Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

La fin des illusions dans Ysaÿe le Triste ou Quand la magie n’est plus qu’illusion

Patricia Victorin

Texte intégral

  • 1 Ysaÿe le Triste, roman arthurien du Moyen Age tardif, édit par André Giacchetti, Rouen. 1989, Publ (...)
  • 2 Cf id. ibid, § l, p.27.

1Ysaÿe le Triste1 que l’on date du début du quinzième siècle, reste encore en partie méconnu. Pourtant il offre un exemple intéressant de l’évolution du roman arthurien à la fin du Moyen Age. Il commence lorsque précisément le chronotope et les héros arthuriens ont disparu et met en scène le fils de Tristan et Yseut. L’enfant, dont le nom enchâsse ceux de ses parents, est confié par Yseut aux bons soins de l’ermite Sarban dans la Forêt du Morois, afin que le secret de sa naissance soit préservé et parce que les amants doivent vivre ailleurs leur mort au monde romanesque. La pettite ystore2 ne doit donc pas empêcher que le fil primitif ne se dénoue comme l’on sait. Or les fées de la « maisnie » de Morgue apprennent la naissance de l’enfant et le recueillent pour le mener dans leur univers de la Verte Forest. Là, elles le confient au nain nourricier Tronc qui prend en charge l’éducation de l’enfant. Tronc le guide de ses sages conseils lorsqu’Ysaÿe devient chevalier errant. Le jeune homme, en héros civilisateur, destitue ça et là les mauvaises coutumes et donne de grands coups d’épêe au nom du Bien, incarnant ainsi une sorte de miles Christi. Ysaÿe achève sa carrière héroïque et cède le devant de la scène à son fils Marc l’Exilé qui découvre les merveilles de Bretagne sous la houlette de Tronc, à seule fin peut-être de mettre un terme à la malédiction du nain On apprend, en effet, que ce nain hideux n’est autre que le très illustre Aubéron, fils de Jules César et de la Domina Fata, Morgue. Le roman se clôt sur la bataille finale qui consacre la victoire des chrétiens contre les Sarrasins, sur la double quête nuptiale menée à bonne fin (Ysaïe épouse Marthe et Marc, sa jolie sarrasine Orimonde) et surtout la métamorphose de Tronc en Aubéron, plus beau que le soleil en été. Dès lors, le nain n’a plus qu’à s’éclipser, ne laissant derrière lui que son cor magique, signe ultime de son passage sur terre.

2La magie, le merveilleux et leur cortège d’illusions occupent une place importante dans le roman, mais leur traitement et leur fonction dans le récit tendent à être gauchis par rapport aux textes arthuriens antérieurs. 11 s’agira de dégager en quoi ces choix et ces déplacements éclairent l’idéologie et l’esthétique de ce roman On verra que c’est autour du personnage de Tronc, pourtant dépourvu de tous ses attributs magiques, que s’organise le mirage de la magie. Il se joue du regard des personnages qui croient voir en lui un magicien et les illusions magiques cèdent la place aux ruses de l’esprit. C’est alors que l’illusion prend tout son sens, aussi bien mirage que distance ironique.

Traitement de la magie et de son cortège d’illusions

  • 3 Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xii-xiiie siècles), Paris, Champion, 1 (...)
  • 4 Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1970, p. 59.

3Il faudrait d’abord faire la distinction entre trois catégories : le merveilleux, le fantastique et la magie, à partir des analyses de Francis Dubost3. Ces trois modes d’apparition de l’étrange interviennent dans le roman : on puise dans le réservoir des accessoires merveilleux les personnages, le bestiaire ou les instruments comme fées, diable, dragon, onguent, anneau magique, ceinture qui vainc les enchantements, nef sans nautonnier, tempête prodigieuse et autres merveilles. Contrairement au fantastique, « dans le cas du merveilleux, les éléments surnaturels ne provoquent aucune réaction particulière ni chez les personnages, ni chez le lecteur implicite. Ce n’est pas une attitude envers les événements rapportés qui caractérise le merveilleux, mais la nature même de ces événements4 ». Autrement dit, le merveilleux ne provoque nulle surprise : il va de soi. Or dans ce roman, les personnages ne cessent de manifester leur surprise, leur méfiance voire leur peur à l’égard de ces intrusions du surnaturel. Celui-ci se colore donc des teintes du fantastique ou de la magie qui repose sur l’illusion des sens puisqu’il implique le regard hésitant, indécis du personnage et du lecteur concernant le caractère réel de ce qui est perçu. Quant à la magie, elle suppose un maître en illusions, un magicien, contrairement au merveilleux qui n’induit pas obligatoirement une forme de transcendance mais qui relève davantage du surgissement pur.

