Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table romanesque

Lévi-Strauss en Renardie

Manières de table, cru et cuit dans le Roman de Renart

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 L’Imaginaire Médiéval, Gallimard, 1985, pp. 151-187.
  • 2 Yvain devenu fou manjue la venison trestote crue (Yvain, Le chevalier au lion, dans Oeuvres Complè (...)

1Le titre de cette communication est évidemment imité de celui de l’article de Jacques Le Goff, “Lévi-Strauss en Brocéliande, esquisse pour une analyse d’un roman courtois”1, article consacré à l’épisode de la folie d’Yvain, mais l’utilisation des concepts forgés par Lévi-Strauss sera limitée, selon les termes mêmes de l’intitulé de ce colloque, aux manières de table et à l’opposition du cru et du cuit. On sait que dans l’épisode de la folie d’Yvain, Chrétien de Troyes marque la perte de l’humanité par le passage à la consommation solitaire du gibier cru2 et que les étapes de la guérison sont marquées par la réappropriation progressive de l’usage de la nourriture cuite, soumise à diverses préparations culinaires et consommée dans la convivialité de la table.

  • 3 Le texte utilisé est celui de l’édition Martin, Le Roman de Renart, Strasbourg et Paris, Trübner e (...)
  • 4 Ce problème a été étudié par Micheline de Combarieu dans une communication fort complète intitulée (...)

2C’est cette problématique que je voudrais aujourd’hui appliquer aux récits qui composent le Roman de Renart3 pour vérifier comment les catégories mises en place par l’anthropologue peuvent être insérées dans le cadre de la fantaisie propre au récit renardien, c’est-à-dire dans cet univers romanesque doublement fictif qui utilise la convention du zoomorphisme : les personnages renardiens sont sans cesse soumis à la métamorphose illusoire, ils sont d’éternels mutants et Renart peut être qualifié de “prince de l’entre-deux-mondes”. Les conteurs pratiquent, avec une habileté variable, le jeu sur la double isotopie et sur la double appartenance des personnages. Il s’agira donc de voir comment les conteurs ont utilisé le code alimentaire (ce que mange un personnage et comment il le mange)4 dans la conduite du récit et de vérifier l’hypothèse que le code alimentaire peut être un élément essentiel dans l’organisation de la fantaisie renardienne.

3Dans la recension des passages concernant les manières de table, il convient de noter que l’une des occurrences les plus intéressantes est précisément la mention de l’absence de toute manière de table :

Onques n’i quist nape ne toaille. (VII, 94)

  • 5 Dans Yvain, la prise de conscience de cette absence (ainsi que du manque d’assaisonnement) marque (...)

4Ni nappe, ni serviette, il s’agit de Renart dans un gelinier, donc de l’acte de dévoration solitaire d’un prédateur, dévoration d’une nourriture volée et aussitôt consommée crue : ainsi l’absence des manières de table est corrélée au strict zoomorphisme du personnage5.

5A l’opposé, lorsque dans la première partie de la branche XIII, le récit est situé dans la salle d’un chevalier et que le conteur rythme la chasse au goupil par cinq repas successifs, on peut légitimement attendre une évocation des manières de table, de l’art du service et de la composition du repas ; or, si la nappe est bien mentionnée une fois :

... les napes furent mises
Et desus les tables asises, (XIII, 793-94)

6et le service de l’eau quatre fois (vers 150, 316-17, 580 et 796), le conteur est avare de détails sur la composition du repas, se contentant de formules sommaires :

Et mengierent tot a loisir
De ce que lor vint a plaisir.
Quant mengié orent a plenté,
De la table se sont levé. (XIII, 593-96)

7De la même façon, le conteur coupe court à l’énumération des plats par une formule abréviative :

Ne vos ferai ci longe fable. (XIII, 167)
Ne vos ferai pas lonc devis. (XIII, 798)

8On observe le même souci de briéveté pour le repas qui rassemble les barons autour de Noble au début de la branche XVII :

