Cela change tout ? Bien sûr ! Que va donner ensuite cette conversion du Graal ? Je n’en sais encore rien ...On verra bien... On a le temps d’y songer."

LES CONTINUATIONS

  • 9 éd. W. ROACH, t. II, version longue des mss. M, Q, et U, vv. 2011 2-20147 ; version courte, vv. 17 (...)

23C’est dans la Première Continuation de Perceval, dite "Continuation Gauvain", qu’on voit pour la première fois le graal servir les chevaliers présents : le riche graal posa du pain devant chacun ; il fit aussi office d’échanson, versant du vin en de grandes coupes d’or. Puis il garnit les tables sans qu’intervint quelque serviteur. Dès le premier plat, tous trouvent "ce qu’à leur gré ils voulurent et autant qu’ils en voulurent"9. Et si émerveillé en sera Gauvain qu’il n’osera manger...

24– Bien différente devient donc ici la vertu nourricière du graal que dans la version de Chrétien. Si le miracle nourricier subsiste, il se déplace de la survie du seul vieux roi "spirituel" à la satisfaction matérielle de tous. Et bien des motifs nouveaux, promis à un long succès, apparaissent : – le graal circulant de lui-même ou porté par des entités invisibles ; – chaque convive servi et du plat qu’il désire et en la quantité qu’il désire.

25De ce dernier motif merveilleux : la satisfaction automatique des souhaits, c’est de nouveau dans la littérature celtique qu’on en trouve l’archétype. On le rencontre dans la Navigation de Maelduin, texte datant d’au moins le xe siècle. Maelduin et son équipage arrivent à une île surmontée d’une forteresse où ils accèdent par un pont de verre, – signe de l’autre monde. Là une femme leur donne une nourriture qui ressemble à du fromage ou à du lait caillé [du yaourt ?]. Et le goût que chacun préférait par dessus tout était le goût qu’il trouvait dans la part reçue. – Comment ne pas y voir préfiguré le festin du Graal où chacun reçoit la nourriture qu’il souhaite ?...

26La Deuxième Continuation, dite "Continuation Perceval", paraît régresser vers la version de CHRÉTIEN. Perceval retrouve le manoir du Graal. De nouveau une pucelle passe portant le Graal, cette fois qualifié de "Saint", puisqu’il garde le Précieux Sang. La même question incombe au héros : "qi on en siert ne c’on en fait". Bref, ce n’est toujours pas le Graal qui le sert Mais le roi ne répondra qu’après le festin, que Perceval expédie tant il a hâte d’obtenir les révélations espérées.

  • 10 éd. POTVIN, vv. 45 246 et sqq.

27La Troisième Continuation de MANESSIER retourne vers la fonction généreuse d’un Graal servant fous les convives. Quand, devant toute la cour réunie, Perceval se voit enfin sacré roi du Graal, Graal, Lance et Tailleoir défilent en cortège devant les tables qui se couvrent de tous les mets et vins désirables. Durant tout un mois le Graal les sert tous tous les jours10. Et quand, plus tard, Perceval se fera prêtre, le Graal l’accompagnera et le servira nuit et jour. A sa mort, Graal, Lance et Tailleoir remontent au ciel avec lui. Et on ne les revit plus sur terre.

UNE AUTRE CONTINUATION

28Entre ces Continuations s’était intercalé le Perlesvaus, nouveau nom donné à Perceval. C’est aussi une "Continuation", puisqu’il reprend le récit après la première visite de Perceval au manoir du Graal.

29C’est d’abord aussi une "Continuation Gauvain". Mais pour être admis à contempler le Graal, ce héros doit d’abord ramener au Riche Roi Pêcheur l’Epée fabuleuse qui décolla Jean-Baptiste. Or, la détient Gurgaran, un roi barbare. Il la confiera à Gauvain si celui-ci réussit à délivrer son fils otage d’un terrible géant. Gauvain parvient à décapiter celui-ci ; mais après que le monsre ait étranglé son otage... Gauvain ramène donc à Gurgaran et la tête du géant et la dépouille de son fils.

  • 11 Christiane MARCHELLO-NIZIA : La Légende arthurienne, Laffont, 1 989, "Bouquins", p. 20.

30Se passe alors une scène "qui a sidéré bien des critiques"11. On dépèce et lacère le jeune prince. On amène une cuve d’airain. On y fait cuire et bouillir la victime. Et les féaux du roi Gurgaran s’en partagent les morceaux. A remarquer que cette "survivance d’une cérémonie païenne de communion anthropophagique" (J. MARX) précède le festin du Graal ; elle l’annonce ; elle le préfigure. Elle en forme comme un doublet augural.

31Ces têtes coupées : celle de Jean-Baptiste, celle du géant ennemi, rappellent la Tête coupée dans un plat que contient le graal dans la version de Peredur. Et peut-être ce chaudron nourricier garde-t-il la trace d’une version primitive, archaïque, du "Graal" : un rite de cannibalisme sacré. Remarquons-le : c’est la chair d’un jeune homme, contenue dans une cuve, que consomment les vassaux du roi. C’est là un rite de magie sympathique : qui mange un être jeune rajeunit. Manger ce jeune homme, c’est se l’assimiler ; c’est s’assimiler à sa jeunesse ; c’est redevenir jeune, se régénérer. – Telle est la croyance primitive qui sous-tend cet épisode. Et tel sera bien l’effet attribué au Graal, source, de régénérescence... Tout médiéviste ayant longuement vécu près d’un peuple à mentalité "archaïque" est persuadé que "le mets que chacun préfère" est une périphrase euphémique pour signifier un repas cannibale.

