Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table épique

Un repas ridicule dans Renaut de Montauban : Maugis servi par Charlemagne

Alain Labbé

Texte intégral

For'tis your thoughts that now must deck our kings ...
Shakespeare, Henry V, I, Prologue, 28.

  • 1 Les travaux du présent colloque ont bien souligné, en ce qui concerne le mythe du Graal, combien s (...)

1La belle ordonnance des manières de table est un motif récurrent des chansons de geste : avec une régularité dont les poètes ne paraissent jamais lassés, on dresse et couvre les tables, on donne l'eau, on s'assoit au mengier. La banalité extrême de la séquence ne doit pas inviter à la considérer comme contingente : en un temps qui se fait de l'art littéraire une image bien différente de la nôtre et qui, en particulier, n'accorde pas à l'"originalité" la valeur quelque peu exorbitante que nous lui conférons, la réitération d'une scène type ne la rend pas pour autant insignifiante ; on serait tenté d'affirmer au contraire qu'elle la désigne comme particulièrement significative d'un ordre, de l'organisation structurante d'un système de représentation du monde ou de la société. Ainsi en va-t-il du banquet royal ou seigneurial qui dit, dans le rituel enchaînement de gestes toujours semblables, la cohérence de la structure féodale, la solidaire cohésion de la mesnie, la concorde du suzerain et des vassaux, l'accueil courtois aux arrivants, ambassadeurs, messagers et voyageurs : la féodalité bien comprise se reconnaît – aux deux sens du terme – à table et y communie au corps social comme, à la Sainte Table, elle communie au corps mystique1.

  • 2 Voir le bel article de Bernard Guidot, "Fixité et dérive dans le cycle des Lorrains", dans Actes d (...)

2Comparativement rares, bien qu'elles forment un corpus non négligeable, les perturbations de l'apparat aulique du repas sont toujours le signe d'un grave dysfonctionnement institutionnel. Pour ne retenir que deux exemples particulièrement éclairants, le festin troublé des noces de Pépin et de Blanchefleur dans Garin le Loheren, qui dégénère en sordide pugilat, et le macabre repas où Fromondin est amené, dans Gerbert de Mez, à boire dans le crâne de son propre père monté en un fastueux et morbide hanap, sont les sûrs indices du complet dérèglement de la chevalerie dont la Geste des Lorrains est le théâtre inlassable. L'écart entre ces deux scènes, franchement burlesque pour la première et sombrement perverse pour la seconde, ne saurait tromper : l'une comme l'autre écrivent une rupture violente de la convivialité, une transgression lourde de conséquences de l'ordre social dont les rites palatins sont l'expression privilégiée. Il est d'ailleurs significatif que ces situations extrêmes appartiennent toutes deux à la veine la plus sombre de la création épique, à ces Lorrains où le monde des bellatores tournoie dans la danse de mort d'une planète désorbitée, où la féodalité n'est plus que la noire mécanique qui génère la violence et s'en repaît en retour2.

  • 3 Jean Subrenat a donné récemment de cette face d'ombre du Renaut une fort intéressante lecture, lor (...)

3Le cas qui nous occupe ici est à première vue bien éloigné de ces pages véhémentes : le rire et le sourire y ont plus de part, et la tonalité générale en est en apparence plus légère ; pourtant, au niveau des structures profondes du récit, le sens en est identique : le désordre de la table royale ou, comme dans notre passage, sa mystifiante démythification, dessinent une perte, un manque, l'espace en creux de la concorde perdue. S'il n'a pas les noirceurs insignes des Lorrains, le Renaut n'en est pas moins un autre poème du désordre, centré sur l'image négative de ce Charlemagne inverse qu'a cultivée, en contraste absolu avec l'âge du Roland, la seconde génération épique. La compulsive rancune royale, les traîtrises du roi Yon de Gascogne, le déchirement d'Ayme entre son devoir de vassal et son affection pour ses fils y figurent une véritable crise de la représentation du père, en d'opaques zones d'ombre que ne parvient pas à occulter le rythme alerte de la diégèse3. Maugis, le farfadet du furor, superbe guerrier en même temps qu'enchanteur redoutable et voleur impénitent, incarne, face à ces figures oppressives, la plus subversive des révoltes, celle qui emprunte les armes acérées de la dérision. Il est remarquable que l'espace où elle s'exerce de la façon la plus mordante soit précisément ce lieu de haute présence du pouvoir qu'est la table royale.

***

  • 4 Sur les stratégies d'énonciation dans le domaine épique, voir le stimulant article de François Sua (...)

4Dans l'épisode qui nous intéresse, Maugis s'est une fois de plus glissé dans le camp de Charlemagne, non pour l'heure par enchantement, mais par cet autre artifice non dépourvu de résonances magiques qu'est le déguisement. Fidèle à la vocation de son personnage, il y introduit une subversion d'autant plus efficace qu'elle demeure, non certes insoupçonnée, mais du moins inaperçue, et qu'elle implique l'être de fiction, le narrateur et l'auditeur-lecteur dans une tacite connivence4 : l'art du poète nous fait ici, face à la pesante crédulité de Charlemagne, les complices de Maugis. C'est dire à quel point séditieux s'avère ici le jeu narratif, qui vise le souverain dans l'une de ses fonctions majeures, celle de l'accueil aux pèlerins et de la charité aux pauvres, et en son lieu essentiel, ce cadre aulique dont le camp est l'équivalent guerrier, en cette image transposée de la salle qu'est la tente, substitut éminent du décor palatin dans une symbolique du pouvoir qui subit les derniers outrages.

