Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Magie, enchantements, Autre Monde dans Jaufré1

Santiago López Martínez-Morás

Texte intégral

  • 1 Nous suivons l'édition de Lavaud, R.-R. Nelli, Les troubadours, t. I, Jaufré, Flamenca, Barlaam et (...)
  • 2 H. R. Jauss, "Le sens de l'aventure dans le roman de Jaufré" in Actes et mémoires du Ier Congrès In (...)

1Jaufré, roman occitan de 10 956 vers, est un des rares textes de la littérature arthurienne en langue d'oc. Les scènes de magie et de diablerie, parfois dotées d'un remarquable caractère fantastique, fréquentes dans les textes de la littérature arthurienne, ne sont pas absentes de ce roman méridional. En fait, on dirait qu'elles sont délibérément placées au sein du récit pour marquer les points essentiels dans l'évolution du héros. Mais le premier épisode, celui de l'enlèvement du roi par une bête cornue, qui semble conditionner, selon certains critiques, la conception entière de l'aventure dans le texte2, n'a pas le même sens que les autres. Jaufré commence réellement par ce combat engagé par le roi Arthur, sorti de son château en quête d'aventure, et prêt à secourir une demoiselle qui pleure dans la forêt. Il n'est pas question d'un chevalier mystérieux, puisque l'ennemi n'est pas humain : il s'agit d'une bête qui dévore le blé de la pucelle, mais qui ne semble pas attaquer directement les hommes, restant insensible aux coups d'épée du roi. La description du monstre présente une créature à l'apparence terrifiante, mais pacifique dans son comportement :

E.l reis es se meravilatz
Qan la vi, pueis es se seinatz,
Ε ve-l vos a pe descendut,
Pueis met davan son pieis l'escut
Ε trac la espasa mantenen.
Ε la bestia no fes parven
Qe-l vis, ni anc no si crollet,
Ans tenc lo cap cli e manjet
A majors goladas qe trueja
Del blat qe fo e la tremueja. (vv. 2237-46)

  • 3 Le narrateur semble décrire une bête douée d'intelligence, ce qui la met à l'écart d'une nature sim (...)
  • 4 Cet épisode burlesque n'implique pas une volonté délibérée de dégrader Gauvain dans le récit. Il es (...)
  • 5 M.-L. Chênerie (Le chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, G (...)

2Ce motif semble complètement dépourvu de la peur que provoquent généralement les apparitions fantastiques de ce genre. Les premières attaques du roi restent sans effet, et Arthur décide de garder les armes et de combattre avec les mains. Tout à coup, le roi, accroché aux cornes de la bête, est entraîné au cœur de la forêt3. Gauvain essaie de libérer le roi en attaquant le monstre, mais Arthur lui-même indique que la seule possibilité d'avoir la vie sauve est de renoncer au combat et de la laisser faire. La suite de l'aventure est humiliante pour l'ensemble des chevaliers, puisque tous les membres de la cour se déshabillent pour amortir avec leurs vêtements la chute du souverain. Désarmés par l'ordre du roi et par l'impossibilité de combattre directement une bête capable d'amener le roi vers le haut d'un rocher, cette nudité générale aurait un sens qui va au-delà de son image littérale4, concernant l'état de faiblesse dans lequel se trouve Carduel devant une attaque extérieure d'apparence surnaturelle. Mais quand tout semble perdu, une métamorphose rassurante se produit : la bête devient un chevalier, appartenant à la cour du roi, et connaisseur de l'art magique. La métamorphose et ses conséquences tireraient leur origine d'une discussion avec le roi5 :

Ε a ab lo rei covinen
Qe, can fa ajustar sa gen,
Per so qe tenga cort ni festa
Ni degra coronar sa testa,
Qe, s'el se pot far desemblar,
una copa d'aur li deu dar
Ε un caval tot lο melor
de sa cort, e lla belazor
Piusela q'el y triara,
Davan totz el la baizara. (vv. 449-54)

  • 6 Gómez Redondo, éd. cit., p. 62, n. 48.

3Cette fois la métamorphose, et l'explication qui suit, éliminent le soupçon autour de l'existence d'une nature fantastique. La magie, loin de représenter une aventure étrangère à la cour arthurienne, ayant une origine diabolique, semble plutôt limitée à faire l'objet d'un divertissement pour les princes. En outre, ce magicien n'est pas un enchanteur au sens propre du terme : le narrateur le décrit en termes très courtois, sa condition de chevalier n'étant nullement négligée (vv. 423-25). Il ne s'agit pas d'un nouveau Merlin, et la condition chevaleresque de ce magicien met en évidence que le pouvoir royal est toujours soutenu à l'intérieur du royaume par la soumission générale de toute la cour : les traces de la merveille sont intégrées dans l'univers institutionnel. Mais ce premier signe de violence ne semble pas gratuit : il prouve la situation de faiblesse de la cour arthurienne, et renforce d'emblée les fonctions du magicien face au pouvoir d'un souverain couvert de ridicule par un de ses propres sujets6. Cette bête, dotée de cornes de taureau, présage donc les malheurs à venir d'une cour royale qui a perdu le prestige de la chevalerie et d'un roi qui n'est plus celui qu'il était.

