Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Andrieu de la Vigne l'Enchanteur : magie dramatique et illusion temporelle dans le Mystère de saint Martin (1496)

Pascale Dumont

Texte intégral

1Magie et enchantement ne constituent pas uniquement le thème ou l'un des motifs dont est tissée la trame de bon nombre d'œuvres littéraires médiévales. Ils peuvent aussi compter au rang des objectifs d'écriture, lorsqu'un auteur joue des apparences dans le but - avoué ou non - de charmer ses auditeurs ou ses lecteurs au point de leur faire prendre une réalité pour une autre. Dans cette optique, l'effet d'illusion recherché résulte de l'application d'une ou de plusieurs techniques d'écriture et de gestion de l'action. C'est ce point de vue sur la magie littéraire médiévale qui sera envisagé dans les lignes qui suivent, par le biais de l'analyse d'un Mystère. Dans cette dramatisation de la vie d'un thaumaturge, ce ne sont point les actes miraculeux du protagoniste qui retiendront l'attention ici, mais la fonction de magicien du temps que remplit l'auteur dramatique, s'ingéniant à susciter chez son public l'illusion d'assister au déroulement d'une existence entière alors qu'il ne lui est donné de voir que quelques journées de spectacle.

L'œuvre, son auteur, ses sources

  • 1 On trouvera une biographie d'A. de la Vigne ainsi qu'une bibliographie à son propos dans l'édition (...)

2Ce dramaturge, Andrieu de la Vigne, a vécu durant la deuxième moitié du xve siècle et les premières années du xvie siècle1. Poète fécond, auteur de nombreux textes de circonstances, il a aussi été historiographe des rois de France Charles VIII et François Ier.

  • 2 Le texte du procès-verbal est repris dans l'édition Duplat (op. cit., pp. 117-122).

3L'œuvre dramatique retenue ici est un Mystère de saint Martin qu'Andrieu de la Vigne a écrit sur commande en 1496 pour le faire représenter dans la localité bourguignonne de Seurre, comme en témoigne le procès-verbal du spectacle2. Le Mystère, qui compte 10.445 vers répartis sur trois journées de représentation, ambitionne de montrer la vie entière du thaumaturge entre la fin de son adolescence et sa mort à un âge avancé.

  • 3 A. Duplat dresse un constat détaillé des divergences de l'œuvre d'Andrieu de la Vigne à l'égard de (...)
  • 4 ibid. Pour le texte narratif de Gatineau, on pourra se reporter à l'édition de W. SÖDERHJELM, Péan (...)

4Pour ce faire, l'auteur a selon toute vraisemblance puisé l'essentiel de la trame de son œuvre à la source latine première en la matière, la Vita sancti Martini, écrite encore du vivant même du saint homme, à la fin du ive siècle, par l'un de ses disciples, Sulpice Sévère. Il apparaît à travers l'analyse d'André Duplat que le Mystère de saint Martin reprend la matière de la quasi-totalité des épisodes de la Vita et de trois épîtres qui la complètent, à l'exception, essentiellement, de certains miracles dont Martin a été lui-même le bénéficiaire, et de miracles particulièrement difficiles à mettre en scène3. S'y ajoutent, de loin en loin, un miracle repris à la Légende dorée ou un épisode de la Vie de Monseigneur saint Martin de Péan Gatineau4. On est donc bien renseigné sur les sources utilisées par Andrieu de la Vigne, ce qui permet d'autant mieux de cerner les apports propres au dramaturge.

5On peut certes débattre à propos des qualités littéraires de l'œuvre, rédigée en cinq semaines seulement selon le procès-verbal, et qui n'atteint ni le raffinement de style ni la subtilité présents dans d'autres Mystères, tel celui de la Passion d'Arnould Gréban. Cependant -et c'est là le motif de la présente étude - Andrieu de la Vigne se montre un véritable virtuose dans sa manière d'aborder la temporalité du sujet. Car il avait à relever un défi de taille : celui de représenter toute une vie en trois journées de spectacle.

Quelles techniques dramatiques utiliser pour gérer une longue durée ?

  • 5 Ainsi, un mime fait disparaître Adam et Eve en enfer avant même que Caïn ne tue Abel. Cet exemple (...)

6Plusieurs options s'offraient à lui, certaines résolument conventionnelles, d'autres plus illusionnistes. Parmi les solutions envisageables, une première possibilité réside dans l'usage de signaux symboliques pour passer d'un événement à un autre situé plus loin sur la ligne du temps. Comme dans un livre où chaque changement de chapitre permet d'opérer un saut dans l'action, le théâtre dispose de signaux conventionnels de passage à l'épisode suivant. Dans le cadre de la dramaturgie médiévale, le jeu d'Adam en présente un exemple caractéristique, mais non unique, avec le recours aux mimes qui établissent de façon accélérée le lien entre deux événements distants souvent d'une génération au moins5.

