Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Magie et merveilleux dans les sociétés et les épopées d'Afrique noire

Lilyan Kesteloot

Texte intégral

1Voici bien l'occasion de commencer par cette constatation d'Hegel : "La magie se rencontre chez tous les peuples et dans tous les temps". Cependant que Michel Meslin remarque dans sa récente Encyclopédie des Religions (Bayard 1997) que derrière tous ses oripeaux la magie pose en réalité le problème de la liberté de l'homme affronté à son destin.

2En effet, contrairement à la religion dont les rites s'évertuent à "concilier le divin avec l'ordre des choses du monde des hommes", la magie, intervenant également auprès des puissances supérieures, le manipule, les instrumentalise, et tente de les contraindre à satisfaire les désirs humains, n'hésitant pas à transgresser les règles sociales ou morales. René Mabille en son temps avait déjà établi cette distinction dans le champ commun du sacré.

3L'Europe (pour ne citer qu'elle) a connu une longue tradition où la magie se confondait avec les sciences ésotériques, largement héritées de l'Égypte et de la Kabbale juive. Et il faut reconnaître que durant le Moyen Age, la magie se mélange à diverses sciences qui n'ont pas encore trouvé leur indépendance ni leurs méthodologie propre. Ainsi, la chimie, la médecine, la pharmacologie, l'astronomie. Il suffit d'ouvrir le "grand Albert" (15e siècle) attribué au maître de Thomas d'Aquin, pour distinguer à travers le fatras des recettes délirantes, des notations très justes sur les maladies, les plantes, les poisons, etc. ce qui explique que cet ouvrage fut sans cesse réédité jusqu'à l'aube du xxe siècle.

4Il n'est donc pas excessif d'affirmer que la magie par son aspect technique et utilitaire, tint lieu de science exacte durant le Moyen Age européen, et fut prise au sérieux par les plus grands intellectuels de cette époque.

5Rappelons cependant que la magie même alors conserva un statut éminemment ambigu ; elle fut condamnée à intervalles réguliers par l'Église chrétienne, cependant qu'elle était pratiquée dans les couvents des Bénédictins, des Cisterciens et des célèbres Templiers.

6C'est que le monothéisme juif hérité par le Christianisme "avait inscrit la magie dans la sphère du démoniaque", et M. Meslin rappelle à ce propos l'influence du Livre d'Hénoch prétendant que la magie avait été enseignée aux hommes par les anges déchus !

7C'est sans doute pourquoi on se soucia de distinguer la magie blanche (celle des guérisseurs et alchimistes) de la magie noire (celle des sorciers envoûteurs et empoisonneurs).

8Malgré cela la suspicion des autorités ecclésiastiques pèsera sur toutes espèces d'activités dans les sciences de la nature, même celles menées dans un esprit rigoureux de recherche et d'expérimentation. Comme si le seul fait d'en explorer les lois menaçait déjà le dogme. Ainsi Vésale fut condamné pour avoir osé la première autopsie, les Templiers pour avoir réussi à fabriquer de l'or, et Galilée pour avoir identifié les mouvements exacts du système solaire.

9On ne peut donc nier que la magie fut une forme de l'activité scientifique, ou tout au moins qu'elle eut un but analogue : connaître et maîtriser la nature.

10Le vingtième siècle a prouvé par ailleurs que les disciplines relevant du paranormal (c'est ainsi qu'on les désigne aujourd'hui) sont susceptibles d'études sérieuses et après l'astronomie et la médecine, la science récupère l'hypnose, la télépathie, la télékinésie dans des universités comme Duke et Stanford, aux USA, comme dans les centres de recherches de Toulouse ou de Marseille.

11Parallèlement au domaine de la magie ainsi encadrée par le dogme de l'Église, existaient des croyances très anciennes remontant à la Gaule pré-chrétienne.

12Ces croyances celtes ou germaniques en tout un peuple de fées, lutins, korrigans, dragons et loups-garous hantaient les lacs, les bois, les monts, et intervenaient volontiers dans la vie des humains.

13Les contes pour enfants ou les bandes dessinées (Schtroumpfs) en sont aujourd'hui les vestiges dégradés.

  • 1 Voir Jean Markale - L'épopée celtique en Bretagne - Payot 1975. Voir aussi revue Wodan - Le monde (...)

