Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

De la construction d’un espace mythique aux manifestations de puissances surnaturelles, dans quelques lais féeriques des xiie et xiiie siècles : langue et symboles de la magie au Moyen Âge

Zemmour Corinne

Texte intégral

  • 1 Lois féeriques des xiiè et xiiiè siècles. Présentation, traduction et notes par A. Micha, Edition (...)
  • 2 F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixè au xvè si (...)
  • 3 A. Micha, Op. Cit.. Préface, p 7.
  • 4 F. Godefroy, Op. Cit., Tome V, Article « Magiquer ». p 66a.
  • 5 F. Godefroy, Op. Cit., Tome V. Article « Magique ». pp 65c-66a.
  • 6 Mais les thèmes, bien circonscrits, sont au nombre de trois. Sur l’identification de ces thèmes et (...)
  • 7 Dans la mesure où les animaux épousent des rôles au moins voisins de ceux dévolus aux êtres surhum (...)

1A. Micha consacre une édition critique1 à onze lais : ceux de Graelent. Guingamor, Désire. Tydore, Tyolet, l’Aubépine, Mélion, Doon. du Trot, du Libertin et de Nabaret. Puisqu’ils sont féeriques, nous nous attendons à y lire le vocable magie. Mais au Moyen Age, ce mot n’existe qu’au pluriel, dans l’acception d’opérations magiques2. Au 12è et au 13è siècles en revanche, soit à l’époque de nos poèmes3, l’on connaît magiquer4 et magique5, absents pourtant de nos textes où, néanmoins, la magie règne en maîtresse. Celle-ci s’exprime, en fait, dans le réseau serré de plusieurs thèmes et mots6. Visitant souvent les héros dans leur sommeil, elle les entraîne ensuite vers un monde onirique nimbé de sa présence et où se trouble leur perception des réalités. Pour eux, en effet, les sites végétaux et aquatiques s’y font théâtres de phénomènes extraordinaires. Là, ils rencontrent des créatures d’exception qui, douées de pouvoirs surnaturels voire prophétiques, leur ouvrent les portes de l’Autre Monde7. Entrant sur leurs pas au cœur de cet espace mythique, nous tenterons de définir l’idée de magie dans nos textes, nous faisant linguiste ou herméneute selon les nécessités. Nous soulignerons ainsi la richesse lexicale d’une notion complexe au Moyen Age. Nous en éclairerons, du même coup, les modes opératoires et leur retentissement dans les mentalités.

Premier volet : à l’origine était le songe, ou une plongée dans l’inconscient.

  • 8 Nous considérons, pour l’heure, magie au sens général exposé dans la note 2. Plus loin, il y aura (...)

2Insidieusement, la magie8 envahit donc souvent les lieux en engourdissant les êtres dont elle fait vaciller l’esprit. Dormir, s’endormir, s’apesantir et someillier en témoignent. On relève respectivement 21, 5, 2 et une occurrences de ces verbes. Dormir s’emploie 11 fois absolument, 3 au participe présent, une au gérondif, une au participe passé dans un tour impersonnel, 3 à l’infinitif et 2 pronominalement. Dans quatre vers, s’endormir est pronominal, et un participe passé adjectival dans le dernier. Si s’apesantir n’est que pronominal, someillier ne s’utilise qu’absolument. De plus, dormir intervient dans 7 textes sur 11, ce qui, en soi, est digne d’intérêt, alors que s’endormir concerne 3 poèmes, devant s’apesantir et someillier enregistrés dans un seul lai. Toutes ces données incitent à prendre dormir comme référence, puis à mesurer le degré de synonymie de nos verbes entre eux, et voir s’ils s’organisent en un système cohérent.

1 - De dormir à someillier.

  • 9 Autres attestations de dormir infinitif : Trot, 258 ; Guingamor, 247.

3C’est pourquoi un extrait de Mélion, où notre vocable est à l’infinitif9, ouvrira notre enquête :

« Qant li rois volt aler colchier,
son lit rova apareillier.
dormir s’en vait. molt est lusses ». (Melion. vv 445-447).

  • 10 Sur cette réserve, voir Infra, note 18.

4Nous y constaterons, en toute logique a priori, que dormir résulte d’un état de fatigue10. Aussi le verbe aura-t-il le sens de reposer dans le sommeil, à la faveur, ici, d’une gradation dans les termes :

« Certes, eles (- des jeunes filles) sont a grant aise,
eles n’ont riens qui lor desplaise [...]
si se poent a lor plaisir
colchier, reposer e dormir ». (Trot, vv 253-258).

5C’est maintenant que, pris au lai de Tydorel, deux vers nous arrêteront :

« Molt ert vaillanz e molt ert prouz (...)
mes ja des eut : ne dormira ». (Tydorel. vv 115/122).

  • 11 Nous retrouverons la même locution en incidence à someillier.

6Telles sont les prédiction et interdiction que le père mystérieux de Tydorel formule à telle reine, quant à leur fils. Or selon le dernier vers, l’endormissement se signale par un jeu de paupières, que traduit « des eulz » ou en fermant les yeux11. L’on pourrait en penser que dormir est un inchoatif. Certes, il l’est ici. Il équivaut même à s’endormir. Toutefois, cette correspondance reste ponctuelle. Seul le syntagme « des eulz » la suggère. Celui-ci absent, dormir épouse sa dénotation usuelle. Nos lais en attestent. Dans Tydorel, le héros se révolte, martelant d’un binaire appuyé entre dormir et veillier. ces propos lancés à sa mère :

« - Par Deu ! fet il, toute i morrez,
ja de mes mains n’eschaperez,
si vos ne me dites le voir
qui filz je sui, je veil savoir. [...]
Totes genz dorment et je veil ;
or l’ai oï, si m’en merveil ». (Tydorel, vv 347-356).

  • 12 Au plan temporel, l’imparfait sied aux traits aspectuels de dormir. Cf. Désiré, 615-618 et Doon, 5 (...)
  • 13 On relève la deuxième occurrence de dormir corrélé à prendre some, dans Tydorel, 330.

7Dans cet exemple est accusé l’aspect duratif de veillier, rigoureux symétrique d’un dormir par conséquent non inchoatif. Dormir, ce sera reposer dans un sommeil déjà profond et durable12. Un autre passage du même lai place, lui, sur le mode du decrescendo, dormir en collocation avec prendre some13.

« S’il (= le roi. non le père du héros) se courrouce durement,
si li di tant : que n’est pas d’ome
qui ne dort, ne qui ne prent some ». (Tydorel, vv 288-290).

8Dormir exprime là une étape ultérieure de prendre some ou tomber dans la somnolence, proche alors d’un someillier que sa construction avec des euh rend exclusivement inchoatif :

« Tydorel le tirent nomer
en droit baptesme e apeler.
Onques des euh ne someilla,
ne ne dormi, totjors veilla ». (Tydorel, vv 177-180).

  • 14 Et pour cause : en formation en ancien français, la voix pronominale - étendue, someillier excepté (...)

9Explicites, ces vers confortent notre raisonnement. Or un élément crucial achèvera d’en asseoir la pertinence. Opportunément pronominal pour l’occasion14 et au sens de s’abandonner à un état voisin de la létalité, dormir illustre au mieux, en effet, l’abdication totale de la conscience :

« Qant ill estoient descendu
e au chastel amont venu
la pucele contre eus aloit,
molt durement les ennoroit ; [...]
liz lor fesoit apareillier
por eus ocirre e engingnier [...]
Cil qui pene turent e las,
se couchierent e se dormoient ». (Doon. vv 49-59).

10C’est dans un tel contexte, que nous examinerons s’endormir.

