Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

Certains regards

Le discours du banquet dans les Cent Nouvelles Nouvelles, les Évangiles des Quenouilles et le Livre de la Deablerie

Dominique Lagorgette

Texte intégral

1Le monde de la fin du Moyen Age tel qu’il est représenté dans la tradition littéraire populaire semble omnubilé par la convivialité. Les récits brefs du xvème siècle en effet mentionnent fréquemment les occasions où un groupe festoyé. Il s’agit en fait de la perpétuation d’un topos littéraire déjà présent dans les fabliaux, les sotties et que l’on trouvera plus tard dans les farces puis porté à son apogée par Rabelais. Le banquet, tel qu’il est mis en scène dans les récits brefs, est le cadre privilégié du coup de théâtre. Comme au théâtre, d’ailleurs, il réunit un public venu là en quête de divertissement, à la recherche de quelque bon mot à glaner et dont l’attente est rarement déçue. De plus, cette scène sociale réunit les trois unités chères à la dramaturgie. Enfin, tous nos textes se voulant le recueil de soirées, qui à la Cour de Bourgogne, qui chez les sorcières des Flandres, ces scènes de banquet ont aussi une fonction de mise en abîme. Dans ces festins, on montrera moins des manières de table que des comportements sociaux. Ces comportements, comme nous le verrons, paraissent conditionnés par le sexe des personnages. Selon que les héros seront des hommes ou des femmes, l’histoire n’aura pas le même déroulement et ne sera pas présentée de la même manière. Un texte comme le Livre de la Deablerie, publié au début du xvième siècle, nous permettra de mieux cerner en quoi ces deux types peuvent coexister. Discours sur le banquet, donc, qui mènera ensuite à examiner le discours du banquet et, plus largement, du festin tel qu’il est rapporté et mis en scène dans les récits brefs, comme les Cent Nouvelles Nouvelles et les Evangiles des Quenouilles.

1. Discours sur le banquet : le Livre de la Deablerie

  • 1 Eloy d’AMERVAL, Le livre de la deablerie, éd. R. DESCHAUX et B. CHARRIER, Genève, Droz, 1991.

2En 1508 est publié un texte en vers au titre fort prometteur : le Livre de la Deablerie1. Son auteur, Eloy d’Amerval, est un prêtre du Nord de la France.

  • 2 op. cit., Livre 1, chapitres 6 à 45 (v.485-2913).
  • 3 op. cit., Livre 2.
  • 4 op. cit., Livre 2, chapitres 48 à 62 (v. 7172-7312).
  • 5 op. cit., Livre 2, chapitres 53-54 (v.7797-7931; 8005-8020).
  • 6 op. cit., Livre 2, chapitres 54-55 (v. 7932-8004). On notera que ce passage est enchâssé dans les (...)

3Tandis que les bûchers font rage, cet auteur choisit, pour renforcer voire fortifier la foi de ses ouailles, de montrer Satan aux prises avec Lucifer : d’après son maître, Satan ne met pas assez de cœur à l’ouvrage pour corrompre les humains. L’incriminé se voit alors obligé de dresser une liste des succès dont l’Enfer lui est redevable2. Lucifer s’incline et Satan lui révèle alors les secrets des chrétiens3. Le voilà donc qui passe en revue les différentes faiblesses et forces des croyants. Un groupe de chapitres entier4 est alors consacré aux femmes, et parmi celles ci, Satan se penche plus particulièrement sur les “mignonnes” qui se fardent et fréquentent les banquets5. Ce lieu a l’air propice pour détourner le beau sexe de ses pieuses préoccupations, puisque le diable lui consacre deux cents vers. Toutefois, il doit reconnaître le sérieux de certaines, qui savent se tenir et font de ce fait l’objet d’une étude particulière6.

1.1. “Le banquet des mignonnes”

4En 130 vers (v.7797-7924), l’auteur montre “Comment Sathan se mocque des banquets des mignonnes du temps présent”. Ces vers associent un mets à une femme, dont on décline le prénom, tandis que l’homme qui offre la nourriture reste anonyme, désigné dans la majorité des cas par “l’aultre” :

  • 7 v. 7812 -7820.

L’aultre, pour tirer en avant,
Vous donne d’ung tres bon poulet,
Qu’il a trenché sur son volet,
Bouilly aux herbes, a Rolline ;
L’aultre du rosty a Colline ;
L’aultre presente a Parrenelle
D’un gras chapon une bonne elle ;
L’aultre une cuisse de perdris
A la gracieuse Bietris ;7

5On trouve ainsi cinquante deux prénoms de femmes, pour quarante huit occurrences de “l’au(l)tre”, car quatre de ces autres dorlottent non seulement leur belle mais aussi ses amies ou sœurs.

6Plus des trois quarts de cette série sont en fait consacrés à dépeindre les mets que les galants font ingurgiter à leurs belles, comme si la bonne chair avait des vertus aphrodisiaques, ou, tout au moins, comme si elle était la condition nécessaire à toute séduction. On insiste sur le fait que ces plats sont gras, riches et peu ordinaires :

  • 8 v. 7839 -7840.
  • 9 v. 7883 -7888.

L’aultre du franc pays d’Artois
Pelle, au cœur gay et courtois.
Du fromage gras a Louise;8
(..) L’aultre a la belle Cyprienne
Et a la gente Vivyenne
Raisins, noisilles et almandes.
Qui sont delicates viandes
Pour nos mignonnes, bien pelees,
En beau sucre toutes meslees.9

  • 10 Pour une analyse de la tradition de Saint Grégoire, voir dans ce même recueil l’article d’Yves ROG (...)

