Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Les lecteurs de signes

Isabel de Barros Dias

Texte intégral

Solius dei est antequam aliquid fial scire
Martin de Brague

1Une chronique est, par définition, un récit qui raconte des faits réellement survenus dans un territoire plus ou moins circonscrit pendant une période de temps dans le passé. La magie et l’illusion, peut-on penser, auront donc du mal à y trouver un espace. Toutefois, si la préoccupation avec la vraisemblance est une constante dans les récits qui se disent "historiques", celle-ci n’exclut pas tout à fait la manifestation de traits "moins ordinaires".

  • 1 Le texte qui sera ici considéré est la seconde rédaction, écrite en ancien portugais et éditée par (...)

2C’est le cas de la Cronica Geral de Espanha de 1344, un texte portugais à deux rédactions. La première, de 1344, désormais perdue en langue portugaise, a été composée par D. Pedro Afonso, comte de Barcelos, fils bâtard de D. Dinis, le roi-poète du Portugal. L’autre rédaction, de la seconde moitié du xivème siècle, qui réélabore le texte initial, existe déjà dans plusieurs manuscrits en ancien portugais, étant donc le point de départ de ces réflexions1.

3Soit en ce qui concerne l’histoire plus ancienne (et cette longue chronique rapporte les faits survenus dans la Péninsule Ibérique dès son occupation par les fils de Noé, éparpillés par le Monde après la chute de la Tour de Babel), soit dans l’histoire de l’ainsi nommée "Reconquête" chrétienne, le récit ne s’abstint pas de faire référence à des personnages qui ont des visions ou des rêves prémonitoires et qui se trouvent devant des faits ou des objets moins communs.

  • 2 "E elles lhe dissrom ẽ como virõ o dragõ vĩĩr voando pello aar e que semelhava que hya ẽvolto en s (...)

4Cette chronique semble, néanmoins, souligner l’importance non des événements eux-mêmes, mais surtout de leur raison d’être, de leur "explication". L’origine d’une illusion ou d’un fait extraordinaire quelconque est ou bien inconnue, ou a une cause soit divine soit diabolique. Surtout dans le dernier de ces cas, le détail de l’origine est accentué dans l’explication du phénomène puisqu’il servira pour démontrer qu’il ne s’agit que des illusions dépourvues de pouvoir réel, comme l’apparition d’un dragon de feu et de sang sur le ciel devant les yeux étonnés des soldats du comte Fernão Gonçalves : ce n’était que le produit des sorciers musulmans, les alliés du diable, qui essayaient de semer la panique chez les soldats chrétiens2.

  • 3 C’est le cas d’Alias, l’astronome qui accompagne et conseille Hercule (1344 : II, 19, 20, 24). Jul (...)
  • 4 Surtout les signes de la colère de Dieu : sécheresse, pluies diluviennes, famines, tremblements de (...)
  • 5 Voir, par ex., 1344 : II, 171. 222 ; III, 47-18, 190.

5Si les explications ont une valeur centrale, cette importance sera, à plus forte raison, extensible à tous ceux qui sont capables de "lire" les signifiés qui se cachent sous les événements plus extraordinaires. Cette fonction appartient, dans une première phase, aux devins, en général nommés "astronomes". Ceux-ci sont les compagnons et les conseillers des héros de l’histoire plus ancienne, comme Hercule, Jules César ou Attila3. Toutefois, ces personnages ne disparaissent pas dans l’histoire postérieure où ils continuent à venir en aide aux souverains grâce à leur savoir, connaissances et informations. Cette fonction sera cependant dédoublée avec l’introduction du christianisme parce que Dieu utilisera souvent des signes4, rêves, visions et apparitions5 pour communiquer aux êtres humains Ses décisions, Ses volontés Ses jugements.

  • 6 C’est le cas d’un crucifix qui, atteint par un juif, saignera (1344 : II, 190).
  • 7 Comme la prison erronée de Fernão Gonçalves qui ne plaît pas à Dieu Par conséquent, l’autel et tou (...)
  • 8 Le futur est souvent dévoilé aux humains par la volonté de Dieu, par l’intermédiaire de ceux qu’il (...)
  • 9 Tel le rêve de Dona Sancha dans l’histoire des "Sept "infantes" de Lara", interprété par son mari. (...)
  • 10 C’est le cas d’un nouveau-né qui retourne dans le ventre de sa mère, ce qui est interprété, "par l (...)
  • 11 C’est le cas des prophéties d’une grecque sur le péché que le jeune Alphonse X commettra par orgue (...)
  • 12 Voir, par ex 1344 : II, 17-18 ou 139.
  • 13 "E achou em hũa terra antre ouriente e cerço satenta piares, os trinta de laton e os quareenta de (...)

