Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

L’enchanteur Tulles dans Anseÿs de Metz

Jean-Charles Herbin

Texte intégral

  • 1 Anseÿs de Mes, Les Presses Modernes, Paris 1939 ; à titre d’exemple, un passage où il manque le mo (...)

1Parmi les poèmes qui composent la Geste des Loherains, celui d’Anseÿs de Metz a été, au point de vue de l’édition, le moins bien traité ; l’édition procurée en 1939 par H. J. Green donne, en effet, un texte remanié, fautif et écourté de douze mille vers, sans compter les dizaines de fautes de lecture (parfois savoureuses) de l’éditeur1. C’est pourtant sur le poème d’Anseÿs de Metz que nous ferons porter notre recherche, mais en ayant recours directement aux manuscrits non remaniés et après un rapide tour d’horizon dans les poèmes qui, dans le Cycle, précèdent celui d’Anseÿs de Metz.

  • 2 Hervis de Mes, éd. J. C. Herbin, Droz, TLF 414, Genève 1992, vv.4170-80 ; que ce genre d’événement (...)
  • 3 Cf. Hervis de Mes, éd. citée, Annexe XVI, pp. 461-463 et XXIV, vv. 406-452, pp. 484-485.

2Dans Hervis de Mes, il n’y a rien à glaner pour notre propos, au moins dans la version courte (E) qui paraît antérieure à 1215, sinon, mais indirectement, un épisode où le soleil inverse sa course2. Contentons-nous de signaler la présence, dans la version longue remaniée de ce poème (NT), d’un anneau et d’un heaume magiques3.

  • 4 Nous publierons prochainement ce petit texte, dont les liens avec la magie mériteraient peut-être (...)

3Toutefois, l’annonce d’une expédition de Hervis en Terre Sainte aura bien une suite dans le poème de Garin, mais dans le seul manuscrit de Turin (T). Encore faut-il signaler et déplorer qu’une main sacrilège, en arrachant un feuillet, nous a privé d’une grande partie du récit de cette aventure. On peut, pour ce passage, se contenter de relever la mention d’une grotte « Que fees firent jadis en verité » (T f°187a) ; elle abrite le trésor des pirates qui rançonnaient et dépouillaient les pèlerins avant la venue de Hervis ; on remarquera aussi que le heaume magique mentionné précédemment est ici singulièrement absent, ce qui pourrait trahir le caractère ornemental de l’épisode ajouté à son propos, puisque le remanieur a oublié d’en rappeler l’existence, précisément au moment où elle aurait pu servir à quelque chose4 ; il est vrai que le heaume magique trouvait peut-être sa raison d’être dans le passage donné par le feuillet aujourd’hui perdu.

  • 5 Si l’on admet, comme nous le faisons, le découpage des textes tel que l’ont proposé F. Lecoy et J. (...)

4Dans Garin le Loherain5, le seul personnage susceptible de retenir notre attention en relation avec le thème qui nous occupe, est Manuel Galopin. Pilier de taverne et de maisons louches, il accepte une mission en faveur de ses parents lorrains et recourt à la magie pour traverser les lignes ennemies :

  • 6 Citation d’après Garin le Loherenc, éd. A. Iker-Gittleman.

7328 Il dit .I. charme don il fu bien apris :
Trois foiz siffla, s’est del chastel partiz...6

5Comme l’écrit P. Verelst :

  • 7 P. Verelst, art. cité, p. 129. Sur le personnage de Manuel Galopin (mais non sur ses talents magiq (...)

« Dans une chanson aussi austère que Garin le Loheren, où le merveilleux est pratiquement absent, l’apparition de cet enchanteur ivrogne mais sympathique est certes bienvenue. Son rôle est cependant très restreint et son pouvoir magique fort limité »7.

6Toutefois, un détail à première vue insignifiant montre, dans un autre passage, que la magie n’est pas absente de l’univers mental du poète. Il s’agit du passage bien connu dans lequel Begon annonce à sa femme qu’il a l’intention d’aller rendre visite à son frère Garin à Metz et qu’en chemin il compte bien tuer un sanglier extraordinaire qui hante les bois de Vicoigne, à proximité de Valenciennes. Aussitôt, la belle Beatrix fait part de son inquiétude :

  • 8 D’après l’édition de Mme Iker-Gittleman ; la forme sorce nous paraît curieuse et n’a été relevée p (...)

Li cuers me dit, ne te quier a mentir,
Se tu i vas, ne te reverrai vif ! »
9612 Dit li dus : « Dame, merveilles avez dit !
Ja mar creroiz ne sorce ne devin ! »8

  • 9 Trace d’une lacune que ne comblerait aucun manuscrit ? Il faudrait, pour répondre, être... magicie (...)

7C’est ici, à n’en pas douter, l’indice d’une croyance qui avait cours et selon laquelle certaines personnes étaient capables de prédire l’avenir : mais on voit avec quel mépris le duc Begon, un vrai héros épique, traite sans distinction le petit monde de la magie divinatoire dont il n’est pourtant question, au moins dans l’état actuel du texte, que de manière très indirecte, à propos du pressentiment de Beatrix. Ce petit monde, qui reste dans les coulisses du texte, n’est donc évoqué dans Garin que pour être aussitôt conjuré et renvoyé à son néant9.

  • 10 Cf. Gerbert de Mez, éd. p. Taylor, Bibliothèque de la Fac. de Philosophie de Namur, fasc. 11, Namu (...)

8Pour Gerbert, mentionnons simplement l’engigneor Mauri qui intervient dans le camp de Fromont : ses liens avec la magie sont probables mais trop indirects pour retenir davantage notre attention10.

9Au terme de ce premier tour d’horizon dans les trois premiers poèmes de la Geste des Loherains, probablement les plus anciens, on ne pourrait guère conclure qu’à une présence très discrète, parfois même seulement en creux, de la magie et des magiciens.

10Qu’en est-il dans les trois poèmes, à peu près exclusifs l’un de l’autre, par lesquels on a tenté de mener le Cycle à sa conclusion ?

11La Vengeance Fromondin échappe totalement à notre enquête : ce poème ignore même toute forme de surnaturel.

  • 11 En vérité, deux états d’une même version dont nous voulons croire qu’ils donnent intégralement le (...)

12Le cas d’Yonnet de Mes sera lui aussi vite réglé. Ce poème a dû compter deux mille deux cents vers environ, mais nous n’en avons qu’un remaniement partiel d’un peu plus de mille six cents vers (N) et une version intégrale en prose (Philippe de Vigneulles)11. Dans ce poème, il n’y a rien qui soit susceptible de retenir notre attention pour la recherche qui nous occupe ici.

13Nous voici donc arrivé au moment d’examiner la chanson d’Anseÿs de Metz, dans la version longue, telle que la donnent les manuscrits LSU, et nous voici, par conséquent, à pied d’œuvre.

14Etant donné que la version longue est pour moitié inédite, nous proposerons d’abord une brève analyse de cet état du poème d’Anseÿs.

