Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Poétique et politique du corps dans l'œuvre d'Eustache Deschamps

Miren Laccassagne

Texte intégral

  • 1 Deschamps a parfois été considéré comme un "journaliste en vers du xive siècle". C'est à Louis-Pet (...)

1L'oeuvre d'Eustache Deschamps suscite un regain d'intérêt de la critique. Dans la dernière décennie, de nouvelles voies se sont ouvertes grâce notamment aux études prosopographiques des historiens qui élucidant certains liens existant entre le poète et les officiers royaux des règnes de Charles V et de Charles VI, nous confortent dans l'idée que ses textes sont plus qu'un témoignage journalistique1 sur les trente dernières années du xive siècle, et qu'ils apportent un commentaire sur le fonctionnement de l'Etat. Deschamps n'est certes pas un idéologue politique, ni un théoricien des dogmes monarchiques formés de son vivant et qui annoncent une modernité en devenir. Il apparaît bien plutôt comme un miroir des mentalités de son temps.

  • 2 Thierry Lassabatère, "Le Bon Gouvernement", Eustache Deschamps en son temps, sous la direction de (...)

2Ainsi, une partie de sa poésie porte sur le bon gouvernement du prince2 à travers la figure d'un corps qui, parce qu'il est rendu invalide par la dispersion de ses membres et la perte de ses aptitudes, stigmatise les carences, les erreurs et les errements du pouvoir. Dans les textes que nous avons retenus (ballades 252, 387, 388, 398, 958, 978 et 1056), le corps est un topos qui s'adapte à divers discours poétiques. Nous verrons, dans un premier temps, que Deschamps actualise une réflexion juridique sur l'équilibre politique et social avec des idées qui relèvent du gouvernement de la chose publique. Mais, dans un second temps, le didactisme s'efface dans un mouvement de dénigrement, tant morphologique que discursif, qui fausse la dimension symbolique de ce corsp et précipite la figure dans la satire et la dérision.

*

  • 3 Eustache Deschamps, Oeuvres complètes, SATF, éds. Marquis de Queux de St.-Hilaire et Gaston Raynau (...)
  • 4 Hans-Robert Jauss, "Littérature médiévale et théorie des genres" (Poétique 1 [1970] : 79-101)80.
  • 5 Jean-Claude Mühlethaler, "Le Poète face au pouvoir de Geoffroy de Paris à Eustache Deschamps", Mil (...)
  • 6 Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age. Traductio (...)
  • 7 Ibid.

3L'image du corps est représentative d'une tendance plus générale que révèlent les trois cent quinze "ballades de moralités" et autres "balades morales" dispersées dans les volumes de l'édition de la Société des Anciens Textes Français3. Cette veine morale correspondrait au genre didactique qui, selon Hans Robert Jauss, est encore indéterminé au xive siècle et suppose une taxinomie inconnue à l'époque4. En l'absence d'une terminologie définitive, on adoptera celle, commentant l'espace de la vie publique, de "discours de régime"5, en référence aux ouvrages qui, "comme le Policraticus de Jean de Salisbury, proposaient un modèle de conduite aux princes", ou comme le De regimine principum de Gilles de Rome qui fut, pendant la fin du Moyen Age, "l'un des livres les plus lus et les plus cités en matière politique"6. Une des particularités communes à ces deux textes repose sur la conceptualisation de la christomimesis royale. Ernst Kantorowicz a démontré que dans le Haut Moyen Age, ce procédé transposait le corps mystique de l'Eglise et de la société chrétienne de la sphère théologique à celle de l'Etat sous la forme de la gemina persona du roi. La gemina persona royale, humaine par nature et divine par grâce, annonçait la vision postérieure des deux corps du roi. La personne publique fut alors assimilée à la tête du corps de l'Etat, tout comme le Christ figurait la tête du corps mystique de l'Eglise7. D'inspiration juridique, la gémellarité métaphorique du Prince fournit donc à Deschamps une topique propre à l'amplificatio.

  • 8 Sur l'influence de ces textes dans l'oeuvre de Deschamps, voir l'article de Karin Becker, "Aspects (...)

4Si le poète insiste par ailleurs sur des problèmes de médecine et de diététique8 qui renvoient au corps, son traitement poétique est tout autre quand il apparaît sous la forme du topos. En effet, ce dernier est défini par une mise à distance de la tête, du tronc et des membres, quelle que soit l'entrée en matière dans le poème. Ce peut être :

  • un constat affligé et subjectif : "Angoisses sont à moy (...)/Quant les membres voy au chief reveler" (252, v. 1-2) ;
  • une plainte personnelle : "De toutes pars est mon chief assailli" (978, v. 1), "Malade suy dist le chief a son corps" (1056, v. 1) ou "Bouche, les piez de toy nous plaignons" (398, v. 1) ;
  • ou encore un récit : "Ce fu un corps, comme de creature" (387, v. 5), "vy descendre / Une dame (...) / qui landaigoit fort une créature / Qui corps avait bel et grant" (388, v. 5-8).

5Le topos reproduit en ces termes un moyen heuristique qui permettait aux juristes de faire accorder la personne "naturelle" du roi avec les concepts impersonnels de gouvernement.

  • 9 Françoise Autrand. Charles V (Paris : Fayard, 1993).

6Dans ce contexte figuratif, les textes de Deschamps traduisent un certain nombre de principes attachés à la conduite des affaires de l'Etat selon les lignes tracées par le gouvernement de Charles V9. Ces principes forment une isotopic double reposant, d'une part, sur la justice à travers un lexique récurrent :

  • "droit" (252, v. 12 et 1056, v. 3, 4, 23) ;
  • "justice" et "loi" (978, v. 17,)
  • "juges" (978, v. 19) ;

7d'autre part, sur la sagesse :

  • "raison", "prudence", "mesure", "sagesse" (252, v.7 ,11 ,12 et 22) ;
  • "raison" (978, v. 18) ;
  • "entendement" et "raison" (387, v. 28 et 35) :
  • "sens" (388, v. 15).
  • 10 Op.cit., 370.

