Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

La table épique

Banquet, conflit et fidélité dans Garin le Lorrain et Gerbert de Metz

Despina Ion

Texte intégral

1Dans toute civilisation le banquet semble un haut lieu de la sociabilité. Le festin de l’Occident médiéval ne fait pas figure à part. Les images et les textes provenant des 12e-15e siècles posent le repas en espace privilégié de l’expression du statut social des convives et de leurs relations.

  • 1 Pour ces attributs du banquet, on se reportera à l’ouvrage La sociabilité à table : commensalité e (...)

2Occasion de rassemblement des membres d’une communauté, lieu de partage et de communion, scène de la hiérarchie affichée1, le banquet médiéval est censé fonctionner comme instrument d’investigation des rapports sociaux à l’intérieur d’une collectivité.

  • 2 Nous nous référons aux éditions de J.E. Vallerie, Garin le Loheren, New York, Ann Arbor, Edwards B (...)
  • 3 Nous utilisons ce terme pour désigner un groupe fondé sur la notion de parenté. Il ne s’agit nulle (...)
  • 4 Ces caractéristiques des festins aristocratiques sont mises en évidence par Bruno Labrioux, Op. ci (...)

3Les textes sur lesquels porte notre réflexion, Garin le Lorrain et Gerbert de Metz2, invitent, par leur sujet et par le nombre de repas qu’ils présentent, à utiliser le banquet à cet effet. Ces poèmes épiques évoquent le conflit entre deux lignages3, les Lorrains et les Bordelais ; ce faisant, ils mettent également en évidence les relations que chacun des groupes entretient avec la royauté qui est représentée par plusieurs personnages : Pépin, le roi de France, sa femme Blanchefleur et Anseïs de Cologne. La question se pose de savoir si le banquet joue, par son caractère codifié et discriminatoire4, un rôle dans l’évolution des rapports entre ces trois forces sociales ou du moins dans la présentation que les auteurs en font.

  • 5 Trois repas se rattachent à ce type : Garin, vers 8611-22 et Gerbert, vers 5279-342, 10 930-80.
  • 6 Seul le repas de Garin se tient dans la ville assiégée mais il garde sa fonction discriminatoire. (...)
  • 7 Garin, vers 6021-168, 12 141-46 et vers 2042-50 de l’édition Taylor. Dans Gerbert les banquets app (...)

4Les poèmes contiennent non moins de douze repas, exception faite de ceux qui, l’espace de deux vers, servent de cadre à une action ou de frontière entre deux scènes. En analysant les véritables festins dans la perspective des circonstances narratives où ils apparaissent, on remarque qu’ils pourraient être regroupés en deux catégories. Une première catégorie concerne ceux qui ont lieu lors d’un épisode guerrier dans l’un des camps engagés dans le conflit5. Ces repas dont la présentation laisse une large-place à la nourriture interviennent généralement à l’occasion d’un siège, dans l’armée assiégeante, à un moment où les assiégés sont menacés par la faim. Le festin est dans ce cas signe de situation privilégiée, sa présence dénote la supériorité économique et militaire de ceux qui l’organisent6. La seconde catégorie est constituée par les repas d’apparat qui se déroulent dans le palais royal ou dans une demeure seigneuriale en période de paix ou de trêve7. Ces banquets insistent moins sur le menu que sur le service et la hiérarchie à table.

5Seule cette dernière catégorie est censée servir notre propos. Encore fera-t-on un choix parmi les repas qui y figurent. On retiendra uniquement ceux concernant les trois protagonistes : banquets qui rassamblent Lorrains, Bordelais et une figure royale ou banquets qui réunissent seulement deux de ces actants mais sont l’occasion de décisions qui touchent le troisième.

*

  • 8 Il nous est difficile de savoir si l’archevêque agit de concert avec les autres Bordelais, le text (...)

6Un seul repas de ce genre figure dans Garin, aux vers 6019-167. Après une guerre d’envergure qui a opposé les Bordelais aux Lorrains, les principaux membres des deux groupes se trouvent à la cour pour conclure la paix. Par la même occasion on doit célébrer les noces de Garin, le chef du lignage lorrain, avec Blanchefleur. Si la paix est unanimement acceptée, le projet de mariage n’aboutit pas : à la suite d’un complot entre l’archevêque de Reims, Bordelais, et le roi, les deux fiancés sont séparés et la jeune fille sera épousée par Pépin8. Les Lorrains n’ont que vaguement conscience de cette intrigue et ils approuvent le mariage. Ainsi, au moment du repas qui suit l’alliance matrimoniale, les deux groupes ne se trouvent pas en situation conflictuelle mais leurs rapports sont fragiles.