7Une deuxième approche part du principe que ce qu'on ne peut montrer de manière crédible doit être mentionné explicitement. Cette option implique de signaler verbalement au public que l'action franchit quelques années pour reprendre plus loin le fil de l'intrigue. C'est notamment le cas dans le Prologue au Mystère de la Passion de Gréban : un récitant intervient au terme de certains événements de la Genèse pour annoncer le passage à une situation ultérieure, distante de nombreuses années. Le public est ainsi prévenu, et tourne mentalement les pages de l'Histoire à chaque intervention du récitant.

8Une troisième option privilégie l'illusion, la magie dramatique pourrait-on dire, car elle cherche à susciter, par le jeu des apparences, l'impression auprès du public que tout est montré, que la totalité de l'action est représentée devant lui, alors que ce n'est qu'une version abrégée, condensée qu'il lui est donné de voir et d'entendre. C'est le choix d'Andrieu de la Vigne dans le Mystère de saint Martin, option audacieuse car la plus difficile.

  • 6 Il est à noter que le début du Mystère manque, ce qui implique une lacune au niveau de la tirade i (...)

9Pas une fois, les messagers qui introduisent chaque demi-journée de représentation de ce Mystère ne mentionnent à leur public que l'action saute dans le temps ; ils se contentent de requérir le silence des spectateurs au début du jeu et de leur fixer rendez-vous après le déjeuner ou le lendemain6. Et pourtant, six demi-journées permettent de parcourir de manière crédible une vie entière, sans que le passage d'une demi-journée à l'autre ne soit l'occasion de ménager des coupures temporelles perceptibles, ni par conséquent quantifiables.

10Comment le dramaturge a-t-il dès lors créé l'illusion temporelle auprès de son public, comment a-t-il cherché à le charmer au point de lui donner le sentiment que trois jours ont duré plus d'un demi-siècle ? Andrieu de la Vigne a répondu à cette question par l'application de différentes techniques, qui feront l'objet d'une description dans les paragraphes qui suivent.

Première technique : Déplacer le début de l'action

  • 7 "II, 3. De fait, il avait dix ans quand, malgré ses parents, il chercha refuge dans une église, et (...)
  • 8 Chez Sévère, c'est évidemment de l'enrôlement militaire de Martin et non de son adoubement comme c (...)

11Parmi ses réponses, toutes ne recherchent pas l'artifice : le premier remaniement apporté par l'auteur dramatique à la Vita qui lui a servi de modèle n'en présente aucun signe. La modification a trait à l'enfance et à la jeunesse de Martin ; alors que celles-ci sont décrites et clairement balisées dans le récit de Sulpice Sévère7, le Mystère escamote cette partie pour ne faire débuter l'action qu'au moment où le jeune homme a atteint ses dix-huit ans, âge auquel son père le fait adouber. De cette façon, l'auteur réalise une économie manifeste de temps d'action, d'autant qu'il situe l'adoubement trois ans plus tard que ne le faisait Sévère8. Cela lui permet d'éviter la difficulté de représenter de nombreuses années d'existence de son personnage : en choisissant de postposer le début de l'action dramatique, Andrieu de la Vigne prend le parti de définir son héros autrement qu'en montrant les étapes successives de son adolescence. Son caractère vertueux et religieux n'apparaît pas en actes mais est révélé par des entretiens avec son entourage. Dans cette partie de l'œuvre, la prépondérance accordée à la parole au détriment des agissements se révèle un outil de cohérence et de parcimonie temporelles.

12Ayant réalisé de la sorte une économie maximale au début de l'œuvre, Andrieu de la Vigne poursuit par la suite le même objectif par d'autres moyens, où le jeu des apparences et la magie temporelle ont cette fois leur place. Au premier rang de ceux-ci figure la compression du temps : les années du récit latin se transforment en journées dans l'œuvre dramatique française.

Deuxième technique : baliser les jours plutôt que les années

  • 9 "II, 6. Durant trois ans environ avant son baptême, il demeura sous les armes (...) : Triennum fer (...)

13C'est ainsi qu'Andrieu de la Vigne efface la durée explicite du service de Martin dans l'armée, qui totalisait cinq ans chez Sévère9. Les épisodes du Mystère se succèdent sans aucune allusion à leur extension dans le temps. Cet enchaînement souple des événements, sans balisage des années ni coupure entre les épisodes, crée un effet de continuité et de rapidité. Cette compacité temporelle est encore renforcée par l'introduction d'un balisage à échelle journalière, au rythme des matins et des soirs, inédit par rapport à la chronique narrative de Sulpice Sévère.

