Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Mimétisme et sémantisme des gestes dans l’Escoufle (vers 502-669)

Lydie Louison

Texte intégral

  • 1 Jean Renart, L’Escoufle, édition Franklin Sweetser, Genève, Droz, Textes Littéraires Français, n° (...)

1Premier roman de Jean Renaît, première des oeuvres du xiiie siècle dites « réalistes », l’Escoufle1 relate dans sa partie initiale les aventures de Richard, un comte vaillant qui part en pèlerinage à Jérusalem. Alors que notre chevalier s’approche de la ville sainte au terme d’un voyage éprouvant, le roi, venu en personne à sa rencontre, lui souhaite la bienvenue, l’accompagne jusqu’au Temple, assiste à la cérémonie et aux offrandes, puis l’escorte jusqu’à son logis. Cette scène attendue possède une densité gestuelle remarquable. Quelle est donc la fonction de la mention de ces innombrables gestes ? Leur omniprésence est-elle motivée par un souci aigu de vraisemblance, par une volonté ferme de créer un « effet de réel » ? Certes, le problème référentiel et stylistique de la mimésis s’impose dans cette étude, car si l’on observe de plus près ce passage, il s’avère que les gestes en sont l’essence, qu’ils déterminent un point fondamental de l’esthétique de Jean Renart. Mais il semblerait également qu’ils portent en eux la senefiance de ce texte, révélant le comte Richard dans toute sa complexité, un homme au faîte de sa gloire et pourtant imparfait, un homme représentatif de la condition humaine, un homme au coeur de la problématique éternelle de l’être et du paraître.

LES GESTES ET LE REALISME

Le foisonnement des gestes

2Le réalisme de l’extrait dépend étroitement des gestes qui y sont mentionnés, et surtout de leur abondance car transcrire gestes et actions dans une oeuvre littéraire permet de créer un univers conforme à la réalité, débordant de vie et de mouvements. Cette volonté de représenter fidèlement une tranche de vie apparaît nettement dans la narration de l’arrivée de Richard à Jérusalem, puisqu’environ 50 % des vers concernent les gestes au sens large (gestes et actions), tandis que presque 95 % des vers précisent les gestes, en mentionnant le sujet agissant, l’objet et les circonstances de l’accomplissement. Le texte est donc envahi par les mouvements, animé par cette profusion d’actions, d’autant plus que le narrateur refuse l’expression substantivée, plus abstraite et plus figée, des gestes et privilégie l’emploi des verbes d’action qui désignent 99 % des gestes. Jean Renaît renforce ainsi la dimension vivante de son texte. Il évite également de décrire le réel qui est particulièrement mouvant et préfère sans conteste le raconter en substituant à la description d’un état de fait la narration de sa cause, donc des gestes qui en sont l’origine. Ainsi le récit de la décoration des rues de Jérusalem (vers 537-548), mentionnant les gestes de la population modeste et ceux des personnages plus riches, permet-elle la description de la ville sainte :

  • 2 Nous soulignons.

« Ke ke li rois ala encontre
Les gens ont fait movoir encontre
Lor ostex la voie et la rue ;
Nis la petite gens menue,
Devant lor huis font herbe espandre,
Et li riche home ont fait portendre
Les maistres rues de samis,
De dras de soie, ovrés, treslis,
Dorees d’or riches et chieres ; »2
(L’Escoufle, vers 537-545)

  • 3 Voir également les vers 512, 535, 547, 562, 564, 569, 630, 658.
  • 4 Jean Renaît remplace un état des lieux statique par un passage à dominante narrative, la dimension (...)

3Par cette légère analepse, que révèlent surtout la subordonnée temporelle et l’emploi du passé composé après un passage au présent, le narrateur rappelle les efforts fournis pour l’embellissement de la ville, évoque des gestes rejetés dans le passé, qui constituent la toile de fond active du résultat fini. Ainsi la présence des gestes dans le texte pour évoquer leur conséquence3, trahit-il le désir de Jean Renart de subordonner le statique au mouvement, la description du décor à la narration des gestes ; ainsi maintient-il le dynamisme de son texte en en privilégiant la linéarité et en créant un arrière-plan animé. La description de l’hôtel du comte Richard révèle encore cette volonté d’écrire la vie et ses gestes puisqu’elle glisse rapidement vers le récit, toujours en analepse, de l’embellissement du logis4 :

  • 5 Nous soulignons.

