Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquets et manières de table au Moyen Âge

Belles manières et belles tables

Banquets et manières de la table du roi dans le droit des Siete Partidas

Jean-Louis Hague Roma et Patricia Zambrana Moral

Texte intégral

  • 1 Dans les dernières quarante années, Alfonso GARCÍA-GALLO —le célèbre et tout-puissant historien du (...)
  • 2 « Ipse cibus ordinatur quidem ad aliquid sicut ad finem : sed quia ille finis, scilicet conservati (...)

1L’inestimable recommandation inclue dans tout les canons protocolaires et dans les normes nutritionnels et diéthétiques dans la mesure sur le repas et la boisson, n’est pas quelque chose que l’on doit exclusivement a notre temps, malgré de que les actuels modèles esthétiques imposent una ligne qui oblige a se décanter — des fois de forme excésive — sur la dîte mesure et la preuve de ceçi nous l’avons dans le droit des Siete Partidas1 et plus concrétement dans la Partida II, 21, 19 —Como los caballeros deuen ser mesurados—, on insistait sur la modération quoique, peut-être, en faisant plus d’incidence sur la boisson que sur le repas. Mais..., ne sont pas tous chevaliers qui sur cheval montent ? On commence par la détermination du numéro de repas par jour en dépendance si l’on se trouvait en temps de paix ou en temps de guerre. Alors, dans l’époque de délai ils étaient habituer a manger deux fois par jour « des bons repas et bien préparés » cependant quant ils allaient a la guerre ils mangeaient une fois et trés peux dans la matinée, en étant le repas le plus important celui de l’après midi à base de viande dures qui servaient à fortifier aux soldats. Cependant le vin souple était la boisson pour éviter de perdre leurs facultés accusés des éffets de l’alcohol. Un proverbe espagnol dit Bebe poco y corne asaz, duerme en alto y vivirás. Par contre, E. de Beaumarchais illustre les plaisirs de l’amour charnel et de la boisson : « Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes ». Quand il faisait chaud, on leur donnait du vinaigre avec beaucoup d’eau pour prévenir des maladies et enlever la soif et dans le reste des occasions, l’eau était la boisson principal. Selon t’on voit par le texte de la loi, l’intention va diriger sur la boisson et le manger comme moyen d’améliorer la santé et d’accroître le rendement, en évitant de manger et de boire de plus pour ne pas provoquer un préjudice dans la qualité de vie ; l’alimentation peut arriver a constituer le centre d’attention des préoccupations de l’homme2.

  • 3 Une vision généraliste de la fonction de la noblesse et de son message dans J. BENEYTO, “La concep (...)
  • 4 Voir par exemple les remarques d'autres pays et territoires dans le livre de A. LAFORTUNE-MARTEL, (...)

2Il existe dans la 20ème loi du titre des Partidas una coutûme qui était normal dans les banquets des cavaliers3 : Como ante los caualleros deuen leer las estorias de los grandes fechos de armas quando comieren. Quand ces écritures n’éxistaient pas on cherchait les anciens cavaliers pour raconter leurs propres histoires. Les jongleurs ne pouvaient aussi que faire des chants de guerre. La finalité de tout ceçi était que toutes les histoires arrivaient un jour a brancher dans le cœur des cavaliers et elles pouvaient leur servir a un moment donner à émuler les exploits qu’ils écoutaient4.

  • 5 La IIème Partida est celle qui a eu le plus de diffusion. Il existe une traduction manuscrite cata (...)
  • 6 Voir l'article de J. GALINDO ANTÓN, “Consejos higiénico-dietéticos de Alfonso X en Las Partidas”, (...)

3Un autre aspect qui apparait directement règlementé dans la Partida II, 9, 115, est celle des gents de l’hôtel du Roi qui doivent servir la table. Ce service constitue le vestibule éssentiel du banquet et cet aspect ne peut pas être oublier par le droit des Partidas qui va se marquer comme but principal la table du souverain. La loi que nous allons analyser prend comme principe une vérité universelle : il n’existe pas aucun être qui puisse se maintenir sans manger ni boire. Cette affirmation sert de point de conexion avec les raisonnements suivants : il doit y avoir une spéciale attention pour choisir les personnes qui vont s’occuper de préparer les banquets royales qui vont avoir une position meilleur que les autres. On peut établir sept normes de conduites pour ces personnes6 :

  • Qu’ils soient de bonne classe et lignage, quoique dans ce cas nous nous perméttons d’avoir des doutes, on croit qu’ils feraient attention de faire bien les choses.
  • Qu’ils soient loyales, au cas contraire ils pourraient provoquer un préjudice au roi.
  • Qu’ils aient des connaissances suffisantes pour pouvoir faire leur travail.
  • Qu’ils soient rationnels et tranquilles dans leurs actuations.
  • Qu’ils ne soient pas convoiteux, car la convoitise est la base et l’origine principale de tout les mals.
  • Qu’ils ne soient pas envieux La justification d’être envieux peut se convertir dans le moteur qui pousse ses actuations avec les conséquences que ceci pourrait rapporter. Être envieux a été toujours considéré le péché des espagnols, on parle du péché national. Et encore la norme va établir qu’ils ne doivent pas être envieux de « mauvais » envieux, car tout le monde sait qu’il existe un être sain envieux qui peut-être positif au sujet, jour à jour.
  • Qu’il ne soient pas venimeux et farouches.

4Au dessus de toutes ces règles, il existe une qui est la plus importante et qui serait obligatoire a ceux qui vont occuper ces postes. C’est celle d’employer proprement comme aspect éssentiel a l’heure de donner a manger au roi — et a quelconque —. L’accomplissement de ces fonctions peut avoir des conséquences positives ou négatives. La loi signale que le roi doit aimer, être honnête et faire le bien aux hommes qui réalisent ces travaux avec promptitude. Cependant si leur actuation est d’une forme déloyale où un refus des conditions de base la peine corporal sera d’un grade si important comme la trahison.

  • 7 Qual deue ser el repostero e el camarero del Rey. « Repostero es otrosí oficial que tiene grand lo (...)

5Dans le même titre la Loi 127 s’occupe de déterminer qui doit être le patissier et le garçon du roi en remarquant les conditions signalées dans la loi et qui ont été déjà commentées.

