Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

Banquets et manières de table dans la réalité et la fiction au Moyen Âge

Un exemple : le corpus tristanien

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 Histoire de la vie privée. Sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby. Paris 1985, p. (...)

1"Les banquets sont le morceau de bravoure de l'hospitalité ostentatoire"1 dans cette civilisation où le "paraître" joue un si grand rôle. Ils permettaient aux nobles de manifester leur supériorité et de faire la démonstration de leur largesse. Cependant il existe un certain nombre de règles de comportement à table qu'il convient d'observer.

2Dans un premier temps j'analyserai quelques textes allemands où sont présentées ces règles, et dans un deuxième temps je prendrai un exemple dans la littérature médiévale : celui du roman de Tristan.

I

  • 2 Parzival par Wolfram von Eschenbach. Texte traduit et présenté par Danielle Buschinger, Wolfgang S (...)

3Le premier texte allemand où sont signalées des manières de table, l'étiquette de table, est le Parzival de Wolfram von Eschenbach (IV, 184, 7 sqq.) : "Le manque de vivres les faisait souffrir de la faim. Ils n'avaient ni fromage, ni viande, ni pain, ils n'avaient que faire de cure-dents et ne graissaient pas non plus le vin de leurs lèvres lorsqu'ils buvaient.[...] Dans les charbons de leurs cuisines ne tombait certes pas une goutte de graisse.[...] Il ne coulait certes guère d'hydromel lorsqu'on renversait un pot ou un pichet"2 Wolfram fait un éloge ironique des bonnes manières des habitants de la ville assiégée de Pelrapeire qui, malgré la pénurie, suivent strictement l'étiquette. Ce passage prouve qu'avant la date où fut écrit le Parzival les manières de table étaient connues en Allemagne, sinon l'ironie de Wolfram n'aurait pu être comprise.

  • 3 Der Wälsche Gast des Thomasin von Zirclaria. Hg. von Heinrich Rückert. Mit einer Einleitung und ei (...)

4Le second texte est celui de Thomasin von Zirclaere, Der Wälsche Gast (1215-1216)3, où l'auteur dispense aux jeunes nobles avant tout un enseignement général sur les vertus et donne des instructions quant à la manière dont on doit exercer le pouvoir, mais expose aussi les normes du comportement courtois. Aux vers 471-526 il explique comment on doit se comporter à table. Par exemple, quand on commence le repas on ne doit toucher des doigts rien d'autre que sa nourriture ; il ne faut pas manger de pain avant que soit servi le premier plat ; il ne faut ni parler ni boire la bouche pleine ; il ne faut pas regarder autour de soi pendant qu'on boit ; il ne faut pas se hâter de prendre dans le plat ce que son voisin a choisi ; si on a un voisin de table à sa droite il faut manger de la main gauche et vice-versa ; il ne faut pas mettre sa main dans le plat en même temps que son voisin ; après le repas, le maître de maison doit donner de l'eau pour que les convives puissent se laver les mains ; il est courtois de se laver les mains loin des autres, etc...

  • 4 Andreas Winkler, Selbständige deutsche Tischzuchten des Mittelalters. Texte und Studien. Inaugural (...)

5Ces règles se trouvent dans les textes ultérieurs, accompagnées de beaucoup d'autres. Je vais examiner maintenant des textes peu connus4 des xive et xve siècles. Ainsi dans un poème attribué à Tannhäuser, mais dont le manuscrit date de 1393 : "Daz ist des tanhawsers geticht vnd ist gut hof zucht" (pp. 32-39, 261 vers) : je cite la plupart des règles dans l'ordre :

  • ne pas utiliser la même cuillère que le voisin pour puiser dans un même plat,
  • ne pas boire dans un plat,
  • ne pas faire de bruit avec la bouche,
  • ne pas remettre dans le plat commun un morceau qu'on aurait entamé,
  • ne pas mettre les doigts dans le sel ou la moutarde,
  • ne pas se racler la gorge en mangeant,
  • ne pas se moucher dans la nappe, ne pas boire la bouche pleine,
  • quand on coupe le pain ne pas appuyer la miche sur le ventre ou la poitrine comme une faible femme,
  • ne pas souffler sur les boissons ni sur les plats,
  • ne pas regarder par-dessus le gobelet en buvant,
  • s'essuyer la bouche avant de boire,
  • il est permis de boire entre les plats si c'est nécessaire,
  • ne pas mettre le doigt sur la lame du couteau en coupant, ne pas se coucher sur la table,
  • ne pas se gratter la gorge en mangeant,
  • ne pas se curer les dents à table,
  • ne pas se moucher à table et surtout ne pas s'essuyer le nez avec la main,
  • ne pas saucer le plat commun avec du pain,
  • ne pas se servir dans un plat en même temps qu'un autre,
  • ne se nettoyer ni le nez ni les yeux ni les oreilles en mangeant,
  • il vaut mieux avoir encore faim que de trop manger, ne pas trop boire,
  • trop manger au Carnaval ou à Pâques est dangereux : il y a eu des milliers de morts pour avoir trop mangé, de toute façon on s'abîme l'estomac,
  • ne pas boire sans soif, ne pas manger sans faim : si on boit sans soif et mange sans faim on meurt rapidement,
  • la meilleure boisson est le vin, a dit Freidank, un poète épigrammatique, que cite le pseudo Tannhäuser,
  • ne pas manger des mets trop chauds, si grande soit la faim,
  • qui mange trop dans sa jeunesse aura un gros ventre dans sa vieillesse, ce qui ne sert que peu à l'âme.