14Vivant dans les campagnes plus que dans les villes, ces êtres surnaturels furent aussi très présents dans la grande littérature médiévale comme en témoigne les épopées celtiques d'Irlande et de Bretagne1, le cycle germanique des Nibelungen et jusqu'aux romans tardifs de Chrétien de Troyes.

15Ceci dit, si nous abordons à présent le vif de notre sujet avec la magie dans la société et la littérature épique sur le continent africain, on ne peut manquer d'être surpris par son actualité, sa virulence, et le fait qu'elle intervient dans quasi tous les secteurs.

16C'est pourquoi il n'était pas inutile de rappeler qu'en Europe la magie avait longtemps tenu lieu de mode de connaissance, supposant un système de pensée qui intégrait tant bien que mal au vieux fonds kabbaliste les cosmogonies des populations locales.

17De même en Afrique dont le "Moyen Age" se prolongea jusqu'en fin du xixe siècle, le recours généralisé aux sciences occultes est fondé sur un système de pensée que l'ethnologue américain E.B. Tylor en son temps dénomma animisme (Primitive culture 1903) : "D'après cette conception, dit Tylor, le monde serait peuplé d'un grand nombre d'êtres spirituels bienveillants et malveillants à l'égard des hommes. Les hommes attribuent à ces esprits la cause de tout ce qui se produit dans la nature, et considèrent que ces êtres animent non seulement les animaux et les plantes mais même les objets en apparence inanimés". Et Tylor ajoute : "L'animisme est un système intellectuel, il permet de concevoir le monde comme un vaste ensemble... I1 a aussi un corollaire : un système d'indications relatives à la manière dont on doit se comporter pour dominer les esprits des hommes, des animaux et des choses... ces règles de conduites sont connues sous le nom de "sorcellerie et magie"... et peuvent être comparées à la technique".

  • 2 Dans Totem et Tabou - Payot.
  • 3 Dictionnaires des civilisations africaines - Hazan.
  • 4 Sorcellerie et politique en Afrique Noire - Karthala 1995. Geschière, à l'instar de M.C. Orligues (...)

18On peut difficilement en si peu de mots donner une définition si complète de la logique magique, et tous ceux qui s'y essaieront y reviendront peu ou prou, de S. Freud2 aux africanistes récents comme Pierre Alexandre, Paul Mercier3 ou Peter Geschière4.

19Par quelque bout qu'on la prenne, la magie africaine consiste toujours à s'emparer de cette énergie vitale, cette force occulte qui réside aussi bien dans les êtres que dans les choses et les éléments, et de la faire servir soit à la collectivité, soit à des fins individuelles ;

20Cette force a autant de noms qu'il y a de peuples en Afrique, c'est le nyama et le soma chez les Manding, l'evu chez les Fang, le djambe chez les maka, le ngolo chez les Bakongo, l'ékong chez les Dovala.

21Les pouvoirs magiques sont détenus par des spécialistes nommés selon les cas maîtres du savoir, sorciers, féticheurs ou marabouts.

  • 5 Youssouf Cissé - La confrérie des chasseurs malinke et bambata - Karthala 1995.

22Ces spécialistes devenus tels par initiation, par don inné ou par hérédité, ont accès à cette force occulte ; ils peuvent la condenser dans un "fétiche" ou objet sacralisé, "exactement comme les batteries ont une force électrique qu'on peut recharger" écrit Youssouf Cissé5, le collaborateur de Germaine Dieterlen. Sa comparaison illustre à merveille l'aspect technique plus que mystique qui est le propre de la magie.

23Les fétiches dont on se sert ainsi sont considérés comme des médiums à travers lesquels on entre en contact avec le monde invisible, et au moyen desquels on peut déclencher les forces de génies ou des dieux.

24Le thaumaturge africain travaille en général à la demande, d'ailleurs l'action magique ou sorcière se traduit simplement par "travail" (liggey en wolof, bara en malinke).

  • 6 Ceci procède, selon les psychanalystes M.C. et E. Ortigues, d'une conception du mal radicalement d (...)

25Contrairement à l'Europe, on ne distingue pas vraiment ici magie noire de magie blanche. Certes, dans certains groupes les maléfices du sorcier peuvent être dénoncés par un anti-sorcier (chez Serères et les Fang). Mais dans la majorité des ethnies le même personnage peut travailler "en noir" comme il peut le faire "en clair". Il peut de surcroît accumuler les pouvoirs de devin (mancie) et de guérisseur (thérapie). Ainsi les prêtres vaudou et bokonon des Ewe et Yoruba (Bénin), le kindani (Tchad) ou le Sohantyé (Niger), semblent cumuler maints pouvoirs, y compris celui d'exterminer leurs semblables6.