4Il s’agira de voir si un des personnages est apte à endosser cette fonction de magicien.

Une accumulation de motifs ayant trait à l’étrange.

  • 5 Voir le Livre de Caradoc, vv. 3092-3254, de l’édit de W. Roache et R. H. Ivy, Première Continuatio (...)
  • 6 Sur ce thème, voir notre article, « La Reine Yseut et la fée Morgue ou l’impossible maternité dans(...)

5De même que l’auteur a fait en sorte de donner à son héros éponyme la plus prestigieuse lignée littéraire, il a multiplié les motifs merveilleux et extraordinaires qui ont présidé à sa naissance. Il naît avec un signe prodigieux dessiné sur sa main droite : une épée vermeille ; son destin d’élu est encore souligné par le choix du lait dont on le nourrit, lait qui vient de la femme au sein d’or5 que les fées viennent nuitamment déposséder de son lait précieux6. Tout commence -presque- comme dans le Lancelot : le nourrisson est « enlevé » par les fées pour être conduit dans leur univers. On pourrait alors imaginer que l’enfant sera « inventé », « créé » de toutes pièces par les fées, mais il n’en est rien. Dès que les fées ont enlevé l’enfant, elles se retirent après l’avoir confié aux bons soins du nain Tronc. Là s’achève leur mission traditionnelle de fées ; elles ne font plus que des entrées sporadiques dans le récit. De même, de la Forest Verte, l’univers des fées, on ne voit qu’un ermitage et une petite maison, image proche d’une sorte d’aurea mediocritas, sans nul trait merveilleux ou magique : Tronc va chasser pour nourrir la petite trinité familiale (composée de l’enfant, de l’ermite et du nain lui-même) tandis que l’ermite se consacre à la prière.

6On pourrait multiplier les exemples qui montrent l’omniprésence de motifs merveilleux ou surnaturels, mais là n’est pas l’essentiel car tout se passe comme si l’auteur avait accumulé ces motifs pour proposer une somme ou une palette exhaustive du réservoir merveilleux, mais pour mieux laisser ces motifs de côté. Il ne semble pas en tirer parti ni les exploiter véritablement. Ils interviennent dans la fiction à la manière de reliquats de l’univers littéraire breton.

7A ce premier processus consistant à proposer une sorte de parcours sur les lieux communs de la merveille s’ajoute un processus inverse. On pourrait imaginer que le nain Tronc, c’est-à-dire l’état antérieur d’Aubéron ou un Aubéron déchu, fût doté de pouvoirs magiques ou merveilleux ; or, il n’en est rien. Ce dernier est proprement méconnaissable sous sa nouvelle « semblance » qui l’apparente davantage à un séide de Satan qu’au petit roi de Féerie. Il n’est plus l’auxiliaire prestigieux qu’il avait incarné auprès de Huon de Bordeaux Bien au contraire, le voilà réduit à la fonction d’écuyer, de messager et le fils d’Ysaÿe va même jusqu’à déplorer qu’un être aussi contrefait l’accompagne dans sa quête des merveilles de Bretagne car il craint que sa présence n’entache son propre parcours et qu’il devienne la risée de tous. Faut-il voir dans cette transformation d’Aubéron l’emblème de l’incapacité du roman à remotiver le type de l’auxiliaire faé doté de tous les pouvoirs merveilleux ?

D’Aubéron à Tronc : un processus de prosaïsation ?