6On retrouve les mêmes règles dans les autres textes. S'y ajoutent :

  • se laver les mains avant de manger et se couper les ongles (92, 11-14), mais ne pas se les laver devant des seigneurs et des dames nobles (herren und frawen) (163, 5-6) et ne pas les essuyer sur ses vêtements, mais les laisser sécher avant de se mettre à table (163, 8-10),
  • le maître de maison doit donner de l'eau après le repas et ne pas se laver les mains devant un serviteur (207, 32-55),
  • se peigner les cheveux et se rincer la bouche avant le repas (131, 13),
  • se dégraffer la ceinture avant de manger (92, 16),
  • ne pas quitter la table, sauf si c'est absolument nécessaire (401, 130-132),
  • ne pas trop enfoncer la bouche dans le gobelet (93, 67-68), ne pas donner du sel à un autre convive avec la main (94, 91),
  • ne pas manger bruyamment (100,30), ne pas se goinfrer (266, 119-122),
  • ne pas commencer à manger avant son compagnon (164, 32-33) ou avant que les autres convives aient commencé (400, 79-80), ne pas commencer à manger avant les dames et les hôtes de marque (402, 151-156),
  • ne pas parler la bouche pleine (163, 18-19),
  • si votre compagnon est assis à votre droite, manger de la main gauche, c'est pourquoi il faut s'entraîner à manger avec les deux mains (164,36-41),
  • ne pas se précipiter pour prendre quelque chose dans le plat (174,39-41), ne pas prendre dans le plat le meilleur morceau quand un étranger est assis à côté de vous (273,41-42), ne prendre que ce qui est nécessaire et remettre le reste dans le plat (402,169-172),
  • ne pas se pencher sur le plat en bougeant la bouche dans tous les sens comme un cochon (164,44-47),
  • attendre pour commencer à manger que son compagnon soit assis à table (206,14-15)
  • ne pas manger pendant que son compagnon mange (164,55-56), ne pas boire pendant que son compagnon boit (185,42-43), ne pas manger pendant que son compagnon boit (266,129-130),
  • regarder le convive qui mange avec vous dans le même plat, mais ne pas prendre de la nourriture en même temps que lui (359,21-24),
  • se garder de mettre de la nourriture des deux côtés de la bouche (173,15-16), ne pas remettre de la nourriture dans la bouche avant qu'elle soit vide (265,94-95),
  • ne pas manger du pain avant que le premier plat soit servi (177,15-16),
  • manger peu pour rester en bonne santé (178,61-62), mettre de l'eau dans le vin (180,27) et ne pas trop remplir le gobelet (275,130), ne pas mettre les doigts dans les œufs (94,99-100), écaler son œuf avec un couteau (181,65-66) et ne pas jeter les coquilles d'œuf sur le sol mais les remettre dans le plat (263,51-52) ; une autre technique est de casser un œuf sur du pain (360,52-54),
  • pour partager un poisson avec un autre convive, il faut le couper en deux et lui donner le morceau où est l'arête : ainsi il croira à tort avoir le plus grand morceau et le premier aura son avantage (sic !) (350,93-100) : c'est la première apparition dans un texte de 1492 du Grobianismus, de la grossièreté, la goujaterie : on respecte les apparences (on partage du poisson et donne apparemment le plus gros morceau, mais au fond avec l'arrière-pensée de garder pour soi le meilleur morceau5).
  • ne pas s'essuyer la bouche avec la nappe, mais avec la main (164,45 et 50), ne pas se moucher dans la nappe ni dans la main, mais dans ses vêtements (sic !) (274,95), et ne pas cracher sur la table (180,25-26) ; si on veut cracher il faut se détourner (353,191-192),
  • ne pas mettre les cruches (qui ne sont signalées que dans un texte daté de 1470) sur la table, on peut servir à boire avant que le premier plat soit servi, mais il ne faut pas boire avant de manger (399,45-49),
  • boire modérément et ne pas trop se mouiller les lèvres (207,40-41), l'ivresse est un grave péché (272,25-26),
  • ne pas regarder dans le gobelet en buvant (164,47-49),
  • se tenir droit à table et ne pas s'appuyer sur le coude (93,51-56), ne pas mettre ses mains sur la table (206,28) ni son bras (264,80),
  • prendre garde qu'il n'y ait pas de saleté sur la lame du couteau (263,29-30),
  • tenir la cuillère élégamment par le manche et la retirer avec bienséance de la bouche (283,94-95),
  • prendre correctement sa nourriture, sa cuillère, la salière, l'assiette et le pain (354,211-212),
  • ne pas trop mettre de nourriture dans la bouche (263,41) et vider la bouche avant de remettre de la nourriture dedans (283,97-98),
  • être gai et joyeux à table (280,13) mais ne pas fanfaronner (233,26) ni rire ni parler trop fort (264,66-67) ni trop bavarder (282,67), mais parler peu, cependant ne pas se taire complètement (351,135-136) : il faut garder la mesure (352,141),
  • ne pas roter à table (93,47),
  • ne pas se gratter à table (233,31-32),
  • ne pas glisser sa main sous son vêtement (185,51-52), ni porter la main sur sa poitrine ou sur la tête, car on pourrait croire que vous avez des puces (353,199-200),
  • ne pas renverser de la boisson en buvant (206,26-27),
  • ne pas salir son vêtement avec de la boisson ou de la nourriture et ne pas se barbouiller la bouche comme un chien (283,99-103),
  • ne pas tenir le nez trop haut (219,53),
  • il est inconvenant de bâiller (219,69).
  • 6 Cf. Andreas Winkler (note n° 4), pp. 410-412.