4Cette décadence est immédiatement visible. Taulat de Rougemont, vraie menace extérieure à la cour arthurienne, tue un chevalier, sans que les autres membres de la Table Ronde n'osent l'affronter (vv. 577-93). Seul un nouveau venu, Jaufré, veut le poursuivre, et par là, remplir la fonction accordée habituellement dans les romans arthuriens aux nouveaux chevaliers.

  • 7 Cf. A. Limentani, "Due studî di narrativa provenzale. (Flamenca e Jaufré). II : Il problema del'umo (...)

5Mais Jaufré, ce jeune chevalier, assiste aussi au déploiement de la magie au cours d'épisodes qui accordent à l'inexplicable une tournure fantastique. Après les aventures d'Estout de Verfeuil (vv. 714-1331), du chevalier de la blanche lance (vv. 1332-1657) et du sergent (vv. 1658-2180), au cours desquelles Jaufré bat ses ennemis anticourtois, et se livre à une violence apparemment dépourvue de sens, il rencontre des lépreux qui gardent des enfants et une demoiselle dans une maison à l'intérieur de la forêt. Du point de vue structural, cet épisode est placé à la fin d'une première étape de l'évolution chevaleresque du héros, après avoir battu ces premiers ennemis, qui représentaient divers degrés de perversion de la chevalerie7. Ces adversaires étaient dépourvus d'une description monstrueuse et repoussante, signe diabolique sans équivoque, mais la difformité physique et la dégradation morale, absente des épisodes où ceux-ci sont présentés, se font voir lors de l'apparition des lépreux. Rappelons les faits : Jaufré rencontre un écuyer qui déchire ses vêtements, et conseille au héros de quitter tout de suite la forêt. Le sang coule sur le visage de cet homme terrifié. Quelqu'un a provoqué la mort de son seigneur, et l'enlèvement d'une demoiselle, fille d'un comte de Normandie. Ensuite, un lépreux avec un enfant arrive en toute hâte, et une femme demande du secours parce que le lépreux enlève son fils (vv. 2251-62). Jaufré entre dans une maison, dont le narrateur dit qu'elle était belle et grande (v. 2297), à la poursuite du lépreux. À l'intérieur, il trouve un autre lépreux gigantesque, différent de celui qu'il poursuivait. Ce lépreux, qui reste couché, est accompagné d'une demoiselle, très belle, qui pleure.

  • 8 Pour cette maladie et ses symptômes dans la littérature, avec des références à notre roman, vid. P. (...)

6Le lépreux se met debout, et le narrateur décrit toute l'horreur de la maladie, qui nous introduit d'ailleurs dans un univers d'épouvante et de violence8. Le lépreux prend une massue et frappe le sol, en essayant d'atteindre Jaufré : toute la maison frémit. La demoiselle prie, et le héros essaie d'éviter le second coup de son adversaire, fait jaillir le sang du lépreux, et réussit à lui couper le bras droit (vv. 2401-05). Malgré ces sérieuses blessures, le combat continue : Jaufré reçoit un coup qui lui provoque la perte de sang. Comme représailles, le lépreux aura la jambe coupée. Mais un coup de pied de ce malade monstrueux provoque un évanouissement du chevalier, qui, dans la confusion, s'attaque aussi à la demoiselle, convaincu de continuer le combat contre son adversaire (vv. 2461-.69)

7Qu'on nous excuse cette description de l'extrême violence et de la cruauté de la lutte dans la maison, qui semble néanmoins annoncer une violence d'origine surnaturelle dans la même enceinte. Pour l'instant, seules les connotations péjoratives et diaboliques traditionnellement attribuées à la maladie, et le cadre où se produit ce dernier combat, peuvent nous faire penser à un changement dans l'évolution du héros : c'est la première fois que le chevalier engage un combat dans un espace fermé, devenu un espace chaotique par les conséquences de ce combat. Mais cette aventure aura une seconde partie : après la mort du géant malade, Jaufré continue la quête du lépreux qu'il poursuivait, condition essentielle pour augmenter son prestige de chevalier. Et c'est ainsi que, peu à peu, la maison, espace fermé absent des aventures précédentes, devient le lieu central et hanté de la présence magique. Le héros ne trouve pas ce deuxième lépreux à l'intérieur de la maison, et il veut sortir pour le chercher à l'extérieur, mais une étrange force l'empêche de franchir le seuil de la maison (vv. 2519-64). Aucune réponse logique ne peut expliquer cette anomalie, et la présence d'un encantamen, averti d'ailleurs par le héros (v. 2548), ajoute un élément terrifiant à cet espace habité par des exclus.

  • 9 Voir sur le sujet, P. Rémy, "Plainte sur la déchéance des moeurs dans Jaufré et Flamenca" in Romani (...)