26Dans la magie offensive, les principes sont les mêmes que sur les autres continents, et déjà bien identifiés par Freud (o. c).

27On "travaille" selon la magie analogique fondée sur le principe de similitude, avec un objet-relais censé représenté l'adversaire à abattre ou à hypnotiser. C'est l'exemple bien connu du fétiche à clous des bakongo. Une fois la victime bien ferrée, on lui envoie un "korté" qui peut-être un insecte ou un serpent téléguidé dont la piqûre sera mortelle. Ou, dans les cas d'anthropophagie, la victime dépérit lentement jusqu'à extinction totale.

28L'autre principe, qui est davantage utilisé, est celui de la magie par contiguïté, ou magie métonymique. Elle est employée surtout dans le domaine amoureux : on prend des cheveux et des ongles de l'époux et on les fait travailler par le spécialiste : l'époux se détachera de la coépouse rivale sans comprendre ce qui lui arrive. Par le même procédé, l'homme conquerra le cœur d'une coquette qui le repousse, ou éliminera le prétendant qui la lui dispute.

29Par cette méthode-là on peut aussi dérober le talisman d'un adversaire politique et lui enlever en conséquence toute sa puissance.

30Il demeure cependant que la plus vaste catégorie de la magie africaine est la magie défensive. L'environnement du monde animiste est en effet éminemment dangereux, et l'enfant est éduqué tout petit à se défendre des agressions occultes de l'extérieur. D'où l'abondance d'amulettes, bains, lotions, potions et autres gris-gris protecteurs préparés par ces même spécialistes. L'Ouest africain a une prédilection pour les gris-gris (mélange de sourates coraniques et poudres et cordons animistes) soigneusement cousus dans des sachets de cuir, et qu'on porte au bras ou à la ceinture de jour comme de nuit, contre accidents, vols et envoûtements.

31Les Africains du Cameroun, Gabon, Congo ne portent à l'inverse que très peu de gris-gris ; mais ils pratiquent des procédés de "blindage" par rituels divers et ingestion de mixtures complexes dont le résultat doit les rendre invincibles, voire invisibles, en cas de danger grave. On voit ces phénomènes à l'œuvre dans les guerres, comme les textes épiques, dont nous traiterons plus loin.

32On ne peut clore ce très rapide panorama de la magie africaine sans signaler deux phénomènes qu'on trouve ailleurs certes (Indiens d'Amérique, Chamanes de Sibérie), mais qui sont peut-être plus caractéristiques et toujours actuels dans le continent noir : l'alliance, et la transformation en animal, souvent liées au totémisme ; et le dédoublement de la personne, qui lui permet d'être vue participant à une réunion en un lieu X, alors que son corps dort tranquillement en un lieu Y situé parfois à des dizaines de kilomètres !

33Ces phénomènes sont courants et attestés par des témoins sincères, voire des rapports de police. De quoi troubler l'esprit le plus cartésien !

34Ainsi la vie quotidienne demeure marquée par la magie, qu'on la craigne ou qu'on l'utilise, et maints événements (maladie, décès, accident) dont la cause est purement physique et médicale, seront réinterprétés selon la logique animiste et dotés d'une cause occulte.

35C'est dire que les récits littéraires comme les contes et les épopées s'adressent à un public tout prêt à accueillir le magique comme normal, ce qui ne l'empêche pas de percevoir le symbolique (fables), l'exagération, le grossissement et le merveilleux.

***

36En considérant avec attention les épopées d'Afrique noire, on constate que les éléments magiques y interviennent abondamment, ainsi que les exploits surhumains et le merveilleux épique au sens classique.

37On remarque cependant des différences sensibles entre les épopées provenant des sociétés féodales de l'Ouest et de l'Est Africains, et celles de l'Afrique centrale, forestière ou côtière, où vivent des sociétés claniques.

  • 7 L. Kesteloot et B. Dieng - Les épopées d'Afrique Noire - Paris - Karthala/Unesco 1997.

