Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Les gestes techniques : l’exemple des métiers du bois

Première approche

Christiane Raynaud

Texte intégral

« L’objet tel qu’il se présente dans un musée n’est comparable qu’au squelette de l’être vivant pour le comprendre il faut mettre autour de lui l’ensemble des gestes humains qui le produisent et qui le font fonctionner ».
André Georges Handricourt, La technologie science humaine, Paris, 1987.

  • 1 G. COMET, Le paysan et son outil : Essai d’histoire technique des céréales, France viiie-xve s., R (...)
  • 2 M. NOËL, A. BOCQUET, Les hommes et le bois, Histoire et technologie du bois de la préhistoire à no (...)

1Les travailleurs du bois ont moins retenu l’attention des historiens des images que les boulangers, les teinturiers ou les paysans1. Ces métiers sont d’ordinaire classés dans les techniques à changements lents. Pourtant les derniers siècles du Moyen Age sont une période de redécouvertes. Les transformations sont attestées par une “boîte” à outils2 qui n’a plus rien à envier, au début du xvie s., à celle des Romains et des ouvrages en bois qui suggèrent une progression des techniques. Ces progrès doivent être mis en relation avec les gestes, même si nous ne connaissons plus toujours aujourd’hui les bons puisqu’ils sont de moins en moins pratiqués. A partir de quelques images, retenues pour leur qualité, dans des manuscrits du xve s. du nord-ouest de l’Europe, est tentée une première approche de ce que l’on peut attendre des documents figurés, du simple pictogramme à la description raisonnée, sans prétendre en l’état actuel des recherches faire le tour des problèmes et avec une difficulté particulière. En effet les textes des livres religieux, des livres d’histoire et des romans ne décrivent pas les gestes techniques.

2Les enlumineurs privilégient les premières étapes du travail du bois et les gestes simples. Mais ils savent aussi rendre compte des changements qui tendent à l’amélioration de leur qualité. Quant aux gestes symboliques, maladroits, inefficaces ou mal représentés, ils conduisent à s’interroger sur les fonctions de l’image et ses limites.

I - LES ENLUMINEURS PRIVILEGIENT LES PREMIERES ETAPES ET LES GESTES SIMPLES

Les étapes obligées

3Au xve s. à la différence des siècles précédents coexistent dans l’image des gestes et des produits (branche brute, piquet épointé, pièce mortaisée et tenonnée) qui reflètent des niveaux techniques différents. Les enlumineurs ne retiennent que les étapes essentielles et réduisent les opérations techniques complexes à un ensemble de geste simples, scier, raboter etc. Pourtant peu à peu ils cessent de confondre métiers de la forêt et métiers hors forêt, sur chantier ou en atelier. En effet depuis la fin du xiiie s. les métiers se spécialisent, mais au xve s nombre de professions distinctes n’existent pas encore ou ne font qu’apparaître et sont sans nom ou statuts. Les premières étapes communes à la plupart des métiers du bois sont donc privilégiées à savoir le bûcheronnage et le façonnage dans le charpentage terme qui, à cette époque, désigne aussi la menuiserie. Les petits travaux, les travaux de finition, les réparations sont plus rarement figurés.

  • 3 Chantilly, Musée Condé, ms. 65, fol. 2 verso, Bourges ou Mehun-sur-Yèvre. Ce paysage rural est le (...)
  • 4 L’homme peut être un bûcheron mais aussi un paysan qui coupe du bois pour son propre usage ou en f (...)
  • 5 C. RAYNAUD, Mémoire sur la Hache, essai d’histoire et de symbolique, Paris, Le Léopard d’or, Ire p (...)
  • 6 M. PASTOUREAU, « Introduction à la symbolique médiévale du bois » Cahiers du Léopard d’or n° 2, L’ (...)
  • 7 R. BECHMANN, Des arbres et des hommes, La forêt au moyen âge, Paris, Flammarion, 1984, p. 172- 175 (...)

4Dans les Très Riches Heures de Jean de France, duc de Berry illustrées entre 1411-1416, par Pol, Jean et Herman de Limbourg est présenté en arrière plan d’un joli paysage de neige3, le travail du bois qui paraît caractéristique de février (fig. 1). Un premier bûcheron ou un paysan4 à l’aide d’une cognée5 s’apprête à abattre un arbre. Malgré le froid, il a roulé ses chausses sous les genoux et, pour être plus à son aise, a ouvert son surcot et accroché les deux pans à sa ceinture. D’un geste ample il lève au-dessus de l’épaule droite l’outil qu’il tient à deux mains au bout du manche. Il est un peu loin de l’arbre et de trois quarts face au lieu d’être de profil, d’où torsion du dos et mouvement de rotation. Sa position est symbolique de la dépréciation qui pèse sur lui, le bois étant une matière vivante6. Des branches coupées et quatre fagots évoquent le débit qui n’est pas montré. Un autre paysan-bûcheron, portant sur la tête une capuche qui le protège et sert à porter les charges, mène un âne dont le bât est empli de bûches. Le transport du bois n’est sans doute réservé aux auxiliaires des marchands de bois, que dans les grandes villes7. Deux étapes seulement sont donc ici représentées.

La multiplication des étapes dans la première moitié du xve siècle.

  • 8 New York, The Pierpont Morgan Library, ms.945, Utrecht, vers 1440, Maître de Catherine de Clèves. (...)
  • 9 Elles sont présentées dans l’ordre d’apparition dans le manuscrit et non dans l’ordre logique des (...)
  • 10 Il est accompagné de courtisans, l’un d’eux s’afflige un mouchoir à la main, car cette poutre d’un (...)
  • 11 P. FELLER, F. TOURRET, L’outil dialogue de l’homme avec la matière, Rhode Saint Genèse, Albert de (...)
  • 12 La Vierge tisse sur un métier à main, un galon d’une grande finesse. La navette est suspendue au f (...)
  • 13 G. MINOIS, Histoire de la vieillesse de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Fayard, 1987.
  • 14 Ce type d’utilisation détournée est une pratique sans doute générale, mais difficile à saisir, l’i (...)