6La bifurcation introduite par le christianisme impliquera la concomitance entre deux paradigmes mentaux divers et produira des questions parfois ignorées parfois plus ou moins justifiées. Les interventions de la divinité serviront souvent à remettre l’ordre dans le monde : les objets6 ou les événements7 "parlent" à fin de dévoiler des fautes qui autrement resteraient inconnues, donc irréparables et inutiles en tant qu’exemples. Les messages envoyés par Dieu aux hommes, notamment à propos du futur, par l’intermédiaire de ceux qui, étant Ses élus, révèlent le pouvoir de produire des prophéties, sont toujours sûrs8. Mais, et en parallèle, les interprétations à propos des rêves9 ou des événements10 produites par des "astronomes" ou par d’autres personnages deviennent, souvent, aussi réalité11. Toutefois, tout comme les dieux païens sont référés d’un point de vue évhémériste, en tant que rois ou reines12, ce qui semble divination sera souvent interprété comme le résultat d’une sagesse énorme qui permet l’interprétation de signes inaccessibles au commun des mortels, tel le cas du roi Rotas qui devinait le futur et semblait faire des miracles parce qu’il avait compilé "le Savoir" dans un livre qu’il portait avec soi13.

  • 14 "E este rey dõ Ramiro era muy bõo aos bõos e mui bravo aos maaos ; e desfazia de sua terra os ladr (...)
  • 15 Voir 1344 : II, 220.
  • 16 Voir, par ex, 1344 : IV, 211. Toutefois, chez les musulmans il y a également des sages avec des co (...)

7Les critiques surgissent de façon explicite seulement lorsque le texte mentionne des sorcières14 ou accuse un personnage d’avoir corrompu le savoir qu’il aurait dû apprendre15 ou alors fait référence aux faux devins ou astronomes qui produisent de fausses explications et prophéties au service d’un ennemi, d’habitude les musulmans16.

  • 17 Le texte qui sera ici considéré comme représentatif de l’Estoria de Espanna alphonsine est celui q (...)
  • 18 Par commodité, les exemples ici mentionnés se réfèrent, presque exclusivement, au texte de l’éditi (...)

8La Cronica de 1344 est un élément de la grande famille de chroniques vernaculaires née sous l’Autorité d’Alphonse X, le Sage, arrière grand-père du comte D. Pedro Afonso, et initiateur de l’Estoria de Espanna, postérieurement éditée en tant que Primera Crónica General de España17. Quoique, dans plusieurs aspects, l’œuvre portugaise reformule les textes du scriptorium alphonsin, en ce qui concerne cette ligne thématique, elle semble accepter sans discussion le point de vue qu’elle a reçu18.

  • 19 En ce qui concerne l’intervention d’Alphonse X dans l’élaboration de ses œuvres, voir l’étude de D (...)

9Alphonse X, roi de Castille et de Léon, prétendant au Saint Empire, était une figure impressionnante de par sa culture. Ses plusieurs œuvres témoignent d’une préoccupation extrême vis-à-vis des divers aspects du monde et du savoir. Son désir d’exhaustivité se manifeste dans les récits qu’il élabore. La volonté de ne rien laisser en dehors du texte est visible dans les œuvres historiques produites sous son attentive surveillance19 dans lesquelles l’esprit rationaliste de ce roi cherche un ordre du monde où tout aura une place.

  • 20 L’ainsi nommée "Version Critique". Sur le caractère et les particularités de cette version, voir I (...)
  • 21 Sur cette question des différences entre l’acceptation d’opinons par la "Version Critique" cl par (...)
  • 22 Quand les plusieurs sources sont en désaccord, le texte peut élaborer un dialogue polyphonique qui (...)
  • 23 La présentation de diverses versions d’un fait, ou des interprétations différentes suivie par l’af (...)
  • 24 C’est le cas d’une idole qui prévoit sa fin, concomitante avec la naissance du Christ (PCG : I. 10 (...)

