Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

"Ouvrir la bouche", "Fermer les yeux" : Remarques sur l'emploi de ces motifs dans le Roman de Renart et quelques-uns de ses avant-textes latins

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 Marcel Pagnol, L'eau des collines, tome 1 : Jean de Florette, Presses Pocket, 1985, p. 216.

1La sagesse populaire et le code des bonnes manières affirment qu'"il ne faut pas parler la bouche pleine" ; un proverbe plus ancien, venu de la France des terroirs, expliquait jadis que "brebis qui bêle perd sa bouchée", et puisque nous sommes ici, à Aix, tout près des collines chères au cœur du petit Marcel, il convient de citer cette rude sagesse de ceux qui ne veulent pas s'occuper des affaires des autres, les habitants des Bastides : "A table, quand on ne mange pas, on parle et quand on parle, on parle toujours trop"1. D'ailleurs deux locutions de la langue familière rappellent dans leur symétrie cette double fonction de la bouche : on peut être une "grande gueule" sans être nécessairement une "fine gueule", et réciproquement !

  • 2 L'édition utilisée est celle d'Ernest Martin, Le Roman de Renart, Strasbourg et Paris, Trübner et (...)
  • 3 E. Charbonnier, Le Roman d'Ysengrin, Les Belles Lettres (" La Roue à livres "), 1991. Il s'agit là (...)
  • 4 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884, réimpression : Hildesheim, 1974.

2Ces quelques remarques n'ont pas d'autre but que d'introduire le sujet de mon exposé d'aujourd'hui : je voudrais en effet examiner l'utilisation qui est faite des deux motifs de la bouche ouverte et des yeux fermés dans l'épisode de Chantecler du Roman de Renart2 et dans quelques uns de ses avant-textes latins, tout particulièrement l'Ysengrimus, pour lequel je m'appuierai sur la traduction d'E. Charbonnier3, traduction indispensable pour suivre le texte latin de l'édition de Voigt4, que je citerai néanmoins à l'occasion.

***

3L'épisode de Chantecler est trop connu pour qu'il soit nécessaire de l'analyser en détail et je me contenterai d'en rappeler les éléments essentiels. Cet épisode de 446 vers (br. II, vv. 23-468) constitue le premier des quatre épisodes opposant Renaît aux petits animaux (coq, mésange, chat et corbeau) et donc le premier des quatre échecs du héros ; il se subdivise lui-même en plusieurs scènes organisées selon le principe de l'unité de lieu dans le courtil (v.45) du vilain Constant et ce n'est que la seconde partie de l'épisode qui nous intéresse ici, avec ses trois scènes strictement enchaînées de la capture du coq, de la poursuite du goupil par les vilains et de la perte du coq (vv. 279-468, soit presque 200 vers.

  • 5 P. Delarue et M.L. Tenèze, Le Conte populaire français, tome III, Maisonneuve et Larose, 1976, pp. (...)

4On est ici en présence d'une réalisation narrative de ce que les folkloristes nomment un "récit équilibrant", et il s'agit d'un enchaînement connu des recueils de contes populaires5 : un même récit met bout à bout le récit-type T 61 (selon la classification d'Aarne et Thompson, "le volatile persuadé de chanter les yeux clos") et le récit-type T 6 ("le volatile s'échappe de la gueule du ravisseur"). Les spécialistes en analyse littéraire préfèrent parler, plutôt que de récit équilibrant, de schéma du trompeur trompé : Pierre de Saint Cloud souligne d'ailleurs de façon claire ce renversement de situation :

Renars qui tot le mont deçoit
Fu deçous a cele foiz. (430-31)

5La nécessité de la ruse puis de la contre-ruse est énoncée de façon toute aussi claire au début de chacune des deux scènes : ainsi la scène de la capture du coq s'ouvre sur l'échec d'une première tentative par la force et c'est après cet échec que le conteur subordonne explicitement le succès de la quête à la mise au point d'un stratagème :

Or se conmence a porpenser
Conment il porroit Chantecler
Engignier, car s'il nel manjue
Dont a il sa voie perdue. (299-302)

6Après la capture du coq, alors que le goupil fuiant s'ent va et fet grant joie (351), le conteur souligne le danger de mort auquel se trouve exposé Chantecler :

Or est Chanteclers en peril
S'il ne reset engin et art. (418-19)

