Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

"Moult grant duel demener" ou le rituel de la mort

Hatem Akkari

Texte intégral

  • 1 Paul Zumthor, "Etude typologique des planctus contenus dans La Chanson de Roland" dans La techniqu (...)
  • 2 Ch R : La Chanson de Roland, Texte, traduction, notes et commentaires par Gérard Moignet, Bordas, (...)

1La mort est une des grandes hantises de l'homme au Moyen Age. Son attitude face à celle-ci révèle une mentalité difficile à approcher. En tout cas, le deuil du vivant face à la disparition d'un être cher (un fils, un neveu, un frère, une soeur, un ami, un amant, une femme ou un mari) s'exprime très souvent à travers une grande douleur. Celle-ci peut être discrète mais peut aussi prendre des proportions excessives ; elle ne se traduit pas seulement par le discours, et notamment par les planctus1, mais aussi dans la partie narrative par des signes extérieurs et par les gestes. Ainsi, si le planctus appartient à une topique relevant d'une tradition formulaire, le deuil met en relief une tradition gestuelle, voire un rituel qui se perpétue de texte en texte, quel que soit le genre (épopée, vie de saint, lai ou roman) et de siècle en siècle puisque notre étude portera sur des oeuvres qui se situent entre le xie et le xive siècle2. Toutefois ce rituel semble consacrer un geste capillaire, sans cesse repris, enrichi et amplifié, dans une suite complexe, par d'autres gestes qui touchent d'autres parties du corps. Mais cette agression de son propre corps, expression d'une certaine folie, peut mener à un geste ultime, irrévocable, à la mort. Cependant ces manifestations de la douleur s'expriment différemment dans la forme et l'intensité selon qu'elles émanent d'un homme ou d'une femme.

***

2Les manifestations de la douleur des hommes sont moins nombreuses que celles des femmes et s'expriment de façon généralement plus discrète. Ainsi dans Cligès, l'empereur de Constantinople, croyant que l'impératrice Fénice est morte, ne montre pas sa douleur. Mais s'il n'y a pas de manifestations extérieures, cela ne signifie pas qu'il ne ressent rien. Sa souffrance est intérieure, sa dignité de chef lui interdit de donner sa douleur en spectacle. La peine du roi Arthur face à la mort de son neveu est également assez discrète. A la mort de Guerrehet, il se frappe les mains, en signe de désolation : "lors veïssiez au roi grant duel fere, et fiert ses meins ensemble qui encore estoient armes" (MRA. 99-3-5).

3Mais l'expression de la douleur ne concerne pas seulement les laïcs, elle se révèle aussi chez les religieux, et se manifeste de façon peu ostentatoire, puisqu'il s'agit simplement de se tordre les poings dans Le Chevalier au barisel. Le contexte n'est pas funèbre, mais il s'agit d'une mort spirituelle, puisque l'ermite voit que le chevalier au barisel n'a pas pu remplir son tonneau, et il en éprouve une grande douleur :

Lors pleure et crie et tort ses puins,
dont fu ses cuers si parfont poins. (Ch B. 783-84)

  • 3 Bien entendu nous ne tiendrons pas compte dans notre étude du fait de s'arracher les cheveux lors (...)

4Dans le couple, il arrive que l'époux montre son sentiment de façon visible et notamment en s'arrachant les cheveux3, mais seulement dans les textes tardifs. En voyant le pape Clément pleurer à la lecture de la missive d'Hélène, le roi Henri croit que sa femme est morte, il tire alors ses cheveux, et se révolte même contre Dieu qu'il renie :

Et ly rois s'escria : "Vrais rois de majesté,
Quant j'ay pardu Elaine, trop avés mal ouvré !
Jamais de croire en vous n'aray la volenté !"
Il deront ses cheviaux, poy n'a le scens dervé. (BHC. 2931-34)

  • 4 Pourtant tirer la barbe de quelqu'un est considéré comme une insulte. Ainsi lorsque Harpin tire la (...)
  • 5 cf "Tiret sa barbe cum hom est iret" (Ch R. 2414).

