Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Contributions aixoises

De la gestuelle de quelques dames épiques et autres : essai d'interprétation

Régine Colliot

Texte intégral

1Les dames épiques, le plus souvent en retrait de l'action (sauf quand elles en sont l'héroïne principale, ce qui demeure rare) y gardent un comportement assez passif ; elles ne participent pas aux combats, ni aux ambassades, elles sont exclues des scènes spectaculaires ; les conteurs traitent leurs apparitions de manière intimiste, voire secrète. Elles illustrent le rôle social de la femme, rôle secondaire, dominé par l'éclat de la conduite chevaleresque ; leur propre conduite en revanche s'appuie souvent sur le mystère, le sentiment caché ou inconscient. Leurs gestes sont parfois inattendus, spontanés, ils sont du domaine de la "trouvaille" romanesque, et par là séduisent et étonnent encore le lecteur moderne.

2Leurs gestes sont brefs ; souvent la femme y met toute son énergie, pour survivre, pour tenter de sauver, pour tuer. Ce sont des gestes de nécessité intime, liés à un rituel social, ou allant contre ce rituel ; ils expriment une libération de l'être : c'est ce que confirmera l'examen d'un certain nombre d'exemples.

  • 1 Raoul de Cambrai, Chanson de geste du xiiie siècle, renouvelée par Paul Tuffrau, Paris 1924, chap. (...)
  • 2 Raoul de Cambrai, op. cit., chap. VI, p. 47.

3Ainsi apparaissent les gestes de supplication et d'opposition au héros partant en guerre ou pour une expédition incertaine ; dame Aélis, dans Raoul de Cambrai1 s'empare de l'étrier de son fils, elle accompagne son geste de prières pour que Raoul renonce à sa guerre ; il réplique : "Dame, vous plait-il lâcher mon étrier ?" Aélis se résigne : "Elle le signe au nom de Dieu et lâche l'étrier". Autre geste de supplication à Dieu, qui sera tout aussi vain : au moûtier Saint Gerri : "Elle s'allonge en croix devant le crucifix2". La Dame n'obtient satisfaction ni du guerrier, ni de Dieu. De même dans Parise la Duchesse, c'est inutilement que la belle Sorplante essaie d'arrêter le jeune Huguet qui part vers son destin :

  • 3 Parise la Duchesse, Chanson de geste du xiiie siècle, édition May Plouzeau, Publication du CUERMA, (...)

La fille au roi Hugon qu'il devoil esposer,
Elle a saisi Huguei par le chafrein doré...3

4Le jeune homme l'écarte : "Quand ele se redresce, s'en fu Huguez alez".

  • 4 Parise la Duchesse, op. cit., v. 2213-2219.

5La femme demeure sans pouvoir sur l'homme, qu'elle soit mère ou amante, sauf rares exceptions dans la société féodale ; au contraire le geste de tenir l'étrier au seigneur, quand c'est un homme qui l'accomplit, est signe d'hommage et de soumission ; ainsi Huguet qui va se réconcilier avec son père le duc Raymond : "Li dux est remontez ; Huguez li tint l'estrier4".

6Le geste aboutit à un rapport social tout différent, fait par l'homme ou la femme.

  • 5 Raoul de Cambrai, op. cit., p. 57.

7Autre geste d'opposition, celui de l'abbesse Marcent dans Raoul de Cambrai5 : elle vient au devant de Raoul. "L'abbesse vient en tête s'appuyant sur sa grande crosse d'or et d'ivoire". L'emblème sacré en main, Marcent se tient droite en face de Raoul monté sur son destrier ; elle a pour elle l'appui du sacré ; si Raoul est apitoyé momentanément, il fera néanmoins brûler le lendemain le moûtier d'Origny et massacrer les nonnes. Aucun tabou opposé par un geste de femme ne résiste à la fureur du guerrier.

8Un geste de supplication inconscient aura plus de succès dans Berte aus grans piés. Emmenée par ses meurtriers dans la forêt du Mans, étroitement bâillonnée, elle ne peut parler ; seul le geste lui demeure :

  • 6 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, édition critique par Albert Henry, Droz, Genève, 1982, v. 600 (...)

De paour va adenz. sor la terre couchier.
Lors commence la terre doucement a baisier ;
Sa greant mesaventure ne leur puet anoncier.
Car la corde en la bouche ne le laisse raisnier.
Et Berte gist adens par deseur la bruière6.