  • 7 Huon de Bordeaux, édit. par P. Ruelle, Bruxelles-Paris, 1960 (Travaux de la faculté de Philosophie (...)
  • 8 Cf le portrait de Tronc : « Mais je croy c’oncques plus laide figure de paige ne fu, car il avoit (...)

8Rappelons que l’auteur d’Ysaÿe le Triste se propose de combler une lacune qu’il a en réalité inventée de toute pièce et de conter en quelque sorte les « enfances Aubéron » On retrouve le motif folklorique de la fée qui fait un don fatal : le personnage sera nain. Mais, tandis que dans Huon de Bordeaux7 la fée se repent aussitôt et déclare qu’Aubéron bien que nain sera d’une beauté jamais égalée, Tronc, au contraire, est d’une rare laideur8 Le texte s’éloigne alors de sa source et le nain ne retrouvera sa forme inaugurale et ne rejoindra son royaume de féerie que le jour où il aura trouvé le chevalier capable de remporter trois épreuves (deux d’entre elles ressortissent au merveilleux tandis que la dernière consiste à se marier le jour où son père épousera sa mère). Ce chevalier ne peut donc qu’être le fils d’Ysaÿe, Marc.

9De fait, Aubéron et Tronc n ont plus guère de points communs si ce n est d être quasi immortels et d’incarner des garants de la foi morale et chrétienne. Pour le reste, on assiste à une représentation dégradée des pouvoirs magiques d’Aubéron. Le petit roi de Féerie peut se déplacer en un éclair par sa seule volonté Tronc, lui, court plus vite qu’un cheval au galop. Aubéron a une connaissance sans faille de l’avenir tandis que Tronc prophétise un peu à tort et à travers ou tient son savoir de Merlin. Contrairement à Aubéron, Tronc n’est doté d’aucun pouvoir d’illusion (métamorphose ou apparition) et d’aucun pouvoir sur la Nature et les êtres, si ce n’est de provoquer la fuite des gens à sa seule vue. Enfin, il ne possède aucun des objets magiques d’Aubéron et n’entre en possession de son cor magique qu’à l’ultime fin du roman, lorsqu’il a recouvré le corps de son double plus heureux. L’auteur d’Ysaÿe le Triste a donc gommé l’aspect merveilleux d’Aubéron modifiant ainsi de manière visible la fonction du personnage dans son récit.

10De la même manière, les rapprochements avec le personnage de Zéphir de Perceforest, ange déchu privé de la vue de Dieu, sont limités, même si Tronc comme Zéphir aime à se moquer des hommes et de leurs faiblesses. La magie et le merveilleux ne jouent pas un rôle comparable dans les deux romans, peut-être parce qu’ils se situent aux deux extrémités du cycle arthurien ; le Perceforest dans la prime enfance arthurienne où la magie qui n’est pas encore connotée négativement se confond avec le merveilleux pour s’iriser de couleurs chatoyantes, tandis qu’Ysaÿe clôt le cycle et l’achève, ce qui pourrait expliquer en partie cette méfiance à l’égard de l’étrange.

11En fait, tel qu’il apparaît dans le roman, Tronc est beaucoup plus proche de Rainouart que d’Aubéron, attendant tous deux dans l’ombre leur heure de gloire, le moment où ils pourront passer de l’obscure cuisine à la haute salle, pour reprendre la formule d’Alain Labbé. Ces constats ouvrent une nouvelle perspective sur le devenir de la figure de l’enchanteur à la fin du Moyen Age. Si la figure d’Eliavrès dans le Livre de Caradoc a pu fournir une métaphore adéquate de l’écrivain dans les textes du xiiie siècle, en tant que manipulateur de la réalité, créateur d’illusions, influençant le devenir romanesque des personnages, donc du récit, on peut se demander s’il en va toujours de même à la fin du Moyen Age.

  • 9 Voir son article « Pacolet ou Les infortunes de la magie », Le Moyen Français, CERES, Montréal, n° (...)