14Un rappel des événements tels que le Mystère les agence s'impose ici pour plus de clarté. Après avoir été fait chevalier par l'empereur, Martin revient de Rome avec son père et leur suite. Aussitôt rentrés, ils reçoivent la visite de trois grands seigneurs à qui le père de Martin confie son fils pour secouer son indifférence au métier des armes. Tout cela se succède sans hiatus apparent. Après une chevauchée, les quatre hommes arrivent à Amiens, où le jeune saint partage son manteau avec un miséreux. Les seigneurs y abandonnent Martin pour la soirée, lui annonçant : "Demain, nous vous retrouverons" (1546). S'ensuivent un repas que Martin partage avec son valet à la même table d'auberge, puis l'apparition en songe de Dieu au jeune chevalier confirmant celui-ci dans sa volonté de conversion. Le lendemain matin, Martin va se faire baptiser au sortir de l'auberge, puis il essaie vainement de convertir son serviteur.

15L'effet dramatique de la même journée d'action se poursuit un peu plus tard lorsque les trois compagnons de Martin décident d'aller le récupérer pour rejoindre l'armée impériale, et l'entraînent en lui disant : "Beau chevalier, plus ne vous est besoing/De demourer maintenant a sejour" (2553-4). Tous quatre reprennent leur cheminement et parviennent jusqu'à l'empereur qui accueille chaleureusement ce renfort bien nécessaire alors qu'une confrontation militaire avec un envahisseur barbare est en cours. C'est le moment que choisit Martin pour annoncer qu'il renonce à l'armée ; l'empereur païen n'apprécie ni la conversion ni ce qu'il prend pour de la lâcheté. Pour prouver sa foi et son courage, Martin propose de s'exposer seul devant l'ennemi à combattre. L'empereur accepte pour qu'apparaisse l'erreur religieuse de Martin et la folie de son acte suicidaire. Il le fait jeter en prison jusqu'à "demain" (2760, 2787). La journée d'action s'achève donc, Martin prie pour la paix et la foi dans sa geôle. Le roi de l'armée adverse décide alors avec ses alliés de suspendre les hostilités et envoie un messager à l'empereur. Celui-ci lui adresse à son tour un message d'acceptation et fait rendre la liberté et les honneurs à Martin. Le jeune chrétien profite de sa liberté retrouvée pour quitter les lieux et l'armée, et se rendre en tant que disciple chez "l'evesque de Poitiers, Hillaire" (3006).

  • 10 D'autres exemples figurent plus loin dans le Mystère. Ainsi, au cours de sa vie monastique, Martin (...)
  • 11 Il va de soi que la perception de l'analyste peut diverger ici de celle du spectateur, le premier (...)

16Tout cela s'enchaîne donc, et les quelques balises à échelle journalière créent un effet très net de cohérence temporelle et de compacité10. La vie de Martin sous les armes paraît ainsi s'inscrire à l'intérieur de deux jours d'action seulement, et sans aucune participation active du protagoniste à quelque opération militaire que ce soit. Et c'est ici que, à l'analyse11, l'on perçoit que cette brièveté, ce raccourci temporel pratiqué par Andrieu de la Vigne a quelque chose d'une mystification dramatique : car au rythme où se faisaient les déplacements de son temps, ces deux jours d'action semblent à la réflexion étonnamment courts... On aura l'occasion d'y revenir.

Troisième technique : le parallélisme horaire entre jeu et action aux charnières de la représentation

17Les manipulations temporelles opérées par le dramaturge ne se limitent pas à transformer des années en jours et à montrer ces jours en quelques heures de spectacle. La subtilité d'Andrieu de la Vigne va plus loin : pour mieux masquer les nécessaires accélérations de durée imprimées à sa matière, il suscite par intervalles auprès de son public l'impression fallacieuse de tout montrer en temps réel. Pour ce faire, l'auteur insère aux charnières de la représentation un parallélisme horaire exact entre le jeu et l'action, et ce dès la première journée de spectacle, dans un but évident de vraisemblance temporelle maximale.

  • 12 La première matinée montre des discussions de Martin avec ses parents puis avec un prêtre ; le voy (...)