2- De s’endormir à s’apesantir.

  • 15 Il va de soi qu’au participe passé, endormi prend l’acception de plongé dans un sommeil devenu pro (...)

11La caractéristique majeure de ce verbe est son morphème ingressif. Aux vers 33-35 de Tydorel, s’endormir, alors glosé par s’assoupir légèrement15 comme dormir des eulz, s’associe à un fort clair cliner chief :

« Se la roïne fu pesanz.
la pucele fu qatre tanz ;
endormi soi, son chief clina ».

  • 16 F. Godefroy, Op. Cit. Article « Apesantir ». Tome VIII. p 143c (in Complément).

12Or selon le vers 29 de ce conte, s’apesantir partage cette particularité. Néanmoins, il véhicule aussi un sème ignoré de someillier des eulz, prendre some, s’endormir et dormir des eulz : celui d’inertie, confirmé par ce vers et que soi dormir amplifie en celui de presque létalité : « molt durement m’apesanti » (Tydorel. v 375). C’est qu’au Moyen Age, le mot signifie devenir pesant16 et, dans notre poème, s’assoupir pesamment. Dans la théorie chronologique, s’apesantir matérialise donc un seuil supérieur à s’endormir, si bien que nos verbes s’enchaînent sur le principe d’une hiérarchisation étayée de complémentarités internes. A la base se situent someillier des eulz et prendre some, au sommet dormir, générique, et, dans l’intervalle, dormir des eulz et s’endormir, s’apesantir, soi dormir. Dans la genèse des mécanismes opératoires de la magie, ces nuances sont essentielles. Pour s’en convaincre, on lira le document suivant.

  • Peinture d’un sommeil interrompu, par l’irruption d’un chevalier en quête de sa dame- DORMIR absolu = sommeil profond. En collocation avec gésir, s’esveillier. s’escrier. Désiré. 618.
  • Peinture d’un sommeil interrompu, dans le transport magique d’un personnage inconscient vers un lieu inconnu. DORMIR au passif impersonnel = sommeil profond. L’Aubépine. 265 ; ENDORMIR pronominal = assoupissement léger. L’Aubépine, 264 ; DORMIR au participe présent = sommeil profond. En coll. avec s’esveillier ; freor. L’Aubépine, 272, 306.
  • Peinture d’un sommeil nécessaire et sortilège, comme prélude à la réapparition d’une amie perdue. DORMIR absolu/au participe présent = sommeil profond. En coll. avec (n’oser) esveillier/s’esmerveillier. Désiré, 351. 355.
  • Peinture d’un sommeil nécessaire et sortilège, comme prélude à l’apparition d’un chevalier, inconnu. ENDORMIR pronominal = assoupissement léger. En coll. avec cliner chief. chaut, vergier. Tydorel. 35. 378. l’Aubépine, 264, 304. APESANTIR pronominal = assoupissement pesant. En coll. avec ente. Tydorel, 29. 375.
  • Peinture du sommeil comme état physiologique universel, dans la revendication révoltée d’un droit au repos. DORMIR absolu = sommeil profond. Tydorel, 290. 330. 354. 355. PRENDRE SOME, = chute dans la somnolence. Tydorel, 290. 330.
  • Peinture d’un sommeil combattu, dans l’accomplissement d’une condamnation prophétique. DORMIR absolu = sommeil profond. Tydorel. 180. SOMEILLIER DES EULZ= chute dans la somnolence. Tydorel, 179.
  • Peinture d’un sommeil interdit, dans la formulation d’une condamnation prophétique. DORMIR (au futur nié) absolu = sommeil profond. Tydorel. 460. DORMIR DES EULZ (nié) = assoupissement léger. Tydorel. 122.
  • Peinture d’un sommeil autorisé, dans la formulation d’une permission prophétique. DORMIR (au futur) absolu = sommeil protond. Tydorel. 145.
  • Peinture d’un sommeil fuyant, dans un appel impérieux de l’aventure. DORM1R infinitif (nié) = sommeil profond. En coll. avec faire aprester oirre. Guingamor, 247.
  • Peinture d’un sommeil paisible, souvent nécessité par une extrême lassitude. DORMIR infinitif = sommeil profond. En coll. avec lassés modalisé. aler colchier, colchier et reposer. Mélion. 447. Trot. 258. ENDORMIR au part, passé adj. - sommeil profond. En coll. avec ouvrir eulz, travail. Tyolet, 495.
  • Peinture d’un sommeil paisible, dans l’évocation d’un sortilège mortifère inopérant. DORMIR pronominal = sommeil quasi létal. En coll. avec soi colchier ; cuidier trover mort. Doon. 124.
  • Peinture d’un sommeil sortilège et mortifère, facilité par une lassitude stratégique. DORMIR gérondif = sommeil prolond +DORMIR pronominal - sommeil quasi létal. En coll. avec pené et las ; soëf lit. soi couchier, morir. Doon. 59 ; 60.
  • 17 Les vers 121-128 fournissent même là un excellent exemple symétrique, le héros rendant inopérants (...)
  • 18 Il en va de même dans le lai de l’Aubépine, où l’héroïne est transportée dans un sommeil alors néc (...)

13On admettra après qu’au plan du symbole, dormir domine. Avec ses 11 schèmes actanciels, il devance s’endormir, someillier des eulz, prendre some et s’apesantir, sollicités entre deux et une fois. Quelle que soit sa nature, le sommeil n’est pas innocent. Le lai de Doon le démontre17. Dans ce poème, les prétendants d’une demoiselle, mis par elle à l’épreuve, ne se doutent pas, cédant à un sommeil funeste et les membres rompus d’un épuisement si peu anodin18 qu’un effet d’hyperbate y insiste, d’un réel péril de mort :

« Qant ill estoient descendu
e au chastel amont venu,
la pucele contre eus aloit [...]
liz lor fesoit apareillier
por eus ocirre e engingnier,
de bones coutes, de bons dras.
Cil qui pené furent e las.
se couchierent e se dormoient ;
el soëf lit dormant moroient ».

  • 19 Parce qu’elle doit rester seule à son réveil, la reine, dans Tydorel, ne parvient pas à arracher u (...)
  • 20 Les serviteurs de Désiré le laissent ainsi à dessein « dormant », n’osent le réveiller, pour donne (...)
  • 21 On relève 29 occurrences de perdre, 1 de deperdre. 4 de guerpir et, à l’opposé, 64 de trover souli (...)
  • 22 On relève 142 occurrences de veoir, 35 d’esgarder, 17 d’apercevoir, 16 de regarder, 5 d’aviser, 3 (...)
  • 23 On relève 26 occurrences de ce verbe, dont aucune ne concerne Le libertin ou Nabaret On observera (...)

14Le sommeil entraîne nos personnages vers un monde où, sans transition, ils émergent d’une torpeur confinant au besoin à la pétrification pour certains de leur entourage19, ou à dessein prolongée pour que s’installe un décor surnaturel20 ; où, pris d’angoisse, ils se découvrent seuls ; où, fulgurantes, apparitions, disparitions21, réapparitions et métamorphoses abusent le regard22 et font si bien croire à la réalité de visions rêvées que cuidier suivi du subjonctif trahit l’étendue du leurre23. Succomber au sommeil, c’est, à peine revenu à soi, retrouver inopinément une amie perdue ou rencontrer un inconnu venu de nulle part, et dont on s’éprend :

« e la roïne s’esveilla.
Après les autres volt aler.
mes n ‘en porra nule trover,
molt durement s’en merveilla.
Contreval le jardin garda.
si vit.1. chevalier venir ». (Tydorel. vv 36-41).
« Al chef de l’an qu’il (= Désiré) out jeü.
oiez cum il est avenu :
un jor le leisserent dormant
si esquier e si sergant ;
tuz sunt aie esbancier.
ke ne l’osouent esveiller.
Quant il aveit assez dormi.
esveilla sei c esperi.
D’une chose s’esmerveilla :
Ke suls esteit, mut li pesa
Si cum il ert en tel ennui.
s’amie vint parler a lui ». (Désiré, vv 349-360).

