Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

Belles manières et belles tables

Manger et boire au Portugal à la fin du Moyen Âge

Maria José Palla

Texte intégral

1"Sumariamente em quatro partes o pecado da gula se pode partir. Primeira, que hora razoada, conveniente ou ordenada para comer ou beber, näo pode aguardar. Segunda, que o ventre de comer ou beber deseja sobejamente de encher. Terceira, que viandas e beberes estremados cobiça sempre de usar. Quarta, que sobejamente com grande folgança e glória faz comer e beber para elo perceber e aparelhar". Roi D. Duarte, O Leal Conselheiro.

2"En premier, qu'on ne puisse attendre l'heure qui est convenable, convenue ou ordonnée de manger ou de boire. En second, que le ventre veuille se remplir à l'excès de manger ou de boire. En troisième, qu'on ait toujours convoitise des plats et des boissons les plus chers. En quatrième, qu'on en vienne à manger et à boire avec jouissance et un éclat dont l'évidence soit trop extrême".

3Le péché de gourmandise, péché mortel, stigmatisant la tendance humaine à l'excès, marque bien que la nourriture, objet d'un besoin, se prête à toutes formes de désirs, l'avidité du corps qui se "goinfre", le plaisir narcissique de la succulence, le désir d'apparât, de prestige, de puissance. Le pêché de gourmandise en entraîne d'autres, tout aussi mortels, tels l'orgueil et l'envie. La nourriture n'appartient pas seulement au registre de la nécessité (de la nature), mais également à ceux de l'imaginaire et du symbolique (de la culture).

  • 1 Maria José Palla, Do essencial e do supérfluo, estudo lexical do traje e adornos em Gil Vicente, L (...)

4Cette conjonction de l'essentiel et du superflu, de la chose et du signe, du réel et du rêve, nous l'avons déjà rencontré en examinant le rôle du vêtement au Portugal dans le théâtre et les arts plastiques, de la fin du xvème au début du xvième siècles1. Le vêtement sert et il "parle", il se situe au croisement de l'individuel et du social, et relève donc à la fois du réel, de l'imaginaire et du symbolique.

5Parce que la nourriture nous paraît à l'évidence susciter une analyse du même type, nous avons l'intention d'étudier, dans cet esprit, les usages alimentaires au Portugal à la même époque. Et cet exposé voudrait être une amorce d'introduction à un tel travail.

6Se nourrir est une activité primordiale de l'homme. Comme tout être vivant, la nutrition répond chez lui à des besoins structuraux (pour la formation et le renouvellement des cellules du corps) et énergétiques (pour ses activités végétatives et relationnelles). La recherche de nourriture, cette nécessité fondamentale, fait donc que l'histoire des civilisations et les conquêtes de territoire, sont inséparables de l'évolution des ressources et des politiques alimentaires. La technique humaine a modifié les resources brutes offertes par la nature, et par là-même, a transformé les genres de vie : témoin le passage de la cueillette et de la chasse à l'agriculture, à l'élevage, la sédentarisation progressive des nomades. En même temps, les denrées alimentaires ont été très tôt objets d'échange : l'aire d'expansion des plantes et des animaux ne coïncide pas forcément avec l'aire de diffusion des aliments. Pour comprendre les habitudes alimentaires, il faut donc assurément mobiliser la géographie, l'économie et l'histoire.

7De même que les ressources alimentaires sont en général des produits naturels transformés par la très longue pratique des agriculteurs et des éleveurs, l'aliment est soumis aux techniques culinaires. Il y a des manières de cuire, de rôtir, de bouillir, de braiser, d'accommoder et d'accompagner. La façon de se nourrir relève aussi d'usages et d'innovations, ces dernières ayant une origine interne ou externe (à la suite d'échanges entre pays, entre civilisations). Et ces usages peuvent opposer dans un même temps des régions selon leurs ressources ou des groupes sociaux selon leurs moyens.

8La nourriture rapproche et divise. Elle est partagée et elle partage. Elle est la douceur et la liesse des années d'abondance, mais quand elle vient à manquer, elle attise la révolte des temps de famine. Toutefois, fondamentalement, elle établit une alliance. Elle porte la marque de l'effort collectif d'une civilisation, et même d'une suite de civilisations, et elle le renouvelle en quelque manière jusque dans l'humble recommencement de la préparation du repas et de la prise de nourriture. Elle est un facteur social et comme tel, elle est soumise aux règles et aux usages sociaux, à leurs rituels, à leurs apparâts. Manières de table, ordonnances des repas, interdits religieux imprègnent même l'ordinaire de cet acte machinal qu'est le boire et le manger. Sans doute parce qu'il est en vérité un phénomène très complexe. Un phénomène charnel : objet d'élection des savoir-faire de cuisine, la nourriture, le banquet mobilisent les sens, le goût, l'odorat, la vue et jusqu'à l'ouïe. Mais il y a aussi, latente, sous-jacente, une pensée de la cuisine et du repas, ouverte par conséquent à l'imaginaire et au symbolique. C'est parce que la nourriture est puissance de vie que, pendant longtemps, on a offert des aliments aux divinités pour gagner leurs faveurs et aux défunts pour faciliter le passage, pour qu'ils poursuivent, par-delà la mort, une vie d'un autre genre. De même, offrir de la viande, des fruits ou du fromage était gage d'amour, tout autant qu'offrir des habits. C'est pourquoi aussi la nourriture s'associe si aisément à la fête et, dans son grand cérémonial, met en scène le pouvoir des puissants.

9En somme, pour reprendre une formulation de Michel Morineau, "les mets, la cuisson, les repas, les habitudes alimentaires constituent des traits des moeurs et des éléments de civilisation".

10Pour étudier l'époque en question, nous avons des instruments de deux sortes : les textes et les images. Nous commencerons par analyser deux enluminures extraites du Livro de Horas du Roi Manuel, pour, ensuite, étudier un banquet décrit par le chroniqueur Garcia de Resende, dans la Crónica de D. Joäo II. Nous examinerons donc ce que les Portugais mangeaient et buvaient, pourquoi et comment.

  • 2 Afonso X, Le Sage, a disserté sur les manières de table et la propreté du repas dana les Siete Par (...)