10Si des éléments de son scriptorium ont retravaillé les textes à fin de présenter une version de l’Estoria de Espanna pleine de certitudes20, le trait qui semble caractériser les récits historiques produits sous les auspices d’Alphonse X, malgré le désir explicite de raconter de faits "vrais", est l’acceptation et un certain respect envers les diverses sources même lorsqu’elles rapportent les mêmes faits dans des versions différentes21. Parfois il y a des manifestations de doute ou de désaccord relativement à un rapport quelconque22, des procédés qui peuvent être vus comme des stratégies rhétoriques mises en œuvre à des fins spécifiques23. Toutefois, le fait reste qu’il y a l’admission de la subjectivité interprétative et l’acceptation de la diversité du monde et des opinions, puisque, comme il est affirmé, même le faux peut dire le vrai, grâce aux "pressions de l’esprit de la vérité24"

  • 25 Alfonso el Sabio, General Estoria, segunda parte II, ed. de Antonio G. Solalinde. Lloyd A Kaslen. (...)

11Dans le contexte de cette vision "élargie", presque "accapareuse" du Monde, la magie aura, donc, aussi une place, en tant que fait historique. Dans la General Estoria25, oeuvre encyclopédique d’Alphonse X, à peine initiée, elle sera même organisée et classifiée selon plusieurs paramètres tel le type (d’images, de confections, de chances), les matières premières utilisées (pierres, herbes ou mots) et les sorcières plus fameuses de chaque "spécialité" (Diane, Circé et Médée). Cet esprit rationaliste ira jusqu’à la création d’un ordre de proximité de Dieu car la magie de Diane, celle qui œuvre par images (transformant une chose dans une autre par des charmes et des sortilèges), chercherait Dieu et les âmes plus que tout autre. La magie de Circé, concentrée dans les herbes et qui a comme but la santé des corps serait à mi-chemin, tandis que la pire espèce serait celle qui ne cherche que des richesses et de la vanité, essayant de savoir d’avantage, puisque ceux qui consultent les devins ou qui cherchent des augures le font à fin d’améliorer leur vie.

  • 26 “Otro dia salio el Çid de Viuar con toda su companna, et dizen algunos que cato aguero. et salient (...)

12Toutefois, l’habitude de faire attention et d’interpréter des augures, notamment le vol de certains oiseaux est attesté par divers passages dans les récits épiques ou romanesques qui ont été recueillis par le courant historique développé dans le scriptorium d’Alphonse X. C’est le cas du Cid, l’exemple du vassal fidèle qui, faisant preuve d’un certain syncrétisme, interprète des augures et, en même temps, réfère la volonté de Dieu26. Les augures sont donc aussi acceptés et référés avec naturalité comme des pratiques facilement reconnues par le public.

  • 27 L’Empereur Tibère expulse devins et enchanteurs mais il les acceptera de retour lorsqu’ils lui dem (...)
  • 28 Le roi Saul, dans la General Estoria, expulse lui aussi les devins mais après, devant le silence d (...)
  • 29 PCG : I. 186. La critique se fait entendre aussi lorsque le texte parle de "mauvais maîtres" qui i (...)
  • 30 Voir notamment PCG : 1. 261b ; 262a. 263a ; 266a ; 267b-268a ; 270b : 281a-b ; 274b.

13Tout comme les augures, les divers types de magies peuvent donc, être plus ou moins critiquables mais, toutefois, puisqu’il s’agit de pratiques relativement communes, le fait de leur existence ne peut être ignoré. Si plusieurs souverains décident d’expulser de leurs villes sorcières, devins, enchanteurs et même philosophes, ces faits sont racontés dans le récit historique. Toutefois, si les mêmes souverains qui ont choisi d’expulser ces éléments en viennent à reconsidérer de leurs actes, cela est aussi raconté, ce qui souligne, encore une fois, une position d’acceptation des plusieurs facettes de l’humanité et de la recherche du savoir27. Surtout lorsque la communication, de signe plus positif, avec le divin (par l’intermédiaire de gens d’église, de prophètes ou de rêves) n’a pas lieu, il peut être nécessaire ou admissible le recours à d’autres éléments, comme ce sera le cas avec le roi Saul dans la General Estoria28. Ces récits font donc preuve de l’acceptation de ces figures dans la société, contrariant la position plus "étroite" selon laquelle la seule "magie" admissible est celle des signes et des mots véhiculés par les rites catholiques. Bien sûr que s’il faut choisir entre la magie et le christianisme, la question ne se pose même pas. Lorsque le récit s’attarde sur des enchanteurs qui portaient préjudice aux chrétiens avec leurs idoles et sortilèges29 ou sur les mauvaises influences que Mahomet a subi de la part d’un "judio estrellero" et les sortilèges qu’il aurait entrepris à fin de diffuser la nouvelle religion30, alors les accusations de mensonge et d’alliance avec le diable pour connaître le futur et feindre des miracles ne se font pas attendre. Cependant, cette attitude n’est pas représentatrice du point de vue plus général

  • 31 Macrobe, Œuvres de Macrobe, ed. par MM Henri Descamps, N A. Dubois, Laass D’Aguen. A. Ubicini Mart (...)