8L'exercice de la violence, méthode employée pour se débarrasser du géant lépreux, est ici inutile : tous les efforts du héros ne lui permettent pas de sortir. Les mots rassurants du narrateur, délibérément impliqué dans son propre récit pour l'amour du roi d'Aragon9, remplacent momentanément le déchiffrement du mystère. Mais la situation fantastique n'aura pas une longue durée. La maison redevient ensuite lieu de quête : des cris d'enfants se font entendre, et Jaufré renverse une porte qui cache le deuxième lépreux et plusieurs petits enfants (vv. 2674-82). Celui-ci en a déjà tué huit, mais il en reste encore une vingtaine avec lui. On sait le sens de ce carnage : la lèpre pouvait, selon les croyances du temps, être enrayée par un bain dans le sang d'enfants.

9Ce deuxième lépreux, craignant pour sa vie, déclare connaître le moyen de se libérer de l'enchantement et veut offrir les explications nécessaires. Ce lépreux aura donc la vie sauve s'il décèle le moyen de sortir. Il paraît néanmoins que la solution passe par une dernière épreuve :

  • 10 Le lépreux spécifie que tout acte d'hostilité commis à l'intérieur de la maison déclencherait le ch (...)

-Seiner>>, dis el, <<si m'ajut Fes,
Aqel qe l'encantamen fes,
L'establi d'aqesta faisun
Qe totz om q'en esta maisun,
Intres, qe en sai forfezes,
Remaner, l'avenía pres
Tro qe mo seiner l'en trusía.
Qe malamen lu destrenía,
Mais sus en aquela paret,
A una testa de tozet
Enclausa en una fenestra,
Ε vos prendes aqela testa
Ε rumpetz la demantenen,
Ε ira ss'en l'encantamen.
Mais be-us es ops sitaz garnitz,
Qe malamen seretz feritz.
Tota esta maisun caira,
Ab l'encantamen fenira. (vv. 2739-56)10

10L'explication du deuxième lépreux donne un sens à la narration un peu étendue que le texte nous offre du combat entre le géant lépreux et Jaufré. Nous apprenons, en même temps, que la magie, placée cette fois du côté du mal, n'est pas une force autonome dans cet épisode. L'agent constructeur de l'enchantement avait l'intention délibérée de mettre sa science maléfique au service des activités prédatrices du malade monstrueux. Cet enchantement était destiné à rendre plus facile la torture. La magie n'a pas de valeur en elle-même, elle semble subordonnée à une coutume de cruauté, et ce n'est qu'après la mort du géant qu'elle reçoit de nouvelles valeurs, même au niveau narratif, du moment que cet épisode est essentiel pour changer l'évolution de Jaufré. Néanmoins, la solution offerte par ce deuxième malade ne résout pas les aspects les plus importants de la merveille : aucun moyen de rompre l'enchantement par un sortilège n'est prévu. Seule la rupture physique de la tête, qui semble gouverner le processus, peut assurer les possibilités de se tirer d'affaire avec succès, ce qui justifie l'emploi d'une violence jusque-là capricieuse.

  • 11 D. Kelly, "Exaggeration, abrupt Conversion, and the Uses of Description in Jaufre and Flamenca", St (...)

11En effet, Jaufré brise la tête qui contrôle l'enchantement, et l'apocalypse se déclenche11 :

E la testa saïl sus e crida,
E silba e mena tormen,
E par qe tug li elemen
E-l cel e la terra s'ajusta,
E no-i reman peira ni fusta
Qe l'us ab l'autre no-s combata,
E qe sobre Jaufre no bata
E nu-l feira de tal mesura
Qe grans feresa er s'o dura (vv. 2778-86).

  • 12 Néanmoins, Ph. Ménard voit la présence d'un diable à l'intérieur de cette tète : "Faut-il croire qu (...)

12La tête n'est pas une tête de mort, mais une tête grande et belle. Elle ne manifeste aucun signe de vie, sauf quand elle se met à crier pour déclencher la destruction. Les signes de l'inquiétant et du diabolique se multiplient : le chaos déclenché rappelle beaucoup la fureur maintes fois manifestée par les foules de diables, et le narrateur affirme que Jaufré aurait été emporté par ce chaos s'il n'avait pas invoqué le nom de Dieu. Nous sommes très loin des pacifiques manifestations du magicien d'Arthur. Mais à vrai dire, aucune preuve de diablerie n'est mentionnée. Le fantastique disparaît du moment où le mystère est contrôlé dans un discours rationnel, mais le créateur, le magicien, reste dans l'anonymat12.

  • 13 S. Fleischman, "Jaufré" or chivalry Askew : social Overtones of Parody in arthurian Romances" in Vi (...)
  • 14 C. Pizarro Bedoya, "Jaufré : lectura del episodio de los leprosos" in E. Fidalgo-P. Lorenzo (éds), (...)

13Cette aventure change quelques aspects dans l'évolution du héros. En fait, Jaufré lui-même avoue que cet enchantement l'empêche de continuer avec ses aventures13. Cherchons la senefiance de cet épisode. Les aventures du héros ont un sens précis, combattre les chevaliers sans qualités courtoises. Mais l'épisode des lépreux, dont la maladie n'est pas dépourvue de connotations sexuelles péjoratives, marque par leur défaite une orientation différente dans les aventures de Jaufré, qui par la suite va connaître l'amour à Monbrun, le fief de Brunissen. Cette deuxième présence du magique et ses effets dévastateurs seraient donc une épreuve nécessaire et symbolique de purification sentimentale et spirituelle avant d'engager une aventure d'une tonalité différente14.

