Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

La valeur des gestes dans les miniatures de dédicace (fin du xive siècle - début du xvie siècle)

Béatrice Beys

Texte intégral

  • 1 Selon F. Avril les premiers exemples de scènes de dédicace illustrant le prologue de la traduction (...)
  • 2 Sur cette traduction humaniste de Claude de Seyssel (Xénophon, L'Anabase, Londres, British Library (...)
  • 3 Quelques frontispices dans lesquels le miniaturiste a rompu avec la composition traditionnelle des (...)

1Les miniatures de dédicace, dans lesquelles un individu remet ou présente l'ouvrage qu'il a écrit, traduit ou fait enluminé, à un puissant seigneur, ont été représentées durant tout le Moyen Age1. C'est dans la majorité des cas le frontispice et si le livre n'est par ailleurs historié, son unique illustration. Dans les recueils, il n'est pas rare de rencontrer plusieurs dédicaces enluminées, chacune, introduisant une oeuvre. Plus singulière est la présence de deux miniatures dédicatoires à l'intérieur d'un même ouvrage. Une traduction de Claude de Seyssel destinée à Henri VII, roi d'Angleterre contient deux miniatures dédicatoires : la première au roi de France Louis XII, la seconde à son destinataire réel, à savoir le souverain anglais. Les prologues éclairent le lecteur : la traduction a d'abord été réalisée pour Louis XII, d'après l'original grec découvert dans sa bibliothèque de Blois2. La présence d'une ou de plusieurs miniatures dédicatoires dans le livre offert a donc une signification. Peut-on en dire autant des gestes que les artistes prêtent aux personnages ? II convient de nuancer la réponse, les enlumineurs ayant souvent recours à des poncifs. Dans les derniers siècles du Moyen Age cependant, les gestes sont davantage variés : ceux des destinataires, ceux des témoins de l'hommage nouveaux venus dans un espace pictural qui gagne en complexité, l'enluminure devenant plus précise. Reproduits inlassablement ou de façon exceptionnelle dans les images, ces gestes ont-ils une valeur, une signification3 ?

  • 4 Christine de Pisan, l'Epistre d'Othea (Londres, British Library, Harley 4431, vers 1410-1412, fol. (...)
  • 5 Les Chroniques de Hainaut de Jacques de Guise (Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. 9242, fol. (...)

2Les gestes manifestés dans les dédicaces enluminées sont le plus souvent répétitifs. Les donataires, à demi agenouillés, offrent le livre tenu des deux mains ou d'une seule s'il est de modestes dimensions et présenté fermé. Ceux auxquels est adressé l'hommage ont des attitudes davantage variées. Devant l'objet, ils peuvent ne faire aucun geste et rester figés dans l'attitude qui convient à un personnage de haut rang. Ainsi dans un recueil des oeuvres de Christine de Pisan, enluminé vers 1410-1412, Isabeau de Bavière apparaît assise, une main posée sur l'autre4. Dans un groupe de manuscrits d'un style homogène, réalisés vers 1450, Philippe le Bon apparaît plus aristocratique encore, qu'il soit figuré debout ou assis5. Le duc demeure lointain aussi inaccessible qu'une figure divine.

  • 6 Esope, Les Apologues et fables de Laurens Valle. Pétrarque, Ditz des sages hommes. Traduit par Gui (...)
  • 7 C.-J. Brown, « Text, image and authorial self-consciousness in late medieval Paris », Printed the (...)
  • 8 Louis XII figure parmi eux dans un exemplaire de la geste d'Ogier le Danois imprimé en 1498 et con (...)
  • 9 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, Bibliothèque Nation (...)
  • 10 Pour l'illustration des enluminures mettant en scène les bibliophiles cités voir U. Baurmeister et (...)

3Dans d'autres enluminures, les destinataires sont moins hiératiques. De la main, ils accueillent l'ouvrage, le saisissent, l'effleurent, en tournent les pages attentifs aux « histoires » ou au texte... Nous nous sommes demandés, dans cette palette de gestes, si certains étaient réservés à un destinataire... Prenons à titre d'exemple quelques ouvrages dédicacés à un même personnage : le roi de France Charles VIII. Dans les enluminures attribuées au Maître de Jacques de Besançon, selon qu'il tient le sceptre ou les rennes de la monture qui l'emmène en campagne, le souverain avance vers l'ouvrage l'une ou les deux mains6. La paume est ouverte, signifiant l'accueil de l'ouvrage dans les collections, comme la bienvenue, espérée ou réelle, du donataire à la cour. L'enlumineur d'un exemplaire du Verger d'honneur d'André de la Vigne composé vers 1495 (fig. 1), a prêté au souverain des gestes différents : celui esquissé par le monarque, qui apparaît de face et assis sur un trône surélevé, n'est pas un geste d'accueil mais de possession, sans gratification aucune pour le donataire. La paume de la main droite est tournée vers le sol, le roi va saisir le livre7. Il demeure distant, figé dans une attitude qui inspire la majesté. Pour un même souverain, deux artistes ont donc adopté des gestes différents. En observant les frontispices attribués au Maître de Jacques de Besançon, on s'aperçoit qu'il a donné, dans ses miniatures de dédicace à d'autres bibliophiles, un même geste d'accueil8. Lequel semble d'ailleurs tout à fait conventionnel : son prédécesseur Maître François l'affectionnait particulièrement9 comme avant lui d'autres enlumineurs. Des miniatures de dédicace réalisées à l'intention de Valentine Visconti, Louis XII, François Ier et d'autres grands de la cour en témoignent10. Adopté sans distinction pour autant de mécènes, on évitera d'aller au-delà dans l'interprétation de ces gestes.