14Déjà Macrobe classifiait les fables et les rêves selon le même critère : l’opposition entre la vérité et le mensonge31. Toutefois, les frontières qu’il établit ne sont pas toujours claires. En effet, si Macrobe excluait les fables qui n’avaient pour finalité que le plaisir ou qui étaient mensongères, il acceptait néanmoins celles qui, basés sur la vérité, se développaient en tant que fiction. En ce qui concerne les rêves, Macrobe parle, par exemple, de Visio, acceptant ainsi l’existence de rêves prophétiques qui révèlent des faits qui auront lieu dans le futur.

  • 32 Comme le rêve de donna Sancha dans l’histoire des "sept "infantes" de Lara" (1344 : III, 156-7).
  • 33 C’est le cas, bien curieux, de l’histoire selon laquelle les Huns seraient les descendants des sor (...)

15De même, l’opposition primordiale entre vérité et mensonge existe toujours dans les récits historiques qui nous occupent ici. Il y a des cas où le fait qu’on soit devant un rêve "vrai32" est accentué dans le texte, ou que le caractère mensonger d’une illusion soit indiqué. Toutefois, pour l’esprit encyclopédique d’Alphonse X, la vérité peut se cacher dans les endroits les plus étranges. Les mystères de Dieu sont insondables et le Monde est plein de messages qui n’attendent qu’à être dûment lus et compris. Les devins et les enchanteurs, quoiqu’ils puissent parfois être associés à des êtres "différents" ou "moins humains33" auront aussi une place et une utilité surtout en tant que dévoileurs ou bien explicateurs, lecteurs ou traducteurs de signes pour l’illustration de ceux qui, perdus dans la forêt de ce Monde, cherchent des orientations. Dans un Univers qui se veut projection de la divinité, tous les êtres et tous les événements ont, forcément, une raison d’être. Celle-ci toutefois n’est accessible qu’à des élus, les exégètes qui disposent des utiles nécessaires pour interpréter la complexité sémantique qui se cache sous ces signes que sont les fictions, les illusions, les visions, les rêves, en somme les réalités "autres" qui peuvent faire leur apparition à tout moment et où que ce soit.

16Nous arrivons donc ici au sein d’une problématique qui se projette dans cette tradition d’ouverture et d’acceptation qui semble caractériser les textes historiques provenant plus ou moins directement du scriptorium alphonsin. L’accueil de personnages "moins orthodoxes" dans le récit historique, tout comme la préoccupation de rapporter les bons aussi bien que les mauvais exemples ou la transcription polyphonique de versions différentes sur un même événement, sont des éléments qui convergent pour accentuer quelques questions qui s’avèrent fondamentales.

  • 34 Aussi en ce qui concerne les événements plus étranges comme c’est le cas d’un être sous forme de b (...)
  • 35 Tandis que Munho Salido le précepteur des sept "infantes" interprétait quelques augures comme néga (...)

17L’ambivalence et les diverses interprétations possibles d’un même fait sont des problèmes qui se trouvent constamment sous jacents à ces textes34. Tout comme dans l’histoire des "Sept "infantes" de Lara" où les mêmes augures sont interprétés de façon différente selon la convenance et l’honnêteté de deux personnages35, le récit historique dépendra aussi de la bonne intentio de son auteur. Tout comme le faux peut dire le vrai ou une fable peut avoir un fond de vérité, une intentio auctoris dont les fins se réclament louables, aura la liberté de parler sur des sujets qui, dans d’autres contextes, seraient plus facilement critiqués. Suivant cette ligne, il faut remarquer l’objectif de rapporter des “Vérités” et le didactisme sous jacent à l’ensemble de l’œuvre du roi sage. Son but n’est pas exclusivement celui de delectare mais aussi, et surtout, à en croire les prologues, celui de docere - tout ce qui est rapporté a une finalité utile, l’enseignement du public.