12Les travaux de Michelle Skilnik9 sur l’histoire de Valentin et Orson, roman en prose du xve siècle, dans laquelle apparaît l’étrange Pacolet, nous invitent à d’autres rapprochements. Ce nain sarrasin, expert en magie qu’il est allé apprendre à l’école de Tolède, est « un raté ». S’il est encore capable, comme les magiciens d’antan, de déstabiliser la vie des héros, il s’avère incapable de restaurer un ordre nouveau. Michelle Skilnik observe que cet apprenti-sorcier, à l’instar d’Eliavrès, ne peut plus assumer de fonction esthétique convaincante, il ne peut pas endosser cette haute fonction de donner sens et cohérence au récit et tend plutôt à le désorganiser en provoquant son éclatement. A la différence de Pacolet, on ne peut pas dire de Tronc qu’il est un magicien de pacotille car il n’a pas recours à des sortilèges, de sorte qu’il échappe à ce processus de dégradation de la figure de l’enchanteur dont est victime Pacolet, né à la « male heure ». En ce sens, Tronc se démarque davantage que Pacolet de la figure de l’enchanteur et échappe à la vieille esthétique selon laquelle le personnage de l’enchanteur pouvait fédérer les fils et dans laquelle Pacolet ne parvient pas à s’inscrire. On pourrait même avancer dans le cas de Tronc que l’auteur a jugé bon d’effacer tous les traits qui auraient pu apparenter son personnage au type littéraire de l’enchanteur. Cela implique-t-il pour autant que Tronc ne puisse pas prendre en charge le statut de maître de la diégèse ? Quel est l’enjeu d’un tel gommage et que signifie-t-il ?

Une méfiance à l’égard de la magie ?

  • 10 Voir sur ce sujet et d’un point de vue sémantique les travaux de Robert-Léon Wagner, « Sorcier » e (...)
  • 11 Le Marteau des Sorcières, Institoris et Sprenger, trad par A. Danet, Paris, Plon, 1973. Le personn (...)
  • 12 A l’ermite qui souhaite savoir ce qu’elles font boire à l’enfant, l’une des trois répond : « nous (...)
  • 13 Cf Le Marteau des Sorcières, op. cit., p. 511
  • 14 (...) commence ungs cos a canter que aucques estoit pres de le maison d’un ermitte, et sy tost qu’ (...)

13Au premier chef, on peut proposer une hypothèse d’ordre sociologique10 ; la magie tend de plus en plus à être perçue comme diabolique, et en tant que telle, les personnages qui continuent de l’incarner sont marginalisés dans le récit car ils sont jugés trop dangereux. Le roman rend compte de cette nette évolution dans la mesure où les personnages qui ont un lien plus ou moins proche avec le surnaturel ou l’étrange s’obscurcissent et sont souvent apparentés au mal. On se contentera de signaler ici que les fées, figures pourtant maternelles, sont bien obscures par nombre d’aspects. Elles tendent même à cristalliser certains schèmes constitutifs de la sorcière telle qu’elle apparaît dans le Malleus Maleficarum11. On sait qu’elles viennent nourrir le petit Ysaÿe du lait de la femme au sein d’or mais la façon dont elles s’emparent de son lait les apparente fortement à des démons succubes12. De même, leur ronde maternelle et nocturne autour de l’enfant ne va pas sans évoquer ces sorcières dont on croyait qu’elles prenaient les nouveau-nés pour en fabriquer des onguents leur permettant de se rendre au sabbat, ce qui explique la frayeur de l’ermite à leur vue On retrouve d’ailleurs le chaudron dans les scènes nocturnes durant lesquelles les fées viennent prendre soin de l’enfant ; c’est pourquoi l’ermite voit en elles des sorcières On songe encore à cette croyance des « enfants changés par les fées13 » selon laquelle les sorcières venaient dans la nuit échanger les enfants contre les fils du diable Ces scènes ne sont pas exemptes d’une odeur de soufre, comme en témoigne encore la disparition des fées au premier chant du coq14 Néanmoins, l’auteur du roman n’a pas voulu les identifier explicitement à la sorcière et s’est contenté de rapprochements subtils et ténus. En revanche, il nous offre une vraie figure de sorcière telle qu’elle sera créée au xve siècle, avec le personnage de la Vieille Murgalle et de ses noirs enchantements. Ce personnage ne joue qu’un rôle très accessoire mais sa fin est significative puisqu’elle meurt brûlée sur un bûcher préfigurant en quelque sorte la chasse aux sorcières Quant à Tronc, en raison de sa laideur surnaturelle, et de son alliance de traits humains et animaux, on ne cesse de voir en lui un séide de Satan. Ainsi le roman témoigne-t-il bien de cette méfiance à l’égard de la magie qui marque la fin du Moyen Age. Si cette hypothèse ne doit pas être négligée, elle n’en est pas moins partielle et ne résout pas tous les problèmes que pose l’illusion dans ce roman