18Témoin le fait qu'il agence son intrigue de sorte que la fin de la matinée de baptême de Martin corresponde exactement à la fin de la première matinée de représentation. Le jeu de l'après-midi commence par une bruyante diablerie au cours de laquelle l'un des diables évoque le fait que Martin "ainsi c'un fol si s'est faict baptiser" (2251), comme il vient de l'apprendre "par les nouvelles que sçay puis a matin" (2249). La perspective temporelle adoptée est, en ce point de l'œuvre, celle du spectateur qui se souvient avoir vu le baptême en fin de matinée. Le temps de l'action jouée l'après-midi s'enchaîne donc à celui sur lequel s'achevait la matinée de représentation, et le temps de la représentation coule temporairement en parallèle avec le temps de l'action : mais avant et après cette charnière, l'accélération règne12.

  • 13 Cette précision est donnée pour la première journée de représentation, mais le procès-verbal indiq (...)

19Le cas n'est pas unique dans le Mystère de saint Martin. On trouve une situation de parallélisme analogue à la fin de la troisième matinée de jeu. Un sergent vient assigner en justice une veuve en lui laissant un délai d'une brièveté excessive : "Environ une heure et demye / Je vous adjourne" (8880-1). Déconcertée par un délai si bref, elle décide de réagir incontinent. Cette décision clôture la dernière matinée de représentation ; un messager envoie chacun "disner" (8896) avant que ne reprenne le spectacle, pour une ultime après-midi. Après une courte diablerie, le procès s'ouvre aussitôt sur l'audience des plaignants ; en d'autres termes, l'interruption du jeu pendant l'heure de midi correspond au délai laissé à la veuve pour se présenter à la justice. Le procès-verbal de la représentation du Mystère confirme en effet l'intervalle d'une heure et demie environ pour la pause du déjeûner : "On commança ceste matinée entre sept et huit heures du matin et finist on entre unze et douze. (...) le commancement de l'aprés disnee (...) fut a une heure (...)13"

  • 14 D'autres exemples figurent dans le Mystère, tel le repas de Martin et de son valet à l'auberge, do (...)

20Ces exemples, et en particulier le second, sont une belle illustration de l'importance que le temps mesurable a acquis dans l'existence quotidienne de tout un chacun en cette fin de xve siècle14. Ils mettent par ailleurs en évidence le talent d'illusionniste d'Andrieu de la Vigne qui met tout en œuvre pour créer chez son public un effet d'exhaustivité par le parallélisme ponctuel entre le jeu et l'action aussi bien que par le balisage à échelle réduite.

Quatrième technique : l'illusion des grandes manœuvres

21Les deux journées d'action militaire dont il a déjà été question sont cependant sujettes à d'autres artifices encore. Leur limpidité, leur compacité temporelle sont plus fallacieuses qu'il n'y paraissait jusqu'à présent. Car après la diablerie et avant que les seigneurs ne viennent récupérer Martin à Amiens, Andrieu de la Vigne a inséré quelques épisodes importants. Ceux-ci ont trait à des manœuvres militaires considérables, qui justifieront plus loin le miracle de la suspension des hostilités : un roi de Barbarie fait l'appel de ses vassaux afin qu'ils l'accompagnent "pour ennemys envahir et conquerre" (2324), l'ennemi étant l'empereur. Tous se préparent et se mettent en route. Après une chevauchée, ils arrivent en vue d'une ville sous contrôle impérial qu'ils conquièrent. Le roi barbare y installe sa "nouvelle résidence" (2452), d'où il envoie son messager défier l'empereur et lui annoncer que "en mains lieux [il] estant sa seigneurye" (2489). L'empereur fait convoquer d'urgence tous ses seigneurs par un crieur pour lutter contre "(...) ung roi qui guerre trescruelle, / De jour en jour, maintenant luy procure" (2533-4). Et c'est précisément en réponse à cet appel que les trois seigneurs sont allés rechercher leur jeune compagnon, laissé à Amiens la veille au soir.

22La difficulté temporelle est évidente : comment ces mouvements de troupes peuvent-ils s'insérer dans une durée si brève ? Car, dans le Mystère, la décision du roi barbare d'envahir l'empire apparaît comme une conséquence immédiate de la diablerie au cours de laquelle les diables partent en guerre contre Martin pour tenter de l'empêcher de réaliser son apostolat. La vélocité invraisemblable et surnaturelle de l'action militaire qui suit devait être frappante lors de la représentation ; elle ne l'est pas moins à l'analyse. Certes, Andrieu de la Vigne a soigneusement effacé toute précision temporelle ou spatiale qui soulignerait l'enchaînement irréel des actions. Ainsi, le spectateur ignore tout de l'itinéraire des troupes et des messagers. Il n'est pas davantage renseigné sur l'extension exacte des hostilités car l'action montre la prise d'une ville, tandis que la déclaration de guerre parle de plusieurs lieux conquis.

