Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table poétique

Eustache Deschamps et la satire du ventre plein

Susanna Bliggenstorfer

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Madame Giuliana Fässler-Caccia, Monsieur Marc-René Jung et Monsieur François Popli (...)

1Eustache Deschamps est un poète éminemment satirique. Quoique la définition de la satire soit variable, un tiers de son œuvre, multiple et variée, doit être rangé dans le registre de la satire. Nous nous proposons de montrer par la suite dans quelle mesure le manger fait partie de la manière satirique du poète.1

  • 2 La numérotation est celle des éditeurs, le marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, Oe (...)

2En vue d'une étude globale sur l'œuvre Eustache Deschamps, nous avons établi une banque de données à partir des 1501 pièces d'Eustache Deschamps contenues dans le manuscrit fr. 840 de la Bibliothèque Nationale à Paris.2 A côté de critères formels, nous y avons retenu entre autre des motifs et des mots clés, parmi lesquels, cités dans l'ordre alphabétique : cuisine, fête, gloutonnerie, nourriture, repas, taverne, ventre, vin. 190 textes, soit 13 % de l'œuvre du poète champenois sont marqués par un ou plusieurs des mots clés mentionnés.

3Sous "cuisine", nous avons rangé les textes qui mentionnent des métiers, des serviteurs ou des activités en rapport avec la cuisine. "Cuisine" et "repas" sont les mots clés qui regroupent les pièces parlant du manger. Là où des plats et des aliments particuliers sont nommés, nous les avons cités sous "nourriture". Les qualificatifs "gloutonnerie", "taverne", "ventre" et "vin" permettent de retrouver toutes les pièces où le poète emploie le mot en question, un dérivé ou un synonyme. "Gloutonnerie" renvoie au nom "gloutonie" aussi bien qu'à l'adjectif "glout" ; sous "ventre" sont inventoriés "panse" et "boyau".

  • 3 Voir les pièces 305, 306, 307, 485, 570, 678, 755, 923, 1037, 1055, 1084, 1087, 1194, 1235, 1336, (...)
  • 4 Nous citerons d’après le manuscrit fr. 840 de la Bibliothèque Nationale à Paris.

4Le terme de "fête" demande quelques précisions. Nous trouvons le mot "feste" ou "fester" dans dix-neuf poèmes3, mais il n'y est jamais en rapport avec un festin. Fête signifie chez Eustache Deschamps le plaisir, la jouissance, la distraction, souvent la danse. Citons en guise d'exemple les vers 33 à 35 du virelai 755 : "Les dames assembleray, / avec elles danceray, / lors sera feste menée".4

  • 5 Les vingt-trois pièces exclues correspondent aux numéros : 305, 306, 307, 485, 570, 657, 659, 755, (...)

5Les fêtes religieuses ou folkloriques sont en règle générale appelées par leur nom (Noël, Carême, Ascension, Pentecôte), parfois les noms s'accompagnent du mot fête : la "feste des roys" (678 v. 137), la "feste de Saint Nyvart" et "les festes de may" (1404 : vv. 43 et 46, v. 135). Mais seule la fête des rois de la pièce 678 et les poèmes de carême sont connotes de beuverie ou de "grande bouffe" et figureront dans le corpus des textes à thématique alimentaire ; vingt-trois pièces n'intéressent pas dans ce contexte et peuvent donc être exclues. Il reste un corpus de 167 pièces.5

  • 6 Les vingt-deux pièces exclues comprennent les numéros : 224, 298, 552, 608, 647, 679, 800, 826, 82 (...)

6Deschamps est connu pour sa poésie de la "caterve". Nous ne traiterons pas ici les poèmes de "l'ordre des fumeux" ou de la taverne s'ils ne sont pas en relation avec un repas, de sorte que le corpus se réduit à 145 pièces6, satiriques, morales et amoureuses, réparties sur toutes les formes lyriques qu'a pratiqué le poète, à savoir les ballades, les chansons royales, les virelais et les lais ; on y trouve deux dits et deux débats en strophes diverses et plus de la moitié des lettres en rimes plates. C'est en effet ce genre narratif qui par rapport au nombre total des textes en rimes plates (37) comporte la partie la plus importante de textes à thématique alimentaire.

7Nous venons d'affirmer que le corpus se compose de pièces satiriques, morales et amoureuses. Les poèmes historiques, religieux, politiques et les plaintes n'y sont pas représentés. L'étude du groupe des pièces amoureuses montre en outre qu'en amour non plus, on ne banquette pas. La nourriture y est une figure de l'objet désiré appelé "(tres)douce pasture", "joieuse pasture", "(douce) nourreture" ou bien "doulz bruvage amer". Seul par rapport au mariage, le manger réapparaît concrètement sous forme de longues listes de provisions à faire pour le nouveau ménage.

  • 7 Il s’agit des numéros : 560, 590, 672, 687, 700, 712, 713, 720, 728, 751, 754, 757, 762, 1008, 103 (...)
  • 8 Jean de Garlande, cité d’après U. Kindermann, Satura. Die Theorie der Satire im Mittellateinischen (...)

8Sans les poèmes amoureux7, il nous reste finalement un corpus de 128 pièces essentiellement satiriques et morales. M. Udo Kindermann a pu montrer que les poétiques latines du moyen âge appelaient satire les textes moraux, les repréhensions formulées dans le but de corriger les défauts des gens concernés. On ne trouve nul part chez Eustache Deschamps le mot "satire". La ballade 1063 par contre exprime en langue vulgaire cette même définition de la reprehensio sive satira, in qua recitantur malefacta causa correctionis8 "Vint ans a que je ne cessay / des vices blasmer et d'escripre / les vertus, mais je m'en tairay, / car tousjours devient chascun pire ; / alez tuit du regne en l'empire / s'autrement faire ne voulez, / vous ferez bien le diable rire : / faittes du pis que vous pouez" (1063, vv. 1-8). Le manger chez Eustache Deschamps appartient à la satire. Son attitude vis-à-vis de l'objet de la satire est ironique, moqueuse ou accusatrice, mais parfois aussi très proche de l'invective.

  • 9 Voir les pièces 579, 580, 685, 818, 819, 869, 894, 1024 et 1419.

9Le corpus ainsi constitué, nous avons subdivisé l'ensemble d'après les objets visés par la satire. Nous avons distingué quatre groupes principaux : la satire de l'étranger dirigée contre un pays ou une région ; la satire des collectivités telle la cour, les routiers, les (nouveaux) mariés, les religieux ; la satire personnelle qui s'adresse à des personnes précises et la satire de la maladie. Pour des raisons de temps et d'espace, nous ne traiterons pas ici la satire personnelle.9

La satire de l'étranger

  • 10 Il s’agit des ballades 17, 19, 780, 835, 876, 1305, 1317, 1318 et 1339 ; de la chanson royale 1325 (...)