  • 36 "Manera es de los estoriadores et de todos quantos començadores de razones et de grandes fechos es (...)
  • 37 Curieusement, on peut remarquer que l’image qu’Alphonse X a laissée dans la continuation des chron (...)

18Toutefois, à côté de cette justification basée sur un pragmatisme didactique, il y a la conscience du pouvoir du chroniqueur de manipuler les faits qu’il est en train de raconter36. Tout comme les devins et les magiciens étaient les hermeneutes élus qui pouvaient déceler le futur, le chroniqueur est l’intermédiaire par lequel l’avenir pourra être préparé37. Il connaît les faits positifs et négatifs du passé desquels il choisira quelques-uns qui, grâce à son texte, seront sauvés de l’oubli. Avec eux, il pourra entreprendre une composition où il ordonnera les événements et les personnages de la façon qu’il lui semblera la meilleure pour réfléchir le Monde selon l’ordre et le sens qu’il lui attribue. Les exemples élus dans le passé auront, dans le présent, une valeur de préparation du futur dans lequel ils se projetteront en tant que possibilité. Le chroniqueur aura donc la fonction de régler les valeurs mentales de son public et, implicitement, de la société qu’il intègre. Il sera, lui aussi, et en même temps, un lecteur et un décodeur des signes du passé, mais aussi un élaborateur de nouveaux degrés de connaissance, comme l’a dit Alphonse X, lui-même, dans sa General Estoria (chap. 393) :

e que la entiendan mejor los que la quisieren oyr
[et que la comprennent mieux ceux qui la veulent entendre]

Notes

1 Le texte qui sera ici considéré est la seconde rédaction, écrite en ancien portugais et éditée par Luis Filipe Lindley Cintra. Cronica Géral de Espanha de 1344, Lisboa, IN -CM., 1954-1990 (dorénavant "1344"). La première rédaction de cette chronique, élaborée en 1344 et désormais perdue en portugais, ne subsiste que dans sa traduction castillane dont le mieux exemplaire est le ms. 2656 de la Biblioteca Universitaria de Salamanca. La seconde rédaction a copie la première version, de 1344, la reformulant à la lumière d’autres sources et d’une mentalité différente. En ce qui concerne les plusieurs manuscrits de cette chronique, voir Luis Filipe Lindley Cintra, op. cit.. vol I (Introd), p CDLXXXIX – DXXIV.

2 "E elles lhe dissrom ẽ como virõ o dragõ vĩĩr voando pello aar e que semelhava que hya ẽvolto en sangue. e todallas outras cousas espantosas que virõ ao dragõ E o conde, quando vyo que assi eram torvados e vyu que deziã cousas tã desassemelhadas e de tal fegura. ëtëdeu que os mouros, como som mui grandes feyticeiros e saben seus ẽtantamentos. que fezerõ ally vĩĩr aquella semelhança tal pera lhes poer spanto E entõ mandou chamar todallas companhas e. depois que todos forom ajuntados. disselhes assy :
— Amigos, escoytade hora hũu pouco, que vos quero mostrar a maneira desta semelhãça. Vos bem sabees ẽ como os mouros som ẽmiigos de Deus e amygos do demo e sempre fazem as suas obras e sempre husam de nigromãcia c encantamentos E. per esta maneira, fezerõ aquy vîîr esta besta pera nos poer medo e espanto per que nos ouvessemos a tornar e partyr e elles ouvessem de hyr apos nos e a matarnos e destruyrnos e a tomamos quanto ouvessemos. E vos. como sodes homẽes sysudos bem podees entender que o demo non ha poder nẽ hũu, ca Nosso Senhor Jhesu Cristo lho tolheu todo, quando espargeu o seu sangue por nos tirar de suas maãos E nos devemos de créer e conhocer e amar e servyr sobre todallas cousas o Nosso Senhor Deus que he poderoso sobre todallas cousas que elle criou c he senhor poderoso e humildoso e piadoso e misericordioso e graado e bẽnë hûu sem elle nõ se pode fazer, ca ẽ elle he o cõprimento de todo bẽ. E tal senhor como este devemos de amar e servyr e poer ẽ elle os nossos corações e os nossos feitos todos em suas maãos de coraçõ e de voõtade : c. assy, nũca cousa podemos começar que todo nõ acabemos com nossa honrra Ca este Senhor nõ devemos a leixar por a semelhança da besta. que nõ he nẽ hũa cousa. ca os que em estas taaes cousas crẽe ; andam cõ guyamento dos diaboos. Hora, amigos. leixemos esta pouca prol e vaamos dormyr, ca andamos canssados E, de manhaã. hyremos ally onde avemos de hyr "(1344 : III, 54-55). Des allusions et des doutes à propos des faits "suspects" associes aux musulmans surgissent aussi en 1344 : II, 367.