Delés le roi sistrent maint conte.
Des mes qu’il orent ne faiz conte. (XVII, 271-72)

9Le conteur court la poste pour arriver à l’esssentiel, la partie d’échecs fatale à Renaît. On constate toujours la même briéveté dans la dernière partie de la branche XI, lors du mariage de Renart et de Fière : Isengrin et Grimbert assurent le service de la table et apportent les plats :

Ge cuit plus en orent de vint
Des mes, mes ge nes contai pas. (XI, 2418-19)

10Le deuxième repas mentionné un peu plus loin est “expédié” de la même façon :

Ne voil pas toz les mes conter
Ne fere ci grant demoree. (XI, 2738-39)

11Derrière ces formules abréviatives, il faut relever un phénomène plus général et un trait permanent de l’univers romanesque créé par les conteurs de Renart ; en effet, on peut dire qu’il existe face au problème alimentaire deux stratégies différentes selon le degré de zoomorphisme dont sont affectés les personnages susceptibles de métamorphose : dans le premier cas les personnages sont affectés d’un fort degré de zoomorphisme et ils restent alors soumis à l’obligation de la quête, ils doivent querre vïande (V, 2), querre garison (III, 17), et le récit s’ouvre sur un motif à trois composantes : disette, faim et départ pour la quête. Dans ce cas, l’univers romanesque est des plus manichéens : face aux prédateurs affamés que sont Renart, Isengrin et les autres, le conteur installe les détenteurs de la nourriture convoitée, riches vilains et moines qui entassent les réserves alimentaires ; ce ne sont alors que plenteïve maisons (II, 33), grange mout bien garnie (I, 1153) et abeïe plentive de noreture (IV, 77). Il convient de noter le caractère tranché (et peu conforme à la réalité que décrivent les historiens) de cet univers qui exclut les pauvres, les non-possédants du décor des aventures de Renart : ne possédant rien, ils ne sauraient attirer les prédateurs affamés et participer à un récit construit selon le schéma de la quête et la thématique du vol de la nourriture. En fait le seul “pauvre” est le prêtre de la branche I : il ne possède plus qu’un coq et deux gelines qu’il doit protéger de la convoitise du goupil et ce qui attire Renart ce sont essentiellement les pièges que le prêtre a tendus et dans lesquels sera pris Tibert.

12Mais à ce premier espace romanesque qui oppose personnages renardiens affamés et hommes bien pourvus les conteurs substituent un univers différent dès que le zoomorphisme des personnages s’estompe. Dès que, par le jeu de la métamorphose, ceux-ci deviennent des barons rassemblés autour du roi et qu’ils représentés en train de se livrer à des activités proprement humaines (réunion de la cour, procédure judiciaire...), à ce moment-là, la question alimentaire ne se pose plus et c’est un nouvel univers romanesque, celui de l’abondance alimentaire et du repas à heure régulière. Les barons assemblés autour de Noble ignorent la faim et la soif, mais cet univers de l’abondance est évidemment toujours soumis au jeu de la métamorphose et la réapparition de la faim peut faire voler en éclats cet univers en provoquant une forte rupture d’isotopie. C’est le cas à la fin de la branche I lorsque chez Renart pèlerin, ou plutôt s’apprêtant contraint et forcé à partir en pèlerinage, réapparaît brutalement la faim :

Fain a gregnor que il ne selt,
De jeûner li chés li deut. (1, 1465-66)

13C’est dans le jeu de la superposition de ces deux univers romanesques dont on vient de parler (celui de l’abondance alimentaire et celui de la faim lancinante et de la quête toujours recommencée de la vïande) que peut se développer la fantaisie renardienne.