  • 11 Pour Charles V, la traduction de Nicole Oresme des Ethiques d'Aristote (Bruxelles, Bibl. royale Al (...)
  • 12 Pour Philippe le Bon, le Traité de la conservation de la santé de Guy Parat (Saint-Pétersbourg, Bi (...)
  • 13 Pour Anne de Bretagne, le Voyage de Gênes de Jean Marot (Paris, B.N.F., Fr. 5091, fol. 1, vers 150 (...)
  • 14 U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois..., 1992, p. 161.

4Recevoir le livre c'est aussi le saisir. De Charles V à François Ier11, nombreux sont les bibliophiles à tenir conjointement l'ouvrage avec le donataire. A l'instar de la gestuelle précédente, la responsabilité de l'artiste compte pour beaucoup. Dans deux manuscrits présentés à Philippe le Bon, le Traité de conservation de la santé de Guy Parat et les Grandes Chroniques de France12, le duc de Bourgogne tient le livre des deux mains. Pour ces frontispices, l'enlumineur picard Simon Marmion a choisi un prince plus proche du donataire. Philippe le Bon en saisissant le livre s'inscrit dans le même espace que celui qui le porte, isolé des témoins et des courtisans. Comme dans les Chroniques de Hainaut, le duc se distingue du donataire par son élégance aristocratique, mais le livre, entre les deux hommes, est comme un « trait d'union ». L'objet saisi conjointement matérialise une relation que certains enlumineurs, associant le regard aux gestes, ont exprimé. Dans le frontispice du Voyage de Gênes de Jean Marot réalisé vers 1508, l'enlumineur Jean Bourdichon a situé au premier plan la reine et le poète, les séparant des autres témoins de l'hommage : dames d'honneur et seigneurs de la cour. Anne de Bretagne saisit de la main le modeste volume. Elle pose un regard bienveillant sur le donataire, lequel se garde de la même attitude13. Les mêmes gestes sont adoptés par d'autres artistes pour d'autres destinataires. A titre d'exemple on citera Louis XII recevant la traduction de La Destruction de Troie de Darès de Phrygie (fig. 2)14. Celui qui s'agenouille, vraisemblablement le traducteur, est seul face à son roi et le regarde intensément. De la façon dont ils tiennent le livre, les deux hommes semblent se donner une poignée de main. Mais encore une fois, il faut se garder de négliger la responsabilité des enlumineurs. Si les gestes précédemment évoqués expriment un lien réel ou imaginaire « d'homme à homme », leur absence, l'indifférence visuelle qu'ils traduisent parfois, ne signifient aucunement l'absence de relation.

  • 15 Traduction de Vasque de Lucena de la Cyropédie de Xénophon (Bruxelles, Bibl. royale Albert 1er, ms (...)
  • 16 B. Buettner, « Profane illuminations, Secular Illusions : Manuscripts in Late Medieval Courtly Soc (...)
  • 17 Concernant la réception des Orationes de Bessarion par Louis XI, voir J. Veyrin-Forrer, « L'atelie (...)

5Dans quelques enluminures, le bibliophile ne saisit pas le livre mais en caresse la tranche comme s'il en évaluait la valeur. C'est le geste de Charles le Téméraire recevant de Vasque de Lucena sa traduction de la Cyropédie de Xénophon. C'est encore celui de Charles VIII devant le livre remis par Louis de La Gruthuyse15. Ce mouvement de la main illustre bien les quelques témoignages du déroulement de ces cérémonies parvenus jusqu'à nous. Le chroniqueur Jean Froissart racontant la réception de ses Chroniques par le roi d'Angleterre Richard II, insiste sur l'intérêt de ce dernier pour les enluminures et la calligraphie, la reliure de velours cramoisi, les fermoirs en métal précieux délicatement travaillés : la valeur du cadeau provient de son riche aspect16. Dans une lettre à Johannes Heynlin du 7 mars 1472, Guillaume Fichet a laissé un récit de son hommage du livre à Louis XI dont nous rappelons un extrait : « J'ai remis au roi sérénissime vos Orationes que j'avais fait décorer le mieux possible... Il a pris d'un air gracieux votre livre, et il a lu pendant un instant la petite préface que j'ai mise en tête de votre travail. Ensuite parcourant les feuillets, il a examiné attentivement les ornements et les enluminures dont les marges étaient remplies. Puis il lut vos petits commentaires qui étaient écrits en lettres d'or et de couleurs variées. Tout en lisant, il m'adressa quelques courtes questions auxquelles je répondis sans hésitation... »17. A lire ce témoignage, le roi est tout aussi curieux du décor que du texte.