7Les cent premiers vers sont uniquement consacrés au manger. Puis vient le boire (v.7889-7897) et enfin l’on passe aux badinages verbaux ou non verbaux (v.7898-7924), sans jamais rapporter aucun dialogue. On remonte en quelque sorte du ventre vers le gosier puis la tête, et se dessine alors au sein même du texte un corps féminin sous les effets conjugués de la nourriture concrète et spirituelle. La satiété commence à se manifester dans l’estomac et l’on grise ensuite ces dames de vin puis de bons mots. Les séducteurs, qui semblent être partout à la fois, tant cette duplication de “l’aultre” devient obsédante, déploient des trésors d’ingéniosité pour envelopper les belles dans une atmosphère sensuelle et capiteuse. Ouvertement, la nourriture est la clé menant à la sensualité féminine, aussi montre-t-on la ripaille comme le premier mouvement vers la débauche On lie ainsi étroitement deux péchés capitaux : la gourmandise et la luxure. L’un mène directement à l’autre. Ce motif n’est pas nouveau, puisqu’il est déjà présent chez Grégoire, auquel se réfère fréquemment par ailleurs notre texte10. On assiste ici à un laisser-aller généralisé, qui commence par la bonne chair et finit par la chair tout court, comme le sous-entend pudiquement Satan :

  • 11 v. 7925 -7929.

La sont noz amoureux malades
Et gettent les doulces œillades
Sur elles, je l’enten ainsi.
Si font elles sur eulx aussi,
Il ne faut point autrement dire.11

8Les belles paroles et les œillades sont évoquées comme les dernières attaques. Le but recherché par les séducteurs est tout simplement la mise en éveil des sens. Ainsi que le montre la fin du passage consacré aux mignonnes en banquet, tous les sens sont sollicités les uns après les autres. La vue, le goût et l’odorat entraient en jeu avec les différents plats, voici maintenant l’ouïe avec les bons mots et enfin le toucher avec la fin du repas, par le biais du lavage des mains, auquel préside le galant de service, devenu pour l’occasion pourvoyeur de parfum :

  • 12 v. 8010-8017.

Et puis, avant lever de table,
Leur présentent a chieres lyes
Beau claré, ypocras, oublyes,
La belle eaue a laver leurs mains,
Enten bien, qui n’est pas du mains,
Souef, fleurant comme beau basme.
Toute la salle s’en embasme
De grant odeur ; n’en doubte pas.12

  • 13 v. 19267-19338
  • 14 cf Platon, La République, éd. Robert BACCOU, Paris, Garmer-Flammarion, 1966. Se reporter en partic (...)

9Le banquet, en fournissant une occasion au groupe de se réunir dans un contexte festif, est le lieu consacré par la collectivité aux sens : la nourriture, la boisson sont autant d’éléments qui mettent en émoi aussi bien la vue que le goût et l’odorat, parfois aussi le toucher. Le prêtre, auteur de ce texte, ne s’y trompe pas, puisqu’il ne cesse de mettre en garde ses lecteurs contre les effets nocifs des fêtes, mais aussi l’abus des sens : une section du recueil, englobant tant les femmes que les hommes, est consacrée au bon usage des sens13. C’est là le siège des passions depuis l’antique philosophie platonicienne14, aussi s’y attaque-t-on sans trève. Ces sens sont apparemment reliés les uns aux autres de manière intime car l’on voit que les hommes ne s’y trompent guère, en attaquant de manière systématique le système nerveux des dames par sens interposés. Le banquet devient un exercice préliminaire de mise en condition, comme si l’éveil des cinq sens avait pour effet d’endormir le sens du devoir...

10Le discours des galants est mentionné, sans pour autant faire l’objet de citations. En fait, Satan n’a pas en tête une typologie du discours amoureux, mais bien plutôt un état des lieux quant aux manières de table gauloises. De plus, les hommes n’intéressent pas le narrateur à ce moment du récit : nous avons déjà vu que ces sections sont consacrées aux femmes, aussi les hommes sont-ils anonymes, sans corps, muets et réduits à des fonctions. Les voilà vecteurs du Mal, comme le serpent face à Eve – symboles de la séduction bien plus que personnages. Des jeunes beautés, nous obtenons une image presque identique aux blasons, chacune étant caractérisée par un trait distinctif, physique ou psychologique. Ces mignonnes s’accumulent et avec elles prend forme une tablée joyeuse. Mais seuls les rires féminins en constituent le paysage sonore. Transformées en objets (elles en occupent d’ailleurs grammaticalement la place), elles sont en définitive, du haut de leur passivité lascive, le point de mire de la très longue liste.

  • 15 Les Evangiles des Quenouilles, éd. M, JEAY, Québec, Presses de l’Université de Montréal, 1985.
  • 16 v. 2269-2273.