14Les conteurs font une plus large utilisation de la présence ou de l’absence de préparation culinaire, de cette fameuse distinction entre le cru et le cuit. En fait, ce ne sont pas les raffinements des préparations culinaires qui intéressent les conteurs et on chercherait en vain des indications détaillées dans leurs récits. La branche XI mentionne bien les talents de cuisinière de Hersant qui sert à Renart et Isengrin

Agniaus rostis, capons en pot (XI, 228)

15mais il s’agit là de bien marquer l’ambiance festive qui entoure les nouvelles relations entre Renart et Isengrin, relations empreintes de courtoisie et placées sous le signe de l’amnésie et de l’amnistie en ce qui concerne la “scène primitive”. De même, dans la branche I, Renart évoque successivement devant Brun le buef a l’egrés (v. 509) servi à la table des puissants, les pois et le lart de son propre repas (v. 533) et le novel miel en fresces rees (v. 536), mais il s’agit de neutraliser et d’appâter Brun. Un seul passage évoque les talents d’un spécialiste de la fabrication des fromages et de l’accommodement de la viande de porc (la truie enfondue, br. XVIII, v. 9), mais il s’agit présisément du prêtre Martin plus expert en cuisine qu’assidu à la lectio divina et aux exercices de piété !

16En réalité les conteurs mentionnent surtout l’absence de préparation culinaire et/ou de cuisson pour souligner qu’il s’agit d’une dévoration animale : le prédateur dévore sur le champ et en solitaire la viande crue et c’est ce que déplore Renart au début de la branche VIII lorsqu’il est assailli par le remord :

Hé, Dex ! Tant bon en ai emblé,
Tant capon et tante geline !
Onc n’i oi savor de cuisine
Ne vert sause ne ail ne poivre
Ne cervoise ne vin por boivre. (VIII, 28-32)

17La fantaisie renardienne inonde tout ce monologue qui va conduire Renart du remord à la confession puis au départ pour Rome et la mention de l’absence de toute préparation culinaire souligne, comme celle de l’absence de nappe et de serviette dans l’exemple déjà cité, le zoomorphisme du personnage ou plus exactement sa nature spécifique.

  • 6 Cette geline ne réapparaîtra plus dans le récit et au moment de la grande querelle sur les origine (...)

18Mais on rencontre un procédé plus subtil d’interférence déclinée sur le mode alimentaire : après une dévoration toute animale Renart envisage pour une partie de la nourriture volée une préparation culinaire : c’est le sort réservée dans la branche IV à la troisième de ses victimes6 étranglées more ferrarum :

Des deus en fait ses grenons bruire,
La tierce en voudra porter cuire. (IV, 138-38)

  • 7 Dans le Roman de Renart comme dans les Fabliaux, l’oie grasse représente le summum du raffinement (...)

19Cette rime bruire / cuire, opposant en quelque sorte cru (dévoration bruyante par le prédateur) et cuit, nous la retrouvons d’ailleurs dans la branche VII mais pour le choc de deux projets concurrents et contradictoires (à propos d’une oie grasse)7, le cuit de la préparation culinaire de l’homme et le cru de la dévoration du prédateur :

Ja ne la verra neïs cuire.
Je en ferai mes gernons bruire. (VII, 291-92)

20Parmi les nombreux exemples de cette opposition cru / cuit on peut en retenir deux particulièrement intéressants. Il s’agit tout d’abord de l’étrange projet de Tiécelin qui, après avoir volé le fromage et raillé la gardienne, lance à cette dernière :

Sel puis porter jusqu’a mon ni,
De cuit en eve et de rosti
En mengerai tot a mon cois. (II, 891-93)

  • 8 Mythologiques, tome 1, Le Cru et le Cuit, Plon, 1964, p. 390.
  • 9 Il s’agit là d’un élément conforme à la réalité zoologique.
  • 10 L’ours n’appartient pas à la catégorie des “puants” (renards, blaireaux, fouines...) et sa chair e (...)

