Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Gestes et pudeur dans les romans courtois du XIIIe siècle

Carine Bouillot

Texte intégral

1Il peut assurément passer pour présomptueux de parler de pudeur au Moyen-Age, époque que l’on tient souvent pour fruste. Or, ce sentiment, visant les situations inconvenantes ou par trop intimes, existe bel et bien, comme suffisent à le prouver ces vers de Guillaume de Lorris :

  • 1 Roman de la Rose, Edition F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, 1965-70, vv. 2097-2102.

Apres gardes que tu ne dies
ces orz moz ne ces ribaudies
ja pour nomer vilaine chose
ne doit ta bouche estre desclouse1

2On voit ici que la pudeur est confrontée à la question de la censure et ce alors même que la morale ne peut régler le problème de la pudeur. En effet, si les bonnes mœurs exigent la conformité à un certain code de conduite, la pudeur, c’est avant tout la sensibilité d’un être qui réagit afin de protéger son intimité. Elle implique, certes, l’existence d’une frontière entre ce qui est privé et public, voilé et dévoilé, voilable et dévoilable, mais elle marque surtout la disposition d’un être à éprouver de la gêne devant quelque chose de très personnel. Elle intervient dès lors que l’intime est heurté au public, protège du regard d’autrui et, en même temps, protège le regard du trouble que peut causer autrui. L’espace sur lequel elle veille, c’est en premier lieu le corps et le sexe, mais elle s’étend à toute une gamme de désirs, d’appétits, de dégoûts et de sentiments que l’être délicat cherche à cacher spontanément, dès lors que sa dignité lui semble menacé.

  • 2 Sur ce point, on pourra lire l’intéressante étude de Cl. Habib, La Pudeur, la réserve et le troubl (...)
  • 3 Jean Renaît Le Lai de l’Ombre, éd. F. Lecoy, Paris, Champion, 1979 ; L’Escoufle, éd. F. Sweetser, (...)

3Pour cerner la réalité médiévale de ce sentiment2, nous nous pencherons ici sur des extraits de romans du xiiième siècle — aussi divers que ceux de Jean Renart, que La Chatelaine de Vergy, le Bel Inconnu, le Roman de la Violette et le Roman de la Rose3 — extraits présentant des exemples de pudeur, gestes de l’écart et du repli sur soi, ou donnant à réfléchir sur cette notion. De fait, dès la première lecture de ces textes, on remarque une ambivalence intéressante : d’un côté, les sentiments des personnages sont, pour la plupart, exprimés avec une gamme variée de gestes et d’attitudes corporelles, de l’autre le corps s’efface et est éludé par les auteurs, dès lors que son rôle insiste trop sur l’existence charnelle de l’être humain. La pudeur nous amène donc au croisement de sentiers permettant, dans le cadre précis des romans courtois, de définir une manière d’être et une manière d’écrire proprement médiévales. De fait, ce principe consistant à toujours rester en retrait de soi-même semble caractéristique de l’esprit qui prévaut dans les œuvres courtoises du xiiième siècle, et rejoint les exigences de modestie et d’harmonie prônées par les prédicateurs et visée par les auteurs. Nul doute, en effet, que ce qui hante essentiellement le romancier courtois c’est le regard d’autrui : il s’agit alors de voiler corps et sentiments, de ne pas laisser voir la réalité telle qu’elle est, non pour la censurer, mais par égard pour la dignité de ses personnages, tout autant que pour la dignité de l’autre, personnage ou lecteur.

4Ce mode existentiel des personnages et cette manière de dire des romanciers ramène donc, on le constate, à une problématique essentielle des romans courtois qui mêlent authenticité et bienséance, pudeur et décence. De quelle manière, au xiiième siècle, la pudeur s’applique-t-elle au domaine inviolable du corps et des gestes intimes ? Quels sentiments masque-t-elle et à travers quels gestes ? Comment, dans les gestes qu’ils donnent à voir, les romanciers se situent-ils pour répondre à deux exigences, satisfaire la curiosité du lecteur et se soumettre au code en vigueur de la pudeur ? Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre afin de dégager les formes revêtues par la pudeur, conçue ici comme résultat d’une élaboration culturelle précise, celle-là même qui a favorisé le succès des romans courtois.

1) La pudeur face à l’intimité du corps.