« Jusc ’a son ostel le convoient
Qui ml’t fu biax et bien garnis.
Sor couches et sor dras de lis
Ont mis tapis et kieutes pointes
Qui ml’t erent beles et cointes ;
Par terre ont fres joins estendus. »5
(L’Escoufle, vers 652-657)

Choix des gestes et « effet de réel »6

  • 6 L’expression est empruntée à Roland Barthes, « L’effet de réel », dans Littérature et réalité, Par (...)
  • 7 Voir G. Genette, « Vraisemblance et motivation », dans Figures II, Paris, Seuil, 1969, pp. 71 à 99
  • 8 A ce sujet, voir Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Gallimard, 19 (...)

4Tous ces gestes évoqués dans le détail - la rencontre, la prière, l’offrande, la décoration des rues - servent le réalisme par leur quantité. Ils renforcent aussi le réalisme parce qu’ils sont conformes à un code des bienséances établi, donc implicitement motivés7. Protocolaires, ils font partie de la réception honorifique d’un grand personnage et du cérémonial de la croisade. La prière de Richard à Jérusalem était en effet attendue dans le contexte d’un pèlerinage. Notons à ce propos les précisions réalistes concernant la position de l’orant8 :

« Li cuens se couche enmi le cuer,
En crois, desor le pavement, »
(L’Escoufle, vers 566-67)

5De même, l’offrande est présentée comme un geste conventionnel par le narrateur qui en rappelle les différentes étapes :

  • 9 Nous soulignons.

« Ses camberlens va poroffrir
Et doner a ses compaignons
Offrande a tos, car c’est raisons.
Li quens offri au maistre autel :
Si compaignons fisent autel
Aprés lui, tot en une route. »9
(L’Escoufle, vers 620-25)

6L’évocation détaillée d’un référent familier au lecteur médiéval, l’offrande, constitue un « petit fait vrai ».

  • 10 L’Escoufle, vers 510-11 et 528-29.
  • 11 En effet, le roi est sujet des verbes d’action dont le comte reste l’objet, ce qui rend compte de (...)
  • 12 L’ekphrasis de la coupe de Tristan, développée dans les vers 580 à 616, a déjà été analysée à plus (...)

7La rencontre entre le comte de Montivilliers et le roi est également conforme aux convenances : le comte, d’un rang inférieur à celui du roi de Jérusalem, met le premier pied à terre, et ses hommes l’imitent. Le roi s’avance alors en direction du comte, descend de cheval ainsi que ses compagnons. C’est le souverain qui s’approche du comte pour le saluer. Ces conventions gestuelles ne sont pas sans signification, puisque la position spatiale des êtres marque constamment leur place dans la hiérarchie sociale et reflète parfaitement la réalité médiévale. Le roi est toujours le plus haut placé ; il descend de sa monture après Richard, il est le premier à remonter en selle10 ; ainsi reste-t-il supérieur au comte. S’il descend de cheval avant ses hommes, le parallélisme des attitudes marque surtout la soumission et l’obéissance des vassaux. Enfin, on peut noter que le rapprochement des deux hommes est à l’initiative du roi de Jérusalem qui reste toujours maître de la situation11. L’accumulation de ces gestes, de ces « notations insignifiantes » qui échappent à la structure sémiotique de l’oeuvre, qui ont pour unique fonction de dénoter le réel, ici des comportements conventionnels, provoquent un « effet de réel » indéniable. Toutefois, la description de la coupe - passage que l’on peut qualifier d’ekphrasis12 puisqu’il s’agit de la description d’une oeuvre d’art - pourrait bien remettre en cause le réalisme de cet épisode.

Le traitement réaliste de l’ekphrasis

  • 13 Le premier degré est la narration de Tristan et Yseut, le second degré, la représentation de la lé (...)
  • 14 L’Escoufle, vers 599, 601, 604,608.
  • 15 L’Escoufle, vers 582, 585, 592, 597, 605, 612, 614,616.
  • 16 Par exemple, vers 580, 586, 595, 599, 602, 605,609, 611-616.
  • 17 Vers 592.
  • 18 Vers 600.
  • 19 Par exemple, vers 597, 598.