  • 8 Que los fijos de los Reyes deuen auer ayos, de buen linaje, bien acostumbrados, discretos, e de bu (...)
  • 9 “El sistema alimentario como elemento de diferenciación social en la Alta Edad Media. Occidente, s (...)
  • 10 Como el Rey ha de ser mesurado en comer e en beuer. « En tiempo conueniente deue el Rey comer e be (...)
  • 11 Que cosas deuen acostunbrar a los fijos de ¡os Reyes para ser apuestos e limpios. « Sabios y ouo, (...)

6Les bonnes manières de table ont toujours eu une grande importance comme le manifeste le Titre 7 de la deuxième Partida et surtout dans la Loi 48 où on ramasse la nécéssité de que les fils du roi disposent de serveurs qui s’occupent de leurs apprendre et instruire dans les règles qui déterminent le comportement du manger et de la boisson, car ils sont petits —comme nous montre la Pédagogie la plus élémental e qui n’était pas méconnue par les rédacteurs anonymes de ce texte— car il est plus facile d’assimiler les instruccions quand le cerveaux est vide. Antoni Riera i Melis9 certifie que « la table avec les habits et les armes constitue un des principaux éléments de disposition des classes dominantes du haut moyen âge occidental pour remarquer son grade ». Pour cette raison les rois doivent faire trés attention a l’heure de choisir ces serveurs pour que leurs fils recoivent la meilleur formation dans tout les aspects. Ils doivent choisir des personnes avec un groupe de qualité comme le bon lignage, avoir de bonnes coutûmes, être loyale au roi et a son royaume. Ces principes devront être appliquer aux hommes et femmes qui vont servir a la cour. Dans la même Partida et dans le titre 5 de la Loi 210, la discrétion du roi était déjà écrite dans le boire et le manger, en insistant dans l’idée de qu’il faut manger pour vivre et pour manger. On prétend que l’alimentation doit servir pour faire fort et sain a l’homme et non pour consacrer la vie au plaisir de l’alimentation. Un proverbe espagnol dit « quand on mange beaucoup la moitié est pour nous alimenter et l’autre moitié pour que le docteur puisse se maintenir ». Les bonnes manières et la modération dans les repas sont un indicatif de maturité, car le Roi Salomon disait que les enfants mangent par convoitise et une personne mûr doit avoir de la prudence et du jugement pour pouvoir diriger son pays. Sur la boisson, le roi doit faire trés attention car boire de trop rapporte le sujet vers des actes irrationnels et contre sa volonté, les anciens ont toujours dit qu’ont ne doit pas donner du vin aux rois jusqu’à avoir un certain âge et le faire avec attention pour éviter les maladies. On insiste dans les mêmes idées de la loi 5 du titre 711 : les serveurs devront instruire les fils des rois (talis pater, talis filius ou mali corvi malum ovum) en leurs montrant et enseignant bien a manger et a boire. Selon les savant de tout les temps aucun homme peut le faire comme un animal et encore moins les fils des rois car ils doivent servir d’exemple pour le reste des citoyens, surtout a cause de la hiérarchie qu’ils occupent. Tout ceci se trouve évalué par une série de raisons complémentaires qui remarquent les préjudices occasionnés par la boisson et le manger. La vie et la santé sont marqués par una diète équilibrée et si comiessen a demás, serían poren de más flacos e enfermos e aueuir les ya que el comer e el beuer, de que les deuía venir vida e salud se les tornaría en enfermedades e en muerte. A continuation nous allons marqué un exposition avec précision et détaillé d’une série de règles qui constituent un petit « traité » des bonnes manières de la table et qui devront être pratiquées par tous :

  • On ne doit pas mettre dans la bouche un autre morceau avant d’avoir finit de mastiquer le premier.
  • On ne doit pas manger avec les cinq doigts de la main pour éviter que le morceau d’aliment qui va a la bouche soit trop grand et arrive a provoquer des asphyxies.
  • On doit bien manger pour ne pas provoquer de la gloutonnerie et être des hommes et non des animaux.
  • Ne pas parler quand on mange.
  • Manger doucement et mastiquer bien pour arriver a avoir une bonne digestion et prévenir les maladies.
  • Se laver les mains avant de manger car si les aliments sont propres ils feront du bien.
  • Se laver encore les mains après manger. Cet aspect est trés intéressant d’analyser, car la diète alimentaire était a base de pain et d’aliments gras, les couverts n’existaient pas, et a cause de ceçi on peut comprendre l’insistence des Partidas d’éffectuer un lavage complet après les repas. Juan Torres Fontes12 disait : « le pain est l’aliment éssentiel pour l’homme médiéval, qui était accompagné de la viande et du vin au xive siècle. Les autres aliments sont nécéssaires et ils ne manquent presque que jamais, mais quand ils n’y en a pas, le problème qui se produit ne ressemble pas a celui de manque de pain qui répercute sur le tout ». Les proverbes espagnols remarquent l’importance de la viande dans l’alimentation : « capón de ocho meses, manjar de reyes » ; « Pan, vino y carne, quitan el hambre » ; « Con buen vino y buen jamón, nadie se va al panteón ». D’autre part, Antoni Riera i Melis13, confirme cette information avec « les nobles privilégiés de cette époque qui mangeaient sutout de la viande, et les rotis de chasse occupaient un lieu de préférence gastronomique. La viande s’était convertie dans un repas éssentiel pour la noblesse ; être privé d’elle était une profonde humiliation et une des pires punitions a être soumis... le noble doit toujours manger beaucoup de viande, bien condimentées, même dans la maturité. Les résultats de cette diète hipercalorique sera, surtout quand l’éxercise physique aura descendu a cause de l’âge, l’obésité, l’hipertensión artérielle, la discracie urique et les inflamations articulaires, maladies qui étaient réservées aux membres des classes privilégiées ». Les conséquences négatives de manger de trop ont un reflet dans les proverbes : « Más mató la cena que sanó Avicena »14 ; « de buenas cenas están las tumbas llenas » ; « con las malas comidas y peores cenas, menguan las carnes y crecen las venas » ; « impia sub dulci melle venena latent ». Cependant les classes les plus nobles mangeaient de trop : « Comía como si se tratase de tres osos juntos »15 alors que l’ordre clérical était toujours a jeun et dans l’abstinence et la « présence du vin et de la viande, base de toutes classes de vices, doit être réduite au minimum, vers les légumes et les verdures qui sont des symboles de pureté »16.
  • Se netoyer dans les serviettes de toilettes et non pas dans les habits assí como fazen algunas gentes que no saben de limpiedad ni de apostura.
  • On ne doit pas trop parler quand on mange.
  • On ne doit pas chanter durant les repas car ce n’est pas une place ni un lieu préparé pour ça, car si on le fait les gens pourrait penser que c’est a cause du vin au lieu d’autre chose.
  • Ne pas être avares ni codicieux avec le manger, en éssayant de tout manger et ne laissant rien aux autres.
  • 17 “Notas para el estudio de la alimentación y cl abastecimiento en la baja Edad Media”, dans Cuadern (...)

