Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Le langage des gestes dans les manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle*

Axel Christoph Gampp

Texte intégral

1. Introduction

  • * J'aimerais bien remercier Emanuelle Bourg et Claire Nydegger pour leur aide précieuse et indispens (...)
  • 1 Mütherich 1971, p. 74; Griffin 1993, p. 2. Pour l'importance des manuscripts perdus de la fin de l (...)

1Pour examiner le langage ainsi que la fonction des gestes dans les enluminures du haut Moyen Âge, il existe peu de manuscripts plus pertinents que ceux des comédies de Térence antérieurs au xiiie siècle. Tout d'abord leur nombre est assez vaste : on connaît 12 manuscripts et un fragment de ce sujet datant de la période en question, dont dix contiennent un total de 745 miniatures.1 Tous sont fondés sur la même rédaction des textes de Térence, c'est-à-dire sur l'édition de Callopius du ve siècle. Plusieurs codex déjà illustrés datant de la fin de la période antique doivent avoir existé, mais aucun d'eux n'a été conservé. Tous les manuscripts connus copient plus ou moins fidèlement ces originaux. Nous allons nous concentrer sur sept d'entre eux, dont le schéma (Fig. 1) explique les filiations.

  • 2 Mütherich 1990, p. 596 f. On a cru d'abord pouvoir rattacher les noms du copiste "HRODGARDIUS" (fo (...)
  • 3 Webber Jones/ Morey 1931, p. 62 ff.
  • 4 Webber Jones/ Morey 1931, p. 96 ff. Pour l'attribution du Par. lat. 7900 à Corbie voir Bischoff 19 (...)
  • 5 Voir Sanderson 1974, p. 174. Le manuscript aurait été écrit sous l'archevêque Rudbad von Trier, qu (...)

2Le codex le plus proche de l'origine antique est sans doute le Terentius Vaticanus (Vat. lat. 3868). Suivant les recherches les plus récentes, il est fort probable que ce manuscript ait été écrit et enluminé dans le scriptoire de la cour de Louis le pieux à Aix-la-Chapelle (Aachen) autour de 825.2 Le Parisinus latinus 7899 provenant peut-être de la région de Reims date à peu près de la même période.3 Le Parisinus latinus 7900 du xe siècle en revanche doit peut-être son origine à l'abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire) ou à Corbie.4 On a émis l'hypothèse que le Terentius Ambrosianus avait été écrit à Trèvres (Trier) à la fin du ixe siècle.5

  • 6 Webber Jones/ Morey 1931, p. 68 ff. Wright 1997, p. 170.
  • 7 Webber Jones/ Morey 1931, p. 130 ff (Leidensis Vossianus) et p. 175 ff (Turonensis latinus).

3Pour conclure, on reconnaît dans le Terentius Bodleianus l'influence de l'école de Winchester, qui le situe au xiie siècle au couvent de St. Albans.6 La datation du Leidensis Vossianus au xe et du Turonensis latinus au xiie siècle semble convaincante pour des raisons stylistiques ; tous deux sont probablement de l'ouest de la France.7

Fig. 1 : Relation entre sept manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle

Fig. 1 : Relation entre sept manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle

(Schéma selon Webber Jones/ Morey 1931)
Légende :
Terentius Vaticanus : Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3868
Parisinus latinus 7899 : Paris, Bibliothèque Nationale, Par. lat. 7899
Ambrosianus : Milan, Biblioteca Ambrosiana H 75 inf.
Parisinus latinus 7900 : Paris, Bibliothèque Nationale, Par. lat 7900
Leidensis Vossianus : Leiden, Bibliothèque de l'université, Leidensis Vossianus 38
Bodleianus : Oxford, Bodleian Library, Bodleianus Auct. F. 2.13
Turonensis latinus : Tours, Bibliothèque municipale Turonensis latinus 924

2. Les catégories principales des gestes dans les miniatures

4Tous ces manuscripts montrent donc un nombre considérable de gestes différents dans leurs illustrations qui précèdent normalement chaque scène de comédie. Le Terentius Vaticanus est cependant l'exemple le plus proche de l'original perdu qui remonte à la fin de la période antique. Il offre la plus grande variété de gestes, dont il faut distinguer deux catégories :

51. La comédie, en tant que genre littéraire, était considérée comme particulièrement adaptée à la gestique. L'importance des gestes a encore augmenté du fait de l'introduction des masques dans le théâtre romain. Ce sont surtout les personnages comiques, comme les parasites, les vieillards et les esclaves, qui, masqués, ont le droit d'utiliser une gestuelle très expressive. Les autres au contraire, les femmes et les jeunes hommes, se modèrent normalement beaucoup plus.