  • 18 Paris, B.N.F., Fr. 22912, fol. 3, vers 1376-1380. Pour l'illustration en couleurs de ce feuillet, (...)
  • 19 Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. 9092, fol. 1, vers 1457. Pour l'illustration, voir A. Wils (...)
  • 20 Paris, Bibl. de l'Arsenal, ms. 5103, fol. 1v, vers 1517-18 dans Trésors de la Bibliothèque nationa (...)

6Dans des cas moins fréquents, le destinataire est attentif au contenu du livre. Charles V observe la traduction de la Cité de Dieu de Saint Augustin présentée par Raoul de Presles18 ; Philippe le Bon, debout, tourne les pages du Traité sur l'oraison dominicale devant Jean Miélot19. François Ier consulte assis le recueil de Guillaume Budé, composé à son intention vers 1517-1518, De l'institution du prince20. Ces gestes, à l'instar de ceux qui exprimaient l'accueil de l'ouvrage, ne sont pas propres à un destinataire en particulier. La réception du livre par un même mécène varie d'un artiste à un autre.

  • 21 Pour Daniel Russo, le « Christ-Dieu » en majesté, au centre de la composition, serait, sous les ye (...)
  • 22 Bible Historiale de Charles V, Paris, Bibl. de l'Arsenal, Fr. 5212 dans F. Avril, l'enluminure à l (...)
  • 23 Voir la dalle funéraire de Guillaume de Saint-Rémi (vers 1340), docteur en théologie de l'universi (...)
  • 24 Les « rabats » apparaissent rarement dans l'iconographie d'autres souverains. Signalons un cas rec (...)
  • 25 Aristote, Politique, Economique et Ethique, traduction par Nicole Oresme, (Paris, B.N.F., Fr. 204, (...)
  • 26 On notera parmi les exceptions, le geste impérieux du roi Henri d'Angleterre dans l'illustration d (...)

7Il faut maintenant s'attarder sur des gestes plus rares dans les miniatures de dédicace au moyen de laquelle le destinataire ne se contente pas de recevoir mais réagit devant le texte dont il sera le lecteur présumé. Le destinataire, est ici le roi de France Charles V. Assis, il reçoit la célèbre Bible Historiale de Jean de Vaudetar (fig. 3). Le livre est présenté ouvert. Au verso, on distingue dans une enluminure à pleine page un Christ en majesté21. Sur le recto du feuillet suivant apparaissent calligraphiés les premiers mots de la Genèse. Ce n'est pas vers l'enluminure dont il pourrait apprécier le luxe que le roi dresse son index, mais vers le texte qu'il connaît par ailleurs. Soulignons que Charles V possédait d'autres bibles historiales parmi lesquelles celle magnifiquement historiée par l'enlumineur Jean le Noir22. L'artiste, ici Jean Bondol de Bruges a d'ailleurs ajouté un détail qui n'est pas anodin : dans l'encolure du vêtement royal, se distinguent de part et d'autre d'une ouverture sur la poitrine, deux arrondis symétriques. Ces « rabats », vers le milieu du xive siècle appartiennent au costume des maîtres de l'Université : Guillaume de Saint-Rémi à Paris et Giovanni d'Andrea à Bologne23. Leur adoption, par le roi de France pour l'iconographie officielle24, associe le souverain à la communauté des sages. Geste et vêtement sont ici réunis pour donner de Charles V, l'image d'un lecteur averti, capable d'évaluer l'ouvrage qui lui est offert. Une enluminure de quelques années postérieures à celle de la Bible de Jean de Vaudetar, mérite notre attention. L'illustration précède le prologue des Ethiques et politiques d'Aristote25. Elle comprend quatre quadrilobes agencés sur deux registres. Dans la partie supérieure : Charles V entouré de conseillers dresse l'index de la main droite vers un livre présenté ouvert. Vraisemblablement, il donne à Nicole Oresme, l'ordre de traduire l'oeuvre du philosophe grec. Dans la partie droite du registre supérieur, le traducteur réapparaît dans son étude. Installé devant son pupitre, il écrit tandis qu'un serviteur lui apporte un ouvrage volumineux qu'il utilisera sans doute pour son labeur. Les quadrilobes du registre inférieur contiennent de gauche à droite le transport du livre porté par un serviteur derrière le traducteur et la présentation de l'ouvrage. Charles V est assis, entouré de conseillers. L'un d'eux arbore, comme le roi les « rabats » du costume des intellectuels. Il tient de la main droite le livre et désigne le texte de la main gauche. Le roi, s'apprête à tourner un feuillet, une main posée sur la tranche du livre. Encore une fois, il est assimilé à un docte qui non seulement contrôle la traduction mais dont l'initiative lui revient. Pour cet exemplaire, de quelques années postérieur au règne de Charles V, l'enlumineur a conservé au souverain sa qualité de roi sage par le geste et le vêtement. Le geste de commande de l'oeuvre reste rare dans les scènes de présentation du livre ou dans celles qui avec l'hommage, constitue l'illustration d'un feuillet26.