  • 4 A. Montandon dans son Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre du Moyen-Age à nos (...)
  • 5 les auteurs s’inspirent du De Officiis de Cicéron, Ch. XXXV, cité par A. Montandon - op. cit. - à (...)
  • 6 Il y a loin, en effet, de ce seul geste à l’importance accordée aux fonctions naturelles dans les (...)

5Dans l’Occident chrétien médiéval, existait une topologie du corps4 séparant, en deux mondes hétérogènes, les parties nobles — main et visage — que l’on devait montrer et parer, et les parties basses, condamnées à être cachées. Eu égard à la mainmise de l’Église sur les mentalités, on comprend que cette morale du corps a eu une incidence certaine sur la pudeur collective du xiiième siècle. C’est ainsi que des romans courtois on rejettera tout ce qui risque de susciter l’émoi ou le dégoût, à savoir la nudité, mais aussi les gestes liés aux fonctions physiologiques. Aucun de nos auteurs ne présente, en effet, de tels gestes, sans doute parce qu’ils ont pour siège les parties basses, sans doute aussi parce qu’ils ramènent l’homme à son état primitif, lui ôtant par là même cette dignité si importante à la courtoisie5. Et si, dans L’Escoufle, Jean Renart montre Guillaume qui se despoille por gratter (v. 7033), il ne faut pas se méprendre : il n’y a rien d’impudique dans le comportement du héros puisqu’il est seul à cet instant précis et ne peut donc choquer son entourage par l’inconvenance de ses gestes. Quant à l’auteur, on ne peut, lui non plus, le taxer d’outrage à la pudeur, puisqu’un tel comportement faisait partie des usages de l’époque6. Parmi les romans courtois que nous avons parcourus, c’était là la seule mention d’un geste naturel.

6Nos auteurs auraient donc écarté de leurs œuvres les gestes s’appliquant aux réalités du corps, dans un souci de raffinement qui nous donne une idée de la pudeur délicate qui régnait dans las milieux mondains du xiiième siècle. Allons même plus loin et considérons qu’ils semblent adhérer parfaitement à la sensibilité de leur époque, puisque, pour eux, un monde sans pudeur paraît inconcevable. En effet, lorsqu’ils laissent aller leur plume à présenter des gestes d’impudeur, ils en marquent aussitôt la valeur transgressive. Cela apparaît nettement dans le Roman de la Violette où l’intrigue repose, pour l’essentiel, sur un geste impudique, dans le sens où il porte atteinte à la dignité d’une jeune fille. En effet, afin de donner foi à ses relations intimes avec Euriaut, Lisiart cherche à la voir nue, l’épiant dans son bain, lieu emblématique de l’intimité féminine dans la littérature courtoise. Pour ce faire, il sollicite l’aide d’une vieille servante qui, la première

A lués mis son oel au pertuis
sa damoisiele esgarde el baign
(vv. 645-6)

  • 7 vv. 664-65 : Lisiart reproduit exactement les memes gestes que la vieille

7L’outrage causé à la pudeur d’Euriaut est d’autant plus grand que Lisiart répète ce geste qui fait outrage à ce qu’une femme a, au xiiième siècle, de plus personnel, sa nudité7. Dès qu’elle apprend que le secret de son corps a été violé, Euriaut se sent avilie et fuit le regard des autres dans un geste de repli pudique :

Cele monte, plus n’i areste
Ki enbronchie tint la teste
(vv. 1010-11)

8Son geste se fait réponse à l’impudeur de deux personnages qui, en la regardant nue malgré elle, ont fait effraction dans un espace privé qui ne supportait aucune exhibition.

  • 8 voir aussi vers 14382, la vieille conseille aux jeunes filles d’attirer l’amant dans leur lit grâc (...)

9Tout se passe donc comme si, dans les romans courtois, l’impudeur touchant le corps et les gestes intimes se détachait toujours sur fond de pudeur. A l’inverse, dans sa seconde partie qui détourne la perspective courtoise de Guillaume de Lorris, le Roman de la Rose pose par plusieurs fois la question du dévoilement érotique du corps. En effet, alors que dans le Roman de la Violette le bain se prend seul et protégé d’un voile de pudeur, Jean de Meung livre le baigneur aux regards indiscrets en évoquant les bains collectifs, prémices aux plaisirs sensuels8 :

Puis revont entre euls as estuves
Et se baingnent ensanble en cuves
Qu’ils ont es chambres toutes preste
(vv. 10103-05)

  • 9 c’est ce que montre J. Rossiaud dans La Prostitution médiévale, Paris, Flammarion, Collection Cham (...)