14Nous sommes obligés de laisser de côté l'aventure de Brunissen, qui ne contient aucun élément magique. Il suffira de rappeler que le héros, condamné à mort et aimé de la demoiselle en même temps, connaît la coutume du pays : toute la population se met à crier plusieurs fois par jour, sans aucune raison apparente, et veut tuer quiconque demande la raison d'un tel comportement (vv. 3017-4167). Jaufré réussit à s'échapper du fief et continue la quête de Taulat de Rougemont. Plusieurs péripéties découvrent finalement le problème essentiel de la coutume : le noble de Monbrun, seigneur de ceux qui criaient, est le prisonnier de Taulat, mais Jaufré ne peut le libérer immédiatement.

15Un délai de huit jours lui est imposé pour combattre Taulat, absent de son château. Évidemment, Jaufré ne peut demeurer dans le château de son ennemi, et cherche un refuge dans une forêt voisine. Une vieille à l'aspect repoussant le prévient des périls qui l'attendent s'il ose pénétrer dans la forêt (vv. 5190-5265). L'avertissement est renforcé par la description du corps horrible de la vieille, que le narrateur fait en des termes qui la rapprochent du lépreux, mais le terme sorcière n'est mentionné nulle part. Les noms qui désignent les natures proches du démoniaque ne semblent pas mentionnés dans la narration. Cette étrange rencontre, la laideur repoussante de la vieille, le mystère de sa menace, font penser à une frontière implicite, marquée par ce nouvel espace, où le héros devra encore affronter des manifestations épouvantables de l'inconnu.

16Jaufré arrive près d'un ermitage consacré à la Sainte Trinité. La protection contre la magie ou les diables semble ainsi assurée, mais, tout à coup, Jaufré est attaqué par un chevalier noir, qui le frappe furieusement et le renverse du cheval. Le héros se relève et frappe à son tour, mais son adversaire disparaît à chaque coup, pour revenir sain et sauf, sans la moindre trace de blessures, chaque fois que Jaufré essaie de remonter à cheval :

Ε Jaufré es l'anatz ferir
Sus el muscle per mal talen,
Qe tota l'espalla'n deisen
Ε de l'escut l'una meitat,
Mas fort a petit enansat,
Car sempre fo sanat e fres,
Qe diserat qe ren non es,
Ni no par qe l'aja tocat (vv. 5376-83).

  • 15 À la vue de ce phénomène sans explication, Jaufré identifie très vite cette présence : <<-Santa Mar (...)

17Cette merveille se reproduit pendant toute la journée, sans qu'il existe aucune explication au phénomène15. On dirait illusion, imagination et mensonge, mais les coups portés par cette étrange présence sont bien réels ! Le combat continue tout le temps sans variation. Aucun des deux combattants ne peut l'emporter sur l'autre. Le chevalier noir semble rester dans la forêt pour empêcher Jaufré d'avancer, mais il ne peut, lui, battre le héros. La solution, au niveau de l'action, et aussi au niveau de l'explication nécessaire quant à ces événements, provient de l'ermite, qui ne semble pas partager l'épouvante du héros : il se présente sur le champ de bataille parce que le bruit du combat, prolongé pendant toute la journée, l'empêche de dormir (vv. 5420-23). Muni de l'eau bénite, de la croix, de plusieurs hosties, et chantant des psaumes, il réussit à repousser sans problèmes l'attaque du chevalier noir, qui prend la fuite (vv. 5424-35). L'usage de ces instruments du rite chrétien dénonce la nature de cette présence, son histoire étant racontée en détail par l'homme saint à la demande du héros : le chevalier est un diable qui protège le passage dans la forêt :

-« Amix, e-us ο dirai breumen »,
Dis lo bon om, « mais no saubres
Can vos ο aurai dit, qui es,
Car el no es jes cavalers,
Ans es lo majer aversers
Q'en infern abite ni sía ;
Ε fes lo-i am nigromansia
Venir la maire d'un jaian,
Una veila esquiva e gran,
Magra, seca e ruada,
No sai si la-us avetz trobada. (vv. 5474-84)

18Dans cette deuxième rencontre avec une force surnaturelle, le héros est toujours victime d'une violence extrême qu'il n'est capable ni de vaincre ni de contrôler dans sa fureur. Mais les deux motifs, la tête de la maison et la présence diabolique semblent être en quelque sorte complémentaires : tandis que dans le premier cas la nature du prodige restait toujours inconnue et le chevalier pouvait cependant déclencher sa force selon sa volonté, ici la condition diabolique est clairement perçue dès le début, mais c'est un autre personnage qui remporte la victoire, et qui n'est pas concerné par le don diabolique de l'invisibilité. Mais l'ermite affirme que Jaufré n'aurait jamais été capable de se débarrasser de ce diable s'il n'intervenait pas :

Per nulla res qe el mun sía
Nun pot passar om natz de maire,
Ni vos non ο fieratz, bel fraire,
De.m. ans, s'ieu no sa-us ages
Ab las armas Jhesu Christ mes,
Car nulla ren no-s pot defender
Vas aqelas, ni ren contendre. (vv. 5514-20)

  • 16 Nous empruntons ce terme à l'œuvre de Fr. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative (...)
  • 17 Chênerie parle d'irritation, et non d'épouvante, du héros : "Jaufre, aussi brave que le Perceval de (...)