5Pour opérer sa transformation qui rejoint dans une certaine mesure, par la pratique préalable du dénudement, le caractère infiniment trouble d'une métamorphose au fond assez semblable à celle de quelque métaphorique bisclavret, Maugis se dépouille des apparences du baron pour revêtir celle du pauvre pèlerin (laisse 181, vv. 8942-8948) :

  • 5 Nous citons le texte dans l'édition de Jacques Thomas (manuscrit Douce), Genève, 1989.

Iluec se desarma Amaugis le baron,
Il osta la chemise, n'out chauce ne chauçon,
Tot nu se despoilla Maugis le vaillanz hon ;
Aprés se tainst d'une herbe, noir fu come charbon.
Il prend une esclavine et .i. grant chaperon,
Et paumes et escrepe et .i. ferré bordon,
De Montauben issi par la porte Foucon5

6Il fait en cet appareil une entrée aussi spectaculaire que remarquée dans le camp de Charles (vv. 8955-8957) :

A .ii. mains s'apoia sor son ferré bordon,
De l'un pié jusqu'à l'autre va clochant del talon,
Et tenoit l'un oil clos et l'autre overt amont ;

  • 6 Dans cette direction, voir l'étude indispensable de Philippe Ménard, Le rire et le sourire dans le (...)

7Gestuelle et mimique situent d'emblée l'épisode dans le champ du burlesque le plus jubilatoire, et susciteraient un franc rire si l'on n'y discernait aussi le grincement plus âpre de la dérision6, si elles n'ouvraient d'emblée l'amère blessure idéologique du ridicule attentant au prestige royal : il est à la fois drôle et pénible de voir Charlemagne dupe de cette mascarade, et cela d'autant plus que, dans un premier mouvement, il semble bien se douter qu'il s'agit de Maugis.

8Nous avons là en effet l'un des exemples de ces "reconnaissances manquées" qui interviennent à plusieurs reprises dans le Renaut, non sans de multiples parallèles romanesques. L'instinct de défiance de l'empereur nous vaut un superbe portrait de Maugis en Protée épique, qui sonne avec d'autant plus de saveur qu'il s'adresse au modèle lui-même (vv. 8963-8969) :

"Vassaux, ce dist li roi, tu aies maudiçon !
Ja ne creirai paumier por Maugis le larron :
Maint damage m'a fait et mainte mesprison.
Quant il veut s'est paumier, et quant il veut garçon,
Quant il veut si est moine, et quant il veut clergon,
Quant il veut chevalier, et quant il veut baron,
Quant il veut sarmonnier, il n'a meillor el mont."

9Cette lucidité première, que le bon parleur saura vite endormir, renforce d'un trait sûr le comique de la situation et accentue le persiflage : Charles n'est un instant perspicace que pour se mieux laisser abuser. Au reste, il faudrait ici se défier de tous ... ou de personne, puisque Maugis peut être à son gré qui il veut, quand il veut et où il veut. D'avoir entrevu la sagesse et manqué de s'y tenir, Charlemagne ne sera que plus dérisoire dans l'entière crédulité où il va, sous des propos flatteurs, lourdement retomber.

10Suit le récit mensonger de Maugis : retour de Terre Sainte, via Rome, arrivée en Gironde où l'ont attaqué et dépouillé ... Maugis et les quatre fils d'Aymon ! Maugis ici s'amuse, et le texte avec lui : rien ne pouvait mieux endormir le soupçon de Charlemagne, en confortant son ire, que ces plaintes fallacieuses (vv. 8980-8986) :

"En Gironde en entrai, bel sire, en .i. dromont,
Par desoz Montauben avalai el sablon,
Hoques me menerent Pilates et Noiron ;
Ileques m'encontrerent jusqu'a .v. robeor :
Sire, j'oï conter as païsanz d'entor
Que c'estoient por voir les .iiii. fiz Aymon,
S'avoient avec elx Amaugis, .i. larron."

11Au portrait protéiforme esquissé par l'empereur répond un sardonique autoportrait en larron, dont les vers suivants avivent encore les couleurs, en tissant entre mensonge et vérité un réseau subtil (vv. 7987-8992) :

"Il me sacha del dos mon hermin peliçon.
Par Deu, ne me laissa ne chauce ne chauçon !
Diex li dont si grant mal come nos voldrïon !
Amaugis me jeta en .i. espés boisson,
Culovres et lisardes i voit a foison,
Encor en ai enflé le vis et le menton."

12Le rusé propos se referme habilement sur lui-même, dans la jouissance de mêler inextricablement le vrai et le faux : Maugis en effet a dépouillé Maugis, teint son visage et enflé ses traits, et la répétition mot à mot des termes mêmes de la scène du travestissement – ne chauce ne chauçon – renvoie le texte à lui-même en un jeu d'échos remarquablement efficace, instaurant dès ce moment entre le personnage, l'auteur et l'auditeur le pacte solidement complice qui les ligue, en un même rire destructeur, contre une image royale irrémédiablement dévaluée.

13Il ne manque plus, pour nouer le lacet de la dérision, que l'appel à la justice de Charles, tel que le formule, avec une intérieure délectation et une captieuse flatterie, un Maugis désormais maître imparable du jeu verbal où il enferme sa victime (vv. 8993-8994) :

"Rois estes de la terre et sire de cest mont :
A vos m'en vien clamer, que droiture en aion."

14La cour s'émeut à ce récit et recommande le prodon malchanceux à la générosité de Charles, il est vrai en des termes pour le moins singuliers (vv. 9006-9009) :

"Sire, dient Franceis, mult semble bien prodon :
Quer li donez del vostre, et nos vos en proion.
Vez quel vis, quel espaule, quel braz et quel jambon !
— Volentiers, dist li rois, que pitié en avon."

