Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

À propos d’un geste antisémite décrit par Huguccio de Pise

Bruno Roy

Texte intégral

  • 1 Cf. Forcellini, Totius latinitatis lexicon II/1, 1124 ; Du Cange II, 857a ; J. André, Le vocabulai (...)
  • 2 Cf. J. André, Le vocabulaire latin..., p. 112 ; J.N. Adams, The Latin Sexual Vocabulary, Londres 1 (...)
  • 3 Isidore, Etymologiae, XI, 1, 70-71 : « quod plerumque per eum probri insectatio exprimitur ».
  • 4 Sur Impudicus, voir Isidore, Etymol. X, 148 ; sur Pudenda, « pro verecundia », voir Idem, XI, 1, 1 (...)

1Les Anciens utilisaient pour les doigts des désignations précises, dont le français a hérité : pollex, index, médius, annularis, minimus1 Ces noms sont inspirés par leur forme (pollex, minimus), leur situation (médius) ou leur fonction (annularis, index). L’index, qui tient son nom d’un geste (indicare), s’appelait aussi salutaris, du nom du geste de la salutation ; quant au majeur, ou médius, c’est un geste moins convenable qui lui a valu ses trois autres noms : digitus impudicus, obscoenus, infamis2. Quel était ce geste ? Nous en avons une indication chez nul autre qu’Isidore de Séville : « Le troisième doigt s’appelle impudicus parce que la plupart du temps (plerumque) il exprime la poursuite d’une chose honteuse (probriinsectatio) »3. Et Isidore confirme cette explication en attribuant au mot impudicus l’étymon podex (le derrière), et non pas pudere, qu’il connaît pourtant4.

  • 5 Cf. J.-P. Cèbe, « Sur les trivialités de Catulle », Revue des études latines 43 (1965), p. 221-229
  • 6 J.N. Adams, The Latin..., p. 123-130, 9-14 ; Enrique Montero Cartelle, Aspectos lexicos y literari (...)
  • 7 Cf. E. Courtney, A Commentary on the Satires of Juvenal, Londres 1980, p. 459 : « The digitus infa (...)
  • 8 Diogène Laërce, Vies des grands philosophes, éd. R.D. Hicks 1925 (Loeb Class. Library) II, p. 37.

2Ce geste scatologique, bien attesté chez les satiristes latins5, consiste, pour autant qu’on puisse le désigner convenablement, à pedicare ou à irrumare quelqu’un avec une mentula ou une verpa, figurée par le doigt dressé6... Il a reçu ses lettres de noblesse, si on peut ainsi s’exprimer, dès l’Antiquité. En effet, selon ce que rapporte Juvénal (10.53), le philosophe Démocrite pratiquait l’impudicus à l’encontre de la déesse Fortune : « Quand la Fortune le menaçait, il l’envoyait promener et lui montrait le doigt du milieu (« mediumque ostenderet unguem »)7. Et on lit dans Diogène Laërce (6.34-35) que lorsque des étrangers demandaient au philosophe cynique Diogène à voir Démosthène, il leur montrait le doigt en disant : « Voilà où va le démagogue d’Athènes ! »8

3Le digitus impudicus a-t-il été utilisé par les chrétiens à rencontre des juifs ? Il n’y a aucun risque à le présumer ; ce ne serait là qu’un avatar de l’antisémitisme le plus ordinaire ; mais en existe-t-il des attestations écrites ? La réponse est affirmative. On trouve en effet dans la littérature latine médiévale un texte qui ne se contente pas de confirmer le fait, mais qui cherche à l’expliquer en fabriquant une sorte de mythe étiologique, sur la base de lieux communs antisémites. Ce texte inédit mérite un commentaire.

  • 9 Édition F. Bertini et V. Ussani Jr., Osbemo, Derivazioni, Spolète 1996, II, p. 558. Voir aussi Osb (...)
  • 10 Sur podex, voir J.N. Adams, The Latin..., p. 112. Traduction de Juvénal 2.13 par P. de Labriolle : (...)

4Revenons d’abord à la case lexicographique. Là où Isidore (vie s.) se contentait d’un mot d’explication sur podex, son émule Osbern de Gloucester complétera l’entrée au xiie siècle, dans ses Derivationes, avec une citation classique9 : « Podex, dunes, culus ; unde luvenalis : ’Sed podice levi scinduntur tumide medico ridente marisce’ »10. Les continuateurs, selon le principe habituel de l’amalgame, prolongeront les explications avec des renvois supplémentaires à Juvénal, et même à la bible.