10L'ensemble des poèmes à thématique alimentaire dirigés contre un pays, une région ou bien contre les habitants et les coutumes de ces contrées forment un groupe de dix-sept pièces dont dix ballades, une chanson royale, cinq rondeaux et deux pièces à rimes plates. 10 La Flandre est le pays le plus détesté par Deschamps. Les cinq poèmes qui visent cette région (les numéros 17, 19, 780, 876 et 1403) font partie d'un ensemble plus important où le poète se plaint des voyages peu agréables qui l'ont conduit au nord : "Mais ne me plaing fors du païs de Flandres" dit le refrain de la ballade dix-sept où "Flandres" rime avec "ventre" : "C'est uns drois lieux pour atendrir les ventres" (17, v. 26). Le terrain boueux et le manque de pain, de vin, d'œufs, de "cannes, cogs et gelines" (19, v. 14) rappellent plutôt la situation de guerre dans cette région et ne caractérisent pas le pays en tant que tel. La ballade 780 par contre peint de façon comique la coutume – en Hainaut et en Brabant cette fois – de faire accompagner n'importe quel mets de moutarde : "A chascun font destramper / tousjours, sanz demander, moustarde" (780, vv. 27-28). La lettre 1403, en rimes plates, est une sorte de propagande touristique de la ville de Paris. Le poète offre son appartement à son compagnon Galhault. Si on lit de près le texte, adressé "a tous ceuls qui sanz oeulx verront / ces lectres et qui les orront / sanz oreilles" (1403, vv. 1-3), les promesses sont toutes fausses. La lettre n'a jamais été expédiée ("j'ay mis mon grant seel, dont je n'ose / seeller" ; vv. 118-119). Elle est datée de l'année 1385, "a Artevelle [...] qu'en France de Flandres revins" (vv. 123 et 126). S'agit-il du rêve d'un malheureux affamé, souffrant du mal de son pays et qui, pour faire passer le temps, se met à écrire l'éloge de la ville de Paris, mieux du ventre de Paris ? La critique de la cuisine flamande se fait ici implicitement par une énumération détaillée de toute sorte de nourriture offerte à Paris.

11Le refrain bien élaboré du rondeau 1326 résume en trois vers tous les éléments de la satire contre l'Allemagne et la Bohême : "Poulz, puces, puour et pourceaulx / est de Behaingne la nature / pain, poisson sallé et froidure" (1326, vv. 1-3). L'allitération de ces premiers vers est continuée au vers suivant par "poivre noir, choulz pourriz, poreaulx" (1326, v. 4). Le paradigme des mots à la rime b en -ure approfondit la même idée négative. La "nature" de la Bohême y correspond à "char dure", "servoise sure" et "ordure". Sept pièces dont trois ballades (1305, 1317, 1318), une chanson royale (1325) et trois rondeaux (1323, 1326, 1327) expriment la répugnance vis-à-vis des gens de ces deux pays. Deschamps y dénonce la mauvaise odeur des draps, les nappes toujours sales ou bien la coutume de dormir à trois dans le même lit. Le rondeau cité répond directement (et y fait suite dans le manuscrit) à la chanson royale 1325 qui condamne la manière de manger comme des pourceaux, "douze en un plat, salez morseaulx" "ou chascuns com veaux / a sa barbe et sa main brouillie" (1325, vv. 7 et 47-48). Une ballade est encore plus claire sur ce point : "Nape aront orde et embrouillie / dix en un plat, comme truans, / sont serviz ; touz boutent dedens / leurs mains jusqu'aux jointes des doys" (1305, vv. 25-28).

12On sait qu'Eustache Deschamps a regroupé certains poèmes deux par deux, le plus souvent en faisant suivre une ballade par un rondeau qui exprime la même idée de façon plus condensée. Nous avons enregistré cent trente-sept couples, dont les numéros 1325 et 1326 sont un exemple. La question qui se pose est dans quelle mesure des critères formels et non seulement de contenu permettraient de reconnaître ces groupes. Le rondeau 1326 par exemple reprend en chiasme les rimes b et c de la chanson royale 1325 et répète en partie les mêmes mots à la rime : "pourceaulx", "poreaulx", "plateaux" ; "nature", "dure", "ordure". Le rondeau 1323 reprend deux des rimes de la ballade 1317. C'est encore une fois la rime b qui reste inchangée (rime en -er) tandis que la rime d de la ballade devient la rime a du rondeau (rime en -ance). Les mots "France", "plaisance" et "(poisson de) mer" sont répétés à la rime dans les deux poèmes. Par son contenu, le rondeau répond effectivement à la ballade qui commence par un éloge de la France : "O doulz païs, terre treshonourable" (1317, v. l) à quoi correspond le premier vers du rondeau 1323 : "O doulz air et païs de France". Est-ce que le rondeau 1323 devrait être placé après la ballade 1317 ? Nous montrerons ailleurs dans quelle mesure des critères formels permettent de trouver certaines structures dans l'œuvre qui seraient dues au poète lui-même.

  • 11 Nous avons légèrement changé la ponctuation de l’édition Raynaud en retirant la virgule après “pla (...)

13Revenons à la satire de la cuisine allemande. Parmi les mets les moins goûtés se trouvent la viande et le poisson salés, la viande fumée, des brouets dégoûtants et le choux blanc pourri qui n'est mentionné que dans les pièces 1325 et 1326 en rapport avec l'Allemagne. La cervoise aussi se boit exclusivement en Allemagne et en Bohême. Le "je-parlant" se plaint d'ailleurs à plusieurs reprises d'avoir dû payer le vin qu'il buvait aux repas. Le menu qui lui cause la plus grande nostalgie, c'est le "bon poisson d'eaue et de mer, / bons vins et chars a son vouloir" (1327, vv.4-5), le tout "pour pou d'avoir" (v. 3). La ballade "du noble païs de France" – la rubrique est dans le manuscrit – chante la même chanson : "O doulz païs, terre treshonourable, / ou chascuns a ce qu'il veult demander / pour son argent, et a pris raisonnable, / char, pain et vin, poisson d'yaue et de mer, / chambre a par soy..." (1317, vv. 1-5). L'éloge du confort et du maintien de la justice occupe les deux premières strophes. La troisième strophe introduit la critique du manque de sécurité dans les pays allemands. L'envoi reprend d'abord la satire contre l'Allemagne, mais le refrain : "tel païs n'est qu'en royaume de France" interrompt brusquement la continuité et paraît renverser les rôles. Poème non réussi ou ambiguïté voulue ? Nous croyons à l'ambiguïté voulue. Le thème de la sécurité est cher à Deschamps. En revenant après la raillerie de l'étranger à la France, il montre que ce dont on se moque chez les autres pourrait bien être vrai pour le propre pays : "Prince, en telz lieux fait mauvés sejourner / ou il convient la cervoise humer, / a l'appetit de l'oste et sa plaisance / tel viande qu'il veult aux gens donner / boire et mangier, a son vouloir paier. / Tel païs n'est qu'en royaume de France !" (1317, vv. 31-36, envoi).11

La satire des collectivités

  • 12 Les ballades 809, 1070, 1081, 1182, 1247, 1258, 1277, 1296, 1315, 1451, 1480 et 1491 ; les chanson (...)