10Il convient toutefois de noter que l’écrivain ne brave pas délibérément la pudeur : il s’agit ici d’un détail réaliste, puisqu’au xiiième siècle les étuves publiques étaient connues comme lieu de sensualité coupable9. Par contre, on peut véritablement parler de gestes impudiques dans les passages où Jean de Meung conseille aux pucelles de montrer une partie de leur corps afin de séduire les jeunes hommes. On peut, en effet, lire :

Et si la robe li traine
Ou pres dou pavement s’encline
si la lieve encoste ou devent
(...)
Lors gart que si le pié delivre
Que chascun qui passe la voie
Le bel forme dou pié voie
(vv. 13549-57)

11ou encore :

Et s’ele est tels que mantel port
Si le doit porter de tel port
Qu’il trop la veüe n’encombre
Dou biau cors a cui il fait ombr
(vv. 13560-62)

  • 10 cité par Cl. Roussel dans « Le legs de la Rase : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale  (...)

12Ces gestes ont, pour l’époque, une forte charge érotique et l’on peut même parler d’impudeur si l’on se reporte aux traités de civilité qui préconisaient une tenue ne laissant rien entrevoir du corps. Ainsi est-il indiqué dans le Chastoiement des Dames de Robert de Blois qu’une femme qui accomplit de tels gestes fait vilonie et puterie10. Toutefois convient-il de signaler qu’ici Jean de Meung ne fait qu’imiter Ovide, lorsque ce dernier présente l’art de la séduction. Avec Jean et la tradition ovidienne, c’est donc tout le contraire de la délicate pudeur du corps que prônent les moralistes et dont la plupart des romanciers courtois dotent leurs personnages. Force est de constater que sur ce point, on est tout près des notions de bienséance et de décence, puisque s’y rejoignent la protection de la dignité individuelle et le souci moral de faire oublier l’homme primitif, au corps omniprésent. On mesure alors la complexité de la pudeur dans ces romans.

13Il ne faut pas oublier que la pudeur touche également les gestes liés aux plaisirs charnels. C’est pourquoi les personnages se montrent généralement très pudiques en ce qui concerne les gestes sensuels. Ceux-ci appartiennent à l’intimité des amants, il serait alors inconvenant d’en rendre autrui témoin, ne serait-ce qu’en les évoquant. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre, dans L’Escoufle, les protestations de Guillaume qui, en les niant, jette un voile pudique sur les gestes sensuels partagés avec Aélis, gestes qui, mentionnés par le père, deviennent publics et, par conséquent, impudiques :

Bien saciés que ma main ne s’ose
muchier sous son bliaut de soie
(vv. 3036-37)

14Quelques vers plus loin, on apprendra d’Aélis elle-même que ces gestes sensuels et intimes ont bel et bien été réalité ; il ne s’agissait donc pas d’une simple protestation d’innocence :

Tantes fois avés mis
Vos beles mains qui sont si blanches
A cest bel ventre et a ces hanches
Et tasté mon cors en tos sens
(vv. 3284-87)

15Ici les gestes n’ont rien d’impudique car ils ne sortent pas du cadre intime : c’est, en effet, dans la solitude de sa chambre et pour elle-même, qu’Aélis évoque les caresses de son amant. Il y a loin toutefois de cette réserve dont s’entoure le couple dans ses gestes intimes, aux scènes de sensualité débridée offerte par le début de Guillaume de Dôle. Le printemps y apparaît comme une invitation à l’amour et semble ôter aux gestes de volupté toute impudeur, et l’on peut lire, en effet :

par ceste ochoison si ont mises
lor mains a maint blanches cuisses
(vv. 280-81)

  • 11 c’est l’idée développée par M. Zink dans La Pastourelle, poésie et folklore au Moyen-Age, Paris, B (...)

16Des gestes aussi débridés, nous n’en avons rencontré que dans ce roman. Ne prêtons à l’auteur aucune intention provocatrice, mais replaçons ces vers dans le contexte du début de Guillaume de Dôle, à savoir un ensemble de chansons populaires où l’amour est évoqué librement, sans pour autant quitter l’univers courtois11. En ce qui concerne la réserve avec laquelle les romanciers décrivent les scènes d’amour, nous y réfléchirons plus loin car elle soulève un problème plus complexe que la seule pudeur du corps.