Les pièges de l’illusion ou la magie du récit.

14Rappelons que l’illusion repose sur une erreur des sens, un mirage. Elle suppose donc un lien très fort avec le regard et un jeu sur le regard. Or, le nain Tronc n’est pas doté du pouvoir magique que les personnages du roman croient voir en lui. C’est seulement parce que l’on voit en lui un illusionniste que Tronc fait semblant d’avoir des pouvoirs réels. En fait, il ne peut utiliser que les ruses de l’intelligence et la crédulité des personnages pour parvenir à ses fins.

Regard et illusion : le mirage de la magie.

15Ce nain facétieux incarne une sorte de maître de la diégèse, tirant les ficelles de manière souterraine et dans le sens favorable à ses desseins, d’où notamment la colère des fées chaque fois qu’il les dépossède de leur fonction de transcendance. Il peut donner à voir selon les cas ce qu’on attend, ce qu’on craint, ce qu’on croit de lui. Toutes ses actions dépendent du regard et des croyances des autres personnages. Il sait détourner le cours du récit : ainsi, pour éviter que Marthe ne retrouve Ysaye ce qui mettrait en péril ses propres projets, il envoie la jeune femme sur une fausse piste de telle sorte qu’elle retrouve celui qu’elle aime au lieu indiqué mais quinze ans plus tard. Par un effet retors du récit, le leurre devient une véritable annonce ; il ne trahit pas de facto la confiance de Marthe. Un autre épisode est encore plus troublant : le nain doit enlever Marthe qui est enfermée chez Estrahier de Sorlion. Il se prétend alors illusionniste et met en place un scénario qui ne lui demande aucun savoir-pouvoir magique. Il berne l’adversaire purement et simplement sans le moindre artifice, mais en se contentant d’utiliser sa crédulité.

  • 15 Cf id. ibid. § 589.

16Enfin, nous avons retenu deux épisodes parmi les plus cocasses du roman, mettant en scène Tronc et Marc, pour leur valeur emblématique du traitement de la magie et de l’illusion. On sait que le fils d’Ysaÿe ne parvient pas à se résoudre d’être accompagné par le nain hideux et ne cesse de lui rappeler en toutes occasions combien sa présence lui est importune Pour mettre l’orgueil du jeune chevalier en berne, Tronc le mène dans la Forêt aux Dames où un peuple de nains à l’image de Tronc attaque Marc pour le punir de son infidélité envers sa dame. Tous ces êtres lilliputiens sont autant de clones de Tronc et rendent cette vision proprement cauchemardesque aux yeux de Marc. L’épisode montre le lien très fort qui unit l’illusion au jeu et à l’ironie. Voici les faits15 : Le jeune chevalier vient d’être averti du danger qu’il encourt en pénétrant dans la Forêt aux Dames et connaît le code qui veut que les nains ne s’attaquent qu’aux amants infidèles, laissant la voie libre aux vrais amants. Or, par forfanterie et mauvaise foi, Marc est convaincu qu’il ne fera pas l’objet de l’affront des nains. « Je n’ay fait a nullui fausseté : je sui a marier », clame-t-il alors qu’il s’est déduit avec la fée Oriande, qu’il a succombé aux charmes de la jolie fée Orphée, et enfin qu’il n’est pas resté insensible aux avances d’Irienne dont il aura un enfant. Son affirmation prête d’autant plus à sourire que l’assaut ne se fait pas attendre. Le nain Tronc se pose en spectateur de la déconfiture de Marc. Dans cet épisode, le mode de l’illusion se dédouble et l’on peut dire que la magie vient souligner l’inadéquation entre l’image illusoire et valorisante que Marc se fait de lui-même et sa réalité de faux amant. De plus, la démultiplication à l’infini de clones de Tronc rappelle le pouvoir suprême de la fiction à s’auto-générer Ainsi, le personnage de Tronc, image bestournée et anamorphotique d’Aubéron, engendre à son tour par sa seule existence scripturale des centaines d’êtres identiques, soulignant ainsi que le pouvoir d’illusion de la fiction se joue en termes de déplacement et de transformation mais aussi de répétitions du même à l’infini.