7A l'intérieur de ce récit équilibrant, on peut observer tout un jeu de symétrie et de dissymétrie : le stratagème de Renart est construit selon le principe de la triplification (il doit faire trois propositions à Chantecler avant que celui-ci ne se décide à chanter les oilz cligniez, v.347), tandis que le stratagème de Chantecler réussit à la première tentative, mais l'un et l'autre exploitent le même ressort, le souci de l'honneur : Renart provoque Chantecler en le soupçonnant de bâtardise, après avoir vanté la valeur de [son] bon pere Chanteclin (310-11), et Chantecler, saluant en Renart le maître du gab, lui laisse entendre qu'il se déshonore s'il ne répond pas aux injures que lancent les vilains. Mais après la réussite de la contre-ruse, alors que la joie a changé de camp et que le vainqueur jeta un ris (441) tandis que le vaincu parle par félonie (445), les deux adversaires tirent la leçon de l'aventure par deux tercets symétriques qui mettent bien en évidence les deux motifs de la bouche ouverte et des yeux fermés :

La boche, fait il, soit honie
Qui s'entremet de noise fere
A l'ore qu'ele se doit tere. (446-48)

La male gote li cret l'oil
Qui s'entremet de someler
A l'ore qu'il doit veiller. (450-52)

8Ainsi, dans ce récit équilibrant, l'ouverture de la bouche de l'un a annulé la situation engendrée par la fermeture des yeux de l'autre.

9Il faut souligner dans cet épisode le soin apporté par le conteur à la cohérence du récit à l'intérieur même de la fantaisie du langage animal. On retrouve en effet à la base de l'épisode les deux traits qui fondent la conduite animale, la convoitise et la méfiance. On constate ensuite la multiplication des effets de réel dans l'agencement des détails : l'enclos pour les volailles, le carré de choux, le geste de la bone fame del mesnil (369) qui, le soir venant, veut "rentrer ses poules", la colère de Constant, cette colère de "paysan volé" dont parlera plus tard Maupassant. Dans ce cadre que l'on pourrait qualifier, avec toute la prudence nécessaire, de "réaliste", le conteur installe ses personnages dont le zoomorphisme n'est jamais oublié et c'est précisément le respect d'un strict zoomorphisme qui est au coeur du drame : la bouche de Renart constitue le carrefour pour la double nature du personnage, puisqu'elle est à la fois l'organe de la préhension (puis de la dévoration) et l'organe de la locution ; elle sert à la fois à tenir (et à transporter) la proie capturée et à parler, mais elle ne saurait en toute logique faire les deux en même temps.

  • 6 Plena intra granaria (IV, 891).

10L'épisode de Sprotinus le coq est dans l'Ysengrimus tout aussi long (550 vers : livre IV, v.811 - livre V, v.316), mais il est organisé tout autrement et il s'insère dans un cadre totalement différent. Il constitue en effet le dernier acte de l'épisode du pèlerinage des animaux : sous la conduite de Renart et à l'instigation de Bertiliana la chevrette, ce pèlerinage réunit Rearidus le cerf, Berfridus le bouc, Joseph le bêlier, Carcophas l'âne, Gérard le jars et Sprotinus. Après l'épisode de l'attaque des loups, Gérard et Sprotinus, inquiétés par l'habileté de Renart et craignant pour leur propre vie, décident de quitter subrepticement la troupe. Renart réussit néanmoins à retrouver Sprotinus "dans un grenier bien garni"6, sans que l'auteur juge bon d'indiquer comment l'un et l'autre ont réussi à pénétrer dans ce lieu obligatoirement bien protégé, puisqu'il renferme toute la subsistance des vilains. Le projet de Renart n'a pas varié et il s'agit toujours pour lui de s'emparer du volatile. Ayant échoué à le convaincre de continuer avec lui le pèlerinage interrompu, Renart change subitement de tactique :

Renart fait mine d'être irrité et répond habilement à ce discours, car il désire tromper le coq par un vilain tour. (IV, 927-28)

11Le dialogue reprend et à ce moment-là, nous sommes en terrain connu, car on retrouve chez Nivard tout à la fois le procédé de la triplification déjà utilisé dans la branche II et le motif de l'efficacité du discours de la séduction : Renart est qualifié de fictor (929) et sa première attaque verbale a désarçonné Sprotinus, qualifié de vafer subito ludificatus (934) ; après une première accusation de dégénérescence des qualités paternelles, Renart précise que cet "illustre père chantait souverainement, sur une seule patte et un oeil fermé" (943-944). Sprotinus s'empresse de l'imiter et Renart peut alors lancer sa pointe finale en affirmant que le père de Sprotinus faisait encore mieux car il chantait pupillam clausus utramque ("les deux yeux fermés", 956) ; Sprotinus est obligé d'essayer d'en faire autant et bien évidemment, Renart en profite pour s'emparer de lui et il prend la fuite.