6La mimique en revanche est quasiment négligeable. Le langage des gestes se traduit soit par les mains soit par la posture du corps. C'est ici que leur expressivité peut dépasser, et de beaucoup, celle des orateurs.

  • 8 La distinction des gestes en 4 catégories suit Graf 1993 (avec référence). Une catégorie, les gest (...)

7Le texte lui-même demande aussi, souvent sans l'exprimer directement, une riche action de geste pour illustrer et, dans un certain sens, expliquer les actions sur scène. On les appelle gestes pictographiques (pictorial gestures).8

8Citons, pour illustrer ce fait, un exemple dans la comédie "Phormio" (Phormion, acte V, première scène). Chremes se demande, en voyant Sophrona : "Nam quae haec anus est, exanimata a fratre quae egressast meo ?" - "Quelle est donc cette vieille qui vient de sortir de chez mon frère toute hors d'haleine ?" Le geste de l'illustration dans le Terentius Vaticanus exprime clairement l'état de la femme par ses bras levés et tendus (Fig. 2).

Fig. 2 : Phormio V, 1 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 87 v)

9Dans la comédie "Eunuchus" (Eunuque ; acte IV, scène 3) le jeune homme Phaedria se demande, en voyant Pythias : "Sed quod hoc timida subito egregitur Pythias ?" - "Mais qu'est-ce là, que Pythias tout à coup sort affolée ?" La scène montre les deux attitudes : réflexive chez Phaedria et inquiète chez Pythias (Fig. 3).

Fig. 3 : Eunuchus IV, 3 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 27 r)

102. Mis à part ces gestes très expressifs, chaque monologue ou dialogue dans une comédie est naturellement accompagné de gestes moins forts et moins pictographiques pour souligner le sens du discours, ce sont les même que ceux des orateurs. Il se subdivisent en deux catégories : les gestes idéographiques (anglais : ideographs) et les gestes déictiques (anglais : pointers). Ces deux catégories de gestes sont aussi présentes dans le Terentius Vaticanus.

  • 9 Quintilien, Inst orat. XI, 3, 4.
  • 10 Pour ce manque d'analyse pertinente voir Griffin 1993, p. 8 : "The forms and uses of these gesture (...)

11Les premiers sont les gestes qui accompagnent la structure logique ainsi qu'émotionelle du discours. Au contraire des gestes pictographiques, ils se limitent en général à un jeu de doigts, parfois amplifié par la posture du corps. La source antique la plus importante de ce répertoire est Quintilien,9 grâce auquel un équivalent linguistique de certains gestes du Terentius Vaticanus nous permet de mieux les interpréter. Malgré le manque d' analyse comparative entres les gestes oratoires et ceux des manuscripts de Térence, il est facile de trouver quelques exemples dans le Terentius Vaticanus.10

12Dans la comédie "Heauton Timorumenos" (acte II, scène 4) par exemple, Bacchis explique ses pensées accompagnant ses paroles d'un geste où elle rapproche l'ongle du pouce de l'extrémité de l'index, en relâchant les autres doigts (Fig. 4).

  • 11 Quintilien, XI, 3, 101 : "Pollici proximus digitus medium, qua dester est, unguem pollicis summo s (...)

13C'est exactement le geste que Quintilien décrit pour approuver, pour raconter ou pour faire des distinctions.11

Fig. 4 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 40 v)

  • 12 Quintilien, XI, 3, 98 : "Binos interim dígitos distinguimus, sed non inserto pollice, paulum tamne (...)

14Un des gestes fréquents qui accompagne le discours est, selon Quintilien, de séparer du reste des doigts, sans les tendre, les deux premiers, mais sans y adjoindre le pouce, pendant que les autres doigts sont tournés en dedans.12 On retrouve ce geste deux fois dans la même scène (acte IV, scène 7) de la comédie "Adelphoe" (Adelphes) (Fig. 5).

Fig. 5 : Adelphoe IV, 7 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 60 v)

  • 13 Quintilien, XI, 3, 94 : "Is in exprobrando et indicando [...] valet, et adlevata ac spectante umen (...)

15Le geste de la main, dont les trois derniers doigts sont repliés et serrés contre le pouce, et dont l'index est pointé vers le bas, est très emphatique -il se distingue du même geste avec l'index pointé vers le haut, qui est affirmatif.13 On retrouve exactement dans "Heauton Timorumenos" (acte EU, scène 2), lorsque Chremes raconte sa rage à l'esclave Syrus (Fig. 6).

Fig. 6 : Heauton Timorumenos III, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol.42 r)

  • 14 Quintilien, XI, 3, 112.