A la fin du poème précédent, le roi Gerbert a tué Fromondin dans l’ermitage où il s’était retiré. Pour venger son frère, Ludie pousse les fils qu’elle a eus avec Hernaut à tuer leur oncle Gerbert. S’étant assoupi. Gerbert est tué à coups d’échiquier et de couteau par les deux enfants. La guerre qui reprend aussitôt n’oppose plus désormais deux lignages ennemis, mais deux branches d’une même famille. Ludie et ses alliés, qui arrivent de toutes parts, se retirent à Géronville, forteresse, comme l’on sait, imprenable. Les efforts de Hernaut restent donc vains ; tout au plus réussira-t-il - mais quelle victoire !—à capturer et à faire pendre les deux coupables, c’est-à-dire ses propres enfants. Sur les conseils d’Anseÿs, fils de Gerbert, Hernaut décide de faire appel à l’enchanteur Tulles, son parent. Se développent alors deux épisodes construits autour de ce personnage sur lequel nous reviendrons. L’intervention de Tulles s’étant révélée inutile, la guerre se poursuit par deux effroyables batailles devant Bordeaux qui ne parviennent pas à décider de la victoire d’un camp sur l’autre. [Ici, nous rejoignons la partie publiée du poème]. Pépin décide alors de soutenir les Loherains et, contrairement à son habitude, il le fait sans faiblir en fixant jour de bataille en Santerre. C’est un affrontement apocalyptique, une véritable guerre mondiale qui se prépare, dans laquelle interviennent, à côté des Francs des deux partis ennemis, aussi bien des Anglais, que des Irlandais, des Danois, des Hongrois, des Italiens... et même, du côté des Bordelais, une armée de femmes désireuses de venger la mort de leurs maris, pères, frères, amis ou fils tombés dans les guerres successives qui ont opposé les Loherains et les Bordelais. Les présages funestes (dont un ouragan qui provoque la mort de la reine Blanchefleur, fidèle alliée des Loherains) restent inefficaces et, à l’issue de la plus grande bataille jamais vue depuis la Guerre de Troie, Pépin et les Loherains sont mis en déroute Au soir du quatrième jour de bataille, deux cent mille cadavres jonchent le sol, parmi lesquels Ludie, tuée par son mari Hernaut et Hernaut lui-même, tué par le comte de Flandres, Bauche li Cors. La paix parvient à se faire néanmoins sur ce désastre, mais Anseÿs refuse de la ratifier ; plus tard, il vient assassiner Bauche li Cors dans l’ermitage où celui-ci s’était retiré. La guerre se rallume aussitôt en Gascogne : rapidement, elle conduira à l’extinction totale des descendants respectifs de Fromont et de Hervis. Pépin, débarrassé des deux lignages dont les luttes interminables ont affaibli son royaume, se remarie avec la fille du marquis ou roi Phochenasto de Frise, Banteheus, qui prend le nom chrétien de Berthe ; de ce mariage naîtra Charlemagne.

15Revenons sur les deux passages consacrés au magicien Tulles et à son intervention dans la guerre, en gardant à l’esprit que, si la magie s’intègre assez bien au tissu narratif, elle ne fait cependant pas progresser l’action. Le premier passage retrace la carrière de Tulles (146 vers), le second nous le montre à l’action devant la maladie et dans la guerre, domaine où il partage la vedette avec son disciple Jorin (2300 vers).

  • 12 Thulles, Tuiles, Tules (appelé une fois li Barbés, pour l’assonance). Signalons la curieuse forme (...)
  • 13 Le premier passage occupe 146 vers, soit dans L (BN. fr. 24377) les ff°45b (15)-46b (15), dans S ( (...)
  • 14 Bibliothèque Royale Albert Ier <I>-09, f° 175.

16C’est Anseÿs qui nous présente son cousin Tulles12. Il reçoit le titre de maistre et de clerc, tout comme Aristote celui de « clers eslis »13. David Aubert présentera Tulles comme « ung maistre es sept ars liberaux »14. Les manuscrits en vers retracent avec une complaisance étonnante la carrière suivie par ce personnage.

  • 15 Le fief d’Arles serait en Espagne (le texte l’indique à deux reprises ; Arles-sur-Tech ?) ; on ne (...)
  • 16 Serait-ce le même Antiochus que celui dont il est fait mention parmi les sources probables du Pseu (...)
  • 17 Outre les définitions données pour les mots désignant les diverses matières évoquées, les mots eux (...)

17Né à Arles, Tulles fut emmené enfant à Athènes15 ; là, il suivit pen-dant soixante-dix ans les enseignements d’Antïocus li Gris (ou li Pis), « Uns des boins clers quë oncques Dex fesist »16, lui-même fils d’Argus de Duras ou de Dynas, pas autrement connu, mais qui fut au service d’Ipocras (Hippocrate). Ensuite, Tulles vint à Rome (où il refusa d’être fait pape, par amour pour une certaine Judith, qu’il épousa) ; puis il passa par Paris et revint, avec son épouse, à Arles dont il était le seigneur. C’est à ce moment que le poète ne peut s’empêcher de revenir sur les études suivies par Tulles sous la conduite d’Antïocus. Ce passage, véritable mine d’informations de tous ordres17, est donné dans l’Annexe à la fin de cette contribution. En voici les grandes lignes (nous citons d’après L) :

44 Premierement l’ot a gramare mis... L45c (22)
52 Apriés gramarie a musique l’a mis... (var. U=fisique)
57 Apriés musique li clers li ensegna
58 Dïalenique (var. U = Dïaletique)…
60 Et retorique apriés li demoustra...
65 Gïometrie li aprist par vigor...
76 Apriés cest art aprist arimetrie…
83 Apriés aprist li clers astrilogie... L45d (25)

  • 18 Nous ne poserons pas ici la question de savoir s’il s’agit d’un Trivium et d’un Quadrivium canoniq (...)

18Nous aurions déjà là matière à conclure que nous avons bien affaire à un vrai clerc ayant suivi son Trivium et son Quadrivium, même si l’ordre des matières peut surprendre, au moins dans L18, et nous ne nous étonnerions pas, un peu plus loin, lorsque le poète nous apprend que Tulles possède tant de livres dans sa bibliothèque « Ne les portassent... .IIII. ronci ». Plus loin, le poète dira de Tulles qu’il est « li plus sages ki fust deseur abisme » (L60b). Mais il ne s’en tient pas à cette liste déjà impressionnante et bien complète avec ses sept arts. Par un curieux tour de passe-passe, à moins qu’il ne faille y voir un petit problème de tradition manuscrite (comme le suggère le flottement des leçons dans les divers témoins), le poète fait mention d’un... nouveau septième art auquel Tulles se serait intéressé à la fin de ses études :

110 A nigremance a daarains le mist : L46a (16)
Çou est .I. ars des .VII. li plus haïs,
112 Car li Dïables en est tous poëstis...

19On notera que dans le Pseudo-Turpin et dans certains textes apparentés comme la Chronique dite saintongeaise, la nécromancie n’est citée que par prétérition, puisqu’on nous dit qu’elle ne figurait pas sur les fresques représentant les sept arts dans le palais de Charlemagne à Aix, ce qui fournit toutefois l’occasion d’en parler.

  • 19 De. II. torcas fait bien.II. biaus roncis (L), torchas (U), torkars (S; s’il s’agit bien, comme (...)

20Visiblement, ce dernier « art » cadre mal avec le cursus canonique des universités. Grâce à la « nigremance », en effet, on peut, nous dit le poète, avoir connaissance des larcins, parcourir vingt pays en une seule journée, interpréter les aboiements des chiens, le langage des oiseaux ; on peut aussi se transformer au besoin en oiseau et faire de deux « toquards » deux bons chevaux de somme19.

  • 20 Le lien de la magie, même blanche (ainsi quand Tulles se signe au nom de Dieu avant d’officier pou (...)

21Par la suite, le mot nigremance (2 ex.) sera concurrencé par ingremance (3 ex.) ; pour le champ sémantique de la magie, la moisson se révèle plutôt généreuse ; en élargissant au second passage, que nous allons bientôt présenter, nous avons relevé : carne (2 ex.), carnins (1 ex.), encanterie (2 ex), encans (7 ex.), encantement (4 ex.), engien (2 ex.), fantosmes (1 ex.), liçon (= formule magique, 1 ex.), livre (2 ex.), quarregnon (1 ex.), sors (1 ex.) et pour les verbes et participes passés : carner (2 ex.), conjurer (1 ex.), descarner (1 ex.), encanter (5 ex.), enfaumenté (1 ex.), ovrer (1 ex.) et dans des expressions signifiant jeter ou annuler un sort, les verbes faire/desfaire, mais aussi resgieter (-1 ex.), desfestuer (1 ex.), à côtés d’appellatifs comme Anemis (1 ex.), Antecris (2 ex.), diable (3 ex.), fel (on) (2 ex.), Malfé (3 ex.), le Malvais (1 ex.), Satanas (1 ex.), Satans (3 ex), et une mention de l’Enfier (1 ex.)20.

Il est à noter que le mot encanterie, qui qualifie les actes de Tulles, semble entrer dans certaines expressions et dans certains contextes en synonymie avec clergie (Cf. « moustrer s’encanterie Et le plus fort de toute sa clergie L60a » ; « ... n’i vaut vers lui bone clergie Carnins ne carnes ne nule encanterie » L69b), avec astrinomie (« moustrer d’astrinomie » L60a) et même avec gramarie (« Tu sés le sens de trestoute clergie Et de gramarie sés tu molt grant partie Et d’ingremance trestoute la mestrie » L69a ; « Par ingremance et par sors que jou fis El par gramarie que liuc [= que je lus...] « L69c ; Cf. encore L68d).

