Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Et l'absence, éloquente, de geste...

Robert Baudry

Texte intégral

1Si le geste peut se faire révélateur des sentiments intimes d'un personnage, l'absence de tout geste peut parfois s'avérer tout aussi significative. Hypnose, coup de foudre, pétrification, extase : autant d'attitudes qui peuvent dévoiler l'état d'âme du héros. Qu'on songe à la pétrification de Lancelot à la vue de Guenièvre, à l'extase de Perceval devant le sang de l'oie blessée sur la neige, a l'hypnose de Gauvain devant les gouttes tombées de la Lance flamboyante sur la table d'ivoire, au silence de Perceval au passage du Graal, à la paralysie de Lancelot devant la vision de la Coupe mystique.

1. Lancelot.

2L'une des plus célèbres de ces scènes à peu près muettes advient lors de la première rencontre de Lancelot et de Guenièvre, quand le chevalier d'Arthur découvre pour la première fois le visage de celle qui sera l'amour de sa vie :

3"...Alors la reine le prend par la main et lui demande où il est né. Quand il sent cette main contre la sienne, il tressaille de tout son corps, comme s'il s'éveillait, et pense si intensément à la reine qu'il ne sait ce qu'elle lui a dit. Elle comprend qu'il est frappé d'étonnement. La reine voit bien qu'il est interdit et confondu ["esbahiz et trespansez", dit le texte médiéval...], mais n'ose croire que ce soit pour elle."
(Lancelot du Lac, t. I, 1991, "Livre de Poche", Lettres gothiques n° 4528, p. 439)

4Et François Mosès, qui traduit ce passage, a le trait de lumière de le rapprocher en note de la Pensée de Pascal : "En amour un silence vaut mieux qu'un langage ; il est bon d'être interdit. Il y a une éloquence du silence, qui pénètre plus que la langue ne saurait faire". C'est déjà tout le thème de cet exposé !.... Il est de ces maladresses d'un personnage naïf, plus adroites parfois que toutes les adresses...

5Il y avait quand même un geste, discret, de Guenièvre prenant la main de Lancelot. Il y avait encore le tressaillement de celui-ci avant son "ébahissement". Même ces minimes gestes vont disparaître dans l'adaptation moderne des Romans de la Table ronde par Jacques BOULENGER. La scène se passe à la Douloureuse Garde :

6"Le blanc chevalier se hâta... d'aller à la rencontre du roi. La porte ouverte, il se trouve soudain en présence de la reine, et le voilà qui tombe en extase : les yeux fixés sur elle, il fait reculer son cheval sous la voûte sans même s'en apercevoir... Le guetteur... laisse tomber la herse. Et le blanc chevalier demeure là, hors de sens, à contempler à travers les barreaux celle qui fut toujours la fleur de toutes les dames...
[Il] n'entend même pas [Keu qui le traite de vilain]. Alors Saraide, la pucelle de la Dame du Lac, le tire par le pan de son manteau, et tant qu'il revient dans son droit sens."
(Plon, 1941, rééd., "10/18" n° 499, t.I, pp. 267-268)

7Le terme d'"extase" employé par Boulenger, avec ses résonances mystiques, pourrait paraître un peu outré en la circonstance, si l'on ne savait que souvent l'amour humain a paru la meilleure image pour symboliser l'union avec le Divin.

8Et, si l'on veut une version moderne plus libre, pourquoi ne pas retenir celle, si poétique, de l'admirable Enchanteur (Denoël, 1984) de René Barjavel ?

9"Et elle vit Lancelot.

10Il se tenait debout devant elle, immobile, pétrifié, blanc comme le jour,... et la regardant avec des yeux immenses qui avaient la couleur de la mer sous la lune. Il ne disait mot, il ne pouvait plus bouger. Il la regardait...[...]
Guenièvre se rendant compte qu'elle ne pouvait détacher son regard du garçon blanc couronne de roses, se leva, dit au roi qu'elle était lasse, et se retira.[...]

