Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

De l’illusion à la magie dans la geste de Rainouard

André Moisan

Texte intégral

  • 1 La Chanson de Guillaume, texte établi, traduit et annoté par F. SUARD, Paris, Bordas, 1991 ; Alisc (...)
  • 2 E. MÂLE, L'art religieux du xiiie siècle en France, Paris, Colin, 9e éd., 1958, pp. 27-62 ; V.-H. (...)

1La démesure, on le sait, est la caractéristique essentielle du Rainouart épique. Sans qu'elle occulte les aspects humains et sympathiques du personnage, notamment dans le Moniage, sa force herculéenne et sauvage inséparable de son tinel est à l'œuvre, dès son apparition dans la vieille Chanson de Guillaume (G2). La geste de Rainouart conservera ses particularités au sein des chansons qui l'intègreront par la suite, celle d'Aliscans (peu après 1185), celles du Moniage Rainouart (fin xiiie s.) et de la Bataille Loquifer (fin xiie s. ou 1204),1 , cette dernière précédant le Moniage dans les manuscrits cycliques, mais composée après, ce qui n'est pas sans importance pour cette étude. Comment était-il possible de renouveler l'intérêt pour une geste si caractérisée, sans tomber dans les facilités du répétitif ? Comment mettre en péril le héros invincible, sinon en lui inspirant des frayeurs propres à le paralyser ? La progression dans le paroxysme s'est faite par l'introduction, dès Aliscans, d'éléments et d'adversaires d'apparence trompeuse, voire diabolique, terrifiants et, de ce fait, en mesure de rehausser toujours plus la valeur du héros : hideur, bestialité, gesticulation, aspect infernal sont les attributs de ces êtres venus de l'imaginaire médiéval, celui des Bestiaires, de la prédication populaire, de l'image, des visions et de la sculpture2, inconnus ou presque jusque-là dans l'épopée. A côté de combats à la régulière, le développement de la geste de Rainouart se fait de plus en plus dans ce registre. En outre, un peu dans le Moniage, mais beaucoup plus dans la Bataille Loquifer, de nouveaux éléments prennent place, qui tiennent des forces occultes de la magie et s'achèvent sur un séjour de Rainouart en Avalon, où il rencontrera le roi Artus et la fée Morgue. Il ne manque donc pas d'intérêt d'examiner cet apport original aux exploits de l'homme presque toujours muni de son seul tinel, même si ces excès peuvent sembler ne pas être de la meilleure venue.

2Au milieu des combattants du type habituel dans G2, tels l'émir de Balan dont le fléau fait des ravages (l.177) et Aildré, l'oncle de Rainouart armé d'un maillet de fer (l. 179), apparaît soudain un être étrange, le sarrasin Tabur de Canaloine (l. 175). Son aspect est celui d'un ours : grosseur, échine bossue, longues dents, poil, bec et ongles, gueule ouverte et hurlements. Aucune arme ne lui est nécessaire. Guielin et Guillaume brisent leur épieu contre lui ; seul Rainouart lui donnera le coup fatal (après neuf essais) sur le sommet de la tète. L'ours a toujours inspiré la terreur à l'homme : puissant, violent, dangereux, incontrôlé comme une force primitive, il a été traditionnellement l'emblème de la cruauté, de la sauvagerie et de la brutalité. L'introduction, même brève, d'un Tabur plus animal qu'humain dans G2, est un élément neuf d'illusion que les poètes suivants ne manqueront pas d'exploiter.

  • 3 Le Bestiaire divin de Guillaume le Clerc de Normandie (1210-1) trouve le singe laid et repoussant (...)