  • 21 Ce second passage occupe 2300 vers, soit dans L les ff° 54d (22)-70d (14), dans S les ff° 201c (3) (...)

22Après l’évocation de telles qualités et de tels pouvoirs, le portrait de Tulles s’achève sur l’accord de tous les Loherains présents : il faut absolument faire venir cet homme extraordinaire, « marcis d’Arles », qui plus est, si l’on veut gagner la partie. On lui envoie donc le messager Talamin (var. U = Telamin), dont le nom pourrait supposer un poète quelque peu frotté de grec. Le texte revient au siège de Géronville et à la suite des hostilités pendant environ mille deux cents vers. Puis commence le second passage où l’on voit Tulles à l’œuvre, cette fois. Mais dans ce nouvel épisode, Tulles n’a pas, comme on va le voir, l’exclusivité de la magie. Voici le résumé de ce second passage, lui aussi inédit21 :

  • Talamin, pour s’acquitter de sa mission, doit passer auparavant visiter Clarisse, veuve de Gerbert et mère d’Anseÿs ; elle lui confie à l’intention de Tulles un cercle d’or portant une pierre extraordinaire ; Talamin reprend son voyage. [125 vers environ]
  • Il arrive à Arles dont Tulles est le seigneur incontesté ; Tulles est justement en train d’enseigner la médecine et les arts à ses disciples, parmi lesquels figure un certain Jor (i)e ou Jorin ou Joron qui constitue en quelque sorte le double bordelais de Tulles : le jeune homme est en effet parent de Ludie, par son père, Thierry de Saint Richier22, comte de Ponti ; il convient de remarquer que cet enchanteur en herbe, qui est amoureux de la fille de Tulles et se révélera aussi fort que son maître, est d’une beauté extraordinaire :
    Tant estoit biaus li damoisiaus gentis
    C’on se peuist molt bien mirer en li ;
    Ains Narcisus ki de biauté flori
    (suit un résumé de la légende de Narcisse)
    N’ot ainc le disme de biauté com ot cis. L56a
  • L’enseignement de Tulles aborde des sujets aussi divers que les cris des animaux, la guérison « d’encontre le venin », les sept arts, l’organisation des cieux et du monde, la météorologie, les sept planètes, l’organisation du Paradis, les secrets de Dieu, l’Enfer, les Sagittaires, les crocodiles, les baleines.., certains de ces sujets étant conçus comme donnant une image de l’humanité, « Car li plus grans mangue le petit / Et li plus foibles a vers le fart le pis » (L56b). [110 vers environ]
  • Talamin s’acquitte de sa mission, donne des nouvelles des Loherains à Tulles et offre le cercle d’or envoyé par Clarisse. Suivent alors un inventaire des vertus de la pierre merveilleuse et un historique de celle-ci, que nous avons publiés récemment23. [230 vers environ]
  • Tulles prend ses dispositions et se met en route vers l’Aquitaine ; mais son clerc et disciple Jorin, cousin de Ludie, entend bien l’empêcher de détruire son lignage et parvient à se faire confier la pierre merveilleuse par Florette, fille de Tulles, dont il est amoureux et qui l’aime. Il devance son maître à Géronville et provoque chez les malheureux Loherains l’illusion visuelle d’un effroyable ouragan ; profitant de la fuite des assiégeants devant cette tempête imaginaire, les Bordelais détruisent les engins de siège et les navires que leurs adversaires avaient laissés sur le bord de la Gironde. Les Loherains sont accablés, mais Talamin est de retour et leur annonce la prochaine arrivée de Tulles. [830 vers environ)
  • Le récit revient alors à Tulles, qui chemine sans se presser. Rencontrant le duc Constant de Milan dans un piteux état, Tulles, qui comprend le message que lui adresse une pie sur l’état de santé du duc, nous donne un échantillon de ses connaissances dans le domaine médical : il parvient à détruire, à l’aide de trois herbes qu’il connaît, les crapauds qui avaient élu domicile dans l’estomac du duc Constant. Récompensé généreusement, il se remet en chemin après cet intermède. [220 vers environ]
  • Pendant ce temps, devant Géronville, les Loherains font une nouvelle fois les frais des sortilèges de Jorin qui, tenant d’une main un « brievetiel » où il vient d’inscrire des formules magiques, pénètre dans le campement des assiégeants et ensorcelle tous les chevaliers présents dans la tente de Hernaut : ils se défont de leurs armes, se lancent dans une danse endiablée irrépressible et se mettent à rire et à se faire des grimaces. Victimes d’une nouvelle illusion visuelle, les autres assiégeants s’évertuent à nager sur la terre ferme, car ils se croient en pleine mer. Jorin ligote Hernaut et l’emporte hors du campement ; mais alors qu’il s’apprête à répéter l’opération avec Gerin, Jorin voit venir au loin son maître Tulles et s’enfuit avec ses alliés pour se réfugier dans Géronville. [145 vers environ]
  • Dès son arrivée, Tulles annule tous les sortilèges et guérit, grâce à cinq herbes qu’il connaît, les blessures que Hernaut a reçues lorsqu’il était aux mains des Bordelais. Tulles rassure les Loherains ; le lendemain, il reconnaît son clerc Jorin sur les remparts et tente en vain de le persuader de changer de camp. [160 vers environ]
  • Tulles incendie le bourg de Géronville, sans parvenir toutefois à ensorceler Jorin, protégé par la pierre merveilleuse. Jorin, quant à lui, provoque de nouvelles illusions visuelles, contre lesquelles Tulles agit efficacement. Un duel entre les deux enchanteurs paraît inévitable, mais il tournera court. En effet, rien n’atteint Jorin qui, pour sa part, n’entreprend rien contre son maître Tulles. [200 vers environ]
  • Excédé de ne parvenir à rien, Tulles se met à l’écart et, en lisant dans « un livre Je le tans Faraon » (L68d), invoque Satan ; celui-ci vient alors lui expliquer qu’il ne peut rien contre la pierre merveilleuse qui protège Jorin car, déclare-t-il :
    « Et a ten clerc a qui as gerre prise,
    Ne mie a lui, ne te celerai mie,
    Mais a Jhesu, le fil sainte Marie :
    Quant contre lui oevres, çou est folie ! » L69b
  • Satan, que les chevaliers voyaient de loin sous la forme d’un « grans mastins Ki plus ert noirs quë aremens boulis » (L69c), regagne alors l’Enfer. Finalement, les deux enchanteurs passent un accord : ils repartiront pour Arles, où Jorin épousera la fille de Tulles, et laisseront Loherains et Bordelais mener leur guerre par eux-mêmes. [280 vers environ]

23En clair, tout ce déploiement de forces surnaturelles, s’il laisse un relent certain de soufre et de fagots.., n’a servi à rien du point de vue de la progression de l’action. Cela ne signifie pourtant pas que ces épisodes soient mal venus dans la Geste des Loherains dont ils intègrent intelligemment les données. Quel peut donc être le sens de cette intrusion de la magie dans notre Cycle ?

24Nous ne ferons ici qu’indiquer quelques perspectives, dans l’attente d’une édition complète utilisable d’Anseÿs de Metz.

25Il est bien évident que cette parenthèse dans l’action avait d’abord une fonction ornementale et divertissante, un peu comme pouvait l’être pour le public la première partie romanesque de Hervis de Mes. Qui en voudrait au continuateur de nous parler momentanément d’autre chose que des grands coups d’épées qui forment le fond principal de la Geste, laquelle a déjà couru sur plus de quarante-cinq mille vers à ce moment de l’action ? De toute façon, trois manuscrits nous ont transmis ces épisodes, sans compter la prose de l’Arsenal et celle de David Aubert : il faut bien admettre que le public devait y trouver son compte.

  • 24 Le poète nous gratifie au passage d’une petite scène de déclaration amoureuse (L58c-59a).