19Le récit de l'ermite continue, et décèle plusieurs aspects qui restaient cachés. L'explication de cet épisode surnaturel se trouve dans l'Autrefois16 : le temps du passé, d'un passé effroyable, justifie ces dernières aventures du chevalier. La vieille était mariée avec un géant, qui avait provoqué un espace gaste autour de lui, si bien que toute la population de la contrée fut forcée de chercher un abri ailleurs (vv. 5487-99). Un jour, ce géant, parti de sa demeure, fut blessé, et revint moribond. La vieille convoqua le diable pour remplacer son mari et assurer la protection de ses deux enfants, dont l'un devint lépreux, habita une maison construite par sa mère par enchantement, et fut finalement tué par un chevalier inconnu, c'est-à-dire Jaufré (vv. 5539-55)17. La vérité de cette invocation démoniaque est plus forte dans la mesure où elle est évoquée par un homme saint, qui constate la vérité des faits, mais en même temps, confirme sa capacité de répondre au pouvoir maléfique. Le fantastique est réduit par l'explication de l'ermite. Mais la vieille ne semble pas utiliser la magie habituellement, mais seulement comme moyen de se protéger elle et ses enfants.

20Cette explication replace l'origine de la maison enchantée dans les coordonnées de l'histoire, et concentre les aventures surnaturelles du chevalier sous l'influence d'un seul agent, la vieille, qui fait du monde infernal un espace soumis à son pouvoir. Ce personnage intervient donc dans le récit dans un contexte semblable au magicien de la cour arthurienne, mais la merveille est ici placée du côté négatif du surnaturel, devant lequel Jaufré ne peut rien faire. L'auteur prétend le rétablissement des principes chevaleresques, mais au prix de laisser le chevalier sans protection devant ces manifestations de la merveille.

  • 18 On devine le caractère diabolique de cet adversaire par la présence de la couleur noire. Chênerie, (...)
  • 19 A. Tukey Harrison, "Arthurian women in Jaufré" in Studia occitanica in memoriam P. Rémy, t. II, p. (...)

21Ce diable, invoqué par enchantement, par magie, tient le passage depuis plus de vingt ans (v. 5534). La disparition du diable grâce aux armes de l'ermite n'implique ni sa défaite, ni sa victoire sur Jaufré, et ne garantit pas la fin de la diablerie18 : l'issue du combat contre le démon n'est que provisoire. La visite des créatures infernales est, en réalité, un cycle temporel. Mais ce cycle de l'épouvante surnaturelle est éliminé, non par le recours à un rite magique de signe contraire, mais par la récupération des principes chevaleresques. Le péril que ce diable représente sera résolu à la fin du roman grâce à un acte de pitié envers la vieille qui l'avait invoqué pour sa défense. Jaufré acceptera de protéger la mère du lépreux, jadis dame de haute naissance, mais vouée vers le mal, à condition d'envoyer en enfer la présence surnaturelle, qu'il n'a d'ailleurs plus retrouvée19 :

« Ie-us coman fassas tant per me,
Si voletz esser affisada
(...)
Que ostes del pas l'encombrier,
Que nun puasca negun mal far
A home qu'en vula passar,
E que puscon seguramenz
Venir en lur terra las gens
Que an tant estat eissilatz
E tan lonx tems deseretatz.
E per ο ieu far vos ai tan
Que totas las gens vos tenran
per dona, aitan con vïures>>. (vv. 10754-64)

  • 20 Nous laissons délibérément de côté le combat contre le géant, frère du lépreux, épisode développé a (...)

22On conviendra que, quelle que soit l'intention du narrateur dans les moments du récit où intervient une présence magique, la solution au problème posé ne vient jamais de la part du héros, toujours conditionné dans son comportement par la tonalité de l'aventure. Le combat impossible contre le démon précède le combat le plus important du roman, contre Taulat de Rougemont, décrit d'ailleurs dans quelques vers20. Dans les deux cas que nous avons analysés, la violence surnaturelle, que le héros est incapable de vaincre réellement, est cependant en rapport direct avec les deux aspects de sa personnalité, l'amour et la chevalerie, au point de devenir la condition essentielle préalable aux aventures qui présentent ces deux aspects. En effet, la victoire contre Taulat de Rougemont met fin à la coutume du cri, et rétablit la paix dans le fief de Brunissen, qui accepte de l'épouser.

  • 21 Chênerie, op. cit., p. 173. Cf. Gómez Redondo, éd. cit., p. 256.
  • 22 W. Calin "Vers une nouvelle lecture de Jaufré" in Marche Romane, 33, 1983, p. 42-3, propose une res (...)