7Dans deux manuscrits bas-allemands voisins de la première moitié du xve siècle (Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Cod. Guelf. 417 Heimst. f°124rb, le moitié du xve siècle, et Gandersheim, Stiftsbibliothek, Hs.264, xive-xve siècle) il est question d'un scottelbrot, qui est une tranche de pain servant d'assiette (134,101) (c'est la même chose que le gastel, un morceau de pain plat, sur lequel les morceaux de viande sont placés dans le Conte del Graal de Chrétien de Troyes : v.3289). Un texte de 1470 (Prag, Tschechisches Nationalmuseum, Ms. X A 12, 211v-214v) prescrit qu'il faut toujours mettre les mets sur une assiette pour ne pas salir la nappe (402,167-168) – là il s'agit bien d'une assiette analogue à celles que l'on connaît aujourd'hui –, de plus il faut toujours vider son assiette, même si le mets ne plaît pas (402,157-163) ; dans ce même texte, il est dit qu'il ne faut pas tendre son gobelet des deux mains quand on vous sert du vin (403,186-188), ce qui veut dire que désormais les récipients sont devenus plus légers6. Un manuscrit de 1469 (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 660, 307r.) et un autre, voisin du premier (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Hs. 4120,70r) indiquent tout ce qui doit se trouver sur (et à côté d') une table : sel, couteaux, cuillères, verres, épices, plats, assiettes et serviettes, balayettes pour ramasser les miettes et les restes, chaises et bancs (qui se trouvent de chaque côté de la table), pain, vin, cruches à eau (436,6-11) ; un manuscrit de la fin du xve siècle (Göttingen, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek, cod. philol. 235, 21r-22v) mentionne expressément des verres : 361,77 "Wer bey dir auff hebet ein glas / vnnd trincken will..." ("Si quelqu'un, à côté de toi, lève le verre et veut boire...").

8De rares textes (ainsi Berlin mgq.478, milieu du xiiie siècle ou le manuscrit к Karlsruhe 408, entre 1430 et 1450 ou encore Innsbruck Cod. 4° 507, qui date de 1438) prescrivent qu'il faut couper le pain avec un couteau, et non avec la bouche (sic !) (102,88-90), alors que la plupart réservent cette tâche encore aux doigts ; de même un texte (de la fin du xve siècle) dit qu'il faut prendre du sel sur la lame d'un couteau (401,118-122). Il est également rare qu'il soit spécifié que les convives occupent les deux côtés de la table : ainsi Berlin mgq. 1107, 65r-66r, v. 34-35, p. 207, ou bien Karlsruhe 408, 114rb-115rb, v. 95-96, p.235 : ne pas parler à quelqu'un de l'autre côté de la table, à moins qu'on vous pose une question.