8Comme la décoration de la coupe résume la légende de Tristan et Yseut, la description précise de cet objet signifie la narration au troisième degré d’une fiction13. Nous ne pouvons être plus loin du réel. Pourtant, cette ekphrasis est très réaliste car Jean Renart y révèle la nature de l’attitude. Alors même qu’il décrit la coupe, il interprète les attitudes ciselées, figées, et leur rend spontanément leur dimension gestuelle. La description révèle donc la nature oxymorique de l’attitude, dont la fixité exprime des mouvements, mouvements de l’âme ou mouvements du corps ; en effet, les altitudes des personnages gravés sur le « vaissel » représentent autant des réalités affectives, « il en ot pitié », « tant fort les aime », « n’est riens el mont qui tant li place », « or n’a mais talent qu’il le hace »14, que des actions, aporta, ala querre, prendoit, fu trové, mist, fu engigniés, deçut, ocist15. D’ailleurs la multitude de verbes d’action, conjugués le plus souvent aux temps de la narration (passé simple16, imparfait itératif17, passé composé18, passé antérieur19), et l’anaphore de l’adverbe « coment », qui accentue encore le déroulement des gestes, permettent d’oublier la fixité initiale des ciselures. Jean Renart pose un regard très juste sur la coupe et révèle ainsi la densité sémantique de l’attitude. Ainsi la représentation du roi Marc découvrant les amants endormis suggère-t-elle à la fois des actions -d’abord le regard, la découverte, la contemplation - et un geste signifiant :

« Comment il li mist lés l’oreille
Son gant si bel que ne l’esveille
Que li solaus mal ne li face ; »
(L’Escoufle, vers 605-607)

  • 20 Voir le célèbre passage de la description du bouclier d’Achille au chant XVIII de l’Iliade. Homère (...)
  • 21 L’Escoufle, vers 580, 587.
  • 22 L’Escoufle, vers 580, 587, 588, 594, 610,616.

9Le narrateur est certes aidé dans sa lecture des attitudes parce qu’il connaît la légende. L’attitude, représentation suggestive, véritable emblême, joue en effet toujours avec l’observateur, fait continuellement appel à sa mémoire (culturelle, biblique, littéraire, quotidienne) afin qu’il rétablisse les mouvements d’une réalité figée. Homère20 a toutefois largement précédé Jean Renaît, et sa célèbre description du bouclier d’Achille constitue déjà une lecture des décorations qui insuffle la vie à des images figées. Mais l’ekphrasis réalisée par Homère n’est pas réaliste dans la mesure où la description du bouclier est occultée par la narration, à caractère prophétique, du futur siège de Troie, et surtout dans la mesure où un tel bouclier est invraisemblable. A l’inverse, Jean Renaît ne perd pas de vue son projet descriptif. Il s’attache à décrire la coupe, comme le suggèrent la récurrence du verbe « portraire »21 et les indications spatiales qui structurent le passage comme « Dedens estoit portrais rois Mars », « Estoit portrait en cest vaissel », « Defors, entor, sor le noiel », « Sor le corvecle estoit li lis », « Sor le pumel estoit li nains », et par « Tex est la coupe dusqu’en son »22. Le romancier évite ainsi l’artifice littéraire qui consiste à raconter la fiction représentée, à la développer excessivement, selon le principe classique de l’amplificatio, à oublier qu’elle est ciselée sur une coupe.

10Par conséquent ce traitement de l’ekphrasis par l’équilibre que Jean Renaît maintient entre narratif et descriptif, par le refus de l’amplificatio outrancière et de la poétisation, trahit le souci réaliste du poète de décrire le plus fidèlement possible un objet narratif, sans lui substituer le récit de la légende de Tristan et Yseut mais en rendant parfaitement compte de la dimension gestuelle et signifiante des attitudes.

Les gestes et les modes de focalisation

  • 23 Le narrateur prend nettement en charge le récit lors des légères analepses (par exemple, vers 537- (...)