11Certains des prénoms des jeunes femmes sont connus, dans la mesure où ils apparaissent dans les Evangiles des Quenouilles15, associés à des femmes de mœurs discutables. Le lien entre les deux textes est avoué par Satan, qui inscrit les Evangiles des Quenouilles parmi ses plus belles réussites en matière de corruption des humains16. Ces prénoms semblent être des clichés, qui caractérisent les femmes du peuple. Satan présente ces dames comme s’il avait assisté de visu à leur chute, se permettant même des hésitations sur les identités, qu’il retrouve ensuite. Voici donc à nouveau Alison, Baudette, Beatrix, Guillemette, Janette, Janeton, Janon, Jehanne, Jorgette, Margot, Marion, Martine et Parrine. Dans les Evangiles, toutes ces héroines sont réputées pour leurs mœurs légères. Dans la mesure où le Livre de la Deablerie renvoie nommément à ce texte, on peut supposer que cette similitude n’est pas due au hasard. De toutes façons, nous sommes face à des femmes qui inversent les rôles : au lieu de nourrir les hommes, les voilà nourries par eux. En effet, la femme trop légère semble perdre les attributs classiques de la mère nourricière pour devenir au contraire une femme dévoreuse. On assiste à un changement radical des fonctions sociales. Seules les femmes mangent dans cet extrait : l’homme dilapide son bien, son patrimoine, la femme devient littéralement une croqueuse de dot. Elle se remplit sans fin, elle engloutit le monde au lieu de lui donner le jour. Est-ce contradictoire ?

  • 17 Mikhaïl BAKHTINE, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au moyen âge et sous la Ren (...)

12Mikhaïl Dakhtine, dans son étude consacrée à Rabelais17, a bien montré la récurrence et l’importance de l’absorption de nourriture dans les textes populaires. Nous retrouvons ici une image qui va dans ce sens :

  • 18 op. cit., p. 282.

Dans l’absorption de nourriture, les frontières entre le corps et le monde sont surmontées dans un sens favorable au corps, qui triomphe sur le monde, sur l’ennemi, qui célèbre sa victoire, qui croît à son détriment. (..) Le triomphe du banquet est universel, c’est le triomphe de la vie sur la mort. À cet égard, il est l’équivalent de la conception et de la naissance. Le corps victorieux absorbe le corps vaincu et se rénove18.

13Nos dévoreuses prennent en fait une place généralement occupée par les hommes : là où la tradition populaire montre de nombreux paysans et bourgeois faisant ripaille, rares sont les femmes occupant cette fonction dans les textes qui nous sont parvenus. Si l’on s’appuie sur cette analyse de Bakhtine, on voit que cet acte d’auto-régénération féminin est doublement scandaleux : la femme est deux fois capable de vaincre la mort. Pourtant, par sa participation à cet acte, elle ira droit chez Satan.

14Les femmes vertueuses, pourtant, ne sont pas exclues du banquet. Satan est bien obligé de l’admettre :

  • 19 v. 7933-7939.
  • 20 v.7944-7946.
  • 21 v.7956-7957.

Mais en usant de telles parolles
Je ne preten toucher en rien
N’aux filles, n’aux femmes de bien
Comme dessus j’ay protesté ;
Car, a dire la vérité,
J’en congnoy trop et ça et la
Qui jamais ne sont a cela,
Lucifer, ne ne daigneroyent; (..)19
Jeunes filles et jeunes femmes
Peuvent bien chanter aux grans festes
Et estre gentes et honnestes (..)20
Sans penser a nulle follie
N’a quelque mal aucunement.21

  • 22 sic, pour Alain Chartier, v. 7973.

15Les femmes sages, elles, si elles savent se tenir, auront la place qu’elles méritent : sur leurs gardes, les voilà sujets, actants à part entière. Tant et si bien que cet “aultre” tentateur se perd dans l’anonymat total du simple pronom, une troisième personne à peine existante et dont le référent est si noyé sous la vertu féminine qu’il en devient littéralement une non personne. On passe ainsi de “quelqu’ung la regarde” (v.7965) à “on” (v.7967). La femme qui se respecte sait se faire respecter, à tel point que l’élément masculin disparaît. Elle devient l’unique sujet du passage. La femme honnête sait à la fois être agréable compagne de table et chaste gardienne de son honneur. Peut-être est-ce la façon choisie par Satan pour montrer combien celte vertu est farouche et vaillante si l’étymologie ne ment pas : l’homme s’efface graduellement du passage au profit d’une femme courageusement drapée dans sa dignité, comme dans une armure morale. On trouve d’ailleurs une expression d’allure guerrière au vers 7966 : “se tenir sur sa garde”. Point de flirt ici. La femme ne se laisse pas griser, elle est intelligente et sait déjouer les tours des séducteurs de noces et banquets. Satan fournit pieusement un guide des bonnes manières allant en ce sens dans ce passage. Il va même jusqu’à renvoyer à un élément bibliographique, en louangeant “Jehan Chartier”22 Notons au passage que cette vertu féminine remarquable a été en définitive codifiée par un homme. Voilà peut être qui explique la soudaine intelligence prêtée à la femme ? D’ordinaire, on lui attribue plutôt la ruse... Finasserie ou esprit, toujours est il que certaines savent s’opposer aux tracasseries des galants. Pourtant, ce passage est vite clos par un retour aux moeurs dissolues des mignonnes. Le banquet est vecteur de vice, et le reste du recueil renforce cette théorie en montrant combien une telle occasion peut être nocive aux hommes.

1.2. Le Banquet des hommes.

16Ce n’est pas tant la sociabilité qui est condamnée par le narrateur que le lien privilégié entre nourriture excessive et vice. Avant d’attaquer les dames, Satan a rêglé leur compte aux hommes. Tout d’abord, mentionnant la luxure, le diable déclare :

  • 23 v. 4026-4030.

Luxure, quant bien m’en souvient,
A ventre plein voulentiers vient,
Car, comme dit bien Saint Gregoire,
Ung chascun membre genitoire
Est prochain du ventre, enten bien.23

17Plus loin, il ajoute :

  • 24 v. 4226-4230.