  • 7 Cf. Danielle Buschinger, "Balthasar Springer, un témoin occulaire allemand des voyages portugais d (...)

9Une seule fois il est question de poivre dans un incunable de 1492 (349,59-62) : cela est à mettre en relation avec le fait qu'à la fin du xve siècle la Toute des épices avait été ouverte par les Portugais7. De même, dans un texte daté de 1470 il est question de ciboulette (schnitlach) qu'il faut déposer près de son assiette, et non mettre dans le plat, et il ne faut pas trop en couper pour ne pas faire de saletés (401,106-114). Un texte de la fin du xve siècle parle de pommes, qu'il faut couper à partir du haut, de poires qu'il faut couper à partir de la tige et de noix qu'il ne faut pas casser sur la table (428,49-52).

10Un petit nombre de manuscrits, ainsi le manuscrit Weimar Mscr. О 145, 110r,1-4, ou celui de Berlin mgq. 1484, 281va,l-4, insistent sur le protocole : il faut laisser les invités de marque (die erbern) s'asseoir à table avant soi-même, et ne pas prendre place avant que le maître de maison vous y invite lui-même : c'est lui qui assigne leur place aux convives, car il est le seul à savoir de quel rang social ils sont et il convient de donner la priorité aux hommes de valeur (398,25-31) ; cependant un manuscrit daté de 1470 signale la présence d'une nouvelle catégorie sociale, les riches bourgeois, qu'il convient de ménager, même si leur réputation n'est pas la meilleure (399,32-35). La place d'honneur est au bout de la table : celui-ci doit se tenir à la perfection. Il ne faut pas se lever de table avant les autres (354,205-206).

11Parfois il y a dans un manuel de bonnes manières de table des indications générales de bon comportement, ainsi : ne mépriser personne, ne pas se mettre en colère et ne vider son cœur à personne, même à un ami, car peut-être sera-t-il le lendemain votre ennemi mortel, honorer les gens de bien etc... (352,155 sqq.).

12Il est curieux de constater que seulement un petit nombre de textes prescrivent de commencer le repas par une prière, ainsi le pseudo Tannhäuser ou le manuscrit d'Innsbruck Cod. 4° 507,98r-102r, qui date de 1438). Dans ce dernier manuscrit il ne faut pas en outre se lever de table avant d'avoir dit un pater noster et remercier Dieu de vous avoir donné à manger.

13Résumons : Il y a une nappe, un plat commun à plusieurs convives (à quelques exceptions près : ainsi le manuscrit p de Bristol (1380-1400) prescrit qu'il ne faut pas mettre sa main dans le plat de son voisin (218,32). L'assiette individuelle semble apparaître à la fin du xve siècle. Il n'y a également que peu de gobelets. Apparemment il n'y a fréquemment qu'un seul couteau pour tous les convives, en effet le manuscrit k2 (Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, Karlsruhe 408,114rb-115rb) prescrit de donner le couteau au convive le plus âgé (234,35-36). Les seuls ustensiles de table sont donc un couteau (ou peut-être parfois plusieurs) et des cuillères, il n'y a pas de fourchette, un ustensile qui pourtant a été introduit à la fin du xiie siècle. La boisson favorite est le vin, mais il peut y avoir également de la bière et de l'eau, et le maître de maison doit en procurer suffisamment (399,39-40). Enfin, les auteurs médiévaux, qui mettent en garde contre la trop grande consommation de nourriture ou de boisson, donc contre tout excès, avaient quelques notions dé diététique, même si parallèlement on peut trouver une connotation religieuse dans ces excès de table : qui mange trop dans sa jeunesse aura un gros ventre dans sa vieillesse, ce qui ne sert que peu l'âme, dit le Pseudo-Tannhäuser ; la goinfrerie signifie en effet qu'on est trop esclave de son corps, de ses sens et qu'on ne s'occupe pas assez de son salut éternel.

14On observe une certaine évolution au cours du Moyen Age tardif dans ces règles de comportement à table, dont le but est de respecter une certaine hygiène de même que la bienséance en usage à l'Occident (dans les pays arabes par exemple il est conseillé de roter en signe de satisfaction) : ainsi "Tustu, also ich dich gelert han, / du bist ein wolgehofet man", "Si tu fais ce que je te dis, tu seras un homme digne de paraître à la cour" (208,72-73), mais c'est aussi de s'assurer le salut de l'âme : "kain vngezogen man der kan / Ze himlreich nÿmmer komen", comme le dit le pseudo Tannhäuser aux vers 233-234 de son poème ou encore le poète de l'imprimé de Munich (Bayerische Staatsbibliothek, 4° Inc. ca.) : "Dein körpel, dein sel vnd auch dein gemüt / werden vor hellischer pein behüt, / helstu die 1er, so ich dir han geben,/ und wirst gekrönt im ewigen leben" (354,235 – 355,239).