14Dix-sept pièces12 sont dirigées contre des collectivités – la cour, les religieux, les jeunes mariés, les routiers et, dans le contexte moral, les convoiteux. Les poèmes choisis ici à cause de leur appartenance à la thématique alimentaire s'insèrent tous dans des groupes plus importants traitant de la collectivité en question. La satire de cour, la satire du mariage et de la femme, la satire des religieux ou de la convoitise sont des thèmes majeurs de l'œuvre d'Eustache Deschamps qui seront à analyser séparément. Les pièces nous intéressent ici pour le rôle attribué au motif de la nourriture. Nous nous limitons à quelques exemples de la satire de cour et de la convoitise.

15Dans la satire de cour, la thématique alimentaire sert aussi bien à accuser le train de vie à la cour qu'à louer la vie du laboureur. La vie à la cour est caractérisée par la gourmandise et par l'appétit de la viande au sens de chair. Ainsi, Folie conseille à qui veut rapidement améliorer sa condition et trouver "bon plat pour gourmander et mener glote vie" (1070, v. 4) de s'armer de trahison et d'envie et d'aller à la cour où il faudra "mentir, flater, parler de lecherie" (1070, v.7).

  • 13 Cf. M. G. di Stefano et Mme R. Bidler, Dictionnaire de locutions en moyen français, Montréal, 1991 (...)

16Le poète a souvent recours à la figure rhétorique de l'accumulation. Dans le contexte des vivres servis à la cour, il réussit par l'énumération des plats à créer l'image d'abondance, voire de surabondance. La première strophe de la ballade 809 nous renseigne sur les repas à la cour : "On sert a court de grant plenté de mez, / a pluseurs gens qui y sont officiers, / de grosses chars, de rost et de brouez, / de lappereaux, de connins, de plou-viers, / de gras chappons, de perdriz, de danttiers" (809, vv. 1-5). Le refrain introduit une métaphore bien connue à l'époque, celle de l'oublie, un petit gâteau qui prête aux jeux de mots13 : "Je suis a court tousjours serviz d'oublie". L'image est prolongée après dans : "sanz ypocras", ou bien : "c'est un mengier qui ne vault qu'un pou frez" (v. 7 et 17). La métaphore du repas sert dans cette ballade à décrire la position du je-lyrique' à la cour et d'accuser la lutte constante pour obtenir son dû ("sa boulye", v. 26). L'envoi prolonge encore la métaphore : au lieu du "prince", le poème est adressé au "maistres d'ostel" (v. 25) responsable de l'oubli.

17L'énumération d'aliments est encore au service de la satire de cour lorsqu'il s'agit d'accuser les courtisans de vivre aux dépens de leur seigneur. La ballade 1182 s'adresse "a tous ceuls qui ont de quoy vivre / hors la court des princes royaulx" (vv. 1-2), les incitant à ne pas y rester, car : "Plus en y a [de courtisans], plus fault qu'om livre / beufs, moutons, pors, volille, veaulx, / vins, grains et foings ; poise a la livre / buche et charbon, poisson, vaisseaulx, / sel, espices, cire, trousseaulx / de coustes de linge et d'estrain, / vaisselle d'argent ou d'estain / dont il fault faire garnison..." (1182, vv. 11-18). Le manger à la cour s'oppose par la suite à la vie plus saine au niveau physique et moral de ceux qui "vont mangier de leurs poureaulx / en leurs hostelz ; la court par eaulx / n'a charge, lors s'en sont plus sain / d'ame et de corps" (1182, vv. 24-27).

18La locution "aler mangier de ses poureaulx" juxtapose au paradigme des plats de viande à la cour celui des mets de légumes loin de là. Elle exprime ici l'idée de vivre à ses propres frais avec une connotation positive de vie plus saine.

  • 14 Voir aussi la ballade 1081 : “Mieulx vault mangier du potaige et des chos” (incipit).

19Nous trouvons une locution de construction pareille – verbe manger (et adverbe), adjectif possessif et nom de légume – à la conclusion de la ballade 1258 : "Si vault mieulx frans mangier ses naveaulx / joieux de cuer et boire eaue jolie, / que vivre sers, tristes, plains de joyaulx, / car il n'est riens qui vaille franche vie" (vv. 27-30). Le "frans mangier ses naveaulx" de la troisième strophe résume la manière de vivre décrite à la première. Le moyen stylistique de l'énumération souligne encore une fois l'abondance, mais autrement connotée qu'à la pièce 809 : "Vous qui avez chox, pois, feves et lart, / saille, forment ou pain d'orge a mangier / par vo labour et pouez tost ou tart / et franchement lever, dormir, veillier, / ne vueilliez pas vo franchise avillier / pour estat nul, com font les curriaulx / ne pour vivre de precieux morsiaulx / ou la mort gist par con-voiteuse envie, / mais mangez frans fruiz, laitues, poreaulx, / car il n'est rien qui vaille franche vie" (1258, vv. 1-10). Changement de paradigme dans l'énumération des aliments, passant de la viande aux légumes, et variation valorisante de la locution par l'addition de l'adverbe "frans", voilà les procédés stylistiques dont le poète se sert pour rendre évidente l'opposition entre la vie en servitude à la cour et la vie du laboureur, simple, mais libre et indépendante.14

20Il emploie les mêmes éléments dans la ballade 1247 pour peindre le rêve du ‘je-lyrique' d'une vie champêtre : "Mangier du lart, poys, feves ou naveaulx, / coucher, lever, sanz estre curiaulx / a mon pouoir, pour avoir garison : / ainsi faire le doit tous cuers feaulx / qui a de quoy pour vivre en sa maison" (1247, vv. 26-30).

21L'idée des locutions "frans mangier ses naveaulx" ou "aler mangier de ses poureaulx" se retrouve dans l'envoi de la ballade 1296 qui traite également du mépris de la vie à la cour : "Prince, mieulx vault un brin de pourcelaine / prins franchement, clere eaue de fontaine / Feves et pois et pain bis fait a tout / que ne feroit l'avoir de Charlemaine / prins en maison d'envie et tristour plaine : / foulz est a court qui trop s'i tient et crout" (1296, vv. 31-36). Le virelai moral "fay tousjours ce que tu doys" (565) utilise lui aussi une locution de cette construction, légèrement variée dans le contenu, mais aux éléments désormais connus : "mieux vaudrait mangier ses poys / et boyre yaue de fontayne / que consentir chose vayne" (565, vv. 20-22). La vanité se rapporte ici à la richesse mondaine, mal acquise, considérée comme malsaine. La locution, par son allusion à une vie simple et saine, illustre encore une fois l'opposition entre deux manières de vivre.

22Les pois, les fèves, les navets, le lard et l'eau plate sont les figures de la vie heureuse à l'abri des intrigues de la cour, les éléments d'une satire anti-curiale. La nourriture simple illustre un concept de vie, celui de la liberté.

  • 15 Voir les pièces 292, 548, 579, 678, 685, 797, 1023, 1024, 1068, 1071, 1079 (implicite) 1115, 1121, (...)

23Le ventre plein comme image de la gloutonnerie, des excès de la table ou plus généralement de la convoitise est au centre de plusieurs invectives et satires d'Eustache Deschamps. Il appartient à la satire morale, accusatrice et moqueuse ; il se trouve dans des injures et des malédictions ; il touche parfois à l'invective.15

  • 16 Même expression dans le dit 1189, vv. 185-86 : “Elle [i.e. l’Aigle, figure du roi] vivoit a souffi (...)