  • 11 Huguccio est surtout connu comme canoniste, auteur d’un commentaire sur le Décret de Gratien, la S (...)
  • 12 Cf. Jean Balbi, Catholicon, éd. Mainz 1460 (reproduction anastatique par Gregg Publishers, 1971). (...)
  • 13 Cf. LW. et B. Daly, Summa Britonis, Padoue 1975, I, p. 195-6 : « Et possumus addere ad verba Ysido (...)

5C’est ainsi que nous arrivons aux Magne derivationes d’Huguccio de Pise11. Cet ouvrage capital de la lexicographie médiévale n’a encore connu ni l’impression, ni l’édition ni même le facsimilé, ce qui rend nécessaire pour nous une consultation sur les manuscrits eux-mêmes. Pourtant, le fait qu’Huguccio soit encore inédit ne doit pas nous laisser croire qu’il ait été pour autant méconnu, au contraire. Ainsi, le plus célèbre des dictionnaires médiévaux en-dehors d’Isidore, le Catholicon de Jean Balbi dit Jean de Gênes, a intégré au complet ce passage d’Huguccio12. Un glossaire plus spécialisé, l’Expositio vocabulorum biblie de Guillaume le Breton, a fait de même13. On doit en conclure que ce petit texte, qu’on pouvait lire au Moyen âge à la fois dans les Derivationes d’Huguccio, dans le Catholicon et dans la Summa Britonis, les trois lexiques les plus consultés, avait toutes les chances d’être connu de tous ceux qui pratiquaient le latin, qu’ils soient clercs ou laïcs.

6Quant au texte d’Huguccio reproduit ci-après, mon attention a été attirée sur lui par une manicula dessinée dans un des manuscrits (Vaticano, Reg. lat. 1627, f. 178v) ; ce signal bien visible se complétait d’une légende significative : « Nota contra ludeos ». Voici ce texte :

Huguccio de Pise, Magne derivationes14

  • 14 Texte de base utilisé : Paris, BnF, lat. 7622, f. 105rb, contrôlé sur trois manuscrits : (1) Vatic (...)

7Nota contra ludeos

8Item a pedor hic podex, -cis, id est culus, quia feteat. luvenalis : « Sed podice levi ». Et componitur cum verro, et dicitur hic verpus, -pi, medius digitus, quasi « verens podicem ». « Percussit enim Deus ludeos in posteriora et opprobrium sempiternum dedit eis ». Nam singulis annis in crucifixione Domini eminunt sanguinem per posteriora, quem cum medio digito reponendo verrunt podicem eo digito, et inde dictus est verpus quasi « verens podicem ». Unde adhuc ille digitus in opprobrium ostenditur ludeis ; quem si alicui ludeo ostenderis, numquam postea diliget te. Hinc luvenalis dicit : « Mediumque ostenderet unguem ». Hoc faciebat Democritus Fortune, scilicet pretendebat el medium digitum in opprobrium sicut fit ludeis, per hac causa contemptibilem esse ostendens. Et hinc est quod verpus invenitur pro ludeo. luvenalis : « Quesitum ad fontem solos deducere verpos », id est ludeos glosandum est.

9De pedor [= odeur des pieds] dérive podex, c’est-à-dire le cul, parce qu’il pue. Juvénal [Sat. 2.13] : « Mais d’un derrière léger... » Composé avec verro, ce mot donne verpus, verpi, le doigt du milieu, comme si on disait ’celui qui essuie son derrière’. [Ps. 77 :66] « Dieu a frappé les juifs au derrière, et leur a donné un opprobre éternel ». En effet, chaque année, au jour de la crucifixion du Seigneur, les juifs perdent du sang par le derrière ; ils s’essuient alors avec le doigt du milieu, d’où le mot ’circoncis’ verpus], celui qui essuie [verens] son derrière [podicem]. C’est pourquoi encore aujourd’hui on montre ce doigt aux juifs en signe d’opprobre ; si tu le montres à un juif, il ne t’aimera plus jamais. C’est en ce sens que Juvénal dit [10.53] : « Il lui montrait le doigt du milieu » : Démocrite faisait ce geste à la Fortune, c’est-à-dire qu’il lui tendait le médius en signe d’opprobre, pour lui montrer comment elle est méprisable, comme on le fait aux juifs. Voilà pourquoi on dit ’circoncis’ [verpus] pour désigner un juif. Juvénal [14.104] : « Ne guidant (les juifs) dans la recherche d’une source que les seuls circoncis », qu’il faut gloser par : les juifs.