8Ce vocabulaire d'éthique politique correspond à une vision âprement défendue par Charles V, que Françoise Autrand résume par l'idée d'un "Etat de droit"10. Etape décisive dans la construction de l'Etat moderne, son gouvernement est en effet un moment privilégié dans l'évolution de la pratique du droit séculier, un moment d'échange et de continuité entre l'action politique et la réflexion théorique qui la fonde. Le discours poétique de Deschamps reflète cet exercice du pouvoir en liant le corps mystique aux vertus définies par les conceptions juridiques qui prédominent la scène politique du Moyen Age tardif :

  • 11 Kantorowicz., op.cit., 84.

[L']idéal de la duplication quasi gémellaire du Prince (...) devint évident dans les nouvelles relations du roi avec le Droit et la Justice, qui remplacèrent son statut précédent à l'égard du Sacre et de l'Autel11.

  • 12 Christine de Pisan nous en livre l'essence par cette maxime : "Vivre mesurément en toute chose" (F (...)
  • 13 F. Autrand, op. cit., 688-711, 728-742.
  • 14 F. Autrand, op.cit, 637.

9Les mots de justice, droit, loi et juges caractérisent le Conseil du roi, composé des hommes de son gouvernement. Le terme de mesure, hérité d'Aristote12, et ses corrélats de sagesse, raison et sens inspirent l'action politique qu'il mûrit auprès d'un groupe d'intellectuels que F. Autrand appelle le "club Charles V". Conformément aux voeux du souverain, ces deux pôles d'influences demeurent à l'écart l'un de l'autre : le Conseil tourné vers la gestion du pays et le "club" consacré à la réflexion13. Mais tous deux ont une part active sur la scène politique, traversée par trois courants de pensées : juridique, philosophique et spirituel14.

  • 15 F. Autrand, op.cit., 734.

10Le droit occupe une place prépondérante dans ce complexe théorique et dans le paysage institutionnel du royaume. Toutefois Charles V adopte un profil modéré en mettant l'accent sur la justice plutôt que sur la législation15. Il gouverne avec la mesure sollicitée par le poète, imposant dans la discussion politique la prise en compte d'une seconde voix, celle des philosophes. Dans la ballade 252, la "mesure" désigne non seulement le contrôle et la satisfaction des désirs de l'individu par lui-même, mais aussi les limites que celui-ci peut se voir rappelées ou imposées par la collectivité en vue du bien commun. Ainsi, lorsque Deschamps écrit :

Le chief ne doit des membres estre espars,
Mais le doivent nourrir et gouverner.
...
Se ils meffont, il doit son droit garder
Moiennement, puis qu'ilz se sont subgis (v. 9-10, 13-14)

  • 16 Traducteur et commentateur d'Aristote (l'Ethique et la Politique), Nicole Oresme est avec un autre (...)

11il traduit les deux aspects du concept : la retenue morale du prince lors de l'exercice de son pouvoir royal (v. 13-14) et la "posté modéré", qui est une doctrine dérivée d'Aristote par Oresme16 autorisant une éventuelle correction du prince par la communauté. Il faut toutefois limiter l'acception de ce dernier terme à une certaine élite :

  • 17 F. Autrand, op.cit., 735.

[S]ans recourir à la violence, la communauté a le droit de "corriger" le prince. La communauté, bien entendu, ce n'est pas la totalité des sujets, mais seulement "la multitude raisonnable", ceux qui sont dotés de "vertu" ou de "prudence politique", qui sont habiles à "conseiller, juger et ordonner de la chose publique". Ces gens-là ne forment pas la majeure mais la meilleure partie de la communauté qui, réunie, jouit collectivement d'un pouvoir supérieur à celui du roi17.

12L'équilibre des forces au sein de l'Etat est donc fondamental au bon gouvernement du prince. L'interaction constante entre le roi et ses conseillers, qui garantit une gestion saine du royaume, de modèle à la vision politique du poète. Mais l'Histoire a montré que l'exemple du père servit peu le règne du fils. Ainsi, Deschamps s'adresse à lui dans un texte qui met en scène la déliquescence de la "tête" face à des "membres" contre nature.

Malade suy, dist le chief a son corps,
Tant que ne sçay que je devenir doye.
- C'est a bon droit, vous avez bouté hors
Les droiz membres dont je vous soustenoie,
D'estranges mains aidier ne vous pourroye,
Ce dist le corps, car vous m'avez osté
Jambes et bras et le destre costé
Et m'avez joint membres d'autre paraige
Qui m'ont destruit et a vous la santé.
- Corps, doulz amis, dy moy donc que feray ge ? (1056, v. 1-10)

  • 18 Thierry Lassabatère, "Sentiment national et messianisme politique en France durant la guerre de ce (...)
  • 19 A la Fin du xive siècle, les relations du roi et des officiers royaux marquent l'aboutissement d'u (...)
  • 20 Cet événement permit le retour des oncles du roi, les ducs. Le texte est donc un vibrant manifeste (...)

13Selon la critique, le contexte de cette ballade est la première crise de folie de Charles VI, le 5 août 1392, qui ébranla le gouvernement Marmouset18 ici repérable sous des appellations hostiles : "estranges mains" (v. 5), "membres d'un autre paraige" (v. 8), puis dans la suite du texte par les termes "estranges piez" (v. 13), "membres vilz et ors" (v. 21), à propos desquels la tête, représentant le roi, et le corps, mis pour l'ensemble du royaume, dialoguent19. Ce poème de circonstance retrace un épisode de l'Histoire de France, Charles VI ayant très certainement succombé au surmenage que lui imposait le gouvernement des Marmousets : "S'en est le corps et le chief affolé" (v. 17)20. Tout en sanctionnant les mauvaises relations entre le roi et son conseil, la ballade en réitère le principe directeur de réciprocité énoncé précédemment. L'équilibre du "chief" constitue un souci majeur pour le poète qui traduit aussi la vox populi.