5Dans une même image le bûcheron choisit un arbre, l’élague, l’ébranche, puis l’abat, l’écorce, le débite, le mesure, le transporte. Plus rarement et à partir de la deuxième moitié du siècle, les enlumineurs, consacrent une image à chaque étape, constituant des cycles de dimensions variables. Dans les Très riches Heures de Catherine de Clèves8, quatre scènes concernent le travail du bois9. Pour les préparatifs de la Crucifixion (fol. 64, fig. 2), Heures de la Croix, devant le Christ et sa mère un charpentier, pieds nus, genou droit à terre, lève son maillet pour planter une cheville qui renforce la croix déjà assemblée. Le second charpentier, debout de trois quart dos, perce avec une énorme tarière, un trou pour enfoncer plus facilement les clous à proximité dans un sac blanc. Au premier plan, une doloire est plantée dans une souche, motif récurrent. Dans les Heures de la Compassion (fol. 101, fig. 3), dans un enclos, Salomon désigne l’arbre à abattre de la pointe de son sceptre. Le charpentier plante son énorme doloire dans le tronc presque à la verticale. Les deux mains sont placées à la hauteur du renflement terminal du manche. Le manque de souplesse sur les jambes donne au personnage une raideur anormale. Dans les Heures de la compassion (fol. 105, fig.4) l’enlumineur présente ensuite une scène inhabituelle. Sous les yeux de Salomon10, le charpentier, un homme d’expérience, mesure la poutre qu’il vient d’équarrir. Un clou est planté à une extrémité et il tend jusqu’à l’autre une cordelette. Il soulève la poutre pour éviter de se baisser et faciliter le dévidage de la bobine ce qui permet à l’enlumineur de souligner la longueur de la poutre. La mesure précède le tracé ou le trait11. Dans les Heures de la Vierge (fol. 149, fig. 5), la Vierge tisse12 et l’enfant fait ses premiers pas à l’aide d’un trotteur près de Joseph. Dans l’espace bien éclairé réservé à son atelier et devant son établi où les outils sont rangés avec soin, Joseph plane une solive ( ?).Le vieil homme13, tient devant lui la pièce de bois en la calant au sol et contre sa taille. Il lève avec habileté un copeau en utilisant comme un rabot le tranchant de sa doloire, qu’il tient par le talon du fer et la douille14.

Une meilleure observation des gestes

  • 15 A.G. HAUDRICOURT, La technologie science humaine, recherches d’histoire et d’ethnologie des techni (...)

6S’il est difficile de déceler une évolution pour des procédés connus depuis des millénaires, l’observation des gestes semble faire des progrès considérables. L’enlumineur distingue bien le mouvement, le contact et le résultat15. Dans le mouvement, le moment retenu est celui de l’effort le plus intense, quand le bûcheron lève sa hache, le charpentier tourne sa tarière, ou le plus délicat, quand le scieur attaque son travail et le menuisier pousse son rabot.

  • 16 Paris, Arsenal, ms. 5064, fol.198 verso, deuxième moitié du xve s, Antoine de Bourgogne en fut un (...)
  • 17 P. MANE, « L’iconographie des manuscrits du Traité d’agriculture de Pier’dei Crescenzi », Mélanges (...)
  • 18 L’archéologie atteste une connaissance fine des propriétés des différentes essences, le bois le mi (...)
  • 19 Au Moyen Age, charpentiers et menuisiers recherchent les arbres dont la taille et la forme sont le (...)
  • 20 Pour débiter des pièces de bois de moindre section, le fendage avec des coins est préféré au sciag (...)
  • 21 M. NOEL, op. cit., p. 67
  • 22 M. PICAR, J. MONTAGARD, Le bûcheron, Paris, Métiers d’hier et d’aujourd’hui, Berger-Levrault, 1979 (...)
  • 23 Pour les premières transformations du bois les professionnels travaillent en équipe. Cette pratiqu (...)
  • 24 A. G. HAUDRICOURT, op. cit., p. 85 et P. Feller, op. cit. p. 57
  • 25 Le fendeur ne fend les bois que pour des usages particuliers les poteaux de clôture, les échalas d (...)
  • 26 P. MANE, Les calendriers, op. cit., planches XXX à XXXII

7Dans le Livre des prouffitz champestres et ruraux16 de Pierre de Crescens17 (fig. 6), en arrière plan de la fenaison, le travail en forêt est présenté dans sa diversité. Première étape, à droite un homme de l’art frappe avec la queue de sa doloire un arbre de bonne essence18 et qui répond à ses exigences en matière de dimension19. Il vérifie si le coeur est sain, le bois dense, bien fendant et de droit fil20., ce qui requiert une bonne connaissance du bois et de l’expérience21. Deuxième étape l’abattage. Deux bûcherons font des entailles22 à même hauteur de chaque côté de l’arbre, loin du collet (c’est-à-dire de la jonction du tronc et des racines). Ils ne frappent pas en même temps23 et leurs cognées n’ont pas le même fer. A gauche, l’ouvrier donne à son outil une trajectoire oblique, par la droite. Le mouvement est accéléré par la main qui constamment va plus vite que l’outil et exerce une pression sur le manche dans la direction du trajet24. A droite son compagnon donne, par la gauche, une trajectoire plus verticale. Le personnage est gaucher ou l’enlumineur adopte ce parti pour plus de lisibilité du geste. Le talon du bûcheron, du côté du corps en extension, est levé et les coups sont de biais pour détacher les fragments de bois. Troisième étape, la préparation des grumes, le bûcheron est monté sur l’une d’entre elles. Son poids suffit à la caler. Il lève sa hache derrière la tête pour la couper à mi-longueur. Les coups verticaux tranchent les fibres. Quatrième étape, la fabrication d’échalas ou de piquets. Treize fagots sont près. Le fendeur ou le fagotier25. débarrasse une branche longue et droite des petites branches terminales à l’aide d’une serpe26. Sa main gauche est placée sur la branche juste au-dessus du point de contact pour ne pas la briser.

II - LES CHANGEMENTS.

8Cette meilleure observation des gestes atteste la diffusion d’un certain nombre de pratiques, qui visent à améliorer leur précision, à réduire dans le même temps l’effort du travailleur et à mieux préserver sa sécurité. Elles figurent souvent dans les mêmes images. Les progrès dans ces trois domaines semblent concomitants sinon liés entre eux.

La multiplication des outils, la spécialisation des tâches, puis des métiers permet d’améliorer la précision du geste.

  • 27 P. FELLLER, op. cit., p. 45-55

9Elle passe aussi plus simplement par une meilleure stabilité du plan de travail sur le sol, par une meilleure préhension de l’outil grâce à un emmanchement adapté27 : épais pour être employé à pleine main, à section ovale pour les gestes amples, à section rectangulaire pour éviter que l’outil n’échappe à la main ou ne tourne, cylindrique pour favoriser le maniement automatique.