De tout pays, de toute terre,
De tout lieu, de toute contrée,
Voulentiers après la ventrée
Appellent le deduyt des dames,
Des fillettes, des jeunes femmes.24

  • 25 v. 4753-4884.
  • 26 v. 6434-6780.

18L’excès de nourriture semble être la voie royale menant au vice, et cet excès-là ne fait qu’en préparer bien d’autres, comme le montrent les vers 4476 à 4496. Un déséquilibre alimentaire mène à un déséquilibre moral. Tous les pêchés sont associés, et qui se livre à l’un s’expose aux autres inéluctablement. Pour calmer les velléités gloutonnes, Lucifer lui-même se met à décrire quels doux traitements il se propose de décerner aux “frians et gourmands”25. Quant aux “mondains gourmans qui ne pensent que de la panse”, trois cents vers les dépeignent aux prises avec leur obsession26. Robert Delors montre que l’Eglise n’aime guère les fêtes populaires :

  • 27 Robert DELORT, La Vie au Moyen Age, Paris, Le Seuil, 1982, p. 141.

Les veillées populaires peuvent durer toute la nuit, mais l’Eglise les regarde d’un mauvais oeil et prétend qu’elles incitent à la licence”27.

19Eloy d’Amerval ne saurait dire le contraire. Le Livre de la Deablerie dépeint les hommes au banquet comme de vils tentateurs, eux-mêmes totalement dominés par leur corps, leurs désirs et finalement dépourvus de jugement, comme des animaux. On en arrive à une vision simpliste et dépréciative de cet acte social de cohésion et d’appartenance au groupe. Tout est ramené au niveau de la chair, de la luxure ou de la gourmandise. C’est qu’en fait, le banquet, ou même le repas festif plus généralement, ne visent pas la survie du corps humain par l’alimentation. Ils cherchent à produire avant tout un plaisir, comme leur organisation intrinsèque tend à le prouver, puisque chaque sens est censé y trouver son compte : outre la nourriture, qui charme à la fois la vue, l’odorat et le goût, le toucher est sans cesse sollicité, dans l’absorption des mets, tandis que les spectacles viennent satisfaire la vue et l’ouïe. Le principe du banquet ne s’accorde guère au dogme religieux en cours, car la volupté impliquée par les préparatifs et le déroulement du repas célèbrent le corps, la félicité d’être vivant, d’être un groupe. Comme le remarquait Bakhtine, le repas de groupe marque une victoire sur le monde, non une mortification devant le Très Haut. Voici peut être qui explique cet acharnement de Satan sur les participants du banquet. L’être humain doué d’une âme est montré ravalé au rang minimal de la conscience, dominé qu’il est par le viscéral. Bien sûr, les femmes n’échappent pas à l’éreintement et les quelques héroïnes qui savent se tenir en un tel lieu seront d’autant plus remarquables, mais leur intégrité sera en proie à la tentation. Seule une extrême vertu, trait avant tout masculin, est à l’origine de la sauvegarde féminine. Les hommes, de fait, n’y sont pour rien - bien au contraire.

20En quelque sorte, les hommes au banquet, tels qu’ils sont dépeints par Satan, sont soit des gourmands, obsédés par leur estomac, soit des séducteurs de bas étage qui tendent piège sur piège aux jeunes femmes, lesquelles n’attendent que cela, de toute façon. La nourriture est dans tous les cas associée au pêché, elle semble en être l’auxiliaire principal - dans la plus pure des traditions bibliques, puisque c’est la pomme qui symbolise le pêché originel. On est bien loin ici des représentations christiques de la Cène, comme l’on en trouve fréquemment dans les banquets arthuriens. Il s’agit en fait de l’exact opposé, puisque la nourriture, au lieu de marquer la régénérescence morale et spirituelle du mangeur en marque plutôt la chute. C’est qu’ici les aliments n’ont pas de fonction symbolique ou métonymique, comme le pain et le vin. Au contraire, chaque plat sera choisi en fonction de la femme à séduire et sera pris dans sa réalité culinaire, non comme symbole. En quelque sorte, la rhétorique d’Amerval se situe dans une logique métaphorique plus proche de l’Ancien que du Nouveau Testament. On respecte le schéma de l’Ancien Testament, tout en inversant les rôles : ce n’est plus la femme qui use de la nourriture pour séduire l’homme, mais bien plutôt l’homme qui offre à sa compagne de quoi se sustenter.

21Voici donc un discours sur le banquet qui paraît bien peu optimiste. L’aspect solennel sous-entendu par l’occasion est totalement évacué pour laisser place aux badinages les plus divers. Même la parole, qui d’ordinaire distingue l’être humain de l’animal, n’est pas accordée aux protagonistes.

22Deux cents vers racontent les banquets des mignonnes, mais ne les autorisent pas à parler directement. Il en va de même avec les femmes honnêtes. On est face à un tableau que ne renierait pas Bosch, tout aussi muet qu’une toile de maître. C’est bien un tableau que veut en effet dresser l’auteur, un tableau édifiant et emblématique de toutes les situations dînatoires où se trouvent mis en présence les deux sexes.

  • 28 Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. P. SWEETSER, Genève, Droz, 1966

23En fait, cette vision du banquet est assez commune, comme nous allons le voir. Maintenant que le décor est planté par Satan-moraliste, nous pouvons passer aux représentations du festin dans les Cent Nouvelles Nouvelles28 et les Evangiles des Quenouilles, où nous retrouverons bien des points entrevus Voyons comment est mis en scène le discours du banquet.