2) Gestes et pudeur des sentiments.

17Si la pudeur concerne en premier lieu le corps et les gestes intimes, elle préserve également les sentiments.

18Avant de considérer les émotions que la pudeur contient dans les limites de l’intimité, il convient de démarquer ces gestes de l’écart des gestes de honte, une notion certes voisine. On perdrait toute la mesure de la pudeur si on la réduisait à la honte. En effet, la différence fondamentale réside en ceci : tandis que la pudeur protège du monde extérieur, la honte implique la conscience d’une faute, d’un manquement. On le voit dans le Lai de l’Ombre, lorsque, découvrant à son doigt l’anneau du chevalier, la dame comprend qu’elle est devenue son amie et a manqué à la fidélité conjugale :

La face li devint vermeille
puis devint trestout empalie
(vv. 610-11)

19Tandis que la pudeur est une réaction spontanée, exprimée par un geste émotif, la honte suppose un passage par la pensée que moralise l’événement. Cette différence transparaît particulièrement à travers les gestes qui expriment d’un côté la honte, de l’autre la pudeur. En effet, si la honte interdit le geste, la pudeur, elle, l’infléchit et le freine. On peut aisément le vérifier. D’un côté, on a le Bel Inconnu : conscient d’avoir trompé la dame de son cœur en la quittant sans la prévenir, il ne peut faire aucun geste, comme figé dans sa honte :

Quant Guinglains l’oï, si rogi
La face li devin vermeille
(vv. 4282-83)

20De l’autre, il y a Euriaut dans le Roman de la Violette : constatant qu’elle n’est plus toute seule, elle met aussitôt un frein aux manifestations de son chagrin, en un geste de repli sur soi spontané comme un réflexe, afin de ne pas avoir l’impudeur d’imposer aux autres sa douleur :

Quant ele a cele gent veüe
Sa fache tert et s’a veüe
Qui de lermes fut moillie
(vv. 1140-42)

21On constate donc que l’être pudique est, certes, fugitif en le sens où il plonge dans les retranchements de son intimité affective, mais il n’est pas empêtré dans ses gestes comme l’être honteux, qui, lui, est véritablement paralysé à l’idée du jugement d’autrui. C’est particulièrement net dans ce même roman, lorsque Gérard apprend de l’empereur que sa sœur a folé et a alors plongé la famille entière dans le déshonneur :

Il tret sor son chief erroment
son mantel (...)
(vv. 3734-35)

22En aucun cas il ne pourrait ici s’agir de pudeur : Gérard ne protège pas sa dignité, il ne manifeste aucun sentiment de gêne par rapport à quelque chose de très personnel, au contraire il cache son visage pour cacher la honte et le déshonneur causés par la faute car il ne peut soutenir le regard désapprobateur des autres. Les romanciers courtois avaient donc une conscience aiguë de la différence fondamentale régnant entre ces deux sentiments. Cela suffit à ruiner l’inconséquence des jugements hâtifs qui reprochent à nos romans courtois leur naïveté et leur schématisme — voire leur pauvreté — psychologique.

  • 12 Guillaume de Lorris s’est lui aussi inscrit dans cette perspective : « Pran directement au denz le (...)

23Si l’on rapproche les romans courtois des chansons de geste du xiième siècle, on note une différence en ce qui concerne la vie affective des personnages. En effet, un héros comme Guillaume paraît incapable de résister aux impulsions de son affectivité et ne fait aucun effort pour réprimer ses accès de fureur. Les romans courtois du xiiième siècle sont, pour la plupart, plus raffinés : on a l’impression que, conscients de leurs exubérances et de ce que celles-ci peuvent avoir de gênant pour eux-mêmes et pour autrui, les personnages se tempéraient et couvraient d’un voile pudique les mouvements de leur âme. En fait, les romanciers semblent être à l’origine de cette promotion de la pudeur, comme en témoignent les recommandations d’Ami, un des hérauts de Jean de Meung dans le Roman de la Rose12. On peut lire en effet :

(...) onques hom en nule saison
(...)
Ne mena duel ne marrement
(vv. 6384-86)

24ou encore :

Nul maltalent ne li moustrez
Sages hons son maltalent cuevre
(vv. 7341-42)

  • 13 Jankelevitch écrivit à ce sujet « La pudeur est très souvent la périphrase de l’amour », in L’Iron (...)