  • 28 Londres, British Library, MS. Add. 18850, Paris, vers 1415-1420, fol. 15 verso, peut-être réalisé (...)
  • 29 Même sur les grands chantiers jusqu’au xiiie s., un maître maçon ou un maître charpentier fait fon (...)
  • 30 O. BLANC, Parades et parures, L’invention du corps de mode à la fin du Moyen Age, Paris, Le temps (...)
  • 31 Les Cahiers du léopard d’or, n° 1, « Le vêtement. Histoire, archéologie et symbolique vestimentair (...)
  • 32 M. NOEL, op. cit., p. 232.
  • 33 Elles sont constituées par accumulation de chutes ou de pièces de bois en cours de préparation plu (...)
  • 34 La main gauche est au-dessus de la droite.
  • 35 Chaque outil est individualisé, adapté à la tâche à accomplir, à la main, à la taille, au poids, à (...)
  • 36 P. FELLER, op. cit., p. 56-62

10Dans les Heures du duc et de la duchesse de Bedford28, la construction de l’arche de Noé (fig. 7) est l’occasion de décrire avec une précision l’organisation d’un chantier avec les tours de main de nombreux ouvriers et une boîte à outils bien garnie. Noé dirige le chantier au centre de l’image en donnant des instructions pour l’assemblage délicat de la charpente. Il ne participe plus à l’opération mais sait accomplir tous les gestes29 et donc guider au mieux ses ouvriers30. A l’avant-plan, en bas de l’image, la préparation du bois occupe quatre hommes. A gauche, un maître charpentier avec chaperon et tablier long31 lève avec un énorme rabot., des copeaux fin, longs et bien en vrille sur un plateau bien calé. Le plan de travail est à une bonne hauteur. Son geste est simple mais difficile, il faut des années pour savoir poser le talon de la main gauche sur le fût et la paume de la main droite sur la poignet centrale et guider le nez du rabot, pour trouver le fil du bois et bien lever les copeaux32. Il travaille plus en finesse qu’en force. A petite distance l’ouvrier qui perce un trou avec une tarière ne peut qu’être gêné par sa jambe droite et forcé de changer de position. Pour l’équarrissage, les cales avec mortaise sont remarquables33. L’ouvrier est gaucher34. Il lève dans un geste de faible amplitude une doloire dont la longueur est adaptée à celle de son bras35. Le manche présente un renflement terminal pour une meilleure préhension. Le scieur a un geste parfait, la prise est bonne, les doigts ne sont pas crispés. La scie ne serre pas, n’accroche pas. Il n’y a pas d’écaillés. L’effort demandé n’est pas trop grand. Le moment retenu est pourtant le plus délicat, le départ. Le chantier est encombré, les outils, sont parfois posés de manière dangereuse (pointe de la tarière en l’air au premier plan, etc.), mais toujours à portée de main. L’image montre ensuite la manutention des pièces de bois et l’assemblage. A l’intérieur de l’arche un ouvrier sur une échelle transporte des planches sur son épaule gauche et les retient de la main droite. En haut à droite, sur l’entrait de la charpente, dans une position stable mais dangereuse, un second plante une cheville. Sur l’autre versant du toit, un couvreur assis et penché en avant, enfonce un clou avec le talon de son marteau. Sur le bord du toit, un autre accroupi pèse de la main gauche sur un bardeau et tient de la main droite, près de la tête, un marteau pour un travail continue et rythmique et un choc sec et de peu de puissance36.

Le deuxième objectif semble de diminuer l’effort des travailleurs du bois.

  • 37 A. G. HAUDRICOURT, op. cit., p. 78-84 et P. Feller, op. cit., p. 57.
  • 38 L’outil est en mutation permanente, la composition du fer (la proportion d’acier sur le taillant e (...)
  • 39 P. FELLER, op. cit., p. 47.

11L’efficacité des gestes est accrue par leur organisation et la suppression des mouvements inutiles. Le bras donne l’effet nécessaire pour enfoncer un clou, couper, équarrir etc. Tous les éléments du bras, de l’avant-bras, du poignet et des doigts contribuent à faire acquérir à l’outil sa vitesse par une trajectoire qui lui donne le temps de s’incliner sans trop de dépense de force, tout en évitant les déviations au moment du choc et dans le moment qui le suit par effet de réaction37. La masse de l’outil agit dans le même sens. Les modifications qui affectent le fer38 et le manche sont une façon d’alléger l’effort du bras. Le manche allonge le champ de travail, augmente la puissance du coup, favorise le rendement de l’outil et permet une tenue de main optimale. Court et courbé vers la tête, tenu à une main, il permet lorsque l’effort est répété de travailler de manière automatique, avec un mouvement de faible amplitude39, donc d’éviter de lever trop haut le bras.

  • 40 David Aubert réalise le tome I à la demande de Jean de Créquy, seigneur de Canaples, et les tomes (...)
  • 41 Bruxelles B.R., ms. 9068, fol. 203, Flandre, vers 1458. Ce tome III comporte 300 folios, 29 miniat (...)
  • 42 W.L. GOODMAN, The history of wood working tools, Londres, G. Bell and sons, 1964, p. 127-134 et su (...)
  • 43 Chroniques et conquestes de Charlemaine publiées par R. GUIETTE, Bruxelles, 2 volumes, 1940-1943, (...)
  • 44 M. NOEL, op. cit. p. 155.
  • 45 La construction du pont se fait sous menace des Sarrasins, qui font construire une bastille pour e (...)