32Cette quête accomplie, Gauvain mérite l’autre festin : celui du Graal. Il est accueilli avec l’épée requise chez le Roi Pêcheur dans son île cernée d’eaux profondes. On lui sert, dans de la vaisselle d’or, un rôti de "belles venaisons, lardé de cerf et autres venaisons en abondance".

33Mais la concomitance des plats avec le passage du Graal, qu’on trouvait chez Chrétien, est rompue : ce n’est qu’après ce plat, pendant qu’on est déjà en train de dîner que défilent le Saint Graal et la Lance. Il semble même que, pendant que le Graal passe par trois fois devant lui, Gauvain cesse de manger, tant l’absorbe sa contemplation, si bien qu’il ne peut poser la question voulue, devenue double : "de coi ce servoit ne cui on en servoit".Ce qui implique à nouveau que lui-même n’en est pas servi.

34Lancelot à son tour arrive à une grande rivière. Un bateau y flotte avec un homme et trois vieux chevaliers, dont l’un pêche avec un hameçon d’or des poissons de belle taille. On pourra l’héberger dans le puissant château du Roi Pêcheur. Lancelot y est reçu avec grands égards. Dans une vaisselle d’or et d’argent on lui sert "des mets magnifiques et de la viande de cerf et de sanglier". Mais le Graal ne peut se montrer à lui que disqualifie son amour pour Guenièvre.

35Repas tout profane qui est donc ici servi à Lancelot, et totalement dissocié du service et même du passage et de la vue du Graal. Et l’auteur ne perçoit toujours pas que ce sont non pas des viandes, mais les poissons pêchés qui doivent servir au festin dans ce manoir du Roi qui n’est plus lui-même Pêcheur.

LA TRILOGIE DE ROBERT DE BORON

36Pour voir de nouveau le Poisson mythique associé au Graal, il faut se reporter au Roman de l’Estoire dou Graal de ROBERT de Boron, qui suivrait d’assez près le roman de Chrétien. En effet, qu’y voit-on ?

37Robert de Boron propose toute une nouvelle préhistoire du Graal. Incité peut-être par l’hostie que Chrétien faisait venir dans le Graal, il fait du vase miraculeux celui où Joseph d’Arimathie recueillit le sang du Crucifié L’écuelle que Chrétien avait transformée en ciboire, la voici maintenant devenue calice : nouvelle mutation.

38Plus tard, Joseph s’exilera avec son beau-frère Bron ou Hébron et leurs fidèles. Un jour, un mal envoyé par le Ciel frappe leur troupe. Joseph s’agenouille devant le Graal, implore le secours du Christ. Celui-ci lui dit que, pour sauver la communauté, il faut que Bron aille pêcher un poisson. Il le posera à côté du Graal, sur une table similaire à celle de la Cène. Et qui pourra s’y asseoir devant le Graal recevra l’accomplissement de son cœur. Ce seront les élus. Les autres ? les pêcheurs luxurieux...

  • 12 "Robert ne savait-il pas aussi que dans la légende celtique le héros Bran possédait un chaudron ma (...)

39– Ce graal se rapproche ainsi, curieusement, des cornes à boire servant de test de chasteté dans maints récits "bretons" : il y a là comme une "osmose des mythes". Et le double nom de BRON et d’HÉBRON pour le Pêcheur pourrait attester, dans une optique guénonienne, le lien entre les deux traditions, l’hébraïque : Hébron, et la celtique : Bron // Bran12.

40Sans doute, Robert de Boron ne place pas le Poisson dans le Graal ; reste qu’il le place en face de lui. Et rien dans le texte ne précise qu’on consomme ce Poisson. Mais Robert a perçu, on ne sait comment – à moins qu’il n’ait su ? – qu’un lien devait rapprocher ce symbole de vie et le Graal, dont la fonction essentielle était de contenir la substance vitale originelle. On peut voir là un de ces retours, parfois involontaires mais fréquents, vers les éléments originels d’un Mythe. Soulignons cette extraordinaire résurgence d’un motif mythique occulté. Cette réémergence du Mythe primitif, est-ce dû à une fabuleuse imagination de Robert de Boron ? à une intuition géniale du sens profond du mythe ? Voire à une initiation particulière qu’il aurait voilée et dévoilée à la fois ?

41Ce Roman de l’Estoire dou Graal connaîtra une version en prose en trois parties : "Joseph", "Merlin", et "Perceval", qui forment ainsi une trilogie. Il en est deux manuscrits, l’un de la Bibliothèque de Modène, l’autre le "Didot-Perceval"

42On y trouve une nouvelle version de l’arrivée de Perceval au château du Rois Pesciere. C’est "com [...] on lor aportoit le premier mès" que Perceval et les convives virent venir une demoiselle portant les tailloirs. C’est après qu’un valet apporte la lance saignante. Et ce n’est qu’après encore qu’un autre valet entre portant "le veissel que Nostre Sire donna a Joseph en la prison".

43– L’apparition du Graal reste donc ici tout à fait déconnectée du service des mets (ce qui se comprend, vu le contenu sanglant de la Coupe). Il en ira de même lors de la seconde visite du héros.