  • 9 A l’époque carolingienne et sous les premiers Capétiens, les officiers de bouche sont des personna (...)

7La description du banquet commence par quelques vers consacrés au service9. On note l’existence de plusieurs panetiers et échansons. L’auteur précise que Garin assure auprès du roi le service du vin, alors que son frère Begon a la responsabilité des plats cuisinés.

  • 10 Voir J.P. Martin, Les motifs dans la chanson de geste, Lille, Centre d’Etudes Médiévales et Dialec (...)

8Garin, debout, muni de la coupe royale, attire les regards. Blanchefleur, assise à côté de Pépin, admire le Lorrain et regrette d’avoir épousé le roi. Bernard de Naisil, le vétéran du groupe bordelais, installé à une autre table en compagnie de ses parents, jalouse la place occupée par Garin et en parle à son neveu, Fromont, chef du groupe. Il l’incite à protester car, prétend-il, le service du vin ne devrait pas revenir à Garin mais à Fromont lui-même. Malgré les insultes dont son oncle l’accable, Fromont ne veut pas agir : il considère que Pépin a le droit de distribuer les offices. Cette attitude de Fromont met Bernard en colère. Il se lève, se dirige vers Garin et essaie de lui arracher la coupe. Le vin se répand sur les vêtements. Il s’ensuit un échange de propos entre Garin qui n’entend pas se dessaisir de la coupe, mais qui ne veut pas non plus répliquer par la force, et Bernard de Naisil. Garin traite Bernard avec ironie, celui-ci l’insulte et le menace, tout en réessayant de s’emparer de la coupe. Cette fois-ci, Garin a une réaction violente : il frappe Bernard avec la coupe elle-même, la seule arme qu’il ait à sa portée. La coupe, objet et sujet de la dispute, se transforme en arme de combat. La rixe éclate. Bernard est secouru par les Bordelais attablés, Garin par ses neveux panetiers et échansons. Les Lorrains sont en difficulté. Blanchefleur y est sensible. Elle intervient auprès de son époux en lui reprochant de ne pas défendre ceux qui l’ont toujours bien servi, à savoir les Lorrains. Le bruit arrive jusqu’à la cuisine où Begon demande au maître queux de mobiliser son équipe pour combattre les Bordelais. Il résulte une description pittoresque calquée sur le motif de la bataille10 :

Dont veïsiez tant gros pestail saisir,
Tante cuillier et tant crochet tenir,
Et tant garçon de la cuisine issir,
Qui ja vorrunt desor Fromont ferir.
Et li quenz Begues va. i. hastier saisir,
Plain d’oiselés qui sunt chaut et rosti ;
Bonne est la broche de fer aponteïs ;
O palais vint o fu li fereïs.
Le premier home que Begue consuïs,
C’est de Boloigne, conte Isoré le gris.
Begues le fiert qui fu maltalentis,
Parmi le col dou hastier que il tint,
Que li clers sanz li cort aval le vis ;
(vers 6114-26)

  • 11 Ibidem, p. 84-99 et 119-21.
  • 12 L’empoisonnement d’un seigneur lors d’un repas non seulement qu’il est attesté au douzième siècle (...)

9Et le combat se poursuit jusqu’à la défaite des Bordelais dont les chefs sont emprisonnés. Le passage à la séquence narrative suivante est réalisé à l’aide du motif « accusations mensongères » 11 : pour retrouver sa liberté et celle des parents, Bernard de Naisil prétend que Garin aurait voulu assassiner Pépin. Et bien qu’aucun détail ne soit fourni à ce propos, il nous est permis de penser à l’empoisonnement, le moyen le plus commode et le plus fréquent, à l’époque, de tuer celui à qui on sert du vin12.

  • 13 De tels couples, formés d’individus ayant à s’occuper l’un de la cuisine, l’autre de la boisson, s (...)

10En revenant à l’organisation du repas, on remarque l’existence du couple de frères Garin-Begon, qui renvoie à la dichotomie vin-nourriture13. Garin assure le service du vin, il se tient près de la table. Begon s’occupe de la nourriture, il est absent du repas, mais il dirige l’équipe de cuisiniers qui ont à leur disposition des instruments spécifiques, susceptibles de se transformer en armes de combat. L’auteur fait en sorte que l’un des frères puisse être vu, jalousé et attaqué et que l’autre puisse intervenir d’une façon inattendue, pittoresque et efficace.

11En quoi ce banquet nous renseigne-t-il sur les rapports entre les Bordelais, les Lorrains et le couple royal ?

  • 14 Un autre repas réunit Pépin et les Lorrains mais il ne présente pas ces personnages comme officier (...)
  • 15 Au sujet de la fonction de sénéchal, voir F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises (...)