  • 21 Hélène Millet, "Expresion d'une foi", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 64-87, 79 et 83-84 (...)

14Enfin, le troisième courant représenté parmi les acteurs politiques apparaît dans les ballades 387 et 388, où un corps alternativement sans tête et sans courage est l'objet du discours. La symbolique du corps mystique sert tour à tour les personnifications de la France et du roi, et rappelle leur mission guerrière, leur devoir de ne pas céder à la Lascheté (387, v. 43) et d'user "de vaillance la fleur" (388, v. 48). En effet, "Montjoye" (387, v.55), devise de Charlemagne, et "Alixandre" (388, v. 35), figure emblématique du conquérant, évoquent une intertextualité avec l'épopée française et suggèrent la possibilité d'une geste nouvelle, d'une nouvelle guerre sainte. On reconnaît là l'influence d'un Philippe de Mézières auprès de Charles VI, fervent partisan de la croisade et qui désireux de conquérir les lieux de la Passion du Christ écrivit, à son intention, Le Songe du vieil pélerin21. Ainsi, l'usage du topos singularise une situation socio-politique circonstanciée, en ce qu'il tente de pérenniser didactiquement les principes d'un gouvernement dans celui qui lui succède. Les trois tendances qui animent le débat politique sous le règne de Charles V, celle des légistes, celle des philosophes et celle des spirituels, nourrissent une version poétique de "Miroir aux Princes" destinée à Charles VI.

*

  • 22 Kantorowicz, op.cit., 220-221.
  • 23 Françoise Autrand, Offices, op.cit., 307.

15Le corps dignifié par sa fonction symbolique n'est aucunement l'expression d'une cohésion. Il littérarise un disfonctionnement social qui se résout en l'absence totale de gestuelle. C'est d'abord un corps sans mouvement qui se prête à la pantomime de l'Etat, de l'Eglise ou de l'individu ; un corps amputé de la coordination de ses membres, aux centres moteurs frappés par une sorte d'anarchie. Un travail de dissection poétique dissipe la dimension consacrée du symbole pour en livrer les aspects anthropomorphiques, qui sont antithétiques de la personnification angélomorphique élaborée par les juristes22. Le discours compense alors l'inertie du corps et substitue la parole au geste. C'est d'une figure brisée ou de son entourage que s'élève un concert de voix et de protestations. Ces deux constats d'échec que sont l'humanisation de l'idole et la contestation de son autorité procèdent d'une économie textuelle fondée sur un principe de dérision. Sous le voile de la satire, Deschamps développe les vues d'un "pars corporis regis"23, comme aiment à se désigner les membres du Parlement, qu'il côtoie dans l'exercice de ses fonctions. Car officier royal de 1378 à sa mort en 1404, il reste fidèle à la ligne politique tracée par les idéologues de Charles V.

  • 24 Hélène Millet, "J'ai veu les temps desordonnez", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 89-119.

16Pourtant, le Grand Schisme de 1378, provoqué par l'élection simultanée de deux papes, Urbain VI et Clément VII, et qui a divisé la chrétienté24, lui donne l'occasion d'avancer des vues plus personnelles. Ainsi, la ballade 978 renoue avec la signification première du corps mystique qui désigne la société chrétienne, dont la tête est l'Eglise :

Qui est ce chief taint, malade et pali,
Qui au jour d'ui pour sa grand doleur crie ?
L'Eglise Dieu, quant elle voit en li
Division, et que pas n'est unie,
Mais de deux pars est trop fort assaillie, (v. 11-15)

  • 25 Eustache Deschamps, Oeuvres complètes, t.XI, 201-202.

17La France se trouve pleinement engagée dans cette crise profonde aux côtés de Clément VII qui s'installe à Avignon en juin 1379. Deschamps plaide pour le retour à l'unité perdue sur le ton de la fable. En effet, certains parallélismes peuvent être observés entre ce poème et la ballade 252 dont le texte, selon Raynaud, reprend celui d'Isopets25,. Deschamps adapterait donc la forme "fable" et le topos corporel à l'actualité politique, en mettant plus particulièrement l'accent sur la désorganisation et le manque de cohésion interne du royaume. Cette intention paraît dès le cinquième vers, quand s'estompe l'illusion anatomique :

Angoisses sont a moy de toutes pars
Quant les membres voy au chief reveler,
Et le chief voy sortir divers regars,
Et qu'il convient l'un a l'autre mesler,
Le pere au fil, seignour son serf tuer,
Ville gaster et destruire pais
Par le défault de raison regarder ;
Merveille n'est se j'en suis esbahis. (v. 1-8)

18Le propos élargit progressivement la querelle des membres et du "chief" à la famille, puis à la nation, imposant progressivement le registre politique comme plan référentiel. La première strophe de la ballade 978 justifie le rapprochement des deux textes :

De toutes pars est mon chief assailli,
Qui cause estoit a mon corps de sa vie ;
A mes bras sont vaines et nerfs failli,
Les mains, les doiz gardans ma seignourie ;
Fievre m'assault et mes cuers se varie
Pour les membres qui se deuillent du chief,
Et mes membres soustiennent le meschief
De tout le corps, qui ja tremblent et finent,
Ne je ne sçay de mes maulx le plus grief :
Toutes vertus au jour d'ui se declinent. (v. 1-10)

19Qu'elles soient lexicales ("reveler", "assailli") ou formulaire ("de toutes pars"), les similitudes entre les deux ballades sont moins des coïncidences que les marques d'une source d'inspiration commune et d'une intention de souligner l'agression du "chief" par les autres parties du corps. On découvre ensuite les raisons de cette mésentente communautaire.