24Dans la satire morale contre la convoitise, le ventre plein doit être compris au sens concret par exemple à la ballade 1121, "contre exces" qui oppose la convoitise de l'homme à la "souffisance" des bêtes : "Las ! bien sommes glouz et chetis / plus que bestes sanz congnoissance, / quant nous passons noz appetis / pour goust de bouche et emplir pance / dont nous faisons au corps grevance" (1121, vv. 1-5)16. Au sens figuré, le ventre plein est employé comme image de l'indolence des contemporains vis-à-vis des grands exploits du temps de Charlemagne dans la ballade 1115 : "Ceuls conquistrent [...] mains païs que nous avons perdu par trop vouloir avoir la pance plaine" (1115, vv. 21-24).

25La ballade 292 : "Vous qui vivez si gloutement / sanz vostre appetit mesurer" (vv. 1-2) appartient à la satire morale qui repréhende dans le but de corriger. Elle porte le titre : "Comment nous devons estre sobres pour garder la vie du corps et de l'ame". La pièce 1491 est intitulée : "Balade comment les excés et couvoitise de trop mangier et prandre les biens mondains sont a doubter". Elle dénonce la convoitsie en employant l'image du ventre. Nous citerons l'envoi : " Princes, cellui n'est pas preudom / qui tout veult bouter en son ventre / au derrain en a dur guer-don : / Qui trop prant, mourir fault ou rendre." (vv. 25-28).

26L'incipit de la ballade 1315 est caractérisé par la même force de l'apostrophe personnelle "vous qui..." rencontrée déjà dans les poèmes 292 et 1258. Le texte, qui s'adresse aux grands de l'église, fait partie de la satire des religieux : "Vous qui tenez cinq prouvendes ou six, / tant cathedraux comme collegiaux, / patronaiges, chapelles neuf ou dix, / cures aussi pour emplir voz boyaux / et de voz gens, estes vous bien loyaulx ?" (1315, vv. 1-5). Le texte joue sur l'opposition du style élevé et bas et sur la force de l'image figurée et concrète. L'amas de richesses du côté des religieux visés représente bel et bien une menace existentielle du côté des clercs pauvres qui souffrent de cette politique. L'image du riche ignorant qui mange les biens qu'un cas de fortune ou le don d'un noble lui font parvenir est complétée par la figure concrète du "povre cler qui june" : "Vous estes preciaulx / qui sanz sçavoir, ou par cas de fortune, / ou prieres d'aucun prince ou d'aucune, / mangez telz biens par leur promocion ; / departez les au povre clerc qui june." (vv. 15-19). La juxtaposition de ces deux images dans la même phrase rend évident le rapport de cause à effet et confère à cette satire un caractère particulièrement mordant, souligné ultérieurement par le refrain imprécatoire : "Vous les tenez a vo dampnacion".

La satire de la maladie

  • 17 A savoir les ballades 925, 1023, 1029, 1162, 1203, 1290, 1291 et 1452 ; les pièces en rimes plates (...)
  • 18 Voir la satire du mariage des ballades 1407 et 1451 ; la ballade et la chanson royale de carême, 3 (...)

27La classification de la nourriture dans l'œuvre de Deschamps touche aussi au domaine de la maladie et de la santé. Nous avons montré comment le poète, par une typologie sociale des aliments, représente deux modes de vie, la servitude des fonctionnaires à la cour et la vie indépendante du laboureur. Une typologie médicale répartit les aliments dans le groupe de textes qui concernent les maladies et les remèdes ou les moyens de prévention contre ces maladies. Il s'agit de treize pièces dont huit ballades, trois pièces à rimes plates et deux virelais.17 Quant à la thématique alimentaire, les poèmes contre l'épidémie sont les plus intéressants à cause des longues énumérations de nourriture conseillée ou défendue. Nous pensons aux ballades 1162, 1290, 1291, 1452 et au virelai 708. C'est en effet la figure de l'accumulation qui nous amène à les classer parmi les poèmes satiriques. Un classement parmi les textes didactiques serait justifiable, mais l'accumulation de noms d'aliments rapproche ces textes d'un autre groupe de poèmes du corpus alimentaire, satiriques ceux-là18, et nous invite à revenir encore une fois à la technique stylistique de l'émunération.

  • 19 Voir le Lexikon des Mittelalters s.v. “Ingwer” et “Safran”.

28Les avertissements donnés pour éviter l'épidémie relèvent de l'ordre hygiénique, social et alimentaire. La ballade des "remedes contre ladicte epidemie" conseille : "Soiez joieux sanz le cuer esmouvoir ; [...] vous devez [...] joye mener, converser entre ceaulx que vous amez et eulx vous ensement" (1291). La ballade qui "moustre les causes et raisons dont vient l'epidemie" dit : "estre au gros air quant li brouillas est fors, trop main lever, [...] trop chaut, trop froit [...] font en mains lieux causer l'epidemie" (1290). La combinaison des facteurs psychiques et physiques fait penser aux discussions modernes de médecine intégrale. Quant au manger, tous les textes répètent les mêmes indications. Sont conseillés le pain bien cuit d'un jour, le vinaigre, le verjus ou l'oseille et la viande légère qu'il faut manger rôtie. Concernant les épices, la ballade 1452 contredit les autres pièces par rapport à la cannelle, au safran et au gingembre qu'elle range parmi les aliments nuisibles. La contradiction ne s'explique pas quand on consulte les autres occurrences de ces épices. Le texte est vraisemblablement altéré étant donné que le safran et le gingembre étaient généralement considérés comme des remèdes contre les maux d'estomac19.

  • 20 La “graine” était considérée une épice à l’époque ; elle s’employait pour la bonne odeur des draps
  • 21 Nous proposons de lire au f. 436b du manuscrit BN, fr. 840 “co[n]min” et non “connin” comme le fai (...)

