Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Des gestes à la danse : l'exemple de la "Morisque" à la fin du Moyen-Âge

Danielle Quéruel

Texte intégral

  • 1 Une des sources iconographiques les plus riches correspond aux illustrations des caroles dans le v (...)

1Au cœur d'un colloque consacré aux gestes une réflexion sur la danse médiévale devait trouver sa place. Or nous sommes aujourd'hui encore très ignorants des pas et des figures qui composaient les danses médiévales. L'absence de documents et de témoignages aussi bien iconographiques que littéraires nous empêche malheureusement d'imaginer de façon précise la gestuelle qui caractérisait ces danses anciennes. Quelques textes, romans ou jeux théâtraux, y font parfois alluison, mais les renseignements qui nous sont alors fournis restent partiels et sont souvent peu concrets ; quelques mentions sont faites aux "caroles" ou aux "tresches" dans certains textes courtois comme le Roman de Guillaume de Dôle, le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, le Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil ou dans des romans arthuriens comme Lancelot ou Méraugis. Elles nous laissent l'image de danses en rond ou en farandoles, plus souvent collectives que dansées deux à deux, reposant sur des figures apparemment assez simples et élégantes au point que ces danses devinrent le symbole de la fête courtoise. Quelques miniatures aussi en donnent une image, mais souvent de façon figée1. Or à la fin du Moyen Age se répand la mode d'une nouvelle danse, rapide, rythmée, reposant sur des gestes plus brusques et plus désordonnés que ceux des caroles courtoises des siècles précédents. Il s'agit de la morisque, en l'honneur dans toutes les cours, des Pyrénées à l'Anjou et à la Bourgogne à partir de la fin du xive siècle, qui se répand ensuite dans d'autres pays en particulier en Italie.

  • 2 Sur les origines de cette danse voir aussi Alessandro Pontremoli et Patrizia La Rocca, Il ballare (...)

2Les dictionnaires définissent la morisque comme une danse qui aurait d'abord simulé un combat entre Chrétiens et Sarrasins, d'où son nom2, et la présentent comme une danse guerrière qui aurait opposé à l'origine des danseurs représentant deux mondes opposés, deux univers comme l'Orient et l'Occident. Or les témoignages que la littérature et l'iconographie occidentales nous apportent sont plus nuancés et permettent de voir dans les premières formes de la morisque une danse où deux composantes s'affirment : l'une courtoise, célébrant l'amour et prenant en quelque sorte le relais de la carole aristocratique, l'autre guerrière, plus proche des pyrrhiques antiques.

  • 3 Charles d'Orléans, Poésies, éd. Pierre Champion, Paris, H. Champion, Rondeau 260, pp. 439-440.

3Lorsqu'elle est citée par les auteurs du xive et du xve siècle, la morisque apparaît d'abord comme une danse de séduction, faite pour dire combien la beauté d'une dame pouvait être l'enjeu de toute une stratégie amoureuse. Un des rondeaux de Charles d'Orléans3, nous entraîne ainsi grâce à son refrain dans une danse qui invite à l'amour :

"Qui est celluy qui d'amer se tendroit.
Quant Beaulté fait de morisque l'entree,
De Plaisance si richement paree
Qu'a l'amender jamais nul ne vendroit ?

Cueur demy mort, les yeulx en ouvreroit,
Disant : "C'est cy raige desesperee.
Qui est celluy qui d'amer se tendroit,
Quant Beaulté fait de morisque l'entree ?"

Lors quant Raison enseigner le vendroit.
Il lui diroit : "A ! vielle rassottee,
Lessés m'en paix, vous troublez ma pensee,
Pour riens en ce nulluy ne vous croiroit.
Qui est cellui qui d'amer se tendroit ?"

4Au coeur de la danse évolue le personnage de Beauté qui semble n'apparaître que pour troubler et séduire celui qui la regarde et qui est prêt à succomber à ses charmes. Ce rondeau sous couvert de l'allégorie présente autour de la dame deux personnages : l'Amant, joliment surnommé "Coeur demy-mort", et Raison qui cherche à l'empêcher d'aimer. La dame, tantôt convoitée, tantôt repoussée, est donc au centre de cette danse.

  • 4 De façon plus générale tout au long du xve siècle le terme de "morisque" accompagne ou parfois mêm (...)
  • 5 Par exemple dans la Passion de Jean Michel (éd. Omer Jodogne, didascalie indiquée au vers 7426) : (...)
  • 6 Cf. la miniature contenue dans Jean du Vignay, Oeuvres poétiques (xve s.), Lille B.M., ms. 342, fo (...)