9C'est uniquement par le geste de "baiser la terre" qu'elle émeut ses bourreaux. Le geste de l'humiliation totale est "ce baiser à la terre", cette fois efficace : Berte sera épargnée.

10En fait on voit très fréquemment les dames tomber sur le sol, dans une pâmoison qui parfois est signe de mort : dans le Roland c'est le cas bien connu de la belle Aude (laisses 268-269 de la traduction J. Bédier) :

  • 7 La Chanson de Roland, texte original et traduction par Gérard Moignet, Paris 1969, p. 260.
    "Pert la (...)

11"Elle perd sa couleur, choit aux pieds de Charlemagne, elle est morte aussitôt7". L'intensité de l'émotion provoque la chute du corps, le geste de la demoiselle traduit la mort. Les guerriers sont habitués à voir les dames se "pasmer" ; ils les relèvent obligeamment, mais dans le cas d'Aude "elle est à sa fin allée" et le geste est définitif ; Charlemagne n'y croit pas tout d'abord et lui prodigue les soins habituels : "Il la prend par les mains, la relève ; sur les épaules la tête retombe". Le secours dérisoire de l'homme est inutile. Il y a connivence entre le geste de la dame et la mort. Un exemple de ces évanouissements dus à l'intensité de la douleur nous est fourni par Osille, dans Gui de Warewick, l'amie du chevalier Tierri : on amène devant elle Tierri qu'elle croit mort :

  • 8 Gui de Warewic, Roman du xiiie siècle, édité par Alfred Ewert, CFMA, Paris, 1933, tome I, v. 5007- (...)

Sur le cors chaï, si se pasma ;
Deus, quel duel ele demena !
La boche, li baise et la face.
Souvent se claime chaitive et lasse ;
Derechef s'est donques pasmée,
Par poi ne li est l'alme sevré8.

12Mais les gestes de résurrection, baiser la bouche et le visage, portent leur fruit et Gui guérit miraculeusement. Plus tard, Osille de joie cetle fois "se pasme" une seconde fois :

  • 9 op. cit., v. 6388-6392.

Quant la pucele entendit
Que ço esteit messires Gui,
De la joie qu'ele od se pasma,
Et Gui atant la releva9.

13La dame pâmée reçoit toujours le secours d'un chevalier, de son amant de préférence : c'est le cas pour Osille ; et le conteur décrit une seconde fois la scène émouvante :

  • 10 op. cit., v. 6625-6630.

Quant la pucele vit Tierri
Qu'ele tant ama, sun ami,
De joie entr'els se pasma,
Trover iloec pas nel quida ;
Tierri entre ses bras la prist,
Si la baisa10.

14Mais toutes les pâmoisons des dames n'ont pas une fin heureuse : dans le même Gui de Warewick, Felice, l'épouse de Gui ne le retrouve qu'agonisant. Toute une gestuelle de la dame va accompagner la mort de son époux.

15Un jeune valet lui transmet l'anneau que Gui conservait au doigt :

  • 11 op. cit., tome 2, v. 11525-11530.

Ele en sa main puis l'anel prist.
Environ le garde, et dune si dist :
"Sainte Marie, dame merci !
Ja est ça l'anel muen seignur Gui."
A terre chai, si se pasma
Treis feiz, que une mot ne sona11.

16On apporte le corps de Gui devant elle : "La dame chet pasmée a terre jus". Elle jette un cri auparavant, Gui l'entend, ouvre les yeux une dernière fois et meurt. Alors commence la scène des adieux au corps mort dans une sorte de rituel funèbre :

  • 12 op. cit., v. 11571-11573 et 11611-11613.

Sus le cors son seignour se pasma...
La boche et le vis li baisa,
Ses beles mains et ses belz piez...
Chascun s'en va en sa contrée.
Fors la dame qui est demorée,
Et dit
Que ja d'iloec n'en part ira...12

17Le rituel de la résurrection a cette fois été sans effet.

  • 13 Aimé Peut et François Suard, Le livre des Amours du Chastellain de Coucy et de la dame de Fayel, B (...)