3La chanson d'Aliscans résonne de heurts, de bruits et de cris dans une surenchère de violences, de morts et de sang. L'action de Rainouart y prend un nouveau relief. Trois païens l'affrontent selon les règles du combat épique : Crucados, "sarrasin de belle allure", armé d'une massue (l. 126), le roi Haucebier, haut de quinze pieds, surarmé, un peu comme le sera Loquifer, muni d'un épieu envenimé et qui fait peur à Rainouart, mais dont le duel assez développé ne réserve pas de surprise (l. 157-160), enfin le roi Bauduc, cousin de Rainouart, "grand et d'un aspect affreux", mais qui sera désarmé, après un entretien marqué de noblesse et de courtoisie, avant d'être baptisé (l. 163-170). Cependant, quatre personnages inconnus de G2 et à l'aspect troublant peu habituel dans l'épopée, surgissent entre les trois précédents. Le premier, Borrel, sans lance ni oriflamme, sans cuirasse ni cotte de maille, mais revêtu de la peau d'un animal démoniaque inconnu et coiffé d'une peau de monstre, muni d'un fléau et semant la mort (l. 117-9). C'est un homme entouré de ses quatorze fils beaux et récemment adoubés. Seul, il s'est affublé d'un déguisement carnavalesque pour épouvanter Rainouart, mais l'effet est nul, puisque celui-ci arrive en courant et atteint Borrel par derrière, à la nuque. Avec Agrapart, l'homme disparaît complètement sous l'animalité : l'être a remplacé l'apparence chez ce Turc, même s'il commande une troupe et profère des paroles menaçantes à l'adresse de Guillaume (l. 120-5). Très bien resembles de lignage de singe (v. 6307), lui dit Rainouart. Il en a le comportement comme l'aspect : poilu, petit (0 m. 95), gros, hideux, les yeux rouges comme de la braise, les cheveux longs jusqu'au menton, les ongles acérés comme ceux d'un griffon3. Il sait se tenir à cheval, mais il bondit comme un léopard, agrippe avec ses ongles, mord Rainouart à la fesse comme le ferait un chat. Bref, Agrapart (dont le nom est significatif) attaque le héros qui a imprudemment délacé son heaume, et lui fait perdre beaucoup de sang, en le faisant souffrir. Etrange incident visant à déstabiliser, en vain, l'homme qui réussit à l'éliminer d'un coup de tinel.

4La rencontre avec Valegrape sera plus redoutable (l. 130-145), mais donnant moins dans l'invraisemblable. L'homme, le guerrier grand, sans heaume ni écu, apparaît bien, confiant dans sa force et méprisant toute armure (v. 6405), faisant des ravages dans les rangs des Français. Mais, pour semer la terreur, il a enfilé la peau velue d'un serpent et s'est armé d'un croc à pointe dorée... comme pour donner des morsures mortelles. Rainouart est d'abord effrayé : Com es ore hisdeus ! Car me dis ore se es home morteus (v. 6416-7) ; mais il a son tinel en mains. Un combat éprouvant s'engage, où le tinel est sans effet sur la peau dure (et même Valegrape s'en emparera), tandis que le croc insolite pour Rainouart lui fait couler beaucoup de sang. La noblesse ne manque pas entre les deux combattants qui se découvrent frères et tentent chacun de convertir l'autre à sa religion. Rainouart se repentira même de l'avoir tué. L'épisode, par la réapparition de l'homme sous l'apparence bestiale, est en recul par rapport au précédent.

  • 4 Grishart d'oltre l'Isle Perdue (v. 6674) combat Rainouart avec une hache (l. 148-9), sans plus. Il (...)
  • 5 P. ROUSSET : "Recherches sur l'émotivité à l'époque romane", dans Cahiers de Civilisation Médiéval (...)

5L'illusion va atteindre son paroxysme avec l'apparition de Flohart (l. 149-152)4, dans un contexte de clameurs et de tumulte. Cette vieille reine païenne surgit échevelée, pour venger la mort de son frère Grishart. Sa silhouette est terrifiante : haute de quinze pieds (près de 5 mètres), elle s'est drapée d'une peau de buffle, mais surtout, de sa bouche sort une fumée épaisse qui la rend puante comme charogne et évoque la gueule infernale destinée à impressionner le public des mistères, l'homme médiéval amateur de sensations fortes5. Guillaume est effrayé et Rainouart, d'abord un peu trop confiant (v. 6728-9), le devient, lorsque la beste armee (v. 6726) s'avance en brandissant une faux. Cette fois, il invoque sainte Marie, saint Lénoard, libérateur des prisonniers et offre déjà son tinel à saint Julien. Il viendra à bout de la faux, mais Flohart aura arraché la visière du haubert et le dévorera comme fromage. Dans cet épisode, la laideur et la puanteur caractérisent l'illusion, au point que Rainouart tient Flohart pour échappée de l'enfer, lieu où l'imaginaire a concentré tous les excès dans l'horreur.

  • 6 Je renvoie à mon étude : "Guillaume et Rainouart sous l'habit monacal : une rencontre du spirituel (...)

6Le jeu de l'illusion est loin d'être absent du Moniage Rainouart qui n'est peut-être qu'un grand rêve du héros, vécu vaille que vaille6..., tant il arrive d'aventures singulières à cet homme qui est, pour une bonne part, le jouet et la victime de ses fantasmes. Lui-même, de grande taille (v. 156), aux cheveux noirs et petits (v.160) est, à son tour, devenu un grands deables, hideus comme maufés (v.90), terrorisant bourgeois et moines de Brioude. Il pense que le simple fait d'avoir revêtu les habits d'un moine, à qui il les a dérobés, suffit à le faire entrer dans l'état religieux ; il ne lui manque que la tonsure :

  • 7 Servirai Dieu qui maint tot haut lasus, Car j'ai les dras et si les ai vestus ; il ne me faut que (...)