16Grâce aux explications de Quintilien, nous pouvons donc comprendre exactement le sens des images. Le geste ajoute dans ces cas une information au texte, que ce dernier n'exige pas de façons aussi impérative que les gestes pictographiques. Pour vraiment saisir toutes les facettes des gestes idéographiques, il faut de plus se rendre compte que le canon des gestes oratoires observait strictement les lois du décorum. Le langage des gestes était différent selon les classes sociales. Pour les classes supérieures, ainsi que pour les orateurs, il n'était pas permis de faire de trop grands gestes. Il ne fallait pas par exemple lever la main au-dessus des yeux.14 Si cela arrive dans les illustrations du Terentius Vaticanus, on peut être sûr, qu'il s'agit d'un personnage vulgaire ou ridicule. L'exemple cité de "Adelphoe" (Adelphes) le prouve clairement (Fig. 5).

  • 15 Quintilien, XI, 3, 114.

17On utilisait en outre plutôt la main droite que la gauche.15 Parler avec les deux mains était une attitude d'esclave, comme on peut 1'observer chez l'esclave Syrus dans la même comédie (acte IV, scène 1) (Fig. 7).

Fig. 7 : Adelphoe IV, 1 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 58 r)

18De même, seuls les esclaves s'appuient sur la jambe droite uniquement, une posture du corps plus adaptée à la comédie d'après Quintilien. On voit bien la différence entre l'attitude réflective de l'esclave Davus dans "Andria" (Andrienne ; acte IV, scène 2) (Fig. 8) et celle de Sostrata dans "Hecyra" (Hécyre ; acte II, scène 2) (Fig. 9)

Fig. 8 : Andria IV, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 14 r)

Fig. 9 : Hectyra II, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 68 r)

  • 16 Quintilien, XI, 3, 122 : "Pectus ac venter ne proiciantur, observandum : pandant enim posteriora e (...)

19Quintilien recommande instamment de ne pas incliner la poitrine et le ventre en avant.16 Si cela arrive dans les illustrations, il s'agit certainement d'une situation extraordinaire, comme dans la comédie "Eunuchus" (Eunuque ; acte IV, scène 5) (Fig. 10). Le pauvre Chremes ne montre rien d'autre que son ivresse.

Fig. 10 : Eunuchus IV, S (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 28 v)

20A propos des illustrations du Terentius Vaticanus, il faut donc souligner et bien se rendre compte, que d'une part le vocabulaire des gestes antiques est toujours présent, mais que d'autre part les lois du décorum sont encore très restrictives.

  • 17 Cette distinction est proposée par Griffin 1993, p. 2.

21En plus des gestes idéographiques, le langage gestuel des orateurs connaît les gestes déictiques, c'est-à-dire qui indiquent l'objet, dont on parle. On pourrait en distinguer trois sortes17 :

  1. avec l'index
  2. avec l'index et le majeur
  3. avec la main ouverte

22Mais chez Quintilien ces deux derniers comptent parmi les gestes idéographiques ; ils soulignent donc la parole et n'indiquent pas forcément un objet, comme on peut le voir par exemple dans "Hecyra" (Hécyre ; acte II, scène 2) (Fig. 9). Seul le geste déictique exécuté uniquement avec l'index a une fonction indubitable d'indiquer, comme le prouve l'esclave Syrus (Adelphoe, acte II, scène 2) (Fig. 11).

Fig. 11 : Adelphoe II, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 53 v)

3. L'usage des diverses sortes de gestes dans les manuscripts de Térence

  • 18 Mütherich 1971, p. 89 arrive à distinguer trois artistes.

23A l'aide de ce répertoire de gestes les divers illustrateurs18 du Terentius Vaticanus parvinrent à représenter les scènes d'une manière très nuancée, à décrire des actions assez complexes et par conséquent à donner à l'image une valeur propre et non pas seulement illustrative du texte. Nous nous limiterons à un seul exemple (Fig. 12).

24Dans la comédie "Heauton Timorumenos" (acte II, scène 4), la miniature met en scène cinq personnages simultanément. Cela ne correspond pas au texte, puisque Clitipho quitte la scène un instant avant l'entrée de Bacchis et d'Antiphila, juste à la fin de la scène précédante. Le groupe de droite avec l'esclave Syrus empêchant Clitipho de s'approcher de Bacchis et d'Antiphila illustre les vers 378 ff, alors que ces deux dernières n'ont pas encore fait leur apparition, qui survient dans la scène suivante. Par son geste, que l'on peut reconnaître comme narratif, Bacchis propose à Antiphila (au début de la scène IV, vers 381 ff) de convaincre un homme de l'épouser par n'importe quel moyen. Antiphila, jeune fille très honnête mais un peu naïve, répond qu'elle n'a jamais rien fait de malhonnete à son aimé Clinia. Celui-ci, d'abord caché, l'entend et ne peut plus se retenir. Il avance et embrasse Antiphila au vers 406.