38Nous avons ailleurs signalé un certain nombre de ces différences, qui autorisent à classer en deux grands groupes et quatre catégories ce très vaste corpus, dont nous n'avons donné qu'une idée dans notre ouvrage paru chez Karthala/Unesco en 19977.

39Je rappelle ici ce classement pour mémoire. Nous avons donc les épopées féodales et les épopées claniques. Les épopées féodales se subdivisent en épopées royales, religieuses et corporatives. Elles ont en général une visée et un fondement historiques.

40Les épopées claniques, elles, sont franchement mythologiques, et ne prétendent pas référer à une histoire de l'ethnie concernée.

41Ceci aura une incidence sur les récits, sur leurs formes comme sur leurs contenus. Ceci aura aussi une incidence sur le traitement et l'amplitude des phénomènes dits magiques.

42Les épopées féodales — prenons comme exemple Soundiata (malinké), Samba Guéladio (peul), l'Epopée de Ségou (bambara), l'Epopée Wolof, ou Issa Korombe (zerma) — mettent en scène des héros à priori plausibles, et qui pratiquent la magie ordinaire comme tout un chacun.

43Nul n'est surpris lorsque Lat Dior (Wolof) comme Bakari Dian (Ségou) ou Samba Gueladio (peul), Silamaka (peul), vont en guerre couverts de gris-gris d'invincibilité, ou armés d'un fusil infaillible, ou équipé d'une ceinture de serpent "travaillé". Rien de plus banal et, dans l'Afrique actuelle, tout affrontement d'importance, qu'il soit sportif, guerrier, ou électoral, donne lieu à des préparatifs et des protections acquises à grands frais auprès de thaumaturges spécialisés.

  • 8 Voir aussi celui de sa femme Nolivé par le roi zoulou Chaka.

44Magic encore, et cette fois moins fréquente dans l'Afrique moderne que les sacrifices dits "attache-royauté". Ainsi celui de Yacine Boubou par son royal époux qui deviendra Damel ou Cayor (wolof) ou celui (discrètement évoqué) de sa mère par Soundiata, ou encore celui très traditionnel d'un albinos dans la Geste bambara8. Sans compter le grand sacrifice collectif lors de la consécration des rois de Ségou où le ou les corps de chefs de villages allaient rejoindre ceux des antilopes, hyènes, lièvres, phacochères, etc. dans la grande marmite en un repas rituel où chacun participait : "Toute viande est viande" dit l'épopée "et ta main ne choisit pas le morceau". Le griot sans complexe évoque ces agapes anciennes !

45D'autres aspects de la magie comme la voyance ou la prophétie sont également très présents. Souvent du reste dans cet exercice se manifestent des mages musulmans, par ici appelés communément marabouts. Et remarquons que dans les épopées féodales de l'Ouest, ces marabouts sont invoqués et utilisés à égalité avec les mages animistes. D'ailleurs le marabout mêle sans scrupules les prières du Coran avec les plantes, cornes et cordelettes des feticheurs. Les marabouts épiques pratiquent l'Islam noir (comme dirait Vincent Monteil) qui est un syncrétisme, aussi naturellement que leurs confrères des sociétés musulmanes subsahariennes.

46On retrouve donc dans les épopées les mêmes "recettes" magiques que dans la vie.

47Exemple : l'envoûtement. Ce procédé courant utilisé par les femmes contre leurs coépouses, par les employés contre leurs employeurs, par les amants rivaux, ou les fonctionnaires ambitieux, l'envoûtement donc est dans ces épopées la solution adéquate aux problèmes politiques épineux ; la prise d'une ville, ou la réduction d'un vassal.

48Ainsi c'est avec un chat "marabouté" que le roi de Ségou vaincra le roi de Djonkoloni ; c'est par ses charmes amoureux que la sœur de Soundiata arrachera son secret d'invincibilité au roi Soumahoro.

49La magie dans l'épopée comme dans la vie ne se soucie pas de morale. Elle est d'un pragmatisme désarmant. Tous les moyens sont bons pourvu qu'on réussisse.

50Signalons un fait étonnant cependant, pour nous occidentaux : la protection magique et ses instruments semblent ne rien enlever à la gloire du héros vainqueur. Au contraire, la vaillance de son bras, même "assistée" de façon occulte, n'en sera pas moins louangée. Et même on assiste parfois à des scènes amusantes à ce propos : ainsi dans le combat, épique s'il en est, de Bakari Dian et Bilissi (Ségou) ce dernier raille Bakari qui faiblit : "Hé, ton marabout t'a menti mon petit Bakari, lorsqu'il t'a assuré que tu pouvais me battre".