  • 7 Le texte de Nivard souligne bien ce jeu de ruse et de contre-ruse : senserat arrepto tempore fraud (...)

12Le coq attend alors le moment favorable et lorsque qu'une troupe de paysans, venus d'on ne sait où dans ce récit au décor extrêmement flou, se lance à la poursuite du goupil, il juge que l'heure est arrivée de lancer sa contre-ruse7 : il suggère alors à Renart, comme le fera plus tard Chantecler, de répondre aux paysans, mais c'est à ce moment que le récit de Nivard et celui de Pierre de Saint-Cloud divergent fondamentalement et il faut réparer ici un oubli volontaire dans l'analyse du texte latin. En effet, entre le moment où Renart capture Sprotinus et le moment où celui-ci retrouve la liberté, Renart parle, et cela pendant 24 vers (961-84), la bouche pouvant en même temps tenir le coq et articuler un long discours ! Sprotinus peut alors renvoyer à Renart, en un nouveau long discours (995-1022, soit 28 vers), l'accusation de dégénérescence de sa lignée ; il le traite de mala vulpecula (1003) et l'invite à répliquer sans tarder aux vilains qui l'insultent : pour cela Renart doit alors déposer le coq, qui jure qu'il ne s'enfuira pas :

Renart dépose son butin et crie ces sottises, tandis que le coq, une fois à terre, s'enfuit avec autant de rapidité que d'agilité.

13Le texte latin souligne par une asyndète l'enchaînement des deux actions et emploie le même verbe deponere à la voix active et à la voix passive :

Deponens spolium, Reinardus inania clamat,
Depositus celeri mobilitate fugit.(v. 1023-24)

  • 8 II y a dans cette appellation une raillerie : Renart est considéré comme un vassal de Sprotinus : (...)

14L'épisode s'achève alors, en même temps que le livre IV, sur un dernier échange : Sprotinus traite alors Renart de galliger, "porteur de coq" (v.l026)8, tandis que Nivard mentionne bien que Renart est le trompeur trompé en le qualifiant de lusor elusus simulato federe (1035). On voit donc clairement où est la différence entre les deux textes : l'irruption de la troupe des vilains n'empêche pas les deux personnages de persévérer dans la nature propre et d'être ce que sont tous les personnages de l'Ysengrimus, c'est-à-dire d'infatigables bavards, tandis que le zoomorphisme est totalement évacué et que le rôle stratégique de la bouche est occulté.

  • 9 Nivard précise bien qu'"il est fixé entre les crocs" (heret in unco, 791).

15A vrai dire, cette scène que nous venons d'analyser ne surprend pas le lecteur de l'Ysengrimus, car le même scénario a déjà été utilisé dans le livre I pour l'épisode de la pêche dans l'étang gelé (I, 529 - II, 158). Alors que dans l'épisode de Sprotinus, Renard atteint - et c'est la seule fois - une certaine autonomie narrative par rapport au héros éponyme, la capture du coq, dans le passage du livre I qui nous intéresse maintenant, est entièrement subordonnée aux démêlés de Renart et d'Isengrin. En effet, Renart, dupé au moment du partage du jambon volé, décide de se venger en emmenant Isengrin pêcher et une fois que celui-ci est bien installé, c'est-à-dire parfaitement immobilisé dans la glace, il va attirer près de l'étang les vilains qui se chargeront de corriger le loup. Il vole donc le coq du prêtre du village au moment où ce dernier fait en procession le tour de l'église, et, poursuivi par les vilains, il vient retrouver Isengrin pour, prétend-il, le prévenir du danger. Renart est qualifié trois fois par Nivard de galliger (832, 878 et 931) et il ne cesse de tenir dans sa gueule le coq qu'il a volé9. Comme dans l'épisode de Sprotinus, Renart peut à la fois tenir une proie et tenir un discours, et même hurler plusieurs fois pour mieux se faire entendre, Nivard utilisant à plusieurs reprises le verbe clamare (773, 803,...). L'imminence du danger ne saurait tarir la verve des protagonistes et on constate qu'entre le vers 735 (départ de Renart pour la capture) et le vers 945 (sortie du récit de Renart et du coq anonyme dont on ne reparlera plus), c'est-à-dire en 210 vers, il n'y a pas moins de huit prises de parole de Renart, qui totalisent à elles seules 125 vers, soit plus de la moitié de l'ensemble, la dernière intervention de Renart restant d'ailleurs inachevée :

La dernière syllabe de ces mots ne put être prononcée tant les grondements de la populace hurlante étaient proches. (929-930)

16On le voit donc, cet épisode du livre I confirme ce que nous avions constaté tout à l'heure en comparant les deux versions du récit équilibrant, la version française de la branche II (Renart et Chantecler) et la version latine du livre IV (Renart et Sprotinus).

