Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table épique

De la cuisine à la chevalerie et à la vie monastique ou les trois "fonctions" chez le Rainouart épique

André Moisan

Texte intégral

  • 1 Mourir aux Aliscans. "Aliscans" et la légende de Guillaume d'Orange. Etudes recueillies par Jean D (...)
  • 2 Al., v. 2.
  • 3 Le Moniage Rainouart I, p.p. G.-A. BERTIN, S.A.T.F., Paris, 1973.
  • 4 G. DUMÉZIL, Mythe et épopée 1. L'idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-e (...)
  • 5 G. DUBY, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Bibl. des histoires, Gallimard, Paris, 19 (...)

1Plusieurs études récentes ont mis en relief la personnalité et le rôle de Rainouart dans la Chanson de Guillaume et Aliscans1. Rôle décisif, puisque c'est grâce à lui que la bataille orible en Aleschans2 se retourne, dans la seconde phase des combats, en une victoire décisive, mais chèrement obtenue. Le personnage intrigue : il ne prend toute sa dimension poétique et existentielle qu'au cours d'une geste qui se sublime dans le moniage3. Ce fils du roi païen Desramé, relégué à son corps défendant dans la cuisine du roi Louis, va s'arracher à cette situation dégradante, par sa détermination à rejoindre Guillaume dans le combat. A la fin de sa vie, il s'efforcera, aux prix de mille difficultés, d'embrasser sincèrement la vie monastique. Sa trajectoire va du matériel le plus vulgaire aux abords du céleste. Trois étapes pour un parcours unique dans l'épopée, fait de mutations qui voient resurgir régulièrement les séquelles du premier état et ramènent l'activité chevaleresque sous le froc monastique. Dans le courant des études ci-dessus évoquées et auxquelles celle-ci sera pour une bonne part redevable, ont été suggérés, pour Guillaume et Rainouart, des rapprochements avec le système trifonctionnel mis en relief par G. Dumézil et J. Grisward4, schéma antique revivifié dans la société médiévale, tripartition fixée par Adalbéron de Laon au xième siècle, dans la célèbre formule des oratores. bellatores et laboratore5. Rainouart satisfait pleinement à la condition la plus basse par les tâches serviles qui lui sont imposées, puis il s'élève à celle des chevaliers grâce à l'exemple de Guillaume. A mon sens, il convient d'aller plus loin, puisque le Moniage Rainouart introduit le héros dans le monde des "professionnels" de la mystique. Ce cursus inédit fait de Rainouart un atypique, un être complexe rempli de contradictions, non réductible à ses facéties et à ses grands coups de tinel, qui n'ont pas été sans lui nuire près des commentateurs. A lui seul, il réalise donc le schéma trifonctionnel et c'est sur cette base qu'il est possible d'illustrer le lent épanouissement de son moi profond, en dépit des graves fissures de sa personnalité, causées par la condition indigne faite à ses jeunes années.

I. La cuisine, lieu de la déchéance

  • 6 Sauf référence précise à G2, je me baserai sur Aliscans. Voir J. WATHELET-WILLEM, "Aliscans, témoi (...)
  • 7 Mout estoit biax … En tote France n 'ot nus de sa bonté, ne si hardi, si preuz ne si osez (3595-7)

2La Chanson de Guillaume et celle d'Aliscans qui en reprend la trame en l'étoffant6, donnent à Rainouart les traits et l'allure d'un homme jeune qui les conservera, du seul fait que sa biographie épique est essentiellement consacrée à la seconde phase de la bataille de l'Archant-Aliscans : Juenes estoit, n'ot pas XX.anz passé (3593). Lorsqu'il entre en scène, avec encore peu de moustaches (4269), il frappe par sa beauté et sa fière allure7. Il est de haute naissance, puisque fils de roi et le plus jeune de quinze frères, ce qui suggère déjà un ensemble de qualités humaines, celles que les chevaliers chrétiens reconnaissent volontiers à leurs adversaires "bien nés" (3314-9, 6565-77).

Fiz sui a rei, si dei aver ferté (G2, 2906),

  • 8 La fille au roi l'en prist a regarder, Enz en son cuer mout forment a amer (4028-45).

3répétera-t-il à ceux qui le regardent avec mépris, à cause de son accoutrement, comme à ceux qui l'interrogent sur son identité. Sa haute taille n'en fait pas un gaiant, qualificatif que les textes ignorent, et donc sans les connotations extrêmes qu'impliquerait le terme. Dès la première rencontre, Guibourc le trouve bien figurez (4278) et ajoute : "J'ai l'impression qu'il est de très haut lignage, d'une grande famille, de fière parenté" (4282-3). Son allure "noble et distinguée" la porte à croire qu'il pourrait être son propre frère (4708-12). Les textes répètent régulièrement ces constantes auxquelles les facéties et les rudesses de Rainouart pourraient apporter un démenti, comme les épreuves humiliantes qui lui seront imposées. Comme pour rassurer les auditeurs, le jongleur affirme très tôt qu'Aélis, la fille du roi Louis, lui voue sa tendresse, annonçant déjà leur mariage8. Il est vrai que ces traits de noblesse seront de suite mis l'épreuve, mais ils sont essentiels pour l'évaluation de la destinée de Rainouart. Ce fonds inné et dont nul ne peut faire fi sans risquer de se dénaturer, explique fondamentalement qu'il ait eu la force de tenir sans être brisé et de se forger un destin inconnu par ailleurs dans l'épopée.

  • 9 Al., vv. 3574-85, 3636-7, 6578-80. Les "Enfances Rainouart" résumées à la fin des Enfances Vivien (...)
  • 10 G2 précise : "[Le roi] me remit entre les mains de Jaceran, son cuisinier, en jurant que je n'aura (...)
  • 11 Por sa grandor nel poi onques amer, avoue le roi, v. 3579. A. LABBÉ, "De la cuisine à la salle : l (...)