12D’abord il nous fournit des informations sur la position sociale des convives. Le roi et sa femme occupent la place privilégiée à table : c’est autour d’eux que s’affairent les officiers de bouche. Les autres personnages mis en évidence sont justement ceux qui servent à table. Ils sont tous des Lorrains. Les offices plus "modestes" de panetier et d’échanson reviennent à six des neveux de Garin et de Begon. Il s’agit de jeunes chevaliers qui se trouvent à la tête de fiefs importants. Aux services les plus renommés, celui du vin auprès du roi et celui des plats cuisinés, se trouvent Garin et Begon eux-mêmes. Si la présence des neveux au service peut s’expliquer par le désir de Pépin de gratifier les Lorrains, qui avaient consenti à son mariage avec Blanchefleur14, celle des deux frères trouve une autre explication. Garin et Begon avaient été nommés par Pépin sénéchaux de France. En vertu de cette nomination, ils n’ont pas seulement à s’occuper de l’armée royale et de la justice mais aussi à jouer un rôle dans le cérémonial de cour : ils doivent servir le roi à table lors des grands événements15.

13Les Lorrains sont donc à l’honneur, ils occupent des positions privilégiées dues soit aux égards momentanés du roi, soit à une charge de prestige. Il n’y a aucun Bordelais parmi les officiers de bouche. La jalousie qui envahit Bernard de Naisil procède d’un sentiment de marginalisation, voire d’exclusion. Le vieux Bordelais a l’occasion de remarquer la différence de statut entre sa parenté et la Lorraine.

14On assiste à un repas dont le personnage central, Pépin, entend remercier et honorer les Lorrains. L’attitude convenable de tout convive serait de respecter la volonté de celui qui offre le repas, en l’occurence le roi. Le propos de Fromont à Bernard le montre bien :

Et dist Fromons : « Mervelles puis oïr.
Cui que il place ne ne doie enbellir
Li rois donra ses mestiers a servir,
La merci Dieu, je m’en puis bien soufrir [...] »
(vers 6052-5)

  • 16 C. Gauvard note que des gestes comme ceux de refuser la nourriture, renverser le vin, jeter de la (...)

15Mais le comportement de Bernard de Naisil ne va pas dans le même sens. Se taire signifierait approuver l’ordre établi. Or c’est justement ce que Bernard ne peut pas concevoir. En se manifestant violemment, il fait savoir à l’assemblée qu’il conteste la présence des Lorrains auprès du roi. L’insulte, l’agressivité physique, normalement exclues d’un banquet, servent de moyen d’expression à son esprit protestataire16. En attaquant celui qui sert du vin, Bernard s’en prend également à celui qui préside le repas. Autrement dit, le geste à l’encontre de Garin est aussi dirigé contre Pépin. En disputant la coupe, Bernard revendique au chef lorrain ce dont la coupe témoigne : la fonction de sénéchal, la plus importante fonction publique du royaume. Et par le même geste il reproche à Pépin la nomination de Garin à cette charge.

  • 17 Certes la psychologie des personnages n’est pas nettement définie et Fromont peut être violent ou (...)

16Ce banquet, premier face-à-face entre Lorrains, Bordelais et le couple royal, se montre donc riche en renseignements sur la cour de Pépin. Il permet de réunir tous les personnages importants du royaume, de mettre en évidence une hiérarchie, de déclencher des réactions représentatives de la personnalité de chacun. Il a le mérite de préciser l’attitude des Bordelais par rapport à la situation sociale des Lorrains et la position royale à l’égard du conflit entre les deux lignages. Par ailleurs, il présente de façon exemplaire individus et groupes dans ce qu’ils ont de significatif, dans leurs traits caractéristiques. L’épisode fait voir un roi faible, qui n’entend pas intervenir (tel que Pépin l’est en toute circonstance), une reine énergique qui favorise les Lorrains (et c’est ce qu’elle fait tout au long du texte), des Bordelais jaloux et agressifs ou plus précisément deux types de Bordelais : l’un violent et acharné (Bernard de Naisil), l’autre pacifiste et modéré (Fromont)17 ; des Lorrains patients dans un premier temps mais combatifs et efficaces si l’ennemi insiste dans la provocation.

17Ce repas est le seul moment du poème qui réunisse les trois forces sociales dans un contexte moins rigide et limitatif que celui des conseils royaux. Il offre aux individus le temps de s’observer, de se rapporter les uns aux autres, de réagir. Sorte de "stop-cadre" sur ce monde guerrier dont les individus emportés par les faides et les croisades sont en mouvement perpétuel, le banquet est dans l’esprit de l’auteur le moment privilégié pour présenter les personnages et leurs relations au niveau politique.