  • 27 Le texte de l'exemplaire d'Antoine Vérard est une traduction anonyme en prose et en vers réalisée (...)
  • 28 J. Van Praet pensait que cet exemplaire ainsi que son frère jumeau de la Bibliothèque nationale de (...)
  • 29 Opposé à l'arianisme des Ostrogoths, Boèce fut condamné à l'exil après avoir été jugé pour complot (...)
  • 30 Sur l'iconographie du personnage de Philosophie, voir P. Courcelle, La Consolation de la philosoph (...)
  • 31 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, pl. XI, ill. (...)
  • 32 Cf. note 18.
  • 33 Orationes de Bessarion, Rome, Bibl. apostolique Vaticane, Vat. Lat. 3586, fol. 4.

8Dans les enluminures postérieures au règne de Charles V, d'autres personnages peuvent intervenir autour du livre. Ils ne sont pas nécessairement contemporains de la réalisation de l'ouvrage. L'enluminure (fig. 4) d'une traduction de la Consolation de Philosophie de Boèce27 mérite à ce sujet d'être observée. Elle a été réalisée par un artiste conventionnellement nommé le Maître de Jacques de Besançon auquel on doit un certain nombre de frontispices pour le compte du libraire parisien Antoine Vérard. L'ouvrage, est un imprimé sur vélin de 1494, vraisemblablement exécute à l'intention du comte Charles d'Angoulême28. Entre le destinataire assis qui, vers le volume, manifeste un geste d'accueil et Antoine Vérard à demi agenouillé qui remet « son » livre, apparaît une dame, la chevelure cernée d'un nimbe crucifère. Présente dans les autres illustrations de cet imprimé sur vélin, aux côtés de Boèce captif29, il s'agît du personnage de Philosophie. Son nimbe, rare dans l'iconographie de cette allégorie, peut-être inspiré des Noces de Mercure et de Philologie de Martianus Capella, l'associe à la Vierge30. Portant son regard vers le destinataire, elle tient un livre ouvert, celui de son enseignement ou celui composé par Boèce du temps de son exil. De l'index, elle désigne le texte. Dans les deux cas, il est source de sagesse et celui qui le reçoit doit s'en inspirer pour son gouvernement. Par son geste, Dame Philosophie interpelle le destinataire tout occupé à accueillir un nouvel ouvrage dans ses collections. Son geste manifesté par une Philosophie christianisée est une invitation vers la lumière et la vérité. Soulignons par ailleurs que l'enlumineur n'a pas représenté les courtisans habituellement témoins de l'hommage mais des intellectuels discutant. Le geste de celui, situé à gauche dans l'espace pictural est celui de l'argumentation31. Le destinataire n'est plus un érudit, il est invité à le devenir. Et celui qui formule l'invitation n'est pas seulement l'enlumineur mais Antoine Vérard pour lequel il travaille. La présence du libraire dans l'image, substitué à l'auteur ou au traducteur est significative. Et si le livre est valorisé de quelconque façon par les gestes des témoins de l'hommage le prestige en revient au donataire. Parmi ces témoins, il en est d'autres que Dame Philosophie. L'auteur qu'il soit anachronique ou contemporain de l'hommage peut y assister, sa présence bienveillante et honorifique ne peut qu'être favorable au donataire. Saint Augustin debout derrière Raoul de Presles avance les mains comme pour amener son traducteur auprès du roi Charles V32. Le cardinal Bessarion, cette fois contemporain de la cérémonie a la main gauche posée sur l'épaule de son protégé, Guillaume Fichet, tandis qu'il tient de la main droite la croix de l'Eglise à laquelle il appartient33. Plus ostentatoire est le geste de l'historien Flavius Josèphe dans un imprimé d'Antoine Vérard. L'historien debout derrière le libraire esquisse une révérence devant le roi qui visiblement part en campagne. C'est là un double hommage.

  • 34 Cf. note 25.

9Si dans les miniatures de dédicaces, les gestes sont le plus souvent conventionnels, ceux manifestes par le roi de France Charles V ou certains témoins de l'hommage n'ont pas été représentés au hasard. De toute évidence, ils participent à la représentation idéalisée d'un destinataire éminent ou à la valorisation sociale du donataire. Les gestes méritent donc d'être observés car ils sont les vecteurs d'une idée. Il faut cependant les étudier en considérant l'ensemble de l'enluminure car l'image constitue un tout. Charles V n'est pas sage seulement par le geste, mais par son vêtement (fig. 3), la présence de conseillers autour de lui34, le mobilier qui l'entoure... De même, il faut rester attentif à l'identité de l'émetteur du geste. Celui du personnage de Philosophie dans la traduction offerte par Antoine Vérard s'avère d'autant plus significatif qu'il est manifesté par la personnification de la connaissance divine et universelle. Enfin, il faut aussi considérer que ces gestes apparaissent dans des enluminures représentant un hommage. Le commanditaire intervient dans l'iconographie de la dédicace enluminée : les gestes que l'illustrateur réserve aux personnages participent à son éloge.