12Dans les Anciennes croniques et conquestes de Charlemaine40, pour la construction d’un pont par Charlemagne41 (fig. 8), à la multiplication des outils répond celle des gestes bien choisis, qui mobilisent au mieux toutes les parties du corps pour permettre un effort prolongé. A gauche, près d’une forêt, un bûcheron abat un arbre à la cognée. Il frappe de bas en haut, pour ouvrir le bas de l’entaille. A peu de distance, un autre équarrit avec une doloire une poutre, le travail est très avancé. La fente dessinée par les jambes de l’ouvrier paraît un peu basse pour être tenue longtemps. La main est près de la douille pour mieux diriger le travail. Au premier plan, deux scieurs de long42 entament une énorme pièce de bois posée sur deux tréteaux très hauts (rien ne permet de savoir comment elle a été placée là). Le moment difficile de l’attaque qui définit la direction du trait de sciage est passé, la lame est bien engagée. Le chevrier, monté sur la grume, dirige l’opération, il pousse vers le bas. Le renard fait de même en levant la tête pour suivre la lame et anticiper sur la remontée. Un mouvement en souplesse des jambes contribue à l’effort, en déplaçant le poids du corps vers l’avant pour accentuer la poussée. A peu de distance un charpentier mesure une pièce de bois à l’aide d’une planche longue et étroite. L’inclinaison latérale vers la gauche avec torsion du dos et flexion de la jambe lui permet de vérifier l’alignement et la main droite procède aux ajustements nécessaires par de menus déplacements de la règle. Le charpentier est seul sans chapeau et de dos, ce qui le déprécie. L’opération retenue est en effet symbolique des connaissances et du savoir ouvrier pour lequel le texte affiche le plus grand mépris43. La dernière opération représentée est l’assemblage. Un charpentier perce un enfourchement44 calé de façon rudimentaire, ce qui tient peut-être aux circonstances45. L’homme fait tourner sa tarière de la gauche vers la droite en pesant de tout son poids et en s’aidant de ses jambes.

  • 46 Compilées entre 1448 et 1468 par Jean Wauquelin à l’intention de Philippe le Bon, elles sont illus (...)
  • 47 Bruxelles, B.R., Ms. 9243, fol. 175, Chroniques de Hainaut dans Histoire de Hainaut. éd. FORTIA D’ (...)

13Le travail rythmé en cadence autorise aussi un effort intense et prolongé. Dans les Chroniques de Hainaut46, la construction de nombreuses églises et monastères par Girard de Roussillon47 (fig. 9) est évoquée par deux chantiers, où interviennent treize ouvriers. Les plus prés du généreux commanditaire sont deux charpentiers qui dressent des planches. Jambes souples, ils sont à califourchon d’une planche soulevée du sol par deux cales pour éviter que le fer des outils ne heurtent le sol. Ils travaillent l’un derrière l’autre en cadence mais pas tout à fait au même rythme. Le maître reconnaissable à son chaperon est moins incliné que le compagnon qui doit décoller son talon gauche. Le centre d’équilibre du corps n’est pas placé au même endroit. Le maître tient sa doloire à deux mains au milieu du manche et devant lui. Le compagnon la tient sous la douille et plus près du corps. L’enlumineur marque la hiérarchie entre les deux hommes, le geste du maître paraît plus efficace à en juger par la différence d’épaisseur et de largeur de la planche. Le travail avance vite. Le sol est jonché de copeaux.

Certaines images montrent aussi, dans la pratique, un souci d’améliorer la sécurité.

  • 48 Chantilly, Musée Condé, ms. 71, 1455 ; J. FOUQUET, Les Heures d’Etienne Chevalier, préface de C. S (...)

14Les tâches paraissent mieux réparties et le chantier mieux organisé, les outils sont rangés de façon différente. Certaines dispositions sont pourtant difficiles à représenter, par exemple le fait que le manche de la doloire est dévié en dehors de l’axe de la lame pour éviter les blessures des doigts contre le bois. Dans le livre d’Heures d’Etienne Chevalier48, enluminé par Jean Fouquet au milieu du xve s.(fig. 10), deux charpentiers travaillent en même temps, sans pouvoir se blesser puisqu’ils sont dos à dos. La poutre à section carrée est soulevée plus haut au dessus du sol pour rendre moins pénible le travail. Le premier charpentier a dénoué les aiguillettes de ses chausses dans le dos pour se pencher et déboutonné le bas de ses manches pour faciliter le jeu du poignet. Il fait un travail précis, les copeaux sont minces. Son geste a une amplitude très faible étant donné la taille du fer. Le second charpentier a déjà fait largement pénétrer la tarière. Pour augmenter l’effet de son geste, il a placé ses mains sur les extrémités arrondies du manche, il ahane bouche ouverte. Les deux hommes sont si absorbés, attitude caractéristique, qu’ils ne regardent pas passer les prisonniers.

  • 49 Paris, B.N., lat. 4915, fol.46 verso, 1447 et 1455 ; F. AVRIL et N. REYNAUD, op. cit., n° 54, p. 1 (...)
  • 50 A droite Salomon, la reine d’Egypte et quelques unes de ses mille femmes. Il ne respecte pas P int (...)

15Dans le Mare historiarum de Giovanni de Colonna49 (fig. 11), le registre inférieur50 représente à gauche la construction du Temple. Salomon donne ses ordres à l’architecte, qui, une équerre à la main, montre l’organisation du chantier. Les charpentiers dolent une poutre très longue placée sur des cales assez hautes. Ils travaillent chacun d’un côté à la même hauteur et au même rythme ce qui évite tout déplacement latéral de la poutre. Leur position n’est pas identique, à gauche le charpentier travaille plus en force, à droite de manière plus précise. Placés à bonne distance de la poutre, en vis à vis, ils ne peuvent se blesser.

III - BILAN ET LIMITES DE NOS SOURCES

Valeur et nature du geste en dehors de son aspect technique.

16L’intervention des métiers du bois dans une scène biblique n’implique pas forcément des gestes à valeur symbolique. A l’inverse la représentation des gestes du travail du bois dans des scènes narratives ne signifie pas traitement naturaliste. Le geste peut être simplifié, mal observé, se réduire à un pictogramme etc. Il est parfois emblématique d’une profession et atteste la constance de certains usages, ou taxinomique : le geste est alors un signe parmi d’autres qui distinguent le maître et le compagnon. Enfin il peut être symbolique. Ce choix est largement le fait de l’artiste.

  • 51 Bruxelles, B.R., ms. 10958, fol. 7, Flandre, 1449 ; F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures (...)

17Dans la version française de la Vie et miracle de saint Josse par Jean Miélot51 (fig. 12), la représentation des travaux du bois est accessoire, simplifiée, l’essentiel est la participation du saint. Au premier plan, de plus petite taille, un ouvrier équarrit une grume, avec un geste de faible amplitude. Au second plan, Josse aide à transporter un tronc, qu’un autre ouvrier s’apprête à poser. A l’arrière plan, la structure de l’ermitage est déjà levée, l’assemblage est médiocre.