LE CYCLE DU GRAAL

44Ces textes attribués à Robert de Boron inspireront bientôt la grande compilation anonyme appelée le "Lancelot-Graal", qui christianisa le mythe du Graal au point qu’aujourd’hui certaines personnes prennent cette légende eucharistique pour le Mythe originel. Elle comprend cinq parties : l’Estoire del Saint-Graal ; l’Estoire de Merlin ; le Lancelot propre ; la Queste del Saint Graal ; et la Mort le roi Artu.

45Dans l’Estoire del Saint-Graal, le Graal est à la fois l’écuelle-ciboire où Jésus mangea l’agneau de la Cène et l’écuelle-calice où Joseph d’Arimathie recueillit son sang. On y voit son fils Joséphé célébrer une messe où le pain de la communion apparaît aux fidèles comme "un enfant tout formé".

46– C’est à peu près le reproche qu’adressait la religion romaine aux chrétiens des catacombes : consommer, lors de leurs sacrifices, la chair d’un enfant roulée dans la farine. Faut-il songer aussi à une analogie avec la scène de communion anthropophagique chez le roi Gurgaran dans le Perlesvaus ?

47Ce récit recompose aussi l’épisode du poisson que Robert de Boron plaçait à la table du Graal. Un jour où celle-ci est veuve d’aliments, Joséphé enjoint à Alain le Gros, fils de Bron, d’aller jeter son filet dans le proche étang. Celui-ci en ramène un seul poisson qu’on partage en trois parts et dépose sur la table ; et ces parts se multiplient. C’est depuis ce miracle que cet Alain et ses descendants, rois du Graal, furent appelés " Riches Pêcheurs".

48Quand Josué, frère d’Alain, épouse la fille du Roi, les noces se fêtent au château de Corbenic, le "Palais aventureux" construit pour abriter le Graal. Le talisman merveilleux est présent et fournit aux hôtes tous les beaux mangers qu’on peut souhaiter.

49La concordance entre le passage du Graal et le service des mets va être formellement établie lorsque, dans le Lancelot propre en prose, Gauvain accède à ce Palais aventureux où l’accueille le Roi Pêcheur :

  • 13 D'après J. FRAPPIER, "Le Cortège du Graal", in Lumière du Graal, Cahiers du Sud. 1951, p. 208.

"Il voit sortir d’une chambre "un blanc coulon" qui porte en son bec un encensoir d’or. Aussitôt toutes sortes de parfums emplissent le palais. Alors de la chambre où a pénétré la colombe sort la plus belle demoiselle qui porte entre ses mains plus haut que sa tête un très riche vaisseau semblable à un calice. Au passage de ce Saint-Graal les tables se couvrent des nourritures les plus exquises. Tous sont servis, – sauf le trop profane Gauvain.. 13.

50C’est la première apparition peut-être de la colombe du Graal. Il en ira à peu près de même quand Lancelot, puis Bohort arriveront à leur tour au Palais aventureux. Lancelot revoit l’encensoir d’or ; le "vaissel" en semblance de calice. Les tables se remplissent de tous les beaux mangers que cœur d’home puisse désirer : si spiritualisé soit-il, le Graal n’abdique toujours pas les nourritures terrestres.

51En même temps, s’épandent les plus exquises odeurs. Et ainsi le thème des parfums, comme celui des vœux, vient se satelliser dans la constellation du Graal. Cette visite sera l’occasion pour la porteuse du Graal de concevoir de Lancelot le futur héros de la quête : le Pur Galaad.

52Quand Bohort à son tour parvient chez le roi Pellès, les tables à nouveau s’emplissent de toutes les bonnes viandes du monde, dispensant la joie aux plus mornes.

53Dès le début de la Queste del Saint Graal, on voit bien des traits se cristalliser en une synthèse nouvelle : – un Graal itinérant qui apparaît à Galaad, au milieu des tonnerres et éclairs de la Pentecôte, en la cour même d’Arthur ; – qui paraît sans que nul ne le porte ; – qui répand des parfums extraordinaires ; – qui sert de lui-même tous les compagnons de la Table ronde à chaque plat chaque fois qu’il passe ; – qui sert chacun selon son désir ; – et qui disparaît mystérieusement comme il était venu. La constellation de thèmes gravitant autour de celui du Graal est désormais établie.

  • 14 Éd. Albert PAUPHILET, Champion, 1949, CFMA, p. 15, lignes 19 à 30 et p. 16.

54La plupart rendent grâces de ce grand honneur, de ce signe d’amour, d’avoir été repus par la grâce du saint Vaisseau, à la cour même du roi. Et Gauvain signale à Arthur que chacun, sans s’en rendre compte, a reçu justement les mets qu’il demandait et pensait. Si bien qu’il se jure de partir en aventure jusqu’à ce qu’il trouve la haute table "ou si douce viande estoit toz jors aprestee come cele qu’il avoient iluec eue"14.

55C’est cette fois l’hostie qui est dissociée du service du Graal : le vieux roi Mordrain, méhaigné pour s’être trop approché des merveilles secrètes du Graal, est nourri par une hostie jusqu’à ce que le Bon Chevalier vienne lever ses tourments. – Vérification de la loi que, dans le Mythe, ce n’est pas tant le rapport entre les thèmes qui compte, que leur présence, d’une façon ou d’une autre, dans le courant du récit.