51Et à la séquence suivante où Bakari prend le dessus sur son adversaire, il lui lance : "Tu vois que mon marabout n'a pas menti, Bilissi !".

52Il semble si évident que les deux guerriers sont bardés de protections, que finalement ce sont les puissances de leurs marabouts respectifs qui feront la différence et départageront le vaincu du vainqueur. Cela pourrait du reste poser le problème du suspens et désamorcer l'intérêt du récit. En réalité le suspens est maintenu, car public ou combattants, nul ne sait d'avance qui a eu le meilleur marabout !

53D'ailleurs un bon marabout ne dispense pas le héros de prouver sa bravoure. C'est plutôt "Aide-toi le ciel t'aidera" ; et la garantie d'invincibilité est considérée comme un stimulant d'héroïsme, en aucun cas comme invite à la lâcheté.

54Dans ces combats cependant on pourrait distinguer les techniques magiques des phénomènes où nous reconnaîtrons le merveilleux propre à l'épopée. Ainsi ces métamorphoses ou l'un des combattants se transforme en oiseau (Soumahoro), où les balles se muent en abeilles ou en flammes (Bakari Dian), où les chevaux se mettent à parler (B. Dian), ou prennent les sentiments de leur maître (Malaw dans Lat Dior).

55On assiste aussi au grossissement épique avec Bilissi qui a sept têtes et monte sept chevaux (Ségou) ; avec des coups d'épée qui tranchent le cavalier de haut en bas et sa monture avec (presque partout) ; ou bien lorsque le sabre coupe plusieurs têtes à la fois, ou encore lorsqu'il fend une montagne (Soundiata).

56On n'est pas loin de Roland à Roncevaux, dont même l'amitié pour Olivier trouve écho dans celle de Poullorou pour Silamaka (Ségou).

57Enfin dans les épopées religieuses le merveilleux musulman se manifeste sous formes de visites d'anges, ou de voyages mystiques (El Hadj Omar), ou encore de rêves prémonitoires, et de miracles comme la promenade sur la mer du Marabout Ahmadou Bamba.

58Dans les épopées corporatives (toujours en sociétés féodales) la magie est de nouveau très instrumentale : préparations occultes pour la chasse ou la pêche, affrontement avec des animaux-génies au préalable envoûtés etc., etc. Tout cela pimente les récits d'exploits, mais demeure somme toute dans l'ordre du normal, dans une société animiste ou le paranormal est quotidien.

***

59En absorbant les épopées d'Afrique forestière et centrale, on entre dans un domaine plus fortement marqué par le fantastique.

60Les héros ne se contentent pas de la magie ordinaire, mais sont dotés de pouvoirs hors du commun et ce souvent dès la prime enfance. On entre donc d'emblée dans le merveilleux.

61Ainsi le héros du Mwindo aide sa mère à porter les fagots avant même de naître, décide que l'accouchement se fera par le doigt et non le vagin, et parle dès le premier jour.

62Le héros de l'épopée Douala naît avec les armes magiques qui lui permettront ses exploits ultérieurs après avoir enjoint à sa mère de le mettre au monde.

63Dans le Mvett, le père du héros va ouvrir la poitrine de son bébé pour le blinder de fer.

64Lianja dans l'épopée Mongo (Congo) naîtra de sa mère, à la suite des insectes, des oiseaux, des animaux de la forêt et des Pygmées. Il s'inscrit dans un processus quasi cosmogonique.

65Quant à l'accouchement de Ozidi héros de l'épopée Ijo (Nigeria) il va durer une bonne semaine.

66Les exploits de ces héros claniques ne connaissent pas de limites. L'enfant Mwindo survit et sort indemne après avoir été pilé et enfermé dans un pilon, et immergé plusieurs jours dans la mer.

67Devant la foule qui l'encercle "il s'envole comme un oiseau, il disparut, ils ne le revirent plus". Il va se faire initier chez Nyamurairi dans le monde souterrain, y réussit plusieurs épreuves et épouse la fille de ce personnage infernal (au sens latin) : il vainc une forêt d'arbres parlant, disperse une armée de fourmis rouges en les nommant, taille une brousse d'herbes qui sont des princes enchantés avec vingt houes et dix serpes à la fois, enfin dompte (puis épargne) sa belle-mère changée en buffle terrifiant.