Ja sui jou moine, s'en ai les dras vesti ;
ne me faut que courone (v.174-5)7.

7Pas étonnant que, malgré sa bonne et profonde intention, il retrouve sa brutalité en face de moines qui le contrent, en se heurtant à son rêve. Le choc est permanent, comme la contradiction entre son personnage atypique et un milieu bien défini avec sa règle stricte. Sur ce fonds qui est la trame du poème, deux illusions de type surréaliste ne manquent pas de provoquer la surprise mêlée d'hilarité. D'abord, la rencontre du Christ en croix à l'entrée du monastère (l. 13-15) : Vassal qui est lassus, l'interpelle Rainouart en quête de savoir où sont l'abbé et les moines qui ont fui d'épouvante à son arrivée. Il a peur de cet homme figé dans sa raideur et qui le regarde com uns dervés [fou] (v. 261). Plus tard, lors du siège d'Aiete (l.145), il se trouve face à face avec une statue de Mahomet haute de quinze pieds et qui tient un bâton menaçant. Rainouart, qui n'a jamais sû se contrôler, quide que ce soit home carnés (v. 4597) frappe la statue et la renverse, pensant que c'est un démon.

  • 8 Il saut en mer et au nœr se prent (v. 4261).
  • 9 Entre les fees fu .XIII. ans norris, par mer nooit come s'il en fust apris ; plus estoit noirs que (...)
  • 10 Plus tost coroit contremont un larrin [lande], c'a plaine terre ne ferroit un roncin (v. 6097-8).
  • 11 V. 6129-44, 6217-21, 6304, 6325, 6361-6, 6374-5.
  • 12 Plus terrible que les machines-tours de l'époque, à usage collectif. Voir Ph. CONTAMINE, La guerre (...)

8Sans faire plus que mentionner Picolet, le nain fabuleux qui a enlevé Maillefer, le fils de Rainouart et que nous retrouverons8, Randolet homme de Maillefer, noir et élevé par des fées9, Galopin qui, par définition, court vite10, il faut s'arrêter au duel entre Rainouart et Gadifer d'Orcanie, roi de Gadiferne, qui donne lieu à un long développement (l. 192-207). La situation dépasse encore ce qu'avait imaginé l'auteur d'Aliscans. Qualifié de salvage (v. 4710), Gadifer défie toute figuration humaine : plus grand de trois pieds que le plus grand, tête large comme un chaudron, sourcils longs de trois pieds (1 m.), yeux d'un rouge d'enfer, paupières larges de quatre (1 m.) et bouche large de deux empans (0 m.50), dents tranchantes. La silhouette est du même type : noirceur d'encre, largeur de poitrine, dos bossu, pieds tordus et jambes de serpent. Criant et hurlant, dïable samble, qar tous est herupés ; brait et recane com il soit foursenés [fou de rage] (v. 6210-1)11. Son armement est en proportion : un véritable harnachement d'homme-orchestre devenu guerrier (v. 6230-3, 6429-37). Surtout, il s'est fait forger (v. 6679) un engin redoutable, un travaus (v. 6444), engin monté sur quatre roues et tiré par quatre cordes (v. 6278-9), avec une porte pour s'y réfugier (v. 6286), sorte de blindé avant la lettre, au-delà de l'armement de l'époque et bien plus efficace que la testudo des sièges romains12. Dans sa candeur, Rainouart croit d'abord que Gadifer veut l'amuser comme un enfant avec un jouet en s'y cachant (v. 6681-3), ayant même peur d'y être enfermé (v. 6675-6). Par prudence, il renforce son mast, prend une épée (ce qui ne lui est guère coutumier) et se protège d'une armure (v. 6400-13). C'est d'abord au cheval de Gadifer que Rainouart doit s'affronter, sous le regard narquois du païen (v. 6913-4). Rainouart tue la bête, tandis que Gadifer se réfugie dans son engin, sur lequel Rainouart donne en vain des coups de son tinel. Situation bloquée. Ce n'est qu'après un accord entre Guillaume et le roi Thiebaut qu'un duel à la loyale est conclu entre chevaliers, à l'épée et aux poings. Rainouart tuera son ennemi, en l'assommant avec un perron qu'un ange lui aura conseillé d'utiliser (v. 7332-4, 7361).

  • 13 On pense aux Pygmées avec leurs oreilles grandes comme des vans, au tympan du grand portail de Véz (...)