56A Bohort, un vieux prêtre sermonneur va expliquer que "la viande del Saint Graal est repessement a l’âme" autant que "sostenement dou cors" . Elle est sœur de la manne divine. Et Bohort jure de ne plus se repaître que de pain et d’eau jusqu’à ce qu’il goûte de cette viande célestielle à la table du Saint Graal.

57– Si cette version ecclésiastique réoriente ainsi le festin du Graal vers un symbolisme religieux, cette sublimation des mets ne renie pas leur vertu nourricière : on rencontre là le noyau dur du Mythe que ne peut entamer nul accaparement ou récupération de la légende.

58On le voit bien quand, au dénouement, le Graal, le Festin et l’Hostie se rejoignent, sans toutefois se fondre. Quand Bohort, Perceval et Galaad atteignent le château de Corbenic, quand l’évêque Josephes entre au sacrement de la messe, il prend dans le Vaisseau "une oublee qui ert fete en semblance de pain". Et, quand il l’élève, une figure d’enfant plonge du ciel dans le pain, lui donnant forme d’homme charnel. (Ici, l’oublie remplace l’oiste : à en croire l’étymologie, on s’attache moins ici à sa valeur de victime qu’à celle d’offrande, autre face du sacrifice.)

59Josephes les invite alors à s’asseoir à cette table pour y être "repeu de la plus haute viande et de la meillor dont onques chevalier gostassent". Du saint Vaisseau émerge un homme nu, saignant des pieds, des mains et du corps qui leur dévoile "partie de (ses) repostailles et de (ses) secrez" et qui leur offre "la haute viande que vos avez si lonc tens desirree". Viande si douce et merveilleuse qu’il leur était d’avis "que toutes les soatumes que len porroit penser de cuer fussent dedenz lor cors". Et Galaad tient en main "l’escuele ou Jhesucriz menja l’aignel le jor de Pasques o ses deciples", écuelle "qui a servi a gré ... toutes gens".

  • 15 Et non point "sergents" comme traduit paresseusement Albert BÉGUIN dans son adaptation de la Quête (...)

60Cet épisode achève la quête. Souvent, disais-je, c’est quand on scrute un texte de près que naissent les questions. Or, celui-ci est bien ambigu. On ne saisit pas très clairement si l’écuelle où le Christ fait manger ses serviteurs15 et où les apôtres dégustèrent l’agneau de la pâque, si cette écuelle est identique au Graal, ou s’il s’agit d’un autre plat. La haute viande qu’il leur donne, est-ce l’oublie consacrée où l’enfant-dieu était lui-même entré ? Le mangent-ils, Lui ? Ou une autre nourriture céleste ?

61On a l’impression que la récupération ecclésiastique qui veut rapprocher la légende du Graal de la Cène de théophagie sacramentelle se heurte à une résistance du Mythe. Si bien que le remanieur ne parvient qu’avec flou à réinterpréter les données traditionnelles.

62Ce Lancelot-Graal engendrera la Morte Darthur de Sir Thomas MALORY, qui deviendra la version canonique pour le public de langue anglaise. Quand Lancelot est reçu chez le roi Pellès à Corbenic, à une fenêtre parait une colombe tenant en son bec un encensoir d’or qui dégage un tel parfum qu’on y eût cru réunies toutes les épices terriennes. Aussitôt les tables se couvrent de tous mets et boissons imaginables. Entre alors (donc après) une Demoiselle tenant un vase d’or devant lequel s’agenouille le roi. C’est là l’Objet le plus précieux qu’homme possède : le Saint-Graal ; et, quand il désertera ces lieux, finira la Table ronde. – Le service des mets et leurs parfums, dépendent donc bien plus ici de la visite de la Colombe que de la présence du Graal.

LA TRADITION GERMANIQUE

63Entretemps, entre les versions de ROBERT de Boron (vers 1200) et de MANESSIER (vers 1220), s’était intercalé le Parzivâl und Titurel (vers 1210) de WOLFRAM von Eschenbach (v. 1170-1220). Il soutenait s’inspirer d’une autre tradition, celle d’un certain KYOT de Provenz. Que cette version n’ait pas été retrouvée ne prouve pas qu’elle n’ait point existé : ex silentio nihil... Quiconque a vécu en pays de tradition orale sait à quel point celle-ci peut aisément disparaître. D’autant plus crédible est l’existence d’une source perdue que WOLFRAM apporte bien des détails qui ne relèvent pas des textes connus. Que de manuscrits du moyen âge aussi ont disparu ! Gardons-nous de la superstition philologique encline à n’admettre que littérature écrite et littérature conservée.

64Décapons de son ornementation littéraire les pages que Wolfram consacre au festin du Graal. D’abord, à chacune des cent tables, deux pages à genoux coupent les parts ; deux autres apportent le boire et le manger. Quatre chariots apportent de précieuses coupes d’or, que quatre chevaliers prennent et déposent sur les tables.

  • 16 Trad. Ernest TONNELAT. Aubier-Montaigne, 1 977. t. I, Livre V, pp. 207-209.

65Cent pages prennent devant le Graal dans des serviettes blanches du pain qu’ils distribuent entre les tables. Et devant le Graal on trouvait tous les mets que chaque convive, sobre ou gourmand, désirait goûter : à son gré, mets chauds ou froids, nouveaux ou renouvelés, plats connus ou inconnus, gibier ou volaille, sauces, bouillon salé, poivre, liquide où macérèrent baies sauvages, jus de mûres, vin, sirop vermeil. "Quelle que fût la boisson qu’il lui plût de nommer, il l’obtenait aussitôt par la vertu du Graal" dont la compagnie recevait toute sa subsistance16.