  • 7 Voir les indications de Jacques Thomas dans le Glossaire de son édition, p. 769.

15L'emploi du mot jambon au sens de "cuisse" et s'agissant d'un être humain est fort rare7, et l'on ne peut s'empêcher d'y voir plus qu'une simple concession aux exigences de la rime : ici encore, le texte jubile à l'unisson de Maugis, dans une tonalité franchement comique qui retentit en plusieurs directions. Ce portrait-charge d'un "pauvre pèlerin" aux paradoxales qualités physiques rejoint en quelque manière le corpus assez vaste des représentations littéraires amusées ou franchement négatives du pèlerin suspect, trop bien nourri pour être honnête et souvent plus en quête de mauvais coups que de sanctification. Il y a là un premier niveau du sourire de ces vers, qui s'approfondit en un second paradoxe : ce sont précisément les traits qui devraient dénoncer le simulateur, vrai guerrier sous l'habit de l'errant, qui au contraire accréditent son récit aux yeux de ces témoins bien crédules. Enfin, l'occurrence plaisante du mot jambon inscrit dès ce moment l'ensemble de l'épisode dans le champ lexical de la manducation, dans la sphère nutritionnelle qu'il ne va plus quitter.

  • 8 Nous devons cette judicieuse remarque à la sagacité de Denis Collomp, qui a, à juste titre, soulev (...)

16Maugis est en effet plus désireux d'obtenir du roi de la nourriture que d'en recevoir une aumône en espèces : si cette dernière lui permet déjà de se jouer âprement du donateur abusé, c'est grâce au détournement de la charité nourricière qu'il entend mener son adversaire jusqu'à l'humiliation complète. Maugis reçoit donc trente deniers, et n'en voudra pas plus ; ce nombre n'est sans doute pas innocent : c'est là le chiffre de Judas, le chiffre par excellence de la trahison8, et il n'a guère pu venir à la pensée du poète sans que l'accompagnent ces sombres connotations. Une veine obscure s'ouvre ici, que le texte ne développe pas, mais qui colore sourdement le passage et creuse une trouée d'ombre sous sa tonalité générale apparemment allègre (vv. 9010-9013) :

Trente deniers li fet doner de boens mangons,
Et Amaugis les mist dedenz son chaperon,
Puis a dit bassement que ne l'entendi hon :
"Del vostre me donez, je vos tienc a bricon !"

17Il y a là un cruel retournement de la largesse, valeur féodale majeure et ciment de la relation vassalique, qui rend le propos de Maugis infiniment subversif : même s'il ne vise que Charlemagne et non l'institutionnel équilibre social dont la largesse royale est un essentiel élément, il l'atteint pourtant par ricochet et l'entache d'un rire d'autant plus corrosif qu'il demeure impuni.

18Après cette première victoire, Maugis en veut une autre, plus éclatante et plus féroce encore ; il lui faut pour cela passer à table, ce qu'il réclame hautement (vv. 9021-9026) :

"A mengier me donez, por Deu et por son non.
— Por Deu, ce dist li roi, tu en avras foison."
L'en li a aporté .i. eschequier roont,
Une blanche toaille et .i. coteau solonc ;
Simeneaus buletez li aportent adonc
Et plain pot de boen vin et .i. rosti poon.

  • 9 Voir le Glossaire de l'édition de Jacques Thomas, p. 764, qui ne donne que le sens de "plateau", p (...)

19Nous trouvons ici, outre les simeneaux, petits pains dont l'occurrence est peu fréquente, un sens rare et très particulier du mot eschequier, qui désigne en ce contexte soit un simple plateau, soit plutôt une petite table légère9. Un tel accessoire est inhabituel dans les descriptions épiques de repas, où ne sont guère mentionnées que les grandes tables du banquet solennel : sa présence s'explique ici du fait que le plat est pour l'heure destiné au seul Maugis, et intervient surtout pour permettre l'humiliante mise en scène qui va suivre, qui eût été impossible, ou du moins malaisée, devant tout autre meuble.

20Grand honneur est fait au "pèlerin", que servent courtoisement quatre barons, remplissant auprès de Maugis la classique fonction des "écuyers tranchants" (vv. 9027-9030) :

A lui servir a mis Karlles .iiii. baron :
"Paumiers, or del mengier, et nos vos tailleron."
Amaugis li boen lerre ne dist ne o ne non,
Ainz esgarda le roi tres le milieu del front.

21Ce pourrait être pour le boen lerre une suffisante satisfaction que d'être pareillement honoré au cœur du camp ennemi ; ce n'est en fait qu'un prélude et il va s'employer, par d'habiles discours, à jouer avec Charlemagne une partie bien inégale, où l'ondoyante malice de l'un l'emporte à tout coup sur la raide naïveté de l'autre. Regardant cyniquement l'empereur tres au milieu del front, Maugis va porter une première atteinte à la dimension sacrale de son pouvoir en prétendant le faire bénéficier des grâces acquises par son prétendu pèlerinage (vv. 9042-9047) :

"De cest pelerinage que conté vos avon,
De totes les merites que nos en atendon,
Une partie, sire, vos en repartiron.
— Sire, dient Franceis, recevez en le don.
— Si ferai je, dist Karlles : il me semble prodon."
Maugis l'en a saisi tantost par le bordon.