7Il ne faut pas oublier comme le reconnait María del Carmen Carié17, que dans des occasions l’alimentation surpasse la plus élémentaire logique sur la supervivence de l’homme en étant le repas un « acte symbolique ». Alors quand le moment important arrive, la célébration se traduit dans un grand repas où dîner. Selon Carié ce phénomène a de très « anciens antécédents » et est arrivé a avoir une très grande importance dans l’époque médiévale et surtout dans la cour royale et dans la classe nobilière. Elle est même arrivée à mesurer la « grandeur et la noblesse », selon la « quantité et qualité », des aliments qui étaient offrits dans ces banquets. Ces excès ont fait nécessaire mettre des limites « en ordonnant le monarque —Alphonse X le Savant— aux hommes de sa compagnie de manger “plus modérament” et pour les autres une limites a la consomation du jour ». Cependant il y a des doutes de que la norme c’était accomplit, et le manger a continué à être durant les siècles « une manifestation externe de la fortune et de la grandeur » et l’idéal du cavalier continue l’imposition de la modération dans le manger. Dans ces dégustations il était nécessaire de mettre en pratique les bonnes manières que nous avons vu.

  • 18 Ibidem, p. 14.
  • 19 Saint Paul avait déjà avertit avec claireté que prendre trop de vin était la porte de luxure : « N (...)

8Il y a un aspect qui préoccupe le droit des Partidas et qui a été remarqué dans plusieurs occasions dans différentes normes et qui ont été commentées parmis les cavaliers et le Roi. Nous faisons référence a la modération dans la boisson et plus concrètement a la boisson populaire comme le vin. De fait beaucoup des proverbes espagnoles insistent en montrant l’importance du bon vin sur toute bonne table : « pan que sobre, carne que baste y vino que no falte » ; « pan de trigo, aceite de olivo y de la parra el vino » ; « pan de ayer, carne de hoy y vino de antaño, salud para todo el año » ; « después de beber cada uno dice su parecer » ; « el vino hace bailar a la vieja ». Antoni Riera i Melis18 disait que « le vin est un apport complémentaire des hidrats de carbonne et il éxistait déjà dans la diète ordinaire de toutes les classes sociales même les plus pauvres ». La loi 6 du titre 7 de la même Partida parle aussi de ce thème mais en relation des fils des rois : Cómo lo fijos de los reyes deuen ser mesurados en beuer el vino. La conséquence c’est claire : « donde entra el beber, sale el saber ». Ils doivent le faire avec modération et le vin doit être souple car les jeunes qui boivent trop de vin tombent malades, et ils adoptent de mauvaises coutûmes qui ne doivent jamais être présentes entre les grands seigneurs et en plus ils arrivent a avoir moins de vie. On ne doit pas boire trop de vin tout les jours19 car il fait mal a la tête et à l’estomac en arrivant des fois a faire perdre la raison. Aussi la boisson peut arriver a créer de la dépendance et peut intérrompre le développement d’autres activités si en prends de trop. Aussi on ne doit pas boire après qu’on se réveille a jeun car ceçi provoque des problèmes comme l’hidropisie et des problèmes cérébraux.

9On peut uniquement boire durant les repas, avec mesure et modération. Et pour toutes ces raisons les fils des rois doivent être instruits dans le bon manger et boire, car si les serveurs ne proporcionnent pas une bonne éducation ils seront punis peut-être avec le bannissement — s’il n’existe pas une mauvaise foi— où la mort. Au cas contraire, le roi — qui doit observer la santé et les bonnes manières de ces fils et filles a table— devrait les rémunerer.

  • 20 Dans les Partidas, on ne trouve pas la coutûme de boire dans des cornes de cerf. Avec un caractère (...)
  • 21 Estampas Medievales, pp. 397-399.

10Dans la même idée et en faisant des remarques sus les préjudices de la boisson qui préoccupent a la société actuelle — surtout en relation aux jeunes— étaient bien connus dans le moyen âge, et ceçi n’a pas été oublié par le droit des Partidas. Il est certain que trop de vin peut faire perdre le bon comportement habituel20. Alors, Juan Torres Fontes21 signale : « L’excès de vin apporte de mauvaises conséquences et c’est une chose que tout le monde sait et on ne doit plus insister sur elle. Que l’excès de vin fait aussi oublier, est aussi vrai. Mais des fois on oubli les peines et des autres fois, presque toujours, la place, la situation et les indispensables normes publiques et privées de conduites personnelles, sans regarder le respect et la considération car on peut gêner et faire ressentir les personnes a cause de l’ivresse. Car l’excès de vin produit un excès de joie qui se manifeste avec un excès de voix et gestes. Ce qui provoque la réaction des personnes qui ne boivent pas et souffrent les conséquences directes ou indirectes de l’ivresse ». Mais il y a pire que l’ivresse et c’est la conjonction des ivres qui s’origine par un processus d’accélération alcoholique a la même place où l’on boit : la taverne. Et ceçi lui est arrivé a Juan Martínez appelé « pie de palo » a qui l’autorité a fermé sa taverne par les scandales que provoquait sa clientèle, dénoncé par un citadin voisin de la taverne, lequel avec sa belle-mère et sa femme il lui était interdit de s’assoir a la porte de chez lui pour prendre le frais pour ne pas écouter, voir ni souffrir les clients de “pie de palo”.