  • 10 J'utilise pour les Fables de Marie de France l'édition (avec traduction) de Charles Bruckner, Louv (...)

17Mais avant d'aller plus loin et de nous interroger sur l'originalité du récit de Nivard, il convient d'examiner encore quelques textes, latins ou français, qui utilisent ce motif de la bouche ouverte. Le premier de ces textes, la fable 60 de Marie de France10, nous offre en 35 vers le scénario exact de l'épisode de Chantecler ; bien sûr, le procédé de la triplification en est absent, son emploi serait même incongru, ne convenant pas à la brevitas caractéristique de la fable, et le motif des yeux fermés est simplement mentionné :

Les eles bat, les oilz ad clos.
Chanter cuide plus clairement. (12-13)

18Mais la fable se termine sur la même symétrie entre la bouche et l'œil, les propos du goupil étant néanmoins rapportés au style indirect :

La buche cumence a maudire
Ke parole quant devereit taire, (30-31)

19tandis que ceux du coq le sont au style direct :

Li cocs respunt : "Si doi jeo faire :
Maudire l'oil ki volt cluigner
Quant il deit guarder e guaitier. (32-34)

  • 11 L. Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen Age, Patris, (...)

20On lit un récit en prose latine proche de celui de Marie dans le Romulus de Londres - Bruxelles - Göttingen11, recueil que l'on appelle aussi le Dérivé Complet du Romulus anglo-latin : il s'agit de la fable 50, De gallo et vulpe. Le motif des yeux fermés est bien mentionné, à la fois dans le discours séducteur du goupil (cum altius cantare voluit, oculos claudere consuevit) et dans la mention de la réaction du coq (lumina clausit). La façon dont le volatile parvient à s'échapper de la gueule du prédateur est, dans ce texte latin, clairement spécifiée : Vulpe igitur incipiente loqui, gallus, ellapsus ab ore ipsius... La double fonction de la bouche, locution (loqui) et préhension (rapere, puis transport, deferre : raptum gallum deferens, dit le texte pour préciser le geste du goupil) est ici bien mise en évidence, mais la réplique finale, si elle symétrique et au style direct, ne mentionne plus la bouche :

Vae sibi qui loquitur, cum melius deberet tacere.
Vae sibi qui claudit oculos, cum potius eos debere aperire.

21Dans son recueil de Poésies inédites du Moyen Age, Du Méril a édité une fable en vers intitulée De vulpe et gallo, dans laquelle manquent les répliques finales, mais qui mentionne bien le mécanisme de la bouche incapable de parler et de tenir une proie :

Cadit ales ab ore loquentis. (v.26)

22On constate donc que l'Ysengrimus est le seul des textes latins que nous venons d'examiner à négliger ce trait essentiel du zoomorphisme, mais la lecture de branches du Roman de Renart postérieures à la branche II montre que plusieurs conteurs se sont engagés sur la même voie ; c'est le cas de l'auteur de la br. XVI ("le partage des proies"), dont la première partie constitue une réécriture de l'épisode de Chantecler, réécriture augmentée de détails repris de l'épisode de Renart et Liétart (br. IX). Renart, capturé par le vilain au moyen d'un filet, réussit néanmoins à immobiliser le vilain en le saisissant par un pied et une main ; la gole de l'animal retrouve ici sa fonction initiale de préhension :

  • 12 Un peu plus haut dans le récit, le conteur a détaillé la manœuvre de Renart au moment où le vilain (...)

Renart a sa geule saisie
Del pié destre et de l'autre main
Moult vet menaçant le vilain. (XVI, 306-308)12

23Au terme d'une longue négociation dont l'analyse n'est pas à faire ici, Renart obtient le coq qu'il n'avait pu obtenir par une attaque frontale et il quitte le vilain :

Et Renart qui bien l'a gabé
A pris le coc et si s'en vet
A Malpertuis a son recet. (510-12)

  • 13 Le coq se plaint amèrement d'avoir "servi" un vilain ingrat qui le récompense mal...