4C'est que dès son enfance, à l'âge de treize ans, il a été acheté cent marcs d'argent à des païens par le roi Louis, pour être amené au palais de Laon9. Sa grande taille et son fier refus de dire son nom (3644-5) ont indisposé le roi qui le relègue à vie10 dans les cuisines, au rang de marmiton et de simple valet ; il restera là pendant sept ans, la durée et le poids d'un temps plein (6581) ; son inadaptation à cette basse fonction produira en lui, physiquement autant que moralement, les plus graves perturbations, de celles qui marquent un adolescent et un jeune homme pour la vie entière. Fréquemment il réclamera le baptême, dans sa sincérité, mais le roi le refusera toujours à celui dont il a pressenti, à son maintien, la haute naissance (3645-9, 4285, 7870-2). Racisme ou mépris ? Plutôt une mentalité paresseuse chez un roi qui ne brille pas par un esprit de décision : un géant sali par ses occupations dans la cuisine ne peut être qu'un personnage trouble lié aux forces brutales de la nature et au feu infernal11. La déchéance du jeune prince se fixe dans ce vers tout en contraste :

  • 12 En la cuisine l'a on tot asoté (3650) ; tot i est afolez (4288) ; Ce fist li fox, qui est del sens (...)

Mout estoit biax, mes l'en l'ot asoté (3595)12.

  • 13 Fols et assotés in MR1, v.4079.

5Stupide, sauvage, fou même13, c'est à ces extrêmes qu'est réduit, malgré lui, ce fils noble enfermé dans une sorte de cul-de-basse-fosse où le feu rougeoyant dans une semi-obscurité et le compagnonnage d'hommes grossiers par fonction comme par nature vont lui enlever son humanité. Il ne peut que se morfondre :

Et or m'estuet la cuisine garder
Et le feu fere et la char escumer,
Onc filz de roi ne vi si aviller ! (3695-7).

  • 14 G2, vv.2648-52 ; Al., vv. 3525-37, 3586-92, 3769-81.

6Son entrée soudaine (Guillaume ne l'a jamais vu) dans la grande salle du palais, plus par désir de se libérer que par curiosité, est révélatrice de sa déchéance après sept ans : sans chaussures, avec des vêtements déchirés, enfumés et salis, les cheveux rasés, la figure barbouillée à la poêle par le chef cuisinier, il fait peur. Celui qui fut un "très beau jeune homme" (3595) a un regard de sanglier ; le tinel, sorte de massue-levier, dont il a l'usage autour du feu et pour porter les muids d'eau, et qu'il tient à son cou, comme un bûcheron sa cognée, n'est pas pour rassurer14. Les textes montrent à l'envi comment il est devenu une sorte de tête de turc pour la valetaille qui l'entoure. Les humiliations se succèdent, tant à Orange qu'à Laon : on se moque de lui (3604-7), on le bastonne, on le pique, on l'enivre, on lui brûle les moustaches (4485-8, 4518-27), on lui cache le tinel qui est son seul bien (3840-5) et sa seule arme pour se défendre face à des êtres brutaux, engoncés dans la matière et liés aux forces chtoniennes. Devenu "souffleur de tartines grillées", comme lui lancera avec dérision la terrible et hideuse Flohart (6743), il se laissera donc dominer pendant sept ans par le poids de forces instinctives et matérielles. Aussi est-il à peine apparu dans la salle où la lumière est réservée au monde de la cour et de la chevalerie que le roi le renvoie à ses fourneaux sous les quolibets (3617-22).

7Il a beau crier à ceux qui jouent avec lui comme on se renvoie une balle : "Laissez-moi tranquille ! Est-ce que je suis fou pour que l'on doive me tourner en ridicule ainsi ?" (3541-4). Il va devenir victime de ses instincts et se lance un défi insensé :

A fol me tienent, je ferai que desvez (4558).

  • 15 Sur les ressemblances entre les deux personnages, voir J.-P. MARTIN, "Le personnage de Rainouart, (...)
  • 16 Car tant fort l'aime, c'est fine veritez, Qu'il nel donast por. XIIII citez (4566-7) ; Son tinel o (...)
  • 17 Mout est ireus et plains de cruauté : Je ne gart l'eure qu'il nos ait toz tuëz, craint le roi (365 (...)
  • 18 Al., vv. 3598-3603, 4748, 4904, 4988-9, 5739.

8On le retrouve donc régulièrement au palais ou dans les campements se vautrant dans la mangeaille et la boisson (4427-57), comme le fera Gargantua15, en perpétuelle bagarre avec les valets, dormant près du feu où il se brûle (4562-4), le corps à la renverse, la tête appuyée sur son tinel (4605-7, 4964-6), son seul secours, le seul bien qu'il "chérisse", plus que garçon, demoiselle16. Brutal, batailleur, irascible, il tue, sans faire de quartier, aussi bien ses provocateurs que ses ennemis (3553-61)17. Son manque de mémoire, son étourderie souvent soulignés18, sont peut-être un défaut de nature, mais la séquestration n'était point faite pour remédier à ce manque qui allait lui jouer plus d'un mauvais tour. Sorte de fauve enfermé, blessé (dans son honneur), privé du grand air nécessaire à sa liberté, Rainouart n'est plus, dans l'espace et le temps de la cuisine, qu'enchaîné aux forces de l'instinct et de l'autodéfense. Sa complète inadaptation au métier de cuisinier (il est tout juste bon, entre autres occupations, à faire les corvées d'eau, à tourner les broches et à goûter le potage dans les marmites (3695-6, 3713, 3958-63) n'a pas rempli son vide psychologique. Quand il mange ou boit, au camp ou dans son antre, c'est sans mesure, au point de devenir dégoûtant (4828-45). Dès qu'il le peut, il revient d'instinct à la cuisine, pour s'y coucher, s'y chauffer et se rassasier, en attendant qu'une bagarre éclate... Aussi, malgré la sympathie qu'il lui porte, Guillaume tentera d'abord de le dissuader d'aller combattre en Aliscans : la vie rude et ascétique des camps n'est pas pour lui (3717-26 ; G2 2731-4).