3 C’est le cas d’Alias, l’astronome qui accompagne et conseille Hercule (1344 : II, 19, 20, 24). Jules César, lui aussi, arrive à la Péninsule avec un "astronome" qui lui dévoile son rêve impérial (1344 : II, 21-22) et d’Attila est dit qu’il avait des "devins" (1344 : II, 139). Mais il y a bien d’autres cas Hercule, lui-même semble aussi avoir des connaissances d’astronomie" qu’il a utilisé dans la construction d’une maison "merveilleuse" qui deviendra un signe déterminant pour le futur du royaume des Goths dans la Péninsule (1344 : II, 26 et 302. 309-11). Liberia, fille d’Espan, a appris l’"astrologie" avec Allas et sera donc aussi une figure qui porte de bons conseils (1344 : II, 31).

4 Surtout les signes de la colère de Dieu : sécheresse, pluies diluviennes, famines, tremblements de terre, éclipses et comètes entre autres Voir, par ex., 1344 : II. 37-38, 142, 366, 412, 448 ; III, 11, 190 ; IV, 338, 423. Mais il y a aussi des signes qui marquent celui que Dieu a élu pour une fonction particulière, tel le cas du roi Bamba(1344 : II. 231-33) ou qui indiquent Sa volonté (1344 : III. 250 ; IV. 18).

5 Voir, par ex., 1344 : II, 171. 222 ; III, 47-18, 190.

6 C’est le cas d’un crucifix qui, atteint par un juif, saignera (1344 : II, 190).

7 Comme la prison erronée de Fernão Gonçalves qui ne plaît pas à Dieu Par conséquent, l’autel et toute l’église où il prenait refuge se fendront par miracle (1344 : III, 69) Une autre église se fissurera aussi pour marquer les péchés de l’"endiablée" Dona Urraca (1.344 : IV. 207) Un taureau devient docile devant un archevêque faussement accusé (1344 : III, 174) ; ainsi qu’un duel judiciaire portera secours à une reine calomniée (1344 : III ; 247).

8 Le futur est souvent dévoilé aux humains par la volonté de Dieu, par l’intermédiaire de ceux qu’il choisit. Voir, par ex, 1344 : II, 180-81 et 184 ; II, 215 ; III, 31, 47-48 et 68, 303, 314, 333, 424 : IV. 174-5. 197-8. 264, 284 et 310.

9 Tel le rêve de Dona Sancha dans l’histoire des "Sept "infantes" de Lara", interprété par son mari. Don Gonçalo(1344 : III, 156-7).

10 C’est le cas d’un nouveau-né qui retourne dans le ventre de sa mère, ce qui est interprété, "par les gens de la ville" comme un mauvais signe (1344 : II, 83) Dans une autre occasion, les astronomes interprètent un tremblement de terre et une comète comme le signe de la nouvelle invasion africaine de la Péninsule Ibérique (1344 : II, 210-11) Fernão Gonçalves, lui aussi, interprète le fait qu’un chevalier soit engloutit par la terre de façon à surpasser la peur qui règne dans son armée (1344 III..34).

11 C’est le cas des prophéties d’une grecque sur le péché que le jeune Alphonse X commettra par orgueil (1344 : IV. 380). après confirmées par des visions et des signes ( 1344 : IV, 382-4).

12 Voir, par ex 1344 : II, 17-18 ou 139.

13 "E achou em hũa terra antre ouriente e cerço satenta piares, os trinta de laton e os quareenta de marmor e jazian em terra e en elles eram scriptos todollos saberes e as naturas das cousas e como se devyã de obrar E. quando rey Rotas esto vyo, prouguelhe muyto e tralladouas ẽ hũu livro que dello fez pera o trager conssigo. E per este livro elle adevynhava muitas cousas das que avyâ de vĩĩr e fazia tantas maravylhosas cousas que os que o viiam tiinham que fazia milagres." (1344 : II, 35). Ce roi est aussi responsable pour des signes qui vont orienter l’action de figures postérieures, comme c’est le cas de sa suggestion en ce qui concerne le nom de Rome (1344 : II, 36).