11La nourriture, reflet de l'histoire d'un pays, a été analysée sous des angles et formes très variées. On connaît des poèmes qui nous indiquent des manières de servir les repas et les boissons à la mode, des traités de cuisine, des lois sumptuaires, des inventaires après décès. Par exemple, la Pragmática de 1340 (loi somptuaire) règle la hiérarchie des vêtements ainsi que de la nourriture, selon les classes sociales. Le roi Duarte (1433-38) dans Le Loyal conseiller, disserte sur le péché de gourmandise (Gula) et donne des conseils alimentaires à ceux qui souffrent de l'estomac2.

  • 3 J. L. Flandrin dans son unité de recherche à Paris VIII, entre autres.

12On connaît aujourd'hui le goût et la saveur des plats médiévaux français grâce à des unités de recherche qui se sont penchées sur ces études3.

1. La table et le couvert

  • 4 Livro de Horas de D. Manuel, Estudo introdutório de Dagoberto Markl, Lisboa, Crédito Comercial Por (...)

13Voici une enluminure du début du xvième siècle, extraite du Livre de Horas du roi Manuel, fol. V, attribué à A. de Holanda4, conservée au Musée d'Art Ancien de Lisbonne (fig. 1-2). On est au mois de janvier et on assiste à un repas chez une famille noble (le mois de janvier, dans les livres d'heures, est souvent représenté par un repas). Le père, habillé d'une somptueuse houppelande rouge, est assis sur un fauteuil près du feu, tandis que la mère se tient sur un banc ou un tabouret. Tous deux ont la tête couverte. Leurs enfants ne sont pas assis à table car à cette époque, ils mangeaient d'habitude avec les domestiques. Cependant, ils sont près de la table et la mère donne à manger à l'un d'eux. Le serviteur, en arrière, doit être maure car il porte la rouelle obligatoire pour les musulmans comme pour les juifs.

14Installée au milieu de la vignette, la table est couverte d'une nappe blanche bien mise (on verra de l'importance de la nappe plus loin). Sur cette table, nous distinguons les aliments de consommation courante au Portugal à l'époque, le pain rond appelé monda, le vin dans une coupe et certainement de la viande dans le grand plat commun. A gauche, nous voyons une serviette accrochée autour d'une bassine, deux instruments indispensables, car on mangeait avec les doigts, comme l'on sait.

15Deux objets attirent particulièrement notre attention : la salière et le couteau, deux objets récurrents dans un repas, comme on l'observe souvent dans la peinture. Le couteau (qui servait aussi de cure-dents), de biais sur la table, est un motif que l'on retrouvera dans la peinture européenne jusqu'à la fin du xixème siècle. Chaque personne avait son couteau pointu qui était nettoyé avec du pain ou une serviette et qui pouvait servir de fourchette. La salière, certainement en argent, est un élément important, car on sale beaucoup les aliments. On pense, d'ailleurs, qu'outre le fait de "saler", d'avoir un goût propre, le sel exalte la saveur des autres éléments. On la voit aussi dans les repas liturgiques, comme par exemple dans la Dernière Cène peinte par Francisco Henriques entre 1503 et 1508 et conservée au Musée d'art ancien de Lisbonne (fig. 3), où elle représente le sel de la vie. A l'époque, les manuels européens de bonnes manières déconseillaient de se curer les dents avec un couteau. Signe d'ironie, marque de pittoresque ou indication de la pauvreté des disciples, un compagnon de Jésus se cure les dents de la sorte).

  • 5 Ourives : Assi que o meu saleiro peito ?/ Fidalgo : Ele é dos mais maus saleiros,/que em minha vid (...)

16Dans la Farce des muletiers, Gil Vicente, dramaturge et orfèvre, évoque une salière en argent commandée par un Fidalgo qui n'a pas d'argent pour la payer5.

17Les assiettes individuelles sont encore absentes. En général, la nourriture était présentée dans des bassines et chacun portait la main au plat. Il paraît qu'au Portugal, elles étaient plus petites. On mangeait à la main à l'aide du pouce, de l'index et du médium. À la fin du repas, on se lavait les mains, parfois à l'eau de rose. D'après les textes, on se servait de récipients (justas ou gomis), très souvent fabriqués dans des matériaux fort précieux.

18Pendant longtemps on a utilisé à la place des assiettes des tranches de pain que l'on donnait ensuite aux pauvres et aux chiens. Il est difficile de savoir exactement à quel moment la tranche de pain a été remplacée par l'assiette en bois (talhador). Pour les potages, il y avait des écuelles (escudelas) et des bols (tigelas). On utilisait des cuillères sur des tableaux de cette époque, mais pas de fourchettes. Cependant, jusqu'au xviii siècle, on ne trouve les cuillères représentées que dans les figurations populaires.

19Pour la boisson, on se servait de vases (vasos), grands et lourds. Des récipients plus grands s'appelaient grais ou copas ou tagzas (mesure de liquide qui vaut deux pintes). Púcaras et pucarinhos avaient des anses. D'après l'inventaire dressé après sa mort, Beatriz, épouse de D. Fernando et mère du roi Manuel, avait apporté dans son trousseau, lors de son mariage en 1447, tout un matériel de cuisine.

20Le haut de la fenêtre est ouvert et un feu bien vif chauffe la pièce. Par une porte qui donne sans doute sur la cuisine on aperçoit une femme et un homme, certainement des serviteurs, en train de travailler. Un chien dévore les restes que les mangeurs jettent à terre, comme à Rome.

21Un autre exemple, du même Livre d'Heures, fol. 286v, représente la Cène chez Simon le pharisien (Lc 7, 36-38 ; Jn 12, 1-8), ou Simon le lépreux (Mt 26, 6-8 ; Mc 14 3-9) : une nappe blanche, un plat commun, la salière et le couteau en biais. Marie-Madeleine lave les pieds de Jésus. Le Maure, habillé en rouge et vert (couleurs péjoratives quand elles figurent côte à côte), apporte la serviette et un plat (fig. 4).

22Le Repas à Emaus, peinture portugaise du xvème siècle, nous montre des assiettes carrées, en bois, la nappe et le couteau (fig. 5).

23Selon la Loi somptuaire de 1340, il y avait deux repas par jour : le jantar (vers 11 ou 12 heures et la ceia (à la fin de l'après-midi). Avant le repas on buvait du vin. Le deuxième repas est le repas principal. On y servait trois plats, sans compter les soupes, les accompagnements et les desserts, uniquement au roi, à la haute noblesse et au clergé. Le roi D. Duarte recommande un intervalle de sept ou huit heures entre les repas.