11Selon un vieux proverbe français, « avant Noé les hommes n’ayant que l’eau a boire, ne pouvait trouver la verité ».

Notes

1 Dans les dernières quarante années, Alfonso GARCÍA-GALLO —le célèbre et tout-puissant historien du droit convaincu que son système explique le monde..., trompé dans ses puérilites ! — a questionné a plusieurs reprises que les Siete Partidas était une oeuvre de l'époque du royaume d'Alphonse X le Savant. L'auteur est arrivé a situer sa rédaction vers l'année 1310. Ses théories qui ont été trés répondues, sont exposées, parmi d'autres, en “El Libro de Leyes de Alfonso el Sabio”, dans Anuario de Historia del Derecho Español, XXI-XXII (1951-1952), pp. 345-528 ; “Nuevas observaciones sobre la obra legislativa de Alfonso X”, dans Anuario..., revue précité, XLV1 (1976), pp. 609-670 ; “La obra legislativa de Alfonso X. Hechos e hipótesis”, dans Anuario..., précité, LIV (1984), pp. 97-161 et dans Los Libros de Leyes del rey Alfonso el Sabio, Madrid, 1984. Il faut mettre à part les articles del prof. A. IGLESIA FERREIRÓS, “Alfonso X el Sabio y su obra legislativa ; algunas reflexiones”, dans Anuario..., précité, L (1980), pp. 531-561 ; IGLESIA, “Cuestiones alfonsinas”, dans Anuario..., LV (1985), pp. 95-149 ; IGLESIA, La creación del Derecho. Una historia del Derecho español, Barcelone, 1988, fascicle deuxième, pp. 284-313 ; R. A. MACDONALD, “Law and Politics: Alfonso's Program of Political Reform”, dans The Worlds of Alfonso the Learned and James the Conqueror. Intellect and Force in the Middle Ages, Princeton, 1985, pp. 150-202 ; A. PÉREZ MARTÍN, “La obra legislativa alfonsina y puesto que en ella ocupan las Siete Partidas”, dans Glossae. Revista de Historia del Derecho Europeo, 3 (1991), pp. 9-63 ; PÉREZ MARTÍN, “Fuentes romanas en las Partidas”, dans Glossae..., 4 (1992), pp. 215-246 ; F. CAMACHO EVANGELISTA, “Las Siete Partidas del rey Don Alfonso X el Sabio (un estudio de la cuestión)”, dans Studi in onore di Giuseppe Grosso, Turin, 1972, pp. 475-516 ; Jerry R. CRADDOCK, “El Setenario: Última e inconclusa refundición alfonsina de la primera Partida”, dans Anuario..., LVI (1986), pp. 441-451 ; CRADDOCK, “La cronología de las obras legislativas de Alfonso X el Sabio”, dans Anuario.... LI (1981), pp. 365-418 ; CRADDOCK, “How many Partidas in the Siete Partidas ? ”, dans l'hommage au professeur Alan Deyermond, Hispanic Studies, Madison, 1986, pp. 83-92 ; A. OTERO, “Las Partidas y el Ordenamiento de Alcalá en el cambio del ordenamiento medieval” dans Anuario..., LXIII-LXIV (1993-1994), pp. 451-547. Toutefois l'interprétation proposée par García-Gallo est sensiblement différente de celle de ces auteurs.

2 « Ipse cibus ordinatur quidem ad aliquid sicut ad finem : sed quia ille finis, scilicet conservatio vitae, est maxime appetibilis, quae sine cibo conservan non potest, inde etiam est quod ipse cibus est maxime appetibilis ; et ad hoc fere totus labor humanae vitae ordinatur, sccundum illud Eccle. 6, 7 : “Omnis labor hominis in ore cius”. Et tamen gula magis videtur esse circa delectationes cibi quam circa cibos. Propter quod, ut Augustinus dicit, in libro De vera relig. “quibus vilis est corporis salus, malunt vesci”, in quo scilicet est delectatio, "quam saturati : cum omnis finis illius voluptatis sit non sitire atque esurire » (St. THOMAS, S. Th., IIa-IIae, q. 148, a. 5, ad 1). Un exemple se retrouve dans le Catalogue de l'exposition A tavola con il Principe : materiali per una mostra su alimentazione e cultura nella Ferrara degli Estensi, Ferrara, 1 octobre 1988—27 mars 1989,421 pp.
Voir le conseil de Saint Bernard “ad Albertum inclusum” : « Petis a me, ut nescio quam ieiunii observantiam, quam a me intraturus cellam requisieras, ac muliercularum colloquia (nous recordons avec FONTENELLE que « une belle femme est le paradis des yeux, l'enfer de l'âme et le purgatoire de la bourse »), quae et tibi videlicet a me recordaris fuisse prohibita, mea licentia possis admittere, quae utique propter inopiam, ut scribis, non potes evitare. Ego iam nullam super te usurpo mihi potestatem. Consilium tibi dedi, non pracceptum, semper vel semel in die comedere, feminarum visitationes vel colloquia omnino non admittere, tuarum te opere manuum sustentare, multaque alia quae longum est modo commemorare. Quod si huiusmodi sumptus nequaquam tibi ad opus tam sumptuosum suppetere cemeres, non debere incipere quod consumare non posses. Hoc tibi tutum credidi consilium ; hoc nec meo cogeris tenere praecepto, nec tamen meo mutabis Consilio. Vale » (St. BERNARD, Epist. CDIV, éd. I. ARANGUREN et M. BALLANO, Madrid, 1990, p. 1146).

3 Une vision généraliste de la fonction de la noblesse et de son message dans J. BENEYTO, “La concepción jerárquica de la sociedad en cl pensamiento medieval español”, dans Revista Internacional de Sociología, V (1947), pp. 177-186. Voir aussi BENEYTO, Los orígenes de la ciencia política en España, Madrid, 1949 et El pomo de la espada : la sociedad, las letras, los hombres y la ley, Madrid, 1961. Averti peut-être des déficiences de ses oeuvres de jeunesse par G. Sánchez, Sánchez-Albornoz et García-Gallo, le professeur Beneyto Pérez tenta de pallier ses lacunes dans ces articles et livres postérieures. « Orgueil, contrepesant toutes les misères. Ou il cache ses misères ; ou, s'il les découvre, il se glorifie de les connaître » (Biaise PASCAL, Pensées, n° 405). C'est un intéressant livre la recherche de Luciana de STEFANO, La sociedad estamental de la Baja Edad Media española a la luz de la literatura de la época, Caracas, 1966. Voir aussi l'étude de S. BOSCH, “Les Partidas i els textos catalans didàctics sobre cavalleria”, dans Estudis Universitaris Catalans, XXII (1936), pp. 655-680.