24On comprend que le conteur reste très discret sur la fonction précise de la gole de Renart durant ce passage : quelques vers plus loin, Renart, pris de pitié devant le spectacle du coq qui pleure à chaudes larmes, engage avec sa proie une longue conversation ; il expose en 25 vers les grandeurs et servitudes de l'état vassalique13, puis il accepte (en 8 vers) de chanter pour réconforter le coq et tout ce dialogue se poursuit sans que jamais Renart ne desserre l'étreinte de ses mâchoires ! Ce n'est que lorsqu'il commence à "pousser la chansonnette" que l'inévitable se produit :

Lors conmença a chanter
Une chançonnete nouvele
Et quant cil qui par sa favele
L'amusoit vit la bouche ouvrir
Des eles conmence a ferir. (584-88)

  • 14 Ainsi il faut à Renart une tirade de 17 vers pour tirer la leçon de sa mésaventure : il cite tour (...)

25Renart et le coq paraissent ici plus proches de leurs ancêtres de l'Ysengrimus que des personnages de la branche II : ils sont d'infatigables bavards14 et le conteur de la branche XVI, qui prétend dans le prologue s'appeler lui-même Pierre de Saint-Cloud, suit en réalité de très près Nivard quand il oublie de respecter un principe simple de la vraisemblance zoomorphique : la bouche doit être ouverte ou fermée et elle ne peut en même temps tenir une proie et tenir un discours !

  • 15 Op.Cit., p. 37.

26Pourquoi donc cette divergence dans le traitement du motif de la bouche ouverte ? Il convient d'approfondir l'analyse au-delà de la simple constatation de la place primordiale du langage dans l'Ysengrimus : "L'Ysengrimus est un texte extrêmement verbeux ; jamais la situation n'est si dramatique que les personnages ne trouvent le moyen de s'injurier, de s'interroger, de s'expliquer. Bref, le verbe règne aux dépens de l'action" écrit E. Charbonnier15. Si l'on dépasse la simple problématique du respect ou du non respect de la vraisemblance zoologique, on peut déceler chez le conteur en latin et le conteur en français de Renart le développement d'une double valeur symbolique de la bouche, de la gole (os, oris ou gula, gulae dans le texte latin).

  • 16 Branche IV, vers.

27Pour les conteurs du Roman de Renart, le héros éponyme (le "personnage-titre", si l'on veut), est Renart qui tant savoit d'engin et d'art16 et, ainsi que le démontre l'ouverture de la branche II, il est d'abord et avant tout le petit prédateur qui vit de rapines en volant à l'homme sa nourriture quotidienne ou en dévorant d'autres animaux plus petits et plus faibles. C'est cette loi que rappelle Renart saisi par la contrition et le repentir au début de la branche VIII :

Le vaillant l'ele d'un pinçon
N'oi jei onc se de l'autrui non, (VIII, 49-50)

28et que rappelle encore l'archiprêtre Bernait au moment des funérailles de Renart :

En maint peril vous estes mis
En bois, en forest et en plain
Por avoir vostre ventre plain. (XVII, 920-22)

  • 17 La Fontaine, Fables, livre IV, 1, 18.

29Mais dans le cadre de la convention du base du récit animalier, situé du temps que les bestes parloient17, cette gole qui saisit et retient la proie est aussi l'organe de la locution, le lieu où s'articulent les sons. Elle est donc au centre de la représentation zoomorphique du personnage de Renart ; à tous moments celui-ci peut retrouver l'instinct prédateur de l'animal qui jette les dents pour se saisir de sa proie ; c'est ainsi que procède Renart lorsqu'il ressuscite au moment précis où Chantecler encense sa dépouille mise en terre :

Joinz piez saut de la fosse hors.
Chantecler qui tint l'encensier
Prist as denz, ne le volt laissier.
(XVII, 1088-90)

30De la même façon, lorsqu'un peu plus loin Renart vaincu en duel simule la mort pour échapper à la pendaison, il retrouve l'instinct du prédateur pour s'emparer de Rohart le corbeau :

Et Renart a geté les danz,
Si le prist par la cuisse et tret
A soi si con l'escrit retret.
(XVII, 1446-48)

31L'épitaphe de dame Coupée, dans la branche I, rappelle crûment que derrière les déguisements du langage codifié il y a la réalité de base du monde animal, dans lequel il faut manger pour ne pas être mangé soi-même :

Renart qui chascun jor enpire
En fist as denz si grant martire. (I, 427-28)