Fig. 1 : André de la Vigne remet
le Verger d'Honneur à Charles VIII
Paris. B.N.F., Fr. 1687, fol. 1v.

Fig. 2 : Louis XII reçoit la traduction
de la Destruction de Troie de Darès de Phrygie
Paris, B.N.F., Fr. 9735, fol. 1v.

Fig. 3 : Jean de Vaudetar offre une copie
de la Bible Historiale à Charles V
La Haye, Museum van het Boek/Museum Meermanno–Westreenianum, 10 B. 23, fol. 2.

Fig. 4 : Antoine Vérard offre une traduction
de la Consolation de Philosophie de Boèce
Paris, musée du Petit Palais. Dutuit 114. fol. 2.
© Photothèque des musées de la ville
de Paris by SPADEM

Notes

1 Selon F. Avril les premiers exemples de scènes de dédicace illustrant le prologue de la traduction remontent au ixe siècle, voir C. Beaune et F. Avril, Le miroir du pouvoir, Paris, Hervas, collection Banque nationale de Paris, 1989, p. 20 ; H. Toubert cite un exemple plus ancien : le Dioscoride de Vienne illustré à Constantinople au vie siècle (Vienne, Nationalbibliothek, cod. méd., gr. 1), voir H. Toubert, « Formes et fonctions de l'enluminure » dans Histoire de l'édition française, t. I, Le livre conquérant du Moyen Age au milieu du xviie siècle, ss. la dir. de R. Chartier et H.-J. Martin, Paris, Fayard / Promodis, 1989, p. 122. Au delà de la période médiévale cette iconographie perdure et Roger Chartier de préciser que le don du livre « constitue encore au xviiie siècle l'une des meilleures façons de capter la bienveillance royale », R. Chartier, Culture écrite et société. L'ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, p. 91.

2 Sur cette traduction humaniste de Claude de Seyssel (Xénophon, L'Anabase, Londres, British Library, Royal, ras. 19 CVI, ff. 9v et 17, entre 1508 et avril 1509) voir P. Thibault, Louis XII : images d'un roi de l'Imperator au Père du peuple, Château de Blois, 18 décembre 1987 - 14 février 1988, Blois, 1989, pp. 58 à 59, n° 22.

3 Quelques frontispices dans lesquels le miniaturiste a rompu avec la composition traditionnelle des dédicaces enluminées ont été exclus de notre propos. Parmi ceux-ci, celui de l'Anabase de Xénophon traduite du grec au latin par Jean Lascaris, et du latin au français par Claude de Seyssel (Paris, B.N.F., Fr. 702, fol. 1) pour l'iconographie de laquelle l'enlumineur s'est inspiré de celle de la Pentecôte. Pour un commentaire très précis de cette illustration et sa reproduction en couleur, voir C. Beaune et F. Avril, Le miroir... 1989, p. 82. Voir également P. Thibault, Louis XII : images d'un roi..., 1989, p. 30 et la seconde partie des Triumphes de Vertus destinée à Louise de Savoie (Paris, B.N.F., Fr. 144, fol. B), le frontispice de laquelle étant allégorique dans A.-M. Lecoq, François 1er imaginaire, Symbolique et politique à l'aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, pp. 337 à 340 et ill. 157 et « Les images symboliques de Louise de Savoie dans ses manuscrits » dans Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, ouvrage réalisé par la società editrice Umberto Allemandi & C. pour la fondation Humbert II et Marie José de Savoie, Turin, 1989, pp. 130 à 135.

4 Christine de Pisan, l'Epistre d'Othea (Londres, British Library, Harley 4431, vers 1410-1412, fol. 3) dans Ch. Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500, Paris, Bibliothèque des Arts, 1987, 1, p. 283, 287, 288, fig. 196 et O. Blanc, Parades et parures. L'invention du corps de mode à la fin du Moyen Age, Paris, Gallimard, 1997, p. 91, n°24.