5Ce même geste peut apparaître lors de la mort d'un ami. Ainsi Parmenide croyant qu' Alexandre est mort "a ses chevols tirez et roz."(Cl. 2046-54). Mais certainement une des scènes les plus authentiques est celle où Charles trouve son neveu mort. Après plusieurs évanouissements, il "trait ses originels, pleines ses mains amsdous" (Ch R. 2906). Mais Charles ne se contente pas de s'arracher les cheveux, il s'arrache aussi un autre symbole de sa majesté, la barbe4, geste caractéristique de l'affliction masculine. Ainsi il "ploret des oilz, sa blanche barbe tiret" (Ch R. 2943)5. Ces deux gestes peuvent s'ajouter, et Charles, tout le long de ses lamentations :

Sa barbe blanche cumencet a detraire,
ad ambes mains les chevels de sa teste. (Ch R. 2930-31)

6La douleur du père est égale à celle de l'oncle, ainsi lorsque Eufémien apprend que le mendiant qu'il hébergeait n'est autre que son fils qu'il a cherché durant de longues années : "Ad ambes mains deromt sa blanche barbe (VSA. 387). Mais le geste de l'oncle, comme celui du père a avant tout une signification sociale. Charlemagne pleure son bras droit, son héritier ; Eufémien pense surtout à son lignage qui prendra fin avec lui.

7Ces gestes manifestés par les hommes ont surtout une portée symbolique. Les cheveux comme la barbe établissent un lien intime avec l'être. Se les arracher, c'est dénier leur vertu, leur force, leur pouvoir : il suffirait de penser au mythe biblique de Samson. S'arracher la barbe, c'est renoncer à la sagesse car face à la mort d'un être aimé, à quoi sert-elle ?

8Si, comme on vient de le voir, les cheveux sont signe de deuil, il sont déjà aussi symbole érotique, ainsi Enide met un cheveu dans la chemise d'Erec, et dans Le Chevalier de la charrette, Lancelot garde soigneusement les cheveux pris sur le peigne de Guenièvre contre son coeur. C'est la source de sa vie, de sa joie, de sa félicité :

n'est joie nule qu'il n'an face :
molt s'an fet liez, molt s'an fet riche ;
an son soing, pres del cuer, les fiche
entre sa chemise et sa char. (Ch ch. 1466-69)

9Mais le geste de la douleur peut être ostentatoire chez des héros non épiques ; ainsi dans le lai "Le chaitivel", à l'annonce de la mort des quatre chevaliers amants de la dame, leurs compagnons :

Ki lur ventaille deslacierent,
Chevoiz e barbes detrahierent (137-38)

10Ce geste est ostentatoire, puisqu'il apparaît machinal, dépourvu d'émotion et à la limite entaché de vulgarité, alors qu'il semblait juste et touchant, malgré son excès, et gardait de la noblesse chez le roi Henri ou bien Charlemagne.

11Mais les gestes de la douleur se trouvent amplifiés quand il s'agit de sa propre progéniture. A la nouvelle de la mort de son fils Pallas, le roi Evandre non seulement s'arrache les cheveux, se tire la barbe, mais se frappe la tête et se bat la figure :

les crins, qu'il ot blans et chenuz,
o ses dous mains a deronpuz,
sa barbe arache o ses doiz,
il s'est pasmez plus de vint foiz,
hurte son chief, debat sa chiere (E. 6253-257)

12Mais ce geste peut être associé à d'autres tel celui de se tordre les poignets. Quand Henri voit les fausses lettres qui ont causé la mort de sa femme et qui ont été confectionnées par sa mère :

Qui la veïst le roy tenrement larmïer
Et detordre ses puins et ses cheviaux saquier. (BHC. 4930-31)

13Ce geste est un signe d'amour, comme le fait remarquer très justement le jongleur :

Bien peuïst dire et croire et pour vrai tesmoignier :
Par foy, chieux nobles rois ama moult se moulier. (BHC. 4932-33)

14Mais ce peut être aussi un geste d'amitié, lorsque Nisus s'aperçoit que son compagnon a été pris par les ennemis "des poinz se fiert, ses chevols tire (E.5144).

15Ainsi la barbe, comme les cheveux, peut être associée à un autre élément du corps, tels les poings et peut donner lieu à une manifestation collective. Lorsqu'on voit Marie qu'on prend pour Hélène se faire brûler : "Maint puing y ot batu, mainte barbe tiree !" (BHC. 3483).

16Enfin un dernier geste masculin mérite d'être mentionné même s'il n'est pas explicitement exprimé : c'est celui de se mettre de la cendre sur la tête en signe de deuil. Ainsi Tristan qui avait fui la société et sombré dans la folie "avoit encore le vis tout taint de carbons et de cendre" (RTP. 186,15) et Simon qui est destiné au sacrifice afin d'apaiser Eole raconte :

desus lo chief me mistrent sel,
vin et oille, farine et cendre. (E. 1039-40)

  • 6 Les exemples dans la Bible sont nombreux. Dès que la nouvelle de la colère de Dieu parvint au roi (...)