  • 19 On consultera avec profit : G. GROS, "Rainouart aux cuisines, ou : Les enfances d'un héros (Alisca (...)

9En somme, on peut juger remarquable la continuité avec laquelle la Chanson de Guillaume, Aliscans et le Moniage Rainouart ont illustré cet état d'asservissement du héros avec ses blessures profondes et jamais guéries, chez ce jeune qui ne les avait en rien méritées. Au lieu de le réduire à un fantoche, un "gros méchant", les poètes de sa geste préparaient la difficile, mais éclatante "résurrection" du personnage qui peu à peu allait susciter sympathie et admiration. Régulièrement toutefois, dans cette "histoire" reviendront scènes de brutalité et de ripailles, dès qu'il sera contrarié, tant à l'armée qu'au monastère : il est des blessures de jeunesse qui n'ont jamais fini de guérir19.

II. La chevalerie, temps du grandissement

  • 20 Guillaume interdit qu'on le brocarde et qu'on l'abrutisse (3999-4004), il l'appelle "cher frère" ( (...)

10Dès qu'il aperçoit Rainouart, Guillaume est intrigué par son aspect et n'accepte pas qu'il soit la raillerie des écuyers. Il le croit récupérable et obtient du roi de l'emmener avec lui sur ses terres ; tout ému de cette faveur, il va jusqu'à donner l'accolade au roi (1. 73-4). Prenant Rainouart dans ses bras20, il accède assez vite à son désir de le suivre à l'armée (3742-4) ; il est son 1ibérateur.

Sire Guillelmes, je me vuoill esprover.
Trop longuement m'ai lessié asoter (3729-30).

11lui confie le jeune homme. Guillaume espère l'aider à trouver "un peu de sagesse" (G2 3150-1) ; il l'encourage : Tu deis ben chevaler estre (G2 3163) et lui promet une épouse et une terre. De fait, il l'a vite à ses côtés dans la mêlée (1.79-80), s'inquiétant même de le voir s'écarter et disparaître pour combattre à sa manière (7137-53). Il le mènera jusqu'à l'adoubement, en le regardant faire ses preuves dans de redoutables corps à corps. L'affection de Guibourc ne sera pas moins déterminante dans sa réhabilitation. Dès qu'elle le voit, elle est frappée par sa jeunesse, sa force et sa belle allure, malgré son accoutrement (1. 82).

Dex ! Que home est ? Com est bien figurez ! (4278).

12Elle pressent son haut lignage, demande s'il est baptisé. Elle ira le chercher dans la cuisine pour l'emmener dans sa chambre (1.89) ; le geste est hautement significatif. Elle se rend vite compte qu'il est son frère (4710-1), même si elle juge trop tôt de le faire paraître. Ménageant ses effets, le poète n'amènera la double reconnaissance que beaucoup plus tard (1.180-1). Observant sa conformité de plus en plus grande à l'idéal du chevalier chrétien, elle découvrira bien tard et dans les larmes qu'il n'est pas baptisé, par le refus du roi Louis (7867-79) ; il le sera de suite. C'est elle qui, très tôt, donne à Rainouart une épée et une armure (1. 90-91), mais pas encore de cheval, puisqu'elle ne peut l'adouber (6894). Celui-ci accepte de bonne grâce, même s'il ne voit pas ce qu'une épée pourrait ajouter à la puissance de son inséparable tinel. L'attitude de Guibourc, plus encore que celle de Guillaume, apporte à Rainouart le ressort d'une tendre attention qu'il n'a jamais connue dans sa prison enfumée : en l'armant, elle l'introduit dans un espace de dignité.

13Si Rainouart n'entre dans l'ordre des bellatores qu'en fin de poème, il s'y achemine dès son entrée sur la scène guerrière. Avec une grande justesse psychologique, les poètes le montrent vivant déjà cet état, réagissant de plain-pied en chevalier (déjà) chrétien et construisant la victoire finale. Lorsque Bertrand lui demande s'il est chrétien, il répond : Jo crei tres bien en Dé (G2, 3032) et même il osera dire au païen Bauduc :

  • 21 Seul après la victoire, il se lamentera : "Jamais je n'ai été baptisé ni élevé sur les fonts, et j (...)

En droit baptesme sui Renoart clamez (7055) 21.

  • 22 Al., vv. 7190-7231. Nombreuses références : 4697, 4854-8, 4916, 5486, 6770-9, 6923, 6935-7, 7046, (...)

14Ce désir qui l'habite aboutira légitimement à sa consécration par l'eau sainte, le contenu de sa foi paraissant suffisant, si l'on en juge par la qualité de sa prière. Il prie en effet bien et fort Dieu et Marie, à la manière des chevaliers, usant même de la prière du grant peril en face de Bauduc22. Avec de nobles païens qu'il va affronter (Valegrape, son père Desramé et surtout son cousin Bauduc), il engage d'abord un dialogue, en homme de cœur qui retrouve ceux qui l'ont connu petit (6044, 6219) ; Il propose son amitié à Bauduc (1.164) et à tous la conversion sur un ton assez nouveau dans l'épopée, n'imposant celle-ci ou la mort que lorsqu'il le juge nécessaire, même à son père (6057-8). L'acceptation du baptême par Bauduc est significative (1.168) de l'ascendant de Rainouart, chrétien de désir.