2. Les produits alimentaires

  • 6 En Espagne, au xiième siècle, seuls les privilégiés mangent du pain de blé, ce qui deviendra coura (...)
  • 7 Teresa-M. Vinyoles i Vidal, "La comida en la Barcelona gótica : necessidad primaria y rito social" (...)
  • 8 A. H. de Oliveira Marques, "A mesa", in A sociedade medieval portuguesa, Lisboa, Sá da Costa, 1981 (...)
  • 9 "O päo de trigo, entretanto, podia-se encontrar na Europa Ocidental, embora só como luxo dos poten (...)

24Commençons par l'étude du pain. Produit de consommation courante à la fin du Moyen Age, on l'appelle "cereal", même s'il s'agit de blé (trigo), de seigle (centeio), ou de millet (milho), la céreale par excellence au Portugal à cette époque6. Le manque de blé était synonyme de famine7. "O milho da Idade Média era o actual milheto, ou milho miúdo, ou entäo o milho painço"8. Le milho maiz arrivera au début du xvième siècle d'Amérique. La production de blé était insuffisante et on était obligé de l'importer de France, d'Angleterre, d'Allemagne et de Castille. A la campagne, on le remplaçait par des chataîgnes ou des glands9.

  • 10 Occurrences chez Gil Vicente où l'on voit l'importance du pain : Aparicio : que nao temos que come (...)
  • 11 Salvador Dias Arnaut, A arte de comer em Portugal na Idade Média, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa d (...)
  • 12 Marques, p. 17.

25La base de l'alimentation était constituée de céréales et de vin. Une maison bourgeoise devait avoir du pain et du vin pour les seigneurs comme pour les valets10. "Boire", à l'époque, voulait dire boire du vin, car le vin était supposé ne pas transmettre de maladies. On buvait beaucoup. Selon Salvador Dias Arnaut, il paraît qu'au Portugal au xvème siècle, les femmes se sont mises à boire plus que les hommes11. Selon Oliveira Marques, la ration quotidienne de vin pour le couvent de Vila do Conde était d'un litre et demi par religieuse12.

  • 13 Роèmе VII, p. 397.

26On sait que les tavernes étaient signalées par des branches vertes à la porte. La pièce Maria Parda de Gil Vicente, qui n'est que la longue lamentation d'une ivrognesse mulâtre sur le manque de vin, nous renseigne sur la localisation des tavernes à Lisbonne : Rua da Ferraria, Rua de Cata que farás, Ribeira, Alfama, Rua dos Fornos, Poço do Chäo, Mouraria, ainsi que des régions productrices de vin : Madrigal, Alcobaça, Leiria, Obidos, Santarém, Entre-d'Ouro e Minho, Lumiar, Caparica, Seixal. Le poète Anrique da Mota, qui a chanté les vertus du vin dans les Lamentations du clerc, y ajoute les villes de Atouguia et de Lourinhä13.

  • 14 Marques, p. 16.

27Cette pocharde de Maria Parda apprécie aussi le vin rosé qui était exporté vers l'Angleterre, les Pays-Bas et le monde hanséatique14 : "Vinho claro rosete/ o bom doce palhete" (Vin clair, rosé, mon doux clairet).

28Avec le pain, le vin constituait en Palestine la base de l'alimentation. Le vin et le pain sont très souvent associés à l'époque étudiée. On a de nombreux exemples de cette association. Lemos, le seducteur vicentin, demande à une jeune fille de lui acheter du pain et du vin :

Lemos :
"Antes traze mais um päo, e o vinho das Estrelas.
Moça :
quanto trazerei de vinho ?
…….
Lemos :
Apporte-moi plutôt encore un pain
et du vin des Etoiles". Auto da India

29Le pain et le vin sont riches en connotations symboliques puisque l'Eglise les a magnifiés, en les identifiant à la chair et au sang du Christ lors du sacrifice de la messe. Cette importance du pain et du vin, où s'exprimerait-elle mieux que dans le rêve d'un ermite que sa condition réduit à ne consommer que de l'eau, du pain et du végétal. Toujours dans l'oeuvre de Gil Vicente, un ermite rêve d'être un mondain : il désire du pain et du vin en abondance et une perdrix :

Ermita :
"e que fosse num deserto
d'infindo vinho e pao,
e a fonte muito perto
e longe a contemplaçäo.
A cea e jantar perdix, ao almoço moxama,
e vinho do seu matiz". Auto da Serra da Estrela

  • 15 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelánea, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 19 (...)

30Garcia de Resende raconte l'anecdote suivante à propos de Jean II (1481-1495)) abstinent : un homme mâchait du laurier pour que le roi ne sente pas l'odeur du vin (plus tard il sera obligé d'en boire comme médicament). Cependant, le roi s'en aperçoit et lui dit : "sous ce laurier, il y a du bon vin !"15. Le roi Duarte disserte sur la façon de boire le vin et met en garde contre ses excès.

31On n'a pas trouvé de traces de bière, boisson médiévale (ixème-xème siècles), d'origine flamande. Fabriquée avec l'orge qui pousse sur les marges (chaudes ou froides) du blé, c'est la boisson de l'Europe du Nord.

  • 16 La viande la mieux documentée dans les textes catalans est la viande d'agneau carneiro (cordeiro c (...)
  • 17 Vol.I, p. 238.
  • 18 Marques, pp. 8, 9.

32La consommation de viande n'était pas très différente de celle d'aujourd'hui16. On retrouve de la viande de boeuf, de porc, de chèvre, de mouton. La chasse avait un rôle social. Le gibier le plus apprecié était le gibier à plumes. Gil Vicente fait allusion à cela : "e a mesa de meu senhor/irá sem ave de pena" ?, et la table de mon patron, n'aura pas d'oiseau à plumes ?17 La dinde arrivera plus tard d'Amérique18.

  • 19 Arte de Cisoria de D. Enrique de Villena, con varios estudios sobre su vida y obras y muchas notas (...)
  • 20 Livro de Cozinha da Infanta D. Maria (códice português I. E. 33), da Biblioteca Nacional de Nápole (...)
  • 21 Fernäo Lopes, Crónica de D. Joäo I, chap. 111.
  • 22 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. 212.