4 Voir par exemple les remarques d'autres pays et territoires dans le livre de A. LAFORTUNE-MARTEL, Fêle noble en Bourgogne au xv siècle. Le banquet du Faisan (1454) : Aspects politiques, sociaux et culturelles, Montréal, 1984, 206 pp.

5 La IIème Partida est celle qui a eu le plus de diffusion. Il existe une traduction manuscrite catalane qui se conserve a la Bibliothèque Nationale de la Catalogne, ms. 942. Il a étudié sa diffusion a la Principauté, mais pas les aspects qui nous intéressent dans cette communication, Ramon d'ABADAL i de VINYALS, dans Les « Partidas » a Catalunya durant l'Edat Mitja, Barcelone, 1914 (réed. de J. Sobrequés i Callicó, dans Dels visigots als catalans, Barcelone, vol. II, pp. 335-379), qui a son origine dans la thèse d'Etat à l'Université de Madrid, et qui a été publié dans la revue Estudis Universitaris Catalans, en comptes-rendus, VI (1912), pp. 13-37 et 159-180, VII (1913), pp. 118-162. Nous pouvons aussi voir des commentaires à la deuxième partie dans les livres classiques de Bartolomé de HUMADA, Scholium seu brevis interpretatio ad glossam in primam et secundam Partitarum partem, Madrid, 1588 ; Gaspar de HERMOSILLA, Additiones, notae et resolutiones ad 7 Partitarum glossas Gregorii Lopetzii, Seville, 1634 ; PÉREZ MOZÚN, Diccionario alfabético y ortográfico de las voces que en sus siete célebres Partidas usó el rey Don Alfonso el Sabio, Madrid, 1790 ; J. MURO MARTÍNEZ, Las Siete Partidas comentadas y anotadas, Valladolid, 1875. La glosse plus érudit et connue c'est celle de Grégoire López (éds. 1555, 1565, 1587, 1757, 1767 et 1789). De cette manière le commentaire de Alphonse Díaz de Montalvo établit plusieurs règles adoptées au droit castillane de l'époque.