14 "E este rey dõ Ramiro era muy bõo aos bõos e mui bravo aos maaos ; e desfazia de sua terra os ladrõoes e queymava as feiticeiras." (1344 : II. 408). Voir aussi 1344 : IV, 282.

15 Voir 1344 : II, 220.

16 Voir, par ex, 1344 : IV, 211. Toutefois, chez les musulmans il y a également des sages avec des connaissances sur le futur (1344 : II. 367) et des cas d’interprétations correctes de faits et de rêves ont aussi lieu (1344 : 111. 372).

17 Le texte qui sera ici considéré comme représentatif de l’Estoria de Espanna alphonsine est celui qui a fait l’objet de l’édition de Ramón Menéndez Pidal. Primera Cronica General de Espaha, Madrid. Gredos, 1977 (dorénavant "PCG") Il faut néanmoins référer qu’il s’agit d’un ms composite où plusieurs mains sont intervenues et qui n’a été que partiellement élaboré sous la surveillance d’Alphonse X. Le restant a été composé, encore dans les ateliers du roi sage mais déjà pendant le royaume de son fils Sancho IV. Sur cette question, voir Diego Catalán. De Alfonso X al conde de Barcelos, Madrid, Gredos, 1962 et aussi, plus récemment, Inès Fernández-Ordóñez. Version Critica de la Estoria de España, Madrid, Fundación Ramon Menéndez Pidal e Universidad Autónoma de Madrid, 1993

18 Par commodité, les exemples ici mentionnés se réfèrent, presque exclusivement, au texte de l’édition de la Crónica de 1344 Toutefois, il faut ne pas oublier que la plupart de ces textes existaient déjà dans l’Estoria de Espanna, et cette œuvre, à son tour, a utilisé plusieurs sources dont la plus importante a été : Roderici Ximenii de Rada. Historia de Rebus Hispanie (ed Juan Fernández Valverde, Turnhout. Brepols. 1987). La Estoria de Espanna se différentie de l’œuvre de don Rodrigue et de la Cronica de 1344 surtout en ce qui concerne l’histoire de l’Empire Romain, pratiquement omise par la première et abrégée par la seconde. Dans cette période, Alphonse X continue à intégrer plusieurs manifestations “moins communes” comme des signes qui marquent la naissance ou la mort de grandes figures comme Jules César (PCG : I. 96) ou le Christ (PCG : I. 108b. 114) ou des signes et des visions qui manifestent plus ou moins explicitement les volontés de Dieu (PCG : I. 182a, 189b. 192b, 195a), entre autres dont le signifié est parfois mentionné mais d’autres fois n’a pour fonction qu’une simple référence temporelle (PCG : I, 97-98, 124b, 125a. 127b, 144b. 145a. 171b. 178a, 199a...).

19 En ce qui concerne l’intervention d’Alphonse X dans l’élaboration de ses œuvres, voir l’étude de Diego Catalan in Ramón Menéndcz Pidal, Primera Crόnica General de España. Madrid, Gredos. 1977, vol 11. p. 851-892.

20 L’ainsi nommée "Version Critique". Sur le caractère et les particularités de cette version, voir Inès Fernàndez-Ordóñez, Version Crítica de la Estima de España. Madrid. Fundación Ramón Menéndcz. Pidal c Universidad Autónoma de Madrid, 1993.

21 Sur cette question des différences entre l’acceptation d’opinons par la "Version Critique" cl par les autres versions du scriptorium alphonsin, voir Inès Femandez-Ordônez, op. cit., surtout le point 2 7.

22 Quand les plusieurs sources sont en désaccord, le texte peut élaborer un dialogue polyphonique qui présente les divers points de vue C’est le cas, par exemple de 1344 : IV. 206 ou de PCG II. 326b Toutefois, dans d’autres occasions, les diverses opinions sont critiquées, étant suivies par la version "officielle" proposée comme "vraie" : 1344 : II, 387-88, 480 ou IV, 501, 513.

23 La présentation de diverses versions d’un fait, ou des interprétations différentes suivie par l’affirmation de "la vérité" peut être vue comme un cas d’occupatio ou praeteritio parce que la "verité" qui est proposée ne va pas sans sa dénégation car les autres hypothèses, bien que niées, sont, quand même, référées.

24 C’est le cas d’une idole qui prévoit sa fin, concomitante avec la naissance du Christ (PCG : I. 107a) Un cas semblable surgira plus loin : PCG 1, 164a.