  • 24 Chanson de Roland, Publiée par J. Bédier. Edition Piazza, vv 2525-2531. Paris. 1980. Voir aussi J. (...)
  • 25 Evangile selon Saint Matthieu. 1 20. in La Bible de Jérusalem, p 1416. Editions du Cerf. Paris, 19 (...)

15Or si, prédisposant au songe initiatique, il est propice aux révélations capitales réservées aux êtres d’exception, comme Charlemagne dans l’imaginaire littéraire24 ou Joseph dans l’univers biblique25, le sommeil fait accéder nos dames et chevaliers à un monde ou triomphe l’irrationnel.

Deuxième volet : espace mythique et structure orientée.

1- D’une horizontalité profonde à une verticalité turgescente et plongeante, ou un paysage en trompe-l’œil26.

  • 26 Les sites d’une horizontalité unie voire désolée existent. On note pré (2 occ), praierie, plaigne, (...)
  • 27 On enregistre une occurrence de fouteloie ou « lieu planté de fouteaux nu de hêtres » (F. Godefroy (...)

16Plusieurs sites s’offrent alors à leurs regards, et désignés par trois groupes de mots. Le premier réunit forest (41 occ), bois (29), lande (16), buisson, (6), brueil, (4), boscage, (2) et gaudine Le second vise arbre (6 occ). ente (5). foillie (4), chesne (2), pomier, olivier et fust (1)27. Le dernier concerne eve (18 occ), riviere (14), fontaine (7) et lac (6). D’emblée, l’on précisera que le prépondérant forest se manifeste, à son tour, dans 7 textes sur 11, tandis que d’autres faits, relatifs au volume des occurrences recensées, arrêtent. Ainsi le même forest, eve et arbre dominent-il, 4 à 6 vocables gravitant autour d’eux. C’est net : tout groupe forme un système paradigmatique et l’ensemble, un système syntagmatique dont les correspondances entre lande avec eve ou riviere, boscage et chesne, arbre et buisson expriment une cohésion dont un premier examen, sémantique et bâti autour de forest conçu comme centre, aidera à apprécier l’enjeu.

  • 28 Désiré, 513.
  • 29 Graelent. 195 ; Guingamor. 299 ; Désiré, 124.

17En collocation avec arbre relié à soi hurter évoquant par contraste la verticalité28, le mot dénote un espace horizontal. En contexte avec buisson, brueil et boscage, il s’applique à un terrain boisé29. Selon le lai de Graelent, forest équivaut à bois :

« fors de la vile avoit un gart.
une forest grant et pleniere,
par mi courait une riviere.
Cele part ala Graelens,
trespensix, mornes et dolens.
N’eut gaires par le bos erré ». (Graelent, vv 194-199).

18D’après ces vers de Guingamor, forest s’échange, semble-t-il, avec gaudine ;

« Guingamor estoit molt pensis,
el haut de la forest s’est mis [...]
Ja Deu ne place ne ne voille
qu’entre chevaliers soit retret
que os faciez si grant mesfet
d’embler les dras d’une meschine
en l’espoisse de la gaudine ». (Guingamor, vv 409-452).

  • 30 Dans Guingamor. : « La trace quierent du senglier [...]/tant ont tracié qu’il l’ont trové/en. l. b (...)
  • 31 Dans Guingamor, 170-177 : « Dame, sovent avez oï/l’aventure de la forest [...] /la lande i est ave (...)
  • 32 En (forest 16 occ, bois 8, lande 6, buisson 3, gaudine et boscage 1) ; dedenz (forest et lande l o (...)
  • 33 Soi metre (forest 2 occ, bois 1) ; entrer (forest et bois 2 occ, lande 1). Symétriquement : geter (...)
  • 34 Mélion. 83.
  • 35 Guingamor, 584. Le héros revient sur les lieux après une absence de 300 ans, laps de temps suffisa (...)
  • 36 Graelent, 200 ; Guingamor, 278.
  • 37 Au vers 281. Dans Guingamor, 409-415, l’image d’un rideau d’arbres serré, laissant mal filtrer les (...)
  • 38 Désiré. 202.
  • 39 Guingamor, 452.
  • 40 L’on enregistre une occurrence de la préposition parmi, évoquant une surface relativement importan (...)
  • 41 Comme il sied aux vœux d’isolement des anachorètes, ainsi mieux prédisposés aux extases mystiques. (...)

19De son côté, buisson alterne a priori avec brueil30, tandis que la lande s’enclave à la fois dans la forêt et le bois31. Nos sites couverts partagent plusieurs caractéristiques et valent pour les qualités insonorisantes dont les dote leur aspect touffu et profond. En témoignent des prépositions32, des verbes33 suggérant la pénétration dans une masse plus ou moins dense et des caractérisants. Au nombre de ces derniers, certains concernent la végétation, « verte e bele » dans la lande34 ou « haut creüe » car enchevêtrée dans la forêt35. D’autres concernent le critère de l’épaisseur, bien connu de buisson deux fois dit espés et ramé36, et de la forêt, espesse dans Graelent37. Ailleurs, ce qualificatif, substantivé, est incident à bois38 et gaudine39. Mais des différences existent entre nos éléments et territoires. Ainsi la lande40 et la forêt sont-elles très vastes, la première faisant office de long corridor boisé, divisé en zones dont le mot boscage signale la plus reculée, elle-même abri d’un ermitage41 :

« en la forest se met avant.
Dedenz la lande enz el boscage
ot un seinz hom sun hermitage ». (Désiré, vv 123-125).

  • 42 Graelent. 195 ; Tyolet. 301. Il faut compter encore avec deux occurrences du terme coordonné à la (...)
  • 43 Guingamor, 410. Au vers 285 de ce poème, les chiens du héros s’arrêtent « près de la forest », la (...)
  • 44 Graelent. 195-200.
  • 45 Son signifiant s’associe deux fois à la préposition par et une à la préposition parmi. Le vers 321 (...)
  • 46 Dans Mélion. 291, où le site, « reont », s’encastre alors dans une forêt (298). dite bois (300). L (...)
  • 47 Selon la note 30. les chasseurs éprouvent bien du mal à extirper tel sanglier d’une cachette dite (...)
  • 48 C’est alors, il est vrai, un toponyme non attesté dans nos textes. Mais le irait de puissante adhé (...)
  • 49 Gaudine se rattache à gaut, dont l’étymon germanique wald dénote le bois. Dans Guingamor, 452. la (...)
  • 50 D’où, sans doute, l’association répétée du signifiant à l’adjectif aventureuse qui. dans Guingamor(...)