22Si l'on élargit la lecture de notre épisode en le situant non plus au sein de l'œuvre mais dans la perspective intertextuelle de l'ensemble de la tradition épique, présente à la pensée de l'auteur comme de son public, il est singulièrement dérisoire de voir Charlemagne, le roi sacré et charismatique par excellence, élu dans le Roland de tant de signes célestes, s'attacher tout platement à recueillir les bribes d'une grâce supposée, des moitiés de merites, des poussières d'indulgences. Au comique des mots s'ajoute celui du geste ritualisé, plus superstitieux que véritablement pieux, qui lui fait rechercher le contact même du bordon cru méritant du pèlerin au fier jambon : voilà le souverain cosmocrator de la haute époque de l'épopée ravalé au niveau des crédulités étroites et des bigotes pratiques d'un médiocre bourgeois.

  • 10 Dans cette direction, voir en particulier l'ouvrage de Jean Subrenat, Etudes sur « Gaydon », chans (...)

23C'est en fait tout un pan majeur du mythe carolingien que sape l'irrévérence de Maugis, avec une puissance destructrice qui ne se retrouve nulle part aussi insidieusement délétère, même dans les pages les plus extrêmes de ce que l'on pourrait appeler la "geste négative" de Charlemagne10. L'empereur est ici atteint au plus haut de sa dimension sacrale, en cette image essentielle du monarque visité des signes et des songes qui irradie le Roland d'une si intense lumière. La suite du discours de Maugis n'épargne ni les miracles qui naguère accompagnaient Charlemagne, ni les rêves prophétiques qui guidaient ses pas. Voici en effet qu'un pseudo-songe, vraie caricature de ceux de la tradition du premier âge épique, vient parfaire le piège de la mystification (vv. 9049-9057) :

"Seignors, ce dist Maugis, ja n'en quir guerredon :
Certes plus sui malade que dire ne savon.
Annuit songai .i. songe et une avision,
Que vos me trenchïez devant moi mon poon
Et mon pain buleté et bone veneison,
Et le premier morsel que nos en mengïon
Metïez en ma boche, empereor Karllon.
Bien sai veraiement que nos respasseron,
Quer sovent grant miracle avra Diex fait por vos."

24Songe, vision, miracle : rien n'a été omis en ce discours de ce qui pouvait le mieux apparaître comme la reviviscence des prestiges anciens ... du moins quant à la forme, car quant au fond, le contenu particulièrement dérisoire du fameux rêve rend l'apparat du récit parfaitement ridicule, minant d'autant plus sûrement la structure de l'archétype narratif, dissolvant sans merci les couleurs de son aura mythique.

25Un enfant se serait défié de cet absurde conte ... et pourtant Charlemagne et les siens en sont pleinement dupes (vv. 9058-9059) :

"Sire, dient Franceis, et quer li tailliez donc.
— Volentiers, dist li rois, foi que doi saint Symon."

26Vaniteux, obstiné, colérique et crédule, tel est bien le piètre Charlemagne du Renaut ; Maugis l'atteint ici dans cette lourde gloriole qui désormais semble lui tenir lieu de gloire, en même temps qu'en cette toute terrestre superstition qui forme le pâle substitut de son initiale sacralité. L'appel sardonique à l'empereur des songes, la cauteleuse référence au miracle s'adressent en ces pages à un roi trop humain, naïf autant que vain, et que semblent avoir déserté les anges. Les seuls miracles qui brillent dans le poème jalonnent un autre itinéraire, qui s'achève avec celui qui illumine à Cologne le Rhin du martyre de Renaut, tandis que Charlemagne demeure tout entier dans l'étroitesse des voies de ce monde. Au baron révolté, la grâce suprême de la sanctification et des signes dans le ciel ; à l'empereur enfermé dans l'humaine épaisseur du bellator satisfait, de plates victoires sans transcendance ni envol, et le retombement dans les ornières de la vindicte et de la vengeance. A ce Charlemagne du quotidien médiocre, Maugis tend le piège terre à terre d'un repas ridicule travesti des oripeaux du merveilleux chrétien le plus improbable, et reçu pourtant avec une totale absence de discernement qui dit assez combien dévaluée se trouve ici l'image de la sacralité monarchique.

27Tout est prêt désormais pour l'humiliation suprême : Maugis servi par Charlemagne a genoillons devant le petit eschequier roont dont on comprend à présent l'utilité scénographique. Cette table basse impose la dérision gestuelle qu'il fallait pour porter à son paroxysme secret la jubilation du boen lerre (vv. 9060-9065) :

A genoillons se met l'empereor Karlon,
Et a pris .i. coutel si desfait le poon,
Un morsel en a pris si fait beneïçon :
"Paumier, ovre la boche et nos le t'i metron."
Amaugis l'a overte a guise de baron,
Et Karles i a mist le morsel a bandon.

  • 11 Comme l'a judicieusement suggéré Denis Collomp lors de la discussion de notre communication. Si is (...)

28Etranger aux usages de table, le geste auquel Charlemagne se voit contraint pour matérialiser le "songe" de Maugis est insolite et troublant : soulignée par le beneïçon, il y semble bien y avoir là une sorte de communion paradoxale, voire parodique11, qui prolonge encore le travail de sape à l'œuvre dans le texte sous les assises mêmes du pouvoir sacral. Avec un franc et jovial comique, qui se rapproche ici quelque peu de celui des fabliaux, le poète se plaît à faire contraster le geste plein d'onction de Charlemagne, et la bouche toute grande ouverte de Maugis, a guise de baron ... En ce petit monde à l'envers que dessine par touches successives l'épisode du repas ridicule, les vertus du pèlerin se mesurent paradoxalement à l'aune de son jambon, et les mérites du baron à celle de ses capacités manducatoires.