18Par cette capacité de faire ressortir l’identité des protagonistes et la hiérarchie sociale, mais aussi par son effet de surprise — l’acte inattendu de Bernard de Naisil – et de pittoresque – l’affrontement aux ustensiles de cuisine — le festin des noces de Pépin est certainement l’un des passages les plus marquants du texte. Il a de quoi frapper public et trouvères.

*

  • 18 On sait que d’autres chansons de geste comportent des scènes conflictuelles se déroulant à table. (...)

19Dans Gerbert, poème qui continue l’action de Garin, on est en présence d’une série de repas qui, bien qu’ils puissent se rattacher à la tradition épique18, ne sont pas sans évoquer le festin qu’on vient d’étudier.

  • 19 Op. cit., vers 4515-26.
  • 20 Après la mort de Garin, assassiné par les Bordelais, c’est Gerbert qui se trouve à la tête du grou (...)

20Le premier a lieu à la cour de Cologne19. Les jeunes Lorrains, trahis par Pépin, s’y trouvent pour offrir leurs services au roi Anseïs dont le pays est attaqué par les Sarrasins. Grâce à la vaillance de Gerbert, de son cousin Gérin et de leur ami Mauvoisin, les Païens sont vaincus. En signe de reconnaissance le roi offre la main de sa fille au jeune chef lorrain20. On procède aux fiançailles qui sont accompagnées d’un repas. Le trouvère note l’ambiance de liesse, quelques préparatifs. Il précise qu’Anseïs et sa femme se trouvent au plus haut doiz et mentionne l’existence d’une belle rangée de chevaliers. Le repas est abondant et somptueux.

21Ce banquet marque un projet d’alliance, il installe en quelque sorte les Lorrains à la cour de Cologne et par cela même il sert de prologue au prochain repas et indirectement à tous ceux qui suivent.

  • 21 Ce festin se trouve aux vers 10 439-534.
  • 22 Les Lorrains étaient rentrés en France pour défendre la forteresse de Géronville attaquée par les (...)

22Le deuxième festin du texte21 emprunte son contexte au premier : il apparaît après un combat contre les Sarrasins et revêt un aspect matrimonial. Les terres d’Anseïs étant envahies par les Infidèles, ce roi demande de l’aide aux jeunes Lorrains qui ne tardent pas de prendre la route de Cologne22. Fromondin, fils de Fromont et actuel chef du groupe bordelais, poursuit l’armée lorraine avec l’intention de l’attaquer au moment même où celle-ci combattra les Sarrasins. Mais, arrivé sur le champ de bataille, Fromondin change d’avis et se range du côté des Chrétiens. Une fois les Païens vaincus, il redevient l’ennemi des Lorrains. Le combat qui les oppose se termine par la capture du Bordelais. A la cour d’Anseïs règne une ambiance de fête. Le roi demande à Gerbert d’épouser Biautris et d’accepter la couronne. Le Lorrain n’est pas du tout sensible à cette proposition qu’il délègue à Gérin. fout le monde étant d’accord, Gérin épouse la fille d’Anseis, devient roi de Cologne et un festin s’ensuit.

23Après avoir précisé que le jeune couple se trouve au maistre dois et évoqué le va-et-vient des seneschaus, le trouvère change de décor pour retrouver Fromondin dans sa prison. Cellui-ci, apprenant la nouvelle du mariage, pense aussitôt aux conséquences néfastes que l’alliance des Lorrains avec Anseïs peut avoir sur le sort de son propre lignage et se dit prêt à agir. Il envoie un messager à Gerbert pour lui demander la permission d’assister à la fête et pour lui proposer ses services comme officier de bouche. Les Lorrains n’y voient pas d’inconvénient et Fromondin fait son apparition dans la salle du palais.

24A ce moment Mauvoisin sert du vin à Gérin. Fromondin saisit la coupe et, d’un ton malicieux, dit au jeune chevalier que ce n’est pas de son rang de porter la ne devant un haut personnage. Mauvoisin, sur le point de prendre sa revanche, aperçoit le regard de Gerbert, se calme et va servir d’autres convives. Fromondin, placé auprès de Gérin, invite ce dernier à boire de la coupe car, dit le Bordelais, c’est son ennemi mortel qui la lui offre. Et il ajoute que jamais son ancêtre n’avait servi Garin ou Begon, si ce n’est de son épée. Gérin se tait, alors que Gerbert demande à Fromondin, tout en l’assurant qu’il ne risque rien, quelle attitude il aurait si les rôles étaient inversés. La réponse arrive sans hésitation : il les tuerait. Gérin s’apprête à attaquer le Bordelais mais Gerbert intervient : Fromondin sera livré à la justice de Pépin.