23On ne s'étonnera pas de penser qu'après les épisodes des lépreux et du démon, et après la conquête de l'amour de Brunissen et de la victoire sur Taulat de Rougemont l'histoire semble déjà terminé. Jaufré, accompagné de Brunissen, de Mélian -le chevalier torturé- et de Taulat prisonnier, ainsi que de plusieurs dames et chevaliers, entend les cris d'une demoiselle qui demande secours : une dame va se noyer dans une fontaine. Jaufré essaie de l'aider, mais la servante le pousse et tous les trois se retrouvent dans l'eau. A travers la fontaine, "frontière enchantée entre deux mondes"21, ils arrivent à un royaume, Gibel, qui appartient à la dame qui se noyait. Mais dans ce territoire de l'Autre Monde, rien ne dénonce une existence surnaturelle : la dame s'est emparée de Jaufré pour qu'il défende le territoire de l'attaque de Félon d'Auberue. On dirait une suite des aventures : Félon reproduit le caractère peu courtois des précédents adversaires de Jaufré. D'ailleurs, nous ne voyons aucun signe d'empreinte fantastique ou diabolique : un prêtre de ce royaume chante la messe du Saint-Esprit à la demande du héros après la victoire (vv. 8843-50). La défaite de Félon n'est pas suivie de l'histoire amoureuse de la fée et du chevalier, conséquence logique dans beaucoup de textes du genre : cette fois, l'épisode de la dame de Gibel n'implique pas une aventure amoureuse, puisque ce sentiment, incarné par Brunissen, fait déjà partie de la condition chevaleresque du héros22.

  • 23 E. Baumgartner, "Le défi du chevalier rouge dans Perceval et dans Jaufré" in Le Moyen Age. 83, 1977 (...)
  • 24 Cependant Jauss, (art. cit., p. 35), à propos de cette deuxième manifestation du magicien parle d'u (...)

24Jaufré revient auprès de ses compagnons, et, sans d'autres incidents, tous rentrent à Carduel. La fin de cet itinéraire chevaleresque devrait terminer en toute logique le récit, mais un événement se produit qui empêche la fin heureuse de l'aventure. La réintégration de tous ces personnages dans l'univers arthurien et la défaite de l'adversaire devraient, en bonne logique, nous présenter une situation idéale. Mais contrairement à ce que nous attendons, l'épisode de la bête qui enlève Arthur, qui avait causé tant de problèmes à Carduel au début du roman, est répété ici. Néanmoins, le motif n'est pas reproduit dans tous les détails, puisque plusieurs différences inquiétantes sont perceptibles entre les deux occurrences de l'épisode23. Dans l'apparition de la première bête, celle-ci essayait de dévorer le blé d'une demoiselle, et n'attaquait pas le roi, malgré les coups que ce dernier lui assénait. Ici, l'oiseau est plus cruel, et dès le début il est désigné comme une bête violente, capable de désarmer le roi et de l'emporter dans les airs, indifférente au piège tendu par un noble qui veut l'attirer par l'abattage de plusieurs bœufs (vv. 9958-79)24. Pendant tout l'épisode, Jaufré, comme Gauvain au début du roman, ne peut libérer son seigneur : il est, comme avant, incapable de l'emporter sur un adversaire d'origine surnaturelle. Nous pouvons facilement déceler la senefiance de ce passage : les prouesses de Jaufré ne rétablissent ni la gloire ni le prestige perdus dans le royaume arthurien. Mais cette cruauté et cette violence ne provoquent plus la crainte du lecteur, puisque la ressemblance avec le premier épisode devient trop évidente, au point que l'on peut deviner l'issue de cette dernière aventure. Déposé par l'oiseau dans un château, Arthur assiste à une nouvelle métamorphose : le chevalier enchanteur a répété l'épisode des premiers chapitres, mais comme avant, il se soumet volontairement au pouvoir royal (vv. 10015-29).

  • 25 Au point qu'il fait élaborer d'autres robes pour remplacer celles qui ont été sacrifiées pour lui ( (...)
  • 26 L. Harf-Lancner (Les Fées au Moyen Age, Paris, Champion, 1984, p. 269 et id. n. 20), pense qu'elle (...)

25En effet, c'est à ce moment que nous voyons que l'autorité d'Arthur est rétablie25, au point de décider, parmi d'autres affaires, la solution du conflit entre la dame de Gibel et Félon d'Auberue !26 Mais cela n'implique pas la fin des aventures du héros : sa personnalité, on l'a vu, est incomplète : il répète les erreurs des chevaliers arthuriens et ne peut garantir la stabilité du royaume. C'est pourquoi après le départ de Jaufré, la dame de Gibel réapparaît près de la fontaine, accompagnée d'une foule de dames et de chevaliers. Paradoxalement, cette fois Jaufré, toujours incapable de combattre les adversaires fantastiques, met en garde tous ses compagnons, désigne sans hésiter le péril d'un nouvel enchantement -rappelons que la condition surnaturelle de la dame demeure toujours secrète- et fait armer Mélian et toute sa troupe, pour éviter d'être trompé à nouveau (vv. 10360-68). Aucun combat ne se produit : la suite de la dame se met à servir Jaufré et ses compagnons. Elle découvre de son propre chef sa condition surnaturelle, et accorde à Brunissen, à Mélian et à Jaufré plusieurs dons, qui accentuent leur personnalité courtoise. Jaufré obtient une tente merveilleuse et la possibilité de combattre avec succès tous les animaux qu'il trouvera sur son chemin : souvenir évident de son échec dans l'aventure de l'oiseau magique. Pour ce faire, il lui suffirait d'exprimer sa volonté (vv. 10533-64).