II

  • 8 Les éditions utilisées sont Tristan et Yseut. Les premières versions européennes. Paris, Gallimard (...)

15Je vais étudier maintenant dans les textes du corpus tristanien ce que les différents auteurs disent à propos des banquets8.

16Le poète tristanien qui décrit le plus de repas est Heinrich von Freiberg (1270-1280) qui décrit à quatre reprises le cérémonial de la table dans sa continuation du roman inachevé de Gottfried von Straßburg : il s'agit du repas de noces avant la nuit nuptiale (v. 563 sqq.), puis du repas pris le lendemain après la messe (v. 879 sqq.), celui que prend Tristan à Karke avant son départ pour la cour du roi Arthur (v. 1267 sqq), enfin du repas qu'offre le roi Marke à Arthur et à sa suite lors du premier retour de Tristan en Cornouailles (v. 2501 sqq.).

  • 9 La numérotation des pages est celle de Tristan et Yseut. Les premières versions européennes note n (...)

17Le premier soir (p. 698)9 un écuyer convie les très nombreux invités du duc Lovelin en lançant dans la ville et dans les champs autour de la ville, où on avait monté des huttes et des tentes, l'appel : "A table, à table, par ici ! A table ! A table !". On met les tables, qui au Moyen Age sont toujours des tables volantes, consistant en une planche qu'on posait sur des tréteaux ou sur des pieds qu'on enfonçait dans des trous prévus à cet effet dans le sol. Sur les tables on étend les nappes, et sur les nappes on met du pain. On présente aux hôtes l'eau pour qu'ils se lavent les mains, selon l'usage. Seulement après ces ablutions on s'asseoit à table. On apporte les plats et le vin dans des plats et récipients d'or. Après le repas on retire les tables, les joueurs de vielle jouent de belles mélodies pour accompagner la danse, et tous dansent avec entrain. En pleine danse apparaît l'évêque, vêtu de ses habits sacerdotaux richement parés, qui célèbre le mariage de Tristan et d'Iseut aux Blanches Mains.

18Le repas du lendemain (p. 702) a lieu immédiatement après la messe. On commence par tendre les murs du palais de somptueux tapis tissés et brochés de soie et d'or ; on sème sur le carrelage une mer de fleurs jaunes, de roses rouges et d'herbe verte. Puis on dresse les tables. A la sortie de l'église on prend de l'eau. Tristan s'asseoit alors le premier et on place Iseut à côté de lui : ce sont eux les principaux convives ; les autres convivent prennent place, un chevalier entre deux dames et entre deux chevaliers une dame. Il y a deux tables, une table intérieure, et là c'est le duc Lovelin qui en personne prend soin de ses hôtes, qui semblent être les hôtes de marque ; ce sont Kaedin et Kurvenal qui s'occupent des convives de la table extérieure, sans doute de moindre rang (à moins qu'on doive distinguer entre les convives assis d'un côté de la table et de ceux assis de l'autre côté). Les mets ne sont pas précisés, seuls les vins le sont : vin d'herbes et de mûres, ainsi que le noble vin de Chypre. Après le repas les chevaliers s'équipent pour se livrer au tournoi, alors que les dames se couchent dans l'embrasure des fenêtres pour jouir du spectacle. Le cérémonial du banquet de noces est ainsi bien plus luxueux que celui du précédent repas. Dans le poème de Thomas, il n'y a qu'un banquet : c'est après la messe de mariage que l'on festoye (v. 583) "comme il convient un jour de fête" (p. 140), avant de se livrer à des jeux de toute sorte, mais le poète ne s'étend absolument pas. Dans la Saga également il est question, après la messe, d'"un magnifique banquet" après lequel les gens vont se divertir (ch. LXX, p. 883).

19Pour le troisième repas (p. 707) décrit par Heinrich le scénario est à peu près le même, mais il y a moins de faste : c'est ici apparemment un repas du registre du quotidien. Dès l'arrivée du héros on dresse au plus vite les tables, "somptueusement, princièrement" souligne le poète. Puis, sur les nappes on apporte le pain ; le maître de maison prend de l'eau, imité par toute sa maison. Après le repas, on enlève les tables et les convives se lavent de nouveau les mains.