18Parfois l'évanouissement annonce une mort différée : ainsi en est-il pour la dame (courtoise) du Fayel qui, après la cruelle révélation du cœur mangé "tout adontée s'abaissa sur la table". Transportée sur son lit, elle exprime son désespoir par des gestes avant-coureurs de la mort. Dans cette œuvre relativement tardive, la gestuelle s'exaspère : "De rechief, la dame se pasma, puis quant elle revint a luy, sy encommencha de regretter son chier amy en detorgant ses poings, en soy esgratinant et esrachant ses beaux cheveux de son chief...13". Privée, et pour cause, du corps mort, c'est à elle-même qu'elle réserve les manifestations de sa douleur. Les gestes de la dame sont liés souvent au thème de la mort, sentie intimement, non pas infligée à l'adversaire.

19Cependant la femme est capable d'accomplir des gestes criminels : ainsi le curieux geste d'auto-mutilation perpétré par la traîtresse Aliste dans Berte aus grands piés :

  • 14 Adenet le Roi, Bestes aus grans piés, édition A. Henry, Genève 1982, v. 417-420.

La serve l'aperçoit, n'i a plus sejorné,
Le coutel a saisi, si l'a amont levé.
En sa cuisse derrière a tel coup asséné
Que li clers sans en raie et de lonc et de lé14.

20Après quoi, Aliste achève sa machination en tendant le couteau à Berte :

  • 15 op. cit., v. 421-422.

La serve a le coutel a Bertain présenté,
Et Berte le reçoit, qui mal n'i a pensé15.

21Les gestes d'auto-mutilation des dames sont rares, celui de la Manekine se situe sur le plan de la fable romanesque et pieuse, dans un but éminemment moral.

22Le geste de la trahison d'Aliste est spectaculaire, mais la trahison emploie parfois le geste de l'ordinaire courtoisie : une invite fréquente de la dame, épique ou courtoise, consiste à prier de prendre place à côté d'elle : ainsi fait l'infortunée Parise la Duchesse à l'égard de son beau frère, le jeune chevalier Beuve :

  • 16 Parise la Duchesse, op. cit., v. 103-104.

Bien vigniez, sire Bueves, serorje jentis on ;
Seez vos delez moi et de pomes manjon16.

23Beuve obéit à cette amabilité innocente, et meurt empoisonné à la première bouchée de la pomme.

  • 17 op. cit., v. 111-113.

Quant la dame lo veit, paumée chiet de lonc,
E la belle Eglentine, la pucelle au chié blon.
Quant ele se redresce, si sospire parfont17.

24Toute l'action si dramatique et riche en éléments divers part du simple geste d'invite de l'héroïne porteur de mort et du crime dont elle est "coupable-innocente". Si le geste de la dame épique conclut souvent l'action, il est susceptible d'en être aussi le moteur initial. Citons encore comme conclusion d'une action épique l'évanouissement de Florentine apprenant enfin dans Les Enfances Rénier que celui-ci est bien son fils :

  • 18 Carla Cremonesi, Enfances Rénier, Canzone di gesta inedita del sec. xiii, Milano, Varese, 1957, v. (...)

Voit le la dame, ne pot sus piez ester,
Si grant joie ot qu'il la couvient pasmer18.

25La trahison peut aussi être découverte et contrecarrée par un geste de femme : celui de la reine Blanchefleur "découvrant" la serve Aliste et reconnaissant à ses petits pieds qu'elle n'est pas sa fille. Le geste est brutal. Il exprime toute l'angoisse et la révolte du personnage :

  • 19 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, op. cit., v. 2147-2150.

"Blancheflour vint au lit ou la serve choisi,
Toute la couverture a ses deus mains saisi,
Si la sacha que toute la serve dcscouvri,
Blancheflour voit les piez, tous li cuers li failli19

26Cependant, Blanchefleur, maîtresse femme, ne s'évanouit pas immédiatement et prend le temps de dévoiler la trahison à Pépin ; c'est seulement après cette révélation qu'elle se "pasme", ce qui prouve bien qu'il y a une part de convention dans les évanouissements mécaniques des dames épiques : il est séant de s'évanouir en certaines circonstances...

  • 20 Les Quatre fils Aymon ou Renaud de Montauban, Présentation et traduction de Micheline de Combarieu (...)
  • 21 Ibidem
  • 22 Enfances Rénier, édition C. Cremonesi, op. cit., v. 1328.
  • 23 op. cit., v. 1754.