17Or ce geste remonte à une coutume hébraïque6 consistant à se répandre de la cendre sur la tête en signe de repentir, de mortification et de pénitence, de deuil et de grande tristesse. La cendre est symbole de la dissolution du corps, avec elle le prêtre trace une croix sur le front des fidèles le premier jour du carême, le Mercredi des Cendres.

18La disparition de l'être aimé rend la vie impossible, et les gestes que le vivant vient de faire sont tous considérés comme des actes de folie. Le même vocabulaire revient d'une oeuvre à l'autre ("poy n'a le scens dervé" et "la desverie"). Mais cette folie peut déboucher sur un désir de mort ; le planctus s'achève systématiquement par une pathétique aspiration au trépas. Croyant qu'Alexandre est mort, ses amis en sont très affligés :

Et dïent que trop ont vescu.
Cornix et Nereüs se pament,
Au revenir lor vies blasment(...)
Des ialz lor coroient a ondes
les termes jusque sor les piz ;
Vie et joie lor est despiz, (Cl. 2046-52)

19Toutefois il est rare qu'un homme veuille se tuer par amour pour son épouse ; cependant le roi Henri, croyant que sa femme est morte :

Il saqua un coutei trenchant et afilé,
Se s'en vouloit ferir tout parmy le costé. (BHC. 2935-36)

20Mais le pape est intervenu pour lui annoncer que sa femme est encore vivante. Il renonce à son geste et finit par se soumettre à la volonté divine : "Car che que Dieux consent doit ly hons prendre en gré" (BHC. 2968). Le cas du roi Henri est exceptionnel, il révèle un sentiment particulier qui unit Hélène au roi puisque leur mariage est fondé sur l'amour : il l'avait épousée en dépit de l'opposition de sa mère à cause de ses origines inconnues. Rares sont les cas où la douleur masculine se montre avec autant de force, mais il faut noter que c'est un texte tardif.

21Lorsque le roi Arthur voit son neveu Guerrehet sans vie, il implore la mort de lui venir en aide. Tout comme l'avait fait Charlemagne face à la mort de Roland : "Si grant doel ai que jo ne vuldreie estre" (Ch R. 2929). Mais ce désir peut se traduire par un geste suicidaire symbolique sans pour autant se réaliser. Ainsi Gauvain, à la vue de son frère mort, fait des gestes qui font craindre aux barons le pire : "fet tant par le grant duel qu'il a au cuer que li baron qui illuec estoient avoient poor qu'il ne moreust entre leurs mains" (MRA. 101,12-15). Si Cligès ne s'arrache pas les cheveux, il :

(...) an fet duel a certes,
Tel qu'il s'an afole et confont
Plus que tuit li autre ne font,
Et mervoille est qu'il ne s'ocit (Cl. 6056-59)

22Après la mort de Kahédin, son père le roi Hoël était tellement affligé qu'il a failli se donner la mort : "A pou que li rois Hoël ne s'ocist pour le grant doel k'il en a au cuer" (RTP. 164). Mais on peut aussi se suicider par amour pour un ami. Nisus décide de retourner rejoindre son compagnon car :

se gel nel truis, po pris ma vie ;
se il n'est autres qui m'ocie,
sai ge bien que ge m'ocirrai,
soantre lui petit vivrai (E. 5181-184)

  • 7 Chose extraordinaire, merveilleuse, le lion qui suit Y vain fidèlement après que celui-ci l'a sauv (...)

23Il cherche le trépas en se lançant sur l'épée de l'ennemi lorsqu'il voit Euryale sur le point d'être tué et effectivement il mourra avec son ami7.

24A la mort de Camille, la reine des Volsques, lors du combat contre les Troyens, Turnus, qui semble avoir été extrêmement séduit par ses qualités chevaleresques, est désespéré ; par amour, par amitié, il décide alors d'affronter Enéas en un combat singulier au cours duquel il trépassera

25Enfin, on remarque qu'on se lamente beaucoup moins souvent dans un texte épique que dans un texte romanesque. La raison en est évidente : quand on ne cesse de se battre, on finit par se familiariser avec la mort. Dans le roman, on a affaire à des héros plus humains, plus sensibles. Toutefois il est surprenant de trouver de telles manifestations dans des écrits qui prônent un idéal de mesure, de politesse, de contrôle de soi. Et dans l'épopée tous ces gestes de la douleur masculine peuvent surprendre puisque le mort, considéré comme martyr, va entrer au paradis, ainsi Roland qui y est conduit par un lumineux cortège d'anges et de chérubins.