32Nivard fait de son côté intervenir lui aussi des animaux qui parlent, mais dans une pespective totalement différente qui mérite une analyse détaillée. Le héros éponyme est pour lui le loup et le récit, de type fermé et savamment construit, conduit Isengrin de son premier exploit caractéristique de sa gloutonnerie (le jambon "mal" partagé avec Renart) à sa mise à mort par la truie Salaura et ses congénères, animaux encore plus voraces que le loup. Le personnage d'Isengrin n'est finalement qu'une gueule toujours ouverte et jamais rassasiée : on peut dire qu'avec lui ce n'est plus seulement l'isotopie de l'ouvert et du fermé qui gouverne le récit, mais aussi et surtout l'isotopie du vide et du plein, celle du désir (de nourriture) insatiable et de sa satisfaction toujours partielle et sans cesse à recommencer ! Le seul problème qui préoccupe Isengrin, le seul désir qui l'occupe jusqu'à l'obsession, c'est de trouver sans cesse "une nourriture abondante pour apaiser [son] gosier avide" (avidam gulam pacificare ; II, 220) ; il ne connaît qu'une loi : "Ce qui emplit mon gosier vide, voila ce que j'aime" (quod vacuas fauces impleat, illud amo ; II, 270) ! Un ventre vide et un gosier avide, tel est le jeu de mots que permet la langue moderne et que Nivard lui-même n'eût pas désavoué !

33Renart ne se prive pas, dans le but implicite de l'attiser davantage, de stigmatiser cette convoitise permanente : "Sans aucun respect, tu ouvres une gueule béante à la vue des biens d'autrui" (in res externas irreverenter hias ; I, 560) ! C'est ce verbe hiare ("avoir la bouche ouverte") qui peut nous servir de fil conducteur dans notre recherche, ainsi d'ailleurs que le verbe composé hiscere, dont le dictionnaire Gaffiot indique qu'il peut signifier "ouvrir" / "ouvrir la bouche" / "parler" / "raconter". C'est précisément ce verbe que Nivard emploie dans le long monologue qui suit la fuite de Sprotinus et dans lequel Renart reproche à ses dents de ne pas avoir rempli leur fonction en laissant s'échapper le volatile : "Ah, vous savez bâiller et vous écarter, mais vous ne savez ni vous fermer ni serrer" (Hiscere, non claudi, non stringere, solvere nostis ; V, 49).

34Mais dans le livre VI, nous retrouvons le même verbe hiare employé dans un curieux reproche adressé à Isengrin par le bêlier Bernart :

Vois comment tu peux ouvrir largement la gueule ! La rumeur publique raconte partout que tu vaux bien Bernart pour ce qui est d'ouvrir la gueule ! Nous allons voir maintenant si tu sais bien le faire.

Quam late valeas pendere labra, vide !
Romor ubique refert quam sis Bernardis hiandi.
Nunc parebit utrum noris hiare bene.
(VI, 88-90)

35Qui est donc ce Bernart, homonyme du bêlier qui fustige (et il a bien raison de le faire, le loup étant l'ennemi héréditaire des moutons) la gloutonnerie du héros ? Ce n'est pas de l'âne qu'il s'agit, nous avons vu tout à l'heure qu'il est dénommé Carcophas dans le texte latin ; il il s'agit bien du grand saint Bernard, le moine cistercien, le prédicateur de la seconde croisade (en 1147), celui que Renart a appelé un peu plus haut clarevallis pannifer (V, 126), c'est-à-dire mot à mot "le porteur du froc monastique de Claivaux" ou comme le traduit E. Charbonnier "cet enfroqué de Clairvaux" ! Ce personnage est qualifié ailleurs de summus magister hiandi, en raison de ses dons pour l'éloquence et de son zêle infatigable pour porter la parole de Dieu.

  • 18 Isengrin entre réellement au couvent et il ne faut pas confondre cet épisode avec les différents m (...)

36Ce verbe hiare, appliqué à la fois à saint Bernard et à Isengrin, nous place au cœur de la thématique de l'Ysengrimus : au centre de ce récit solidement construit, de cette véritable épopée animale, il y a l'épisode du moniage18 d'Isengrin, c'est-à-dire du loup devenu moine et il faut se souvenir que l'activité essentielle du moine consiste à chanter l'office, donc à ouvrir la bouche pour répandre la louange divine. C'est d'ailleurs sur la fonction ambiguë de la gula qu'Isengrin est convaincu d'entrer au monastère par Renart, qui prétend que dans le monastère "tous mangent à leur faim, surtout ceux qui savent chanter" (V, 423-24). Il n'en faut pas davantage à Isengrin, cet affamé perpétuel, pour qu'il soit convaincu des bienfaits de l'état monastique et qu'il affirme la solidité de sa vocation :

Je serai un chanteur dont l'excellence passera tous les espoirs. Je ne trouverai pas de frère au gosier plus large ou dont la bouche profère des sons plus limpides (V, 432-34)