9La Bataille Loquifer, dernière chanson en date du cycle de Rainouart, continue donc l'accumulation, la surenchère des laideurs, sans grande originalité, mais sans crainte d'ennuyer son public qui n'avait pas forcément connaissance des exploits antérieurs du héros et ne se lassait pas des jeux de l'imagination et du fantastique. Le cruel Ysabras, qui fut un lutin protégé par des fées à sa naissance et le resta pendant trente ans (v. 194), a été envoyé par le roi Desramé pour capturer Rainouart (l.3). Les dieux viennent de lui donner un aspect des plus difformes : nez sur la nuque, un œil sur le front, un autre derrière la tête, d'énormes oreilles pouvant contenir un grand setier de blé (144 litres)13, tête énorme, échine courbée et ventre enflé, queue retroussée, pieds estropiés, poil hérissé, noirceur enfin qui le fait ressembler à un malfé. Il manie un grand levier qui ne résistera pas au tinel de Rainouart. Avec Loquifer, le champion de Desramé, Rainouart aura maille à partir (l.17-28). La description du géant (2 toises, soit 4 m.) rejoint en gros celle d'Ysabras, avec de grandes oreilles, le visage et le poil noirs ; son harnachement rappelle ceux d'Haucebier (Al) et surtout de Gadifer (MR1). D'autres éléments venus de la magie tenteront de renouveler le thème du duel avec Rainouart. Guillaume craint pour son chevalier (v. 1412-4), qui lui-même est terrifié comme l'alouette face à l'épervier (v. 1423), devant un Loquifer qui rapelle le Goliath biblique (v. 1441, 1491). A l'opposé, Picolet le nain, lou ligier (v. 965), frère d'Auberon et qui nage comme un poisson (v.3475), est muni d'un œil derrière la tête et de deux sur le front pour mieux observer (l.19). Son action, on le pressent, tiendra essentiellement des forces subtiles de la magie. Enfin, se présente Chapalu, né en l'île d'Orion, maudit par sa mère à sa naissance, mélange abracadabrant des débordements de l'imagination : tête de chat, corps de cheval, ongles de griffon, pieds de léopard, queue de lion, dents acérées. Il boit, suce et lape avec rage le sang de Rainouart (l. 79-83) ; il prendra forme humaine (v. 3865-6) pour un autre type d'action.

10La geste de Rainouart se termine donc sur une impasse, dans le registre de l'illusion maléfique. Le poète du Moniage avait introduit quelques éléments relevant de la magie. Celui de la Bataille Loquifer sera un véritable novateur : le roman en vogue allait lui offrir cette opportunité.

  • 14 Les pierres dont sont construits les murs de la cité d'Avalon ont le même pouvoir de guérison (v. (...)
  • 15 Et dist son charme, molt tost sont defermé / trestuit li huis, et il est ans antré (v. 2563-4).
  • 16 Il prist une herbe, ses ait si enchantés / et anbeüs et si anfantosmés, / a terre chiet chascons t (...)

11Dans ces deux poèmes, en effet, apparaissent des éléments venus de la littérature romanesque, des croyances et pratiques populaires, relevant de la puissance cachée d'éléments de la nature : la pierre merveilleuse qui protège et l'onguent qui guérit. Le Maillefer du Moniage (l. 88) a sur le nasal une pierre venue du Nil : celui qui la regarde voit sa force doubler ; s'il est blessé, il sera guéri14 et il ne mourra ni de faim ni de soif. Elle est suffisamment cachée par un capel de cuir, pour que l'ennemi ne bénéficie pas de sa protection. Ainsi, Maillefer résiste-t-il dans le duel qui l'oppose, sous les murs d'Orange, à son père qui ne l'a pas reconnu (v. 2603-31). Alors Guillaume dégage la pierre du capel, la montre à Rainouart qui guérit comme lui, avant que Maillefer l'applique à ses propres plaies (v. 2872-97). D'une manière similaire, le géant Gadifer porte à la ceinture, parmi son harnachement, deux barils de baume d'outre mer apprêté par des fées, dont il suffit d'oindre les plaies les plus graves pour recouvrer la santé (l. 198). Lorsqu'il est sorti de son travaus pour affronter Rainouart en duel, il reçoit un coup violent à la tête, mais l'application du chier ongement produit instantanément son effet (v. 7078-84), ce qui ne laisse pas d'inquiéter son adversaire, ainsi que les Français. Gadifer refusera de donner à Rainouart blessé son remède miracle (v. 7168-72) ; il faudra que celui-ci s'en empare pour se l'appliquer et guérir (v. 7205-10). Pour être moins désavantagé, Rainouart jette les barils à la mer (v. 7213) et combat à l'épée et aux poings. Un ange vient lui conseiller de prendre un perron (v. 7334), pour venir à bout de Gadifer (v. 7361). Un tel oignement est aussi en possession de Loquifer (BL, l. 28-34) qui le porte attaché à sa lance. Par un geste de cette courtoisie qui est loin d'être absente entre adversaires dans l'épopée, c'est le païen qui en applique sur la blessure de Rainouart et le remet aussitôt debout. A son tour, Rainouart lui casse le bras, puis le guérit avec l'onguent, avant d'en reprendre pour lui-même. Artifice pour introduire un élément neuf dans un duel qui se prolonge et se répète, ce qui n'empêchera pas la mort du païen (v. 2436). Dans le même genre, le nain Picolet envoyé par le roi Desramé pour s'emparer du petit Maillefer, le fils de Rainouart, entre dans la tour du château en disant son charme15. Il l'emmènera à Loquiferne, d'où il le fera sortir plus tard (l.90), en usant d'une herbe magique qui paralysera ceux qui détenaient l'enfant16. De tels incidents sont assez peu de chose dans un déroulement de faits qui s'essoufflent.