20C’est très net pour la forêt, deux fois qualifiée de grant42. Au reste, Désiré (vv 123-125) nous enseigne que le boscage marque aussi les confins de ce domaine dont haut matérialise l’orée43, le buisson s’avérant, dans le même temps, l’un de ses sites internes44. Néanmoins, pour grande qu’elle soit, la lande s’intègre toujours à la forêt ou au bois. Si le bois reste étendu45, il se rétracte parfois aux dimensions d’un buisson46. Selon le contexte de Guingamor47. brueil ajoute à sa palette de traits celui d’humidité48, qu’ignorent buisson et boscage. De par son étymologie, gaudine, à présent, vise un terrain plus petit que la forêt49 dont c’est une enclave et non une borne, contrairement au boscage. Enfin, si elle se rattache à l’horizontalité profonde, la lande est un territoire assez clairsemé50. Selon une hiérarchisation paradigmatique, décroissante, se classent donc la forêt, puis le bois ou petite forêt, la lande ou couloir boisé, le boscage et la gaudine, petits bois complémentaires entre eux, le buisson ou arbuste très ramifié, proche mais distinct du breuil ou taillis fort étroit. Forest de transmettre, générique, ses principaux traits aux végétaux turgescents puis aux éléments aquatiques, et sur le mode syntagmatique.

  • 51 Guingamor. 437.
  • 52 Tyolel. 87.
  • 53 Guingamor. 437.
  • 54 Tydorel. 82.
  • 55 G. Matoré, Le vocabulaire et la société médiévale, p 255, Paris, PUF, 1985.
  • 56 Désiré. 419-424.
  • 57 Guingamor. 409-424.
  • 58 Guingamor. 603-648
  • 59 Désiré, 513 ; Guingamor. 437.
  • 60 Désiré. 119.
  • 61 Guingamor. 437.
  • 62 Désiré. 119.
  • 63 Désiré. 521.
  • 64 Guingamor, 422-424.
  • 65 Désiré, 142.
  • 66 Guingamor, 422-424.
  • 67 Désiré. 424. Pour les trois signifiants impliqués alors, on sera sensible à leur emploi conjoint a (...)
  • 68 Tydorel. 82 ; Désiré. 513.
  • 69 Guingamor, 439.
  • 70 F. Godefroy, Op. Cit, Tome III. Article « Ente ». entrée 1, 251 a-b.
  • 71 F. Godefroy, Op. Cit.. Tome IV. Article « Fueillie », p 17la-b.
  • 72 Désiré. 177-178.

21Dans l’environnement d’une gaudine51 ou d’un bois52, l’arbre confirme ainsi son appartenance aux secteurs couverts. Associé au chêne53, c’est un végétal sauvage. Quand son signifiant dénote un élément planté dans un verger, il se révèle générique54. Le fou ou hêtre adulte55 est, à son tour, un hôte des forêts56, comme l’olivier57 et le pommier, dit sauvage par ailleurs58. A l’instar de forest, arbre est deux fois qualifié par grant59. adjectif qu’il partage avec fou. Nos végétaux dressés se caractérisent par une frondaison fournie en principe, et d’un large diamètre. Arbre, corrélé à fontaine dont le signifié est abrité, est associé à bel et flori60. la préposition sor évoquant des branches tantôt déployées61, tantôt repliées62. De son côté, le chêne est foillu, tandis que lez en indique l’imposant diamètre63. Enfin, si les vocables pomes et chargiez livrent des renseignements du même ordre au sujet du pommier, l’olivier est « foillu ». « vert et flori et bien branchu »64. Les compartimentations de la forêt se projetant à la verticale, l’arbre générique dévoile aussi sa base, externe et interne65, au même titre que l’olivier66 et le hêtre67, une source jaillissant au pied des deux premiers végétaux dont la sève, à son tour, alimente le flot. Du pommier, cheoir laisse imaginer la base externe. Avec atachier et soi hurter. arbre met en lumière le fût externe de son signifié68. Le chêne améliore cette esquisse, qui nous fait entrevoir ses cavités ou crues69. Nos végétaux ont, enfin, rapport avec l’ente et la feuillée. La première est un arbre greffé70 et la seconde71, un abri de feuilles assez confortable, on s’en souviendra, pour y installer une couche72. Mais ces deux éléments ne s’équivalent pas plus que nos arbres, le hêtre n’actionnant ni sa cime ni son fût interne, le fût externe du chêne n’opérant pas plus que celui du pommier ou de l’olivier. Or similitudes et différences jouent encore pour les sites aquatiques.

  • 73 Graelent. 209.
  • 74 Graelent. 208. 212. 216. 315 ; Guingamor. 422 ; Désiré. 141.
  • 75 Guingamor. 425.
  • 76 Tydorel. 101.
  • 77 Tydorel. 95, 100, 421, 485.
  • 78 Tydorel. 415.
  • 79 L’onde l’entraînant. Graelent risque de s’y noyer. Cf. Graelent. 702.
  • 80 Guingamor. 665.
  • 81 Tyolet. 96, 438.
  • 82 D’autant plus que lui seul s’applique, également, à l’eau de table. Cf. Désiré. 715. Cette occurre (...)
  • 83 Pour les sites boisés, voir G. Matoré. Op. Cit., p 256. Pour les végétaux turgescents, nous nous p (...)
  • 84 L’ambiguïté relevée concerne tous les arbres, ainsi que l’ente et la féuillée. On a chaque fois l’ (...)
  • 85 Sur l’ambivalence des sites aquatiques, voir notre article ‘Le voyage de Sain-Brandan’ : du séjour (...)
  • 86 Forest se construit sur foris, à l’extérieur. Voir M.-L. Chènerie, Le chevalier errant dans les ro (...)
  • 87 J. Chevalier el A. Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles. Article « Pomme », pp 776b-777a. Coll. B (...)
  • 88 Guingamor. 637-649.
  • 89 Désiré. 520-531.
  • 90 Pour chesne : Guingamor. 434-439. Pour gaudine : ibid. 447-452.
  • 91 Désiré. 423-436.
  • 92 Pour forest : Graelent. 713 ; Guingamor, 24, 326, 607 ; Désiré, 507. Pour lande : Guingamor. 177. (...)
  • 93 Désiré. 510-517.
  • 94 D’autres réceptacles sont bivalents comme en témoignent les signifiants forest. dans l’illustratio (...)
  • 95 Tyolel. 84-88.
  • 96 Sur un total de 35 schèmes où, selon nos dépouillements, s’exerce une magie pleinement adjuvante.
  • 97 Pour foillie : Désiré. 177. Pour lande : Guingamor. 421. Pour eve. : Graelent. 209. 223. 244. Pour (...)