  • 23 Renoart ot les cuverz, les faillis ; Mais puis ni ot si preuz ne si hardiz (5133a-b).

15Dès le départ de l'armée de Laon pour Aliscans, il se révèle impatient de combattre, véritable chef de guerre qui attaque les fuyards et rallie les lâches (1.95)23. Sur le terrain, il prend les plus grands risques (la hideuse Flohart le met à mal avec sa faux, 1.150). A son arrivée sur le terrain, il affirme haut et fort :

Filz de roi sui, si doi bien commander
Et grant orgueil et fierté demener (5083-4).

  • 24 On le voit aussi avec un heaume, une brogne (6317, 6483, 6680).
  • 25 J. SUBRENAT, "Les forces militaires en présence aux Aliscans" in Mourir aux Aliscans, pp. 174-5 : (...)
  • 26 Mout fu par lui Renoart sormontez, Par toute France cremuz et redoutez (7394-5).
  • 27 P. BANCOURT, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi (thèse), Aix-en-Provence, 19 (...)

16Singulier "chevalier", aux pieds nus (4958), sans cheval (4880), plus gêné qu'aidé par les éléments d'armure dont l'affuble Guibourc (4725-47)24 ; il sera bien embarrassé de l'épée qu'elle met à son côté et dont elle lui recommande de se servir. Il ne le fera que lorsque son cher tinel sera brisé ou lâché par lui (1.161-2, 167). Celui-ci, en effet, qui n'est point l'arme noble d'un chevalie25, fera merveille dans ses mains puissantes ; il joue avec cette arme redoutable que nul homme ne peut soulever, encore moins Guibourc, semant l'épouvante chez qui l'approche26. Bertrand qui a besoin d'un cheval, arrive à lui faire comprendre qu'en maniant le tinel par la pointe et à l'horizontale, en botant (3111) comme une lance, il tuerait le cavalier et sauverait la monture (1. 110). D'ordinaire, le tinel "écrabouille" cheval et cavalier en un tas (5675-80, 5732, 5756) tellement la dextérité de celui qui le manie est prodigieuse. Assurément, Rainouart, après le temps du jeune Vivien, est-il devenu l'élément essentiel du tragique à l'excès des combats d'Aliscans. Les scènes de l'adoubement et du mariage princier à Orange se préparent comme une récompense donnée au courage couronné de succès, sous les yeux d'un Guillaume attentif aux qualités chevaleresques de son protégé27.

  • 28 Al. vv. 3390, 3400... ; J. SUBRENAT, loc. cit. (n. 25), p. 173.
  • 29 Contraste entre l'épée du chevalier, belle, fine et bien portée et la massue que lui seul peut sou (...)
  • 30 Réflexe d'orgueil du comte qui veut s'attribuer la victoire dûe essentiellement à Rainouart ? Hont (...)
  • 31 Je n'étendrai pas mon analyse à la chanson de La Bataille Loquifer p.p. Monica BARNETT, Oxford (Me (...)

17Cependant, les séquelles de son récent "esclavage" continuent de faire leurs dégâts dans la psychologie du jeune Rainouart en apprentissage de chevalerie ; elles scandent dans leur brutalité qui ne diminue en rien, la difficile montée vers l'humain de cet être simple, sans panache et mal léché. Le fait de compter ses "records chiffrés dans le nombre des ennemis abattus à chaque coup"28, ne plaide pas en faveur de sa pondération. Le tinel grant et quarré (1928, 2184) est à l'image de l'homme qui lui porte une affection démesurée (3797, 4014, 4522, 4606-7), en fait un usage presque exclusif, au point qu'il est dit voirement Renoart au tinez (3781) ; il pleure comme un enfant lorsqu'il l'a perdu (4911-3, 4987-8, 7293), l'estime plus que lance et épée (3369, 4915-21) 29 et ne le quitte même pas pour monter avec Guillaune au palais d'Orange (2808). Dès qu'il le peut, entre deux faits d'armes, Rainouart se précipite dans la cuisine qui est son vrai repos du guerrier, pour refaire ses forces sans doute, mais sa façon de se vautrer dans la mangeaille et la boisson (4828-45), sa brutalité contre le personnel, révèlent combien ressurgissent des habitudes incontrôlées. Suggestive la scène rapide qui le montre sortant de la salle où Guibourc vient de l'armer, pour se précipiter dans la cuisine, tourner les broches, l'épée au côté et le tinel dressé contre un pilier (4795, 4801, 4818-21). Les auditeurs de la geste, on le sait, n'étaient pas dérangés par ce continuel et assourdissant mélange du tragique et du comique dans les deux poèmes de toutes les demesures. Homme des extrêmes, le héros pleure, braille et s'enivre comme Gargantua et "ferraille" comme frère Jean des Entommeures. Un des derniers épisodes d'Aliscans est révélateur, celui où Guillaume oublie fâcheusement de le faire monter dans la grande salle du palais pour le banquet célébrant la victoire et le laisse hors de la ville (1.174)30. Rainouart – on le comprend – entre dans une fureur vengeresse (1.174-5). Il faudra de la patience pour le faire démordre de son intention de renier la foi chrétienne et de détruire le royaume de France (7680-95). Guillaume et Guibourc, après d'autres émissaires impuissants, le retrouvent en Aliscans (1.178), avant de lui dévoiler sa propre identité (7861-4). Vraiment une grande complexité règne dans la personnalité de Rainouart : il est tout et son contraire, dans un entremêlement continuel31.