5Ainsi la morisque prend-elle la place de la carole4 non seulement dès qu'il s'agit d'évoquer le plaisir de la fête et de la danse, mais aussi pour suggérer le jeu courtois qui régit les relations amoureuses. L'originalité de la morisque tient alors à la part de mime et de théâtralité qu'elle suppose : les gestes de la danse se confondent avec les gestes de la conquête amoureuse. Sans doute est-ce pour cette raison que des morisques se trouvent souvent insérées au coeur de jeux théâtraux, passions ou mystères du xve siècle. Cela devient une habitude lorsqu'il s'agit d'évoquer la danse de Salomé devant Hérode5 ; par exemple dans le texte de Jean Michel ou dans la Passion de Semur où Salomé est devenue Esglantine, "la belle au cler vis" (v. 3993), prête à "danser mignotement" devant Hérode et ses convives. Doit-on en conclure que la morisque n'est dansée que par une dame seule devant un public qui la regarde et se contente d'admirer sa grâce ? Apparemment dans ces textes, c'est en effet une danseuse seule qui se livre à cette gestuelle. Dans d'autres cas au contraire la dame semble immobile et se contente de montrer sa beauté, l'accentuant seulement par un déhanchement ou par un geste du bras. Ce sont alors des danseurs qui virevoltent autour d'elle et multiplient es figures afin d'attirer son attention. Les quelques documents iconographiques que nous possédons laissent le plus souvent deviner que la dame tient dans ses mains un objet, couronne ou anneau6, parfois une rose, destiné à être remis à celui qui a su faire sa conquête ou qui a été choisi par elle.

  • 7 Cette pièce a été éditée avec soin par Giuseppe Di Stefano dans Le Moyen Français, n°8-9, 1981, pp (...)

6C'est la même dialectique qui apparaît dans une pièce poétique du Jardin de Plaisance datée de 15017 qui curieusement est à la fois un divertissement dansé et une pièce de théâtre dont le sujet devait être la conquête d'une dame :

Au milieu de nostre souper
Vismes venir une morisque
Laquelle sans rien descamper
Se monstra gorgias et frisque.
C'estoit une chose auctentique
De voir leur gracieux deduyt
Et en moult belle rethorique
Alloient disant ce que s'ensuyt.

  • 8 Il s'agit ici d'expressions imagées empruntées au vocabulaire juridique de l'époque qui signifient (...)

7Les répliques alors s'enchaînent. La femme nommée Grâce répond successivement à ses prétendants qui sont appelés respectivement Amoureux Languissant, Espoir de Parvenir, Tout Habandonné et Sot Penser (le fou) tandis que Envieuse Jalousie les critique. Les amoureux s'unissent pour chasser Jalousie et reçoivent chacun une rose en cadeau de Grâce (le fou quant à lui reçoit des pois pour faire une soupe !). Des indications concernant les mouvements des personnages sont suggérés dans les répliques. Il semble qu'ils dansent l'un après l'autre autour de la dame, un premier s'avançant tandis qu'un autre recule. "Qui est celluy qui en ce point dansant vient icy ?" dit Grâce. Jalousie intervient alors : "Arrière ! Arrière. Faictes un vidimus" (v.35). "Foris ! n'y venez plus !" (v. 38)8. Ou bien alors que Grâce semble encourager l'un des danseurs, Tout Habandonné, Jalousie le chasse en craint "Visés ! Vidés ! Quel parlemnt !/ Icy n'avez a faire en rien !" (vv. 54-55)

  • 9 Il convient à ce propos de citer la passionnante étude de Jelle Koopmans de l'Université d'Amsterd (...)

8Le document est tout à fait passionnant bien que tardif et apporte la preuve que la morisque est encore conçue à cette époque comme une danse de séduction. Le contexte est toujours courtois, le langage allégorique9 reste de mise et bien qu'il s'agisse d'un document du début du xvie siècle ce divertissement n'est pas sans rappeler la tradition des Arts d'Aimer et du Roman de la Rose. Ce roman dont l'importance a nourri tout le Moyen Age n'était-il pas une sorte de ballet dans lequel le héros fait tantôt un pas en avant, tantôt un pas en arrière en direction du bouton de rose qu'il veut séduire ?

9De tous ces documents il semble qu'on puisse retirer quelques certitudes sur les gestes qui caractérisent la morisque. Il faut dans tous les cas que les danseurs exécutent leurs pas séparément sans se donner la main. Chacun exécute une gestuelle différente de celle de son voisin et tente pour son compte de séduire la dame, d'attirer son attention par une chorégraphie personnelle. La présence de musiciens jouant du tabor, c'est-à-dire à la fois une flûte et un tambourin, est habituelle et les documents iconographiques que nous avons signalés plus haut laissent voir que les danseurs se livrent à des sauts et à des gesticulations de tout le corps.

  • 10 Le Roman de Jean d'Avesnes, Paris, B.N., ms. 12572, fol. 119.