  • 10 La numérotation des pages pour Eilhart est celle de Eilhart von Oberg, Tristrant, Texte établi et (...)

20Pour le quatrième (p. 723) nous avons à nouveau le faste et la somptuosité du repas de noces : sans doute le maître de maison voulait-il honorer particulièrement l'hôte de marque qu'est le roi Arthur. Marke fait tendre les murs de sa grande salle d'étoffes précieuses, qui brillent de l'éclat de l'or fin ; le sol est couvert de tapis de soie sur lesquels on éparpille des roses, et les tables sont dressées. Le faste déployé à la cour de Marke doit contribuer à sa gloire, remarque Heinrich. On offre aux deux rois de l'eau, puis ils s'asseoient à table. Le roi Marke et son épouse font asseoir le roi Arthur entre eux deux pour lui faire honneur, alors que Tristan et Gawan président une autre table, face au roi. Après le repas, que Heinrich ne veut pas décrire, parce que "pareilles choses furent racontées bien avant [...] (lui), et par des maîtres de cet art qui ont plus de talent que [...] (lui)", Marke fait préparer pour ses hôtes des lits dans la grande salle. Eilhart, qui ne s'intéresse manifestement pas aux banquets, dit dans cette même scène, qui a servi de modèle à Heinrich, seulement que Marke donne "à ses chers hôtes le gîte et suffisamment de tout ce que Dieu avait créé comme nourriture. Quand ils eurent assez bu et assez mangé" (v. 5469 sqq., p. 5410).

21D'autres repas sont évoqués par Heinrich mais sans détails, certainement parce que le poète ne leur attribue nulle importance : ainsi à la cour de Marke dans l'épisode de la "Folie" avec le même scénario (v. 5263 sqq.) : on sert au roi une pièce de gibier accompagnée d'une sauce au poivre bouillante, que Tristan fou, par vengeance, renverse sur le visage du nain si bien que les yeux lui coulent hors des orbites (p. 758). Dans la séquence du "Coussin enchanté" (v. 4800 sqq.), on sert à Brangene, Kameline et Kaedin "du vin de mûres, du vin aromatisé et du bon vin de raisin dans des coupes en or rouge, incrustées de pierres fines pures et fort précieuses, qui étincelaient de multiples couleurs" (p. 752). Il est curieux de remarquer que le seigneur de Gamaroch, Nanpotenis, prenne son repas avec ses hôtes, Tristan et Kaedin, sans son épouse : c'est un repas entre hommes. Dans l'épisode de la "Folie", le prédécesseur de Heinrich, Ulrich von Türheim (p. 673), signale lui aussi un repas et ne donne pas le moindre détail, sauf que Tristan, qui contrevient dans son déguisement à toutes les règles de la bienséance, s'asseoit sur la table et mange tout ce qui lui plaît, poulet et poisson (v. 2581 sqq.), sans évoquer le moindre cérémonial.

22Dans son roman, Gottfried, qui n'a pas l'air de s'intéresser davantage qu'Eilhart aux banquets, évoque seulement en passant un repas dans l'épisode de "la harpe et la rote" (v. 1398 sqq.) : avant le repas les convives se lavent les mains dans un bassin qu'on leur tend ; Gandin, est placé à côté du roi, à la place d'honneur. Après le repas on enlève les tables et Gandin est invité à jouer de son instrument pour divertir la cour (p. 557). Dans la Saga, le roi, qui veut faire honneur à son hôte, lui "permet de manger avec lui et de partager son propre plat" (ch. XLIX, p. 853), et là aussi les tables sont ôtées après le repas. Lors de la "fête de Mai" que Marke organise en l'honneur de Rivalin, Gottfried dit que les invités trouvaient "en abondance des vivres et des vêtements élégants" et que Marke "avait pris ses dispositions pour que tous pussent vivre une vie de faste et de plaisir" (v. 604 sqq., p. 397) ; Frère Robert n'est guère plus loquace : le roi ouvre le banquet et honore tout son peuple et ses hôtes de marque par toutes sortes de mets de grand prix (ch. IV, p. 787). Un autre repas est signalé par Gottfried (v. 4095sqq., p. 443), la Saga (ch.XXIII et XXIV, p.810) et Sire Tristrem (p. 931) (donc par Thomas) à l'arrivée de Rual/ Roaldr/ Rohand à la cour de Marke/ Markis/ Mark ; le texte est analogue dans les trois versions avec quelques variantes : dans les trois versions on se lave les mains, puis le père adoptif du héros est convié à s'asseoir à la table du roi, ce qui est une marque d'honneur (dans la Folie d'Oxford, v. 268, le roi est assis au "mestre dais", à la table d'honneur située sur une estrade) ; chez Gottfried et dans la Saga c'est Tristan qui sert Rual, qui mange de bon cœur ; Sire Tristrem précise que le repas a lieu dans la grand-salle et que "nappe et table furent mises avec viande et boisson de choix" et qu'après le repas, les convives se lavent à nouveau les mains avant de se lever de table ; la Saga, quant à elle, dit qu'ils sont "bien pourvus de nourriture et de boissons courtoises".