2. Le discours du banquet.

24Dans le Livre de la Deablerie, nous avons remarqué déjà combien hommes et femmes semblaient portés sur la bagatelle par la bonne chair. Toutefois, pas d’érotisme, même si le lien entre nourriture et sensualité est affirmé. Dans les Cent Nouvelles Nouvelles, certains vont plus loin : le cadre de la table amène automatiquement une exhibition du corps, et en particulier des parties sexuelles, mais seuls les hommes sont exhibitionnistes. Même si les femmes sont présentes, elles ne se livrent pas à ce genre de manifestations. De plus, le discours direct paraît lié à cet acte et reste donc à l’initiative des hommes. Mais il ne saurait s’agir d’actes gratuits. On doit donc distinguer le banquet des hommes de celui des femmes, si toutefois ce dernier existe.

2.1. Pouvoir de la parole, parole du pouvoir.

25Dans deux des Cent Nouvelles Nouvelles, respectivement les nouvelles 64 et 80, on assiste à deux scènes d’exhibitionnisme dans le cadre de repas réunissant un certain nombre de témoins. Les deux cas paraissent à première vue très éloignés l’un de l’autre, mais nous montrerons qu’ils participent en fait d’une même idée symbolique.

26Dans la Nouvelle 64, un curé qui confesse ses paroissiennes en les engrossant décide, lors d’une réception chez l’un de ses amis, de se moquer de Trenchecouille, lequel porte sa fonction sociale dans son patronyme. Le curé imagine de se faire lier sur une table et de demander à Trenchecouille de lui ôter l’un de ses testicules. Le curé, au dernier moment, doit se détacher et effrayer le naïf castreur. Mais les paroissiens saisissent là l’occasion rêvée de neutraliser les velléités confesseuses du prêtre, qui finit bel et bien infirme. Comme le remarque Bakhtine :

  • 29 Mikhaïl BAKHTINE, op. cit., p. 292.

Dans la littérature récréative latine des xii et xiiièmes siècles, les images de banquet, ainsi que celles liées à la virilité, sont habituellement concentrées autour de la figure d’un moine ivrogne, goinfre et paillard.29

  • 30 Comme le fait remarquer Mikhaïl BAKHTINE, p. 292 :” En fait, cette histoire n’est rien d’autre que (...)

27Point de moine ici, mais l’on reste dans la même configuration sociale. En fait, il s’agit d’un topos littéraire éculé, usé jusqu’à la trame par les fabliaux. Cette histoire plutôt triviale fait même l’objet de textes en latin30. Toutefois, l’auteur des Cent Nouvelles Nouvelles a passablement remanié le cadre et le déroulement de cette anecdote. Tout d’abord, il a installé son curé dans un lieu public ; ensuite, il ne s’agit plus de mari jaloux et castrateur, mais d’un châtreur professionnel et extérieur à l’affaire ; pas de femme sur les lieux du crime (qui, dans la version originale, avait lieu dans la chambre du flagrant délit); et enfin, pas de responsabilité pour les maris cocus puisque c’est le curé lui-même qui a l’idée de la farce. On évolue donc d’une vengeance en huis clos, triangulaire, vers un rêglement de comptes de groupe en public. Le fait-même que l’histoire soit située dans le cadre d’un banquet est un moyen aisé de placer l’action dans un espace public où l’on peut se permettre des "blagues" - ce qui justifie la proposition du curé. De plus, le fait qu’il y ait un public servant de témoin assure, d’une part, l’humiliation totale de la victime, mais aussi l’infaillible attestation de la responsabilité de cette même victime quant à son triste sort.

28En ce qui concerne les prises de parole, on doit noter que le prêtre est l’instigateur du discours direct (1. 33-34), comme si le narrateur voulait lui-même témoigner de l’innocence de Trenchecouille dans cette histoire en rapportant les paroles exactes du curé. A partir du moment où le curé est castré, il perd l’accès au discours direct (1. 96-98), comme si l’impuissance était symboliquement transférée vers le langage, lui-même vecteur du rôle social. On observe dans ce texte un glissement du discours direct : tout d’abord, le curé en est le principal détenteur, puis le castreur, soudain revêtu du pouvoir que donne l’action, et enfin l’hôte, qui conservera ce pouvoir jusqu’à la fin, d’autant plus qu’il n’a jamais été trompé par le curé. On assiste ici à un double mouvement qui met en parallèle pouvoir social et prise de parole Qui perd l’un est exclu de l’autre.

29Bakhtine décrit ce même type de processus de couronnement d’un événement :

  • 31 Bakhtine, op. Cit., p. 282.

La nature victorieuse et triomphale de tout banquet fait de lui non seulement le couronnement adéquat, mais encore l’encadrement adéquat de toute une série d’événements capitaux. C’est pourquoi chez Rabelais le banquet couronne presque toujours, ou bien encadre, un événement (les sévices infligés aux Chicanous par exemple).31

30Ici, il s’agit d’un encadrement dans la mesure où la castration est située au milieu du repas. Le banquet sert de décor à ce coup de théâtre. On peut pourtant parler aussi pour cet épisode de couronnement dans la mesure où la castration du prêtre marque une régénération pour les villageois, comme la fin de la nouvelle l’indique. Cette renaissance est liée à son opposé, la castration.

  • 32 Cette castration, synonyme de mort dans la mesure où la perpétuation de l’espèce est rendue imposs (...)