29Les mentions d'épices nous offre un bon exemple pour illustrer le procédé poétique de l'énumération chez Eustache Deschamps. Trois ballades sur l'épidémie (1162, 1291 et 1452), deux satires de mariage (1451 et 1498) et la ballade contre la moutarde en Hainaut (780) citent les épices suivantes : la cannelle, le cumin, la "graine",20 le gingembre, les clous de girofle et le safran. Le nombre et l'ordre varient à chaque fois. Le couple gingembre et cumin ("commin") a attiré notre attention. Dans la pièce 1451, les deux épices appartiennent à tout ce qui doit constituer un nouveau ménage. La même combinaison de gingembre et de cumin se trouve à la ballade 1437 sur les "offices des hostelz".21 Le texte est modifié à la troisième strophe qui compte un vers de trop. Le vers qui nous intéresse : "fuerre, estraing, gingembre et conmin" a été rejeté par l'éditeur en faveur du vers 28 : "lumière, fruit soir et matin" pour rétablir la strophe à dix vers. Les deux vers font partie d'une énumération de mets et d'objets que nous trouvons dans d'autres textes. Nous citons les vers en question : "Sanz vin tout office mandie / mais par li a l'en char et poys, / pain, brouet, avoine et tremoys, / lumiere, fruit soir et matin, / fuerre, estraing, gingembre et conmin / buche et charbon ; tous les galoys / faictes obeissance au vin" (1437, vv. 25-31). Boire du vin peut remplacer, au besoin, la consommation de nourriture. Comparons cet extrait à d'autres énumérations en marquant par des italiques comme ci-dessus les éléments qui, isolés ou par couple, sont répétés dans les différents poèmes : "S'ilz veulent pain, feves ne pois, I char, burre n'autre garnison" (1403, vv. 74-75) ; estre en grant misere et grant paine / plus de mille foiz la sepmaine / pour vin, pain, char, busche, charbon, / avoir hostel, lart qui soit bon, / feves et pois, verjus, vinaigre, / et choulz et poree non maigre" (1407, vv. 119-124) ; "buche, charbon, blef en grenier, / feves, pois, gingembre et commin" (1451, vv. 8-9). Ajoutons les vers 65-67 de la pièce 1403 : "cuisine aront, pelles et pos / pour leurs potaiges et leurs ros, / sanz charbon, sanz buche et sanz paille".

  • 22 A “fuerre estraing” correspond p.ex. “liz et fourraige” de la ballade 1451, v. 3.
  • 23 Dans quatre cas sur six où verjus et vinaigre sont mentionnés ensemble, ils se suivent : voir les (...)
  • 24 Voir 1452, v. 13 ; 579, v. 9 et 1403, v. 76 ; 1403, v. 76.
  • 25 1272, vv. lss.
  • 26 1291, v. 7 ; 1277, vv. 13-14.
  • 27 A voir les pièces mentionnées sous “feves” dans la liste des aliments en annexe.
  • 28 Ajouter aux poèmes cités les pièces 1182 et 1403, vv. 67 et 91, la satire des écoliers 1480, v. 12 (...)
  • 29 Voir les numéros 350, v. 8 ; 1042, v. 19 ; 1081, v. 25 ; 1407, v. 139 ; 1451, v. 21.
  • 30 Voir outre les exemples cités le numéro 1480, vv. 12-13.

30Les exemples pourraient être multipliés. Ils n'appuient pas forcément le choix de l'éditeur de rejeter le vers "fuerre, estraing, gingembre et conmin" à la ballade 1437 qui présente tout de même des couples de noms qu'on rencontre dans des énumérations et des contextes comparables.22 Quant au procédé poétique, les quelques citations suffisent pour montrer qu'en règle générale les énumérations sont formées de groupes thématiques (aliments, métiers, objets de ménage, etc.) à l'intérieur desquels le poète procède par allusion et varie l'ordre des éléments par les besoins de la rime, du mètre et des effets de style tels l'allitération (p. ex. "verjus et vinaigre"23, "fruit cru et cuit", "poucin, plouvier, oe ne oison"24), l'anaphore25, la rime interne (p. ex. "chevres-lievres" ; "pigons-chappons et connins-poucins"26) ou le rythme. Les "feves" par exemple, sont toujours accompagnés des pois dans les neuf occurrences que nous avons retenues, sans jamais se trouver à la rime. Le poète procède par allusion, regroupant deux légumineuses de la famille botanique des papilionacées. 27 La bûche n'est pas nommée sans le charbon28 ; le cumin accompagne le gingembre comme les œufs le fromage29 ; la viande "grosse" du bœuf, du porc et des moutons est séparée de la volaille, du poisson et du gibier gros et petit ; le pain accompagne le vin et la "char".30 Nous assistons à une sorte d'émancipation de la langue qui paraît procéder d'elle-même à l'écriture du poème, un élément appelant l'autre par allusion ou par un procédé stylistique.

31Les deux ballades sur le mariage préviennent le nouveau marié des peines d'un ménage en énumérant les articles de ménage et les aliments dont il faut faire la provision. Les éléments de ces "listes de mariage" sont, à peu d'exceptions près, les mêmes. Comme dans les énumérations d'aliments, on distingue des paires d'expressions souvent liées par une des figures de rhétorique mentionnée : à "coustes, coussins, liz et fourraige" (1451, v.3) correspond "liz, coussins, couvertois et draps" (1407, v. 125) ; les vers "escuelles, poz, paelles, platiaulx, / nappes et touailles de lin" (1451, vv. 5-6) sont repris par les vers "nappes, touailles et bourras, / pos et paelles de cuisine" (1407, vv. 126-127). Les plateaux et les écuelles suivront deux vers plus loin après l'insertion d'un vers qui rompt avec la thématique donnée : "Veoir son voisin, sa voisine, / plas, pinces, escuelles d'estain" (1407, vv. 128-129). Ces vers pour ainsi dire "étrangers" sont très probablement révélateurs pour la compréhension du poème en question. L'analyse des pièces en tiendra compte.

32La présente étude d'analyse thématique a révélé d'abord que le recours à la nourriture appartient avant tout au style satirique de l'auteur. La satire de la cour et de la convoitise relève de la satire morale, de ce que Deschamps appelle "les vices blasmer et escripre les vertus". La satire des étrangers et surtout les pièces que nous avons mises en évidence pour leur style accumulatif concernent plutôt l'attitude moqueuse du poète vis-à-vis de l'objet de la satire. L'analyse stylistique des pièces à énumérations a montré qu'elle peut servir, le cas échéant, à restituer des textes altérés. Les textes sur l'épidémie enfin ont soulevé le problème de la définition de la satire chez Eustache Deschamps. S'agit-il de poèmes satiriques parce qu'ils sont écrits essentiellement dans le style satirique de l'accumulation ? Il faudrait expliquer en ce cas l'attitude du poète vis-à-vis de la maladie à quoi invitent beaucoup d'autres poèmes. S'agit-il de pièces didactiques ? C'est alors la fonction du style nominal, énumératif dans l'œuvre de Deschamps qu'il faudrait préciser. L'approche thématique et stylistique devra de toute façon être complétée par l'étude des formes métriques et leur rapport au contenu.

33Le tableau suivant des pièces à thématique alimentaire par rapport à la forme métrique montre que le souci de l'estomac est exprimé surtout en rimes plates.

Nombre des pièces à thématique alimentaire par rapport à la forme

34Sur un total de 37 pièces en rimes plates, 26 ou 70 % traitent de nourriture, en comparaison de 10 % des ballades respectivement 8 % des chanson royales. Les chiffres plus élevés de 15 % des rondeaux, respectivement de 17 % et 20 % des virelais et chansons balladées à thématique alimentaire sont presque exclusivement dûs à ce que nous avons appelé la nourriture spirituelle de l'amour. Les lais appartiennent tous au groupe qui contient le mot "fête". Deschamps choisit donc surtout les rimes plates et les ballades et chansons royales pour exprimer la satire du ventre plein.

Bibliographie

Bibliographie

Eustache Deschamps, Œuvres complètes, p.p. le marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, Paris, SATF, 1878-1903, 11 vols.

Udo Kindermann, Satyra. Die Theorie der Satire im Mittellateinischen, Nürnberg, 1978.