11Lancelot sortit du palais du roi dans l'état d'un homme qui vient de fixer le soleil. Ses yeux éblouis ne voyaient plus rien, une seule image emplissait sa tête : la reine. Il avait cru jusque là que la Dame du Lac, sa soeur, sa mère, son amie bien-aimée, était ce qu'il y avait de plus beau au monde, mais la reine éclipsait cette beauté comme la lumière du jour efface celle de mille torches. S'éloigner d'elle était se replonger dans la nuit.

12Et quand le lendemain le roi et la reine l'adoubent chevalier :

13Il était de nouveau dans un rêve. Dès qu'il avait revu la reine il s'était trouvé transporté dans un monde où il n'y avait qu'elle, avec lui qui la contemplait, et tout le reste avait disparu."
(rééd. Gallimard, 1987, "Folio" n° 1841, pp. 243-247)

14Un nouveau pas ici est franchi. Car la fascination de l'un par l'autre se révèle cette fois réciproque : la reine, tout comme Lancelot, se trouve figée à la vue du jeune homme. - Ainsi, d'une époque à l'autre, s'exalte peu à peu, se purifie, se sublimise le thème.

15Comment résister au plaisir de lire, dans le même ouvrage, la scène tout aussi pudique de l'aveu entre les deux amants. Et, si vous voulez un geste, vous y en trouverez un cette fois, qui, pour discret qu'il soit, se révèle lourd de sens. Il prouve qu'il ne faut pas grand mouvement pour opérer grand effet... C'est a l'issue d'un tournoi où Lancelot a été blessé :

16"- Oh, doux ami, dit la reine, êtes-vous sérieusement blessé ?
Sa voix tremblait. Lancelot, ses grands yeux clairs fixés sur elle, était incapable de répondre. La dame de Malehaut répondit à sa place :
- Il n'a rien de grave, du moins dans sa chair... [...]
- Êtes-vous blessé ailleurs que dans votre chair ? (demanda la reine).
- Dame, répondit Lancelot à grand effort, je le suis dans mon coeur... - [Et...] qui vous a blessé au coeur ?
- Dame, c'est vous, dit Lancelot.

17Et ils ne purent plus rien dire. Ils se regardaient. Les vapeurs parfumées (du bain) tournaient lentement autour d'eux, les isolant du reste du monde. Guenièvre trempa deux doigts dans l'eau du bain et les posa sur l'épaule nue de Lancelot. Il sentit les doigts brûlants, elle sentit l'épaule chaude et ferme, ils furent l'un et l'autre transpercés jusqu'au fond de leur être." (pp. 292-3)

18Et voici qui nous transporte bien au-delà, avouons-le, de toute "littérature" !...

2. Perceval

19Si Lancelot était pétrifié à la vision directe de la femme immédiatement aimée, Perceval, lui, va rester fasciné devant un spectacle qui lui remémore le visage de Blancheflor, la jeune fille secrètement aimée. Il s'agit, bien sûr, de la fameuse scène de son extase devant trois gouttes de sang d'une oie sauvage blessée, gouttes vermeilles étoilant la blancheur de la neige.

  • 1 Pour ce thème du sang sur la neige, voir nos articles : "Le Sang des oies sur la neige de Chrétien (...)

20J'ai ailleurs1 taché d'éclairer toute la tradition de ce thème vivace. Il s'agit là d'un vieux thème celtique des épopées irlandaises et galloises, où un noir corbeau venu boire le sang complétait le jeu de couleurs.

21Chrétien reprend le motif : par une insolite neige de Pentecôte, une oie sauvage, blessée par un faucon, laisse tomber trois gouttes de sang vermeil sur la blancheur de la neige, et que cette vue va plonger Perceval, appuyé sur sa lance, dans une longue extase dont rien ne parviendra à l'extraire.

22Wolfram von Eschenbach précisera que l'étendue neigeuse lui représentait le beau corps de Kundwiramur, tandis que, des trois gouttes de sang, deux lui évoquaient les joues vermeilles de son amie, la troisième son menton...