21On peut s’étonner des préparations culinaires envisagées pour un fromage, mais il convient d’observer que c’est le seul passage du Roman de Renart où sont mentionnés “les modes fondamentaux du cuit” que constituent, selon les analyses de Lévi-Strauss8, le bouilli et le rôti ! Ensuite au moment du gab de Renart dans la branche Va, lorsque Brun fait le récit d’une expédition alimentaire qui a mal tourné : partis avec Renart pour manger du miel, ils doivent fuir devant les vilains (alertés les cris des volailles que Renart n’a pu s’empêcher d’assaillir), mais la partie est inégale : Renart, quoique chargé d’une geline qu’il vient de capturer est plus rapide que Brun9 et il lance à ce dernier ses railleries habituelles ; il rappelle à Brun qu’il est menacé par les vilains qui en veulent à sa peau (le peliçon, v. 684) et à sa char qu’ils ont l’intention de mettre au saloir10, tandis qu’il se présente lui-même comme expert en cuisine :

G’irai devant a la cuisine,
S’i porterai ceste geline,
Si la vos aparellerai :
Dites quel savor i ferai. (Va, 683-90)

22Ainsi, tandis que Brun ne parvient pas à s’extraire de sa condition purement animale de prédateur pourchassé pour sa fourrure et sa chair, Renart s’installe, par la magie de son verbe, dans un univers hautement culturel, celui de la savor de cuisine déjà mentionnée dans la branche VIII.

  • 11 “Exil et retour : la nourriture des origines”, Médiévales, langue, texte et histoire, 5 (“Nourritu (...)

23Au-delà de la simple opposition de la char dévorée crue par le prédateur et de la char cuite apprêtée à la façon de l’homme (“cet animal qui sait faire la cuisine”), certains conteurs ont pratiqué ce que D. Boelher-Régnier appelle “le geste de l’appropriation du pain, du vin et de la viande cuite” qui constitue, dit-elle, “l’épreuve et le test du social”11. On peut vérifier que dans l’univers renardien éminemment instable, ce geste d’appropriation du pain, du vin et de la viande cuite sert à étalonner le degré de la métamorphose illusoire et on s’appuiera sur trois exemples.

24Dans la branche XXIII, lorsque le roi Noble accueille sa nouvelle fiancée, beste d’enchantement créée par Renart qui a dérobé le secret d’un magicien de Tolède, le conteur refuse d’énumérer tous les plats servis au banquet, se contentant d’annoncer que l’on a servi venoison et volille (v. 1459 et 1460), mais il il distribue les rôles à chacun des barons et on retrouve ainsi la trilogie constituée par le pain, le vin et la char : Roonel et Tibert, à propos duquel Brun affirme qu’il sait très bien mengier asavorer (v. 1469), sont envoyés aux cuisines (ce sont des carnassiers), tandis que Platel le daim et Brichemer le cerf, herbivores tous les deux, sont respectivement chargé du service du pain et du vin ; le conteur crée ainsi un univers spécifique d’où sont exclus les hommes et où les personnages renardiens se sont appropriés non seulement l’intégralité du code alimentaire humain, mais aussi les manières de table, puisqu’Isengrin est chargé, pour son malheur, du service de la table de la nouvelle reine.

25Dans le deuxième épisode de la branche XIV (Renart et Primaut au moûtier), les deux personnages, entrés dans l’église en creusant un trou sous la porte, fracturent le couvercle d’une huche et ils y trouvent pain et vin et char a foison (v. 285) ; on peut noter ici la présence d’une serviette (mes estent la toaille ici, v. 288), serviette qui enveloppait les hosties volées dans une armoire et dont la présence, comme dans les Fabliaux, est l’indice du caractère festif du repas placé sous le signe de la joie (v. 301) et du vin abondamment consommé. Mais le vin ici a une fonction plus large que celle de simple marqueur du code alimentaire humain, il a un rôle dynamique dans la construction du récit organisé autour de l’ivresse de Primaut, tonsuré d’abord puis enfermé par Renart dans l’église devenu un lieu clos inédit.