10A la mode au xve siècle la morisque semble avoir été appréciée tout particulièrement dans le duché de Bourgogne et les peintres qui ont alors décoré les manuscrits copiés pour les seigneurs de cette cour se sont à plusieurs reprises servis de cette danse pour évoquer les fêtes et les divertissements. Deux documents particulièrement séduisants permettent de réfléchir sur les caractéristiques de la morisque. Le premier se trouve dans un manuscrit réalisé dans le Nord de la France vers 1468 ; il s'agit d'un roman d'amour et de chevalerie, celui de Jean d'Avesnes.10 Au moment d'évoquer le mariage du héros l'auteur dit seulement qu'il y eut danses et esbatemens. Le peintre qui a illustré ce manuscrit de charmantes scènes aquarellées a dessiné alors trois jeunes seigneurs exécutant une danse devant une dame immobile qui les contemple. La gestuelle est bien visible. Ils sautent d'un pied sur l'autre en tendant ou en pliant alternativement une jambe, puis l'autre, accompagnant leurs sauts de mouvements de bras dissymétriques, un bras plié tandis que l'autre est tendu. Dans l'ouverture d'une porte on aperçoit un musicien qui joue du tabor. Il s'agit bien là d'une morisque. Une autre représentation de cette danse, plus précise encore, se trouve sans aucun doute dans un manuscrit racontant le roman d'Apollonius de Tyr (ms. B.R. de Bruxelles, ms. 9632-33), copié dans le même atelier que le précédent et fait pour le même seigneur bibliophile, Jean de Wavrin. Là encore le texte est discre, mais le dessin développe la scènet. Alors que les héros, séparés par de longues épreuves, se retrouvent enfin, et se marient, une fête est donnée en leur honneur. Il y a danses et esbatemens à cette occasion. Le peintre a choisi de représenter une morisque exécutée devant un public de seigneurs et de dames. C'est une danse de séduction sans aucun doute puisque nous voyons des jeunes gens se livrer à des figures autour d'une dame qui est au centre de la scène. Celle-ci porte une tenue qui suggère l'Orient : pieds nus, jambes recouvertes d'un pantalon bouffant reserré aux chevilles, robe fendue sur le côté et finissant en traîne, voile autour des épaules, collerette largement déployée autour de sa tête, faite de plumes ou de franges. Coiffée d'une sorte de turban, la dame semble immobile, se contentant de retenir son voile avec une main. Autour d'elle trois jeunes danseurs se livrent à des figures savantes sans doute pour lui plaire et attirer son attention ; deux se tiennent par une main, l'un est accroupi et tient en équilibre derrière son dos un plat rempli de liquide rouge (est-ce du vin ou du sang ?), l'autre fléchit les genoux. Un troisième danseur, portant un long sabre au côté, coiffé lui aussi d'un turban, apparaît derrière la dame : il fait des gestes avec ses mains ouvertes et tendues vers elle. Il porte une sorte de pagne ou jupe de chanvre autour de la taille. De chaque côté de la scène sont dessinés deux personnages étranges, dansant également, mais de façon plus fantasque : un fou dont on distingue très bien le bonnet et la marotte (il fait mine de la chevaucher de façon grossière) et un homme sauvage de grande taille (peut-être un géant ?) avec une barbe, une chevelure épaisse et un masque sur le visage. La scène est gaie, dessinée avec brio. Les musiciens ne sont pas visibles, mais tous les danseurs portent des sonnettes à la taille et aux genoux. Il y a là une représentation complète de morisque dont les exécutants semblent être des danseurs professionnels qui se livrent à des contorsions savantes, voire acrobatiques pour séduire la dame.

11Un autre document bourguignon daté de 1460 montre une danse similaire. Il s'agit d'une gravure d'Israël Van Meckenem souvent reproduite et plus connue que les deux aquarelles que nous venons d'évoquer. La dame dans une attitude quelque peu provocante relève sa robe d'une main et tient dans l'autre un anneau sans doute destiné à récompenser celui qu'elle choisira. On reconnaît un joueur de "tabor". Quant aux danseurs ils se livrent comme dans les dessins précédemment décrits à des gestes désordonnés : mouvements de pieds et de jambes qui correspondent à des sauts bien marqués. Les danseurs lancent une jambe en avant et prennent appui sur l'autre. Un des danseurs est chaussé de bottes, le poing droit posé sur la hanche, l'autre bras tendu, main ouverte ; un autre portant un costume chamarré, coiffé d'une couronne et d'un voile s'élance vers la dame ; un troisième fait une fente de jambes impressionnante et se contorsionne, torse et tête rejetés en arrière, tout en jouant avec son épée. Enfin un fou tournant le dos à la dame, lèche sa marotte.

  • 11 En 1426 on peut lire : "Hue de Boulogne. 51 pieces de taffetas rayé de plusieurs couleurs pour fai (...)