25Encore convient-il de nuancer cette affirmation : ce texte est anticourtois et la pudeur y est prônée ici non tant pour préserver l’espace intime que pour mener à bien un entreprise de séduction où il faudra capter la bienveillance de ceux qui entourent la Rose, et notamment Malebouche. Néanmoins, pourrait-on aller plus loin et peut-être y déceler l’ébauche d’une inflexion nouvelle des sensibilités, l’émergence de la conscience de deux mondes hétérogènes, celui de la vie privée et celui de la vie publique, les gestes ne devant alors plus traduire ce qui relève du privé, mais l’éluder. On ne peut parler que d’émergence puisque la vie affective est encore largement exprimée par des gestes dans les romans de cette époque. Reste que cette conscience touche, dans nos œuvres, un sentiment, l’amour, qui, dans ses manifestations corporelles semble entouré d’une pudique réserve13. On le constate aisément dans le Lai de l’Ombre où Jean Renart montre clairement que la dame est désarmée après avoir entendu les aveux du chevalier :

La color l’en croist et avive
De ce qu’il dist qu’il est toz suens
(vv. 374-75)

  • 14 A. Rey enregistre ce sens en 1674 (Dictionnaire historique de la langue, Paris, Robert, 1992, t. I (...)

26En fait, si dans les romans courtois l’amour est comme préservé par les manifestations de la pudeur, beaucoup plus que les autres sentiments, c’est parce qu’on a la conviction qu’il est lié à l’intimité la plus profonde, à ce que l’être a de plus personnel et de plus vulnérable. Il y aura encore un long chemin à parcourir pour affiner véritablement les sensibilités et aboutir à ce que l’on entend aujourd’hui par le mot « pudeur  », à savoir cette retenue qui empêche : de se livrer, d’exprimer des émotions14.

3) Voiler ou dévoiler les gestes : la pudeur ambivalente des romanciers.

  • 15 sur ce point voir le beau travail de F. Garnier Le Langage des gestes dans l’iconographie médiéval (...)

27Il n’est guère étonnant de trouver, dans les romans courtois du xiiième siècle un système selon lequel un geste ou une attitude corporelle exprime un sentiment, système proche de celui qui existe dans l’iconographie et permet de comprendre immédiatement les subtilités de l’imagerie médiévale15. Gestes de colère, de tristesse, de dégoût ou encore d’allégresse, l’expression des sentiments passe donc largement par les gestes dans ces œuvres. Ainsi découvre-t-on dans l’Escoufle un empereur pris de remords qui ne cherche pas à cacher son violent trouble intérieur :

Il desront ses dras et depiece
(v. 4170)

  • 16 vv. 1482-83 Guillaume retrouve Jouglet et de laisse aller à de tendres effusions : Ses li a au col (...)

28Dans la même perspective, l’amitié s’affiche aux yeux de tous dans Guillaume de Dôle16 et l’émotion n’y semble en rien contenue par quelque geste de repli sur soi. Ainsi, lorsque le sénéchal annonce à la mère du héros dans quelle estime l’empereur tient son fils, manifeste-t-elle aussitôt sa joie et

plore de joie o lermes
(v. 3326)

  • 17 L’Escoufle v. 320, v. 1504 et v. 2532 ; Guillaume de Dôle v. 3748 et v. 4945, Roman de la Violette(...)