Fig. 12 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 40 v)

25L'image ne montre donc pas une simultanéité narrative, mais une succésivité qu'on ne peut comprendre qu'à l'aide des gestes expliquant les diverses actions : le monologue de Bacchis qui ne croise pas les autres acteurs du regard ; les sentiments de Clitipho envers Antiphila et finalement le succès de l'amour de Clinia. Par les gestes qui l'accompagnent, ce succès devient encore plus spectaculaire, car il arrive contre toute attente. C'est le victoire de l'honnêté sur les conseils louches (de Bacchis) et la victoire du destin, car à la fin de la comédie on découvrira, qu'Antiphila est la sœur disparue de Clitipho, rendant toute relations amoureuse entre eux impossible.

26L'image pèche alors contre toute théorie du théâtre qui exige depuis Aristote une stricte unité de temps et d'espace. Mais l'artiste arrive à l'aide des gestes à structurer l'image et à montrer, avec une composition de groupe très équilibrée, toutes les actions succesives qui déterminent l'action principale, l'étreinte de Antiphila et de Clinia. Les divers gestes, celui pictographique d'Antiphila et de Clinia, celui idéographique de Bacchis et celui déictique de Clitipho ne servent pas seulement à mettre en relation les personnages, ils ont une valeur propre dans l'organisation de l'illustration. Si l'on compare maintenant les autres manuscripts des comédies de Térence antérieurs au xiiie siècle, on remarque un changement profond.

27Tout d'abord, les catégories des gestes diminuent. Quoique les manuscripts les plus anciens, le Terentius Vaticanus (Vat. lat. 3868) et le Parisinus latinus 7899 trouvent leur origine très probablement dans le même manuscript de la période antique tardive, le fait qu'un des manuscripts ait été copié dans un contexte où l'on comprenait la signification des gestes antiques, où l'on avait connaissance du théâtre et savait encore respecter les lois du décorum constitue à nos yeux une grande différence. Si toutes ces connaissances étaient diffusées dans la culture courtoise à l'époque du Terentius Vaticanus, cela semble avoir été beaucoup moins le cas dans les milieux monastiques. Car, on effet, les artistes du Parisinus latinus 7899 qui doit dater à peu près de la même période, ne comprennent déjà plus tous les détails.

  • 19 Les commentaires de Donatus, qui datent au milieu du ive siècle, n'ont en vérité survécu que dans (...)

28Un certain répertoire de gestes pictographiques a perduré grâce au grammarien Donatus qui avait écrit au ive siècle des commentaires sur les comédies de Térence. C'est à lui que l'on doit d'avoir lu durant tout le Moyen Âge ces comédies, étudiées uniquement pour la pureté de leur grammaire latine. Par ses commentaires Donatus devenait l'auteur le plus lu dans les écoles.19 Il y soulignait quelquefois l'importance des gestes pictographiques pour le texte. Donc même si l'on avait pas accès à un original illustré des comédies de Térence et si l'on ne jouait probablement plus ses comédies, on pouvait imaginer quelle sorte de gestes il fallait associer à certaines parties du texte.

  • 20 Donatus, Vol. I, p. 147. Pour la réception de Térence voir aussi Leo 1883, p. 338 ff.
  • 21 Donatus, Vol. I, p. 88.
  • 22 Donatus, Vol. II, p. 364.

29Donatus mentionne entre autre le "gestus servilis" de l'esclave Davus dans la comédie "Andria" (Andrienne ; acte II, scène 5) (Fig. 13)20, le "gestus observantis" de l'esclave Byrria dans cette même comédie (acte I, scène 2) (Fig. 14)21 ; le "gestus offerentis" de l'esclave Davus, qui offre une bourse dans "Phormio" (acte I, scène 2) (Fig. 15)22, pour ne donner que quelques exemples. Mais ces gestes pictographiques sont plutôt primitifs et, de plus, perdent une partie de leur valeur pictographique. L'action n'est plus aussi emphatique dans les manuscripts postérieurs au Terentius Vaticanus.

Fig. 13 Gestus servilis Andria II, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 9 v)

Fig. 14 Gestus observantis Andria I, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 78 r)

Fig. 15 Gestus offerentis Phormio I, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 58 r)

30De plus bien des gestes pictographiques et idéographiques se perdent presque complètement ou sont mal interprétés, le décorum oublié. La position du corps de Chremes ivre dans "Eunuchus", bien compréhensible avec une connaissance du décorum, perd toute sa force dans l'illustration de l'Ambrosianus (Fig. 16), puis devient entièrement illisible dans le Turonensis latinus du xiie siècle (Fig. 17). Le geste idéographique de la servante Ancilla est d'ailleurs aussi mal interprété et ne correspond plus aux indications antiques de Quintilien.