Giuseppe di Stefano, Rose M. Bidler, Dictionnaire de locutions en moyen français, Montréal, 1991.

Annexes

Annexe I : Liste des aliments dans les pièces traitées (les chiffres renvoient aux numéros des pièces de l'édition citée à la note 1 ; loc. = locution)

Gibier, viande, volaille :

aigneaulx, aingnel : 1277 ; 1381 ; 350

allouettes : 1272

bestaulx, -iaulx : 1290 ; 1339

boucs : 1437

boyaulx : 1272 : culliers ; 1402

brebis : 983 ; 1042 ; 1272

buefs, beufs : 1024 ; 1042 ; 1182 ; 1272 ; 1290 ; 1291 ; 1325 : dure ; 1381 ; 350

cabris : 350 ; 1277 ; 1406

cannes : 1291

cerf, -s : 350 ; 1290 : trop salé ; 1291 ; 1391

chapon, -s, chappons : 350 ; 809 : gras ; 894 ; 899 ; 1024 ; 1272 ; 1277 ; 1291 ; 1360 ; 1403 ; 1406 ; 1437 ;

char, -s : 84 : mal preste ; 1079 ; 1317 ; 1327 ; 1360 ; 1402 ; 1403 ; 1406 ; 1407 ; 1413 ; 1419 ; 1437 ; 1468 ; 1480

char cuite ou crue : 1443 : fig.

char enfumee : 1326 : noire et dure ;

chars grosses : 809 ; 1162 ; 1452

char, -s salee(s) : 8 ; 1325

chevreaulx : 350

chievres, chevres : 983 ; 1291

cogs : 19

connin, -s : 84 : a la gelee ; 350 ; 708 : frais et plaisant ; 780 ; 809 ; 894 ; 1024 ; 1162 ; 1272 ; 1277 ; 1360 ; 1406 ; [1437] ; 1452

danttiers : 809

faisant, -ns, faisens : 350 ; 708 ; 1272 ; 1277 ; 1360 ; 1406 ; 1452

foye double : 1272

geline, s : 19 ; 899 ; 1277

grue, -s, gruys : 350 ; 1272 ; 1360 ; 1403

lappereaux, -eaulx, -iaulx : 809 ; 1277 ; 1360

lart : 350 ; 869 ; 1079 ; 1247 ; 1258 ; 1407 : bon ; 1451 ; 1480

lart, loc. : 1414 : estre sur le lart

lievre, lyevres : 780 ; 1277 ; 1291

loups : 1391

malars : 350

mouton, -s : 350 ; 780 ; 983 ; 1024 ; 1182 ; 1399 ; 1452 : jeune ;

mullés : 819

oison : 1272 ; 1403 ; 1406

ostard, -e : 780 ; 1403

oues, oe, oes, oie : 350 ; 899 ; 1272 ; 1277 ; 1291 ; 1360 ; 1403

pance : 1272

paons : 350 ; 1272 ; 1360

perdriz, perdiz, -s, -drix : 84 ; 350 ; 708 ; 809 ; 1024 ; 1162 ; 1272 ; 1277 ; 1360 ; 1403 ;1406 ;1452

pigons : 1272 ; 1277

pigons, loc : 894

plouvier, -s : 579 ; 809 ; 1403

porc, char de p. enfumee : 1318

pors, porc : 350 ; 1182 ; 1290 ; 1325 : salee de p. ; 1381

poucin, -s, poussin, -s, pousins : 84 ; 579 ; 650 : gras ; 899 ; 1277 ; 1291 ; 1360 ; 1403 ; 1406 ; 1414 ; 1420 ; 1452

poulaille : 983 ; 1162

poulallerie : 708

poulet, pouliés : 925 : jeune ; 1273

pourceaulx, pourcel : 1189 ; 1236 ; 1272 ; 1291 ; 1326

rate : 1272

rongnons : 1272

rost, -s : 780 ; 809 ; 818 ; 1029 ; 1081 ; 1360 ; 1403

sangler, cengliers : 780 ; 1391

tor, toreaux : 983 ; 1291

tripes, trippes : 1272 ; 1273 ; 1400 ; 1402 ; 1432

trotignons : 1272

turterelles : 1272

vache(s), vaiches : 983 ; 1042 ; 1272 ; 1290 ; 350

veaulx : 1182 ; 1272 : teste de v. ; 1437 ; 350

venoisons, -oissons : 1277 ; 1404 ; 1406

viande, -s, viende : 84 ; 215 : mal saine ; 315 : crue ; 579 ; 1081 ; 1121 ; 1317 ; 1325 ; 1406 ; 1417 ; 1452 : legiere ; 1454 : bonne

viande, fig. : 1087 ; 1491

viande pourrie : 708 ; 819

volille, -s : 1182 ; 1272 ; 1360 ; 1406

Poisson :

anguile, anguille : 1198 ; 1290

barbiaux : 1277

bequet, : 780

braymes, brayne : 1198 ; 1277

brochez : 1198

carpe, -s : 780 ; 1198 ; 1277

carreaulx : 1198

congre : 1290

escrevices : 1029

gournaut : 1198

hanons : 1198

harens, harrens, herans : 350 : puanz ; 780 : frés ; 876 ; 1198 : mauvais ; 1443 : poudrez, sors ; 1480

lemproye : 1198

lus, -z : 1198 ; 1277

lymon flairens : 1198

maquereaulx, -iaux : 819 ; 1198

maree : 1403

merlanz : 1198 : viez

perche : 1198 ; 1420

pesche villaine : 1198

plaiz : 1198

poisson, -s : 1182 ; 1198 ; 1325 ; 1406 ; 1468 ; 1480

poisson (-s) de mer : 350 : pourris ; 819 ; 1277 ; 1290 ; 1323

poisson d'eaue (yaue) (douce, doulce) et (de) mer : 780 ; 1317 ; 1327 : bon ; 1406

poisson de Saine : 1403

poissons lymonneaulx : 1291

poisson(s) sal(l)é(z) : 1318 ; 1326 ; 1360

poissons [comparaison] : 894

rayes : 1198

rougés : 1198

saumon : 1198

seiches : 1198

soles, solles grosses : 780 ; 1198

tanche : 1198 ; 1290

Légumes, herbes, épices :

aulx, aux : 350 ; 1272 ; 1290 ; 1291 ; 1407

basilicon : 1403

bettes : 1403

cahourdes : 1403

canelle, cannelle : 1162 ; 1291 ; 1452

cholz, choulz, chos, chox : 350 ; 1081 ; 1162 ; 1258 ; 1291 ; 1325 : blans pourris ; 1326 : pourriz ; 1403 ; 1407

chol, choul, loc. : 880 ; 1413

civoz : 315

clos, cloux [de girofle] : 780 ; 1452

commin, conmin : 308 : loc. ; 1437 ; 1451

coq : 1403

courtillage, aige : 350 ; 1451

cresson : 1189

espicerie : 1452

espices : 1029 : fors ; 1182 ; 1398 : fig. ; 1407

fenoil : 1403

feves : 350 ; 970 ; 1079 : f. au lart ; 1198 ; 1247 ; 1258 ; 1296 ; 1403 ; 1407 ; 1451