25Les analogies que ce banquet présente avec celui mis en scène par Garin sont évidentes.

26Dans les deux cas il s’agit d’un repas de noces dont la place d’honneur est occupée par l’époux : c’est à celui-ci qu’on présente la coupe.

27L’époux est à chaque fois un personnage qu’on ne pensait pas retrouver dans ce rôle. Dans Garin c’est le héros éponyme qui aurait dû épouser Blanchefleur ; dans le second texte c’est Gerbert le fiancé de Biautris et non pas Gérin.

28Ensuite, il est question de deux mariages qui constituent tous les deux des alliances avantageuses pour le groupe lorrain (avec le roi de France dans le premier cas, avec le roi de Cologne dans le second cas), alliances susceptibles de se retourner contre le clan bordelais.

29Les Bordelais sont marginalisés lors du repas de Paris et exclus de celui de Cologne. Toutefois, la situation de ce lignage à Cologne appelle quelques précisions. D’abord tous ses personnages importants, à l’exception de Fromondin, sont morts. Le groupe est formé, à ce moment du récit, d’une masse d’anonymes dont le chef est, vu sa situation de prisonnier, absent du repas. Mais Fromondin veut être du banquet. Bien plus, il considère qu’il y trouve sa place. Le message qu’il transmet à Gerbert et que ce dernier reprend devant Gérin le montre :

« Oiés, cosin, que Fromons a mandé !
Grans hontes est qu’il n’est ci au disner. »
Et dist Gerin : « Il se dist verité. »
(10 467-9)

30Ce que Fromondin suggère c’est que son statut d’ennemi des Lorrains ne doit pas faire oublier qu’il est une des personnalités du royaume de France et qu’il a contribué à la victoire sur les Sarrasins, victoire qui représente une des motivations du festin. Etant donné sa qualité de baron chrétien, Fromondin finit par intégrer la fête et, de plus, dans une posture valorisante : il se voit accepté au service du vin.

31Pour Fromondin le repas n’est pas seulement un moyen de libération, il est aussi champ de manifestation. En effet, la présence à table, le service du vin sont censés lui offrir le cadre propice pour faire entendre son discours provocateur. Il en est conscient au moment où il demande une place d’officier de bouche. Ce qu’il poursuit, ce faisant, c’est de défier les Lorrains. Car tout est défi dans son comportement, défi dont l’ampleur se mesure par rapport aux manières de table : Fromondin insulte et brusque celui qui sert du vin, il dit son hostilité à celui qui préside le repas, de même qu’à celui qui lui a permis d’être présent au banquet. Il se sert donc de la charge honorifique que les Lorrains lui avaient attribuée — le service du vin — pour se retourner contre les Lorrains eux-mêmes.

32L’attitude de Fromondin lors de ce repas rejoint celle de Bernard de Naisil à Paris : même agressivité contre le porteur de la coupe, même volonté d’exprimer un point de vue. Mais si la conduite de Bernard procédait d’un refus d’accepter la suprématie des Lorrains et d’un espoir d’abaisser leur position, celle de Fromondin provient d’un besoin de légitimation. Dépourvu de parents, captif des Lorrains qui viennent d’accéder à la royauté, Fromondin ne peut pas espérer la réaffirmation sociale de son lignage. Ce qu’il lui reste c’est de proclamer les mérites de ses ancêtres et son intention de continuer la politique familiale défavorable aux Lorrains. Pour exprimer avec plus de clarté son hostilité, il ne se limite pas à se désigner comme ennemi mortel du groupe de Gerbert mais il fait intervenir la génération antérieure. En évoquant les ancêtres, lorrains et bordelais, il rappelle discrètement que c’est le conflit qui caractérise les relations entre les deux lignages.

33Et Bernard et Fromont font donc retentir leur orgueil et leur haine dans le cadre convivial du repas. Pour eux le banquet est révélateur d’une hiérarchie sociale qui les désavantage. Mais il est aussi tribune, espace idéal pour la transmission de leur message.

34Tout porte à croire que le poète de Gerbert a eu à l’esprit le banquet de Garin au moment où il a mis en scène les noces de Gérin. Si différence il y a entre les deux séquences, elle s’explique par la volonté de souligner la déchéance du groupe bordelais : Fromondin n’agit pas pour contester la position sociale des Lorrains, comme le faisait Bernard, mais pour proclamer ses ressentiments.

35Il ne fait pas de doute que, sous l’influence de la tradition épique, mais surtout grâce au modèle de Garin, notre poète devient conscient des vertus rhétoriques du banquet, sensible à la capacité du festin de dévoiler les rapports des individus au pouvoir ; les autres repas du texte en témoignent.