37Mais Nivard va plus loin : si le loup peut aisément devenir moine, n'est-ce pas parce que tous les moines sont des loups, goinfres quand il s'agit de se nourrir et rapaces pour s'emparer des biens d'autrui ? C'est le cas de l'abbé du monastère du Mont-Blandin, monastère qui a l'honneur d'accueillir Isengrin : affuit hic abbas, qui lupus alter erat (V, 870) ; cette définition se passe de traduction et Nivard affirme clairement qu'il y a désormais, avec l'entrée d'Isengrin dans les ordres, deux loups dans la maison, le "vrai" loup Isengrin et l'autre, l'abbé ! Le conteur perd alors toute mesure quand il s'agit de dresser le portrait de cet abbé prédateur ("il donne peu et dévore beaucoup"), portrait qu'il faudrait citer en entier et pour lequel je me contenterai d'un trait :

Comme ils étaient légers et parfumés, les rots de cet abbé, presque ivre et rassasié le matin de la nourriture de la veille ! (V, 879 - 880)

38Isengrin n'a aucune peine à s'installer dans un tel monastère : la regula monastique convient parfaitement à sa gula prédatrice et il peut déclarer fièrement :

Je proclame mon zêle, je dévore, je pille, j'ouvre une gueule béante.
Prevulgo studium, devoro, predor, hio.
(V, 1014).

39Un peu plus loin Isengrin explique que la règle monastique va bien au-delà de sa gloutonnerie naturelle et qu'en somme les moines sont encore plus loups que le loup lui-même :

Un brandon naturel enflammait déjà suffisamment ma gueule toujours ouverte, et la règle sacrée y ajoutait ses encouragements, c'est la piété du moine qui se déchaîne plus que l'impiété du loup. Rassasié, je dis "assez", mais moine, je dis "encore, c'est peu". (I, 637-44)

  • 19 Cf RdR, XVI, 113 - 116, le portrait du vilain :
    Uns vileins entulles et riches
    Qui moult estoit aver (...)

40Nous sommes ici, il est à peine besoin de le souligner, à cent lieues de la problématique renardienne de la bouche ouverte ou fermée de Renart le Décepteur : avec Isengrin le loup devenu moine, ce qui devient déterminant, c'est l'alliance de la gula de l'animal à l'appétit insatiable et de la regula monastique qui a remplacé le devoir de la distribution caritative par l'appétit d'amasser19 :

Le moine a une habitude bien à lui : prendre de force et garder fermement.
Vi capit, unge tenet. (III, 718, cf aussi V, 130)

41Cette rapacité monastique s'élargit aux dimensions de la vision de la vision chrétienne de l'univers entier, puisque Nivard affirme de l'évêque de Tournai, ancien moine, qu'"il prend comme Satan et garde comme l'Enfer" (V, 111 - 12). Installé au couvent, Isengrin est pris d'une frénésie qui le pousse à tout vouloir transformer en brebis qu'il mangera encore et toujours, puis une fois enivré, il refuse de sortir du cellier :

Tant que je pourrai lécher la moindre goutte au moindre trou, c'est ici que je vivrai jour et nuit. (V, 963-64)

42Puis au moment où il est enfin chassé et copieusement rossé selon un rutuel qui parodie celui de la consécration d'un nouvel évêque, il parle de cette dignité épiscopale pour laquelle il se sent vraiment tout préparé et qu'on lui refuse en l'expulsant du monastère, dignité "qui était pour moi, affirme-t-il, une proie certaine et que méritait ma voracité (officium quod erat certe preda ingluvieque merendum ; IV, 1039-40). Cette mention de la proie nous ramène à Renart, petit prédateur qui rôde autour du courtil et qui

Fuiant s'en va et fait grant joie
De ce qu'il a encontre proie. (II, 351-52)

43Les deux héros éponymes sont, dans l'Ysengrimus latin et dans le Renart français, l'un et l'autre des prédateurs, mais ils ne chassent pas la même proie et la gula n'a pas pour eux la même fonction, elle n'entre pas dans le même programme narratif.

***

  • 20 "La mort du loup", Epopée animale, Fable et Fabliau, Actes du 4ème Colloque, Evreux, 7-11 Septembr (...)