10Cette explication du digitus impudicus résulte d’un agencement habile de plusieurs sources : des mots latins (podex, verpus), un verset de psaume, et un exemplum emprunté au répertoire des prédicateurs.

  • 15 Sur verpa, voir J.N. Adams, The Latin..., p. 12-13 ; J. André, Le vocabulaire latin..., p. 170.
  • 16 Voir le Dictionarius de Firmin Le Ver, éd. B. Merrilees, Firmini Verris Dictionarius (Corpus chris (...)
  • 17 Sur les mots-fantômes créés par les lexicographes médiévaux, voir G. Cremascoli, « Tra i monstra d (...)

11a) Pour le mot podex, Huguccio reprend la définition d’Osbern et sa citation de Juvénal, et il la complète en introduisant sa propre derivatio : « Verpus, le doigt du milieu, vient de verrens podicem (celui qui essuie son derrière) ». Notons qu’Huguccio confond ici deux mots, verpus et verpa. S’agissant de doigts, le seul mot latin approchant n’était pas verpus, verpi (adj.), mais verpa, verpae (s.f.) ; et encore ce mot ne désignait-il le « doigt du milieu » qu’au sens strictement métaphorique (=le pénis)...15 Huguccio, qui n’avait rien d’un humoriste, ne connaissait sans doute pas verpa, d’ailleurs peu usité au Moyen âge ; c’est ainsi qu’il a créé un mot-fantôme, repris ensuite par d’autres lexicographes16. Cette confusion, qui a tout l’air d’un lapsus calami, présente un grand intérêt. En effet, ce qui intéressait Huguccio, c’était d’établir un lien lexical nécessaire entre un circoncis (verpus) et une personne qui « essuie son derrière »17. À ce compte, quel que soit le terme-pivot, celui-ci avait peu d’importance.

  • 18 Cf. A. Caquot et Ph. de Robert, Les Livres de Samuel (Commentaire de l’Ancien Testament, 6), Genèv (...)

12b) La citation du psaume 77 nous fait entrer au coeur de l’explication d’Huguccio. Ce n’est plus la confusion ou l’ignorance qui s’affichent, mais un retournement complet du sens du texte, une lecture à rebours. En effet, le psaume cité faisait allusion à un épisode de la guerre entre les juifs et les Philistins. Ceux-ci, qui avaient capturé l’Arche d’alliance, eurent bientôt à s’en repentir amèrement : « Dieu a frappé ses ennemis au derrière, il leur a donné un opprobre éternel » (Ps. 77:66). L’opprobre, c’est la punition humiliante que Dieu leur avait infligée, et qui est formulée de façon un peu vague dans la bible (I Sam. 5:9 : « Il leur sortait des tumeurs »). Selon les commentateurs modernes, la nature de cette punition « au derrière » manque de précision ; les « tumeurs » pouvaient être des hémorrhoïdes, ou une complication de la dysenterie »18 ; mais ce qui importe, c’est qu’il s’agissait « d’abcès mal placés », humiliants. En retournant le texte contre les juifs, les exégètes chrétiens vont transformer les abcès en un flux de sang.

  • 19 Cf. G. Dahan, Les intellectuels chrétiens..., p. 389.
  • 20 Cf. P. Salmon, Les ’tituli psalmorum’ des manuscrits latins (Collectanea biblica latina, 12), Rome (...)

13L’aspect le plus « inquiétant » de ce texte, c’est le renversement inattendu qu’il impose au texte biblique. Comment peut-on attribuer aux juifs ce qui concerne leurs ennemis ? Il y a là une opération littéraire à laquelle nous sommes devenus presque insensibles, habitués que nous sommes à la lecture typologique de la bible. La « contre-lecture » des psaumes s’est effectuée dès l’époque patristique, où elle a pris forme dans les tituli psalmorum, ces titres qu’on copiait dans les bibles latines. Tous les psaumes visant les ennemis d’Israël furent alors interprétés comme visant les ennemis du Nouvel Israël, les juifs eux-mêmes19. Le psaume 77 a ainsi reçu des titres comme « Vox Christi de Judeis », ou « De ludeorum impietate », ou dans la Vulgate sixto-clémentine, « Dei beneficia, populi Israël ingratitude »20. Cette transposition, comme toutes celles entraînées par l’allégorisme chrétien, a eu pour conséquence globale d’arracher à la temporalité la plupart des faits de l’histoire sainte, en leur conférant un statut allégorique. Dans le cas présent, la punition infligée jadis aux Philistins ne conserve de la temporalité qu’une simple trace, qui est la récurrence périodique du mal ; et encore cette trace est-elle à la remorque de l’allégorisme, au sens où une fois par année, le juif se re-définit par le sang qui coule de son corps, tout comme il s’était défini dès sa naissance par le sang de la circoncision.