  • 23 Gerbert, vers 11 489-506.
  • 24 A partir de ce moment, Pépin, Blanchefleur et Anseïs disparaissent du récit, la royauté devenant l (...)

36Le banquet qui suit celui de Cologne23 s’inscrit lui-aussi dans un contexte matrimonial. Gerbert, secondé par Fromondin, repousse l’armée sarrasine qui avait pris possession de la Gascogne, il épouse la fille du roi Yon et devient maître du pays24. A l’occasion du festin qui célèbre ces événements, Gerbert veut rendre public son changement d’attitude à l’égard de Fromondin. Assis à table, à la place d’honneur et avant que le repas commence, Gerbert s’adresse à haute voix à Fromondin pour lui proposer son amitié, de même que deux fiefs et le service du vin. Fromondin accepte avec reconnaissance.

37Encore une fois le banquet apparaît comme lieu d’une parole qui doit se faire entendre. Mais aussi d’un ordre social procédant de la volonté du seigneur. Ce festin marque l’entrée de Fromondin dans le groupe de fidèles de Gerbert. On assiste donc à l’officialisation des relations de clientèle et le service du vin concrétise cette évolution. Le repas scelle un accord et représente le début d’une longue période d’entente entre les deux clans.

  • 25 Gerbert, vers 11 834-38.

38Le prochain repas25, organisé lui-aussi par Gerbert, n’apporte aucun changement quant à la position des convives à table et l’identité des officiers de bouche. On retrouve Fromondin au service du vin et Mauvoisin au service des plats. La hiérarchie semble fixée, les rôles distribués et l’ordre en place unanimement approuvé. Ce festin, sans déclaration ni querelle, le premier du texte, exprime justement la stabilité des rapports entre les clans.

  • 26 Ibidem, vers 12 606-18.

39Au banquet suivant26, un pas supplémentaire est franchi dans l’évolution de ces relations. Au retour du combat, Fromondin et les Lorrains s’arrêtent à Bordeaux. Apprenant l’incendie de l’abbaye Saint-Seurin, Gerbert s’engage à la reconstruire. Fromondin, pour montrer sa reconnaissance, lui offre un repas. Le trouvère prend le temps de nous présenter le Bordelais en qualité d’hôte : il se rend à la cuisine pour s’assurer que tout va bien, il demande au maître queux d’accélérer les préparatifs. Il installe Gerbert au maistre doit, il fait venir de la nourriture en abondance, il sert la coupe au chef lorrain. Ce repas marque l’apogée des relations entre les deux individus et les groupes qu’ils représentent.

40Mais voici que les travaux à Saint-Scurin donnent accès à la sépulture de Fromont, père de Fromondin. Et Gerbert a l’idée, surprenante, d’enlever le crâne de son ancien ennemi pour en faire faire une coupe dont Fromondin lui serve à boire. Une fois le crâne transformé en vase, le jeune Lorrain convoque tous ses proches à une grande fête pour la Pentecôte. Au moment du repas, Gerbert, assis à sa place de souverain, demande à Mauvoisin de lui apporter la nouvelle coupe pour que Fromondin l’utilise lors du service ; et il ne manque pas de préciser que ce vase est unique au monde.

41Tout le passage est centré sur la coupe : Gerbert la demande, Mauvoisin l’apporte. D’abord attendue, la coupe est ensuite admirée, touchée :

Devant Gerbert, a ta table plus grant,
Asist [Mauvoisin] la coupe, ou li fins or resplant.
Gerbers la voit, entre ses mains la prant,
Gerin la baille, a cui il est parent.
« Cousins, » dist il, « por Diu omnipotent,
Veïstes onques coupe d’or ne d’arjent
Ne devant roi ne devant amirant
Qui tant par fust belle ne avenant ? »
Et dist Gerins : « Nanil, se Dieus m’amant. »
(vers 12 924-932)

42Et finalement Gerbert la prend entre les mains et la tend à Fromondin :

Gerbers apelle Fromondin en riant :
« Tenez cette coupe et servez liemant. »
(vers 12 933-34)

43Le lendemain la coupe est de nouveau utilisée par Fromondin pour servir les Lorrains. Mais cette fois-ci le poète s’attarde sur le repas que prennent les officiers de bouche séparément, une fois le banquet terminé. A cette occasion le Bordelais boit de la coupe et un compagnon se charge de lui dire la vérité. Fromondin a du mal à le croire. Gerbert le reconnaît et Fromondin défie les Lorrains. Une nouvelle série de conflits armés est ainsi amorcée.