26Le dernier épisode qui nous intéresse fait intervenir une nouvelle fois Primaut le loup, confondu alors avec Isengrin, mais le vin y est remplacé par la cervoise : les trois pèlerins, Renart, Bernart et Belin, occupent la maison momentanément vide de Primaut et ils y trouvent toute la gamme des produits ordinaires de l’alimentation humaine :

Asés i trovent pain et el,
Char salee, formache et oes,
Et quanqu’a pelerin est oes,
Si i trovent bone cervoise. (VIII, 304-307)

27C’est cette cervoise qui va jouer le même rôle que le vin de la branche XIV : Belin s’enivre et les joyeux pèlerins improvisent un chant à trois voix, attirant ainsi l’attention de Primaut qui revient de querre vïande (v.302) : à ce moment-là l’espace romanesque oppose deux groupes de personnages répartis selon l’axe du code alimentaire ; Primaut (et Hersent à ses côtés) est en effet représenté dans l’attitude typique du prédateur carnassier :

Mes li leus vient o tot son fés
Qu’il aportoit dedenz sa gole, (VIII, 314-315)

28tandis que les pèlerins ont transcendé par l’appropriation du code alimentaire spécifiquement humain leur condition animale que le conteur a par ailleurs lourdement soulignée lors de leur entrée en scène. Renart évoque en effet dans le monologue déjà cité la loi de nature qui veut que le prédateur ne survive qu’en volant :

Le vaillant l’ele d’un pinçon
N’oi jei onc se de l’autrui non. (VIII, 49-50)

29Belin est représenté dans l’exercice de son activité de bêlier reproducteur, exploité par un vilain ingrat, tandis que Bernart l’archeprestre (v. 239) est en train de pestre les cardons (v. 240) dans un fossé. D’ailleurs, par le jeu de la fantaisie renardienne, les caractéristiques morphologiques des personnages vont revenir au premier plan dès l’épisode suivant, puisque le châtiment infligé à Primaut va faire intervenir la force de l’âne (v. 305) et les cornes du bêlier (v. 356).

  • 12 L’ours est un omnivore et le renard un carnassier au menu éclectique.

30Mais dans ces jeux d’amplitude variée sur le code alimentaire des personnages renardiens, il convient de revenir sur la place centrale de la char, qu’elle soit d’ailleurs consommée crue ou cuite. Il s’agit d’une nourriture commune à l’homme et à l’animal carnassier et comme la plupart des personnages du Roman de Renart sont des carnassiers12, on peut noter le souci qu’ont les conteurs, à l’intérieur de la fantaisie propre à leurs récits, de respecter un minimum de vraisemblance et d’adapter le type de char à la taille du personnage : un bœuf pour Brun l’ours, un mouton ou un agneau pour Isengrin le loup, une geline ou un chapon pour Renart et des souris pour Tibert. Mais l’omniprésence de la char va bien au-delà du simple souci de la vraisemblance minimale ; c’est un aliment-test, au carrefour de toutes les mutations qui affectent les personnages renardiens. C’est aussi un aliment lourd de symbole : manger de la viande tous les jours est le privilège du puissant, le rêve du vilain et l’objectif vers lequel tendent tous les animaux carnassiers. Mais à cette loi qu’on peut qualifier d’économique vient se superposer la loi religieuse qui réglemente strictement, au moyen d’un arsenal complexe de prescriptions, pour le clerc comme pour le laïc, la consommation de la viande.

31On comprend mieux dans ces conditions la représentation pittoresque qui est donnée par deux fois du Paradis : pour attirer à lui Isengrin affamé, Renart fait du Paradis une description peu orthodoxe et le représente comme une immense réserve de nourriture sur pied :

Ceens a riche pecunaille,
Ceens puez veoir mainte aumaille
Et mainte oeille et mainte chievre,
Ceens puez tu veoir maint lievre
Et bués et vaches et moutons,
espreviers, ostors et faucons. (IV, 271-76)

32De la même façon, pour Bernart le confesseur qui, dans son sermon, distribue à sa façon peines de l’Enfer et joies du Paradis, celui-ci est le lieu où se réalise le rêve commun à l’animal prédateur et à l’homme du xiie siècle ; il dit en effet des Elus :