26En second lieu, et pour paradoxale que puisse paraître la proposition, ces épisodes introduisent, en définitive, un peu d’humanité dans un monde de brutes épaisses. En effet, l’idylle qui s’est établie entre Jorin et Florette l’emporte sur les intérêts des lignages, puisque Jorin s’interdit de nuire à son futur beau-père, attitude louée par Judith lors du retour des deux magiciens à Arles : en d’autres termes, l’amour l’emporte sur la haine, la jeunesse et la beauté24, l’intelligence et l’avenir sur le passé et la vengeance. C’est là une épine bien plantée dans l’idéologie de la chanson de geste qui roule sur la mort et la violence infinie. La première réaction de Jorin devant le spectacle du siège de Géronville est, à cet égard, éloquente et ne doit pas être considérée seulement comme une réaction partisane :

« Dex, dist li clers, par ton saintisme non,
Comme cil se poinent de ces destruire tos ! » L62c

27Dans ces conditions, il faut sans doute reprendre quelques aspects du personnage de Tulles qui porte, malgré la figure de Jorin, l’essentiel des deux passages sur ses épaules.

  • 25 Cf. L. Thorndike, op cit., tome III, p. 96. Son surnom de Graecus, certes, doit nous rappeler que (...)
  • 26 Cf. M. De Visser-Van Terwisga, « Amphïaraos et quelques autres devins et magiciens dans les Estoir (...)
  • 27 Cf. en particulier p. Vereist, art. cité, qui en étudie une quinzaine ; voir aussi A. Moisan, Répe (...)
  • 28 Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres n° 20. Bruxelles- (...)
  • 29 Renaut de Montauban, éd. J. Thomas, TLF n°371, Droz 1989 ; en particulier les vv. 10501-10529, 126 (...)
  • 30 Mort Maugis, éd. F. Castets, Revue des langues romanes, tome 36, 1892, pp. 281-314, notamment lors (...)
  • 31 Maugis d’Aigremont, éd. P. Vernay, Romanica Helvetica 93, Berne 1980, en particulier le duel à mor (...)
  • 32 Vivien de Monbranc, éd. W. Van Emden, TLF 344, Droz 1987 ; en particulier le passage où Maugis met (...)
  • 33 Jehan de Lanson, éd. J. V. Myers, University of North Carolina Press, Chapel Hill 1965 ; en partic (...)
  • 34 Cf. par exemple, F. X. Dillmann, Les magiciens de l’Islande ancienne, Thèse, Caen 1986, pp. 156-16 (...)
  • 35 Tempêtes et déluges provoqués, potions, connaissance du langage des animaux, illusions visuelles, (...)

28Nous lui avons cherché, en vain, une origine dans la littérature ancienne ; mais ce n’est probablement pas ainsi qu’il faut procéder. Peu importe au fond qu’un certain Tullius Graecus soit l’une des autorités de tel ou tel grimoire alchimique25 ; peu importe que notre Tulles (en relation ou non avec son disciple Jorin) puisse faire penser à d’autres enchanteurs qui interviennent dans certaines œuvres romanesques, comme l’Amphïaraos du Roman de Thèbes26, ou dans certaines chansons de geste27, comme l’Auberon de Huon de Bordeaux28, le Maugis du Cycle de Renaut de Montauban, moins à vrai dire le Maugis de la Chanson de Renaut de Montauban elle-même29 que celui de la Mort Maugis30 ou celui de Maugis d’Aigremont31 ou encore celui de Vivien de Monbranc32 ; quelques ressemblances peuvent encore être établies avec les Basin et Malaquin qui interviennent dans Jehan de Lanson33, sans compter les influences étrangères que l’on ne peut repousser a priori, ainsi telle ou telle saga islandaise ou norroise qui fait état de sorciers capables de déclencher des tempêtes (réelles, il est vrai)34, ou encore la Gesta Danorum de Saxo Grammaticus qui fourmille d’éléments magiques35.

29Il ne nous paraît pas opportun de développer ici ce bref sondage. De toute manière, dans une série de textes médiévaux entre lesquels l’intertextualité a joué, il est impossible, la plupart du temps, de décider qui a copié sur qui. Il faut d’ailleurs le reconnaître, notre enchanteur est assez typé pour qu’on ne puisse le considérer ni comme la copie d’un enchanteur antérieur, ni comme le modèle d’un enchanteur ultérieur.

  • 36 Peu importe, en définitive, que Cicéron n’ait pas pensé grand bien de la divination, bien qu’il fû (...)
  • 37 Nous reprenons cette information dans la maîtrise d’une de nos étudiantes de Valenciennes, Carolin (...)

30Une chose est établie, cependant, Tulles est un clerc, c’est même, pourrait-on dire, LE clerc. C’est peut-être là qu’il faut d’abord chercher la motivation de son nom : Tullius, c’est le nomen de la famille de Cicéron, le clerc par excellence pour le Moyen Age36 ; le rapprochement trouve sa justification dans d’autres rencontres qui peuvent difficilement être considérées comme fortuites : comme Tulles, Cicéron a quitté provisoirement sa terre natale pour parfaire ses connaissances en Grèce, où il a suivi les cours du rhéteur Molon et, accessoirement, du philosophe platonicien Antiochos d’Ascalon, auquel paraît renvoyer l’Antïocus li Gris de notre poème37.

  • 38 Cf. Anseÿs de Mez, éd. citée, vv. 4510-4520 et notre second passage (L57a), où est mentionnée en o (...)
  • 39 Cette fonction se retrouve, précisément, dans la Mort Maugis que nous évoquions plus haut (éd. cit (...)

31De plus, avec ses vingt-cinq mille vers, Anseÿs de Metz ne peut être que l’œuvre d’un clerc. Ce clerc aura eu à cœur de confier à un représentant de premier plan le soin d’incarner la clergie dans le texte. Si l’on y songe, le cursus de Tulles épouse le phénomène historique déjà repéré au Moyen Age de la translatio studii : Athènes > Rome > Paris (Cf. Annexe, vv.17-18). Le poète lui-même se trouve donc dans la patrie où la clergie a trouvé refuge. Et il ne se prive pas de faire miroiter sa culture antique : Ataines est citée cinq fois, une fois les noms de Grifonie, Terre des Gris, Ipocras, Aristote, Saïtaires ; de même, le poète évoque, à propos de la grande bataille en Santerre, la guerre de Troie et ses protagonistes, Elaine, bien sûr, mais aussi Achille le guerrier, Melïaus (Menelas), Priamus, Hector, Pâris38. Pour Rome, citée quatre fois dans le premier passage, il faut noter la mention des Senators auxquels revient la fonction d’élire le pape39.

32En définitive, n’aurait-on pas affaire ici à un poète un peu particulier, à un intellectuel revendiquant d’une manière quelque peu indiscrète sa place dans les interminables guerres au Loherain Garin, guerres devenues proverbiales dès le Moyen Age ?

33On comprendrait alors peut-être mieux le sens des paroles agressives que le poète prête, non sans ironie, au Bordelais Fouqueré contre l’enchanteur Tulles :

« Si m’aït Diex, çou a dit Fouquerés,
Je voroie ore avoir sen cief copé
Et de tous clers de le Crestïenté,
Fors mon neveu que vos ichi veés :
S’en seroit il assés tos[t] grans plentés ! » L62b

34C’est peut-être aussi le sens qu’il faut donner à la présence du vieux Pierron d’Artois sur la route du messager envoyé par Ludie à ses alliés flamands : ce serait le double négatif de l’enchanteur Tulles, la figure emblématique de la sagesse, non dans la clergie, mais dans la chevalerie :

C’ert li plus sages de France le païs : L26d (15)
On ne faisoit jugement a Paris
Dont a enqueste a Pierron ne venist
Et la verté de sa bouce desist.

35Et le poète de poursuivre :

Quant il fu jovenes et il estoit de pris,
Des plus lors homes de France le païs,
Ses encontrast, n’en doutast mie. X..
De Rainscevaus escapa il jadis,
De le bataille u Rollans fu traïs,
Si fu od Kl’ quant Espagne conquis.

36Voilà un chevalier bien extraordinaire. Pourtant, le poète développe la première information qu’il donnait juste avant le passage qui vient d’être cité :

Il avoit plus de .CC. ans et dis L26d (12)
Qu’il ne fu nés ne de mere nasquis,
Ne ne pooit mais aler ne venir.