31Cette image de la castration est particulièrement significative dans ce contexte pour plusieurs raisons : en premier lieu, du fait de l’inversion des fonctions sociales, qui fait que le chantre de la chasteté se retrouve symboliquement dépourvu des organes dont il est censé prôner la régulation chez ses ouailles. De plus, ce prêtre est sacrifié sur une table, ce qui pourrait renvoyer à une Cène inversée, dans la mesure où ce sacrifice fatal est orchestré par la victime elle-même mais n’amènera pas de résurrection ni de fertilité (ici au sens littéral). Enfin, pour reprendre les termes de Bakhtine, le banquet est souvent associé à la fertilité, la naissance, et la mutilation paraît encore plus scandaleuse du fait qu’elle a lieu à table.32

32Cette idée d’encadrement adéquat est encore plus manifeste dans la nouvelle 80, où là encore l’exhibitionnisme est orchestré par le principal intéressé. Mais cette fois, point de mutilation puisque c’est au contraire dans le but de pouvoir concevoir que le jeune époux dévoile ses organes génitaux au nombreux public qu’il a réuni à cette fin. En effet, las d’entendre sa femme se plaindre de la modestie de ses moyens, le mari décide de se plier au jugement de toute la communauté (1.40-42). le banquet est à nouveau encadrement d’un événement. Il est aussi couronnement, dans la mesure où le mariage malheureux semble en danger, avant cet acte extrême. Toute la famille de la jeune fille est invitée, afin de la convaincre. La famille est en fait représentée, dans le discours direct, par les femmes. Ces dernières sont réunies sous la forme d’un locuteur unique, qui cautionne l’autre locuteur du passage, à savoir le mari. Personne ne songe à s’offusquer du dévoilement masculin, sur la table, tant la situation est grave. La table, à nouveau, comme dans la nouvelle 64, sert d’étal. On met, dans ces deux récits, le corps dans la même position que la chair animale dévorée au banquet. Dans le cas du curé, ce n’est pas un hasard si Trenchecouille est d’abord décrit comme un “tailleur de gens” ; et dans le cas du marié, on retrouve cette réification du vivant dans l’expression : “il mist sa denrée avant sur la table”. Ce sexe, ainsi décrit, semble extérieur à son possesseur, devient un accessoire. On notera que la pornographie emploie souvent ce recours pour intensifier la notion voyeuriste qui transforme l’actant en spectateur de sa propre action (l’usage du possessif opérant paradoxalement une mise à distance). La transgression est en quelque sorte renforcée par cette mise à distance du sujet.

  • 33 op. cit., p. 278.

33La jeune femme quitte le discours indirect lorsqu’elle tente de se justifier, et sa famille est alors reléguée dans le discours rapporté. L’image du jeune âne évoqué par la jeune épouse crée un effet comique, mais surtout met sur le même plan l’ordre animal et l’être humain. La partie du corps considérée comme noble parce qu’à l’origine de la vie devient un objet de rire, comme les testicules du curé. Nous avons déjà remarqué chez Eloy d’Amerval combien la chair était associée au pêché et en quoi la nourriture et le charnel étaient ravalés au rang dégradant d’auxiliaires du Malin. Ce motif apparaît dans ces deux nouvelles, où sont associés exhibitionnisme sexuel et repas. Comme le remarque Bakhtine “les images de banquet sont étroitement mêlées à celles du corps grotesque”33. En attirant l’attention sur une partie du corps en particulier, on rend cette partie grotesque parce qu’elle est soudain isolée du reste. Cette objectivation est encore renforcée par l’utilisation de la table du banquet, détournée de son usage primaire. Ou plutôt, l’utilisation de cette table renforce encore l’aspect charnel de la partie du corps en la mettant sur le même plan que la nourriture. Dans le cas du curé, l’action, nous précise-t-on, a lieu au milieu du repas, ce qui renforce l’analogie entre les chairs animale et humaine. Comme si le bien être lié au repas rendait l’homme plus vulnérable, lui ôtant sa réserve, son intellect, pour le laisser aussi dépourvu qu’un animal. En fait, le curé est affaibli par sa causticité et sa naïveté, puisqu’il perd même l’instinct vital qui le protégerait de la castration. Quant au jeune homme, c’est en toute candeur, du haut d’une naïveté toute juvénile, qu’il s’expose aux regards du cercle familial. L’exhibitionnisme, dans ces deux cas, n’a donc aucune visée sexuelle. Il renvoie au contraire à des conceptions du corps qui lui ôtent toute connotation libidineuse. Il ne s’agit pas de séduction, mais de jeu ou de démonstration. En fait, on est face à deux attitudes enfantines, tant leurs motivations semblent loin de l’acte sexuel.

34On retrouve ce trait dans la nouvelle 20, où un (autre) jeune époux naïf tombe en pleurs au milieu d’un dîner, se croyant responsable de la mort de ses parents. Ici encore, c’est une mère qui fait office d’interlocuteur pour le groupe. Cette mère d’ailleurs se doit de prendre la parole, puisqu’elle est directement à l’origine du malentendu : pour que le mariage soit consommé entre sa fille et cet homme, la mère et un médecin ont fait croire à l’époux que l’acte sexuel était le seul remède pour guérir l’anémie (feinte) de sa femme. Le mari, au banquet, pleure ses parents qu’il n’a pas su soigner... On voit que les mères dans ces deux nouvelles sont les médiatrices privilégiées entre la virilité et la féminité (aucune autre voix ne se fait entendre dans cette nouvelle). Les femmes ont généralement l’air d’être absentes de ces lieux, dans la mesure où elles ne sont jamais montrées ou citées, sauf en tant qu’archétype familial. Pour preuve, les personnages lorsqu’ils sont introduits par des syntagmes nominaux désignatifs sont ramenés à des archétypes renvoyant à leur seule fonction familiale ou sociale : ils n’ont jamais de noms propres (mis à part Trenchecouille, dont l’anthroponyme suffit à remplir la double fonction de description et de dénomination).