  • 15 On trouve divers exemples de suggestion d'un long voyage dans le théâtre médiéval, en particulier (...)

23Mais même dans ces circonstances, les événements ne paraissent en rien s'enchaîner de manière crédible. Pour obtenir un effet de vraisemblance temporelle, le dramaturge aurait pu suggérer que l'invasion barbare avait démarré avant la déclaration des diables, en faisant apparaître le début de l'opération militaire plus tôt dans la structure de son oeuvre : c'est un procédé utilisé couramment et de longue date dans le théâtre médiéval, et en particulier par Arnould Gréban dans le Mystère de la Passion déjà évoqué15. Il n'en est rien ici.

  • 16 On ne peut s'empêcher d'évoquer le "temps élastique" dont Henry REY-FLAUD a qualifié le jeu de sai (...)

24Reste à envisager que cette partie de l'œuvre comporte une double temporalité : l'une à l'échelle humaine et l'autre surnaturelle ; l'une à la cadence calme et sereine de la chevauchée de Martin et de ses compagnons, au rythme du souper et de la nuit dans une auberge puis du baptême du lendemain, avant que ne reprenne le cheminement ; l'autre au rythme à proprement parler diabolique, de rassemblements d'armées et de déplacements de messagers à un train d'enfer16. C'est cette technique, épaulée par la discrétion des repères spatio-temporels, que l'auteur a appliquée. Elle se révèle commode pour faire assimiler au public l'enchaînement irrationnel et précipité des actes belliqueux : en le plaçant sous le signe du maléfice diabolique, Andrieu de la Vigne rend l'invraisemblable acceptable, puisque celui-ci est mesuré à une aune qui n'a rien d'humain. L'auteur dramatique suscite ici l'effet d'une véritable métamorphose du temps, qui de naturel semble se transformer en surnaturel, avant de retrouver une cadence humaine lors du triomphe pacifique de Martin.

Cinquième technique : la modification rétrospective de la durée des événements

25Mais pour ces fameuses journées d'action militaire, le jeu des apparences temporelles ne s'arrête pas à ce point pourtant culminant de la double temporalité. Un artifice de plus les attend.

  • 17 C'est le cas par exemple lorsqu'une mère vient supplier Martin de ressusciter son fils, mort depui (...)

26Après le miracle de l'arrêt des hostilités, moment du renoncement définitif de Martin aux honneurs militaires, l'action dramatique se développe dans une durée dorénavant continue et privée de balises précises, excepté lorsque l'indication a une valeur symbolique17. Cependant, quand Martin quitte l'armée pour se rendre chez Hilaire de Poitiers, quelque chose paraît changer dans la manière dont est présenté ce qui est désormais son passé militaire. Parvenu chez Hilaire, Martin lui résume les grands traits de son existence écoulée, sans se référer à des repères exprimés en âge ou en nombre d'années : il évoque qu'il a "souvant les armes portées" (3088), "c'un jour" (3108) il se fit baptiser, qu'il eut "ung jour" (2131) une vision.

27Malgré le flou qu'elles entretiennent, ces indications suggèrent néanmoins une épaisseur temporelle incontestable : on ne mentionne pas, dans un récit, que l'on a fait telle chose un jour si cela s'est passé la veille ou trois semaines plus tôt ; de même, souvent implique une répétition, une activité récurrente. Autrement dit, Martin affirme avoir servi sous les armes pendant une durée prolongée, et s'être fait baptiser depuis pas mal de temps. Ainsi, ce récit rétrospectif, portant sur des événements qui viennent d'être représentés, introduit subrepticement une modification de perspective par rapport à la temporalité de ces événements : eux qui, pendant leur déroulement, étaient présentés comme cadrant dans deux journées d'action, apparaissent maintenant comme des fragments d'une durée prolongée. On retrouve ici, et ici seulement, des traces en filigrane du repérage temporel des années de jeunesse figurant dans la Vita de Sulpice Sévère. Mais Andrieu de la Vigne prend soin de ne pas chiffrer cette durée, car l'incohérence serait trop manifeste par rapport à la concision des épisodes explicitée précédemment.