  • 21 Cf. J. Delumeau, La peur en Occident, Paris 1978, chap. « Le juif, mal absolu » ; B. Langmuir, « T (...)

14c) « Chaque année, au jour de la crucifixion du Seigneur... » Il n’est pas indifférent que le saignement des juifs se produise le jour où le Christ a versé son sang. Ceux-ci n’avaient-ils pas imprudemment souhaité que le sang de Jésus retombe sur eux et sur leurs enfants (Matth. 27:25) ? Huguccio rejoint ici un topos bien connu, celui du meurtre rituel. Il est bien attesté que cette accusation calomnieuse portée régulièrement contre les juifs, du premier siècle à nos jours, a connu plusieurs formes, toutes uniformément rattachées à l’idée d’un épanchement de sang : meurtre d’un enfant dont on boit le sang, profanation d’une hostie qui devient sanglante. Ces accusations sont bien connues des historiens de l’antisémitisme21.

  • 22 On sait qu’au Moyen âge, la figure biblique de Jézabel, femme d’Achab (III Rois, 22s.), dont le no (...)
  • 23 Césaire d’Heisterbach, Dialogus miraculorum II, 23 (Éd. Strange I, 93). Cf. A. Tubach, Index exemp (...)
  • 24 Arnold de Liège, Alphabetum narrationum (1308/1310), exemplum 207. Cf. J. Le Goff, « Les Juifs dan (...)
  • 25 « In Anglia quidam clericus maioris ecclesie canonicus et episcopi consanguineus quamdam puellam s (...)

15Dans le texte d’Huguccio, le sang ne provient pas d’un apport extérieur comme d’un enfant ou d’une hostie, mais du juif lui-même, d’un endroit bas de son corps22. Il s’agit là d’un topos largement attesté dans le corpus de la littérature édifiante chrétienne. Dès 1200, on le trouve dans les recueils d’exempla, qui servaient d’outils aux prédicateurs médiévaux. La plus ancienne version connue est celle du Dialogus miraculorum de Césaire d’Heisterbach (c. 1200)23, qui sera repris un siècle plus tard dans l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège (c. 1308)24. L’historiette raconte comment une jeune fille juive, aimée d’un chanoine, ne put échapper à la surveillance de son père qu’un Vendredi saint, jour où les juifs souffrent d’un fluxum sanguinis25 :

En Angleterre, un clerc, chanoine d’une importante église et parent de l’évêque se prit d’amour pour une belle jeune femme, fille d’un juif. Celle-ci se disait être tellement aimée et surveillée par son père qu’elle ne pourrait rencontrer le clerc que la nuit du Vendredi saint, parce qu’à ce moment les juifs, souffrant d’un flux de sang, relâchent leur surveillance. Cette nuit-là le chanoine, oublieux de la Passion du Seigneur, vint et dormit avec elle jusqu’à matines...

  • 26 Cf. B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, La Haye, Mouton, 1960, (...)

16Dans ce récit, la contre-lecture dirigée contre les juifs touche le fait de ne pas sortir de la maison le Vendredi saint. Les raisons réelles pour garder la maison ce jour-là sont bien différentes de celle qu’invoque ce récit ; il s’agissait en fait d’une interdiction venant des pouvoirs chrétiens... En effet, à partir du vie siècle, l’interdiction de sortir durant les Jours saints fut plusieurs fois renouvelée à rencontre des juifs26.

  • 27 Ce mythe s’est perpétué jusqu’aux temps modernes. En 1913, au Procès de Berlin, un théologien cath (...)
  • 28 Cf. R. Guiette, « L’invention étymologique dans les lettres françaises au Moyen âge », Romanica Ga (...)