35Ces trois exemples de banquets masculins montrent que ces scènes sont importantes dans l’ordre du récit. Les nouvelles 64 et 80 ont pour cadre le banquet et nous avons vu que ce cadre est essentiel pour la réussite des actions. Quant à la nouvelle 20, les six premières pages ne font que préparer le coup d’éclat final, au banquet. Les scènes impliquant des hommes sont, dans ces trois cas, reliées à la fois à la représentation grotesque du corps et à un rapport tendu entre les deux sexes, le féminin l’emportant d’ordinaire.

36Toutefois, la femme n’est guère présente au banquet. Et lorsqu’elle y figure, n’attendons pas d’action intense ; Satan l’a bien traduit à Lucifer : la femme au banquet est dissipée, mais rien d’important ne se produit, sans hommes auxquels s’opposer.

2.2 Silence de la mère

  • 34 Evangiles des Quenouilles, 1. 1056-1064 : “Or ça, dist l’une (..), il est jeudy qui est jour de ré (...)
  • 35 1.1078-1084 : “De la chiere qu’elles firent, riens n’en sçay fors ce que l’endemain m’en fut dit. (...)

37Dans les Evangiles des Quenouilles, le scripteur évite soigneusement la soirée de ces dames, d’autant plus que tous les préparatifs du banquet sont pensés CONTRE les hommes en général et les époux en particulier34 . Le secrétaire affiche un très net mépris vis-à-vis de ses hôtesses35, lequel se renforce encore le lendemain lorsque les participantes se querellent. Elles se moquent les unes des autres, jusqu’à ce que l’une des jeunes n’insulte maladroitement un personnage haut en couleurs du recueil et maintes fois cité : Mehault Ployarde. Celle-ci n’apprécie pas du tout l’allusion à son âge :

  • 36 1.1109-1115

– Et comment, dist une jone fille qui l’escoutoit, dame Mehault, vous qui estes si vielle et si ancienne, vouldriez vous aincoires gymberter et y a il en vous aincoires vaine qui y tende ?
A ceste parolle mist dame Mehault ses mains a ses costez et en grant courroux lui respondy que voirement avoit elle aincoires une verde vaine (..).36

38Cette scénette, à première vue innocente, est la seule du recueil où un conflit ait lieu. Comme par hasard, il est lié à un acte convivial uniquement féminin. La querelle suivant le festin tend à illustrer point par point les préceptes de Satan sur la gloutonnerie - ou plutôt, il semblerait que Satan ait assisté personnellement au banquet des fileuses, tant sa description des gourmands semble correspondre aussi aux vieilles femmes. Ici, pas d’action réelle, juste des tracasseries, du caquetage. On est ainsi fidèle à la description stéréotypée des festins de commères, tels qu’ils apparaissent dans des textes comme les Quinze Joyes de Mariage, par exemple.

39Lorsque ces dames prennent la parole, c’est systématiquement pour dire du mal d’autrui : leurs époux, les hommes ou leurs compagnes. De même que leur discours, leur consommation est démesurée, puisqu’elles ont visiblement toutes trop bu. Ces "sorcières" sont donc en définitive aussi débauchées que les hommes. Elles ne connaissent pas leurs limites et oublient de s’arrêter. Mais surtout elles n’ont pas besoin d’être incitées à boire par des hommes : elles y arrivent très bien sans eux.

40Même si elles portent de nombreux traits de personnalité caricaturaux, on doit noter que ces femmes sont extrêmement indépendantes (elles n’ont d’ailleurs pas forcément le même nom que leur époux, lorsqu’elles sont mariées). Et cette indépendance par rapport à la société patriarcale est réaffirmée dans ce passage par le fait que ces dames se comportent en fait comme des hommes, et non comme des femmes (pas d’homme à séduire, ni d’honneur à barricader). Ces femmes, que l’on prétend sorcières et que l’on montre comme de naïves villageoises orgueilleuses, sont des marginales, et même leur sabbat, qui tombe un jeudi, n’est ritualisé que par quelques gauffres et quelques verres de trop. Pas de diable dans tout cela.

41Le banquet des femmes est donc en définitive une impossibilité pour le discours masculin, qui ne montre jamais de festivité exclusivement féminine. S’il est dépeint indirectement, il s’agit toujours d’une copie, plus ou moins caricaturale, des ripailles rustaudes masculines. En d’autres termes, lorsque l’on représente la femme dans un banquet, elle est toujours pensée en fonction du regard masculin, qu’on en face un objet de convoitise, une vertueuse guerrière morale, une jeune mariée niaise ou une mère matrone.

42Dans toutes ces représentations populaires du banquet et du festin, il existe au moins une constante : la convivialité populaire n’est jamais pensée positivement. Aucune dignité dans les comportements des personnages, des scènes qui semblent particulièrement triviales et qui paraissent rabaisser leurs auteurs dans les sphères primitives voire animales de la société, des femmes singeant les hommes, les hommes singeant les bêtes en autant de Cènes dégradées... La liste des griefs est longue, chez les notables, lorsqu’ils s’occupent de dépeindre le peuple joyeux, vivant, victorieux en quelque sorte. Pourtant, la fête populaire reste un motif obsédant dans la littérature, peut-être parce que sa gaieté fascine et effraie ?