20Dans le cas de la ballade 978, où l'Eglise est explicitement désignée comme victime de la situation, la fragmentation touche à un niveau intime du corps. La dignité ecclésiatiquc, invisible mais communément acceptée par la conception juridique de la figure du corps mystique, est corporéisée ; d'intangible, elle devient palpable. Ses "vaincs et nerfs" (v. 3 et 16), sa chair sont rendus visibles et sont offerts au mépris et à la dérision, à la pitié et à la raillerie. L'impossible harmonie se décline sur le registre de la pathologie, comme l'indiquent les termes de "fièvre" (v. 5 et 21), "taint, malade et pali" (v. 11), "douleur" (v. 12), "gari" (v. 34). Les maux allégués atteignent le tissu même des "bras", "mains", "doiz" et "jambes" (v. 3, 4 et 24), tous membres défaillants d'un corps alors faillible et mortel.

21Dans la ballade 252, s'il demeure écartelé en "jambe et piet", "mains et bras", "ventre" et "chief", le corps est voué à perdre toute fonction sociale. Chacun des acteurs de cet organisme dévoyé "par le défault de raison regarder" (v. 7) dénature le contrat garantissant l'action politique. Agir de manière déraisonnable ou même parler ainsi (v. 23), c'est porter atteinte à l'image du pouvoir qui représente un corps bien articulé. C'est se livrer à l'incohérence de gestes politiques désordonnés et s'exposer à des conséquences périlleuses pour la communauté. Ces gestes de dispersion et de dissolution des composantes du royaume menacent l'ensemble fragile que constitue le pouvoir royal.

  • 26 "Innombrables sont au Moyen Age les poèmes où l'aventure allégorique est vécue par le narrateur en (...)
  • 27 Christiane Marcello Nizia, "Entre l'histoire et la poétique, le " Songe politique". Revue des scie (...)

22Les institutions sacrée (978) et royale (252) ne sont donc plus que les homologues lamentables de leur personne. Le corps naturel endosse poétiquement la trahison du corps politique. Ce processus se répète de manière sérielle dans les sept textes que nous considérons. Seul en varie le scénario. Aussi peut-on passer de la fable du corps démembré et morcelé, ouvert au sacrilège de l'introspection physiologique et influençable par de mauvais conseillers, à la fiction-cadre du songe. Michel Zink26 et Christiane Marcello-Nizia ont tour à tour étudié cette forme. Constatant l'éclosion d'une douzaine de songes politiques en moins d'un demi-siècle, C. Marcello-Nizia s'est interrogée sur les raisons qui ont fait de ces traités un espace propice à la "réflexion sur les structures de pouvoir nationales et internationales"27. En effet, "une bonne partie de ce qui s'écrit en langue vulgaire dans le domaine de la théorie ou de la critique politique" s'y inscrit. Contemporain et proche des auteurs de ces textes, dont les plus importants sont Philippe de Mézières et Evrart de Trémaugon, Eustache Deschamps en adapte l'idée au poème à forme fixe, en reprenant certains de leurs éléments formels : "l'entrée en songe", "les lieux du songe et de la vision", "la formule liminaire" (par exemple dans les ballades 387 et 388).

  • 28 Op. cit., 41.

23L'entrée en songe repose sur l'image d'un poète que C. Marcello-Nizia qualifie de "dormeur éveillé". Cet état paradoxal met en branle "la vision proprement dite qui occupera le champ du récit"28 :

- 387 : N'a pas long temps que grant sommeil avoie
Par trop veiller, qui m'est grief chose et dure ;
Si m'endormi assez, prés d'une voie,
Mais en dormant trouvay une avanture. (v. 1-4)

- 388 : En mon dormant fu n'a gaires
En un regne gracieux, bel et tendre,
Ou il avoit tresgracieux pays :
Or me sembloit que devenoit le mendre. (v. 1-4)

24Le songe et la vision en elle-même répartissent l'action qui vient de se produire ("n'a pas long temps", "n'a gaires") en deux espaces distincts : celui de l'endormissement, sur le bord d'un chemin (387) et sur la couche du poète (388) d'une part ; celui de la rencontre avec un corps sans tête (387) et avec deux personnages dialoguant (388) de l'autre.

  • 29 C. Marcello-Nizia note au sujet des Songes politiques : "Le songe est d'ailleurs parfois désigné p (...)

25Cependant, la formule liminaire caractéristique du genre, "il me fut advis que", suivie d'une modalisation à l'imparfait de l'indicatif, a disparu sous sa forme initiale et est interprétée par Deschamps sur un registre plus impressionniste dans la ballade 388 : "Or me sembloit que devenoit" (v. 4). Dans l'autre poème, le seuil du rêve est marqué par l'annonce explicite d'un développement fictif : "trouvay une aventure", que l'on peut prendre au double sens de création poétique et de rencontre initiatique29.