12L'audace du poète de la Bataille Loquifer sera plus grande avec le développement qui clôt en même temps le texte et la geste (l. 72-94) : emporté au pays féerique d'Avalon, royaume de l'étrange, Rainouart, qui a tout épuisé de son inégalable bravoure sur terre, va connaître de nouvelles aventures, totalement inédites.

  • 17 G. BERTIN, éd. de BL, p. LIX.

13De la laisse 72 à la laisse 86, Rainouart va séjourner en la cité où se tient la cour du roi Artus. Même si l'épisode, déjà étrange en lui-même, s'insère dans une chanson que des médiévistes ont jugée avec quelque sévérité17, il n'est ni gratuit ni purement artificiel. L'annonce qui en est faite aux auditeurs vise à provoquer leur attention devant l'inattendu :

Seignor, oés et bons moz et bons dis
de Renoart qui tant par fut hardis.
Vérités est, ce tesmoigne l'escris (v. 3600-2).

  • 18 Voir M. ROSSI, "Sur Picolet et Auberon dans la Bataille Loquifer", dans Marche romane (Mélanges J. (...)
  • 19 Ν. ANDRIEUX, "Arthur et Charlemagne réunis en Avalon : la Bataille Loquifer ou l'accomplissement d (...)
  • 20 V. 3636-9, 3662-71, 3902-8.

14Guillaume se lamente à Orange sur le sort de son meilleur chevalier dont il n'a pas de nouvelles (l. 71), même si Desramé a été tué. Or Rainouart nous est montré soudain, couché sur une dune, quelque part au bord de la mer, sans plus de précision, avec, sous la tête, son tinel devenu inutile ; pensif et chagriné, il pleure l'enlèvement de son petit Maillefer (qui n'a pas un an, v. 3946, 4007) par Picolet lou ligier, personnage qui n'inspire guère la confiance18. Face à l'infini mystérieux de l'océan, déjà entré dans l'au-delà de la conscience, il est au bord d'un autre monde, quittant la terre ferme à laquelle ses combats incessants l'avaient, pour ainsi dire, rivé. Désormais plus assujetti aux réalités de la guerre, il entre, en chevalier certes, dans le monde inconnu du vague et du rêve. Du coup, à l'imitation des personnages des romans, la recherche de son fils, qui ne quittera pas sa pensée, va devenir une sorte de queste qui n'est pas sans évoquer celle de la Dame ou celle du Graal. Une mutation va se produire dans l'état d'esprit du héros devenu un homme seul, un aventurier, condition qui lui fera éprouver des sensations nouvelles, même si les rencontres des êtres étranges qu'il a faites jusqu'ici sur le champ de bataille ont pu lui donner une certaine accoutumance aux fortes surprises. Ici, le monde arthurien devient le sien pour quelque temps19. De plus, cette entrée en Féerie qui termine la geste de Rainouart la couronne en quelque sorte : Avalon, la cité vaillant (qui n'est pas l'île des romans), où le roi Artus tient sa cour, est auréolée d'un tel prestige, en ce début du xiiième siècle, qu'une sorte de consécration, un honneur suprême sont accordés au héros si populaire et tant de fois vainqueur. En témoigne le seul fait d'être admis à pénétrer dans ce "paradis", où séjournent, dans un bonheur perpétuel, autour d'Artus, de ses soeurs Morgue et Marsïon et des autres fées, les célèbres Gauvain, Perceval et Yvain20, mais aussi Roland, le plus prestigieux chevalier de la geste de France. Ce "prolongement" de l'épopée de Rainouart par un passage dans un pays lointain et donc mirifique s'accorde bien avec le personnage atypique. Il s'y trouve fort bien et aimerait y rester tout son vivant, comme on le lui propose (v. 3636), surtout lorsqu'il convoite la fée Morgue (v. 3910-1) ; mais il en partira, sans qu'on l'y retienne, ce qui constitue une nouvelle étrangeté dans le monde arthurien.