... il mengeront a estraine
Char touz les jors de la semaine. (XVII, 903-904)

33On peut également suivre dans toute la branche I la place que tient la char dans la création de la fantaisie renardienne, à l’intersection, du code alimentaire de l’homme et du régime ordinaire du prédateur carnassier ; la première apparition de Renart, dans le récit de Pinte, impose l’image du carnassier brutal qui a tant maltraité sa proie (qu’il a dû néanmoins abandonner devant ses poursuivants)

Que la cuisse li avoit frete
Et une ele hors del cors trete. (I, 293-94)

34Dans l’épisode suivant le lecteur retrouve Renart dans l’état de quiétude postprandiale propre au prédateur repu :

Or se repose et est a ese. (I, 489)

35Mais l’indication de la composition du repas laisse le lecteur dans l’indécision quant à la vraie nature du personnage : Renart a mangé deux beles cuisses de poucin (v. 688). Le dernier épisode ne peut que laisser le lecteur perplexe :

Tant estoit las et travelliez
Qu’il ne manja que le braon
D’une geline et le crepon. (I, 1614-16)

36Mais ce repas léger s’inscrit dans un cadre où prédomine l’isotopie humaine des soins d’urgence donnés au guerrier blessé : lavage des blessures au vin blanc, bain, saignée et ventouses (v. 1617-18). Cette incertitude n’est plus de mise dans la branche la : lorsque le roi Noble vient mettre le siège devant Maupertuis, l’univers romanesque devient alors celui de l’abondance alimentaire et Renart assiégé ne craint pas la famine :

Qar j’ai çaiens osés vitaille,
Ne quit devant set ans me faille. (la, 1719-20)

37Mais c’est dans l’épisode du moniage Renart que la fonction stratégique de la char est la mieux exploitée. On connaît l’argument de cet épisode final de la longue branche VI : Renart vaincu par Isengrin échappe à la pendaison grâce à l’intervention de frère Bernart de Granmont ; celui-ci obtient du roi de pouvoir emmener avec lui Renart et

Frere en a fet en sa maison. (VI, 1428)

38L’inclusion dans la communauté monastique puis plus tard l’exclusion de celle-ci sont marquées selon les codes vestimentaire et alimentaire : Renart est vêtu de dras a moine (v. 1431) et nourri de poissons (v. 1429), et il fet les signes del moniage (v. 1439). Mais sous l’habit du moine bat encore le cœur du carnassier

... qui tant eime gelines. (VI, 1490)

  • 13 Dans la branche I, lors de l’arrivée à la cour du cortège funèbre de darne Coupée, le mot geline(s (...)

39et qui de char ne [se puet] atenir (v. 1471). le terme gelines, après avoir rimé avec eschines (1445-46), rime13 alors avec mastines (1489-90) et cette seconde rime signifie l’écartèlement de Renaît partagé entre la loi religieuse (qui impose jeûne et veille) et la loi naturelle, l’appel du sang attisé par le souvenir :

Sovent li menbre des jelines
Dont il selt rongier les eschines. (VI, 1445-46)

40Renart, cédant à ce que la morale chrétienne appelle la tentation, reviendra à son instinct de prédateur :

Molt retret bien a sa nature, (VI, 1488)

  • 14 Dans une communication prononcée (mais non publiée) au colloque de la Société Internationale Renar (...)

41et il tuera plus qu’il ne peut manger en une fois, cachant le surplus pour les jours suivants14 :

L’un en menja, au cuer li toche.
Les autres trois a mis en terre. (VI, 1480-81)

  • 15 Dans cet épisode (I, 1143-1200) le mot gelines rime avec espines, c’est-à-dire le terme désignant (...)

42On constate ainsi que chaque fois que les conteurs veulent mettre en scène l’échec d’une tentative de conversion de leur héros, ils utilisent le code alimentaire : Renart pèlerin se jette sur Couart le lièvre dont il veut faire une proie pour le repas de ses enfants, Renart moine retrouve le chemin du gelinier tout comme Renart fraîchement confessé et absous par Grimbert coloie vers les gelines15 : c’est toujours sur le registre alimentaire qu’est modulée l’opposition entre loi religieuse et loi naturelle, c’est sur les variations de ce registre que se fait le jeu sur la métamorphose illusoire.