26Le doute instillé par l'illusion nocturne se dissipe au réveil du dormeur explicité dans les envois :

Prince, vray est que, quant je m'esveilloie,
Je vy ce corps par lequel figuroie
France qui a long temps souffert meschief.
Qui se plaingnoit et regretoit Montjoye,
Disant : J'aray encor soulas et joye ;
Riens ne me fault, mais que j'aye bon chief. (387, v. 52-57)

27Dans un cas, il se résout en une certitude : "Prince vray est que" (v. 52), doublée d'un constat identique au songe : "quant je m'esveilloie, / Je vy ce corps" (v. 52-53), et d'une élucidation de son contenu : "par lequel figuroie / France qui a long temps souffert meschief" (v. 53-54). Dans l'autre cas, le réveil sonne l'heure d'une brève analyse interprétative qui occupe la totalité de la strophe :

Prince, a ce mot fu du tout desdormis,
Et ce debat en mon memoire mis,
Si ne savoye que penser a nul fuer ;
Mais en pensant m'estoit assez advis
Que dire puet maint hault homs qui est vis :
J'ay terre et corps, mais je n'ay point de cuer. (388, v. 51-56)

28Contrairement au réveil précédent, celui-ci met en scène les facultés d'intellection du rêveur. Ce dernier qualifie la scène dont il fut spectateur de "débat", rappel générique du Songe du vergier de Trémaugon ou s'affrontent un clerc et un chevalier sur le thème des pouvoirs spirituels et temporels. En outre, il affirme conserver le souvenir de la discussion ("en mon mémoire mis") sans préciser le mode, oral ou écrit, de cette saisie, bien que la mise en poème fasse opter pour l'écrit. L'exercice de spéculation qui s'ensuit sur trois vers, et qui renferme la formule consacrée "estre advis que", amène la leçon du refrain réitérée à chaque strophe.

  • 30 Les notions d"‘incorporation" et de "personnification" ont été appliquées au corps mystique par E. (...)

29Dans ses envois, Deschamps offre une leçon politique à son prince, dédicataire supposé du poème, et il détourne les conventions du songe-traité qui brouille habituellement la source du message, car le "je" énonce ici la présence critique du rêveur-interprète. Dépouillé de ses vertus et diminué sur le plan qualitatif, sans tête (387) ou sans courage (388), le corps n'est plus la représentation d'une entité triomphante, gardienne des institutions, mais le trope d'un déclin diversement formulé. Qu'il soit la figure d'une incorporation périssable (252) ou aliénable (978) ou bien d'une personnification débilitée par l'inertie (387, 388)30, le topos juridique garant de l'intégrité du royaume évolue peu à peu vers l'effigie d'un pantin ballotté par les événements.

30Rompre poétiquement l'intégrité politique du corps mystique, en déliter les liens organiques, c'est disséminer le sens du symbole, attenter à ses fondements. La figure subit les assauts de la satire. C'est alors un réalisme grotesque qui s'empare du principe corporel et le représente sous un aspect matériel, jouet de concepts qui l'assaillent. Chaque partie étant la matière d'une représentation et la matière d'un discours, le corps amputé de ses qualités ontologiques est parfois mis en scène auprès d'allégories dans d'un dialogue réformateur. Trois des textes du corpus retiennent conjointement l'attention pour avoir été intitulés de manière similaire sur le mode de l'Isopet 252, à savoir : "Comment le chief..." (indiquant probablement un horizon d'attente ou une réception approchants). Considérés ensemble, ils révèlent du corps des significations diverses, allant de la souveraineté (corps du royaume, 252) et de la sacralité (corps de l'Eglise, 978), à l'effigie burlesque du serviteur de l'Etat (corps du sujet Deschamps, 958).

31Les ballades 252 et 958 présentent des contextes énonciatifs voisins en l'expression d'un "je" unique qui semble exprimer directement l'opinion de l'auteur et se confondre avec lui. Dans la ballade 978, le constat doloriste inaugural est, par contre, formulé par une "personnification", un "je" narratif relayé ensuite par un "je" qui élucide, commente et interprète ses propos. Le discours direct du personnage s'enchâsse dans le contexte discursif de l'auteur selon un procédé de délégation de la parole, mais sans en modifier le ton. Il crée ainsi une épaisseur de sens en conférant à la plainte du poète le poids d'une autorité d'exégète.

32L'interaction des discours opère aussi sur le mode polyphonique dans les autres textes, où l'accumulation des voix trahit unaniment le processus d'éclatement du monologue officiel qui serait l'apanage de la tête. Ce procédé satirique, pour le moins irrévérencieux, libère le langage et l'ouvre à l'incohérence des faits et des actes. Signalant à la fois une discorde et une frustration, le débat qui occupe les ballades 387, 388, 398 et 1056 théâtralise métaphoriquement un dialogue ou une argumentation triangulaire.

33Les ballades 387 et 388, reprenant le cadre du Songe politique, amplifient le leitmotiv de leurs refrains par la mise en scène de rencontres avec des allégories. C. Marcello-Nizia a démontré, à propos des traités qui actualisent le genre, comment ces figures prenaient en charge le discours du rêveur. Ici, Nature, Lascheté, Hardement, Raison, Honneur et Vertu, qualités, défauts ou source de l'existence du corps fustigé en sanctionnent l'inertie. Le gisant est l'objet d'une description physique par le narrateur :

Ce fu un corps, comme de creature.
Qui armez.fu richement ;
Gembes avoit, ventre, bras ensement,
Et un long col, mais la gist a meschief
.../...
Corps sanz teste de si grant estature
Que sa biauté descripre ne pourroye
Ne sa grandeur, ne sa fourme si pure,
Qui, comme mort, gisoit sur la verdure.(387, v. 5-8 et 12-15)
... une creature
Qui corps avoit bel et grant. (388, v. 7-8 )

34Dame Nature prolonge à son tour le portrait :

Adonc lui dit : Tresmaleureux chetifs,
Je t'ay bien fait et fourmé chascun membre,
Piez, jambes, mains, ventre, cuisses et pis,
Bras et genouls, col et chief. (388, v. 11-14)

  • 31 Jean-Patrice Boudet, "Valeurs et modèles", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 37-62.