26On comprend cette dernière intervention de la fée. Les deux personnages négatifs pour le royaume et pour le héros, par l'intermédiaire d'une intervention dédoublée dans les deux cas, pouvaient limiter le cadre des aventures et l'évolution de Carduel et de Jaufré. La sorcière est réintégrée, mais le magicien, par le biais d'une dernière présence surnaturelle, met en évidence la faiblesse de la personnalité incomplète du héros. La perfection de celui-ci arrive non pas par ses mérites, mais par l'apparition d'une troisième force surnaturelle, de nature merveilleuse et bénéfique, qui dénonce, par sa présence et ses dons, les lacunes d'une personnalité jusque-là inachevée.

Notes

1 Nous suivons l'édition de Lavaud, R.-R. Nelli, Les troubadours, t. I, Jaufré, Flamenca, Barlaam et Josaphat, Paris, Desclée de Bouwer. 1960, et celle de Cl. Brunei, (Jaufré, roman arthurien en vers provençaux, Paris, SATF, 1943). Trad, en français moderne par M. Zink dans Régnier-Bohler, D. (dir.), La légende arthurienne, Paris, Laffont, 1989, pp. 841-922. Nous avons utilisé aussi la traduction espagnole de ce texte : F. Gómez Redondo (trad.), Jaufré, Madrid, Gredos, 1996.

2 H. R. Jauss, "Le sens de l'aventure dans le roman de Jaufré" in Actes et mémoires du Ier Congrès International de langue et littérature du Midi de la France, Avignon, Palais de Roure, 1957, p. 35.

3 Le narrateur semble décrire une bête douée d'intelligence, ce qui la met à l'écart d'une nature simplement monstrueuse : Ε can la bèstia so senti/Qe ben es pres, leva d'aqui/E-l reis istet als corns pendutz. (vv. 269-71).

4 Cet épisode burlesque n'implique pas une volonté délibérée de dégrader Gauvain dans le récit. Il est désigné à plusieurs reprises comme le meilleur chevalier de la cour arthurienne. Vid. K. Busby, "Moseiner Galvain l'astrucz" (Jaufré, v. 488) : le portrait de Gauvain d'après le roman de Jaufré et quelques troubadours de l'époque" in Keller. H.-E. (éd.). Studia occitanica in memoriam Paul Rémy, t. II : The Narrative-Philology, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 1986, p. 7.

5 M.-L. Chênerie (Le chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1986, p. 87-88) pense à une critique à la royauté magico-religieuse.

6 Gómez Redondo, éd. cit., p. 62, n. 48.

7 Cf. A. Limentani, "Due studî di narrativa provenzale. (Flamenca e Jaufré). II : Il problema del'umorismo nel Jaufré e una contraffazione del Perceval", in Istituto Veneto de Scienze, Lettere ed Arti, 121, 1962-63, p. 105 : "quell'episodio (des lépreux) trae la sua energia anche dal fatto che esso rappresenta un culmine nella sequenza in crescendo di incontri-scontri del protagonista con una serie di individui maligni."

8 Pour cette maladie et ses symptômes dans la littérature, avec des références à notre roman, vid. P. Rémy, "La lèpre, thème littéraire au Moyen Age. Commentaire d'un passage du roman provençal de Jaufré" in Le Moyen Age, 53, 1946, pp. 195-242.

9 Voir sur le sujet, P. Rémy, "Plainte sur la déchéance des moeurs dans Jaufré et Flamenca" in Romanica Gandensia, 16, 1976, pp. 175-93.

10 Le lépreux spécifie que tout acte d'hostilité commis à l'intérieur de la maison déclencherait le chaos et la destruction, mais ce principe n'est pas appliqué dans le cas des assassinats commis par le lépreux : l'épisode semble simplement limité à contrôler les mouvements du héros.

11 D. Kelly, "Exaggeration, abrupt Conversion, and the Uses of Description in Jaufre and Flamenca", Studia Occitanica in memoriam Paul Rémy, t. II, p. 111 : "The violent combat and death of the leper -the total violence of the scene- implies the fitting destruction of all that evokes feresa in the leper's domicile."

12 Néanmoins, Ph. Ménard voit la présence d'un diable à l'intérieur de cette tète : "Faut-il croire que derrière cette tête séduisante se cache un diable ? Ce n'est pas impossible. L'agitation frénétique qui s'empare d'elle, lorsque l'enchantement est brisé, montre qu'elle possède à la fois une certaine vie et une indéniable rage" ("La tête maléfique dans la littérature médiévale, étude d'une croyance magique" in Davies, P.-A. J. Kennedy, (éds.), Rewards and punishments in the Arthurian romances and lyric poetry of medieval France. Essays presented to K. Varty on the occasion of his sixtieth birthday, Cambridge, Brewer, 1987, p. 97.