12La morisque est donc avant tout un spectacle. Qui danse donc ces morisques ? sans doute des danseurs professionnels le plus souvent. Il est difficile d'imaginer que les seigneurs et les damse pouvaient se livrer à de telles contorsions et à des gestes aussi complexes. Nous savons d'ailleurs que des danseurs de morisque tout comme les fous, les nains et les géants étaient rétribués pour leur présence à la cour et leur participation à ces divertissements. Les livres de comptes le confirment. Par exemple dès 1427 on trouve dans les comptes de Bourgogne un règlement versé A Estevenin Parisis, danseur de la morisque pour lui aider a vivre. En 1436 sont cités Pierre de Miguel, Nicaise de Cambrai et quatre autres leurs compaignons quant ils ont nagueres joué jeux de personnaiges et dancé dances de morisques (...) a Bruxelles. Ces comptes signalent surtout les dépenses engagées pour les costumes11 de morisque souvent colorés, brillants, voire exentriques, soulignés de franges qui suivent les mouvements et garnis de clochettes ou de sonnettes faites pour retentir et rythmer chaque saut. Une mention particulièrement développée donne sur ce point des renseignements concrets et passionnants :

  • 12 Ed. Comte de Laborde, Archives de Lille, année 1427-28, pp. 252-253.

"A Hue de Boulogne, varlet de chambre et paintre de Mds, pour, par l'ordonnance d'icellui S, avoir fait de son mestier VII habis de drap de soye de pluiseurs coulleurs et d'estrange fachon, propices a danser la morisque et iceulz enrichiz d'ouvrage de peaulx de Brésil d'or et d'argent, de lettres sarasinoises et de tourbettes faictes a manière de drap d'or, et avec ce, fait toutes les bordures et manches et lez enrichiz d'or clinquant de trois doubles dehachees a manière de franges d'or et d'autres ouvrages non samblables l'un a l'autre, et avec chascun habit une coqueluche de semblable soye et de pareille façon et estoffes, estoffées les unes de elles de serpens et unglong col a manière d'une beste tout chargiee de fremaillcs et d'or tramblant, le plus dru que faire se peut, et les autres d'autres devises, ensamble avec chascun d'iceulx habis, une paire de chausses de toille, ou sont faictes testes de serpent de bature d'or parcy, qui mordent de desus jusques aux genoulx dont saillent gouttes comme de sang et autres devises et fait a chascun une barbe et chevelure estranges, sollers et sonnettes pour, a tous iceulx habiz, danser la morisque ; pour chascun desquelz lui a esté tauxé, tant pour estoffes de son mestier comme pour la façon .VII. de .XL. gros dicte monnoye, valent comme appert par quittance dudit Hue…12.

  • 13 Sur tous ces points nous renvoyons à l'étude de Catherine Ingrassa, "La moresque, danse du xve siè (...)
  • 14 Cf. Jelle Koopmans, op. cit., p. 292.

13Il semble qu'au fur et à mesure que les années passent et que la mode de la morisque se soit répandue dans toutes les cours occidentales, cette danse soit devenue de plus en plus proche des mascarades et des divertissements masqués. La mention de "faux visages" en est la preuve de même que la présence presque systématique des personnages du fou ou de l'homme sauvage. Ainsi des peaux de loups sont payées à la cour de Sicile pour des costumes de danseurs ; les fous de morisque sont souvent mentionnés eux aussi13. Avec ces personnages symbolisant la déraison ou la sauvagerie la danse se charge de gestes bouffons et provocateurs. Il n'est pas étonnant dès lors que ce soit à Carême-Prenant ou au moment où les forces du Carnaval se déchaînent que les morisques soient dansées14.

  • 15 Au célèbre Bal des Ardents en 1398 les seigneurs s'étaient déguisés en loups et en singes.

14Cependant il faut sans aucun doute faire la différence entre les danses masquées ou "mommeries" exécutées par ces professionnels, amuseurs ou acrobates, et celles auxquelles les grands seigneurs participaient eux-mêmes. C'est là un point difficile à trancher. Jean Lefèvre de Saint Rémy raconte que, aux noces du Comte de Genève, fils aîné du comte de Savoie et d'Anne, fille du roi de Chypre, à Chambéry en 1433, trente à quarante seigneurs, dames et demoiselles dansèrent une morisque deux à deux. Tous étaient vêtus de robes aux longues manches, de couleur blanche rehaussée "d'or clinquant", serrées à la taille par de grosses ceintures pleines de clochettes. Le costume ici reste élégant et aristocratique15 malgré les clochettes. Malheureusement ce texte ne dit rien sur les figures et les gestes exécutés par les danseurs, mais d'autres témoignages prouvent que les seigneurs ne dédaignaient pas de participer à cette danse.

  • 16 Baldassar Castiglione, Le Livre du Courtisan, présenté et traduit de l'italien d'après la version (...)