23Dans Sire Tristrem il est question d'un repas donné par Mark dès l'arrivée du jeune Tristrem à sa cour (repas qui n'est mentionné nulle part dans la tradition et qui peut-être est de l'invention de l'auteur anglais) : "Le roi sans parler davantage se lava les mains et se mit à table. On partagea le pain, on ne manqua de rien et pour le goût de chacun coulait la bière et le vin. Il suffisait de demander : coupe ou corne était remplie – et apportée. A table ils restèrent à loisir, et ne se levèrent que lorsque bon leur sembla." (p. 929). Il est bon de souligner que les convives ne boivent pas seulement du vin, mais aussi de la bière. Dans l'épisode de Morgan, ce dernier est montré partageant le pain (p. 933).

24Dans Tristan le Moine, poème alleman,d de la première moitié du xiie siècle, un repas est donné le soir à la cour d'Arthur : "Quand le soir commence de tomber les chambellans apportent les chaises pour le repas dans une salle élégante, où l'on avait coutume de recevoir les hôtes étrangers". Le repas a lieu autour de la Table Ronde. Keydin prend place à côté de la reine Guenièvre ; le roi demande à Tristan et son épouse Isolde de prendre place à côté de lui ; les chambellans attribuent leurs sièges aux autres convives. Quand tous sont assis, on leur donne à manger et à boire en grande quantité, ce qui est une marque d'honneur. Quand on a enlevé la table, les jongleurs se mettent à jouer de leurs instruments (p. 1031). L'épisode de Tristan Ménestrel dans la Continuation du Conte du Graal par Gerbert de Montreuil commence par ce vers : "Juste au moment où le roi se lavait les mains avant le repas" (il s'agit du roi Arthur auquel on annconce l'arrivée d'un chevalier inconnu qui tente l'aventure dans son royaume, c'est Tristan qui défait un grand nombre d'adversaires). Plus tard dans le récit, à la cour du roi Marc, le soir de la première journée de tournois, a lieu un dîner : Tristan, déguisé en ménestrel, "va s'asseoir dans la salle et fait placer ses compagnons ; ils eurent en quantité à boire et à manger, car le roi veilla à ce qu'ils fussent bien servis" (p. 991, v. 4054sqq.). Dans ce texte aussi l'auteur met l'accent sur la quantité de nourriture offerte. Après le repas Tristan joue de la musique.

25Les fonctions les plus importantes de la maison royale sont celles du sénéchal, appelé aussi écuyer tranchant, et de l'échanson. Eilhart, qui ne s'intéresse pas aux banquets (il est seulement question d'une table richement garnie), parle du sénéchal du roi qui porte les plats à la table royale. Parmi les sénéchaux il y a une hiérarchie, car Tinas ne remplit cet office que lors des grandes fêtes (332 sqq.). Dans Tristan Ménestrel de Gerbert de Montreuil, Dinas fait ôter les tables après le repas. Dans toute la tradition, il y a le sénéchal couard qui prétend avoir tué le dragon pour obtenir la main de la princesse d'Irlande. Dans Tristan le Moine échansons et écuyers tranchants remplissent leur office lors du repas donné un soir par Arthur. La présence des cuisiniers et des préposés aux cuisines dans le Cortège de la reine témoigne de l'importance de la table dans une cour médiévale (Thomas v. 1378, Eilhart v. 6646sqq. : Tristrant et Kehenis n'étaient pas depuis longtemps dans le buisson d'épines "qu'arrivaient les cuisiniers avec des poêles et des casseroles, et les gens avec les victuailles.[...] Suivirent les bouteillers et ceux qui servaient le pain.")

  • 11 Cf. Histoire de la vie privée (note n°l), p. 189.
  • 12 Voir les exemples donnés dans ce volume par Colette Stévanovitch.