33Celui qui coupait la viande avait une tâche très importante19. D'après le Livro de Cozinha de D. Maria, un des rares livres de recettes portugais de la fin du Moyen Age20, la viande était coupée très finement ou hachée pour faciliter l'ingestion, "assim como a cortam para comer", ainsi qu'on la coupe pour manger. Les plats de viande sont très variés. Selon Fernäo Lopes (1380-1460), le chroniqueur officiel de Jean I, "le roi aimait la viande desfeita, assada et cozida", défaite, rôtie et cuite21. Garcia de Resende raconte que le dernier repas du roi Jean II fut de la mie de pain trempée dans une sauce de viande22.

  • 23 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelänea, p. XVIII.
  • 24 Pedro : "E a mim däo-me sardinha inteira" (Comédia de Rubena, vol. III, p. 43). Mestre Filipe : "s (...)

34Aux périodes d'abstinence, le poisson était obligatoire pour les catholiques soixante-dix jours par an. Les Portugais le mangeaient frais, salé, séché ou fumé. Le merlan était très apprécié ainsi que le saumon, la lamproie, l'anguille de mer, l'alose, le rouget. Cependant, le Livro de Cozinha de D. Maria ne cite qu'une seule recette de poisson (de lamproie). Selon Garcia de Resende, la sardine était abondante, savoureuse et n'était pas très chère : "era muita e sabia muito bem e custava muito pouco"23. Et Gil Vicente, ainsi que d'autres auteurs, la cite à plusieurs reprises comme un aliment populaire24.

  • 25 Marques, p. 11.
  • 26 Auto de Mofina Mendes, vol. I, 149
  • 27 "Brouets, potages et bouillons", in Médiévales, n° 5, nov. 1983, p. 10.

35Les classes supérieures, semble-t-il n'appréciaient pas les légumes25. Le peuple mangeait des choux, des choux-fleurs, des fèves, des lentilles, des pois chiches. En temps de pénurie, les fèves arrivaient de Bretagne. À l'intérieur du pays, on mangeait de la chataîgne. L'oignon et l'huile servaient déjà pour le refogado ou fogado (oignon doré dans l'huile), base de la cuisine portugaise encore aujourd'hui. Mofina, la bergère vicentine, avec la vente d'huile d'olive s'achètera des oeufs de canard26. Cependant, selon J. L. Flandrin, cette pratique à l'époque est commune aux recettes françaises et italiennes et à l'opposé des recettes anglaises27.

36Les fruits, à peu près les mêmes qu'aujourd'hui, n'étaient pas très bien considérés par les médecins médiévaux. D. Duarte dans le Loyal Conseiller met en garde contre l'orange amère et le citron. L'orange douce sera apportée plus tard par Vasco da Gama. Cependant, dans tous les repas de fêtes, les fruits sont mentionnés associés au vin comme nous le verrons par la suite. S'agit-il de fruits confits ? En gelée ?

  • 28 J. L. Flandrin, "Le goût et la nécessité : sur l'usage des graisses dans les cuisines d'Europe occ (...)

37En ce qui concerne les laitages, on trouve des recettes avec du fromage et de la crème. Le beurre est très souvent cité, ce qui est curieux car l'huile semble préférée au beurre en France et en Italie28. Le lait était déconseillé par le roi Duarte.

38Chez Gil Vicente, les bergers sont associés au lait, au beurre, au fromage, aux oeufs, au miel et à l'huile d'olive.

Vacher
"Mil huevos y leche aosadas
y un ciento de quesadas ;
y han traido
quesos, miel, do que han podido".
Monólogo do Vaqueiro, I, 7.

39Un très beau tableau du xvème siècle du Musée du Louvre, l'Homme au verre de vin a été considéré très longtemps comme un tableau portugais. Actuellement, les conservateurs sont indécis quant a son attribution et pensent que l'auteur est flamand. L'homme au verre de vin a en face de lui du vin, du fromage et du pain. Il paraît qu'au nord de l'Europe, il n'était pas très distingué d'associer ces trois aliments. Il serait intéressant de les analyser pour déterminer la région d'origine et ainsi attribuer le tableau. Il est possible, d'ailleurs, qu'il s'agisse d'une des premières représentations d'un "verre" en verre.

  • 29 Le sucre et le beurre sont présents dans l'Inventário de contas da Casa de D. Dinis (1278-1282).
  • 30 Manger et boire au Moyen Age, Actes du Colloque de Nice (15-17 octobre 1982), Nice, Les Belles Let (...)

40D'après certains auteurs, les gâteaux ne sont pas fréquents, malgrè l'abondance des recettes dans le Livre de cozinha de D. Maria. Au début du xvème siècle, le sucre n'était pas encore d'usage courant et était considéré comme une épice29, parfois avec un usage médical. Il remplace le miel. Selon J. Guiral, "le Portugal implante la canne à sucre en Algarve, dans la région de Loulé, à l'initiative du roi Jean II" et ce sont des esclaves noirs qui feront marcher les moulins à sucre"30. Dès 1420, les Portugais commencent à planter de boutures de canne à sucre à Madère. Au début du xvi siècle, les sucres atlantiques menacent les sucres ibériques.

41Venons-en aux épices. Elles sont connues dès le Moyen Age grâce aux commerçants arabes et à leurs intermédiaires vénitiens. Les plats de viande comportaient en assaisonnement beaucoup d'épices (girofle, saffran, poivre, gingembre, cannelle) et à ces épices étaient en général associés du sucre et du vinaigre ou du citron.

  • 31 Selon H. Alicot, "Les épices à la table des papes d'Avignon au XIV in Manger et boire : "Le gingem (...)

42L'historien Braamcamp Freire a publié l'inventaire de l'Infante D. Maria, document très important pour l'étude de l'histoire des mentalités de l'époque, en ce qui concerne le vêtement et la vie quotidienne. On y relève le poivre, le gingembre, la malaguette, la muscade, le clou de girofle, la cannelle et le piment long31. La moutarde, d'abord d'origine européenne, ensuite d'Extrême Orient (Inde), était d'un usage courant. Gil Vicente en parle.

3. Banquets, mets et entremets

  • 32 Michel Jeanneret, Des mets et des mots, banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Libra (...)