15Au siècle suivant Castiglione16 reprend cette délicate question dans Le livre du Courtisan ; il démontre que le courtisan même s'il est agile ne doit pas chercher à rivaliser avec des danseurs professionnels. A plusieurs reprises la danse est au centre de la réflexion de Castiglione. La grâce nécessaire au danseur doit être compatible avec la bienséance. La morisque qui suppose une certaine exubérance est selon lui peu convenable pour les seigneurs et doit être laissée aux professionnels :

  • 17 Barletta était un musicien et danseur professionnel particulièrement apprécié et cité par Castigli (...)
  • 18 Le livre du Courtisan, op. cit., chap. XI, livre deuxième, p. 120.

Il y a quelques exercices qui peuvent se faire en public et en privé comme la danse et je pense que le Courtisan doit avoir égard à cela, parce qu'en dansant en présence de beaucoup de gens et dans un lieu plein de monde, il me semble qu'il lui convient de garder une certaine dignité tempérée néanmoins d'une élégante et aérienne douceur des mouvements. Et même s'il se sent très léger et qu'il respecte bien le temps et la mesure il ne doit pas entrer dans ces prestresses de pieds et ces battements redoublés qui sont très bien venus chez notre Barletta17 mais qui seraient d'aventure peu convenables à un gentilhomme ; cependant, en privé dans une chambre, comme nous nous trouvons maintenant, je pense que cela lui est permis, ainsi que de danser les mauresques et les branles ; mais il ne doit pas le faire en public, à moins d'être travesti. Car de cette manière, bien qu'il fasse en sorte que chacun le reconnaisse, il ne fâche personne... "18

  • 19 L'orchésographie de Thoinot Arbeau, Slatkine Reprints, éd. par Laure Fonter, Genève, 1970, pp. 94 (...)

16Il faut attendre le xvie siècle pour avoir une description des mouvements qui caractérisaient cette danse. Un traité très détaillé des danses en usage à cette époque se trouve dans L'Orchésographie de Thoinot Arbeau19 qui explique précisément les pas compliqués que doivent effectuer les danseurs de morisques. Bien que cette page ait été souvent citée, nous nous permettons de la rappeler ici :

"Le danseur de morisques tient le bout des orteils toujours ferme cependant qu'il frappe des talons pour faire résonner ses sonnettes et les frappe talons sans dire a droit ni a gaulche, équipolent a pieds joincts.(... ) Il faut bien qu'il marche tousjours avant, jusques au bout de la salle : et pour ce faire, notterez qu'aprez le frappe talons qui équipole a pieds joincts et cadance, avant le frappe talon droit, le danceur avance légèrement ses deux pieds et en mesme instant fait le dit frappe talon droit : car si vous considérez bien, aprez les pieds joincts, le frappe talon droit suyt. Notterez aussi que cet air de morisques se découpe par crochues et a chascune icelles fault des frappe talons comme dessus."

  • 20 Agathe Lafortune-Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle, Paris, Vrin, 1984 et Danielle Quér (...)
  • 21 A la date du 7 juin 1467 on trouve dans les comptes de Bourgogne la trace d'un paiement effectué à (...)
  • 22 Il s'agit ici d'une polyphonie à quatre voix.
  • 23 Le fait qu'il s'agisse ici d'un remariage du duc de Bourgogne permet de penser que ces divertissem (...)

17Ces danses, aux pas si rythmés et si vigoureux, semblent appréciées de plus en plus dans les cours et se répandent dans les mariages. L'exubérance qui les caractérise satisfait le goût du spectacle et le désir d'être surpris. L'exemple le plus extraordinaire nous est sans doute donné par le mariage de Charles le Téméraire avec Marguerite d'York en 1468 à Bruges. A cette occasion furent organisées des fêtes splendides, conçues et mises en scène pour glorifier la puissance du nouveau prince ; les entremets extravagants et les décors de table qui furent présentés ont souvent été étudiés20, mais les commentateurs ont laissé de côté deux danses qui firent partie du spectacle et furent sans aucun doute parmi les divertissements les plus extraordinaires. Le chroniqueur bourguignon. Olivier de La Marche, raconte que, lors du troisième banquet, le mardi, tandis que les tables se couvrent de pâtés et de bannières est édifiée au centre de la salle une tour sur le modèle de celle de Gorcum en Hollande afin de commémorer la victoire du duc dans cette ville. Au sommet de la tour un guetteur sonne du cornet et jaillissent par les fenêtres à tour de rôle des animaux-musiciens21 qui jouent de la trompette, de la flûte, du chalumeau ou de la saqueboute et chantent à plusieurs voix22. Sangliers, chèvres, loups, ânes, tous miment de façon désordonnée les mouvements d'une armée dans une mascarade bruyante23. Le divertissement s'achève par une danse exécutée sur un mode parodique par des acteurs déguises en singes, pantomine tout autant que danse désignée ici du terme de "morisque" :