Or est si viols, a poines puet seïr :
Quanque vis est to[s]t convenra morir L26d (26)

37C’est donc « tous feux éteints », comme aurait dit Paul Valéry, que Pierron d’Artois surgit dans le récit ! En vérité, il y fait piètre figure : il ignore la mort de Gerbert et celle de Fromondin et même le fait que ce dernier avait été chassé de Bordeaux plusieurs années auparavant. Il se contente d’abord de ressasser les griefs des Bordelais contre les Loherains et conclut :

« Se fuisce jovenes, par Deu ki le mont fist,
Jes en feroie cierement repentir ! » L27a (29)

38Après quelques imprécations contre Charles Martel et Pépin, rois incapables d’honorer les « preudomes », Pierron envoie le messager à Bauche li Cors. Paradoxalement, alors qu’il lance ses fils dans la guerre où ils vont, leur dit-il, savoir ce qu’ils valent sur un champ de bataille, le vieux Pierron d’Artois leur donne une leçon de sagesse, leçon qu’on doit pouvoir mettre au compte du poète :

« De ceste guerre me sui molt poi mellés,
Si vos dirai pour coi, se vos volés :
Par maintes fies me sui sovent pensés,
Et saciés bien que çou est verités,
Que çou estoit grans peciés criminés
Quant gent a gent estoient assamblés, L30b
Qu’il i avoit molt grans mortalités
Et d’uns et d’autres i avoit molt tués,
Et tout estoient en fons rengenerés ! »

39Mais le lendemain matin, contre toute logique, il donne de l’argent à ses fils et à ses barons et :

Molt les castie li viols cenus barbés
Et de bien faire les a amonestés...

40Les deux enchanteurs, on en conviendra, se sortent mieux de leurs contradictions. On ne peut pas en dire autant des combattants, notamment des Loherains : outre qu’on les montre dans des postures ridicules, fuyant des dangers imaginaires, nageant sur la terre ferme, grimaçant à qui mieux mieux et dansant comme des possédés, ils n’ont quant à eux dans l’épisode, comme Pierron d’Artois dans ses actes sinon dans ses pensées, rien appris ni rien oublié. Le poète nous les montre curieusement se moquant d’eux-mêmes ; ainsi lorsqu’Anseÿs rend compte de sa mésaventure à Tulles :

« Ne vos poist mie, biaus dols sire, por Dé, L66C (28)
Se jou n’ai mie encontre vos alé,
Car jou ai, sire, en males mains esté ;
Et s’avons, sire, malgré nos carolé :
N’a nul de nos ki tant ait de fierté
Que malgré sien n’ait hui. VII. fois tumé !

41Il ajoute, poussé par on ne sait quelle envie de plaisanter :

N’a tel baleur dessi en Duresté
Com Amauris que jou voi la ester :
Së il seuist .I. poi avoec canter,
Mais mot ne set de le bouce soner ! » L66d
Ot le Amauris, prés n’a le sens dervé ;
« Sire, dist il, or m’avés vos gabé ! ».

  • 40 Dès le premier échange de paroles entre les deux enchanteurs, Jorin propose que chacun des deux re (...)

42L’heure n’est pourtant pas à rire, du moins dans le récit ; pour ce qui relève de l’humeur du narrateur, jouant ici avec ses personnages, c’est tout autre chose. Quoi qu’il en soit, chez les clercs, on trouve presque tout de suite le moyen de parvenir à une paix honorable40, alors qu’entre Loherains et Bordelais cela paraît définitivement impossible.

43Il va donc falloir faire une fin. Et le poète, nous voulons croire qu’il le fait en toute conscience de ses effets, y parvient par une sorte de feu d’artifice narratif. Deux batailles meurtrières sous Bordeaux entraînent le déplacement de l’action vers le nord, sous la responsabilité du roi Pépin. C’est alors une véritable Apocalypse qui règle le problème de manière esthétiquement originale : il s’agit bien d’une guerre totale, où même les femmes, les mères, les filles, les sœurs, les amies des combattants interviennent, comme s’il fallait montrer que la surenchère - petit jeu favori des deux lignages sur lesquels repose la Geste tout entière -, la surenchère ne mène à rien ; comme s’il fallait démontrer que les motifs narratifs, les motifs rhétoriques et la saturation des paradigmes offerts par l’arsenal épique sont incapables de déboucher sur une solution positive.

  • 41 Il ne se relèvera plus de ses blessures que pour se retirer, tourmenté par le salut de son âme, à (...)

44Il ne restera plus qu’à éliminer les deux derniers représentants respectifs de chacun des deux lignages dans une guerre ultime, qui fait un peu combat d’arrière-garde après la bataille de Santerre, et c’en sera fini des proverbiales guerres au Loherain Garin. Le grand ménage, si l’on ose dire, se fait sur moins de soixante vers (8760-8881 de l’édition H. J. Green) : Ludie, instigatrice de la vengeance de Fromondin, est tuée par son mari Hernaut (v. 8760), Hernaut tombe sous les coups de Bauche li Cors (v. 8783), Gérin son frère est définitivement jeté à terre par les femmes de l’armée de Ludie (v. 8811)41.

  • 42 Il meurt, dans l’édition citée, au v. 14060.

45Cette fois, les Loherains paraissent mieux traités que les Bordelais, car il n’y a plus maintenant qu’un enfant sans relief pour représenter la descendance directe de Fromont, alors que le roi Anseÿs, petit-fils de Garin, sort indemne de la bataille et occupe le récit pour plus de quatre mille vers encore42. Pourquoi un tel sursis accordé à ce personnage ? Il ne faut y voir aucune partialité du poète en faveur des Loherains, mais plus probablement une intention démonstrative : jusqu’ici, le fils de Gerbert, si lâchement assassiné, était une victime, mais maintenant, c’est lui qui choisit délibérément de relancer la guerre par l’assassinat de Bauche li Cors, se faisant ainsi l’artisan de sa propre perte.

***

  • 43 Le manuscrit S semble refuser de fermer définitivement la voie d’un rebondissement en préférant, c (...)

46Le Cycle s’achève donc sur un cas de figure inédit, puisque dans tout le récit antérieur, c’est toujours un Bordelais qui a relancé la guerre. On remarquera aussi que se trouve conjurée toute possibilité d’un nouveau recours à la magie car, alors qu’Anseÿs bat le rappel de ses alliés, le poète se souvient de notre enchanteur, mais seulement pour noter : « Tulle manda, mais il n’iert mie en vie »43.

  • 44 Cf. A. Adler, « Les Lorrains et les Bordelais se différencient avec autant de netteté que le jour (...)

47Il se pourrait donc bien qu’à la fin d’Anseÿs de Metz, tout faux-fuyant écarté, il n’y ait plus de bons ni de méchants, ou pour parler plus finement, de personnages de lumière ni de personnages de l’ombre44, mais seulement un monde usé et parvenu à son terme, dont le vieux Pierron d’Artois radoteur et perclus serait la figure emblématique. Cependant, pour prendre pleinement la mesure de l’événement, pour tenter de mettre vraiment en lumière le sens du poème d’Anseÿs de Metz, nous attendrons que le texte soit enfin publié dans son intégralité et que la patrie de son auteur, si cela est possible, soit mieux cernée.

48Quoi qu’il en soit, nous avons du mal à nous persuader que le clerc à qui l’on doit Anseÿs de Metz n’ait pas, en assumant la mission de mener le Cycle à une conclusion, pris un plaisir certain à en finir avec les Loherains et les Bordelais.

***

Annexes

ANNEXE = Le magicien Tulles

….
« Or m’ascoutés, çou a dit Anseïs : L45b (15)
De cel boin mestre45 nos avés conté ci S194c (17)
Et s’a cascuns de nos dit son avis : U32c (23)
4 Or vos dirai le mien par saint Denis !
J’ai un parent en cel autre païs,
Nés fu a Arle le citet signoris ;
Droit a Ataines fu il portés petis
8 Et en l’escole d’Ataines fu apris.
Si demora des ans .LX. et dis
En Grifonie cel estrange païs.