15Trois fées merveilleusement parées, dont Morgue et Marsïon, arrivent joyeuses près de Rainouart endormi. Par le jeu de l'anchanterie (v.3708), elles le transportent en Avalon, poussant la bienveillance jusqu'à l'emmener ensuite, s'il le désire (telle est son intention profonde pour retrouver son fils), jusqu'à Odierne, Orange ou Loquiferne. Usant de leur pouvoir, elles métamorphosent son équipement guerrier en un conditionnement d'homme de cour : sa massue en faucon, son haubert en jongleur gascon qui vielle, son heaume en harpeur breton, son épée en garçon. L'accueil du meilleur champion dans la cité merveilleuse par la gent qui est faee (v. 3701) se fait dans l'honneur et la fête. On le sort de son enchantement ; d'abord surpris, il porte la main à son tinel et invoque la Vierge, puis se laisse prendre par l'éblouissement (l.77). Mais le roi Artus ne lui garantira l'hospitalité que s'il se mesure à Chapalu (v.3789-90). L'occasion de donner une ultime preuve de sa bravoure devant la plus haute des cours. Ce monstre, dont la silhouette a été ci-dessus évoquée, se distingue des monstres précédents du monde de l'illusion ; il appartient au monde enchanté arthurien. Fils de la fée Bruneholt séduite par le lutin Grigalet, né en la mystérieuse île d'Orion, il est devenu un monstre à tête de chat, enfermé dans une citerne en Avalon, par la vengeance de sa mère. Pour recouvrer sa beauté première, il devra boire le sang du meilleur des champions, Rainouart (l. 82).

16Celui-ci reste un homme avec sa seule force et son grant fust (v. 3829), face à un être effrayant venu de l'enfer, ce qui amuse le roi Artus (v. 3845). Chapalu réussit à se repaître du sang de Rainouart (nouvel Achille), en le mordant au talon (v. 3864). Retrouvant des sentiments humains, Chapalu va jusqu'à le remercier de l'avoir délivré de la malédiction qui pesait sur lui, lui promettant même de l'aider à retrouver Maillefer. Cet être subtil du pays de Féerie, d'au-delà de la mort (v. 3900-1), où tout est possible, va venir dans un pays connu de la terre des humains... Auparavant, dans la liesse générale, Artus s'adresse pour la première fois à Rainouart, en lui présentant, avec Roland en tête, les plus hauts personnages de sa cour (v. 3899-3908), chevaliers et dames. Or, Rainouart est tout de suite fasciné par la beauté de la fée Morgue, il la désire même, ce qui provoque un nouveau rire, cette fois gaillard, de la part du roi (v. 3912). D'ailleurs, dès la première rencontre avec Rainouart endormi sur le sable (l.74), deux fées avaient admiré la beauté du chevalier, provoquant une secrète jalousie dans le cœur de Morgue, qui s'était alors juré de le perdre. Le moment est venu d'assouvir sa vengeance, en trahissant celui qui l'a mise enceinte (l. 85), alors que Rainouart, plutôt naïf dans ce monde qu'il ne connaît pas, se réjouit de la naissance de son fils Corban. Ce n'était que faiblesse d'un amour passager... puisqu'il est toujours aussi déterminé à retrouver le petit Maillefer (l.86). Chapalu sera l'instrument de la vengeance de Morgue, en coulant le bateau sur lequel il emmènera vers Odierne Rainouart, redevenu simple mortel une fois sorti du pays de Féerie, lui-même n'ayant rien à craindre puisqu'il est faés (v. 3958).

  • 21 Elles tentèrent en vain d'attirer Ulysse, dans L'Odyssée, éd. V. BÉRARD, Paris, Les Belles Lettres (...)
  • 22 Du v. 3997 au v. 4139, le poète se transporte à Loquiferne, pour raconter la captivité de Maillefe (...)
  • 23 Il faut attendre la seconde partie de MR pour que Maillefer soit retrouvé par son père.