26En résumé : à côté de Wolfram qui nous donne amples détails, notamment lors de la première visite de Parzival au château du Graal, c'est le poème de Heinrich von Freiberg qui est le plus riche aussi bien en banquets – on ne cesse de se mettre à table – et en précisions sur les manières de table : il y règne une atmosphère de luxe, de richesse, de profusion : les murs sont tendus de tapis luxueux et le carrelage est jonché de fleurs : tout ceci donne aux salles un air de fête11. Cependant Heinrich est, comme les autres poètes tristaniens, très imprécis en ce qui concerne les mets et la vaisselle, il indique seulement que les plats, récipients et coupes sont en or pour souligner le luxe et le faste qui règnent à la cour et donne quelques précisions sur les différents vins bus (vin de mûres, d'herbes, vin aromatisé et vin de raisin et surtout vin de Chypre, un vin très fort, de haute réputation au Moyen Age). Sire Tristrem, à la différence des autres œuvres littéraires, mais pas des manuels de bonnes manières, introduit à côté du vin la bière mal aimée, notamment de Wolfram von Eschenbach. Est-ce une particularité de l'Angleterre12 ? Pour ce qui est des manières de table décrites dans les œuvres littéraires, elles ne correspondent pas tout à fait à celles des manuels, on peut les résumer ainsi : on dresse les tables qu'on retire après le repas, on se lave les mains avant de se mettre à table, dans certains textes également après, le maître de maison assigne leur place aux convives – ainsi les hôtes d'honneur sont assis à côté du roi –, dans la Saga c'est une grande marque d'honneur pour l'hôte que de manger dans le même plat que le roi, les repas qui sont toujours plantureux sont la plupart du temps suivis de divertissements, tournois ou musique. Bref, les banquets qui ponctuent dans la littérature tristanienne, comme dans les autres œuvres, la vie des cours, lui donnent une atmosphère de luxe et de profusion et sont une occasion pour les souverains de faire la démonstration de leur richesse et de leur supériorité, servent de contrepoint, en quelque sorte de repoussoir à l'histoire tragique des amants de Cornouailles.

Notes

1 Histoire de la vie privée. Sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby. Paris 1985, p. 300.

2 Parzival par Wolfram von Eschenbach. Texte traduit et présenté par Danielle Buschinger, Wolfgang Spiewok et Jean-Marc Pastré. Paris 1989.

3 Der Wälsche Gast des Thomasin von Zirclaria. Hg. von Heinrich Rückert. Mit einer Einleitung und einem Register von Friedruch Neumann. Berlin 1965 (Reprint).

4 Andreas Winkler, Selbständige deutsche Tischzuchten des Mittelalters. Texte und Studien. Inauguraldissertation (dactylographiée). Marburg/ Lahn 1982.

5 Cf. Andreas Winkler (note n° 4), p. 393.

6 Cf. Andreas Winkler (note n° 4), pp. 410-412.

7 Cf. Danielle Buschinger, "Balthasar Springer, un témoin occulaire allemand des voyages portugais de découvertes (1505-1506)", in : La grande aventure de la découverte du monde au Moyen Age, Greifswald, Reineke Verlag, 1995, p. 11.

8 Les éditions utilisées sont Tristan et Yseut. Les premières versions européennes. Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1995 ; Eilhart von Oberg, Tristrant und Isalde. mittelhochdeutsch / neuhochdeutsch von Danielle Buschinger und Wolfgang Spiewok. Greifswald, Reincke Verlag, 1993 (WODAN 27) ; Eilhart von Oberg, Tristrant, Texte établi et présenté par D.B. et W.S. Greifswald, Reineke Verlag, 1995 (RTR 11) ; Gottfried von Straßburg, Tristan und Isolde. Originaltext mit einer Versübersetzung und einer Einleitung. Greifswald, Reineke Verlag, 21995 ; Ulrich von Türheim, Tristan und Isolde. Originaltext, Versübersetzung und Einleitung von W. Spiewok in Zusammenarbeit mit Danielle Buschinger ; Heinrich von Freiberg, Tristan und Isolde. Originaltext von D.Buschinger. Versübersetzung von W.Spiewok. Greifswald, Reineke Verlag, 1993 (WODAN 16) ; Tristan als Mönch. Mittelhochdeutsch / neuhochdeutsch von Albrecht Classen. Greifswald, Reineke Verlag, 1994 (WODAN 50).

9 La numérotation des pages est celle de Tristan et Yseut. Les premières versions européennes note n° 9).

10 La numérotation des pages pour Eilhart est celle de Eilhart von Oberg, Tristrant, Texte établi et présenté par D.B. et W.S. (note n°8).

11 Cf. Histoire de la vie privée (note n°l), p. 189.

12 Voir les exemples donnés dans ce volume par Colette Stévanovitch.

Auteur

Université d'Amiens

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540