11Au demeurant, le mode de focalisation choisi pour justifier la transcription des gestes, mode qui oscille entre les points de vue externe et interne, renforce encore le réalisme de l’arrivée de Richard. En effet, à plusieurs reprises les informations peuvent être transmises par les personnages-témoins qui prennent en compte à la fois le récit et les descriptions23. Ainsi la rencontre entre le comte Richard et le roi de Jérusalem est-elle perçue par les hommes du comte :

« Ki durement beent et tendent
A savoir li quex est li rois. »
(L’Escoufle, vers 506-507)

12puisque la redondance « beent et tendent » souligne la tension hyperbolique des regards. De même, le récit de la prière et de l’offrande est justifié a posteriori par l’évocation du regard du roi et de ses hommes :

« Li rois et sa maisnie toute
Sont el cuer ou il les esgardent »
(L’Escoufle, vers 826-27)

13En outre, le contentement des hommes de Richard, dû aux marques d’honneur prodiguées par le roi à leur seigneur, suggère encore une focalisation interne, tantôt explicite :

« N’i a .j. seul cui ml’t ne place
Li quens de tos ceus qui le voient »
(L’Escoufle, vers 650-5l)

14tantôt implicite et plus subtile quand la mention du regard est éludée :

« N’i a .j. seul cui ml’t ne plaise » (L’Escoufle, vers 518)
« Ml’t durement plaist et enhaite
As chevaliers de Normendie. » (L’Escoufle, vers 522-23)
« N’i a j seul cui ml’t ne plaise
Ce que li rois fesoit del conte. » (L’Escoufle, vers 666-67)

15Actions et réactions s’enchaînent alors sans mention des regards qui n’existent plus qu’à l’état de présupposés, mais qui justifient encore la mention des gestes par une focalisation interne. Ainsi le lecteur a-t-il l’illusion que le narrateur a disparu, le laissant face à des personnages autonomes, les uns agissant, les autres observant et réagissant.

Les gestes, un langage

16Or cet enchaînement paratactique des actions et des réactions désigne clairement les gestes comme les signes d’un langage puisque les réactions impliquent forcément une lecture, consciente ou inconsciente, des gestes et une compréhension, juste ou erronée, de ces derniers. Les personnages eux-mêmes suggèrent donc une interprétation des gestes par leur réactions. Lorsque le comte et le roi mettent pied à terre, leurs chevaliers respectifs les imitent, lisant spontanément dans l’action de leur seigneur un ordre implicite. La compréhension de ce geste, qui appartient à un code et dont l’interprétation ne pose aucun problème, est immédiate. Mais loin de souligner le lien consécutif qui unit ces deux actions, le narrateur adopte une focalisation externe et ne mentionne que la succession par une simple coordination :

« Il descent et les gens descendent » (L’Escoufle, vers 505)
« Il descendi et sa gens toute » (L’Escoufle, vers 510)

17Il se contente donc, pour cet exemple, de présenter de l’extérieur le fonctionnement de ce langage qu’il sait explicite. Le même point de vue est adopté quelques vers plus loin :

« (...). Li rois monte
et li quens ; tuit montent aprés. »
(L’Escoufle, vers 528-29)

  • 24 Catherine Fromilhague, Anne Sancier, Introduction à l’analyse stylistique, Paris, Bordas, 1991, p. (...)

18L’asyndète met alors en évidence une approche « pseudo-objective, sans hiérarchisation ni relation explicite entre les éléments de la réalité évoquée par des notations successives et fragmentaires »24, donc une approche qui se veut réaliste.

19De même, observant les gestes du roi, les hommes de Richard devinent les sentiments positifs qui habitent le monarque et s’en réjouissent :

« Puis l’acole et si le salue. (...)
Puis le baise tot en riant,
Et aprés ses compaignons baise :
N’i a .j. seul cui ml’t ne plaise. »
(L’Escoufle, vers 513-518)

  • 25 Voir, par exemple, les vers 522-23, 650-51 et 666-67.
  • 26 Catherine Fromilhague, Anne Sancier, op. cit. p. 186.

20Le style fragmentaire est d’abord adouci par des coordinations temporelles, « puis », « si », « puis », « et aprés ». Mais l’énumération des actions se clôt par une asyndète juxtaposant aux actions les réactions toujours perçues de l’extérieur. En insistant par l’asyndète sur la félicité des témoins25 qui décryptent les gestes du roi, Jean Renart montre implicitement que les gestes constituent un langage ; mais en omettant l’analyse verbale explicite des gestes, il réalise une peinture très fine et très réaliste de la scène de rencontre car l’expressivité des gestes, « la valeur connotative et le pouvoir implicite de telles phrases »26 lui évitent ainsi d’user d’un artifice littéraire tel que la focalisation zéro.