27Quels sont les gestes de l'émotion amoureuse chez une jeune fille dans l'épopée ? Ils sont le plus souvent empreints de retenue et de modestie ; la jeune fille ne manifeste pas sa joie, même quand elle est très heureuse du choix du fiancé : ainsi pour Aélis, la sœur du roi Yon. "Yon pénètre dans la chambre d'Aélis où sa sœur, assise sur un coussin de tapisserie, s'occupe à broder une devise sur un étendard (car elle savait lire et écrire) cependant qu'en son cœur elle pense à Renaud et rêve de devenir sa femme : "Je vous ai fiancée, ma chère sœur" lui annonce le roi. A cette nouvelle la jeune fille change de visage. Elle baisse la tête sur son ouvrage pour dissimuler son trouble"20. Quand elle apprend que le fiancé est Renaud, elle est rassurée... "Le roi la prend par la main pour l'aider à se lever. Il l'emmène au palais comme elle est, tête nue, et Renaud lui engage sa foi"21. Pour cacher son émotion, la jeune fille s'est inclinée sur elle-même dans un geste de pudeur : c'est un geste contraire, geste vertical qu'accomplit la Sarrasine Ydoine ; mise en présence du petit Rénier de deux ans miraculeusement sauvé des lions, et d'une beauté irrésistible, elle tombe amoureuse de lui pour la vie : "A l'enfant met son cuer et son pensé"22. Dix ans plus tard, elle n'aura pas changé de sentiment : "Mon cors meismes est tout a vos talant"23.

28Lors de la première entrevue, la jeune fille regarde l'enfant, le prend dans ses bras et l'élève au-dessus d'elle : "elle le voit si beau qu'elle l'aime avec passion". Ydoine décide aussitôt d'élever Rénier en secret dans son gynécée : le geste d'élever l'enfant, en signe de reconnaissance et d'adoption était déjà celui des Romains à la naissance de leurs fils ; mais s'y ajoute dans le cas présent l'amour définitif et exalté de la princesse Ydoine : sa passion neuve se libère dans un élan très différent de la réaction secrète d'Aélis : les deux gestes d'aveu sont en opposition, mais dans le cas d'Ydoine, il s'agit d'une jeune Sarrasine, toujours plus spontanée et "libérée" qu'une chrétienne.

  • 24 Les Quatre Fils Aymon ou Renaud de Montauban, op. cit., p. 76.

29La reconnaissance des quatre fils Aymon par leur mère, la duchesse Aye, s'exprime par une démarche hésitante suivie d'une question angoissée : "Renaud, est-ce bien toi ?". Mais c'est par les gestes que s'accomplit la reconnaissance : "La duchesse se tient là, toute droite, au milieu de la salle, elle voit Renaud changer de couleur et d'expression et s'approche à le toucher. 11 avait au visage une cicatrice qui lui venait d'une blessure... Elle le regarde encore et le reconnaît"24.

30La progression dans l'identification émue s'exprime par la retenue de la marche et des gestes, par la pudeur de l'avancée.

31Je rappellerai pour mémoire le geste d'anti-amour de la fille du Comte de Ponthieu. Le personnage apparaît artistiquement inclassable, n'étant ni arthurien, ni courtois, ni franchement épique, mais la texture de l'histoire s'apparente cependant à celle d'une mini-épopée plutôt qu'à aucune autre : le récit exploite le thème de la Femme injustement persécutée ; injustement ? Peut-être, et l'on peut tenter d'analyser le geste initial de ses malheurs accompli par la jeune femme. Tenter d'analyser seulement, car il échappe à toute logique, à toute morale.

  • 25 La Fille du Comte de Ponthieu, Nouvelle du xiiie siècle, éditée par Clovis Brunel, CFMA, Paris 192 (...)
  • 26 La Fille du Comte de Ponthieu, op. cit., chap. 15, p. 28-29.

32Son mari, jeté dans un buisson d'épines et ligoté, a vu le viol de sa femme par cinq brigands : "Dame, pour Diu, desliés me, car ces ronses me grièvent molt. La dame vit une espee gesir ki fu a un des larons qui ocis fu, si le prist et vint vers monsegneur Tiebaut, si dist : "Sire, je vous deliverai". Ele le cuida ferir parmi le cors, et il vit le cop venir, si le duta"25. Le mari esquive donc le coup, elle ne réussit qu'à le blesser au bras. Jamais elle ne se repentira de son geste et interrogée par son père, elle affirme qu'elle le recommencerait le cas échéant. Comment expliquer cet accès de rage meurtrière et persistante ? Par une détestation soudaine et irrépressible de tous les hommes ? Par mépris cruel envers ce mari qui n'a pas su la protéger ? Par un sentiment insupportable de honte et le désir d'en supprimer le seul témoin ? Le coup qui aurait pu être mortel s'oppose au geste de pardon accordé par la même Dame quand à la cour du sultan d'Alméria devenue Sarrasine elle voit à ses pieds ses bourreaux d'hier : "Ele fist apareller viande, si leur aporta et trencha meisme a sa main et si dona a chascun un morsel et petit a boire... Ensi lors douna a mengier par dis fois le jour et a chascune fois un morsel ou deus"26. Le geste de charité courtoise se transforme ici en geste de pardon accordé en toute discrétion, avant même que les barons aient pu reconnaître la dame ; geste motivé à la fois par sa grande pitié envers les malheureux et par la satisfaction intime de sauver de la mort ceux qui ont voulu la tuer ou ont accepté sa disparition. Geste énigmatique qui convient bien au personnage.

33Peut-on dire qu'en de rares occasions le geste courtois efface pour ainsi dire le geste épique ? Ainsi pour la remise de l'épée au chevalier avant son adoubement : dans l'œuvre tardive, il est vrai, des Enfances Rénier, c'est Gracienne qui offre l'épée, jeune comtesse chrétienne qui se révélera dans la suite être la propre sœur de Rénier, et la remise de l'épée n'est pas sans arrière pensée :

  • 27 Enfances Rénier, op. cit., traduction des vers 8190 et sq.

"Gracienne au joli corps arrive, elle apporte à Rénier une épée d'acier effilée qui avait appartenu à l'émir Codovrc. Elle avait nom Recuite et avait un grand pouvoir. "Noble jeune homme, dit la belle au clair visage, je vous donne cette épée qui est de grande valeur. Je prierai Dieu de vous accorder une longue vie et que vous deveniez meilleur chaque jour. El si vous retournez vivant du champ de bataille, je veux bien me donner à vous". Rénier lui dit : "Belle, je vous remercie"..."27.

34Il y a donc alliance de la remise de l'épée et d'un tendre sentiment secret : il en est sans doute de même dans la scène de La Prise d'Orange où Guillaume et son neveu Guielin, assiégés dans Gloriette, reçoivent heureusement toutes armes nécessaires des mains de la Sarrasine Orable et de sa suivante.

  • 28 La Prise d'Orange, chanson de geste de la fin du xiie siècle, traduite et annotée d'après l'éditio (...)

La dame
se précipita dans sa chambre, sans plus tarder,
vers un coffre qu'elle ouvrit ;
Elle en retira un solide haubert enduit de safre
Et un heaume vert aux pierreries serties d'or.
Il le prit, lui qui l'avait tant désiré...
Et dame Orable lui ceint au côté l'épée
Qui appartenait à Tibaut l'Escler, son mari...
A son cou, Orable suspend un solide écu orné d'une bordure peinte,
Elle lui met au point une solide lance au fer large
dont le gonfalon est fixé avec cinq clous d'or28.

35Et Guielin est aussi armé de pied en cap par les mains de la suivante d'Orable. Elle va dans sa chambre, en rapporte une cotte de mailles

  • 29 La Prise d'Orange, op. cit., v. 969-972.

Forgée par Ysac de Barcelone
Jamais épée ne put en rompre une maille,
Elle l'en revêt, ce qui réjouit fort son oncle.
Elle lui lace le heaume d'Aufar de Babylone...29

36Le projet amoureux d'Orable est certain comme elle le déclarera elle-même à Guillaume au cours d'un autre épisode où il se trouve en plein péril ; les gestes de la Sarrasine pour armer les guerriers francs sont décrits avec précision, un écuyer expérimenté ne ferait pas mieux, ne serait pas plus attentif aux moindres détails : les thèmes de l'amour et de la guerre sont liés par la gestuelle de la femme. Mais ne se trouve-t-on pas ici en présence d'un passage de parodie épique, l'ironie et le comique s'attachant à cette peinture minutieuse de l'armement chevaleresque accompli par des dames ? Auquel cas la scène tendrait à distraire par le biais d'une situation scandaleuse pour l'auditoire formé de chevaliers, non pas à révéler des arrière-plans psychologiques sur le personnage d'Orable...

  • 30 La Chanson d'Aiquin, texte traduit, présenté et annoté par Maud Ovazza et Jean-Claude Lozac'hmeur, (...)
  • 31 op. cit., p. 86.
  • 32 op. cit., p. 87. Cf. Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le Roi Charlemagne, édité par Franci (...)

37Enfin nous étudierons la valeur narrative du geste dans une scène plus étrange de La Chanson d'Aiquin qui débouche sur une véritable méditation sur la vie et sa brièveté, sur la mort universelle : c'est l'histoire d'une jeune épouse "très sage et très belle", mais qui "eut une très folle pensée : elle s'imaginait vivre toujours jeune. Elle fit faire un grand chemin empierré, par lequel on pût aller à Paris la cité"30. "Maint chêne fut coupé, maint grand arbre touffu jeté à bas". Mais sur ce chemin déjà bien avancé : "La dame trouva un merle mort. Elle le tourna et le retourna d'une main dans l'autre. Puis elle soupira profondément : "Ce monde n'est que vanité ; plus on y vit, plus on souffre et on réfléchit"31. Alors la dame pleura longuement. Elle convoque un "maître en théologie" et l'interroge sur la mort. Le clerc répond : "Oui, en vérité tous ceux qui sont nés de mère mourront". La dame conclut : "Je ne m'estime donc pas un denier et ma richesse et mon grand pouvoir ne valent pas davantage... Jamais le chemin par moi ne sera achevé. Je renonce à cette construction ainsi qu'à tout autre ouvrage car ce serait folie, puique tout ce monde ne vaut un ail pilé"32. Et elle mourra peu après (le geste débouche sur un monologue intérieur). Ce beau discours prononcé par une femme, dans cette œuvre épique que l'on date de la fin du xiie siècle, copie d'un modèle probablement antérieur, est surprenant par son origine (la trouvaille du merle mort) et par la manipulation qui sert de départ à sa longue réflexion à la fois chrétienne et antique sur le thème de la mort, réflexion qui ne dépend pas du spectacle d'un être cher, mort ou mourant : réflexion donc plus purement intellectuelle et plus désintéressée, mais la dame s'apitoie aussi sur elle-même dans une réaction narcissique en ce sens plus "moderne" que la douleur des dames épiques précédemment étudiées. La jeune épouse d'Hoël conclut d'une manière originale et riche la longue galerie des portraits précédents qu'il faudrait évidemment beaucoup prolonger.

38Quelle image de la femme suggère le relevé de ces différentes attitudes ? Elle est le plus souvent conforme au jugement social contemporain ; la femme est un être fragile, qui a besoin de secours (ses évanouissements) de surveillance (ses élans inconsidérés) ; elle manque de réflexion, ne se méfie pas assez, elle fait trop de part dans sa conduite à l'émotion ; enfin elle est secrète, parfois dissimulée ; elle déroute souvent la logique masculine. Eventuellement on peut la repousser, la chasser ; sa place est secondaire.

  • 33 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Cercle du Bibliophile, Genève-Paris 1967, Nouvelle édition sous la (...)
  • 34 Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques, Editions et notes de Jean-Pierre Seguin, Edition du Club fran (...)

39Mais sur le plan artistique le geste féminin se révèle en bien des cas être l'élément romanesque intégré dans l'art épique : il constitue la "trouvaille" originale, inattendue : à ce titre il ne surprendrait pas dans l'arsenal des moyens romanesques modernes. Ces gestes de nécessité intime libèrent l'inconscient, les mobiles ou sentiments non exprimés par la parole, ou redoutant de s'exprimer. Ce procédé apparaîtra dans les romans du xixe siècle : c'est par exemple le geste bien connu de Julien Sorel saisissant sous la table la main de Madame de Rénal et la serrant fortement en silence, tandis qu'elle-même n'ose pas se dégager : l'aveu d'amour réciproque étant scellé par cette initiative, et ce non-geste33 (car il aurait peut-être fallu étudier les non-gestes des dames épiques...) ; ou la démarche de l'amante diabolique de Barbey d'Aurevilly passant sa main par bravade entre les barreaux de la cage d'une panthère féroce34, geste de défi sans doute, mais aussi d'assimilation intime avec la bête fauve ; enfin, dans la gamme des sensations proustiennes, le geste et le toucher qu'il entraîne occupent une place importante. Scrutée de près la gestuelle des dames épiques ouvre un chemin vers l'attention du lecteur moderne, suscite de sa part étonnement, sympathie, compréhension ou réprobation.

40A travers leur corps, les dames épiques proposent une réserve de signes et de symboles.

Notes

1 Raoul de Cambrai, Chanson de geste du xiiie siècle, renouvelée par Paul Tuffrau, Paris 1924, chap. VII, p. 53.

2 Raoul de Cambrai, op. cit., chap. VI, p. 47.

3 Parise la Duchesse, Chanson de geste du xiiie siècle, édition May Plouzeau, Publication du CUERMA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1986, v. 1267-1268 et v. 1285.

4 Parise la Duchesse, op. cit., v. 2213-2219.

5 Raoul de Cambrai, op. cit., p. 57.

6 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, édition critique par Albert Henry, Droz, Genève, 1982, v. 600-603, et vers 609.

7 La Chanson de Roland, texte original et traduction par Gérard Moignet, Paris 1969, p. 260.
"Pert la culor, chiet as piez Carlemagne,
Sempres est morte", v. 3720-3721 et op. cit., v. 3726-3727.

8 Gui de Warewic, Roman du xiiie siècle, édité par Alfred Ewert, CFMA, Paris, 1933, tome I, v. 5007-5012.

9 op. cit., v. 6388-6392.

10 op. cit., v. 6625-6630.

11 op. cit., tome 2, v. 11525-11530.

12 op. cit., v. 11571-11573 et 11611-11613.

13 Aimé Peut et François Suard, Le livre des Amours du Chastellain de Coucy et de la dame de Fayel, Bibliothèque des seigneurs du Nord, Presses Universitaires de Lille 1994, p. 223 et 224.

14 Adenet le Roi, Bestes aus grans piés, édition A. Henry, Genève 1982, v. 417-420.

15 op. cit., v. 421-422.

16 Parise la Duchesse, op. cit., v. 103-104.

17 op. cit., v. 111-113.

18 Carla Cremonesi, Enfances Rénier, Canzone di gesta inedita del sec. xiii, Milano, Varese, 1957, v. 17678 et 17679.

19 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, op. cit., v. 2147-2150.

20 Les Quatre fils Aymon ou Renaud de Montauban, Présentation et traduction de Micheline de Combarieu du Grès et Jean Subrenat, Paris, Gallimard-Folio, 1983, p. 88-89.

21 Ibidem

22 Enfances Rénier, édition C. Cremonesi, op. cit., v. 1328.

23 op. cit., v. 1754.

24 Les Quatre Fils Aymon ou Renaud de Montauban, op. cit., p. 76.

25 La Fille du Comte de Ponthieu, Nouvelle du xiiie siècle, éditée par Clovis Brunel, CFMA, Paris 1926, chap. 5, p. 10.

26 La Fille du Comte de Ponthieu, op. cit., chap. 15, p. 28-29.

27 Enfances Rénier, op. cit., traduction des vers 8190 et sq.

28 La Prise d'Orange, chanson de geste de la fin du xiie siècle, traduite et annotée d'après l'édition de Claude Régnier par Claude Lachet et Jean-Pierre Tusseau, Edition Klincksieck, Paris 1972, p. 50, v. 942-950 et p. 51, v. 954-957.

29 La Prise d'Orange, op. cit., v. 969-972.

30 La Chanson d'Aiquin, texte traduit, présenté et annoté par Maud Ovazza et Jean-Claude Lozac'hmeur, édité avec le concours de l'Institut Culturel de Bretagne, Paris 1985, p. 86.

31 op. cit., p. 86.

32 op. cit., p. 87. Cf. Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le Roi Charlemagne, édité par Francis Jacques avec la collaboration de Madeleine Tyssens, Senefiance n° 8, Publication du CUERMA, Aix-en-Provence 1979, v. 854-907 (particulièrement les vers 875-877).
Decy au terme que ge vous ay conté,
Que la dame ot ung merle mort trouvé,
De main eu autre l'a tourné et viré ;
Lors a la damme ung grant soupir gecté.

33 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Cercle du Bibliophile, Genève-Paris 1967, Nouvelle édition sous la direction de Victor del Litto et Ernest Abravamel, chap. IX, "Une soirée à la campagne", p. 94-95.

34 Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques, Editions et notes de Jean-Pierre Seguin, Edition du Club français du livre, Paris 1995. Troisième nouvelle, "Le Bonheur dans le crime", p. 91.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540