43La fête est plutôt l'expression des temps d'abondance. Il y a une gastronomie et une musique propres aux fêtes et aux banquets. Entrées royales, mariages, naissances, baptêmes, étaient prétextes à rencontres, accompagnées de spectacles, autour de la nourriture. Selon Michel Jeanneret "le banquet est une cérémonie collective, l'endroit par excellence où l'individu apprend à partager son plaisir, à le rehausser dans l'échange avec la compagnie"32. C'est un moment de civilité.

  • 33 Marques, p. 7.

44Nous avons peu de renseignements sur les banquets au Portugal. D'après le grand médiéviste portugais, A. H. de Oliveira Marques, les chroniques "sont en général peu concrètes en ce qui concerne les aliments consommés : elles fournissent le pittoresque de la forme, mais pas la rigueur du contenu33.

  • 34 Cf. Cartas de Itália (1452) de Lopo d'Almeida, reeditadas por Rodrigues Lapa, Lisboa, Imprensa Nac (...)
  • 35 Ibidem p. 18.

45En 1451, Lopo de Almeida, ambassadeur du roi Afonso V, accompagne Leonor, soeur du roi, en Italie où elle doit épouser Frédéric III, empereur d'Allemagne. Almeida a écrit un journal de voyage et dans la deuxième lettre, il parle du banquet de couronnement offert à la Reine à Rome par les Allemands. Il ne parle pas de la nourriture, mais il critique l'esthétique des nappes qui ne couvraient pas toute la table. Il observe qu'il y avait aux coins des petites serviettes et il s'étonne de l'absence de sous nappe (bancal ou mantel) qui, paraît-il, était d'usage au Portugal34. Plus loin, il dénigre et rabaisse les hommes du Nord, "parce que ces hommes sont des barbares et des bêtes"35.

  • 36 Ibidem, p. 17.

46Lopo de Almeida ne parle pas de la répartition des invités36. Lors du banquet de mariage de Jean I avec Felipa de Lencastre, les femmes et les jeunes filles étaient séparées des hommes. Il semble que ce soit vers la fin du xivème siècle qu'on commence à distribuer les places à table. Afonso III et Afonso V ne mangeaient qu'avec un invité. Jean II prenait son repas en public, mais il mangeait seul.

47Garcia de Resende a décrit deux banquets dans la chronique du Roi Jean II lors du mariage du prince Afonso, fils de Jean II et d'Isabel, fille des Rois Catholiques, qui a eu lieu en 1490 dans la ville d'Evora. Je vais commenter le premier.

48"Mardi soir, il y a eu un banquet dans la salle de bois, où la reine, le prince et la princesse ont mangé avec un duc, le seigneur D. Jorge et l'ambassadeur Rodrigo d'Ilhoa ; tous étaient à une grande table, avec de grands baldaquins damassés, qui occupait toute la salle en biais. A la première table à droite, mangeait le marquis de Vila Real en compagnie des jeunes filles et des dames (senhoras, donas e damas). À la table à gauche, il y avait l'archevêque de Braga, l'évêque d'Evora, d'autres évêques, des comtes, et les principaux personnages du conseil. Hommes et femmes étaient nombreux de chaque côté".

49Nous le voyons, le placement des convives était rigoureux. La baldaquin était une habitude européenne pour honorer tel et untel. Dans certains pays, on distinguait les personnes importantes en les installant plus ou moins près de la salière.

50"La table du roi où tous les officiers étaient habillés de brocart était servie par de jeunes gentilshommes, richement vêtus, qui étaient munis de torches et de bassines. À toutes les tables [on voyait] des tranchoirs, des officiers forts élégants, vêtus de soie somptueuse et de brocart, et aussi, bien en ordre à chaque table, des pages en velours noir. Il y a eu dans ce banquet une infinité de plats divers et de mets délicats, un concert rare et beaucoup de cérémonies dignes de mention.

51Quand on apportait à la table du roi les plats principaux et fruits, au début et à la fin du repas, et qu'on lui servait à boire ainsi qu'à la reine, au prince et à la princesse, s'avançait, allant toujours par deux, une théorie de massiers, de maîtres d'armes, de héraults, de "passavantes", suivis des grands massiers, des quatre maîtres de salle, de l'intendant et des intendants du trésor. Et derrière eux tous, le grand majordome. Tous gardaient la toque à la main jusqu'à l'estrade où ils faisaient leurs grandes révérences. Les intendants, eux, restaient couverts jusqu'au milieu de la salle où ils mettaient la toque à la main. Le majordome allait toujours la tête couverte jusqu'au moment où, faisant la révérence avec les autres, il ôtait sa toque. Et la cérémonie était telle que tout cela prenait beaucoup de temps, chaque fois qu'on allait à la table du roi".

52Manifestement, Resende est séduit par le paraître, par l'éclat des costumes, par l'ordonnance du protocole et son déroulement.

53"Et, chaque fois que le roi, la reine, le prince buvaient et qu'arrivaient les premiers plats à table, dans une vaiselle qui laissait pantois, le fracas des trompettes, des tambours, des chalumeaux, des sacqueboutes et de tous les ménestrels était tel qu'on ne s'entendait plus".

54A notre avis, les musiciens devaient être installés dans une loggia comme c'est le cas dans la miniature de la Chronique d'Angleterre (Bruges, xvème siècle), exécutée par Jean Wavrin et qui illustre le banquet de noces du roi Jean Ier du Portugal.

55"A un moment arrivèrent, tirant une grande charrette dorée, deux grands boeufs rôtis, cornes et pattes dorées, accompagnés de moutons rôtis aux cornes dorées. Tout cela était posé sur une claie basse avec des roulettes si bien qu'on croyait des boeufs vivants et qui marchaient".

56Derrière eux venait un jeune fidalgo, un aiguillon à la main, qui piquait les boeufs et qui était habillé à la manière d'un bouvier.

57"Il a présenté les boeufs et les moutons à la princesse. Le service accompli, il s'est retourné avec son aiguillon, a traversé la salle et a donné la viande au peuple au dehors, qui l'a mise en pièces avec grande joie et grand plaisir, chacun en prenant autant qu'il pouvait".