  • 12 Voir Ernst Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age, Pari (...)

29Toujours le rire atteint plus loin qu'il ne vise : au-delà du duel pipé entre Charlemagne et Maugis, c'est tout un ample cercle de valeurs religieuses et sociales qu'obscurcit pour quelques vers l'orbe périlleux du dérisoire. Certes, ce n'est qu'un instant ; certes, il faut se garder d'en surévaluer la portée, que grossit peut-être notre regard de moderne, inapte à abolir en son entier la distance qui nous sépare de l'irréductible altérité médiévale. Certes ... il n'en reste pas moins que profond est ici le trait creusé par l'eau-forte du comique, et que, même si elle ne trace en principe qu'un impitoyable portrait du seul Charlemagne, elle ne laisse pas indemnes les institutions qu'il incarne. Plus subversives en cela que les images négatives du roi Charles dans Girart de Roussillon – où le trait reste d'ailleurs infiniment nuancé – ou du lamentable Pépin des Lorrains, ces pages en apparence légères attentent non seulement au "corps personnel" du souverain, mais aussi, bien qu'indirectement, à son "corps politique"12. Le cas est assez rare dans la littérature médiévale où, quelque indigne qu'il puisse être, le roi demeure toujours le roi en une part inaccessible de lui-même, et mérite à ce titre d'être souligné : au sortir de ce qui n'est pas qu'une simple petite scène comique, aucune des multiples dimensions du prestige de Charlemagne ne demeure inentamée.

30La suite est plus attendue, et le rire y revient à des ressorts plus conventionnels : bien sûr, Maugis se retient à grand peine de mordre la royale main imprudemment aventurée dans sa bouche, bien sûr Charles se récrie d'aise en admirant les solides dents du paumier et l'encourage à manger en proportion (vv. 9066-9069) :

Sachiez que n'en failli se mult petitet non
Que Maugis ne l'a pris as denz par le doiton !
"Paumier, bones denz as, or mengüe a foison,
Et si boif durement, si avras garison !"

31Et l'épisode se referme sur la joie secrète de Maugis, savourant en effet a foison l'humiliation sans nuance de son vieil ennemi, se repaissant à mi-voix du spectacle que son astuce a su mettre en scène (vv. 9070-9075) :

Amaugis s'enbroncha desouz son chaperon
Et dist entre ses denz que ne l'entendi hon :
"Ahi ! c'or ne me voit Renaut le fiz Aymon !
Mon ennemi mortel faz estre a genoillon.
Celui qui plus me het que nule rien del mont,
Qui me sert au mengier et trenche mon poon !"

32L'attentat atteint ici sa plénitude, dans ce cri intérieur de victoire ; une fois de plus la verve inventive de Maugis a berné Charlemagne, cette fois encore ce vrai Till Eulenspiegel de l'épopée l'emporte sur l'ordre, les conventions et les convenances, brisant sans retenue l'autorité en ses symboles les plus éminents, détruisant du dedans les assises du mythe, ne laissant derrière lui rien d'intact.

  • 13 C'est ce qu'a fait observer avec raison Micheline de Combarieu du Grès dont nous reprenons ici la (...)
  • 14 Voir Georges Dumézil, Le roman des jumeaux et autres essais (...). Esquisses de mythologie publiée (...)

33Car notre passage s'inscrit dans une série d'actes non moins séditieux, avec lesquels à l'évidence il forme système : vol de la couronne impériale, subtilisation des armes des Francs13, enlèvement de Charlemagne, d'autres encore : la liste est longue des méfaits narquois de Maugis, et il n'est pas dans notre propos de la reprendre ici en détail. C'est le vol de la couronne et celui des armes qui nous paraissent contribuer à éclairer notre passage, et peut-être inviter à le situer dans une perspective plus ample que nous ne l'avions fait dans la version orale de la présente communication. Nous avions alors résisté à la tentation d'une interprétation dumézilienne, faute du temps nécessaire pour l'accompagner des nuances et des prudences qu'impose une hypothèse relativement fragile, que nous présentons ici plutôt comme un éventuel codicille que comme une ferme conclusion. Il est cependant frappant de voir les trois épisodes se distribuer dans une ordonnance fonctionnelle : le vol de la couronne atteint Charlemagne dans la sphère de la première fonction, sacrale, celui des armes dans les attributions de la seconde, guerrière, tandis que le repas ridicule de Maugis le vient frapper dans la mouvance générale de la fonction troisième, attachée à la fécondité et à l'abondance, notamment nourricière. Le schéma se complique, sans pour autant s'invalider absolument, dans la mesure où la page que nous venons de commenter s'oriente elle-même et vers la fonction du roi nourricier et vers celle où s'exerce – vision, songe, beneïçon – la sacralité du pouvoir, sans toutefois que rien n'y évoque la fonction seconde. Que conclure de cette ébauche d'interprétation ? Assez peu de chose, sans doute, dans la mesure où la séquence trifonctionnelle demeure discontinue et partielle. Cela dit, il nous semble toujours intéressant, contrairement à la démarche plus rigoureuse – trop ? – des duméziliens de stricte observance, et dans la perspective souvent élargie des ultimes Esquisses de Georges Dumézil14, de relever toutes les émergences de la structure des trois fonctions, y compris celles qui, comme ici, demeurent incomplètes ou douteuses, voire illusoires : sans esprit de système et sans raideur de doctrine, la question mérite, au moindre indice, d'être au moins posée.

***

  • 15 Sans développer complètement le parallèle, résumons ici, en note, ces deux passages. Le premier, a (...)