5 Les Chroniques de Hainaut de Jacques de Guise (Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. 9242, fol. 1, 1448-1468) dans C. Gaspar et F. Lyna, Les principaux manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, 1989, rééd. de C. Pantens, t. III, vol. I, pp. 9-25, notice 245 et vol. 2, pl. I et Ia. ; le livre du gouvernement des Princes de Gilles de Rome (Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. 9043, fol. 2, vers 1450) dans C. Gaspar et F. Lyna, Les principaux..., t. III, vol. I, p. 281 ; le Roman d'Alexandre (Paris, B.N.F., Fr. 9342, fol. 5, 1448) dans L. M. J. Delaissé, La miniature flamande, le mécénat de Philippe le Bon, Bruxelles-Amsterdam-Paris, 1959, n° 40, p. 51, pl. 18 et 19 et le Roman de Girard de Roussillan (Vienne, Nationalbibliothek, ras. 2549, fol. 6, 1448) dans L. M. J. Delaissé, La miniature flamande..., 1959, n°45, pp. 54-55.

6 Esope, Les Apologues et fables de Laurens Valle. Pétrarque, Ditz des sages hommes. Traduit par Guillaume Tardif (Paris, B.N.F., Rés. Vélins 611, Paris, vers 1493) ; Flavius Josèphe, De la Bataille judaïque (Paris, B.N.F., Rés. Vélins 696, après le 7 décembre 1492) ; Lancelot en prose (Paris, B.N.F., Rés. Vélins 614-616, Paris, 1494) Pour les reproductions des enluminures citées à Charles VIII voir U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois. In bibliothèque de Blois, Paris, 1992, pp. 111, 103, 107.

7 C.-J. Brown, « Text, image and authorial self-consciousness in late medieval Paris », Printed the written word. The social history of books, circa 1450-1520, S. Hindman (éd.), Ithaca et Londres, Cornell University Press, p. 105, fig. 4-1.

8 Louis XII figure parmi eux dans un exemplaire de la geste d'Ogier le Danois imprimé en 1498 et conservé à Turin (Bibl. Naz. Univ., XV. V. 183, fol. ai). Le roi s'incline vers l'ouvrage, tenant de la main gauche les rennes de la monture qui le porte, avançant l'autre main, la paume ouverte. Pour la reproduction de cette enluminure, voir Ogier le Danois, roman en prose du xve s. (fac-similé), publié pour Det danske Sprog - og Litteraturselskad, par Knud Togeby, Munsgaard, 1967 ; voir aussi deux exemplaires du Grand Boèce de consolation de Philosophie (1494), vraisemblablement exécutés à l'intention de Charles d'Angoulême conservés à Paris (B.N.F. Rés. Vélins 488, fol. 2 et musée du Petit Palais, Dutuit 114, fol. 2, pl. IV).

9 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, Bibliothèque Nationale, 1993, p. 261. Pour les reproductions des miniatures de dédicace de la Rhetorica de Guillaume Fichet de 1471, destinées à Yolande de Savoie (Cologny, Bibliotheca Bodmeriana, ms. 176, fol. 1), au cardinal Bessarion (Venise, Biblioteca Marciana, imprimé sur vélin, Membr. 53.) voir Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie..., 1989, pl. XV et p. 198, n° 24 ; J. Veyrin-Forrer, « L'atelier de la Sorbonne et ses mécènes 1470-1473 » dans L'art du livre à l'imprimerie Nationale : cinq siècles de typographie, Paris, Imprimerie Nationale, 1974, p. 43, ill. 7.

10 Pour l'illustration des enluminures mettant en scène les bibliophiles cités voir U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois..., 1992, p. 43 pour L'Apparition de Jean de Meun d'Honoré Bonet (Paris, B.N.F., Fr. 811, fol. 1v, Paris, vers 1398-1408) et p. 165 pour la traduction d'Octovien de Saint-Gelais de L'Enéide de Virgile (Paris, B.N.F., Fr. 861, France, peu après le 27 avril 1501) ; P. Thibault, Louis XII : images d'un roi..., 1989, p. 58, n° 22 pour la traduction de L'Anabase de Xénophon de Claude de Seyssel (Londres, British Library, Royal ms. 19 CVI, fol. 9v, entre 1508 et avril 1509) ; A. Blum et Ph. Lauer, La miniature française aux xve et xvie siècle, Paris, Van Oest, 1930, pl. 82, p. 96 pour le Recueil des Chroniques françaises de Guillaume Crétin (Paris, B.N.F., Fr. 2817, fol. Jv, vers 1515).

11 Pour Charles V, la traduction de Nicole Oresme des Ethiques d'Aristote (Bruxelles, Bibl. royale Albert 1er, ms. 9505, réalisée vers 1370), voir F. Avril, L'enluminure à la cour de France, Paris, Chêne, 1978, p. 104, pl. 33 ; Pour François Ier, Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meung (New York, Pierpont Morgan Library, ms. 948, fol. 4, Rouen, vers 1525) et le Poème sur la Passion de Jacques le Lieur (New York, Pierpont Morgan Library, ms. 147, fol. 1, Rouen, vers 1530).

12 Pour Philippe le Bon, le Traité de la conservation de la santé de Guy Parat (Saint-Pétersbourg, Bibl. nat. de Russie, Fr. Q. v. VI., 1, fol. 2) et les Grandes Chroniques de France (Saint-Pétersbourg, Bibl. nat., Erm. 88, fol. 1) dans T. Voronova et A. Sterligov, Manuscrits enluminés occidentaux du viiie au xvie siècle à la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg, éd. Parkstone / Aurora, Bournemouth / Saint-Pétersbourg, 1996, p. 145, n°174 et p. 143, n°173.