Fig. 16 : Eunuchus IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Ambrosianus, fol. 8 v)

Fig. 17 : Eunuchus IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 22 r)

31Les conséquences de ces oublis et méprises sont assez graves pour l'organisation de l'image. Si l'on compare la scène déjà mentionnée de la comédie "Heauton Timorumenos" (acte II, scène 4) du Terentius Vaticanus (Fig. 12) avec celle du Terentius Parisinus Par. lat. 7899 (Fig. 18), on voit toute la différence.

Fig. 18 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Parisinus latinus 7899, fol. 40 v)

32Bien que l'artiste essaie de garder la composition de groupe, il n'arrive plus à la structurer parce qu'il ne sait que faire du geste idéographique de Bacchis. Comme il ne le comprend pas, il perd un atout de narration : celui de la succesivité. Il doit par conséquent intégrer Bacchis dans la simultanéité de l'action : il transforme le geste idéographique en geste pictographique, en lui donnant un anneau dans les doigt. Mais celui-ci n'a pas sa place ici, il ne jouera un rôle dans l'histoire que plus tard, lorsqu'il permettra de reconnaître en Antiphila la soeur disparue de Clitipho. Cette partie de la comédie ne surviendra qu'ultérieurement et de plus c'est Sostrata et non pas Bacchis, qui découvrira l'anneau.

33Quant à l'artiste du Turonensis latinus, il n'a plus rien compris du tout (Fig. 19). Il s'aide en simplifiant toute la composition et en laissant de côté les personnages sans importance. Désormais il n'illustre plus qu'un vers (405), où Antiphila se demande : "Videon Cliniam an non ?" - "Est-ce Clinia que je vois, oui ou non ?"

Fig. 19 : Heuaton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 32 r)

34Toute interaction se fait maintenant par des gestes déictiques sans autre signification que de montrer la direction du discours.

35Ce procédé de simplification des scènes et de transformations des gestes idéographiques en des gestes parfois pictographiques, mais plus souvent déictiques, se repètra partout.

  • 23 Quintilien, XI, 3, 99.

36Une autre scène où il y a un personnage en plus, apparaît dans la comédie "Hecyra" (Hécyre ; acte IV, scène 2). Sostrata adresse la parole à son fils Pamphilus (Fig. 20). L'illustration du Terentius Vaticanus permet non seulement de bien distinguer les diverses actions, entre l'interpellation de Sostrata et la réponse de Pamphilus, toutes deux illustrées par deux gestes idéographiques classiques dans le discours énoncé23, mais elle introduit encore une troisième personne, Laches, à côté. Celui-ci n'apparaitra véritablement que dans la scène suivante où il confessera en effet avoir épié les deux autres de loin. Le petit doigt tendu comme geste idéographique est un signe de son attention.

Fig. 20 : Hectyra II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 72 v)

37Cette attitude revient dans l'Ambrosianus, mais les deux autres personnes ont transformé leurs gestes idéographiques en gestes déictiques. Dans le Turonensis latinus (Fig. 21) enfin, Laches n'est plus présent, le geste déictique de Sostrata reste, mais celui de Pamphilus a été remplacé par un geste pictographique de réflexion.

Fig. 21 : Hectyra II, 4 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 60 v)

38Pour terminer avec un autre exemple de changement dans les divers manuscripts, nous voyons dans "Adelphoe" (Adelphes ; acte IV, scène 5) Micio adresser de graves reproches à son fils Aeschinus, qui rougit et qui, pour cette raison, essaie de cacher son visage derrière sa main gauche (Fig. 22). On reconnaît assez bien les deux gestes dans le Terentius Vaticanus, mais ils sont remplacés par deux gestes déictiques dans le Bodleianus (Fig. 23).

Fig. 22 : Adelphoe IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 59 v)

Fig. 23 : Adelphoe IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Bodleianus, fol. 114 v)

  • 24 Griffin 1993. Elle commence d'ailleurs avec une faute en comptant parmi les gestes déictiques auss (...)
  • 25 Griffin 1993, p. 181.