29Que ce soit dans les autres romans de Jean Renart, chez Gerbert de Montreuil ou encore dans le Bel Inconnu, on pourrait multiplier les exemples de ces gestes qui rendent superflue la désignation du sentiment, mais cela nous éloignerait de notre sujet17. Ces gestes qui extériorisent les sentiments semblent donc aux antipodes de la pudeur qui, elle, élude l’espace intime des émotions pour mieux le protéger. Ne tirons pas de conclusions hâtives : en aucun cas cela ne peut signifier que les romanciers courtois ignorent tout de la pudeur — affirmation qui contredirait, par ailleurs, nos propos précédents. Cela semble, en fait, tenir à une fait littéraire, que l’on retrouve de manière constante dans la littérature narrative du Moyen-Age : les auteurs éprouvent des difficultés à analyser les subtilités de l’âme humaine et les discours introspectifs n’existent pratiquement pas. Ils prennent alors le parti d’exprimer par des gestes les mouvements de l’âme, afin de donner au lecteur les éléments nécessaires à la compréhension de l’intrigue. On ne peut donc parler d’impudeur à propos de ces gestes : la question ne se pose d’ailleurs pas, car il s’agit ici d’un choix poétique permettant aux romanciers de donner à leurs textes des accents vivants. Avec les gestes exprimant les sentiments, l’impudeur ne supplante pas la pudeur, toutes deux restent dans l’ombre pour permettre aux romans d’avoir des accents inimitables : la vie réelle envahit la littérature, la réalité de l’homme du xiiième siècle pénètre de sa totalité vivante la fiction.

  • 18 on prendra toute la mesure de la visée édifiante de cette introduction en relisant les vers 151 à (...)

30Ce parti pris poétique semblerait alors indiquer que la pudeur n’est pas le souci premier des romanciers, pourtant, le problème se pose véritablement à eux, comme en témoigne l’introduction de Gerbert de Montreuil, où il affirme rechercher une maniere qui ne choquera ni ne brutalisera le lecteur18. L’espace du roman doit donc s’ouvrir à la pudeur et les romanciers doivent prendre garde à ne pas heurter le lecteur en lui donnant à lire des gestes crus et grossiers, qui seraient alors ressentis comme un outrage, une provocation menant d’une impudeur à l’autre. Ils doivent, par conséquent, procéder délicatement afin de répondre à une exigence quelque peu équivoque : satisfaire la curiosité du lecteur en ne laissant aucun pan d’ombre et en même temps, respecter la pudeur collective en préservant des zones inviolables, autrement dit, manifester que leur rapport à l’intrigue n’a pas de limites tout en se soumettant au code en vigueur de la pudeur. S’il leur est aisé de proscrire, comme on l’a vu, les gestes liés aux fonctions physiologiques, le problème de la pudeur est plus délicat en ce qui concerne les gestes du deduit amoureux.

31L’amour occupant une place de choix dans les romans courtois, il est difficile pour les auteurs de ne pas s’attarder à décrire les gestes d’amour. Néanmoins, conscients de ce qu’une présentation trop détaillée de ces gestes aurait d’impudique — le lecteur devenant malgré lui voyeur d’une intimité qui ne supporte aucune exhibition — les romanciers semblent répondre à la même exigence de pudeur. Ce souci apparaît très clairement dans la Chastelaine de Vergy, où, au nom de la pudeur, l’auteur suspend la description du deduit amoureux :

dedens la chambre en un lit furent
qui sans dormir ensemble jurent
a tel joie et a tel deport
qu’il n’est raison que nus recort
(vv. 431-34)

32Dans le Bel Inconnu, Renaut de Beaujeu respecte lui aussi cette exigence, tout en prenant un parti différent : il ne jette pas directement un voile pudique sur les gestes sensuels, il feint l’absence qui, à elle seule, justifie son silence :

Je ne sai s’il fist s’amie
Car n’ifui pas, ne m’en vi mie
(vv. 4815-16)

  • 19 on lit dans La Chastelaine de Vergy : « Et pour cou qu’adés li souvient / De la grant joie et du s (...)
  • 20 voici un exemple de ces scènes dans L’Escoufle, entre la dame de Montpellier et son ami le comte d (...)

33Les gestes composant le jeu amoureux sont donc présentés avec beaucoup de retenue et de délicatesse et les romanciers prennent souvent le parti de la suggestion, comme si ces gestes relevaient de l’invisible et de l’indicible19. Ces brèves évocations de volupté se limitent le plus souvent à de timides caresses, à des acolements et des baisers, comme le révèlent L’Escoufle ou le Bel Inconnu20. Cette retenue des romanciers à évoquer les gestes érotiques a, sans nul doute, pour origine la barrière morale imposée par l’Eglise. Il convient alors de remarquer que l’on s’éloigne ici de la pudeur conçue comme réaction spontanée : en effet, si les romanciers cherchent à éluder les gestes liés aux plaisirs charnels, c’est davantage par respect pour le decet de la convenance morale que dans un mouvement de retrait lié à leur propre sensibilité. On peut donc très difficilement parler de véritable pudeur des auteurs, dans la mesure où leur réserve procède non tant d’une retenue naturelle à présenter aux lecteurs des gestes inconvenants, que de la décence et du conformisme moral.