17Nouvel élément magique : l'apparition de sirènes (l. 87) chantantes et qui, contrairement à leur légende21, ne viennent pas séduire Rainouart ; la trahison ne sera pas de leur fait. Au contraire, celle que Rainouart demande à Chapalu de lui donner est craintive et le supplie, en pleurant, de la remettre à l'eau, en lui promettant de l'en récompenser. Il s'en suit un véritable ballet de sirènes joyeuses. Curieux incident où le charme s'exerce sur l'homme pour son bonheur et la protection qui va lui être nécessaire22. Chapalu a tout entendu et détourne le vaisseau de Loquiferne vers Borïene, pour le fracasser sur un rocher. Il saute à la mer et lance à Rainouart qu'il a assouvi la vengeance de Morgue. Sur le point de périr, le naufragé prie saint Julien et promet de se faire moine (jonction avec MR1) ; il appelle à l'aide la sirène qui accourt avec plus de cent compagnes toutes joyeuses et folâtres. Par leur chant merveilleux (v. 4204), elles l'endorment pour aller le déposer sur le rivage, près de Porpaillart. A son réveil, il reconnaît le lieu d'où son rêve l'avait fait emporter par les fées. Il entre dans la ville où il retrouve Guillaume, mais la quête de Maillefer ne sera pas pour autant résolue et il se lamente sur la mort d'Aélis et la perte de son fils23. Le voyage en Féerie est terminé, avec le retour au point de départ (v. 3554, 4213). Les "réalités" du monde magique, vécues dans un univers autre, où pourtant les sentiments ne diffèrent guère (comme dans le panthéon gréco-latin) de ceux du monde terrestre, s'évanouissent avec la fin de la chanson. Le Moniage, en fin de cycle, ramènera les dures réalités terrestres pour notre héros. Mais, mieux que la transposition dans l'imaginaire pur, la sublimation véritable et définitive viendra plus tard d'un état monastique difficile, mais couronné par la sainteté (v. 7459-62).

  • 24 F. SUARD, "La Bataille Loquifer et la pratique de l' intertextualité au début du xiiie siècle", da (...)
  • 25 L.-F. FLUTRE, Table des noms propres...figurant dans les romans du Moyen Age..., Poitiers, 1962.

18La Bataille Loquifer a donc poussé à l'extrême la tendance qui s'est peu à peu accentuée dans le cycle de Rainouart, pour illustrer, encore et toujours, sa figure spécifique. F. Suard, dans une étude à laquelle je suis redevable24, a montré comment le "recours à la féerie...apparaissait à l'auteur de geste comme le moyen privilégié d'apporter à son héros la consécration suprême". Il souligne aussi que, contrairement à Renaud de Montauban et à la Chevalerie Ogier, le poème est "la première chanson de geste à développer ce qui va devenir un nouveau motif épique : le voyage du héros en féerie". Première tentative de contamination, insérée un peu gauchement dans son contexte et que réaliseront mieux d'autres chansons comme Huon de Bordeaux et ses suites, phénomène auquel s'habitueront auditeurs et lecteurs. A preuve de premier essai, le fait qu'en dehors des personnages des romans célèbres, comme Arthus, Morgue et Marsïon et des lieux enchantés comme Avalon, les noms cités dans la présente étude ne figurent pas ou si peu dans les romans25. La constatation s'impose donc : la geste de Rainouart, dans l'achèvement de son élaboration, ouvrait une voie nouvelle à l'imaginaire épique...

Notes

1 La Chanson de Guillaume, texte établi, traduit et annoté par F. SUARD, Paris, Bordas, 1991 ; Aliscans, p.p. Cl. RÉGNIER, (Classiques Fr. du M.-Age, 110-111), 2 vol., Paris, Champion, 1990 ; Aliscans, traduit en français moderne d'après l'édition de Claude RÉGNIER par B. GUIDOT et J. SUBRENAT, Champion, 1993 ; La Bataille Loquifer, ed. by M. BARNETT, Oxford, 1975 (Medium Aevum Monographs, New Series, VI) ; Le Moniage Rainouart I, p.p. G. BERTIN (SATF), 1973. Sigles usités : G2, A1, BL, MR1.

2 E. MÂLE, L'art religieux du xiiie siècle en France, Paris, Colin, 9e éd., 1958, pp. 27-62 ; V.-H. DEBIDOUR, Le bestiaire sculpté du Moyen Age en France, Paris, Arthaud, 1961 ; Bestiaires du Moyen Age, mis en français moderne et présentés par G. BIANCIOTTO, Paris, Stock Plus, 1980 ; Le monde animal et ses représentations au Moyen Age, xie-xve siècle (Actes du 15e Congrès de la Soc. des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur, 1984), Toulouse, Le Mirail, 1985. G. MINOIS, dans Histoire des enfers, Paris, Fayard, 1991, pp. 161-184, a mis en relief la "banalisation de l'enfer par la pastorale et les visions", entre le xie et le xiiie siècle.

3 Le Bestiaire divin de Guillaume le Clerc de Normandie (1210-1) trouve le singe laid et repoussant et ayant des rapports avec le Diable, tant il lui ressemble, dans Bestiaires du Moyen-Age, p. 102.