  • 27 En ce qui concerne le rituel de l’hommage, voir F. L., Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ?, Plur (...)

21Il préserve également l’ambiguïté de ce langage : comment expliquer le premier baiser que donne le roi à Richard ? Est-ce l’osculum27, c’est-à-dire le baiser de l’hommage, comme le laisse penser le fait que le roi baise ainsi tous les hommes du comte ? Il est vrai qu’à la fin du passage le comte baise la tunique du roi et semble ainsi accepter d’être son vassal. Mais en l’absence des autres gestes de l’hommage, et surtout en l’absence des gestes fondamentaux de l’hommage, (l’immixtio manuum et le volo), ce baiser du roi semble n’être plus qu’une simple marque affective, et le baiser du comte un geste respectueux.

22Puisque les gestes semblent se substituer aux mots, il nous appartient à nous lecteurs de les interpréter afin de saisir le sens du texte.

LA SENEFIANCE DES GESTES

23Les gestes permettent en fait à Jean Renart de tracer un portrait extrêmement nuancé du comte Richard. Si au premier abord tous semblent converger et exprimer la gloire du comte, quelques dissonances affinent cette présentation du héros et en désignent les failles. En effet, la structure du passage, étroitement liée aux gestes, comporte trois mouvements :

  1. L’arrivée dans la ville sainte (vers 502-563)
  2. La scène du Temple (vers 564-644)
  3. Le retour aux hôtels et la soirée du comte (vers 645-778)

24Chacun de ces panneaux permet à Jean Renart d’approfondir la présentation du comte : le premier et le troisième en tracent un portrait glorieux, les gestes accomplis exprimant la valeur du comte, alors que le centre du triptyque s’attache à montrer ses imperfections, ses faiblesses. En outre, cette structure met en évidence le gouffre qui oppose l’être, la partie centrale, les points faibles de Richard, au paraître, les deux panneaux extérieurs du triptyque, qui soulignent ses qualités. Le texte mime donc par sa structure la descente dans les profondeurs de l’être et le retour à la surface. Pourquoi ne pas nous aventurer sur cet itinéraire tracé par notre romancier, et voir d’abord comment les gestes semblent glorifier Richard, ou plutôt lui offrir une apparence glorieuse ?

Les gestes ou la glorification de Richard

25La glorification de Richard s’exprime implicitement dans l’accueil chaleureux qui lui est réservé et qui laisse déjà transparaître les sentiments positifs du souverain. Ce dernier baise en effet le comte « tot en riant », lui présente un « bon semblant », et multiplie les marques d’honneur à l’égard de son hôte :

« Ml’t les conjoit, ml’t les honneure
Li rois et sa gent ; (...) »
(L’Escoufle, vers 519-520)

« Li rois qui ml’t l’ot honeré
Et qui encore adés s’en paine,
Fors du mostier l’adestre et maine
Jusc’a son cheval en la place. »
(L’Escoufle, vers 646-49)

26En outre, le baiser final du roi, au moment où les deux hommes vont se séparer, couronne cette rencontre et place Richard au faîte des honneurs ; en effet,

« Li quens l’encline, si s’abaisse
Sel prent par son bliaut de Sire. »
(L’Escoufle, vers 660-61)

« Li rois sor son cheval amblant
S’est abaissiés tant k’il le baise ; »
(L’Escoufle, vers 664-65)

27L’identité des deux actions apparaît clairement dans la reprise du même verbe « s’abaissier ». Si le geste respectueux du comte est conventionnel, celui du roi trahit l’estime qu’il porte à ce haut dignitaire. A ces marques d’honneur, qui présupposent un hommage rendu à Richard, succède l’accueil des habitants de Jérusalem. La gradation dans le nombre, l’extension des gestes du roi à toute la population de Jérusalem, amplifie encore la glorification du héros. Attardons-nous enfin sur un geste, celui de l’entrée dans Jérusalem :

« Li quens chevauche adés si pres
Del roi qu’il le tient par le resne (...)
Et chevauchent dusqu’a la porte
Tant qu’entré sont en la cité. »
(L’Escoufle, vers 530-31, 534-35)

28Que signifie donc le fait que le comte tienne les rênes du cheval du roi ? Dans un contexte aussi pacifique, le roi ne peut être un prisonnier. Peut-on se contenter d’y voir le comte conduire le roi et se désigner ainsi comme son serviteur ? Il semble plus juste d’y voir une préfiguration de la victoire de Richard sur les Païens. Par anticipation, le comte paraît offrir la ville sainte au roi ou lui assurer que Jérusalem restera sous son pouvoir. Ainsi, chacun de ses propres gestes, mais aussi chacun des gestes du roi et de la population de Jérusalem viennent magnifier le comte Richard qui sort grandi de cette rencontre.