  • 52 Bruxelles, B.R. ms. 9243, fol. 106 verso, Chroniques, op. cit. éd. F. D’URBAN, Paris, 1826-1838, t (...)

18Dans les Chroniques de Hainaut, pour la construction du monastère d’Haumont52 (fig. 13), le zèle des charpentiers importe plus que la qualité de la préparation du bois. Le premier avec une doloire dresse une planche. Le geste est conventionnel et il est difficile d’apprécier son travail. Derrière, un scieur qui lui tourne le dos entame un plateau épais. Le geste réclame à la fois force et habileté. La main droite sur le manche pousse et dirige la lame, la gauche est placée juste sous la rondelle de protection pour éviter que la lame ne flotte et abandonne le trait de sciage. La position oblique de la lame sur le plateau est mal vue.

L’image peut présenter pour une même étape une juxtaposition de gestes bien et mal représentés.

  • 53 Bruxelles, B.R. 9287-88, fol. 106, Flandre, 1461 ; F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures (...)
  • 54 Le passage est bref. La Sale, éd. dans. F. DESONAY, Antoine de la Sale, Oeuvres complètes, t. 2, L (...)

19La qualité de l’artiste et l’importance qu’il accorde aux différents personnages expliquent cette situation. Ainsi, dans La Sale d’Antoine de la Sale l’enlumineur illustre un chapitre sur le sacrilège53 par l’exemple du préfet Curullius qui fait abattre les arbres du bois sacré d’Esculape pour construire des nefs54.(fig. l4). Au second plan, à l’orée de la forêt, deux des trois bûcherons, procèdent à l’ébranchage, l’un à gauche dans un geste bien observé tient la branche d’une main et lève la serpette de l’autre, mais à droite, avec un geste large et en tenant le tronc, son collègue lève le bras pour frapper avec le dos, le talon de la serpette. Autre anomalie, près du temple, à droite, un bûcheron marne la doloire avec vigueur, sans que l’on puisse préciser s’il écorce la grume ou l’équarrit, voire commence à la débiter. Au premier plan, à gauche un des charpentiers choisit un arbre, il le courbe pour vérifier sa plasticité en accentuant la courbure naturelle, le choix d’un arbre déjà courbé est un gain de temps considérable, pour des charpentiers de marine d’occasion. A côté de lui, un de ses compagnons abat un arbre à la cognée. Beaucoup de bois est gâché par la verticalité de l’entaille, l’éloignement du collet. Son voisin, plus petit, achève à la doloire l’ébranchage d’un tronc, en respectant les enfourchures, l’ampleur excessive de son geste souligne la gravité de la transgression.

  • 55 Bruxelles, B.R., ms 9242, loi. 270 verso ; Chroniques, op. cit. éd. F. D’URBAN, Paris, 1826-1838, (...)

20Dans le même manuscrit des Chroniques de Hainaut, observations exactes et petites inexactitudes se mêlent pour la construction du pont et de la route de Famars55 (fig. 15). Dans la moitié droite de l’image, dans une forêt bien entretenue, cinq hommes ouvrent la route en abattant de grands feuillus. Au fond un bûcheron pèse de tout son poids contre le tronc d’un arbre de petit diamètre. Le maître bûcheron achève une entaille en forme de pointe de crayon qui va jusqu’au milieu du tronc. L’arbre est ébranché jusqu’au bouquet terminal ce qui n’est pas vraisemblable. Les mains sont mal placées sur le bout du manche. Le personnage est trop près du tronc. Le visage ne devrait pas être de face mais de profil pour regarder le point d’impact de l’outil. Deux autres bûcherons tirent sur une corde enroulée le plus haut possible sur l’arbre, pour casser le tronc à l’opposé de l’entaille, ce qui semble exclure une utilisation pour la menuiserie, car dans l’opération des fibres peuvent être arrachées. Le plus actif s’aide de ses jambes, le second joue sur le poids de son corps. Mais cette technique d’abattage qui existe depuis le Néolithique est d’ordinaire réservée aux diamètres plus petits et le débit et l’utilisation des grumes, que rien dans l’image ne permet de connaître, manquent.

En général, l’enlumineur cherche à représenter les bons gestes56.

  • 56 Seules exceptions, la mention explicite de l’inverse dans le texte et la négligence.
  • 57 Un des feuillets du ms. 90-93, Les Quatre états de la société, Paris, Ecole nationale des Beaux ar (...)
  • 58 C. SINGER, E.J. HOLMYARD, A.R. HALL et T.I. WILLIAMS, A history of technology, Oxford, Clarendon P (...)
  • 59 Il pourrait faire contraste avec la technique de filage utilisée, mais elle est associée à une pro (...)

21En ne retenant que les meilleurs gestes, il porte un jugement implicite sur l’état des outils, la façon de les tenir en main, sur l’ouvrage terminé, le volume de bois utilisé, la rigueur du travail, le soin de la finition. Dans l’oeuvre de Bourdichon57 qui évoque peut-être la sainte famille (fig. 16), la qualité du geste est à l’unisson de celle l’organisation de l’atelier, du rangement et du nombre des outils. L’ébéniste dresse une planche avec une varlope, décrite avec précision58. Le corps légèrement incliné vers l’avant, il est tout a son travail. Sur le talon strié du fût, il pose la pulpe du bout des doigts de la main droite et pousse, guide l’appareil avec une très grande précision, ce qu’atteste la minceur et la finesse des copeaux. Les plus gros ont déjà été levés. La main gauche entoure la poignet calée entre le pouce et l’index, les doigts sont souples. Le choix de l’outil le plus récent souligne le caractère idéal de la scène59.

22Au total, nous ne savons pas toujours pourquoi un outil qui n’est pas le mieux adapté de notre point de vue est préféré à d’autres, de même pour certains gestes. Les raisons peuvent tenir aux mentalités et à la conception du bois comme matière vivante, mais aussi au caractère inventif ou passif de l’utilisateur.

23Les documents figurés présentent d’ailleurs des limites. L’image, ne donnant pas à voir de geste complet ni de processus entier de fabrication, ignore l’opposition entre concepteurs et tailleurs ou monteurs. Certains gestes n’apparaissent pas, par exemple le fait que le charpentier et le menuisier utilisent alternativement les deux faces portantes de leur maillet de bois pour répartir l’usure sur toute la surface et conserver jusqu’à la fin l’équilibre de l’outil. L’enlumineur, qui sait suggérer le rythme des mouvements, ne peut traduire les bruits conventionnels codés signalant la présence d’un intrus dans l’atelier ou indiquant à l’ouvrier que l’outil marche bien avant que l’effet ne soit visible sur la pièce. Il ne cherche pas à rendre les liens de confiance entre l’utilisateur et son outil. Il néglige, méprise les gestes d’entretien des outils ainsi il ne figure pas les scieurs qui débandent leur scie pour la nuit car l’humidité peut, en raccourcissant la corde, casser les bras.