58Que peut signifier cette description ? On présente à la famille royale des boeufs et des moutons rôtis comme s'il s'agissait d'une scène champêtre avec des animaux vivants. Hommage du prince à ses sujets paysans qui nourrissent la ville et l'Etat ? Peut-être puisque ces viandes, qui sont des viandes populaires, sont retournées au peuple pour qu'il fasse bombance.

  • 37 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. CXXIIII. Je remmercie mon ami Georges (...)

59"[Après ont été servis] ensemble à toutes les tables quantité de paons rôtis avec leur queue entière, le cou et la tête parés de toutes sortes de plumes - et cette profusion était bonne à voir. Il y a eu encore bien d'autres variétés de volailles, de gibier, de mets et de fruits, tout cela en grande abondance et préparé à la perfection37".

60Ce qui est énuméré là, c'est, telle qu'elle arrive sur la table, la nourriture des cours européennes : les animaux sont présentés dans tout l'éclat de leur parure ; le personnel des cuisines les a reconstitués dans leur état naturel. Pour les mangeurs, le regard se marie au goût. Ce que l'oeil affirme en l'occurrence, c'est que la nourriture, bien que chose morte, est source de vie.

  • 38 Crónica de D. Joäo V, chap. 131.

61Les banquets associent souvent les vins et les fruits. Le chroniqueur Rui de Pina raconte que le jour où a été décidé le mariage de D. Leonor avec l'empereur d'Allemagne, il y a eu à Lisbonne une fête avec des fruits et du vin38. On assemblait souvent ces deux éléments, mais les fruits étaient-ils secs, ou confits ? Pour Hiéronymus Bosch, dans la Nef des fous du Louvre, les fruits

  • 39 Francesc Eiximenis : Com usar bé de beure e menjar, Barcelona, Curial, 1977, p. chap. 45.
  • 40 Chap. 55.

62et le vin sont symboles de gourmandise ou d'orgie ainsi que dans la table représentant les sept péchés capitaux du Prado. Francesc Eiximenis dit qu'un vin grec après des figues est le meilleur repas au monde39. Tirant lo Blanc décrit ainsi un banquet nuptial courtisan : "todos estaban muy bien servidos con mucha volateria de diversas clases, patajes muy singulares, vinos de quantas naturalezas se pueden nombrar, confites en muy gran abundancia"40.

63Un moment très important lors de ces repas très raffinés était le spectacle. Entre les plats, on assistait à des cérémonies para-dramatiques : des momeries et des entremets. Dans notre banquet,

64"Il y a eu alors la très imposante représentation d'un roi de Guinée : apparurent trois géants stupéfiants, de plus de quarante empans chacun, qui avaient l'air vivants et donnaient le sentiment d'une grande richesse avec leurs somptueux vêtements dorés ; à leurs côtés, une riche moresque, fort grande et torse, puis deux cents hommes grimés en noirs, de très bons danseurs qui avaient les bras chargés de chaînes et les jambes dorées..."

65Dans le second banquet, Garcia de Resende nous décrit d'autres entremezes. Dans l'un, le roi jouait le rôle du Chevalier du Cygne ; il arrivait à l'intérieur d'un bateau, devant une toile peinte qui figurait l'eau :

  • 41 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. 127.

66"E logo na terça feira seguinte houve na sala da madeira muitos excelentes e singulares momos reaes, tantos, e täo ricos, e galantes, com tanta novidade e diferenças de antremeses, que creio nunca outros taes foram vistos. Antre os quais el Rei entrou primeiro pera desafiar a festa que havia de manter com invençäo, em nome do Cavaleiro do Cisne, e veio com tanta riqueza, e galantaria, quanta no mundo podia ser. Entrou pela porta da sala com nove batéis grandes, em cada um seu mantedor, e os batéis metidos em ondas do mar feitas de pano de linho pintadas de maneira que parecia agua"41.

  • 42 Rui de Pina, Crónica de D. Afonso V, ediçäo de M. Lopes de Almeida, Porto, Lello e irmäo, 1977, p. (...)

67L'entrée d'Isabel dans la ville d'Evora, avant son mariage, a donné lieu à de merveilleuses représentations où l'on voyait "des fées, le Paradis, et d"'autres choses". "Et après les joutes, il y a eu des taureaux, un jeu de cannes, des spectacles, des banquets, et beaucoup d'entremets où l'invention était grande et qui ont coûté fort cher"42.

  • 43 N. D. Shergold, A history of spanish theater from medieval times until the seventeeth century, Oxf (...)
  • 44 A l'occasion de l'entrée dans la ville de Valence de la belle fille de D. Pedro IV ; Shergold, p. (...)
  • 45 Dans l'oeuvre vicentine on trouve une seule fois le mot entremês, au moment où le paysan Vasco Afo (...)
  • 46 Cf. Maria José Palla, "Jeux d'Eglise et jeux de cour dans le Portugal du xve siècle", Jeux, sports (...)

68Le mot entremês (1373) paraît avoir comme origine le plat d'accompagnement, la cérémonie ou le divertissement qu'on intercalait entre deux plats pendant le banquet (cf. le mot "entremets" en français, plat léger que l'on sert avant le dessert)43. On sait que le terme "entremets" dans le sens de "jeu" et "banquet" apparaît déjà dans la péninsule ibérique en 137344. Ce terme existe depuis 1175 en Provence, mais à quoi correspond-il exactement ? De Provence, ce terme passe en Catalogne. Au Portugal, c'est seulement en 1399 que l'entremês revêt un caractère théâtral45. Il est possible que certaines parties soient déclamées, sous forme de dialogues ou de monologues. C'est par les chroniques que nous avons connaissance de ces spectacles, dont on ne connaît ni le texte, ni le dialogue46.

  • 47 William Schaffer Jack, The early entremés in Spain, Philadelphia, 1923, p. 6.
  • 48 Shergold, pp. 115-116.

69Néanmoins, c'est en 1381 que l'on connaît le premier document ibérique concernant la représentation d'un entremet, dans un texte catalan, associé à l'utilisation de ce mot, à l'occasion du couronnement de D. Sibila par son mari Pedro IV d'Aragon, à Barcelone47. Mais c'est seulement en 1399 que le mot prend un sens plus théâtral, lors du somptueux banquet qui a lieu à l'occasion du couronnement de Martίn I à Zaragoza48. Chaque plat était annoncé par une saynète : des hommes d'armes tuent un serpent, des musiciens apportent un rocher avec une lionne blessée, des acteurs sont enfermés dans une forteresse. Le poète Duarte da Gama, dans le Cancioneiro Geral (1516) de Garcia de Resende, fait l'éloge de ce genre de manifestations au Portugal : "Näo há i entremeses /no mundo universal/do que há em Portugal/nos portugueses", "il n'y a pas de par le monde d'entremet comme au Portugal, chez les Portugais".