  • 28 Voir le jeu des regards déjà évoqué.
  • 29 L’Escoufle, vers 506.

29Et le narrateur lui-même nous invite à lire ainsi ces gestes qu’il met en évidence en mentionnant à chaque fois la réaction enthousiaste des personnages présents dont le regard constitue un véritable métatexte. D’ailleurs, les regards ne valident-ils pas les gestes, ne leur donnent-ils pas tout leur sens ? N’est-ce pas également dans ces yeux, dans lesquels brillent la joie et l’admiration, que se reflète la gloire de Richard28 ? Si au début du passage, tous les regards convergent vers le roi de Jérusalem, se tendent vers lui, ensuite, ils englobent les deux personnages pour finalement ne plus concerner que le comte. Et ces regards ne sont pas de même nature : ceux qui réunissent le roi et Richard deviennent des garants de l’honneur du comte alors que les hommes de Richard « beent et tendent »29 uniquement parce qu’ils ignorent qui est le roi. Aux regards interrogateurs s’opposent des regards admirants, témoins de la gloire. Les « beles dames » se précipitent en effet pour voir le comte, comme le révèle leur position « as estres », « as huis, as soliers, as fenestres », lieux privilégiés de l’observation. Cette présence féminine témoigne, encore par des gestes, de la valeur du héros que le narrateur confirme par une intervention :

« Ainc puis le tans Pieron l’ermite,
Ne vint mais chevaliers de France
Cui on fesist tele honerance
En la cité de Jhersalem. »
(L’Escoufle, vers 550-53)

30Ce jeu des regards se poursuit puisqu’à l’intérieur de l’église, tous les yeux, même ceux du roi, sont fixés sur le comte et ses hommes, dont ils observent les prières et l’offrande. Enfin, les regards viennent attester deux gestes fondamentaux du roi, le fait qu’il raccompagne Richard à son logis et lui accorde le baiser final :

« N’i a .j. seul cui ml’t ne plaise
Ce que li rois faisoit del conte. »
(L’Escoufle, vers 666-667)

31Cependant, la partie centrale du passage nous incite à nous méfier des gestes qui y sont accomplis et que la parole dénonce.

La parole dément les gestes : la confrontation de deux langages

32La prière, moment fondamental du pèlerinage, instant le plus spirituel, jette en effet la suspicion sur la foi du comte. Tout d’abord, une disproportion existe la manifestation de l’Adoration, présente dans un seul vers qui offre un singulier raccourci de la vie de Jésus, et le bénéfice concret qu’en espère Richard, développé dans deux longues subordonnées consécutives :

  • 30 Nous soulignons.

« Et prie Dieu si faitement
Ke, si com il fu mors et vis,
Li doinst les mortex anemis
Le la foi et de la creance
Vers eus tant vertu et poissance
K’il puist sor eus, par fine guerre
Terre et honor et pris conquerre. »30
(L’Escoufle, vers 568-74)

33D’autre part, comment justifier, à Jérusalem, une profession de foi aussi rapide qui abrège ainsi le rappel de la vie de Jésus à « si com il fu mors et vis » et le fusionne avec la formule pivot traditionnelle « si com c’est voirs » ? Certes, la formulation des propos du comte n’a certainement pas été respectée dans la transposition au style indirect libre et le résumé de l’histoire sainte est sans doute davantage le fait du narrateur que celui de Richard. En réalité le style indirect libre maintient une ambiguïté des voix. Qui parle ? S’agit-il des propos véritables du comte ? N’aurions-nous pas plutôt affaire à une interprétation fidèle du discours du comte dont le narrateur aurait retranscrit l’essence, l’esprit ? Dans ces deux cas, la prière du comte remet en cause sa foi. Mais résumer à quelques mots la partie la plus mystique du motif de la prière, et priver ce motif de l’amplification lyrique traditionnelle, permet surtout au narrateur d’en dénoncer par contraste le caractère stéréotypé. La foi de Richard n’en est pas revalorisée pour autant, par le résumé ironique du narrateur présuppose que le comte s’est soumis passivement à une tradition en se contentant d’exprimer sa foi de manière extrêmement conventionnelle. Abréger ainsi le rappel de la vie de Jésus provoque en outre l’accentuation de la requête, qui envahit alors le discours : le comte réclame le pouvoir de venir à bout des Païens mais loin d’implorer le soutien de Dieu pour « essalcier sainte chrestienté », il achève sa prière par ce qui le préoccupe le plus :

  • 31 Nous soulignons.