***

26En revanche, on ne remarque aucun sens de la mesure dans les manifestations du deuil chez les femmes. La frénésie de la douleur atteint rapidement son paroxysme. La femme est plus portée à se lamenter et à exprimer sa douleur par des gestes d'agression de type masochiste, même si le premier type de manifestation est commun aux deux sexes : s'arracher les cheveux est le geste le plus répandu depuis l'Antiquité. Lorsque la mère d'Euryalus apprend la mort de son fils "D'un coup, la chaleur a quitté les os de la malheureuse, ses fuseaux lui sont tombés des mains, et ses laines se déroulent. Elle vole hors, l'infortunée, arrachant ses cheveux avec le hurlement des femmes" (Enéide IX). Des siècles plus tard, dans un autre texte inspiré de l'Antiquité, Anna voit sa soeur Didon dans le feu :

Ele piore et crie et brait
et ses chevous ront et detrait (E. 2081-82)

27La femme pleure beaucoup plus que l'homme la mort du conjoint, et la sarrasine exprime sa douleur comme la chrétienne, même si dans l'ensemble de notre corpus nous n'avons qu'un seul exemple, celui de Bramimonde face à la mort de son mari : "Trait ses chevels, si se cleimet caitive" (Ch R. 2597). Chez cette reine, ce geste est surtout spectaculaire, mais il prend chez d'autres personnages féminins une dimension véritablement dramatique. L'héroïne peut aussi s'arracher les cheveux car sa propre mort est annoncée. Ainsi Hélène apprend par un nouveau message la décision de son mari de la tuer : "Dont pleure tenrement et ses cheviaux saqua" (BHC. 3241). Or cette dernière scène n'explique-t-elle pas toutes les autres ? Ne pleure-t-on pas parce qu'on se lamente sur son propre sort ? Ne voit-on pas dans la mort de l'autre sa propre mort, son propre destin ?

  • 8 Ce geste peut exprimer aussi la colère et le regret, ainsi quand la reine apprend que Latinus est (...)

28Mais ces gestes peuvent être de type soit ostentatoire soit masochiste. Celui que nous venons d'évoquer peut s'inscrire dans le premier type car il est manifestation qui se donne en spectacle ; même s'il évoque une réelle douleur, il s'ajoute à d'autres tels que se tordre les poignets et se frapper les mains8, et peut exprimer une douleur aussi bien individuelle que collective. A la mort de l'impératrice Fénice :

Ensi toz li pueples enrage,
Tordent lor poinz, batent lor paumes. (Cl. 5738-39)

29Les manifestations de la douleur féminine sont souvent physiques et violentes et peuvent prendre des formes très intenses. Elles deviennent une véritable mortification, une atteinte à la chair. Y vain arrive dans une forteresse où les habitants sont en liesse, puis plongés dans la douleur à cause du géant qui doit tuer le lendemain les quatre fils et la fille du seigneur du château ; et alors :

si recornancent a crier,
et plorent, et si s'esgratinent (Y. 3814-15)

  • 9 cf. vv. 426-29, 431-32

30En assistant au combat entre Erec et le chevalier, gardien du pont, Enide se met à : "ses poinz tordre, ses chevox trere" (EE. 3790). Didon voit Enéas partir "el tuert ses poinz, deront sa crine" (E. 1961) et lorsqu'elle n'aperçoit plus les navires, sa douleur s'accroît encore et : "son piz débat, ses chevous ront" (E. 2011) : le départ est assimilé à une mort. Tout comme la mère d'Alexis9 ou la femme du roi Evandre à la mort de son fils :

son vis depiece et sa petrine
(...) eschevelee, tote pale. (E. 6260-63)

31Tous ces gestes se trouvent résumés dans un passage d'Erec et Enide où Erec à cause de toutes ses plaies tombe évanoui. Enide le croit mort :

An haut s'escrie et tort ses poinz ;
de robe ne li remest poinz
devant le piz a dessirier ;
ses chevox prist a arachier
et sa tandre face desire (EE. 4575- 79)

  • 10 Le fait de se déchirer les vêtements est également un signe de folie chez desepéré d'avoir perdu L (...)