22Corrélé à un fontaine déterminatif de sors, eve, qualifié de clere et bele, désigne ainsi l’eau de source73. Seul, relié ou non à sors/surdre/eur. fontaine dénote la source elle-même74. Qualifié de clere et bele. le mot équivaut à eve au sens mentionné75. Mais au-delà de cette synonymie croisée, eve vise encore l’eau d’un lac76. Lac s’applique à une pièce d’eau parfont77 et grant78. bordée de berges comme la rivière mais plus calme que celle-ci79, révélée navigable par l’indice contextuel batel80. Qualifié de longue, lee, grant81, eve se substitue à riviere, l’inverse ne se produisant pas, ni non plus de lac vers eve, générique dans son domaine lexical82. Au bout du compte, nos termes répondent à leurs acceptions traditionnelles83. Mais cette régularité masque des discordances ou d’étranges phénomènes. Si tel olivier, pourtant méditerranéen, quitte son milieu naturel pour s’implanter dans les forêts du fonds celtique, tel pommier surgit soudain au détour d’un chemin, hostile à Guingamor. Or dans les deux cas, un article indéfini ambigu, peut-être en fait le numéral un. souligne la rareté providentielle ou la brutalité funeste de l’événement84. Dans le même temps, si l’eau est limpide quand c’est celle d’une source, elle se mue en étendue ravineuse, noire, hisdeuse. enflée, quand c’est celle d’une rivière tumultueuse85. Enfin, si l’on aime « s’esbaneier » dans la forêt qui rayonne sur tous nos éléments, celle-ci devient aussi laide, périlleuse parce que fondamentalement, hors du monde courtois86. Ambivalents, ces sites bruissent d’une vie occulte plus ou moins intense selon le nombre des sèmes inhérents à leurs signifiants : les axes paradigmatique et syntagmatique de notre corpus s’élèvent au plan symbolique, et la magie adjuvante des lieux le dispute à leur ensorcellement maléfique. Solidaires et matriciels, forest, arbre et eve endossent 20, 6 et 8 statuts et s’entourent de satellites, iso-fonctionnels ou complémentaires, tous au service de la magie. Les bois, lande, buisson, boscage, gaudine et breuil agissent alors dans 14, 9, 3, 2 et un types de situations. Les fust, ente, foillie, chesne, pomier et olivier le font dans 4 à un seul genres d’occasions, les rivière, lac et fontaine assumant 7, puis 5 rôles. Spécialisés, les breuil, ente, feuillée, lac et fontaine sont adjuvants, à l’inverse des gaudine, chêne, pommier. Arbre traditionnel de l’Autre Monde87 et justement posté au bord de la route comme à un point de passage, le pommier interdit à Guingamor d’entrer dans ce royaume. Lui qui devait jeûner mais goûte, affamé, aux fruits défendus, est aussitôt frappé d’amnésie, de vieillissement prématuré et de paralysie88. La frondaison du chêne, elle, altère tant la vue de Désiré, qu’il prend, dans un nuage de feu infernal, un nain pervers pour un homme vertueux89. Comme la gaudine, cachette idéale car de modeste superficie, les cavités de cet arbre dérobent encore ses habits à une fée90, tandis que le pied du hêtre fait se volatiliser les flèches de chasseurs se disant « enfantesmé91 ». Unies, les forêt, lande et rivière92 emprisonnent, elles, des chevaliers, un parent, un maître ou un animal regrettés. Mais seul l’arbre archétypal stoppe, rudement, le père de Désiré aux trousses de son fils93, tout en restant 5 fois providentiel94. Il aide alors un chevalier vainement en quête d’un cerf blanc, et sur le point de renoncer95. Toutefois, deux fonctions, plus essentielles, nous arrêteront96. Dans l’une, les lande, eve, fontaine et une foillie à dessein accueillante, sont des sites près ou au sein desquels surgissent des créatures féminines surnaturelles, venues se régénérer97 :

« Porquant si le (= une biche) siut il de prés,
tant qu’en une lande l’(= Graelent) enmainne.
devers le sors d’une fontainne,
dont l’iaue estoit e clere e bele.
Dedens baignoit une pucele ;
dex damoiseles le servoient.
sor l’eur de le fontainne estoient ». (Graelent. vv 206-212).

  • 98 Pour forest : Graelent. 654. 658. Pour bois : Graelent, 655. Pour lande : Ibid.. 657. Pour fust : (...)

23Dans l’autre, les mêmes éléments et les bois, lac, hêtre, sont les hauts lieux où se formulent promesses, révélations ou prédictions, mises en garde ou interdictions98 :

« enz el chief de la lande [Guingamor] entra.
Une fontaine illec trova
desoz. l olivier foillu.
vert et flori et bien branchu :
la fontaingne ert et clere et bele.
D’ or et d’argent ert la gravele.
Une pucete s’ i baingnoit
et une autre son chief pingnoit ;
el li lavoit et piez et mains |...|
Lessiez ester vostre folie.
venez o moi par tel covent
et je vos promet loiaument
que le sengler pris vos rendrai
et le brachet vos baillerai
a porter en vostre païs
jusq a tierz jor ; je vos plevi ». (Guingamor. vv 421-474).
« Sor la rive sëoir la fist,
toi el cheval el lac se mist [...]
- Longuement nos entrameron.
desi qu’aparecü seron.
De moi avrez.1. fiz molt bel
sel ferez nomer Tydorel ». (Tydorel. vv 99-114).

  • 99 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit.. Article « Puits », pp 788b-789a.
  • 100 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit., Article « Fontaine ». p 454a. Tyolet (46-47) fournit la s (...)
  • 101 Sur le symbolisme de l’olivier, voir J. Chevalier el A. Gheerbrant, Op Cit.. pp 699c-700a. Pour ar (...)
  • 102 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Op. Cit.. Article « Fontaine », p 453 et Article « Fée ». p431a.
  • 103 Si les lacs sont souvent de somptueux palais souterrains, on observera que, mêle à sa « gravele ». (...)
  • 104 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit., Article « Lac », p 556a-b. Voir aussi F. Clier-Colombani. (...)
  • 105 Tydorel, 485-488.
  • 106 lbid. 100, 421.

24Or la récurrence des sources cimente ces schèmes. A l’instar du puits99, dissimulant une vérité qui en sort aussi nue que nos jeunes filles, la fontaine, symbole de savoir100, s’avère là site pythique et initiatique, souvent, par ailleurs, au centre de nos landes. Mais gardée, on le voit ci-dessus, par un olivier pacificateur, émissaire de notre arbre archétypal et axe du monde101, c’est aussi, gage de jouvence, le lieu des épiphanies féeriques102, et sa corrélation avec le lac le rappelle bien103. C’est de lacs, que jaillissent fées, sorcières, nymphes et sirènes104. C’est dans un lac que Tydorel s’enfonce à jamais105. C’est ce lac que son père traverse, renouvelant ses forces extraordinaires106. Echappant là au temps des hommes, ces créatures accèdent à l’éternité des maîtres de l’Autre Monde.

2- Quand les fées se font pucelles, ou les prêtresses de l’illusion.

  • 107 Mais sans exclure les autres termes ici concernés. Voir Infra. note 117.
  • 108 Voir A. Grisay, G. Lavis. M. Dubois-Stasse, Les dénominations de la femme dans les anciens textes (...)
  • 109 Parmi les locutions el adjectifs récurrents l’exprimant, on note : de grant maniere, de bele façon (...)
  • 110 A l’égal aussi du père de Tydorel. Cf. Tydorel, 111-148.
  • 111 Elle le lui révèle en 315-317 : « por vos ving jou a la fontainne./por vos souferai jou grant pain (...)
  • 112 « D’Yrlande sui a vos venue - déclare-t-elle./sachies que je sui molt vos drue/Onques home fors vo (...)
  • 113 Si le texte dit : « Graelens a celi veüe/qui en la fontaine estoit nue./Cele part va grant aleüre/(...)

25Mieux qu’un autre107, le mot pucelle, utilisé 61 fois et dans 10 lais, le prouve. Une analyse plus fine révèle encore que seules 39 occurrences, réparties une fois de plus dans 7 textes, ont trait à la magie. Or si, au Moyen Age, pucelle est le terme générique réservé à la jeune fille108, l’appliquer aux fées de nos légendes, immortelles dans leur intacte beauté109, est plus que jamais motivé. Celles-ci, telles les Parques romaines110, de déchiffrer alors passé et avenir. L’une sait, avant même de le rencontrer, qu’elle cédera aux désirs de Graelent111. Une autre résume à Guingamor, longtemps demeuré dans un palais enchanté, les trois siècles écoulés. Une troisième connaît tout de Mélion et l’engage, parce qu’il devait en être ainsi, à l’épouser112. Maîtresses de nos destinées, les fées exercent leurs pouvoirs. Telle pucelle, significativement nue et au bain, ôte en fait la dépouille d’une biche, blanche comme elle et se soustrayant soudain à la vue du chevalier qu’elle guidait113.