« K’il puist sor eus, par fine guerre,
Terre et honor et pris conquerre. »31
(L’Escoufle, vers 573-74)

  • 32 « Li cuens se couche enmi le cuer,
    En crois, desor le pavement, »
    (L’Escoufle, vers 566-567)

34Même si la conquête de la terre fait explicitement référence au combat pour la chrétienté, pour la terre sainte, l’expression redondante « et honor et pris conquerre » souligne, par sa structure binaire anaphorique, les préoccupations matérialistes de Richard. La piété marquée par la position de Richard, allongé les bras en croix face contre terre32, position qui exprime la contrition, la mortification, s’en trouve quelque peu suspecte et perd en partie son authenticité. Vidée de son sens, l’attitude semble alors ne trouver sa raison d’être que dans la force de l’habitude, dans la tradition.

35La parole contredit encore le langage gestuel et révèle les imperfections de Richard lors de l’offrande. En effet, alors que le don de la coupe devrait être la manifestation de la foi et de la générosité du comte, alors que ce don doit être une fin en soi, Richard demande :

« Que, por Dieu, sor le maistre autel
Soit pendus cil riches vaissaus ;
El cil par cui li mons ert saus
I soit et mis et honerés. »
(L’Escoufle, vers 636-639)

36Cette requête met en évidence l’orgueil du personnage qui souhaite que son offrande soit mise en valeur et concentre tous les regards, non seulement par sa position stratégique mais surtout par son utilisation lors de chaque communion. Derrière un geste pieux, le comte dissimule mal une vanité que ses paroles trahissent.

L’offrande, un geste désémantisé, une action creuse

37Ce décalage entre les gestes et la motivation profonde mine en réalité l’offrande. En effet, le comte et ses compagnons semblent se plier à cette coutume avec une passivité étonnante. Toute l’initiative revient au chambellan qui, sujet des verbes, occupe le devant de la scène :

« Ses camberlens de sa maison
K’il ot norri de longe main
Li aporte et met en la main
Une coupe d’or de .x. mars. »
(L’Escoufle, vers 576-79)

  • 33 Nous soulignons.

« Ses camberlens va poroffrir
Et doner a ses compaignons
Offrande a tos, car c’est raisons. »33
(L’Escoufle, vers 620-22)

38En outre, l’incise soulignée semble réduire la raison d’être des gestes accomplis par le chambellan à une conformité aux convenances ; plus encore, le comte Richard et ses hommes sont réduits à de simples intermédiaires dans cette chaîne que constitue l’offrande. La volonté et la foi qui devraient être à l’origine de ce geste sont totalement omis. Le choix de la focalisation externe est ici révélateur : aucune spiritualité ne vient alimenter l’offrande qui n’est pas présentée comme un geste signifiant, révélateur de la foi, mais est réduite à une action :

« Li quens offri au maistre.autel
Si compaignons fisent autel
Aprés lui, loi en une route. »
(L’Escoufle, vers 623-625)

39En présentant l’offrande comme une imitation et non un acte de foi, d’adoration, Jean Renart dénonce à la fois l’inanité de ce geste et ceux qui se plient passivement à ce rituel.