28Loin d'être un manque de savoir-faire, cette modification de perspective est un témoignage de plus des sortilèges temporels auxquels Andrieu de la Vigne soumet son public. Son habileté apparaît en particulier dans le choix de l'emplacement où il a situé le glissement de perspective temporelle : durant le spectacle de l'après-midi, après l'épisode de la reddition de l'armée barbare. Il est plus aisé de faire accepter à l'assistance une modification de perspective après une interruption de spectacle, lorsqu'elle concerne des épisodes montrés le matin, qu'au cours de la même matinée. Qui plus est, le dramaturge insère ce changement de point de vue non en début d'après-midi, où la rupture serait plus aisément perçue par les spectateurs qui ont encore fraîchement en mémoire ce qu'ils ont vu en fin de matinée, mais au milieu de la séance de l'après-midi, lorsque les grandes manœuvres militaires ont supplanté dans la mémoire les épisodes du baptême et de la vision, lorsque ces mouvements et défis d'armées ont créé une illusion de longue durée, dont on a vu le caractère éminemment captieux. Andrieu de la Vigne semble ici user d'une approche réellement psychologique de la perception par le public des effets de vraisemblance de durée.

Le talent psychologique d'Andrieu de la Vigne

  • 18 Au début de l'action, Andrieu de la Vigne esquisse vin cadre à résonnance antique. Au-dela de la t (...)
  • 19 De nombreux usages médiévaux, en particulier l'adoubement, ont été taxés d'anachronismes "violents(...)

29Ce talent du dramaturge est perceptible dans un autre domaine temporel encore : le contexte historique de l'action. Dans le Mystère, Andrieu de la Vigne esquisse en effet habilement un contexte d'Antiquité païenne autour de la jeunesse et de la vie militaire de Martin avant son baptême18. Par la suite, il prend soin de l'effacer lorsque le thaumaturge aura tourné le dos à son passé. L'ancrage historique de la première partie paraît ainsi servir à créer un contexte d'altérité temporelle pour le public médiéval. Les réminiscences antiques semblent être utilisées dans ce but exclusivement, car par la suite, lorsqu'il est encore question de l'empereur, c'est sans plus se référer à "julles César", "Romme" ou Jupiter19. Pour le spectateur, l'empereur ne devait plus alors se distinguer très nettement de celui de son époque, d'autant qu'il est escorté d'autres repères qui n'ont plus rien d'antique, tels Constantinople ou le Prince d'Antioche. Ces derniers devaient éveiller plus d'écho de récits de Croisades que d'Antiquité chez le public.

30Ici encore, Andrieu de la Vigne semble avoir déployé tout son talent pour créer une ambiguïté propice à l'assimilation. Chez lui, tout est fait pour éloigner le contexte païen et rapprocher l'existence et les actes de saint Martin du hic et nunc du public. Tout est fait également pour créer auprès du public un effet d'exhaustivité au niveau de la durée, comme on a pu le voir : le report du début de l'action ; la mise en évidence du déroulement des journées plutôt que des années d'existence ; le ralentissement du rythme pour susciter une impression de parallélisme exact entre le jeu et l'action aux heures de midi ; le recours à une temporalité surnaturelle pour justifier les grandes manœuvres militaires ; et finalement l'altération rétrospective de la durée de certains événements.

31Enchanteur, magicien du temps, Andrieu de la Vigne l'est donc à de nombreux titres, comme d'ailleurs bien d'autres auteurs dramatiques médiévaux, plus conscients qu'on ne pourrait le penser du fait que le théâtre est le lieu par excellence de l'illusion.

Notes

1 On trouvera une biographie d'A. de la Vigne ainsi qu'une bibliographie à son propos dans l'édition d'André DUPLAT, Andrieu de la Vigne. Le Mystère de saint Martin. 1496, Genève, Droz, 1979, pp. 11-14 et 631-632 (collection "Textes littéraires français", n° 277). C'est à cette édition que nous nous référons.

2 Le texte du procès-verbal est repris dans l'édition Duplat (op. cit., pp. 117-122).

3 A. Duplat dresse un constat détaillé des divergences de l'œuvre d'Andrieu de la Vigne à l'égard de Sulpice Sévère (op. cit., pp. 15-21).

4 ibid. Pour le texte narratif de Gatineau, on pourra se reporter à l'édition de W. SÖDERHJELM, Péan Gatineau. Leben und Wunterthaten des heiligen Martin, Tubinge, Litterarischen Verein Stuttgart, 1896, 334 p.

5 Ainsi, un mime fait disparaître Adam et Eve en enfer avant même que Caïn ne tue Abel. Cet exemple et le suivant sont décrits et commentés dans P. DUMONT, "Monologues, dialogues et mimes dans la gestion spatio-temporelle du jeu d'Adam et du Prologue au Mystère de la Passion d'Arnould Gréban", dans L'économie du discours dans l'ancien théâtre européen. Actes de la rencontre internationale du CESR (Tours 24-25 mars 1995), présentés et publiés par J.-P. BORDIER, Paris, Champion, 1998, pp. 175-185 (collection : "Le savoir de Mantice"), à paraître.