III. La vie monastique, temps des derniers combats

18Le Moniage Rainouart, dernière chanson du cycle, amène le héros au monastère de Brioude (38, 78). Inconsolable de la mort de sa femme Aélis (1-2), il décide de suite de se faire moine, pour expier ses crimes de guerre :

  • 32 Al. 8174 affirme que Rainouart ne survécut que sept ans à la mort de sa femme et ne parle pas de m (...)

Servirai Dieu, car talens m'en est pris,
Ce poise moi que tant home ai ocis (9-10)32.

  • 33 J'ai analysé ce moniage et son contexte humain et épique dans "Guillaume et Rainouart sous l'habit (...)
  • 34 Le texte souligne ce grand âge en disant que si Rainouart rencontrait Vielleche, il la tuerait (59 (...)
  • 35 Servirai Dieu qui maint tot haut lasus, Car j'ai les dras et si les ai vestus (250-2). Ja sui jou (...)
  • 36 Puis que on entre en la religion, n'i doit avoir orguel ne mesprison (3750-1).

19On pressent que cet engagement dont la sincérité ne saurait être mise en cause, ne se fera pas sans heurts, de la part d'un guerrier que l'on sait aussi lourd, brutal et entier que loyal, généreux et bon chrétien, à jamais marqué par ses antécédents33. Le vieillart moine que tant a de bonté (1150)34 entre donc dans un milieu feutré où tout est tracé par la Règle ; l'initiative personnelle n'est plus permise à cet homme du grand air qui ne bénéficiera pas du temps de mise à l'épreuve qu'est le noviciat. Décision prise, rien ne l'arrêtera et il n'aura pas l'idée, comme Guillaume, dans une situation devenue invivable, de s'évader du couvent pour fonder un ermitage. Toujours naïf et rustre, il pense que l'habit fait le moine et qu'il lui suffit de prendre l'habit d'un moine qu'il rencontre sur la route et de s'en affubler (22-38, 67-73), alors qu'avec cette cotte mal taillée pour lui, il a plus l'air d'un grans deables (90, 153, 160) que d'un religieux à la démarche humble et silencieuse. Son entrée à l'abbaye est fracassante : pourquoi, dit-il, le refuserait-on puisqu'il en a l'habit ?35. Avec raison, l'abbé Henri demande à cet homme de toutes les outrances d'être sage et bien amesurés (292). Il ne le sera guère... Et pourtant il prie saint Julien (891-2, 900, 932-3, 4330-5), est favorisé de l'apparition des saints protecteurs des chevaliers (4435-6). Le jeûne et l'abstinence lui sont étrangers, il n'a pas la moindre idée du chant à l'office (422, 499, 1674-5). Il épouvante ces pauvres moines et leur abbé (722) par sa brusquerie, garde son froc sur ses armes (1755-60). Mais il s'exerce à l' humilité36, sait distinguer l'hypocrisie en agglutinant autour de lui une poignée de moines non pervertis, tandis que l'abbé a juré de le livrer au roi Thibaut (4763-81). Il se confesse de son éternel péché de gourmandise (6741-5), il sait pardonner :

Contre le mal c'on rende la bonté (4858).

  • 37 Et Rainuars a en son cuer pensé qu'il reverroit volentiers son abé (3069-70).

20Il s'apitoie sur les païens qu'il a tués (4583-4) ; il risque même d'être pris au piège de sa bonne foi, lorsque l'abbé le supplie à genoux d'ouvrir la porte de la cité d'Aiete (4825-61). Aussi incroyable qu'il paraisse, il reviendra à l'abbaye où il a souffert37 et, après de nouvelles aventures extérieures, ce sera pour y mourir saintement au bout de six mois (7453-8) ; les malades seront guéris à son tombeau (7461-2). On le voit, l'auteur du Moniage n'a pas pris le parti de se moquer foncièrement de Rainouart ni de l'état religieux. Par des touches appropriées – et qui tiennent du tour de force- il maintient dans l'âme de son héros une sincérité à toute épreuve.

  • 38 (R)... a laissié les moines a servir, pour le marcís tenser et garantir (1786-7). Il s'était promi (...)
  • 39 vv. 29, 1740-1, 4511, 5674, 6400, 6711, 6784. A un moment où, sur le bateau, il n'a ni perche ni t (...)
  • 40 L'armement de Gadifer est terrifiant avec son arsenal, dont un travail, sorte de machine blindée t (...)
  • 41 Rainuart rist mout angoisseusement, n'ot mais tel joie en trestot son jovent, plus se combatent, p (...)

21Par deux fois, Rainouart sort de son couvent pour le service de Guillaume et de la chrétienté ; il n'a pas oublié son entrée en chevalerie38. Son tinel, qu'il a eu soin d'apporter avec lui à Brioude (19), reste son arme favorite qui fait toujours merveille39. Rainouart défend le monastère contre des voleurs (358-362), prend le trésor des païens pour le donner aux moines généreusement (689-691, 862), mais combat avec la plus grande rudesse – celle de la loyauté- les moines qui l'ont trahi et se venge de l'abbé en le pendant, avec la plus grande dérision, près de la statue de Mahomet (5111-27). Avec la fierté (fiex sui a roi, 1861) et la noblesse du temps des Aliscans, il s'illustre dans des exploits qui rappellent ceux du passé, cette fois en la compagnie de son fils Maillefer baptisé qu'il rencontre après tant d'années de séparation (2947-51, 2603-31). Son duel dans une île contre le terrible géant Gadifer (1.198) est son ultime fait d'armes, surpassant en violence celui contre Flohart et Loquifer40. Il maine j'oie quand il voit les païens s'enfuir (4699) et savoure la joie des beaux coups d'épée de ceux qui l'entourent41. A l'achèvement de sa carrière de chevalier, vainqueur de toutes les épreuves qu'il a dû affronter, il a la joie de couronner son fils Maillefer (7451-2),avant de rentrer au couvent.