23On sait comment Sagremor d'abord, le Desréé, vient intimer au héros de gagner la cour d'Arthur : "Sire, il vous faut venir à la cour ! Mais l'autre ne dit mot, ne parait pas avoir entendu. À même question, même silence" (éd. Ch. Méla "la Pochothèque", vv. 4177-82). Ce n'est que lorsque l'énergumène prétend l'attaquer, que Perceval consentira à émerger de ses pensées pour étendre sur le champ ce trublion.

  • 2 Voir l'intéressant article de Yolande de PONTFARCY : "Le Sénéchal Keu ou la Fonction cosmique du R (...)

24Au tour alors de Keu, le railleur2, de tenter d'amener de gré ou de force aux pieds d'Arthur ce chevalier inconnu. Lui aussi va le trouver "si absorbé dans ses pensées devant les trois gouttes de sang qu'il n'avait cure d'autre chose au monde". Mais quand Keu fond sur lui, il subira pire sort encore que Sagremor.

25Les gens du moyen âge ont dû trouver cocasse cette péripétie d'un chevalier si éperdu d'amour, aux trois-quart somnambule, muet et figé dans son rêve, qui ne se réveille par à coups de son songe que pour déarçonner Sagremor et l'allonger dans un pré, que pour désosser Keu, clavicule déboîtée, os du bras fracassé, et que vont rabouter trois pucelles (vv. 4226-76)...

26Plus cocasse encore, la version de Wolfram, où le frénétique Sagremor, tout courant, trébuchant sur les cordes des tentes, fait intrusion a même la tente royale, arrache la fourrure de zibeline qui couvrait le couple, et sollicite de pouvoir tenter cette prouesse : aller sommer de venir cet envahisseur présumé (trad. TONNELAT. Aubier-Montaigne, t.I, pp. 248-9). Si l'on veut un gesticulateur, en voilà un !

27Gauvain à son tour tentera l'aventure. Il trouvera le chevalier "toujours appuyé sur sa lance, toujours point lassé du rêve où il se complaisait. Cependant déjà le soleil avait dissipé deux des trois gouttes de ce sang posé sur la neige ; et la troisième pâlissait" (vv.4354-83). Ce qui déjà détachait Perceval de son extase. - Ce "Soleil brillant", n'est-ce pas le gracieux Gauvain lui-même, héros solaire, qui saura arracher, lui, le héros pensif à son amoureuse contemplation.

28Wolfram n'atténuera en rien cette hypnotique fascination de son Parzivâl, bien au contraire, lui qui dit qu'"il se plongea dans ses pensées jusqu'à oublier tout ce qui l'entourait. L'amour puissant s'était emparé de tout son être. Cette vue lui ravissait toute conscience. Il demeurait immobile. On l'eût cru endormi." Et plus loin : "Parzivâl se tenait immobile, l'esprit tout égaré. Il ne pouvait détacher ses regards des trois gouttes de sang. Il était dominé tout entier." Et, à revoir la scène après un premier combat : "À l'instant, il fut repris dans des liens étroits. Il ne prononça pas une parole, et perdit toute conscience". Et plus loin encore, les mêmes termes se retrouveront de "rapt de conscience", d'"esprit absorbé", d'"impérieux silence" (op. cit., pp. 245-258).

*

  • 3 Pour ce thème du sang sur la neige, voir nos articles : "Le Sang des oies sur la neige de Chrétien (...)
  • 4 Voir le chapitre que nous consacrons à ce thème dans notre ouvrage Le Graal aujourd'hui, Rennes, T (...)

29Loin de rester confiné dans la littérature médiévale, le thème a connu une longue postérité : citons simplement la longue hypnose du Roi sans divertissement (1947) de Jean Giono devant une oie domestique décapitée. J'ai dit ce que j'en pensais voici quelque temps à Manosque3. Ou singlaons aussi la Koubarikha qui, de son couteau, fait saigner la neige dans le Docteur Jivago (1958) de Boris Pasternak ; et bien d'autres textes4.