Notes

1 Eloy d’AMERVAL, Le livre de la deablerie, éd. R. DESCHAUX et B. CHARRIER, Genève, Droz, 1991.

2 op. cit., Livre 1, chapitres 6 à 45 (v.485-2913).

3 op. cit., Livre 2.

4 op. cit., Livre 2, chapitres 48 à 62 (v. 7172-7312).

5 op. cit., Livre 2, chapitres 53-54 (v.7797-7931; 8005-8020).

6 op. cit., Livre 2, chapitres 54-55 (v. 7932-8004). On notera que ce passage est enchâssé dans les chapitres dénigrant les frivoles, ce qui semble conférer à ces femmes vertueuses un caractère rare, littéralement comme un bijou, mis en valeur par sa monture.

7 v. 7812 -7820.

8 v. 7839 -7840.

9 v. 7883 -7888.

10 Pour une analyse de la tradition de Saint Grégoire, voir dans ce même recueil l’article d’Yves ROGUET.

11 v. 7925 -7929.

12 v. 8010-8017.

13 v. 19267-19338

14 cf Platon, La République, éd. Robert BACCOU, Paris, Garmer-Flammarion, 1966. Se reporter en particulier aux sections 570b-572e, consacrées à l’homme tyrannique, mené par ses passions. Ces passions sont systématiquement associées aux plaisirs des sens et en particulier à la nourriture et à la boisson :
“Lors donc que les autres désirs, bourdonnant autour de ce frelon, dans une profusion d’encens, de parfums, de couronnes, de vins, et de toutes les jouissances qu’on trouve en de pareilles compagnies, le nourrissent, le font croître jusqu’au dernier terme, et lui implantent l’aiguillon de l’envie, alors ce chef de l’âme escorté par la démence, est pris de transports furieux” (section 572d). De même, cet homme sans mesure, qui est en fait le tyran, passe sa vie dans les banquets : “J’imagine que désormais ce ne sont que fêtes, festins, courtisanes et réjouissances de toutes sortes chez celui qui a laissé le tyran Eros s’installer dans son âme et en gouverner tous les mouvements” (section 572e). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’œuvre consacrée par Platon à l’amour, et donc à Eros, s’intitule le Banquet. On voit que dans la tradition platonicienne, les festins et banquets sont les lieux privilégiés de la débauche, tant sexuelle qu’alimentaire.

15 Les Evangiles des Quenouilles, éd. M, JEAY, Québec, Presses de l’Université de Montréal, 1985.

16 v. 2269-2273.

17 Mikhaïl BAKHTINE, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au moyen âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970.

18 op. cit., p. 282.

19 v. 7933-7939.

20 v.7944-7946.

21 v.7956-7957.

22 sic, pour Alain Chartier, v. 7973.

23 v. 4026-4030.

24 v. 4226-4230.

25 v. 4753-4884.

26 v. 6434-6780.

27 Robert DELORT, La Vie au Moyen Age, Paris, Le Seuil, 1982, p. 141.

28 Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. P. SWEETSER, Genève, Droz, 1966

29 Mikhaïl BAKHTINE, op. cit., p. 292.

30 Comme le fait remarquer Mikhaïl BAKHTINE, p. 292 :” En fait, cette histoire n’est rien d’autre que la “farce tragique de la perte du phallus du moine”. Le nombre important de manuscrits que nous connaissons dès le xiiie siècle témoigne de sa popularité Dans plusieurs d’entre eux, elle est donnée sous forme de “joyeuse homélie”, tandis qu’au xve siècle elle prend même la forme d’une “Passion”. Dans le Codex Parisianus, elle s’intitule Passio Cujusdem Monachi”.

31 Bakhtine, op. Cit., p. 282.

32 Cette castration, synonyme de mort dans la mesure où la perpétuation de l’espèce est rendue impossible, peut être associée au stéréotype de la mort du tyran à table. Ici, il ne s’agit pas de faits historiques (bien que les Cent Nouvelles Nouvelles revendiquent constamment la véracité de leurs sources) mais d’anecdotes, et si tyran il y a, ce tyran paraît bien dépourvu de pouvoir. Se reporter, pour plus de détails et une analyse de ce topos, à l’article de Jean Claude MÜHLETHALER dans ce même volume.

33 op. cit., p. 278.

34 Evangiles des Quenouilles, 1. 1056-1064 : “Or ça, dist l’une (..), il est jeudy qui est jour de récréation et le plus cras de la sepmaine. Il m’est avis qu’il seroit bon que feissons un petit banquet pour recréer noz esperis et especialement pour bienvegnier le proficiat de noz bonnes et sages doctoresses qui jusques icy nous ont instruit et ammonesté la noble doctrine, dont cy après sans aucune doubte serons ameez, priseez et honnoureez et par aventure parvendrons a avoir domination par dessus les hommes”. (..) v. 1070-1071 :”- Et je m’en voy quérir de la farine et du burre, si ferons des gauffres et par Dieu, le villain Jocquesus n’en tastera ja”.

35 1.1078-1084 : “De la chiere qu’elles firent, riens n’en sçay fors ce que l’endemain m’en fut dit. Mais il n’y a chose digne d’estre mise par escript, car en ce bancquet y eut tant de raisons sans effect, qu’il n’est secretaire tant soit publique qui en eust sceut tenir le conte”

36 1.1109-1115

Auteur

École Doctorale de Paris X – Nanterre
Royal Holloway University of London

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540