  • 24 Mémoires d'Olivier de La Marche, éd. H. Beaune et J. d'Arbaumont, t. III, Paris, 1883, pp. 153-154

Pour le cinquiesme et derrenier entremectz venant de la tour sonna ung cornet, comme il avoit accoustumé a chascune fois, et la guette recommença son propos et manda une morisque pour resjouyr la compaignie ; et maintenant, par ung huys venant sur poterne a manière d'une gallerie allant autour de la tour, partit ung cinge dehors, qui tint manière de soy esbahir de la compaignie ; et tantost apres ung aultre, et jusqu'au nombre de sept, dont il y avoit une cingesse. Lesdits cinges estoient moult bien faietz aupres du vif et y avoit dedans l'abillement de tres bons corps et qui faisoient de bons et nouveaulx tours ; et n'eurent gueres marché iceulx cinges par celle gallerie que ilz trouvèrent ung marcier endormi auprès de sa marcerie ; et en tenent contenance de cinges, le premier print ung tabourin et ung flajol et commença a jouer, l'aultre print un mirouer, l'aultre un pigne ;et pour conclusion ilz laissèrent au marcier petite part de sa marcerie ; et le cinge qui avoit le tabourin commença a jouer une morisque, et, en dansant celle morisque, firent le tour autour de la tour, et, après plusieurs habiletez de cinges, s'en retournèrent par ou ilz estoient venuz.24

18Tous les éléments caractérisant la morisque sont ici rassemblés : le tambourin et le flajolet dérobés au mercier, ainsi que le miroir et le peigne symbolisant la séduction et la beauté de la dame parodiée ici par la singesse.

19Le jour suivant ce divertissement une autre morisque fut proposée au invités du duc de Bourgogne. Là encore l'élément de mascarade et le recours au monde animal en sont la base. Un cortège étrange et baroque entra dans la salle du banquet : deux géants armés tiraient une énorme baleine de soixante pieds de long et plus haute que deux hommes à cheval. Ses yeux étaient faits de miroirs immenses et elle remuait ailes, corps et queue, traversant la salle au son des trompettes et des clairons. Une fois revenue devant la table de monseigneur le duc, la baleine ouvrit la gorge pour en laisser sortir les danseurs :

  • 25 Op. cit., p. 198.

Et tantost en saillit deux seraines, ayant pignes et mirouers a leurs mains, qui commencèrent une chanson estrange emmy la place ; et au son de celle chanson saillirent l'ung après l'aultre, en manière de morisque, jusqu'au nombre de douze chevaliers de mer, ayans en l'une des mains talloches et en l'aultre basions deffensables. Et tantost après commença un tabourin a jouer dedans le ventre de la balaine, et a tant cessèrent les seraines de chanter et commencèrent a danser avecques les chevaliers de mer ; mais entre eux se meust une amoureuse jalousie tellement que le débat et tournoy commença entre les chevalliers, qui dura assez longuement ; mais les geans, a tout leurs grans bastons les vindrent deppartir et les rechasserent dedans le ventre de la balaine et pareillement les seraines, et puis recloyt la balaine la gorge, et en la conduicte des deux geans reprint son chemin pour s'en retourner par ou elle estoit venue. Et certes ce fut un moult bel entremectz, car il y avoit dedans plus de quarante personnes.25

20Tout est réuni pour évoquer une morisque : danse de séduction de la part des chevaliers de mer autour des sirènes elles-mêmes parées de peignes et de miroirs qui leur permettent de souligner leur beauté. Les gestes de séduction se mêlent aux gestes de guerre puisque les chevaliers sont en armes dans cet entremets spectaculaire.

  • 26 Daniel Heartz, "Un divertissement de palais pour Charles Quint à Bincbe", dans Les Fêtes de la Ren (...)
  • 27 Catherine Ingrassa, op. cit., pp. 136-139.
  • 28 M. Mourgues, Les danses de Provence, symbolisme et technique des danses typiques de Provence, Mars (...)

21Au xvie siècle la morisque prend de plus en plus souvent cette forme guerrière, introduisant dans les figures des combats mimés. Par exemple à Binche en 1549 en présence de Charles-Quint est présentée un spectacle où les danseurs font mine d'enlever des dames. Ils dansent en entrechoquant leurs épées au rythme de la musique. Il s'agit en fait d'une variété de la danse que Thoinot Arbeau nomme aussi les Bouffons ou les Mattachins26 La moresca elle se répand en Italie et devient peu à peu un intermède entre les différents actes d'une pièce de théâtre ; le terme de moresca a alors tendance à devenir le terme générique pour toutes les danses mimées. Cette danse ne semble pas tomber en désuétude à cette époque comme le prétend Thoinot Arbeau qui écrit en 1581 que "a force de frapper du pied on attrapait la goutte" ! Elle survit, mais prend d'autres formes. Dans son étude Catherine Ingrassa27 rappelle et explique comment on danse encore en Angleterre les "morris-dances", sorte de danses d'épée, où les danseurs sont accompagnés de deux personnages grotesques. Les pas sont essentiellement des frappes de pied au sol. On retrouve au cours des siècles ces danses à l'épée en Espagne, dans les Pyrénées, au Pays basque ainsi que dans plusieurs villages de Provence28 Ainsi on connaît encore aujourd'hui la mauresque d'Istres ou la "mouresco de Caillan", danse ambulatoire qui se fait de nuit. Le costume des danseurs rappelle celui des danseurs de morisque médiévale : grelots aux poignets et aux genoux, figure mâchurée de suie. Les pas sont composés de "frappements du talon droit, puis du talon gauche".