66– On reconnaît ici la vieille croyance magique en la puissance efficace du verbe, qui, automatiquement, produit son objet : Dire la chose, c’est susciter la chose. Mais les mets semblent produits non pas dans le Graal, mais devant lui. On retrouve aussi le thème du vœu : chaque convive étant servi à son gré des plats qu’il veut, en la quantité qu’il souhaite. (On dirait que Wolfram a eu connaissance non pas tant de la version de Chrétien que de celle de la Première Continuation). Rien d’étonnant que pareil Graal, "fleur de félicité, corne d’abondance", apporte une plénitude de délices comparable à celle du Paradis.

67Le Graal ne circule plus entre les tables comme chez Chrétien et autres. Il est devenu immobile. D’où ces nécessaires navettes entre le Graal et les convives. On peut trouver assez cocasse l’aspect que Wolfram prête au Graal. Celui-ci se transforme en une sorte de maître d’hôtel général, d’ordinateur central qui enregistre les commandes que les clients lui transmettent par télépathie, et qui les exécute comme un distributeur automatique, une armée de serviteurs faisant la navette entre le Graal et les quatre cents convives.

68La même scène se répétera, en mieux encore, au dénouement : "On vint prendre devant le Graal les mets que chacun souhaitait, viande et venaison, hydromel pour celui-ci, vin pour celui-là, selon les vœux et goûts de chacun, vin de mûres, vin rouge, sirop et clairet." Seul Feirefis ne s’explique pas comment se remplissent les coupes ; car, païen qu’il est encore, il ne peut voir le Graal (§ 809-810). Celui-ci d’ailleurs n’est pas autrement décrit qu’Objet à la fois racine et fleur, quintessence des perfections du Paradis, au-delà de tout vœu terrestre (§ 235).

*

69On sait que Richard WAGNER (1813-1883) s’inspirera du Parzivâl und Titurel de WOLFRAM pour son opéra en 3 actes Parsifal (1882). La calice où le vin s’était mué en sang du Christ, le ciboire où le pain s’était mué en chair, voici que, par une sorte de contre-transsubstantiation, il se retransforme en pain et en vin pour les gardiens du Graal.

70Après qu’Amfortas ait découvert le calice, quand la rougeur du calice enflammé par un rayon éblouissant descendu de la coupole pâlit, quand se dissipe l’obscurité, les coupes se trouvent pleines de vin ; et du pain garnit les tables où les gardiens s’assoient pour, en célébrant cette agape, retrouver force et puissance. Les serveurs affairés de Wolfram ont ici disparu : chaque convive est servi à distance sans que ni le Graal ni personne ne bouge. Nouveau miracle qu’ont pu imposer les contraintes scéniques. Amfortas, lui, ne participe pas au repas, tandis que Parsifal reste figé, comme paralysé par un charme (trad. Marcel BEAUFILS, Aubier-Montaigne, 1964, acte I, pp. 109-115).

71Et quand, au dernier acte, le Graal réapparaît pour le sacre de Parsifal comme maître du Graal, un colombe descendue de la coupole plane un instant au-dessus de sa tête (p. 195), sans que soit évoqué le repas.

LES GRAALS MODERNES

72Ce Parsifal de WAGNER manifeste de façon éclatante que le mythe du Graal n’est point mort à l’époque moderne. Mais Wagner n’est pas seul. D’autres aussi vont entretenir la légende et du Graal et de sa vertu nourricière.

73Ainsi en est-il au même siècle pour ce Graal anonyme qu’est la Coupo santo (1867) de Frédéric MISTRAL (1830-1914), qu’on a appelée "le Graal du Félibrige". Non sans raison. Puisque cette coupe qui circule entre les compagnons félibres lors de leurs "félibrées", pleine de lou vin pur de noste plant (du vin pur de l’enavans di fort ! (verse à flots les enthousiasmes et l’énergie des forts). Car es elo l’ambrousio, / Que tremudo l’ome en diéu (car c’est elle l’ambroisie qui transforme l’homme en dieu).

74Cependant, au siècle suivant, la vertu nourricière du Graal semble le céder de plus en plus à sa valeur mystique. Jean COCTEAU (1889-1937), s’il évoque la quête du Graal par les Chevaliers de la Table ronde (nrf,1937), s’il évoque son pouvoir de parfumer, d’illuminer, de désenvoûter, de guérir, d’entendre le chant des oiseaux, de mener à l’extase, reste en revanche muet sur sa faculté nourricière.

75Il en va un peu de même pour Julien GRACQ (1910-....). Sans doute, nul peut-être n’a mieux que lui éclairé toute la constellation de thèmes satellites qui gravitent autour du Graal, quand, dans son Roi Pêcheur (Corti, 1948), il détaille le faisceau de vertus que la légende accorde au talisman merveilleux :

"Il est lumière, musique, parfum et nourriture", dit Amfortas à l’acte IV (p. 137). "Il sera lumière, musique, parfum et nourriture", confirme Kundry (I, 31). "Lumière nourrissante", précise Clingsor (I, 29).