  • 42 vv. 184-8, 194, 204-211, 281-5, 1616, 1656, 3128.
  • 43 P. ROUSSET, "Recherches sur l'émotivité à l'époque romane" in Cahiers de Civil. Méd. , II, 1959, p (...)

22Rainouart, devenu orator et toujours bellator, ne pouvait guère renoncer à son vieil attrait pour les cuisines, même s'il n'y est pas affecté au couvent. Significative son entrée : tous les moines sont à table (196). Sa brutalité de primitif est identique à celle de sa jeunesse au palais de Laon : il malmène et tue les moines qui le contrarient42. Il va même jusqu'à jeter une écuelle de pois à la tête de l'abbé terrorisé et qui n'ose plus lui parler (722, 3142). Point question pour le "mangeur" et l'homme du grand vent de se plier au jeûne et à la discipline (294-7). Par dérision, lui qui braille, donne du vin aux moines pour les aider à chanter (1610-2). Au couvent, il mange et dort à satiété (214-220, 509-512, 715-6) ; à l'armée, il retrouve ses réflexes de soudard et s'enivre à Aiete (4503-6), amaigri et baîllant de faim comme les bons moines qui l'ont suivi (4737, 5338-68, 5374) ; pour l'apaiser, il cuisinera une moitié de cheval (5499-5509). En vain, le perfide abbé imagine-t-il de faire dévorer par quatre léopards affamés le gros mangeur au préalable enivré ; c'est lui qui les tue (3177-3216). Mais Rainouart n'est pas fou, car il sait recevoir Guillaume à table (1604-22) et les moines loyaux qui supportent mal leur abbé sont, le moment venu, ses meilleurs alliés. A l'actif de ses colères, son apostrophe au grand crucifix de l'abbaye, qu'il prend pour un vivant Mahomet (230-265), son attaque, à Aiete, contre une statue de Mahomet qu'il prend pour une personne et plonge dans la mer en un dérisoire baptême (4594-4748). Le contraste atteint ses limites entre les agitations d'un trublion et l'idéal pacifique du moine. Il l'était moins pour le public médiéval ; il ne faut pas l'oublier43, si l'on veut se garder de jugements excessifs sur Rainouart. En tout cas, les textes du Moniage témoignent de la maîtrise de l'auteur qui a bien assimilé la complexité du héros de la Chanson de Guillaume et d'Aliscans et a joué d'une audacieuse originalité en l'admettant à l'abbaye de Brioude. Rainouart, tel qu'en lui-même, terriblement rustre, mais d'une générosité sans faille, est monté, presque par ses seules forces, de la plus basse à la plus noble "fonction".

  • 44 art. cité, pp. 220, 224-5.
  • 45 Voir B. GUIDOT, "Le monde de la guerre dans Aliscans : horreur et humour" in Mourir aux Aliscans.. (...)

23Rainouart, personnage atypique, réunit donc en sa seule personne l'ascension dans l'échelle sociale, celle des trois "fonctions", de façon ambivalente, puis trivalente : 3/2-3/ 1-2-3. Ce fils de roi devenu le bras droit indispensable du prestigieux Guillaume et le frère retrouvé de Guibourc, époux de la fille du roi, est le même qui vivra tant bien que mal l'idéal monastique et dont on nous assure, après tant d'aventures, qu'il accède à la gloire du ciel. A. Labbé, dans une étude à la pensée neuve, a fait ressortir comment, à travers "la profonde fissuration de [sa] personnalité", Rainouart "si riche et si divers" est "plus grave qu'on ne le dit d'ordinaire"44. De l'abjection de la cuisine au grand jour de la salle du palais et au champ d'Aliscans, puis au domaine spirituel, dans une résurgence des états précédents qui s'orchestrent en leitmotive, la trajectoire est complète. L'auditeur de la geste voit fleurir, au sein de la violence omniprésente45, des espaces de douceur, de noblesse et de mystique chez Rainouart, comme il en fut au début de la geste avec Vivien. Celui-ci portait en lui la grandeur du sacrifice, Rainouart réhabilite en quelque sorte sa mémoire de vaincu par une victoire éclatante. Si divers et si contrastés, les deux héros restent exemplaires. A Rainouart revient d'avoir assuré le triomphe de l'armée par sa stature, sa bravoure et ses excès. Prélude à l'art de Rabelais qui habilla sa philosophie d'apparences frivoles, prélude à l'art de Molière qui sut tout à la fois amuser le peuple et dans "une étrange entreprise", "faire rire les honnêtes gens".

Notes

1 Mourir aux Aliscans. "Aliscans" et la légende de Guillaume d'Orange. Etudes recueillies par Jean DUFOURNET, Champion, coll. Unichamp, 39, Paris, 1993. Comprendre et aimer la chanson de geste (A propos d'"Aliscans"), Feuillets de l'E.N.S. Fontenay-St-Cloud, OPHRYS, Paris, 1994. La Chanson de Guillaume,, texte et trad. p.p. F. SUARD, Bordas (Classiques Garnier), 1991 ; Aliscans, p.p. Cl. RÉGNIER, Champion (C.F.M.A., 110-111), 1990 ; Aliscans, traduit en français moderne d'après l'éd. de Cl. Régnier par B. GUIDOT et J. SUBRENAT, Champion, 1993.

2 Al., v. 2.

3 Le Moniage Rainouart I, p.p. G.-A. BERTIN, S.A.T.F., Paris, 1973.

4 G. DUMÉZIL, Mythe et épopée 1. L'idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens, Bibl. des Sciences humaines, Gallimard, Paris, 1968. J.-H. GRISWARD, Archéologie de l'épopée médiévale. Structures trifonctionnelles et mythes indo-européens dans le cycle des Narbonnais, Payot, Paris, 1981. Les études évoquées restent prudentes, le Moniage Rainouart n'y étant pas étudié.