  • 114 Tout comme le fait l’amant de la reine, dans Tydorel.
  • 115 On se rappelle le pommier maléfique envoyé au-devant de Guingamor. et la redoutable pucelle de Doo (...)
  • 116 Nous considérons ce mot à travers les 39 occurrences à en retenir.
  • 117 Y compris, cette fois, les mots marqués que l’on applique aux bêtes cl créatures masculines féeriq (...)
  • 118 Guingamor. Désiré, Tydorel, Tyolet. l’Aubépine, Mélion. Doon.
  • 119 Du coup, nous ne suivrons qu’en partie R. L. Wagner, qui écrit : « l’incertitude du français dans (...)
  • 120 Ainsi se justifient nos sélections, uniquement lexicales et jamais thématiques.
  • 121 Le Trot ignore le thème des acteurs surhumains ou animaux de la magie, et Graelent, celui du somme (...)
  • 122 Si l’on relève ici 3 occurrences de pucelle. elles n’ont nul rapport à la magie. (Nabaret. 150. 29 (...)

26Quand elle s’incarne en une personne, la fée lance ordres et interdictions : elle exige le silence sur ses amours surnaturelles, fixe elle-même la périodicité de ses rencontres avec tel amant humain114, dicte sa conduite à un roi, n’autorise pas à franchir une rivière jouxtant l’Autre Monde, ou à l’inverse y mène. Elle impose des épreuves : chasser un cerf blanc, rallier Southampton en un seul jour, veiller à se bien comporter. Elle jette un sort à qui brise un jeûne forcé, ou tue115. Mais elle neutralise aussi un nain funeste et sauve un amant de la noyade ou d’une situation délicate. Elle comble des attentes, touche de son anneau Mélion qui devient loup, promet des cadeaux à Graelent en échange de sa discrétion, assure à Guingamor qu’il retrouvera des chevaliers disparus et son chien, et à Désiré, qu’elle s’unira à lui. Or les fées élucident nos énigmes : si dormir, forest et pucelle116s’emploient dans 7 textes chacun, c’est que seule l’exploitation simultanée des trois thèmes dont ils sont emblématiques - le sommeil comme prolepse à l’entrée dans un monde onirique, les sites ambivalents de cet espace, les acteurs surnaturels de l’illusion et leurs pouvoirs - fait naître dans sa plénitude l’idée de magie. Croisant alors ces trois thèmes avec tous les noms qui les peignent117, l’on s’aperçoit vite que dans 7 poèmes118, notre notion s’exprime dans cette robuste maturité119. Si aucun mot ne matérialise l’un des thèmes120 comme dans Le Trot et Graelent121, alors la magie se traduit partiellement. Mais si l’on ne trouve nulle trace lexicale des trois comme dans Le libertin et Nabaret122, alors la magie se dissipe, les fées regagnent leur univers mythique, et notre recueil de belles légendes se referme.

Notes

1 Lois féeriques des xiiè et xiiiè siècles. Présentation, traduction et notes par A. Micha, Edition bilingue. GF-Flammarion n° 672. Paris. 1992.

2 F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixè au xvè siècle, Tome X, Article « Magie ». p 105a. Slatkine. Genève-Paris. 1982. Le terme magie, au singulier, date de 1535. comme le rappellent O. Bloch et W. Von Wartburg in Dictionnaire étymologique de la langue française. Article « Magie ». p 381b, Paris. PUF, 1975. A partir du 16e siècle, magie s’entendra au sens suivant : « art de produire par des procédés occultes des phénomènes sortant du cours ordinaire de la nature ». Voir Dictionnaire historique de la langue française. Publié sous la direction d’A. Rey. Tome II. Article « Magie ». p 1163b. Dictionnaires Le Robert. Paris. 1992.

3 A. Micha, Op. Cit.. Préface, p 7.

4 F. Godefroy, Op. Cit., Tome V, Article « Magiquer ». p 66a.

5 F. Godefroy, Op. Cit., Tome V. Article « Magique ». pp 65c-66a.

6 Mais les thèmes, bien circonscrits, sont au nombre de trois. Sur l’identification de ces thèmes et leurs relations avec les mots qui les illustrent, voir notre conclusion.

7 Dans la mesure où les animaux épousent des rôles au moins voisins de ceux dévolus aux êtres surhumains, nous considérerons les seuls représentants, féminins, du deuxième règne. Voir notre conclusion et Infra. note 117.

8 Nous considérons, pour l’heure, magie au sens général exposé dans la note 2. Plus loin, il y aura lieu de distinguer entre magie adjuvante et magie maléfique.

9 Autres attestations de dormir infinitif : Trot, 258 ; Guingamor, 247.

10 Sur cette réserve, voir Infra, note 18.

11 Nous retrouverons la même locution en incidence à someillier.

12 Au plan temporel, l’imparfait sied aux traits aspectuels de dormir. Cf. Désiré, 615-618 et Doon, 59. où la succession passé simple/imparfait est pour le moins étrange. Au plan modal, les formes en - ant sont tout aussi éloquentes. Pour les participes présents, voir Désiré. 351 ; l’Aubépine, 212 et 306. Pour le gérondif, voir Doon, 60.

13 On relève la deuxième occurrence de dormir corrélé à prendre some, dans Tydorel, 330.

14 Et pour cause : en formation en ancien français, la voix pronominale - étendue, someillier excepté, à tous nos verbes - tend à « signifier une synthèse d’activité et de passivité du sujet dans le procès considéré ». G. Moignet. Grammaire de l’ancien français. Editions Klincksieck. série Linguistiques, p 185, Paris. 1988. C’est nous qui soulignons.

15 Il va de soi qu’au participe passé, endormi prend l’acception de plongé dans un sommeil devenu profond. Cf. Tyolet. 495.

16 F. Godefroy, Op. Cit. Article « Apesantir ». Tome VIII. p 143c (in Complément).

17 Les vers 121-128 fournissent même là un excellent exemple symétrique, le héros rendant inopérants les effets funestes d’un sommeil qui, théoriquement, aurait dû entraîner sa mort : « Au matin, qant il ajorna
il vint a l’uis, sel desferma,
el lit coucha, si se covri,
se bons li fu. si se dormi.
Cil le cuiderent mort trover
qui la chambre devoient garder :
mes il le virent tot hetié,
entr’eus en sont joieus e lié ».

18 Il en va de même dans le lai de l’Aubépine, où l’héroïne est transportée dans un sommeil alors nécessaire et sous la protection d’une ente, auprès de son amant. Dans ce texte, on attribue la fatigue préliminaire aux effets de la chaleur et à la tombée de la nuit. Mais ce ne sont là que prétextes, destinés à motiver la survenue d’une lassitude délibérément provoquée, tendant elle-même à légitimer celle du sommeil. De cela, certain « donques ». dissonant dans un système de cause a conséquence faussé, rend bien compte. Cf. L’ Aubépine 260-269.

19 Parce qu’elle doit rester seule à son réveil, la reine, dans Tydorel, ne parvient pas à arracher une de ses demoiselles, demeurée auprès d’elle, à son propre engourdissement. Cf. Tydorel. 378. Quand le père mystérieux de son enfant aura achevé de lui prédire son avenir, toutes ses autres suivantes, disparues peu avant, reviendront comme par enchantement. Cf. Ibid. 155-156.

20 Les serviteurs de Désiré le laissent ainsi à dessein « dormant », n’osent le réveiller, pour donner à son amie le temps de réapparaître à ses côtés. Cf. Désiré, 351-362.

21 On relève 29 occurrences de perdre, 1 de deperdre. 4 de guerpir et, à l’opposé, 64 de trover soulignant, pour la grande majorité, disparitions navrantes ou découvertes déconcertantes. On note un seul exemple de perdre dans Le Libertin (93), et dans un contexte sexuel nous éloignant du cadre de la magie. Sur le statut de ce poème et de Nabaret, voir notre conclusion.