6 Il est à noter que le début du Mystère manque, ce qui implique une lacune au niveau de la tirade introductive, émanant vraisemblablement aussi d'un messager.

7 "II, 3. De fait, il avait dix ans quand, malgré ses parents, il chercha refuge dans une église, et demanda à devenir catéchumène. 4. Bientôt, chose extraordinaire, il se convertit tout entier à l'œuvre de Dieu : à douze ans, il désira vivre au désert (...)" : 3. Nam cum esset annorum decem, inuitis parentibus ad ecclesiam confugit seque catediumenum fieri postulauit. 4. Mox mirum in modum totus in Dei opere conuersus, cum esset annorum duodecim, eremum concupiuit (...) (traduction et citation latine d'après Jacques FONTAINE (éd.), Sulpice Sévère. Vie de saint Martin, Paris, Editions du Cerf, 1967, pp. 254-255 (collection "Sources chrétiennes" n° 133, tome 1).

8 Chez Sévère, c'est évidemment de l'enrôlement militaire de Martin et non de son adoubement comme chevalier qu'il s'agit : "5. (...) il n'avait que quinze ans quand il fut arrêté, enchaîné, lié par des serments militaires" : 5. (...) cum esset annorum quindecim, captus et catenatus sacramentis militaribus inplicatus est (ibid.). Chez Andrieu de la Vigne, Martin a d'emblée dix-huit ans comme il appert au vers 1023.

9 "II, 6. Durant trois ans environ avant son baptême, il demeura sous les armes (...) : Triennum fere ante baptismus in armis fuit (...)" (ibid., pp. 256-7). "III, 5. (...) comme il avait dix-huit ans, il s'empressa de se faire baptiser : (...) cum esset annorum duodeuiginti, ad baptismum conuolauit." (ibid., pp. 258-9). "III, 6. Tenu en suspens par cette attente pendant deux années environ, après avoir reçu le baptême, Martin continua de servir dans l'armée, mais de manière purement nominale : Qua Martinus expectatione suspensus per biennium fere posteaquam est baptismum consecutus solo licet nomine militauit" (ibid., pp. 258-9). L'attente dont il est question a trait à la fin du mandat d'un tribun avec qui Martin s'était lié d'amitié, et qui comptait renoncer au monde. Aucun passage du Mystère de saint Martin ne fait allusion à cet épisode.

10 D'autres exemples figurent plus loin dans le Mystère. Ainsi, au cours de sa vie monastique, Martin part pour un pèlerinage de courte durée : "tantost icy reviendray" annonce-t-il (5658). Un novice meurt en son absence à l'abbaye ; l'abbé soupire : "Ne l'eust on peu contregarder / Jusques a demain le matin ?" (5739-40), autrement dit jusqu'au retour de Martin. Puis a lieu la veillée funèbre du corps. Enfin, on assiste au retour du saint, à l'accueil à l'abbaye et à la résurrection du défunt. L'auteur simule ici l'effet de deux jours d'action en un nombre de vers nettement plus restreint.

11 Il va de soi que la perception de l'analyste peut diverger ici de celle du spectateur, le premier ayant tout le loisir de relire et de disserter sur les passages concernés, tandis que le second se laisse entraîner par un jeu qui se déroule sans cesse sous ses yeux et qui occupe de nombreuses heures de spectacle.

12 La première matinée montre des discussions de Martin avec ses parents puis avec un prêtre ; le voyage à Rome pour l'adoubement ; la cérémonie ; le retour ; trois seigneurs qui reprennent leurs armes et viennent quérir Martin ; le voyage à Amiens, la conversion et le baptême. L'après-midi montre la diablerie, des manœuvres militaires (voir infra), le cheminement vers l'empereur, l'envoi de messagers et l'arrêt des hostilités ; le voyage vers Hilaire de Poitiers ; un voyage de Martin chez ses parents.

13 Cette précision est donnée pour la première journée de représentation, mais le procès-verbal indique que les mêmes modalités s'appliquèrent à la suite : "Le landemain qui fut mardi et mercredi ensuivant, entrerent et yssirent oudit parc es heures devant dictes" (d'après le procès-verbal du spectacle de Seurre repris dans l'édition Duplat, p. 121).

14 D'autres exemples figurent dans le Mystère, tel le repas de Martin et de son valet à l'auberge, dont il a été question plus haut : l'hôte précise à ce moment que "il sont ja six heures sonnees" (1685). Nous préparons actuellement une étude sur l'importance croissante du temps mesurable dans le théâtre médiéval de langue française.