32Or la manifestation la plus impressionnante est sans aucun doute celle qui suit la mort du mari. Chez la femme d'Esclados le Roux, la douleur devient hystérique et l'héroïne déchire ses vêtements10 :

a la foiee, si crioit
si haut com ele pooit plus,
et recheoit pasmee jus ;
et quant ele estoit relevee,
ausi come fame desvee,
se comançoit a dessirier
et ses chevols a detranchier ;
ses mains detuert et ront ses dras,
si se repasme a chascun pas. (Y.1152-60)

  • 11 Jean Frappier, Histoire, mythes et symboles. Etudes de littérature française, Genève, Droz, 1976.

33De même que chez l'homme, ces gestes sont considérés comme des gestes de folie qui peuvent révéler un véritable désarroi individuel comme celui de la mère qui perd son fils dans La Vie de Saint Alexis : "La vint corant com feme forsenede" (VSA 424). Pour Jean Frappier "la voici maintenant hors de sens et s'abandonnant à toutes les actions qui caractérisent la peinture classique du deuil dans la littérature de l'époque féodale"11. Le même verbe se retrouve dans Erec et Enide, celle-ci assiste au combat entre Erec et le chevalier gardien du pont : "apo de duel ne forssenoit" (EE. 3788). De même Didon : "vait errant corne desvee" (E. 2015), et la femme d'Esclados le Roux à la mort de son mari : "de duel feire estoit si fole" (Y. 1150). Yvain s'interroge sur ses gestes :

Dex ! Por coi fet si grant folie
et por coi ne se blece mains ?
Por coi detort ses beles mains,
et fiert son piz et esgratine ? (Y. 1488-91)

34Or cette "desverie" débouche non seulement sur un désir de mort, mais souvent sur le passage à l'acte. La mort est parfois frôlée, ainsi la femme d'Escalados : "qu'a po qu'ele ne s'ocioit" (Y. 1150-51) et quand la reine Guenièvre apprend la nouvelle de la fausse mort de Lancelot, tout comme Laudine après l'enterrement d'Esclados le Roux elle ne manque pas de tenter de s'étrangler :

De li occire est si estoute
que sovent se prant a la gole (Ch ch. 4180-81)

35Enide croit qu' Erec est mort ; alors, geste fatal, elle tire l'épée pour se tuer : "l'espee hors del fuerre a trait" (EE. 4632), mais Dieu dans sa miséricorde lui a envoyé un chevalier qui a entendu ses cris et qui l'a sauvée.

36Ce désir de la mort est l'expression hyperbolique de la douleur, grâce à ce moyen Laudine cherche à rejoindre son mari Escalados car la vie n'a plus aucun sens pour elle. Lorsque sa servante demande si la douleur lui ramènera son mari, elle répond :

- Nenil, [...], mes mon vue seroie je morte d'enui.
- Por coi ? - Por aler aprés lui. (Y. 1606-08)

37C'est le même sentiment que Didon a lorsqu'elle apprend le départ d'Enéas :

Heu lasse, vait s'en il issi
que faz ge donc ne m'oci ? (E. 1975-76)

38Or après un long monologue elle décide :

(...) mialz voil morir,
quant autremant ne puis garir. (E. 2005-06)

39Seule Didon se décide à accomplir ce geste de "desverie" et va jusqu'au bout, par amour :

la desverie qu'el velt faire,
de l'espee al Troïen traire :
(...) El tint l'espee tote nue,
soz la memelle s'est ferue ;
o tot lo cop salt anz el ré
que sa suer li ot apresté,
el lit desor les garnemenz
al Troïen se colche adanz,
el sanc se voltre et demoine. (E. 2027-37)

40Et c'est dans ce bûcher, parmi les vêtements et les parures d'Enéas, sur le lit où elle l'avait aimé qu'elle meurt.

***

41Ainsi la lamentation ne suffit pas, la parole est incapable d'exprimer l'indicible, la mort ; les signes extérieurs non plus tels les cris, les larmes et la pâmoison. Le schème lamentatoire doit être accompagné d'un certain nombre de gestes qui peuvent revêtir différentes formes, car la souffrance intérieure a besoin de s'extérioriser de façon réelle, physique. Or ces gestes sont moins nombreux chez l'homme que chez la femme. Chez celle-ci, les gestes de la douleur ont un caractère essentiellement affectif et privé. Elle arrive même à mourir, par fidélité, non pas à son mari, mais à son amant. Alors qu'il est rare qu'un homme se tue ou tente de le faire pour la femme aimée. Mais aujourd'hui, on ne meurt plus par amour et ces gestes ont disparu de la littérature française.