76Ce dernier détail est intéressant. Car il lie deux vertus jusque là séparées du Graal : son pouvoir d’illumination, sa fonction nourricière, faisant de l’un la source de l’autre. Clingsor a même, pour son temps, une intuition géniale, puisque effectivement la lumière, par sa faculté de photosynthèse, a le don de faire naître la nourriture, les plantes, et le reste. En somme, il court-circuite le phénomène naturel.

77Reste qu’à part ces "on-dit" sur le Graal, lorsque se déroule, plus ou moins en coulisse, la cérémonie du Graal, l’office se termine sans que le Graal ait restauré les gardiens de Montsalvage.

78Pierre BENOIT (1886-1962) aussi dans son Montsalvat (Albin Michel, 1957), s’il relate une longue quête du Talisman fabuleux à l’époque contemporaine, ne décrira point d’autre repas dispensé par le Graal que par un mince et occasionnel rappel de celui de la Cène évangélique.

79C’est en Afrique qu’on retrouvera un Graal virtuel dans les "Tours de Lièvre" que transcrit l’écrivain sénégalais BIRAGO Diop (1906-19.) d’après les Contes d’Amadu Kumba (un griot) (Fasquelle, 1947 ; rééd. "Présence africaine", 1960). On y voit Leuk-le-Lièvre qui, à l’ombre d’un tamarinier, trouve Kouss-le-Lutin-barbu reposant près de son "Keul" (avec majuscule !) : c’est une "calebasse généreuse qui se remplit d’elle-même de tout ce qu’on lui demande" (pp. 114-115).

80– Voilà bien un "graal" africain !.. Tout se passe comme si ce thème : le réceptacle produisant la nourriture, était une des constantes des désirs de l’imagination humaine. Et, coïncidence étrange, Kouss repose auprès de son gourdin deux fois plus haut que lui. Il est difficile de ne pas songer à la Lance... Qu’ont donc de si inviscérés dans les imaginations humaines ces motifs arthuriens pour réapparaître quasi spontanément dans des civilisations éloignées les unes des autres ?

81Une autre variation intéressante est proposée en 1978 par les Enfants de l’Eté de Robert SABATIER (1923-....). Ici, c’est la boisson choisie qui suscitera automatiquement la musique désirée. Des coupes et des flacons sont offerts. Et il suffit d’y goûter pour entendre la musique berceuse que l’on souhaite (VI, p. 91). – Gracq ne disait-il pas que le Graal était à la fois musique et nourriture ? Les voici intimement liés...

82Une version plus classique apparaît dans l’Enchanteur que donna en 1984 René BARJAVEL (1911-19..). S’il n’est point question de repas du Graal quand, enfin, Galaad le découvre, en revanche quand Perceval est accueilli au château du Roi Pellès, le Riche Pêcheur, le "pigeon" plane portant la cassolette au réconfortant parfum. Six jeunes filles musiciennes entrent ; et la septième porte un vase rond couvert d’un linge blanc. Elles repartent. Puis, il s’aperçoit que les sept chevaliers présents ont devant eux de délectables nourritures sentant merveilleusement bon. Mais, devant lui, qui s’est tu, il n’y a rien... Il a obéi en gosse aux conseils de sa mère. Il faut dire aussi que la nuit précédente il s’était attardé auprès d’une séduisante jeune veuve ! – Et revoici le Graal associé au motif du test de chasteté.

83Enfin, tout récemment, Philippe LE GUILLOU, après avoir chanté les Immortels Merlin et Viviane (éd. Artus, 1991), publiait ses Livres des guerriers d’or (Gallimard, 1995). On y voit la Grande Reine Néra des origines qui, lors de son agonie, buvait encore, sans soif, dans la Grande Coupe (19). Le Vase lumineux de Gill (34), joint à la Pierre de Fâl, eût seul pu mettre fin à ses douleurs (24).

84Quand elle meurt, son fils Luin Gor, roi des îles et des mers, va traverser les siècles jusqu’aux temps d’Arthur. Il boira à la Coupe d’or, posée sur un Vaisseau lumineux, et surgie du cœur même de la Table ronde. Et, le breuvage de cette vasque lui paraît comme une onde d’or, dont il connaissait déjà le goût, et dont toujours il gardera la nostalgie. Mais à peine avait-il fini de boire que déjà le Graal était passé de l’autre côté des Eaux (pp. 202-203). Il retrouvera en Bretagne le calice d’émeraude qui s’emplit de lui-même d’un fluide mystérieux (248-249) ; mais qui disparaîtra, englouti avec la cité d’Ys...

85– Nouvelle version, tout originale, non sans arrière-pensées idéologiques visant à placer les Celtes et les druides aux origines d’avant même l’Histoire.

LA SCIENCE-FICTION

86Pour retrouver nettement la fonction alimentaire du Graal, peut-être faut-il se reporter surtout aux récits de fiction scientifique. Et d’abord à ce "Flacon bleu" (The Blue Bottle, 1950, repris dans Bien après Minuit, Denoël, 1977, "Présence du Futur") de Ray BRADBURY (1920- ?). Ce flacon bleu s’avère en effet comme un avatar manifeste du Graal transposé sur la planète Mars. En effet, soufflé dans du verre martien voici des milliers d’années, jetant un éclair bleuâtre (souvenir de Parsital ?), ce flacon merveilleux comble le vœu de plus ardent de qui le contemple et le respire. Ce peut être pour certains la liqueur de l’ivresse.