17Au temps où écrivait Huguccio, ce récit devait déjà être connu, soit directement par la lecture des recueils d’exempla, soit par l’intermédiaire des prédicateurs27. Il est difficile d’assigner une date à sa création ; mais au plan littéraire, le fait qu’il se fonde sur ce flux de sang comme sur une évidence montre qu’il est dérivé du topos, à la manière d’une dramatisation d’une donnée existante. Huguccio, qui pouvait connaître soit le topos, soit le récit, soit les deux, n’avait qu’à l’insérer en bonne place dans le vocabulaire, c’est-à-dire dans la nature profonde des choses, exerçant ainsi son métier de lexicographe. A cette époque en effet, l’étymologie de type isidorien permettait d’aller chercher au creux des mots les sens qu’on voulait leur prêter ou leur reconnaître. Comprendre un mot, c’était comprendre une chose ; et inversement, toute chose bien comprise avait droit à un vocable28. C’est dans cet appel réciproque du vocable au sens et du sens au vocable qu’Huguccio a entrepris d’inscrire dans la définition du circoncis/verpus un certain usage peu bienséant du doigt « impudique ».

  • 29 F. Martens, « Le miroir du meurtre ou la synagogue dévoilée », dans M. Olender, Le racisme, mythes (...)

18D’ailleurs, les raisons inconscientes pour procéder à cette opération ne lui manquaient pas. C’est ce qui ressort des études qui cherchent à expliquer en profondeur les raisons d’un réflexe si fortement ancré dans l’irrationnalité. Comme l’a montré F. Martens29, l’analyse psychanalytique des rapports entre juifs et chrétiens tend à montrer que « ce n’est pas tant l’altérité juive que sa parenté fondamentale qui est le vecteur de la paranoïa antijudaïque. Les jeux spéculaires de l’amour et de la persécution, l’érotomanie, la jalousie, le soupçon, la terreur de l’anéantissement, se jouent dans un espace intérieur où l’altérité véritable n’a précisément pas sa place, où la frénésie destructrice est d’autant plus forte qu’est fragile l’identité ».

Notes

1 Cf. Forcellini, Totius latinitatis lexicon II/1, 1124 ; Du Cange II, 857a ; J. André, Le vocabulaire latin de l’anatomie, Paris, Les Belles-Lettres, 1991, p. 99-105.

2 Cf. J. André, Le vocabulaire latin..., p. 112 ; J.N. Adams, The Latin Sexual Vocabulary, Londres 1982, p. 128, 132.

3 Isidore, Etymologiae, XI, 1, 70-71 : « quod plerumque per eum probri insectatio exprimitur ».

4 Sur Impudicus, voir Isidore, Etymol. X, 148 ; sur Pudenda, « pro verecundia », voir Idem, XI, 1, 102.

5 Cf. J.-P. Cèbe, « Sur les trivialités de Catulle », Revue des études latines 43 (1965), p. 221-229.

6 J.N. Adams, The Latin..., p. 123-130, 9-14 ; Enrique Montero Cartelle, Aspectos lexicos y literarios del latin erotico (hasta al s.l. d.C), Santiago de Compostelle, 1973, p. 96-98, 281, 323.

7 Cf. E. Courtney, A Commentary on the Satires of Juvenal, Londres 1980, p. 459 : « The digitus infamis or impudicus held out from the clenched hand like a phallus form the scrotum taunteed a man as pathic ».

8 Diogène Laërce, Vies des grands philosophes, éd. R.D. Hicks 1925 (Loeb Class. Library) II, p. 37.

9 Édition F. Bertini et V. Ussani Jr., Osbemo, Derivazioni, Spolète 1996, II, p. 558. Voir aussi Osbern, s.v. Pes (éd. citée, p. 494) : « et hic pedor, pedoris, id est pedum fetor ; unde Lucanus ’longusque in carcere pedor’ ». - Sur Osbern, cf. F. Bertini, « Come affrontare oggi l’edizione di un lessico latino médiévale : le Derivazioni di Osberno di Gloucester », dans L’edizione di testi mediolatini : problemi, metodi, prospettive, Palerme 1991, p. 93-100 ; Idem, « Osbemo di Gloucester », dans Les manuscrits des lexiques et glossaires de l’antiquité tardive à la fin du Moyen âge, Louvain 1996, p. 283-297.

10 Sur podex, voir J.N. Adams, The Latin..., p. 112. Traduction de Juvénal 2.13 par P. de Labriolle : « Mais de ton anus épilé, le médecin tranche, en riant, des fies gros comme des marisques ».