44Une fois de plus le banquet est conçu par le poète comme moment de rencontre, comme scène de l’évolution des relations entre les individus. C’est dans le cadre du repas que doit s’accomplir l’acte de vengeance envisagé par Gerbert. L’attitude de ce personnage contrevient par trois fois au code du repas. D’abord Gerbert commet un méfait par rapport à un convive : le geste du crâne métamorphosé en objet de table porte atteinte à la sensibilité de Fromondin. Ensuite il fait défaut à son statut de seigneur, de personne qui attribue les places et les fonctions lors des banquets : Gerbert profite de la charge qu’il avait accordée à Fromondin — le service du vin — pour abuser ce personnage. Et, enfin, il transforme le repas, univers de la parole manifeste, du geste affiché, en espace de dissimulation. Le jeune Lorrain s’empare donc du banquet pour en faire une fête de la vengeance. Il brise ainsi l’homogénéité affective de la communauté, ce qui entraîne le regroupement des convives en deux camps et remet en cause la paix sociale.

*

45Les banquets qui figurent dans Gerbert jouent tous — excepté le premier, qui fait fonction de prologue — sur les rapports qui s’établissent entre Lorrains et Bordelais à travers le service du vin. Ces banquets forment un réseau et chacun tire sa signification des relations qu’il entretient avec les autres. Le premier de la série a pour rôle d’exprimer la position de Fromondin à l’égard des Lorrains, d’affirmer le caractère conflictuel des liens entre les deux clans. Le repas suivant sert au contraire à sceller une volonté réciproque de fidélité. Le récit continue en présentant deux autres festins qui ont pour but de suggérer la stabilité des relations, voire le zèle de Fromondin à servir Gerbert. Et, arrivé à ce moment où l’on pourrait croire que l’animosité n’est qu’un mauvais souvenir, le poète met en scène un ultime banquet, destiné à bouleverser l’ordre social, à rallumer le conflit. Ce dernier banquet rejoint le premier par sa dimension dramatique. Le cercle se ferme et la coupe, tour à tour symbole de l’autorité convoitée, signe d’amitié, preuve de fidélité et même instrument de trahison, aura bien servi les intentions du poète ; à savoir sa volonté de présenter repas après repas l’état des rapports entre les deux lignages et la position de chaque groupe dans l’échiquier politique.

46Si l’auteur de Garin a saisi la capacité du banquet de rendre compte en même temps de la structure de la société, des réactions des individus face à la hiérarchie et par cela même du profil intérieur des personnages, le poète de Gerbert n’a pas été insensible au modèle de son prédécesseur. Il a su s’en servir pour en faire un outil efficace. Car le banquet de Garin, unique, singulier, exemplaire, laisse la place dans Gerbert à une série de banquets, non moins exemplaire dans l’ensemble Devenu récurrent, le banquet se charge cette fois-ci non pas d’exprimer le caractère profond et immuable des convives mais, au contraire, de tracer l’évolution de leurs rapports.

47Figurant toujours entre deux épisodes guerriers, les scènes de banquet de ces textes font penser aux entremets des festins médiévaux : elles sont là pour surprendre, divertir, mais aussi pour nous montrer le savoir-faire de ces maîtres de cérémonie que sont les trouvères.

Notes

1 Pour ces attributs du banquet, on se reportera à l’ouvrage La sociabilité à table : commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du Colloque de Rouen, novembre 1990, Publications de l’Université de Rouen, 1992, en particulier à la deuxième partie (A table, hiérarchie ou égalité, p. 118-252) et à la troisième (Commensalité et convivialité, p. 253-358). On consultera également les études de B. Labrioux (« Table et hiérarchie sociale à la fin du Moyen Age », p. 87-108) et de O. Redon (« La réglementation des banquets par les lois somptuaires dans les villes d’Italie », p. 109-121) publiées dans le recueil Du manuscrit à la table. Essais sur la cuisine au Moyen Age et Répertoire des manuscrits médiévaux contenant des recettes culinaires, sous la direction de Carole Lambert, Champion-Slatkine, Les Presses de l’Université de Montréal, 1992.

2 Nous nous référons aux éditions de J.E. Vallerie, Garin le Loheren, New York, Ann Arbor, Edwards Brothers, 1947 et de P. Taylor, Gerbert de Metz, Lille, Giard, Louvain, Editions Nauwelaerts, 1952. Toutefois, nous considérons que Garin ne prend fin qu’au vers 2470 de Gerbert. Voir F. Lecoy, « Sur Gerbert de Metz : lieux et date », Romania. 77 956, p. 417-35 et J.P. Martin, « Sur les prologues des chansons de geste : structures rhétoriques et fonctions discursives », Le Moyen Age, 93, 1987, p. 185-201.

3 Nous utilisons ce terme pour désigner un groupe fondé sur la notion de parenté. Il ne s’agit nullement de lui prêter la signification qu’il présente chez les ethnologues.