genevre, feu de : 1452

gingembre, -gemble : 780 ; 1162 ; 1291 ; [1437] ; 1451 ; 1452

graine : 780 ; 1317 ; 1452

herbe : 350 ; 1403

laitue : 315 : loc ; 925 ; 1258 ; 1403

marjolaine : 1403

naveaulx, iaulx : 1236 ; 1247 ; 1258 ; 1325

oignon, oingnons : 350 ; 1198 ; 1272 ; 1290 ; 1291 ; 1407 ; 1451

persil : 1403

pois, poys : 350 ; 818 : bayens ; 907 ; 970 ; 1189 ; 1198 ; 1236 ; 1247 ; 1258 ; 1296 ; 1403 ; 1407 ; 1437 ; 1451

pois, loc : 565 ; 880 ; 1413

poivre : 1325 ; 1326 : noir

pommes cuites : 350

poreaulx, porgons : 350 ; 1258 ; 1290 ; 1291 ; 1325 ; 1326 ; 1451

poree au lart : 350 ; 1407 : non maigre

poree au vert : 925

poree [=herbes potagègres ?] : 1451 ; 1480

pourcelaine : 1296

pourpié : 925 ; 1403

puree ? : 1189

safran, safren, sapfran : 780 ; 1162 ; 1291 ; 1452

sel : 1182 ; 1451

soussie : 1403

thanesie : 1403

trufles : 215

Fruits, blé, foin :

avenas [farine d'avoine] et ris : 1407

avoine, avaine : 1042 ; 1317 ; 1339 ; 1403 ; 1407 ; 1437 ;1451

blé, blef, blez : 835 ; 1079 ; 1189 ; 1236 ; 1360 ; 1381 ; 1451

boutons : 1009

cerises : 1403 ; 1410

farine : 1360

figues : 350 : honnis

foing, -s : 19 ; 1042 ; 1182 ; 1189 ; 1317 ; 1403 ; 1407 ; 1437 ; 1451

forment, fromens : 1258 ; 1360 : flour de f. ; 1339

fourraige : 19

frese : 1410

fruiz, -s : 1258 ; 1290 ; 1291 : viez et nouveaux ; 1339 : bons ; 1381 ; 1403 ; 1406 ; 1428

fruit cru et cuit : 1452

glans : 1381

grain, -s : 8 ; 970 ; 983 ; 1182 ; 1189 ; 1234 ; 1407 ; 1428

meure [comparaison] : 889

miel : 1325

miel [comparaison] : 894 ; 1322

moisson : 1381 ; 1411 : fig.

nois, noix, noys : 350 : moysies ; 907 ; 1406 ; 1437

noisettes : 1406

orge : 350 : mondé et ris ; 1024 : cru ; 1360

permains : 1406

poire, -s, -z : 1189 ; 1406 ; 1437

pomme, -s : 350 : cuites ; 1189 ; 1322 : douce [fig.] ; 1325 ; 1406

prunelles : 1009

prunes : 1403

raisins : 350 : honnis

ris : 1407 : avenas et ris

saille, soille : 1258 ; 1339

secourgons : 350

tremoys : 1437

vigne, s : 983 ; 1236 ; 1381 ; 1403

Produit laitiers et œufs

blanc : 1452

burre, bieurre : 350 ; 899 ; 1403

crayme douce, cresme : 899 ; 1198

frommage, -aige, -s, fromage, -s,
froumaige : 350 ; 869 ; 899 ; 970 ; 1009 ; 1042 ; 1081 ; 1277 : sains ; 1360 ; 1406 ; 1407 ; 1411 ; 1418 : meschant ; 1419 ; 1451

let, laiz, lait, lés, lestage : 899 ; 1009 ; 1290 ; 1291 ; 1322 : comparaison ; 1403 ; 1407 ; 1419 ; 1442

maton : 899

œufs, eufs : 19 ; 350 ; 869 ; 894 ; 899 ; 1042 ; 1081 ; 1407 ; 1451

Aliments préparés

aigrevin : 1162

becuit 8 ; 84 : vireux

boulye, boulli : 809 ; 1360

brouet, -ez, és : 809 ; 1029 ; 1273 : vers et jaunes ; 1318 : piteux ; 1325 : ort ; 1404 : de maintes couleurs ; 1406 ; 1437

brouet, fig. : 1024 ; 1412

cyvé (sauce) : 818

flaons, flans : 350 ; 1407

galentine : 1360

gasteaux sanz levain : 1290

huille, huile : 350 : de chenevis ; 907 ; 1198 ; 1407

jance (sauce) : 1318

jus : 1360

lettuaire : 1420

moustarde : 780 ; 1189 ; 1325 : adoucie ; 1403

oblee rostie : 818

pain : 19 ; 84 : legier ; 315 ; 350 : faitis ; 557 ; 751 ; 869 : halé ; 970 ; 1182 ; 1198 ; 1258 : p. d'orge ; 1290 : dur ; 1317 ; 1318 ; 1325 : salé ; 1326 ; 1360 ; 1391 ; 1403 ; 1406 ; 1407 ; 1437 ; 1480

pain bis fait a tout 1296 ; 1009

pain cuit d'un jour 1291 ; 1009

pain de froment bien cuit d'un jour : 1452

pain, loc : 1473

pastez, pasté : 350 ; 1407 ; 1418

potaige, -s, -age : 809 ; 1079 ; 1081 ; 1291 ; 1391 ; 1403 ; 1480

puree : 350 ; 894 ; 1359 : humer de la p.

sauce, -s, sausse, -s : 780 ; 1318 ; 1360 ; 1412 : fig. ; 1437

sauce vert : 780 ; 1360

sausse a la queue de sangler : 1360

sausse a lemproye : 1360

sausse alemendee : 1360

sausse cameline : 1360

sausse chaude : 1360

sausse poitevine : 1360

sausse poivre sanz pouldre : 1360

sausse rapee : 1360

souppe a huile : 350

souppes en eaue crasse : 1494

souppe, loc. : 1473

tartres : 350

tourteaulx en pot d'orge : 350

vinaigre : 1291 ; 1360 ; 1452

Boissons

cervoise, ser- : 1317 : c. humer ; 1318 ; 1325 ; 1326 : amere et sure

cidres : 819 : verneux

cirop : 1420

cuminee : 894

eaue, -s, yaue : 1024 ; 1258 : jolie ; 1290

eaue de fontayne : 565 ; 1296 : clere

gremache (vin) : 818

vergus, verjus : 869 ; 1162 ; 1291 ; 1360 : vert ; 1403 ; 1407 ; 1451 ; 1452

vergus : 925 : d'orenge, de grain

vergus d'osille : 1029 ; 1291 : sauce ;

vin, -s : 8 ; 19 ; 84 : frisque ; 579 ; 708 ; 818 ; 819 ; 835 ; 869 ; 876 ; 907 ; 1079 ; 1121 ; 1162 ; 1189 ; 1198 ; 1234 ; 1277 ; 1317 ; 1318 ; 1323 ; 1325 ; 1327 ; 1339 : bons ; 1360 ; 1381 ; 1406 ; 1407 ; 1418 : durs ;1419 : durs ; 1420 ; 1437 ; 1451 ; 1468 ; 1480

vin (décrit) : 925 ; 1406 ; 1418

vin (lieux de provenance) : 1406

vin aigre : 1403 ; 1407 ; 1451 ; 1452

vin cler : 1162 ; 1291 ; 1452

vin trouble en sa lie : 819 : bon v. sur lye ; 1290

ypocras, Y–, i- : 809 ; 818 ; 1360

Annexe II : Liste des pièces, volume et pages de l'édition citée

Notes

1 Nous remercions Madame Giuliana Fässler-Caccia, Monsieur Marc-René Jung et Monsieur François Poplin de leur lecture attentive de cet article et des conseils précieux.