87Mais ce pouvoir de réaliser le souhait le plus cher de chacun s’étend ici à tous autres désirs, les plus spirituels voire les plus secrets : aussi bien le bonheur qu’un souvenir d’enfance, tant la fin de la solitude que la conjuration de la peur, et tout autant la dissolution de l’extase que la volupté de l’alcool...

88L’une des plus étonnantes variations sur cette fonction nourricière du graal se rencontre dans le Monde du Fleuve (1971, "J’ai lu", n° 1575) de Philip José FARMER. Cet immense fleuve de millions de kilomètres traverse une planète inconnue où des Supérieurs immortels ont ressuscité des milliards d’hommes de tous temps et tous lieux. Chacun s’y réveille muni de son graal personnel. Il s’agit bien de graals avec minuscule, retour inattendu au sens primitif. En fait ce sont des sortes de gamelles contenant bols, assiettes ou plats.

89A certaines heures, il suffit de les introduire dans des espèces de champignons creux de granit. Une grande explosion s’y produit. Et les graals se trouvent miraculeusement emplis d’eux-mêmes, à profusion, de toute la nourriture nécessaire : pain, beurre, bifteck, confiture, salade, pommes de terre, alcool, glaçons, œufs au bacon, jambon, toasts, lait, café instantané, melon,... On y trouve aussi tissus, tabac, rouge à lèvres, oiseaux, peigne, chewing-gum, savon, drogue, papier hygiénique. Mais, à la différence du motif traditionnel du Graal, ces fournitures ne sont aucunement adaptées ni au goût, ni aux impératifs religieux, ni au sexe du propriétaire (VII, p. 57 ; IX, p. 75).

90Et lui seul peut ouvrir son graal, grâce, suppose l’auteur, à un mécanisme sensible soit aux propriétés électriques de la peau de chacun, soit à ses ondes cérébrales (IX, pp. 70-71). Cette gamelle personnalisée lui sert à tous les repas de sa (sur)vie courante : bref, ces graals ont reperdu toute la valeur mystique que la littérature leur avait conférée.

91Le plus curieux est que le narrateur, – l’explorateur Richard Francis Burton ! –, tente de donner une explication scientifique (siècle oblige !) à la fabrication automatique d’aliments et autres dans les "graals". Ceux-ci seraient dotés d’un "circuit molaire" qui convertirait en matière l’énergie fournie par l’explosion. Et des "gabarits molaires" répartiraient cette matière en divers assemblages d’éléments (VII, p. 58) !....

92Mais LE Graal également existe. Il est gardé dans une Tour noire au bout de ce Fleuve de l’Éternité (1983), au centre polaire de cette planète des ressuscités. Et peut-être à sa 770e résurrection, Richard Burton accédera-t-il à la Tour noire et au Graal...

LOIS DU MYTHE

93Ainsi voit-on que, si oublié qu’il soit, si occulté qu’il puisse être, un motif mythique peut toujours renaître, réapparaître dans l’esprit des conteurs. C’est la grande Loi de résurgence des Mythes.

94Bref, tout au long de cette chaîne le Graal généralement nourrit. Mais qui il restaure (ou refuse de restaurer), comment et il le fait, sous quelle forme il se présente, quels motifs-satellites il fédère, qu’est-ce qu’il sert, et par qui on en est servi : telles étaient les questions qu’on s’était posées. Et on a vu à quel point tout cela variait sans cesse d’une version à l’autre.

95Ainsi se manifeste la plasticité des données mythiques. Car, si l’imagination incarne la faculté inventive de notre esprit, encore, si féconde soit-elle, ne crée-t-elle pas de rien : ex nihilo nihil. Elle a, profondément gravés en elle, certains grands schémas mythiques, qui parlent hautement à sa sensibilité. Et c’est autour de ces quelques grands rêves de l’humanité, – qui peuvent d’ailleurs parfois s’épouser entre eux, – que fabulera notre faculté imaginative pour les recomposer, les transformer, les métisser, les retourner même parfois. Tout comme un musicien multipliera les variations les plus inouïes autour d’un thème donné.

  • 17 Voir notre article "Les Lois du Mythe", in : Recherches sur l'Imaginaire, Presses de l'Université (...)

96Mais pourvu que, si nouvelles fussent-elles, toutes ces variations ne masquent jamais tout à fait le thème fondamental, pourvu que toujours subsiste le noyau dur – à savoir ici : cette vertu nourricière du Graal qui se maintient, si spiritualisé que soit l’Objet merveilleux. Ce sont là deux LOIS fondamentales qui régissent l’évolution du Mythe : à la fois sa constance et sa variabilité17. On a pu, ici, en vérifier quelques autres :