  • 16 Cf § 545.

17Un autre épisode fonctionne en binôme avec celui de la Foret aux Dames : pour satisfaire la curiosité de Marc désireux de découvrir les merveilles de Bretagne, Tronc, en guide touristique averti, le mène sur la tombe de Merlin, haut lieu de la merveille16. Marc essuie une tempête effroyable qui ne s’abat que sur lui tandis que le nain profite du soleil et du chant des oiseaux. Or, devant l’irruption du merveilleux qu’est la tempête, et alors même que Marc se sait en territoire où le surnaturel est la règle, il s’épouvante comme un enfant et s’évanouit au premier coup de tonnerre en criant « Je sui mors ! », ce qui est un comble pour un chevalier qui, selon la prophétie de sa naissance, « Jamais peur n’ara », comme le lui rappelle ici fort justement Tronc. Une fois encore, l’illusion magique accuse l’écart entre l’image idéale que le chevalier se fait de lui-même et son double réel.

18On voit donc à travers ces exemples que l’illusion fait l’objet d’un traitement teinté d’humour, irisé et facétieux ; il s’agit en quelque sorte de souligner les contours artificiels, mouvants et ludiques du domaine de l’illusion et du surnaturel, en se jouant du regard crédule des personnages, mais au-delà ne s’agit-il pas de déjouer aussi l’attente du lecteur ?

Tronc en trickster17 et ordonnateur d’une écriture déceptive. La fin des illusions ?

  • 17 Sur cette notion de trickster, voir Jung, Kerenyic et Radin, Le Fripon Divin, un mythe indien, tra (...)
  • 18 On a pu constater au cours de notre analyse sur le personnage de Tronc que le verbe décevoir appar (...)

19Tronc incarne une figure de décepteur comme en témoignent sa fonction dans le récit et le réseau sémantique qui se tisse autour de lui - le verbe dechevoir18 joue un rôle-clé - et ordonne ainsi la stratégie d’écriture d’ensemble du roman. L’illusion ne se donne plus à voir dans des artifices grossiers et ficelles narratives empruntées au surnaturel et au domaine de la magie mais dans une écriture que l’on peut qualifier de la déceptivité.

20A la fin de la lecture du roman, on éprouve la troublante impression d’avoir été dupé, comme si l’enseigne arborée ne correspondait pas aux articles réellement disponibles dans la boutique romanesque. Le roman qu’on lit n’est pas celui qu’on croit, car au delà des aventures d’Ysaïe et de son fils Marc, c’est le roman de Tronc, masque grimaçant d’Aubéron, un roman tronqué que l’on découvre.

21Doit-on pour autant conclure à une fin des illusions à l’œuvre dans ce roman ? On a pu constater que les anamorphoses de la magie et les arabesques de l’illusion tendent à disparaître ou presque pour céder la place aux ruses de l’esprit/l’écrit. de plus, les personnages liés au domaine de la magie tendent à s’obscurcir, comme en témoigne le devenir des fées dans le roman. Il n’en demeure pas moins que l’illusion reste toujours attrayante dans sa relation avec l’humour, lequel peut aussi s’iriser d’ironie. En tout cas, l’illusion demeure le mode le plus approprié pour donner naissance à un nouveau récit puisqu’après tout le roman repose sur deux fictions inaugurales : d’une part, la naissance d’un enfant issu du couple tristanien ; et d’autre part, l’interpolation d’un récit entre les quelques vers contant la naissance et la malédiction d’Aubéron.