Quelques remarques en conclusion

70Ce récit de banquet s'insère dans le compte rendu admiratif, tendre et disert de semaines de liesse : jeux, fêtes, spectacles se succèdent, alternant avec les petits repas et les grands festins. Il y a pléthore d'images, des corps contents et des ventres repus. Et les images ne se suffisent pas du plaisir de l'œil, elles mobilisent aussi l'intelligence du symbolique et de l'emblématique : témoin l'alliance des couleurs de la princesse, le rouge et le blanc, et du roi, le vert et le rouge, les couleurs du drapeau portugais. En somme, nous ne pouvons véritablement comprendre le banquet que dans le réseau de ces événements.

71Comme le colloque nous a permis de le vérifier, les habitudes alimentaires du Portugal à la fin du Moyen Age ne se démarquent guère de celles que pratiquent d'autres pays européens : même trilogie du pain, de la viande et du vin ; même façon de soumettre les grands repas à l'étiquette, de les règler selon une ordonnance précise.

72Nos documents nous fournissent peu d'informations sur les manières de table. Les textes parlent plutôt de la richesse des vêtements, de l'abondance en toute chose et de la perfection, de ce qui est donné à voir : l'apprêt des nourritures, la fantaisie somptueuse des entremets. Ils sont plus discrets sur la qualité de la nourriture ; une seule remarque dit cette qualité dans le récit que nous venons d'étudier : "elle est parfaite".

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

Notes

1 Maria José Palla, Do essencial e do supérfluo, estudo lexical do traje e adornos em Gil Vicente, Lisboa, Editorial Estampa, 1992.

2 Afonso X, Le Sage, a disserté sur les manières de table et la propreté du repas dana les Siete Partidas.

3 J. L. Flandrin dans son unité de recherche à Paris VIII, entre autres.

4 Livro de Horas de D. Manuel, Estudo introdutório de Dagoberto Markl, Lisboa, Crédito Comercial Português, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1983.

5 Ourives : Assi que o meu saleiro peito ?/ Fidalgo : Ele é dos mais maus saleiros,/que em minha vida comprei (Farsa dos almocreves, vol. V, p. 344). L'oeuvre de Gil Vicente sera citée d'après : Obra Completa, ed. Marques Braga, Lisboa, Sá da Costa, 1942-44.

6 En Espagne, au xiième siècle, seuls les privilégiés mangent du pain de blé, ce qui deviendra courant au xivème siècle, in Del Rebost a la taula, Cocina y alimentacíon en la Barcelona Gótica, Madrid, Electa, 1994, Museu d'Història de la Ciutat de Barcelona 15 de Septiembre de 1994-15 de enero de 1995, p. 19.

7 Teresa-M. Vinyoles i Vidal, "La comida en la Barcelona gótica : necessidad primaria y rito social" in Del rebost a la taula, p. 19.

8 A. H. de Oliveira Marques, "A mesa", in A sociedade medieval portuguesa, Lisboa, Sá da Costa, 1981, p. 16.

9 "O päo de trigo, entretanto, podia-se encontrar na Europa Ocidental, embora só como luxo dos potentados. Os pobres costumavam comer pao de cevada ou de aveia, que eram cereais que de desenvolviam bem nos países nórdicos......O único país onde a comida à base de papas se manteve como expressäo básica da dieta alimentar foi a Escócia", in Carson I. A. Rithie, Comida e civilizaçäo, Lisboa, Assírio & Alvim, 1995, p. 91.

10 Occurrences chez Gil Vicente où l'on voit l'importance du pain : Aparicio : que nao temos que comer (Quem tem farelos, vol. V, p. 9) ; Aparicio a Ordonho : Toma um pedaço de pao/e um rabäo engelhado/e chanta nele bocado/coma pao (ibidem, p. 60). Apariço : Ele näo tem meio pao (ibidem, p. 70) ; Velha : E, demais, se nao tens päo/ que má ora começaste (ibidem, p. 83) ; Escudeiro : c'o mais çafeo bargante/que come pao e cebola (Inês Pereira, vol V, p. 247) ; Escudeiro : Mandava-lhe a pada do рäо/as empadas de sardinhas,/bacios de camarinhas,/e talhada de meläo (Juiz da Beira, vol V, p. 299). Bailador : Eu lhe trazia das bodas/sempre o capelo atestado/de figos, de carne e pao (ibidem, p. 308).

11 Salvador Dias Arnaut, A arte de comer em Portugal na Idade Média, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1986 (introduçäo ao Livro de Cozinha da Infanta D. Maria de Portugal).

12 Marques, p. 17.

13 Роèmе VII, p. 397.

14 Marques, p. 16.

15 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelánea, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1991, prefácio de Joaquim Veríssimo Serräo, reimpressäo fac-similada da nova ediçäo conforme a de 1798, р. XXI. Resende au debut de la chronique fait le portrait du roi Jean II mort à quarente ans :"comia muito e muito bem, com muito vagar, e cerimónia, porém näo mais de duas vezes por dia, e sempre à sua mesa havia boas práticas, e muitas vezes disputas de grandes letrados, teólogos, e nos dias santos danças, estromentos, menistres, e bailos de mouros, e mouras vestidos de muitas sedas, que pera isso tinham, e o faziam também, que era para folgar de ver. E o serviço de mesa em tudo era perfeito, e abastado, e os oficiaes escolhidos pera isso limpos, e muito bem dispostos. E até à idade de trinta e seis anos em que adoeceu nunca bebeo vinho e daí por diante por necessidade e requerimento de todolos os físicos o bebeo muito temperadamente".

16 La viande la mieux documentée dans les textes catalans est la viande d'agneau carneiro (cordeiro castrado).

17 Vol.I, p. 238.

18 Marques, pp. 8, 9.

19 Arte de Cisoria de D. Enrique de Villena, con varios estudios sobre su vida y obras y muchas notas e apéndices, por Felipe Benicio Navarro, Madrid, Barcelona, 1879.