39Ces exemples doivent suffire à documenter une évolution, qui s'exprime aussi en chiffres. Jocelyne Crâne Griffin a récemment recensé tous les gestes déictiques des manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle. Dans sa statistique, elle a pu prouver qu'il y avait une augmentation considérable des gestes déictiques.24 Si elle en compte 52 % dans le Terentius Vaticanus, elle en reconnaît 45 % dans le Bodleianus, 52 % dans le Ambrosianus et 80 % dans le Turonensis latinus.25 Pour plus de précision, si sur les 139 miniatures du Terentius Vaticanus, 40 d'entre elles contiennent des gestes déictiques, nous en dénombrons 25, où seul l'index exécute ce geste. Quant au manuscript du Turonensis latinus, les chiffres sont les suivants : sur 132 miniatures, nous en recensons 106 avec des gestes déictiques, comportant 142 fois ce geste avec l'index uniquement ; soit plus d'une fois par illustration.

  • 26 Griffin 1993, p. 181.

40Il faut en conclure que la connaissance des gestes antiques, soit pictographiques, soit idéographiques, diminue en même temps. Si la connaissance des gestes idéographiques diminue tellement, on peut supposer, que la connaissance des règles du décorum se perd aussi. En fait, les gestes faits à les deux mains, peu appréciés dans la rhétorique classique, augmentent considérablement dans les manuscripts. Si 2 % des gestes dans le Terentius Vaticanus sont exécutés avec les deux mains - surtout par des esclaves ou lors de grandes émotions -, leur part augmente dans l'Ambrosianus jusqu'à 8 %, occupant 19 % dans le Bodleianus et 25 % dans le Turonensis latinus.26

41Quelle est la conséquence de ces changements ? Comme on a pu le voir, l'organisation de l'image change complètement. Les structures narratives complexes disparaissent au profit de narrations fondées sur un échange direct entre les acteurs sur scène. Il ne reste qu'un dialogue accompagné de gestes déictiques. La tentative de Jocelyne Crâne Griffin de rendre aux gestes déictiques un sens idéographique ou pictographique, donc d'attribuer à chacun des divers gestes déictiques un sens concret et pertinent, n'est pas convaincante, car même si elle arrive à associer un certain sens à un geste particulier, elle ne peut pas exclure tous les autres sens possibles, les gestes restent ainsi polysémiques. Le geste déictique n'est autre qu'un moyen d'organiser d'une manière très simple l'interaction dans les illustrations. Les manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle deviennent par là même un document qui illustre la perte successive d'une connaissance du langage des gestes antiques, limitant par conséquent la narration à un très court laps de temps.

Bibliographie

Bibliographie

Bethe 1903 : Enricus Bethe (Ed.) : Terenlius - Codex Ambrosianus H. 75 inf. ; Leiden 1903.

Bischoff 1966 : Bernhard Bischoff : Hadoard und die Klassikerhandschriften aus Corbie ; dans : Bernhard Bischoff : Mittelalterliche Studien Bd. 1, S. 49-63 ; Stuttgart 1966.

Bremmer/ Rodenburg 1993 : Jan Bremmer et Hermann Rodenburg (Ed.) : A Cultural History of Gesture ; Cambridge 1993.

Byvranck 1938 : Alexander Willem Byvranck : Antike Buchmalerei : II. Das Vorbild der Terenzillustrationen ; dans : Mnemosynes, 3. Ser., Vol. 7 ; Leiden 1938, p. 115-135.

Donatus : Aeli Donati quod fertur Commentum Terenti ; Leipzig 1902.

Engelhardt 1905 : Otto Engelhardt : Die Illustrationen der Terenzhandschriften. Ein Beitrag zur Geschichte des Buchschmucks. Diss. Jena 1905 ; Saalfeld (sans date).

Graf 1993 : Fritz Graf : The Gestures of Roman Actors ans Orators ; dans : Bremmer/ Rodenburg 1993, p. 36-58.

Griffin 1993 : Jocelyn Crane Griffin : Pointing Gestures in Medieval Miniatures : a Study Based On Illustrated Manuscripts of the Terence Comedies ; Ann Arbor 1993.

Jachmann 1929 : Günther Jachmann : Terentius Codex Vaticanus latinus 3868 ; Leipzig 1929.

Leo 1883 : Friedrich Leo : Die Ueberlieferungsgeschichte der terenzischen Komödien und der Commentar des Donatus ; dans : Rheinisches Museum für Philologie 38,1883, S. 317-347.

Maier-Eichhorn 1989 : Ursula Maier-Eichhorn : Die Gestikulation in Quintilians Rhetorik ; Frankfurt a.M„ Bern, New York, Paris 1989.

Mütherich 1971 : Florentine Mütherich : Die Hofschule Kaiser Lothars. Einzelhandschriften aus Lotharingen ; Berlin 1971 (Die Karolingischen Miniaturen IV).

Mütherich 1990 : Florentine Mütherich : Book Illustration at the Court of Louis the Pious ; in : Peter Goodman and Roger Collins : Charlemagn's Heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840) ; Oxford 1990.