43Pour confirmer la place centrale assigné au code alimentaire, il m’a paru intéressant de relire toute une branche du Roman de Renart selon la place qu’y tient la nourriture ; la branche IX se prête bien à ce type d’exercice car l’exploitation de ce qu’on pourrait appeler l’arme alimentaire est essentielle à l’intrigue.

  • 16 Sur ce point je me permets de renvoyer à mon étude : “Fole parole et bon barat, la ruse dans la br (...)

44A l’ouverture du récit le lecteur est plongé dans un univers construit selon les règles de l’illusion réaliste, dans la mesure où tout se passe “comme dans la vie de tous les jours” : le vilain laboure son essart, frontière mobile entre l’espace cultivé et l’espace sauvage, il exige de ses animaux domestiques un travail excessif et accumule dans sa ferme d’énormes réserves alimentaires de toute sorte ; les animaux sauvages vaquent à leur occupation habituelle, ils porchace[nt] proie (v. 441) et s’aventurent alors dans l’espace cultivé. Puis l’illusion réaliste cède la place au merveilleux : non seulement les personnages comme Renart et Brun parlent (c’est la convention de base du zoomorphisme de la fable et de la fantaisie renardienne), mais ils communiquent avec le vilain et commence entre eux trois un jeu diabolique, aux multiples rebondissements, jeu qui a pour enjeu la maîtrise de l’alimentation : pour sauver son bœuf qu’il a promis, par une parole malheureuse, à l’ours ou au loup, le vilain engage ses volailles, et au terme d’un vaste ballet dans lequel se succèdent des groupes de trois personnages liés par la promesse et rivalisant de ruse pour échapper à leurs engagements16, on aboutit dans la scène finale à une étrange redistribution des réserves alimentaires. Liétart le vilain a tout perdu, et Brun l’ours doit assumer jusqu’au bout, perinde ac cadaver, sa condition animale, achevant, avant de ressusciter dans les récits suivants, sa carrière romanesque au fond d’un lardier où sa chair est à la fois cachée et salée. Renart est le grand triomphateur, puisqu’il réalise le rêve de tout prédateur : être assuré d’avoit toujours sa vïande quotidienne. Il est pourvu d’une rente permanente en volailles et va vivre aux crochets de Liétart qui lui abandonne toute sa norreture.

45Mais au moment du premier versement de la rente alimentaire, le conteur place une courte scène essentielle : dès qu’il a reçu le premier poulet, Renart

De Blanchart fist ses gernons bruire,
Onques nel fist plumer ne cuire. (IX, 2121-22)

46Cette scène révélatrice de l’ambiguïté fondamentale des personnages renardiens est redoublée lors du retour de Renart à Maupertuis ; en effet, pour cette nourriture obtenue par la voie de la négociation et au terme d’un contrat vassalique, le conteur place alors une nouvelle scène de dévoration animale. Hermeline affamée et lassée du verbe renardien plein d’autosatisfaction décide de passer à l’acte :

Atant cort, si prist le plus tendre,
Si le manga a un sol mors. (IX, 2164-65)

47Le conteur termine son récit en mentionnant un élément que toutes les joutes verbales entre Liétart et Renart auraient pu occulter : Renart est toujours et restera toujours de la char envïeus (v. 2187).