24Pour autant un jugement trop sévère serait excessif. L’artiste est un artisan et l’enlumineur s’intéresse aux gestes techniques, à l’intelligence artisanale. Il décrit ce dont ne rendent pas compte les textes à des lecteurs qui en tant que seigneurs, forestiers, ou même simples commanditaires ou clients ont au moins de la curiosité pour ce travail du bois. Il explicite des gestes qui ne peuvent être accomplis que par des spécialistes qui ont appris et possèdent la pratique des outils, des tours de main. Il participe ainsi à la transmission d’un savoir faire et apprend à regarder celui qui sait produire et reproduire le geste dans sa précision, son efficacité. Il explique le geste, le transmet aux membres du groupe, l’insère dans un corps de techniques, dans un ensemble culturel, même si ce n’est pas son objectif premier et malgré les limites évoquées.

25Cette première approche ne suffit pas, il est nécessaire d’aller plus avant à partir d’un inventaire exhaustif et de comparer les résultats obtenus, avec une description raisonnée des mouvements du corps, confrontation qui peut seule nous permettre de donner aux gestes techniques leur place exacte dans une civilisation médiévale qui est avant tout, comme le rappelle J. Le Goff, celle du geste.

  • * Seule sont reproduites ici les illustrations marquées d’un astérisque.

26Légende*

  • Fig. 1 : Chantilly, Musée Condé, ms. 65, fol. 2 verso.
  • Fig. 2 : New York, The Pierpont Morgan Library, ms. 945, fol. 64.
  • Fig. 3 : New York, The Pierpont Morgan Library, ms. 945, fol. 101.
  • Fig. 4 : New York, The Pierpont Morgan Library, ms. 945, fol. 105.
  • Fig. 5 : New York, The Pierpont Morgan Library, ms. 945, fol. 149.
  • Fig. 6 : Paris, Arsenal, ms. 5064, fol. 198 verso.
  • Fig. 7 : Londres, British Library, ms. Add. 188850, fol. 15 verso.
  • *Fig. 8 : (Illustration n° 1) Bruxelles, B.R., ms. 9068, fol. 203.
  • Fig. 9 : Bruxelles, B.R., ms. 9243, fol. 175.
  • Fig. 10 : Chantilly, Musée Condé, ms. 71, feuillet.
  • *Fig. 11 : (Illustration n° 2) Paris, B.N., ms. lat. 4915, fol. 46 verso.
  • *Fig. 12 : (Illustration n° 3) Bruxelles, B.R., ms. 10958, fol. 7.
  • *Fig. 13 : (Illustration n° 4) Bruxelles, B.R., ms. 9243, fol. 175.
  • *Fig. 14 : (Illustration n° 5) Bruxelles, B.R., ms. 9287-88, fol. 106.
  • *Fig. 15 : (Illustration n° 6) Bruxelles, B.R., ms. 9242, fol. 270 verso.
  • Fig. 16 : Paris, École nationale des Beaux arts, ms. 90-93, feuillet.

Illustration n° 1 (Fig. 8) Bruxelles, B.R., ms. 9068, fol. 203
© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles

Illustration n° 2 (Fig. 11) Paris, B.N., ms. lat. 4915, fol. 46 verso.

Illustration n° 3 (Fig. 12) Bruxelles, B.R., ms. 10958, fol. 7.
© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles

Illustration n° 4 (Fig. 13) Bruxelles, B.R., ms. 9243, fol. 175
© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles

Illustration n° 5 (Fig. 14) Bruxelles, B.R., ms. 9287-88, fol. 106
© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles

Illustration n° 6 (Fig.15) Bruxelles, B.R., ms. 9242, fol. 270 verso
© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles

Notes

1 G. COMET, Le paysan et son outil : Essai d’histoire technique des céréales, France viiie-xve s., Rome, Ecole Française de Rome, 1992 ; P. MANE, Calendriers et techniques agricoles (France-Italie, xiie-xiiie siècles), Paris, Le Sycomore, 1983 ; P. MANE, Images de panification au Moyen Age, Pact News 26, 1988 ; P. MANE, Paysans, paysages au Moyen Age, dans Paysans, paysages. L’art et la terre en Europe du Moyen Age au xxe s., Paris, Seuil-Réunion des Musées nationaux, 1994, p. 43-60 et 68-74 ; M. PASTOUREAU, Jésus chez le teinturier, Paris, Le Léopard d’or, 1997.

2 M. NOËL, A. BOCQUET, Les hommes et le bois, Histoire et technologie du bois de la préhistoire à nos jours, Paris, Hachette, 1987, p. 102, 106-10.

3 Chantilly, Musée Condé, ms. 65, fol. 2 verso, Bourges ou Mehun-sur-Yèvre. Ce paysage rural est le premier paysage de neige de l’histoire de la peinture française. M. MEISS, French painting in the time of Jean de Berry, The Limbourgs and their Contemporaries, Londres-New York, Phaidon Press, 1974 ; C. STERLING, La Peinture médiévale à Paris, 1300-1500, Paris-Lausanne, Bibliothèque des Arts, 1987-1990, 2 vol. M. THOMAS, L’âge d’or de l’enluminure à l’époque de Jean de Berry, Paris, 1979, pour une édition commentée plus récente : J. DUFOURNET, Les Très riches Heures du duc de Berry, Paris, Bibliothèque de l’image, 1995

4 L’homme peut être un bûcheron mais aussi un paysan qui coupe du bois pour son propre usage ou en faire commerce et compléter ainsi son ordinaire pendant l’hiver.

5 C. RAYNAUD, Mémoire sur la Hache, essai d’histoire et de symbolique, Paris, Le Léopard d’or, Ire partie, L’outil (à paraître).