13 S. Fleischman, "Jaufré" or chivalry Askew : social Overtones of Parody in arthurian Romances" in Viator, 12, 1981, p. 112.

14 C. Pizarro Bedoya, "Jaufré : lectura del episodio de los leprosos" in E. Fidalgo-P. Lorenzo (éds), Estudios galegos en Homenaxe ó profesor Giuseppe Tavani, Santiago de Compostela, Inst. Ramón Piñeiro, 1994, p. 187-88. Vid. aussi Limentani, art. cit., p. 105 : "L'episodio dei lebbrosi è il sesto del romanzo : quello che segue, forse il più vario e riccodi temi, si stacca nettamente da esso, ma lo stacco ha una sua preziosa funzione, dandosi reciprocamente maggiro rilievo il carattere idillico e amoroso del secondo e quello sinistra e fosco dello scontro col <<mezel>>."
En fait, la transition entre l'épisode des lépreux et celui de Brunissen est marquée par d'autres éléments qui font penser à un changement délibéré de la tonalité du récit, même à l'existence d'un deuxième auteur. Les faits d'armes, présents jusqu'à ce moment, semblent en partie oubliés (cf. Jauss, art. cit. p. 38), et le narrateur se livre à une réflexion sur la corruption du temps présent.

15 À la vue de ce phénomène sans explication, Jaufré identifie très vite cette présence : <<-Santa María ! on es anatz/Aqest dïable, aqest malfatz ?>> (vv. 5337-8).

16 Nous empruntons ce terme à l'œuvre de Fr. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale, Paris. Champion, 1991.

17 Chênerie parle d'irritation, et non d'épouvante, du héros : "Jaufre, aussi brave que le Perceval de Chrétien, n'éprouve que de l'étonnement et de l'irritation à voir son adversaire disparaître dès que lui-même est démonté, et réapparaître quand il réenfourche son cheval" (op. cit., p. 666).

18 On devine le caractère diabolique de cet adversaire par la présence de la couleur noire. Chênerie, op. cit., p. 665. Jaufré ne sera jamais capable de vaincre le diable : peu avant son départ, il demande à l'ermite la façon de battre son adversaire : Tan sejornet aqui Jaufres / Tro que. viii. jorn ne sun passat, /E al. viii. en pren comïat / de son oste, mas tota vía / L'a demandat qe s'i-l venía / L'enemic, con poiría far / Qe s'en poría desliurar. (vv. 5640-46).

19 A. Tukey Harrison, "Arthurian women in Jaufré" in Studia occitanica in memoriam P. Rémy, t. II, p. 68-9 : "The witch cries mercy, reminding Jaufre that she has lost both sons ; she begs to be neither disinherited nor put to death. Jaufre reminds her of her association with the Devil Knigth and then calmly asks her to do no more magic on the road, thereby allowing all citizens free passage, in exchange for which he will provide for her, making her as a dona as long as she shall live."

20 Nous laissons délibérément de côté le combat contre le géant, frère du lépreux, épisode développé au long des vers 5661-840. Nous croyons qu'il s'agit d'un complément nécessaire de l'aventure du lépreux et de la vieille. Le héros élimine toute la descendance monstrueuse.

21 Chênerie, op. cit., p. 173. Cf. Gómez Redondo, éd. cit., p. 256.

22 W. Calin "Vers une nouvelle lecture de Jaufré" in Marche Romane, 33, 1983, p. 42-3, propose une ressemblance de Brunissen avec la fée de Gibel.

23 E. Baumgartner, "Le défi du chevalier rouge dans Perceval et dans Jaufré" in Le Moyen Age. 83, 1977, p. 243, n. 12. A. T. Harrison, art. cit., p. 69.

24 Cependant Jauss, (art. cit., p. 35), à propos de cette deuxième manifestation du magicien parle d'une "faible imitation" de la première.

25 Au point qu'il fait élaborer d'autres robes pour remplacer celles qui ont été sacrifiées pour lui (vv. 10064-110).

26 L. Harf-Lancner (Les Fées au Moyen Age, Paris, Champion, 1984, p. 269 et id. n. 20), pense qu'elle est en réalité la fée Morgue, qui devient ici fée bienfaitrice. C'est après le mariage de Jaufré que la présence de la fée semble nécessaire : "Jaufré a rejeté l'appel au secours de deux jeunes filles en quête d'un champion (vv. 8110-21), il a fait somme toute acte de recreantise et il faut la rude leçon infligée aux amants par la fée de Gibel pour que (...) le jeune chevalier fasse passer le service des autres avant la recherche du bonheur." (p. 269). Vid. aussi E. Baumgartner, "Le roman aux xiie et xiiie siècles dans la littérature occitane" in GRLMA, IV/I, Heidelberg. Carl Winter, 1978, p. 629.

Auteur

Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)
fgsanti@usc.es

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540