6 Voir l'article de J. GALINDO ANTÓN, “Consejos higiénico-dietéticos de Alfonso X en Las Partidas”, dans Medicamento, XX, n° 240 (1953), pp. 142-144, étude trés simple sans valeur scientifique. Le faible nombre de cas et de conseils observés ne permettait pas une analyse dans la présente étude de Galindo. « Asinus in scamno se vult similare magistro ! ». On rencontre encore des commentaires dans J.M. ORTUÑO SÁNCHEZ-PEDREÑO, “Tratamiento jurídico de la enfermedad en las Partidas”, dans Glossae, 3 (1991), pp. 135-164. Signale Manuel J. PELÁEZ et Sixto SÁNCHEZ-LAURO, dans “Aspectos médico-legales de las Partidas en relación con Castilla y Cataluña: reflexiones iuspenalíticas”, dans Boletín de la Institución Fernán González, n° 201 (1983), p. 384 que la modération dans le manger et la boisson et « les raisons que remarquent dans ce cas les Partidas viennent de Saint Grégoire, Moralium, 31 et St. Thomas, S. Th., IIa-IIac, q. 148, a. 6, qui ramassent des concepts déjà marqués par la patristique occidental comme oriental et d'une forme particulière par St. Jean Chrysostome ». Nous nous permettons d'introduir certaines précisions a ces affirmations, car il n'est pas si claire d'être ses origines d'inspiration, car elles peuvent être d'autres comme GRATIEN, Decretum (Concordia discordantium canonum), c. 6, Dist. IV y c. 1, Dist. XXXV, Saint Augustin, Pierre Lombard ou St. Bernard: « Solet Apostolus Paulus in verbis esse brevis, in sententiis copiosus. Non ignoravit hoc ille tam eloquentiac quam sapientiae dotibus approbatus, qui singula Pauli verba tonitrua iudicabat. Tam signanter enim universa depromit, et sic intonat spiritu et virtute, ut in seric ordinem, in sensu plenitudinem, in utroque connexionem mirabiliter extendat. “Non est —inquit— regnum Dei esca et potus, sed iustitia et pax et gaudium in Spiritu Sancto”. Qui ad haec dicitis vos, gulosi et luxuriosi, “quorum Deus venter est”, quorum omnis usus aut in ventre, aut sub ventre est, qui, ut ait idem Apostolus, “in luxuriis enutristis corda et corpora vestra ?”. Audite, audite, quia esca ventri, “et venter cscis ; Deus autem et hunc et has destruet”. “Vae vobis qui dormitis in lectis eburneis et lascivitis in stratis vestris, qui comeditis vitulum de armento et bibistis vinum defaecatum, et primis ungimini unguentis”. “Filii hominum, usquequo gravi corde”, quia pingui corpore ; “ut quid diligis vanitatem” et veritatem negligitis ? Pinguedo carnis, deliciae corporis, saturitas ventris, aut ante mortem vos deserent, aut vos in morte illa relinquetis : “Quoniam — inquit Sanctus— cum interierit non sumet omnia, ncque descendet cum co gloria eius”. “Sicut oves in inferno positi sunt : mors depascet eos”. Quam bene : “sicut oves”, quia, detracto veliere mundialium divitiarum, dure presseque detonsi, sempiternis nudi deputabuntur incendiis. “Mors depascet eos”, quia semper morientur ad vitam et vivent in mortem. Ergo hic caro vermibus, illic anima ignibus deputatur, donec rursus infelici collegio colligati, tormentis pocnalibus socientur, qui socii fuerunt in vitiis ». (Sermo, XIX, 1, éd. M. BALLANO, Madrid, 1988, vol. VI, p. 168 ; c'est une éd. français, de P.-Y. EMERERY, Saint Bernard. Sermons divers, Paris, 1982).
Il faut remarquer l'importance de St. THOMAS, S. Th., IIa-IIac, q. 147, q. 148, q. 149 et q. 150, et non seulement le a. 6 de la q. 148 : « Videtur quod inconvenienter assignentur gulae quinque filiae : scilicet “inepta lactitia, scurrilitas, immunditia, multiloquium, hebetudo mentis circa inteligentiam (...). Sed contra est quod Gregorius, XXXI, Moral. (1. c. nt. 9), has filias gulae assignat. Respondeo dicendum quod, sicut dictum est (a. 1), gula proprie consistit circa immoderatam delectationem quae est in cibis et potibus. Et ideo illa vitia inter immoderata delectatione cibi et potus consequuntur. Quae quidem possunt acci pi vel ex parte animae, vel ex parte corporis. Ex parte autem animae, quadrupliciter. Primo quidem, quantum ad rationem, cuius acies hebctatur ex immoderantia cibi et potus. Et quantum ad hoc, ponitur filia gulae hebetudo sensus circa intelligentiam, propter fumositates ciborum perturbantes caput. Sicut et e contrario abstinentia confert ad sapientiae perceptionem : secundum illud Eccle. 2, 3 : “Cogitavi in corde meo abstrahere a vino carnem meam, ut animum meum transferrem ad sapientiam”. Secundo, quantum ad appetitum, qui multipliciter deordinatur per immoderantiam cibi et potus, quasi sopito gubernaculo rationis. Et quantum ad hoc, ponitur inepta laetitia : quia omnes aliac inordinatae passiones ad laetitiam et tristitiam ordinantur, ut dicitur in II Ethic. Et hoc est quod dicitur III Esdr. 3, 20, quod “vinum omnem mentem convertit in secuntatem et iucunditatem”. Tertio, quantum ad inordinatum verbum. Et sic ponitur multiloquium : quia, ut Gregorius dicit in Pastorali (1. c. nt. 4), “nisi gulae deditos immoderata loquacitas raperet, dives ille qui epulatus quotidie splendide dicitur, in lingua gravius non arderei”. Quarto, quantum ad inordinatum actum. Et sic ponitur scurrilitas, idest locuaritas quaedam proveniens ex defectu rationis, quae, sicut non potest cohibere verba, ita non potest cohibere exteriores gestus. Unde Eph. 5, 4 super illud, “Aut stultiloquium aut scurrilitas”, dicit Glossa : “Quae a stuitis curialitas dicitur, idest iocularitas, quae visum movere solet”. Quamvis possit utrumque horum referri ad verba. In quibus contingit peccare vel ratione superfluitatis, quod pertinet ad “multiloquium” : vel ratione inhonestatis, quod pertinet ad “scurrilitatem”. Ex parte autem corporis, ponitur immunditia. Quae potest attendi sive secundum inordinatam emissionem quarumeumque superfluitatum : vel specialiter quantum ad emissionem seminis. Unde super illud Eph. 5, 3, “Fornicano autem et omnis immunditia”, etc., dicit Glossa : “Idest incontinentia pertinens ad libidinem quoeumque modo” ». Cette oeuvre, la S. Th., n'est cependant pas à negliger. II n'y à rien de Platon et du mythe d'Eros dans le Banquet. Sur cette question voir E. PULCINI, "Diotima : Il mito platonico dell'eros e il « Matriarcato » di Bachofen”, dans Aut Aut, n° 243-244 (1991), pp. 129-144 et T. CHEVROLET, “L'Eros mythe intertextuel : lectures néoplatoniciennes d'un passage du « Banquet »”, dans Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, 51(1989), pp. 311-330.
Les Moralia sive Expositio in lob de Grégoire 1er le Grand peuvent être un précédent des Partidas, a cause de la diffusion de cette oeuvre, trés connue et copiée. Il est probable que les Partidas ont fait influence dans les Ordinacions de Pierre III le Cérémonieux et dans las Leges Palatinae de Jacques II de Mallorque. C'est une hypothèse. On ne peut donner une réponse définitive à cette question.

7 Qual deue ser el repostero e el camarero del Rey. « Repostero es otrosí oficial que tiene grand logar para guardar el cuerpo del Rey. E ha estc nome por que el ha de tener las cosas que el Rey manda guardar en su poridad : e aún ha de tener otras cosas guardadas, que tañe a la guarda del Rey : assí como la fruta, e la sal, e los cuchillos, con que tajan ante él, e algunas cosas otras, que son de comer, e que le aduzen en presente, que le ha de guardar. E porende deuen auer ensí todas las cosas que diximos en la ley ante desta, de los otros oficiales : e esso mismo dezimos del camarero que ha assí nome, por que el deue guardar la cámara, do el rey aluergare, e su lecho, e los paños de su cuerpo, e las arcas e los escritos del Rey e naguer sepa leer, no los deue leer ni dexar a otro que los lea, e sobre todas las cosas ha menester que non sea mesturero, ni descobridor de lo que viere c oyere, mas deue ser cuerdo e callado, e de buena poridad. E quando tales fuessen, el repostero, e el camarero, deue les el rey fazer bien, e merced : assí como diximos de los otros. E quando contra esto fuessen, deue auer essa misma pena que los otros ». (Part. II, 9, 12).