35Mais la conformité anatomiquc ne reflète pas l'incarnation idéale d'un pouvoir en acte, et le "faire" politique se traduit, dans la ballade 387, en un "subir" que verbalisent des appels à l'aide : "donnait voix" (v. 9), "il brait et crie horriblement" (v. 19), "crioit" (v. 30), "Lors dist le corps.../Qui la estoit en paine" (v. 39-40). Tandis qu'il s'interroge, le rêveur "esbahy" assiste à l'affrontement de vices et de vertus qui se disputent le sort de l'infortuné en détresse (v. 30). La Raison l'emporte en invoquant le recours à la Nature et à l'Honneur guerrier du "corps sanz figure" (v.33)31. Et c'est parce qu'il a désiré être secouru que ce dernier recouvre ses facultés, le courage l'emportant sur la lâcheté. Ainsi, cette saynète à cinq voix, auxquelles il faut ajouter celle du narrateur, fractionne le discours pour en masquer la source. Mais la stratégie énonciative se répercute également sur l'image d'un pouvoir mis en question par cette pluralité qui s'exprime. Certes, la visée finale est parfaitement homogène ; elle nécessite pourtant l'intervention plurielle et conflictuelle de nombreux acteurs. Dans la ballade 388, dont la place dans le manuscrit n'est pas anodine, le dialogue se réduit à deux voix. En effet, la même exhortation à l'action s'y inscrit :

Sanz coup ferir ne se doit prince rendre.
Euvre les yeux de ta pensée obscure,
Prens de tes genz la défense et la cure.
Tu es de gens et de terre garnis.
Tu ne dois riens fors a victoire tendre ;
Ceulz t'ayderont contre tes ennemis ;
Mais tout premier dois les grans fais emprendre. (v. 25-27, 31-34).

36Personnification de la France (387) ou du roi (388), le corps mystique est donc politisé à des fins réformatrices.

37L'autre forme du topos, ou incorporation, implique l'absence de tout narrateur (1056 et 398). Le dialogue interne mime alors une réaction des membres proportionnelle aux excès du "chief". Surmenage intellectuel ou appétit incontrôlé, l'excès appelle une réponse qui mette un frein à ses débordements.

  • 32 Il n'est fait qu'une subtile allusion à la voix du narrateur dissimulé derrière deux incises de di (...)

38La ballade 1056 par exemple présente l'Etat sous la forme d'un ensemble organique, soit la somme des individus constituant la communauté nationale. Le dialogue s'y construit sans intermédiaire entre la tête et le corps32 marquant l'absence d'univocité parmi les constituants anthropomorphiques. L'éclatement du corps est renforcé par les verbes "bouter" (v. 3), "oster" (v. 6), "destruire" (v. 9), mais aussi "happer" (v. 14 et 16), "faillir" (v. 25) et "gaster" (v. 29), dont le sémantisme exprime des actes qui détruisent la cohésion sociale et minent l'édifice politique.

  • 33 Voir la note 8.

39Les gestes qui actualisent et accomplissent le corps peuvent aussi livrer cet organisme aux menaces de la maladie. La métaphore corporelle permet à notre auteur d'exploiter certains topos traditionnels sur le corps charnel et sa démesure et, par extension, de construire un discours sur la santé du corps royal. Le "discours de régime" se teinte alors de celui des "regimina sanitatis"33. Dans la balade 398, les membres intercèdent les uns en faveur des autres en dialoguant. Dès le premier vers, les pieds présentent leurs doléances à la bouche qui les épuise en exigeant d'eux trop d'efforts pour son ventre :

Bouche, les piez dort de toy nous plaignons,
Qui par excès nous donnes trop de paine ;
Pour assouvir ton ventre ne cessons
De traveillier : sera ta panse plaine
Jamais nul jour ? (v. 1-5)

40Dans les troisième et quatrième strophes, ils s'en prennent aux mains, médiatrices auprès de la bouche qu'elles confortent dans l'excès : "De noz douleurs estes cause certaine" (v. 22). Dans la cinquième strophe apparaissent la voix de la bouche, qui résiste, et celle des mains qui se rallient à la cause des pieds. Situant cette scène dans un contexte impersonnel, presque proverbial, le registre anatomique évoque la société en tant qu'unité organique, à la fois organisme et organisation, où chaque membre a une fonction au sein d'une hiérarchie statutaire. La gestuelle liée à la fonction alimentaire reflète les relations et les responsabilités des divers états de l'Etat monarchique, la bouche édictant, les mains transmettant les ordres et les pieds les exécutant. Ainsi, le thème de la gourmandise dénote la démesure et par voie de conséquence la ruine. Pour Jean-Claude Mühlethaler, il est significatif qu'un poème curial du xive siècle prenne ce vice pour point de départ. En effet, dans le "De glouternie" du Miroir du monde, traité maintes fois copié à la fin du Moyen Age, la gourmandise transforme l'homme en porc et en fait un jouet du diable. La gourmandise permet de traduire au niveau figuratif le triomphe du mal sur le bien, des valeurs matérielles sur les valeurs spirituelles. Les sens l'emportent sur la raison et rabaissent l'homme au rang de l'animal. Ce thème est l'objet de la ballade 1121 où Deschamps, renversant cette échelle de valeurs, tire de l'exemple des bêtes abreuvées une leçon de modération sur un mode parodique :

Les chevauls, bestes et brebis,
Tour animal en sa substance,
S'ilz passent .IIII. fois ou dix
Par un ruissel, nul ne s'avance
De boire, puis qu'a souffisance
A but une foiz ; ceuls sont sains. (1121, v. 11-16)

  • 34 Aux termes "gloutonnie" et "gourmandement" (398, v.19 et 48) font écho ceux de "glouz" et d'"englo (...)
  • 35 Et près de mort, que gloutonnie avance.
    (v. 19)
    Ou ventre et vous mourrés soudainement.
    (v.28)
    Lors mo (...)

41En proposant de prendre "aux bestes nostre advis" (v. 21), le poète cherche à combattre le "goust de bouche" (v. 4), source de tous les maux et de tous les excès. Là encore, la gourmandise s'inscrit dans un registre politique traduisant métaphoriquement l'attitude de convoitise et dresse le portrait du tyran34. A la suite d'Aristote, dépassant l'individu pour s'adresser au prince, Deschamps met en garde contre la démesure.et recommande la sobriété. Car, comme la ballade 398 l'expose, le corps victime d'une trop grande appétence de la bouche (v. 9-10) serait conduit à la mort35.