11 Huguccio est surtout connu comme canoniste, auteur d’un commentaire sur le Décret de Gratien, la Summa Decreti. Une étude récente de ses positions face au judaïsme tend à montrer qu’il se tenait plutôt à distance de l’extrémisme. Cf. G. Dahan, Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen âge, Paris, Cerf, 1990, p. 119 (sur la légitimité du cuite juif) ; p. 127 (sur la reconnaissance du mariage-sacrement des juifs) ; voir aussi les pp. 145-148, 160, 165, 170, 182, 204, 221, 244. - Sur Huguccio, voir G. Cremascoli, « Uguccione da Pisa : saggio bibliographico », Aevum 42 (1968), p. 123-168 ; W.P. Müller (éd.), Huguccio : the Life, Works, and Thought of a Twelfth-century Jurist, Washington 1994.

12 Cf. Jean Balbi, Catholicon, éd. Mainz 1460 (reproduction anastatique par Gregg Publishers, 1971). L’entrée se trouve à Digitus : Jean de Gênes y a inséré le passage d’Huguccio à l’intérieur de la citation d’Isidore sur les noms des doigts (Étym., XI, 1, 70-71), en guise d’explication au digitus impudicus. « Tercius médius vel impudicus, quia per eum plerumque probri insectatio exprimitur. Idem et verpus a verrendo podicem. Percussit enim Deus... (...)... glosandus id est Judeos. Quartus digitus dicitur annularis... »

13 Cf. LW. et B. Daly, Summa Britonis, Padoue 1975, I, p. 195-6 : « Et possumus addere ad verba Ysidori quod idem digitus dicitur verpus... » (le texte d’Huguccio vient à la suite).

14 Texte de base utilisé : Paris, BnF, lat. 7622, f. 105rb, contrôlé sur trois manuscrits : (1) Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg lat. 1627, f. 178v ; (2) BnF. lat. 15462, f. 112rb ; (3) Madrid, Bibl. nac. 8999, f. 139vb]. -Apparat critique : hic] om. 1 - luvenalis... levi] om. 3 - cum verro et dicitur] om. 1 - verro] verpo 3 - verens] vertens 1 ; verrens 2, 3 - verrunt] vertunt 1 -podiecm eo digito] eo podicem 1 - eo digito] om 3 - dictus est] dicitur 1 -verens] verrens 1, 2, 3 - quem] que 2 - postea] om. 1 - Hinc... ostendens] om. 3 - diliget te] te diliget 1, 2, 3 - Hinc] om. 1 - dicit] om. 1,2 - pretendebat] ostendebat 1 - hac causa correction d’après 1] hoc eam ms. de base et 2 - luvenalis... est] om. 3.

15 Sur verpa, voir J.N. Adams, The Latin..., p. 12-13 ; J. André, Le vocabulaire latin..., p. 170.

16 Voir le Dictionarius de Firmin Le Ver, éd. B. Merrilees, Firmini Verris Dictionarius (Corpus christianorum, Continuatio medievalis 4°, 1), Turnhout 1994, 524a :« Verpus, verpi, id est impudicus digitus qui purgat anum, id est le cul ; et dicitur verpus quasi verrens podicem, id est le doibt moien qui grate le cul ». Le monstre lexicographique verpus/doigt se retrouvera même chez Du Cange, sur la foi d’Huguccio ou d’un abrégé, cité d’après le manuscrit Paris, BnF, lat. 7613 : « Verpus dicitur impudicus digitus, quo ludei ferentur Sabbato sancto anum purgare : unde ludei verpi dicuntur » (Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, VI, 779c).

17 Sur les mots-fantômes créés par les lexicographes médiévaux, voir G. Cremascoli, « Tra i monstra della lessicografia médiévale », dans C. Leonardi, La critica del testo mediolatino, Spolète 1994, p. 203-214. - On ne peut cependant nier qu’il existe entre verpa (substantif féminin) et verpus (adjectif substantivé masculin) des rapports étymologiques qui demanderaient une explication. On pourrait proposer que leur proximité résulte d’un réflexe antisémite, par le biais d’un reproche de luxure effrénée ; du moins on peut le déduire d’une observation de J.N. Adams, The Latin..., p. 13 ; « The dictionaries usually translate verpa as ’penis’, but the adjective verpus as ’circumcised’ (on the évidence of Juvénal 14.104, where it is applied to Jews). It is not normally explained how two such disparate meanings could attach to the same root, or how an adjective meaning ’circumcised’ could be applied to the name Priapus by Catullus (47.4). Kroll (on Catull. 47.4) was right to define verpus as ’cuius glans nimia libidine nudata est’ ».