30Et, si l'on veut choisir un écho moderne de Chrétien, pourquoi ne pas retenir, ici encore, l'Enchanteur de Barjavel, fidèle à la fois à la version canonique, et extrêmement novateur en même temps ? C'est aux alentours de Pâques cette fois que Perceval tombe en arrêt devant ce spectacle :

31"... Au jour levé [il] vit le ciel gris d'où tombait une neige tranquille [...] Il admira la plaine toute blanche, estompée par la chute innombrable des flocons lents [...] dans le grand silence. Le sol était d'un blanc mousseux [...] Mais, en baissant son regard, Perceval aperçut [...] trois taches de sang vif sur la neige. Elles semblaient avoir jailli à l'instant d'une blessure et les flocons qui tombaient sur elles ne parvenaient pas à les recouvrir. Perceval hurla :

32- Bénie !...

33Il avait su tout de suite : c'était Bénie qui saignait, qui l'appelait au secours [...], qui avait besoin de lui. D'un bond il fut sur son cheval qu'il éperonna comme pour un combat à mort. Direction de l'Océan où le soleil se couche. C'était [...] de là-bas qu'elle l'appelait..." (p. 232)

34Pareille et tout autre, s'avère cette version I Plus d'oie ici, ni de faucon, ni de corbeau. Cette fois, c'est la neige même qui saigne, miracle bien plus étonnant encore que celui du Conte du Graal, mais bien dans la ligne de la pensée mythique. Et non plus le silence pétrifié, la contemplation figée devant ce spectacle étrange. Mais, tout au contraire, le cri et le geste, véhéments tous deux, la chevauchée immédiate à fond de train au secours de l'Amie en péril.

3. Gauvain

35Il est aussi dans le Parzivâl (vers 1200-1210) de Wolfram une phrase curieuse : "La pensée du Graal et l'image de la reine que ces traces sanglantes lui remémoraient étaient pour lui deux sources de cruelle angoisse." "La pensée du Graal" : rien de si étonnant que ces marques de sang lui rappellent, en même temps le souvenir de Kundwiramurs, le Calice du Graal, s'il est vrai que celui-ci contenait le sang du Crucifié.

36Cette précision n'est peut-être pas aussi indifférente qu'on le croirait à première vue. Car elle n'est pas sans parallèle. Je veux parler du Perlesvaus, écrit sans doute entre 1192 et 1212, soit après le Conte du Graal (vers 1182 ?) de Chrétien de Troyes, mais où la critique a reconnu maints traits particulièrement archaïques.

37Or, qu'y rencontre-t-on ? Une visite au manoir du Graal de Gauvain, - ce Gauvain en qui certains ont cru voir le premier héros du Graal... Et que lui advient-il ? Quand passent le Graal et la Lance, un sang vermeil sourd de la pointe de cette dernière et tombe dans le Vase. Gauvain reste alors totalement absorbé dans ses pensées, tandis qu'il voit trois gouttes de sang tomber sur la nappe blanche, sur la table d'ivoire, où on l'a installé. Et Gauvain reste figé, muet, perdu dans cette contemplation, incapable de poser les questions fatidiques.

38"On installa messire Gauvain à une magnifique table d'ivoire [...] Sortirent deux demoiselles : l'une tenait le très Saint Graal, l'autre la Lance dont la pointe laisse sourdre le sang dans le vase [...] Gauvain regarda le Graal [...] et fut totalement absorbé dans ses pensées. Et il est saisi d'une joie si intense qu'il oublie tout et ne pense qu'à Dieu. [...] Il regarde devant lui et voit tomber trois gouttes de sang sur la table : tout absorbé dans sa contemplation, il ne dit mot"
(d'après la trad. de Christiana MARCHELLO-NIZIA, in la Légende arlthrienne, Laffont, "Bouquins", pp. 192-3)

39- Ici aussi "trois gouttes de sang" ! ici aussi tombant sur une surface blanche ! L'épisode paraît strictement homologue. Hors qu'il n'est plus question d'amour humain ; il ne s'agit plus que de divin amour. "Il oublie tout, et ne pense qu'à Dieu".