22Le roman se clôt sur une pirouette ou illusion finale dans laquelle chaque personnage trouve sa place : Ysaïe et Marc s’ancrent dans la réalité prosaïque du mariage et du fief tandis que Tronc -Aubéron échappe à toute emprise pour réinvestir l’espace fictif de la féerie, ne laissant derrière lui que son cor magique, en guise de son passage sur terre (dans le roman), mais effaçant aussi le récit comme on referme le livre, puisqu’il nous ramène aux chansons de geste déjà écrites qui mettaient en scène le petit roi de féerie, doté de son cor magique de toute éternité. Dernière image, celle du cor magique confié à Ysaïe, qu’il peut convoquer à tout instant pour un nouveau récit, emblème de la toute puissance de la fiction Avec l’image de ce cor, tout se passe comme si d’un coup de baguette magique tout ce qui venait d’être lu s’effaçait soudainement, la malédiction étant annulée. La « pettite ystore » qui était venue se loger entre les quelques vers qui racontent comment Aubéron fut « doué » par les fées et comment la méchante fée annula sa malédiction aussitôt après devient presque illusion. C’est à un objet magique qu’il revient de porter témoignage de l’existence des aventures qui ont été lues.

23Ce roman de la fin du Moyen Age témoigne bien d’une évolution par rapport aux romans arthuriens antérieurs à travers le traitement qu’il fait de la magie et de l’illusion. On observe une méfiance très nette à l’égard de l’univers magique : ainsi, les fées bienveillantes tendent par certains aspects à s’apparenter -au moins aux yeux de l’ermite- à la sorcière dont les schèmes sont en train de se constituer. Le nain Tronc, quant à lui, s’éloigne de la figure de l’enchanteur ou de l’auxiliaire magique ; démuni de tout pouvoir d’illusion, il est contraint de n’user que des ruses de l’esprit. Un tel déplacement invite à s’interroger sur le devenir de la figure du narrateur ; d’un narrateur qui incarnait un pouvoir (Merlin), s’opère un glissement vers une autre forme de narrateur qui userait d’un savoir-faire, d’un artifice. Avec Tronc, l’auteur crée un nouveau personnage capable d’endosser autrement le statut de maître de la diégèse, de se jouer du regard des personnages et à travers eux du lecteur. Ainsi l’illusion retrouve-t-elle tout son potentiel ironique. Mais par là même, les pouvoirs d’illusion tendent à se déplacer vers les pouvoirs de la fiction, capable de convoquer des récits séparés pour les conjoindre, faire naître des personnages qui jamais n’auraient dû se rencontrer. Le roman surgit tel une traverse au carrefour des récits autorisés, introduisant du jeu là où tout concordait, à l’image de Tronc, emblème d’un récit paraleptique qui serait né dans la béance de quelques vers du Roman d’Aubéron - mais effaçant par là-même son frère jumeau Georges- et dans le blanc infini des amours de Tristan et Yseut restées sans fruit.

Notes

1 Ysaÿe le Triste, roman arthurien du Moyen Age tardif, édit par André Giacchetti, Rouen. 1989, Publications de l’Université de Rouen n° 142

2 Cf id. ibid, § l, p.27.

3 Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xii-xiiie siècles), Paris, Champion, 1992 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age 15)

4 Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1970, p. 59.

5 Voir le Livre de Caradoc, vv. 3092-3254, de l’édit de W. Roache et R. H. Ivy, Première Continuation de Perceval, tome II. Philadelphie, 1965.

6 Sur ce thème, voir notre article, « La Reine Yseut et la fée Morgue ou l’impossible maternité dans Ysaïe le Triste » à paraître dans les Actes du Colloque de Lille, septembre 1998, sous la direction d’Aimé Petit.