22 On relève 142 occurrences de veoir, 35 d’esgarder, 17 d’apercevoir, 16 de regarder, 5 d’aviser, 3 de choisir. Pour la plupart, celles-ci soulignent des spectacles inédits. Mais on n’en trouve trace ni dans Le libertin ni dans Nabaret. Voir, à l’inverse, Tyolet. 87-101 ; Graelent, 201, 336-337.

23 On relève 26 occurrences de ce verbe, dont aucune ne concerne Le libertin ou Nabaret On observera avec intérêt que dans Désiré (523-531) et Tydorel (40-54). cuidier se corrèle à veoir et/ou trover. l’indicatif de la traduction atténuant bien trop le décalage entre les deux visions contradictoires à chaque fois décrites.

24 Chanson de Roland, Publiée par J. Bédier. Edition Piazza, vv 2525-2531. Paris. 1980. Voir aussi J.-P. Martin. Les motifs dans la chanson de geste, Définition et Utilisation (Discours de l’épopée médiévale, I). Thèse de Doctorat de 3e Cycle. Centre d’Études Médiévales et Dialectales. Université de Lille III. 1992 et H. Brael, Le Songe dans la chanson de geste au xiiè siècle. Coll. Romanica Gandensia, XV. Genève, Droz, 1975.

25 Evangile selon Saint Matthieu. 1 20. in La Bible de Jérusalem, p 1416. Editions du Cerf. Paris, 1978.

26 Les sites d’une horizontalité unie voire désolée existent. On note pré (2 occ), praierie, plaigne, compaigne et dessert (1 occ). Le règne minéral n’est pas non plus absent de nos poèmes. On note montaigne et tertre (3 occ), mont (2 occ). Mais aucun des huit mots n’est démonstratif de l’idée de magie. L’axe vertical mentionné sera uniquement aquatique d’autre part, car nous n’avons enregistré qu’un exemple de valee (Tyolet, 279). Bien que relativement fréquent de son côté, mer (11 occ). ne développe pas, néanmoins, d’acceptions symboliques suffisamment pertinentes ici. Dans ce domaine, il est supplanté par eve.

27 On enregistre une occurrence de fouteloie ou « lieu planté de fouteaux nu de hêtres » (F. Godefroy. Op. Cit., Tome IV, Article « Eoutelaie ». p 118a), dans Guingamor, 342. Maïs ce mot est d’un intérêt secondaire par rapport à fust. Quant aux termes fraisne (L’Aubépine, 434) et esglantier (Trot, 85), ils s’appliquent simplement et respectivement à un matériau de construction et à un ornement.

28 Désiré, 513.

29 Graelent. 195 ; Guingamor. 299 ; Désiré, 124.

30 Dans Guingamor. : « La trace quierent du senglier [...]/tant ont tracié qu’il l’ont trové/en. l. buisson espés ramés./Avant mainnent le lïamier,/si le lessierent abaier, la force l’ont du brueil geté ».

31 Dans Guingamor, 170-177 : « Dame, sovent avez oï/l’aventure de la forest [...] /la lande i est aventureuse ». Dans Graelent, 206-207 : « Porquant si le (= une biche) siut il de prés. / tant qu’en une lande l’enmainne ». extrait à rattacher aux vers 195-199 pour les relations bois / lande.

32 En (forest 16 occ, bois 8, lande 6, buisson 3, gaudine et boscage 1) ; dedenz (forest et lande l occ).

33 Soi metre (forest 2 occ, bois 1) ; entrer (forest et bois 2 occ, lande 1). Symétriquement : geter hors (brueil 1 occ) ; traîner hors (buisson l occ).

34 Mélion. 83.

35 Guingamor, 584. Le héros revient sur les lieux après une absence de 300 ans, laps de temps suffisant pour que l’indiscipline des végétaux fasse son œuvre.

36 Graelent, 200 ; Guingamor, 278.

37 Au vers 281. Dans Guingamor, 409-415, l’image d’un rideau d’arbres serré, laissant mal filtrer les cris des bêtes, est suggérée.

38 Désiré. 202.

39 Guingamor, 452.

40 L’on enregistre une occurrence de la préposition parmi, évoquant une surface relativement importante, en corrélation avec lande.

41 Comme il sied aux vœux d’isolement des anachorètes, ainsi mieux prédisposés aux extases mystiques. Voir. 1). Buschinger. « Le rôle de l’ermite chez Béroul, Eilhart el les dérivés du ‘Tristrant’ allemand ». in Exclus et systèmers d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales. Senefiance n° 5. pp 269-279. CUERMA, Aix-en-Provence, 4-5-6 mars 1977.

42 Graelent. 195 ; Tyolet. 301. Il faut compter encore avec deux occurrences du terme coordonné à la préposition parmi dans Graelent. 195 et Guingamor, 330.

43 Guingamor, 410. Au vers 285 de ce poème, les chiens du héros s’arrêtent « près de la forest », la locution prépositionnelle se substituant à haut

44 Graelent. 195-200.

45 Son signifiant s’associe deux fois à la préposition par et une à la préposition parmi. Le vers 321 de Mélion le dit grant.

46 Dans Mélion. 291, où le site, « reont », s’encastre alors dans une forêt (298). dite bois (300). La parenté étymologique de leurs signifiants rend plausible cette équivalence de superficie entre bois et buisson. Voir O. Bloch et W. Von Warthurg, Op. Cit., « Article Bois ». p 76b.

47 Selon la note 30. les chasseurs éprouvent bien du mal à extirper tel sanglier d’une cachette dite brueil.

48 C’est alors, il est vrai, un toponyme non attesté dans nos textes. Mais le irait de puissante adhérence reste latent, vu les efforts déployés par nos chasseurs et le rôle résolument protecteur d’un breuil qui trouve là un atout.

49 Gaudine se rattache à gaut, dont l’étymon germanique wald dénote le bois. Dans Guingamor, 452. la gaudine, théâtre d’un vol subreptice. est en fait une zone resserrée de la forêt. D’où notre remarque.

50 D’où, sans doute, l’association répétée du signifiant à l’adjectif aventureuse qui. dans Guingamor (177. 357). signale la lande comme exposée et par moments, génératrice d’angoisse.

51 Guingamor. 437.

52 Tyolel. 87.

53 Guingamor. 437.

54 Tydorel. 82.

55 G. Matoré, Le vocabulaire et la société médiévale, p 255, Paris, PUF, 1985.

56 Désiré. 419-424.

57 Guingamor. 409-424.

58 Guingamor. 603-648

59 Désiré, 513 ; Guingamor. 437.

60 Désiré. 119.

61 Guingamor. 437.

62 Désiré. 119.

63 Désiré. 521.

64 Guingamor, 422-424.

65 Désiré, 142.

66 Guingamor, 422-424.

67 Désiré. 424. Pour les trois signifiants impliqués alors, on sera sensible à leur emploi conjoint avec, respectivement, les prépositions suz, desoz, lez.

68 Tydorel. 82 ; Désiré. 513.

69 Guingamor, 439.

70 F. Godefroy, Op. Cit, Tome III. Article « Ente ». entrée 1, 251 a-b.

71 F. Godefroy, Op. Cit.. Tome IV. Article « Fueillie », p 17la-b.

72 Désiré. 177-178.

73 Graelent. 209.

74 Graelent. 208. 212. 216. 315 ; Guingamor. 422 ; Désiré. 141.

75 Guingamor. 425.

76 Tydorel. 101.

77 Tydorel. 95, 100, 421, 485.

78 Tydorel. 415.

79 L’onde l’entraînant. Graelent risque de s’y noyer. Cf. Graelent. 702.

80 Guingamor. 665.

81 Tyolet. 96, 438.

82 D’autant plus que lui seul s’applique, également, à l’eau de table. Cf. Désiré. 715. Cette occurrence n’est pas prise en compte dans l’évaluation des capacités symboliques prêtées au signifié.