Choix de variantes : 1 Seul U ouvre une nouvelle laisse - 9 des ans. XLVI. U -

Illuec l’aprist Antïocus li Pis :
12 I. des boins clers quë onques Dex fesist,
Li fius Argus de Duras le Marcis
Ki tant siervi Ipocras ja par dis,
Ki tant fu sages et de grant sens garnis.
16 Par car de truie q’il manga fu peris,
Dont fu clergie a Ataines enpris.
Puis vint a Rome et de Rome a Paris.
N’a pas .X. ans passés në acomplis,
20 Mors fu a Rome l’apostolies Teris ;
Li Senator en orent consel pris,
A apostolie fu cis apriés eslis :
Et si l’euïsscent en la caiere assis L45c
24 Ne mais li clers les en ot escondis
Pour une feme quë il par amoit sis,
Car a Ataines manoit uns Sarrasins
Ki avoit feme biele cum a devis
28 Et une fille bielë od le cler vis,
Le plus tres biele quë onques Dex feïst ; U32d
Il n’estoit riens a amender en li :
Ele iert courtoise et sage de bons dis,
32 N’a si saint home en France le païs,
N’en tot le mont, jou cuiç, nus si eslis,
S’il l’esgardast amont enmi le vis,
De sa biauté ne fust tous esbahis ; S194d
36 Si quidast bien et se li fust avis
Qu’ele venist lasus de Paradis.
De cele dame fu li clers si soupris
Que la mena a Arle en son païs
40 Puis l’espousa, si l’ot a feme pris :
Cele puciele avoit a non Judif
Et li clers Tuiles ki fu preus et gentis.
Antïocus ki fu de sens garnis
44 Premierement l’ot a gramare mis ;
Cele gramare li ensegne a ses dis
Toutes les letres et le sillabe ausis,
Et le ditonge comment siet par devis ;

Choix de variantes : 11 A. li Gris S -13 Ayeus de Dynas S, de Duras le Maistis U - 18 manque dans S - 25 si U - 46-75 manquent dans S - 46 les letres les sillebes a. U - 47 la d. U -

48 Et de cest art si fermement [l’aprist]
Que le siervice de Deu de Paradis
[C’ont] fait li saint que Deus a beneïs
Set plus avant que clers tant soit eslis.
52 Apriés gramarie a musique l’a mis
Et a canter si bien li a apris,
Et li vallés grant entente i a mis
Qu’en estrument ne trova son Davis
56 Que plus encore assés n’en seuïst cis.

Apriés musique li clers li ensegna
Dïalenike ki bien li devisa
Le fause loi et se li desevra ; L45d
60 Et retorike apriés li demoustra
Ki a parler si droit apris li a
Qu’el mont n’est hom quë il en doutast ja ;
Par icest art tel cose entreprendra
64 Dont mains frans hom apriés lui se diolra.

Gïometrie li aprist par vigor,
Ki li ensegne des biens et des dolors
A mesurer, et les vaus et les mons.
68 Par icest art sorent li Senator
Ki jadis furent en Rome le Major
Faire les viles, les castiaus et les bors,
72 Et quantes liues il a ens en [lor] tor,
Et quantes pieres covint en une tor.
Par icest art que nous chi vos disons
Fu mesuree Tiere Promissïons,
Combien ele ot et de let et de lonc.

76 Apriés cest art aprist arimetrie
Ki li aprent et ensegne et devise
Trestous les nombres des coses ki sont vives : U33a

Leçons rejetées : 48 l’apris - 509 - 71 son -

Choix de variantes : 48 f. apris (sic) U - 50 C’ont U - 52 a fisique l’a m. U - 55 Qu’ainc a nul jor tant ne sout s’ d8 ( ?) U - 57 Aprés fisique U (simple initiale) - 58 Dïaletique et b. (initiale de laisse décalée à ce vers) U - 65 Aiometrie (sic) U - 71 manque dans U - 72 covient U - 76 arismetike S -

Ki set cest art, ne vos mentirai mie,
80 S’il voit .I. ost en une praerie,
Il saroit tost le nombre d’aus meïsme,
Quant home il sunt ens en lor compagnie

Apriés aprist li clers astrilogie :
84 Çou est une ars ki molt est covoitie ;
Ki le saroit, molt li plairoit se vie
Et s’en aroit honour et manandie,
Et grant avoir et molt grant signorie.
88 Il saroit bien c’on fait en Roumenie
U quë on fait dela en Paenime
U par deça en France le garnie,
U tot partot le monde ki tornie ;
92 Par icest art fu Josep trestous sire
De Faraon et de sa compagnie.

Ki set cest art, ne vous en qier mentir,
Il set molt bien qu’il est a avenir ; L46a
96 Së il veoit. II. campïons venir
Ki en un camp duïsscent escremir,
Il saroit bien li qués devroit venquir.
Li Senator de Rome, sans mentir,
100 Par icest art conseilloient jadis
Des fors batailles et des pesans hustins
Quë on faisoit en estranges païs ;
Molt bien savoient ki en avoit le pis.
104 En icest art sorent, je vos plevis,
Tot li .III. roi que nés fu Jhesu Cris,
Ki [le] requisent des estranges païs
Et par l’estoile ki aparu ausi.
108 De ces .VII. ars que jou chi vous devis
Lut il .I. livre trestot, je vos plevis ;
A nigremance a daarains le mist :
Çou est .I. ars des .VII. li plus haïs

Leçon rejetée : 106 les -

Choix de variantes : 83 austrologie U, astronomie S - 90 manque dans S - 94 début de laisse non marqué dans U- 102 manque dans U-103 aroit SU - 106 le SU - 110 A yngremance S - 111 Chou est li ars S, Cë est .VII. art des .VI. le plus haïs (sic) U-

112 Car li dïables en est tous poestis ; S195a
Ki de cest art aprent, je vos plevis,
N’est mie molt des dïables haïs ;
Par icest art set on les larencins
116 Que laron font et par nuit et par dis ;
Et s’en va on en .I. jor .XX. païs ;
Et s’en set on des abés des mastins ;
Et s’en [set] on des oiseillons les cris
120 Et des calandres, d’estorniaus, de mauvis :
Il n’est oisiaus el mont tant soit petis
Ne tant soit grans, mervellous ne furnis,
Qu’il ne seuïst sa raison et ses dis.
124 De lui meïsme fait bien une petris,
U un ostoir, faucon u esmeris ;
De .II. torcas fait bien .II. biaus roncis ;
Ja ne seroit en si fort prison mis
128 Qu’il n’en isscist ains qu’il fust miedis.
Çaus de laiens aroit en un jor pris
Et tos destruis et les palais bruïs ; U33b
Et s’il voloit, tos les prenderoit vis, L46b
132 Ja n’en seroit nés.I. tous seus mal mis,
Ne n’i avroit mellees në estris !
- Molt a de sens ! çou a dit Amauris,
Pleuïst a Deu, le roi de Paradis,
136 Quë il fust ore entre nous chi assis !
Si destruiriens nos morteus anemis
Ki ne nous dotent vallant .I. paresis,
Car nes prendriens en .X. ans acomplis !
140 - Mandés le sire ! çou a dit Hernaïs ;
- Molt volentiers, çou a dit Anseïs,
Car par Jhesu ki en la crois fu mis,
Forment desire que cis castiaus fust pris
144 Et s’ai grant doute de çaus de mon païs
Que ne se metent Paiien et Sarrasin ».
Il en apiele son vallet Talamin...

Leçon rejetée : 119 sert -

Choix de variantes : 117 manque dans U - 118 les abais SU - 119-120 manquent dans SU- 126 torkars S, torchas U –

Notes

1 Anseÿs de Mes, Les Presses Modernes, Paris 1939 ; à titre d’exemple, un passage où il manque le mot jors donne la lecture suivante = La fame Bauche a uit enfant puant (v. 5508, là où il faudrait lire : La fame Bauche a[n].VIII. [jors] enfant prant (= tombe enceinte après huit jours de mariage) ; le mot jor avait déjà été oublié par le copiste deux vers plus haut et réintroduit à juste titre par l’éditeur ; son refus injustifié d’intervenir à nouveau dans le v. 5508 nous vaut cette singulière leçon...