Quintilien : Quintilien : Institution oratoire. Texte établi et traduit par Jean Cousin ; Paris 1979.

Sanderson 1974 : Warren Sanderson : A Group of Ivories and Some Related Works from Late Carolingian Trier : dans : The Art Bulletin LVI, 2, 1974, p. 159-175.

Schmitt 1990 : Jean-Claude Schmitt : La raison des gestes ; Paris 1990.

Taladoire 1951 : Barthélemy-A. Taladoire : Commentaires sur la mimique et l'expression corporelle du comédien romain ; Montpellier 1951.

Térence : Térence : Comédies. Texte établi et traduit par J. Marouzeau ; Paris 1947-56.

Terence Illustrated 1955 : Terence Illustrated. An Exhibition in Honor of Karl Ephraim Weston, with an Essay by Mary L. Richmond and Foreword by S.Lane Faison Jr. ; Williamstown Mass. 1955.

Webber Jones/ Morey : Leslie Webber Jones and C. R. Morey : The Miniatures of the Manuscripts of Terence prior to the Thirteenth Century ; Princeton, London, Leipzig 1931.

Wright 1993 : David H. Wright : The Forgotten Early Romanesque Illustration of Terence in Vat, lat. 3305 ; dans : Zeitschrift für Kunstgeschichte 56,1993, S. 183-206.

Wright 1997 : David H. Wright : Article "Terenzio, Commedie, Vat lat 3868", dans : Vedere i Classici. Catalogo Musei Vaticani 1997, p. 168-170.

Notes

1 Mütherich 1971, p. 74; Griffin 1993, p. 2. Pour l'importance des manuscripts perdus de la fin de la période antique voir Wright 1997, p. 170 : "L'artista del Terenzio perduto aveva un repertorio di gran lunga più espressiva di posizioni enfatiche ed una grammatica straordinaria di gesti, non soltanto per differenziare tipi diversi di discorso, ma anche per mostrare allarme, dispersazione, contemplazione, approvazione o ascolto furtivo. Egli creò così il ciclo più espressivo di illustrazione narrativa a noi noto della tarda antichità."

2 Mütherich 1990, p. 596 f. On a cru d'abord pouvoir rattacher les noms du copiste "HRODGARDIUS" (fol. 92) et d'un peintre "ADELRICUS" (signature sur un l'édicule de la comédie "Andria") au couvent de Corbie, ou à ce du Korvey, qui ont accueuilli deux moines portant ces noms. Voir : Jachmann 1929, p. 5 ; Webber Jones/ Morey 1931, p. 28 et al. Mütherich s'oppose à cette attribution, voir op. cit., ainsi que Mütherich 1971, p. 75 f ; Wright 1993, p. 183.

3 Webber Jones/ Morey 1931, p. 62 ff.

4 Webber Jones/ Morey 1931, p. 96 ff. Pour l'attribution du Par. lat. 7900 à Corbie voir Bischoff 1966, p. 59, qui date le manuscript entre 850-870.

5 Voir Sanderson 1974, p. 174. Le manuscript aurait été écrit sous l'archevêque Rudbad von Trier, qui faisait partie de l'entourage de l'empereur Charles VII et qui devint archichancelier de Zwentibald, roi de Lothnngia en 895.

6 Webber Jones/ Morey 1931, p. 68 ff. Wright 1997, p. 170.

7 Webber Jones/ Morey 1931, p. 130 ff (Leidensis Vossianus) et p. 175 ff (Turonensis latinus).

8 La distinction des gestes en 4 catégories suit Graf 1993 (avec référence). Une catégorie, les gestes battantes (anglais : batons) n'est pas importante dans notre contexte, car battant le rhytme des paroles, ils n'ont pu être représentés graphiquement dans nos illustrations. La question reste ouverte si ces illustrations reflètent ou pas de vraies représentations théâtrales de comédies. Voir par exemple Engelhardt 1905. Nous discuterons encore de ce fait plus loin, lorsque les acteurs seront plus nombreux, que ne l'exige la scène. On voit alors que l'image a une valeur propre.

9 Quintilien, Inst orat. XI, 3, 4.

10 Pour ce manque d'analyse pertinente voir Griffin 1993, p. 8 : "The forms and uses of these gestures [...] in the Terence series are more numerous than in any comparable material examined. [...] Because of this unexpected wealth of the Terence hand gestures, it now seems apparent that a classification based on them can form an excellent foundation for an organization of gestures in the art of many ancient and medieval cultures."

11 Quintilien, XI, 3, 101 : "Pollici proximus digitus medium, qua dester est, unguem pollicis summo suo iungens remissis ceteris est et adprobantibus et narrantibus et distinguentibus decorus." - "Si le doigt le plus proche du pouce touche le milieu du bord droit de l'ongle du pouce avec son extrémité, en détendant les autres doigts, c'est un geste élégant pour approuver et pour raconter et pour faire des distinctions."