8 Que los fijos de los Reyes deuen auer ayos, de buen linaje, bien acostumbrados, discretos, e de buen entendimiento. « Niños seyendo los fijos de los Reyes, ha menester que los fagan guardar, el padre c la madre, en la manera que diximos en la ley ante desta, mas después que fueren moços, conuiene, que les den ayos, que los guarden, e los afeyten en su comer, c en su beuer, e en su folgar, e en su contenente: de manera, que lo fagan bien, e apuestamente, segund que les conuiene. E ayo tanto quiere dezir en lenguaje de España, como ome, que es dado para nudrir moço, e ha de auer toto su entendimiento, para mostrarle como faga bien. E dixeron los sabios, que tales no son moços, para aprender las cosas, mientra son pequeños, como la cera blanda, quando la ponen en el sello figurado, por que dexa en él su señal. E por ende los ayos, deuen mostrar a los moços, mientra son pequeños, que aprendan las cosas segund conuiene. Ca estonce, las aprenden ellos, más de ligero cuando las resciben en uno con la criança, e fin canse les siempre más en las voluntades para seles venir emiente. Mas si gelas quisiessen mostrar quando fuessen mayores, e comen çassen ya a entrar en mancebía non lo podrían fazer tan de ligero amenos de los enblandescer, de grandes premias : e aún que las aprendiessen estonce, oluidar las yan mas ayna : por las otras cosas que aurían ya usadas. Onde por todas estas razones deuen los Reyes querer bien guardar sus hijos e escoger tales ayos que sean omes de buen linaje, e bien acostunbrados, e sin malasaña, e sanos c de buen seso. E sobre todo, que sean leales derechamente, amando pro del Rey e del Reyno. Ca todas estas cosas, deuen auer los que han de guardar los fijos de los Reyes al menos que sean leales, e bien acostunbrados. E el Rey que desta guisa non sopiesse guardar sus fijos rescibirá ende dos daños, el uno el pesar que auría del mal que fazen : e el otro del mal que auría, a fazer a los ayos por razón dellos. E esto que diximos entiende se por todos los que han de seruir, tan bien de mugeres, como de omes » (Part. II, 7,4).

9 “El sistema alimentario como elemento de diferenciación social en la Alta Edad Media. Occidente, siglos VIII-XII”, dans Representaciones de la Sociedad en la Historia : de la autocomplacencia a la utopía, Institut d'Histoire Simancas, Université de Valladolid, Valladolid, p. 54. Il mérite d'être reconnu dans le thème de l'alimentation parmi d'autres, les travaux de N. DEFOUG, “Un banquet médiéval au collège”, dans Médiévales, 13 (1987), pp. 71-73 ; J. P. SOSSON, “La part du gibier dans l'alimentation médiévale. L'exemple des « pourvances » de Guillaume D'Ostrevant au Quesnoy (23 sep. 1397-23 juin 1398)”, dans La Chasse au Moyen Age, Nice, 1980, pp. 347-364 et J.R. TROCHET, “Chasse et alimentation dans le village médiéval de Dracy”, dans La Chasse..., actes précités, pp. 365-373. Le banquet royal dans l'histoire de l'art et l'authenticité d'un relief français du xivè siècle, qui se trouve au Musée National de Varsovie, il été étudié par P. RATKOWSKA, “À propos du Banquet Royal”, dans Bulletin du Musée national de Varsovie, 30 (1989), pp. 40-43.

10 Como el Rey ha de ser mesurado en comer e en beuer. « En tiempo conueniente deue el Rey comer e beuer cada que lo pudiesse fazer, assí que no sea temprano nin tarde. E otrosí que non coma si non quando ouiere sabor, e de tales cosas, quel tengan rezio, e sano, e non embarguen el entendimiento. E esto que gelo den bien adobado, c apuestamente : ca según dixeron los Sabios, el comer fue puesto para beuir, c non el beuir, para el comer. E aún dixeron, que una de las noblezas, quel Rey deue auer, ensí, es de gouernar se bien c apuestamente, e a su pro. E esto dixo el Rey Salomón, bien auenturada es la tierra, que ha noble el Rey por señor e los mayorales della, comen en las sazones, que deuen más por mantenimiento de sus cuerpos, que por otra sobejanía. E de los que contra esto fazen, dixo, ay de la tierra, de que el rey es niño, e de los mayorales della : comen de mañana. E semejança de niño puso, por que los niños, más cobdician comer, que otra cosa. E el beuer, deximos que es una de las cosas, del mundo, de que el Rey se deue mucho guardar, porque esto, non se deue fazer, si non en las sazones, que fuere menester al cuerpo e aún entonce, muy mesuradamente. Ca mucho sería cosa sin razón, que aquel aquien Dios dio poder sobre todos los omes, que son en su señorío, que dexe al vino apoderar de sí. Ca el beuer que es sobejano, saca al ome, de las cosas, que le conuiene, e faze le fazer, las que son desaguisadas. E por esta razón, usauan los antiguos, que no diessen vino, a los Reyes, falta que fuessen de edad, e aún entonce mesuradamente, c templado. E esto fazían porque el vino, ha grand poder, e es cosa que obra contra toda bondad. Ca el faze, alos omes, desconoscer a dios e assí mismos, e descobrir las poridades e mudar los juyzios, e cambiar los pleytos, e sacar los de justicia, e de derecho. E aún sin todo esto, enflaquesce el cuerpo del ome, e menguale el seso, c fazele caer en muchas enfermedades, c morir más ayna, que deuía. Onde los reyes, que esto non catassen, dar les ye Dios en este mundo, por pena, muchas enfermedades, e pesares, c en el otro, fazer les ye, como aquellos, que toman vida de bestias, e dexan la de los omes » (Part. II, 5, 2).