6 M. PASTOUREAU, « Introduction à la symbolique médiévale du bois » Cahiers du Léopard d’or n° 2, L’arbre, Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Age, Paris, 1993, p. 25 à 40

7 R. BECHMANN, Des arbres et des hommes, La forêt au moyen âge, Paris, Flammarion, 1984, p. 172- 175, 254

8 New York, The Pierpont Morgan Library, ms.945, Utrecht, vers 1440, Maître de Catherine de Clèves. J. PLUMMER, Les Très Riches Heures de Catherine de Clèves, Paris, Albin Michel, 1967 ; The Golden âge of Dulch manuscript painting, New-York, G. Braziller and The Pierpont Morgan Library, 1990, n° 45, p. 152-157

9 Elles sont présentées dans l’ordre d’apparition dans le manuscrit et non dans l’ordre logique des opérations.

10 Il est accompagné de courtisans, l’un d’eux s’afflige un mouchoir à la main, car cette poutre d’une taille exceptionnelle qui entre dans la construction du Temple de Jérusalem, sert ensuite, selon la légende, de bois pour la croix.

11 P. FELLER, F. TOURRET, L’outil dialogue de l’homme avec la matière, Rhode Saint Genèse, Albert de Visscher, 1970, p. 159.

12 La Vierge tisse sur un métier à main, un galon d’une grande finesse. La navette est suspendue au fil de chaîne. Les fils de trame sont disposés parallèlement à l’utilisatrice, qui de la main droite introduit le batteur dans la nappe de tissage, installée près d’une fenêtre, elle peut tout en tissant surveiller l’enfant.

13 G. MINOIS, Histoire de la vieillesse de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Fayard, 1987.

14 Ce type d’utilisation détournée est une pratique sans doute générale, mais difficile à saisir, l’image n’en a que plus d’intérêt.

15 A.G. HAUDRICOURT, La technologie science humaine, recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 1987, p. 76-78.

16 Paris, Arsenal, ms. 5064, fol.198 verso, deuxième moitié du xve s, Antoine de Bourgogne en fut un temps prorpiètaire.

17 P. MANE, « L’iconographie des manuscrits du Traité d’agriculture de Pier’dei Crescenzi », Mélanges de l’Ecole française de Rome, Moyen Age, Temps modernes, t. 97, 1985, 2, p. 727-828.

18 L’archéologie atteste une connaissance fine des propriétés des différentes essences, le bois le mieux adapté et le plus facile à se procurer est d’ordinaire retenu. J. CAMPREDON, Le Bois, Paris, P.U.F, Que sais-je n° 382, 1975.

19 Au Moyen Age, charpentiers et menuisiers recherchent les arbres dont la taille et la forme sont les plus proches de l’objet à produire. Les défrichements excessifs et la surexploitation des forêts conduisent pourtant dès le xiiie s. à de nouvelles pratiques architecturales utilisant des bois de moindres dimensions en particulier pour les charpentes.

20 Pour débiter des pièces de bois de moindre section, le fendage avec des coins est préféré au sciage pour préserver la solidité du bois en évitant de recouper ou de déchirer les fibres, même les scieurs de long cherchent à suivre le fil du bois (R BECHMANN, op. cit., p. 214-216)

21 M. NOEL, op. cit., p. 67

22 M. PICAR, J. MONTAGARD, Le bûcheron, Paris, Métiers d’hier et d’aujourd’hui, Berger-Levrault, 1979, p. 47-50 et P. Feller, op. cit, p. 75

23 Pour les premières transformations du bois les professionnels travaillent en équipe. Cette pratique permet un gain de temps, une moindre dépense d’énergie et de ménager outils et matériau. Chaque bûcheron frappe alternativement à droite et à gauche, les deux biseaux sont égaux. La première frappe entaille et soulève le copeau, la seconde le fait éclater. (P. FELLER, F. TOURRET, op. cit. p. 75).

24 A. G. HAUDRICOURT, op. cit., p. 85 et P. Feller, op. cit. p. 57

25 Le fendeur ne fend les bois que pour des usages particuliers les poteaux de clôture, les échalas des vignes.

26 P. MANE, Les calendriers, op. cit., planches XXX à XXXII

27 P. FELLLER, op. cit., p. 45-55

28 Londres, British Library, MS. Add. 18850, Paris, vers 1415-1420, fol. 15 verso, peut-être réalisé vers 1429 ; C. SINGER, E.J. HOLMYARD, A.R. HALL, T.I. WILLIAMS, A history of technology, Oxford, Clarendon Press, 1984, vol. II, p. 383-395, pl. 31.

29 Même sur les grands chantiers jusqu’au xiiie s., un maître maçon ou un maître charpentier fait fonction tout à la fois de chef de chantier et d’architecte.

30 O. BLANC, Parades et parures, L’invention du corps de mode à la fin du Moyen Age, Paris, Le temps des images, Gallimard, 1997, p. 52-57, fig. 11, relève que la plupart se sont mis « en queue de chemise ».

31 Les Cahiers du léopard d’or, n° 1, « Le vêtement. Histoire, archéologie et symbolique vestimentaire au Moyen Age », Paris, Le Léopard d’or, 1989, p. 98-101.

32 M. NOEL, op. cit., p. 232.

33 Elles sont constituées par accumulation de chutes ou de pièces de bois en cours de préparation plutôt que réservées à cet usage, de même dans Paris, Arsenal 5077, fol. 17.

34 La main gauche est au-dessus de la droite.

35 Chaque outil est individualisé, adapté à la tâche à accomplir, à la main, à la taille, au poids, à l’âge, à la force, aux particularités physiques, aux habitudes, au degré d’expérience, à la mentalité de l’utilisateur, qui connaît bien son instrument de travail, en tire le meilleur parti, l’entretient avec un soin jaloux et le répare ou le fait réparer si nécessaire. Autant d’éléments dont l’enlumineur ne rend compte qu’avec difficultés.

36 P. FELLER, op. cit., p. 56-62

37 A. G. HAUDRICOURT, op. cit., p. 78-84 et P. Feller, op. cit., p. 57.

38 L’outil est en mutation permanente, la composition du fer (la proportion d’acier sur le taillant et les plats d’une hache par exemple) sa forme et ses dimensions changent, même si les transformations sont modestes.

39 P. FELLER, op. cit., p. 47.

40 David Aubert réalise le tome I à la demande de Jean de Créquy, seigneur de Canaples, et les tomes II et III pour Philippe le Bon.