48Il ne paraît donc pas exagéré d’affirmer que le code alimentaire, bien plus que le code vestimentaire, est bien au centre de la fantaisie renardienne ; son utilisation participe efficacement à la mise en place de l’univers romanesque de l’ambiguïté et au jeu permanent sur la double isotopie. Il conviendrait néanmoins de procéder à un inventaire plus détaillé du corpus pour constater que certains récits ignorent totalement le jeu sur les manières de table et le code alimentaire, la branche X par exemple ; mais cela ne doit pas étonner le lecteur averti car il s’agit d’un récit dans lequel le zoomorphisme de convention est réduit au strict minimum. La branche XXIV installe les personnages dans un autre univers : ils maîtrisent un code alimentaire strictement humain, marqué par l’existence de réserves, l’usage de la cuisson et de la salaison, et le fixité de l’heure des repas.

49On peut donc reprendre ici l’expression de Marc Bloch qui parlait de la “ségrégation alimentaire” qui marque toute société mais il faut souligner ici que le code alimentaire, plus qu’un marqueur social, fonctionne comme un point de repère essentiel dans le jeu permanent sur la double appartenance : outil efficace (pour le conteur) de la métamorphose toujours recommencée, il constitue pour le lecteur une grille de lecture tout à fait pertinente.

Notes

1 L’Imaginaire Médiéval, Gallimard, 1985, pp. 151-187.

2 Yvain devenu fou manjue la venison trestote crue (Yvain, Le chevalier au lion, dans Oeuvres Complètes de Chrétien de Troyes, Gallimard, 1995, v. 2828).

3 Le texte utilisé est celui de l’édition Martin, Le Roman de Renart, Strasbourg et Paris, Trübner et Leroux, 3 tomes, 1882-1887 (réimpr. Berlin et New York, De Gruyter, 1973).

4 Ce problème a été étudié par Micheline de Combarieu dans une communication fort complète intitulée "Manger (et boire) dans le Roman de Renart", publiée dans Manger et boire au Moyen Age, (Actes du Colloque de Nice, 15-17 octobre 1982), Les Belles Lettres, 1984, tome 1, pp. 415-428. Je voudrais ici reprendre la question selon un point de vue différent.

5 Dans Yvain, la prise de conscience de cette absence (ainsi que du manque d’assaisonnement) marque le guérison complète du héros (v. 3468-70).

6 Cette geline ne réapparaîtra plus dans le récit et au moment de la grande querelle sur les origines du Roman de Renart, les partisans de l’origine tardive des récits renardiens tels que nous les connaissons (récits qui ne seraient que des remaniements d’originaux perdus) feront de cette disparition un argument décisif (sclon eux) pour leur thèse.

7 Dans le Roman de Renart comme dans les Fabliaux, l’oie grasse représente le summum du raffinement culinaire, le mets obligatoire du repas festif.

8 Mythologiques, tome 1, Le Cru et le Cuit, Plon, 1964, p. 390.

9 Il s’agit là d’un élément conforme à la réalité zoologique.

10 L’ours n’appartient pas à la catégorie des “puants” (renards, blaireaux, fouines...) et sa chair est comestible, comme on le voit dans la branche IX.

11 “Exil et retour : la nourriture des origines”, Médiévales, langue, texte et histoire, 5 (“Nourritures”), p. 134.

12 L’ours est un omnivore et le renard un carnassier au menu éclectique.

13 Dans la branche I, lors de l’arrivée à la cour du cortège funèbre de darne Coupée, le mot geline(s) rime avec cortine (v.287) puis avec mescines (311).

14 Dans une communication prononcée (mais non publiée) au colloque de la Société Internationale Renardienne à Amsterdam en 1977 et intitulée "The Behaviour of the Fox in Nature", le biologiste D. Mac Donald a expliqué ce comportement typique du goupil.

15 Dans cet épisode (I, 1143-1200) le mot gelines rime avec espines, c’est-à-dire le terme désignant l’obstacle sur le chemin de l’appropriation de la proie (même rime dans l’épisode de Chantecler, II, 47-48 et 63-64).

16 Sur ce point je me permets de renvoyer à mon étude : “Fole parole et bon barat, la ruse dans la branche X (éd. Roques) du Roman de Renart, dans Le Goupil et le Paysan, études recueillies par J. Dufournet, Champion, 1990, p. 9-33.

Auteur

Université Stendhal Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540