4 Ces caractéristiques des festins aristocratiques sont mises en évidence par Bruno Labrioux, Op. cit. et Marc Aurell, « Le roi mangeur et les élites à table », La sociabilité.....p. 118-29.

5 Trois repas se rattachent à ce type : Garin, vers 8611-22 et Gerbert, vers 5279-342, 10 930-80.

6 Seul le repas de Garin se tient dans la ville assiégée mais il garde sa fonction discriminatoire. Son rôle est de souligner une différence d’ambiance à la suite d’un combat : les Bordelais victorieux préparent un festin, alors que dans le camp lorrain on s’inquiète pour la vie du chef, Garin, grièvement blessé.

7 Garin, vers 6021-168, 12 141-46 et vers 2042-50 de l’édition Taylor. Dans Gerbert les banquets apparaissent aux vers 4515-26, 10 435-534, 11 489-506. 11 834-38, 12 605-18 et 12 906-13 057.

8 Il nous est difficile de savoir si l’archevêque agit de concert avec les autres Bordelais, le texte étant confus à ce sujet. C’est ce personnage qui suggère à Pépin d’invoquer l’existence d’une proche parenté entre Garin et Blanchefleur pour empêcher le mariage.
A partir du moment où les fiancés sont séparés sous prétexte d’inceste, toute la communauté considère que Blanchefleur appartient au groupe de parenté lorrain. Et Pépin lui-même, lorsqu’il manifestera son désir d’épouser la princesse, il sera obligé de demander sa main aux Lorrains.

9 A l’époque carolingienne et sous les premiers Capétiens, les officiers de bouche sont des personnages importants D’origine noble, ils font généralement partie de l’entourage du roi.

10 Voir J.P. Martin, Les motifs dans la chanson de geste, Lille, Centre d’Etudes Médiévales et Dialectales, Université de Lille III, 1992, p. 162-63.

11 Ibidem, p. 84-99 et 119-21.

12 L’empoisonnement d’un seigneur lors d’un repas non seulement qu’il est attesté au douzième siècle mais constitue l’objet de craintes obsessionnelles. Voir F. Collard, « Le banquet fatal : la table et le pouvoir dans l’Occident médiéval », La sociabilité .... p. 335-442.

13 De tels couples, formés d’individus ayant à s’occuper l’un de la cuisine, l’autre de la boisson, sont fréquents dans la mythologie indo-éuropéenne Selon J H. Grisward les deux personnages sont solidaires, complémentaires, et ils ne peuvent pas être appréhendés séparément. Cf. Archéologie de l’Epopée médiévale. Paris, Payot, 1981, p. 264-71.

14 Un autre repas réunit Pépin et les Lorrains mais il ne présente pas ces personnages comme officiers de bouche : Garin. vers 12 141-46.

15 Au sujet de la fonction de sénéchal, voir F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Age, Paris, PUF, 1957, t. 2, p. 48-85 et A. Luchaire, Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens, Paris, A. Picard, 1883, t l, p. 159-201.

16 C. Gauvard note que des gestes comme ceux de refuser la nourriture, renverser le vin, jeter de la nourriture ou du vin à la figure d’un commensal, fréquents lors des repas médiévaux, marquent une volonté de provocation Cf. « Cuisine et paix au moyen âge », La sociabilité..., p. 325-34.

17 Certes la psychologie des personnages n’est pas nettement définie et Fromont peut être violent ou rancunier. Toutefois, lorsqu’ils sont amenés à se prononcer sur une question, Bernard et Fromont ont le plus souvent des attitudes opposées, montrant chacun le caractère précité (Voir les vers 6854-991, 7934-8034 et 8296-380). Ce n’est qu’après la disparition de Bernard du récit que Fromont va assumer le rôle du "mauvais Bordelais".

18 On sait que d’autres chansons de geste comportent des scènes conflictuelles se déroulant à table. Cf. par exemple Raoul Je Cambrai, éd P. Meyer et A. Longnon, Paris, SATF, 1882, vers 3079-5556.

19 Op. cit., vers 4515-26.

20 Après la mort de Garin, assassiné par les Bordelais, c’est Gerbert qui se trouve à la tête du groupe lorrain.

21 Ce festin se trouve aux vers 10 439-534.

22 Les Lorrains étaient rentrés en France pour défendre la forteresse de Géronville attaquée par les Bordelais.

23 Gerbert, vers 11 489-506.

24 A partir de ce moment, Pépin, Blanchefleur et Anseïs disparaissent du récit, la royauté devenant l’apanage des Lorrains.

25 Gerbert, vers 11 834-38.

26 Ibidem, vers 12 606-18.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540