  • 29 Pierre Michault, Oeuvres poétiques, éd. B. Folkart, Paris, 1980 (10/18).

22La morisque qui fut si prisée dans les cours à la fin du Moyen Age est de tous les temps. Elle vient d'un monde où les forces les plus débridées, les plus refoulées sans doute également, doivent s'exprimer. Beaucoup plus que simple spectacle elle traduit comme toutes les danses, à cause de sa gestuelle désordonnée, une vision allégorique de la vie. N'est-ce pas d'ailleurs à la danse que Pierre Michault29 dans son superbe poème de La Danse aux Aveugles invite tous les vivants ? La danse est menée par Cupido, Fortune et Atropos et le jeune Amant qui pénètre dans la seconde partie de la salle de bal voit que l'on y danse la morisque. Le poète lui explique pourquoi les danseurs y dansent chacun pour soi :

23Je te vuel monstrer la danse du second parquet ou tu verras diverse morisque, car chascun y danse différemment

Or dance, amant, dance !
Tu as qui t'avance.
Il te faut suyr
Mais a l'aultre dance
Le poix de balance
Ne pourras fuyr...

24Danse de la vie ou danse de la mort, la morisque traduit le destin des hommes. En entendant ces vers, ne peut-on pas penser à d'autres danses désarticulées, grotesques, effrayantes qui courent au xve siècle sur les murs des églises et des charniers ? N'est-ce pas enfin à la gestuelle des morisques que font penser les danses macabres où la mort en dansant, sautant et en grimaçant vient saisir les vivants dans une dernière étreinte ?

Fig. 1 : Israël Van Meckenem gravure 1460 Paris, cabinet des Estampes

Fig. 2 : Le roman de Jean d'Avesnes Paris B.N 12572. fol. 119

Fig. 3 : Le Roman d'Apollonius de Tyr, Bruxelles, B.R. 9632-9633, fol. 168.
© Bibliothèque Royale Albert 1er Bruxelles

Notes

1 Une des sources iconographiques les plus riches correspond aux illustrations des caroles dans le verger de Déduit dans le Roman de la Rose.

2 Sur les origines de cette danse voir aussi Alessandro Pontremoli et Patrizia La Rocca, Il ballare Lombardo (Teoria eprassi coreutica nella festa di corte del xv secolo), Vita e Pensiero, pp. 219-220.

3 Charles d'Orléans, Poésies, éd. Pierre Champion, Paris, H. Champion, Rondeau 260, pp. 439-440.

4 De façon plus générale tout au long du xve siècle le terme de "morisque" accompagne ou parfois même remplace celui de danse pour dire que l'on se livre à un divertissement mondain. Par exemple dans le Roman de Jehan de Saintré, les fêtes qui se déroulent à la cour d'Aragon sont décrites ainsi : "La furent de bons vins et viandes, de mez et d'entremez et de morisques de plusieurs façons moult joieusement festoiez" (op. cit., éd. Knudson, Paris, Champion, p. 133, 27).

5 Par exemple dans la Passion de Jean Michel (éd. Omer Jodogne, didascalie indiquée au vers 7426) : "Icy commence a dancer et sonne le tabourin une entrée de morisque, puis cesse un petit et la fille dance tousjours ce pendant que les seigneurs parlent."

6 Cf. la miniature contenue dans Jean du Vignay, Oeuvres poétiques (xve s.), Lille B.M., ms. 342, fol. 18. La dame tient une couronne. Devant elle une farandole exécutée par de hommes et des femmes fait penser à une "salterelle" bien qu'un musicien joue du "tabor" comme dans la morisque. Cf. aussi une scène représentée dans les marges d'un Livre d'Heures de la seconde moitié du xve siècle (New York, The Pierpont Morgan Library, ms. M157, fol. 119v) : on peut y voir une dame élégamment parée, tenant un anneau dans sa main et semblant le montrer à des danseurs accoutrés de costumes fantaisistes qui dansent autour d'elle une morisque.
Ces documents ont été reproduits dans La pratique musicale au Moyen Age, Edmund Bowles, éd. Minkoff et Lattès, 1983.