  • 21 cf Ph. Ménard Le Rire et le sourire dans le roman courtois, Paris, 1969, en particulier pp. 253-60 (...)

34Toutefois, tout en respectant les exigences morales concernant l’amour physique, les romanciers ne taisent pas le plaisir charnel que peuvent procurer certains gestes, c’est là tout l’intérêt d’une écriture de la suggestion que de procéder avec réserve et retenue21. Certains auteurs vont plus loin, sans pour autant sombrer dans la crudité et l’impudeur délibérées — comme c’est le cas dans les fabliaux — car, ne l’oublions pas, l’union charnelle reste un sujet largement tabou au xiiième siècle. Ainsi Jean Kenart abandonne-t-il toute retenue lorsqu’il décrit dans L’Escoufle, le baiser échangé par Guillaume et Aélis :

Ele œuvre si sa bele bouche
Que l’une langue a l’autre touche
(vv. 4337-38)

35Ces vers sont d’une grande sensualité, certes, mais le style de l’écrivain est si léger et gracieux qu’il ôte toute impudeur à une description pourtant réaliste. Dans la même perspective, l’auteur du Bel Inconnu glisse dans son roman des scènes d’une grande volupté où les gestes sensuels ne sont plus laissés dans l’ombre, mais sans jamais tomber dans la précision crue et grossière. En effet, jamais il ne montre clairement les réalités de la chair. On a beau voir l’amie de Guinglain qui

Son pis sor le sien li tenoit
Nu a nu que rien n’i avoit
entr’els plus que sa cemisse
(vv. 2435-37)

36rien ne nous indique ce qui se passe réellement entre eux.

  • 22 l’acte sexuel est présenté à travers les métaphores du voyage, du pèlerin, de l’abeille, etc. voir (...)
  • 23 voir notamment les vers 9140, 9316, 14273, 14707 et 21188.

37On ne peut donc, une fois encore, parler d’impudeur, l’écrivain jouant de l’ambiguïté gestuelle. Cette réserve des auteurs n’a, en fait, rien de spécifique au xiiième siècle, la pudeur touchant les relations sexuelles semblant être commune à toutes les époques. Et si le Roman de la Rose semble parfois évoquer sans retenue l’acte sexuel, n’oublions pas qu’il ne s’agit pas de gestes précis et réalistes, mais de métaphores qu’il convient d’interpréter22. La pudeur et l’impudeur concernent donc la langue et non les gestes, d’autant qu’on retrouve, à d’autres endroits, ce flou délicat qui entoure les gestes trop charnels pour être rendus visibles sans tomber dans la vulgarité23. Si donc on ne peut véritablement parler de pudeur des romanciers en ce qui concerne les plaisirs amoureux, on ne peut non plus évoquer leur impudeur : les tabous de la société sont toujours respectés puisque les gestes de l’acte sexuel ne sont jamais portés au grand jour. Les termes de retenue et de délicatesse conviendraient alors davantage à cette écriture de l’allusion.

38Tandis que dans les fabliaux s’étale à l’envi les gestes les plus naturels et les plus inconvenants, les romans courtois du xiiième siècle semblent tout de retenue et de délicatesse en ce qui concerne les gestes manifestant l’intimité d’un être. C’est pourquoi on peut parler de pudeur sans craindre d’interpréter les textes. Les gestes de repli manifestant ce sentiment ne relèvent pas seulement du retranchement. En effet, il ne s’agit pas pour les héros et les auteurs de faire passer l’être humain pour incorporel, mais de ménager entre autrui et soi un espace, certes toujours précaire. Dans les romans courtois du xiiième siècle, la pudeur est essentiellement tournée vers l’autre, dans la mesure où elle vise à soustraire de son regard ce qui entraînerait gène et confusion. C’est pourquoi, la frontière paraît extrêmement floue avec la décence et les convenances morales.

Notes

1 Roman de la Rose, Edition F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, 1965-70, vv. 2097-2102.

2 Sur ce point, on pourra lire l’intéressante étude de Cl. Habib, La Pudeur, la réserve et le trouble, Paris, Autrement, série Morales n°9, 1992.