12 Quintilien, XI, 3, 98 : "Binos interim dígitos distinguimus, sed non inserto pollice, paulum tamne inferioribus intra spectantibus, sed ne illis quidem tensis, qui supra sunt" - "Quelquefois, nous tenons les deux premiers doigts (de chaque main) à part, sans y joindre le pouce, les deux derniers doigts pointés vers le dedans, tandis que les deux premiers ne sont pas même tendus."

13 Quintilien, XI, 3, 94 : "Is in exprobrando et indicando [...] valet, et adlevata ac spectante umenun manu paulum inclinatus adfirmat, versus in terram et quasi promis urguet [...]."- "Ce doigt est utile pour faire des reproches et pour indiquer [...], la main levée et tournée vers l'épaule, lui-même un peu incliné, il affirme ; tourné vers le sol, et, pour ainsi dire, penché vers lui, il insiste [...]."

14 Quintilien, XI, 3, 112.

15 Quintilien, XI, 3, 114.

16 Quintilien, XI, 3, 122 : "Pectus ac venter ne proiciantur, observandum : pandant enim posteriora et est odiosa omnis spuninitas." - "Il faut veiller à ne pas bomber la poitrine et le ventre ; une telle attitude cambre la partie dorsale du corps et toute posture renversée est déplaisante."

17 Cette distinction est proposée par Griffin 1993, p. 2.

18 Mütherich 1971, p. 89 arrive à distinguer trois artistes.

19 Les commentaires de Donatus, qui datent au milieu du ive siècle, n'ont en vérité survécu que dans deux extraits cités par des élèves.
Pour l'importance de Donatus voir Ernst Robert Curtius : Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter ; Bern 1984 (10), p. 59 ff.

20 Donatus, Vol. I, p. 147. Pour la réception de Térence voir aussi Leo 1883, p. 338 ff.

21 Donatus, Vol. I, p. 88.

22 Donatus, Vol. II, p. 364.

23 Quintilien, XI, 3, 99.

24 Griffin 1993. Elle commence d'ailleurs avec une faute en comptant parmi les gestes déictiques aussi les gestes exécutés avec deux doigts ou toute la main. Dans le Terentius Vaticanus du moins, cette sorte de geste est souvent un geste idéographique.

25 Griffin 1993, p. 181.

26 Griffin 1993, p. 181.

Notes de fin

* J'aimerais bien remercier Emanuelle Bourg et Claire Nydegger pour leur aide précieuse et indispensable à la rédaction du texte.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Relation entre sept manuscripts de Térence antérieurs au xiiie siècle
Légende (Schéma selon Webber Jones/ Morey 1931)Légende :Terentius Vaticanus : Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3868Parisinus latinus 7899 : Paris, Bibliothèque Nationale, Par. lat. 7899Ambrosianus : Milan, Biblioteca Ambrosiana H 75 inf.Parisinus latinus 7900 : Paris, Bibliothèque Nationale, Par. lat 7900Leidensis Vossianus : Leiden, Bibliothèque de l'université, Leidensis Vossianus 38Bodleianus : Oxford, Bodleian Library, Bodleianus Auct. F. 2.13Turonensis latinus : Tours, Bibliothèque municipale Turonensis latinus 924
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 2 : Phormio V, 1 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 87 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 3 : Eunuchus IV, 3 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 27 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 4 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 40 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 5 : Adelphoe IV, 7 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 60 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 6 : Heauton Timorumenos III, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol.42 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 7 : Adelphoe IV, 1 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 58 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 8 : Andria IV, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 14 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 9 : Hectyra II, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 68 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 10 : Eunuchus IV, S (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 28 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 11 : Adelphoe II, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 53 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 12 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 40 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 13 Gestus servilis Andria II, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 9 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 14 Gestus observantis Andria I, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 78 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 15 Gestus offerentis Phormio I, 2 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 58 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 16 : Eunuchus IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Ambrosianus, fol. 8 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 17 : Eunuchus IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 22 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 18 : Heauton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Parisinus latinus 7899, fol. 40 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 19 : Heuaton Timorumenos II, 4 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 32 r)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 20 : Hectyra II, 4 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 72 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 21 : Hectyra II, 4 (dessin de l'auteur d'après Turonensis latinus, fol. 60 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 22 : Adelphoe IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Terentius Vaticanus, fol. 59 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 23 : Adelphoe IV, 5 (dessin de l'auteur d'après Bodleianus, fol. 114 v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3507/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

(Bâle, Londres)

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540