68Mwindo va encore livrer cent combats contre des preux "qu'il fend en plusieurs pièces", ou contre les éléments comme la Foudre "qu'il saisit, Foudre déféqua de peur, Mwindo jeta Foudre à terre, il voulut la découper avec son couteau, foudre s'écria : non, non, notre aîné Mwindo, je suis ton serviteur, je ne peux plus te dominer !"

69Les combats de l'Ozidi du Nigeria sont encore plus surprenants ; les antagonistes volent dans les airs, se décapitent ou se découpent en morceaux (décidément !) meurent, puis ressuscitent après deux jours grâce à une herbe magique, sortent leurs ceintures magiques cachées dans leurs entrailles, et recommencent à se battre. Cela peut durer des pages et des pages, les têtes coupées des vaincus parlent encore pendant trois jours "Oh Oréame, injustice, injustice, tes pouvoirs surnaturels j'en possédais assez pour être ton égale".

70Ozidi aidé de sa mère la sorcière Oréame, se battra encore contre l'homme-squelette, contre l'Ogre Odugu, contre le roi Scrotum, et il faudra pour le calmer rien de moins que le Dieu Variole (Sakpata) qui est honoré tant par les Ewe et Yoruba (voisins) que par les Ijo.

71Dans Lianja également on assiste à des résurrections de guerriers, bien que par ailleurs la progression de ses tropes se fasse en terrain plat, à travers la forêt équatoriale, et que les combats soient beaucoup moins colorés. Mais un héros de cette trempe ne meurt pas et c'est sur la fumée d'une fleur qu'il monte au ciel chez Dieu.

72Enfin les diverses versions de Mvett des Fang (Cameroun et Gabon) mettent en présence le peuple des Immortels géants de race divine contre le peuple des Fang, Mortels mais héroïques et ingénieux.

73Leurs héros volent dans les airs sur des éléphants de fer ou des oiseaux magiques, ou pénètrent sous la terre pour chercher de l'aide auprès de leurs ancêtres.

74Ils franchissent en un instant ravins, montagnes, forêts et nuages. Ils construisent des routes bétonnées en trois jours. Ils se promènent toujours avec leur sac à dos contenant gris-gris et armes magiques.

75Mais le travail du fer partout présent chez les Mortels par les armes et "blindage initiatique", comme chez les Immortels qui le maîtrisent depuis toujours, apparaît comme l'opération magique par excellence. La conquête du fer que s'incorporent les simples humains s'inscrit dans celle de l'immortalité qui est le but ultime de leurs entreprises.

76Ces héros ainsi "préparés", acquièrent les pouvoirs des géants, ne fût-ce que pour un temps :

77Ainsi Moneblum mange chaque jour "deux moutons et trois poulets en plus de deux régimes de bananes pilées" "il tire son épée flamboyante d'un côté et voum !, tous les arbres furent coupés ; il se frappe la poitrine et vomit un œuf en or ; il projette l'œuf d'or en l'air et voum ! la route du même coup fut construite".

78Et si le peuple d'Oku est toujours vaincu en fin d'épisode, ce n'est pas sans gloire ni bénéfice. Le combat qui reprendra à l'épisode suivant symbolise la révolte de l'homme contre ceux qui l'oppressent fussent-ils des dieux ; tandis que cette recherche d'immortalité par la magie du fer nous rappelle curieusement mutatis mutandis l'aventure alchimique.

79Cet appétit et ces exploits gargantuesques relèvent cependant plus du merveilleux que de la magie, et si les peuples s'en délectent, ils n'en sont pas dupes pour autant.

80La magie et la sorcellerie sont pourtant très actives dans ces régions forestières, et le "canon" gabonais est censé plus dévastateur que le "korté" malien. Mais leurs épopées ne visent pas à être les miroirs de la vie. Plutôt le grand cinéma de l'imaginaire. Le lieu de parole où le rêve se déploie sans bride aucune. Et si la fonction identitaire est, sans conteste celle de l'épopée féodale soudanaise, les épopées de forêt semblent être davantage vouées au défoulement et au divertissement des sociétés claniques.