40La prolifération des gestes conventionnels, les modes de focalisation subtilement choisis, le traitement original de l’ekphrasis et la représentation des gestes comme un langage participent indéniablement au projet réaliste de l’auteur. Mais l’étude des gestes permet surtout de comprendre l’art de la narration de Jean Renart, romancier qui mêle continuellement descriptif et narratif ce qui confère à ses oeuvres une spontanéité et une vivacité remarquables. Enfin, ce texte pose dans toute sa complexité le problème intemporel de l’être et du paraître : si les êtres se révèlent par leurs gestes, si l’apparence est censée représenter l’essence (comme c’est le cas dans les deux panneaux extérieurs du triptyque), il existe pourtant une faille que dévoile la partie centrale. Loin de mettre en évidence de manière systématique la duplicité de tous les gestes, Jean Renaît montre subtilement et avec nuance que l’apparence et l’essence peuvent aller de pair, mais qu’il peut aussi y avoir un décalage ; ce décalage ne se réduit pas le moins du monde à l’hypocrisie, à la dissimulation mais trouve son origine dans la force des conventions qui engendre des gestes vides de toute signification. Cette dénonciation des gestes conventionnels et creux entre manifestement dans la perspective réaliste de l’oeuvre puisqu’il s’agit encore une fois de montrer l’envers du décor, la complexité de l’homme.

Notes

1 Jean Renart, L’Escoufle, édition Franklin Sweetser, Genève, Droz, Textes Littéraires Français, n° 211, 1974.

2 Nous soulignons.

3 Voir également les vers 512, 535, 547, 562, 564, 569, 630, 658.

4 Jean Renaît remplace un état des lieux statique par un passage à dominante narrative, la dimension descriptive étant groupée dans deux propositions relatives caractérisantes, donc dans des syntagmes secondaires subordonnés à l’action.

5 Nous soulignons.

6 L’expression est empruntée à Roland Barthes, « L’effet de réel », dans Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982, pp. 81-90.

7 Voir G. Genette, « Vraisemblance et motivation », dans Figures II, Paris, Seuil, 1969, pp. 71 à 99.

8 A ce sujet, voir Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Gallimard, 1990, pp. 289-320 et surtout p. 302.

9 Nous soulignons.

10 L’Escoufle, vers 510-11 et 528-29.

11 En effet, le roi est sujet des verbes d’action dont le comte reste l’objet, ce qui rend compte de la hiérarchie sociale :
« Li rois vers le conte est venus,
Puis l’acole et si le salue. »
(L’Escoufle, vers 512-13)

12 L’ekphrasis de la coupe de Tristan, développée dans les vers 580 à 616, a déjà été analysée à plusieurs reprises, notamment par L. F. Cooper, dans « L’ironie iconographique de la coupe de Tristan dans l’Escoufle », Romania, tome 104, 1983, pp. 157-176 et par D. Poirion, « Fonction de l’imaginaire dans l’Escoufle », dans Mélanges Charles Foulon, tome 1, Rennes, 1979, pp. 287-93.

13 Le premier degré est la narration de Tristan et Yseut, le second degré, la représentation de la légende sur la coupe, le troisième degré, la description de la coupe par le narrateur de l’Escoufle.

14 L’Escoufle, vers 599, 601, 604,608.

15 L’Escoufle, vers 582, 585, 592, 597, 605, 612, 614,616.

16 Par exemple, vers 580, 586, 595, 599, 602, 605,609, 611-616.

17 Vers 592.

18 Vers 600.

19 Par exemple, vers 597, 598.

20 Voir le célèbre passage de la description du bouclier d’Achille au chant XVIII de l’Iliade. Homère privilégie nettement l’aspect narratif, le cadre descriptif n’étant rappelé que par la récurrence de l’expression « il y représenta ».

21 L’Escoufle, vers 580, 587.

22 L’Escoufle, vers 580, 587, 588, 594, 610,616.

23 Le narrateur prend nettement en charge le récit lors des légères analepses (par exemple, vers 537-548, vers 652-657) et dans le passage de transition qui mène Richard au Saint-Sépulcre (vers 549-563).

24 Catherine Fromilhague, Anne Sancier, Introduction à l’analyse stylistique, Paris, Bordas, 1991, p. 186.

25 Voir, par exemple, les vers 522-23, 650-51 et 666-67.

26 Catherine Fromilhague, Anne Sancier, op. cit. p. 186.

27 En ce qui concerne le rituel de l’hommage, voir F. L., Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ?, Pluriel, 1982, 5e édition.

28 Voir le jeu des regards déjà évoqué.

29 L’Escoufle, vers 506.

30 Nous soulignons.

31 Nous soulignons.

32 « Li cuens se couche enmi le cuer,
En crois, desor le pavement, »
(L’Escoufle, vers 566-567)

33 Nous soulignons.

Auteur

Université Jean Moulin Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540