7 Huon de Bordeaux, édit. par P. Ruelle, Bruxelles-Paris, 1960 (Travaux de la faculté de Philosophie et Lettres 20) ; voir aussi le Roman d’Aubéron, édit par Jean Subrenat, Genève, Droz, 1973 (TLF 202)

8 Cf le portrait de Tronc : « Mais je croy c’oncques plus laide figure de paige ne fu, car il avoit le teste petitte comme ungs cas, s’ot petit nés et noient n’en paroit, fors les narines, s’ot grans orelles et gros yeux, et lees espaule et menus rains, et gros pies et lés, et grosses jambes, s’ot une grosse boche entre deux espaules. » § 16, p.35.

9 Voir son article « Pacolet ou Les infortunes de la magie », Le Moyen Français, CERES, Montréal, n° 35-36, 1996

10 Voir sur ce sujet et d’un point de vue sémantique les travaux de Robert-Léon Wagner, « Sorcier » et « Magicien », Contribution à l’histoire du vocabulaire de la magie, Paris, Droz, 1939, p. 129.

11 Le Marteau des Sorcières, Institoris et Sprenger, trad par A. Danet, Paris, Plon, 1973. Le personnage de la sage-femme cristallise toutes les peurs ; les inquisiteurs imaginent un contre-baptême : « Dès que l’enfant est né, si la mère n’est pas elle-même sorcière, la sage-femme porte l’enfant hors de la chambre sous prétexte de le réchauffer, puis, l’élevant dans ses bras, elle l’offre au prince des démons, Lucifer, et aux autres démons, tout cela dans la cuisine au-dessus du feu », p 403. De même, la sage-femme est accusée de tuer les nouveau-nés (p 404), de fabriquer des onguents à partir de cadavres d’enfants baptisés, qui leur permettent de se rendre au sabbat et dont elles usent pour les « artifices, plaisirs, transports », p 326

12 A l’ermite qui souhaite savoir ce qu’elles font boire à l’enfant, l’une des trois répond : « nous le nourissons du lait prins es mamielles Clarisse le femme le roy Carados. » L’ermite leur demande alors par quel moyen elles obtiennent le lait. « Et elle respont que elles ont pluiseurs condicions en elles par quoy bien le pevent faire, que quant ont congié de leur souveraine, eles vont ausy coyement que nues et aussy tost que vens », mais l’une des dames lui intime l’ordre de se taire et de n’en pas dire davantage Cf §10, Ysaÿe le Triste, p.32.

13 Cf Le Marteau des Sorcières, op. cit., p. 511

14 (...) commence ungs cos a canter que aucques estoit pres de le maison d’un ermitte, et sy tost qu’elles l’oÿrent sy crierent toutes d’une voix : « Dieu grasce », puis s’esvanouirent en tel guise qu’il ne sot qu’elles devinrent §11, id. ibid. p. 33

15 Cf id. ibid. § 589.

16 Cf § 545.

17 Sur cette notion de trickster, voir Jung, Kerenyic et Radin, Le Fripon Divin, un mythe indien, trad par A. Reiss, Genève, 1958. Le trickster se définit par sa naissance impure, il est facteur de désordres, est lié à la transgression et il renvoie à un état indéfinissable entre sous-humain et sur-humain. C’est un être primordial « cosmique », de nature divine et animale, comme Tronc, fils de Jules César et de Morgue et proche de l’animalité si l’on en juge par le portrait qui est fait de lui Dotés tous deux d’un corps inachevé et transitoire, Tronc et le trickster incarnent des ludions et usent à profusion de tours, de ruses. Ils déçoivent au sens vieilli de « tromper ». Cf Jean Batany, Approches du Roman de la Rose, Paris, 1973, le chapitre « Le jeu des masques et la crise de la morale », dans lequel il montre que la figure du décepteur est liée au masque et au retour ; en effet. Tronc incarne le retour d’Aubéron mais un Aubéron masqué et dégradé.

18 On a pu constater au cours de notre analyse sur le personnage de Tronc que le verbe décevoir apparaît à de nombreuses reprises pour rendre compte des actions du nain. Il semble même, mais l’étude mériterait approfondissement que ce verbe soit employé de manière privilégiée pour Tronc. Généralement, on trouve ce verbe pour illustrer une tromperie de l’ordre de l’esprit sans que cela implique une finalité négative ou malveillante.

Auteur

Université de Haute Bretagne (Rennes II)

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540