*

42Le traditionnel corps mystique, laïcisé et instrumenté par les théoriciens de l'Etat monarchique, participe chez Deschamps d'une littérature polémique qui conçoit l'action à la mesure de l'homme, c'est-à-dire une littérature qui se donne l'humain comme mesure de l'homme C'est ce que signale la ballade 958, intitulée "Comment le chief se duelt de ses membres", où le corps, pris au sens propre, est le matériau d'une parodie circonstanciée :

Puisque le chief qui est si précieux,
Lui malade, fait les membres doloir
Qui a le nés, la bouche, oreilles, oeulx,
Tous les .V. sens pour parler et veoir,
Pour odourer, sentir et concevoir,
On le doit bien garder de violence,
De faim, de froit et de toute grevance. (v. 1-7)

43Décrite comme le siège des cinq sens et de la santé du corps, la tête en assume l'équilibre, de même qu'ailleurs elle en garantissait la cohésion. Toutefois, Deschamps adopte ici un autre ton. Parce qu'elle est fragile, la tête doit être protégée. C'est pourquoi, glissant de la satire critique au burlesque, le poète revendique le droit pour les serviteurs de la cour de conserver l'usage d'un "chaperon" de la Toussaint à Pâques. Se "défubler", ou ôter son chaperon devant le roi, c'est en effet s'exposer aux maux les plus divers (rages de dents, crampes, rhumes et douleurs costales). Se couvrir au contraire, c'est se protéger du froid et préserver la bonne santé du corps. Rompant avec l'interprétation hiérarchique de sa société, Deschamps crée ainsi un univers poétique où se réalisent des voisinages inattendus. Car associer son propre "chief" à la figure du prince ou de la papauté est un acte transgressif.

44Le burlesque ne nous éloigne guère de notre propos initial : au sens propre comme au sens figuré, la tête ordonne et coordonne. En effet, l'homme qui se découvre quand il fait froid, livre la tête, organe supérieur et suprême, aux aléas des circonstances. Demander, comme dans cette dernière ballade, de la mesure dans les règlements, c'est donc invoquer une fois de plus la raison.

45Nous avons vu jusqu'ici se définir une topique du corps à usage politique et moral, selon que la figure serve à critiquer un immobilisme déraisonnable ou une frénésie goulue. Mêlant l'ordonnance publique et le confort privé, un simple geste peut donc remettre en question la bonne santé et le bon fonctionnement du corps, que ce soit le corps matériel ou sa représentation symbolique et anthropomorphique.

Notes

1 Deschamps a parfois été considéré comme un "journaliste en vers du xive siècle". C'est à Louis-Petit de Julleville (Histoire de la langue et de la littérature françaises des origines à 1900 [Paris : A. Colin, 1896] I, p. 349), puis à Johan Huizinga que nous devons ce point de vue contesté aujourd'hui (L'Automne du Moyen Age, 1932 [Paris : Payot, 1975]).

2 Thierry Lassabatère, "Le Bon Gouvernement", Eustache Deschamps en son temps, sous la direction de Jean-Patrice Boudet et Hélène Millet (Paris : Publications de la Sorbonne, 1997, 173-93). Cet ouvrage collectif porte sur les liens d'Eustache Deschamps et de l'actualité politique et sociale de son temps.

3 Eustache Deschamps, Oeuvres complètes, SATF, éds. Marquis de Queux de St.-Hilaire et Gaston Raynaud, 11 vols (Paris : Firmin-Didot, 1878-1903). Voici l'inventaire de ces pièces accompagnées des titre portés sur le manuscrit fr 840 :

  • 397 "Balade moult morale" ;
  • 976 et 987 "Balade morale sur le conseil du roy" ;
  • 1181 "Balade morale",
  • 1249 "Balade morale. Comment Roboan fut destruit et perdit son royaume pour sa grant convoitise pour ce qu'il crut le conseil des jeunes foulz et oultrecuidiez, et despita cellui des anciens prodommes",
  • 1253 "Balade morale. D'un paisant et de son chien" ;
  • 1448 "Balade morale. De ceuls qui ont estat sanz bien faire'"
  • 1466 "Balade morale. Sur le peuple, de la perdicion des roiaumes et des citez par couvoitise et division",
  • 1468 "Balade de moralité et philosophie".

4 Hans-Robert Jauss, "Littérature médiévale et théorie des genres" (Poétique 1 [1970] : 79-101)80.

5 Jean-Claude Mühlethaler, "Le Poète face au pouvoir de Geoffroy de Paris à Eustache Deschamps", Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Age. Colloque du Département d'Etudes Médiévales de Paris-Sorbonne et de l'Université de Bonn. Ed. Daniel Poirion (Paris : Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1987. 83-101) 83.

6 Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age. Traduction Jean-Philippe Genet et Nicole Genet (Paris : Gallimard, 1989) 108.

7 Ibid.

8 Sur l'influence de ces textes dans l'oeuvre de Deschamps, voir l'article de Karin Becker, "Aspects de la vie quotidienne" (Eustache Deschamps en son temps, op.cit, 273-291) 287-88.

9 Françoise Autrand. Charles V (Paris : Fayard, 1993).

10 Op.cit., 370.

11 Kantorowicz., op.cit., 84.

12 Christine de Pisan nous en livre l'essence par cette maxime : "Vivre mesurément en toute chose" (F. Autrand, op.cit., 484).