13 Pour Anne de Bretagne, le Voyage de Gênes de Jean Marot (Paris, B.N.F., Fr. 5091, fol. 1, vers 1508) dans F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures…, 1993, p. 303, n° 167.

14 U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois..., 1992, p. 161.

15 Traduction de Vasque de Lucena de la Cyropédie de Xénophon (Bruxelles, Bibl. royale Albert 1er, ms. 11703, fol. 6, avant 1477) dans C. Pantens, Manuscrits à peintures 1460-1486, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1989, cat. 39, pp. 104-105 et le Livre des Tournois de René d'Anjou offert à Charles VIII par Louis de La Gruthuyse (Paris, B.N.F., Fr. 2692, fol. Av) reproduit dans J. Martens, Lodewijk van Gruuthuse, mecenas en europees diplomaat ca. 1427-1492, Bruges, 1992, p. 37.

16 B. Buettner, « Profane illuminations, Secular Illusions : Manuscripts in Late Medieval Courtly Society » dans Art Bulletin, 1974, 1, 1992, pp. 77 à 78. B. Buettner remarque les dimensions excessives de l'ouvrage dans le frontispice des Chroniques de Jean Froissait (New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 804, fol. 1, vers 1400). L'enlumineur aura voulu signifier la valeur du don.

17 Concernant la réception des Orationes de Bessarion par Louis XI, voir J. Veyrin-Forrer, « L'atelier de la Sorbonne et ses mécènes 1470-1473 » dans L'art du livre..., 1974, p. 41 et p. 50, note 36.

18 Paris, B.N.F., Fr. 22912, fol. 3, vers 1376-1380. Pour l'illustration en couleurs de ce feuillet, voir C. Beaune et F. Avril, Le miroir du pouvoir..., 1989, p. 20.

19 Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. 9092, fol. 1, vers 1457. Pour l'illustration, voir A. Wilson et J. Lancaster Wilson, A Medieval Mirror, speculum humanae salvationis 1324-1500, Berkeley, Los Angeles, London, 1984, pl. III-1.

20 Paris, Bibl. de l'Arsenal, ms. 5103, fol. 1v, vers 1517-18 dans Trésors de la Bibliothèque nationale..., vol. I..., 1996, p. 144, n°70.

21 Pour Daniel Russo, le « Christ-Dieu » en majesté, au centre de la composition, serait, sous les yeux de Charles V, « le modèle direct dont son gouvernement doit s'inspirer ». Ce Christ occupe certes, une place privilégiée dans l'enluminure. Mais l'intention de Jean Bondol était peut-être aussi de rendre ostentatoire la richesse du décor historié, et par là-même, l'importance du cadeau. Notons enfin que dans les manuscrits liturgiques, ce thème iconographique est l'un des plus récurrents. L'artiste aura peut-être voulu faire tout autant preuve de réalisme. Le souci du détail avec lequel il a peint la dédicace est significatif de cette volonté. Sur cette enluminure voir F. Avril, l'enluminure à la cour..., 1978, pl. 36, p. 110 et Les Fastes du Gothique..., 1981, pp. 331-332, n° 285 ; Ch. Sterling, La peinture médiévale..., 1987, I, fig. 108 ; D. Russo, « Les modes de représentation du pouvoir en Europe dans l'iconographie du xivo s. » dans Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Age, Actes du colloque organisé par l'Université du Maine les 25 et 26 mars 1994, Picard, Paris, 1995, pp. 177-198 ; O. Blanc, Parades..., 1997, p. 83, pl. 21.

22 Bible Historiale de Charles V, Paris, Bibl. de l'Arsenal, Fr. 5212 dans F. Avril, l'enluminure à la cour…, 1978, pl. 38, p. 115.

23 Voir la dalle funéraire de Guillaume de Saint-Rémi (vers 1340), docteur en théologie de l'université de Paris, et au Museo Civico Médiévale de Bologne, le tombeau de Giovanni d'Andréa (vers 1348) maître de l'université de la même ville, cités par M. Gaborit, « Remarques à propos du costume des maîtres de l'université et de sa signification du milieu du xive au début du xve siècle » dans L'université et la ville au Moyen Age et d'autres questions du passé universitaire, publications du Centre International de la Culture de Cracovie, rédact. scientifique : prof. Jerzy Wyrozumski, Cracovie, 1993, pp. 33 à 52.

24 Les « rabats » apparaissent rarement dans l'iconographie d'autres souverains. Signalons un cas recensé au cours de nos recherches : le frontispice des Chroniques de Froissart reproduit dans l'article de B. Buettner (cf. note 17) où le roi d'Angleterre à l'instar de celui de France possède dans sa panoplie vestimentaire le détail caractéristique des maîtres de l'université.