18 Cf. A. Caquot et Ph. de Robert, Les Livres de Samuel (Commentaire de l’Ancien Testament, 6), Genève 1994, p. 91-92.

19 Cf. G. Dahan, Les intellectuels chrétiens..., p. 389.

20 Cf. P. Salmon, Les ’tituli psalmorum’ des manuscrits latins (Collectanea biblica latina, 12), Rome 1959, p. 65, 86, 126, 143, 167.

21 Cf. J. Delumeau, La peur en Occident, Paris 1978, chap. « Le juif, mal absolu » ; B. Langmuir, « The Knight’s Taie of Young Hugh of Lincoln », Spéculum 47 (1972), p. 459-482 ; G. Dahan, Les intellectuels..., p. 23-41.

22 On sait qu’au Moyen âge, la figure biblique de Jézabel, femme d’Achab (III Rois, 22s.), dont le nom était interprété par les lexicographes latins comme « fluxus vanus », était le symbole de la Synagogue. Voir Jan Ziolkowski, Jezebel. A Norman Latin Poem of the Early Eleventh Century, Los Angeles 1989, p. 5-23.

23 Césaire d’Heisterbach, Dialogus miraculorum II, 23 (Éd. Strange I, 93). Cf. A. Tubach, Index exemplorum, Helsinki 1969, n° 2811. Selon J. Le Goff (p. 211), Arnold a probablement tiré ce récit d’une source intermédiaire, comme le Speculum historiale de Vincent de Beauvais.

24 Arnold de Liège, Alphabetum narrationum (1308/1310), exemplum 207. Cf. J. Le Goff, « Les Juifs dans les exempta médiévaux : le cas de l’Alphabetum narrationum », dans M. Olender, Le racisme, mythes et sciences, Bruxelles, Éd. Complexe, 1981, p. 209-220 (le texte cité à la note suivante reproduit la transcription de la p. 218).

25 « In Anglia quidam clericus maioris ecclesie canonicus et episcopi consanguineus quamdam puellam speciosam Judei filiam ad amorem suum inclinavit. Dicente autem illa quod in tantum diligebatur a patre suo et custodiebatur quod simul non possent convenire nisi in nocte Parasceves, quia tunc ludei fluxum sanguinis patientes circa illam minus occupantur, illa ergo nocte canonicus, immemor Passionis Dominice, venit et usque ad matutinum cum ea dormivit. (...) Clericus in se divinam expertus clementiam, peccatum suum episcopo confessus est et postea ordinem cisterciensium intravit, et puella baptizata claustrum sanctimonialium eiusdem ordinis. Hoc valet ac CLERICUM, AMOREM MALUM, IUDEUM et CONVERSIONEM. »

26 Cf. B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, La Haye, Mouton, 1960, p. 316-318 ; M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen âge dans l’Europe méditerranéenne, Paris, Hachette, 1979, p. 20-22 ; N.Z. Davis, Society and Culture in Early Modem France, Stanford 1975, p. 153 ; J.M. Millas Vallicrosa, Per una história de la Gerona jueva, Gérone 1988, p. ii, p. 501-541 ; D. Nirenberg, « Les Juifs, la violence et le sacré », Annales 50 (1995), p. 109-131.

27 Ce mythe s’est perpétué jusqu’aux temps modernes. En 1913, au Procès de Berlin, un théologien catholique déclarait : « Le peuple juif a été maudit par Moïse, qui a dit : ’Dieu vous frappera de toutes les plaies d’Égypte’. Il est clair que cette malédiction s’est accomplie, puisque tous les juifs européens ont un exzéma du siège, etc. » (Cité dans L. Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, t. IV, Paris 1977, p. 150).

28 Cf. R. Guiette, « L’invention étymologique dans les lettres françaises au Moyen âge », Romanica Gandensia 8 (1960), 87-98 ; J. Engels, « La portée de l’étymologie isidorienne », Studi medievali 3 (1962), 99-128 ; B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 184-192 (« La passion de l’étymologie »).

29 F. Martens, « Le miroir du meurtre ou la synagogue dévoilée », dans M. Olender, Le racisme, mythes et sciences, p. 61-73.

Auteur

Université de Montréal

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540