34Quoi qu'il en soit, la scène du repas de Maugis est dans le poème l'une des plus lourdes de retentissement symbolique, alors même qu'elle n'apporte à peu près rien à l'orientation générale de la diégèse. Pur épisode accessoire sur le plan narratif, elle est en revanche indispensable à la caractérisation du personnage de Charlemagne, et elle a longue portée quant à la signification idéologique de l'œuvre. Elle n'est en rien gratuite, et nous avons montré combien multiples et graves, en définitive, s'avéraient les coups portés à la prestance royale en ce passage par la verve caustique du poète. Il est temps d'en dresser le bilan, avant d'en interroger une dernière fois le sens et d'en évaluer les possibles implications tant au sein du Renaut que du cycle des barons révoltés. En ces pages incisives, Charlemagne est tour à tour disqualifié dans l'exercice de la largesse, puis de sa fonction de roi nourricier. Mais si elle est relayée par l'eschequier mobile, c'est bien la table royale et son apparat qui, par le paradoxal détournement des manières et des usages, se trouvent entachés du ridicule de ce repas dérisoire. Le passage n'est d'ailleurs pas isolé : en deux autres pages du Renaut, le banquet royal donne lieu à des scènes comparables, dont le ressort est pareillement la perturbation des rites auliques ; elles sont cependant trop différentes du cas qui nous intéresse pour entrer directement dans notre présent propos15. Retenons toutefois que dans la plus significative d'entre elles, c'est à nouveau Maugis le trublion qui est à la table de Charlemagne l'élément perturbateur, et que l'arme du rire – ou plutôt, en l'occurrence, du sourire – frappe à nouveau dans le cadre décidément sensible du repas, soulignant par là-même sa haute valeur dans la symbolique du pouvoir.

35Il est à ce propos utile de rappeler combien les références au domaine de la nourriture sont densément présentes dans le Renaut : ainsi de la fastueuse abondance de table où l'on vit, à Montauban, tant qu'il se dessine comme un petit paradis de libre féodalité, puis de la famine qui y règne quand la place assiégée devient au contraire l'enfer de la disette. Ainsi encore de l'ambiguïté de l'attitude d'Ayme, père déchiré, qui bombarde ses fils dans leur citadelle investie ... mais avec des victuailles ! En cette dernière page comme dans l'épisode du repas ridicule, la sphère du nutritionnel interfère étroitement avec celle du comique, ce qui n'est pas en soi absolument surprenant. Cela dit, dans un cas comme dans l'autre, la claire surface du rire recouvre de plus sombres profondeurs, qui laissent deviner un global dysfonctionnement de la fonction nourricière, et cela aussi bien si Ton donne à "fonction" son sens obvie que si on l'affecte, comme nous l'esquissions plus haut, de son sens spécialisé en rapport avec la structuration trifonctionnelle de l'inconscient politique. Le trouble que suscitent, dans la société féodale, et la révolte des vassaux et les rigueurs du suzerain se traduit avec insistance dans cette pensée première qu'est l'imaginaire de la nutrition, tantôt en termes d'extrême opulence et tantôt sous forme d'intense privation.

36C'est surtout, on Ta vu, en son essentielle sacralité qu'est ici ruiné le prestige de Charlemagne : dupe d'un faux pèlerin, berné par un songe mensonger, bercé de la promesse d'illusoires miracles, il s'enferre dans les pièges successifs d'un détournement systématique et falsifiant du sacré. Sans être sacrilège au sens strict, tout le passage est en cette direction fort osé. S'il attaque au plus haut l'empereur de tous les charismes qu'est ailleurs le Charlemagne épique, il éclaire tout aussi cruellement les crédulités faciles, les mensonges pieux, les charités modiques en quête d'indulgences, les beaux parleurs du pèlerinage suspect : tout un monde de travers sociaux gravitant aux incertaines frontières de la piété et de la superstition. Tout cela, que pourfend le glaive du burlesque, est ainsi sans pitié désigné au rire de l'auditeur avec une efficace certaine, que ne retrouve sans doute pas complètement la lecture moderne et qui devait sonner plus férocement encore aux entours de 1200, au contact direct et quotidien de semblables pratiques, en un temps aussi où d'authentiques ferveurs formaient avec elles un plus violent contraste.

37Enfin et surtout, que vaut le royaume où règne un roi sans sagesse, trompé par l'apparence et dénué de clairvoyance ? Que vaut en ces conditions son autorité, trop souvent rappelée pour être bien solide, et que valent les guerres qu'il mène ? Nous sommes ici au cœur de la problématique idéologique du Renaut et du cycle où il s'inscrit, tourmenté en son ensemble par la figure du roi indigne, soit par excès dans l'exercice de l'autorité "centrale", comme l'est ici Charlemagne ou, dans une mesure un peu différente, comme l'est le roi Charles dans Girart de Roussillon, soit au contraire par carence ou déficience de celle-ci, comme le fourbe et veule Pépin des Lorrains. C'est là, comme on l'a souvent observé, la transposition dans l'espace compensatoire impuni de la littérature du mal être de l'aristocratie féodale du tournant des xiie et xiiie siècles, peu à peu prise en tenaille entre la consolidation du pouvoir capétien et la montée en puissance de la bourgeoisie urbaine. Plus puissant et prestigieux le roi effectif, plus faible et dévalué le roi épique : telle pourrait se résumer à l'extrême la forte tension sensible en ces années entre le pouvoir réel et sa représentation littéraire.