44On le constate aisément, l'emploi du motif de la bouche ouverte entraîne Nivard bien loin de ce qui sera le cadre champêtre des aventures de Chantecler et de l'isotopie de la bouche qui, dans le cadre d'un récit employant des personnages zoomorphiques, parle ou tient la proie, mais ne peut faire les deux en même temps ! Le motif de la double fonction de la gula est également largement présent dans le dernier livre de l'Ysengrimus (le livre VII), dont je me suis volontairement abstenu de parler ici : on y retrouve la voracité de la truie Salaura dont le gosier autant insatiable qu'impitoyable met en pièces Isengrin en même temps qu'il chante l'office de la messe ! Une étude détaillée de cet épisode, envisagé sous l'angle particulier de l'ambivalence du gosier de Salaura, reste à faire pour complèter l'étude qu'E. Charbonnier a consacrée à cet épisode20 auquel les conteurs de Renart ne donneront pas d'équivalent dans leurs récits. Plus largement, au-delà de cette simple analyse limitée à deux gestes caractéristiques de l'épisode de Chantecler (fermer les yeux, ouvrir la bouche), il conviendrait, me semble-t-il, de reprendre entièrement le dossier des modifications que subit l'épopée animale lorsqu'elle ne s'organise plus autour de la figure du loup devenu moine mais autour de Renart le Décepteur.

Notes

1 Marcel Pagnol, L'eau des collines, tome 1 : Jean de Florette, Presses Pocket, 1985, p. 216.

2 L'édition utilisée est celle d'Ernest Martin, Le Roman de Renart, Strasbourg et Paris, Trübner et Leroux, t. I, L'ancienne collection des branches, 1882, t. 2, Les Branches additionnelles, 1885, t. 3, Les Variantes, 1887 (réimpr. Berlin et New York, De Gruyter, 1973).

3 E. Charbonnier, Le Roman d'Ysengrin, Les Belles Lettres (" La Roue à livres "), 1991. Il s'agit là de la première traduction en français de l'œuvre de Nivard, dont le titre original (Ysengrimus) sera désormais abrégée en Ys.

4 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884, réimpression : Hildesheim, 1974.

5 P. Delarue et M.L. Tenèze, Le Conte populaire français, tome III, Maisonneuve et Larose, 1976, pp. 340-42 et 289.

6 Plena intra granaria (IV, 891).

7 Le texte de Nivard souligne bien ce jeu de ruse et de contre-ruse : senserat arrepto tempore fraudem posse refraudari ("il avait compris qu'en saisissant l'occasion il pouvait rendre ruse pour ruse" ; v.993-94).

8 II y a dans cette appellation une raillerie : Renart est considéré comme un vassal de Sprotinus : cette dépendance dure depuis la génération précédente et le service vassalique consiste à "tranporter" le coq !

9 Nivard précise bien qu'"il est fixé entre les crocs" (heret in unco, 791).

10 J'utilise pour les Fables de Marie de France l'édition (avec traduction) de Charles Bruckner, Louvain, Peeters, 1991

11 L. Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen Age, Patris, Didot, 1893-99, tome II, p. 533.

12 Un peu plus haut dans le récit, le conteur a détaillé la manœuvre de Renart au moment où le vilain pose le pied sur la gorge de Renart dans l'intention de l'immobiliser d'abord puis de le tuer par suffocation :
Renart l'a pris par mi aus denz
Si que toutes li embal enz,
Serre les denz aprez la bouche
Si que l'une a l'autre touche.
Moult les a bien Renart serrees
Que d'outre en outre sont passées, (vv. 253-58)
La bouche du goupil fonctionne donc comme un véritable étau qui paralyse le vilain et l'immobilise dans un lieu clos de type inédit.

13 Le coq se plaint amèrement d'avoir "servi" un vilain ingrat qui le récompense mal...

14 Ainsi il faut à Renart une tirade de 17 vers pour tirer la leçon de sa mésaventure : il cite tour à tour un proberbe et une sentence de Caton qui, comme le villageois des Bastides mentionné plus haut, recommande de peu parler pendant les repas...

15 Op.Cit., p. 37.

16 Branche IV, vers.

17 La Fontaine, Fables, livre IV, 1, 18.

18 Isengrin entre réellement au couvent et il ne faut pas confondre cet épisode avec les différents moniages du récit renardien : dans la branche III, le monastère promis à Isengrin n'existe que par le verbe de Renart et dans la branche VI c'est Renart lui-même qui effectue un court séjour dans un monastère.

19 Cf RdR, XVI, 113 - 116, le portrait du vilain :
Uns vileins entulles et riches
Qui moult estoit avers et chiches
Car de despendre n'avoit cure :
En amasser me toit sa cure.

20 "La mort du loup", Epopée animale, Fable et Fabliau, Actes du 4ème Colloque, Evreux, 7-11 Septembre 1981, éd. par G. Biancotto et M. Salvat, PUF, 1984, pp. 133-39.

Auteur

Université Stendhal (Grenoble III)

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540