7 Cette pièce a été éditée avec soin par Giuseppe Di Stefano dans Le Moyen Français, n°8-9, 1981, pp. 264-290 et mériterait une analyse littéraire approfondie. Son éditeur indique que nous avons là, à sa connaissance, "la seule et unique morisque française dont le texte nous soit parvenu" (op. cit., p. 264).

8 Il s'agit ici d'expressions imagées empruntées au vocabulaire juridique de l'époque qui signifient "Décampez !".

9 Il convient à ce propos de citer la passionnante étude de Jelle Koopmans de l'Université d'Amsterdam que nous ne connaissions pas au moment où cette communication a été prononcée et que nous avons lue avec profit : "L'amour qui lie et la vanité du monde : danse, théâtre et iconographie", dans Festgabe für Anthonius H. Touber zum 65. Geburtstag, Bad 43-44 - 1995, Amsterdam-Atlanta, GA 1995, pp. 285-295.

10 Le Roman de Jean d'Avesnes, Paris, B.N., ms. 12572, fol. 119.

11 En 1426 on peut lire : "Hue de Boulogne. 51 pieces de taffetas rayé de plusieurs couleurs pour faire 51 robes pour danser la morisque."

12 Ed. Comte de Laborde, Archives de Lille, année 1427-28, pp. 252-253.

13 Sur tous ces points nous renvoyons à l'étude de Catherine Ingrassa, "La moresque, danse du xve siècle", dans Actes du 15e Congrès nat. soc. sav., 1990, Avignon, Théâtre au Moyen Age, pp. 131-143.

14 Cf. Jelle Koopmans, op. cit., p. 292.

15 Au célèbre Bal des Ardents en 1398 les seigneurs s'étaient déguisés en loups et en singes.

16 Baldassar Castiglione, Le Livre du Courtisan, présenté et traduit de l'italien d'après la version de Gabriel Chappuis en 1580, titre original Il Libro del Cortegiano paru en 1528, Paris, Gantier Flammarion, 1987-1991.

17 Barletta était un musicien et danseur professionnel particulièrement apprécié et cité par Castiglione : "Madame la Duchesse demanda à madame Margherita et à madame Costanza Fregoso de danser. Alors Barletta, un très plaisant musicien et un excellent danseur, et qui tenait toujours la cour en fête, commença à jouer de ses instruments, et les dames, s'étant prises par la main, après avoir dansé une basse danse se mirent à danser une "roergaze", avec une grâce extrême, et pour le plaisir rare de ceux qui les regardaient." (Le Livre du Courtisan, chap. LVI, p. 101)

18 Le livre du Courtisan, op. cit., chap. XI, livre deuxième, p. 120.

19 L'orchésographie de Thoinot Arbeau, Slatkine Reprints, éd. par Laure Fonter, Genève, 1970, pp. 94 et 95. Thoinot Arbeau est l'anagramme de Jehan Tabourot, chanoine de Langres et cet ouvrage a été publié en 1588.

20 Agathe Lafortune-Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle, Paris, Vrin, 1984 et Danielle Quéruel, "Olivier de La Marche et l'espace de l'artifice", dans Fêtes et cérémonies aux xiv-xve siècles, Centre européen d'études bourguignonnes (xive-xvie s.), n°34, 1994, pp. 55-70.

21 A la date du 7 juin 1467 on trouve dans les comptes de Bourgogne la trace d'un paiement effectué à "Jehan Hennecart, paintre et vallet de chambre de MDS le duc, pour fil et aiguilles a coudre testes de singes, de chèvres, de loups et de luiseur autres ouvrages moulez."

22 Il s'agit ici d'une polyphonie à quatre voix.

23 Le fait qu'il s'agisse ici d'un remariage du duc de Bourgogne permet de penser que ces divertissements pourraient être considérés comme des formes de charivari.

24 Mémoires d'Olivier de La Marche, éd. H. Beaune et J. d'Arbaumont, t. III, Paris, 1883, pp. 153-154.

25 Op. cit., p. 198.

26 Daniel Heartz, "Un divertissement de palais pour Charles Quint à Bincbe", dans Les Fêtes de la Renaissance, Vol. II Fêtes et cérmonies au temps de Charles Quint, CNRS, 1975, p. 337.

27 Catherine Ingrassa, op. cit., pp. 136-139.

28 M. Mourgues, Les danses de Provence, symbolisme et technique des danses typiques de Provence, Marseille, 1983.

29 Pierre Michault, Oeuvres poétiques, éd. B. Folkart, Paris, 1980 (10/18).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Israël Van Meckenem gravure 1460 Paris, cabinet des Estampes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 2 : Le roman de Jean d'Avesnes Paris B.N 12572. fol. 119
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 3 : Le Roman d'Apollonius de Tyr, Bruxelles, B.R. 9632-9633, fol. 168.© Bibliothèque Royale Albert 1er Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Université de Reims Champagne Ardenne

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540