41 Bruxelles B.R., ms. 9068, fol. 203, Flandre, vers 1458. Ce tome III comporte 300 folios, 29 miniatures. Destiné à Philippe le Bon, il est copié par David Aubert et illustré par Jean le Tavernier d’Audenarde de superbes grisailles ; J. VAN DEN GHEYN, Chroniques et Conquestes de Charlemaine. Reproduction des 105 Miniatures de Jean Le Tavernier d’Audenarde (1460), Bruxelles 1909 ; Miniatures en grisaille, catalogue par Pierre COCKSHAW, Bruxelles, Bibliothèque royale, 1986, n° 10 et 11 ; C. Singer, op. cit., vol. II, p. 383-395, fig. 350.

42 W.L. GOODMAN, The history of wood working tools, Londres, G. Bell and sons, 1964, p. 127-134 et suivantes fig. 137, 138, 139 ; R. BECHMANN, op. cit., p. 90-92, 209 ; P. FELLER, op. cit. p. 86 ; M. NOEL, op. cit. fig. 21.

43 Chroniques et conquestes de Charlemaine publiées par R. GUIETTE, Bruxelles, 2 volumes, 1940-1943, p. 202-208, une partie des barons de Charlemagne préfèrent l’abandonner car : « de telz besongnes ne se sauraoient entremettre, car ce n’estoit point leur mestier et que leurs ancesseurs ne s’en estoient iamais meslez » « vous voulez tenir voz hommes trop vilz ». Revenus à de meilleurs sentiments, ils se mettent à « ...abatre bois... tailler et ordonner mairriens » à la perfection !

44 M. NOEL, op. cit. p. 155.

45 La construction du pont se fait sous menace des Sarrasins, qui font construire une bastille pour empêcher le passage.

46 Compilées entre 1448 et 1468 par Jean Wauquelin à l’intention de Philippe le Bon, elles sont illustrées par les plus grands enlumineurs de son temps, Guillaume Vrelant, Loyset Liedet, Rogier van der Weyden ; C. PANTENS, Manuscrits à peintures, 1460-1486, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1989, n° 48, p. 127-128.

47 Bruxelles, B.R., Ms. 9243, fol. 175, Chroniques de Hainaut dans Histoire de Hainaut. éd. FORTIA D’URBAN, Paris, 1826-1838, tome VIII, p. 189-191.

48 Chantilly, Musée Condé, ms. 71, 1455 ; J. FOUQUET, Les Heures d’Etienne Chevalier, préface de C. Sterling, introduction et légendes de C. Schaefer, Paris, Draeger, 1971 ; F. AVRIL et N. REYNAUD, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, Bibliothèque nationale, Flammarion, 1993, n° 68, p. 133 à 136 et F. VERGNE, La Bibliothèque du prince, Château de Chantilly, Les manuscrits, Paris, Editerra, 1995, p. 342.

49 Paris, B.N., lat. 4915, fol.46 verso, 1447 et 1455 ; F. AVRIL et N. REYNAUD, op. cit., n° 54, p. 112-113.

50 A droite Salomon, la reine d’Egypte et quelques unes de ses mille femmes. Il ne respecte pas P interdiction de contracter des alliances avec les païennes et se laisse entraîner par elles dans le polythéisme. Le registre supérieur montre à gauche une bataille où David s’illustre pour rappeler que Dieu lui refuse la construction du Temple parce qu’il a versé trop de sang, à droite l’onction.

51 Bruxelles, B.R., ms. 10958, fol. 7, Flandre, 1449 ; F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, éd. par. C. PANTENS, Bruxelles, B.R, 1989, t. III, Ire partie, n° 309, p. 256-264. L’image illustre les trois derniers vers du quatrain : « Et au conte humblement requist / Dabiter en ung hermitage / Et fist faire le carpentage. »

52 Bruxelles, B.R. ms. 9243, fol. 106 verso, Chroniques, op. cit. éd. F. D’URBAN, Paris, 1826-1838, tome VII, p. 113-117 et C. RAYNAUD, « Miracles, prodiges et merveilles dans les Chroniques de Hainaut » Miracles, prodiges, merveilles. Actes du XXVe congrès de la SHMES, Paris, Publication de la Sorbonne, 1995, p. 271-291.

53 Bruxelles, B.R. 9287-88, fol. 106, Flandre, 1461 ; F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, éd. par. C. PANTENS, Bruxelles, B.R, 1989, t III, 2ème partie, n° 265, p. 429-430.

54 Le passage est bref. La Sale, éd. dans. F. DESONAY, Antoine de la Sale, Oeuvres complètes, t. 2, Liège-Paris, 1941, Bibl. de la Fac. de Lettres Univ. de Liège, 92, p. 240-241. Le préfet est tué peu après sur le lieu même du sacrilège.

55 Bruxelles, B.R., ms 9242, loi. 270 verso ; Chroniques, op. cit. éd. F. D’URBAN, Paris, 1826-1838, tome III, p. 461-463.

56 Seules exceptions, la mention explicite de l’inverse dans le texte et la négligence.

57 Un des feuillets du ms. 90-93, Les Quatre états de la société, Paris, Ecole nationale des Beaux arts, 1505-1510 ; N. REYNAUD et F. AVRIL, op. cit., n° 166, p. 302-303 et C. SINGER, op. cit., fig. 356.

58 C. SINGER, E.J. HOLMYARD, A.R. HALL et T.I. WILLIAMS, A history of technology, Oxford, Clarendon Press, 1984, vol. II, p. 383-395, fig. 356 ; W.L. GOODMAN, op. cit. p. 57-63, fig. 66.

59 Il pourrait faire contraste avec la technique de filage utilisée, mais elle est associée à une production de qualité.

Notes de fin

* Seule sont reproduites ici les illustrations marquées d’un astérisque.

Table des illustrations

Légende Illustration n° 1 (Fig. 8) Bruxelles, B.R., ms. 9068, fol. 203© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Illustration n° 2 (Fig. 11) Paris, B.N., ms. lat. 4915, fol. 46 verso.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Illustration n° 3 (Fig. 12) Bruxelles, B.R., ms. 10958, fol. 7.© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Illustration n° 4 (Fig. 13) Bruxelles, B.R., ms. 9243, fol. 175© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Illustration n° 5 (Fig. 14) Bruxelles, B.R., ms. 9287-88, fol. 106© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Illustration n° 6 (Fig.15) Bruxelles, B.R., ms. 9242, fol. 270 verso© Bibliothèque Royale Albert 1er, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3530/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteur

Université Paul Valéry (Montpellier III)

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540