40Et telle était la version primitive de la fameuse fascination ? Si c'était la procession du Graal et de la Lance saignante que le sang sur la neige venait rappeler à Perceval ? Voilà qui resserrerait bien mieux les éléments de l'intrigue : qui, bien mieux que les joues et menton de la femme aimée, justifierait l'extase de Perceval en la raccordant à sa vision mystique du Graal ! Ce ne serait pas le premier exemple où Chrétien transformerait en motif galant un motif mystique.

4. Perceval

41D'autant que la scène du silence de Perceval devant le cortège du Graal paraît singulièrement parallèle. Quand passe la Lance flamboyante et saignante, le jeune homme "se retient pour ne point demander comment cela se pouvait" (vv. 3140-43). Et, quand ce fut le Graal qui passa, il "n'osa mie demander/ Do graal qui l'an en servoit", si bien qu'il ne posa aucune question (vv. 3181-91). Et que le Graal repasse et repasse, il ne demandera toujours pas à qui l'on en sert (vv. 3228-41). Il se tait irrévocablement, perclus dans son mutisme, "la langue comme tranchée", dira plus tard l'Oncle ermite (vv. 6335).

  • 5 Même ROBERT de Boron, guère mieux inspiré y verra, à la fois, la crainte d'ennuyer son hôte ("se i (...)

42À ce silence, que la hideuse Demoiselle à la mule reprochera véhémentement au héros (vv. 4584-4603), Chrétien donne des raisons peu convaincantes : la crainte de passer pour vilain, le conseil du prudhomme de ne point trop parler (3144-49). La cousine et l'ermite en donneront une autre : la faute d'avoir, à son départ, laissé sa mère mourir sans retourner (vv. 3531-55 & 6300-28). Raisons diverses, contradictoires5. Elles trahissent l'embarras du peu mystique Chrétien devant une péripétie dont il saisit mal le sens. Alors que le motif évident de ce silence obstiné paraît bien être, comme pour Gauvain, la sidération pétrifiante, le rapt de l'extase devant cette "chose si sainte" (v.6351).

5. Lancelot

43Cette paralysie et de Gauvain et de Perceval devant le cortège des Talismans sacrés va se retrouver, mais singulièrement accrue, portée à une puissance ∞, lorsque, dans la Queste del Saint Graal, Lancelot à son tour accède au manoir de Corbenic.

44Souffleté par un vent ardent à la survenue du Graal, foudroyé par la vision insoutenable du Saint Vaisseau, paralysé de corps et d'esprit, il s'abîmera durant vingt-quatre jours et vingt-quatre nuits dans l'anéantissement d'un bienheureux coma, que visitent des songes peuplés d'indescriptibles merveilles :

45"Si sent un souffle de vent aussi chaux corne s'il fust entremeslez de feu, qui le feri ou vis si durement qu'il tu bien avis qu'il li eust le viaire ars. Lors n'a pooir d'aler avant, corne cil qui est tiex atornez ("arrangé") qu'il a perdu le poooir dou cors et del oir et del veoir, ne n'a sor lui membre dont il aidier se puisse.[...]

46A l'endemain [...] clers et cil de laienz [...] troverent Lancelot gisant devant l'uis de la chambre. [...] Si le sermonnent de se lever, mes il ne fet nul semblant qu'il les oie ne ne se remue. [...] Si trovent que il n'est mie morz ; mes il n'a pooir qu'il parolt ne qu'il die mot, ainz est ausi come une motte de terre. [...] Il ne respond onques mot ne ne fet semblant qu'il eust onques parlé. [...]

47Il le garderent en tel maniere vint et quatre jors et vint et quatre nuiz que onques n'i but ne menja, ne n'issi parole de sa bouche, ne ne remua ne pié ne main ne membre qu'il eust, ne ne fist semblant par chose qui dedenz apareust qu'il fust en vie. [...]

48En tel manière jut Lancelot vint et quatre jors, que cil de laienz n'i atendoient tors la mort. Et au vintequatrisme jor avint entor midi qu'il ovrit les eulz..." (éd. Albert Pauphilet, Champion, 1949. pp. 256).