2 Hervis de Mes, éd. J. C. Herbin, Droz, TLF 414, Genève 1992, vv.4170-80 ; que ce genre d’événement ait à voir avec la magie, on ne serait pas loin de le conclure quand on constate que le personnage du brigand qui fait les frais de ce « miracle » annonce, par son nom (Hinbaut/ Honbaut/ Humbaut), celui d’un maître de magie qui sera évoqué dans Jehan de Lanson (Hombauz. uns turs de Duresté v. 2697) ; le toponyme Duresté figure aussi dans Anseÿs : ces rencontres, même très ponctuelles, montrent à quel point la circulation des personnages et des noms caractérise nos chansons. Pour le lien quasi organique qui a pu exister entre les larrons et la magie, voir l’article très riche de P. Verelst, L’enchanteur d’épopée - Prolégomènes à une étude sur Maugis, dans Romanica Gandensia XVI, pp. 119-162 et plus bas, notre note 4.

3 Cf. Hervis de Mes, éd. citée, Annexe XVI, pp. 461-463 et XXIV, vv. 406-452, pp. 484-485.

4 Nous publierons prochainement ce petit texte, dont les liens avec la magie mériteraient peut-être d’être mieux établis ; en effet, Hervis y capture et convertit un corsaire sarrasin nommé Piecoulais : or, Picolet est précisément le nom d’un larron magicien dans La Bataille Loquifer, Les Enfances Renier, Les Enfances Vivien, et Le Moniage Rainouart. Là encore, même s’il ne s’agit que d’une rencontre de détail, les liens entre la Geste des Loherains et le Cycle de Guillaume paraissent assurés (Cf. notre communication sur ce sujet au Colloque de Bologne d’octobre 1996 « Guichardet / Begonnet : une rencontre entre le Cycle de Guillaume et la Geste des Loherains ? », parue dans Medioevo Romanzo XXI, 1997, pp. 276-295). Dans le même ordre d’idées, on notera que le messager utilisé par Hervis juste avant ce passage s’appelle Tapiniaus, nom d’un Sarrasin dans la seule chanson de Maugis d’Aigremont, dont les liens avec l’univers des magiciens ne sont plus à démontrer.

5 Si l’on admet, comme nous le faisons, le découpage des textes tel que l’ont proposé F. Lecoy et J. P. Martin, et tel que l’a retenu Mme Iker-Gittleman, Garin le Loherenc, Honoré Champion, CFMA 117-119, Paris 1996-97.

6 Citation d’après Garin le Loherenc, éd. A. Iker-Gittleman.

7 P. Verelst, art. cité, p. 129. Sur le personnage de Manuel Galopin (mais non sur ses talents magiques), on consultera P. Jonin, « Les Galopins épiques », dans les Actes du VIème Congrès de la Société Rencesvals, Aix-en-Provence 1974, pp. 731-745.

8 D’après l’édition de Mme Iker-Gittleman ; la forme sorce nous paraît curieuse et n’a été relevée par aucun lexicographe ; peut-être vaudrait-il mieux écrire sorcé.

9 Trace d’une lacune que ne comblerait aucun manuscrit ? Il faudrait, pour répondre, être... magicien, ou pour le moins devin.

10 Cf. Gerbert de Mez, éd. p. Taylor, Bibliothèque de la Fac. de Philosophie de Namur, fasc. 11, Namur-Louvain-Lille 1952 :
2720 Fromons manda l’engigneor Maurin,
Cil fu conpainz Coustan d’outre marin. (= A)
C’est bien en sa qualité d’engigneor que ce personnage (que plusieurs manuscrits nomment Mauri et X Amauri) mérite d’être cité ici ; en effet, son art de bâtisseur d’engin (en l’occurrence une tour mobile) nécessite une bonne connaissance des mathématiques qui le rapproche, tant soit peu, du vrai magicien auquel nous nous attacherons plus loin. Il faut cependant avouer que le texte insiste surtout sur les connaissances techniques de l’engigneor Mauri :
2723 Plus sot de fust que nus clers de latin
(Il s’y connaissait plus en charpenterie qu’aucun clerc en latin).
Nous n’en savons pas plus sur Coustant d’outre marin (var. Coutain VW. Ostanz O, d’outre le Rin VWY), si ce n’est qu’il réapparaît sous le même nom dans le passage que la Chevalerie Ogier de Dannemarche a emprunté à peu près mot pour mot à Gerbert et qu’il sera encore question d’un Coustant dans l’épisode d’Anseÿs étudié plus loin. On notera que l’engigneor Mauri vient d’outremer ; la variante du manuscrit X montre la même hésitation (Mauri/Amauri) que l’on repère dans Maugis d’Aigremont où le magicien est nommé tantôt Maugis, tantôt Amaugis ; en outre, il existe un engigneor Amaugis dans Auberi le Bourgoin, ce qui rapproche les deux personnages ; de même, le devin Otrans qu’on rencontre dans la Bataille Loquifer, paraît avoir influencé le copiste du manuscrit O. Enfin, il est fait précisément allusion au personnage de l’engigneor Mauri (cel boin mestre L 45b) de Gerbert juste avant la mention par Anseÿs de l’existence d’un personnage nommé Tulles, magicien dont nous allons largement reparler.

11 En vérité, deux états d’une même version dont nous voulons croire qu’ils donnent intégralement le contenu du poème primitif ; en effet, outre que cette version parvient à une conclusion très satisfaisante du Cycle, la fidélité de Philippe de Vigneulles à ses modèles en vers est largement établie par la comparaison que l’on peut faire entre son dérimage et les témoins en vers qui nous sont parvenus pour Hervis, Garin et Gerbert.

12 Thulles, Tuiles, Tules (appelé une fois li Barbés, pour l’assonance). Signalons la curieuse forme qui apparaît une fois sous la plume de David Aubert : Tailles (Bibliothèque Royale Albert Ier <I>-09, f° 179)

13 Le premier passage occupe 146 vers, soit dans L (BN. fr. 24377) les ff°45b (15)-46b (15), dans S (BN. fr. 4988) les ff° 194c (16)-195a (32), dans U (Vaticano lat. Urbino 375) les ff° 32c (22)-33b (17).

14 Bibliothèque Royale Albert Ier <I>-09, f° 175.

15 Le fief d’Arles serait en Espagne (le texte l’indique à deux reprises ; Arles-sur-Tech ?) ; on ne peut que s’étonner, dans ces conditions, de ne rencontrer aucune mention de Tolède parmi les lieux visités par Tulles pendant sa jeunesse et sa formation ; mais cela a peut-être pour but, précisément, d’éviter que le public ne le confonde avec les magiciens habituels.

16 Serait-ce le même Antiochus que celui dont il est fait mention parmi les sources probables du Pseudo-Aristote de la Bodleian Library (Cf. L. Thorndike, History of magic and experimental science, Columbia University Press, 4 volumes, New York and London, 1923-1934, rééd. 1964-1966, tome II, p. 275) ? S’agit-il d’une allusion au philosophe Antiochos d’Ascalon ? Voir plus bas.

17 Outre les définitions données pour les mots désignant les diverses matières évoquées, les mots eux-mêmes doivent pour plusieurs d’entre eux être considérés comme des premières attestations, le manuscrit L étant daté du milieu du xiiième siècle (communication personnelle de Mme F. Callu, Conservateur à la BNF).

18 Nous ne poserons pas ici la question de savoir s’il s’agit d’un Trivium et d’un Quadrivium canoniques (Grammaire, dialectique, rhétorique, et arithmétique, musique, géométrie, astronomie/astrologie), mais la recherche mériterait d’être approfondie ; en effet, nous avons dans L exactement le même ordre des matières que dans une famille de manuscrits du Pseudo-Turpin (musique au second rang), lorsque sont décrites les peintures des sept arts que Charlemagne fit exécuter sur les murs de son palais d’Aix, Cf. A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe I, La geste de Charlemagne et de Roland, Droz 1961, pp. 128-129 et 306 ; voir aussi les remarques complémentaires de C. Buridant dans La traduction du Pseudo-Turpin du manuscrit Vatican Regina 624, Droz 1976, pp. 3 et 119-120. Dans le Pseudo-Turpin, la première matière est la logique, alors que dans notre passage c’est la grammaire, mais la Chronique dite saintongeaise, (éd. A. de Mandach, Beiheft zur Zeitschrift fur romanische Philologie, Heft 120, Niemeyer, Tubingen 1970, p. 325) qui dérive du Pseudo-Turpin, donne bien la grammaire au premier rang.