20 Livro de Cozinha da Infanta D. Maria (códice português I. E. 33), da Biblioteca Nacional de Nápoles, prólogo, leitura, notas aos textos. Glossário e índices de Giacinto Manupella, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1987 ; voir aussi : Um tratado de cozinha portuguesa do século xv (manuscrito I E 33 Biblioteca Nacional de Nápoles), leitura diplomática e modernizaçäo por António Gomes Filho, 2° ediçäo, Rio de Janeiro, Fundaçäo Biblioteca Nacional, Dep. de Livro, 1994 (coleçäo Celso Cunha).

21 Fernäo Lopes, Crónica de D. Joäo I, chap. 111.

22 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. 212.

23 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelänea, p. XVIII.

24 Pedro : "E a mim däo-me sardinha inteira" (Comédia de Rubena, vol. III, p. 43). Mestre Filipe : "sardinhas há na ribeira" (Auto dos físicos, vol. VI, p. 108) ; Viläo : Porque com duas sardinhas/fico eu mais satisfeito/que vós com o vosso desfeito,/nem com capöes, nem galinhas,/neo nos fazem mais proveito (Auto da Festa, p. 162).

25 Marques, p. 11.

26 Auto de Mofina Mendes, vol. I, 149

27 "Brouets, potages et bouillons", in Médiévales, n° 5, nov. 1983, p. 10.

28 J. L. Flandrin, "Le goût et la nécessité : sur l'usage des graisses dans les cuisines d'Europe occidentale (ive-xviiie siècle)" in Annales, Economie, Sociétés, Civilisations, n° 2, mars-avril 1983, p. 379.

29 Le sucre et le beurre sont présents dans l'Inventário de contas da Casa de D. Dinis (1278-1282).

30 Manger et boire au Moyen Age, Actes du Colloque de Nice (15-17 octobre 1982), Nice, Les Belles Lettres, Centre d'Etudes Médiévales de Nice, 1984, p. 122.

31 Selon H. Alicot, "Les épices à la table des papes d'Avignon au XIV in Manger et boire : "Le gingembre fortifie la mémoire, la cannelle préserve de la peste ; le poivre, le gingembre et la girofle apparaissent comme les produits de base de consommation des épices de la table pontificale à Avignon".

32 Michel Jeanneret, Des mets et des mots, banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Librairie José Corti, 1987, p. 28.

33 Marques, p. 7.

34 Cf. Cartas de Itália (1452) de Lopo d'Almeida, reeditadas por Rodrigues Lapa, Lisboa, Imprensa Nacional, 1935, pp. 17 et s. : "E o Doutor e eu fomos ver como estava a sala para comer aparelhada e achamos a mesa posta pera ele, que näo lhe chegavam as toalhas ao cabo e ficava descoberto acerca de dois palmos, e outras toalhas estreitas pelas bordas de uma parte e da outra da mesa pera sa alimparem... As outras mesas estavam postas com toalhas e candeas de päes e no cabo da mesa estava uma mesa na altura das outras, na qual estava a prata que haviam de beber, pouca e mal corregida... e da outra banda da mesa em outro banco estavam dous bispos e quatro condes alemäes em frente do Imperador ; e veo a vianda em grandes dous bacios, em maneira de castela, e comeram a comum tododes mesturados com ele, de guisa que todos comiam nous ditos bacios ; e cada um tinha trinchos de päo ante si. Nas outras mesas se assentaram bispos, condes e prelados e todos fidalgos e toda a outra gente e feixes e molhos, como em boda".
Le récit du voyage a été également écrit par l'ambassadeur envoyé par Frédéric III d'l'Allemagne (publication en 1503 à Augsbourg). L'auteur est Nicolau Lanckman de Valckenstein et l'édition de 1503 a été préparée par Nicolau, evêque de Hipona. Cf. Leonor de Portugal, imperatriz da Alemanha, diário de viagem de Nicolau de Lanckman de Valckenstein, ediçäo do texto latino e traduçäo de Aires Nascimento, colaboraçäo de Maria Joäo Branco e Maria de Lurdes Rosa, Lisboa, Medievalia, ediçöes Cosmos, 1992.

35 Ibidem p. 18.

36 Ibidem, p. 17.

37 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. CXXIIII. Je remmercie mon ami Georges Loudière pour son aide précieuse dans la traduction du banquet.

38 Crónica de D. Joäo V, chap. 131.

39 Francesc Eiximenis : Com usar bé de beure e menjar, Barcelona, Curial, 1977, p. chap. 45.

40 Chap. 55.

41 Garcia de Resende, Crónica de D. Joäo II e Miscelânea, chap. 127.

42 Rui de Pina, Crónica de D. Afonso V, ediçäo de M. Lopes de Almeida, Porto, Lello e irmäo, 1977, p. 761.

43 N. D. Shergold, A history of spanish theater from medieval times until the seventeeth century, Oxford University Press, 1967.

44 A l'occasion de l'entrée dans la ville de Valence de la belle fille de D. Pedro IV ; Shergold, p. 115.

45 Dans l'oeuvre vicentine on trouve une seule fois le mot entremês, au moment où le paysan Vasco Afonso est chargé de réciter l'argument de l'Auto Pastoril Português. Dans ce texte. Gil Vicente emploie auto et entremês pour désigner la même chose. Eugenio Assencio dit que l'Auto del Repelón de Juan del Encina et l'Auto da India de Gil Vicente ont le caractère d'un entremês. Selon Maria Luisa Tobar, Gil Vicente a écrit des entremezes, en particulier dans la pièce Floresta de Enganos in Nuovi Annali della Facultà di Magestero dell'Università di Messina, Roma, Editrice Herder, 1983.

46 Cf. Maria José Palla, "Jeux d'Eglise et jeux de cour dans le Portugal du xve siècle", Jeux, sports et divertissements au moyen age et à l'âge classique, Actes du 116e Congrès National des Sociétés Savantes, Chambery, 1991, Paris, Editions du CTHS, 1993, pp. 281-289.

47 William Schaffer Jack, The early entremés in Spain, Philadelphia, 1923, p. 6.

48 Shergold, pp. 115-116.

Table des illustrations

Légende (Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende (Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende (Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende (Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende (Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Universidade Nova de Lisboa

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540