11 Que cosas deuen acostunbrar a los fijos de ¡os Reyes para ser apuestos e limpios. « Sabios y ouo, que fablaron de cómo los ayos deuen criar a los fijos de los Reyes c mostraron muchas razones, por que los deuen acostumbrar a comer, e a beuer, bien e apuestamente. E porque nos semejó, que eran cosas que deuen ser sabidas por que los ayos pudiessen mejor guardar sus criados, que no cayessen en yerro por mengua de non saber mandamos lo aquí escreuir. E dixeron, que la primera cosa que los ayos deuen fazer aprender a los moços, es que coman e beuan limpiamente, c apuesto. Ca maguer que es cosa que ninguna criatura non lo pueda escusar : con todo esso, los omes non lo deuen fazer bestialmente, e desapuesto : e mayormente los fijos de los Reyes por el linaje onde vienen e el logar que han de tener e de que los otros an de tomar exenplo. Esto dixeron por tres razones. La primera, por que del comer, e del beuer, les viniesse pro. La segunda, por desuiar los del daño que les podría venir, quando lo fiziessen en comer, o en beuer además. La tercera, por acostumbrar los a ser limpios e apuestos que es cosa que les conuiene mucho. Ca mientras que los niños comen o beuen quando les es menester, son porende más sanos, e más rezios. E si comiessen a demás, serían porende más flacos e enfermos e auenir les ya que el comer e et beuer de que les deuía venir vida e salud se les tornaría en enfermedades e en muerte. E apuestamente dixeron, que les deuen fazer comer non metiendo en la boca otro bocado fasta que el primero ouiessen comido. Ca sin la desapostura, que podría ende venir ha tan grand daño, que se afogarían, a so ora : e non les deuen consentir, que tomen el bocado, con todos los cinco dedos de la mano, por que non los fagan grandes. E otrosí que non coman feamente, con toda la boca, mas con la una parte : ca mostrar se yan en ello por glotones, que es manera de bestias, mas que de omes. E de ligero, non se podría guardar el que lo fiziesse, que non saliesse de fuera, aquello que comiesse, si quisiesse fablar. Otrosí dixeron, que los deuen acostumbrar, a comer de vagar, c non apriessa, por que quien de otra guisa lo usa, non puede bien maxcar lo que come e porende no se puede bien moler c por fuerça se ha de dañar, e de lomarse en malos humores, de que vienen las enfermedades. E deuen les fazer lauar las manos, antes de comer, por que sean más limpios de las cosas que antes auían tañido. Porque la vianda, quanto más limpia fuere mientras es comida, tanto mayor pro faze. E después de comer, gelas deuen fazer lauar, por que las licuen limpias a la cara e a los ojos. E a limpiar las deuen a las touajas, e non a otra cosa, por que sean limpios e apuestos. Ca non las deuen limpiar a los vestidos, assí como fazen algunas gentes, que no saben de limpiedad, ni de apostura. E aún dixeron, que non deuen mucho fablar mientra que comieren, por que si lo fiziessen, non podría ser, que no menguassen en el comer, e en la razón que dixessen. E non deuen cantar, quando comieren, porque non es lugar conueniente para ello, e semejaría, que lo fazían más con alegría de vino, que por otra cosa. E otrosí dixeron, que non los dexassen, mucho abaxar, sobre el escudilla, mientras que comieren, lo uno por que es grand desapostura lo al, por que semejaría que lo quería todo para sí, el que lo fiziesse, e que non ouiesse otro parte en ello » (Part. II, 7, 5).

12 Nous à récemment montré dans Estampas Medievales, Madrid, 1988, pp. 418-419.

13 Voir à ce propos “El sistema alimentario como elemento de diferenciación social en la Alta Edad Media Occidente, siglos VIII-XII”, dans Representaciones de la Sociedad en la Historia : de la autocomplacencia a la utopía, pp. 16-17. Le travail de María del Carmen CARLÉ, “Notas para el estudio de la alimentación y el abastecimiento en la baja Edad Media”, dans Cuadernos de Historia de España, LXI-LXII (1977), pp. 246-341 est plus complet que celui de RIERA, où réflexionne sur les aliments, les classes sociales et les forces culturelles que s'entremêlent aussi avec les facteurs événementiels, en considerant « plus exact parler du secteur socio-économique que de classe sociale. Car évidemment si la culture et les formes de vie propre de chaque classe réalisaient des habitudes alimentaires, tout était en relation des possibilités économiques pour pouvoir satisfaire ces habitudes alimentaires ». Aussi, il réalise une étude sur les « aliments dans la documentation » en analysant un groupe de textes de différents moments historiques sur la base du Moyen âge —car il existe une plus grande richesse documentaire—. Alors il situe le pain et le vin comme base de l'alimentation en constituant « les éléments éssentiels de la survivance » et principal « objet de labourage » avec des références parmi des autres textes au Droit de Partidas et concretement a la Partida II, 20, 5. Cependant « ceçi n'implique pas qu'ils soient exclusifs » sinon que « depuis le commencement ils apparaissent dans le groupe de la documentation, accompagnés d'autres produits alimentaires » étant, « en premier lieu, la viande » qui « plus ou moins forme partie de la diète espagnole depuis toujours » et elle était inclus entre les repas qu'on devait fournir au bateaux. « Deuen leuar carne salada » avec des autres provisions comme les ails et les ognons (Part. II, 24, 9). De même il développe les problèmes de ravitaillement si fréquents dans cette époque et motives par les phénomènes méthéorologiques (les éffets du climat et même du paysage sont peut-être plus grands qu'on ne le suppose généralement) comme par la propre activité de l'homme : « guerre, monopole, spéculation ».

14 A. ARTHABER, Dizionario comparato di proverbi e modi proverbiali. Milan, 1927, p. 603.

15 HORACE, Epistulae, I, 15, 34.

16 A. RIERA i MELIS, pp. 19-20

17 “Notas para el estudio de la alimentación y cl abastecimiento en la baja Edad Media”, dans Cuadernos..., revue précité, p. 327.

18 Ibidem, p. 14.

19 Saint Paul avait déjà avertit avec claireté que prendre trop de vin était la porte de luxure : « Nolite inebrian vino, in quo est luxuria » (Eph., V, 18). Mais c'est l'Ecclésiastique, II, 3, celui que précise avec grande claireté, en enmenant le corp au vin on arrive a lever l'âme pour la mettre en conexion avec la sagesse : « Cogitavi in corde meo abstrahere a vino carnem meam, ut animum meum transferrem ad sapientiam ». L'Eclesi., XXXI, 36, parle de cette boisson, si on l'a boit avec mesure et proportion elle est considéré comme la joie du coeur et de l'âme de l'homme. Mais, cette réceptivité et cette résistance ceçi doit être très différent logiquement de boire du vin d'une forme déproportionnée. N'oublions pas que la doctrine de St. Paul intéresse particulièrement chaque chrétien. Comment l'homme peut-il être sauvé ? Saint Augustin dans sa Cité de Dieu a donné le sujet et la solution, car en Dieu seul est la Beauté.

20 Dans les Partidas, on ne trouve pas la coutûme de boire dans des cornes de cerf. Avec un caractère générale, mais en particulier en référence sur la Catalogne, Valence et Mallorque, voir les Actes i Communications del IIIe Colloqui d'Historìa Agrària sobre mil anys de producció, comerç i consum de vins i begudes alcohòliques al Països Catalans (Villefranche du Penedés, février de 1990), éd. Barcelone, 1993.

21 Estampas Medievales, pp. 397-399.

Auteurs

Université de Málaga

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540