13 F. Autrand, op. cit., 688-711, 728-742.

14 F. Autrand, op.cit, 637.

15 F. Autrand, op.cit., 734.

16 Traducteur et commentateur d'Aristote (l'Ethique et la Politique), Nicole Oresme est avec un autre membre du "club Charles V", Evrart de Trémaugon qui est l'auteur du Songe du vergier, un des personnages qui ont marqué plus particulièrement leur époque. Leurs ouvrages permettent de dater la naissance de la science politique en France entre 1370 et 1380.

17 F. Autrand, op.cit., 735.

18 Thierry Lassabatère, "Sentiment national et messianisme politique en France durant la guerre de cent ans", Bulletin Jeanne d'Arc 1993, 27-56.

19 A la Fin du xive siècle, les relations du roi et des officiers royaux marquent l'aboutissement d'une évolution de l'administration face aux forces politiques. L'originalité du règne de Charles VI est de dispenser une "politique d'équilibre entre une relative autonomie des officiers et une réelle autorité du roi sur eux" (Françoise Autrand, "Offices et officiers royaux en France sous Charles VI" [Revue historique 242 (1969) : 285-388] 289). Cela est plus particulièrement vrai de 1388 à 1392, quatre années durant lesquelles Charles VI confie aux vieux ministres de Charles V l'organisation et la gestion de la justice et des finances. Ces hommes, affublés du surnom de Marmousets par Michelet, sont à la fois des hommes d'État et des familiers "de la chambre du roi". Chassés à la mort de Charles V par le conseil de régence composé par les frères du défunt, ils sont rappelés à l'administration du pays par le jeune roi le 3 novembre 1388. Soutenu par son frère Louis de Touraine, Charles VI met un terme à la régence et remplace les ducs par cinq serviteurs de l'Etat que Deschamps mentionne dans de nombreux poèmes. Leur programme, hérité de Charles V et réformé sous l'influence de la cour pontificale d'Avignon, a pour objectif le ralliement de la nation à l'Etat monarchique. En effet, les huit années de régence ont conduit à une situation intérieure difficile, et les sujets redevables de l'impôt réclament une administration saine menée par des hommes compétents. Voir les articles d'Hélène Millet, "Biographie d'Eustache Deschamps" (Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 9-16. 13) et de Thierry Lassabatère, "L'Accomplissement des prophéties" (ibid., 121-143. 140-42).

20 Cet événement permit le retour des oncles du roi, les ducs. Le texte est donc un vibrant manifeste en faveur du rappel de ces conseillers naturels :
C'est vostre sang conjoint en unité.
Partans au bien et a la maleurté,
Car au chief sont les membres de linaige ;
Ouvrez par eulx ou vous serez gasté, (v. 26-29)

21 Hélène Millet, "Expresion d'une foi", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 64-87, 79 et 83-84. Françoise Autrand, Charles V, op.cit., 695-98.

22 Kantorowicz, op.cit., 220-221.

23 Françoise Autrand, Offices, op.cit., 307.

24 Hélène Millet, "J'ai veu les temps desordonnez", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 89-119.

25 Eustache Deschamps, Oeuvres complètes, t.XI, 201-202.

26 "Innombrables sont au Moyen Age les poèmes où l'aventure allégorique est vécue par le narrateur en songe. Relevant ainsi d'une expérience à la fois réelle et fictive, imaginaire mais imposée au poète sans que sa volonté n'y puisse rien, elle est supposée chargée d'une vérité plus grande que si elle s'avouait le fruit de la fantaisie diurne de son créateur, et d'une vraisemblance plus grande que s'il prétendait l'avoir vécue à l'état de veille. De plus, le songe est en lui-même allégorique, puisqu'il a une clé, et ses symboles prétendent l'être d'une vérité plus haute ou d'une réalité plus profondes que celles saisies par la conscience éveillée ; en même temps, le bouleversement des catégories intellectuelles dont il s'accompagne rend plausible l'enchevêtrement du concret et de l'abstrait, qui marque le récit allégorique.et la révélation simultanée des signes et de leur sens. Telles sont les raisons qui ont présidé à l'élaboration de cette convention du Moyen Age finissant", (Michel Zink, "Séduire, endormir. Note sur les premiers vers d'un poème du xve siècle", Littérature 23 [1976] :117-21. 117).

27 Christiane Marcello Nizia, "Entre l'histoire et la poétique, le " Songe politique". Revue des sciences humaines 183 (1981.3) : 39-53. 39.

28 Op. cit., 41.

29 C. Marcello-Nizia note au sujet des Songes politiques : "Le songe est d'ailleurs parfois désigné par le mot aventure" (op.cit., 42), c'est-à-dire qu'il conduit à une certaine connaissance de l'ordre du monde. D'autre part, elle fait remarquer qu'au Moyen Age il existe "quelques liens entre l'acte d'écrire et celui de rêver" (53). Deschamps n'est pas étranger à ces deux notions et en fait une habile synthèse dans ce texte.

30 Les notions d"‘incorporation" et de "personnification" ont été appliquées au corps mystique par E. Kantorowiez pour distinguer deux formes littéraires du topos (Op.cit., 198).

31 Jean-Patrice Boudet, "Valeurs et modèles", Eustache Deschamps en son temps, op.cit., 37-62.

32 Il n'est fait qu'une subtile allusion à la voix du narrateur dissimulé derrière deux incises de discours direct (v. 1 et 6).

33 Voir la note 8.

34 Aux termes "gloutonnie" et "gourmandement" (398, v.19 et 48) font écho ceux de "glouz" et d'"engloutir"(1121, v. 1 et 18).

35 Et près de mort, que gloutonnie avance.
(v. 19)
Ou ventre et vous mourrés soudainement.
(v.28)
Lors mourront tuit voire d'une sentence.
(v. 39)
Car tuit mourrons par vo gourmandement. (v.48)
Sans exceder ne mourir en s'enfance. (v. 55)

Auteur

Ph D Washington University (Saint Louis)

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540