25 Alfonso el Sabio, General Estoria, segunda parte II, ed. de Antonio G. Solalinde. Lloyd A Kaslen. Victor R B. Oelschläger, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas - Instiluto "Miguel de Cervantes", 1961, p 341-2.

26 “Otro dia salio el Çid de Viuar con toda su companna, et dizen algunos que cato aguero. et saliente de Viuar que ovo corneia diestra, et a entrante de Burgos que la ovo siniestra. et que dixo estonces a sus amigos et a sus caualleros : “bien sepades por cierto que tomaremos a Castiella con grand onrra et grand ganancia, si Dios quisiere”” (PCG : II, 523b. Pour la 1344 : III, 422). Cette habitude du Cid sera plus tard critiquée par son ennemi, le comte de Barcelone, qui est un personnage négatif de ce récit (PCG : II, 563a ; 1344 : IV, 48). En tout cas, le Cid est parfois présenté comme un personnage "faé" puisqu’il aurait la vertu d’inspirer la peur aux musulmans qui le regardent pour la première fois (PCG : II, 604b, 1344 : IV, 122) et arrive à dominer un lion avec le seul pouvoir de sa présence (PCG : II, 603a-b, 1344 : IV, 119).

27 L’Empereur Tibère expulse devins et enchanteurs mais il les acceptera de retour lorsqu’ils lui demandent grâce et promettent de ne pas recommencer (PCG : I, 111a) Domilien expulse de Rome philosophes et "estrelleros", mais il consulte un d’entre eux et, malgré ses efforts, ce qu’il avait prévu arrive (PCG : I, 140a).

28 Le roi Saul, dans la General Estoria, expulse lui aussi les devins mais après, devant le silence de la divinité, il sera obligé d’en consulter "una muger que aya el fito". (op cit., p 334).

29 PCG : I. 186. La critique se fait entendre aussi lorsque le texte parle de "mauvais maîtres" qui influencent mal les souverains, comme c’est le cas d’un chef des enchanteurs d’Égypte (PCG : I, 167a).

30 Voir notamment PCG : 1. 261b ; 262a. 263a ; 266a ; 267b-268a ; 270b : 281a-b ; 274b.

31 Macrobe, Œuvres de Macrobe, ed. par MM Henri Descamps, N A. Dubois, Laass D’Aguen. A. Ubicini Martelli, Paris, Panckoucke, éditeur. 1847 - tome III - Le Songe de Scipion. p. 173-195.

32 Comme le rêve de donna Sancha dans l’histoire des "sept "infantes" de Lara" (1344 : III, 156-7).

33 C’est le cas, bien curieux, de l’histoire selon laquelle les Huns seraient les descendants des sorcières du peuple des Goths (les "alirunnias") expulsées vers les montagnes où les satires et les faunes les ont trouvées et possédées, d’où "l’aspect peu humain" des Huns (PCG, 1, 226a).

34 Aussi en ce qui concerne les événements plus étranges comme c’est le cas d’un être sous forme de berger qui apparaissait et disparaissait, pendant qu’il pleurait la défaite d’Almançor Les sages musulmans ont réussi à interpréter le signifié de sa présence et de ses lamentations mais ne sont pas parvenus à un accord en ce qui concerne sa nature (PCG : II, 449b-450a ; 1344 : III, 188).

35 Tandis que Munho Salido le précepteur des sept "infantes" interprétait quelques augures comme négatifs (PCG : II, 436b ; 1344 : III, 131), leur oncle, voulant trahir les neveux, affirme que leur caractère est positif (PCG : II, 437a-b ; 1344 : III, 133).

36 "Manera es de los estoriadores et de todos quantos començadores de razones et de grandes fechos estonalmiente quisieron departir, de emendar sienpre en las razones pasadas - que fallaron daquellos que ante que ellos dixieron, sy les vino a punto de fablar en aquella misma razon - alguna mengua, et de escatimar y et conplir lo que en las dichas razones menguado fue " (PCG : II, 737a) (Pour 1344 : IV. 418).

37 Curieusement, on peut remarquer que l’image qu’Alphonse X a laissée dans la continuation des chroniques qu’il a lui-même initiées, est celle d’un sage, notamment dans l’art de l’astronomie (1344 : IV, 513 - continuation, ms. P).

Auteur

Universidade Aberta (Lisbonne)

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540