83 Pour les sites boisés, voir G. Matoré. Op. Cit., p 256. Pour les végétaux turgescents, nous nous permettons de renvoyer à notre livre. Perception du monde par les animaux dans le ‘Roman de Renart’, Etude sémantique : signifiants, signifiés et valeurs symboliques. Wodan 54. pp 134-177. Reineke-Verlag. Greifswald. 1995. Pour les termes eve. fontaine, lac et riviere, voir F. Godefroy, Op. Cit. Tome I (Aigue, p 186). Tome IV (Fontaine, p 60), tome IX (Lac. p 58), Tome VII (Riviere, p 205).

84 L’ambiguïté relevée concerne tous les arbres, ainsi que l’ente et la féuillée. On a chaque fois l’impression que la forêt délègue un seul agent, désigné d’avance.

85 Sur l’ambivalence des sites aquatiques, voir notre article ‘Le voyage de Sain-Brandan’ : du séjour des morts au paradis, en traversant la mer. in « La mer dans la littérature médiévale ». Actes du Colloque de St. Valéry sur Somme. 20-23 mars 1997. Spéculum Medii Aevi, 1/1997. pp 167-182, Reineke-Verlag. Greifswald. 1997.

86 Forest se construit sur foris, à l’extérieur. Voir M.-L. Chènerie, Le chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiiè et xiiiè siècles. Genève, Droz, 1986.

87 J. Chevalier el A. Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles. Article « Pomme », pp 776b-777a. Coll. Bouquins, Bd. Laffont/Jupiter, Paris, 1982.

88 Guingamor. 637-649.

89 Désiré. 520-531.

90 Pour chesne : Guingamor. 434-439. Pour gaudine : ibid. 447-452.

91 Désiré. 423-436.

92 Pour forest : Graelent. 713 ; Guingamor, 24, 326, 607 ; Désiré, 507. Pour lande : Guingamor. 177. Pour riviere : Ibid., 178. 398.

93 Désiré. 510-517.

94 D’autres réceptacles sont bivalents comme en témoignent les signifiants forest. dans l’illustration de 9 rôles positifs, bois de 8, lande et eve de 5, riviere et fust de 3, buisson de 2. Les sites visés assument, parallèlement, d’une à huit fonctions maléfiques.

95 Tyolel. 84-88.

96 Sur un total de 35 schèmes où, selon nos dépouillements, s’exerce une magie pleinement adjuvante.

97 Pour foillie : Désiré. 177. Pour lande : Guingamor. 421. Pour eve. : Graelent. 209. 223. 244. Pour fontaine : ibid., vers 208, 212. 216. cités en partie supra.

98 Pour forest : Graelent. 654. 658. Pour bois : Graelent, 655. Pour lande : Ibid.. 657. Pour fust : Désiré. 423-455. Pour eve : Graelent. 659. Pour lac : Tydorel, 100-148 vers cités en partie supra. 421-464. Pour fontaine : Guingamor, vers 423. 425-474 cités en partie supra.

99 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit.. Article « Puits », pp 788b-789a.

100 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit., Article « Fontaine ». p 454a. Tyolet (46-47) fournit la seule occurrence de fee, mais très explicite là-dessus, de notre corpus : « Une fee ce li ora/e a sifler li enseigna ».

101 Sur le symbolisme de l’olivier, voir J. Chevalier el A. Gheerbrant, Op Cit.. pp 699c-700a. Pour arbre dans le même schème. cf. Désiré, 142. Sur le symbolisme de l’arbre, voir C. Zemmour. Perception du monde par les animaux dans le Roman de Renart’.... pp 134-167.

102 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Op. Cit.. Article « Fontaine », p 453 et Article « Fée ». p431a.

103 Si les lacs sont souvent de somptueux palais souterrains, on observera que, mêle à sa « gravele ». la source de Guingamor en charrie l’or dans son onde. Cf. Guingamor. vers 422-426 cités supra

104 J. Chevalier et A. Gheerbrant. Op. Cit., Article « Lac », p 556a-b. Voir aussi F. Clier-Colombani. La fée Mélusine au Moyen Age, Images, Mythes et Symboles, Ed. Le Léopard d’or. Paris. 1991.

105 Tydorel, 485-488.

106 lbid. 100, 421.

107 Mais sans exclure les autres termes ici concernés. Voir Infra. note 117.

108 Voir A. Grisay, G. Lavis. M. Dubois-Stasse, Les dénominations de la femme dans les anciens textes français. Ed. J. Duculot, S.A. Gembloux, 1969.

109 Parmi les locutions el adjectifs récurrents l’exprimant, on note : de grant maniere, de bele façon, bien faite. bele. génte, graisle, escavie, longue, blance.

110 A l’égal aussi du père de Tydorel. Cf. Tydorel, 111-148.

111 Elle le lui révèle en 315-317 : « por vos ving jou a la fontainne./por vos souferai jou grant painne,/bien Savoie ceste aventure ».

112 « D’Yrlande sui a vos venue - déclare-t-elle./sachies que je sui molt vos drue/Onques home fors vos n amaine jamais plus n ‘en amerai./Forment vos ai oi loer... ». (Mélion, 109-114).

113 Si le texte dit : « Graelens a celi veüe/qui en la fontaine estoit nue./Cele part va grant aleüre/ de le bisse n ‘eut il plus cure » (215-218), c’est que, les qualités physiques de la bête glissant à la fée, l’animal s’est évaporé. La proximité des cervidés et des fées est si essentielle, que Mélion aura à se transformer en loup pour tuer un cerf blanc, seule nourriture capable de régénérer son épouse féerique, déjà défaillante. Dans Guingamor. on lave les pieds et mains d’une autre fée, comme pour lui nettoyer le corps des restes d’une autre dépouille, d’un chien cette fois, et qui a priori disparaît. Cf. Guingamor, vers 422-429 cités supra

114 Tout comme le fait l’amant de la reine, dans Tydorel.

115 On se rappelle le pommier maléfique envoyé au-devant de Guingamor. et la redoutable pucelle de Doon.

116 Nous considérons ce mot à travers les 39 occurrences à en retenir.

117 Y compris, cette fois, les mots marqués que l’on applique aux bêtes cl créatures masculines féeriques.

118 Guingamor. Désiré, Tydorel, Tyolet. l’Aubépine, Mélion. Doon.

119 Du coup, nous ne suivrons qu’en partie R. L. Wagner, qui écrit : « l’incertitude du français dans ses dénominations de la magie avant cette époque (le 16e siècle) prouve clairement que si les sujets parlants appréhendaient bien les laits de sorcellerie el les enchantements, ils n’avaient pas encore élaboré la notion de magie ». Voir Sorcier et Magicien, Paris. Droz. 1939. p 27. C’est nous qui soulignons.

120 Ainsi se justifient nos sélections, uniquement lexicales et jamais thématiques.

121 Le Trot ignore le thème des acteurs surhumains ou animaux de la magie, et Graelent, celui du sommeil.

122 Si l’on relève ici 3 occurrences de pucelle. elles n’ont nul rapport à la magie. (Nabaret. 150. 297 ; Libertin. 6).

Auteur

Docteur de Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540