3 Jean Renaît Le Lai de l’Ombre, éd. F. Lecoy, Paris, Champion, 1979 ; L’Escoufle, éd. F. Sweetser, Genève, TLF, 1974 ; Guillaume de Dôle, éd. F. Lecoy, Paris, Champion, 1962. Gerbert de Montreuil, Roman de la Violette, éd. D. L. Buffun, Paris, SATF, 1928 ; La Chastelaine de Vergy, éd. L. Foulet, Paris, Champion, 1921 ; Le Bel Inconnu, éd. G. P. Williams, Paris, Champion, 1929.

4 A. Montandon dans son Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre du Moyen-Age à nos jours, Clermont-Ferrand, 1995, expose de manière claire cette ambivalence du corps au Moyen-Age.

5 les auteurs s’inspirent du De Officiis de Cicéron, Ch. XXXV, cité par A. Montandon - op. cit. - à la rubrique « Corps ».

6 Il y a loin, en effet, de ce seul geste à l’importance accordée aux fonctions naturelles dans les fabliaux, qui décrivent gestes et situations scabreuses. Voir l’article de M. Th. Lorcin « L’Expression corporelle dans les fabliaux français » in RAZO n°2 « Images du corps humain dans la littérature et l’histoire médiévale », Nice, 1991. On peut également consulter l’inventaire assez complet que dresse Ph. Ménard dans Les Fabliaux, contes à rire du Moyen-Age, Paris, PUF, 1983.

7 vv. 664-65 : Lisiart reproduit exactement les memes gestes que la vieille

8 voir aussi vers 14382, la vieille conseille aux jeunes filles d’attirer l’amant dans leur lit grâce au bain « baingnier se doivent ensemble »

9 c’est ce que montre J. Rossiaud dans La Prostitution médiévale, Paris, Flammarion, Collection Champs, 1988, pp. 240-48. Voir aussi A Franklin La Civilité, l’étiquette, la mode et le bon ton du xiiième au xixème siècle, Paris, 1908, Chp l, p. 9.

10 cité par Cl. Roussel dans « Le legs de la Rase : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale » in Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, dirigé par A. Montandon, Clermont, 1994

11 c’est l’idée développée par M. Zink dans La Pastourelle, poésie et folklore au Moyen-Age, Paris, Bordas, 1972.

12 Guillaume de Lorris s’est lui aussi inscrit dans cette perspective : « Pran directement au denz le frein / Si doute ton cuer et refraing » (vv. 3065-66).

13 Jankelevitch écrivit à ce sujet « La pudeur est très souvent la périphrase de l’amour », in L’Ironie, Paris, Flammarion, 1964, p. 80.

14 A. Rey enregistre ce sens en 1674 (Dictionnaire historique de la langue, Paris, Robert, 1992, t. II, p. 1667).

15 sur ce point voir le beau travail de F. Garnier Le Langage des gestes dans l’iconographie médiévale, Paris, Le Léopard d’Or, 1989.

16 vv. 1482-83 Guillaume retrouve Jouglet et de laisse aller à de tendres effusions : Ses li a au col mis ; voir également vv. 179495.

17 L’Escoufle v. 320, v. 1504 et v. 2532 ; Guillaume de Dôle v. 3748 et v. 4945, Roman de la Violette v. 3135, v. 3338, v. 4369 et v. 6198.

18 on prendra toute la mesure de la visée édifiante de cette introduction en relisant les vers 151 à 154.

19 on lit dans La Chastelaine de Vergy : « Et pour cou qu’adés li souvient / De la grant joie et du soulas / qu’il e eü entre ses bras » (vv. 284-86).

20 voici un exemple de ces scènes dans L’Escoufle, entre la dame de Montpellier et son ami le comte de Saint-Gilles : « Ele le voit al col pendant / Ses biax dras, si l’acole et baise » (vv 5846-47). On a un passage similaire dans le Bel Inconnu vv 2439-40.

21 cf Ph. Ménard Le Rire et le sourire dans le roman courtois, Paris, 1969, en particulier pp. 253-60 et 267-70.

22 l’acte sexuel est présenté à travers les métaphores du voyage, du pèlerin, de l’abeille, etc. voir v. 4041, v. 8259, v. 21958, v. 21405, v. 21593 et v. 21608

23 voir notamment les vers 9140, 9316, 14273, 14707 et 21188.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540