38Notre texte s'inscrit donc dans un panorama très vaste, sans pour autant perdre de son originalité. S'il accuse une fois de plus les défauts du Charlemagne tardif, s'il représente parmi bien des occurrences la prouesse du vassal l'emportant temporairement sur le mauvais roi, c'est avec une force propre et des moyens singuliers. Tout d'abord parce que la victoire est ici non celle des armes mais celle du verbe, et parce qu'elle s'exerce dans un domaine exclusivement symbolique, sans entraîner d'appréciable avantage stratégique. Enfin et surtout dans la mesure où l'atteinte portée au prestige royal s'exerce dans le domaine généralement épargné de la sacralité, frappant Charlemagne non seulement dans son "corps politique", comme nous le notions plus haut, mais jusque dans son "corps mystique", là où, dans la vieille symbolique carolingienne et ottonienne, le roi voisine en un même être avec le prêtre. C'est en cela que le repas ridicule suscité par Maugis, qui est sans doute le personnage le plus ouvertement subversif du domaine épique, puise l'essentiel de sa force de négation et de destruction.

  • 16 Voir nos articles, « Un locus amoenus de la féodalité menacée : la description de Géronville dans (...)

39Née de l'histoire, la chanson de geste la réécrit inlassablement ; si elle recompose sans trêve les faits du passé carolingien, temps originaire de son initiale matière, elle élabore aussi en synchronie, dans les marges de la chronique capétienne, une singulière anti-histoire, qui ne saurait avoir lieu et que chaque jour démentent les faits : la survie indéfiniment et indûment prolongée d'une féodalité sans frein, de cette libre chevalerie sans limites ni contraintes qui trouve dans le Montauban du Renaut ou le Géronville des Lorrains ses paradis utopiques16. Là où nos rêves, dans la force incantatoire du dire littéraire, ont puissance de l'emporter sur les broiements de l'histoire, là où nos royaumes valent ce dont, à tort ou à raison, nous revêtons nos rois ...

Notes

1 Les travaux du présent colloque ont bien souligné, en ce qui concerne le mythe du Graal, combien souplement la pensée médiévale passait de l'une à l'autre. La table, et par excellence la table royale, est un lieu d'implicite sacralité, comme l'est a fortiori son cadre architectural, la salle palatine.

2 Voir le bel article de Bernard Guidot, "Fixité et dérive dans le cycle des Lorrains", dans Actes du XIe Congrès International de la Société Rencesvals, Barcelone, 22-27 août 1988, Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, Barcelone, 1990, t. XXI, pp. 321-330, et notre article « "Vivrez en voz ?". le corps et la mort dans Garin le Loheren et dans Gerbert de Mez », dans Le corps et ses énigmes au Moyen Age. Actes du colloque d'Orléans, 15-16 mai 1992, éd. Bernard Ribémont, Caen, 1993, pp. 87-120.

3 Jean Subrenat a donné récemment de cette face d'ombre du Renaut une fort intéressante lecture, lors du colloque de Reims-Charleville consacré aux Quatre fils Aymon et organisé par Danielle Quéruel, à paraître dans les Actes.

4 Sur les stratégies d'énonciation dans le domaine épique, voir le stimulant article de François Suard, « Vox poetae dans la Chanson de Guillaume et dans Aliscans », dans L'hostellerie de pensée. Etudes sur l'art littéraire au Moyen Age offertes à Daniel Poirion par ses anciens élèves, textes réunis par Michel Zink et Danielle Bohler, publiés par Eric Hicks et Manuela Python, Paris, 1995, pp. 421-437.

5 Nous citons le texte dans l'édition de Jacques Thomas (manuscrit Douce), Genève, 1989.

6 Dans cette direction, voir l'étude indispensable de Philippe Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age, Genève, 1969, et, pour le domaine épique, les études réunies dans Burlesque et dérision dans les épopées de l'Occident médiéval, Actes du colloque International de Strasbourg, 16-18 septembre 1993, éd. Bernard Guidot, Besançon, 1995.

7 Voir les indications de Jacques Thomas dans le Glossaire de son édition, p. 769.

8 Nous devons cette judicieuse remarque à la sagacité de Denis Collomp, qui a, à juste titre, soulevé cette question lors du débat qui a suivi la présente communication. Lorsque les barons conseillent à Charlemagne de lui donner davantage, Maugis répond négativement (vv. 9048-9049).

9 Voir le Glossaire de l'édition de Jacques Thomas, p. 764, qui ne donne que le sens de "plateau", pouvant en effet convenir à la scénographie générale du passage ; cela dit, comme il y faut découper les viandes, une petite table semple plus commode qu'un simple plateau posé sur les genoux de Maugis ; il faut aussi imaginer un meuble plus bas qu'une table ordinaire, pour que Charlemagne soit contraint de se mettre a genoillons. L'idée d'un eschequier roont demeure sémantiquement assez paradoxale ; est-ce là, comme l'a supposé Micheline de Combarieu du Grès lors de la discussion, un ouvrage de marqueterie ? C'est fort possible, et cela pourrait expliquer l'absence de nappe, puisque Maugis est seulement pourvu d'une toaille (v. 9024). Faut-il y voir aussi un écho interne – et cruel – de la mort accidentelle de Bertolais, tué par Renaut d'un coup d'eschequier (vv. 2193 ss.) ? C'est sans doute pousser trop loin l'interprétation. Quoi qu'il en soit, on est si mal renseigné sur les realia du mobilier médiéval que l'exacte nature de cet accessoire demeure conjecturale.

10 Dans cette direction, voir en particulier l'ouvrage de Jean Subrenat, Etudes sur « Gaydon », chanson de geste du xiiie siècle, Aix-en-Provence, 1975. Gaydon est l'un des témoignages les plus éclairants quant à l'inversion des valeurs qu'a connue l'évolution du Charlemagne épique.