49On ne peut guère rêver plus absolue absence de tout geste, plus totale abstraction du monde, et du corps, et des membres, et de la vue, de l'ouïe et du tact.

6. Galaad

50Tout comme Galaad, après avoir plongé ses regards dans le Graal, en avoir sondé les mystères et repostailles, après avoir communié et dit adieu à Perceval et Bohort, choira inanimé ("ex-animé" plutôt) sur le pavé de la salle dans le palais de la sainte cité de Sarras : "il chai a denz sus le pavement del palés, qar l'ame li eirt ja fors del cors" (op. cit., p. 278). Tant s'avère mortel le péril qu'il y a à pénétrer trop loin dans le secret des choses spirituelles interdites aux humains. On risque de basculer dans l'envers invisible du monde.

51Et ni Thomas Malory, ni Jacques Boulenger, qui reprendront ces péripéties de la Quête du Graal, ne changeront grand chose à ces catalepsies de Lancelot et de Galaad foudroyés par la vision du Graal.

*

52Ainsi, on l'a vu par ces quelques exemples - qu'on pourrait aisément multiplier -, l'absence de geste tantôt consiste en l'hypnose fascinée par la vision du sang répandu, tantôt dans le mutisme paralysant du néophyte au bord de l'épreuve suprême, ou dans la paralysie de la voix et du corps déconnectant l'individu de tout le monde extérieur, ou encore dans la catalepsie devant quelque insoutenable apparition. Vision de l'Aimée ou son souvenir ; intrusion du Divin ou sa réminiscence : soeurs sont ces sources diverses d'une pareille extase.

53Car, si le geste est Signe, l'absence de toute geste peut parfois aussi être un Signe, tout chargé de sens. Que révèle, en effet, au dehors comme sentiment intérieur invisible cette pétrification visible ? Elle peut traduire, selon ou selon, de bien diverses émotions intimes : soit l'admiration et le coup de foudre devant la beauté ; soit le rappel ému à la mémoire d'une chère figure ; ou bien l'étonnement devant un spectacle étrange et éblouissant, la stupéfaction devant une miraculeuse merveille ; voire l'extase de ravissement devant l'Indicible.

54Large est le registre des modes et des sens comment peut être éloquente, l'absence totale de geste !...

Notes

1 Pour ce thème du sang sur la neige, voir nos articles : "Le Sang des oies sur la neige de Chrétien de Troyes à Giono", dans La Description au Moyen Age, in : Bien lire, Bien aprandre, revue de médiévistique, Lille III, n° 11, 1993, pp. 25-39 ; et "Giono et la Table Ronde", in : Giono, Bulletin de l'association des amis de Jean Giono, n° 42, automne-hiver 1994, pp. 26-51.

2 Voir l'intéressant article de Yolande de PONTFARCY : "Le Sénéchal Keu ou la Fonction cosmique du Rire", in : Études celtiques, t. XXX, 1994, pp. 263-283.

3 Pour ce thème du sang sur la neige, voir nos articles : "Le Sang des oies sur la neige de Chrétien de Troyes à Giono", dans La Description au Moyen Age, in : Bien lire, Bien aprandre, revue de médiévistique, Lille III, n° 11, 1993, pp. 25-39 ; et "Giono et la Table Ronde", in : Giono, Bulletin de l'association des amis de Jean Giono, n° 42, automne-hiver 1994, pp. 26-51.

4 Voir le chapitre que nous consacrons à ce thème dans notre ouvrage Le Graal aujourd'hui, Rennes, Terre de Brume (en instance d'édition).

5 Même ROBERT de Boron, guère mieux inspiré y verra, à la fois, la crainte d'ennuyer son hôte ("se il ne cremist son oste anoier"), et l'effet de la fatigue après deux nuits blanches ("il estoit si anoiés des deus nuis devant que il avoit vellié, que por un poi que il ne chaoit sor la table") (Le Roman du Graal,"10-18" Bibliothèque médiévale, pp. 245-246).

Auteur

Université du Katanga et d’Angers

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540