15 On trouve divers exemples de suggestion d'un long voyage dans le théâtre médiéval, en particulier lorsqu'il s'agit du déplacement des mages vers Bethléem : les dramaturges font souvent apparaître les mages une première fois lors de leurs préparatifs de mise en route, puis insèrent d'autres épisodes qui mettent en action d'autres personnages, avant de montrer la fin du périple des rois arrivant à la crèche. Chez Arnould Gréban, tout déplacement, aussi bref soit-il, a lieu de cette façon ; lorsqu'il veut suggérer une grande extension spatio-temporelle, il fait alterner de nombreuses séquences. Voir à ce propos P. DUMONT, Convention et illusion. Réflexions sur le temps et l'espace dans le théâtre médiéval religieux de langue française, thèse de doctorat, Université d'Anvers, 1996. Andrieu de la Vigne était selon toute probabilité au courant de ce type de technique. Sa familiarité avec le genre du Mystère en particulier ressort du fait qu'il a recours à de nombreux personnages-types (messagers, commerçants, brigants) et procédés connus des auteurs dramatiques (diableries, pauses musicales, etc.), outre la rapidité de rédaction du texte déjà épinglée.

16 On ne peut s'empêcher d'évoquer le "temps élastique" dont Henry REY-FLAUD a qualifié le jeu de saint Nicolas de Jehan Bodel (Pour une dramaturgie du Moyen Age, Paris, PUF, 1980, pp.61-62 (collection "Littératures modernes", n° 22). Et pourtant, sur la ligne du temps de l'histoire littéraire, on se situe environ trois siècles plus tard. Un rapprochement s'avère d'ailleurs fructueux entre les deux œuvres. Ceci s'écarte de notre propos, et fera l'objet d'une communication au neuvième colloque de la SITM (Odense, août 1998) sous le titre "Troublantes similitudes entre le jeu de saint Nicolas (Jehan Bodel) et le Mystère de saint Martin (Andrieu de la Vigne)".

17 C'est le cas par exemple lorsqu'une mère vient supplier Martin de ressusciter son fils, mort depuis trois jours, alors que l'épisode précédent montrait le suicide du jeune homme puis la découverte de celui-ci par ses parents (5914-6099) : trois jours comme le Christ, trois jours pour prouver aussi que Martin est capable de ressusciter quelqu'un de "vraiment" mort. Le thaumaturge prouve d'ailleurs davantage encore ses compétences lors de la résurrection momentanée, pour témoigner de la vérité, d'un faux martyr (6886-7036) et d'un défunt dont l'accusation injuste retombait sur sa femme (8968-9328).

18 Au début de l'action, Andrieu de la Vigne esquisse vin cadre à résonnance antique. Au-dela de la tirade initiale perdue, l'œuvre s'ouvre en effet sur une ballade de Lucifer très antiquisante, avec des références mythologiques au "tenebreux Pluto", au "navigateur Charon", à "Lethés, lac dampnable, éternel" et autres "Nepto" et "Achiron" (1-42). Ce contexte est renforcé par les invocations religieuses du père de Martin, de l'empereur ("Julles Cesar", 156, 544 ; en fait historiquement Julien César) et de son entourage, où Saturne, Mars et Jupiter l'emportent souvent sur Mahom. Plus loin, l'un des princes barbares espère conquérir la Toison d'Or (2369-2372).

19 De nombreux usages médiévaux, en particulier l'adoubement, ont été taxés d'anachronismes "violents" par A. Duplat (op. cit., p. 16). Dans l'optique qui vient d'être développée, ces usages n'ont cependant rien de surprenant, dès lors que le contexte antique de la pièce n'est précisé que pour servir de repoussoir. Il n'y a aucune volonté que l'on pourrait qualifier d'archéologique dans cette œuvre. Le vernis antiquisant est un signal intégré dans un message idéologique : renoncer à ce qui est non chrétien, associer l'Antiquité et le paganisme au diabolique. Même au niveau du langage, il y a opposition entre ces deux mondes : l'empereur, le père et Lucifer manient un langage obscur qui s'oppose à la limpidité de celui de Martin et des prêtres. Dès que Martin a accompli sa renonciation au monde païen, les références antiques s'évanouissent (sauf des prêtres sacrifiant à Jupiter (7272-7287), interrompus par Martin qui détruit leurs idoles). Les éléments empruntés à l'Antiquité mêlés à ceux qui rassortissent au contexte médiéval n'ont dès lors rien de fortuit ni de naïf.

Auteur

Université d'Anvers (RUCA)

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540