11 Comme l'a judicieusement suggéré Denis Collomp lors de la discussion de notre communication. Si isolés que soient l'attitude et le geste de Charlemagne au sein du domaine littéraire, ils ne sont pas absolument dépourvus de référents dans l'ordre des realia. Il était en effet d'usage, dans les cours royales et en des repas particulièrement solennels, de mettre un genou en terre en présentant les plats, geste réservé au commun des servants, ainsi distingués des écuyers tranchants et des échansons dont le rôle était tenu par de hauts personnages. Sur cette pratique et son iconographie (notamment dans la Broderie de Bayeux), voir Zeev Gourarier, Arts et manières de table en Occident des origines à nos jours, Thionville, 1994, p. 65. Cela dit, le fait que Charlemagne demeure à genoux et mette de sa propre main la première bouchée entre les dents de Maugis demeure parfaitement original.

12 Voir Ernst Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age, Paris, 1989, trad. fr. de l'édition originale de Princeton, 1957.

13 C'est ce qu'a fait observer avec raison Micheline de Combarieu du Grès dont nous reprenons ici la suggestion.

14 Voir Georges Dumézil, Le roman des jumeaux et autres essais (...). Esquisses de mythologie publiées par Joël H. Grisward, Paris, 1994, en particulier pp. 175-184. Saluons ici l'admirable travail de Joël H. Grisward qui a su rendre à la lumière les dernières pensées de Georges Dumézil.

15 Sans développer complètement le parallèle, résumons ici, en note, ces deux passages. Le premier, aux laisses 209-212, montre une fois encore Maugis dans le camp de Charlemagne, cette fois comme prisonnier et en grand danger d'être pendu. Charles voudrait hâter l'exécution, mais les barons accordent un délai : une nuit que, bien sûr, Maugis saura mettre à profit. La table royale est à nouveau le théâtre d'une véritable scène de comédie, où le prisonnier fait preuve, là encore, d'un solide appétit, tandis que Charlemagne, lui, perd le sien (vv. 10439-10440) :
"Sire, ce dist Maugis, volentiers mengeroie.
— Mengier ? Et ! dist Karllon, ja Dex ne vos en oie !"
La colère du roi est à son comble ; pourtant, quand les barons insistent pour faire asseoir Maugis à ses côtés, il accepte l'idée comme gage de sûreté ; Maugis, en effet, ne saurait être trop bien gardé (vv. 10450-10453) :
"Et ou serra Maugis ? ce dist Karlles li ber.
Par mon chief, dist Rollant, aprés vos l'aserez.
— Volentiers, dist li rois, ce estoit mes pensez :
Ne m'en creroie mie en home qui soit nez."
Olivier et Roland observent malicieusement la scène ; furieux et impatient de se venger, Charlemagne a du moins la satisfaction de pouvoir surveiller au plus près le condamné (vv. 10454-10459) :
Joste l'empereor s'est Maugis acotez,
Mult par fu bien la nuit peüz et abevrez.
Karlles ne menga gaires, qui mult est effreez,
Ainz esgarde Maugis, de lui pendre entesez,
Quer il ne garde l'ore qu'il li soit eschapez ;
Olivier et Rollant si s'en sunt ri assez.
Ici encore, sanctionné par ce sourire furtif mais significatif, Charlemagne est parfaitement ridicule, et la belle ordonnance de la table royale est détournée au profit de la dérision. Cela dit, le ton de l'épisode est plus léger, moins riche d'implications, et relève plus de l'humour que du burlesque. Il vaut surtout par le jeu d'échos qui le relie à l'épisode que nous avons examiné. Le second passage qui appelle un rapprochement avec le nôtre est, lui, d'une tonalité toute différente : causé par la rivalité entre les fils de Renaut et ceux de Fouque de Morillon, le désordre s'introduit au palais. Le service de table est gravement troublé, et la nef de Charlemagne, autre symbole éminent du pouvoir, est renversée et brisée (laisse 406, vv. 13610-13613) :
Roharz li fiz Focon Aymon a encontré
Qui portoit le vin Karlles enz en une grant nef,
Et Rohart le bota, le traïtor prové,
Que li vins espandi, li vaissel est cassé.
Loin du rire comme du sourire, la scène n'est pourtant pas sans rapport avec celle du festin troublé des noces de Pépin et de Blanchefleur dans le Garin. Le seul point commun avec les deux autres cas est l'identique localisation du désordre qui, d'une manière ou d'une autre, met en cause l'ordre du service aulique comme expression privilégiée de l'ordre féodal. Unique mais essentielle relation qui unit en profondeur ces trois séquences narratives dans une même perspective : lieu nourricier explicite et espace sacral implicite, la table royale révèle dans les perturbations de son ordonnance la crise de la représentation de la souveraineté. La diversité même des éclairages – burlesque, humour, récit dramatique – confirme l'importance de sa valeur symbolique.

16 Voir nos articles, « Un locus amoenus de la féodalité menacée : la description de Géronville dans Gerbert de Mez », dans La description au Moyen Age. Actes du colloque de Lille, 25-26 septembre 1992, éd. Aimé Petit, Bien Dire et Bien Aprandre n° 11, 1993, pp. 239-260, et « Pays et paysages du Languedoc dans l'épisode gascon de Renaut de Montauban », dans Languedoc et langue d'Oc, Actes du colloque de Toulouse, 25-28 janvier 1996, à paraître dans Perspectives Médiévales, 1996.

Auteur

Université de Toulouse-Le-Mirail

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540