5 G. DUBY, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Bibl. des histoires, Gallimard, Paris, 1978, pp. 62-76. Texte d'Adalbéron in Comprendre et aimer..., p. 59, n. 3.

6 Sauf référence précise à G2, je me baserai sur Aliscans. Voir J. WATHELET-WILLEM, "Aliscans, témoin de l'évolution du génie épique à la fin du xiième siècle" in Mélanges Charles Foulon, I, Rennes, 1980, pp. 381-392 ; F. SUARD, "De la Chanson de Guillaume à Aliscans : quelques aspects de l'art épique au xiième s." in Comprendre et aimer..., pp. 27-46.

7 Mout estoit biax … En tote France n 'ot nus de sa bonté, ne si hardi, si preuz ne si osez (3595-7).

8 La fille au roi l'en prist a regarder, Enz en son cuer mout forment a amer (4028-45).

9 Al., vv. 3574-85, 3636-7, 6578-80. Les "Enfances Rainouart" résumées à la fin des Enfances Vivien (ms. BN 1448, vv. 4783-5010) racontent que son père Desramé lui donna à Cordres et à l'âge de sept ans (v. 4743). Picolet comme précepteur, avec ordre de le battre. Celui-ci répliquant violemment, Picolet se plaint au roi et, après lui avoir fait prendre une boisson enchantée, il le vend à des marchands qui l'amènent en France. Le roi Louis le confie à un interprète, avant de le reléguer à la cuisine. On le voit, les brimades ont déjà été le lot de sa petite enfance.

10 G2 précise : "[Le roi] me remit entre les mains de Jaceran, son cuisinier, en jurant que je n'aurais pas, de toute ma vie (a mun vivant), meilleur office" (3542-4).

11 Por sa grandor nel poi onques amer, avoue le roi, v. 3579. A. LABBÉ, "De la cuisine à la salle : la topographie palatine d'Aliscans et l'évolution du personnage de Rainouart" in Mourir aux Aliscans..... pp. 215-7.

12 En la cuisine l'a on tot asoté (3650) ; tot i est afolez (4288) ; Ce fist li fox, qui est del sens devez (4577).

13 Fols et assotés in MR1, v.4079.

14 G2, vv.2648-52 ; Al., vv. 3525-37, 3586-92, 3769-81.

15 Sur les ressemblances entre les deux personnages, voir J.-P. MARTIN, "Le personnage de Rainouart, entre épopée et carnaval" in Comprendre et aimer..., pp. 76-81.

16 Car tant fort l'aime, c'est fine veritez, Qu'il nel donast por. XIIII citez (4566-7) ; Son tinel ot couchié delez s'eschine. Qu'il amoit plus que nul vallet, meschine (4606-7).

17 Mout est ireus et plains de cruauté : Je ne gart l'eure qu'il nos ait toz tuëz, craint le roi (3656-7).

18 Al., vv. 3598-3603, 4748, 4904, 4988-9, 5739.

19 On consultera avec profit : G. GROS, "Rainouart aux cuisines, ou : Les enfances d'un héros (Aliscans, laisses LXXI à LXXV)" et J.-M. PASTRÉ, "Rainouart et Rennewart : un guerrier aux cuisines", in Burlesque et dérision dans les épopées de l'Occident médiéval (Actes du Colloque International des "Rencontres européennes de Strasbourg" et de la "Société Internationale RENCESVALS" (section française) (Strasbourg 16-18 sept. 1993) publié sous la dir. de B. GUIDOT, Paris, Les Belles Lettres, 1995, pp. 111-122 et 123-131.

20 Guillaume interdit qu'on le brocarde et qu'on l'abrutisse (3999-4004), il l'appelle "cher frère" (4009), court l'embrasser après un beau fait d'armes (4882)... M. DE COMBARIEU DU GRÈS, L'idéal humain et l'expérience morale chez les héros des chansons de geste des origines à 1250 (thèse), Aix-en-Provence, 1979, II, p. 771, note que pour Rainouart "Aliscans sera l'occasion de faire éclater que, contrairement à ce que craignait Guillaume, sa vie précédente ne l'a pas gâté au point de le rendre inapte à faire face aux difficultés de la vie de chevalier.

21 Seul après la victoire, il se lamentera : "Jamais je n'ai été baptisé ni élevé sur les fonts, et jamais je ne suis entré dans une église pour prier Dieu" (G2, 3358-9). Sur le " catéchuménat" et la conversion "rayonnante et active" de Rainouart, voir J. SUBRENAT, "Le heurt des religions dans Aliscans" in Comprendre et aimer..., pp. 97-102.

22 Al., vv. 7190-7231. Nombreuses références : 4697, 4854-8, 4916, 5486, 6770-9, 6923, 6935-7, 7046, 7088-90.

23 Renoart ot les cuverz, les faillis ; Mais puis ni ot si preuz ne si hardiz (5133a-b).

24 On le voit aussi avec un heaume, une brogne (6317, 6483, 6680).

25 J. SUBRENAT, "Les forces militaires en présence aux Aliscans" in Mourir aux Aliscans, pp. 174-5 : "Rainouart, lui, est invincible, car c'est un combattant aux forces décuplées, un être qui ne se bat pas selon les normes élégantes de la chevalerie... L'épée est une arme totalement inadaptée en la circonstance, une arme d'esthète en quelque sorte."