2 La numérotation est celle des éditeurs, le marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, Oeuvres complètes d’Eustache Deschamps, Paris, SATF, 1878-1903, 11 volumes. Les volumes 1 à 9 contiennent les pièces du manuscrit Paris, BN, fr. 840, numérotées de I à MCCCCXCVIII. La différence entre les 1498 pièces des volumes 1 à 9 de l’édition et nos 1501 pièces s’explique ainsi : nous avons compté également le Double lay de la fragilité humaine qui est publié sans chiffre et nous numérotons deux rondeaux copiés dans l’Art de dictier qui ne se trouvent pas parmi les autres rondeaux du manuscrit. Il s’agit du rondeau : “Vo doulz regart, douce dame, m’a mort” et du rondeau adressée à une Isabel “Certes mon œul richement visa bel”, les deux copiés au f. 399b. Les poèmes attribués à Deschamps publiés au volume 10 sont à nouveau numérotés de I à LXXXI.

3 Voir les pièces 305, 306, 307, 485, 570, 678, 755, 923, 1037, 1055, 1084, 1087, 1194, 1235, 1336, 1342, 1379, 1404, 1422. Nous citerons les textes par le numéro d’ordre de l’édition citée à la note 1. On trouvera en annexe une liste de toutes les pièces citées avec les renvois aux volumes et aux pages de l’édition.

4 Nous citerons d’après le manuscrit fr. 840 de la Bibliothèque Nationale à Paris.

5 Les vingt-trois pièces exclues correspondent aux numéros : 305, 306, 307, 485, 570, 657, 659, 755, 863, 923, 1037, 1055, 1084, 1087, 1124, 1139, 1149, 1194, 1336, 1342, 1379, 1404, 1422.

6 Les vingt-deux pièces exclues comprennent les numéros : 224, 298, 552, 608, 647, 679, 800, 826, 827, 884, 920, 927, 966, 1049, 1180, 1374, 1409, 1421, 1427, 1433, 1441, 1450.

7 Il s’agit des numéros : 560, 590, 672, 687, 700, 712, 713, 720, 728, 751, 754, 757, 762, 1008, 1032, 1169 et 1443.

8 Jean de Garlande, cité d’après U. Kindermann, Satura. Die Theorie der Satire im Mittellateinischen, Nürnberg, 1978, 47-113 : strafende und lachende Haltung in der Satire, p. 56.

9 Voir les pièces 579, 580, 685, 818, 819, 869, 894, 1024 et 1419.

10 Il s’agit des ballades 17, 19, 780, 835, 876, 1305, 1317, 1318 et 1339 ; de la chanson royale 1325 ; des rondeaux 650, 666, 1323, 1326 et 1327 et des lettres 1403 et 1418.

11 Nous avons légèrement changé la ponctuation de l’édition Raynaud en retirant la virgule après “plaisance” et en remplaçant les deux points après “paier” par un point. La compréhension du texte reste toutefois incertaine.
Nous nous limitons à signaler en note quatre pièces : les deux ballades, 835 et 1339, concernant la ville de Vertu, mais appartenant au genre de la plainte, non de la satire, ainsi que la satire contre la Brie de la lettre 1418 et celle contre le Limousin du rondeau 650 où l’expression “gras poussin” est employée comme figure de la richesse.

12 Les ballades 809, 1070, 1081, 1182, 1247, 1258, 1277, 1296, 1315, 1451, 1480 et 1491 ; les chansons royales 899 et 1009 ; le rondeau 663 ; le dit en rimes plates 1189 et la lettre en rimes plates 1406.

13 Cf. M. G. di Stefano et Mme R. Bidler, Dictionnaire de locutions en moyen français, Montréal, 1991, s.v. “oublie”. L’exemple de Deschamps n’est pas mentionné.

14 Voir aussi la ballade 1081 : “Mieulx vault mangier du potaige et des chos” (incipit).

15 Voir les pièces 292, 548, 579, 678, 685, 797, 1023, 1024, 1068, 1071, 1079 (implicite) 1115, 1121, 1162, 1189, 1235 (grossesse d’une femme), 1272, 1273, 1287, 1288, 1315, 1325, 1491 et 1494 (élément du portrait de la laideur de Géta).

16 Même expression dans le dit 1189, vv. 185-86 : “Elle [i.e. l’Aigle, figure du roi] vivoit a souffisance / sanz excés d’emplire sa pance”.

17 A savoir les ballades 925, 1023, 1029, 1162, 1203, 1290, 1291 et 1452 ; les pièces en rimes plates 1298, 1420 et 1454 et les virelais 557 et 708.

18 Voir la satire du mariage des ballades 1407 et 1451 ; la ballade et la chanson royale de carême, 350 et 1198 ; la ballade et la lettre en rimes plates à propos des privilèges des baillis, 1277 et 1406 et l’éloge des tripes du numéro 1272.

19 Voir le Lexikon des Mittelalters s.v. “Ingwer” et “Safran”.

20 La “graine” était considérée une épice à l’époque ; elle s’employait pour la bonne odeur des draps.

21 Nous proposons de lire au f. 436b du manuscrit BN, fr. 840 “co[n]min” et non “connin” comme le fait l’éditeur.

22 A “fuerre estraing” correspond p.ex. “liz et fourraige” de la ballade 1451, v. 3.

23 Dans quatre cas sur six où verjus et vinaigre sont mentionnés ensemble, ils se suivent : voir les numéros 1360, vv. 403-4 ; 1403, v. 78 ; 1407, v. 123 ; 1451, v. 21.

24 Voir 1452, v. 13 ; 579, v. 9 et 1403, v. 76 ; 1403, v. 76.

25 1272, vv. lss.

26 1291, v. 7 ; 1277, vv. 13-14.

27 A voir les pièces mentionnées sous “feves” dans la liste des aliments en annexe.

28 Ajouter aux poèmes cités les pièces 1182 et 1403, vv. 67 et 91, la satire des écoliers 1480, v. 12 et le miroir de mariage, 1498, v. 1371.

29 Voir les numéros 350, v. 8 ; 1042, v. 19 ; 1081, v. 25 ; 1407, v. 139 ; 1451, v. 21.

30 Voir outre les exemples cités le numéro 1480, vv. 12-13.

Table des illustrations

Légende Nombre des pièces à thématique alimentaire par rapport à la forme
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 926k

Auteur

Université de Zurich

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540