Notes

1 Paul Zumthor, "Etude typologique des planctus contenus dans La Chanson de Roland" dans La technique littéraire des chansons de geste, Université de Liège, 1959, pp. 210-235.

2 Ch R : La Chanson de Roland, Texte, traduction, notes et commentaires par Gérard Moignet, Bordas, Paris-Bruxelles-Montréal, 1969 - BHC : La Belle Hélène de Constantinople, Chanson de geste du xive siècle. Edition critique par Claude Roussel, Paris, Droz, 1995.

  • Ch ch : Le Chevalier de la charrette, publié par Mario Roques, Honoré Champion Paris, 1983 - E : Enéas, roman du xiie siècle, Honoré Champion, Paris, 1983 - Cl : Cligés, publié par Alexandre Micha, Honoré Champion, Paris, 1978 - Y : Yvain, publié par Mario Roques, Honoré Champion Paris, 1980 - RTP : Roman de Tristan en prose. Tome I : Des aventures de Lancelot à la fin de la "Folie Tristan", Edité par Philippe Ménard, Genève, 1987 - MRA : La mort le roi Artu, Roman du xiiie siècle édité par Jean Frappier, Genève, Droz, 1996 - ES : Erec et Enide, publié par Mario Roques, Honoré Champion, Paris 1977.
  • VSA : La Vie de Saint Alexis, Poème du xie siècle, texte critique de Gaston Paris, Honoré Champion, Paris, 1980 - Ch B : Le Chevalier au barisel conte pieux du xiiie siècle, édité d'après tous les manuscrits connus par Félix Lecoy, Honoré Champion, Paris, 1984.
  • Les Lais de Marie de France publiés par Jean Rychner, Honoré Champion, Paris, 1983.

3 Bien entendu nous ne tiendrons pas compte dans notre étude du fait de s'arracher les cheveux lors d'une dispute, comme par exemple dans Les Fabliaux : cf. IV.317, 334, 341, 345, 357 - VII. 77 – VIII. 126,195.

4 Pourtant tirer la barbe de quelqu'un est considéré comme une insulte. Ainsi lorsque Harpin tire la barbe à Guillaume dans Le Charroi de Nîmes (laisse LI), ce dernier est irrité au plus haut point et à son tour il saisit Harpin non par la barbe mais par les cheveux et le tue (LII).

5 cf "Tiret sa barbe cum hom est iret" (Ch R. 2414).

6 Les exemples dans la Bible sont nombreux. Dès que la nouvelle de la colère de Dieu parvint au roi de Ninive par l'intermédiaire de Jonas, il "se couvrit d'un sac, s'assit sur de la cendre", demanda à son peuple d'en faire autant (Jonas 3) et Dieu renonça à sa décision de détruire la ville. Par ailleurs, on en trouve encore des traces dans la tragédie classique :
A ces vains ornements, je préfère
la cendre (...). Racine, Esther, 1, 4.

7 Chose extraordinaire, merveilleuse, le lion qui suit Y vain fidèlement après que celui-ci l'a sauvé duserpent Il voit son maître évanoui et le sang s'écouler suite à la blessure :
Li lÿons cuide mort veoir
son conpaignon et son seignor ;
einz de rien n'ot ire graignor,
qu'il comança tel duel a fere,
n'oï tel conter ne retrere,
qu'il se detuert et grate et crie
et s'a talant que il s'ocie
de l'espee, qu'il li est vis
qui ait son boen seignor ocis. (Y. 3500-08)

8 Ce geste peut exprimer aussi la colère et le regret, ainsi quand la reine apprend que Latinus est décidé à la marier à Enéas, alors qu'elle désirait Turnus : "andous ses paumes Sert ansanble" (E. 3358)
- visage + mains
suite à l'annonce de la prétendue mort du roi Arthur et surtout à la proposition des barons de la marier à Morderet, la reine "se claime lasse, dotante et debat son viaire et detort ses mains" (MRA, 141, 6-7)

9 cf. vv. 426-29, 431-32

10 Le fait de se déchirer les vêtements est également un signe de folie chez desepéré d'avoir perdu Laudine :
Lors se li monte uns torbeillons
el chief, si grant que il forsane ;
si se dessire et se depane (Y. 2806-08)

11 Jean Frappier, Histoire, mythes et symboles. Etudes de littérature française, Genève, Droz, 1976.

Auteur

Faculté des Lettres de SFAX (Tunisie)

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540