81Dans ces groupes où l'individu demeure continuellement sous le contrôle du clan et des anciens, les aspirations des jeunes explosent dans des héros transgressant tous les interdits ; frondeur, querelleur, violent, injurieux, le héros du Mvett, des épopées Bassa ou de l'Ozidi, n'est pas au service d'une cause nationale ou familiale. Il se bat pour lui même. Il est plus proche du Gangster ou du Cow boy que du Preux Chevalier.

82Avons-nous suffisamment fait percevoir les nuances de la magie et du merveilleux épique dans les sociétés animistes ? Sûrement non ! Mais nous espérons vous avoir mis l'eau à la bouche, et donné l'envie de vérifier nos hypothèses par le recours direct aux textes, toujours accessibles aux amoureux de l'épopée.

Bibliographie

Bibliographie

- Michel Meslin : La mentalité magique et la manipulation du sacré, dans Encyclopédie des Religions - sous la direction de Ysé Masquelier et Frédéric Lenoir - éditions Bayard 1997.

- E. De Martino : Le monde magique - Marabout - Université - 1971.

- A. Barbault : Traité pratique d'Astrologie - Seuil 1961.

- Albert le Grand : Les merveilles du monde - 1477.

- R. Trautmann : La divination à la Côte des esclaves et à Madagascar IFAN - Larose - Paris - 1939.

- P. Geschiere : Sorcellerie et politique en Afrique Noire - Karthala 1995.

- B. Mve Ondo : Sagesse et initiation fang - Sepia - Paris - 1991.

- Pierre Alexandre : Magie - article dans Dictionnaire des civilisations africaines - Hazan - 1968. Voir aussi : fétiche, autel, religion, sorcellerie, sociétés secrètes, hommes-lions, totémisme.

- L. et B. Dieng : Les épopées d'Afrique Noire - Paris - Karthala - 1997.

- B. Dieng : L'épopée du Kajoor - CAEC - Dakar - BP 5332 (FANN)

-I. Correra : Samba Gueladio - IFAN - Dakar - BP. 206.

- L. Kesteloot et coll. : L'épopée bambara de Ségou - Nathan - 1972 L'Harmattan - Paris - 1993.

- S. Eno Belinga : L'épopée camerounaise Mvett - Yaoundé - 1978.

- D.T. Niane : Soundiata - Présence africaine - 1960.

- J.P. Clark : The Ozidi Saga - Howard Un. Press - 1991 - Washington.

- D. Biebuyek : Hero and Chief (Mwindo) - University of California Press - London - 1978.

- Wodan : Le monde des fées dans la culture médiévale - articles de A. Berthelot, D. Buschinger, J.M. Pastre, A. Gimbert, M.G. Grossel, A. Gier, M.F. Notz - Reineke verlag-Greifswald - 1994.

- T. Ndong Ndoutoume : Le Mvett, 2 vol. - Présence africaine.

- A. Troyer : Récits épiques des chasseurs - L'Harmattan - 1997.

- G. Innes et B. Sidibe : Hunters and Crocodiles - Unesco et P. Nordbury -Sandgate - 1990.

Notes

1 Voir Jean Markale - L'épopée celtique en Bretagne - Payot 1975. Voir aussi revue Wodan - Le monde des fées dans la culture médiévale. Reineke Verlag- Greifswald 1994.

2 Dans Totem et Tabou - Payot.

3 Dictionnaires des civilisations africaines - Hazan.

4 Sorcellerie et politique en Afrique Noire - Karthala 1995. Geschière, à l'instar de M.C. Orligues et Evans Pritchard tente de distinguer magie (witchcraft) de sorcellerie (sorcery), cette dernière étant très liée à la parenté (on en hérite par un parent et on la pratique dans sa famille).

5 Youssouf Cissé - La confrérie des chasseurs malinke et bambata - Karthala 1995.

6 Ceci procède, selon les psychanalystes M.C. et E. Ortigues, d'une conception du mal radicalement différente des religions révélées : "Dans la religion animiste, l'individu serait traversé par des forces bonnes ou mauvaises dont il ne se sent pas forcément responsable. Il appartient au groupe (ou à un anti-sorcier) de le contrôler" (Oedipe Africain - Plen - 1966).

7 L. Kesteloot et B. Dieng - Les épopées d'Afrique Noire - Paris - Karthala/Unesco 1997.

8 Voir aussi celui de sa femme Nolivé par le roi zoulou Chaka.

Auteur

IFAN Université de Dakar

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540