  • sa loi de résurgence qui fait que, même oublié pendant des siècles, tel élément légendaire peut toujours réapparaître. Ainsi le festin cannibale d’enfant qui renaît à demi dans la Queste. Ainsi le Poisson de Vie que Chrétien excluait du Vase d’abondance réapparaît chez Robert de Boron. Comme les gamelles du Monde du Fleuve de l’Eternité de Philip José Farmer qui en reviennent à un graal, nom commun, comme c’était d’abord le cas chez Chrétien de Troyes. Ou comme notre Graal indo-européen dont un avatar se retrouve étrangement en Afrique noire.
  • la loi de métamorphose des thèmes au sein d’un même registre. Ainsi voit-on le Graal évoluer de chaudron ou de cuve en écuelle, puis en ciboire, en calice, en pierre philosophale, et enfin en gamelle.
  • la loi de réagencement des thèmes, leur présence au sein de l’intrigue comptant bien plus que les rapports variables qu’ils entretiennent entre eux. Qu’importe qu’au passage du Graal, les plats soient simultanés ou non ; que l’hostie soit présente dans le Graal comme chez Chrétien, ou qu’elle entretienne la vie en dehors du Graal, comme on le rencontre dans la Queste. Il suffit que le thème y soit. – D’où le charme particulier de ces rénovations, qui jouent à la fois sur l’attente, comblée de retrouver les motifs chers à notre imagination, et sur la surprise de les voir transcendés par d’inédites triangulations.
  • la loi de satellisation des Mythes. Car un grand Mythe, plus il est puissant sur l’imagination humaine, plus il tend à attirer dans son orbite d’autres motifs mythiques fraternels : comme ici le vœu réalisé, dans la Première Continuation ; comme le parfum et comme la colombe, dans l’Estoire del Saint Graal ; comme la puissance du nom chez Wolfram ; comme la musique chez Julien Gracq ; comme la révélation mystique du chant des oiseaux chez Cocteau..
  • sa loi d’osmose entre thèmes de "mythes errants", entre motifs erratiques qui passent volontiers d’une œuvre à l’autre, d’une nation à une autre : telle la Fée poitevine de la lignée des Lusignan tranférée à la Table ronde bretonne d’Arthur ; tels les mythes dits de corne d’abondance, qui se circulent et chez les Hindous, et chez les Grecs, et chez les Celtes, et dans la Bible, et en France. Ou encore comme ce Graal rejoignant cet autre motif mythique des tests de chastetés chez Robert de Boron et René Barjavel.

*

97Et ainsi le thème, qui pourrait paraître étroit, du festin dispensé par le Graal s’avère à lui seul éminemment instructif pour révéler quelques lois fondamentales de l’imagination humaine.

  • 18 Les impératifs éditoriaux nous ont contraint de réduire l'apparat critique de ces notes.

98Notes18

Notes

1 Ces grazale ont diverses capacités. Celui pesant vide 7 kgs en a une de 15 litres ; celui de 12 kgs 100. de 25 litres ; celui de 13 kgs 200. peut contenir de 28 à 30 litres (Témoignages de la famille COURTHIEU, Campagne Peraud à Gaja-la-Selve en Pays d'Aude)

2 Edition HILKA, p. 545, lignes 14 à 17.

3 Et non pas une "simple" hostie comme le traduit Charles MÉLA, éd. "Pochothèque".

4 Vers 6346-6350. Voir notamment Jean FRAPPIER, Chrétien de Troyes, Hatier, 1957, rééd. augm. 1968, "Connaissance des Lettres, pp. 1 89-205.

5 C'est l'opinion entre autres de Jean MARX, la Légende arthurienne et le Graal, P.U.F., 1951, pp. 196, 224.

6 Notamment Alfred NUTT : The Legend of the Holy Grail ; W.J. GRUFFYDD ; Roger Sh. LOOMIS : Arthurian Tradition ; Mis Elaine NEWSTEAD : Bran Blessed ; et encore J. FRAPPIER et J. MARX.

7 Voir J. MARX, op. cit., pp. 38. 68-69, 124, 136 n.3, 138-139, 144, 153, 177 n. 2, 199-200 Et Françoise LE ROUX. "La Religion des Celtes", in Histoire des Religions, Gallimard, "Encyclopédie de la Pléiade", pp. 831-833. 837.

8 Voir Georges DUMEZIL, Mythe et Epopée, nrf, 1968, p. 141 n. 1.

9 éd. W. ROACH, t. II, version longue des mss. M, Q, et U, vv. 2011 2-20147 ; version courte, vv. 17348-17381.

10 éd. POTVIN, vv. 45 246 et sqq.

11 Christiane MARCHELLO-NIZIA : La Légende arthurienne, Laffont, 1 989, "Bouquins", p. 20.

12 "Robert ne savait-il pas aussi que dans la légende celtique le héros Bran possédait un chaudron magique et que Bran avait précisément des traits qui le rapprochaient du Roi Pêcheur de Chrétien de Troyes ?" (William NITZE, "Introduction" à son édition de ROBERT de Boron, p. XIII).

13 D'après J. FRAPPIER, "Le Cortège du Graal", in Lumière du Graal, Cahiers du Sud. 1951, p. 208.

14 Éd. Albert PAUPHILET, Champion, 1949, CFMA, p. 15, lignes 19 à 30 et p. 16.

15 Et non point "sergents" comme traduit paresseusement Albert BÉGUIN dans son adaptation de la Quête du Graal, Seuil, 1 965, rééd. 1 982, "Point Sagesses" n° 30, p. 299.

16 Trad. Ernest TONNELAT. Aubier-Montaigne, 1 977. t. I, Livre V, pp. 207-209.

17 Voir notre article "Les Lois du Mythe", in : Recherches sur l'Imaginaire, Presses de l'Université d'Angers, Cahier XXV, t. I, 1994, pp. 19-41.

Notes de fin

18 Les impératifs éditoriaux nous ont contraint de réduire l'apparat critique de ces notes.

Auteur

Université du Katanga et d’Angers

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540