19 De. II. torcas fait bien.II. biaus roncis (L), torchas (U), torkars (S; s’il s’agit bien, comme le contexte le suggère très fortement, de l’ancêtre de notre toquard, il convient donc de remonter l’apparition de ce mot de la fin du dix-neuvième au milieu du treizième siècle.

20 Le lien de la magie, même blanche (ainsi quand Tulles se signe au nom de Dieu avant d’officier pour la guérison de Constant de Milan dont nous allons parler), avec les puissances infernales et la mort paraît suggéré par la présence d’un crapaud, lors de cette scène, « Sor une tombe ki faite ert de novel ».

21 Ce second passage occupe 2300 vers, soit dans L les ff° 54d (22)-70d (14), dans S les ff° 201c (3)-213c (15), dans U les ff° 39c (38)-51d (8).

22 Noter que N seul fait encore état d’un Basin de Saint Richier (éd. citée v. 2932), ce qui suggère que le nom de Saint Richier, pour une raison inconnue de nous, a pu être lié à l’univers des enchantements, auquel renvoie le nom de Basin.

23 Cf. J. C. Herbin, « La mise en prose de la Geste des Loherains dans le manuscrit Arsenal 3346 », dans Bien dire et bien aprandre n° 13, 1996, Revue du Centre d’études médiévales et dialectales de Lille III, pp. 237-256 (en particulier, les pp. 244-245 et l’Annexe des pp. 253-256).

24 Le poète nous gratifie au passage d’une petite scène de déclaration amoureuse (L58c-59a).

25 Cf. L. Thorndike, op cit., tome III, p. 96. Son surnom de Graecus, certes, doit nous rappeler que le Tulles de notre poème commence à étudier à Athènes.

26 Cf. M. De Visser-Van Terwisga, « Amphïaraos et quelques autres devins et magiciens dans les Estoires Rogier », dans les Actes du Colloque de Saint-Malo (5-9 juin 1992), Zauberer und Hexen in Kultur des Mittelalters, Wodan 33, 1994, pp. 45-57, (en particulier les pp. 53-55).

27 Cf. en particulier p. Vereist, art. cité, qui en étudie une quinzaine ; voir aussi A. Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste, 5 vol., Droz 1986, t. I, vol. 2, p. 981, t. II, vol. 3, p. 632 et vol. 4, p. 488, où sont rassemblés les noms d’une quarantaine d’enchanteurs, magiciens et sorciers.

28 Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres n° 20. Bruxelles-Paris 1960 ; notamment pour le cor magique qui fait danser et chanter ceux qui l’entendent (Cf. vv. 3263, 3272, 3383, 5617, 6611).

29 Renaut de Montauban, éd. J. Thomas, TLF n°371, Droz 1989 ; en particulier les vv. 10501-10529, 12619-12656.

30 Mort Maugis, éd. F. Castets, Revue des langues romanes, tome 36, 1892, pp. 281-314, notamment lorsque Maugis est sur le point d’être fait pape (vv. 1160-1174).

31 Maugis d’Aigremont, éd. P. Vernay, Romanica Helvetica 93, Berne 1980, en particulier le duel à mort des enchanteurs Maugis et Noiron, où s’enchaînent illusions visuelles et auditives, où Noiron convoque les diables de l’enfer et apprend qu’il ne peut rien contre Maugis protégé par une pierre merveilleuse (vv. 7501-7818) ; la grande différence avec notre poème, c’est que Jorin/Joron, malgré la consonance de son nom avec celui de Noiron, refuse de se mesurer vraiment avec son maître Tulles et qu’il n’y a, par conséquent, pas de victoire de l’un sur l’autre.

32 Vivien de Monbranc, éd. W. Van Emden, TLF 344, Droz 1987 ; en particulier le passage où Maugis met en fuite ses poursuivants en suscitant le mirage d’une rivière torrentueuse (vv. 360-368, p. 72).

33 Jehan de Lanson, éd. J. V. Myers, University of North Carolina Press, Chapel Hill 1965 ; en particulier les vv. 2351 et suivants.

34 Cf. par exemple, F. X. Dillmann, Les magiciens de l’Islande ancienne, Thèse, Caen 1986, pp. 156-166.

35 Tempêtes et déluges provoqués, potions, connaissance du langage des animaux, illusions visuelles, pouvoir d’émousser les épées... Cf. La Geste des Danois, trad. J. P. Troadec, L’aube des peuples, Gallimard 1995, en particulier pp. 55, 110, 171-173, 174, 220, 227-228, 281, 283, 286, 362 et 398-399, même si Saxo Grammaticus ne pense pas grand bien de ces pratiques (Cf. trad. citée, p. 243). Il convient de noter que Saxo Grammaticus a peut-être voyagé en France dans les années 1170-1180 (Cf. la Présentation de la traduction citée, par F. X. Dillmann, p. 13).

36 Peu importe, en définitive, que Cicéron n’ait pas pensé grand bien de la divination, bien qu’il fût augure.

37 Nous reprenons cette information dans la maîtrise d’une de nos étudiantes de Valenciennes, Caroline Wauquier, qui a travaillé sur le premier passage que nous avons présenté et qui prépare actuellement un DEA sur l’ensemble de la tradition concernant les deux épisodes où intervient l’enchanteur Tulles.

38 Cf. Anseÿs de Mez, éd. citée, vv. 4510-4520 et notre second passage (L57a), où est mentionnée en outre Dienesse (Diane).

39 Cette fonction se retrouve, précisément, dans la Mort Maugis que nous évoquions plus haut (éd. citée, vv. 1. 160-1174). On rencontre la mention des Sénateurs dans notre poème à propos de la géométrie et de l’astrologie divinatoire, comme dans la Chronique dite saintongeaise (Cf. éd. citée, 325-326) à propos des fresques représentant les sept arts dans le palais de Charlemagne à Aix.

40 Dès le premier échange de paroles entre les deux enchanteurs, Jorin propose que chacun des deux retourne dans son pays : « Ses laissçons ci de guerre maintenir, S’en ait li pis cui que le puist venir » (L67b) ; et dès qu’il reconnaît Jorin, Tulles est déjà, au fond de son cœur, prêt à quitter la partie, pourvu qu’il puisse le faire honorablement (« S’a vilonie nel peuist on noter » L67c). On peut se demander si l’auteur porte le même regard sur toutes les formes de magie : en effet, la magie blanche pratiquée par Tulles pour guérir le duc Coustant de Melans lui procure deux villes en récompense ; au contraire, toute la magie noire déployée par Tulles et Jorin à Géronville n’aboutit à rien et ne procure aucun salaire aux magiciens.

41 Il ne se relèvera plus de ses blessures que pour se retirer, tourmenté par le salut de son âme, à Cluny où il mourra à plus de cent dix ans (Cf. vv. 8971-74 et 9003).

42 Il meurt, dans l’édition citée, au v. 14060.

43 Le manuscrit S semble refuser de fermer définitivement la voie d’un rebondissement en préférant, comme second hémistiche : « mais on nel trouva mie ». On notera toutefois dans tous les témoins la présence de l’épisode où Bauche endort ceux qui sont venus pour le tuer : mais c’est un miracle chrétien, qui révèle la méchanceté des assassins et non les pouvoirs magiques de Bauche (Cf. éd. citée, vv. 9413-9417).

44 Cf. A. Adler, « Les Lorrains et les Bordelais se différencient avec autant de netteté que le jour et la nuit, mais ensemble ils constituent également une unité, de même que cette unité existe entre le jour et la nuit. Tous deux font partie du crépuscule auquel la noblesse féodale, aux alentours de 1200, n’aspirait sans doute pas, mais qu’elle a rencontré en battant en retraite » (notre traduction) Rückzug in epischer Parade.., Analectica Romanica II, Frankfurt am Main 1963, p. 136.

45 Allusion à l’engigneor Mauri de Gerbert, dont il vient juste d’être question dans le conseil tenu par les Loherains (Cf. notre note 10).

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis.

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540