26 Mout fu par lui Renoart sormontez, Par toute France cremuz et redoutez (7394-5).

27 P. BANCOURT, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi (thèse), Aix-en-Provence, 1982, I, pp. 85-6, note avec justesse : "Par sa bonté et sa conversion à la vraie foi, Rainouart impose un premier démenti à la "senefiance" morale et religieuse de la laideur. Par sa naissance noble, il en dément la "senefiance" sociale. C'est sans doute dans l'intention d'accorder l'apparence physique et, d'autre part, la réalité morale, religieuse et sociale que Rainouart se transforme dans la Chanson des Aliscans. Il devient là un "biau baceler" (v. 4030) capable d'inspirer de l'amour à la princesse Aélis."

28 Al. vv. 3390, 3400... ; J. SUBRENAT, loc. cit. (n. 25), p. 173.

29 Contraste entre l'épée du chevalier, belle, fine et bien portée et la massue que lui seul peut soulever et déplacer (1. 93), noire, grossière, gros bâton utile en cuisine. Voir B. GUIDOT, "Un éminent protagoniste d'Aliscans : le tinel de Rainouart" in Burlesque et dérision..., pp. 133-150.

30 Réflexe d'orgueil du comte qui veut s'attribuer la victoire dûe essentiellement à Rainouart ? Honte d'admettre en noble compagnie un être grossier ? Les deux sans doute.

31 Je n'étendrai pas mon analyse à la chanson de La Bataille Loquifer p.p. Monica BARNETT, Oxford (Medium Aevum Monographs, new series VI), 1975. De peu postérieure à celle d'Aliscans, elle en reprend des éléments relatifs aux deux aspects de la personnalité de Rainouart que je viens d'exposer ; elle n'en a ni l'intensité ni l'originalité. Pour l'essentiel, il s'agit du duel entre Rainouart et le géant hideux Loquif(i)er (1.17-27), engagement qui aura pour théâtre une île située près de Porpaillart (1294), ville que le champion tient de Guillaume. On le retrouve avec son baston, sa grant perche quarree brisée depuis Aliscans (1.20, 65, 132, 311). Guibourc le découvre dans la cuisine du palais d'Orange nus pies, en langes, ni ot chauce ne soleir (1118). Armé chevalier, il préfère le tinel à l'épée (1.24, 26) ; il propose à Loquifer de se convertir et pense que si son propre père, le roi Desramé, adhérait à la foi chrétienne, la guerre serait finie (1.57, 62-3). Rainouart est chrétien (1364) et prie beaucoup (2292-2300, 2384-5, 4172, 4193-7). Son voyage en Avalon (1. 72-5) et la séduction de la fée Morgue (L. 84) s'accordent mal avec sa figure épique. M. ROSSI, "Rainouart assiégé : un exemple de transposition de motifs épiques traditionnels" in J. FRAPPIER (Hommage à), Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, III, 1983, p.283, remarque que "les aspects traditionnellement non-chevaleresques de la personnalité de Rainouart... sont d'autant plus incongrus que le géant se trouve engagé dans des situations guerrières qui imposent normalement un comportement chevaleresque, abondamment représenté dans l'épopée."

32 Al. 8174 affirme que Rainouart ne survécut que sept ans à la mort de sa femme et ne parle pas de moniage. La Bataille Loquifer, en finale, indique bien son intention (4193-7).

33 J'ai analysé ce moniage et son contexte humain et épique dans "Guillaume et Rainouart sous l'habit monacal : une rencontre singulière du spirituel et de l'humain" in Burlesque et dérision dans les épopées de l'Occident médiéval, Paris, Les Belles Lettres, 1995, pp. 93-110 et "L'abbé Henri et ses moines dans le Moniage Guillaume et le Moniage Rainouart ou la perfidie dans l'état monastique" in Le clerc au Moyen Age, Senefiance, n° 37, 1995, pp. 435-448.

34 Le texte souligne ce grand âge en disant que si Rainouart rencontrait Vielleche, il la tuerait (5983-90).

35 Servirai Dieu qui maint tot haut lasus, Car j'ai les dras et si les ai vestus (250-2). Ja sui jou moine, s'en ai les dras vesti (174).

36 Puis que on entre en la religion, n'i doit avoir orguel ne mesprison (3750-1).

37 Et Rainuars a en son cuer pensé qu'il reverroit volentiers son abé (3069-70).

38 (R)... a laissié les moines a servir, pour le marcís tenser et garantir (1786-7). Il s'était promis, en se faisant moine, de continuer, s'il le fallait, le combat contre les Sarrasins (302-4).

39 vv. 29, 1740-1, 4511, 5674, 6400, 6711, 6784. A un moment où, sur le bateau, il n'a ni perche ni tinel, il s'empare d'un gros mât (3949-52).

40 L'armement de Gadifer est terrifiant avec son arsenal, dont un travail, sorte de machine blindée traînée par son cheval (6171-6, 6230-3). Rainouart n'a que son mast et son épée (6400, 6408) et deux hauberts et deux haumes (6410-1).

41 Rainuart rist mout angoisseusement, n'ot mais tel joie en trestot son jovent, plus se combatent, plus jete espesement (4700-2).

42 vv. 184-8, 194, 204-211, 281-5, 1616, 1656, 3128.

43 P. ROUSSET, "Recherches sur l'émotivité à l'époque romane" in Cahiers de Civil. Méd. , II, 1959, pp. 53-67. Sur le comique de cuisine dans la littérature cultivée, voir J. FRAPPIER, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, I, 1955, p. 229 ; E.R. CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Age latin, Presses Pocket, 1991 (PUF, 1956), pp. 676-9.

44 art. cité, pp. 220, 224-5.

45 Voir B. GUIDOT, "Le monde de la guerre dans Aliscans : horreur et humour" in Mourir aux Aliscans..., pp. 79-102.

Auteur

Vannes

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540