4 Grishart d'oltre l'Isle Perdue (v. 6674) combat Rainouart avec une hache (l. 148-9), sans plus. Il est le frère de Flohart et a une fille, Guinehart, horrible vieille bossue, qui mange de la chair humaine crue (v.6675-7).

5 P. ROUSSET : "Recherches sur l'émotivité à l'époque romane", dans Cahiers de Civilisation Médiévale, II, 1959, pp. 53-67.

6 Je renvoie à mon étude : "Guillaume et Rainouart sous l'habit monacal : une rencontre du spirituel et de l'humain", dans Burlesque et dérision dans les épopées de l'Occident médiéval (Congrès Rencesvals, section française, 1993), Annales littéraires de l'Université de Besançon n° 558 (Littéraires, 3,), Paris, Les Belles Lettres, 1995, pp. 93-110.

7 Servirai Dieu qui maint tot haut lasus, Car j'ai les dras et si les ai vestus ; il ne me faut que rere [raser] (v.250-2).

8 Il saut en mer et au nœr se prent (v. 4261).

9 Entre les fees fu .XIII. ans norris, par mer nooit come s'il en fust apris ; plus estoit noirs que poivre qu'est boulis (v. 5512-4).

10 Plus tost coroit contremont un larrin [lande], c'a plaine terre ne ferroit un roncin (v. 6097-8).

11 V. 6129-44, 6217-21, 6304, 6325, 6361-6, 6374-5.

12 Plus terrible que les machines-tours de l'époque, à usage collectif. Voir Ph. CONTAMINE, La guerre au Moyen Age, Paris, PUF, 4e éd., 1994, pp. 209-210.

13 On pense aux Pygmées avec leurs oreilles grandes comme des vans, au tympan du grand portail de Vézelay, cf. E. MÂLE, L'art religieux du xiie siècle en France, Paris, Colin, 6e éd., 1953, pp. 326-332. Voir Ch. LECOUTEUX, "Note sur Isabras (Bat. Loq. I), dans Romania CIII, 1982, pp. 83-87. "L'auteur n'a rien inventé, il connaît bien la tératologie de son temps... Les monstres qu'il met en scène sont créés de toute pièce à partir d'informations préexistantes, et tout son art consiste à les assembler pour le plaisir de ses auditeurs" (p. 87).

14 Les pierres dont sont construits les murs de la cité d'Avalon ont le même pouvoir de guérison (v. 3680-3).

15 Et dist son charme, molt tost sont defermé / trestuit li huis, et il est ans antré (v. 2563-4).

16 Il prist une herbe, ses ait si enchantés / et anbeüs et si anfantosmés, / a terre chiet chascons tos anversés : ne se meüssent por estre demanbrés (v. 4074-8).

17 G. BERTIN, éd. de BL, p. LIX.

18 Voir M. ROSSI, "Sur Picolet et Auberon dans la Bataille Loquifer", dans Marche romane (Mélanges J. Wathelet-Willem), Liège, 1978, pp. 569-591.

19 Ν. ANDRIEUX, "Arthur et Charlemagne réunis en Avalon : la Bataille Loquifer ou l'accomplissement d'une parole", dans Essor et fortune de la Chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin (IXe Congrès international de la Société Rencesvals, Padoue-Venise, 1982), Modena, 1984, II, pp. 425-434. "Contrairement aux chansons du cycle et à la plupart des autres chansons de geste, les éléments arthuriens n'occupent pas ici la place de simples mentions, mais font l'objet d'une séquence narrative entière" (pp. 430-1). L'auteur analyse la place de l'épisode d'Avalon dans les mss. de BL qui le contiennent et dans le cycle de Guillaume.

20 V. 3636-9, 3662-71, 3902-8.

21 Elles tentèrent en vain d'attirer Ulysse, dans L'Odyssée, éd. V. BÉRARD, Paris, Les Belles Lettres ; 1946, chant XII, v. 39-46 et XIII, v. 182-200.

22 Du v. 3997 au v. 4139, le poète se transporte à Loquiferne, pour raconter la captivité de Maillefer et comment, grâce à une herbe magique, Picolet l'a soustrait à ses ravisseurs.

23 Il faut attendre la seconde partie de MR pour que Maillefer soit retrouvé par son père.

24 F. SUARD, "La Bataille Loquifer et la pratique de l' intertextualité au début du xiiie siècle", dans VIII Congreso de la Société Rencesvals, Pamplona-Santiago de Compostela, 1978, Pamplona, 1981, pp. 497-503.

25 L.-F. FLUTRE, Table des noms propres...figurant dans les romans du Moyen Age..., Poitiers, 1962.

Auteur

Vannes

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540