25 Aristote, Politique, Economique et Ethique, traduction par Nicole Oresme, (Paris, B.N.F., Fr. 204, fol. 347, Paris, vers 1380-1390) reproduit dans Trésors de la Bibliothèque nationale...., 1996, p. 84, n° 27 et dans Tous les savoirs du monde. Encyclopédies et bibliothèques de Sumer au xxie siècle, ss. la dir. de R. Schaer, Paris, Bibliothèque nationale de France / Flammarion, 1996, p. 93, n°60 et p. 95.

26 On notera parmi les exceptions, le geste impérieux du roi Henri d'Angleterre dans l'illustration d'un exemplaire du Tristan en prose (Paris, B.N.F., Fr. 335). E. Baumgartner, a donné de celle-ci, en liant le texte et les images, une lecture convainquante. Le roi d'Angleterre, ne recevrait pas le livre : ayant constaté des lacunes dans le roman, il le donnerait à l'écrivain afin qu'il se remette à l'ouvrage, voir « La « première page » dans les manuscrits du « Tristan en prose » dans La Présentation du livre, Actes du colloque de Paris X-Nanterre, 4, 5, 6 Dec. 1985, pp. 51 à 63.

27 Le texte de l'exemplaire d'Antoine Vérard est une traduction anonyme en prose et en vers réalisée d'après un commentaire latin de Régnier de Saint-Trudon. Sur cet exemplaire, voir J. Van Praet, Catalogue des livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, 1822-1828, III, pp. 20 à 21 ; B. de Buffévent, Incunables des Bibliothèques de France, VIII, Ile-de-France, Ville de Paris, Institut catholique, Faculté de Théologie protestante, communautés religieuses et établissements ecclésiastiques parisiens, Paris, Klincksiek, 1993, n° 106, p. 54.

28 J. Van Praet pensait que cet exemplaire ainsi que son frère jumeau de la Bibliothèque nationale de France (Paris, B.N.F., Rés. Vélins 488, 1494 était destiné au roi de France Charles VIII ; or M.-B. Winn a remarqué que le destinataire ne portait ni la couronne habituelle au souverain dans les autres enluminures réalisées pour Antoine Vérard, ni le manteau bleu à fleurs de lis, voir M.-B. Winn, « Books for a Princess and her son : Louise de Savoie, François d'Angoulême, and the Parisian Libraire Antoine Vérard », Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, XLVI, 1984, p. 103. On notera pour Charles d'Angoulême dans une miniature dédicatoire due à un autre enlumineur, une toque noire et un vêtement comparables à celui du prince identifié comme le père du futur François Ier par M.-B. Winn dans le Dutuit n° 114 du musée du Petit Palais, voir Le Discours allégorique d'Entendement et de raison (Paris, B.N.F., Fr. 1191, fol. 1).

29 Opposé à l'arianisme des Ostrogoths, Boèce fut condamné à l'exil après avoir été jugé pour complot. C'est au cours de sa captivité, dans le premier tiers du vie siècle, que l'ancien consul romain composa la Consolation de Philosophie, tentative de synthèse entre le renoncement chrétien et l'héritage du stoïcisme agnostique.

30 Sur l'iconographie du personnage de Philosophie, voir P. Courcelle, La Consolation de la philosophie dans la tradition littéraire. Antécédents et postérité de Boèce, Paris, Etudes Augustiniennes, C.N.R.S., 1967, p. 98. Le nimbe crucifère a été adopté pour la Sagesse dans deux exemplaires de l'Horloge de Sapience d'Henri de Suso de la fin du xve siècle (Bruxelles, Bibl. royale Albert Ier, ms. IV 111, fol. 90v et Paris, B.N.F., Rés. Vélins 359, Paris, 1493 / 1494), voir Ch. Sterling, La peinture à Paris..., 1990, II, p. 185, fig. 180 et U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois..., 1992, p. 116.

31 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, pl. XI, ill. 28.

32 Cf. note 18.

33 Orationes de Bessarion, Rome, Bibl. apostolique Vaticane, Vat. Lat. 3586, fol. 4.

34 Cf. note 25.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : André de la Vigne remetle Verger d'Honneur à Charles VIIIParis. B.N.F., Fr. 1687, fol. 1v.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2 : Louis XII reçoit la traductionde la Destruction de Troie de Darès de PhrygieParis, B.N.F., Fr. 9735, fol. 1v.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3496/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Légende Fig. 3 : Jean de Vaudetar offre une copiede la Bible Historiale à Charles VLa Haye, Museum van het Boek/Museum Meermanno–Westreenianum, 10 B. 23, fol. 2.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3496/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 4 : Antoine Vérard offre une traductionde la Consolation de Philosophie de BoèceParis, musée du Petit Palais. Dutuit 114. fol. 2.© Photothèque des musées de la villede Paris by SPADEM
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3496/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 761k

Auteur

Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable